Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de l’intermonde

 | 
Marie-Blanche Tahon

Ville, épreuves subjectives et sujet personnel

Bernard Francq

Texte intégral

1Comment rendre compte aujourd’hui de la vie en ville au-delà des comptes-rendus divers des mutations, transformations, évolutions, changements, variations, bouleversements, rénovations, accélérations, métamorphoses… qui semblent qualifier les processus urbains ou, encore, le passage de la ville à l’urbain généralisé (F. Choay) ? La question primordiale est d’appréhender les transformations qui traversent les villes en se centrant sur les épreuves que les individus rencontrent dans l’espace.

2Cette question, il s’agit d’en percevoir l’épaisseur par rapport à un ensemble de travaux qui favorisent ou privilégient les changements de structure affectant les villes aujourd’hui comme sociétés (totales ou non). Une fois établi les apports de ces travaux, il sera question d’aborder ce qui est constitutif d’une interrogation sur les conduites des individus dans un urbain généralisé où les tensions sont repérables en termes d’épreuves. Les propositions programmatiques de Danilo Martuccelli seront utilisées pour construire les dimensions du vivre en ville pour le sujet personnel.

  • 1 Choay F., 1994, « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », in : Dethier J., Guiheux A. (dir. (...)
  • 2 Castells M., 1996, La société en réseaux, Paris, Fayard, voir le chapitre 6. L’espace des flux.

3Par urbain généralisé, je fais référence au texte emblématique de F. Choay1 qui, dans le catalogue de l’exposition Ville et Architecture qui s’est tenue à Beaubourg en 1994, défendait l’idée d’un dépérissement inéluctable des villes aux frontières certaines pour faire place à une société urbaine fondée sur la prévalence des flux propres à la société en réseau. Idée que reprendra Manuel Castells dans le premier volet de L’ère de l’information, La société en réseaux (1996) en proposant une analyse opposant l’espace des flux à celui des lieux2.

I. Trois familles de problèmes

  • 3 Il existe au moins trois risques : 1) La dialectique du « chacun a ses raisons ». 2) La mutation d (...)

4Comment faire face à l’abondance de travaux qui sont consacrés à la ville, de la métropole en action à la ville des individus en passant par le retournement sur la condition urbaine et ses dérives émeutières ? Malgré les risques3 que comportent ce qui est toujours plus qu’un passage en revue d’un ensemble de contributions et d’analyses sur un ensemble de problèmes, trois familles de travaux indiquent la route prise par l’analyse de l’urbain généralisé comme dimension de la modernité.

51. Un premier ensemble favorise ou privilégie les changements de structure affectant les villes aujourd’hui comme sociétés (totales ou non). L’espace y occupe une place déterminante, voire déterministe. Le livre de Neil Brenner, New State Spaces. Urban governance and the Rescalling of Statehood (2004) constitue un bon exemple d’une manière de faire qui propose un cadre théorique qui s’appuie sur l’école de la régulation. La démonstration de Brenner consiste à montrer que les États européens se sont adaptés à la mondialisation et à la transition post-fordiste en faisant des métropoles les principaux territoires économiques de la compétitivité. Ce processus de réétalonnage politique (political rescaling) conduit à délaisser les espaces périphériques, en crise, marginalisés par la crise économique au profit de quelques aires urbaines particulières ; il s’explique à la fois par les nouvelles contraintes imposées par le capitalisme contemporain et le tournant postfordiste mais aussi, et surtout, relève d’un choix politique effectué par les États européens. Pour mener à bien sa démonstration, N. Brenner mobilise notamment les « grands classiques » que sont les auteurs marxistes français des années 1970 (Lefebvre, Poulantzas entre autres) et s’empare de la question tout aussi classique de la gestion par l’État de la tension inhérente au système capitaliste entre les dynamiques d’homogénéisation et de différenciation spatiale. Tout au long du livre, l’auteur n’a de cesse de montrer, en utilisant très largement un matériau empirique de seconde main, les évolutions dans la gestion de cette tension. Cette analyse amène l’auteur à tenter une périodisation en quatre phases (les quatre décennies depuis 1960) afin de montrer comment l’Etat joue sur les territoires de régulation en s’appuyant sur les villes comme espaces privilégiés de formation d’un nouveau régime d’accumulation. Dans la même perspective, l’ouvrage de Saskia Sassen, Territory, authority, rights (2006) part de la question récurrente « Où commence la fin de l’Etat-Nation et la globalisation » pour montrer comment l’Etat national a rendu l’ère globale actuelle possible. Sassen argue que même si la globalisation est mieux comprise comme « dénationalisation », elle continue à exister à partir d’établissements et de réseaux développés à l’origine par les nations matérialisés par la règle de la loi et le respect pour l’autorité privée. Ici aussi, la périodisation occupe une place centrale dans l’explication puisqu’il s’agit, à travers une vaste fresque historique, d’examiner comment trois composantes de n’importe quelle société dans n’importe quel âge - territoire, autorité, et droits - ont changé de manière endogène et dans leurs corrélations à travers trois assemblages historiques principaux : le médiéval, le national, et le global.

62. Une deuxième famille est centrée sur la tension - ou le rapport - entre le local et le global. Cette tension constitue une autre « ritournelle » de la façon de s’interroger sur les mutations à l’œuvre dans l’urbain généralisé. D’au moins deux manières. Une première - heuristique - qui, avec Robertson (1992) ou F. Ascher (2005) se centre sur les transformations de la modernité et une seconde qui a un projet plus ambitieux de refonder la sociologie, avec Bruno Latour, sur une approche centrée sur la question de la trace des associations.

7C’est à Roberston que l’on doit cet étrange mot hybride de « glocalisation » qui ne concernerait pas seulement la production du local dans la globalisation économique mais une perception nouvelle d’un ici qui devient local dans la mesure où il y aurait retour sur le lieu et transformation conjointe. F. Ascher reprend cette idée pour insister sur la « modernisation du local » : celle-ci ayant d’abord engendré un double mouvement de délocalisation et de déterritorialisation provoquerait, en retour, « deux types de relocalisation : celle qui produit du local réactif, défensif, plutôt introverti ; et celui qui produit du local à vocation globale, qui instrumentalise les spécificités d’un lieu et d’un milieu pour développer des projets collectifs s’inscrivant dans la dynamique de la société hypertexte » (Ascher, 2005 : 160).

  • 4 Voir le site Paris ville invisible brunolatour.net
  • 5 1ère source : pas de groupes, mais des regroupements ; 2ème : débordés par l’action ; 3ème : quell (...)

8Pour Latour, c’est à travers la démonstration de l’observation de Paris, ville invisible (1998) qu’il innove - c’est le seul livre sur la ville qui intègre une démarche internet4 - en proposant un travail qui consiste, à travers quatre opérations cognitives - cheminer, dimensionner, distribuer, permettre –, à établir un programme sociologique assignant à cette discipline la tâche de déployer des controverses sur le monde social à partir de cinq sources d’incertitude5 pour ensuite se centrer sur comment retracer les associations. Ici, le rapport entre global et local est au cœur du projet connexionniste latourien en ce qu’il s’agit d’enchaîner les opérations analytiques en trois mouvements : localiser le global, redistribuer le local, connecter les sites. Projet séduisant qui parie sur le travail consistant à repérer les intrigues que constituent « les mouvements inattendus d’une association à l’autre » permettant de « détecter le social » comme association et analyser « comment composer le collectif ». Ce pari soulève nombre de questions et de controverses qui feront rebondir sans nul doute la démarche d’un livre - Paris ville invisible - qui était resté sans équivalent… et sans réelle appropriation par le monde des sociologues de l’urbain généralisé. Il ouvre en tout cas des pistes qui devraient être novatrices quant à la manière de saisir la composition des collectifs dans la ville.

93. Une troisième famille consacre ses interrogations sur le sens à donner non seulement aux transformations morphologiques de l’espace urbain mais encore à l’impact des politiques urbaines sur la société. Les livres de J. Donzelot (2003, 2006), T. Oblet (2005) et O. Mongin (2005) sont tous centrés sur la manière de rendre compte des sorties des dilemmes de la question urbaine. Et ce à partir d’une idée récurrente, celle de « la ville qui se défait » pour Donzelot, et de ses variations - quant à l’histoire des modes de gouvernance de la métropolisation pour T. Oblet ou à la condition urbaine dans la mondialisation pour O. Mongin -. Ici, l’essentiel du travail analytique consiste à réinterroger la ville comme société, comme « faire ensemble » en re-développant, pour Mongin, une culture urbaine des limites (« avoir lieu d’être ») ou en rédéfinissant, pour Donzelot, un projet de politique non pas de mais pour la ville centré sur trois orientations : « faciliter la mobilité plutôt qu’imposer la mixité, élever la capacité de pouvoir des habitants à la faveur de la rénovation, réunifier la ville en la démocratisant » (Donzelot, 2006 : 118). Et ce pour prendre la plus nette distance avec une interprétation désespérée, voire orpheline, du sort fait à la ville comme société.

10C’est dans la foulée de ces apports qu’il est nécessaire de se demander comment refonder une approche sociologique centrée sur la fabrication du sujet personnel dans la ville vue comme autre chose qu’un cadre matériel, un contexte ou un environnement. S’il y a controverse sur la manière dont on peut s’en sortir par le local, selon que l’on mène une analyse en termes d’autorité, de territoire et de droits comme S. Sassen ou une autre qui privilégie la « lutte des lieux » qui aurait pris la place de la « lutte des classes » (Mongin), c’est l’occasion de voir ce qui se joue dans le rapport à l’espace. Démarche nécessaire si l’on veut repérer les épreuves des individus dans leur travail de sujet personnel.

II. Une ville incertaine

  • 6 Le numéro de la revue Esprit (La ville à trois vitesses, mars-avril 2004) est un bon exemple du dé (...)

11Quel peut bien être le point d’entrée d’un travail de questionnement centré sur les épreuves de l’individu et les supports qu’il se donne pour développer ou non les registres de l’altérité et la construction de soi dans l’espace qu’est la ville ? Prenons d’abord la mesure des incertitudes qui constituent la toile de fond sur laquelle va se déployer le travail de construction de soi. Pourquoi la ville est-elle aujourd’hui la figure emblématique de l’incertitude ? Pas seulement pour des raisons de taille, de diversité, d’hétérogénéite, de ségrégation, de gentrification et d’un horizon toujours repoussé où se mélangeraient socialement les populations6. Elle l’est pour quatre raisons qui toutes forment des cercles d’épreuves.

12D’abord, la ville aujourd’hui n’est plus enfermée dans des frontières précises, dans ses remparts ; elle est devenue poreuse, étalée, fragmentée. Autrement dit, sa totalité est éclatée et ce qui est en jeu, c’est d’en rendre compte à travers le mouvement qui la traverse. Francis Godard (2001) a remarquablement décrit cette ville en mouvement qui « tend à devenir une nébuleuse urbaine, aux contours incertains et mouvants », faite de réseaux et de flux, assemblage hétérogène dont les citoyens cherchent à recomposer les espaces publics mais qui doit faire face au délitement des relations sociales. Premier cercle d’épreuves.

13Ensuite, après un temps de certitudes qui a pris la forme de la politique de la ville comme une des politiques publiques essentielles de l’Etat, les bilans successifs ont souligné combien les actions menées - de réhabilitation, de rénovation - étaient difficiles à évaluer, combien les effets étaient peu transférables d’un lieu à l’autre, combien encore elles banalisaient les formes de partenariat à travers des négociations conduisant à une dilution des principes contractuels. Politique marquée par un ensemble d’oscillations hésitantes entre l’action sur les quartiers ou sur l’agglomération, entre le rôle animateur de l’Etat et son dégagement au profit des maires, entre une politique d’exception et une politique qui mélange approche pédagogique et action sur un lieu relativement indéterminé comme le quartier. Ajoutons à cette valse hésitation le mélange des genres entre politique active d’insertion et volonté de régénérer le tissu urbain. Ces hésitations et les incertitudes qui les accompagnent sont aussi le signe d’un mélange entre les trois composantes de la démocratie que sont la citoyenneté, la représentativité et la reconnaissance de droits fondamentaux (Touraine, 1994) et qui ont plus eu tendance à se séparer qu’à se combiner. Deuxième cercle d’épreuves.

14Troisième incertitude, le rapport au temps dans les villes est devenu incertain et les doutes les plus grands se sont exprimés quant à la volonté de faire de la ville une ville-musée, sauvée par son patrimoine alors même que les flux de la mondialisation l’amenaient à la définir par ses activités, par son commerce, par ses services. C’est sans doute la question la plus cruciale aujourd’hui qui, amorcée par les travaux d’un historien comme Bernard Lepetit, amène à considérer que « le texte urbain n’est pas clos », position qui nécessite que l’on s’interroge sur « l’espace d’expérience » et « l’horizon d’attente ». Cette posture amène à revoir les schismes habituels qui qualifient l’existence des villes - opposition entre ville-centre et périphérie, entre vie communautaire et espace de liberté délocalisé, entre rural authentique et ville tentaculaire,… -. Elle pose aussi la question de la place du temps dans les pratiques et les rencontres urbaines. Aussi, à côté des déplacements, de la mobilité, nous cherchons à saisir ce qui fait le temps de la ville, révélateur « des décalages temporels qui existent entre les activités des uns et des autres » (Paquot, 2001 : 12), des émiettements d’horaires, des relations diffuses et incertaines. Troisième cercle d’épreuves.

15Enfin, la ville est encore incertaine parce qu’elle est le lieu d’une hésitation majeure, celle qui se réfère principalement à la manière dont se vivent les relations à autrui. C’est que la ville est traversée par un mouvement révélateur de la construction du sujet moderne pris entre la poursuite d’une altérité et un isolement recherché, autour de la tension que soulève ce va-et-vient entre altérité et isolement. Nous savons que cette tension a été mise à jour par W.J. Wilson (1987) pour qui la situation américaine - crise industrielle, formation des inner-cities, de la pauvreté - fait apparaître un problème majeur : les dislocations sociales de l’espace urbain, repérables notamment à travers la montée du célibat des femmes et les familles dites « monoparentales » nécessitent que l’on considère l’isolement social - et non plus la culture de la pauvreté - comme un concept-clé. Celui-ci, sans « invalider la pertinence des caractéristiques culturelles comme facteurs explicatifs des comportements observés dans les zones de grande pauvreté » déplace l’accent sur les conditions structurelles : « (il) sous-tend non seulement le caractère intermittent voire l’absence de rapports entre groupes dont l’origine de classe et l’identité ethnique différent, mais (il) pose en outre le lien étroit entre la nature de ces rapports aux conditions d’existence dans les zones de grande pauvreté » (Wilson, 1994 : 114-115). Quatrième cercle d’épreuves.

16Dès lors, la ville plus que tout autre phénomène social, cristallise ces quatre incertitudes - celle des limites, celle de l’indécision, celle du temps, celle de l’hésitation - traversée par un fil rouge constitué de quatre cercle d’épreuves où décideurs politiques, professionnels et experts de l’action urbaine, habitants et citoyens cherchent leurs marques.

17Dans La ville incertaine (Francq, 2003), en choisissant de regarder ce qui se passe dans une rue, en rendant compte des distances et des proximités entre générations dans un quartier, en analysant les différentes façons dont les jeunes adultes qui ont choisi de vivre en ville construisent la recherche de soi, j’ai tenté de cerner ce qui est vivant à travers un ensemble de tensions. Ainsi, par exemple, les rapports entre générations sont constitutifs d’une vision du monde urbain et des relations de distance et de proximité qui s’y déploient (Francq, 2005). La place qu’occupe l’isolement et l’autonomie dans la vie de sujets personnels qui vivent dans un espace fortement marqué par du mélange social et culturel permet de travailler la question de la signification de la spatialité en reprenant l’intuition de Simmel pour qui c’est « l’esprit qui confère à l’espace sens et fonction ». Cette intuition implique nombre d’inversions quant à la manière d’appréhender les effets de l’organisation de l’espace sur les actions réciproques : caractère exclusif ou non de l’espace, production de frontières, fixation des contenus des configurations spatiales, distance et proximité, migration et figure de l’étranger comme révélateur des rapports de domination et subordination… autant de dimensions qui permettent d’interroger la manière dont des groupes ou des sujets personnels construisent des relations sociales et culturelles, positives ou négatives.

18Les distances et les proximités ne se structurent plus en relation avec la position sociale ou l’appartenance ethnico-culturelle, mais beaucoup plus en fonction des choix passés ou anticipés des individus (ceux qui partent, ceux qui ont dû rester, ceux qui passent), et sur la capacité qu’à l’individu en tant que sujet à faire entendre la voix de sa singularité au sein de relations de sociabilité marquées par l’altérité. Dans les manières de vivre en ville, la question de la recherche de soi devient impérative. C’est ce qu’expriment avec force les jeunes adultes lorsqu’il est question de leur installation dans un quartier, de leurs rapports avec les commerçants ou les comités de quartier, de leurs affirmations identitaires. Si l’installation dans un quartier est aléatoire, s’il est conçu d’abord et avant tout par les rencontres qu’il permet, c’est que la recherche de soi passe par l’attachement aux lieux et aux moments qui les singularisent. Une certaine qualité où le mélange et la diversité permettent une appropriation de la ville de manière légère et fluide traversée par un travail de comparaison avec d’autres communes qui servent toutes de repoussoir. Ce qui est essentiel, c’est que la réalisation de soi passe par un mouvement critique contre le vieux monde, celui du commerce et des comités de quartiers. Un vieux monde, trop local, trop limité à un quartier, à une place, à la défense d’une situation commerciale. Ou un monde local, trop vieux, comme celui des comités de quartiers, inefficace, trop défensif, incapable de faire face aux changements globaux devenus inéluctables. L’appel à la création d’une vie urbaine qui soit autre que celle des villes américaines, à une ville qui ne soit pas engoncée dans son passé, qui soit faite de mélanges est une des dimensions de la volonté de faire réseau à partir de rapports personnels, au-delà des comités, des structures, de tout ce qui n’est pas la bonne échelle pour faire des choses, construire des affinités et des échanges comme autant de cités personnelles qui varient au gré des heures et des jours. Tout est devenu personnel.

19Ce constat fort du mouvement d’engagement et de désengagement du sujet personnel tel que Touraine l’envisageait dans Critique de la modernité (1992) constitue la base d’un travail nouveau qui se centre sur la façon dont les registres d’altérité sont traversés par des épreuves subjectives et par la recherche de supports qui ne se limitent jamais à une collection de capitaux (sociaux, économiques, culturels, symboliques) qui caractérisent une certaine sociologie du manque (« qu’est-ce qui manque pour que l’individu soit socialisé dans un ordre social ? »). Que nous apportent ces deux concepts d’épreuve et de support pour aller plus loin dans l’explication de ce qui se joue aujourd’hui dans le rapport à l’urbain ?

III. Les individus et les collectifs : épreuves et supports

20Je suis ici Danilo Martuccelli (2002, 2004) dans ses propositions pour dépasser une sociologie de l’ordre social et qui tienne compte de ce que C.W. Mills (1967) définissait comme le programme majeur de la sociologie, à savoir rendre compte des épreuves individuelles par rapport à des enjeux collectifs. Programme ambitieux car il s’agit, rien de moins, que de « dégager quelques grands modèles » de l’individuation et « la diversité des voies historiquement empruntées » (Martuccelli, 2004 : 314). Ceci implique que l’on privilégie une démarche analytique qui rende compte de la « singularisation des parcours » à partir d’une étude de l’individuation qui accorde « une véritable centralité analytique aux épreuves subjectives » et aux supports que l’individu développe de manière hybride ou dans des situations de déconnexion ou de rupture.

21Ici, les épreuves ne sont pas seulement des épreuves de force comme chez La-tour où il s’agit d’éprouver, rapporter, mesurer constamment le rapport au réel, éternel travail de mise en équivalence puisque le monde social n’est pas prédéterminé, et que c’est son indétermination qui confère à l’épreuve un rôle primordial. Elles ne sont pas seulement non plus une tension –en fait, un continuum - entre des rapports de force et des ordres légitimes où elles deviennent une manière de cerner en acte les grandes tendances de la sélection sociale, au point qu’il serait même possible, de « définir une société (ou un état de société) par la nature des épreuves qu’elle se donne et au travers desquelles s’effectue la sélection sociale des personnes, et par les conflits qui portent sur le caractère plus ou moins juste de ces épreuves » (Boltanski, Chiapello, 1999 : 76).

22Par épreuves subjectives, il faut entendre, avec Martuccellli, « des défis divers, socialement produits, inégalement distribués, que les individus sont contraints d’affronter. Et comme c’est le cas lors de toute épreuve, les individus peuvent, en se mesurant à elles, « réussir » ou « échouer ». Les épreuves ne sont donc pas « indépendantes » des positions et des états, mais elles sont hétérogènes au sein d’une même position et d’états semblables. Multiples, elles expliquent les sentiments souvent ambivalents qu’ont les acteurs puisque ce qu’ils « gagnent » d’un côté, ils le « perdent » d’un autre. En tout cas, c’est par rapport à elles que bien de leurs caractéristiques sociales et individuelles (en termes de genre, d’âge, d’état de santé, de ressources matérielles) prennent sens. Jamais directement, mais toujours au travers de l’état social entourant l’individu. Le problème principal n’est pas dès lors essentiellement de quantifier les ressources disponibles par un individu mais de saisir en acte, c’est-à-dire au sein d’un état social, et en fonction du domaine abordé, les épreuves qu’il affronte effectivement. » (Martuccelli, 2004 : 307). Où est le collectif ou le regroupement dans cette affaire ? « C’est par la nature et l’intensité des épreuves auxquelles ils sont effectivement confrontés (et non plus, comme dans l’ancienne épure du personnage social, par leur seule position sociale) qu’il est possible de les grouper afin de dégager quelques grands profils sociologiques. L’analyse tient toujours compte des différences de classe, sexe, âge, groupe ethnique, mais désormais c’est à partir d’un nombre limité d’épreuves, sociales et historiquement significatives, que sont établies les comparaisons. » (idem : 309)

23En ce qui concerne les supports, « il s’agit en effet de repérer et de rendre compte des manières effectives par lesquelles les individus parviennent à se tenir face au monde - constante trans-historique de la condition humaine. » (Caradec, Martuccelli, 2004 : 22). Autrement dit, sans tomber dans une sociologie du comptage des capitaux ou de la mobilisation des ressources, il s’agit ici de manière plus fine de tenir compte à la fois de ce qui est à la fois réseaux et dépendances sur le mode d’une production différentielle. Car « c’est bien vers les oppositions entre les différents supports que doit se centrer le regard sociologique afin de repérer, au-delà des clivages moraux, la diversité d’épreuves à l’œuvre » (Martuccelli, 2002 : 80).

  • 7 D. Martuccelli, 2006, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Coli (...)

24Dans Forgé par l’épreuve (2006), D. Martuccelli considère la ville comme un des domaines avec l’école, le travail et la famille où les épreuves subjectives se déploient. Dans la partie intitulée « Dans les rues de la ville7 », il décèle comme épreuve principale celle qui confronte les individus « à la tension entre l’enracinement et la mobilité », le bien-être urbain dépendant de leur dynamique. Dit autrement, la ville est « la rencontre de la maison et de la rue, d’un chez soi et d’un ailleurs. L’épreuve urbaine résume à sa manière, et sur ce versant, le problème particulier de la globalisation, entre la mobilité spatiale et son contrôle, et de l’autre côté, l’engagement et l’intégration sur place » (idem : 123). L’épreuve est particulièrement repérable à travers la dissociation entre lieu de vie et lieu de travail puisque, de plus en plus, nous n’habitons plus là où nous travaillons. C’est plus de contrôle de la mobilité que de mobilité en tant que telle qu’il s’agit alors même que le temps urbain est singulièrement sexué, les hommes et les femmes n’y consacrant ni le même volume ni les mêmes imaginaires. C’est par rapport à ce cadre que l’enquête menée par Martuccelli dégage des tensions fondamentales qui, de la tension généralisée des villes entre le global et le local à l’attachement au lieu, façonnent l’épreuve urbaine comme « épreuve existentielle » où se joue la « vraie vie » qui associe « trois éléments : l’immatériel, la suractivité et la mobilité ». L’expérience alors est au plus loin d’un « enracinement sans mouvement au milieu de l’ennui et de la répétition » (idem : 154).

25Cette épreuve urbaine prend plus de relief lorsque Martuccelli passe en revue non plus les domaines mais les dimensions de l’individuation qui se décline en quatre épreuves : le rapport à l’Histoire, le rapport au collectif et la place de la participation tant politique que sociale, le rapport labyrinthique à l’autre, enfin la mise à l’épreuve de soi. Ici, le travail de répertoriage des épreuves - et des supports qui les qualifient - renvoie à une sociologie de l’intermonde où Martuccelli souligne combien cette thèse implique la prise en compte de l’environnement - ou du contexte - comme élément explicatif central des conduites. La prise en compte de l’intermonde, des épreuves qui le façonnent, des supports qui le cadrent permet de réinterroger la théorie générale de l’acteur afin de ne plus en faire le nœud central de toute explication du social. Pas d’acteur sans intermonde où se déroule les épreuves comme autant de signes des écarts qui marquent les façons de comment l’action se déroule.

26Ce sont ces propositions analytiques très stimulantes que nous voudrions développer en définissant la ville comme un des domaines où se combine non plus des cercles d’incertitude mais des espaces - de trois sortes : action, existence, expérience - qui permettent de dégager des intermondes faites de textures et de travail de mise à l‘épreuve du sujet. Tout en ayant la volonté démonstrative de déployer l’analyse de l’épreuve urbaine au-delà de la tension entre la mobilité et l’enracinement.

IV. La ville et ses trois espaces

27Au-delà des incertitudes et des formes variées que nous avons répertoriées en passant en revue trois familles de problèmes, la ville peut se définir comme la combinaison de trois espaces. A l’évidence, elle est un espace d’existence où l’individu déploie des expériences en développant une multiplicité d’actions. Espace d’existence, d’expérience, d’action, elle produit des intermondes qui sont autant de textures par rapport auxquelles il s’agit de repérer les épreuves subjectives.

28Espace d’existence, la ville cristallise les pratiques que l’individu développe pour se loger, se déplacer, aller travailler, se cultiver, aimer - les fameuses fonctions de la Charte d’Athènes - qui ont un côté minéral fait de rapports aux lieux et de liens. Cet aspect ne se limite ni à des apprentissages de socialisation ni à des expressions subjectives autour de l’image de la « bonne ville à vivre » ; il concerne le fait d’assurer, voire d’affirmer son existence dans un rapport aux différentes facettes de l’espace, celui le plus intime de la cuisine comme celui le plus public de la rue. Parfois il est affirmé à travers une appartenance à un quartier ou à un vécu fait d’aller et retour entre plusieurs habitats pour ceux qui possèdent plusieurs espaces (double logement, résidence secondaire).

29Espace d’expérience, la ville condense les pratiques que l’individu expérimente dans son rapport à soi et aux autres. Il est fait de cette ambivalence entre le proche et le lointain, la distance et la proximité des corps, des visages, des odeurs, des rencontres. Là où au-delà des espèces d’espaces se construit un rapport au monde qui permet à l’individu de se projeter dans son devenir, dans la construction de soi, au plus proche de sa subjectivité mais aussi de son rapport au monde tant matériel qu’immatériel. Au plus près de la modernité du sujet libre et différent.

30Espace d’action, la ville provoque la mise en scène du rapport matériel, minéral, existentiel à l’espace et du rapport vécu, expérientiel à celui-ci à travers un travail sur la démocratie, sur la relation entre égalité et différence, création et contrôle. La figure du citoyen y côtoie celle du gestionnaire -politique ou économique - et celle de l’expert comme celle de l’habitant. La ville se pratique comme action dans des rapports faits de tensions et de cercles d’incertitudes qui combinent à la fois rapport au temps et rapport à l’espace à travers les images, les projets, les monuments qui qualifient l’avenir de la ville et son développement, voire son effacement lorsque la ville s’enfonce dans son passé, dans un état sans mouvement.

31C’est en croisant chacun de ces espaces les uns par rapport aux autres que l’on est à même de dégager des intermondes et des épreuves subjectives qui s’appuient sur des supports qui ont des épaisseurs différentes. Quand l’espace d’existence rencontre l’espace d’expérience, l’intermonde qui se déploie est celui de la société des voisins. Quand l’espace d’expérience rencontre l’espace d’action, c’est l’intermonde de la société en réseaux qui se développe. Quand l’espace d’existence rencontre l’espace d’action, ils produisent un intermonde dominé par le local. Ces croisements permettent de répertorier les dimensions de l’individuation urbaine en laissant ouvert au maximum l’imagination sociologique qui préside à la rencontre des épreuves et des enjeux collectifs qui donnent aux intermondes leurs textures ou leur consistance.

32La déclinaison des épreuves subjectives de ces trois intermondes permet d’appréhender la ville comme support et comme mouvement. Mais quelles sont ces épreuves subjectives ? L’indifférence, la citoyenneté urbaine, la globalité. Développons ce qui au cœur de cette sociologie de l’intermonde.

33La société des voisins est un intermonde qui met en jeu une tension continue tant dans la sphère privée que dans celle qui est publique que constitue le rapport à soi, à l’intime et le rapport aux autres dont la face la plus claire est celle de la solidarité. Cette tension a été repérée dans nombre d’enquêtes s’interrogeant sur l’épaisseur de ce qui constitue l’attachement au quartier. Le basculement est constant entre la recherche de la préservation d’un espace à soi existentiel qui complique à souhait le vivre ensemble et le sentiment d’être au monde dans l’exposition dans l’espace public ou son contraire, la perception de la mise à l’écart des autres, de ceux qui sont « sans » par exemple. L’épreuve subjective qui qualifie cette tension est celle de l’indifférence double : indifférence de soi à soi, indifférence aux autres. Tout ce qui nous amène à préférer le retrait, le repli ou la recherche de la solitude alors que nous nous sentons interpellé par notre rapport à l’espace extérieur, à ce qui s’y manifeste, à ce qu’il nous donne à voir et à entendre. La figure la plus extrême de cette épreuve est celle de l’automobiliste coincé dans un embouteillage en centre-ville ou sur un quelconque périphérique. L’indifférence y côtoie l’extrême impuissance et l’inutilité du mouvement. Soit être mobile immobile. Mais c’est celle aussi du passant indifférent au regard du sans abri, toujours à la même place, toujours immobile, toujours « pas à sa place ». Epreuve terrible de l’oubli de la solidarité. La ville se montre alors terriblement éprouvante.

34L’épreuve de la globalité qualifie l’intermonde local, celui où se rencontre un double mouvement, celui de la proximité au plus proche de l’existence et celui de la durabilité au plus proche de l’action urbaine et des enjeux du développement de la ville. Car nous voulons vivre des rapports de proximité -pour sortir de l’épreuve de l’indifférence - qui sont empreints de recherche entre le lieu où nous vivons ou que nous fréquentons et les liens sociaux, politiques ou culturels qui peuvent s’y créer et se développer. Ce rapport entre le lieu et le lien qualifie au mieux notre construction d’un monde local que nous voudrions sinon préserver, du moins perpétuer. L’épreuve consiste à mettre ce travail en perspective - globale - par rapport au développement durable, à la régénération urbaine, voire à un projet d’écologie politique qui dépasse les anciennes rhétoriques politiques. Et qui ne se limite pas à produire soi-même son électricité verte et à être autonome dans son logement. Véritable défi pour les politiques urbaines qui butent sur ce qui dans nos pays est qualifié d’insalubrité du logement alors qu’à l’échelle de la planète, l’ère des slums constitue l’essentiel d’un développement urbain sauvage et incontrôlé (Davis, 2006). Cette épreuve subjective de construction du dépassement du rapport local de proximité ouvre un questionnement radical sur la création des collectifs associatifs souhaités par Bruno Latour car, ici aussi, l’épreuve de l’indifférence écologique nous renvoie à la construction globale de notre rapport au monde, à la création d’un engagement centré sur la transformation de l’habitat et des modes de vie que nous y pratiquons. Au-delà de la proximité, indispensable mais trop locale, et à terme étouffante.

35L’épreuve de la citoyenneté urbaine est constituée par la tension entre l’expérience de la participation à la vie urbaine, que ce soit celle de notre rue, de notre quartier ou de la ville globale, et l’action collective qui va de l’expression la plus infra-politique qu’est l’émeute à celle qui vise à changer les échelles de gestion et de développement urbain. La discrimination positive - et négative - semble enfermer cette épreuve soit dans une lecture hypersociale de la dégradation urbaine, de ses barrières et des oubliés sans mouvement, soit dans une lecture normative où il s’agirait encore et toujours d’alimenter, renforcer la cohésion sociale. Or, la ville est traversée dans cette tension entre participation et action collective par un triple défi qui constitue le socle de cet intermonde :

  1. celui qui oppose une démarche hiérarchique descendante (top down) à celle qui part des ressources et des demandes locales (bottom up) ; la première s’effectue souvent en fonction des projets des élus et de la mobilisation de différents moyens dont les retombées devraient être visibles pour les habitants ; la seconde est plus caractérisée par des actions qui allient la proximité, l’échelle locale et la défense ou l’amélioration du cadre de vie ;
  2. le défi le plus fort qui traverse les projets urbains aujourd’hui est celui qui a trait aux processus discriminatoire, voire ségrégatifs autour de l’opposition de « ceux qui sont dedans » et « ceux qui sont dehors », entre inclusion et exclusion, entre intérieur et extérieur, entre global et local. Ce n’est pas seulement en référence à la sphère économique mais aussi et surtout à la sphère culturelle autour de la question de « vivre ensemble » dans l’égalité et la différence ;
  3. une division spatiale plus ancienne oppose le centre à la périphérie à travers les figures historiques du développement urbain et les villes « bonnes à vivre » : centre-ville opposé aux faubourgs ouvriers ou aux banlieues à forte concentration de population étrangère ; plus récemment, « inner-cities » abandonnées et suburbanisation rayonnante et réservée aux classes moyennes propriétaires… Tension qui est souvent repérable à travers des pratiques « nimby » ou des pratiques de ségrégation. Elle est souvent analysée à partir d’un travail de périodisation des rapports de régulation entre les Etats-Nations et la globalisation ou la déterritorialisation.

36L’épreuve de la citoyenneté urbaine est littéralement bombardée par ces défis qui s’accumulent pour poser la question de la transversalité des enjeux urbains où des réseaux civiques, des partenariats fondés sur des apprentissages collectifs de savoirs et de services et une dimension métropolitaine de l’action se combine à travers des échelles micro-locale, d’agglomération et d’intercommunalité. Les questions d’insécurité, d’activation de ceux qui sont sans emploi, de l’orientation des politiques urbaines et des acteurs qui la constituent deviennent alors centrales pour le projet démocratique. Car c’est bien là que l‘analyse des épreuves subjectives qui qualifient les intermondes du rapport à l’urbain nous emmène.

***

37Echapper à l’indifférence de soi à soi et à celle vis-à-vis des autres, construire un dépassement de l’existence de proximité, repenser la pratique de participation par rapport à la diversité des actions collectives et des savoirs qu’elles mobilisent, c’est ce qui est constitutif du travail du sujet personnel dans la construction de soi à soi mais encore dans la recherche d’un autre rapport d’altérité que celui de la compassion, de la souffrance à distance ou de la mise à distance spatiale. C’est ce qui permet de faire ce travail essentiel d’analyse sociologique de mise en perspective des épreuves subjectives et des enjeux collectifs à travers la sociologie des intermondes à laquelle Danilo Martuccelli nous convie.

Bibliographie

Bibliographie

Ascher F., (2005), La société hypermoderne ou Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube.

Boltanski L., Chiapello E., (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Brenner N., (2004), New State Spaces. Urban governance and the Rescalling of Statehood, Oxford, Oxford University Press.

Castells M., (1996), La société en réseaux, Paris, Fayard

Choay F., (1994), « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », in : Dethier J., Guiheux A. (dir.), La ville, art et architecture en Europe, 1870-1993, Paris, Centre G. Pompidou, pp. 26-35.

Davis M., (2006), Le pire des mondes possibles. De l’explosion urbaine au bidonville global, Paris, La découverte.

Donzelot J., Mével C., Wyvekens A., (2003), Faire société. La politique de la ville aux Etats-Unis et en France, Paris, Seuil.

Donzelot J., (2006), Quand la ville se défait. Quelle politique face à la crise des banlieues ?, Paris, Seuil.

Francq B., (2003), La ville incertaine. Politique urbaine et sujet personnel, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant

Francq B., (2005), « Ville et générations : une image inversée des rapports de proximité et de distance », in : Tahon M.-B., Tremblay A., 2005, Générations, Québec, Nota Bene, pp. 105-139.

Godard F., (2001), La ville en mouvement, Paris, Gallimard (Coll. Découvertes)

Latour B., Hermant E. (1998), Paris ville invisible, Paris, La Découverte-Les Empêcheurs de penser en rond.

Latour B., (2006), Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Martuccelli D., (2002), Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard.

Martuccelli D., (2004), « Pour une sociologie de l’individuation », in : Caradec V., Martuccelli D. (dir.), Matériaux pour une sociologie de l’individu. Perspectives et débats, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 295-315.

Martuccelli D., (2006), Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin.

Mills C.W., (1967), L’imagination sociologique, Paris, F. Maspero.

Mongin O., (2005), La condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Seuil.

Oblet Th., (2005), Gouverner la ville. Les voies urbaines de la démocratie moderne, Paris, Presses Universitaires de France

Paquot T. (dir.), (2001), Le quotidien urbain. Essais sur les temps des villes, Paris, Editions La découverte/Institut des villes.

Robertson R. (1992), Globalization : Social Theory and Social Culture, London, Sage Publications.

Sassen S., (2006), Territory, authority, rights, University Presses of California, Columbia and Princeton.

Touraine A., (1992), Critique de la modernité, Paris, Fayard.

Touraine A., (1994), Qu’est-ce que la démocratie ?, Paris, Fayard.

Wilson W.J., (1994 / 1987), Les oubliés de l’Amérique, Paris, Desclée de Brouwer.

Notes

1 Choay F., 1994, « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », in : Dethier J., Guiheux A. (dir.), La ville, art et architecture en Europe, 1870-1993, Paris, Centre G. Pompidou, pp. 26-35.

2 Castells M., 1996, La société en réseaux, Paris, Fayard, voir le chapitre 6. L’espace des flux.

3 Il existe au moins trois risques : 1) La dialectique du « chacun a ses raisons ». 2) La mutation du fléau de la balance en aiguille du sismographe enregistrant les derniers soubresauts du magma idéologique. 3) l’injustice de ne pas rendre raison à des démarches qui se sont singularisées à l’intérieur d’un courant de pensée.

4 Voir le site Paris ville invisible brunolatour.net

5 1ère source : pas de groupes, mais des regroupements ; 2ème : débordés par l’action ; 3ème : quelle action pour quels objets ? ; 4ème : des faits indiscutables aux faits disputés ; 5ème : rédiger des comptes rendus risqués

6 Le numéro de la revue Esprit (La ville à trois vitesses, mars-avril 2004) est un bon exemple du débat qui met en perspective les processus de gentrification, de relégation et de périurbanisation.

7 D. Martuccelli, 2006, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin (voir pp. 123-157)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540