Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Énergie, pollution de l’air et développement durable

 | 
Claude Ronneau

Chapitre 8. Perspectives et conclusions

Texte intégral

1Le tour d’horizon présenté dans ce livre fait état d’une planète Terre accablée par une consommation effrénée d’énergie fossile, en proie à une surexploitation de ses ressources naturelles, soumise à une démographie débridée, à une déstabilisation galopante de son atmosphère, ... Cette atmosphère si précieuse dont les capacités d’hébergement de la vie végétale, animale et humaine commencent à être sérieusement altérées. Face aux différents constats qui ont été exposés, trois attitudes sont possibles :

  • l’indifférence devant une évolution qui affectera les générations à venir. Cette attitude semble prévaloir actuellement chez la majorité des habitants de la terre, préoccupés qu’ils sont, pour les plus pauvres, d’assurer au jour le jour une survie précaire et, pour les plus nantis, de conserver voire d’amplifier un bien-être dont il semble incongru de vouloir se détacher ;
  • l’optimisme étayé par l’espoir que la science et l’ingénierie parviendront à dénicher de nouvelles sources d’énergie et/ou des techniques rentables pour dompter l’énergie du soleil, dorénavant source de vecteurs énergétiques irréprochables tel l’hydrogène ;
  • le pessimisme suscité par le fait que, à ce jour, ni la science ni les techniques ne sont parvenues à freiner le délabrement et l’épuisement irréversible d’une planète désormais incapable de subvenir aux besoins les plus élémentaires de la majeure partie d’une population dont le foisonnement paraît irrépressible. Ce pessimisme est alimenté aussi par le constat d’une certaine stagnation dans le développement de ressources énergétiques nouvelles, originales. Ce n’est pas l’inventivité humaine qui est en défaut mais bien les ressources de la planète.

2Le principe de précaution exige que les scénarios pessimistes (mais cependant vraisemblables) soient prioritairement pris en compte. En matière de survie de l’espèce humaine, on n’est jamais assez prudent ! Nous allons donc émettre des conclusions imprégnées d’un certain catastrophisme, tout en restant convaincu que l’intelligence humaine parviendra à maîtriser une situation grave mais pas encore désespérée. Il n’est évidemment pas question ici de se lancer dans des visions prophétiques mais, plus modestement, plus prosaïquement, d’émettre les quelques considérations de bon sens qui s’imposent à l’examen des données les plus factuelles portant sur l’état de notre Terre.

CONSTATS

1. Les économies d’énergie

  • 1 Thonier V. : dans Science et Vie, n° hors série : « 2001 Energie, les défis à venir », p 91, mars (...)

3Le meilleur gisement d'énergie pour le futur, c'est l'économie : c'est l'énergie que l'on n'a pas consommée. Il est grand temps de calmer Prométhée ! Chaque joule que nous n'envoyons pas en fumée est un joule acquis à l'avenir, non polluant, et qui retarde l'échéance de l'effet de serre. En France, en hiver, lorsque la température baisse de 1°C, la puissance supplémentaire appelée sur le seul réseau électrique se monte à 1 GW sur un total de 50 à 70 GW, soit la puissance d’un réacteur nucléaire1 ! A ce compte, le port de chandails de bonne laine s’avère un excellent investissement à l’échelle du pays. Malheureusement, ce genre de comportement est encore bien loin d'imprégner les esprits. Les seules brèves réactions d'économie qui surgissent de temps en temps ne sont jamais que la conséquence de flambées de prix occasionnelles. La seule manière efficace pour un gouvernement d'imposer de réelles économies d'énergie serait d'en augmenter significativement le prix. Mais il s'agirait là d'un suicide économique et politique, puisque toute la prospérité actuelle est justement basée sur le gaspillage d'une énergie encore trop bon marché. On a bien vu comment la crise pétrolière des années soixante-dix a balayé l'euphorie béate des « Golden Sixties »en montrant aux nations industrialisées que l'énergie pouvait coûter plus cher que son prix de revient. En ce mois de mai 2004, des pressions politiques très rudes sont exercées sur les pays de l’OPEP afin qu’ils acceptent de relancer la production de pétrole : c’est que la reprise économique est sérieusement menacée par la flambée des prix du brut. Plus que jamais, la santé économique se jauge en termes de consommation d’énergie fossile !

4Mais la vraie crise de l'énergie, celle de la disette, n'est pas encore à nos portes : en 1973 et 1977, il ne s'agissait que d'une réaction des pays producteurs vis-à-vis du dictat insupportable des pays consommateurs qui étaient encore les seuls à fixer les prix. Le choc pétrolier a, d'une certaine manière, été salutaire. Il a montré combien était précaire notre situation, toute de dépendance, et combien était fragile ce bien-être bâti à la hâte sur le recours majeur à une seule forme d'énergie. On s'est alors empressé de mettre une sourdine au triomphalisme et on a commencé à parler d'économies. Les entreprises industrielles, les producteurs d’électricité, se sont montrés à la pointe de l'innovation en la matière parce que, dans la conjoncture actuelle, leur survie ne se mérite plus qu'en grappillant la moindre miette de rendement. Il n'en reste pas moins que la production ne diminue pas : bien au contraire, la bonne santé économique s'apprécie toujours en termes de tonnages de matières extraites, transformées, distribuées, vendues ... pour devenir rebut et encombrer les dépotoirs. C'est que le progrès continue à se mesurer en unités de gaspillage : la seule timide amélioration a consisté à injecter un peu moins d'énergie dans les chaînes de production. Mais puisque nous continuons à consommer plus, il ne reste qu'à refaire le constat de multiples gâchis croissant au rythme du PNB.

5Il faut économiser les substances produites à grands frais par l’industrie : nous avons, à titre d’exemple, insisté sur le coût énergétique de la production d’ammoniac, point de départ de la production des engrais azotés. Il est impensable que l’on continue à sursaturer les cultures de ces engrais dont on commence par ailleurs à éprouver le potentiel polluant.

6Les économies d'énergie, c'est aussi une question de gestion globale des espaces, de l'habitat, des modes de vie, gestion à peine ébauchée dans nos pays. On a rendu les villes invivables à force de les éventrer. Le citadin s'est exilé vers de bucoliques villages-dortoirs, vers un milieu plus naturel, plus humain, à présent envahi par de modernes fermettes rustiques. Mais le lieu de travail est resté où il était et les navettes sont devenues plus longues. Le soi-disant retour à la campagne n'a été rendu possible qu'avec plus de voitures, plus d'autoroutes, plus de demeures de type pavillonnaire, dévoreuses d'énergie thermique et dont le summum du confort exige une climatisation efficace en été. Les vacanciers, quant à eux, exigent de plus en plus de dépaysement, de plus en plus d’exotisme : il leur faut la garantie d’un soleil souvent trop absent du pays dans lequel ils vivent … Mais ils exigent aussi que leur voiture, leur appartement de vacances soient équipés d’un climatiseur.

2. Les économies d’énergie et le recyclage

7Notre civilisation est autant tributaire de l'énergie que des matériaux, car ceux-ci participent aussi activement à un confort chèrement acquis. Machines ménagères, voitures, appareils de télévision et de radio sont de plus en plus performants, entre autre parce que des matériaux de plus en plus élaborés leur garantissent une meilleure fiabilité. Mais les ressources en ces matériaux sont limitées parce que, à l’instar des combustibles fossiles, ils sont extraits de gisements épuisables. Des métaux auparavant communs deviennent ou vont devenir rares : si on devait conserver le rythme de production actuel, beaucoup de gisements métalliques seraient épuisés dans quelques dizaines d'années ... avec cette circonstance aggravante que ces métaux sont parfois toxiques et sont finalement dispersés dans l'environnement qu'ils contaminent. On traite les réserves de métaux avec la même désinvolture que les réserves d'énergie : on oublie qu'il s'agit d'un capital et on vide les gisements qui sont le coffre-fort de la planète. Notre système économique, là encore, est basé sur une vision à court terme dans laquelle le profit immédiat est le critère de valeur. Dans cette logique, nous ne serons poussés aux économies et au recyclage que lorsque les métaux seront devenus rares et coûteux, au moment où nous aurons commencé à épuiser les dernières réserves, autrement dit, quand il sera déjà trop tard. Le recyclage s'impose dès à présent, même s'il ne relève pas toujours d’une économie à court terme. Si le recyclage est vital dans une gestion à long terme de nos richesses minérales, il l'est aussi du point de vue de l'énergie : il coûte plus cher en énergie de produire des métaux à partir de minerais qu'à partir de mitraille. Pour obtenir une tonne de fer à partir de minerai, il faut dépenser 4 000 kWh ; à partir de ferraille, il n'en faut plus que 1 500. Pour l'aluminium, le constat est encore plus net : 51.000 kWh contre 2 000. Envoyer des métaux à la décharge, c'est donc aussi y disperser une énergie précieuse (et polluante). C'est d'ailleurs vrai pour toute espèce de matériau élaboré. Du point de vue des déchets comme du point de vue de l'énergie, il est inquiétant de constater que gaspillage et richesse semblent aller de pair.

8Le tableau VIII.1. dresse le bilan de la production de déchets dans quelques pays européens : quantités énormes par comparaison avec celles produites par les pays pauvres mais faibles en regard de ce que produit l’Américain moyen. Notons que, suivant la même source de statistiques relatives à l’année 1980, chaque Belge produisait alors 313 kg de déchets par an, le Français 272, le Grec 259, le Danois 423, le Portugais 221 … on constatera le bilan de près de vingt années de « progrès » !

Tableau VIII.1. Quantité de déchets municipaux dans l’UE (en kg par an et par habitant ; 1999 – source : EUROSTAT)

Tableau VIII.1. Quantité de déchets municipaux dans l’UE (en kg par an et par habitant ; 1999 – source : EUROSTAT)

9Il faut organiser la société pour un recyclage poussé des ressources. Il serait suicidaire de poursuivre la liquidation des réserves de matières et d’énergie au rythme actuel : il est urgent de réviser notre appréciation de la valeur des matériaux qui encombrent les décharges ou qui sont envoyées en fumée dans des incinérateurs construits à grands frais. Nous devrions en arriver à ce que le concept de déchet ménager n'existe plus. Le tout premier problème énergétique du recyclage est celui du tri. Le chapitre consacré à l'énergie a montré que le désordre équivaut à une perte de qualité, à une dégradation. Ce constat reste vrai quel que soit le système considéré et, dès le moment où, par exemple, les rebuts du ménage sont mélangés, leur dégradation en est accrue puisqu’ils en sont plus malaisés à revaloriser. Il coûte cher en énergie de séparer des déchets mélangés dans les poubelles ! On demande donc à tout un chacun de reconnaître et de trier des substances qui, apparemment, ne présentent plus aucune valeur : il faut convaincre que ces déchets sont riches de matière, que leur réviviscence est gain d'énergie. Cela va demander beaucoup de persuasion de la part des autorités civiles et beaucoup de civisme de la part de la population.

3. Les dernières lueurs jetées par les combustibles fossiles

10Les réserves d'énergie fossile sont limitées. Que ce soit dans une soixantaine d'années, au rythme de consommation actuel, à échéance plus longue si on parvient à dénicher de nouvelles réserves, le pétrole sera hors de prix, au point qu'il ne saurait encore être question de le brûler comme on le fait actuellement. Il sera progressivement réservé à des usages dits « nobles » (pétrochimie), pour la fabrication de matières plastiques, de matériaux, de substances organiques dont la chimie de demain va enrichir la gamme et les performances. Ses fractions lourdes serviront aussi à produire de l’hydrogène par vaporeformage, à la condition expresse que l’on trouve le moyen de séquestrer le CO2 issu de l’opération. Le pétrole n'aura été qu'un feu de paille de deux siècles dans l'histoire énergétique de l'humanité.

11Le gaz naturel sera également en voie d'épuisement parce que le méthane qu’il contient est un combustible propre, attrayant, relativement facile à épurer, à distribuer, dont on est déjà en train d’abuser parce qu’il est peu polluant et riche en hydrogène. La tendance actuelle, chez les gouvernements européens en tout cas, est de favoriser son utilisation, ce qui les exonère quelque peu des taxes qui vont pénaliser les émissions de CO2. Une fois encore, on adopte ainsi la solution de facilité qui consiste à favoriser le gaspillage d’une ressource fossile de valeur dont on prive d’autant plus tôt les générations à venir.

12Si on persévère dans l’entêtement qui consiste à piller les ressources fossiles, le charbon prendra la relève, pendant deux cents, trois cents ans peut-être, mais on ne pourra plus tolérer qu'il brûle en émettant encore les milliards de tonnes de dioxyde de carbone qui auront déjà sérieusement altéré le climat de la planète. Il conviendra, plus encore que pour le pétrole, de stocker dans des gisements profonds le dioxyde de carbone produit par sa combustion et son vaporeformage : l’énergie du charbon coûtera alors beaucoup plus cher. On peut redouter la surexploitation des dernières réserves, de pétrole d’abord, de gaz ensuite et enfin de charbon. Sans la précaution qui consiste à capter et séquestrer le CO2, cet épuisement s’accompagnera d’un forçage terrible de l’effet de serre étendant la désertification et mobilisant des millions d’affamés dans des poussées migratoires désespérées.

4. La voiture automobile

  • 2 Aixala L. : Science et Vie, n° hors série : « 2001 Energie – les défis à venir » Mars 2001, p. 116

13Les constructeurs de voitures automobiles s’ingénient à créer des engins économes en énergie : voici deux exemples qui viennent s’ajouter aux performances accrues de la mécanique que nous avons présentées au chapitre IV2 :

  • l’utilisation de lubrifiants performants, de faible viscosité à froid, permet une économie sensible d’essence durant les premiers km après un démarrage à froid (ce qui, en Europe, représente 50 % des trajets). Il faut savoir que, pour un véhicule consommant 10 L d’essence par 100 km, le premier km exige un taux de18 L/100 km ;
  • des véhicules de plus en plus légers sont mis sur le marché : une réduction de 100 kg du poids le la machine se traduit par une baisse de consommation de 0,5 L/100 km. L’avantage est indéniable !

14Les constructeurs européens s’engagent à abaisser, pour 2008, le taux d’émission de CO2 à 140 g/km, voire même 120 g/km à échéance un peu plus longue. Mais, dans le même temps, de lourds modèles, actuellement fort à la mode, se multiplient sur les routes : il s’agit de véhicules dits « tous-terrains »ou encore « utilitaires »du type Espace, Evasion, Jeep, Cruiser, 4 × 4, Explorer, Cherokee, et autres Discovery dont la consommation exagérée inhibe les efforts d’économie les plus louables. On annonce là des facteurs d’émission de l’ordre de 250 gCO2/km ! A ce propos, on notera l’incohérence passablement ahurissante de certains gouvernements qui acceptent de réduire les taxes de circulation portant sur ce type de véhicules, considérés comme utilitaires, quand bien même leur propriétaire n’en fait aucun usage professionnel. Cette surenchère à l’espace mobile est d’autant plus affligeante que, dans le même temps, en Belgique par exemple, le taux d’occupation de la voiture personnelle est tombé, en une décennie, de 1,49 à 1,40 passagers. Dans les temps qui viennent, pourra-t-on continuer à admettre qu’une moyenne de 100 kg de passagers soient véhiculés par un véhicule d’une tonne ?

15Le gigantisme de certaines mégapoles rend très difficile, sinon illusoire, une réduction prochaine de la circulation automobile en ville. Les centres urbains devraient être soulagés des voitures particulières : il faut promouvoir une politique de transports en commun qui résoudrait une bonne partie des problèmes. A constater l'actuel engorgement des accès urbains dans toute l'Europe vers 7 ou 8 heures du matin, on se rend compte qu'on a atteint une impasse dont il faudra sortir par un réaménagement drastique de la conception des transports et non en poursuivant la promotion de la voiture individuelle. La pollution par la voiture automobile est surtout un problème urbain parce que le moteur y fonctionne dans des conditions très défavorables et parce que la densité de circulation y est élevée. En régime, sur grand route, le moteur automobile pollue beaucoup moins ... si on accepte de limiter la vitesse de la voiture pour restreindre les émissions de NO et de CO2 : à 130 km/h, plus de 60 % de la consommation est consacrée à vaincre la résistance aérodynamique du véhicule !

16Il faut multiplier les parkings de dissuasion à l’entrée des villes, instaurer des navettes à grande vitesse qui rentabiliseront les autoroutes. On réalisera de très appréciables économies : d'énergie d’abord mais aussi économies du temps perdu dans les embouteillages. L’argument est de poids quand on sait notre dépendance vis-à-vis des importations de pétrole. Mais peut-être est-ce là faire preuve de beaucoup de naïveté ... peut-être est-ce aller à l'encontre de trop d'intérêts, peut-être cela demanderait-il trop de courage politique.

17En un mot comme en cent, il va falloir que le citoyen adopte un mode de vie qui se dégage de la voiture personnelle. C’est peut-être là que réside la contrainte la plus déprimante : cette voiture qui fait notre liberté, nous allons devoir la sacrifier sur l’autel des économies d’énergie et de pollution. Ou bien alors devrons-nous passer par la solution de la voiture électrique, dont l’usage, c’est évident, sera réservé à une minorité de nantis ! Quel revirement pour la voiture populaire qui aura été, pour plusieurs générations d’Occidentaux, une extraordinaire source de liberté, d’évasion voire de distinction sociale.

5. L’énergie solaire devra prendre le relais

18Il est certainement possible de faire beaucoup mieux que de gaspiller les ressources énergétiques de la planète en répandant dans l'atmosphère des milliards de tonnes de gaz à effet climatique. On peut certainement faire mieux et à moindre risque pour la santé et pour la stabilité du climat.

19Nous l’avons répété à satiété, le soleil met, en permanence, à la disposition de la terre une puissance lumineuse colossale : 178 milliards de MW soit la puissance thermique de 60 millions de centrales nucléaires ! L’énergie reçue chaque année par les seuls continents est de 24.000 GTEP, à comparer aux 8,75 GTEP consommés sur la planète en l’an 2000 ! La manne est inépuisable. Cependant, il faut tenir compte que la toute grande majorité de cette énergie est « tout aussi sec »réexpédiée vers l’espace sous forme de rayonnement infra rouge. Bien sûr, le rôle premier de cette énergie est de maintenir la surface de la terre à une température moyenne de 15°C : sans cela, à l’instar des planètes les plus lointaines, notre monde serait figé à une température proche du zéro absolu. Mais puisque le soleil amène sur les continents une énergie 2.500 fois supérieure à celle que nous consommons, il est manifeste que nous pourrions en grappiller de quoi satisfaire largement nos besoins sans aucunement altérer l’équilibre thermique de la terre.

  • 3 Il faut reconnaître que, à l’instar des réacteurs à fusion nucléaire, la technologie des photopile (...)

20Et pourtant, les chiffres repris ci-dessus s’assimilent à de la poudre aux yeux ! Bien sûr, le soleil est-il intarissable mais, au risque de décevoir en prenant le contre-pied des utopies en cours, il est évident que, à moins de sérieux progrès dans la mise au point de cellules photovoltaïques rentables3, un développement équitable d’une humanité composée de dix milliards d’individus (soyons très optimistes) ne pourra miser exclusivement sur les ressources renouvelables du soleil : celles-ci ont déjà démontré leurs limitations. Bien sûr, on apprendra à les exploiter mieux et plus intensément mais on peut redouter que de telles ressources ne constituent qu’une goutte d’eau dans l’océan des besoins futurs de l’humanité. L’exploitation des énergies renouvelables va exiger encore plus de matériaux rares, encore plus d’investissements, encore plus d’espace, de gestion prudente, de stabilité sociale, politique, … Il faut souligner que, il y a quelques années encore (1998), la biomasse et l’hydroélectricité contribuaient, en Europe, pour la plus grande part à l’apport d’énergie renouvelable (64 et 31 % respectivement), laissant loin derrière eux le géothermique (3,5 %) et l’éolien (1,2 %). Ces chiffres confirment que des énergies stockables restent, de loin, les plus appréciées.

  • 4 A l’instar de Monsieur Jourdain qui faisait de la prose, nos ancêtres et nous-mêmes « faisons du s (...)
  • 5 Auparavant, les conflits entre nations visaient à acquérir un maximum de territoires car le sol ét (...)

21En théorie, nous devrions donc pouvoir nous passer des sources d'énergie fossiles : c’est bien ce qu’ont fait nos ancêtres pendant des millénaires4. Mais voilà, nous allons dorénavant être condamnés à en faire beaucoup plus et nous avons dit à quel prix et avec quelle avalanche de restrictions ! C’est bien sûr là que réside la pierre d’achoppement. Nous serons progressivement contraints, bon gré mal gré, de nous replier sur l’énergie solaire dans un futur pas tellement éloigné, parce que l'énergie fossile va se payer de plus en plus cher et parce que l'effet de serre va bouleverser les conditions de vie sur terre. Mais, d'ici là, sinon à multiplier les taxes de tout genre, on ne voit pas très bien comment il sera possible de convaincre le consommateur de payer très cher des énergies « douces » alors que le pétrole lui est encore livré presque gratuitement. La transition pourrait être brutale, intolérable aux yeux de certains états industriellement puissants qui pourraient se mettre à exploiter au maximum les dernières ressources fossiles accessibles à leur seul profit, de manière à préserver le plus longtemps possible une situation stratégique de prédominance économique face à un monde croulant sous le poids de la disette. Des crises sévères vont naître de ces distorsions exacerbées par le renchérissement des prix de l’énergie. Il en a fallu moins pour déclencher les conflits dévastateurs du siècle passé5.

6. L’énergie nucléaire n’a pas dit son dernier mot

22Le développement de l'énergie nucléaire a coûté très cher : le démarrage en fanfare de l'énergie de fission n’a été rendu possible que par l'immense effort militaire des Etats-Unis entre 1942 et 1945, et bien au-delà. Le nucléaire civil a donc directement bénéficié d'investissements militaires, peut-être contestables sur le plan de l’éthique, mais bien réels et qu'il suffisait de valoriser. La transposition des découvertes réalisées par l'armée au domaine des applications pacifiques devenait alors très aisée. Pendant des années, d’interminables arguties sur la rentabilité du nucléaire ont empoisonné toute espèce de discussion relative à sa viabilité. A l’heure actuelle, il est évident que les réacteurs nucléaires, amortis depuis belle lurette, permettent aux sociétés productrices d’électricité d’engranger d’agréables bénéfices, même après déduction des sommes qu’elles engagent pour le démantèlement des centrales et pour le traitement et le stockage futur des déchets radioactifs.

23Si on entame cette même discussion à propos d’une électricité produite par des sources renouvelables, alors le doute n'est plus permis : celles-ci sont plus chères ... à l'exception de l'hydroélectricité et, dans une moindre mesure, de la biomasse (énergies stockables). Ce qui coûte ici, ce n’est pas tant la recherche, mais la quantité des matériaux nécessaires pour capter, contrôler et, surtout, emmagasiner ces énergies, douces parce que diffuses ; disponibles (parfois) pour tous et gratuites … mais vives et donc très difficiles à stocker comme telles.

24Il est grand temps que l’on en revienne à une discussion sereine sur la place que doit occuper l’énergie nucléaire dans le développement à venir. Cette discussion ne peut se faire sans une information objective sur les risques réels qu’elle entraîne. Bien sûr, une catastrophe du genre de celle qui a bouleversé l’Ukraine est toujours possible, bien qu’extrêmement peu probable. A ce jour, l’énergie nucléaire se classe parmi les plus saines et reste l’une des moins dangereuses que l’on connaisse. Il faut balayer les informations délirantes inlassablement ressassées, année après année, sur les conséquences de l’accident de Tchernobyl. La réalité est déjà bien triste, pourquoi vouloir à tout prix renchérir dans l’horreur ?

7. L’hydrogène pourrait-il devenir le vecteur énergétique de l’avenir ?

25En tout premier lieu, il faut faire table rase des niaiseries qui se colportent au sujet des prétendues perspectives mirifiques offertes par l’hydrogène. Répétons que sa principale source actuelle, c’est avant tout l’hydrogène présent dans la molécule de méthane du gaz naturel et dans les fractions lourdes du pétrole et, à la clef, l’énergie nécessaire à le produire.

26En l’état actuel de la technique, étant donné les progrès accomplis dans la mise au point de centrales électriques à production combinée (TGV : turbines gaz-vapeur), il vaut beaucoup mieux consacrer le méthane du gaz naturel à produire de l’électricité à haut rendement (au moins 50 %), plutôt que d’en faire de l’hydrogène. En revanche, la synthèse de l’hydrogène par reformage à la vapeur du charbon et des fractions lourdes du pétrole présentera l’avantage indéniable de pouvoir, à la source même, capter et séquestrer le CO2 dégagé par la synthèse et ce, à un coût bien moindre que s’il fallait l’isoler des fumées résultant de la combustion directe des combustibles fossiles.

27Il est très peu probable que la voiture individuelle à hydrogène s’impose un jour sur le marché : malgré des progrès encore prévisibles dans sa mise au point, le coût en restera prohibitif. Par ailleurs, si la production d’hydrogène se poursuit de manière traditionnelle (reformage du méthane) il est évident que la voiture à hydrogène n’apportera pas un soulagement net au gaspillage des ressources d’énergie fossiles, sinon par un rendement global WTW (du puits à la roue) sans doute quelque peu amélioré.

  • 6 L’assimilation abusive de l’hydrogène à une « source d’énergie capable de sauver le monde » (sic) (...)

28Plus tard, si l’hydrogène arrive à s’imposer, la source en sera la biomasse, le charbon mais aussi l’électricité nécessaire à l’électrolyse de l’eau qui assurera la production de ce qu’il convient d’appeler un « vecteur énergétique »6. Mais utiliser l’électricité du réseau pour électrolyser l’eau est pénalisé par un énorme gaspillage d’énergie (70 à 80 % suivant les sources d’électricité). Outre qu’on ne peut passer sous silence le coût du transport de ce gaz tellement léger.

29L’hydrogène ne nous sauvera pas de la pénurie d’énergie, sa production et son transport en sont au contraire très gourmands et il faudra vraiment disposer d’une source d’énergie propre et abondante, non existante à ce jour, pour passer à l’ère de ce gaz qui, comme son nom l’indique, ne génère que de l’eau en brûlant. On se prend à rêver d’immenses parcs de cellules photovoltaïques, couvrant des millions d’hectares de désert et produisant ce gaz irréprochable par électrolyse de l’eau. Espérons que ce ne soit pas qu’une vaine (et très coûteuse) illusion !

8. Les ressources de la biosphère sont en voie d’épuisement

  • 7 Un article de « New Europe »affirme « Saving the tropical rain forest is Mission Impossible ».

30Les zones arides occupent actuellement 40 % de la surface des continents : une population en croissance va imposer encore plus de contraintes sur des sols surexploités, amplifiant la désertification de manière inéluctable. Entre 1990 et 2000, les forêts d’Afrique ont régressé au rythme de 0,8 % par an. Le rythme est de 0,4 % pour les forêts d’Amérique du Sud7. Il y aura un effet « boule de neige », une amplification, dans la mesure où la désertification va s’amplifier par le forçage de l’effet de serre. Les terres fertiles se prélèvent sur les forêts qui disparaissent, à chaque seconde qui passe, au rythme d’une superficie égale à celle de deux terrains de football et, malgré cet appoint, 60.000 km2 de terres arables disparaissent chaque année, emportées par le ruissellement vers les océans ou affectées par l’aridité. Les rendements agricoles mondiaux ont connu des baisses de l’ordre de 11 à 26 % attribuables à la dégradation des sols.

31On estime à 100 millions le nombre des personnes qui, dans un délai de 20 ans, seront forcées de migrer face à l’extension de cette dégradation. Ces populations vont se retrouver dans des zones agricoles marginales, beaucoup trop sensibles pour supporter une telle surcharge. L’afflux de ces réfugiés amplifiera la dégradation des sols jusqu’à ce que les zones encore vertes soient elles-mêmes encombrées à l’excès et pillées par les émigrés de la faim.

32Les ressources agricoles de la planète sont en danger ou, à tout le moins, en mutation profonde. Les rendements agricoles vont être altérés par les changements climatiques qui s’annoncent. La distribution des espèces végétales va être remaniée par un climat enfiévré. Chaque espèce vivante, animale ou végétale connaît un développement optimum sous le climat qui a assuré son évolution pendant des millions d’années depuis les formes primitives : c’est ce que l’on appelle l’optimum climatique. Par le passé, de lentes évolutions climatiques provoquaient une adaptation et une migration progressive des espèces vivantes. A présent que le climat de la terre risque de se modifier dans des délais extrêmement brefs de quelques décades, les espèces vivantes n’auront pas le temps de s’adapter. Elles ne pourront migrer que si l’être humain prend la peine de les transférer vers les zones où elles retrouveront les conditions climatiques pour lesquelles les a formées l’évolution des espèces.

  • 8 Au mois d’août 2003, la télévision autrichienne se transmettait les cris d’alarme de glaciologues (...)

33La récession progressive des glaciers de montagne va affecter des centaines de millions de personnes de par le monde : ces glaciers constituent d’immenses réservoirs d’eau douce distribuée au rythme d’une fusion lente de la glace en été et réalimentés par les précipitations hivernales. L’accroissement de la température moyenne du globe terrestre va réduire comme peau de chagrin ces précieuses réserves d’eau8. L’eau douce saine est déjà une denrée rare dans certaines parties du monde ; les océans se vident de leurs poissons. Nous n’évoquerons pas, c’est trop déprimant, la disparition d’espèces animales et végétales qui n’a jamais été aussi intense durant la présence de l’espèce humaine sur la terre. Seules les grandes catastrophes qui ont régulièrement remodelé le faciès biologique de la terre au cours des âges géologiques ont pu atteindre une telle ampleur.

9. Il faut protéger les ressources biologiques

34Il est grand temps de repenser les liens qui unissent l’Homme à sa planète sous d’autres perspectives que l’exploitation à outrance et le profit à court terme. Il s’agit d’un revirement déchirant car l’état de développement actuel d’une minorité d’humains est basé sur une consommation abusive de ressources qui est devenue le critère absolu de réussite. L’être humain « riche »s'est émancipé de la nature qui est à présent réduite à l'état d'objet de curiosité cantonné dans quelques parcs naturels. Nous sommes tributaires d'un système où la relation est des plus étroites entre le « Produit national brut »(PNB) d’une nation et la consommation d'énergie : le bonheur se mesure en termes de mégajoules dispersés et en mégatonnes de matériaux consommés. C'est un bien-être unique dans l’histoire de l’humanité mais on commence à en percevoir les bornes : il est grand temps de réfléchir à la manière d'amorcer le virage vers une meilleure harmonie entre l’ensemble des humains et la planète qui les entretient.

35Sans doute le bien-être est-il inéluctablement lié à la consommation d'énergie et de matière. Il est manifeste que la domestication de l'énergie et l'automatisation ont libéré l'homme d'un travail excessif et abrutissant. Il serait impensable de faire marche arrière, vers ces époques où quelques rares privilégiés jouissaient d'un confort reposant sur l'exploitation d'une main-d'oeuvre misérable, réduite à l'état de machine. Ce n'est que par le développement de la richesse énergétique qu’ont été réduites les inégalités les plus flagrantes au sein des sociétés occidentales. De nos jours, les inégalités s’accentuent encore entre très pauvres et très riches mais la scission se marque à présent entre le Nord et le Sud de la planète et non plus tellement entre les classes sociales d’une même nation.

36Le progrès est donc indéniable pour une fraction de l’humanité mais il est grand temps de « réduire la vapeur ». Quelques cassandres - auxquels s’assimile l’auteur - estiment qu’il est déjà trop tard. En tout état de cause, il est difficile de nier que les choses ont déjà été poussées trop loin : un point de non-retour a été franchi il y a déjà belle lurette, peut-être à notre insu, dans l’euphorie des « Golden Sixties ».

37Indubitablement, le bien-vivre dont bénéficie actuellement 20 % de la population mondiale (pays de l’OCDE) qui exploite à son profit 86 % de la richesse du monde se prolongera-t-il encore pendant des décennies, mais le bénéfice de cette euphorie sera progressivement réservé à une fraction de plus en plus réduite de la population. Il est inimaginable que cette disparité criante se maintienne sans provoquer de violentes crises au sein de l’humanité, sinon au prix de génocides froidement organisés. La pauvreté engendre les dictatures les plus cruelles. Elle risque d’engendrer de terribles affrontements entre les nations riches bardées d’armes de défense et les myriades de pauvres harassés par une démographie insensée, épuisés par la famine, bientôt refoulés par la montée du niveau de la mer, éreintés par un dénuement extrême. Ils formeront les bataillons des candidats au suicide par désespérance … Le scénario est d’ores et déjà parfaitement rodé !

  • 9 Hubert Reeves (2003) « Mal de Terre », Science Ouverte, Seuil.

38Faut-il rappeler que9,

  • malgré les progrès de la production alimentaire, à chaque minute, quinze personnes meurent de faim sur cette planète de cocagne : l’espérance moyenne de vie des humains diminue depuis une décennie,
  • il y a, actuellement sur terre, vingt-cinq millions de réfugiés pour raisons écologiques et, dans un avenir proche, les pays les plus pauvres payeront le plus durement la note du réchauffement de la planète, car ils seront le plus directement menacés par la désertification et la montée du niveau des mers,
  • le rapport entre les revenus des hommes les plus riches et ceux des plus pauvres ne cesse de croître.

39L’alternative est simple : ou bien nous décidons d’associer toutes les sociétés humaines à l’élaboration d’un développement technologique égalitaire durable ou bien nous décidons qu’il doit être réservé à une minorité isolée dans l’hémisphère nord. La première option exige un partage équitable des richesses, avec la contrepartie d’un contrôle strict de la croissance démographique dans le sud. L’alternative est cyniquement simple : le gâteau n’est pas assez gros et il faut limiter le nombre de ceux qui en profiteront ! Une évolution possible se dessine : elle exigera de sérieux sacrifices de la part des pays riches dont la consommation annuelle d’énergie par habitants est actuellement de 60 MWh, contre 10 MWh pour les habitants des pays en développement. Si l’on souhaite une répartition équitable de l’accès à l’énergie, il faudra que, d’ici 2060, on arrive à une consommation uniformisée de l’ordre de 40 MWh par habitant sur toute la planète, avec un recours majoritaires aux ressources renouvelables. Est-ce réaliste ? L’avenir le dira.

10. Il faudra s’adapter à l’inévitable

  • 10 M. Parry, N. Arnell, M. Hulme, R. Nicholls and M. Livermore (1998) : “Adapting to the Inevitable” (...)

40Quelle que soit la bonne volonté des gouvernements de la planète, quelle que soit l’ampleur des décisions qu’ils prendront pour lutter contre le forçage de l’effet de serre, la portée des mesures réalisables restera désespérément limitée. Le Protocole de Kyoto qui vise à une réduction de 5,2 % de l’émission des gaz à effet de serre d’ici à l’an 2010 (par rapport aux émissions de 1990), ne concerne actuellement que 38 pays industrialisés qui, à eux seuls, sont responsables de près de 60 % des émissions globales actuelles de CO2 mais qui, par contre, ne seront responsables que de 25 % de l’accroissement prévisible des émissions dans les vingt prochaines années. A ce compte-là, le Protocole de Kyoto, c’est évident, ne pourra pas faire grand chose pour limiter le changement de climat … D’autant plus que, par ailleurs, toutes les bonnes résolutions qu’il prévoit sont en train de se faire laminer par la croissance actuelle de la consommation d’énergie (la Chine en est un brillant exemple) et de la population mondiale. En conséquence, même l’adoption sans réserve du Protocole par toutes les nations concernées n’exercera qu’un impact négligeable sur l’accroissement de l’effet de serre (en théorie, 0,05°C sur les 1,5 degrés prévus pour 2050)10.

41Affirmer qu’il faudra s’adapter à l’inévitable, c’est à dire aux changements climatiques qui s’annoncent, ne relève pas d’un plat défaitisme mais d’un sain réalisme. Cette adaptation devra prendre des aspects multiples : il faudra, par exemple, adopter, voire créer par le génie génétique, des espèces végétales plus résistantes à la sécheresse, il faudra mieux gérer les réserves d’eau douce de manière à garantir une irrigation plus efficace encore … Il y aurait beaucoup trop de choses à dire à ce sujet !

42Les gouvernements du monde devront réagir et adopter des mesures conservatrices qui limiteront les impacts des dégradations qui menacent l’humanité et la planète qui l’héberge. Mais on peut aussi redouter que, devant l’importance et l’imminence des déstabilisations prévisibles, certains états n’adoptent une ligne dure qui mène à des mesures impopulaires exigeant des voies d’application coercitives. Il faudra d’abord convaincre ! La transition risque d’être trop lente et douloureuse face à la rapidité des changements qui guettent la terre.

11. Il faudra réaménager les techniques de travail

43Sans trop nous en rendre compte, nous sommes en train de vivre la quatrième des grandes révolutions qu'ait connues le genre humain : c'est la révolution de l'ordinateur. Par le passé, l'Homme a vécu trois bouleversements qui ont amené son emprise progressive sur les conditions de son existence : il s'agit de :

  • la domination de l'énergie thermique du feu, contrôlée dans les fours, qui a été le point de départ de la transformation chimique des substances (céramiques, métallurgie, verre, ciments, ...),
  • la révolution néolithique initiée voici plus de huit mille ans, avec la naissance de l'agriculture, qui a engendré les grandes civilisations historiques : elle a permis à l'Homme de contrôler sa production alimentaire, c'est-à-dire, sa source d'énergie corporelle,
  • l'invention de la machine entamée au Moyen Age, poursuivie au 18e siècle, qui l'a affranchi de l'effort physique et lui a permis d'imposer sa domination sur son environnement.
  • Nous vivons actuellement le quatrième grand bond en avant, celui de l'électronique, qui nous apporte l'intelligence artificielle de l'ordinateur, un potentiel de gestion extraordinaire et des moyens de communication pratiquement illimités.

44Cette révolution, nous en vivons les premières manifestations mais son apogée doit encore se dessiner, après une période de maturation ; elle permet déjà d'organiser une gestion efficace d’un monde moins gourmand en énergie et en matières premières. L'accès à l'information s'étend, se complexifie, s'accélère. De la même manière que la machine a peu à peu remplacé l'homme dans ses tâches purement mécaniques, on constate que l'ordinateur se substitue progressivement au cerveau humain dans des tâches de routine qu'il remplit avec une célérité et une fiabilité incroyables. On a d'ailleurs déjà associé l'intelligence artificielle et la machine pour créer des êtres mécaniques intelligents capables de remplir des tâches complexes. Le propre de l'Homme, semble-t-il, c'est d'être capable d'inventer des outils qui amplifient ses possibilités ; l'ordinateur, c'est le cerveau-outil qui amplifie ses capacités intellectuelles et lui permet d'analyser et de gérer mieux le monde où il vit. L'association entre l'ordinateur et des moyens de télécommunication performants va amener un réaménagement profond du travail humain, désormais plus économe en énergie.

12. L’énergie nucléaire doit participer à l’adaptation

  • 11 Abdelnour R. et de Poncins C. : Science et Vie, n° hors série : « 2001 Energie – les défis à venir (...)

45L'énergie nucléaire de fission est polluante, dangereuse, elle met en jeu des installations de haute technicité, coûteuses, dont le démantèlement posera des problèmes ; elle laisse des déchets qu'il est ruineux de traiter et de stocker. Et pourtant, elle aura sa place dans cette période de transition critique au cours de laquelle s’installeront les structures du monde de demain. Il faut espérer que la fusion nucléaire contrôlée, beaucoup plus « propre », atteigne un jour le stade de la réalisation industrielle : ce ne sera probablement pas avant quelques dizaines d’années, sans doute trop tard pour garantir une relève progressive des combustibles fossiles classiques. Les unités de fusion nucléaire coûteront très cher et se verront réservées aux pays riches. La fission nucléaire devra donc assurer la transition : il serait insensé d’abandonner une telle ressource alors que se dessinent déjà les scénarios de pénurie énergétique. Actuellement, le coût du kWh nucléaire est de l’ordre de 0,03 €, ce qui le rend tout à fait compétitif face aux autres sources classiques. En France, cette option a permis de réduire la facture énergétique de façon significative11. Un de ses avantages indéniables est que sa sensibilité est faible face au coût du combustible qui se monte à 10 % du prix de revient du kWh contre 65 % pour les installations au gaz naturel.

46L'énergie d'origine nucléaire est certainement nécessaire si on refuse de limiter drastiquement le gaspillage énergétique qui se répand de par le monde. Mais elle mériterait aussi qu'on reconsidère son potentiel sous l'angle d'une meilleure valorisation. L'énergie nucléaire est actuellement condamnée à se transformer en électricité parce qu'on la redoute et qu'on ne souhaite pas la voir s'implanter à proximité des villes. Dès lors, le moyen le plus économique de la transporter et de la distribuer, c'est sous forme d'électricité parce que le transport en est aisé et relativement bon marché. La production d'électricité par l'énergie nucléaire reste très compétitive face aux moyens de production classique et, en particulier, face au charbon qui, à moyen terme, reste son seul concurrent possible, surtout avec les chaudières à haut rendement qui ont fait leur apparition dans les dernières années. Mais il faudra stocker le CO2 émis par le charbon et, à ce moment, sa compétitivité se verra singulièrement réduite.

47On pourrait aussi valoriser l’énergie nucléaire via la production d'hydrogène par décomposition thermique de l’eau, grâce aux hautes températures qui peuvent être atteintes dans les réacteurs nucléaires refroidis au gaz … à la condition de pouvoir séparer, à haute température, l’oxygène et l’hydrogène provenant de la dissociation de la molécule d’eau. Des recherches sont activement menées en ce sens. Ce serait là une manière élégante de transmuer une forme honnie d'énergie en une forme nouvelle, non handicapée par le poids de la pollution. Malheureusement, il n'est pas encore possible actuellement de produire l'hydrogène à partir de l’eau par une autre voie que la décomposition électrochimique, technique qui entraîne des rendements globaux lamentables et donc peu souhaitables d'un point de vue économique !

48Un consensus semble se dessiner en ce qui concerne le problème des déchets de haute activité. La tendance serait de stocker le combustible épuisé, sans retraitement, dans des couches géologiques profondes : technique est déjà appliquée dans de nombreux pays. Le non retraitement de ce combustible usé présente l’avantage d’un coût nettement moindre, ce qui satisfait les producteurs d’électricité et qui, pour d’autres raisons, rallie les suffrages des groupes de pression écologistes. Mais, par ailleurs, s’il est prévu que cet enfouissement ne puisse, en aucune manière, perturber l’accès à des ressources minières ou énergétiques fossiles, on peut quand même s’inquiéter du fait que ce stockage de combustible usé s’assimile trop à un détournement de ressources énergétiques. En effet, le combustible usé est constitué majoritairement d’uranium-238 qui peut, comme nous l’avons vu, être utilisé comme matière fertile dans les surgénérateurs. Il contient aussi du plutonium (9 kg/tonne) qui, tout au moins pour ce qui concerne 239Pu, entre dans la composition du MOX (mixed oxides), le combustible actuel de beaucoup de centrales qui « recyclent »ainsi de belle manière le plutonium des bombes héritées de la guerre froide. L’enfouissement du combustible usé, sans retraitement, risque donc de mettre hors de portée des générations futures un combustible devenu précieux quand la pénurie de combustibles aura exacerbé la demande. Des groupes de pression ont-ils, aujourd’hui, le droit de préjuger de ce que seront les décisions de demain ?

49Il est permis de croire que la hantise irraisonnée de la radioactivité va s’estomper et que les centrales nucléaires vont de plus en plus apparaître comme ce qu'elles sont réellement, c'est-à-dire des installations moins polluantes et moins dangereuses que celles qui brûlent du charbon ou du fuel. Il n'est pas impossible qu'un jour vienne où des centrales thermiques fonctionnant à l'uranium assureront le chauffage de villes entières sous une garantie absolue de sécurité et en absence totale de pollution de l'air.

13. Pour conclure

50La perspective d’une énergie propre, inépuisable, gratuite, alimentant une humanité à la démographie débridée, serait-ce un leurre ? Si cela devait être le cas, et l’auteur en est convaincu, il nous faudrait réviser de toute urgence notre conception d'un monde idéal poursuivant son irrésistible élan vers toujours plus de largesses énergétiques accordées au plus grand nombre d’humains.

Notes

1 Thonier V. : dans Science et Vie, n° hors série : « 2001 Energie, les défis à venir », p 91, mars 2001.

2 Aixala L. : Science et Vie, n° hors série : « 2001 Energie – les défis à venir » Mars 2001, p. 116.

3 Il faut reconnaître que, à l’instar des réacteurs à fusion nucléaire, la technologie des photopiles connaît une stagnation liée surtout à leurs faibles rendements et à leur coût encore trop élevé. Seule une percée significative de matériaux succédanés du silicium pourra amener les cellules à un prix raisonnable.

4 A l’instar de Monsieur Jourdain qui faisait de la prose, nos ancêtres et nous-mêmes « faisons du solaire » depuis longtemps, sans le savoir ... Mais nos ancêtres n’avaient pas encore submergé la planète.

5 Auparavant, les conflits entre nations visaient à acquérir un maximum de territoires car le sol était source de richesse et, accessoirement, quelques ressources minérales venaient compléter le tableau de chasse. Il serait instructif d’analyser les causes sous-jacentes des conflits qui ont ravagé le 20e siècle : on y trouverait sans doute, avant tout, le souci de contrôler l’accès aux ressources de minerais métallifères et de combustibles fossiles.

6 L’assimilation abusive de l’hydrogène à une « source d’énergie capable de sauver le monde » (sic) fait irrésistiblement penser à la boutade de la reine Marie-Antoinette qui, benoîtement, constatait que si le peuple de Paris n’avait plus de pain, il pouvait tout aussi bien manger de la brioche.

7 Un article de « New Europe »affirme « Saving the tropical rain forest is Mission Impossible ».

8 Au mois d’août 2003, la télévision autrichienne se transmettait les cris d’alarme de glaciologues devant le retrait inexorable des glaciers alpins. Les neiges « éternelles » du Kilimandjaro ne seront bientôt plus qu’un souvenir. La superficie des glaces de l’Arctique a diminué d’un million de km2 durant les dernières décennies.

9 Hubert Reeves (2003) « Mal de Terre », Science Ouverte, Seuil.

10 M. Parry, N. Arnell, M. Hulme, R. Nicholls and M. Livermore (1998) : “Adapting to the Inevitable” Nature, vol. 395, oct. 1998.

11 Abdelnour R. et de Poncins C. : Science et Vie, n° hors série : « 2001 Energie – les défis à venir » : mars 2001.

Table des illustrations

Titre Tableau VIII.1. Quantité de déchets municipaux dans l’UE (en kg par an et par habitant ; 1999 – source : EUROSTAT)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses universitaires de Louvain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540