Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence, conciliation et répression

 | 
Aude Musin
, 
Xavier Rousseaux
, 
Frédéric Vesentini

Décrypter la violence dans l’histoire : la République, la Ville, l'Etat

La violence et les historiens (France, période contemporaine)

Jean-Claude Farcy

Texte intégral

  • 1 J.-CL.Farcy, L’Histoire de la justice française de la Révolution à nos jours, Paris, 2001, p. 76 8 (...)
  • 2 Pour Fr. Chauvaud « cette histoire impossible des violences rurales se lézarde chaque fois qu’un d (...)
  • 3 J.-cl. Chesnais, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, (collection Pluri (...)
  • 4 Fr. Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris, 1991.
  • 5 A.-Cl. Ambroise-Rendu, Peurs privées, angoisses publiques. Un siècle de violences en France, Paris (...)

1L’exploration de la violence par l’historiographie française est marquée par un paradoxe. Le thème a été très largement abordé, et même privilégié dans l’histoire de la criminalité1, mais nombre d’auteurs considèrent qu’il s’agit d’une histoire impossible à faire dans sa globalité2, ce qui expliquerait la discrétion des historiens dans les rares ouvrages de synthèse sur la question. On ne peut guère citer, aux côtés d’une analyse ancienne, réalisée, dans un esprit comparatiste, par un démographe3, que deux titres dont les auteurs se situent davantage dans le domaine d’une analyse des représentations qui reflètent le caractère polysémique de la notion de violence. Qu’il s’agisse de la violence apprivoisée (Fr. Chauvaud)4 au xixe siècle ou d’un siècle de violences en France (A.-Cl. Ambroise-Rendu)5 pour le xxe siècle, l’approche privilégie toujours les représentations des contemporains, l’analyse des phénomènes de violence comme d’une réalité que l’on s’efforcerait de mesurer et de suivre l’évolution étant secondaire voire jugée comme une tâche inutile et non justifiée, tant la notion même de violence est intimement liée à la perception de chacun et à sa traduction dans les médias.

2Doit-on alors considérer qu’il s’agit d’une histoire impossible ? En reprenant rapidement les grandes lignes de l’historiographie nous voudrions suggérer que la réponse à cette question dépend moins d’une question de sources qui seraient déficientes ou difficilement exploitables pour aller au-delà d’une analyse des représentations, que d’une interrogation nécessaire sur la pertinence des diverses approches de la violence par l’historien.

1. Les grandes lignes de l’historiographie française : fascination pour une violence sans histoire ?

3Un rapide historique des regards portés sur la violence est un premier indice sur une évolution très liée à celle de l’historiographie contemporaine qui va conduire, après que l’on ait considéré la violence comme adjuvant de la contestation sociale, à s’écarter de l’histoire sérielle en vogue dans les années 1960-1970 pour privilégier les approches se situant dans le sillage de l’anthropologie ou de l’histoire des représentations.

1.1. De l’étude de la violence sociale et politique à la violence interindividuelle

4On sait que la France a la réputation, non usurpée, d’être le pays des révolutions. C’est sans doute lié au rôle fondateur de la Révolution de 1789 (et à ses anticipations en matière de démocratie sociale) mais cette représentation correspond bien à la réalité des émeutes, insurrections qui jalonnent l’histoire de la capitale, d’autres grandes villes (Lyon) et même du monde rural dans les deux premiers tiers du xixe siècle. Au siècle suivant, les manifestations de 1934, les règlements de compte et le terrorisme au moment de la guerre d’Algérie, comme le glissement vers le terrorisme de certains acteurs de la révolte de mai-juin 1968 témoignent du maintien de cette violence à caractère social et politique.

5Son étude a évolué, passant par trois étapes reflétant les changements d’ensemble affectant l’historiographie contemporaine. Dans un premier temps, les historiens, conservant une grille de lecture d’inspiration marxiste et mettant l’accent sur le caractère décisif des mouvements populaires, ont plutôt eu tendance sinon à justifier la violence, du moins à l’expliquer comme inéluctable, comme seul moyen de résister aux diverses dominations. En ce sens ils ont euphémisé la violence en passant sous silence ses manifestations les plus graves (du côté des manifestants et insurgés), manifestations expliquées par un retard culturel ou un sentiment de vengeance compréhensible en réaction à l’oppression subie. Ils ont par contre valorisé la sévérité de la violence répressive, il est vrai sans commune mesure avec celle des révoltés, qui, le plus souvent, appliquent une stratégie purement défensive (cf. la barricade dans les révoltes urbaines). La répression des journées de juin 1848 et de la Commune, illustrant l’âpreté des luttes de classes dans la capitale, donne, entre autres, un exemple pertinent de cette grille d’analyse.

  • 6 M. Perrot, Les ouvriers en grève, France 1871-1920, Paris-La Haye, 1973.
  • 7 I. Sommier, La violence politique et son deuil. L'après 68 en France et en Italie, Rennes, 1998.
  • 8 N. Duclos, Les violences paysannes sous la Ve République, Paris, 1998.
  • 9 G. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarime : la brutalisation des sociétés européennes, Paris, (...)

6Un autre courant, parfois de même inspiration, a étudié le déclin progressif de ces manifestations de violence au fur et à mesure que les différents mouvements sociaux s’organisaient (syndicats, partis capables de discipliner leurs troupes) et l’on a ainsi relevé la diminution, dès la fin du xixe siècle, des faits de violence accompagnant grèves et manifestations6. Pour la période plus contemporaine, on conclut même à la disparition et à la forclusion de la violence politique7 après 1968 comme à la marginalisation de la violence lors des manifestations paysannes dans les dernières décennies du xxe siècle8. Mais on revisite actuellement la violence des guerres, particulièrement celle de 1914, interrogée comme matrice d’une brutalisation des rapports sociaux à la suite du travail de G. Mossé9 sur les liens entre guerre et montée du nazisme.

  • 10 A. Corbin, Le village des cannibales, Paris, 1990.

7Un dernier courant s’intéresse spécifiquement aux manifestations de violence, particulièrement dans ce qu’elles ont d’incontrôlé, comme les mises à mort de représentants des autorités ou de notables accompagnant les périodes troublées. Le meilleur exemple en est donné par l’étude d’A. Corbin sur le massacre de Hautefaye10 qui voit la mise à mort, dans ce village de Dordogne, d’un jeune noble soupçonné d’avoir crié « Vive la République » dans une région restée attachée à l’empereur au moment où ce dernier est prêt de perdre le pouvoir, à la suite de la défaite militaire. Son massacre sur le foirail par quelques centaines de paysans, dans une atmosphère à la fois festive et ritualisée (crémation purificatrice), est analysée dans une perspective anthropologique : le contexte d’une menace (guerre, invasion) incite à la recherche d’un bouc émissaire pour exorciser ses peurs (crainte de l’arrivée des Prussiens rétablissant les privilèges de l’Ancien Régime et restaurant le pouvoir des nobles et des curés) et le cérémonial de la mise à mort a valeur identitaire pour une paysannerie vivant dans l’isolement (habitat dispersé). En même temps, l’analyse souligne l’étrangeté de ce massacre pour les élites, l’incompréhension et le désir de le nier en le banalisant sous forme d’une affaire criminelle ordinaire, illustration d’une différence de sensibilité radicale en matière de violence.

8Avec cette approche, la violence est placée au premier plan, alors qu’elle était seconde dans l’analyse des mouvements sociaux et révolutionnaires. Elle rencontre un questionnement très proche de ceux qui vont s’intéresser, de plus en plus avec l’entrée de la criminalité dans le champ des recherches, à la violence individuelle.

  • 11 Celle-ci est déjà relevée dans l’ouvrage ancien de J.-Cl. Chesnais, lequel la range dans la catégo (...)

9Au-delà, et surtout hors du prisme de la violence contestataire (une violence dirigée contre l’extérieur), il s’agit désormais d’explorer la violence inhérente à toute société, dans la variété de ses lieux et manifestations (selon les différentes catégories de victimes) comme de ses qualifications juridiques (qui recoupent partiellement ses modalités). Toutes les figures de la violence ont été abordées, plaçant ce type de contentieux en tête des études de criminalité, ce qui n’est pas sans rapport avec ce qu’on désigne comme la montée de la violence11 dans les dernières décennies du xxe siècle. Parler de fascination n’est pas exagéré, d’autant que l’on s’est particulièrement intéressé aux manifestations les plus graves de la violence.

  • 12 Cf. à titre d’exemple la synthèse des travaux réalisés dans le Nord par R. Martinage, Punir le cri (...)
  • 13 J. Guillais, La chair de l'autre : le crime passionnel au xixe siècle, Paris, 1986.
  • 14 G. Gagnon, La criminalité en France : le phénomène homicide dans la famille en Seine-Inférieure de (...)
  • 15 S. Lapalus, La mort du vieux. Une histoire du parricide au xixe siècle, Paris, 2004.
  • 16 A. Tillier, Des criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes, 2001.
  • 17 A.-E. Demartini, L'affaire Lacenaire, Paris, 2001.
  • 18 J.-M. Berliere, Le crime de Soleilland (1907). Les journalistes et l'assassin, Paris, 2003.
  • 19 Fr. Chauvaud, Les figures du monstre dans la seconde moitié du xixe siècle, in Ethnologie français (...)

10Les historiens ont surtout travaillé sur la violence la plus grave, notamment les homicides dans leur variété comme en témoignent plusieurs thèses d’histoire relevant aussi bien des facultés de droit12 que des facultés de lettres : crime passionnel13, homicide14, parricide15, infanticide16 sont maintenant bien connus, du moins pour le xixe siècle. Significatives également sont les études de cas privilégiant les figures du monstre – le massacre de Hautefaye déjà évoqué et les monographies sur Lacenaire17 et Soleilland18 – monstres qui ont fait l’objet d’un article de Fr. Chauvaud et représentent un des éléments majeurs de sa typologie des Criminels du Poitou19. Il faut entendre ici le noyau des criminels rejetés par tous, exprimant une violence primitive, originelle, en quelque sorte, condamnée par l’ensemble du corps social. Par comparaison, la violence plus ordinaire, jugée en correctionnelle, ou celle des violences légères (en simple police) sont peu abordées.

  • 20 Notamment sur Marseille (C. Regnard, De la violence à la plainte. Le recours à la justice à Marsei (...)

11Cet accent mis sur la violence la plus grave, jugée aux assises, s’accompagne logiquement d’une prédilection pour le cadre rural : la majorité des études prennent pour cadre une région ou un département rural, les campagnes étant implicitement supposées donner les meilleurs exemples d’une violence à l’état pur. Très rares, d’ailleurs, sont les études examinant la criminalité dans le cadre urbain – Paris fait figure de désert de ce point de vue – et il faudra attendre les prochaines thèses20 pour avoir les premiers éléments de comparaison avec le standard rural.

  • 21 C. Dauphin et A. Farge (dir.), De la violence et des femmes, Paris, 1999.
  • 22 J.-J. Yvorel, La justice et les violences parentales à la veille de la loi de 1898, in Le Temps de (...)
  • 23 J.-Cl. Caron, À l'école de la violence. Châtiments et sévices dans l'institution scolaire au xixe (...)

12Ajoutons que les recherches ont également élargi leur intérêt à la violence selon l’angle des victimes concernées qu’il s’agisse de celle subie par ou exercée par les femmes21, ou des violences à enfants de la fin du xixe siècle, récemment étudiées22 en relevant les différences de sensibilité par rapport au premier xixe siècle très tolérant à cet égard, y compris dans le cadre scolaire23. Pourtant on peut lire aussi dans la presse judiciaire de l’époque l’émotion du voisinage devant des cas de maltraitance (dont sont l’objet les apprentis notamment) dans le Paris… des années 1830-1840, mais cela ne semble guère pris en compte dans la majorité de ces travaux qui peinent le plus souvent à décrire une évolution, faute d’indicateur statistique.

1.2. Déclin de la violence interindividuelle ? Une approche quantitative peu empruntée

13Peu nombreux sont en effet les auteurs ayant tenté de mesurer l’évolution de la violence, alors même que les premières études sur la criminalité se sont inscrites dans le cadre de l’hypothèse de N. Élias, celle d’une civilisation des mœurs et d’un effacement progressif de la violence et alors même également que l’on dispose d’une série statistique régulière et relativement homogène depuis 1825 (le Compte général de l’administration de la justice criminelle).

  • 24 G. Desert, Aspects de la criminalité en France et en Normandie, in Marginalité, Déviance, Pauvreté (...)

14Pourtant, dans le sillage de l’histoire quantitative, l’exemple avait été donné par G. Désert, le seul historien à avoir proposé une telle lecture au début des années 1980, mais pour le xixe siècle seulement24. Il posait clairement l’hypothèse d’une société plus violente, avec une réponse nuancée : étudiant le rapport cupidité/violence, il relevait une montée relative de la violence dans la seconde moitié du xixe siècle, notamment sous le second Empire et à la Belle Époque, dans l’avant-guerre. Trouvant étonnant ce résultat, compte tenu de la diffusion de l’instruction et de l’urbanisation qui auraient dû entraîner un adoucissement des mœurs, il estime finalement que c’est le progrès de l’alcoolisme qui serait responsable de ce regain d’agressivité, sans compter que la diffusion de la propriété aurait contribué à renforcer la susceptibilité à l’égard de toute atteinte lui étant portée au détriment d’une répression plus laxiste envers la violence (ce qui constituerait une « prime à la violence »).

  • 25 J.-Cl. Chesnais, Histoire de la violence en Occident…, p. 73-79.
  • 26 B. Aubusson de Cavarlay, La violence vue par les statistiques judiciaires. Catégories juridiques e (...)
  • 27 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xix(...)
  • 28 J.-Cl. Chesnais, Histoire de la violence en Occident…, p. 157-162.

15Les données du Compte général ont été reprises et analysées sur une période plus large, incluant le xxe siècle, par J.-Cl. Chesnais25 et surtout Br. Aubusson de Cavarlay26. Tous deux distinguent homicides (jugés aux assises) et violence simple (coups et blessures, jugés en correctionnelle). Les premiers, après une chute dans le premier xixe siècle, connaissent une remontée à partir des années 1860, pour décliner continuellement ensuite après la première guerre mondiale, à l’exception notable d’une remontée du taux des homicides à partir des années 1970, évolution récente que l’on retrouve dans d’autres pays européens. Il n’y a donc pas de déclin régulier de la violence homicide, et J.-Cl. Chesnais a beau jeu d’opposer le sang qui coule dans la capitale à la Belle Epoque à la « sécurité » qui règne dans le Paris des classes dangereuses de L. Chevalier27…. Les deux auteurs confirment la croissance, relativement constante, du nombre des coups et blessures, J.-Cl. Chesnais insistant particulièrement sur la poussée de violence à partir des années 1880 qu’il met en rapport avec l’alcoolisme et le règne du lobby des bouilleurs de cru, véritable deus ex machina de la vie politique française, à ses yeux, jusqu’à la seconde guerre mondiale28.

  • 29 A.-Cl. Ambroise-Rendu, Peurs privées, angoisses publiques…
  • 30 fr. Chauvaud, Les criminels du Poitou…, p. 10.

16Quelle est la position des historiens du crime sur ces essais de mesure de l’évolution de la violence ? Généralement ils reprennent la thèse de N. Élias quant à son déclin sur le long terme, en considérant surtout l’indice de la violence la plus grave jugée aux assises : c’est le leitmotiv d’A.-Cl. Ambroise-Rendu qui souligne l’écart avec les représentations d’une montée de la violence en période de crise29. Mais, le plus souvent, ils font leurs les critiques relatives à l’incertitude des chiffres de la statistique judiciaire et rejettent toute possibilité de les utiliser avec quelque pertinence. C’est la position d’A. Corbin comme celle de Fr. Chauvaud. Ainsi la Violence apprivoisée du second comporte peu de chiffres, si ce n’est ceux des contemporains cités comme indice des représentations et peurs du crime. La chronologie même de l’évolution de la violence est brossée à grands traits et une telle approximation n’est guère étonnante : elle est le corollaire d’une position de principe qui récuse les statistiques ayant le tort non seulement de donner une vue partielle et partiale du crime, mais surtout de ne fabriquer que « des criminels désincarnés, abstraits, sans attaches locales, sans épaisseur et sans chair30 », ce qui justifie de s’inscrire dans une perspective autre, celle d’une histoire anthropologique.

1.3. Une approche anthropologique : les finalités de la violence

17En majorité, cette approche concerne le monde rural. À grands traits, elle met en valeur, trois aspects : une violence primitive stigmatisée par les élites et les autorités, ayant une fonction de préservation de l’autonomie des communautés rurales contre l’emprise étatique, et une violence constitutive des normes et rapports sociaux au quotidien.

18A. Corbin et Fr. Chauvaud mettent particulièrement en valeur le décalage des sensibilités, en pointant, à l’occasion des massacres ou dans l’étude des monstres (première partie du triptyque des Criminels du Poitou), les représentations contemporaines d’une paysannerie aux mœurs brutales, sauvages, barbares, primitives. Ce portrait de paysans habitués au sang – à tuer les animaux alors que dans les villes on tend à écarter tous les spectacles de ce genre, pour des raisons de maintien de l’ordre et de crainte des révolutions… – est parfois repris à leur compte par les historiens quand il s’agit d’avancer dans l’explication du recours fréquent à la violence dans le monde rural. Cette représentation paraît d’ailleurs cohérente avec la thèse du processus de civilisation des mœurs : le monde rural est simplement en retard, le dernier à bénéficier de l’école, à être acculturé aux normes nationales écartant la violence au bénéfice du droit. Mais, au-delà de cette représentation, on montre aussi que la violence a des fonctions nécessaires dans la société rurale : défense de la communauté contre les atteintes extérieures ou modalité coutumière de règlement des conflits.

  • 31 N. Bourguinat, Les grains du désordre. L’État face aux violences frumentaires dans la première moi (...)
  • 32 J.-Fr. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle. I. Organisation sociale et mentalités. II. Une société (...)

19Appartiennent au premier registre les violences commises lors des révoltes frumentaires (abondantes lors de chaque crise cyclique dans le premier xixe siècle) qui s’accompagnent de pillages de grains et de heurts avec les autorités31. De même les révoltes contre l’impôt, et surtout la résistance à la législation forestière nouvelle limitant les droits d’usage des communautés dans les forêts va de pair avec nombre d’excès physiques et d’assassinat de gardes particuliers ou forestiers. Ces violences prennent dans certaines régions une forme collective quand se manifeste une quasi dissidence par rapport à l’État national : c’est le cas des Pyrénées bien étudiés sur ce point par J. Fr. Soulet et l’exemple le plus connu en est la révolte des « Demoiselles », où l’emprunt de formes rituelles et carnavalesques souligne bien une sorte de conflit de culture entre État centralisateur et communautés des vallées pyrénéennes cherchant à préserver leur autonomie32. Toutefois ces violences individuelles ou collectives peuvent encore être interprétées sous l’angle classique d’une lutte sociale, le seul moyen de résistance, en l’absence de participation à la vie politique (suffrage censitaire), restant celui de la force.

  • 33 Fr. Ploux, Guerres paysannes en Quercy…

20L’approche de type anthropologique est davantage perceptible dans la mise en valeur d’une violence constitutive des normes et des rapports sociaux quotidiens. L’exemple le plus spectaculaire est celui des rixes inter-villageoises qui ensanglantent les campagnes dans le premier xixe siècle. Elles ont été excellemment étudiées dans la région où elles ont le plus d’ampleur – le Quercy par Fr. Ploux33. Périodiquement, mais surtout pendant la Restauration, ces « guerres paysannes » mettent aux prises des dizaines voire des centaines de combattants de villages voisins, dirigés quasi militairement par des chefs choisis pour leurs qualités guerrières, et se battant à coups de bâtons et jets de pierre qui font nombre de blessés et, au total, plusieurs dizaines de morts. L’auteur insiste sur la fonction identitaire de ces combats se déroulant par cycles, temporairement clos par des traités de paix : dans une région où le cadre de vie est la maison isolée ou le hameau, où les conditions de vie sont très précaires, cette violence renforce le sentiment d’appartenance à la commune et joue donc un rôle d’intégration à la seule communauté disponible pour tisser des liens de solidarité entre habitants. La violence assure ici la cohésion villageoise.

  • 34 P. Vallin, La violence au village à la Belle Epoque. Questions de méthode, in Violences en Limousi (...)

21Mais elle est aussi plus quotidienne dans la mesure où elle est considérée comme le mode usuel pour régler les conflits ordinaires. C’est une violence tolérée tant qu’elle n’atteint pas un degré de gravité dépassant la norme habituelle et ne remet pas en question la cohésion de la communauté villageoise. Ainsi, dans le Limousin, elle est « inscrite dans la vie quotidienne, au creux de la famille ou dans les rapports intra-villageois34 ». Coups donnés aux enfants, menaces et gifles dans le couple, insultes et coups échangés entre voisins en sont l’illustration. Il existe un code d’honneur dont le respect doit beaucoup au regard d’autrui et à l’interconnaissance et qui limite les débordements d’une vengeance privée usant de la violence pour rétablir les équilibres, mettre en conformité positions individuelles et rôles sociaux. Comme pour celle dirigée contre l’ennemi extérieur, cette violence est donc facteur de cohésion sociale, faisant respecter un ordre très conservateur des positions acquises. Et il semble, à prendre le cas du Limousin, que même pour le début du xxe siècle, la justice soit relativement clémente pour tout ce qui touche à la violence ordinaire du village (qu’elle appréhende d’ailleurs très partiellement), comparativement à une plus grande sévérité manifestée à l’égard des atteintes à l’ordre public (rixes après boire dans les bourgs) :

  • 35 Ibid., p. 251.

« tout se passe comme si, dans ce domaine, elle se contentait de réguler, d’empêcher les débordements trop violents, sans vouloir entrer à fond dans les affaires des paysans. Il lui suffit de placer une limite, de dire ce qui est admissible et ce qui ne l’est pas. Elle essaie de rester modérée et surtout ne pas susciter d’indignation ou de révolte par des jugements disproportionnés avec la gravité de l’affaire35. »

  • 36 R. Bizien, Boire, se battre et s'injurier : la violence des conflits ordinaires à Brest à la fin d (...)

22Une telle violence, coutumière, existe également dans les villes, comme l’indique l’étude de R. Bizien pour Brest36, réalisée à partir des archives de la justice de paix (pour la fin du xixe siècle). Montrant la plus grande proximité d’autrui en milieu urbain (dans des espaces interstitiels tels cours, paliers et rues), et donc la grande fréquence des contacts, il décrit « les prises de corps et prises de bec » dans les conflits de voisinage, les relations entre propriétaires et locataires, au sein des familles, sur les lieux de travail ou de sociabilité (lavoir et cabaret). Mais ces violences, peu graves, font figure de normes, ne stigmatisant pas ceux qui s’y livrent. Là encore, il y a une certaine tolérance des autorités : « perçue dans une assez large mesure comme un exutoire indispensable », cette violence fait l’objet d’une régulation seulement partielle, surtout lors des temps forts de la sociabilité quand l’ordre public est en jeu (bals du dimanche soir, concerts dans les cabarets, réunions politiques ou sociales).

  • 37 J.-Cl. Farcy, La jeunesse rurale dans la France du xixe siècle, Paris, 2004, p. 124-131.

23Cette violence en quelque sorte « coutumière » caractérise bien le monde rural, pour lequel, pendant une bonne partie du xixe siècle, les normes des villages, à la fois combattues et tolérées par les autorités, ont leur magistrature chargée de les faire respecter, à savoir la jeunesse ou plutôt le groupe des célibataires chargé de réprimer toutes les déviances d’ordre sexuel (ou autres) via une violence symbolique morale, et parfois physique, à l’égard des contrevenants. On connaît bien la fonction des « charivaris », « paillades » et autres « asouades » pour sanctionner filles dévergondées, adultères, maris battus et toute manifestation de sexualité hors normes. Le fait que les mêmes soient aussi chargés de défendre l’honneur du village (comme dans le Quercy) est significatif du rôle dévolu à ce groupe d’âge dans le maintien des normes villageoises37. Tels sont les divers aspects qu’ont mis en valeur nombre d’études mais qui concernent surtout, on le constate, une violence régulatrice, ordinaire, peu grave.

1.4. Les représentations : faire l’histoire d’une culture des sentiments ?

24Devant la difficulté de retrouver dans les archives la réalité de la violence on a souvent considéré que le terrain le plus sûr restait encore celui de ses représentations.

25C’est au fond l’optique privilégiée dans la Violence apprivoisée. Schématiquement, au début du xixe siècle, selon Fr. Chauvaud, la violence, très répandue, se manifestant sans retenue, ne suscite pas une grande inquiétude tant elle paraît inhérente à la vie quotidienne. Dans ses premiers chapitres (violence au pays, au village, émotions paysannes, chair des barricades, ouvriers misérables et barbares) ce qui prédomine c’est moins l’analyse des comportements que le regard des contemporains sur les divers aspects évoqués. D’où l’abondance des citations, privilégiant significativement les termes chocs, destinés à mettre le lecteur en phase avec ce que ressentaient les contemporains. Que les derniers chapitres développent l’idée d’une violence plus maîtrisée au fur et à mesure qu’elle se raréfie, que de nouvelles formes de violences plus symboliques viennent sur le devant de la scène ne change pas le mode d’écriture de l’historien.

  • 38 Fr. Chauvaud, Les criminels du Poitou…, p. 10-11.

26C’est au fond le même type d’analyse qui est proposée dans l’essai sur les Criminels du Poitou. Là encore on récuse la statistique comme la « chimère de l’histoire globale » pour mettre en avant une approche « compréhensive » des logiques individuelles conduisant à la violence, mêlant analyse anthropologique et histoire des sensibilités : « l’historien est le sismographe des passions humaines, des pulsions assassines et du trouble criminel38 ». L’auteur étudie la criminalité à partir des logiques exprimées par les contemporains. Ainsi, en tête du crime, il place les violents désignés comme les monstres, définis comme ayant des comportements inexpliqués pour les contemporains, comme auteurs de violences hors normes. Utilisant la catégorie des « tempéraments » (employée il est vrai par les contemporains), il distingue en leur sein monstres froids (placides devant le cadavre), chauds (impulsifs et coléreux), énigmatiques (au calme apparent) et méchants (à l’esprit querelleur). À côté des violences homicides commises par ces monstres, on trouve également les crimes relevant de la « confusion des passions » (résultant de mésententes au sein de la famille) ou des « perversions du désir » (viols, crimes passionnels). Il semble bien que les logiques violentes que l’on veut analyser soient expliquées uniquement sur critère psychologique, ce que revient à rechercher les origines de la violence dans la personnalité des criminels, et éloigne fortement d’une approche anthropologique. On comprend les impasses d’une telle approche et il est d’ailleurs significatif que l’auteur insiste très souvent sur les « logiques singulières » propres à chaque crime et sur « l’insondable mystère des êtres humains ».

27Les Peurs privées, angoisses publiques d’A.-Cl. Ambroise-Rendu se situent nettement dans le cadre d’une histoire des représentations et le sous-titre Un siècle de violences en France est un bon indicateur du fossé entre la réalité de la violence grave – en déclin sur le long terme, l’auteur reprenant l’indicateur des violences jugées aux assises – et la perception des contemporains, portés, sous l’effet des médias et des périodes de crise engendrant un sentiment d’insécurité, à transformer en violence tout fait de délinquance, mêmes les incivilités. Le paradoxe de Tocqueville (plus un phénomène désagréable diminue, plus ce qu’il en reste devient insupportable), est très pertinent dans l’analyse de l’auteur. Si bien que l’ouvrage comporte peu d’éléments sur l’évolution de la violence et de ses modalités et consacre beaucoup plus de chapitres aux phénomènes mis sur le devant de la scène par les médias et qui participent au développement d’une culture de l’insécurité.

28Il reste que c’est le seul ouvrage présentant une synthèse – excellente – de la criminalité dans la France du xixe siècle. On l’a remarqué, l’historiographie de la violence en France s’intéresse surtout au xixe, et avant tout à la France rurale. D’où, sans doute, le glissement vers une approche à dominante anthropologique ou vers une analyse des représentations et un refus de faire une histoire de la violence, jugée impossible. Cela va de pair d’ailleurs avec l’absence de réflexion approfondie sur le thème et la façon de le traiter en historien, comme si la fascination pour la violence et la difficulté à se détacher de ses représentations contemporaines justifiait de ne pas s’en tenir à une définition claire de la violence et d’accepter la polysémie du terme. C’est ce choix de méthode plus que la déficience des sources qui rend compte de cette orientation.

2. Les sources d’une histoire de la violence

  • 39 Encore que deux d’entre elles évoquent des bagarres se terminant par mort d’homme, sans que la jus (...)

29Pour l’essentiel, l’historien doit faire avec les archives des instances répressives de faits considérés comme devant être sanctionnés par le Code pénal. On dispose certes, pour le second xxe siècle surtout, de témoignages de victimes et d’auteurs d’agressions, mais le fait est plutôt exceptionnel dans les rares autobiographies relatives au monde rural du xixe siècle39.

30Il faut donc compter avec les archives produites tout au long du processus pénal et il convient de rappeler ce dernier pour en faire le tour et les limites. L’historien est, en quelque sorte, au pied d’un escalier. La plus haute marche symbolise l’ensemble des faits de violence commis, soit au sens pénal, soit selon la définition que se donne l’historien, laquelle peut éventuellement être plus large… s’il veut prendre en compte des comportements sanctionnés aujourd’hui, mais qui ne l’étaient pas dans la période qu’il étudie. La marche précédente retient de ces faits la violence non tolérée, dénoncée par les victimes on par des tiers (plaintes et dénonciations), ou constatée par les forces de police et de gendarmerie parce qu’elle est directement visible par elles : c’est la violence connue des différents agents de police judiciaire. Mais cette dernière va écarter une partie des plaintes, décourager par divers moyens les plaignants (ou les orienter vers une voie d’attente, comme l’inscription en main-courante) et n’enregistrer sous forme de procès-verbal qu’une partie des faits dénoncés comme violents. Cette violence enregistrée est transmise au parquet, lequel va faire jouer le principe d’opportunité des poursuites pour classer une partie des affaires (faits de peu de gravité, pas de trouble à l’ordre public). De même, pour les affaires compliquées transmises au juge d’instruction, ce dernier peut prononcer un non-lieu. À ce niveau joue donc l’abandon des poursuites et le volume de la violence poursuivie est naturellement très inférieur aux précédents : violence enregistrée par la police, violence connue par elle, violence qui lui est rapportée, etc. L’historien, bien souvent n’atteint que… la seconde marche, celle de la violence jugée, voire la première s’il ne dispose que des seules condamnations. Il n’accède jamais à la première qui pourrait lui permettre d’embrasser la totalité de faits de violence. En outre la marche qu’il atteint – le moment choisi dans le processus pénal -n’influe pas seulement sur le volume mais également sur la nature de la violence archivée, selon les conceptions différentes qu’ont les justiciables, la police, le parquet et les magistrats du siège des différentes formes de violence, conceptions variant selon le contexte social et, naturellement, selon les époques.

31Suivons la recherche des sources par l’historien, en commençant par celles qu’il trouve le plus aisément, pour finir par les plus rares et pourtant très précieuses si l’on veut tenir compte de l’ensemble des intervenants dans la construction des faits de violence traduits en justice.

2.1. Sources judiciaires

32Les sources judiciaires sont les mieux conservées, les plus massives, considérées souvent comme suffisantes pour entreprendre une étude de la criminalité.

  • 40 B. Aubusson de Cavarlay, M.-S. Hure et M.-L. Pottier, Les statistiques criminelles de 1831 à 1981. (...)

33Nombre d’entre elles autorisent la mesure de la violence réprimée, à commencer par le Compte général très connu40. On sait qu’il est beaucoup plus riche sur la violence grave, dans la mesure où les tableaux relatifs aux assises sont de loin les plus fournis. Si le suivi sur une longue période (du moins jusqu’aux années 1930) des diverses infractions relatives à la violence et portées à la connaissance des parquets (et naturellement de la proportion qui est jugée) est possible dans le cadre national, l’évolution des mêmes données dans le cadre départemental ou par ressort des tribunaux ne l’est plus pour la violence ordinaire jugée en correctionnelle, par manque de données à ce niveau. Les faits de violence jugés en simple police sont pratiquement impossibles à isoler. En faisant attention aux variations possibles dans les qualifications, ainsi qu’aux unités de compte différentes selon les tableaux, il est possible de construire des séries pertinentes. Naturellement, les courbes et tableaux obtenus reflètent exactement (en principe) l’activité du parquet et des tribunaux, mais ne peuvent avoir la prétention de traduire la réalité criminelle : comme l’indique parfaitement le titre du Compte, il s’agit de la statistique de l’administration de la justice criminelle et non pas d’une statistique du crime. En outre, les données sont figées selon la nomenclature existante et ne peuvent être croisées.

  • 41 fr. Demier et J.-Cl. Farcy, Regards sur la délinquance parisienne à la fin du xixe siècle. Rapport (...)

34Pour ce faire, il est possible d’élaborer sa propre statistique à partir d’une autre source : les registres de jugements. À prendre l’exemple des jugements correctionnels de la capitale on dispose d’informations nombreuses sur les prévenus (identité, âge, lieu de naissance, profession, domicile, parfois antécédents judiciaires), mais le jugement reste très discret sur les faits réduits le plus souvent à leur qualification juridique, sans indication précise sur le lieu, sur les protagonistes et encore moins les témoins, alors qu’il est naturellement très complet sur les peines prononcées en cas de culpabilité. On peut ainsi, pour la capitale de la fin du xixe siècle, montrer que les coups et blessures jugés en correctionnelle répriment plus une violence autochtone que celle des migrants, vérifier que c’est une violence ouvrière qui vient le plus devant les tribunaux41. Mais il est plus difficile d’élaborer une typologie des formes de violence en rapport avec leurs motifs supposés : querelles familiales, disputes liées au flirt, mauvais traitements à enfants, violence de souteneurs envers « leurs » femmes, etc. À noter que les jugements relèvent l’ensemble des délits commis et le contexte des infractions connexes au délit principal (ici celui de coups et blessures) peut être révélateur : port d’armes prohibées, vols, ivresse et bris de clôture donnent une signification différente aux faits de violence condamnés.

  • 42 J.-Cl. Farcy et A. Faure, La mobilité d’une génération de Français. Recherche sur les migrations e (...)

35À défaut d’avoir les antécédents on ne peut discerner des carrières violentes, puisque fait défaut le casier judiciaire, dans la mesure où ce dernier est légalement détruit et n’entre donc pas dans les archives. On peut toutefois en retrouver, pour les hommes, copie dans les registres matricules de l’armée42. Utilisés pour évaluer la criminalité de la génération née en 1860 et dont le carnet d’adresses comme le casier est relevé par les militaires jusqu’en 1906, on n’y voit guère de « carrières » violentes, au contraire de celles de miséreux abonnés à la mendicité ou au vagabondage ou de voleurs professionnels. Si l’on excepte les outrages et rébellion à agents, les faits de violence se trouvent plutôt dans des casiers peu chargés.

36Les sources se prêtant à l’analyse quantitative sont donc en général pauvres en information, particulièrement en ce qui concerne le déroulement des faits et les victimes. Et pour les plus synthétiques et générales (la statistique nationale), elles tendent à réduire la dimension de la violence commise (comptage par affaire jugée et auteur ; pas de mesure par victime) et à effacer son contexte délictueux (infractions connexes). Si l’on veut retrouver l’épaisseur de l’acte de violence avec l’ensemble de ses protagonistes, on ne peut se contenter des statistiques élaborées ou construites : il est alors indispensable de travailler sur les dossiers de procédure.

37Cette fois c’est la richesse de l’information qui domine, avec en particulier les interrogatoires des prévenus et les témoignages susceptibles d’éclairer précisément le déroulement des faits, le contexte local et social, les figures des intervenants. C’est seulement dans les dossiers de procédure que l’on peut évaluer l’impact de la violence sur les victimes grâce à la présence de rapports médicaux. Pour l’histoire de la violence en France, on peut dire que la quasi totalité des études se fondent uniquement sur de tels dossiers.

38Il y a toutefois des limites importantes à cette richesse, limites susceptibles d’apporter de nombreux biais à l’analyse, biais qui ne sont pas toujours pris en compte. En premier lieu, la richesse vaut essentiellement pour les dossiers d’assises, alors que le dossier correctionnel (témoignant de la violence ordinaire) se limite très souvent au seul procès-verbal de constat des faits qu’il s’agisse d’un dossier de flagrant délit ou de celui d’une citation directe. Il est rare d’avoir un dossier d’instruction en ce domaine, sans parler de l’inexistence de la documentation en matière de simple police. Ensuite, ces dossiers, surtout correctionnels, mais également parfois pour les assises, ont été conservés – jusqu’à ces dernières années très inégalement dans les dépôts d’archives, en fonction de critères flous, impressionnistes, loin d’assurer une représentativité des contentieux jugés. De plus, la richesse de l’information est souvent trompeuse, notamment pour le xixe siècle, du fait d’une justice qui se contente d’établir la matérialité des faits et leur qualification juridique. Ainsi alors que la violence se manifeste souvent à une étape d’un processus conflictuel, ce dernier est très difficile à reconstituer si les témoignages recueillis sur les coups donnés ou échangés n’y font pas allusion. La police, comme éventuellement le juge d’instruction, sollicite rarement ce genre d’information. Dans le même ordre d’idée, la personnalité des auteurs de violence est rarement éclairée par des enquêtes ou rapports d’expert, même en cas de violence grave et homicide. Ces rapports existent seulement pour les cas supposés de démence et irresponsabilité. Ce n’est guère qu’au xxe siècle, et surtout dans sa seconde moitié, que de tels rapports se généralisent, avec une plus grande précocité pour les jeunes. Il est donc difficile d’observer la genèse de la violence dans l’histoire personnelle et relationnelle de son auteur, ce qui permettrait sans aucun doute de mieux la comprendre. Cette difficulté est encore accrue par le fait qu’en matière de responsabilité et même de déroulement des faits (car les agents sont rarement convoqués en spectateurs pour assister à un pugilat...), les parties en cause ont une tendance naturelle à manipuler l’information pour faire porter la responsabilité sur l’adversaire. En cas de rixes, notamment entre villages ou bandes, les faux témoignages abondent et François Ploux donne l’exemple saisissant d’une justice complètement instrumentalisée, intégrée à son corps défendant dans les cycles de vengeance.

39Enfin, il ne convient jamais d’oublier que les archives comme les registres de jugement informent sur la seule violence jugée. À l’exception du Compte général qui, pour le cadre national surtout, permet de prendre en compte la violence enregistrée par les forces de police, le plus souvent l’historien ne dispose que des seuls faits portés à la connaissance des tribunaux. Il a rarement, pour le xixe siècle, des informations sur les abandons de poursuite réalisés par le parquet ou les agents de police judiciaire.

  • 43 M.-S. Hure, Les abandons de poursuite avant jugement et leurs motifs (1831-1932). La base Davido : (...)
  • 44 J.-Cl. Farcy, Le procureur entre l’ordre public et les justiciables : plaintes, procès-verbaux et (...)

40Pour le parquet, les registres d’entrée des affaires (registre des plaintes et procès-verbaux) sont très rarement conservés en France, du moins pour le xixe siècle. Or on sait qu’une proportion croissante, et massive, des faits délictueux sont classés sans suite au cours du siècle43. Une étude sur les registres de Dijon pour la fin du xixe siècle montre certes que ce classement vaut surtout pour les atteintes aux biens sans auteur identifié, mais il y a quand même plus du tiers des coups et blessures portés à la connaissance du procureur qui sont écartés, et majoritairement pour des raisons de non gravité ou de non atteinte à l’ordre public44. C’est à ce niveau que le principe d’opportunité joue à plein. On voit très bien comment une violence estimée légère, est dénoncée par les justiciables dans un conflit de nature civile : la dénonciation vaut surtout comme menace. On trouve ainsi sur le registre des tentatives d’assassinat, d’empoisonnement qui, pour cette raison, n’ont pas de suite… Pour une exploitation rigoureuse de tels cas, il faudrait disposer du dossier de l’enquête préliminaire diligentée par le procureur afin d’éclairer sa décision. On y trouverait sans aucun doute le rapport d’un gendarme ou policier relevant l’absence complète d’indices et le caractère vindicatif et procédurier de l’auteur de la plainte… Malheureusement ces dossiers de classement sans suite n’existent plus, et l’historien ne pourra guère en disposer que pour le xxe siècle, surtout dans sa seconde moitié.

2.2. Les sources policières

41Comme pour celles de justice, elles se présentent sous deux formes : les dossiers et les documents se prêtant à une analyse sérielle (les registres et statistiques), la différence majeure étant l’absence de rigueur et de formalisme par rapport aux sources judiciaires, tout simplement parce qu’il n’y a pas une institution policière nationale, mais des polices multiples, avec en outre la distinction police et gendarmerie qui différencie les sources produites.

  • 45 Sur les limites de la source policière, cf. J.-M. Berliere, Les archives de police : des fantasmes (...)
  • 46 J.-M. Berliere, Le crime de Soleilland…
  • 47 L. Mucchielli, L’enquête de police judiciaire en matière d’homicides, in Questions pénales, t. XVI (...)

42Les dossiers d’enquête – en fait les procès-verbaux constatant les faits suite à la requête des victimes ou du parquet, du juge d’instruction – forment la partie la plus riche. On retrouve d’ailleurs leurs pièces dans les dossiers de procédure d’assises ou de correctionnelle. Le double est rarement conservé dans les archives de police45. En effet, à en juger par les archives de la police parisienne, rares sont les dossiers d’enquêtes intéressants et ils le deviennent quand l’auteur d’un crime est recherché et qu’il y a une énigme à résoudre, ce qui, on le sait, suscite l’intérêt des médias et explique l’abondance des coupures de presse dans ces dossiers, avec en outre les dénonciations de citoyens souhaitant aider la police. Un bon exemple est donné par l’affaire Soleilland dont le dossier est présenté par J.-M. Berlière46. Mais hormis les affaires criminelles célèbres (par la longueur et la difficulté de leur enquête), on risque d’être déçu par les archives de police, car justement les faits de violence sont d’un constat facile, l’auteur supposé ou les protagonistes étant aisément identifiables. Ainsi dans les affaires contemporaines d’homicides47, huit fois sur dix la victime connaît son agresseur. La proximité entre protagonistes facilite l’enquête et diminue donc l’épaisseur de tels dossiers pour l’historien. Au total, mal conservées pour le xixe siècle (perdues entièrement à Paris), reproduites dans les dossiers judiciaires, les pièces de l’enquête de police ne semblent avoir d’intérêt majeur pour l’historien que lorsque l’enquête piétine : alors la variété des suspects est très intéressante à étudier.

  • 48 J.-Cl. Farcy, Les sources sérielles de l’étude des victimes en histoire contemporaine, in B. Garno (...)
  • 49 Thèse en cours de C. Brousseaud (Paris IV).

43Pour une histoire de la violence et de la criminalité il est probable que l’historien trouvera davantage de profit à la lecture des registres et tableaux statistiques divers élaborés par les institutions policières. Pour ce qui est de la gendarmerie, à défaut de trouver des collections de procès-verbaux (là encore il faut admettre que les séries disponibles ne le seront qu’à partir des années 1940-1950, sauf exception de séries partielles conservées pour le xixe siècle dans certains départements), on peut retrouver deux types de documents à caractère synthétique. Au xixe siècle, les Tableaux sommaires des arrestations opérées et des crimes, délits et événements constatés par les brigades de gendarmerie, confectionnés selon une directive du règlement de 1854, donnent le motif de l’arrestation comme des délits et crimes constatés, et sont donc susceptibles d’autoriser un comptage des faits de violence, à un stade antérieur au traitement par le parquet. Ce tableau permet d’élaborer le profil sociologique des protagonistes (victimes et auteurs). Étudiés pour la campagne beauceronne48, et pour la fin du xixe siècle, les faits de violence constatés ne mettent guère en valeur la notion de victime, les responsabilités étant partagées aux yeux des gendarmes percevant le phénomène à travers le prisme de rixes dont la visibilité est évidente. À partir du premier xxe siècle, on dispose, parfois, de séries de répertoires de procès-verbaux (par brigades), voire de carnets de déclarations (par gendarme) qui offrent des possibilités d’analyse statistique intéressantes49.

  • 50 Cf. J.-Cl. Farcy, La ville contemporaine (xixe et xxe siècles) est-elle criminogène ?, in Y. Marec(...)
  • 51 P. Miquel, La main courante : les archives indiscrètes de la police parisienne, 1900-1945, Paris, (...)
  • 52 Pour une présentation et une première utilisation de cette source, cf. J. Cl. Farcy, Archives poli (...)

44En ce qui concerne la police, nous évoquerons le cas de Paris qui n’a pas valeur d’exemple, car s’il y a, pour le xixe siècle, des lacunes énormes s’agissant des dossiers, la Préfecture de police de la capitale a les moyens de développer une bureaucratie productrice de registres et de chiffres, ce qui n’existe pas ailleurs. Ainsi, depuis les années 1830, est publiée une statistique des arrestations, avec répartition par nature des infractions (on y retrouve les qualifications juridiques des différentes formes de violence), informations sur l’âge et les professions de leurs auteurs, comme sur leur origine (par département, par nationalité). On dispose même, pour la période 1880-1920, de tableaux manuscrits permettant de croiser partiellement les informations : pour chaque infraction, les personnes arrêtées sont réparties par tranches d’âge (moins de 15 ans, 15-20 ans, puis tranches décennales), et pour chaque tranche d’âge, répartition par sexe, et pour chaque sexe, répartition selon lieu d’origine (province, étranger, Paris). L’exploitation d’une telle source permet de démontrer l’inanité de la thèse, souvent développée par les contemporains, d’une violence qui serait l’apanage des citadins récents, venus de province ou de l’étranger50. On dispose également des Bulletins quotidiens adressés au ministre de l’Intérieur mais qui pour Paris sélectionnent très fortement les affaires et ne peuvent guère être utilisés sur le plan sériel. Par contre l’équivalent dans d’autres villes, sous forme de rapports journaliers, paraît plus apte à une telle utilisation dans la mesure où l’on se rapproche de l’exhaustivité. Pour avoir une idée de l’ensemble des faits faisant l’objet de procès-verbaux dans la capitale, il faut se reporter aux Registres analytiques des procès-verbaux – connus abusivement sous le nom de main courante51 – confectionnés dans le cadre de chaque commissariat de quartier. Ils relèvent, au jour le jour, toutes les affaires faisant l’objet d’un procès-verbal qu’il s’agisse d’infractions, accidents, suicides, commissions rogatoires ou enquêtes préliminaires. Le résumé des faits est plus ou moins développé. Malheureusement cette source n’est conservée qu’à partir de l’extrême fin du xixe siècle52. Il ne faut pas la confondre avec les véritables mains-courantes qui inscrivent, au jour le jour, les plaintes des particuliers qui n’entendent pas donner une suite judiciaire immédiate à leurs démarches. Très intéressantes pour la violence légère – proche de ce qu’on appelle les incivilités – et les perceptions de cette violence comme sa construction sociale, elles montrent, en outre, comment la police écarte du traitement pénal une partie du contentieux de la violence… qui n’est donc pas transmis au parquet.

45On revient ici à la métaphore de l’escalier : l’historien peut rarement accéder aux marches supérieures…Il sait qu’une partie du contentieux est écartée, par les populations (en fonction du seuil de tolérance, des normes sociales parfois différentes des normes légales), par la police et par le parquet. Pour des raisons diverses : majoritairement, en ce qui concerne la violence, sur un critère d’appréciation de la plus ou moins grande gravité, sur une appréciation du rapport norme sociale/norme légale/ordre public. Relativement peu, pour auteur inconnu. Encore que le fait existe pour les règlements de compte ou les conflits plus personnels qui se traduisent par le suicide de l’auteur, cas qui ne sont pas négligeables et qui n’apparaissent pas dans les affaires d’homicides jugées… et donc dans la statistique criminelle, ce qui doit perturber quelque peu la mesure de l’évolution de l’homicide constatée à partir d’elle.

46Mais plus que les biais propres à toute source historique, ce qui importe peut-être davantage ce sont les questions que l’on pose aux documents conservés, ce qui conduit au problème de la façon d’appréhender l’histoire de la violence. C’est sans doute à ce niveau que la réflexion méthodologique fait le plus défaut, pour ce qui est de l’historiographie française, et le développement suivant va s’en ressentir, se contentant de poser rapidement quelques questions plus que de dégager des perspectives de recherche.

3. Problèmes et perspectives

47On a vu combien peu d’études se sont lancées dans la mesure des comportements violents. Il est très difficile d’appréhender la violence, notamment dans le commentaire de son évolution, car les chiffres qui s’efforcent de la mesurer dépendent de trois facteurs qui interfèrent sans que l’on puisse réellement faire la part de chacun. D’abord, à l’évidence, il y a une réalité, celle d’actes de violence qui sont réellement commis, au sens de la définition de l’historien ou du Code. Certes les qualifications évoluent, influant sur les modalités de répression, mais même si on supprimait du Code les meurtres ou les assassinats, ils n’en existeraient pas moins. Le contrôle étatique – via le Code pénal – définit le crime, mais ce dernier relève de comportements réels, même si, évidemment, l’historien ne perçoit cette réalité qu’au travers des archives laissées par les institutions répressives. En même temps, il y a une représentation de la violence par le corps social dans sa diversité et par les pouvoirs – dans leur diversité également – représentation plus ou moins « fausse », qui prend en compte une part plus ou moins importante de la réalité précédente. Ces représentations jouent un rôle déterminant dans l’évolution des définitions et contours de la violence (les seuils de tolérance) ainsi que dans la détermination des normes. Le dernier facteur à prendre en compte est celui du contrôle social (essentiellement via l’État pour l’époque contemporaine) qui évolue dans le temps, à la fois dans sa définition (évolution du Code, de la législation) et son intensité avec des cibles variant selon les préoccupations de l’opinion (les représentations) comme de l’importance des actes commis (la réalité de la violence). L’historien doit constamment prendre en compte ces trois niveaux, ou « acteurs » de l’histoire, sans oublier le décor, soit tout le contexte social, politique, économique qui nous semble jouer un rôle déterminant dans le contrôle social de la violence, les représentations et la réalité de celle-ci.

48Or c’est justement en prenant en compte ce contexte, que l’on résout, nous semble-t-il, la question d’une définition de la violence. Tout simplement parce qu’elle n’existe pas en dehors d’un rapport social. Il y a, notamment lorsque les représentations sont dominées par un sentiment d’insécurité, une forte tendance à employer le terme comme substantif. L’exemple des conflits au plan international est caricatural mais très éclairant : « la violence a encore frappé en Irak, au Proche-Orient », est-il répété à longueur de médias, comme s’il s’agissait d’une fatalité, comme s’il n’y avait pas des acteurs, une occupation étrangère et une résistance à l’occupant, etc. Parler de violence sans acteurs et sans le contexte du conflit qui oppose ces acteurs faisant usage de violence a-t-il un sens ?

49C’est pourquoi nous insisterons sur l’intérêt (ou la nécessité) d’une approche qualifiée de globale, qui situe toujours les actes violents dans leur contexte. Une telle position de principe implique peut-être de préférer les études de cas, de types particuliers de violence (dans leur qualification juridique), voire de situations conflictuelles. Enfin, quelques remarques seront faites sur nos réticences à l’égard de l’histoire des représentations de la violence telle qu’elle est proposée assez fréquemment.

3.1. Pour une approche globale : appréhender la violence dans son contexte, celui de la gestion des conflits

50Cette approche paraît pertinente si l’on raisonne en terme de recours à la violence, en s’écartant d’une vision naturaliste envisageant implicitement une violence inhérente à la nature humaine, soit des pulsions agressives qui, mal comprimées ou contrôlées, déboucheraient sur les coups et le meurtre. Après avoir esquissé un schéma d’analyse, on prendra l’exemple de l’évolution du recours à la violence dans le monde rural du xixe siècle.

51À l’évidence, toute vie en société suppose des tensions entre individus, entre groupes, classes, etc. Inutile d’en proposer une énumération ou une typologie, dépendantes de la variété des systèmes sociaux, des niveaux de développement, des états de crise ou de prospérité économique, etc. Quand un conflit survient, quels sont les facteurs susceptibles de favoriser le recours à un tiers pacificateur (la justice le plus souvent) ou, au contraire, le recours à la violence ?

52Sans être exhaustif, loin de là, on peut relever quelques éléments à prendre en compte, à commencer par ceux susceptibles de favoriser un règlement pacifique. En premier lieu, l’insertion des individus dans le cadre d’une communauté nationale où l’on admet le rôle du droit, qu’il y a des normes à respecter suggère qu’une bonne insertion de l’individu au sein de la société favorise un tel comportement. Ensuite, la conviction que l’échange d’arguments, que la valeur de la parole l’emporte sur le langage de la force va dans le même sens. On connaît la dimension anthropologique du rapport geste/parole entre manuels/intellectuels. Un niveau d’instruction développé favorise l’acculturation juridique et judiciaire et la symbolisation des conflits. La présence d’une instance pacificatrice, judiciaire, apte à répondre à la demande, ce qui suppose sa proximité géographique et sociale, favorise également un règlement pacifique des conflits, de même qu’une société démocratique, avec égalité des droits entre individus, va dans le même sens d’une confiance accordée à l’intervention judiciaire. On le vérifie dans le déclin de la violence politique.

53Parmi les facteurs susceptibles d’empêcher la solution de la violence il y a d’abord le contrôle social exercé au sein de la communauté de vie : le regard des autres, et donc le rapport privé/public, avec les degrés variés d’interconnaissance faisant que chacun est placé sous le regard d’autrui influe fortement sur les modalités de résolution des conflits. Beaucoup dépend alors de normes propres à ces communautés restreintes, sur leur coïncidence ou non avec les normes de l’ensemble de la société. À ce dernier niveau joue le contrôle social étatique avec ses diverses instances formatrices (école, etc.) et de surveillance. Mais aussi perfectionné soit-il, ce contrôle vise surtout l’espace public, et s’arrête souvent aux frontières du privé.

54Il nous semble que c’est dans ces directions (et d’autres comme les facteurs de situation, tels l’alcoolisme, l’usage de drogues) qu’il faudrait conduire l’enquête pour avoir une analyse pertinente du recours à la violence. L’évocation de la violence rurale dans la France du xixe siècle peut donner un premier test de la pertinence de cette approche. Les études sur les campagnes françaises pointent une grande variété de conflits, notamment autour du contrôle de la terre : au sein de la famille (transmission des biens et autorité du père), entre voisins (empiètements), entre propriétaires et locataires, employeurs et salariés agricoles, entre villages, entre communautés rurales et État estimé prédateur, etc. Généralement on admet l’idée qu’au xixe siècle c’est dans le monde rural que subsiste la violence la plus grave, qu’elle représente le mode courant de règlement des conflits, qu’elle échappe souvent à la justice, et qu’elle perdure plus longtemps alors que les villes connaissent des mœurs plus pacifiques. En admettant que ces représentations correspondent à la réalité comment expliquer ces trois constats ?

  • 53 S. Lapalus, La mort du vieux…, p. 479-489 (« de la parole au geste »).

55Le niveau plus élevé de violence peut être mis en rapport avec une moindre insertion de la paysannerie dans l’ensemble national, et donc des normes nationales moins connues, moins couramment adoptées. Il s’inscrit également dans un cadre de vie en communautés villageoises relativement autonomes, avec un système dominant de l’interconnaissance qui, d’une part, valorise la notion d’honneur, de réputation et donc la susceptibilité pour toute atteinte à la personne et qui, d’autre part, repose sur des normes relativement tolérantes à l’égard de la violence tant qu’elle ne remet pas en cause la cohésion de la communauté, et qui justifie la violence contre l’extérieur par le même souci de cohésion et d’identité communautaire. Par ailleurs, une culture fondée sur la force physique – avec un travail essentiellement manuel et un faible appel à l’apprentissage intellectuel – gêne la médiatisation des conflits par la parole. L’étude sur le parricide montre comme facteur déclenchant l’absence de parole, le silence proprement étouffant qui règne au sein des familles concernées53.

56Que ce recours à la violence échappe à la justice se comprend aisément si l’on considère d’abord le cadre de vie – l’habitat dispersé – qui handicape le contrôle et la surveillance étatique : le quadrillage des brigades de gendarmerie ne peut guère contrôler que les phénomènes de violence survenant dans les lieux publics, aptes à être surveillés (cabarets, routes, places des bourgs). Hors cela, les gendarmes connaissent surtout la violence par la voix des plaignants ou celle, plus large, d’une rumeur qui stigmatise les excès. C’est dire également que l’intervention de la justice se heurte à la force des communautés qui d’une part se ferment à son intervention ou la manipulent et, d’autre part, disposent de leurs propres instances régulatrices, via le groupe de la jeunesse et les pratiques d’accommodement dispensées par des notables à l’autorité reconnue. Il y a d’autres modes de régulation des conflits et l’on rejette d’autant plus la justice étatique que la communauté ressent mal l’intervention d’un État prédateur (fiscalité, impôts du sang, réduction des droits d’usage des communautés) et centralisateur.

57Dès lors l’explication de l’évolution vers un déclin du recours à la violence va reposer essentiellement sur le déclin des communautés villageoises et l’emprise plus grande des normes nationales et de l’intervention du contrôle étatique. D’autres facteurs accompagnent tout en le déterminant ce mouvement : réduction des sources de conflits avec la modernisation de l’agriculture et la réduction des inégalités, élévation du niveau culturel, etc. Certains historiens datent la rupture lors du Second Empire, d’autres dans les années 1870-1880, d’autres plus tard encore. En fait l’évolution est variable selon les régions, leur intégration dans une économie commerciale, et le déclin de leurs structures communautaires en fonction notamment de l’exode rural (départ des jeunes).

  • 54 L. Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, 2001.

58Sans doute peut-on affiner le contexte social de l’évolution de la violence dans le monde rural. Mais on peut déjà relever l’intérêt d’une telle analyse, à commencer par la question de la mesure de la violence dans un cadre national. La montée des violences ordinaires (jugées en correctionnelle), constatée à partir du Second Empire, n’est-elle pas en partie artificielle, traduisant en fait un mouvement d’urbanisation ? Comme on compte les faits de violence détectés par la police et les gendarmes, et que cette détection se fait essentiellement avec des préoccupations d’ordre public, plus la population urbaine augmente, plus la visibilité de la violence pour la police s’accroît. Ne peut-on établir également un parallèle avec ce qu’on appelle aujourd’hui les violences urbaines54 ? Ne retrouve-t-on pas, du fait de l’exclusion et de la précarité sociale, une marginalisation de la population dans certains quartiers, avec en leur sein le développement d’un sentiment communautaire, fait d’hostilité envers la société, de l’adoption de normes différentes valorisant la violence comme source d’identité, une violence justement portée par la partie jeune de la population, celle qui est la plus victime de l’exclusion ? La violence collective de ces communautés urbaines marginalisées (aujourd’hui), ressemble, par certains côtés, à celle traduisant la résistance à l’intégration nationale de certaines communautés rurales d’hier (début du xixe siècle)…

59Il reste que cette approche qui se place dans une perspective d’histoire totale (au sens de ne pas séparer l’élément du tout qui le constitue) repose peut-être trop sur les notions de conflit et de mode de régulation des conflits. Quid de la violence gratuite, si elle existe ? Quid de la violence utilisée comme moyen pour des fins prédatrices, dans la criminalité de type professionnel par exemple ?

3.2. Réduire le champ d’observation à des violences homogènes ou à des concrets ?

60C’est pourquoi, tout en gardant l’horizon d’une approche globale du phénomène étudié, il est probable que le plus judicieux est de réduire le champ d’observation et de résister à la tentation, peut-être vaine, de vouloir embrasser toute la violence… Cette notion, très protéiforme, recoupe, rien qu’au plan des incriminations, des formes et des comportements trop variés pour que l’on puisse proposer un cadre unique d’analyse : violence volontaire/involontaire (accident de la route), infanticides/agressions sexuelles et parricides, etc., relèvent de situations et de mobiles très différents, avec une temporalité des tolérances qui est loin d’être uniforme. À reprendre l’image du kaléidoscope de Fr. Chauvaud, il y a trop de différences, comme par exemple entre les rixes compagnonniques et la répression froide et méthodique de la Commune (répression qui ne se perçoit pas comme violence…) pour que l’on puisse faire une histoire d’ensemble en contexte. L’analyse gagne à observer un phénomène relativement homogène dans ses manifestations comme dans ses causalités.

61Il nous semble que les études les plus pertinentes devraient peut-être porter soit sur des violences particulières et – compte tenu des sources judiciaires incontournables qualifiées juridiquement, comme l’homicide, l’empoisonnement, le parricide, les coups et blessures volontaires, les rébellions à agent ; soit envisager des rapports sociaux se prêtant à conflit, pour voir comment s’opère la régulation de ce dernier, comment on recourt on non à la violence pour le résoudre.

62Plusieurs thèses récentes vont en ce sens, comme par exemple celle sur le parricide qui se situe bien dans le cadre de ce que nous proposons, avec une analyse en trois parties, procédant à la façon de l’archéologue : étude des représentations du crime (tabou fortement marqué), analyse du crime dans ses manifestations variées (transgression, acteurs et répression judiciaire), et, à partir des mobiles et du contexte, plongée dans les structures familiales et agraires pour voir comment le parricide est le point d’aboutissement de conflits autour de l’autorité au sein de la famille et de la question de la dévolution des biens. Chacun de ces trois éléments paraît aujourd’hui indispensable à toute histoire de la criminalité. Évidemment le plus difficile est de comprendre pourquoi les mêmes sources de conflit prennent plus d’acuité dans certaines familles plutôt que dans d’autres et pourquoi il y a recours ou non à la violence… mais cela semble bien plus intéressant que de reprendre le discours horrifié des contemporains sur ce crime (ce que l’auteur de la thèse analyse parfaitement d’ailleurs) ou de faire appel aux logiques singulières à chaque cas… Ce qui n’est pas nier l’intérêt d’une histoire des représentations de la violence.

3.3. Représentations : violence subie, dénoncée et stigmatisée

63Contentons-nous ici de suggérer quelques remarques de méthode. En premier lieu, il semble absolument nécessaire de mettre le terme au pluriel et de considérer la diversité des représentations. Trop souvent, du fait de la source utilisée (les médias) on en reste au discours des élites et l’idée que le journal doit refléter l’opinion de ses lecteurs s’il veut vendre mériterait d’être discutée.

64La violence médiatisée n’est-elle pas celle que les pouvoirs souhaitent voir stigmatisée quoi qu’ils en disent parfois ? N’y a-t-il pas connivence à privilégier tout ce qui porte atteinte à l’ordre public (exemple aujourd’hui de la violence spectacle des explosions dans les quartiers dits sensibles) ? Le discours médiatique est rarement contestataire, il semble plutôt se placer du côté des normes officielles… Il serait donc souhaitable de diversifier les analyses selon les médias, avec la différence souvent notée entre grande presse, avide de sensationnel, et presse de province plus proche de la vie de ses lecteurs et donc plus respectueuse de la qualité de l’information. Il serait nécessaire de chercher à appréhender les attitudes envers la violence selon les catégories sociales. Pour les élites on peut prendre appui sur les travaux des « entrepreneurs de morale », tous ceux qui réfléchissent au problème de la criminalité ; mais, plus largement, on peut aussi considérer, pour une large part des notables (notamment en province), l’indicateur des votes des jurés, semble-t-il assez tolérants pour les faits de violence au cours du xixe siècle. Il est plus difficile d’approcher les représentations populaires (là encore il faudrait nuancer selon le cadre de vie, la paysannerie, les ouvriers, les régions, etc.), mais il semble que l’on puisse trouver des indices utiles dans les plaintes déposées (compte tenu de celles qui sont écartées par le parquet), et également dans les dossiers de procédure, à travers les témoignages des personnes non impliquées directement dans les faits de violence, mais aussi, dans les autres délinquances, pour voir, en période d’insécurité, comment on a tendance à grossir le volume de la violence de toute une série de faits qui n’ont que peu de rapport avec elle. À travers le suivi des plaintes et des témoignages on pourrait ainsi mieux discerner l’évolution des seuils de tolérance en fonction de la diversité du corps social.

  • 55 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle, Paris, 1978.
  • 56 A.-M. Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée (xixe-xxe siècles), 2 vol., Paris, 1996.

65En second lieu, nous croyons que l’approche des représentations gagnerait à un plus grand souci de l’histoire et du suivi avec rigueur de leur évolution. On ne devrait pas se contenter de citations dont rien ne garantit la représentativité quant à l’opinion générale ou particulière étudiée. Il serait bon de mettre en série ces citations, et donc, s’efforcer de constituer un corpus réfléchi d’articles de presse, de discours, de plaintes déposées ou de témoignages repris dans les procédures, puis d’appliquer les bonnes règles auxquelles nous avaient habitués les pionniers de l’histoire des représentations quand elle s’appelait encore « histoire des mentalités ». M. Vovelle comptait les clauses des testaments pour établir la chronologie de la déchristianisation55, alors pourquoi ne pas suivre ce modèle, repris d’ailleurs récemment, et excellemment, par A.-M. Sohn dans sa thèse sur les femmes dans la vie privée56, où elle confronte les rôles féminins et leurs représentations en comptant les occurrences de mots employés par les ouvriers, cultivateurs et notables quand ils évoquent, en témoignant devant la justice, leurs conceptions de l’éducation des fillettes, des rapports au sein du couple, des tâches ménagères, de l’éducation sentimentale, etc. Il serait sans doute judicieux de suivre cette méthode -en l’améliorant éventuellement – pour une histoire des représentations de la violence : compter les occurrences des termes employés, en tenant compte naturellement de leur sens à l’époque, et du contexte lexical dans lequel ils sont employés.

66Enfin il serait également utile de ne pas en rester aux seuls discours des contemporains, mais de tenter d’en déterminer les raisons, et particulièrement d’expliquer les évolutions constatées (ou les permanences), notamment les déplacements de seuils de tolérance, donc de les re-situer dans leur contexte : celui des fluctuations de la violence comme des politiques répressives essayant de la maîtriser. Alors on pourra aller au-delà de l’idée commune d’un fossé entre la réalité de la violence et l’image outrancière que l’on en donne, et voir comment et pourquoi il y a ce reflet déformé engendrant la peur, comme de voir aussi comment cette représentation façonne le contrôle social, la politique répressive qui tend alors à étendre son champ d’action, donc le nombre de faits sanctionnés, ce qui n’est pas sans accroître les sentiments d’insécurité et de peur…

67On le voit, nous plaidons pour une histoire de la violence en contexte, on pourrait dire aussi une histoire sociale de la violence ou une histoire totale de la violence. Non pas au sens où il faudrait s’efforcer d’appréhender et additionner l’ensemble des comportements violents dans une société donnée, et d’en suivre l’évolution : nous ne sommes pas loin de penser que c’est une tâche impossible tant le « réel » est médiatisé par des représentations particulièrement déformantes. On ne peut guère suivre que l’évolution de la répression de la violence. Mais si l’histoire de La Violence (comme substantif, acteur usurpé de l’histoire…) est impossible, une histoire du recours à la violence dans la régulation des conflits paraît d’autant plus pertinente qu’elle contraint justement à faire cette analyse en considérant le contexte social dans lequel ce recours trouve tout son sens.

68Une telle approche éviterait le piège d’une naturalisation de la violence comme manifestation de l’instinct agressif de l’homme, d’une violence inhérente aux individus et que la société s’efforcerait de comprimer pour préserver sa cohésion. Reconnaissons qu’une telle conception, peut-être trop caricaturée ici, reste à la base de nombre de travaux intéressants. Cependant entre les approches sérielles qu’elle a suscitées et les études des singularités criminelles dans l’optique d’une culture des sentiments auxquelles nous invite Fr. Chauvaud, nous pensons qu’une analyse en termes de recours à la violence est une voie qui mériterait d’être explorée.

Notes

1 J.-CL.Farcy, L’Histoire de la justice française de la Révolution à nos jours, Paris, 2001, p. 76 83.

2 Pour Fr. Chauvaud « cette histoire impossible des violences rurales se lézarde chaque fois qu’un dossier concret est présenté… » (Fr. Chauvaud, Les violences rurales et l'émiettement des objets au xixe siècle. Lectures de la ruralité, in Cahiers d'histoire, t. XLII, 1997, n° 1, p. 88) et Fr. Ploux estime que l’on « peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure la violence peut faire l’objet d’une enquête historique qui viserait, même implicitement, à dépasser le cadre étroit de la monographie, à s’inscrire dans une perspective comparatiste » et refuse d’inscrire sa contribution dans une « impossible histoire de la violence » (Fr. Ploux, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliation et répression sociale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, 2002, p. 13).

3 J.-cl. Chesnais, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, (collection Pluriel), 1982.

4 Fr. Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris, 1991.

5 A.-Cl. Ambroise-Rendu, Peurs privées, angoisses publiques. Un siècle de violences en France, Paris, 2001.

6 M. Perrot, Les ouvriers en grève, France 1871-1920, Paris-La Haye, 1973.

7 I. Sommier, La violence politique et son deuil. L'après 68 en France et en Italie, Rennes, 1998.

8 N. Duclos, Les violences paysannes sous la Ve République, Paris, 1998.

9 G. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarime : la brutalisation des sociétés européennes, Paris, 1999.

10 A. Corbin, Le village des cannibales, Paris, 1990.

11 Celle-ci est déjà relevée dans l’ouvrage ancien de J.-Cl. Chesnais, lequel la range dans la catégorie du myhe (J.-Cl. Chesnais, Histoire de la violence en Occident…).

12 Cf. à titre d’exemple la synthèse des travaux réalisés dans le Nord par R. Martinage, Punir le crime. La répression judiciaire depuis le Code pénal [Nord], Villeneuve-d’Ascq, 1989 ; ou les thèses d’histoire du droit portant sur la Gironde (E. Burgaud, La criminalité jugée par la Cour d'assises de la Gironde (1811-1914), thèse Université de Bordeaux 1, 1994), l’Eure-et-Loir (G. Mickeler, La peine de mort et les travaux forcés à perpétuité devant la cour d'assises d'Eureet-Loir (1811-1900), thèse de doctorat en droit, Université de Paris Val-de-Marne, Faculté de droit de Paris Saint-Maur, 1999) et la Seine-et-Oise (T. Geoffroy, Les assassinats commis en Seine-et-Oise et dans les Yvelines de 1811 à 1995, thèse Paris II, 1997).

13 J. Guillais, La chair de l'autre : le crime passionnel au xixe siècle, Paris, 1986.

14 G. Gagnon, La criminalité en France : le phénomène homicide dans la famille en Seine-Inférieure de 1811 à 1900. Justice, structures sociales et comportements criminels, thèse de doctorat d'histoire E. H. E. S. S., 1996.

15 S. Lapalus, La mort du vieux. Une histoire du parricide au xixe siècle, Paris, 2004.

16 A. Tillier, Des criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes, 2001.

17 A.-E. Demartini, L'affaire Lacenaire, Paris, 2001.

18 J.-M. Berliere, Le crime de Soleilland (1907). Les journalistes et l'assassin, Paris, 2003.

19 Fr. Chauvaud, Les figures du monstre dans la seconde moitié du xixe siècle, in Ethnologie française, 1991, t. XXI, n° 3, p. 243-253 ; ID., Les criminels du Poitou au xixe siècle, La Crèche, 1999.

20 Notamment sur Marseille (C. Regnard, De la violence à la plainte. Le recours à la justice à Marseille dans la seconde moitié du xixe siècle, Colloque Justice et violence, Aix-en-Provence, journée d'étude du 21 mars 2002, Les Rencontres du Troisième Cycle, Université de Provence : http://quelsmondes.free.fr/evenementiel/justice-violence/actes/regnard.htm).

21 C. Dauphin et A. Farge (dir.), De la violence et des femmes, Paris, 1999.

22 J.-J. Yvorel, La justice et les violences parentales à la veille de la loi de 1898, in Le Temps de l'histoire, n° 2, 1999, p. 15-45.

23 J.-Cl. Caron, À l'école de la violence. Châtiments et sévices dans l'institution scolaire au xixe siècle, Paris, 1999.

24 G. Desert, Aspects de la criminalité en France et en Normandie, in Marginalité, Déviance, Pauvreté en France, xive-xixe Siècles, Cahier des Annales de Normandie, n° 13, 1981, p. 221-316.

25 J.-Cl. Chesnais, Histoire de la violence en Occident…, p. 73-79.

26 B. Aubusson de Cavarlay, La violence vue par les statistiques judiciaires. Catégories juridiques et résultats. France 1836-1936, Colloque IAHCCJ. La violence dans la longue durée, Paris, MSH, 3-4 juin 1994.

27 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris, 1958.

28 J.-Cl. Chesnais, Histoire de la violence en Occident…, p. 157-162.

29 A.-Cl. Ambroise-Rendu, Peurs privées, angoisses publiques…

30 fr. Chauvaud, Les criminels du Poitou…, p. 10.

31 N. Bourguinat, Les grains du désordre. L’État face aux violences frumentaires dans la première moitié du xixe siècle, Paris, 2002.

32 J.-Fr. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle. I. Organisation sociale et mentalités. II. Une société en dissidence, 2 vol., Toulouse, 1987.

33 Fr. Ploux, Guerres paysannes en Quercy…

34 P. Vallin, La violence au village à la Belle Epoque. Questions de méthode, in Violences en Limousin à travers les siècles. Textes réunis par Paul D'Hollander, Limoges, 1998, p. 240.

35 Ibid., p. 251.

36 R. Bizien, Boire, se battre et s'injurier : la violence des conflits ordinaires à Brest à la fin du xixe siècle (1890-1914), in Kreiz 13, Études sur la Bretagne et les Pays Celtiques, 2000, p. 219-242.

37 J.-Cl. Farcy, La jeunesse rurale dans la France du xixe siècle, Paris, 2004, p. 124-131.

38 Fr. Chauvaud, Les criminels du Poitou…, p. 10-11.

39 Encore que deux d’entre elles évoquent des bagarres se terminant par mort d’homme, sans que la justice intervienne… (É. Guillauminn, La vie d’un simple, Paris, 1905 ; A. Sylvere, Toinou, le cri d’un enfant auvergnat, Paris, 1980).

40 B. Aubusson de Cavarlay, M.-S. Hure et M.-L. Pottier, Les statistiques criminelles de 1831 à 1981. La base DAVIDO, séries générales (Déviance et contrôle social, 51), 1989.

41 fr. Demier et J.-Cl. Farcy, Regards sur la délinquance parisienne à la fin du xixe siècle. Rapport de recherche sur les jugements correctionnels du Tribunal de la Seine (années 1888-1894), Centre d’Histoire de la France contemporaine, Paris X Nanterre, 1997.

42 J.-Cl. Farcy et A. Faure, La mobilité d’une génération de Français. Recherche sur les migrations et les déménagements vers et dans Paris à la fin du xixe siècle, Paris, 2003, p. 477-519 (chap. 14 : La migration, « école du crime » ?).

43 M.-S. Hure, Les abandons de poursuite avant jugement et leurs motifs (1831-1932). La base Davido : séries par infractions (Études & Données Pénales, 89), 2001.

44 J.-Cl. Farcy, Le procureur entre l’ordre public et les justiciables : plaintes, procès-verbaux et poursuites pénales à Dijon à la fin du xixe siècle, in Crime, histoire et sociétés, t. IX, n° 1, 2005, p. 79-115.

45 Sur les limites de la source policière, cf. J.-M. Berliere, Les archives de police : des fantasmes aux mirages, in Fr. Chauvaud et J.-G. Petit (dir.), L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires (1800-1939) (Histoire et archives, hors série n° 2), Paris, 1998, p. 291-304.

46 J.-M. Berliere, Le crime de Soleilland…

47 L. Mucchielli, L’enquête de police judiciaire en matière d’homicides, in Questions pénales, t. XVII, n° 1, janvier 2004.

48 J.-Cl. Farcy, Les sources sérielles de l’étude des victimes en histoire contemporaine, in B. Garnot (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ?, Actes du colloque de Dijon, 7 & 8 octobre 1999, Rennes, 2000, p. 95-112.

49 Thèse en cours de C. Brousseaud (Paris IV).

50 Cf. J.-Cl. Farcy, La ville contemporaine (xixe et xxe siècles) est-elle criminogène ?, in Y. Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin xviiie siècle-début xxe siècle), Actes du colloque de Rouen, 4-7 décembre 2002, Paris, 2005, p. 20-31.

51 P. Miquel, La main courante : les archives indiscrètes de la police parisienne, 1900-1945, Paris, 1997.

52 Pour une présentation et une première utilisation de cette source, cf. J. Cl. Farcy, Archives policières : les répertoires des procès-verbaux des commissariats parisiens, in Recherches contemporaines, n° 5, 1998-1999, p. 5-44.

53 S. Lapalus, La mort du vieux…, p. 479-489 (« de la parole au geste »).

54 L. Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, 2001.

55 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle, Paris, 1978.

56 A.-M. Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée (xixe-xxe siècles), 2 vol., Paris, 1996.

Auteur

(Université de Bougogne-Centre Georges Chevrier)

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540