Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de l’intermonde

 | 
Marie-Blanche Tahon

La ville des états d’exception

Xavier Leloup

Texte intégral

1Les descriptions de la ville contemporaine semblent en faire une épreuve permanente dont les traits distinctifs seraient la fragmentation, la polarisation et la lutte de tous contre chacun. Le premier paradigme à avoir produit ce type de descriptions est celui reposant sur l’idée de ségrégation. La ville y apparaît sous les traits d’un objet divisé et kaléidoscopique, où chaque catégorisation - sociale ou ethnique, par exemple - renvoie à un modèle de division de l’espace particulier. Cette description atteint cependant rapidement ses limites, incapable qu’elle est de prendre en considération les effets des appartenances croisées sur les phénomènes étudiés (pour un exemple de cette critique, voir : Leloup, 2002a). La fragmentation contemporaine de la ville a été pensée par un deuxième paradigme, celui qui y voit la conséquence d’une privatisation croissante de l’espace public combinée à un contrôle social accru et à une criminalisation des populations pauvres et marginalisées (voir par exemple : Davis, 1997 ; Wacquant, 1997). Cette analyse n’échappe toutefois pas à certains excès que l’on peut associer à la théorie critique, entre autres, à celle qui s’inspire plus ou moins directement des travaux de Michel Foucault (1975). De ce point de vue, toutes les formes architecturales, tous les dispositifs de sécurité ou toutes les pratiques commerciales, ont tôt fait d’organiser un contrôle total des individus et de leurs conduites. Si ces analyses contiennent une part de vérité sur l’expérience urbaine contemporaine, leur caractère excessif en disqualifie souvent les conclusions. Un troisième et dernier paradigme a consisté à lire la décomposition de la ville contemporaine comme une conséquence de la globalisation. La ville serait en miettes parce qu’elle aurait eu à s’adapter de manière brutale aux exigences imposées par la « nouvelle économie », la « finance internationale » ou la « nouvelle classe mondiale » (pour des exemples de ce type de raisonnement, voir : Donzelot, 2004 ; Mongin, 2005 ; Sassen, 1999). En un mot, le « local » aurait volé en éclats sous les pressions destructrices d’un « global » hégémonique.

2Ce texte se veut une contribution critique à ce dernier paradigme. S’il est indéniable que la globalisation a eu des effets sur le développement des villes contemporaines, l’analyse du processus par lequel elle opère ne peut se faire que si l’on renonce à la considérer comme un événement inéluctable. En effet, la dernière position que nous venons d’énoncer cède trop facilement à une sorte de fétichisme spatial qui s’évertue à voir, dans les modifications des échelles ou la primauté du global sur le local, la logique ou l’essence de ce qu’il est convenu d’appeler la « modernisation néolibérale » (pour cette critique, voir : Kiely, 2005 ; Massey, 1993). Prenant les définitions des choses pour leurs logiques, ces réflexions enferment leurs auteurs dans un spatial qui paraît réifié (pour des exemples de cette réification, voir : Giddens, 1994 ; Harvey, 2001).

3Un effort est alors à mener pour réintroduire dans l’analyse le sens des logiques sociales et politiques. C’est à cette tâche que nous nous attelons. Pour ce faire, le texte combine trois niveaux d’analyse. Le premier porte sur la question du pouvoir dans les villes contemporaines. À ce niveau, la réflexion s’appuie sur plusieurs propositions énoncées par Danilo Martuccelli quant à la place et à la dynamique de la domination et des contraintes structurelles dans la modernité. Ce premier niveau d’analyse nous amènera à discuter ces propositions, en insistant sur l’importance du projet politique comme source de la domination et du pouvoir en ville. À un deuxième niveau, l’analyse questionne la méthode selon laquelle il est possible de saisir le social en tant qu’objet malléable mais néanmoins unifié - une des propositions centrales de la sociologie de l’intermonde. Nous montrerons ainsi que Martuccelli insiste beaucoup, à ce stade, sur le discours individuel dans ses travaux empiriques, ce qui peut mener à certaines limites lorsqu’on adopte, comme lui, une position qui se veut réaliste. Enfin, le dernier niveau est historique. C’est à ce niveau que se situe l’objectif général du texte, puisqu’il vise à montrer comment le néolibéralisme opère au travers d’un ensemble d’exceptions qui remettent en cause les fondements de la société démocratique libérale ; le mouvement communal et le Paris de 1848 seront pris comme exemples de points de bifurcation essentiels dans l’histoire sociale européenne, lesquels seront contrastés, dans la dernière partie du texte, avec l’exemple de la construction de l’Europe à Bruxelles.

1. Théorie de l’action et contraintes structurelles : le paradigme de la domination ordinaire

4Martuccelli fait reposer son analyse sur une conception particulière de l’action. Celle-ci ne peut en effet, pour lui, être considérée ni comme contingente ni comme postmoderne. Elle vise plutôt à en saisir l’irrépressible possibilité dans un intermonde dont la consistance est malléable. Un des défis implicites de cette démarche est d’arriver à saisir les multiples consistances au travers desquels il se décline. Une des voies analytiques proposées poursuit cet objectif en détaillant les grammaires par lesquels l’individu se stabilise dans le monde, que ce soit par l’intériorisation des rôles, l’appel à des supports personnels ou relationnels, la préservation du respect, la construction de l’identité ou le dégagement de la subjectivité (Martuccelli, 2002). Une deuxième voie analytique consiste à souligner le caractère toujours problématique de l’inscription de l’action dans le monde. Ce différentiel d’adéquation de l’action serait la conséquence de l’existence de plusieurs régimes de consistance du social : l’un ordinaire, qui est une sorte de « clair-obscur » peu conscient et que l’acteur cherche rarement à éclaircir ; l’autre exceptionnel, opérant sous la forme d’un « choc avec la réalité », moment abrupt, visible, décisif, et fortement conscient, parce qu’il imprime sur la trajectoire personnelle une véritable rupture. Notons cependant que pour être opérationnel ce choc n’a pas forcément besoin de survenir. L’efficacité pratique qu’il revêt dans la trajectoire et la vie des individus n’est pas reliée à sa réalisation effective, mais à une crainte, le plus souvent imaginaire, qu’il va effectivement avoir lieu, opérant alors à la manière d’une contrainte intériorisée.

5Cette conception de l’action invite à repenser sur de nouvelles bases les limites dites structurelles, puisque, si la rencontre entre l’action et l’environnement (la réalité sociale) est plus diffuse que continue, plus inconsciente que consciente, plus invisible que visible, il devient décisif, comme le précise Martuccelli (voir PPSI dans ce volume), de saisir les manières dont nous rendons compte de sa présence, que ce soit en termes d’intervention divine, de fatalité événementielle ou de causalité sociale. Au fil du temps, il serait alors possible d’identifier des entités qui contrent plus directement et avec une certaine efficacité les actions des individus - la religion, la nature, la politique ou l’économie. La référence à un de ces régimes historiques particuliers sert alors en quelque sorte de référent à l’analyse. Il semble en effet possible d’y rapporter un ensemble très divers d’observations concrètes et d’y inscrire les acteurs dans un même plan, celui que Martuccelli décrit en parlant d’une série de combats pour la définition de la réalité par la maîtrise de sa « texture » et de ses « coercitions ». C’est là, sur ce plan (ou ce champ de bataille), que se ferait entendre avec le plus de force le bruit du choc avec la réalité.

6En quelque sorte, au niveau analytique de l’intermonde se superpose en permanence un niveau complémentaire, qui nous invite à comprendre comment les textures et les coercitions sont forgées au travers de processus conflictuels, qui débouchent in fine sur la capacité des acteurs à agir. Le projet ainsi défini n’a évidemment pas pour objectif de débusquer le démiurge - le Progrès, la Raison, l’Histoire, etc. ayant déjà tenu ce rôle dans des analyses passées - qui se cacherait derrière l’intermonde. Il s’agit plutôt de comprendre les processus, forcément interactifs et historiques, par lesquels les textures et les coercitions se forment, se stabilisent et semblent s’imposer aux individus, même si ce n’est qu’au travers d’un clair-obscur.

7Pour donner une consistance à ce clair-obscur, la sociologie de l’intermonde revient à plusieurs reprises sur les expériences de la domination en les saisissant par l’entremise des « épreuves personnelles » auxquelles les individus ont à faire face et qui « renvoient à un modèle structurel de domination qui [les] confronte […] à tout un différentiel d’obstacles et de contraintes ». Cette conception vise alors à « dégager, si possible, un tableau de la domination permettant d’interpréter sociologiquement la vie des individus » et « de produire une « grammaire » qui, en dépit de l’extension chaque fois croissante de la domination, parvienne à la saisir à l’aide d’un dispositif unitaire et simplifié » (Martuccelli, 2001 : 11). La matière pour rédiger cette grammaire se trouverait dans « les traits de la condition moderne elle-même » (Idem.). Dans le même mouvement, l’unité pourtant visée au début de la démarche paraît inatteignable, les désajustements et décalages par rapport à l’ordre analytique établi par la sociologie étant permanents dans la modernité - l’expression « société moderne » devenant pour Martuccelli un oxymore (voir PPSI). Malgré cette limite, la nécessaire unité analytique de la condition moderne ne se pose pas moins, que ce soit pour rendre compte de la domination ou pour présenter l’inventaire des possibles en matière d’action située (Dodier et Baszanger, 1997). Ainsi délimitée, la domination apparaît en quelque sorte comme un opérateur analytique - de condensation et de comparaison - pour l’étude de la structure sociale, tout comme les notions d’ » épreuve » et d’ » état social » le seraient pour le processus d’individuation. Ces niveaux analytiques sont « deux choses différentes et irréductibles » (Martuccelli, 2007a), tout en étant indispensables et nécessaires à une certaine « sagesse sociologique » propre à éviter les écueils d’une observation orientée uniquement par la dénonciation ou trop liée à un essayisme déconnecté de l’expérience des acteurs (Arborio et Fournier, 1999 ; Martuccelli, 2005).

8La définition sociologique de la domination se modifierait en même temps qu’elle changerait de nature dans la modernité. La domination n’est plus à concevoir comme un type particulier de rapport social marqué par une dynamique de contrainte et de consentement impliquant au moins deux acteurs dont les positions sociales seraient liées directement entre elles et qui seraient stables dans le temps. Elle connaît plutôt une série d’inflexions dans la modernité. Ainsi, si elle reste liée à des contraintes asymétriques auxquelles sont soumis les acteurs, celles-ci ne peuvent plus être saisies comme l’effet ou la conséquence directe de la volonté d’un tiers. De même, si elle continue à supposer l’idée qu’il existe une hégémonie politique et culturelle, celle-ci ne peut être tenue pour une idéologie s’imposant à l’ensemble de la société ou du monde. Enfin, s’il est indéniable que les inégalités sociales se sont maintenues, voire approfondies, dans le capitalisme avancé, elles ne prennent plus la forme pyramidale d’une division de classes, mais se déclinent en un ensemble d’ » états sociaux » se rapportant à un « différentiel d’épreuves subjectives » (Martuccelli, 2001, 2003).

9Le statut du conflit se modifie également puisqu’il est impossible de l’inscrire encore aujourd’hui dans un système de domination stable et permanent. Les rhétoriques politiques s’en trouvent aussi modifiées, car elles ne sont plus en mesure de s’appuyer sur un discours d’opposition face à une hégémonie unilatérale ou à un ennemi global et structuré. Elles s’épuiseraient ainsi dans leurs formes classiques, et seraient progressivement remplacées par l’expression des difficultés, des souffrances et des frustrations individuelles, un des motifs fréquents de ces discours étant le manque de respect ressenti par les individus, que ce soit au sein des organisations productives, en rue ou dans les rapports aux politiciens (Martuccelli, 2003, 2006). C’est le mépris qui deviendrait ainsi une des catégories centrales de la critique sociale dans les sociétés contemporaines, à condition d’en faire un objet d’analyse allant au-delà d’une lecture qui en ferait l’attribut spécifique d’un groupe ou d’une culture (Bertho, 2006 ; Honneth, 2006).

10La domination apparaît en définitive tel un objet diffus et infiltrant l’ensemble du social. Elle se structure au travers d’un différentiel d’épreuves subjectives qu’il n’est plus possible d’associer de manière unilatérale à un système intégré de domination ou à un rapport direct. Son analyse passe par conséquent par un ensemble varié de phénomènes et de processus de distribution des obstacles et des contraintes pesant plus ou moins lourdement sur l’inaliénable possibilité de l’action (voir PPSI). À la différence des notions de pouvoir ou d’inégalité, celle de domination maintient toutefois l’idée d’un rapport social d’un type particulier, même s’il ne prend plus la forme d’un lien direct, solide et permanent. Le but ultime de la sociologie est d’en « dégager les nouvelles figures au travers de l’étude du différentiel des épreuves auxquels sont soumis les individus » et d’ainsi en renouer les liens invisibles - tout en échappant dans le même temps aux excès de la critique et de la dénonciation (Martuccelli, 2003 : 10 ; 2005 : Chapitre IV).

2. Pouvoir et exception dans la ville néolibérale

2.1 Le pouvoir : de l’hégémonie à la diffraction

11Un des thèmes spécifiques au travers desquels Martuccelli aborde la question de la domination est celui du pouvoir, entendu comme la capacité d’un acteur à imposer sa volonté sur autrui. Martuccelli insiste sur le fait que le pouvoir opère moins dans la modernité par la mobilisation de mécanismes de contraintes ou de punitions, que part l’inflexion des conditions générales de la reproduction des pratiques sociales (Martuccelli, 2001 : 18-19). Le pouvoir ne s’exerce pas dans la modernité, s’il l’a jamais fait par ailleurs, au travers d’un système intégré et sans brèche, ne laissant aux acteurs aucune marge de manœuvre, aucun espace stratégique ou aucune possibilité de s’y soustraire. C’est le refus de cette « représentation totale et totalitaire, sans fissure » qui pousse Martuccelli à juger excessives les thèses de Foucault. Puisqu’une fois le processus de normalisation et de rationalisation mené à son terme, il n’y aurait plus guère de « possibilités de sortie », et la subjectivité se plierait complètement aux pratiques d’objectivation dont elle serait à la fois le produit et l’effet (Martuccelli, 2007b : 24). Au contraire, l’exercice du pouvoir n’est pas imputable dans le contexte actuel à l’imposition d’une idéologie hégémonique, qu’elle soit d’ordre culturel - la Grande culture, la pensée unique, etc. - ou d’ordre économique - la Société de consommation, la McDonalisation du monde, etc. Des tactiques diverses d’émancipation, mêlant l’hybridation, le métissage ou la ruse, ont été trop régulièrement observées à des époques différentes et à l’échelle d’aires géographiques variées pour qu’il en soit ainsi (Certeau, 1990 ; Gruzinski, 1999).

12La conception du pouvoir proposée par Martuccelli découle de la représentation du social qu’il construit, un social qui ne serait plus ordonné ou rigide, mais bien élastique, et qui se décline au travers d’une série de consistances variables. Dans cette conception, le pouvoir ne s’applique ni de manière unilatérale à partir du « haut » de la société ni de façon mécaniste en imprimant une marque uniforme et immédiate sur les conduites sociales. À l’inverse, il s’agirait de le penser et de l’analyser par l’entremise des « myriades de diffractions par lesquelles [il] passe, s’impose, se filtre, se dilue, se perd » (Martuccelli, 2007b : 17). Ce changement de perspective suppose de le reconnaître en tant qu’objet multidirectionnel opérant à différents niveaux du social et en dissociant les questions liées à son agence, aux projets dans lesquels il s’incarne et aux situations éprouvées par les acteurs. Le fait de confondre ces trois processus n’aurait été « le propre que d’un seul moment historique et d’une conceptualisation particulière de l’ordre social » (Idem.).

13Que ce soit pour le thème du pouvoir ou pour tout autre sujet, le programme d’analyse proposé par Martuccelli vise donc à une reformulation du projet sociologique dans son ensemble. Il s’agit toujours d’abandonner les représentations et conceptualisations totalisantes ou intégrées du social, l’idée d’ordre social devant être remise en cause, comme celle de société, puisque leur formulation serait trop dépendante d’une conjoncture historique spécifique - le passage à la société industrielle et démocratique - et des craintes qu’elle aurait suscitées - d’où la philosophie sociale de l’ordre qui aurait animé trop longtemps la sociologie (sur ce point, voir : Nisbet, 1993). L’ensemble des insuffisances ou des « excès » reprochés à d’autres programmes de recherche - celui de Foucault, par exemple, mais ce n’est pas le seul - s’appuie sur cette critique ontologique. Elle se base elle-même sur deux types d’argument. Le premier type est historique. Il ramasse un ensemble de constats sur les évolutions et les tendances à l’œuvre dans les sociétés contemporaines. Le matériau sur lequel se fonde cette partie du travail critique entrepris par Martuccelli se compose principalement d’exemples tirés d’un grand nombre de contextes sociaux et de sphères d’activités hétérogènes - le travail et l’emploi, la ville, la famille ou l’école, par exemple. Cette réflexion historique souligne ainsi que l’exercice du pouvoir dépend d’un ensemble d’interdépendances toujours plus étendu, en raison même de la complexité croissante des sociétés contemporaines (Martuccelli, 2007b). Le deuxième type d’argument est d’ordre théorique. Il reprend un ensemble de propositions qui visent principalement à « infléchir » la représentation que les sociologues se seraient fait du social au fil de la constitution de la discipline. Il est possible de voir dans les travaux sociologiques ayant explicitement pris la modernité et ses décalages matriciels comme objet d’analyse la base de cette réflexion (Martuccelli, 1999). Le contenu des propositions porte moins ici sur les fondements épistémologiques de la discipline que sur les métaphores à l’origine de la pensée sociologique - les voies d’analyse des coercitions ou des textures, par exemple, étant largement reprises et articulées à partir des travaux d’autres auteurs, alors qu’à la métaphore de l’ » ordre », Martuccelli substitue successivement celles du « différentiel », de la « diffraction » ou du « désordre ».

14Le regard sociologique change alors d’horizon. Il ne cherche plus à élucider la question de l’ordonnancement - structurel, systémique ou configurationnel - des éléments de la société mais bien plutôt à en ressaisir l’unité, non plus sur une base fonctionnelle mais réaliste. C’est du moins la conséquence qu’il est possible de tirer de l’appel de Martuccelli à retisser les liens distendus entre les causes et les effets de la domination - les agents et mécanismes qui en sont à l’origine échappant le plus souvent aux acteurs qui la subissent - ou à « socialiser » les épreuves et souffrances individuelles. En d’autres mots, la notion de société se laisse peut-être moins facilement « liquider » que celle d’un ordre social présenté sous les traits d’un système ou d’un ordre rigide et fortement intégré. La méthode comparative aurait ainsi encore de beaux jours devant elle et le contexte national continuerait à peser sur la construction de l’objet par l’entremise des épreuves retenues - leur pertinence dépendant de la situation nationale étudiée (Martuccelli, 2005, 2006).

15Le travail sociologique changerait également de nature, puisqu’il serait moins épistémologique qu’ontologique. Les analyses qui émergent au travers des notions de « réseau », de « fluidité », de « contingence » ou de « complexité », sont précisément jugées insuffisantes par Martuccelli parce qu’elles visent, en s’appuyant sur un constat historique, à décrire le passage d’une société marquée par la « solidité », c’est-à-dire essentiellement la capacité qu’elle aurait eu à faire système et à reproduire un équilibre, à un état du social plus « fluide », marqué par les décalages et les désajustements (voir par exemple : Urry, 2005a, 2005b). Restant cependant prisonnières d’une vision intégrée de la société industrielle, ces tentatives de reformulation de la discipline sociologique s’empêcheraient de la sorte de « produire une conceptualisation primordiale de la vie sociale » et, en retour, de « transformer les questions majeures » qui en guident l’étude (Martuccelli, 2007b : 29). C’est en revanche ce dont se chargerait la métaphore de la « malléabilité résistante » du social, ce dernier étant à la fois, et indissociablement, « chaud » et « froid », « solide » et « liquide ».

16Il reste alors à déterminer suivant quel principe ou quelle métrique estimer cette « consistance malléable », et toujours différentielle, du social. Pour accomplir une telle tâche, il s’agit de doter la recherche d’un ensemble de principes épistémologiques et d’un outillage méthodologique en mesure d’orienter des enquêtes concrètes. Martuccelli répond à cette interrogation en retenant une série de notions qu’il considère comme des opérateurs analytiques dont la caractéristique principale serait la souplesse. Comme nous l’avons mentionné, les notions de domination, d’épreuve ou d’état social, sont continuellement mobilisées par la sociologie de l’intermonde, afin de condenser les situations et de les comparer entre elles. La notion d’épreuve, par exemple, sert à établir une conviction commune entre l’analyste et l’acteur en combinant deux niveaux : d’une part, la manière dont les individus ont conscience et s’acquittent des enjeux propres à leur expérience sociale et, d’autre part, le discours savant et distancié animé par la volonté de mettre en relation cette expérience et les phénomènes sociaux (Martuccelli, 2007a : 24). La méthode d’investigation privilégiée est celle qui place au centre l’expérience des individus, recueillie d’abord sous la forme d’entretiens répétés et de témoignages prolongés, ce matériau étant ensuite analysé selon un mode d’exposition accordant une primauté au discours individuel (Martuccelli, 2006).

17Englobant un large spectre de la vie sociale par les témoignages qu’en donnent les individus, cette méthode peine parfois cependant à faire comprendre les contextes dans lesquels ils s’insèrent et à en faire ressortir la consistance spécifique par la description détaillée des coercitions et des textures qui les balisent. Le fait que cette démarche d’enquête vise à saisir la France dans son ensemble en tant que contexte général n’est sans doute pas non plus totalement étranger à cette difficulté. Dit autrement, il semble que cette méthode n’ait actuellement tenu que partiellement ses promesses, entre autres, quant à la perspective réaliste qu’elle proposerait. Reposant sur le discours individuel, elle évoque souvent, par exemple, les constructions ou les rationalisations cognitives que les individus produisent pour expliquer les événements de leur existence : un licenciement, un échec scolaire, un déménagement, etc. Si elle prend soin, à partir du discours tenu sur les raisons invoquées par les individus, de préciser qu’il y en a sans doute d’autres qui leur échappent, elle dispose néanmoins de peu d’informations complémentaires pour identifier les mécanismes par lesquels les individus se construisent ce « clair-obscur cognitif ». Ce que les individus n’énoncent pas reste largement de l’ordre de l’inobservable dans la démarche, alors que c’est peut-être là que réside en partie une des clefs de leurs conduites. Si l’on revient à la définition de la notion d’épreuve, il semble que le travail entrepris à ce jour soit encore très largement tributaire du premier des deux niveaux qui la définit.

18Pour avancer sur le second niveau, il s’agit aussi de déterminer selon quel principe nous pouvons étudier des propriétés du social qui, si elles échappent à la conscience des acteurs, n’en ont pas moins un rôle à jouer sur leurs conditions d’existence et leurs trajectoires, ce que Martuccelli reconnaît d’ailleurs implicitement en parlant de textures ou de coercitions ou en insistant sur le caractère réaliste de sa démarche. Ainsi, dans le contexte urbain, les effets de composition des territoires peuvent avoir un impact important sur les conduites et trajectoires individuelles. De même, les réseaux sociaux, les marchés ou les projets politiques et culturels dans lesquels ces territoires viennent s’enchâsser, peuvent également avoir des impacts sur les dynamiques et les échanges sociaux poursuivis à l’échelle locale.

2.2 Le pouvoir dans les villes : projet néolibéral et exceptions

19En ce qui concerne le pouvoir, et en particulier le pouvoir dans les villes, il apparaît difficile d’en produire une analyse valable sans prendre en considération les projets au travers desquels les acteurs dirigeants se mobilisent - formant par exemple des « régimes urbains » ou des « machines de croissance » – et façonnent en retour la ville - tant physiquement que socialement (Gieryn, 2000). Sur ce point, il est précieux de rappeler, comme le fait Martuccelli (2007), les analyses de Manuel Castells plaçant au centre de la lutte urbaine le rapport entre valeur d’échange et valeur d’usage (Castells, 1972, 1984). Une des conditions du maintien des élites urbaines est en effet qu’elles puissent augmenter la valeur d’échange du lieu qu’elles contrôlent. Elles ne peuvent évidemment arriver à leur fin si elles se limitent à des stratégies de marketing urbain. Elles sont aussi appelées à développer des politiques de mixité sociale, de rénovation urbaine ou de production de grandes infrastructures économiques ou administratives, afin de peser sur les compositions sociodémographiques de la ville et de ses quartiers. Il est donc rare d’observer des situations où une valeur supplante totalement l’autre.

20Ce cadre analytique aura orienté un nombre important de travaux. Certains insistent ainsi sur les processus de privatisation et de commodification de l’espace urbain par la planification de lieux commerciaux ou publics censés répondre aux attentes d’une nouvelle classe mondiale (Zukin, 1998). D’autres analysent plutôt la globalisation au travers des évolutions qu’elle imposerait aux assemblages institutionnels et juridiques qui soutenaient, dans la période précédente, les États-nations, eux-mêmes nés des transformations de la féodalité (Sassen, 2006). Si ces approches ont nourri de nombreux travaux d’une grande richesse, il nous semble toutefois qu’elles laissent de côté une partie des transformations qu’engage aujourd’hui la restructuration néolibérale de la ville.

21S’il est vrai que la valeur d’usage de nombreux lieux s’est réduite pour les citadins, l’offre commercial étant moins orientée vers la satisfaction de besoins quotidiens ou les contrôles dont certaines catégories sociales font l’objet dans l’espace public s’accroissant (Davis, 1997), il apparaît également important d’étudier le néolibéralisme en tant que doctrine venant modifier de manière profonde le projet démocratique.

22Le néolibéralisme a déjà fait l’objet de nombreuses analyses, la plupart retraçant la généalogie académique et politique dans lequel il s’insère (voir par exemple : Harvey, 2001 ; Ong, 2006). Il suffit donc de rappeler que le néolibéralisme est, d’abord, une doctrine économique dont les origines remontent aux travaux de Friedrich von Hayek. Cette doctrine s’est développée en réaction aux thèses de Karl Polanyi sur la société moderne, laquelle serait marquée par un double mouvement : la logique du marché contribuant à la libre circulation du capital et la logique de la protection visant à réduire les inégalités. Au travers de cette analyse, c’est la croyance de Polanyi en la capacité régulatrice de la puissance publique qui transparaît, l’État devenant le protecteur de la société (Polanyi, 1944). Hayek, et tous les néolibéraux après lui, vont attaquer cette dernière proposition en faisant de la maximisation individuelle des intérêts le principe d’allocation optimale des ressources au sein d’un groupe social. C’est cette doctrine qui sera ensuite reprise, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, par le gouvernement conservateur de Margaret Thatcher et l’administration républicaine de Ronald Reagan, alors qu’elle se diffusait en parallèle à l’échelle mondiale par l’entremise des interventions du Fonds monétaires internationales (FMI), de la Banque mondiale (BM) ou de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

23Le projet néolibéral se définit, ensuite, à la fois comme un ensemble de politiques et comme une éthique personnelle. Le premier aspect du néolibéralisme est le mieux documenté. Il réfère au processus de démantèlement des systèmes de protection sociale. On insiste alors sur la privatisation de certains secteurs publics, sur la réduction des aides liées à certains programmes sociaux, sur la suppression des barrières à la circulation des capitaux internationaux ou sur l’intensification des formes de compétition territoriale (Brenner et Theodore, 2002). Le second aspect a aussi été souvent mentionné, le néolibéralisme devenant une figure imposée de la critique dans de nombreux champs d’études des politiques publiques - voir, par exemple, les critiques du workfare américain ou de la logique assurantielle dans les systèmes de protection sociale. Cet aspect a cependant fait l’objet d’un traitement moins systématique que le précédent. Aihwa Ong (2006) a récemment produit un effort pour avancer dans cette direction en adoptant une perspective ethnographique. Travaillant sur différents pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est, elle montre ainsi comment il est possible de décomposer la doctrine néolibérale en un ensemble de techniques de gouvernement visant à favoriser l’optimalisation et la rationalisation des facteurs de production. Le néolibéralisme trace alors aussi un régime éthique particulier, c’est-à-dire une forme particulière de conduite de soi et de définition du bien commun, qui ont pour valeur centrale la responsabilité individuelle, en faisant la promotion de différentes techniques d’auto-production de la compétitivité personnelle : l’apprentissage tout au long de la vie, la polyvalence, l’adaptabilité, etc. (Ong, 2006).

24Le néolibéralisme ne constitue donc pas seulement une doctrine économique qui a largement fonctionné sur le modèle de la destruction autocréatrice. Il renvoie aussi à un ensemble de techniques de gestion et de gouvernement engageant des éléments propres au fonctionnement des marchés, à la souveraineté des États et à la citoyenneté. Parmi celles-ci, un certain nombre touchent plus particulièrement la ville et son territoire : le transfert d’un certain nombre de missions aux paliers inférieurs de gouvernement, au secteur de l’économie sociale ou directement aux ménages ; la promotion de stratégies afin d’accroître la compétitivité territoriale ; la mobilisation de nouvelles politiques publiques pour promouvoir la mobilité du capital à l’intérieur de zones de libre-échange (Union européenne, ALENA, etc.) ou pour drainer les investissements vers certaines villes-régions ou certains districts industriels ; la mise en place d’une gestion locale centrée sur la « nouvelle gouvernance publique » et des canaux de communication privilégiés entre élites politiques et économiques ; etc. Le néolibéralisme ne s’impose donc pas seulement telle une idéologie dominante, c’est-à-dire d’un seul tenant et de manière uniforme. Il dépend aussi largement du contexte institutionnel dans lequel il se diffuse et de la manière dont il le transforme en retour (Brenner et Theodore, 2002).

25Le néolibéralisme nourrit ainsi ses propres contradictions. Puisqu’en voulant réduire l’emprise des régulations pour favoriser la seule dynamique du marché, il est sans cesse appelé à en pervertir les fondements, en accroissant le contrôle sur la force de travail ou en altérant l’esprit de la libre concurrence (Brenner et Théodore, 2002 ; Honneth, 2006). C’est ce que note Aihwa Ong (2006) en parlant du « néolibéralisme comme exception ». Empruntée à la philosophie politique, cette notion est bien à comprendre comme un principe de gouvernement où les décisions sont prises en dehors de l’ordre juridique établi et du cadre général de la loi (Agamben, 2003). L’exception découle directement de la souveraineté, qui n’est pas seulement à comprendre comme le droit à contraindre, mais plutôt en tant que droit à décider. En ce sens, Ong (2006) souligne que le rapport que les techniques de gouvernement propres au néolibéralisme entretiennent avec l’exception est dialectique, pouvant déboucher autant sur le « néolibéralisme comme exception » que sur des « exceptions au néolibéralisme », en fonction, entre autres, du contenu de l’ordre juridique et du cadre de la loi dans lesquels elles se diffusent - États libéraux, postcoloniaux, autoritaires, etc. Elle souligne aussi que la distinction, qu’Agamben (2003) opère entre les citoyens inclus à un ordre juridique garantissant leurs droits fondamentaux et les exclus ne pouvant se prévaloir de cette protection politico-juridique, repose in fine sur une conception de la souveraineté encastrée dans le modèle de la démocratie libérale, et qu’elle ne saurait dès lors être étendue à l’ensemble des situations de domination, même si elles impliquent des techniques propres au néolibéralisme.

3. Topologie de la ville néolibérale

3.1 Le pouvoir : une catégorie spatiale

26La prise en compte du néolibéralisme en tant qu’état d’exception a des conséquences pratiques et théoriques pour l’analyse du pouvoir et de la domination. En raison des rapports dialectiques entre néolibéralisme et exception, il convient, d’abord, de reconnaître la méthode des études de cas comme mode privilégié d’investigation. Cette méthode permet en effet de mieux prendre en compte les variations contextuelles dans lesquelles se déploient les techniques d’optimisation, de calcul et d’organisation sociale propres au néolibéralisme (Brenner et Theodore, 2002).

27Il convient, ensuite, de repenser le pouvoir en tant que catégorie spatiale. Il ne renvoie plus seulement à la capacité qu’a un acteur à imposer sa volonté sur autrui. Il repose aussi, dans le contexte actuel, sur une capacité croissante des acteurs à manipuler des codes, des objets et des institutions afin d’en déformer les contours à leur avantage. L’espace occupe une place centrale dans ce processus. Comme le souligne Martuccelli (2001), dans un nombre croissant de situations, les élites ou les classes dirigeantes, ceux qui sont en « haut », cherchent moins à s’assurer un contrôle sur le déroulement des événements en cours que de se mettre à l’abri des aléas et des risques. La finalité de ces stratégies est de produire des « niches », des « digues » ou des « boucliers », derrière lesquels les acteurs seraient en mesure de se réfugier et de se tenir à distance des soubresauts du monde. Se déploie ainsi une dimension de l’espace qui peut être rapprochée de manière métaphorique de la topologie : la branche de la géométrie qui étudie la déformation des objets. Elle est à comprendre ici comme le pouvoir par lesquels des groupes et des collectifs sont en mesure de déformer des objets à leur avantage ; la déformation pouvant autant impliquer des dimensions proprement spatiales que des propriétés qui lui sont associées.

28Enfin, les états d’exception sont à penser comme toute altération de l’ordre juridique ou du cadre de la loi propre à la souveraineté et à la citoyenneté libérales. Ils sont, de la sorte, à la fois éminemment territoriaux et individuels, puisqu’ils peuvent soustraire des espaces aussi bien que des groupes d’individus à l’ordre politico-juridique normal, et ce, pour leur octroyer des avantages comparatifs ou leur refuser certains droits (Ong, 2006).

29Le néolibéralisme se diffuse à l’aide d’une logique territoriale particulière. Il tend en effet à mettre sur pied un nouveau type d’infrastructures de production. Il ne se distingue pas ainsi complètement du régime précédent de production. L’industrialisation a aussi profondément modifié l’organisation de l’espace : la construction jusque-là inconnue de grandes infrastructures privées et publiques, comme les grands magasins, les hôpitaux ou les complexes administratifs, l’étalement physique du cadre urbain, la rationalisation des moyens de communication et la spécialisation fonctionnelle des espaces, faisant voler en éclat les cadres souvent juxtaposés de la ville médiévale et baroque (Choay, 1965). Les principes d’orientation sont cependant différents entre les deux périodes. Alors que les industriels du xixe et d’une partie du xxe siècle ont cherché avant tout à fixer dans l’espace les populations et les investissements, les logiques liées aux économies d’échelle et à la capitalisation des actifs étant dominantes, les entrepreneurs contemporains cherchent, pour leur part, à constituer des « nœuds » ou des hubs combinant une main-d’œuvre qualifiée, une forte densité relationnelle et une flexibilité accrue des moyens de production, les logiques économiques d’attraction des compétences, des savoirs et des expertises devenant centrales. Bref, si l’industrialisation a conduit à la mobilisation générale des populations à l’échelle des nations, le passage à une économie tertiaire se serait faite en privilégiant un modèle copiant la « plate-forme informatique », dont les principales vertus sont la souplesse de fonctionnement et la capacité à accueillir et supporter plusieurs types de tâches différentes (Gaudemar, 1979 ; Ong, 2006).

30S’il est pour l’essentiel orienté par des préoccupations économiques, le modèle des plates-formes n’en combine pas moins des éléments disparates, dont des éléments politiques. Il constitue ainsi une des formes des états d’exception, puisque son existence présuppose souvent la déformation partielle ou complète de l’ordre juridique et politique, que ce soit par l’abaissement des normes du travail dans les zones franches, par des mesures fiscales favorisant les revenus du capital au détriment de ceux du travail, par des dispositions facilitant l’immigration de certaines catégories de travailleurs, etc. Les techniques mises en œuvre étant très diversifiées, les résultats auxquels la logique de la plate-forme aboutit le sont aussi. En effet, ce modèle ne se limite pas aux zones de production de masse où se concentrent les catégories d’employés occupant les échelons inférieurs de la division internationale du travail, mais implique aussi des zones à forte valeur ajoutée et potentielle de croissance où les travailleurs qualifiés bénéficient alors d’un traitement préférentiel en ce qui concerne, par exemple, la fiscalité sur les revenus liés à l’emploi ou sur les conditions mises à l’immigration. Enfin, ce type de modèle de développement économique ne se cantonne pas à un ensemble particulier de pays, à ceux du sud par exemple, où la concentration des activités de production à faible valeur ajoutée a tendance à s’accroître, mais s’observe au contraire dans de nombreuses situations.

31Les états d’exception s’immiscent ainsi au cœur de la société démocratique libérale. C’est entre autres de cette manière que le néolibéralisme est en train de modifier la dynamique historique de longue durée ayant fondé le projet démocratique. Cette dynamique a reposé, pour l’essentiel, sur la mise en place progressive d’un mode d’association sociale et politique, dont l’égalité entre individus était à la fois la cause initiale et l’effet recherché, la ville jouant un rôle particulier dans cette dynamique (Tocqueville, 1968). C’est pour quoi l’idée de topologie nous paraît aussi importante, parce qu’elle permet de saisir en un seul mouvement les relations qui s’établissent entre les individus et les formes territoriales auxquelles ces relations renvoient. Nous voudrions maintenant montrer au travers de deux moments historiques particuliers comment cette dimension topologique de la ville s’est constituée pour donner corps au projet démocratique et au principe d’égalité comme mode privilégié d’association.

3.2 Topologie de la ville libérale : deux exemples historiques

32Le mouvement communal des xiie et xiiie siècles est sans conteste un des points de bifurcation de l’histoire sociale en Europe. Il s’agit cependant de noter d’emblée que l’histoire de l’émancipation urbaine fut longtemps dépendante de la lecture qu’en fit l’historiographie romantique du xixe siècle, plus soucieuse de projeter sur les faits les préoccupations propres à son temps que de les replacer dans le contexte de leur époque. Il n’est pas étonnant qu’elle ait entraîné une réaction tout aussi vigoureuse, limitant l’étude des élites bourgeoises à un chapitre particulier de l’histoire de la petite aristocratie. Sans l’idéaliser ou le nier, il s’agit pourtant de reconnaître l’apport du mouvement communal et de l’émancipation urbaine à l’histoire sociale et politique de l’Europe (Boucheron et al., 2003).

33Pour bien saisir ce moment, le rappel des conditions historiques ayant contribué à l’émergence du mouvement communal est indispensable. Rappelons la lente mais persistance croissance démographique qui a caractérisé toute la période de la fin du xe au début du xive siècle, alimentant une floraison du commerce et des activités artisanales. Rappelons aussi l’importance croissante prise par les traditions corporatives qui poussent les communautés urbaines à s’organiser et à former des associations ayant pour but la défense, la protection juridique et l’organisation du marché et des échanges. La guilde des marchands sera ainsi souvent la première forme associative ayant suscité l’organisation des habitants dans les villes flamandes et permit la naissance d’un contre-pouvoir typiquement urbain. Rappelons, enfin, que l’époque est marquée par le désordre politique, ce qui suscite une réaction à l’échelle de l’Europe féodale en vue du rétablissement de la paix et de la stabilité (Boucheron et al., 2003).

34On le voit, l’apparition du mouvement communal ne se produit pas dans un contexte indifférencié. Elle comporte au contraire une forte dimension économique, les revendications des bourgeois s’exprimant tant en ce qui concerne des intérêts monétaires que pour le contrôle du pouvoir local. Vu sous cet angle, il est peut-être possible de relire le mouvement communal en l’assimilant à un « assemblage institutionnel » particulier, valorisant la poursuite du profit par une catégorie spécifique d’acteurs, et de le rapprocher des tendances actuelles des villes à s’organiser sur une base autonome (Sassen, 2006). Il faut toutefois rester prudent lorsque l’on avance ce type d’interprétation, les risques d’anachronisme n’étant pas moins élevés aujourd’hui qu’au xixe siècle.

35Au-delà de ces différentes formes juridiques, le mouvement communal trouve à son origine la volonté des habitants d’une ville à se constituer en corps social, en une universitas, c’est-à-dire une communauté disposant de la reconnaissance juridique et acquérant, de ce fait, une personnalité qui devient indépendante des membres qui la composent (Boucheron et al., 2003). La forme communale se caractérise donc, d’abord, par l’octroi à certaines villes de Chartes de franchises. Ces Chartes attribuent aux bourgeois des compétences en matière fiscale, politique et juridique. Les villes disposent, entre autres, du droit de réunion sous la forme d’assemblée et de congrégation. Elles acquièrent également un large pan du pouvoir de taxation, ce qui va d’ailleurs les inciter à produire des innovations techniques, entre autres, dans le domaine de l’écrit.

36Le mouvement communal est, ensuite, porteur de la liberté des bourgeois. Dans de nombreux cas, les régimes politiques qui ont vu le jour dans les villes franchisées sont nés d’une volonté de citadins libres de se doter d’institutions propres. La communauté urbaine qui s’en dégage est celle des bourgeois constitués en assemblée générale, le bourgeois étant d’abord l’individu qui bénéficie des franchises urbaines, avant d’être les hommes honorables dont l’aisance et la notoriété leur valaient d’être reconnus comme tels par leurs concitoyens (Boucheron et al., 2003). Une fois acquis, le titre de bourgeois est en général inaliénable et est transmis par les liens du sang. Il est donc possible d’être bourgeois et pauvre, comme l’indique l’opposition entre les « gras » et les « menus », le popolo grasso et le popolo minuto, les « principaux et les suffisants » et les « chétives gens », dans le discours social interne à la communauté bourgeoise (Idem.). Les exclus de la bourgeoisie sont les étrangers, même s’ils sont parfois protégés par un droit particulier, comme les forains dans les villes dont le commerce dépend largement des foires ; les communautés juives _ ainsi que les communautés musulmanes en péninsule ibérique _ qui vivent séparées du corps urbain d’un point de vue physique et juridique ; les clercs, dont la présence en ville est massive, mais qui continuent à dépendre des juridictions et privilèges de leur état et de leur ordre (Idem.). Notons, enfin, que si les hommes et les femmes peuvent être bourgeois, les secondes restent exclues de secteurs importants de la vie publique, en premier lieu de la magistrature communale.

37La pierre angulaire du mouvement communal est bien cette liberté des bourgeois. Reconnaissons néanmoins que la notion de liberté ne saurait être interprétée au Moyen Âge comme référant à un droit naturel de l’être humain. Elle renvoie plutôt aux privilèges qui sont accordés à un groupe par rapport à l’ordre féodal dominant et est donc collective avant d’être strictement individuelle, comme l’est celle d’un citoyen face à un État moderne (Boucheron et al., 2003). Il faut donc prêter serment à la communauté qui l’incarne, en accepter les devoirs _ militaires, entre autres _ avant d’en bénéficier. L’invention fondamentale du mouvement communal réside dans cette constitution d’un corps politique refusant la sujétion d’un pouvoir extérieur (Mongin, 2005). Elle vise donc d’abord et avant tout la fraternité de ses membres par la reconnaissance de leur commun destin et la prévalence d’un ordre politique d’égaux (Weber, 1982).

38Le mouvement communal sera toutefois porteur de ses propres vicissitudes. Ainsi, si l’assemblée générale des habitants en est la forme constituante, ses réunions prendront rapidement un tour ritualisé, et elle cèdera progressivement ses pouvoirs à un conseil restreint, lequel institue lui-même un pouvoir exécutif distinct (Boucheron et al., 2003). Ce dernier se verra peu à peu confisqué par une oligarchie communale, dont les sources sont certes multiples - militaires, marchandes, cléricales, etc. –, mais dont l’étendue ne cessera de se restreindre au profit d’un patriciat urbain composé par quelques grandes familles (Idem.). La cristallisation de ce pouvoir urbain et la contradiction qu’il entretient avec l’essor démographique et commercial des villes constitueront les bases des tensions de classes et de la crise urbaine caractéristiques de la ville de la Renaissance et de la ville moderne.

39Le Paris de 1848 peut être considéré comme un autre moment charnière du projet démocratique. Tout comme le mouvement communal était en partie la conséquence de la croissance urbaine, Paris vient de connaître une période de 50 ans durant laquelle sa population a doublé pour se fixer à un million d’habitants. La détresse sociale et économique y est cependant profonde : quartiers surpeuplés, égouts à ciel ouvert nauséabonds, logements transformés en taudis, délinquance endémique, épidémies, etc. (Harvey, 2006). Même si la France est encore majoritairement rurale, la situation de la capitale est donc particulière, puisqu’elle préfigure l’avenir des grands centres industriels où se concentre une immigration intérieure grandissante : c’est « paris qui donne le ton, Paris bat la mesure » (Winock, 2002 : 118). Le débat politique s’inscrit donc dans un contexte où la lutte des classes, l’opposition entre les « gros » et les « petits » se cristallise dans le lieux publics, les marchés et les rues.

40 Pour maintenir l’ordre établi, le régime de Juillet, Guizot en tête, défend un libéralisme conservateur, qui n’entend nullement transformer la nation en « communauté de citoyens », mais bien imposer la « souveraineté de la raison », la doctrine des capacités comme opération d’extraction de la raison du peuple constituant un des socles du régime. Pour Guizot et les doctrinaires, « voter n’est pas un droit, c’est une fonction qu’exercent les capacités » (Winock, 2002 : 110). Le système du vote censitaire résulte de cette doctrine où la capacité politique n’est pas séparable de la qualité sociale des individus, plus concrètement, de la propriété et de la fortune.

41C’est la réforme électorale qui servira logiquement de principale revendication à la campagne des banquets, lancée le 9 juillet 1847, après l’échec d’un projet de loi déposé par un député de l’opposition modérée, Duvergier de Hauranne, d’abaisser de moitié le seuil du cens - pour le fixer à 100 F pour les électeurs. La forme du banquet mérite qu’on s’y attarde puisqu’elle permet, à titre de réunion privée, de contourner l’interdiction de convoquer une réunion imposée par le régime. Parti de Paris, ayant essaimé dans plusieurs villes de province, la campagne des banquets, d’abord animée par des notables locaux, va peu à peu prendre un tour plus radical en échappant progressivement à l’opposition légitimiste. Ainsi, lorsque les radicaux proposent d’en organiser un, rue Mouffetard, dans le XIIe arrondissement de l’époque, le plus mal loti de Paris, pour le 22 février 1848, le préfet en interdit la tenue dès la mi-janvier. Toutefois, suite à l’intervention de Lamartine à la Chambre en vue de rétablir le droit de réunion, et suite à des concessions faites par les organisateurs du banquet - choix d’un lieu plus éloigné du centre-ville, restrictions à la participation des étudiants et des ouvriers, hausse du prix de la souscription –, il est autorisé par la préfecture et le régime en place. La veille, nouveau coup de théâtre, lorsque le journal Le National trace le déroulement du cortège qui doit accompagner les convives jusqu’au lieu du banquet. Guizot interdit immédiatement les deux événements, dressant sans le savoir la table pour le soulèvement populaire, le cortège ayant finalement lieu alors que le banquet était quant à lui annulé (Winock, 2002).

42Il n’est pas nécessaire de revenir ici sur le déroulement des journées révolutionnaires de février 1848, sur l’échec répété à améliorer la situation économique, sur les journées d’insurrection de juin, sur la promulgation de l’état d’urgence, sur l’accession de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence et, finalement, sur le coup d’État du 2 décembre 1851. La chronologie des événements est connue. En revanche, il convient de souligner l’invention démocratique dont ces journées et ces mois de bouillonnement politique accoucheront de 1848 : le suffrage universel masculin (Huard, 2002). C’est cette invention qui permet de parler, à la suite de Martuccelli (2006), de 1848 comme du « printemps des peuples » (la révolution parisienne fera en effet tâche d’huile et le suffrage universel masculin sera adopté par plusieurs autres pays, la Suisse par exemple). Une égalité formelle paraît enfin atteinte par la mise en place de ce régime électoral, même si elle ne règle pas la question de l’égalité concrète, et permet même, de manière involontaire, le rétablissement d’un certain conservatisme sous le couvert du plébiscite, sans compter qu’il continue à exclure la moitié de l’humanité des droits civiques et politiques. Ce dernier trait du régime de scrutin va soulever, dès les journées du printemps 1848, l’appel à la reconnaissance de leurs droits civiques par les femmes, avant qu’en 1849 Jeanne Deroin tente sans succès de faire admettre sa candidature par les démocrates-socialistes de la Seine et qu’elle se range aux côtés des militants masculins pour s’opposer à la loi restreignant le suffrage universel (Huard, 2002). À partir de cette date, les appels dénonçant l’exclusion des femmes de la vie politique ne cesseront de se multiplier. Il leur faudra cependant encore de longues années avant d’être entendus.

43 La ville a donc constitué un foyer démocratique en Europe. Le mouvement communal a laissé en héritage l’image du citadin libre et d’une communauté urbaine fondée sur le serment. Les journées de 1848 auront permis l’acclimatation de la vie politique à une invention démocratique fondamentale, le suffrage universel masculin. Dans les deux cas, les institutions mises en place ont donné naissance à des sentiments exaltant la fraternité et l’égalité, même si cette dernière reste encore largement formelle. Il est cependant possible de parler, dans ces deux cas, de l’émergence d’une commune humanité cherchant à s’émanciper. C’est sur cet horizon que Tocqueville, un des acteurs de 1848, concevra son émerveillement de l’ » égalité de conditions » à l’origine de la démocratie.

4. Le Quartier Léopold à Bruxelles : exception et topologie de la déconnexion

44De manière contrastée avec les deux exemples précédents, nous voudrions, pour terminer, exposer le cas du Quartier Léopold à Bruxelles, devenu, au fil d’une longue histoire commencée en 1957, le siège privilégié des activités de la Commission et du Parlement de l’Union européenne (UE). Les lignes qui suivent ne s’attarderont pas à retracer l’historique tumultueux de cette installation, laquelle est finalement intervenue au terme d’une concurrence acharnée avec d’autres prétendantes, dont Luxembourg et Strasbourg (voir par exemple : Papadopoulos, 1996 ; Piérart, 1999). Elles prennent plutôt le parti de mettre en relief la logique d’exception qui a présidé à cette installation et la topologie sur laquelle elle débouche.

45Pour bien faire comprendre de quoi il s’agit, il importe de décrire brièvement le site du Quartier Léopold. Historiquement, il correspond à un ancien faubourg de Bruxelles typique du xixe siècle. Un cadre bâti relativement prestigieux et de bonne qualité y accueille en majorité les membres de la bourgeoisie et des noblesses nationales et étrangères. Il se compose de maisons de maître à trois ou quatre étages dont les styles alternent la rigueur classique et l’inspiration de la renaissance italienne. Il devient en quelque sorte le rêve urbain de la fraction la plus fortunée de la population de la jeune Belgique. Il offre à Bruxelles l’occasion de sortir de ses murs d’enceinte et d’occuper enfin ses faubourgs. Le rêve d’un entre-soi ne dure cependant pas longtemps pour la haute bourgeoisie. Le quartier est investi progressivement par des artistes dès les années 1850 et l’inadéquation progressive du cadre bâti à la vie moderne se fait sentir avec force à la fin du xixe siècle. Le déclin du quartier est dès lors inscrit dans ses structures, et l’entre-deux-guerres voit s’intensifier la reconversion des bâtiments en petites entreprises et bureaux, en cafés, gargotes ou bordels. Il faut attendre les années 1960 pour que l’installation progressive d’une nouvelle génération d’artistes y insuffle une vie nouvelle. Mais ce regain d’énergie dans le quartier allait être emporté par un projet autrement plus lucratif : la construction de l’Europe à Bruxelles (Piérart, 1999).

46Aujourd’hui, qui se balade dans le Quartier Léopold se trouve face à un vaste ensemble de bureaux et d’édifices administratifs qui donne au quartier l’image d’un centre d’affaires. Le dôme de verre du Parlement européen, aussi appelé avec une pointe d’ironie le « caprice des Dieux », en domine l’ensemble. Le tout présente l’aspect d’une rupture architecturale massive, tant les volumes et les formes que le projet a introduits dans le paysage urbain sont sans commune mesure avec le gabarit des maisons et des rues avoisinantes. La construction du « quartier européen » a rapidement pris valeur de symbole. Elle aura constitué, en effet, une des dernières opérations de destruction de l’habitat par les spéculateurs et les promoteurs immobiliers, et elle vient ainsi s’inscrire dans une longue série, dont la lutte des comités de quartier bruxellois conservent la mémoire (Hiernaux et Bodson, 1981). L’UE occupe actuellement environ 60 immeubles dont les plus importants sont le Parlement européen (300 000 m2), l’immeuble du Conseil des ministres (200 000 m2) et le Berlaymont (65 000 m2), auxquels il faut ajouter environ 115 000 m2 d’infrastructures souterraines (pour l’essentiel des stationnements et les couloirs qui permettent aux employés d’avoir accès à leur bureau sans passer par l’extérieur) (Baeten, 2001 ; Papadopoulos, 1996). Rien n’a résisté à cette vague de construction, pas même la gare du Luxembourg, chef d’œuvre de l’architecture classique et première gare ferroviaire de la capitale. Seule sa façade subsiste. Elle tente vainement de masquer la structure de verre et d’acier de la nouvelle gare et d’une des entrées du Parlement européen qui l’écrase complètement.

47Outre le caractère exceptionnel de son architecture, le « quartier européen » profite aussi d’un statut juridique particulier. Avant que le béton ne coule, il a fallu vendre Bruxelles à l’Europe et répondre à quelques exigences posées par l’institution. Les 20 000 personnes qui travaillent directement pour l’UE se sont vues attribuer un statut proche de celui des diplomates, soustrayant leurs revenus du régime fiscal belge. Cette catégorie de travailleurs et ses activités ont pourtant généré une richesse considérable à Bruxelles. On estimait ses dépenses à un milliard d’euros en 1998, créant 38 000 emplois indirects et de sous-traitance (Baeten, 2001). Les institutions européennes en tant que telles ont aussi bénéficié d’un régime fiscal particulier. Elles se sont vues dispensées de la taxe foncière des immeubles qu’elles occupent, bénéficiant des mêmes privilèges que les bâtiments de l’État belge. Il faut cependant tout de suite préciser que la taxe foncière est perçue par les communes en Belgique. Ces dernières sont donc privées d’une partie de leurs revenus lorsqu’elles accueillent des bâtiments publics. L’État fédéral a cependant pris l’habitude de compenser ce manque à gagner par le système dit de la « main morte de l’État ». Il a cependant refusé d’étendre ce système de compensation aux communes bruxelloises sur les territoires desquelles se trouve le « quartier européen ».

48La construction de l’Europe à Bruxelles apparaît bien alors comme un exemple de la logique des états d’exception associée au développement néolibéral de la ville. Sous la pression d’une coalition associant à des élites locales, économiques et politiques, des capitaux internationaux, un État national est en effet prêt à altérer une partie de sa souveraineté sur une portion de son territoire et à introduire de la distorsion dans le statut des personnes qui y résident pour arriver à attirer des fonctions et des activités prestigieuses et accroître la valeur d’échange de l’espace. La division sociale de la ville prend aussi une nouvelle tournure. Elle n’est plus seulement la conséquence du fonctionnement normal du marché du logement ou l’expression d’une segmentation de l’espace sur la base d’une agrégation volontaire. Mais elle suppose aussi une topologie particulière, qui autorise la création d’espaces spécifiques où des élites peuvent se mettre à l’abri des risques extérieurs et bénéficier d’un statut particulièrement favorable. C’est la création d’une « niche écologique » spécialisée et déconnectée du reste de la ville qui en constitue in fine l’objectif principal.

49La domination s’y vit aussi différemment. En premier lieu, la destruction massive du paysage urbain entraîne chez les anciens habitants un « mode d’occupation aliénée » du quartier et des lieux (Piérart, 1999 : 75). Dépossédés de leur cadre de vie, ils ont tendance à produire un usage du quartier marqué par un double isolement : le repli sur la sphère privée et la fréquentation limitée de la rue en raison de l’insécurité et de la peur qu’elle alimente, entre autres, parce qu’elle donne sur des espaces de chantier peu fréquentés hors des heures de travail. En deuxième lieu, le développement de l’UE s’est fait dans un contexte de polarisation sociale croissante, à l’échelle de Bruxelles dans son ensemble et du quartier en particulier (Francq et Leloup, 2003). C’est ce que montrait sans ambiguïté un travail de terrain mené entre 1996 et 2001 aux abords du Quartier Léopold. En appliquant une technique de suivi ethnographique à des travailleurs sociaux en charge de l’aide sociale au sein d’une des deux administrations communales dont le territoire jouxte le périmètre du Parlement Européen, l’espace urbain apparaissait traversé par un ensemble de micro-ségrégations (pour le compte rendu de cette enquête, voir Leloup, 2002b). Les services communaux en charge de l’aide sociale ont ainsi à faire face à l’afflux de réfugiés, au maintien d’une pauvreté endémique et à la difficile insertion d’une partie de l’immigration sur le marché du travail. Ils ont aussi à composer avec une situation du logement qui se dégrade. De nombreux immeubles sont dans un état de quasi-abandon, et ce, aux abords immédiats du « quartier européen », les conditions de sécurité et sanitaires y étant souvent précaires _ durant l’enquête, un immeuble sera d’ailleurs complètement détruit par un incendie provoqué par la vétusté du système électrique.

50Les deux réalités du quartier n’ont en apparence aucun lien entre elles. Pourtant, s’il n’y a pas de liens directs entre le « quartier européen » et ses abords immédiats, l’analyse ne peut se conclure sur ce constat de déconnexion. D’une part, il s’agit de rappeler que tout projet urbain d’envergure, et la construction du Parlement européen rentre clairement dans cette catégorie, produit des effets sur le marché foncier et immobilier local. Ainsi, la piètre qualité des logements est la conséquence d’un mécanisme de spéculation assez répandu dans les centres-villes des villes en voie de globalisation, la valeur des terrains étant plus élevée que la valeur des immeubles (De Corte et al., 1995). D’autre part, comment ne pas voir dans le statut fiscal d’exception accordé aux instances européennes une des causes de l’affaiblissement des finances régionales et communales bruxelloises, alors que c’est à partir de celles-ci que s’organise précisément l’aide sociale. L’état d’exception dont bénéficie le « quartier européen » introduit donc non seulement de la distorsion dans l’égalité formelle à l’origine de la souveraineté et de la citoyenneté d’une société démocratique libérale, mais il induit aussi un effet indirect sur les populations fragilisées et précaires du quartier, du fait de la réduction des revenus des institutions locales et de la dégradation des conditions de logement dans le quartier.

Conclusion

51La ville des états d’exception - comme paradigme renouvelé de la fragmentation urbaine - est à considérer comme un point de bifurcation aussi radical que ceux qu’ont constitué l’attribution des premières Chartes de franchises au Moyen Âge et l’adoption du suffrage universel masculin au cours de l’année 1848 en France. Il est évident que nous aurions pu prendre, comme l’a récemment fait Sassen (2006), d’autres points de bifurcation. Nous avons cependant retenu ces deux-là en particulier parce qu’ils montrent bien comment certains projets politiques, celui porté par les citadins libres d’une part, et celui animé par la révolution des classes populaires de l’autre, ont débouché sur de profondes recompositions des assemblages institutionnels et juridiques en place. Ils ont ainsi contribué de manière décisive au projet démocratique.

52Le projet néolibéral introduit une forte distorsion à cet égard, puisqu’il procède par exceptions successives et déconstruit les principes de solidarité et de fraternité à la base de la communauté urbaine. La topologie qu’il met en place est dès lors celle de la déconnexion apparente des espaces, avec, d’un côté, les lieux de pouvoir qui tendent à s’autonomiser et, de l’autre, des espaces de la relégation qui s’enfoncent dans la précarité. Il s’agit toutefois pour la sociologie, comme le mentionne Martuccelli, de renouer les liens que cette situation distend quant au rapport de domination. Si nous partageons cette préoccupation, nous pensons cependant que la méthode d’enquête qui permettrait d’atteindre cet objectif est encore largement à construire dans ses principes épistémologiques et ses outils méthodologiques. Nous pensons qu’il serait nécessaire, pour pallier cette limite, de multiplier les études de cas qui prennent des situations précises comme objet d’analyse et de définir avec plus de précision les propriétés du social qu’il s’agit d’observer pour saisir les textures et les coercitions, que celles-ci soient reprises ou non par le discours des acteurs.

53Il nous reste donc à avancer dans deux directions. La première est d’approfondir les travaux sur la topologie des villes et sur la place qu’y occupent les états d’exception. Cette voie pourrait être suivie en approfondissant l’exemple bruxellois ou en entamant un programme de recherche comparatif entre les villes mondialisées du nord et du sud. La deuxième est de poursuivre les réflexions sur les conditions nécessaires au développement d’une épistémologie et d’une méthodologie réalistes du social, c’est-à-dire à même d’en identifier la nature primordiale et d’en guider l’étude concrète. La voie à suivre pour y parvenir semble, à ce stade, encore largement à définir. C’est néanmoins le défi que nous lance la sociologie de l’intermonde.

Bibliographie

Bibliographie

Agamben, Giorgio (2003), État d’exception. Homo Sacer, Paris, Le Seuil.

Arborio, Anne-Marie et Pierre Fournier (1999), L’enquête et ses méthodes : l’observation directe, Paris, Nathan.

Baeten, Guy (2001), « The europeanization of Brussels and the urbanization

of « Europe ». Hybridizing the city. Empowerment and dissempowerment in the EU district », European Urban and Regional Studies, vol. 8, n°2, 117-130.

Bertho, Alain (2006), « Bienvenue au 21e siècle ! » dans Banlieue, lendemains de révolte, Paris, La Dispute/Regards, 29-42.

Boucheron, Patrick, Denis Menjot et Marc Boone (2003), « La ville médiévale », dans Pinol, Jean-Luc (dir.), Histoire de l’Europe urbaine : de l’antiquité au xviiie siècle, Paris, Le Seuil, 285-592.

Brenner, Neil et Nik Theodore (2002), « Cities and the Geographies of « actually Existing Neoliberalism » », Antipode, vol. 34, n°3, 349-379.

Castells, Manuel (1972), La question urbaine, Paris, Maspero.

Castells, Manuel (1984), The City and the Grassroots : A Cross-Cultural Theory of Urban Social Movements, Berkeley, University of California Press.

Choay, Françoise (1965), L’urbanisme. Utopies et réalité. Une anthologie, Paris, Le Seuil.

Davis, Mike (1997), City of Quartz. Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte.

de Certeau, Michel (1990), L’invention du quotidien I. Arts de faire, Paris, Gallimard.

De Corte, S., W. De Lannoy et M. Rijdams (1995), « Les immeubles à l’abandon et la spéculation à Bruxelles », Rapport final, Bruxelles, Région Bruxelloise/Vrij Universiteit Brussel (Geografisch Instituut)/Brusselse Raad voor het Leefmilieu.

de Gaudemar, Jean-Paul (1979), La mobilisation générale, Paris, Champ urbain.

de Tocqueville, Alexis (1968), De la Démocratie en Amérique. Les grands thèmes, Paris, Gallimard.

Dodier, Nicolas et Isabelle Baszanger (1997), « Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique », Revue française de sociologie, vol. XXXVIII, 37-66.

Donzelot, Jacques (2004), « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, n°303, 14-39.

Foucault, Michel (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Francq, Bernard et Xavier Leloup (2003), « Bruxelles riche, Bruxellles pauvre », Les Annales de la recherche urbaine, vol. 93, 6-14.

Giddens, Anthony (1994), Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Gieryn, Thomas F. (2000), « A Space for Place in Sociology », Annual Review of Sociology, vol. 26, 463-496.

Gruzinski, Serge (1999), La pensée métisse, Paris, Fayard.

Harvey, David (2001), Spaces of Captial. Towards a Critical Geography, New York, Routledge.

Harvey, David (2006), Paris, Capital of Modernity, New York/London, Routledge.

Hiernaux, Jean-Pierre et Daniel Bodson (1981), La face cachée : pauvreté, politique sociale, action urbaine, Bruxelles, Vie Ouvrière.

Honneth, Axel (2006), La société du mépris. Vers une nouvelle Théorie critique, Paris, La Découverte.

Huard, Raymond (2002), « L’affirmation du suffrage universel masculin 18481880 », dans Berstein, Serge et Michel Winock (dir.), L’invention de la démocratie 1789-1914, Paris, Le Seuil, 153-184.

Kiely, Ray (2005), « Globalization and Poverty, and Poverty of Globalization Theory », Current Sociology, vol. 35, n°6, 895-914.

Leloup, Xavier (2002a), La ville de l’Autre. Effets de composition et registres du rapport à l’Autre dans un espace pluriel (Ixelles), Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain.

Leloup, Xavier (2002b), « La ville de l’Autre. Effets de composition et registres du rapport à l’Autre dans un espace pluriel (Ixelles) », Thèse de doctorat, Louvain-la-Neuve, UCL (Unité de Sociologie).

Martuccelli, Danilo (1999), Sociologies de la modernité. L’itinéraire du xxe siècle, Paris, Gallimard.

Martuccelli, Danilo (2001), Dominations ordinaires. Explorations de la condition moderne, Paris, Balland.

Martuccelli, Danilo (2002), Grammaire de l’individu, Paris, Gallimard.

Martuccelli, Danilo (2003), « Retour sur la domination », Recherches sociologiques, vol. XXXIV, n°2, 3-11.

Martuccelli, Danilo (2005), La consistance du social. Une sociologie pour la modernité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Martuccelli, Danilo (2006), Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Collin.

Martuccelli, Danilo (2007a), « Les épreuves de l’individu dans la globalisation », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. XXXVIII, n°1, 13-32.

Martuccelli, Danilo (2007b), « Michel Foucault et les impasses de l’ordre social », Sociologie et sociétés, vol. XXXVIII, n°2, 17-34.

Massey, Doreen (1993), « Power-geometry and a progressive sense of place », dans Bird, Jon, Barry Curtis, Tim Putnam, George Robertson et Lisa Tickner (dir.), Mapping the futures. Local cultures, global change, London/New York, Routledge, 59-69.

Mongin, Olivier (2005), La condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Le Seuil.

Nisbet, Robert A. (1993), La tradition sociologique, Paris, Presses Universitaires de France.

Ong, Aihwa (2006), Neoliberalism as Exception, Durham/London, Duke University Press.

Papadopoulos, Alex G. (1996), Urban Regimes and Strategies : Building Europe’s Central Executive District in Brussels, Chicago/London, The University of Chicago Press.

Piérart, Julien (1999), « Quartier Léopold : temporalités et action urbaine », Recherches sociologiques, vol. XXX, n°1, 61-83.

Polanyi, Karl (1944), The Great Transformation, Boston, Beacon Press.

Sassen, Saskia (1999), « La métropole : site stratégique et nouvelle frontière », Cultures et Conflits, vol. 33-34, 123-140.

Sassen, Saskia (2006), Territory, Authority, Rights : from Medieval to Global Assemblages, Princeton (NY)/Woodstock (UK), Princeton University Press.

Urry, John (2005a), « The Complexity of the Global », Theory, Culture and Society, vol. 22, n°5, 235-254.

Urry, John (2005b), « The Complexity Turn », Theory, Culture and Society, vol. 22, n°5, 1-14.

Wacquant, Loïc J.D. (1997), « Three Pernicious Premises in the Study of the American Ghetto », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 21, n°2, 341-353.

Weber, Max (1982), La ville, Paris, Aubier.

Winock, Michel (2002), « La poussée démocratique 1840-1870 », dans Berstein, Serge et Michel Winock (dir.), L’invention de la démocratie 1789-1914, Paris, Le Seuil, 109-152.

Zukin, Sharon (1998), « Urban Lifestyles : Diversity and Standardisation in Spaces of Consumption », Urban Studies, vol. 35, n°5-6, 825-839.

Auteur

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540