Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de l’intermonde

 | 
Marie-Blanche Tahon

Programme et promesses d’une sociologie de l’intermonde

Danilo Martuccelli

Texte intégral

La théorie sociale : le problème de l’ordre et l’idée de société

Le pourquoi du problème de l’ordre social ?

  • 1 Notre propos étant de présenter une analyse méta-théorique des avatars de la sociologie et de cert (...)

1La théorie sociale est hantée, depuis ses débuts, par une seule grande question1. En effet, chaque fois que les sociologues ont cherché à atteindre un haut degré de généralité ou d’abstraction, c’est invariablement sur le problème de l’ordre social qu’ils ont fini par poser leurs regards. Qu’est-ce qui maintient la société unie ? Ou si l’on préfère et avec une question où l’on sentira très vite l’ombre d’une interrogation philosophique : pourquoi l’ordre, plutôt que le désordre ?

2Question majeure, sans doute, mais nullement ni si fondamentale ni si radicale : c’est-à-dire, en fait, incapable de cerner les racines ultimes de la vie sociale. En vérité, la question opère par un glissement sournois : ce qu’elle suppose, au moins implicitement, est bel et bien l’inexistence possible de la vie sociale (comme chez Simmel), l’existence d’un ailleurs - en fait, d’un avant originel fondateur. Elle s’appuie sur un très douteux détour imaginaire vers un moment initial dont nous n’avons pas de trace mais à partir duquel on infère soit des conséquences politiques matricielles (comme c’est le cas dans la philosophie politique de Hobbes à Rawls), soit d’insurmontables contraintes régulatrices pour la vie sociale (comme c’est plutôt le cas dans la pensée sociologique proprement dite). La pensée primordiale sur la vie sociale, dans son interrogation politique ou sociologique, est marquée depuis ses débuts par cette question de l’origine.

3Mais pourquoi cette interrogation ? D’où vient-elle ? Avant même de s’attarder à y répondre, il faut se rappeler le contexte et les raisons historiques qui l’ont intronisée comme problématique fondamentale de la théorie sociale. Si les enchaînements sont multiples et sa généalogie encore largement à écrire, qu’il suffise ici de signaler que les polémiques médiévales sur la source de l’autorité politique (descendante, d’origine divine ou ascendante, d’origine populaire) se transforment dans les temps modernes, et depuis Hobbes, dans une interrogation sur la nécessité de l’ordre politique d’abord, social ensuite. La filiation autant que la rupture sont, toutes les deux, manifestes. C’est une inquiétude historique vécue qui est derrière cette question : il suffit de soulever quelques mots pour voir apparaître l’ombre de la guerre civile, le désordre social, les changements en tout genre - que ce soit au milieu du dix-septième siècle ou au dix-neuvième siècle.

4Avant même d’être une question épistémologique, le problème de l’ordre social est une inquiétude historique et morale. Si l’on oublie cela, on passe à côté de l’essentiel. Il ne s’agit plus, malgré les apparences, de savoir d’où vient le pouvoir, mais de penser, très concrètement, comment conjurer le désordre et contenir les passions. Si le jeu de mots est à bien des égards abusif, il n’en cerne pas moins, malgré son excès, quelque chose de juste : à savoir, qu’à l’origine de la pensée sociale et politique modernes, on trouve, encore et toujours, une inquiétude de policiers.

5Certes, toutes les études, loin de là, ne s’embourbent pas dans le déchiffrement du mystère insondable de l’origine première. Et pourtant, à bien y regarder, elles y reviennent toujours, tôt ou tard. C’est parce que cette question taraude l’imagination théorique qu’il s’agit de trouver une réponse de façon directe ou indirecte au problème de l’ordre social, c’est-à-dire à la question de la continuité, moralement problématique, de la vie sociale.

6Pourtant, derrière cette inquiétude, comment ne pas être sensible à la permanence de la vie sociale ? Comment ne pas souligner le fait qu’elle est toujours déjà là, et que la vie humaine y est toujours insérée ? Nous y sommes : voilà la vraie question. Depuis la « nuit des temps », c’est de la continuité permanente de la vie sociale dont il s’agit de rendre compte. Bien sûr, les révoltes et les cassures, les ébranlements et les transformations sont légion, mais la vie sociale - par une pluralité de voies et de formes historiques - n’a jamais cessé d’être là. Et nous dedans. Les guerres, la fin des Empires, la barbarie, les anomies diverses n’ont jamais affecté cette réalité première. Elle a constamment changé, ses manifestations historiques effectives en ont été diverses, mais cela ne modifie en rien le fond du problème. Derrière l’écume passagère de l’ordre ou du désordre, les périodes d’accalmie ou de bouleversements (et bien au-delà de la fiction d’un groupe d’individus hors social), ce qui s’impose comme constat décisif est sa permanence millénaire. C’est cela au fond le grand « mystère ». Il exige une autre interrogation première.

L’idée de société

7Mais n’allons pas trop vite. La question originelle du problème de l’ordre social, bien que constamment présente, n’en a pas moins connu une traduction privilégiée avec l’idée de société, qui en a longtemps été, en effet, la principale réponse. L’idée de société, en tant que représentation analytique particulière de la vie sociale, vise à cerner une logique explicative globale des phénomènes. Sa vocation est justement de parvenir à établir une hiérarchisation objective des divers emboîtements à l’œuvre dans un ensemble social, leur dictant une unité sociétale censée être le plus souvent à la fois fonctionnelle et normative. Pour une théorie de la société au sens fort du terme, les principales transformations sociales, sinon toutes, doivent donc pouvoir être rapportées à un modèle sociétal - une totalité - dont elles tirent l’essentiel de leur intelligence.

  • 2 Evitons un possible malentendu. Le terme de « société » étant devenu un mot courant de la langue, (...)
  • 3 Pour une esquisse de cette idée de société et de ses impasses actuelles, voir Dubet, Martuccelli ( (...)

8La vie sociale se déroule dans de grands ensembles socio-historiques. Mais ce n’est qu’au xviiieme siècle, et en Occident, que s’impose progressivement cette représentation politique et institutionnelle particulière donnant forme à l’idée de société comme un système, où l’interrelation des parties se conjugue à l’affirmation que les relations sociales excèdent la volonté individuelle, ont des effets sur elle, et sont un résultat souvent involontaire des actions humaines2. C’est dans ce sens que l’idée de société n’est nullement une réalité matérielle évidente, mais une construction significative particulière de la réalité sociale, lui prêtant une capacité effective d’institution pratique de phénomènes sociaux. Elle devient un principe organisateur et explicatif, supposé même avoir des vertus causales, dans bien des interprétations3.

9L’idée de société définit donc de manière générale un système constitué par une série de niveaux s’emboîtant les uns dans les autres, et régis par une hiérarchie établissant une correspondance entre les strates « supérieures » et « inférieures ». Et dans ce sens, que le niveau supposé avoir le rôle le plus important soit l’infrastructure économique (Marx), le système de valeurs (Parsons) ou le monde vécu (Habermas) ne change rien, à un haut niveau d’abstraction, à la problématique commune. Dans tous les cas, l’idée de société suppose que les différents domaines sociaux interagissent entre eux, comme les pièces d’un mécanisme ou les parties d’un organisme, et que l’intelligibilité d’ensemble soit donnée justement par leur place dans la totalité. En bref, l’idée de société postule qu’un ensemble social et historique est sous l’emprise d’une logique lui dictant l’essentiel de ses caractéristiques historiques.

  • 4 Cependant, nous y reviendrons, il ne faut à aucun moment négliger le fait que si la situation dans (...)

10L’histoire de la sociologie, en s’autonomisant de la philosophie politique, a fini par faire oublier leur commune interrogation originelle et par obscurcir le fait que la question du corps politique est devenue, par le biais de l’idée sociologique de société, une interrogation sur l’État-nation. Cette identification a souvent fait épouser de facto aux sociologues, souvent sans réflexion majeure, les frontières entre les divers systèmes sociaux comme des frontières pertinentes pour l’analyse. D’ailleurs très souvent et de manière implicite, en inscrivant leurs connaissances dans le cadre « naturel » de l’État-nation, les sociologues ont fortement participé, souvent avec peu de regard critique, à la prolongation de la « force » de cette réalité. La sociologie a été une philosophie sociale bâtie autour de l’idée de société nationale. En réalité, sur ce point, la pensée sociologique a payé un lourd tribut au fait que la théorie sociale ait été largement pensée à partir de quatre expériences seulement (les États-Unis, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne), et que, du fait de leur puissance économique et politique, les sociologues aient donné une représentation de ces ensembles sociétaux sous l’emprise de l’État et de la nation4. L’idée de société ne venait ainsi que redoubler au niveau analytique l’articulation plus ou moins effective des différents niveaux de la réalité par le biais d’un modèle hégémonique d’intervention sociale et politique. Il s’agissait alors de construire, puis de décrire, l’articulation entre une coalition dominante, un mode de développement, un type de relation entre le régime politique et la société civile, bref, l’imbrication fonctionnelle d’une société.

La sociologie ou le travail de Sisyphe

11Mais revenons-en à l’inquiétude originelle. Cette inquiétude, perçue au début comme un trouble politique ou économique, a fini par recevoir un mot à mille visages - la « modernité ». C’est contre elle que la question de l’ordre social ne va pas cesser de se réactiver. C’est contre elle, surtout, que vont buter toutes les réponses apportées à travers l’idée de société. C’est la principale pathologie oculaire de la sociologie. Elle a voulu organiser la vie sociale autour d’une image spéculaire (l’idée de société), alors même que chaque fois que cette image était censée opérer comme un miroir, elle renvoyait étrangement le reflet d’un monde traversé par une série de désajustements, par un ensemble hétérogène mais irréductible de phénomènes, systématiquement reconnus dans leur permanence, mais que la sociologie a toujours saisi en leur octroyant une signification périphérique. Ce seront ainsi les « résidus » propres aux périodes de transition, aux sociétés « inachevées », aux formations sociales à modes de production multiples, aux « décalages » dans le rythme de croissance des différents sous-systèmes... Et pourtant, la diversité des processus et des formes historiques d’inadéquation n’aurait pas dû cacher leur permanence. La vie sociale est tellement investie de ces processus, qu’il n’est même pas juste de dire que les périodes d’ordre sont l’exception et les phases de transition la règle : il n’y a tout simplement pas de stabilité historique. Tout se passe donc comme si le besoin de la pensée sociale de construire des catégories analytiques distinctes et claires finissait par lui jouer un mauvais tour, au point de faire croire que le monde social n’est possible qu’à travers l’agencement rationnel et organisé de divers processus, dont la cohérence et la rationalité découleraient de besoins structurels décrétés comme incontournables.

  • 5 Pour une lecture de l’histoire de la sociologie à partir de cette thèse, voir Martuccelli (1999).

12Voilà le triangle analytique fondateur de la sociologie : inquiétude pour l’ordre social, réponse par l’idée de société, secousses de la modernité. Il souligne la double difficulté des sociologues : d’une part, de se libérer jusqu’au bout de la nostalgie d’un « ordre » du monde, et d’autre part, de proposer une figure achevée de l’« ordre » à laquelle se référer. L’analyse des grandes œuvres de la pensée sociologique le dévoile de manière évidente : il s’agit toujours de proposer un modèle stable d’interprétation et de faire l’expérience de son inadéquation tout à la fois épistémologique, historique, existentielle5. En tout cas, le constat est toujours le même : la vie sociale est rétive à son insertion dans un modèle ou un carcan totalisant. Il existe toujours un dehors substantiel au sein même de toute idée de société. Ne pas reconnaître ce point engage une limite fondamentale qui a des conséquences majeures pour l’avenir de la théorie sociale.

13Cette tension a été en tout cas à l’origine du grand paradoxe de la sociologie. Au moment même où elle établissait solidement, d’un point de vue intellectuel, la séparation entre le passé et le présent, la « tradition » et la « modernité », elle a cru possible d’établir aussi, sur de nouvelles bases, une compréhension totalisante. Au moment même où on parvenait à penser historiquement l’expérience fondatrice de la modernité, on l’a évacuée étonnamment par le subterfuge d’une représentation de l’ordre social trouvant dans l’idée de société sa formulation la plus achevée et durable. Certes, bien d’autres concepts majeurs des sciences sociales y ont participé. Mais, dans la longue durée, c’est bien autour d’elle que cet effort s’est le mieux cristallisé. Le point est fondamental. Il n’y a pas à terme de compréhension sociologique valable sans élucidation critique de cette étrange dynamique historique par laquelle la contingence du monde fut, dans un seul et même mouvement, à la fois posée et contrée.

14Sous l’emprise du problème de l’ordre social, la sociologie a consacré la majeure partie de son histoire disciplinaire à marteler le bien fondé de l’idée de société, et elle n’a pas arrêté d’ « éprouver » intellectuellement l’existence d’un entre-deux - la « modernité ». La spécificité ultime de la sociologie se situe véritablement à ce niveau. Elle part du constat d’un monde soumis à une prolifération tumultueuse d’intentions et d’actions, et elle croit possible d’instaurer à terme un régime explicatif global et plus ou moins stabilisé. La pensée sociale se trouve ainsi durablement tendue entre le fait qu’elle porte, comme discipline, la prémisse de l’idée de société, et que dans ses analyses elle ne peut jamais ignorer des expériences qui s’éprouvent largement en dehors de ce cadre. Les sciences sociales seront bicéphales. Si la prise en considération des désajustements structurels ne fut pas un obstacle au déploiement théorique de grands modèles sociétaux, ces derniers ne sont jamais parvenus à annihiler entièrement les expériences de désaccords et les « anomalies ».

15C’est cette tension qui permet de comprendre le caractère continuel de la « crise » de la sociologie. Elle résulte en fait d’une volonté d’accentuation d’un modèle d’interprétation rétif à toute une série d’expériences, ni forcément nouvelles ni originales, mais dont l’intensification continue tout au long de l’histoire rend inopérante la tentative de neutralisation. Parfois même, la tension paraît enfin définitivement résorbée et l’idée de société solide… avant qu’une nouvelle secousse, indissociablement intellectuelle et pratique, n’en vienne signaler les excès. Pourtant, en dépit de la constance de ces mouvements pendulaires, la dynamique entre la société et la modernité est étrangement restée en dehors de l’analyse. Pendant longtemps d’ailleurs, une étrange symbiose s’est produite entre ces deux réalités : la société était dans la modernité, et la modernité était un trait de la société. Cette attraction analytiquement fatale, a même fini par donner forme à un véritable oxymoron au cœur de la théorie sociale - la « société moderne ». Or, les deux notions participent à des constellations analytiques distinctes, et surtout, poursuivent des buts intellectuels opposés.

16En fait, la sociologie a trop privilégié l’idée de société comme socle de sa représentation historique au détriment de l’expérience de la modernité. Bien de ses impasses intellectuelles et la profondeur de la difficulté actuelle en découlent. C’est la stratégie inverse qu’il faudra emprunter : associer étroitement la théorie sociologique à la compréhension la plus globale possible de l’expérience propre à la modernité.

La sociologie et la crise de l’idée de société : les limites d’une prise de conscience

  • 6 Touraine (1981) ; plus récemment, voir sur ce point, Urry (2000), Bauman (2002) ; pour une present (...)

17Aujourd’hui, c’est bien la notion de société qui connaît des impasses majeures. Comme Touraine pouvait l’avancer dès le début des années quatre-vingt, nous vivons désormais à l’ombre de sa crise analytique6. En fait, si la réalité et la multiplicité des désajustements n’ont jamais été ignorés, ce n’est que très progressivement, et pour des raisons avant tout d’ordre historique, qu’un nombre croissant de sociologues reconnaissent les limites de l’idée de société, plus difficilement les apories contenues dans le problème de l’ordre social. Et pourtant, il est indispensable que l’analyse ne s’arrête pas au premier constat (comme le font d’ailleurs la plupart des travaux contemporains). Sans la remise en question des conséquences théoriques du problème de l’ordre social, on finit par négliger ce qui est décisif. À savoir que nulle part, l’idée de société n’a été capable de suturer véritablement la modernité. Entériner l’idée de l’existence, dans le passé, et dans quelques pays, d’une idée solide et exhaustive de société invite à un travail de correction théorique insuffisant - puisqu’il est seulement induit pour des raisons historiques. L’aggiornamento est alors à tout jamais tronqué tout autant dans les pays « centraux » que dans les sociétés « périphériques ». Voyons-le brièvement.

  • 7 Pour un panorama critique de ces démarches, voir Bonny (2005).

18[1] Dans les pays centraux, en fait, notamment dans les quatre pays ayant longtemps concentré l’essentiel de la production théorique, l’interprétation des limites croissantes de l’ancienne idée de société sera mise principalement, sinon exclusivement, à l’actif des grands changements contemporains. C’est l’entrée dans une nouvelle période historique qui rendrait caduque l’ancienne idée de société7. Les études se différencient par la suite selon le degré de radicalité avec lequel elles pensent possible de reformuler une nouvelle idée de société. La question reçoit une réponse affirmative du côté des partisans de la société informationnelle (Castells) ou du capitalisme tardif (Harvey, Jameson) ; négative ou critique du côté de la théorie générale de systèmes (Luhmann) ou chez certains tenants de la postmodernité (Freitag) ; et plus ambivalente dans les travaux portant sur la globalisation ou la seconde modernité (Beck, Giddens, Bauman). La filiation intellectuelle de ces travaux saute aux yeux : de la même manière qu’hier, à la fin du dix-neuvième siècle, face aux bouleversements induits par l’industrialisation, il a fallu inventer l’idée de société, aujourd’hui, face aux changements induits par la troisième révolution industrielle, il est nécessaire de réinventer, sinon l’idée de société elle-même, en tout cas une autre représentation d’ensemble de la vie sociale.

  • 8 Boyer (2004) ; Amable (2005) ; Gadrey (2006). Pour une étude sociologique sous cette inspiration, (...)

19Cet effort de reconstruction de types sociétaux n’est ni une pure affaire de théorie sociale ni une pure inquiétude de sociologues. En effet, bien des études d’économistes, pour ne citer qu’eux, s’efforcent de trouver les bases empiriques leur permettant de montrer le degré de correspondance et de cohérence institutionnelles propres aux différentes sociétés nationales. Le résultat est que le verre, selon qui le regarde, est à moitié plein ou à moitié vide. À moitié plein : ces travaux ont le mérite fondamental de mettre à l’épreuve des faits les modèles sociétaux permettant d’expliquer un nombre important de différences. À moitié vide : les frontières supposées être tracées par les indicateurs sont loin d’avoir la fermeté qu’on leur prête, les correspondances institutionnelles apparaissant notamment comme étant bien moins contraignantes qu’on ne le suppose, tant, en effet, en fonction des domaines abordés, les écarts entre les pays théoriquement membres d’un même modèle peuvent être plus significatifs qu’entre les pays appartenant à des modèles différents8. Ces constats ne sont évidemment pas un échec analytique, mais on aurait tort de négliger trop vite la limite qu’ils tracent. Tant que l’idée de société, de manière explicite ou implicite, reste le lieu privilégié de la théorie sociale, il faut que l’analyste soit capable de montrer à l’œuvre l’existence d’un ensemble nécessaire, coordonné et actif de complémentarités institutionnelles robustes, rendant justement compte de l’agencement sociétal effectif étudié. C’est cette supposition que la diversité des agencements institutionnels repérés, la présence d’une série d’accords contingents, autant au niveau macro que micro, historiquement variables et transversaux aux sociétés (ou organisations abordées), et tolérant un grand nombre de variantes, met en question.

20Les constats de ces limitations empiriques et synchroniques - lorsqu’ils sont faits - sont la plupart du temps évacués à l’aide d’explications historiques. Il ne s’agirait au pire que d’une demande d’actualisation de la théorie sociale pour qu’elle rende compte de la nouvelle donne historique. La globalisation en cours serait le théâtre du passage de l’ancienne solidité des rapports sociaux, et de leur fort encadrement institutionnel national, vers une société plus incertaine aux noms divers (société post-industrielle, modernisation réflexive, seconde modernité, hyper-modernité, post-modernité, modernité tardive ou avancée…). Néanmoins, en passant par pertes et profits l’idée d’une société industrielle « solide », ces études s’enlèvent, à la base, la possibilité de produire une conceptualisation adéquate. Nous n’assistons pas aujourd’hui à la liquéfaction des liens sociaux, où finiraient même par disparaître les traditionnelles rigidités ou solidités, pas plus qu’hier nous n’avions été enfermés dans des structures ou institutions dictant à tout jamais l’ordre des événements (Wagner, 1996). La société industrielle avec sa production et sa consommation de masse, ses acteurs corporatistes bien établis, le rôle central des politiques publiques, l’importance fonctionnelle et identitaire des classes sociales, la force des institutions, n’a produit d’univers homogènes et de biographies fortement standardisées qu’au sein d’une vie sociale toujours traversée par des expériences multiples de désajustement. La sociologie, sous la double emprise du marxisme et du fonctionnalisme, les a fortement minimisées… en les saisissant sous forme de déviance ou de contradictions lorsqu’elle les voyait cycliquement apparaître. Aujourd’hui, n’en déplaise aux partisans d’une seconde modernité, d’un monde universellement connexionniste ou d’une modernité liquide, la vie sociale, derrière sa « liquéfaction », n’en garde pas moins des bornes « solides ».

21[2] Dans les pays périphériques et semi-périphériques, en fait, pour le reste des pays du monde, le renouvellement de la pensée sociale, lorsqu’elle se fait sous l’emprise d’un changement historique, connaît des limitations semblables. Ici aussi, il s’agira moins d’interroger la résistance théorique à accepter - dans le passé et dans le présent, au centre comme à la périphérie - l’énorme diversité réelle des mélanges sociaux ou des combinaisons sociétales « mixtes », que de proposer, toujours sous la dépendance de l’idée de société, une timide ouverture des voies de modernisation. Derrière la radicalité des discours, comment ne pas reconnaître une prudence analytique générale ?

  • 9 En plus de l’étude pionnière de Fanon (1968), voir les travaux de Said (1997), Bhabba (1994), Spiv (...)
  • 10 Pour un bon exemple de ces discussions, voir le numéro spécial consacré aux « Alter/Native Moderni (...)

22En effet, en dépit de déclarations tonitruantes, ces visions se limitent essentiellement à reconnaître tout simplement l’existence d’une pluralité de voies de modernisation (comme l’avait d’ailleurs établi Barrington Moore dès les années soixante), ou tout au plus, de variantes historiques à l’intérieur d’un modèle de société, dit « moderne », qui reste pourtant, à bien y regarder, toujours unique. L’intérêt de ces études est bien entendu majeur. Elles ont le mérite évident, notamment en ce qui concerne les études post-coloniales, d’historiciser des catégories et des processus qui ne l’étaient pas suffisamment, et avant tout, les représentations de l’altérité produites dans la modernité occidentale pour affirmer son unicité historique9. Et pourtant, si importantes dans leur versant critique, elles sont plus « vides » du côté de l’affirmation alternative. Rappeler que l’histoire de tout collectif est un avatar singulier s’avère un travail nécessaire vis-à-vis de l’arrogance d’une certaine vision occidentale de l’histoire, mais insuffisant pour poser les termes d’une nouvelle représentation de la modernité. Ce que certains appellent alors une « modernité alternative » n’apparaît que comme le fruit d’une dialectique entre des tendances planétaires vers une convergence des types sociétaux et le maintien, voire l’approfondissement, de formes institutionnelles diverses pour y faire face. En termes plus simples, l’uniformité tendancielle de la modernisation sociale serait contrebalancée par une diversification des réponses culturelles - chacune d’entre elles produisant des réponses institutionnelles différentes. Bref, les modernités alternatives se joueraient au niveau des différentiels d’adaptation permis par cette convergence sociétale. La discussion porte alors sur l’étendue de la différence permise dans ce mouvement général vers un type sociétal commun10.

  • 11 Pour un approfondissement de ce point à partir d’une lecture critique de la sociologie latino-amér (...)

23Dans ces visions, les multiples expériences historiques de désajustement, propres à toutes les expériences de la modernité, et donc l’inadéquation substantielle de toutes les idées de société, sont insuffisamment prises en compte. La modernité au « Sud » est alors prise dans un mouvement maniaco-dépressif cyclique. D’un côté, une litanie soulignant à quel point ces sociétés sont frappées par les « anomalies », les « inachèvements » et les expériences « tronquées », en bref, donc toujours traversées par un déficit irréparable. Ce fut le règne du « ni ni ». Toutes ces autres sociétés n’avaient ni de vrais Etats, ni de vraies classes sociales, ni de vrais groupes dirigeants, elles n’étaient pas de vraies nations et ne vivaient guère dans une vraie modernité… Aujourd’hui, cela peut prêter à sourire. Cela n’en fut pas moins l’horizon indépassable de la pensée sociale pendant plus d’un siècle. À leur décharge, il faut reconnaître que dans leur socio-centrisme ces affirmations ont été infiniment moins simplistes que celles de Hegel ; à leur charge, il faut avouer qu’elles n’en ont pas moins été tout aussi arrogantes. Mais de l’autre côté, à l’inverse, dans un renversement dépendant à peine voilé, ces sociétés préfigureraient une « autre » modernité, « différente » et « authentique », un au-delà de la Raison, dans les limites diffuses tracées par le discours de l’identité, toujours parcouru par un excès vide de contenu. Entre le déficit et l’excès, ces regards sociologiques se révèlent incapables de cerner autrement leur propre expérience. À terme, c’est l’étrangeté constitutive de la modernité et surtout le propre de l’expérience de l’entre-deux caractérisant autant les sociétés du Nord que du Sud qui finit par être, encore une fois, évacuée11.

24Bien sur, la reconnaissance des différentes voies de modernisation permet de regarder autrement les histoires des autres tout comme la reconnaissance de l’avènement d’une nouvelle période historique permet de pointer bien des insuffisances de l’idée de société. Mais l’une comme l’autre, en limitant la révision théorique à un effet historique, s’enlèvent d’emblée l’occasion de mener à bien, c’est-à-dire, dans toute la radicalité nécessaire, l’effort primordiale de théorisation sociologique. Certes, contre l’affirmation longtemps dominante, selon laquelle les divers niveaux d’une société se « correspondaient » ou étaient « fonctionnels » entre eux, se répand désormais l’idée d’ensembles sociétaux plus ou moins désarticulés, traversés par des doses chaque fois croissantes de contradictions systémiques (Bell), caractérisés par une juxtaposition contingente de systèmes sociaux de plus en plus autonomes (Luhmann), ou connaissant en tout cas une ouverture importante du fait de la multiplicité d’assemblages possibles entre les différents réseaux (Castells). Mais ces constats n’ont pas moins un point aveugle majeur.

  • 12 À ces lectures « territoriales », il serait possible de faire correspondre une présentation analyt (...)

25Comment en effet ne pas souligner le fait que bien des représentations macrosociologiques de pays centraux sont en train de réinventer la tension propre à la pensée sociale des pays périphériques ou semi-périphéries ? Dans tous ces ensembles socio-historiques on n’a jamais cessé de déceler de profonds désaccords systémiques, mais par contre, et à la différence des pays centraux, il n’a pas été véritablement possible d’y établir durablement de grandes totalités structurées. Depuis Gramsci, et en dette plus ou moins explicite à son œuvre, il a fallu reconnaître l’existence d’ensembles historiques plus contingents, traversés par des divisions évoluant à des rythmes dissemblables selon les différents groupes sociaux au sein d’une même société. Pour décrire ces ensembles, il aura été nécessaire de faire appel à d’autres notions comme celles de dépendance, d’hétérogénéité structurelle, de colonialisme interne, de désarticulation, d’inconsistance du social, de développement inégal et multiple, d’hégémonie et de contre-hégémonie, de résidus culturels… Mais en devenant l’horizon de tous les ensembles socio-historiques, au Nord comme au Sud, ce qui hier encore était pensé comme une expérience « périphérique » ou une « transition » inachevée, force à un retour critique autrement plus conséquent12.

La voie ontologique

  • 13 L’affirmation ne fait évidemment pas justice aux très importants développements du réalisme critiq (...)

26Le propre de la modernité est le sentiment constant de vivre dans une période charnière, où le vieux meurt et le nouveau tarde à naître. Notre époque, comme les précédentes, nos contemporains comme nos aînés, vivent au milieu de cette inquiétante certitude. Et si on peut penser qu’une inflexion importante a eu lieu depuis les années soixante, elle n’abolit ni l’unité de l’expérience moderne au-delà des périodes, ni le besoin, pour la théorie sociale, de s’engager dans un aggiornamento plus profond de ses enjeux. En effet, dans la presque totalité des efforts intellectuels menés sous l’emprise de la question de l’ordre social, c’est l’ontologie effective de la vie sociale qui a été largement délaissée13. Pour renouveler la pensée sociale il est indispensable de mettre au cœur de la théorie la spécificité ontologique du social.

  • 14 Pour un développement plus conséquent des points présentés dans ce paragraphe, voir Martuccelli (2 (...)

27En réalité, ce qu’on a dénommé « modernité » n’a été dans la sociologie, et d’une manière insuffisante, qu’une manière de prendre acte d’une caractéristique décisive de la vie sociale. La dynamique conflictuelle souterraine entre la « société » et la « modernité » reflète en quelque sorte sa réalité ontologique première, que l’essentiel des catégories sociologiques refuse de reconnaître. Certes, prises au sein de cette représentation historique, les formes vont se travestir et la problématique connaîtra une importante autonomisation. Et pourtant, c’est bel et bien le propre de l’être-ensemble, l’ontologie de la vie sociale, qui, en dernière analyse, était déjà central, mais pris en compte seulement de façon biaisée, par l’expérience de la modernité. Il faut lui rendre l’importance qui est - et qui aurait dû être - la sienne14.

Au cœur de la sociologie : l’intermonde

28Disons-le sans détours : au début et au centre de la théorie sociale, il est indispensable de placer, non pas le problème de l’ordre social, mais l’interrogation sur les caractéristiques que doit posséder la réalité sociale pour que l’action y soit toujours possible. Ce qui devient la question théorique centrale n’est plus ainsi l’interrogation sur les raisons et formes de l’ordre social, mais la possibilité irréductible de l’action - la question d’un monde social où, quelle que soit la force des conditionnements, il est toujours possible d’agir - et d’agir autrement.

29Dans chaque situation, l’acteur fait l’expérience concrète d’un éventail de possibilités qui s’ouvre à lui. Les actions ne sont ni aléatoires ni imprévisibles (elles passent toujours par des orientations culturelles partagées), mais elles ne sont soumises à aucune nécessité irrécusable. La conduite n’est pas incertaine mais contingente. Cette distinction précieuse permet de comprendre pourquoi cette ouverture ne dépend pas principalement de la liberté ou des capacités corporelles, cognitives ou stratégiques des acteurs mais du propre de l’environnement social. Le fait que la vie sociale soit largement encadrée par un système de rôles enlève bien des incertitudes aux interactions humaines. La conduite d’autrui est rarement imprévisible, puisque les choix des acteurs opèrent à l’intérieur d’un horizon des possibles relativement restreint et très souvent susceptible d’être largement anticipé à cause justement de l’emprise des normes ou des rôles sur eux (sur ce point précis, la réponse de Parsons (1949) est définitive). En revanche, l’issue d’une action est, elle, bel et bien, toujours contingente. Quels que soient les conditionnements dans la vie sociale, elle est marquée dans son déroulement effectif par une non-nécessité irréductible. De manière schématique alors, il n’est pas faux de souligner les erreurs symétriques commises par les sociologues classiques et les économistes standards. Les premiers, en constatant la force normative des rôles, ont « induit » un univers social marqué par une forte rigidité des conditionnements (dont la version la plus achevée sera, pour toujours, l’idée de société). Les seconds, en constatant à juste titre également, l’engrenage indécidable des actions (leur effet de composition, c’est-à-dire leurs multiples additions et soustractions - les équilibres du marché) ont « déduit » que le choix des acteurs était par définition sinon libre au moins aléatoire (dont la version la plus canonique sera, pour toujours, celle de l’homo oeconomicus). Mais les uns comme les autres négligent ainsi l’essentiel : le propre de l’être ensemble, cet espace d’action particulier, caractérisé par peu d’incertitudes (puisque appuyé sur des régularités normatives importantes) mais par une contingence insurmontable (puisque l’action se déroule dans un univers ayant des conditionnements particuliers).

30Si la liberté consiste toujours à pouvoir penser autrement, comme disait Rosa Luxembourg, le problème cardinal de la sociologie tourne autour du fait que les acteurs peuvent toujours agir autrement. Bien entendu, les individus ont une force inventive propre. Mais une chose est d’en saisir le rôle à partir du différentiel de possibilités offertes par la vie sociale, et une autre est de la cerner en l’enfouissant comme un mystère, au fond de la psyché humaine ou comme une capacité métaphysique de l’existence. S’il faut reconnaître le caractère irréductible de l’initiative comme un élément central de toute analyse sociologique, il ne faut pas, en revanche, déposer sa raison d’être du côté de l’acteur mais du côté du propre de la vie sociale elle-même. Pour expliquer le fait que le champ des possibles excède tout ce qui existe, il vaut mieux concevoir la vie sociale comme un domaine élastique, permettant aux différentes actions de trouver leur place. C’est autour de cet entre-deux, entre le « système » et les « acteurs » – appelons-le l’intermonde - que doit s’enraciner le renouveau de la théorie sociale. Et ce sont ses caractéristiques ontologiques qui doivent, par la suite, alimenter très concrètement les analyses, afin de montrer dans chaque domaine le jeu des consistances sociales à l’œuvre. La question première est ainsi de comprendre un univers social où un nombre important d’actions, y compris radicalement opposées entre elles, sont toujours simultanément possibles, au moins momentanément, puisque c’est la consistance particulière de la vie sociale qui est toujours - et partout - à la source même de cette possibilité d’action.

31Pour caractériser le mode opératoire de l’intermonde dans sa plus haute abstraction, l’« élasticité » et la « malléabilité résistante » apparaissent alors comme des métaphores appropriées, puisqu’elles permettent de prendre de la distance avec des visées idéalistes ou langagières de la vie sociale, aussi bien qu’avec des conceptions déterministes. Cette caractérisation métaphorique rend compte de la dynamique entre les possibilités en apparence illimitées de l’action et les limites effectives qu’elle rencontre. Les uns et les autres apparaissent trop souvent comme des barrières insurmontables ou, à l’inverse, comme des bornes toujours susceptibles d’être repoussées. Pourtant, l’essentiel de la problématique de notre rapport à la réalité procède de leur imbrication. La vie sociale n’est ni un champ de forces malléable à volonté, ni réductible à de purs effets de contrainte. Elle est indissociablement l’un et l’autre. La vie sociale n’est ni un tout culturel cohérent ni un tout fonctionnel stable. La reconnaissance de l’intermonde sépare définitivement l’analyse du positivisme et du constructivisme. Elle permet de rompre avec leur prétention de chosifier la vie sociale, de supposer, de manière explicite ou implicite, que les effets escomptés d’un système sont toujours et partout à l’œuvre. Mais aussi de ne pas se limiter à un modèle visant à interpréter la vie sociale comme le fruit d’une « production », en négligeant les caractéristiques propres du social où vivent les individus.

32Pour cerner analytiquement cette élasticité, il faut envisager les deux grands éléments de l’intermonde : les textures et les coercitions.

L’intermonde et les textures

33Les textures sont l’ensemble des couches de significations culturelles stockées dans chaque conduite ou fait social (organisation, pratique…), une réalité à « n » dimensions, gardant au moins virtuellement d’autres possibilités. Ce processus de stockage peut prendre différentes formes empiriques (plis, sédimentations, palimpsestes, hypertexte…) ouvrant chacune à un mode particulier d’agencement. Cependant, le plus important est que cette représentation contraint à abandonner radicalement toute velléité d’instaurer un lien unique et univoque entre formes culturelles et structures sociales (comme le suppose justement l’idée de société). Le point commence même à devenir consensuel. En effet, bien des travaux contemporains se penchent, et de plus en plus, sur cet aspect, afin de rendre compte de façon plus ouverte et à l’aide de nouvelles conceptualisations du lien entre les formes culturelles et les structures sociales. Ne le négligeons-pas : cette problématique, qui fut jadis une des « anomalies » des sociétés périphériques (à savoir : le fait que leur univers culturel était une tension entre une culture nationale dominée et une culture étrangère dominante) devient une expérience « moderne » contemporaine massive.

34Ce qui est central est donc de comprendre simultanément, à l’encontre de ce que la question de l’ordre social a longtemps laissé entendre, et l’ouverture irrépressible - et donc la relative autonomie - des textures vis-à-vis de chaque contexte et le supplément permanent de significations dans lequel se déroule alors la vie sociale. Chaque conduite, chaque organisation, chaque représentation n’est ainsi qu’une actualisation parmi bien d’autres, toutes virtuellement possibles, même si le propre de la dynamique sociale est justement d’essayer de canaliser (en les pré-orientant) les textures - sans pour autant jamais parvenir complètement à fermer ou unidimensionnaliser leur épaisseur. Evoquons deux illustrations.

35Toute organisation, par exemple, doit être envisagée comme un fouillis de textures où les acteurs cherchent et trouvent, retrouvent, bricolent, un large éventail de conduites : la nouveauté côtoie l’archaïsme, la mémoire vive ne se réduit pas à l’organigramme officiel, des formes empruntées à d’autres organisations y sont repérables, les changements laissent des zones d’inertie, et pour dominant que soit un modèle, à un moment donné, dans une organisation, il n’évacue jamais toutes les autres possibilités virtuelles.

36Mais pensons aussi à notre conception de l’individualité : elle est toujours, pour chacun d’entre nous, un mélange de textures historiquement diverses. Dans leurs récits, les individus mobilisent, sans être nullement gênés par les contradictions, des éléments empruntés à la psychanalyse ou à la sociologie, à l’ancienne vision des tempéraments ou aux caractères, des références prises à l’art classique ou contemporain, voire, bien sûr, au monde de l’astrologie et à d’autres encore. Tous ces éléments ne sont pas inventés par l’acteur ; il les tient culturellement à sa disposition puisqu’ils se sont sédimentés sous forme de palimpseste (les nouvelles couches se sont superposées sans annuler entièrement les anciennes, et l’individu peut toujours les faire « revenir » à la surface). Bien entendu, cela n’empêche pas un récit identitaire d’être majoritaire à un moment donné, sans que pour autant il n’abolisse jamais toutes les autres sources et possibilités.

37Cependant, et en dépit de leur importance, les textures ne sont qu’un des éléments de l’intermonde. La vie sociale résiste à une assimilation métaphorique achevée avec le langage. C’est la principale limite de tous les efforts postmodernes ou post-structuralistes que d’avoir négligé ce point : si les textures sont partie prenante de toute réalité, si elle n’est jamais une matière brute à symboliser, en revanche, l’intermonde connaît un mode de résistance spécifique qui trace une frontière indélébile avec une étude (en fait, une dissolution) purement linguistique du social. L’intermonde n’est pas une pâte de cire modelable à volonté. Non seulement parce que les limites symboliques sont loin d’avoir le degré de fermeture que la pensée structuraliste a voulu leur prêter dans les années soixante, mais plus largement, parce que la vie sociale dans la mesure où elle repose sur des actions - et non pas sur des représentations -possède un mode opératoire particulier.

L’intermonde et les coercitions

38C’est parce que la sociologie est confrontée à l’action que la caractérisation originelle de l’être-ensemble doit systématiquement tenir compte, à côté des textures, des coercitions. Il n’y a tout simplement pas de vie sociale sans coercitions - comme Durkheim l’a posé à la naissance de la sociologie. Mais si elles sont bel et bien un trait ontologique de l’intermonde, il faut en revanche se défaire de l’idée, centrale chez lui (et chez la quasi totalité des sociologues depuis), qu’elles se diffuseraient de manière uniforme et constante. Au-delà de leur diversité (coercitions objectives, interactives, symboliques, intérieures…), toutes ont un même mode opératoire et agissent le plus souvent :

  • de façon irrégulière (ici et pas là) ;
  • médiate (au travers d’un temps plus ou moins long - ce qui complexifie la réactivité de l’environnement, comme, par exemple, le prélèvement des impôts et la capacité coercitive de l’appareil d’Etat) ;
  • transitoire (elles s’usent et cessent parfois d’agir).

39Bien entendu, les acteurs ont, face aux coercitions, des marges très différentes d’action, selon qu’ils sont des individus ou de puissants acteurs collectifs. Il n’empêche. Pour tous, l’intermonde est à la fois, et indissociablement, malléable et résistant. Cette double possibilité s’origine à la fois dans le surplus permanent de textures virtuellement disponibles au sein de chaque action, organisation, représentation, mais aussi du fait des manières irrégulières, médiates et transitoires dont opèrent partout et toujours les coercitions. Quels que soient les degrés de formalisation et de conditionnement à l’œuvre dans une situation, ils ne parviennent jamais à éradiquer radicalement l’élasticité pratique dans laquelle se déploie l’action.

40On comprend alors pourquoi l’intermonde rend tout son sens au jeu des échelles. Contre les thèses supposant une étroite exigence d’homogénéité entre les dimensions macro et microsociologiques, il est indispensable de reconnaître (comme un nombre croissant de travaux le soulignent) l’existence de configurations causales différentes, voire relativement indépendantes, entre les niveaux micro et macro-sociologiques. Bien des études à l’échelle microsociologique ont ainsi, par exemple, fini par questionner les liens entre les pratiques quotidiennes et les structures sociales. Pourtant, il n’y a pas forcément une autonomie croissante des niveaux. Il s’agit plutôt des conséquences aporétiques d’une conception contraignante de l’ordre social. En s’approchant de près des comportements, les études de la micro-histoire ont, par exemple, établi que les conduites individuelles ne se plient pas à des normes sociales stables, mais qu’au contraire elles sont soumises à un fort degré de variation. Le cœur de l’analyse se déplace alors vers la variété et la diversité des pratiques. Sans annuler le conditionnement des conduites, il faut alors tenir compte des parcours individuels, de la multiplicité des héritages, voire d’une série changeante d’interactions. Bref, de la contingence insurmontable de la vie sociale.

  • 15 Les variantes sont nombreuses sur ce point (Arjun Appadurai pour la description des scapes ; Mauri (...)

41Pour la théorie sociale, l’intérêt majeur de bien des études de cas (de la micro-histoire aux travaux plus anciens des interactionnistes, jusqu’à certains démarches de l’analyse de réseaux) est d’avoir souligné avec force, dans les sociétés passées ou contemporaines, l’existence de nombreux parcours sociaux, individuels ou collectifs, opérant au travers d’un éventail très large et diversifié de pratiques sociales, et mettant en cause l’existence d’un ordre social opérant par inscription sur les individus d’un programme unique d’action. Au contraire même, à la place de connexions typiques, verticales et prévisibles, ces études constatent l’existence de tout un continuum de formes, de scapes et de réseaux dans lesquels les individus inscrivent leurs relations sociales15. Et pourtant, cette reconnaissance ne doit pas tomber dans l’excès contraire et finir par conceptualiser les faits sociaux comme un domaine de réalité doté d’une plasticité absolue.

  • 16 Pour ce travail d’analyse, voir Martuccelli (2002).
  • 17 Rien de mystérieux dans cette présentation. Après tout, ce qu’a de meilleur l’interactionnisme sym (...)

42Tout fait social (organisation, pratique ou acteur) se doit donc d’être analysé comme un mélange de textures et de coercitions. Revenons alors à l’individu. Nous venons d’évoquer ci-dessus la pluralité de textures dont il est historiquement constitué ; il nous faut alors, par la suite, rendre compte de l’agencement plus ou moins probable (et donc variable) entre ces textures. À l’origine, les individus possèdent une virtualité ouverte qui doit être stabilisée par différents mécanismes sociaux. C’est dire que différentes personnes, ou une même personne dans différentes situations, peuvent être stabilisées de plusieurs manières - et par moments même cette stabilisation peut être plus ou moins difficile. La spécificité ontologique du regard sociologique sur l’individu est dès lors de s’intéresser à la nature de chacune des dimensions ainsi stabilisées, bien davantage que de s’interroger sur « ce » qu’est le « soi ». C’est cet ensemble multiforme de stabilisations qui définit justement les grammaires sociologiques de l’individu (supports, rôles, respect, identité, subjectivité). L’essentiel est d’étudier les consistances sociales propres à chacune des dimensions16. Si les individus ont ainsi, par exemple, au long du temps, les mêmes croyances ou identités cela n’est pas nécessairement dû à la durabilité de leurs dispositions, caractères, inconscient…, mais au fait qu’un ensemble de processus contraint l’individu, de façon pratique et symbolique, à stabiliser ses croyances ou identités. C’est pourquoi ce qui doit être au cœur de l’analyse, ce sont les processus sociaux par lesquels chacune des dimensions est stabilisée - c’est-à-dire, la manière dont elles prennent une consistance17.

Étudier l’action

43Si tout fait social est une articulation de textures et de coercitions, la problématique fondamentale de la sociologie n’en est pas moins l’étude de l’action au milieu d’un intermonde doté d’une élasticité ontologique commune. Les contextes sociaux, tous les contextes sociaux, sont « prévisibles » et « contingents », « ouverts » et « rigides », puisque leur malléabilité engage des conditionnements qui ne sont jamais entièrement saisissables a priori. Le rapport entre les contextes et l’acteur est marqué par une prolifération de textures et une série de mécanismes de coercition, ni réguliers, ni durables, ni permanents, face et grâce auxquels il déploie son initiative. Or, malgré cette unité ontologique, il va de soi que l’analyse sociologique doit rendre compte des manières effectives - et diverses - dont les textures et les coercitions s’entremêlent en fonction des organisations, acteurs ou niveaux. C’est même le propre des études des cas que de cerner les consistances sociales à l’œuvre aux différents niveaux et au travers de leurs diverses déclinaisons contextuelles afin de retracer la dynamique des coercitions et des textures.

44Le problème central de la sociologie est donc l’étude de l’action dans l’intermonde. Or, étant donné l’épaisseur des textures et la labilité des coercitions, le rapport que les acteurs entretiennent avec la réalité sociale est toujours problématique. Certes, la réalité sociale nous oppose une forme de limite et c’est toujours à partir de cette possibilité, posée comme permanente, que nous agissons sur le monde. La question revient donc à comprendre comment et pourquoi certaines conduites sont opérationnelles et d’autres ne le sont pas, ou ne le sont que transitoirement, mais toujours dans un monde social à malléabilité résistante.

45Les caractéristiques de l’intermonde invitent à mettre en question le postulat, propre au problème de l’ordre social, de l’adaptation de l’action au monde, afin de garder présent tout au long des analyses le caractère toujours problématique de son inscription. Bien entendu, la sociologie n’a pas méconnu les cas des désajustements, et s’est même efforcée de leur donner une explication en termes de déviances normatives, d’hysteresis dispositionnelle ou d’erreurs cognitives. Et pourtant, l’idée que l’action sociale se mesure en dernière instance à l’aune de son adaptation immédiate à un environnement est restée sous-jacente à la plupart des représentations.

46Reconnaissons que rien n’est plus consensuel, tant pour le sens commun que pour le discours sociologique, que l’idée d’une adéquation, parfois même une détermination, de nos actions par leurs contextes, et par voie de conséquence, de l’adaptation de nos actions aux situations. Postulat implicite de toutes les représentations de l’action : pour pouvoir être effectives, elles doivent s’accorder à l’état préexistant du monde social. Or, étant donné l’épaisseur des textures et la complexité des coercitions, l’adaptation ou l’ajustement étroits entre une action et le monde sont des chimères intellectuelles. De la façon la plus nette possible, il faut donc que la sociologie se débarrasse radicalement de l’idée, d’inspiration darwinienne, qu’il existe une adaptation réussie et nécessaire à l’environnement social, qui permettrait de juger en dernière instance toutes les conduites.

L’action est une forme de décalage

  • 18 C’est à nos yeux la limite principale des conceptualisations, par ailleurs si stimulantes, de l’ac (...)

47C’est donc de cette représentation propre au sens commun, et de son étrange et implicite reprise dans la pensée sociologique, qu’il faut se défaire afin de reconnaître le caractère problématique de l’inscription de toute action. Mais encore une fois, la contingence de l’action ne doit pas être cherchée du côté du caractère hasardeux de nos motivations. Elle doit l’être plutôt du côté de la multiplicité des formes de décalages de l’action lors de son déroulement pratique. Nos actions sont souvent approximatives. Et si elles restent possibles, ce n’est donc pas à cause de leur adaptation étroite au monde, mais justement à l’inverse, parce qu’elles se déploient dans un intermonde élastique s’accommodant fort bien d’un nombre important d’écarts et de variations. C’est cette donne que les thèses de l’action rationnelle (stratégique ou instrumentale), de l’adéquation séquentielle ou encore de la réflexivité permanente ne parviennent pas à rendre compte18.

48Pour comprendre alors correctement l’action, il faut opérer un renversement similaire à celui qu’a introduit Ricœur (1975) au niveau du texte lorsqu’il inverse la préséance du littéral sur le métaphorique, en parlant de « l’idée d’une métaphorique initiale », sur laquelle viennent s’ancrer par la suite d’autres significations. Le renversement veut dire ici que l’accord entre l’action et la réalité est injustifié, et que toute action porte en elle les germes de son excentricité puisque nous n’entrons en contact avec le monde social qu’à partir de ses dérives de sens (c’est-à-dire un univers pluriel et jamais unidimensionnel de textures). Du fait que toute action est symboliquement médiée, son degré de pertinence face à la réalité n’est qu’une affaire de temporalité, de circonstance et de jugement - ce qui invite à interpréter toute action comme le fruit d’une rencontre, nécessairement imprécise et variable, mais pouvant connaître des parcours opérationnels fort divers, entre un sens et un environnement.

  • 19 Pour des études de cas à partir de cette vision, voir Martuccelli (1995).

49C’est dans ce sens liminaire que l’égarement imaginaire est consubstantiel à l’action. Il n’y a pas d’adaptation parfaite avec l’environnement, il n’y a qu’un différentiel d’accords et de désaccords - de décalages - plus ou moins marqués dans leurs conséquences19. Chaque fois que nous agissons, nous introduisons des décalages face à l’environnement, puisque nous en modifions l’état, au moins au niveau de notre représentation ; face à nos répertoires d’actions, puisque chaque fois qu’une action se met en place, elle ne peut être qu’une transformation, ou au moins une traduction. Toute action passe par des variations, y compris lorsqu’elle ne paraît être qu’une application circonscrite et fidèle d’un modèle. Bien entendu, ces modifications sont le plus souvent minimes, imperceptibles, de surcroît sans grand intérêt pour la recherche. Mais elles sont là. C’est sans doute une des principales leçons à tirer des études microsociologiques sur l’action. L’action n’est pas la reproduction fidèle d’un modèle, mais une traduction locale emplie de scories, dont le degré de variation, pris dans l’ensemble de la vie sociale et au sein d’évidentes routines cognitives, se révèle cependant trop infime pour induire des transformations importantes à la fois pratiques et symboliques.

Le déroulement des actions

50C’est pourquoi la prophétie autocréatrice, si bien caractérisée par Merton (1965), doit devenir le modèle général de la conception de l’action. L’abandon de l’idée de l’adaptation de nos actions au monde invite à y trouver un modèle paradigmatique de l’inscription de nos conduites dans l’environnement. Rappelons brièvement que le problème classique posé par la notion de prophétie autocréatrice découle du fait qu’une définition « fausse » d’une situation peut provoquer une conduite qui, à terme, est susceptible de transformer la fausse conception initiale en une « vérité » pratique. Bien entendu, comme Merton finira par le reconnaître lui-même, la liberté de définition subjective des situations n’est pas illimitée, puisque « si les individus ne définissent pas des situations réelles comme réelles, celles-ci seront néanmoins réelles dans leurs conséquences ». Mais si notre connaissance de la vie sociale ne peut pas se passer de l’idée d’un étalon ultime de réalité, nos actions connaissent, dans leur déroulement quotidien, des itinéraires ouverts. La notion permet en tout cas de souligner la spécificité ontologique de l’intermonde (le caractère fluctuant des coercitions et la prolifération des textures) et le fait donc que les actions puissent se dérouler simultanément à partir d’un grand nombre de définitions opposées.

51Peu d’exemples sont aussi parlants que le « modèle de la poubelle » qui, en renversant l’ordre habituel de raisonnement, remet en fait l’analyse sur ses pieds : au sein d’une organisation, les acteurs ne cherchent pas tant des solutions aux problèmes qu’ils ne prennent appui sur des solutions flottantes, pour faire face à de nouvelles difficultés dans un processus d’adéquation souvent assez fortuit. Bien entendu, tout n’est pas arbitraire, mais l’ouverture potentielle est si importante, qu’elle invite à refuser tout raisonnement reposant sur l’idée d’une réactivité exclusive ou nécessaire. À travers ce concept, on comprend à la fois qu’en fonction des contextes, certaines actions sont plus probables et fréquentes que d’autres (et dans ce sens les horizons de possibles d’un acteur sont toujours plus ou moins circonscrits), mais également que tout contexte est traversé par un supplément irréductible de textures (ce qui fait que l’action effectuée n’est à un moment donné qu’une des actualisations virtuelles possibles). La capacité - au moins virtuelle - des acteurs à envisager (toujours) autrement une situation en dépend étroitement.

52Le problème principal ne tourne plus alors autour de la « fausseté » des représentations, mais de la consistance spécifique de l’intermonde qui leur permet justement d’être opérationnelles. Lorsqu’on abandonne l’idée d’une adaptation étroite avec l’environnement, le problème majeur n’est autre que celui de savoir comment des représentations multiples, voire opposées, peuvent cohabiter entre elles, et surtout, avoir, au même moment, et pendant des laps de temps plus ou moins longs, de réelles fortunes pratiques. Le véritable problème n’est donc nullement de nature cognitive puisque centrer ou cantonner la recherche à ce niveau est une démarche limitée (elle ramène le problème vers l’« intérieur » de l’individu) négligeant alors les dimensions écologiques. Ces travaux sont emportés par une conception idéaliste de la réalité sociale, focalisant alors leur attention vers les erreurs, les sophismes, les paralogismes, voire les mensonges des acteurs (Boudon, 1990 ; Sperber, 1996). Or, le fait que les individus puissent effectuer une série d’erreurs d’interprétation, ayant des conséquences pratiques à fortune diverse, ne renvoie pas uniquement à leurs raisonnements inachevés ou fautifs (objet traditionnel des études logiques ou psychologiques), mais témoigne de quelque chose de spécifique, voire de central, dans notre rapport à l’intermonde. À savoir, comme nous le verrons, que dans l’univers de la pratique sociale, les démentis sont d’une nature particulière.

Le noyau sociologique : la double dynamique de la vie sociale

53Quelles sont les promesses de cette proposition théorique, en fait, de ce programme de recherche ? En quoi ce déplacement de la question originelle de la sociologie vers les spécificités de l’intermonde et de ses conséquences pour l’action, permet-il de formuler de nouvelles interrogations ? Afin de rester dans les limites de cet écrit, limitons-nous à dessiner, sous une forme en partie projective, les contours du principal chantier engagé : cerner partout et toujours la double dynamique de la vie sociale.

La dynamique entre les coercitions et les textures

54L’étude de la vie sociale doit se faire en mettant l’intermonde au centre de la réflexion, à la fois son supplément virtuel de textures et sa série mouvante de coercitions. Si toutes les frontières construites (États, institutions, rôles, règles, sanctions ) cherchent à restreindre et cantonner, avec des succès variables, l’élasticité du social, à canaliser les textures afin de les rendre plus univoques et à durcir certaines coercitions afin de les rendre plus immédiates, il s’agit bel et bien d’un travail de Sisyphe - toujours inachevé parce qu’ontologiquement inachevable.

55Cerner cette dynamique permanente exige d’éviter une double impasse. D’une part, il est désormais indispensable de libérer l’analyse sociologique de toute velléité fonctionnaliste et de l’illusion d’un monde social où chaque élément aurait une raison d’être - nécessaire et suffisante. D’autre part, il est tout aussi important de se libérer de l’idée d’une vie sociale qui serait constamment obnubilée par le propre de sa continuité, exigeant alors un travail constant de la part des acteurs afin de réguler et de coordonner leurs conduites. Ces deux représentations pétries de bon sens - celle de l’ordre structurel et celle de l’ordre interactionniste - ne parviennent pas justement à saisir les caractéristiques spécifiques de l’être ensemble : sa malléabilité résistante.

  • 20 Latour (2006) a de son côté mis en question de façon radicale la topographie sociale tridimensionn (...)

56Mettre l’intermonde au centre de l’étude invite à accepter un univers où la contingence est omniprésente et donc à reconsidérer en ce sens toute la géographie sociale. Du fait de l’hétérogénéité systématique des textures et de la labilité des coercitions à l’œuvre, l’étude du différentiel des déclinaisons sociales devient un problème majeur de l’analyse sociologique. C’est cette problématique qui doit être prise et reprise, sans arrêt, dans chacune des études entreprises. Ce n’est pas tant les frontières de tout système, organisation, institution ou interaction qui sont poreuses (même si c’est parfois le cas), mais l’intermonde qui, élastique, permet à chaque système, organisation, institution ou interaction de se déployer en transmettant toujours de façon irrépressible la possibilité d’agir autrement dans la vie sociale20.

57La manière dont les coercitions se déclinent dans la vie sociale en fonction des domaines, institutions, positions, doit ainsi toujours rester au premier plan de l’analyse (ce qui invite, entre autres choses, à interpréter de façon critique les travaux d’inspiration épidémiologique propres à la théorie des réseaux). En fonction du type d’action étudiée ou du domaine de la réalité abordé, la déclinaison peut être plus ou moins directe ou filtrée, mais dans tous les cas il est indispensable de problématiser le lien entre la structure sociale et les conduites des acteurs. La question est moins alors de rendre compte de leur articulation (comme le font toutes les théories de l’agency), mais d’être capable, pour chaque conduite ou situation, d’envisager les formes précises (et donc locales) de la dynamique entre les textures et les coercitions. C’est véritablement à ce niveau, pour le dire de manière imagée et maladroite, placé entre le système et l’acteur, et définissant le propre de ce jeu de coercition-habilitation que se trouve la première dynamique centrale de la vie sociale : d’un côté, la volonté d’unidimensionnaliser les textures culturelles et de l’autre côté, le projet de rendre le plus rapidement réactives les coercitions, sans que, par définition, cette dynamique ne puisse jamais parvenir entièrement à épouser l’élasticité de la vie sociale.

Une illustration : la place des acteurs

  • 21 Le lecteur intéressé pourra en trouver une autre illustration du côté d’une enquête de terrain por (...)

58Prenons pour exemple l’articulation entre les trajectoires individuelles et les positions sociales21. Désormais, sauf véritablement pour quelques positions placées aux extrêmes de la société, où la programmation des étapes de la vie est toujours de rigueur, la plupart des parcours ont tendance à s’individualiser. Une réalité que la vision pyramidale induite par la problématique de l’ordre social empêche de saisir puisque le propre de la notion de classes sociales a été justement de cerner la division de la société à partir d’un nombre restreint de groupes souvent fort étanches entre eux. Il est désormais nécessaire de complexifier ce classement, jadis supposé rendre justice à la dynamique de l’inégalité et aux profils des individus.

59D’un côté, et afin de tenir compte des conséquences du capitalisme à l’heure de la globalisation, il faut en quelque sorte faire « sortir » l’analyse des positions structurelles du seul périmètre national afin de rendre compte de la dynamique entre le global et le local. Sur ce registre, les positions structurelles, notamment dans les pays centraux, apparaissent comme le mélange inégal d’un capitalisme « libéré » des contraintes de la protection sociale et le maintien, voire le renouveau, de l’État providence. C’est pourquoi l’analyse doit privilégier un double principe d’organisation des rapports sociaux. D’une part, elle procède de rapports de production désormais largement fragmentés, opposant les groupes dirigeants aux groupes dominés dans des relations de travail. Sur cet axe, la ressource essentielle est de nature économique, et les acteurs sont plus ou moins exposés directement aux contraintes du marché en fonction de leurs qualifications, du domaine de production, de la position de l’entreprise dans la hiérarchie de la sous-traitance. D’autre part, il existe un autre axe des rapports sociaux, définis notamment en relation avec les politiques publiques, opposant les groupes supérieurs, la noblesse d’État et les groupes protégés aux exclus, à ceux qui n’ont pu bénéficier des systèmes de protection ou qui n’en ont plus que des bribes. Ici, la hiérarchie des groupes sociaux est définie par la distribution des positions dans un vaste ensemble réglementaire de transferts sociaux qui sont une part croissante des revenus et de la définition de certains groupes (agents du service public, classes d’âge, élèves et étudiants, retraités, famille). Sur ce registre, la ressource principale est l’influence politique. L’enchevêtrement de ces deux axes donne ainsi à lieu à quelques grandes positions, plus ou moins perméables entre elles (dirigeants, compétitifs, protégés, précaires, exclus).

60C’est donc le différentiel de ressources affecté à chacune de ces positions qui permet de rendre compte pour beaucoup des trajectoires individuelles. L’analyse ne doit ainsi nullement négliger ce qui, pour revenir au langage de Weber, apparaît véritablement comme les chances de vie associées à une position structurelle. Et pourtant, il faut se garder d’arrêter l’analyse à ce niveau. L’idée d’une pyramide positionnelle enlise notamment l’étude dans un ensemble d’impasses. La formidable multiplication des positions intermédiaires rend en effet de plus en plus difficile de savoir parfois, qui est vraiment en « haut » ou en « bas », « dedans » ou « dehors ». Les positionnements hybrides s’accroissent, et les acteurs peuvent connaître, de manière simultanée et contradictoire, des mobilités « ascendantes » et « descendantes » dans divers domaines sociaux. Dans bien des situations, par exemple, il n’existe plus vraiment de frontière claire entre les salariés placés définitivement du « bon » et du « mauvais » côté puisque les frontières entre le noyau dur et la périphérie de l’emploi sont souvent mouvantes et floues, et les conditions de passage de l’un à l’autre redéfinies en permanence. Sans que le jeu des contextes locaux n’abolisse la pertinence de cette distinction, il faut que l’analyse ne néglige pas tout ce qui revient en propre aux différents contextes, à la fois en termes de possibilités et de bornes.

61La dynamique entre les coercitions et les textures se précise. Si l’étude sociologique a besoin de postuler l’existence de ces grandes places objectivement définies, en même temps, elles ne sont ni suffisantes ni fixes, mais en tension permanente avec d’autres facteurs. En dépit des correspondances structurelles, des individus placés dans des situations similaires ou diverses peuvent néanmoins être confrontés à des épreuves subjectives différentes ou semblables. Il ne s’agit donc nullement de nier toute relation possible, mais de reconnaître le caractère non linéaire et non homogène de ces relations. Derrière la similitude des positions structurelles se cache donc une grande divergence d’états sociaux. Rien de surprenant. L’idée que la place d’un acteur est saisissable à partir d’un système unique de positions sociales est en fait la conséquence directe d’une vision pyramidale de l’ordre social.

  • 22 Pour une étude empirique analysant ce jeu de déclinaisons dans la France contemporaine, voir Martu (...)

62Or, la reconnaissance du jeu réel des élasticités contraint à tourner le dos à cette représentation (en fait, à ne pas arrêter l’analyse à ce niveau de distinction). Et pour ce faire, il est nécessaire d’appréhender autrement, au plus près des expériences des individus, comment ils se forgent (ou non) des espaces sociaux protégés. Les places sociales deviennent un gruyère : derrière une même position il est possible de repérer des états sociaux fort différents. En effet, hormis pour une minorité durablement et globalement protégée, la plupart des individus ont le sentiment que leur état n’est plus imperméable au changement ni à la détérioration. Les pratiques les plus diverses de protection apparaissent dans tous les domaines de la vie sociale. Le résultat est donc, si l’on en reste par exemple à ce seul registre, une dynamique particulière entre les connexions économiques globales et la transformation des principes et des mécanismes de protection sociale (donc un jeu mobilisant, chaque fois de façon particulière des textures et des coercitions). Plus qu’à un jeu à somme nulle, nous sommes confrontés à des effets en cascade, de la part d’acteurs qui se protègent et s’exposent différemment. Les différences entre acteurs proviennent de compétences cognitives diverses et donc de textures qu’ils sont susceptibles ou non de mobiliser afin de se représenter les risques, de la diversité des ressources pratiques dont ils disposent, du contrôle qu’ils gardent sur ces processus en se fabriquant, grâce à une série d’amortisseurs, une topographie parallèle et souterraine (« bulles », « niches », « digues », « boucliers ») leur permettant de se mettre pratiquement à l’abri de certaines coercitions. Ces états sociaux, transversaux aux positions structurelles, ne modifient nullement sur ce registre le placement d’un individu, mais dessinent les manières effectives par lesquelles les acteurs éprouvent la vie sociale au sein de diverses chaînes d’interdépendance. Le but majeur de l’analyse est donc ici de parvenir à décrire de manière concrète et presque singulière l’effet des structures sur les actions au travers d’une pluralité de formes de déclinaison. Parfois, bien évidemment, rien n’interdit qu’une superposition entre une position structurelle et un état social ne s’avère probante. Mais dans bien d’autres cas, des divergences sensibles sont repérables. La prise en compte de ces états sociaux permet ainsi de différencier des situations au sein d’une même catégorie sociale, c’est-à-dire, et de manière précise, d’étudier la singularisation des parcours22.

  • 23 Soulignons-le, le ré-examen des inégalités que Sen (2003) a effectué à partir de la prise en consi (...)

63La dynamique entre ces deux niveaux (positions structurelles et états sociaux) permet de rendre compte de la multiplication de places hybrides. Il revient aux travaux empiriques de circonscrire la nature exacte de ces dynamiques, mais, à côté de situations-type d’articulation homogène, il faudra reconnaître aussi l’existence de situations de déconnexion et de rupture. À ce jeu, bien entendu, certaines ressources (avant tout économiques) ou certaines positions structurelles sont toujours globalement plus avantageuses que d’autres. Et pourtant, dès que l’analyse s’affine, dès que les études prennent acte de la diversité réelle des états sociaux dans lesquels les individus éprouvent leurs vies, ce type de démarche s’avère insuffisante23. Les effets des changements historiques ou les conséquences de la domination se manifestent non pas donc « en deçà » des positions structurelles, mais au travers d’états sociaux qui rendent effectivement compte de la manière dont ils sont subis, affrontés ou esquivés par les individus. Les états sociaux sont ainsi autre chose que de simples variations contextuelles. Ils sont la chair de l’interprétation sociologique construite par l’analyse, dans une vie sociale dotée d’une malléabilité résistante, suffisamment malléable pour faire d’eux autre chose que de simples positions structurelles, mais suffisamment résistante pour empêcher leur dissolution dans de pures expériences subjectives.

La dynamique entre l’élasticité et les chocs avec la réalité

64Revenons, et prenons au sérieux, la métaphore de l’élasticité de l’intermonde. Chaque contexte est susceptible de s’« étirer » pratiquement, mais aussi de « récupérer » sa forme initiale dès qu’une énergie contraire cesse d’agir, voire, aussi, même si c’est déjà moins fréquent, de « céder » ou de se « déformer » durablement, voire de se « rompre », lorsque la pression est trop forte ou trop continue. Selon les situations, et les actions en présence, l’intermonde est en effet capable de s’étirer plus ou moins jusqu’à un point de tension problématique engendrant soit un « retour » vers des situations proches des états initiaux, soit, à l’inverse, des nouveautés contextuelles. La compréhension de la deuxième dynamique de la vie sociale passe par l’explicitation de ces différents éléments, moments et processus.

65Reconnaître l’élasticité spécifique de l’intermonde oblige donc à accepter d’emblée l’idée que plus aucun choc avec la réalité n’est évident en soi. Il faut chaque fois expliciter leur mécanisme effectif. D’ailleurs, sur ce point, l’essentiel - pour ne pas dire la totalité de la pensée sociale - a systématiquement opéré sur l’arrière-plan d’un monde problématisant de manière trop rapide et uniforme nos actions.

  • 24 Martuccelli (2006) Et pour la manière dont les pratiques de domination contemporaines inscrivent c (...)

66Il faut introduire une distinction fondamentale entre l’élasticité ordinaire de la vie sociale (qui passe par le jeu entre les textures et les coercitions) et les moments de choc avec la réalité. De futurs travaux devront ainsi s’efforcer d’établir clairement le jeu entre la malléabilité résistante habituelle et les moments de reconnaissance, par l’acteur, de ces moments exceptionnels. Si les conditionnements existent et agissent indépendamment des perceptions des acteurs (ce qui fait de l’intermonde une thèse réaliste), les acteurs ont, selon les périodes historiques, des représentations diverses de ces textures et de ces coercitions ordinaires, mais surtout ils ont des expériences effectives très différentes des moments de choc avec la réalité (en fonction de la nature réelle des coercitions tout autant que des représentations qu’ils s’en forgent). Les deux niveaux, tout en étant distincts, ne peuvent pas néanmoins être radicalement séparés. En fait, l’action se déroule le plus souvent au milieu d’un ensemble de conditionnements, textures et coercitions, qui dans la plupart des cas se dissolvent dans une sorte de clair-obscur que l’acteur ne s’efforce pas, ou rarement, d’éclaircir - et qui pourtant a des incidences bien réelles sur sa trajectoire. Autrement dit, les conditionnements dans la vie sociale ont un double mode de déclinaison : l’un est insidieux, invisible, lent, largement non conscient, et se confond avec le déroulement ordinaire de la vie sociale, tandis que l’autre est abrupt, visible, décisif, fortement conscient, et s’inscrit comme une rupture extraordinaire dans le cours d’une trajectoire24.

67Certes, la réalité est toujours, à la limite, « ce à quoi se cogne » l’action. C’est ce qui au fond l’institue justement comme « réalité » puisque, par un enchevêtrement de forces, morales et matérielles, elle s’impose aux individus. Dans ce sens, il ne peut pas y avoir de compréhension adéquate de la vie sociale sans l’octroi, d’une manière ou d’une autre, d’une centralité analytique au choc avec la réalité. Nous vivons constamment en supposant à la fois que les limites existent, et surtout en pensant qu’elles peuvent agir plus ou moins immédiatement sur nous. Mais si le choc avec la réalité mérite la plus grande attention, c’est parce que, continuellement supposé, il n’est que rarement éprouvé en tant que tel. Il est bien davantage présent comme une crainte imaginaire ou une croyance partagée. L’idée d’un choc avec la réalité n’est ainsi qu’une notion limite, une idée régulatrice, dont la portée réelle procède moins du caractère effectif, que des effets induits escomptés par les acteurs eux-mêmes. Et pourtant, son importance est décisive, puisqu’en son absence, c’est tout simplement notre sens liminaire de la réalité qui se dissipe.

68Cette dynamique a été largement négligée par la plupart des théories sociales - à commencer par le pragmatisme. S’il a profondément raison de souligner que l’action ne doit s’étudier qu’au travers de ses conséquences, en revanche, il a laissé souvent entendre que la correction des conduites par l’environnement (le « retour de réalité ») est plus ou moins immédiat et donc peu problématique. Or, la spécificité ontologique de la vie sociale - son différentiel de consistance - force à un autre regard. Tout n’est pas possible dans la vie sociale, mais un échantillon très large d’actions l’est. En fait, le démenti apporté par la réalité est loin d’avoir la netteté qu’on lui suppose. La vie sociale tolère des conduites ayant un important différentiel de pertinence et de réussite. En tout cas, prendre conscience de cette dynamique oriente le regard sociologique dans de nouvelles directions.

69La prise en compte de cette dynamique force, par exemple, à réévaluer les expériences de la domination. D’autant plus que sur ce point, l’analyse sociologique est quelque peu en retard vis-à-vis de nouvelles rhétoriques. En effet, l’ancienne imagerie de la rationalisation achevée et des coercitions durables sur lesquelles elle reposait (comprenons-le bien : le taylorisme n’aura été à ce niveau qu’une traduction du problème de l’ordre social) cède progressivement du terrain à l’imagerie de la réactivité qui est en train de devenir la nouvelle figure du contrôle. Un nombre important de stratégies du monde de la production y renvoient aujourd’hui : stock zéro, juste-à-temps, adaptation immédiate aux aléas du marché et au goût des consommateurs Mais cela est aussi vrai dans d’autres domaines (guerres préventives, tolérance zéro, dépistages psychiatriques précoces ) L’essentiel, après les limites des modèles tayloriens et l’échec des régimes totalitaires du vingtième siècle, n’est plus d’organiser une planification aussi vaste qu’impossible, mais de parvenir à mettre en place les modèles les plus performants de la réactivité. L’important est la rapidité et la justesse de la réaction. Or, reconnaître l’élasticité de la vie sociale invite à refuser cette imagerie naissante de puissance. Contrairement à une idée reçue, la réactivité, avant d’être une preuve d’efficacité, est souvent un signe de faiblesse. Le propre des positions dominantes est la capacité à imposer des stratégies aux autres, à réorienter des processus, et non pas à être sur-réactif aux changements induits par des tiers. En effet, l’environnement - et la façon dont il filtre les consistances (voir la dynamique précédente) - leur permet de faire l’économie de tout effort d’adaptation pendant un laps de temps plus ou moins long - à la différence notoire d’autres acteurs (Martuccelli, 2001 et 2004b).

70Plus profondément encore, cette dynamique contraint à réexaminer sous de nouvelles bases les soi-disant limites structurelles. En effet, si le choc avec la réalité est un véritable clair-obscur qui cerne pourtant un élément central de la vie sociale, il est décisif de saisir les manières dont nous rendons compte de sa présence, que ce soit en termes d’intervention divine, de fatalité événementielle ou de causalité sociale. En fait, la prise en considération de la particularité et de la complexité de ces moments de chocs, permet d’une certaine manière de relire différentes périodes ou sociétés en fonction du domaine supposé « contrer » le plus rapidement et avec le plus de « fermeté » les actions des individus. Tour à tour, cela a pu être le rôle de la « religion » - en fait, l’idée du « sacré » et de sa transgression ; de la « nature » en tant que nom culturel de la matière ; du « politique », en fait de l’ordre des statuts et des hiérarchies ; de l’« économie », bien sûr, depuis l’avènement du capitalisme (Polanyi, 1983 ; Dumont, 1985). Dans chacune de ces phases, la définition de la réalité, mais surtout la maîtrise de sa texture et de ses coercitions, sont le théâtre d’une série de combats laissant entendre, pour chaque période ou société, l’immédiateté du choc avec la réalité dans un domaine privilégié. Dans ce versant, il est même possible d’établir des transitions ou des différences entre sociétés ou périodes en fonction du déplacement du domaine social qui est censé « cogner » le plus, et le plus rapidement, avec l’action.

71Dans la société contemporaine c’est donc dans le domaine économique que ce type de représentations est devenu le plus commun. En atteste, par exemple, le consensus parmi les économistes, et de plus en plus dans d’importants secteurs de l’opinion publique, quant aux effets « inévitables » de certaines politiques. Mais on a besoin d’études de cas capables de montrer très précisément à l’œuvre la dynamique entre l’élasticité ordinaire et les moments de choc avec la réalité - que ce soit par l’analyse différentielle des conséquences des bulles financières qui mettent souvent longtemps à exploser (et parfois ne le font pas) ; des raisons permettant à certains pays de maintenir des déficits publics colossaux sans qu’aucune sanction ne s’en suive ; de l’absence de sanctions contre les patrons responsables de mauvaises gestions ; ou encore, de la disparité des trajectoires individuelles liées au sur-endettement. Ces évidences, dans la mesure où elles ont lieu dans le domaine liminaire de notre perception de la réalité, auront, en retour, des incidences théoriques fondamentales.

Quels fondements pour la théorie sociologique ?

72Le déplacement de la question originelle de la théorie sociale vers l’irréductibilité de l’action n’a pas seulement des conséquences importantes du côté de l’analyse sociologique à proprement parler. Au-delà des études concrètes, il nous faut encore évoquer une autre inflexion, plus abstraite - trop « abstraite » diront certains -, mais dont l’importance est décisive, y compris à terme pour les analyses concrètes elles-mêmes. Elle concerne le fondement de la théorie sociale. En effet, la prise en compte de l’environnement comme élément explicatif central des conduites invite à questionner la vocation de la théorie sociale à trouver son socle épistémologique autour d’une théorie de l’acteur.

  • 25 Evoquons-le rapidement au travers de deux théorisations, pourtant, fort innovantes. Chez Niklas Lu (...)

73Toute théorie sociale porte en elle, de manière explicite ou implicite, une conception de l’acteur. Là n’est pas la question. Ce qui est en discussion, c’est de savoir s’il faut ou non continuer à octroyer aux diverses théories de l’acteur un rôle de fondement de la théorie sociale. D’ailleurs, c’est le fait d’avoir dévoué cette fonction à l’acteur (au-delà des manières de le concevoir) qui explique qu’en dépit de la séparation de rigueur entre les sciences humaines (philosophie, histoire, littérature) et les sciences sociales (économie, sociologie, psychologie) les frontières soient, dans la réalité des choses, de facto, bien plus inconsistantes. C’est notamment vrai pour la sociologie qui ne cesse de chercher un mode d’articulation entre le système et l’acteur, mais au fond, ça l’est aussi pour une discipline comme l’économie dont le modèle standard s’appuie sur une conception de l’acteur (l’homo oeconomicus). Autrement dit, les sciences sociales cherchent le plus souvent à enraciner leurs fondements théoriques autour d’une science générale de l’acteur. Ce sont en effet les caractéristiques de l’acteur (individuel ou collectif) ou les manières dont il s’articule avec le social qui décident toujours, en dernière analyse, de l’orientation ultime d’un regard théorique25.

74La reconnaissance des traits propres de l’intermonde (même si, soulignons-le avec force, dans la démarche que nous présentons ici, il est inféré à partir de la réalité de l’action), exige une autonomisation de la théorie de l’environnement vis-à-vis de la théorie de l’acteur. Attention : la théorie de l’environnement s’autonomise (sans se séparer !) de la théorie de l’acteur, puisqu’elle se centre sur l’action et ses « aventures » dans le monde, ce qui rend incomplète toute interprétation formulée à partir des seules caractéristiques de l’acteur, puisque toute conduite connaît une inscription écologique qui, par définition, échappe à un saisissement de ce type. À la différence de la théorie générale des systèmes, qui rompt en apparence radicalement avec la théorie de l’acteur (en fait, transforme les systèmes en acteurs, et refonde donc à ce niveau la science générale de l’acteur), la thèse de l’intermonde, tout en mobilisant une conception de l’acteur (susceptible d’ailleurs d’être plurielle), se centre, elle, sur les aventures pratiques de l’action en cherchant les raisons de son différentiel d’excursus du côté des consistances sociales. Elle se présente alors comme un étage particulier d’une théorie générale de l’environnement. Insistons : à la racine de l’ontologie sociale posée par l’intermonde se trouve non pas une interrogation proprement anthropologique (ou pour mieux dire une théorie de l’acteur), mais une théorisation particulière de l’action qui invite à une interrogation élargie et plurielle sur la diversité des environnements.

75La voie à suivre est alors, ici aussi, spécifique. Les impératifs posés par le problème de l’ordre social, en limitant l’importance accordée aux effets environnementaux (en ayant plutôt privilégié les explications du maintien de l’ordre social à partir de son inscription culturelle ou matérielle sur les acteurs) ont de facto assis le fondement ultime de la théorie sociale du côté de la théorie de l’acteur. La thèse de l’intermonde invite à une autre stratégie. Difficile de savoir aujourd’hui si les soi-disant « sciences humaines et sociales » ont vocation à se diviser entre une théorie générale de l’acteur (ce qui passe par une réorganisation, désormais en cours, des frontières de l’humain) et une théorie générale de l’environnement (dont les spécificités de l’intermonde ne sont, répétons-le, qu’un niveau parmi d’autres), chacune d’entre elles approchant et lisant différemment les phénomènes humains et sociaux.

76Cela, bien entendu, peut sembler compliqué et superflu pour des analystes sociaux pressés de se cantonner à « l’étude concrète des situations concrètes ». Et pourtant, il s’agit d’un défi majeur que l’on aurait tort de négliger. Nous devons repenser d’une part les frontières des sciences de l’acteur et des sciences de l’environnement et d’autre part, mais seulement dans un deuxième moment (pour l’instant difficile à entrevoir), réexaminer leurs liens. Contentons-nous de poser ici quelques jalons de cette entreprise.

77La théorie générale de l’acteur a pris, malgré les incertitudes quant à ses frontières et souvent en l’absence de vraies discussions entre spécialistes, une longueur d’avance indubitable. Au moment où les injonctions creuses à l’interdisciplinaire envahissent la rhétorique des organismes de recherche, voilà qu’un nouveau socle épistémologique ne cesse de se dégager depuis plusieurs décennies. Cette théorie générale de l’acteur - encore à construire dans son périmètre intellectuel et à fonder dans sa dimension institutionnelle et universitaire - transverse déjà une partie importante de la littérature (de la plus classique à la science fiction) et de la philosophie ; les approches historiques, anthropologiques ou sociales de l’humain (dont la théorie de l’acteur-réseau) ; une partie de la biologie, de la génétique et des sciences cognitives ; un nombre important des travaux de la primatologie et de la psychologie ; bien des études sur le genre ; enfin, dans une liste certainement non exhaustive, des études sur la tératologie, les robots ou les cyborgs, voire certaines expressions artistiques contemporaines (comme, par exemple, le body art). Il ne s’agit certes pas d’un simple patchwork. En revanche, à défaut d’une prise en charge institutionnelle (en bref, de la création de départements universitaires et de groupes de recherche faisant sauter les barrières), cette théorie générale de l’acteur - comme c’est désormais le cas depuis de décennies - ne peut que rester l’œuvre, trop timide et trop limitée, de quelques aventuriers de l’esprit. Et pourtant, les efforts se multiplient, y compris au risque de bien de réductionnismes (comme dans la sociobiologie) ou de formulations encore peu opérationnelles (comme les nouvelles représentations des frontières entre l’humain, le non-humain ou le post-humain).

78La théorie générale de l’environnement (dont l’intermonde n’est qu’une version spécifique parmi d’autres et de surcroît limitée à un seul niveau de réalité) a pris, dans le dégagement d’un socle épistémologique et de frontières analytiques, quelque retard. Mais, ici aussi, une recomposition intellectuelle et institutionnelle est envisageable au travers d’une ré-articulation disciplinaire entre une large partie de l’économie, de la sociologie et de l’anthropologie ; les études sur les différents milieux écologiques ; le réexamen des travaux d’épidémiologie ; une partie importante de la théorie des réseaux ; les analyses sur la diffusion des représentations, allant ici des études littéraires aux études de sciences cognitives ; ou encore, les nouvelles formalisations permises par les progrès informatiques. Ici aussi, bien entendu, la difficulté sera la mise en communication entre des experts socialisés à des cultures diverses, avec des techniques de travail et d’ethos scientifiques très différents, mais elle sera d’autant plus grande que seront déniées la nécessité et la profondeur de l’aggiornamento à opérer. En effet, l’ensemble de cette strate de connaissance a pour vocation d’étudier le déroulement (diffusion, circulation, déclinaison) des actions, et ce saisissement exige, d’une manière ou d’une autre, d’être autonomisé de la problématique précédente.

  • 26 Ce regard permet par exemple de lire autrement le bilan de la théorie sociologique tracé par les c (...)

79Si cette recomposition épistémologique est menée jusqu’à son terme, elle coupera transversalement autant les disciplines que les modèles d’analyse - la plupart des théories actuelles se trouveront ainsi « remembrées » de façon inégale et du côté d’une théorie générale de l’acteur et d’une théorie générale de l’environnement26. Leur articulation théorique future prendrait alors des formes inimaginables dans l’état actuel de notre organisation des savoirs. Peut être même cela demandera une autre architecture institutionnelle que celle que nous avons actuellement dans nos départements et facultés universitaires, encore largement sous l’emprise des conceptions de Humboldt.

  • 27 Cela ne veut aucunement dire que ces démarches sont dépourvues d’intérêt. Mais c’est un plaidoyer (...)

80Mais au-delà de la fortune institutionnelle incertaine de ces évolutions, soulignons un point fondamental : dans les années à venir, l’intermonde invite la sociologie à se détourner de la volonté de trouver nécessairement son fondement épistémologique autour d’une théorie de l’acteur (pour élargie ou renouvelée qu’elle soit27). L’étude de l’action, l’objet central de la sociologie, ne doit pas être ramenée aux caractéristiques de l’acteur mais saisie en fonction des fortunes pratiques de l’action dans l’intermonde. Le niveau de l’acteur, pour important qu’il soit, y compris souvent pour des raisons méthodologiques, ne doit jouir d’aucune prévalence analytique - en ce qui concerne les fondements épistémologiques et ontologiques. Les actions, en fonction des contextes, se définissent par un degré de coercition et de codification textuelle variable, et l’analyse doit se centrer sur la malléabilité résistante de la vie sociale. Pour la théorie de l’acteur la question ultime est toujours de savoir qui agit. Pour la théorie de l’environnement la question liminaire est de savoir comment l’action se déroule. Longtemps, sous l’emprise de l’idée de société et du problème de l’ordre social, on a trop lié les deux questions. Prendre acte de leur diversité épistémologique invite à mieux reconnaître les écarts multiples, évidents et croissants entre la perception des acteurs (et leur niveau d’étude) et le déroulement effectif des actions dans les divers environnements. Une autonomisation exigeant de développements spécifiques et du côté de l’acteur et du côté de l’environnement.

***

81Une théorie sociale a une double vocation : elle doit faire face aux grands défis historiques et sociaux d’une période et elle se doit d’être une usine de nouveaux problèmes intellectuels. Le meilleur de la sociologie a toujours eu cette double inspiration, lui permettant justement d’agencer les thématiques entre elles afin de donner une représentation d’ensemble.

82C’est en partant du problème de l’ordre social, et de la façon dont il dicte les paramètres centraux de la pensée sociologique, qu’il est possible de repérer, au-delà des écoles, l’architecture d’ensemble qui a longtemps été la charpente de la vision du monde des sociologues. Il a mis en place la question qui a débouché sur l’idée de société, cherchant à établir un agencement étroit entre la culture, la société et la personnalité ; il permet d’expliquer pourquoi on a si longtemps conçu l’action par son adaptation à l’environnement ; enfin, il rend compte de la place centrale de la théorie de l’acteur dans la théorie sociale.

83L’avenir de la théorie sociale passe - devrait passer - par la libération de l’imagination sociologique de l’emprise de ce problème. Il est indispensable que la sociologie attaque désormais avec plus de conviction que par le passé son objet - l’intermonde - afin qu’il lui dicte ses nouveaux paramètres analytiques. Ce sont ses caractéristiques ontologiques, qui mettent sur pied l’interrogation originelle d’une vie sociale assaillie par la possibilité irréductible de l’action. L’intermonde explique pourquoi il faut concevoir l’action, toutes les actions, au travers de la dynamique entre les textures et les coercitions ; il permet de comprendre le caractère ouvert de tous les chocs avec la réalité ; et il rend compte du besoin de trouver le fondement de l’analyse dans une théorie générale de l’environnement.

84Sous l’emprise du problème de l’ordre social et de l’idée de société, la sociologie était une philosophie sociale bâtie autour de l’État-nation. Sous l’emprise de l’intermonde et de la possibilité irrépressible de l’action, la sociologie doit s’affirmer comme une philosophie sociale bâtie autour de l’expérience de la modernité.

Bibliographie

Bibliographie

Amable Bruno (2005), Les cinq capitalismes, Paris, Seuil.

Barrère Anne (1997), Les lycéens au travail, Paris, Presses universitaires de France.

Bauman Zygmunt (2002), Society Under Siege, Cambridge, Polity Press.

Bhabba Homi (1994), The Location of Culture, London, Routledge,

Billaudot Bernard (2004), « L’acteur dans la théorie de la régulation », art. miméo.

Bonny Yves (2005), Sociologie du temps présent, Paris, Armand Colin.

Boudon Raymond (1990), L’art de se persuader, Paris, Fayard.

Boyer Robert (2004), Une théorie du capitalisme est-elle possible ?, Paris, Odile Jacob.

Caradec Vincent, Danilo Martuccelli (dir.) (2004), Matériaux pour une sociologie de l’individu, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Caradec Vincent (2007), « L’épreuve du grand âge », Retraite et société, n. 52, octobre, 11-38.

Castells Manuel, Yuko Aoyana (2002), « Une évaluation empirique de la société informationnelle : structures de l’emploi dans les pays du G7, 1920-2000 », Revue internationale du travail, vol. 141, n. 1-2.

Dubet François, Danillo Martuccelli (1998), Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil.

Dumont Louis (1985), Homo Aequalis, I, Paris, Gallimard.

Fanon Frantz (1968), Les damnés de la terre, Paris, Maspero [1961].

Gadrey Jean (2006), « Les quatre ‘mondes’ des économies de services développés : les inégalités font les différences », CLERSE.

Gane Nicholas (2004), The Future of Social Theory, London, Continuum.

Giddens Antony (1987), La constitution de la société, Paris, Presses universitaires de France [1984].

Kaufmann Jean-Claude (2001), Ego, Paris, Nathan.

Latour Bruno (2006), Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Lordon Frédéric (2006), L’intérêt souverain : essai d’anthropologie économique spinoziste, Paris, La Découverte.

Martuccelli Danilo, Maristella Svampa (1993), « Notas para una historia de la sociologia latinoamericana », Sociologica, ano 8, n. 23, 75-95.

Martuccelli Danilo (1995), Décalages, Paris, Presses universitaires de France.

Martuccelli Danilo, Maristella Svampa (1997), La plaza vacia, Buenos Aires, Losada.

Martuccelli Danilo (1999), Sociologies de la modernité, Paris, Gallimard.

Martuccelli Danilo (2001), Dominations ordinaires, Paris, Balland.

Martuccelli Danilo (2002), Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard.

Martuccelli Danilo (2003), « Fissures et paradoxes de la domination masculine », Revue économique et sociale, 61e année, mars, 81-85.

Martuccelli Danilo (2004a), « Figures de la domination », Revue française de sociologie, 45-3, 469-497.

Martuccelli Danilo (2004b), « Les imageries du pouvoir : de la rationalisation à la réactivité », L’Homme et la Société, n. 152-153, 183-200.

Martuccelli Danilo (2005), La consistance du social, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Martuccelli Danilo (2006), Forgé par l’épreuve, Paris, Armand Colin.

Martuccelli Danilo (2007), « La teoría social y la experiencia de la modernidad », dans H.J. Suarez, M. Sandoval (dir.), Sociologia, sujeto y compromiso. Homenaje a Guy Bajoit, Santiago, Ed. Universidad Silva Henriquez.

Merton Robert K. (1965), Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon [1949].

Mudimbé Valentin Y. (1988), The Invention of Africa, Bloomington, Indiana University Press.

O’Gorman Edmundo (1958), La invencion de América, Mexico, F.C.E..

Orléan André (2005), « La sociologie économique et la question de l’unité des sciences sociales », L’Année sociologique.

Outhwaite William (2006), The Future of Society, Oxford, Blackwell.

Parsons Talcott (1949), The Structure of Social Action, Glencoe, Illinois, The Free Press [1937].

Polanyi Karl (1983), La grande transformation, Paris, Gallimard [1944].

Postel Nicolas, Richard Sobel (2006), « Economie et rationalité : apports et limites de l’approche polanyienne », miméo.

Ricoeur Paul (1975), La métaphore vive, Paris, Seuil.

Saïd Edward W. (1997), L’orientalisme, Paris, Seuil [1978].

Sen Amartya (2003), Un nouveau modèle économique, Paris, Odile Jacob [1999].

Singly François de (2005), L’individualisme est un humanisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Sperber Dan (1966), La contagion des idées, Paris, Odile Jacob.

Spivak Gayatri Chakravorty (1988), In Other Worlds, London, Routledge.

Thévenot Laurent (2006), L’action au pluriel, Paris, La Découverte.

Touraine Alain (1981), « Une sociologie sans société », Revue française de sociologie, XXII, 3-13.

Urry John (2000), Sociology Beyond Societies, London, Routledge ; traduction française : Sociologie des mobilités, Paris, Armand Colin, 2005.

Wagner Peter (1996), Liberté et discipline, Paris, Métaillé [1994].

Notes

1 Notre propos étant de présenter une analyse méta-théorique des avatars de la sociologie et de certaines de ses impasses et d’esquisser les pistes d’un programme de travail largement en cours, nous serons souvent contraint, afin de rester dans les limites de cet écrit, de faire référence à des travaux précédents, théoriques ou empiriques, où nous avons déployé plus longuement les thèses présentées. Espérons que le lecteur sera indulgent face à ces nécessaires renvois.

2 Evitons un possible malentendu. Le terme de « société » étant devenu un mot courant de la langue, si nous y ferons souvent recours, pour des commodités d’écriture, au détriment du terme plus précis mais plus lourd d’« ensemble socio-historique », cet usage ne présage en rien de sa nature analytique. En revanche, et afin de bien souligner la spécificité d’un certain regard sociologique, nous parlerons explicitement d’idée de société chaque fois que nous ferons référence à la représentation particulière de l’être-ensemble qui lui est associée.

3 Pour une esquisse de cette idée de société et de ses impasses actuelles, voir Dubet, Martuccelli (1998).

4 Cependant, nous y reviendrons, il ne faut à aucun moment négliger le fait que si la situation dans les pays centraux a eu effectivement tendance à être analysée, dans un passé encore proche, à l’aide de types sociétaux relativement homogènes, dans les sociétés périphériques ou semi-périphériques, la sociologie fut davantage marquée par la prise de conscience des limites de l’idée de société -sans pour autant parvenir à en tirer les conséquences qui s’imposaient.

5 Pour une lecture de l’histoire de la sociologie à partir de cette thèse, voir Martuccelli (1999).

6 Touraine (1981) ; plus récemment, voir sur ce point, Urry (2000), Bauman (2002) ; pour une presentation critique des débats contemporains sur la théorie sociale et sur l’idée de société, voir Gane (2004) et Outhwaite, (2006).

7 Pour un panorama critique de ces démarches, voir Bonny (2005).

8 Boyer (2004) ; Amable (2005) ; Gadrey (2006). Pour une étude sociologique sous cette inspiration, voir Castells, Aoyama (2002).

9 En plus de l’étude pionnière de Fanon (1968), voir les travaux de Said (1997), Bhabba (1994), Spivak (1988) auxquels on pourrait associer ceux d’O’Gorman (1958) ou de Mudimbé (1988).

10 Pour un bon exemple de ces discussions, voir le numéro spécial consacré aux « Alter/Native Modernities » par la revue Public Culture, vol.11, n°1, 1999.

11 Pour un approfondissement de ce point à partir d’une lecture critique de la sociologie latino-américaine, voir Martuccelli, Svampa (1993) ; Martuccelli (2007).

12 À ces lectures « territoriales », il serait possible de faire correspondre une présentation analytique bien plus détaillée mais le résultat, pour ce qui nous concerne ici, serait largement le même tant, au-delà des différences, toute la théorie sociale tourne autour du problème de l’ordre social. Repenser la théorie sociologique aujourd’hui exige de rompre -radicalement –avec cette question et l’ensemble des postulats qui l’ont accompagné. À savoir, l’idée d’une articulation, plus ou moins étroite, entre le système et l’acteur, les structures et les agents. Toutes les variantes de la sociologie sont des réponses à cette interrogation (et en premier lieu l’idée de société), chacune d’entre elles accentuant différemment certains aspects de la réalité – l’échantillon allant alors des coercitions structurelles aux orientations culturelles et normatives partagées, en passant par les dispositions incorporées, l’engrenage des intérêts, les régulations organisationnelles et j’en passe. Et pourtant, la mosaïque sociologique contemporaine n’en comporte pas moins une différence de taille par rapport à un passé encore proche. Progressivement, bien des sociologues s’éloignent de facto, sinon de jure, de l’idée de société. En effet, la prise en compte croissante de ses limites analytiques et historiques, mène certains vers une théorie des systèmes sociaux (au-delà de l’idée de société), à des théorisations de l’acteur (sans société), ou, comme le font certaines études autour de la notion d’« agency » à une équation renouvelée et plus instable de l’articulation entre les structures et l’agent.

13 L’affirmation ne fait évidemment pas justice aux très importants développements du réalisme critique (notamment chez Bhaskar et Archer), mais leur chemin étant à bien des égards parallèle au nôtre, nous ne l’aborderons pas ici, faute d’espace. Pour une présentation de nos accords et prise de distances avec leurs travaux, voir Martuccelli (2005).

14 Pour un développement plus conséquent des points présentés dans ce paragraphe, voir Martuccelli (2005).

15 Les variantes sont nombreuses sur ce point (Arjun Appadurai pour la description des scapes ; Maurizio Gribaudi pour l’articulation des nivaux ; Jacques Revel pour les jeux d’échelles ; Bruno Latour pour l’acteur-réseau…).

16 Pour ce travail d’analyse, voir Martuccelli (2002).

17 Rien de mystérieux dans cette présentation. Après tout, ce qu’a de meilleur l’interactionnisme symbolique est de cette nature : c’est le processus d’échange à travers lequel l’individu se co-construit, c’est-à-dire se stabilise et se dote d’une consistance sociale, qui est au centre de l’analyse. Il s’agit alors en quelque sorte d’élargir le processus afin de tenir compte d’autres mécanismes de stabilisation de consistances de l’individu (moins interactifs et à la fois plus collectifs ou solitaires) et d’élargir la conception des matériaux sociaux en action pour parvenir à une conceptualisation sociologique achevée de l’individu.

18 C’est à nos yeux la limite principale des conceptualisations, par ailleurs si stimulantes, de l’action, présentes, par exemple, chez Giddens (1987) ou Thévenot (2006). Le premier a eu le grand mérite de montrer la diversité des formes de conscience accompagnant l’action et le deuxième d’éclairer les différents types de coordination repérables entre les conduites (et le rôle croissant dévolu à cet égard aux objets). Mais l’un comme l’autre, tout en introduisant de nécessaires assouplissements, restent au fond attachés à une conception peu problématisée de l’adaptation de l’action à l’environnement.

19 Pour des études de cas à partir de cette vision, voir Martuccelli (1995).

20 Latour (2006) a de son côté mis en question de façon radicale la topographie sociale tridimensionnelle propre au jeu d’échelles global-local ou macro-micro, afin de proposer la représentation d’un univers social « plat » devant se décrire seulement en deux dimensions. La dynamique entre « ici » et « là-bas », et les façons dont les éléments sont transportés d’un point à l’autre à l’aide des divers médiateurs, étant ainsi, pour lui, le cœur de l’analyse sociologique. Mais chez lui le constructivisme, sous l’emprise de l’imaginaire de la fabrication, l’amène à développer une sociologie moins sensible au problème de l’action qu’au travail -fort classique -de renouvellement et maintien permanents de l’ordre social.

21 Le lecteur intéressé pourra en trouver une autre illustration du côté d’une enquête de terrain portant sur la déclinaison historique de la tradition national-populaire en Argentine au milieu des années 90 - une étude ayant empiriquement suivi pas à pas les déclinaisons des textures et des coercitions du côté du leader, des militants politiques, des syndicalistes, des électeurs populaires et des bénéficiaires précaires de politiques clientélistes. Voir Martuccelli, Svampa (1997).

22 Pour une étude empirique analysant ce jeu de déclinaisons dans la France contemporaine, voir Martuccelli (2006).

23 Soulignons-le, le ré-examen des inégalités que Sen (2003) a effectué à partir de la prise en considération des capabilities effectives des acteurs fait état d’un même constat. Voir aussi des réflexions à propos de la situation actuelle ambivalente des femmes, Martuccelli (2003).

24 Martuccelli (2006) Et pour la manière dont les pratiques de domination contemporaines inscrivent cette logique auprès des acteurs - notamment par le biais de la responsabilisation, voir Martuccelli (2004a). Pour de développements proches, voir Barrère (1997) ; Caradec (2007).

25 Evoquons-le rapidement au travers de deux théorisations, pourtant, fort innovantes. Chez Niklas Luhmann, en dépit de l’originalité incontestable de l’œuvre, comment ne pas être frappé de sa volonté d’articuler l’analyse sociologique par la prise en compte des systèmes sociaux comme les seuls acteurs avec une conception darwinienne (incroyablement peu problématisée) de l’adaptation des systèmes à l’environnement ? Du côté de la théorie des réseaux, et notamment de la vision la plus innovante théoriquement - celle de l’acteur-réseau de Bruno Latour - comment ne pas être étonné face à sa volonté de transformer toute la vie sociale en une affaire de tuyauterie (le monde devient un laboratoire), retombant ainsi étrangement dans un « subjectivisme » total - une conséquence ici aussi du choix de fonder davantage la théorie sur l’élargissement de la notion d’acteur que sur une prise en compte des variantes écologiques.

26 Ce regard permet par exemple de lire autrement le bilan de la théorie sociologique tracé par les contributions réunies dans le numéro spécial de la Revue du MAUSS, « Une théorie sociologique est-elle pensable ? », n°24, 2004.

27 Cela ne veut aucunement dire que ces démarches sont dépourvues d’intérêt. Mais c’est un plaidoyer pour une plus grande autonomisation de ces deux voies, une attitude qui permet même à nos yeux des lectures croisées réciproquement enrichissantes. Pour des exemples parlant de cette volonté de renouveler la théorie sociale par la théorie de l’acteur, cf. notamment du côté des économistes hétérodoxes, entre autres, Robert Boyer (2004) ; Billaudot (2004) ; Orléan (2005) ; Lordon (2006) ; ou encore, Postel, Sobel (2006).

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable