Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence, conciliation et répression

 | 
Aude Musin
, 
Xavier Rousseaux
, 
Frédéric Vesentini

Décrypter la violence dans l’histoire : la République, la Ville, l'Etat

La violence dans la France moderne : une violence apprivoisée ?

Benoît Garnot

Texte intégral

1C’est un peu une idée reçue, y compris chez les historiens, de considérer les sociétés anciennes comme plus violentes que la nôtre. Il aurait fallu, dit-on souvent, attendre le xviiie siècle pour voir la violence commencer à reculer, et aussi à changer de nature, en devenant moins fruste et spontanée, en quelque sorte « apprivoisée ». L’idée de « civilisation des mœurs », développée par N. Élias, illustre bien cette conception. Pourtant, les travaux récents menés sur cette question amènent à contester cette vision.

  • 1 R. Muchembled, La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du xve au (...)
  • 2 J. Queniart, Le grand Chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale au X (...)
  • 3 Un bilan des travaux sur la Bourgogne est présenté dans B. Garnot, La violence et ses limites dans (...)

2L’étude de la violence dans la France moderne a donné lieu ces dernières années à des travaux importants. R. Muchembled, en se fondant sur les lettres de rémission, s’est intéressé à l’exercice de la violence dans les campagnes de l’Artois du xve au xviie siècle, décrivant ses temps, ses lieux, ses formes et sa généralisation, expliquant la banalité et l’ambivalence du phénomène en faisant référence aux peurs, aux dangers, aux maladies, c’est-à-dire aux causes de production de mécanismes de défense ordinaires et quotidiens, dirigés en particulier contre les étrangers1. J. Quéniart, lui aussi, s’est intéressé à la violence, aux normes et aux comportements, mais cette fois dans la Bretagne rurale au xviiie siècle, en s'attachant à la description des différentes formes de cette violence, au sein des familles, entre les individus, entre les catégories sociales, en démontant de l'intérieur ses mécanismes, en cherchant à l’expliquer par la présentation des normes et des comportements, et des règles des rapports entre les sexes et à l'intérieur des groupes2. La place et les mécanismes de la violence ont également été scrutés de près dans la Bourgogne des xviie et xviiie siècles3. Ces travaux, et d’autres encore, permettent une approche nuancée de la violence dans la France moderne.

3Les archives judiciaires constituent l’essentiel des documents utilisables dans ce domaine. Elles peuvent être abordées de deux façons différentes. La première, l’approche quantitative, suppose l’établissement de listes des crimes poursuivis et des caractéristiques de leurs auteurs (âge, sexe, milieu social et professionnel), pour analyser leur répartition et leur évolution. La seconde, l’approche qualitative, se fonde sur les dépositions des témoins et les interrogatoires des accusés, et débouche sur une description des modalités des actes de violence. Mais les deux approches aboutissent à une vision biaisée de la réalité.

1. Les mesures de la violence : fréquence et intensité

4L’approche quantitative a permis, il y a une trentaine d’années, d’élaborer la théorie, aujourd’hui abandonnée, du passage de la violence au vol. En comptant les crimes commis, essentiellement d’après les archives des juridictions d’appel (les parlements), on s’est aperçu qu’au cours du xviiie siècle les crimes contre les personnes, majoritaires jusque-là, sont devenus minoritaires dans le contentieux, alors que les crimes contre les biens connaissaient l’évolution inverse. On a expliqué cette évolution par une modification des mentalités, notamment par le développement de la maîtrise de soi, ainsi que par l’enrichissement général de la société au cours du xviiie siècle, qui aurait suscité une augmentation du nombre des vols.

5En réalité, cette théorie repose sur une utilisation des archives judiciaires sans exigence critique suffisante. Pour le prouver, il suffit d'analyser les problèmes de procédure. Les procès criminels sont divisés en cinq phases : l'information (à la suite d'une plainte, le juge compétent informe en descendant sur les lieux, en recueillant les pièces à conviction et en auditionnant les témoins) ; la mise en accusation et l'interrogatoire de l'accusé, qui peuvent déboucher sur l'inculpation ; si l'affaire est grave, l'ouverture de l'instruction proprement dite, avec essentiellement la confrontation de l'inculpé aux témoins ; le jugement par le tribunal compétent, en effectuant la visite, c'est-à-dire l'examen des pièces du dossier, et en procédant au dernier interrogatoire de l'accusé, puis en prononçant la sentence ; enfin l'appel devant un parlement.

6Beaucoup de chercheurs se sont attachés à l'étude des procès jugés en appel devant les parlements. Or, cette démarche procure une image tout à fait déformée du processus pénal. Le meilleur exemple est fourni par les études faites à partir de l'Inventaire 450, conservé aux Archives nationales. C'est une table alphabétique des accusés jugés en appel au parlement de Paris par la Chambre criminelle (la Tournelle) de 1700 à 1790, qui indique pour chaque accusé ses nom, prénom, âge, profession, domicile, juridiction d'origine, accusation, peines prononcées par la juridiction d'origine, dates des arrêts de la Tournelle, peines prononcées par la Tournelle. Cette source semble donc présenter un très grand intérêt, grâce à son caractère synthétique, et a été beaucoup utilisée, sans qu’on remarque que seule une minorité d’affaires partait en appel. En Anjou, par exemple, dans la sénéchaussée de Baugé, cent trente et un procès criminels sont jugés de 1764 à 1789, mais on en retrouve vingt-huit seulement dans l'Inventaire 450 ; la proportion est semblable pour le présidial de Château-Gontier où pendant la même période seulement vingt-sept des cent trente-cinq affaires jugées vont en appel. De plus, la proportion des appels est beaucoup plus faible dans la première moitié du xviiie siècle que dans la seconde : aucune affaire en provenance du présidial d'Angers n'est répertoriée dans l'Inventaire 450 entre 1700 et 1704, alors que le présidial a statué sur au moins cinquante-neuf affaires. Il y a donc une évaporation considérable, qui diminue au cours du siècle, mais pas assez pour que les appels deviennent représentatifs des procès jugés en première instance. La théorie du passage de la violence au vol reflète donc l’évolution du contentieux dans les juridictions d’appel, mais celui-ci ne peut pas être considéré comme révélateur de la réalité criminelle.

7Puisque les appels ne sont pas du tout fiables pour la connaissance de la criminalité, il faudrait aller voir tous les procès dans les juridictions de première instance. Or, cette solution non plus n'est pas satisfaisante, et pas seulement parce qu'il faut dépouiller beaucoup de documents pour pouvoir faire un travail significatif, ce qui est extrêmement long. Une autre évaporation en effet se produit au niveau de l'information. D'abord pour une raison de conservation : les procédures ont disparu dans de nombreux dépôts d'archives. Même là où les sentences ont été conservées, elles sont de toute façon très insuffisantes pour rendre compte de la réalité criminelle, un grand nombre d'affaires ne dépassant pas le stade de l'information, qui s'arrête précocement, sans prolongement pénal. C'est le cas, par exemple, de 50 % des informations en Bretagne au xviiie siècle. Les causes de ces abandons peuvent être le désistement de la partie civile, les transactions conclues entre la victime et le coupable, et surtout l'insuffisance des preuves. Pour s'approcher davantage de la criminalité réelle, il faudrait donc examiner les plaintes, et pas seulement les jugements. Or, il est rare de retrouver des registres de plaintes.

8En outre (et c’est encore plus gênant), même le contentieux traité dans les juridictions de première instance ne donne qu’une vision très incomplète, non pas de la réalité pénale, mais de la réalité criminelle. En effet, une grande partie des conflits, la majorité peut-être, ne passe pas en justice, soit parce que celle-ci n’en a pas connaissance, soit surtout parce que les protagonistes et le milieu dans lequel ils évoluent préfèrent les traiter sans faire appel à elle, en utilisant des processus infrajudiciaires ou parajudiciaires. Bref, toute mesure de la réalité criminelle est impossible : on ne peut donc pas plus soutenir la théorie du recul de la violence au cours du xviiie siècle que la théorie inverse. Bien plus, on ne peut même pas quantifier l’importance de la violence dans la France moderne.

9En revanche, l’intensité de la violence peut être mesurée avec une plus grande fiabilité en s’appuyant sur les dépositions des témoins et les interrogatoires des accusés, même si ceux-ci n’ont été conservés que dans une minorité de procédures. On s’aperçoit que cette intensité reste limitée, dans la mesure où, dans la plupart des affaires, l’homicide ne constitue pas le but recherché ; d’ailleurs, les armes sont rarement utilisées, et on se sert plutôt de ses mains et de ses pieds. Les violents ne cherchent presque jamais à tuer, ni même à blesser sérieusement leur adversaire, mais seulement à rétablir par un acte symbolique et public, verbal ou physique (ou les deux à la fois), un équilibre rompu. C’est évident pour les injures et les menaces, mais aussi pour la violence physique, dans laquelle il s’agit aussi surtout d’humilier l’adversaire, donc de le renverser, et une fois à terre de le frapper modérément, ou encore de lui arracher son chapeau, ou sa perruque s’il en porte une, objets dont on connaît la signification symbolique. Cette dimension symbolique apparaît bien aussi dans le fait que les parties du corps les plus touchées varient selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme ; si les coups portés à la tête et au visage sont les plus fréquents, le ventre est plus visé chez les femmes que chez les hommes. Endommager les vêtements de quelqu’un est aussi un acte fréquent dans ces circonstances, aussi grave symboliquement que de le blesser, et la justice le prend très au sérieux. Au total, cette société ne manifeste pas un acharnement meurtrier, tout au contraire.

10Certes, la violence physique peut devenir dangereuse, voire mortelle, mais c’est beaucoup plus à cause de l’environnement matériel dans lequel elle s’exerce que des intentions des protagonistes. La plupart des combats se déroulent sans armes, à coups de pieds surtout, de poings un peu moins, mais aussi avec des morsures et des griffures (dans ce cas, il s’agit surtout de femmes) : les conséquences physiques sont bénignes, voire nulles. Mais il arrive aussi qu’on utilise des objets, ceux qu’on a sous la main lorsque la bagarre éclate : outils dans les champs ou à l’atelier, objets les plus divers au cabaret, notamment les chandeliers, les tables, les bancs, les assiettes et les verres, les couteaux, les bûches, les pots. L’utilisation d’une arme est rare (et cette rareté est significative), bien qu’en ville certains portent l'épée, sans parler du couteau que tous les ruraux (et beaucoup de citadins) ont sur eux en permanence. Si certaines bagarres aboutissent à une mort d’homme, l’homicide est le plus souvent involontaire et il apparaît comme la conséquence d’une utilisation maladroite de l’objet, voire de l’arme, dont disposait le coupable. Si les combats sont parfois violents, les blessures sont rarement mortelles, et quand elles le sont, c’est le plus souvent par accident ; la violence, quelle que soit sa forme, prend surtout l’aspect d’un rituel symbolique qui tend à rétablir un équilibre en humiliant un adversaire coupable d’écarts de conduite.

11Au total, l’exercice de la violence n’est ni spontané, ni débridé. Au contraire, il semble limité et dominé.

2. Les modalités de la violence : catégories et circonstances

12La législation et surtout la jurisprudence permettent d’établir un catalogue et une hiérarchie des comportements violents. Au plus bas (parce que le moins sévèrement punie) figure la violence verbale : les injures d’abord (la plupart sont à caractère sexuel), les menaces ensuite. Plus graves apparaissent les violences physiques, qui connaissent aussi leur propre hiérarchie : les simples coups, puis les homicides, enfin les assassinats, qui ont aussi leur propre gradation en fonction de la qualité de la victime, le parricide en constituant la variante considérée comme la plus grave, passible des châtiments les plus terrifiants.

13Le premier niveau de la violence verbale, est constitué par les injures. Il est aisé d’en dresser un catalogue pittoresque. Ces injures peuvent être occasionnelles ou fréquemment réitérées, parfois quotidiennement. Elles peuvent aussi passer par l’affichage anonyme de signes d’infamie, comme des têtes d’animaux à la fenêtre ou à la porte d’un rival. Mais quelles que soient les formes et les lieux, les injures mettent en cause principalement les mœurs de la victime, moins souvent son niveau social, son honnêteté ou sa capacité professionnelle. Cette hiérarchie révèle l’échelle des valeurs morales reconnue par les contemporains, laquelle place au sommet la pureté des mœurs, en particulier celles des femmes, garante de l’honneur et du prestige des hommes de la famille, et assez loin derrière l’apparence sociale et la situation économique. À côté de l’injure, la menace constitue une autre forme de violence verbale, menace contre les biens, mais aussi menace contre les personnes. La menace d’incendie est un classique de l’exercice de la violence verbale ; elle peut s’accompagner d’une menace d’empoisonnement. On menace donc d’abord les biens, en promettant la ruine à la victime, puis (éventuellement) les personnes. Les menaces homicides comportent leur propre gradation ; certaines sont indirectes, d’autres peuvent être directes. La menace homicide n'est adressée directement qu'à un destinataire plus faible, dont on sait qu'il ne pourra pas réagir aux propos tenus ; lorsque ce risque existe, la menace de mort n'est proférée qu'en l'absence de son destinataire. Tout cela montre, encore une fois, que derrière la spontanéité apparente des attitudes, il existe en fait une grande lucidité de la part des protagonistes, qui savent ce qu'on peut dire en fonction des circonstances : il y a un code social implicite des injures et des menaces, c’est évident.

14La violence physique peut succéder tout naturellement aux injures et aux menaces, ou les accompagner. Une gradation peut être observée là aussi, des simples coups à l’assassinat. Mais tout compte fait, quelles qu’en soient les modalités, la violence éclate principalement lorsque les individus se sentent atteints dans leur honneur personnel ou familial, voire professionnel, c’est-à-dire lorsque les codes qui régissent leur apparence sociale et leurs relations mutuelles paraissent rompus.

15Pourtant, cette hiérarchie ne correspond pas exactement à celle qui est perçue par la population. L’examen (encore récent et extrêmement incomplet pour l’instant) des justices seigneuriales permet de s’en apercevoir. On se rend compte que la violence physique, sauf exceptions, semble perçue le plus souvent comme moins grave que la violence verbale. Un coup reçu est sans conséquences graves dans la plupart des cas ; au contraire, l’injure, lorsqu’elle est publique, s’attaque à l’honneur même de la personne (le courage chez les hommes, la fidélité chez les femmes mariées, la virginité chez les jeunes filles, etc.) : comme toute personne déshonorée risque de se retrouver exclue du corps social, on mesure facilement la gravité de la chose.

16Une distorsion similaire entre apparence et réalité peut être constatée aussi à propos des circonstances et des lieux de la violence. La violence, semble-t-il, se rencontre surtout au travail, au cabaret, dans la rue, au domicile, bref dans les lieux publics. C’est surtout le cabaret qui fournit un cadre privilégié à l’éclatement de la violence, parce qu’il constitue une sorte de théâtre dans lequel toute atteinte à l’honneur, même minime, peut devenir d’autant plus insupportable qu’elle est largement publique. Toute personne entrant au cabaret doit savoir se présenter selon les règles et s’intégrer à la compagnie en suivant des codes tacites, mais précis. Il peut donc suffire de peu de chose pour que des heurts éclatent, un signe presque imperceptible pouvant être interprété comme une déclaration d’hostilité : tel violent tombe à coups de bâton sur celui qu’il vient de saluer, auquel il reproche de lui avoir serré trop fort la main, tel autre individu est victime de violences parce qu’il refuse de payer le verre qu’il a commandé et bu. Un simple regard peut conduire à une réaction violente. En outre, la consommation d’alcool tend à faire disparaître les autocontraintes nées de l’éducation. Enfin, la violence qui apparaît après coup peut avoir son amorce au cabaret.

17En ville, dans les rues, le grand nombre des passants crée des occasions de conflits. Les occasions de heurts sont fréquentes dans des rues étroites et fréquentées, et les embarras de la circulation ne sont pas les moindres. Les foires et les marchés aussi, ainsi que les fêtes, comme tout rassemblement de population, font naître des risques de violences. Les marchés sont des lieux d'intense vie sociale, où tout le monde se connaît : peuvent ainsi s’y mélanger diverses causes de conflits, qu’il s’agisse des relations de voisinage, des raisons familiales, des questions de rang et d’honneur, des relations de travail. Le marchandage débouche parfois sur des querelles, et dans ce type d'incidents, ce sont les femmes qui s'illustrent le plus souvent.

18La violence s’affirme surtout le soir, lorsque les rassemblements se terminent, quand l’ébriété est montée : des bagarres peuvent éclater sur le lieu du rassemblement, ou sur les routes et les chemins lorsque chacun rentre chez soi. Il arrive que cette violence des fins de fête dégénère et qu’elle permette un défoulement des pulsions qui semble incontrôlé ; en fait, il est probable que dans ces affaires qui nous paraissent telles, faute de documents précis, le choix des victimes n’est pas dû au hasard, mais s’explique par des inimitiés antérieures à l’incident, qui se cristallisent à l’occasion de circonstances exceptionnelles. La nuit, enfin, permet souvent le passage à l’acte, à cause de l’anonymat qu’elle est supposée fournir. Même en ville, la nuit est le moment sinon de la peur, du moins de l’inquiétude, surtout quand les rues ne sont pas éclairées ; or elles ne le sont que tardivement et très incomplètement.

19Les archives judiciaires nous montrent donc que la violence culmine dans les lieux publics (rues, places, marchés, fêtes, cabarets, etc.), alors qu’elle semble peu présente dans les lieux privés. La violence apparaît également comme plus présente pendant l’été que pendant l’hiver, les jours fériés que les jours travaillés, le soir que le matin, etc. En fait, cette répartition traduit la connaissance des faits de violence par la société et par la justice, beaucoup plus que leur réalité. Il est logique que les actes de violence accomplis devant témoins soient plus fréquemment portés en justice que ceux qui se produisent en privé, dans le huis clos des familles. En fait, la violence est présente aussi dans le cadre privé, à l’intérieur des familles, entre pères et enfants, comme entre maris et femmes, mais elle s’y pratique discrètement et n’a guère laissé de témoignages écrits. Encore une fois, il est impossible de quantifier quoi que ce soit.

3. Violence et société : utilité et traitement

20Il est impossible, nous l’avons montré, de connaître l’importance quantitative de la violence, ainsi que son évolution. Il semble évident, également, que la violence ne constitue qu’une composante minoritaire des comportements en société, faute de quoi d’ailleurs cette même société ne serait pas viable. Pour autant, la violence a deux utilités, l’une qu’on pourrait qualifier d’ « interne », l’autre d’ « externe ».

21La violence sert d’abord à rétablir des équilibres rompus : l’injurié, spolié de son honneur, peut le récupérer en humiliant physiquement son adversaire (ou en le faisant humilier par une personne le représentant). La perte de l’honneur constituant la pire des déchéances, la défense de l’honneur peut ainsi impliquer l’exercice de la violence contre quiconque paraît le menacer par ses paroles (injures, calomnies et médisances) ou par ses actes (dans tout ce qui concerne les manières de se comporter en société), et dans ces circonstances il n’est pas moins logique que celle-ci semble rarement condamnable aux communautés quand elle est exercée « loyalement », à visage découvert et à égalité de chances, et que, sauf lorsqu’elle semble excessive ou injustifiée, elle apparaisse comme une forme normale de la sociabilité ordinaire.

22D’autre part, la violence permet de reconstruire, quand il en est besoin, la cohérence d’une société donnée, notamment lorsqu’elle est exercée collectivement par les jeunes gens du village contre ceux d’une autre communauté : tous les habitants se sentent alors unis derrière leurs jeunes gens et les dysfonctionnements de la société locale s’estompent ponctuellement. D’autre part, en temps normal, les communautés tolèrent l’existence d’individus qui vivent, au moins en partie, d’illégalismes (braconniers, sorciers et guérisseurs, etc.) ; il s’agit pour l’essentiel de marginaux, mais des marginaux en général originaires du lieu et partiellement intégrés dans la communauté, tout en se distinguant de l’immense majorité de ses membres par la non-conformité au moins partielle de leur manière de vivre. Si leurs différences et leurs déviances sont tolérées, c’est d’une part parce qu’il peut être utile à toute communauté de conserver en son sein un espace de marginalité pour souder par contraste sa propre cohérence, d’autre part parce que les activités illégales de ces marginaux sont partiellement utilisées à leur profit par les habitants, qui n’hésitent pas, par exemple, à consulter les sorciers ou à acheter du gibier aux braconniers. C’est conjoncturellement, s’il se produit un événement qui ébranle la cohésion de la communauté et qui paraît la menacer, que ces marginaux risquent d’en devenir, même sans preuves, les responsables putatifs aux yeux d’une partie ou de la quasi totalité des habitants : de marginaux tolérés, voire intégrés, ils sont alors transformés en criminels rejetés par leurs pairs, contre lesquels peut s’exercer une violence salvatrice, car permettant d’évacuer les angoisses générées par une situation inhabituelle.

23La violence a donc une utilité sociale. Mais quand elle devient excessive, c’est-àdire lorsqu’elle constitue un danger pour une société donnée, cette utilité disparaît et il faut la traiter pour s’en protéger. Dans la plupart des cas, on fait appel à des processus de nature infrajudiciaire. Si l’infrajustice a vocation à concerner tous les types de conflits que la justice est aussi susceptible de traiter, elle suppose, pour le faire, une certaine organisation, qui la distingue d’autres modalités de traitement extrajudiciaire, en particulier de la parajustice. L’infrajustice repose sur un consensus social au niveau local ; ce consensus s’accorde en particulier sur la nécessaire intervention de tiers, individuels ou collectifs, pour parvenir à un règlement entre les parties en conflit ou pour l’entériner, règlement qui, de ce fait, prend concrètement force d’obligation morale et sociale aux yeux non seulement de ces parties, mais de tous les membres de la communauté concernée. L’infrajustice a donc un caractère public ou semi-public, parfois même officiel, mais, dans ce dernier cas, hors du cadre de la justice et dans celui d’une autre institution, par exemple lorsqu’elle implique comme tiers un notaire ou un curé ou un consistoire ou une corporation, etc., ce qui n’empêche aussi la justice d’entériner, à l’occasion, des accords infrajudiciaires. On se met donc d’accord sur le choix d’un arbitre pour régler un conflit, sa décision devant avoir force d’obligation. En général, le coupable doit reconnaître publiquement ses torts et verser à sa victime une somme d’argent, compensatoire des dommages subis, décidée en rapport avec ses possibilités pécuniaires, mais suffisamment élevée aussi pour le dissuader de recommencer ; ensuite, la communauté peut recommencer à fonctionner normalement, comme avant, sans que personne en ait été exclu, même pas le responsable de l’incident.

24Mais en cas de récidives multiples, lorsque tel ou tel violent devient un danger pour l’ensemble de la communauté, il arrive qu’on fasse appel à la justice : celle-ci prononce des peines d’exclusion (le bannissement, les galères, la mort, etc.), qui permettent d’extirper du corps social celui qui le menace trop. La solution judiciaire est sans doute la moins fréquente et elle n’intervient qu’en dernier recours. Elle ne s’oppose pas à la solution infrajudiciaire : les deux sont complémentaires, et l’on fait appel à l’une ou à l’autre, souvent même à l’une puis à l’autre, en fonction des circonstances et des besoins conjoncturels.

25La société d’Ancien Régime n’est pas structurellement une société violente. Certes, la violence fait partie des rapports humains, mais elle n’en constitue qu’un stade paroxystique et éphémère, et surtout minoritaire, inséré dans un cadre général le plus souvent pacifique. Elle est même organisée, formalisée, le plus fréquemment dominée, parfois utilisée, et elle s’insère dans une sociabilité particulière, où les rapports humains s’organisent avec une grande cohérence et à la régulation desquels tous participent, chacun à sa place. On est bien loin d’un monde déchiré en permanence par les bagarres et les règlements de comptes, exercés par des individus frustes et impulsifs. En réalité, la violence est l’exception, et ses lieux privilégiés ne la connaissent qu’épisodiquement ; ils restent la plus grande partie du temps le cadre d’une sociabilité pacifique, qu’il s’agisse des cabarets, perçus très majoritairement comme des havres de plaisir et de repos, des rues, des foires et des marchés, ou encore des familles, au sein desquelles les solidarités sont plus fréquentes que les conflits. Mais la violence est surreprésentée dans les archives judiciaires, alors que les situations pacifiques, largement majoritaires, n’y apparaissent guère, sauf en « négatif », en quelque sorte, dans les dépositions des témoins. Dans la France moderne, la violence est apprivoisée.

Notes

1 R. Muchembled, La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du xve au xviie siècle, Turnhout, 1989.

2 J. Queniart, Le grand Chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale au XVIIIE siècle, Rennes, 1993.

3 Un bilan des travaux sur la Bourgogne est présenté dans B. Garnot, La violence et ses limites dans la France du XVIIIe siècle : l’exemple bourguignon, in Revue historique, 1998, n° 606, p. 235-251 ; voir aussi du même auteur Intime conviction et erreur judiciaire ? Un magistrat assassin au XVIIe siècle, Dijon, 2004.

Auteur

(Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier)

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable