Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du sordide au mythe

 | 
Jean-Michel Chaumont
, 
Christine Machiels

Anatomie du scandale

L'affaire de la traite des blanches Un aspect de la prostitution urbaine en Europe occidentale au xixe siècle

Luc Keunings

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet, consulter Revue d'histoire moderne et contemporaine, t.XXI, juillet-septembre 1974, (...)

1Depuis quelques années, la recherche historique s'est ouverte aux phénomènes liés à la marginalité dans la société1. Dans le sillage de ces travaux, on se propose ici de relater l'affaire de la « traite des blanches », un scandale bruxellois dont la portée dépassa largement les frontières de notre capitale.

  • 2 Bruxelles, A.M.A.E., Archives diplomatiques, dossier traite des femmes et des enfants 1881-1914 (f (...)

2Le 13 décembre 1880, comparaissaient devant la sixième chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles une dizaine de proxénètes, tenanciers et gouvernantes de maisons de débauche, prévenus d'excitation à la débauche, de faux, de séquestration et de coups et blessures volontaires. À l'issue de ce procès, il sembla établi que sous les prétextes innocents de mariage, placement ou voyage d’agrément, une bande de malfaiteurs trompait des mineures anglaises à Londres, et leur fournissait de faux papiers pour les envoyer dans des lieux de prostitution tolérés par l'administration de la capitale belge. Par la suite, un rapport officiel présenté devant la Chambre des Lords devait constater officiellement que trente-quatre jeunes Anglaises, dont la plupart s'étaient prostituées dans leur pays d'origine, avaient été expédiées de Londres à Bruxelles entre 1878 et 18802. Encore sans précédent dans notre pays et riche en rebondissements, cette affaire sema le trouble dans les esprits et suscita une vive émotion pendant près de deux ans. Un de ses enjeux fut d’incriminer le système réglementariste dont s'inspiraient les autorités communales bruxelloises en matière de prostitution.

  • 3 Alexandre Parent-Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport (...)
  • 4 Pour Parent-Duchâtelet, les prostituées étaient aussi inévitables, dans une agglomération d'hommes (...)
  • 5 Sur l’ensemble de la question, je renvoie tout particulièrement à l’ouvrage remarquable d’Alain Co (...)
  • 6 De Ordine. lib. II, chap. IV, 12. Les réglementaristes se référèrent « inlassablement » à cette pe (...)
  • 7 Sur le discours réglementariste, lire corbin, Les filles de noce..., p.13 à53.

3Formulées une première fois dans un ouvrage du médecin Parent-Duchâtelet3, les bases de ce qu'on appelait à l'époque le « système français » découlaient de ce postulat : fléau immémorial, la prostitution constituait un mal nécessaire et ce serait en vain qu'on tenterait de l’éliminer4. Cependant, pour les réglementaristes, il était possible d'en atténuer les conséquences néfastes - le fameux triptyque, criminalité, dégénérescence, maladie -par une surveillance intensive5. Dans cette optique, la fille publique contrôlée devait également jouer le rôle de « vraie gardienne immorale de la moralité publique ». Reprenant la pensée augustinienne « supprime les prostituées, les passions bouleverseront le monde, donne-leur le rang de femmes honnêtes, l’infamie et le déshonneur flétriront l'univers »6, les partisans de ce système voyaient la fille publique contribuer au maintien de l’ordre et des valeurs établies dans la société du xixe siècle, protéger la famille en assouvissant les pulsions lubriques inhérentes à l'homme et sauver le mariage en évitant le scandale7. À cette fin et selon un impératif tout aussi déterminant, celui de la prophylaxie sanitaire -la lutte contre la contagion biologique du péril vénérien -, il convenait de canaliser le phénomène prostitutionnel et d'entraver la débauche clandestine en créant un milieu fortement discipliné et hiérarchisé, non connu des enfants et des femmes honnêtes, mais placé en permanence sous le regard de l’autorité administrative.

  • 8 Quelques pratiques à tendance réglementariste avaient déjà été relevées au xviiie siècle (cf. Arma (...)
  • 9 Boiron, La prostitution dans l’histoire..., p. 155 et 156.
  • 10 Ville de Bruxelles, règlement sur la prostitution, 18 avril 1844 et Mesures arrêtées par le Collèg (...)
  • 11 Ces derniers étaient responsables du logement, de la nourriture, de l'habillement, en somme de l’e (...)
  • 12 J’emprunte ce terme à Michel Foucault. Il désigne la faculté du pouvoir de contrôler un milieu que (...)

4Ce régime, ébauché en France sous le Consulat et l'Empire8, fut appliqué peu à peu dans la plupart des nations occidentales, alors que, sous l’action des milieux médicaux belges, se préparait la mise en œuvre d'une réglementation uniforme9. Engagées dès 1825, les campagnes de la Société belge des Sciences naturelles et médicales, suivies par celles du Conseil Médical de Bruxelles, en 1836, et de l’Académie de Médecine de Belgique en 1843, aboutirent au règlement sur la prostitution de Bruxelles qui allait bientôt servir de modèle à d'autres villes belges10. Ses dispositions, adoptées le 18 avril 1844, coordonnaient les trois éléments essentiels du réglementarisme : le « cartage », la visite sanitaire et la maison close. La distinction entre la fille soumise, cartée car inscrite au registre de la prostitution et obligée de se présenter aux deux visites hebdomadaires du médecin, et la « clandestine », non soumise au règlement, s'y trouvait clairement précisée. De plus, parmi les prostituées légales, le texte distinguait encore les filles éparses, autorisées à vivre chez elles et à exercer leur métier dans une maison de passe tolérée, des filles de maison, à demeure fixe dans une maison de débauche agréée par le Collège des bourgmestre et échevins. Sous la férule des tenants-maisons11, auxiliaires avérés du pouvoir, ces prostituées subissaient un régime disciplinaire très sévère, propre à décourager la moindre velléité. Dès leur intégration, leurs effets étaient confisqués par une gouvernante, dont la présence et l’autorisation étaient requises pour qu'elles puissent circuler à l’extérieur ou prendre une initiative quelconque. Pouvait-on concevoir milieu aussi idéal que cette maison de « tolérance », endroit pour ainsi dire hermétique, carcéral, où seul « le panoptisme »12 de l’administration était en mesure de s’infiltrer ?

  • 13 Tellement inavouable que la police de Bruxelles proposa d'exercer des poursuites contre un petit j (...)
  • 14 Règlement sur la prostitution, 1844, p. 4, art. 21. Dans ce même ordre d'idées, la prostituée ne p (...)
  • 15 Règlement sur la prostitution, 1844, p. 6, art. 33.

5Pour dissimuler « l'inavouable »13, il fut prescrit également qu'aucune maison tolérée ne pourrait être établie dans les rues d'un passage fréquenté, ni à proximité d'une école, ou d’un édifice consacré au culte, ou de tout autre établissement public14. Animé par le même souci de marginaliser les filles soumises, le règlement leur imposait une longue série de contraintes. Il leur était interdit de s'arrêter ou de se grouper sur les trottoirs, places et lieux de promenades publiques, d'accoster des hommes ou de leur faire signe dans la rue, de circuler dans le parc ou sur la voie publique après la cloche de retraite, ou encore de se montrer à la porte et aux fenêtres de leur maison. Les « cartées » ne pouvaient en outre bénéficier, au théâtre ou au cirque, d’autres places que celles qui leur étaient assignées par la police15.

  • 16 Corbin, Les filles de noce..., p. 171 à 273.
  • 17 À l'origine, la prostitution clandestine s’adressait quasi exclusivement aux milieux populaires, l (...)
  • 18 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 176 à 215.
  • 19 À partir de 1874, L’Éclair belge, journal politique, indépendant et satirique, réglementariste en (...)
  • 20 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 176.
  • 21 En 1850, 188 filles composaient le personnel des maisons de tolérance bruxelloises ; en 1876, leur (...)
  • 22 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 210, art. 22. Depuis 1851, il était formellement interdit aux filles (...)
  • 23 Craignant le développement de la prostitution clandestine, Lenaers jugeait préférable « que les fe (...)
  • 24 En 1876, on comptait 97 filles en maison pour 322 éparses (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 319 et 320 (...)

6Malgré l'architecture rationnelle du système et son efficacité implacable en théorie, l'échec du projet réglementariste fut perçu dès la première moitié du siècle, et il se précipita dans la décennie 1870/188016. Ce phénomène international, provoqué surtout, selon Alain Corbin, par une mutation profonde de la demande prostituante17, eut pour caractéristique principale le déclin des maisons closes, jumelé au succès accru de la prostitution clandestine et ses « demi-mondaines », « femmes galantes », « soupeuses de restaurant de nuit » et autres « dames de cabaret ou d'hôtel garni ». Bruxelles n'échappa point à ce processus. En 1876, le commissaire en chef Lenaers soumettait au bourgmestre Anspach un projet visant à adapter le règlement de 1844 à la réalité ambiante18. Les premières lignes de ce rapport livraient un constat alarmant : « Depuis quelques temps, l’opinion publique se préoccupe assez vivement des questions de prostitution et particulièrement de ce qui se passe à Bruxelles, où cette plaie sociale a pris une certaine extension19. Il faut bien le dire, le goût des plaisirs frivoles a acquis de grandes proportions dans la capitale, surtout depuis la guerre franco-allemande, ce qui a fait affluer vers Bruxelles un grand nombre de femmes galantes et de désœuvrées de toutes sortes, dont Paris se débarrassa comme bouches inutiles pendant le siège. Nous avons vu se multiplier les cafés concerts, les tavernes, les salles de bal... »20. En revanche, les maisons de tolérance bruxelloises subissaient quant à elles une véritable crise. En un quart de siècle, leur nombre avait sensiblement diminué : de quarante en 1850, il était tombé à douze en 187621. Bien que cette évolution fût symptomatique de l’insuccès du système réglementariste dans la ville, l’administration ne renonça pas aux lignes de force de sa politique traditionnelle. Le 13 août 1877, le Conseil communal adoptait les modifications proposées par Lenaers. Leur objectif était d'endiguer la prostitution clandestine par une triple stratégie. Il importait tout d'abord d'éviter le retour de la prostituée cartée à la clandestinité en élargissant ses possibilités de travail, notamment par la suppression de certaines contraintes administratives et sanitaires. Face à la concurrence de l’insoumise, la fille éparse eut dorénavant le droit de recevoir des hommes chez elle, à condition de signaler sa demeure à la police22. On proposa également de limiter la fréquence des visites sanitaires à une inspection par semaine, malgré l’avis défavorable des médecins23. La prostitution éparse supplantant largement la débauche sédentaire24, le règlement fit des concessions à la première pratique, tout en favorisant la seconde.

  • 25 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 210 et 211, art. 27. En vertu du règlement de 1844, si un couple de p (...)
  • 26 La maison devrait se trouver dans une rue peu fréquentée, réunir les conditions d’hygiène et de di (...)

7Alors que, pour mieux réprimer la criminalité et le libertinage sauvage, il était clairement autorisé aux tenants-maisons de passe de pouvoir héberger des filles clandestines et des « femmes légères » accompagnées de leurs amants25, l’exposé des motifs du nouveau règlement préconisait de faciliter la mutation des bouges clandestins en maisons de tolérance, mais sous certaines conditions26.

  • 27 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 210, art. 18, 19 et 20. Pour Lenaers, il ne convenait pas « que des i (...)
  • 28 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 209, art. 16 § 5. A contrario, on leur permit de circuler après le co (...)
  • 29 L'idéal, en fait, eût été de concentrer la prostitution dans certains quartiers, comme la Ville l' (...)

8Toutefois, si plusieurs dispositions nouvelles tempéraient quelque peu l’application du réglementarisme, d'autres en accentuaient au contraire les caractères primitifs, à savoir la dissimulation constante et la marginalisation de la fille publique. Aussi, tout en prônant, semble-t-il, le développement des maisons de débauche officielles, l'administration décida de ne plus délivrer d'autorisation écrite aux tenanciers, comme si leur « industrie » s’apparentait à un simple commerce. Il était plus prudent de n'accorder qu'une simple « tolérance », temporaire et révocable, à constater par la seule remise d'un registre énonçant les obligations du tenant maison27. Dans la foulée, fut prohibée la lanterne de verre à la porte d’entrée des maisons tolérées, imposée jusqu'alors par le règlement de 1844. Il était inconvenant que les hauts lieux de la débauche légale disposent à l’extérieur du moindre signe apparent, susceptible d'attirer l'attention du public28 ! Pour ce motif encore, un article du nouveau règlement étendait aux artères principales de la ville, aux squares et aux galeries Saint-Hubert, l'espace interdit à la circulation des filles éparses29. Resserrer le contrôle sur la prostitution, troisième volet de la stratégie semblait donc primordial.

  • 30 Ce fut d'ailleurs en prônant l’amélioration du service des mœurs que l'administrateur de la Sûreté (...)
  • 31 Ces capitales adoptaient la division du travail en matière de police des mœurs. Berlin, par exempl (...)
  • 32 B.C.B., 1877, IIe partie, p.206.
  • 33 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 204.
  • 34 Deux procédures d'inscription étaient prévues : soit la prostituée demandait « de son propre gré » (...)
  • 35 Si la loi communale du 30 mars 1836 chargeait le Collège de la surveillance en matière de prostitu (...)
  • 36 Arrêt de la Cour de cassation, 24 octobre 1866 (Picard et d'Hoffschmidt, Pandectes belges, Bruxell (...)
  • 37 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 206, art. Ier.

9Deux problèmes épineux entravaient cette opération. L'un touchait à un défaut d'organisation chronique de la police bruxelloise, le manque de cadres. Depuis 1844, un seul commissaire adjoint, assisté d'un auxiliaire chargé des écritures, s'occupait en permanence du service du la prostitution. L'autre relevait plutôt de la situation particulière de Bruxelles-ville et du régime d’autonomie communale consacré par nos institutions. Afin d'échapper à la vigilance des policiers de la ville, nombre de prostituées « exerçant » à Bruxelles se soumettaient à l’inscription dans les faubourgs car la surveillance y était peu soutenue et la collaboration entre les polices, pour ainsi dire inconsistante30. Impressionnées par les résultats obtenus à Paris, Berlin et Hambourg31, les autorités conçurent une brigade des mœurs spécialisée, composée de cinq agents inspecteurs tenus d'opérer en étroite collaboration avec les services divisionnaires généraux32. Pour Lenaers, le choix de ces policiers devait porter sur des hommes « intelligents, d'une moralité et d’une capacité éprouvées, qui joignent à un jugement sain de la fermeté, de la prudence et du tact, ainsi que beaucoup de patience et de bienveillance »33. En réalité, cet inventaire fastidieux des qualités requises par le parfait agent des mœurs était à la mesure de son pouvoir absolu et discrétionnaire en la matière. Lorsque le Collège statuait sur le sort d'une femme à inscrire « d'office »34 ou à radier du registre de la police, c'était au policier qu'il s'adressait en premier lieu. Or, en l'absence d'une loi définissant clairement le fait « prostitution »35 et en vertu du principe sacro-saint de la séparation des pouvoirs, aucune fille inscrite d'office ne pouvait se défendre en justice36. Objet d'une enquête réservée à un petit cénacle incontrôlable, l'avenir d'une femme dépendait ainsi de l’interprétation unilatérale d'un article réglementaire peut-être trop limpide : « sont réputées filles publiques toutes filles ou femmes qui se livrent notoirement ou habituellement à la débauche »37.

  • 38 Cette campagne entraîna notamment la chute des préfets Gigot et Andrieux, ce dernier étant comprom (...)
  • 39 Promulgués en 1864/1866, ces dispositions destinées à prévenir les maladies vénériennes au sein de (...)
  • 40 Il s'agissait non seulement d'abolir les règlements, mais surtout d'interdire la prostitution.
  • 41 Cette « Deborah des Temps modernes », comme aimaient à l’appeler ses amis, écrivit ses Souvenirs p (...)
  • 42 Sur l’idéologie abolitionniste développée par Butler, très réactionnaire à certains égards, consul (...)

10Au moment précis où le nouveau règlement était accepté par les édiles bruxellois, la Fédération britannique contre la prostitution réglementée soutenait le radical Yves Guyot dans sa lutte contre la police des mœurs parisienne38. Issue, en 1870, d’un milieu évangéliste protestant, cette ligue avait trouvé sa justification dans la contestation orchestrée contre l'application des Contagious Diseases Acts39, qui prévoyaient certaines pratiques réglementaristes dans quelques villes anglaises. Ce premier courant abolitionniste se distinguait par son prohibitionnisme40. Son chantre était Josephine Ellen Butler41, épouse du principal d'un collège de Liverpool, et ses partisans, souvent des quakers, prétendaient maintenir les bonnes mœurs par une lutte acharnée contre toutes espèces de « perversions » et une régulation très ferme de l’activité sexuelle dans la société. À leurs yeux, la prostitution n’était pas « un mal nécessaire », mais une maladie susceptible d'être guérie par une thérapie radicale. Évitables aussi, les relations extraconjugales tenues pour naturelles par les militants réglementaristes. Une propagande effrénée contre le célibat, germe de dénatalité et source de naissances illégitimes, doublée d'un effort soutenu de continence, protégerait l'intégrité du mariage, l’honneur de la femme et la puissance de la nation42.

  • 43 Corbin, Les filles de noce..., p. 317.
  • 44 Corbin, Les filles de noce..., p. 318 et 319.
  • 45 Congrès de Genève, 17-22 septembre 1877 (Corbin, Les filles de noce..., p. 321).
  • 46 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 188.
  • 47 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 188-189.

11Si cette levée de boucliers en faveur de la moralité et de la famille s'était d'abord limitée à l’Angleterre, le Congrès de York allait lancer, le 25 juin 1874, une croisade internationale contre la débauche43. En 1877, après une campagne à caractère privé menée à travers la France, la Suisse et l’Italie44, les « abolitionnistes » déterminèrent à Genève45 les objectifs et les statuts d'une fédération britannique et continentale pour l'abolition de la prostitution réglementée (F.A.P.R.). Les militants de ce mouvement déploraient, entre autres, que la maison de tolérance, pilier du réglementarisme, subsistât seulement grâce au renouvellement fréquent de son personnel, assuré, disaient-ils, « par des méthodes détournées et abjectes ». Dans son rapport de 1876, Lenaers ne niait d'ailleurs pas les difficultés rencontrées par les tenanciers pour recruter des filles. Eu égard à la concurrence des maisons clandestines46 et pour conserver la vogue de leur établissement, y expliquait le commissaire, ils se voyaient contraints à des efforts de luxe accrus ainsi qu'à des « grands sacrifices d'argent » et à des « recherches coûteuses », afin de se procurer des prostituées47. La version des abolitionnistes présentait la question d'une façon plus inquiétante : par la mise en place d'un vaste réseau d'échanges de « chair humaine », des proxénètes d'agences de lupanars ou de sordides maisons de placement s'adonnaient à la chasse aux femmes perdues ou naïves aux fins de renflouer les effectifs clairsemés de la prostitution légale. Ces allégations n'étaient pas entièrement gratuites ; certaines d'entre elles allaient être vérifiées avec fracas par les événements qui survinrent à Bruxelles au début des années 1880.

  • 48 J'ai pu retracer l'histoire d’Ellen Newland en dépouillant aux A.G.R. le dossier 124 du fonds Parq (...)
  • 49 Était-il Hollandais ou Français ? Selon les témoignages de jeunes prostituées qui l’ont connu, ce (...)

12Un jour de juillet 1879, une jeune fille londonienne âgée de vingt ans, Ellen Newland, rencontre dans une rue londonienne, un individu à la silhouette altière, mais au regard rassurant...48Après les présentations d'usage -il habite Londres49, prétend s'appeler Frédéric Schults et s'occuper de négoce -, les deux personnes sympathisent et quelques semaines passées ensemble suffisent pour qu'Ellen soit séduite. L’homme lui demande de l’accompagner à Calais et elle accepte. Ils prennent donc le train jusqu'à Douvres et la jeune femme, après avoir reçu l'argent nécessaire de son amant, s'embarque pour le vieux continent, heureuse et insouciante. Mais, en gare de Calais, Frédéric se désole : l'argent lui fait défaut ! Le « négociant » désire toutefois que sa compagne continue le voyage et il la confie à un « ami », chargé de la conduire à Bruxelles. Il la rejoindra après « la conclusion d'affaires urgentes ».

  • 50 Jean Etienne Geaux était né à Paris, vers 1826/1827. Il sera condamné dans cette affaire à un an d (...)
  • 51 Anne Josephine Henriette Parent naquit à Londres de parents belges, vers 1850/1851. Elle sera cond (...)

13À son arrivée dans notre capitale, c'est d'abord l’étonnement pour la jeune Anglaise. Tard dans la nuit, l’» ami » de son séducteur la fait monter dans une voiture, sans mot dire. Vient ensuite l'effroi. La calèche qui l’entraîne s'arrête devant une grande façade sombre, au n° 22 de la rue Saint Laurent. Ellen va pénétrer dans l’une des maisons de tolérance les plus cossues de Bruxelles. Elle y passe une nuit blanche et le lendemain matin, Geaux50, son compagnon de voyage, en fait tenancier de la maison, la conduit à la police pour l'inscrire au registre de la prostitution. Au dispensaire, la gouvernante Henriette Parent, d'origine anglaise51, se charge de « traduire » la déclaration de la jeune femme, l'officier responsable du service des mœurs, Schröder, ne connaissant un traître mot de la langue de Shakespeare. Le 26 juillet 1879, Ellen Newland n'existait plus officiellement : seul figurait sur le sommier de la police le nom d’Amelia Barnett, née le 6 juillet 1858 à Peckhaim, dans le Surrey. Des documents falsifiant son état civil l'avaient rendue majeure.

14Commence alors le cauchemar pour Ellen. Selon ses dires, elle tente de quitter l'endroit avec l'énergie du désespoir. Mais on la menace : « Si tu veux sortir, rembourse ton voyage ! », lui assène son tenancier. Sa correspondance est détournée, la gouvernante la battra à moult reprises et la tiendra claustrée plusieurs jours dans une petite chambre infâme. Son organisme ne pouvait souffrir longtemps pareil régime. Cinq semaines après son entrée en maison, on l'emmenait à l’hôpital Saint-Pierre, atteinte d'une maladie vénérienne.

  • 52 Léonard Anet, « pasteur de l’Église chrétienne évangélique dit du Boulevard de l'Observatoire », a (...)

15Ce transfert la sauva. Un pasteur suisse nommé Anet52, qui visitait par chance l'hôpital à ce moment, reçut les confidences d'Ellen et s'empressa d'avertir ses parents. C'est alors que Dyer, journaliste affilié à la F.A.P.R., eut vent de l'histoire et posa les premiers jalons de l'affaire de la traite des blanches en alertant Josephine Ellen Butler. À Bruxelles, Anet recueillit Ellen Newland à sa sortie de l'hôpital et put la convaincre de déposer devant le proconsul anglais, J.E. Jeffes. Le 16 novembre, elle révélait devant le magistrat britannique que « Frédéric » avait trompé de la même manière plusieurs autres jeunes femmes d'Albion... Le parquet requit une instruction contre les tenanciers et la gouvernante du n° 22 de la rue Saint Laurent, mais aussi contre Ellen Newland, pour port de faux nom !

  • 53 The Standard, 3/1/1880.
  • 54 La police avait déjà été confrontée à ce genre de problèmes, quelques temps auparavant. En 1868, J (...)
  • 55 Henri Joseph Perpète, cabaretier né à Winenne (province de Namur), vers 1841/1842, avait exercé qu (...)
  • 56 Les responsables de cette maison étaient d’origine française : Emmanuel Mayer, le tenancier, naqui (...)

16À la même époque, la justice belge avait été saisie d'une affaire apparemment similaire. Un soir d'octobre 1879, un lieutenant d'artillerie avait aperçu une jeune fille en larmes, rue des Sables53. Cette dernière lui assura qu'un homme lui avait promis une place de gouvernante en Hollande mais l’avait introduite, bien que mineure, dans une maison de tolérance de Bruxelles au n°28 de la rue Saint Laurent, d'où elle venait de s'échapper. Tout comme pour Ellen Newland, de faux papiers avaient été produits au bureau de police54. Ces propos avaient été confiés au lieutenant lorsque la jeune fille tenta de se réfugier dans un hôtel. Las, Perpète55, un proxénète au service de la maison de débauche, se travestit en agent de police pour disperser le groupe de jeunes gens qui entouraient la fille et faire échouer sa tentative en la réintégrant de force dans la maison de tolérance56.

  • 57 "The alleged Belgian traffic", The Standard, 17/1/ 1880. Pour mieux se défendre, Lenaers choisira (...)
  • 58 A.V.B., Fonds de la Police, P. 29, dossier judiciaire (A.133), Vanderstraeten à consul de Grande-B (...)
  • 59 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Ordre de Lenaers (22/1/1880).

17Le 3 janvier 1880, dans un article publié dans le Standard de Londres, Dyer exposait le cas Newland, rendait public le témoignage du militaire et ouvrait une souscription « pour mettre fin à cet honteux trafic et faire libérer au plus tôt les jeunes Anglaises encore séquestrées à Bruxelles ». La campagne contre la traite des blanches était bel et bien amorcée... Devant les révélations du publiciste, le commissaire en chef de la police de Bruxelles devait agir car il était directement mis en cause, en tant que responsable de l'exécution du règlement sur la prostitution dans la capitale. Sa réplique, prompte, prit la forme d'une lettre adressée le 15 janvier au rédacteur en chef du Standard57. Il y assurait que la police des mœurs brillait par l'excellence de son organisation, contrôlée d'ailleurs journellement par le bourgmestre, que les interrogatoires préalables à l’inscription d'une prostituée étrangère s'effectuaient dans sa langue maternelle et hors la présence du tenancier et de la gouvernante. Selon ses dires encore, des policiers visitaient avec régularité les maisons de débauche, les prostituées y entraient « seulement de leur propre gré » et enfin, il leur était permis d'en sortir dès qu'elles le souhaitaient. En l'occurrence, l'objectivité, voire l'honnêteté, du commissaire pouvait être mise en doute. De fait, le jour même où parut la réponse de Lenaers, le consul de Grande-Bretagne à Bruxelles s'entretenait avec le bourgmestre Vanderstraeten des mesures à adopter dorénavant à l'égard des prostituées étrangères58. Pour couper court à toute critique nouvelle à ce propos, il importait que « désormais » -l'adverbe est important -, l'interrogatoire des Anglaises fût mené par un interprète hors la présence de quiconque appartenant au personnel des maisons closes. Toute fille publique originaire d'Angleterre devrait soumettre ses papiers au visa du consul anglais et un extrait du règlement garantissant aux filles de maison la possibilité de quitter leur établissement à tout moment serait traduit en six langues et affiché dans toutes les maisons de tolérance. Or, le 22 janvier, Lenaers, l'homme qui avait démenti officiellement « toutes les faussetés » du journaliste anglais, ordonnait à ses subordonnés de mettre ces dispositions à exécution, ajoutant que l'inscription des étrangères posaient « certaines difficultés » !59

  • 60 Ces informations ont été trouvées dans les dossiers d'archives déjà cités.
  • 61 Edouard Roger naquit à Montauban (France), vers 1841/1842. Il tenait une maison de tolérance rue d (...)
  • 62 En novembre 1879, une instruction fut requise contre Adeline Tanner du chef d'usage de faux et de (...)

18Alfred Dyer, de son côté, ne se faisait déjà guère d'illusion sur la fiabilité de la police belge. Il se décida donc à mener une enquête personnelle sur le terrain même des opérations. En février 1880, il partit pour Bruxelles et apprit le récit d'une prostituée syphilitique à l'allure fort jeune, traitée à l'hôpital Saint-Pierre60. D'après celui-ci, en septembre 1879, les dénommés John Sells et Edouard Roger61, avaient proposé à cette fille d'un employé de commerce une situation avantageuse à Paris. Le voyage devait l'envoyer en réalité, ainsi que deux autres mineures, de Londres à Douvres, de Douvres à Ostende et d'Ostende à Bruxelles où elles seraient demeurées enfermées dans une maison de tolérance, rue des Commerçants. Droguée, la jeune femme avait décliné une identité fictive à la police, sous l'œil approbateur de la gouvernante Parent, une des interprètes attitrées du bureau des mœurs à cette époque. La légèreté de la procédure et l'insouciance de l’officier Schröder avaient noué le sort d'Adeline Tanner, alias Hellen Gordon. Alors qu'elle était âgée de dix-huit ans à peine, le registre portait la mention de vingt et un ans et demi62

  • 63 Ce journal fut fondé spécialement pour soutenir la cause de la Fédération britannique (Corbin, Les (...)
  • 64 The National League Journal, 1/12/1880.
  • 65 Le Bulletin continental, Revue mensuelle des intérêts de la moralité publique,15/4/1880,
  • 66 Le National, 13/1/1881.
  • 67 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Vincent à procureur du roi Willemaers (10/4/1880).

19Cette fois, c'en était trop. À boulets rouges, les organes de la ligue abolitionniste, le Shield63, le National League Journal64 et le Bulletin continental65 lancèrent l'anathème sur la police belge, mais surtout sur le système mis en place à Bruxelles par le règlement de 1877. Les milieux officiels s’émurent et le gouvernement britannique envoya quelques fins limiers de la police londonienne enquêter dans les villes chaudes de France, de Hollande et de Belgique66. C'est ainsi qu'au début d'avril 1880, les détectives Greenham et Williams partirent pour Bruxelles, mandatés par le département criminel de la police métropolitaine. Ils visitèrent diverses maisons de tolérance au cours de leurs investigations. Rien de suspect à signaler. Ils retournèrent donc « bredouilles » mais satisfaits à l’instar de leur supérieur Vincent qui, sans ambages, adressa « toute félicitation à la ville de Bruxelles pour sa collaboration... »67.

  • 68 The Shield, 1/5/1880. Ces assertions furent reprises par La Chronique du 27/7/1880, mais se virent (...)
  • 69 Tels que le chambellan de la Cité de Londres et le président du comité du Stock Exchange. (The Mor (...)
  • 70 The Morning Advertiser, 30/8/1880 et The City Press, 25/8/1880. Le même journal du 16/10/1880 prés (...)

20Les conclusions de cette enquête n’ébranlèrent toutefois pas les abolitionnistes bruxellois et anglais dans leur conviction. Au contraire. À Bruxelles, Dyer et ses amis belges, plus résolus que jamais, redoublèrent d'énergie pour « libérer » de leur propre initiative quelques filles de maison, et l'un des fondateurs de la « Société pour l'affranchissement des blanches », l'avocat Alexis Splingard, en vint à donner des conférences dans le but avoué de mettre en échec le système réglementariste dans la capitale. À Londres, la tension atteignit même des proportions insoupçonnées lorsqu'en mai, Josephine Butler dénonça, dans le Shield68, l'existence à Bruxelles, en Hollande et en Allemagne, de maisons sordides où de toutes jeunes filles de moins de quatorze ans étaient forcées de se dégrader. Selon la « Jeanne d'Arc de l'abolitionnisme », nombre d'entre elles n'y survivaient guère plus de deux ans. On les faisait alors disparaître discrètement, en les inhumant non loin du lieu de leur supplice... Toujours plus tenaces, les abolitionnistes ne limitèrent pas leur champ d’action aux manchettes de la presse. En août, une délégation composée d'éminentes personnalités69 sollicita une entrevue du ministre des Affaires étrangères, Lord Granville70. Le mémoire qu ‘elle lui présenta avait trait à la répression de la traite des Anglaises, de Londres à Bruxelles, par l'élaboration d'une loi internationale.

  • 71 A.V.B, Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A.132).
  • 72 II s'agit bien ici d'Alexandre Courtois, policier rendu tristement célèbre par son crime perpétré (...)
  • 73 A.E. And., Parquet général, n° 124, Vincent à procureur du roi Willemaers (9/6/1880)

21Cette campagne déboucha finalement sur des condamnations en justice. Non sans peine d ‘ailleurs. Les assertions des disciples de Butler furent longtemps démenties. Mais suite à la découverte de la fausse identité d'Adeline Tanner, le procureur du roi Willemaers avait obtenu de la police bruxelloise une liste de filles anglaises œuvrant dans des maisons tolérées71. Interrogées le 13 janvier 1880, ces douze prostituées allaient déclarer en présence de l’officier Schröder, du commissaire Lenaers et de l’adjoint Courtois72, traducteur-juré désigné à l’occasion comme interprète, s’être rendues de leur propre chef dans leur établissement et n'avoir aucun grief à formuler à l'encontre de leur tenancier. Toutes confirmèrent l'état civil indiqué sur le registre de la prostitution. Comme nous le savons également, les rapports de Greenham et Williams concluaient dans le même sens : aucune « cartée » anglaise ne manifestait le désir de retourner en Angleterre73.

  • 74 En novembre, deux brochures signées par Dyer se vendaient rue Saint Jean, The European Slave Trade (...)
  • 75 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Procureur du roi Willemaers à procureur général Verdussen (...)
  • 76 Idem. Cette gouvernante s'appelait Eugénie Landre, concubine de Roger, née à Paris vers 1835/1836. (...)
  • 77 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Procureur du roi Willemaers à procureur général Verdussen (...)
  • 78 Substitut du procureur du roi Timmermans, audience du 13/12/1880 au tribunal correctionnel, L'Étoi (...)
  • 79 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Procureur du roi Willemaers à procureur général Verdussen (...)

22Toutefois, les efforts déployés par la ligue abolitionniste, le consulat britannique et le parquet de Bruxelles firent éclater une vérité toute différente74. Trois des filles déjà interrogées par la police et les détectives anglais revinrent sur leur déclaration devant le juge Henri Levy, chargé de l’instruction75. Mineures, elles étaient entrées dans leur maison close avec de faux papiers et l'une d'elles certifia qu'on la séquestrait rue des Commerçants, où elle subissait les sévices de la gouvernante76. De plus, le scrupuleux juge Levy avait des doutes, et à juste titre, sur l’identité d'une quatrième Anglaise77 En définitive, ce fut une instruction ouverte par le parquet français qui permit à la justice belge de suivre pas à pas les racoleurs de Londres78. Les recoupements opérés portèrent leurs fruits. Il fut établi que le John Sells d'Adeline Tanner n’était autre que Jean Sellecaerts, repris de justice d'origine belge, condamné en 1879 à dix-huit mois de prison par le tribunal de Boulogne, pour tentative d'enlèvement sur deux filles londoniennes. Ce triste individu faisait office de racoleur dans la bande Max, alias Charles Dey, alias Frédéric Schults79.

  • 80 On peut consulter la transcription des débats dans le dossier administratif (A.132) du Fonds de la (...)
  • 81 Ils furent condamnés à purger entre quatre mois et six ans de prison (L'Écho du Parlement, 15/12/1 (...)
  • 82 Durant les débats, l'inspecteur Schröder dut admettre notamment que l'inscription au registre des (...)
  • 83 A.V.B., Fonds de la police, P29 dossier administratif (A.132), Buls à procureur du roi Willemaers (...)
  • 84 L'article 379 du code pénal stipule que « quiconque aura attenté aux mœurs, en excitant, facilitan (...)
  • 85 A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A.132), Procureur du roi Willemaers à Lena (...)
  • 86 A.V.B., Fonds de la Police, P.29, dossier administratif (A.132), Procureur du roi Willemaers à Len (...)
  • 87 A.V.B., Fonds de la Police, P.29, dossier administratif (A.132), Buls à procureur du roi Willemaer (...)
  • 88 A.V.B., Fonds de la Police, P.29, dossier administratif (A.132), Rapport de Lenaers (2/11/1879).

23Les débats du tribunal correctionnel, qui se tinrent du 13 au 17 décembre 188080, conduisirent les tenanciers et racoleurs de Tanner, Newland et quelques autres compatriotes tout droit en prison81 Tout en jetant une lumière crue sur l'univers opaque de la prostitution légale, ils purent non seulement éclairer l'opinion sur les « négligences » du service des mœurs82, mais témoignèrent aussi d’une pratique illégale, dont le parquet avait pourtant été instruit. En effet, à l'audience du 15 décembre et pour défendre le tenancier Roger, l’avocat Hallet arguait d’une dépêche envoyée par Charles Buls au procureur du roi, qui donnait la preuve que la police bruxelloise admettait, en parfaite connaissance de cause, des prostituées mineures dans les maisons tolérées83. Le parquet avait été informé de cette pratique contraire à l'interprétation requise de l'article 379 du code pénal84 suite à une plainte d’un ouvrier lillois concernant l'inscription de sa fille mineure, Zélia Voiturier, sur les registres de la prostitution85. Schröder s'était contenté des affirmations de la fille et d'une note d'un employé de bureau négligent pour lui attribuer cinq ans de plus que son âge réel. Le procureur du roi imputait toute la responsabilité de cette bavure à l'officier de police86, jusqu'au jour où Charles Buls, au nom du Collège, couvrit son subordonné en révélant que le règlement de 1877 permettait l’entrée en maison de mineures cartées déjà livrées à la prostitution87. Or, Zélia était du nombre. Une descente de police dans un bouge clandestin, rue de Bavière, avait provoqué son transfert au dispensaire. La fille « cartée » avait alors habité dans une maison de tolérance de la rue des Commerçants pendant une quinzaine de jours, puis elle avait gagné les rangs déjà fournis de la prostitution éparse88.

  • 89 Selon Buls -et Lenaers l'avait déjà fait remarquer en 1876 -, la grande majorité des prostituées e (...)
  • 90 A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A. 132), Procureur du roi Willemaers à Len (...)
  • 91 A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A. 132), Rapports des 27/11, 30 et 31/12/1 (...)

24Selon le Collège bruxellois, introduire une mineure « déjà contaminée par le vice » dans une maison de tolérance s'avérait utile, car cette initiative contribuait pour une large part à la lutte menée contre la prostitution clandestine89. Néanmoins, cette logique n'avait pas obtenu l'assentiment du procureur du roi, pour qui cet acte était illégal et injustifiable. À ses yeux, la morale ne pouvait en effet distinguer « entre ceux qui infiltrent aux mineures les premiers sentiments de corruption et ceux qui les entretiennent dans ce sentiment »90. À cette époque, Schröder avait donc remis aux autorités judiciaires une liste de trente-sept filles mineures, admises entre 1878 et 1879 dans diverses maisons tolérées par la Ville, tout en leur communiquant la décision prise par le Collège en février 1880 -à l'époque ou Dyer écrivait son article dans le « Standard » -d'évacuer les mineures de ces endroits et de leur en interdire l’entrée91.

  • 92 La Gazette, 15/12/1880.

25Au procès cependant, l'avocat Frick, le défenseur d'une des gouvernantes inculpées, affirma haut et fort que d'autres mineures séjournaient encore dans des maisons publiques bruxelloises92 ! La suite des événements allait lui donner raison...

  • 93 On découvrit encore qu'une autre Anglaise avait menti aux autorités judiciaires et aux détectives (...)
  • 94 Idem.
  • 95 Hennessey quitta la ville le 9 mars 1880. (A.E. And., Parquet général, n°124, chef de la police lo (...)
  • 96 Evariste Paradis et son épouse Mathilde, née Keisen, étaient d'origine et de nationalité belges (A (...)

26Cette affaire réservait encore d’autres surprises93 Les débats avaient à peine commencé au tribunal correctionnel que surgissait un nouveau rebondissement. Le chef de la police métropolitaine de Londres apprenait au procureur Willemaers qu'une jeune fille rousse, Louise Hennessey, âgée de quinze ans et demi, avait été cartée en mai 1879 sous la fausse identité de Nelly Allen, née à Londres le 21 janvier 185894. Elle avait été séduite par une offre d'emploi de domestique à Paris, puis emmenée à Bruxelles par Sellecaerts pour être présentée aux tenanciers d’une maison de tolérance sise rue du Persil. Ceux-ci, frappés par sa jeunesse, l’envoyèrent séjourner quelques temps dans un bouge d'Anvers. Ils l’acceptèrent plus tard, le temps de s'apercevoir qu'elle attendait famille. Les tenanciers la vendirent alors à un collègue de La Haye. La petite Écossaise devait réussir malgré tout à gagner l’Angleterre où, épuisée et meurtrie, elle accoucha dans des conditions très précaires. Le parquet, sitôt informé de ces nouveaux éléments, jugea opportun d'opérer une descente officielle rue du Persil. Le 17 décembre, le juge Levy procéda aux premiers interrogatoires et constata qu'un des médecins du dispensaire, le docteur Corten, après avoir examiné Louise Hennessey sur la requête des tenanciers, leur avait fait état de sa virginité95. La police semblait ignorer cette démarche mais n'était pas pour autant irréprochable. Son attention avait été attirée inévitablement par l’aspect très jeune de la fille, mais l'officier Schröder l’avait inscrite comme prostituée, sans autre formalité que de se fier à la déclaration de la tenancière Paradis96. En outre, il avait conseillé aux gérants de la rue du Persil de se débarrasser d'elle, en mars 1880, à un moment où le parquet entamait des instructions au sujet des mineures anglaises séquestrées, et peu après que les autorités eussent été informées de l'arrivée imminente des détectives britanniques.

  • 97 La Gazette, 19/12/1880.
  • 98 L'Étoile belge, 18/12/1880.
  • 99 La Gazette, 19/12/1880.
  • 100 B.C.B., 1880, IIe partie, p. 579.

27Après avoir inquiété les surveillés, la justice mettait à leur tour les surveillants sur la sellette. L'affaire de la traite des blanches entrait ainsi dans sa seconde phase. Le 19 décembre 1880, un délégué du gouvernement anglais, l’avocat Snagge, descendit à Bruxelles97 L'opinion publique ayant été alertée par L'Étoile belge98 et La Gazette99, l’administration communale se trouvait contrainte à lui rendre des comptes ! Sa réaction fut immédiate et à l’unanimité des membres présents, le Conseil communal décida, le 20 décembre, de nommer une commission d'enquête sur la police des mœurs pour « protéger la dignité du Conseil et de l'administration communale »100. Cette initiative ne réussit en réalité qu'à l'écorcher plus profondément encore.

  • 101 À droite, les catholiques, résolument hostiles à la « loi de malheur » -la loi Van Humbeek institu (...)
  • 102 Félix Vanderstraeten fut échevin à la Ville de Bruxelles en 1873, puis premier échevin en 1877. No (...)
  • 103 Journal fondé par Sigismond Lacroix à la suite de la disparition du Radical, La Lanterne engagea u (...)
  • 104 Le Journal de Bruxelles (21/12/1880) et Le Courrier de Bruxelles (22/12/1880) avaient été éclairés (...)
  • 105 Vanderstraeten avait confié cette opération à son frère, copropriétaire de l'immeuble sis au n° 9 (...)
  • 106 Le National, 13/1/1881.
  • 107 Selon une déposition officielle de Butler devant le magistral Raffles, des filles de treize, quato (...)
  • 108 À défaut d'avoir été lu par le magistral Raffles, ce document fut envoyé au Home Secretary, le 8 n (...)
  • 109 Il s'agit fort probablement d'Alfred Hubert Kampf, un Français fixé à Bruxelles depuis 1874. Selon (...)
  • 110 À la fin du mois de février 1880, Dyer avait sollicité l'aide du parquet pour sauver, selon lui, u (...)
  • 111 Le soir de la visite des détectives Greenham et Williams, l’informateur de Butler aurait entendu, (...)
  • 112 En feuilletant les rapports judiciaires de 1874, Boland aurait ainsi trouvé les preuves écrites de (...)

28La rumeur publique qui accompagna l'activité officielle des enquêteurs communaux, ainsi qu'une déposition incendiaire d'un journaliste se trouvèrent en effet à l’origine d'enquêtes et d'actions judiciaires qui ternirent d'abord la réputation du bourgmestre de Bruxelles en personne et provoquèrent ensuite la perte des deux policiers responsables du service des mœurs. En pleine crise communale101, l'éphémère successeur de Jules Anspach, Félix Vanderstraeten102, vit son nom discrédité par le journal parisien La Lanterne103 et la presse catholique belge104 pour avoir vendu la brasserie paternelle à un tenancier de maison de tolérance105. Quelques jours plus tard, survenait un événement qui donna à l'affaire la dimension d'un scandale. Dans l'après-midi du 12 janvier 1881, Henri Boland, rédacteur en chef du journal Le National, fit une déposition sensationnelle devant la commission d'enquête réunie une première fois106. Après avoir évoqué l'enfermement des mineures anglaises dans des maisons de débauche bruxelloises et présenté notre capitale comme infestée par moult endroits de perdition107, le journaliste se fondait sur un rapport de Butler envoyé au Home Secretary108 pour dénoncer la connivence entre policiers et trafiquants de chair humaine. Selon « une personne parfaitement à même de savoir ce qui se passe à Bruxelles »109, Lenaers et Schröder auraient fourvoyé les autorités judiciaires chargées de l'affaire de la traite des blanches110, et l'enquête des détectives britanniques n'aurait ressemblé qu'à une « comédie ridicule »111. Les deux policiers se seraient alliés aux tenanciers pour leur cacher la vérité et entraver les efforts des « abolitionnistes » belges et britanniques. Les intérêts des uns et des autres se seraient ainsi rejoints : en octobre 1879, l’officier Lemoine, alors pensionné, aurait reçu par testament deux maisons de prostitution d’une certaine Malvina, en guise de « reconnaissance » ; le chef de la police, pour sa part, n’aurait été rien moins que commissaire en douane sous le nom de son fils, fournissant en vins et liqueurs la plupart des maisons de débauche bruxelloises112.

  • 113 Le National, 13/1/1881.
  • 114 Le ministre de la Justice libéral, Jules Bara, appréhendait les suites de cette affaire. Le 1er(...)
  • 115 Le 27 janvier, le député catholique Victor Jacobs demanda au ministre de l'Intérieur Rolin Jaecque (...)
  • 116 Les élections communales étaient prévues le 25 octobre...
  • 117 Le Courrier de Bruxelles, 20/1/1881.
  • 118 Le Courrier de Bruxelles, 16/1/1881. « Enquête sur la police des moeurs ou plutôt enquête sur les (...)
  • 119 Le Courrier de Bruxelles, 16 et 20/1/1881, 1er, 4, 10, 13 et 21/2/1881.
  • 120 Le Courrier de Bruxelles, 10/2/1881.
  • 121 Les Nouvelles du Jour, 19/1/1881.
  • 122 La Chronique, 25/1/1881.
  • 123 La Chronique, 25/1/1881. II fallut attendre le 31 janvier pour voir Le National citer un article d (...)
  • 124 L'Écho du Parlement, 19/1/1881.

29Cette déposition avait été faite à huis clos mais, le 13 janvier 1881, l'édition matinale du National en publiait le contenu exhaustif sur trois grandes feuilles113. Il est inutile d'insister sur l’émoi suscité par cet article. L'effervescence fut à son comble114 et eut un écho jusque dans l’enceinte parlementaire115. Comme on le conçoit aisément, ce fut la presse catholique qui, la première, fit feu de tout bois116. Bien qu'espérant voir l’administration de la Ville lavée des accusations de Boland il y allait de « l’intérêt social et de la dignité nationale »117 -, les organes cléricaux s'interrogeaient : « Est-ce calomnie ou infamie ? »118, titrait Le Courrier de Bruxelles119, qui s'en prenait à Vanderstraeten en particulier, « l'homme du libéralisme, mieux que cela, son principe »120. Toute autre fut la réaction de la presse libérale bruxelloise. L'Indépendance belge et L'Étoile belge se retranchèrent dans un mutisme absolu, Les Nouvelles du Jour121 déplorèrent « l'odieuse diffamation pornographique », tandis que La Chronique, rebutée par « l'hypocrite puritanisme anglais », n'apercevait dans ce scandale qu'une « histoire grotesque »122 et conviait la population à « un peu de calme »123. Cet appel ne put toutefois empêcher les regards de se tourner vers les deux policiers incriminés, qui ne restèrent d'ailleurs pas longtemps de marbre. Leur réaction ne se fit pas attendre et dès la parution de l'article de Boland, Lenaers et Schröder124 présentèrent une requête au procureur du roi afin d’assigner le journaliste du chef de calomnie. Il appartenait désormais à la justice de trancher.

  • 125 La procédure « civile » conseillée aux policiers était judicieuse. Devant les tribunaux civils, il (...)
  • 126 Lire les plaidoiries des avocats Hemeleers (Le National, 3 et 4/3/1881) et de Linge (Le National, (...)
  • 127 Boland avait également accusé Schröder d'avoir falsifié sciemment l’état civil de Zélia Voiturier (...)
  • 128 Le National, 24/3/1881.
  • 129 Le National, 18 et 19/5/1881.
  • 130 Le journal de Boland soutint le « Cercle des intérêts communaux, indépendant » jusqu’au 30/8/1881. (...)
  • 131 Le National, 27/6/1881.
  • 132 Le National, plaidoirie de de Linge.
  • 133 Le National, plaidoirie de de Linge.
  • 134 Thonissen, Jean Joseph, né à Hasselt le 10/01/1816, et décédé à Louvain le 17/08/1891 ; juriste, h (...)
  • 135 En outre, de fortes présomptions pesaient sur lui d'avoir usé de son influence afin d'induire la j (...)
  • 136 Ce troisième policier mis en cause par Boland avait demandé et obtenu sa mise à la retraite antici (...)

30À l'instar des procès des pourvoyeurs de la débauche, l'affaire du National fut émaillée de nombreux soubresauts. Elle commença par la condamnation de Boland et se termina à la confusion des deux policiers125. Le 23 mars 1881, malgré les brillantes plaidoiries d'avocats résolument hostiles au « réglementarisme »126, le tribunal jugea les faits imputés à Schröder ni relevants ni pertinents127. et la responsabilité des deux officiers quant à l'admission des filles mineures dans les maisons de tolérance, couverte par l'interprétation donnée par le Collège au règlement de 1877128. Ce même tribunal admit toutefois Boland à prouver que Lenaers avait tenu un commerce en vins sous le nom de son fils et que cette société achalandait le monde des maisons de tolérance. En avril, Émile Lenaers produisit des témoins pour donner la preuve contraire129. Ces derniers, anciens employés de l'entreprise de son fils, affirmèrent devant le juge que le commissaire n'avait en aucune manière joué un rôle dans les opérations d'un établissement qui, jamais, n'avait vendu la moindre marchandise à des gérants de maisons closes. L'instruction semblait conclure en faveur de Lenaers lorsque Boland adressa une plainte en faux témoignage contre les témoins présentés par le commissaire. Dans un estaminet de Molenbeek, l'employé Dirickx avait prétendu qu'« il était en mesure de mettre Lenaers à terre », mais que, libéral, il avait préféré s’acharner sur le « clérical Boland »130 en mentant à la barre. Et cette fois, la balance pencha en faveur du journaliste. Le 24 juin 1881, au procès des témoins, l'organe du ministère public, le substitut Deleu, ne laissa plus subsister le moindre doute dans son réquisitoire131. Après la saisie des livres de comptes du fils Lenaers, Valère, et malgré les vives protestations de celui-ci132, il fut établi que « tout ce que le monde de la prostitution offrait de plus distingué »133 figurait dans le registre de commerce de l'entreprise. L'identité des tenanciers y était déguisée : Thonet, un tenancier-chaland de la maison Lenaers y était même indiqué sous le nom du célèbre parlementaire catholique, Thonissen134. Cette société, fondée en 1876 et dont les activités durent cesser trois ans plus tard, procurait aussi vins, liqueurs, spiritueux et autres produits à des bouges d'Anvers et de Gand. Mais il y avait plus grave encore. Des témoignages convergents et de la logique même, il découlait que Lenaers-père avait été le vrai patron de l'exploitation. Il signait les pièces, dépouillait la correspondance, tenait la caisse, gardait les clefs du coffre-fort et se préoccupait de l'activité déployée par le personnel135. Quant au commissaire Lemoine, l’héritier dont parlait Boland dans sa déposition136, il aurait fait pression sur les tenanciers de Bruxelles pour qu'ils s'adressent à l'entreprise gérée par son supérieur.

  • 137 Le National, 26/6 et 1/7/1881.
  • 138 A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A.132), Buls à gouverneur Dubois-Thorn, 28 (...)
  • 139 Bien que « scandalisé » par la tournure des événements, le parquet souhaitait voir le fonctionnair (...)
  • 140 Arrêté publié dans Le National, 2/8/1881.
  • 141 B.C.B., 1881, IIe partie, p. 111.
  • 142 Après avoir découché seize fois de suite en un mois, Schröder avait conclu avec sa femme une sépar (...)
  • 143 Sa « démission » fut acceptée par le Conseil à la majorité de seize voix contre sept. (B.C.B., 188 (...)
  • 144 Voir notes 46 et 111.

31Les faux témoins furent condamnés à des peines de deux à six mois de prison137. Aussitôt, sans entendre les explications personnelles de Lenaers, l’échevin faisant fonction de bourgmestre, Charles Buls, prit un arrêté suspendant le commissaire pour quinze jours138. Le 1er août 1881, en dépit du souhait initial émis par le parquet139, un arrêté royal révoquait Lenaers pour « s'être rendu coupable de faits qui, sans présenter un caractère délictueux, constituent néanmoins une infraction grave aux devoirs spéciaux qu ‘impose le mandat public dont il est investi »140. Le même jour, Buls exposait devant le Conseil les risques de laisser Schröder exercer plus longtemps quelque activité dans la police141. Si les procès de la traite des blanches n’avaient révélé, selon Buls, aucun acte grave à l'encontre du policier, sa vie tumultueuse, intimement liée à ses rapports étroits avec la prostituée Niniche Flore142, et les faveurs dont il entourait ses amies de la maison close sise au n° 22 de la rue Saint Laurent, devaient le contraindre à quitter le service délicat auquel il était attaché143. Le sort en était jeté : comme à Paris144, le scandale avait perturbé le fonctionnement de la police des mœurs, en mettant un terme à la carrière de quelques-uns de ses plus hauts agents.

  • 145 Sur son élan, le parquet poursuivit de nombreux autres tenanciers de bouges clandestins. Cf. A.E.A (...)
  • 146 Dans une de ses plaidoiries, l'avocat du rédacteur du National soulignait : « Les fonctionnaires d (...)
  • 147 Tensions portant non seulement sur le contrôle de la politique à mener en matière de prostitution (...)

32L'affaire de la traite des blanches, on l'a déjà évoqué, eut de multiples répercussions145. Même si elle laissa subsister de nombreuses zones d'ombre -notamment quant à l'ampleur du trafic, la responsabilité de la police (corruption, connivence et/ou négligence ?146), la réalité des sévices endurés par les petites Anglaises ou encore la qualité de celles-ci avant d'arriver à Bruxelles -, elle révéla au grand jour les failles et les déviances d'un système, et accéléra notablement le déclin des maisons closes dans la capitale. Significatif des tensions au sein de l'appareil répressif147, ce scandale devait influer aussi sensiblement sur la réputation et l'organisation d'une police bruxelloise qui n'avait encore jamais été éclaboussée de la sorte et dont certains dysfonctionnements flagrants ne pouvaient perdurer.

  • 148 L'article 29 du règlement de 1877 obligeait le tenant-maison à faire coter et parapher, par le com (...)
  • 149 B.C.B., 1882, Ière partie, p. 131-133.
  • 150 Certaines initiatives de Buls rencontrèrent par ailleurs l'hostilité du parquet. Deux jours après (...)
  • 151 Buls assuma cette fonction jusqu'en 1892 (B.C.B., 1892, Ière partie, p. 497).
  • 152 Certaines tâches imparties à la division centrale, telles que la surveillance des hôtelleries et d (...)
  • 153 II fallait mettre un terme à l'occupation, par de simples agents, d’emplois supérieurs à leur grad (...)

33Depuis 1842 en effet, le commissaire en chef de la capitale s'était vu confier la direction d'une partie importante des bureaux de l’hôtel de Ville, la quatrième division administrative, chargée, entre autres missions, d'élaborer des règlements sur la prostitution et d'organiser spécialement la surveillance en ce domaine. À l'issue des procès, l'autorité réalisa à quel point cette situation pouvait s'avérer dangereuse, d'autant qu'il en résultait une grave illégalité. Responsable d'une division administrative, donc fonctionnaire dont la nomination relevait, en principe, du Conseil Communal ou par voie de délégation, du Collège, le commissaire était en fait imposé par le bourgmestre, seul magistrat à pouvoir réprimer ses abus éventuels. Par conséquent, cet officier de police intervenait dans l'exécution des règlements sur la prostitution en paraphant, examinant ou signalant des documents en la matière, sans que ses actes puissent faire l’objet d'un contrôle ou d'une censure quelconque par le Collège échevinal, responsable de la surveillance des personnes et des lieux livrés à la débauche publique, et dont le commissaire ne relevait même pas148. Le 6 février 1882, le Conseil communal supprima cette anomalie en séparant les attributions de la quatrième division des tâches confiées au commissaire en chef et en nommant un chef de division au même titre que les employés supérieurs des autres services de la Ville149. En outre, Charles Buls, le successeur de Vanderstraeten, décida de se réserver sans partage la direction de la police bruxelloise150. La place laissée vacante par Lenaers fut supprimée151, le nouveau bourgmestre s'attacha à décentraliser les services152 et s’ingénia à réprimer plus sévèrement encore les nombreux abus qui se perpétuaient au sein du corps153.

  • 154 B.C.B., 1882, IIe partie, p. 466. De son côté, la Sûreté décida d'établir un état mensuel des pros (...)
  • 155 La visite médicale aurait lieu désormais dans une chambre fermée, seulement en présence des agents (...)
  • 156 Se fondant sur l’article 96 de la loi communale, qui imposait aux administrations locales l'obliga (...)
  • 157 B.C.B., 1881, Ière partie, p. 843.
  • 158 Ibidem, p. 845.
  • 159 Ibidem, p. 850.

34En matière de prostitution, ce scandale participa surtout à l'évolution du mouvement abolitionniste belge. Quelques mois après les événements, une Société de Moralité publique fut en effet constituée qui, sous l'égide d'Émile de Laveleye et du futur ministre Beernaert, s'assigna pour mission de « combattre le réglementarisme et d'œuvrer au relèvement des filles perdues ». Cependant, les changements radicaux préconisés par Josephine Butler, Henri Boland et les partisans de la « Société pour l'affranchissement des blanches », furent loin d'être réalisés. Certes le Collège n'admit plus, définitivement cette fois, les prostituées mineures en maison154 et Charles Buls proposa, en décembre 1881, des mesures tendant à mieux protéger les pensionnaires des maisons tolérées contre l'arbitraire éventuel de leur tenancier155. Mais ces initiatives ne se dégageaient en aucune manière du carcan réglementariste, dont les principes ne pouvaient être discutés, selon le Collège, que par les chambres législatives seules156. Ainsi comme Lenaers dans son rapport de 1876, la commission d’étude sur la révision du règlement sur la prostitution, formée en août 1881, insista formellement sur l’impossibilité d'éviter l'inscription d'office157, l’utilité de la mise en carte des filles mineures158 et la nécessité d'une surveillance policière accrue159.

  • 160 Cf. A.E.Anderlecht, Parquet général, n°124 et A.V.B., Police des étrangers, dossiers généraux n°s (...)
  • 161 B.C.B., 1881, Ière partie, p. 852-854.

35Les révélations de l’affaire de la traite des blanches et les procès des tenanciers clandestins qui suivirent160 mirent aussi sérieusement en question l'institution même de la police des mœurs, non seulement pour avoir dévoilé des manquements inhérents à son exercice mais encore pour avoir fait douter de l’intégrité de ses fonctionnaires. Mais à cet égard également, on ne relève aucune mesure 'révolutionnaire'. Les agents des moeurs impliqués dans le scandale ne furent pas poursuivis en justice, et l'existence de la police des moeurs en tant que telle ne se trouva nullement remise en cause. L'administration de la Ville se contenta d'émettre des voeux pieux, en insistant sur les moyens susceptibles d'amender ce service afin d'éviter, dans la mesure du possible, toute collusion entre surveillants et surveillés : le renouvellement permanent du personnel, une augmentation de son salaire et l'application d'un dispositif d'indemnités extraordinaires pour « services rendus»161.

  • 162 B.C.B., 1887, Ière partie, p. 322-334. L’administration s’était préoccupée à nouveau de ce problèm (...)
  • 163 À cette époque, il ne subsistait plus qu'une seule maison de passe à Bruxelles (B.C.B.,
  • 164 B.C.B., 1887, Ière partie, p. 326, art. 10.

36Le 14 mars 1887, six ans après ces événements, le règlement fut révisé162. Il devait se limiter à démarquer les dispositions principales du texte précédent, à ceci près que les maisons de passe furent supprimées163 et que la « liberté » des filles de maisons s'y vit mieux garantie. Désormais, le tenancier qui entraverait la sortie d'une pensionnaire, ou son départ, négligerait d'inventorier ses vêtements à son entrée ou la retiendrait pour dettes, serait passible de vingt-cinq francs d'amende et d'un emprisonnement d'une durée maximale de sept jours164.

  • 165 Abraham Flexner, La prostitution en Europe, Paris, 1913.

37En fait, comme dans d'autres villes européennes, le système réglementariste fut d'application encore de nombreuses années dans la capitale. Un observateur américain, Abraham Flexner, analysait en 1913, dans un ouvrage célèbre, les mobiles qui selon lui expliquaient sa survivance partielle sur le continent165. Il invoquait tout d'abord l'ignorance du grand public quant aux fondements et aux perversités du système. Il mettait également en évidence le conservatisme politique et social qui représentait les prostituées comme formant de tout temps une « classe à part ». Mais Flexner insistait surtout sur les « puissants intérêts catégoriques » qui liaient fonctionnaires civils et médicaux au réglementarisme et qui incitaient ces derniers à insister sur la nécessité du système. Enfin, l'auteur s'interrogeait : la police continentale, préventive par tradition, ne faisait-elle pas pression pour conserver le réglementarisme de peur de voir la prostitution, foyer criminogène, échapper définitivement à sa vigilance ? À Bruxelles en tout cas, la police a, tout au long du xixe siècle, considéré la réglementation de la prostitution comme une arme additionnelle dans ses relations avec les délinquants. Cette attitude, jointe au conservatisme évoqué par Flexner, contribua certainement à la persistance d'un système qui ne fut supprimé qu'en 1948.

  • 166 Comme l'écrit corbin (Les filles de noce..., p.407), Yves guyot, dans son livre La prostitution, P (...)
  • 167 Corbin, Les filles de noce..., p. 407. Cet auteur situe le procès de la traite des blanches en déc (...)
  • 168 Lord Monroe, La Clarisse du xixème siècle ou la traite des blanches, Bruxelles, 1881.
  • 169 En 1864, un décret du gouvernement de Hongrie relevait l'existence d’un trafic de jeunes filles à (...)
  • 170 Corbin, Les filles de noce..., p. 407-412 et, sur l'ensemble du problème de la traite des blanches (...)

38Il reste que le souvenir du scandale de la traite des blanches, par son ampleur et sa portée internationale, imprégna à tout jamais la littérature abolitionniste166. Vivement relatée et commentée en France et en Angleterre167, cette sombre histoire allait même inspirer un roman dédié à Josephine Butler et intitulé « La Clarisse du xixe siècle »168. Plus encore que les premières dénonciations officielles de l'ignoble trafic169, cette affaire s'était inscrite dans « la genèse du mythe »... 170

Notes

1 Sur ce sujet, consulter Revue d'histoire moderne et contemporaine, t.XXI, juillet-septembre 1974, numéro spécial consacré aux marginaux ; Bernard Vincent, Les marginaux et les exclus dans l’histoire, Paris, Union générale d’éditions, 1979 ; Bronislaw Geremek, Truands et misérables dans l’Europe moderne (1350-1600): inutiles au monde, Paris, Gallimard, 1980 ; Paul Dartiguenave, Gabriel Désert, Monique Lemière e.a., Marginalité, déviance, pauvreté en France, xive-xixe, Caen, Cahiers des Annales de Normandie, 1981. Du côté allemand et anglo-saxon, je renvoie à : Antonie Schreierhornung, Spielleute, Fahrende, Aussenseiter, Künstler der Mittelalterlichen Welt, Göppingen, 1981, et à Arthur freeman, Elizabeth’s misfits brief lives of English eccentrics, exploiters, rogues and failures, 1580-1660, New-York, Hardcover, Garland Pub, 1978. Pour le moyen-âge, lire plus particulièrement Guy-H. Allard (éd.), Aspects de la marginalité au moyen-âge, Montréal, L’Aurore, 1975, et les Actes de colloque Exclus et systèmes d'exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA, 1978.

2 Bruxelles, A.M.A.E., Archives diplomatiques, dossier traite des femmes et des enfants 1881-1914 (f.10 670)

3 Alexandre Parent-Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration…, publié à Paris en 1836.

4 Pour Parent-Duchâtelet, les prostituées étaient aussi inévitables, dans une agglomération d'hommes, que « les égouts, les voiries et les dépôts d'immondices » (Ibidem, t. II, p. 513).

5 Sur l’ensemble de la question, je renvoie tout particulièrement à l’ouvrage remarquable d’Alain Corbin, Les filles de noce... À lire également, pour l’aspect juridique du problème : N.M. Boiron, La prostitution dans l’histoire, devant le droit, devant l’opinion, Nancy, Berger-Levrault, 1926 ; et Salim Haidar, La prostitution et la traite des femmes et des enfants, Paris, Montchrestien, 1937.

6 De Ordine. lib. II, chap. IV, 12. Les réglementaristes se référèrent « inlassablement » à cette pensée (corbin, Les filles de noce..., p. 15).

7 Sur le discours réglementariste, lire corbin, Les filles de noce..., p.13 à53.

8 Quelques pratiques à tendance réglementariste avaient déjà été relevées au xviiie siècle (cf. Armand Deroisy, La répression du vagabondage, de la mendicité et de la prostitution dans les Pays-Bas autrichiens durant la seconde moitié du xviiième siècle, thèse de doctorat en histoire à l’ULB (inédit), Bruxelles, 1964).

9 Boiron, La prostitution dans l’histoire..., p. 155 et 156.

10 Ville de Bruxelles, règlement sur la prostitution, 18 avril 1844 et Mesures arrêtées par le Collège des bourgmestres et échevins pour l'exécution des règlements de police sur la prostitution, en date du 18 avril 1844, dans A.V.B., Fonds de la police, pol. 283.

11 Ces derniers étaient responsables du logement, de la nourriture, de l'habillement, en somme de l’entretien général de leurs pensionnaires (Règlement sur la prostitution…, p. 4, art. 30).

12 J’emprunte ce terme à Michel Foucault. Il désigne la faculté du pouvoir de contrôler un milieu que lui-même a rendu totalement hermétique à la société. Lire le 3e chapitre de la IIIe partie « le panoptisme » de : Michel Foucault, Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 197 à 229.

13 Tellement inavouable que la police de Bruxelles proposa d'exercer des poursuites contre un petit journal, L'Avant-garde, pour avoir publié une partie du règlement de 1844. C'était une atteinte aux bonnes mœurs ! (A.V.B., Fonds de la police, pol. 283, Rapport d'un adjoint-inspecteur à Lenaers (13 mai 1873)).

14 Règlement sur la prostitution, 1844, p. 4, art. 21. Dans ce même ordre d'idées, la prostituée ne pouvait se montrer aux fenêtres, ni aux portes des maisons de débauche ou de passe. Les fenêtres de ces maisons devaient toujours être garnies de persiennes ou de rideaux épais (Ibidem, p. 4, art. 22).

15 Règlement sur la prostitution, 1844, p. 6, art. 33.

16 Corbin, Les filles de noce..., p. 171 à 273.

17 À l'origine, la prostitution clandestine s’adressait quasi exclusivement aux milieux populaires, la bourgeoisie en avait peur et s’en tenait au milieu clos réglementé. Le cadre prostitutionnel d'alors servait plutôt d'exutoire aux besoins sexuels élémentaires. Après 1860, l’intégration du prolétariat immigré, l’atténuation des « illégalités diffuses », alliées aux progrès de l’éducation et à la transformation de la délinquance, correspondent à l’embourgeoisement progressif des classes laborieuses urbaines, qui cessent bientôt de se confondre avec les « classes dangereuses » pour adopter certaines valeurs et conduites de la petite bourgeoisie. Ces changements déterminent une nouvelle attitude sexuelle : l’ouvrier se montre plus exigeant, le besoin de séduction apparaît. Parallèlement la bourgeoisie, dont les catégories sociales s'enrichissent, affine ses goûts sexuels et recherche maintenant un érotisme plus élaboré, propre à assouvir ses désirs nouveaux, et non plus seulement ses besoins élémentaires. Aussi est-elle attirée désormais par la prostitution isolée et clandestine, plus sophistiquée et qui, en raison de l’évolution sociale, ne lui inspire plus la même crainte que par le passé (corbin, Les filles de noce..., p. 275 à 314).

18 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 176 à 215.

19 À partir de 1874, L’Éclair belge, journal politique, indépendant et satirique, réglementariste en matière de mœurs -sa devise : Castigat rigendo mores -menait une campagne pour que Bruxelles ne devienne pas « une seconde Sodome » (21/9/1874). Consulter, aux A.V.B., les articles de L’Éclair belge, 2/3/1874, 16/3/1874, 30/3/1874, 21/9/1874, 8/2/1875, 2/4/1876, 18/6/1876, 25/3/1877, 1/4/1877, 21/10/1877, 30/12/1877, 6/1/1878, 3/8/1879 et 31/8/1879.

20 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 176.

21 En 1850, 188 filles composaient le personnel des maisons de tolérance bruxelloises ; en 1876, leur nombre se limite à 97 (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 229). Ce phénomène affecta aussi sensiblement la plupart des grandes villes françaises (Marseille, Lille, Bordeaux, Paris, Nantes, etc.). Hormis l’évolution de la demande sexuelle, cause profonde de ce déclin, Alain Corbin cite d'autres facteurs d’explication pour Paris : l’haussmannisation, qui provoqua la destruction de certains quartiers « chauds » dont les maisons closes disparurent, l’extension urbaine, la hausse des prix des « tolérances », l’influence des idées malthusiennes et la sensibilité accrue de l’opinion pour les Droits de l’Homme (corbin, Les filles de noce..., p. 172 et p. 174 et 175). À ce sujet, une étude approfondie reste à faire pour Bruxelles. Le chercheur trouvera des données intéressantes dans les cartons « prostitution » du fonds de la police, aux A.V.B. (cartons pol. aux n° 259 à 269, 280 à 284, 286 et 287).

22 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 210, art. 22. Depuis 1851, il était formellement interdit aux filles éparses de conduire des hommes ailleurs que dans les maisons de passe (B.C.B., 1851, Ière partie, p. 404 [Ordonnance additionnelle du 14 juin, art. 4]). Or, en général, les hommes répugnaient à pénétrer dans ces lieux, qui tendaient d'ailleurs à disparaître.

23 Craignant le développement de la prostitution clandestine, Lenaers jugeait préférable « que les femmes ne fussent assujetties qu'à une visite par quinzaine », comme à Paris, « et d'en voir les neuf dixièmes figurer sur les contrôles et assister régulièrement aux visites », que de les obliger à subir deux visites par semaine « et de n'en avoir que le quart d'inscrites ». À ses yeux, il était de toute manière « difficile, presque impossible, de concilier les nécessités administratives avec les exigences de la science ». Cette proposition ne retint cependant pas les suffrages du Conseil (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 200).

24 En 1876, on comptait 97 filles en maison pour 322 éparses (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 319 et 320).

25 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 210 et 211, art. 27. En vertu du règlement de 1844, si un couple de particuliers était surpris par la police dans une maison de passe, la fille pouvait être menée au bureau de police, condamnée à la prison et à l’amende et être inscrite au registre de la prostitution. Cette disposition fut supprimée en 1851, mais le préjugé subsistait : les amants se donnaient rendez-vous dans certains hôtels et cafés où ils étaient accueillis sans la moindre difficulté. Or quelques endroits de la sorte étaient de véritables « coupe-gorges », où les patrons, de connivence avec leurs « clandestines », dépouillaient des clients souvent en état d’ébriété (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 190-191).

26 La maison devrait se trouver dans une rue peu fréquentée, réunir les conditions d’hygiène et de dimension voulues, ne pas avoir suscité de réclamations (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 180).

27 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 210, art. 18, 19 et 20. Pour Lenaers, il ne convenait pas « que des individus exerçant une profession honteuse et dégradante, qui sont mis au ban de la société et voués au mépris public, aient en mains un document constatant, en quelque sorte, que leur exploitation est placée sous l’égide de l’autorité et rangée parmi les plus respectables » (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 195).

28 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 209, art. 16 § 5. A contrario, on leur permit de circuler après le coucher du soleil afin que les « insoumises » n'accaparent plus, à elles seules, toute la clientèle et ne se rendent plus dans les maisons de passe, encore ouvertes après la chute du jour (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 197). Cette interdiction remontait à 1855 (B.C.B., 1855, IIe partie, p. 576, art. 2 de l’ordonnance additionnelle du 22 décembre).

29 L'idéal, en fait, eût été de concentrer la prostitution dans certains quartiers, comme la Ville l'avait conçu jusque vers 1866/1867, rue des Cailles, où étaient installées plus de la moitié des maisons de débauche tolérées (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 179).

30 Ce fut d'ailleurs en prônant l’amélioration du service des mœurs que l'administrateur de la Sûreté publique proposa régulièrement la création d'un préfet de police responsable de toute l’agglomération bruxelloise (consulter A.G.R., Police des étrangers, dossier général n° 93).

31 Ces capitales adoptaient la division du travail en matière de police des mœurs. Berlin, par exemple, avait mis sur pied une « commission de présidence de police », spécialement chargée de contrôler les prostituées et composée d’une cinquantaine d'agents en civil (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 205).

32 B.C.B., 1877, IIe partie, p.206.

33 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 204.

34 Deux procédures d'inscription étaient prévues : soit la prostituée demandait « de son propre gré » son inscription au registre, et le policier l’inscrivait après s'être enquis de son identité, soit la fille était inscrite « d'office » au registre, et, dans ce cas, une ordonnance du Collège était requise (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 207).

35 Si la loi communale du 30 mars 1836 chargeait le Collège de la surveillance en matière de prostitution, et le Conseil de la réglementation, elle ne leur conférait que de faibles moyens répressifs pour remplir leur mission : comminer des peines ne pouvant excéder celles de simple police, soit vingt-cinq francs d'amende et sept jours d'emprisonnement (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 177).

36 Arrêt de la Cour de cassation, 24 octobre 1866 (Picard et d'Hoffschmidt, Pandectes belges, Bruxelles, 1893, v° Fille publique, t. XLIV, col. 436-437, n° 38 à 40).

37 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 206, art. Ier.

38 Cette campagne entraîna notamment la chute des préfets Gigot et Andrieux, ce dernier étant compromis dans un scandale de mœurs. Pour un résumé avisé de ces événements, lire Corbin, Les filles de noce..., p. 324 à 339.

39 Promulgués en 1864/1866, ces dispositions destinées à prévenir les maladies vénériennes au sein des armées de terre et de mer « prescrivaient la surveillance, la visite corporelle et l'internement des prostituées dans un hôpital, en cas d'accidents contagieux » (Boiron, La prostitution dans l’histoire..., p. 156).

40 Il s'agissait non seulement d'abolir les règlements, mais surtout d'interdire la prostitution.

41 Cette « Deborah des Temps modernes », comme aimaient à l’appeler ses amis, écrivit ses Souvenirs personnels d'une grande croisade, Paris, 1900.

42 Sur l’idéologie abolitionniste développée par Butler, très réactionnaire à certains égards, consulter tout particulièrement corbin, Les filles de noce..., p. 315 à 324.

43 Corbin, Les filles de noce..., p. 317.

44 Corbin, Les filles de noce..., p. 318 et 319.

45 Congrès de Genève, 17-22 septembre 1877 (Corbin, Les filles de noce..., p. 321).

46 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 188.

47 B.C.B., 1877, IIe partie, p. 188-189.

48 J'ai pu retracer l'histoire d’Ellen Newland en dépouillant aux A.G.R. le dossier 124 du fonds Parquet général et les dossiers généraux 750 et 751 du fonds de la Police des étrangers (ndlr : ces archives ayant été entre temps transférées aux Archives de l’État à Anderlecht, nous avons actualisé la référence dans la suite du texte), mais surtout, aux A.V.B., les deux fardes volumineuses du fonds de la Police, consacrées à cette affaire et classées P.29, dossier judiciaire (A.133) et dossier administratif (A.132) -Prostitution mineures anglaises. On notera que, pour le procureur du roi Willemaers, et ce tout au long de l'enquête, Ellen Newland était une « fille de mœurs légères » avant son arrivée à Bruxelles.

49 Était-il Hollandais ou Français ? Selon les témoignages de jeunes prostituées qui l’ont connu, ce personnage aussi mystérieux qu'insaisissable aurait été de nationalité française. (A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, procureur du roi Willemaers à procureur général Verdussen (30/9/1880) ; A.V.B., Fonds de la Police, P. 29, dossier administratif (A.132), réquisitoire de Timmermans, substitut du procureur du roi (13/12/1880)).

50 Jean Etienne Geaux était né à Paris, vers 1826/1827. Il sera condamné dans cette affaire à un an de prison, cinq cents francs d'amende et cinq ans d'interdiction pour excitation à la débauche de mineures. (A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124).

51 Anne Josephine Henriette Parent naquit à Londres de parents belges, vers 1850/1851. Elle sera condamnée dans cette affaire à trois mois de prison et vingt-six francs d'amende pour faux en écriture, et à six mois, cent francs d'amende et cinq ans d'interdiction pour excitation à la débauche de mineures. (A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124).

52 Léonard Anet, « pasteur de l’Église chrétienne évangélique dit du Boulevard de l'Observatoire », avait eu auparavant des démêlés avec le Conseil des Hospices de Bruxelles. En 1851, il s'était plaint « d'un fait de violation de la liberté de conscience » envers un malade de l‘hôpital Saint-Jean et « d'entraves qui auraient été apportées dans cet établissement à l’exercice de son ministère ». Dans une lettre assez sèche, le Conseil des Hospices démentit ses assertions. (A.C.P.A.S.B., Affaires Générales/Cultes-Généralités, 1811 à 1895, n° 34).

53 The Standard, 3/1/1880.

54 La police avait déjà été confrontée à ce genre de problèmes, quelques temps auparavant. En 1868, Jane Whittle avait voulu se faire inscrire au registre de la prostitution sous la fausse identité de Sarah White. Un placeur de Londres lui avait procuré un faux passeport. (A.C.P.A.S.B., Domicile de secours -prostituées (1856/1876), dossier White).

55 Henri Joseph Perpète, cabaretier né à Winenne (province de Namur), vers 1841/1842, avait exercé quelques temps les fonctions d'agent de police judiciaire. Il sera condamné à dix-huit mois de prison et cinq ans de surveillance de la police pour immixtion dans les fonctions publiques. (A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124).

56 Les responsables de cette maison étaient d’origine française : Emmanuel Mayer, le tenancier, naquit à Paris vers 1839/1840 et Bastide, son épouse, vit le jour à Villeneuve-sur-Yonne à la même époque ; quant à la gouvernante, Josephine Thuilliers, elle était née à Valenciennes, vers 1853/1854. Dans cette affaire, Mayer fut condamné à six mois de prison et cinq cents francs d'amende pour faux, Bastide à quatre mois de prison et cinq ans d'interdiction pour excitation à la débauche. Cette dernière fut également, avec Thuillier, frappée d'une peine légère -vingt-cinq francs d'amende -pour voie de fait sur la personne de la jeune Anglaise. (A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124).

57 "The alleged Belgian traffic", The Standard, 17/1/ 1880. Pour mieux se défendre, Lenaers choisira l'attaque, en appliquant à la lettre l'adage bien connu: la police ne peut jamais se tromper et a toujours raison. En mars, il soulignera encore « l'importance excessive et exagérée donnée à cette affaire par la ligue anglaise » et rappelera qu'en 1857, la justice avait condamné plusieurs personnes qui, « par des fallacieuses promesses, étaient parvenues à entraîner à Londres une vingtaine de jeunes filles mineures de l'agglomération bruxelloise pour les installer dans des lupanars ». (A.M.A.E., dossier traite, f. 10.670).

58 A.V.B., Fonds de la Police, P. 29, dossier judiciaire (A.133), Vanderstraeten à consul de Grande-Bretagne, (12/2/1880).

59 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Ordre de Lenaers (22/1/1880).

60 Ces informations ont été trouvées dans les dossiers d'archives déjà cités.

61 Edouard Roger naquit à Montauban (France), vers 1841/1842. Il tenait une maison de tolérance rue des Commerçants. (A.E.Anderlecht, Parquet général, n°124).

62 En novembre 1879, une instruction fut requise contre Adeline Tanner du chef d'usage de faux et de port de faux nom. Le 15 novembre, la chambre du Conseil la renvoya devant le tribunal correctionnel qui, le 15 janvier 1880, la condamna à quinze jours de prison. (A.E.Anderlecht, Parquet général, n°124, procureur du roi Willemaers au procureur général Verdussen, (30/9/1880)). Signalons encore qu'en justice, si Roger fut condamné à un an de prison, cinq cents francs d'amende et mille francs de dommages et intérêts pour excitation à la débauche sur Tanner, il fut acquitté pour coups et blessures et enlèvement de mineure sur la même personne.

63 Ce journal fut fondé spécialement pour soutenir la cause de la Fédération britannique (Corbin, Les filles de noce..., p. 317).

64 The National League Journal, 1/12/1880.

65 Le Bulletin continental, Revue mensuelle des intérêts de la moralité publique,15/4/1880,

p. 34-36.

66 Le National, 13/1/1881.

67 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Vincent à procureur du roi Willemaers (10/4/1880).

68 The Shield, 1/5/1880. Ces assertions furent reprises par La Chronique du 27/7/1880, mais se virent très vite démenties auprès de la Sûreté par les polices de Bruxelles et d'Anvers. (A.G.R., Police des étrangers, n° 750).

69 Tels que le chambellan de la Cité de Londres et le président du comité du Stock Exchange. (The Morning Advertiser, 30/8/1880).

70 The Morning Advertiser, 30/8/1880 et The City Press, 25/8/1880. Le même journal du 16/10/1880 présentait Bruxelles comme « un cloaque d'immoralité, un réceptacle des vices les plus infâmes ».

71 A.V.B, Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A.132).

72 II s'agit bien ici d'Alexandre Courtois, policier rendu tristement célèbre par son crime perpétré rue de l'Arbre bénit, un jour d'hiver 1896, et immortalisé par Henri soumagne dans L'étrange Monsieur Courtois, Bruxelles, 1943.

73 A.E. And., Parquet général, n° 124, Vincent à procureur du roi Willemaers (9/6/1880)

74 En novembre, deux brochures signées par Dyer se vendaient rue Saint Jean, The European Slave Trade in English Girls. A Narrative of Facts et The Belgian Traffic in English Girls, a true Story related by a Victim (A.G.R., Police des étrangers, dossier général n° 750), tandis qu'un texte anonyme, intitulé "De l'organisation de la traite et de l'esclavage des blanches à Bruxelles" commençait à paraître dans l’Étoile belge (30/10/1880) et vilipendait le réglementarisme. Jusqu'au bout cependant, le procureur du roi Willemaers eut l'intime conviction que les faits avaient été considérablement grossis par « cette bande de puritains anglais ». (A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124).

75 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Procureur du roi Willemaers à procureur général Verdussen (30/9/1880).

76 Idem. Cette gouvernante s'appelait Eugénie Landre, concubine de Roger, née à Paris vers 1835/1836. Elle fut condamnée à dix-huit mois de prison et à deux cents francs d'amende pour détention arbitraire, et à quinze jours de prison pour coups et blessures sur la même personne. (A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124).

77 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Procureur du roi Willemaers à procureur général Verdussen (30/9/1880).

78 Substitut du procureur du roi Timmermans, audience du 13/12/1880 au tribunal correctionnel, L'Étoile belge, 14/12/1880.

79 A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124, Procureur du roi Willemaers à procureur général Verdussen (30/9/1880).

80 On peut consulter la transcription des débats dans le dossier administratif (A.132) du Fonds de la Police aux A.V.B.

81 Ils furent condamnés à purger entre quatre mois et six ans de prison (L'Écho du Parlement, 15/12/1880). Une foule considérable assistait aux débats (L'Écho du Parlement, 14/12/1880).

82 Durant les débats, l'inspecteur Schröder dut admettre notamment que l'inscription au registre des prostituées s'était déroulée pendant trente-quatre ans sans traducteur juré. Malgré tout, pour Les Nouvelles du Jour (15/12/1880), la police sortait du procès « absolument lavée du reproche de complicité » ; La Chronique (19/12/1880) prenait la campagne de « Dyer et Cie », « ces paladins qui ont monté la fantasmagorie », pour « un coup monté contre la police de Bruxelles ». La Gazette, par contre, (14/12/1880), déplorait : « il est impossible de ne pas livrer à l'indignation les épisodes les plus marquants de ce roman pénible et scandaleux ».

83 A.V.B., Fonds de la police, P29 dossier administratif (A.132), Buls à procureur du roi Willemaers (15/12/1880). Cette lettre fut publiée dans Le National du 6/3/1881.

84 L'article 379 du code pénal stipule que « quiconque aura attenté aux mœurs, en excitant, facilitant ou favorisant habituellement, pour satisfaire les passions d'autrui, la débauche ou la corruption des mineurs de l'un ou de l'autre sexe, sera puni d'un emprisonnement de trois mois à deux ans si les mineurs sont âgés de plus de quatorze ans, et de deux à cinq ans d'emprisonnement, si les mineurs n'ont pas atteint cet âge » (picard et D'hoffschmidt, Pandectes belges, Bruxelles, 1883, v° Attentat aux mœurs, t.X., col. 1097). Simple mesure de surveillance et d'hygiène, l’inscription d'une mineure sur un registre de prostitution était un acte légal, car il ne l'autorisait pas en tant que tel à se livrer à la débauche. Permettre à une mineure d'entrer dans une maison close lui facilitait au contraire la pratique prostitutionnelle et constituait par là une infraction au code pénal (Ibidem, 1898, t.61, v° Maison de débauche, col. 260-261, n° 71).

85 A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A.132), Procureur du roi Willemaers à Lenaers, (15/10/1880). Les parents de Zélia ne furent pas avertis de l’inscription de leur fille, comme le prescrivait l'article 3 du règlement de 1877 : « S'il s'agit d'une fille mineure, l'inscription définitive n'aura lieu qu'après que son père et sa mère auront été avertis et invités à user des moyens que leur donne leur autorité pour la détourner de la prostitution et la faire rentrer dans la bonne voie » (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 207).

86 A.V.B., Fonds de la Police, P.29, dossier administratif (A.132), Procureur du roi Willemaers à Lenaers, (15/10 et 2/12/1880).

87 A.V.B., Fonds de la Police, P.29, dossier administratif (A.132), Buls à procureur du roi Willemaers, (15/12/1880). Le raisonnement de Buls était le suivant : puisque le règlement du 13 août 1877 réputait « fille publique » toute fille ou femme se livrant « notoirement » à la prostitution, qu'elles demeurent en maison de débauche ou qu'elles habitent un domicile particulier, et les soumettait sans distinction aucune à l’inscription au registre et à la visite sanitaire au dispensaire, même quand elles étaient mineures, le règlement autorisait, par extension, l'admission des prostituées mineures dans les maisons tolérées. Soulignons toutefois qu'aucune allusion ne fut faite à ce sujet dans l'exposé des motifs présenté par Lenaers en 1876.

88 A.V.B., Fonds de la Police, P.29, dossier administratif (A.132), Rapport de Lenaers (2/11/1879).

89 Selon Buls -et Lenaers l'avait déjà fait remarquer en 1876 -, la grande majorité des prostituées exerçait leur métier bien avant leur majorité, vers seize, dix-sept ans. (A.V.B., Fonds de la Police, P.29, dossier administratif (A.132), Buls à procureur du roi Willemaers (15/12/1880) ; B.C.B., 1877, IIe partie, p. 182).

90 A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A. 132), Procureur du roi Willemaers à Lenaers (2/12/1880).

91 A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A. 132), Rapports des 27/11, 30 et 31/12/1880 de Schröder. Le parquet requit une instruction contre les tenanciers de ces mineures, du chef d’infraction à l’article 379 du code pénal. Le 2/12/1880, Willemaers informait Lenaers que le parquet « donnera des ordres pour mettre en cause, le cas échéant, les fonctionnaires de la police qui, dorénavant, prêteraient la main aux abus qui se sont produits précédemment ».

92 La Gazette, 15/12/1880.

93 On découvrit encore qu'une autre Anglaise avait menti aux autorités judiciaires et aux détectives anglais. Envoyée de Londres à Bruxelles par Sellecaerts, elle avait exhibé de faux papiers à la police car, elle aussi, était mineure. (A.E.Anderlecht, Parquet général, n°124, Procureur du roi Willemaers à procureur général Verdussen, (6/1/1881)).

94 Idem.

95 Hennessey quitta la ville le 9 mars 1880. (A.E. And., Parquet général, n°124, chef de la police londonienne à administrateur de la Sûreté Publique (19/12/1880)).

96 Evariste Paradis et son épouse Mathilde, née Keisen, étaient d'origine et de nationalité belges (A.E. And., Parquet général, n°124, procureur du roi Willenaers à procureur général Verdussen, (6/1/1881)). En avril 1881, le tribunal correctionnel de Bruxelles les condamna à deux ans de prison et cinq cents francs d'amende pour excitation à la débauche de mineure (La Flandre Libérale, 14/4/ 1881).

97 La Gazette, 19/12/1880.

98 L'Étoile belge, 18/12/1880.

99 La Gazette, 19/12/1880.

100 B.C.B., 1880, IIe partie, p. 579.

101 À droite, les catholiques, résolument hostiles à la « loi de malheur » -la loi Van Humbeek instituait un enseignement primaire laïque et neutre sous le contrôle de l’État -, mettaient l'accent sur l'impuissance de la gestion des édiles bruxellois devant le déficit financier de la capitale, alors que, dès 1879, un mouvement d'opposition, « indépendant » et « défenseur des intérêts matériels », entrevoyait comme seules solutions à la crise la mise en veilleuse de la vieille querelle clérico-libérale et la chute des administrateurs libéraux. (Massia gruman, "Origines et naissance du parti indépendant (1879-1884)", Les Cahiers Bruxellois, t. IX, fasc.II, avril-juin 1964, p. 89 à 172).

102 Félix Vanderstraeten fut échevin à la Ville de Bruxelles en 1873, puis premier échevin en 1877. Nommé bourgmestre le 18 juillet 1879, sa démission fut acceptée par arrêté royal, le 21 janvier 1881. II décéda en 1884. (Louis verniers, Bruxelles et son agglomération, de 1830 à nos jours, Bruxelles, Éditions de la Librairie encyclopédique, 1958, p. 85).

103 Journal fondé par Sigismond Lacroix à la suite de la disparition du Radical, La Lanterne engagea une violente campagne contre la police des mœurs parisienne, de 1878 à 1881. Ce combat se termina à la confusion des deux parties : le gérant du journal fut poursuivi et condamné à la prison, La Lanterne fut saisie le 28 juin 1881, tandis que le préfet Andrieux se voyait contraint à démissionner (corbin, Les filles de noce..., p. 327-330).

104 Le Journal de Bruxelles (21/12/1880) et Le Courrier de Bruxelles (22/12/1880) avaient été éclairés par La Lanterne pour avancer que la maladie invoquée par Vanderstraeten lorsqu'il démissionna le 17 décembre 1880 -il était atteint d'une péricardite aigüe (Le Courrier de Bruxelles, 18/12/1880) -n'aurait pas été la véritable raison de cette initiative...

105 Vanderstraeten avait confié cette opération à son frère, copropriétaire de l'immeuble sis au n° 9 de la rue Saint Laurent, mais il est fort probable qu'il ait connu la future destination de son ancienne propriété. En novembre 1879, le tenancier Coppens avait en effet sollicité du Collège l'autorisation d'y établir une maison de tolérance avant que l'acte de vente authentique ne fût signé (B.C.B., 1881, 1ère partie, p. 101). Cette transaction avait permis à Alphonse Coppens de tenir la maison de prostitution la plus fournie -quatorze pensionnaires -de la capitale. (A.V.B., Fonds de la police, dossier P.29. Dossier administratif (A.132), Rapport de Schröder (30/12/1880)).

106 Le National, 13/1/1881.

107 Selon une déposition officielle de Butler devant le magistral Raffles, des filles de treize, quatorze, quinze ans, parfois d'un âge plus tendre encore, étaient « achetées » en Angleterre, en Allemagne et en Hollande, pour exercer leurs ébats tant dans quelques cafés concerts ou bouges clandestins très réputés, que dans certaines maisons de tolérance de Bruxelles.

108 À défaut d'avoir été lu par le magistral Raffles, ce document fut envoyé au Home Secretary, le 8 novembre 1880.

109 Il s'agit fort probablement d'Alfred Hubert Kampf, un Français fixé à Bruxelles depuis 1874. Selon une note biographique de la police, il était descendu dans notre capitale après avoir purgé deux années de prison pour escroquerie. À Bruxelles, il servit d'abord d'indicateur à la Division judiciaire, brigade spécialement chargée de la répression des crimes et délits. À sa suppression, le 1er janvier 1880, il se convertit en maître-chanteur, « hantant les maisons de tolérance et de débauche » et « arrachant les confidences sur des hautes personnalités ». Kampf quitta la ville en août 1880 ; il aurait reçu quinze cents francs de Boland en échange de « renseignements ». (A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier judiciaire (A.133), Note biographique (22/01/1881)).

110 À la fin du mois de février 1880, Dyer avait sollicité l'aide du parquet pour sauver, selon lui, une prostituée détenue dans une maison tolérée. Sous la pression du consulat anglais, le procureur du roi avait opéré une descente au n° 12 de la rue Saint Laurent, maison de la fille. Celle-ci avait déclaré alors son désir d'y rester. Or, plus tard, la jeune fille se rétractait, le parquet inculpait les tenanciers pour violences et constatait la véracité des allégations de Dyer. L'informateur de Butler expliquait la curieuse attitude de la fille dans un récit assez rocambolesque qui ne fut pas retenu par le parquet : durant les formalités de la plainte du publiciste, Schröder se rendit chez elle pour lui « apprendre son rôle ». Interrogé par le parquet, l'officier certifia l'absence de mineures dans les maisons tolérées, mais, l'entrevue à peine clôturée, il se précipita au domicile de Lenaers. « D'une pâleur livide », le commissaire « s'affaissa dans son fauteuil », « vaincu par la frayeur ». Il recouvra cependant assez vite ses esprits pour intimer à son subordonné l'ordre exprès de rassembler les dernières mineures des lieux de débauche tolérés. Il s’ensuivit un spectacle pour le moins insolite : en pleine nuit, un fiacre roula à folle allure par les rues de Bruxelles pour « récupérer », rue de Diest, rue des Commerçants, puis rue du Persil, trois mineures illégalement admises. (Le National, 13/1/1881).

111 Le soir de la visite des détectives Greenham et Williams, l’informateur de Butler aurait entendu, de quelques tenanciers interrogés par les deux limiers, des propos de cette teneur : « Ils sont venus chez moi également après le dîner. Le détective anglais examina les portes des chambres et déclara que les femmes étaient enfermées. Schröder, se trouvant derrière moi, me fit un signe, de sorte que je savais qu'il me fallait répondre par une blague ou une plaisanterie » (Le National, 13/1/1881).

112 En feuilletant les rapports judiciaires de 1874, Boland aurait ainsi trouvé les preuves écrites de la connivence entre policiers, tenanciers et proxénètes (Le National, 13/1/1881).

113 Le National, 13/1/1881.

114 Le ministre de la Justice libéral, Jules Bara, appréhendait les suites de cette affaire. Le 1er février 1881, il en fit part au procureur général Verdussen et ajouta : «..., je vous approuve vivement de presser l'instruction des affaires relatives à la prostitution. Je partage entièrement votre avis qu'il est d'intérêt public que la lumière se fasse et qu'une solution judiciaire intervienne le plus tôt possible ». (A.E.Anderlecht, Parquet général, n° 124).

115 Le 27 janvier, le député catholique Victor Jacobs demanda au ministre de l'Intérieur Rolin Jaecquemyns de s'enquérir des faits reprochés à la police en convoquant un commissaire spécial. Au gouvernement revenait le droit de nommer les commissaires de police ; à lui donc de sévir contre eux si les assertions de Boland s'avéraient exactes ou, dans le cas contraire, de venger les accusations mensongères dont ils étaient l'objet. Embarrassé, le ministre s'esquiva, en assurant que le gouvernement portait un grand intérêt à cette affaire, mais qu'il désirait laisser au Conseil communal « la vérité et la spontanéité de ses actes », ainsi qu'à la Justice, le temps de se prononcer. (Annales parlementaires, Chambre des représentants, session 1880/1881, p. 314-316).

116 Les élections communales étaient prévues le 25 octobre...

117 Le Courrier de Bruxelles, 20/1/1881.

118 Le Courrier de Bruxelles, 16/1/1881. « Enquête sur la police des moeurs ou plutôt enquête sur les mœurs de la police », ironisait ce même journal (16/1/1881), qui tournait en dérision l'enquête communale, en prenant le lecteur à témoin : « Que dirait-on d'une instruction judiciaire confiée aux parents même ou aux plus intimes amis d'un inculpé ? » (20/1/1881).

119 Le Courrier de Bruxelles, 16 et 20/1/1881, 1er, 4, 10, 13 et 21/2/1881.

120 Le Courrier de Bruxelles, 10/2/1881.

121 Les Nouvelles du Jour, 19/1/1881.

122 La Chronique, 25/1/1881.

123 La Chronique, 25/1/1881. II fallut attendre le 31 janvier pour voir Le National citer un article d’un grand journal libéral, en l'occurrence La Flandre Libérale, qui ne manquait pas de critiquer la police.

124 L'Écho du Parlement, 19/1/1881.

125 La procédure « civile » conseillée aux policiers était judicieuse. Devant les tribunaux civils, il appartenait au journaliste d'établir sa bonne foi, l'absence d’intention méchante et la véracité des faits énoncés. En revanche, si Lenaers et Schröder confrontaient Boland au jury de la cour d'assises, c'eût été aux deux commissaires de prouver l'intention méchante.

126 Lire les plaidoiries des avocats Hemeleers (Le National, 3 et 4/3/1881) et de Linge (Le National, 4, 5, 7 et 8/3/1881). En première instance, la première chambre du tribunal civil de Bruxelles avait déclaré calomnieux les faits mentionnés à l’encontre de la police dans l'article incriminé. Le tribunal avait alors condamné Boland par défaut, après avoir repoussé les moyens de sursis invoqués par ses avocats et leur avoir ordonné d'articuler, séance tenante, les faits probants dont leur client demandait à faire la preuve (Le National, 1, 2, 4/2/1881).

127 Boland avait également accusé Schröder d'avoir falsifié sciemment l’état civil de Zélia Voiturier (Le National, 15/1/1881).

128 Le National, 24/3/1881.

129 Le National, 18 et 19/5/1881.

130 Le journal de Boland soutint le « Cercle des intérêts communaux, indépendant » jusqu’au 30/8/1881. Ayant remarqué que l’affaire avait été récupérée par les milieux et organes catholiques pour combattre le parti libéral, Le National déclara, le 26/1/1881, lutter « en dehors des partis » : « ils [catholiques et libéraux] n’aperçoivent plus les actes posés qu’à travers le verre troublé de leurs jumelles respectives ».

131 Le National, 27/6/1881.

132 Le National, plaidoirie de de Linge.

133 Le National, plaidoirie de de Linge.

134 Thonissen, Jean Joseph, né à Hasselt le 10/01/1816, et décédé à Louvain le 17/08/1891 ; juriste, historien, parlementaire catholique. (Biographie nationale, t. XXV, Bruxelles, 1930/1932, col. 111-118).

135 En outre, de fortes présomptions pesaient sur lui d'avoir usé de son influence afin d'induire la justice en erreur. Envoyé par son père, Valère Lenaers se serait présenté plusieurs fois, en vain, au domicile de l'ex-employé Berlo pour lui demander de déposer en faveur du commissaire (A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A. 132), procureur général Verdussen à Bara (7/7/1881)).

136 Ce troisième policier mis en cause par Boland avait demandé et obtenu sa mise à la retraite anticipée en décembre 1879, pour cause d’infirmités. Après avoir habité les locaux insalubres du commissariat du bois de la Cambre pendant quatre ans, et de la rue des Comédiens sept ans durant, il avait été atteint d'un rhumatisme articulaire chronique. Il vivait à Monaco lorsque l'affaire fut portée devant les tribunaux (B.C.B., 1881, 1ère partie, p. 893-895). Deux maisons de prostitution lui avaient été bel et bien léguées, mais Lemoine fit paraître dans quelques journaux qu'il refusait ce legs. Il n’en restait pas moins, comme le fit remarquer l'avocat Hemeleers, que ce don, accepté ou non, dénotait une « certaine reconnaissance » (Le National, 3/3/1881).

137 Le National, 26/6 et 1/7/1881.

138 A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A.132), Buls à gouverneur Dubois-Thorn, 28/6/1881. Soulignons que pour l'administration de la Sûreté publique, la culpabilité de Lenaers était acquise avant le procès des faux témoins. Dès avril 1881, elle déplorait que le commissaire se bornait à lui signaler des faits « insignifiants » et « négligeait à porter à sa connaissance ce qui méritait de l'être ». Elle notait encore que Lenaers « pouvait moins encore que dans les autres affaires arguer d'ignorance puisque c'est à la suite de renseignements recueillis, la preuve se trouve à notre dossier, que la justice a été saisie ». (A.G.R., Police des étrangers, n°751, note du 28/4/1881).

139 Bien que « scandalisé » par la tournure des événements, le parquet souhaitait voir le fonctionnaire démissionner pour raison disciplinaire, car, à ses yeux, Lenaers devait encore pouvoir bénéficier d'une pension eu égard à ses vingt-cinq ans de services dans l'administration. (A.V. B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A.132), procureur général Verdussen à Bara (23/7/1881) ; procureur du roi Willemaers à Verdussen (7/7/1881)). Mais une disposition d'un règlement de la capitale prohibait une telle mesure : à Bruxelles, lorsque les fonctions à la Ville prenaient fin pour mauvaise conduite, négligence ou autres motifs de peine, le droit à la pension était irrémédiablement supprimé. (A.V.B., Fonds de la police, P29, dossier administratif (A.132)), Rolin Jaecquemyns à Buls (6/8/1881)).

140 Arrêté publié dans Le National, 2/8/1881.

141 B.C.B., 1881, IIe partie, p. 111.

142 Après avoir découché seize fois de suite en un mois, Schröder avait conclu avec sa femme une séparation à l'amiable. A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A.132).

143 Sa « démission » fut acceptée par le Conseil à la majorité de seize voix contre sept. (B.C.B., 1881, IIe partie, p. 193 ; Le National, 3 août 1881).

144 Voir notes 46 et 111.

145 Sur son élan, le parquet poursuivit de nombreux autres tenanciers de bouges clandestins. Cf. A.E.Anderlecht, Parquet général, n°124 et A.G.R., Police des étrangers, dossiers généraux n° 750 et 751.

146 Dans une de ses plaidoiries, l'avocat du rédacteur du National soulignait : « Les fonctionnaires de la police sont, en général, des fonctionnaires pauvres. Ils se voient tout d'un coup les supérieurs, les maîtres des tenanciers ; ceux-ci sont en général des industriels riches, ils peuvent procurer à la police la fortune de tous les biens de la terre ».

147 Tensions portant non seulement sur le contrôle de la politique à mener en matière de prostitution mais aussi, d'une manière générale, sur le rôle et le degré d'autonomie des composantes de l'appareil policier (sur les relations entre le parquet, la police et la Sûreté à Bruxelles vers 1870-1880, voir Luc keunings, Histoire de la police de Bruxelles (1831-1914), mémoire inédit, Bruxelles, ULB, 1980, 2t).

148 L'article 29 du règlement de 1877 obligeait le tenant-maison à faire coter et parapher, par le commissaire en chef, le registre indiquant les nom, prénom, âge, lieu de naissance et domicile de chaque femme habitant son établissement (B.C.B., 1877, IIe partie, p. 211).

149 B.C.B., 1882, Ière partie, p. 131-133.

150 Certaines initiatives de Buls rencontrèrent par ailleurs l'hostilité du parquet. Deux jours après la révocation de Lenaers, l'officier Wilmet découvrit au domicile du commissaire, quai du Commerce, plus de deux mille fiches indiquant l'état civil, les occupations, les opinions politiques des personnes composant le « Tout-Bruxelles » à l'époque. A.V.B., Fonds de la Police, P29, dossier administratif (A.132), Rapport de Wilmet (3/8/1881). Ces données permettaient à Lenaers de répondre régulièrement aux demandes du parquet qui, de crainte de voir l’Internationale créer des troubles dans notre pays, l'invitait a lui communiquer des renseignements confidentiels sur les agissements des sociétés subversives. A.G.R., Papiers Bara, n°30, procureur du roi Willemaers à procureur général (6/12/1882). Buls réforma le service de surveillance des socialistes et soutint, au grand dam du parquet, qu'il n'appartenait pas à la police communale « de connaître, ni de fournir » ce type d'informations.

151 Buls assuma cette fonction jusqu'en 1892 (B.C.B., 1892, Ière partie, p. 497).

152 Certaines tâches imparties à la division centrale, telles que la surveillance des hôtelleries et des maisons de logement, furent distribuées aux commissariats de quartiers (B.C.B., 1882, IIe partie, p. 435).

153 II fallait mettre un terme à l'occupation, par de simples agents, d’emplois supérieurs à leur grade, et surtout interdire l'affectation moyennant finance, de policiers comme plantons particuliers ou concierges.

154 B.C.B., 1882, IIe partie, p. 466. De son côté, la Sûreté décida d'établir un état mensuel des prostituées étrangères dans les grandes villes du pays, « afin de contribuer dans la mesure du possible à empêcher l'admission d'étrangères mineures dans les maisons de prostitution ». A.G.R., Police des étrangers, n°712. En 1885, cette administration se félicitait de ne plus trouver aucune mineure étrangère dans les maisons de prostitution du pays (A.G.R., Police des étrangers, n°711).

155 La visite médicale aurait lieu désormais dans une chambre fermée, seulement en présence des agents qui, chaque fois, demanderaient à la fille si sa volonté était toujours de résider dans la maison (B.C.B., 1881, Ière partie, p. 851).

156 Se fondant sur l’article 96 de la loi communale, qui imposait aux administrations locales l'obligation de prendre des mesures et d'édicter les règlements nécessaires pour protéger la santé et la moralité publiques, Buls assurait « qu'aussi longtemps que la loi fera un devoir à l'autorité communale de prendre des mesures contre la prostitution, cette autorité n'aura pas à justifier son droit de réglementation » (B.C.B., 1881, Ière partie, p. 840).

157 B.C.B., 1881, Ière partie, p. 843.

158 Ibidem, p. 845.

159 Ibidem, p. 850.

160 Cf. A.E.Anderlecht, Parquet général, n°124 et A.V.B., Police des étrangers, dossiers généraux n°s 750 et 751.

161 B.C.B., 1881, Ière partie, p. 852-854.

162 B.C.B., 1887, Ière partie, p. 322-334. L’administration s’était préoccupée à nouveau de ce problème après la dénonciation, par le Pall Mall Gazette, de la résurgence du trafic Londres-Bruxelles, information vite démentie par le bureau des mœurs de notre capitale. (B.C.B., 1885, IIe partie, p. 95 et 97).

163 À cette époque, il ne subsistait plus qu'une seule maison de passe à Bruxelles (B.C.B.,

1886, Ière partie, p. 550).

164 B.C.B., 1887, Ière partie, p. 326, art. 10.

165 Abraham Flexner, La prostitution en Europe, Paris, 1913.

166 Comme l'écrit corbin (Les filles de noce..., p.407), Yves guyot, dans son livre La prostitution, Paris, 1882, accorde une large place à tous ces faits. Cet ouvrage abolitionniste manque cependant de nuances et comporte des exagérations ; il doit être soumis à une critique serrée.

167 Corbin, Les filles de noce..., p. 407. Cet auteur situe le procès de la traite des blanches en décembre 1881, mais cette erreur chronologique n'enlève rien au caractère stimulant de son exposé.

168 Lord Monroe, La Clarisse du xixème siècle ou la traite des blanches, Bruxelles, 1881.

169 En 1864, un décret du gouvernement de Hongrie relevait l'existence d’un trafic de jeunes filles à destination de l’Amérique ; en mars 1867, une pétition émanant de Hongrois domiciliés en Égypte, priait les députés de leur pays de lutter contre la traite des blanches. En 1874, surtout, la Chambre des députés d'Autriche exprima le désir de voir s’organiser une conférence Internationale traitant spécialement de cette question (corbin, Les filles de noce..., p. 408-409).

170 Corbin, Les filles de noce..., p. 407-412 et, sur l'ensemble du problème de la traite des blanches, p. 405-452. J'ai repris cette expression car « s'il est un sujet à propos duquel il est malaisé de démêler le mythe de la réalité, c'est bien la traite des blanches ; thème d'ailleurs plus signifiant par la littérature angoissée qui le véhicule que par la réalité qu'il recouvre, carrefour de toutes les obsessions de l'époque. À son propos, les esprits les plus pondérés s'égarent » (corbin, Les filles de noce..., p. 405).

Auteur

Historien (ULB), maître-assistant à la Haute École de Bruxelles, chercheur associé au CHDJ, auteur de plusieurs publications sur l'histoire des polices en Belgique, en particulier à Bruxelles.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable