Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de l’intermonde

 | 
Marie-Blanche Tahon

Introduction

Marie-Blanche Tahon

Texte intégral

1Ce recueil s’ouvre avec le texte de Danilo Martuccelli, « Programme et promesses d’une sociologie de l’intermonde », rédigé à l’occasion d’une invitation à une table ronde organisée par l’Association canadienne des sociologues et des anthropologues de langue française, à l’Université McGill en mai 2006. Il s’inscrit dans la suite de La consistance du social. Une sociologie pour la modernité (2005) et précède de quelques mois la sortie de Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine (2006). Le sociologue avait déjà impressionné ses lecteurs avec Sociologies de la modernité (1999) et Grammaires de l’individu (2002).

2La table ronde de l’ACSALF, qu’il a partagée avec Marcelo Otero et Xavier Leloup, avait pour thème : « Une sociologie en l’absence de société ? », dans le cadre d’un congrès intitulé Transition des savoirs/transition des disciplines. Chacun avait un droit de parole égal de 20 minutes. Martuccelli a donc synthétisé le texte qu’il avait préparé et les auditeurs assez nombreux ont été frustrés de voir le débat interrompu pour laisser la place à la session suivante. Heureusement, il me l’a donné et le lisant, après la fin du colloque, j’ai pris la résolution d’en « faire quelque chose ». Résolution qui s’est renforcée pendant l’automne 2006 au cours duquel les étudiants du séminaire de Sociologie politique et moi lisions et discutions chapitre après chapitre Grammaires et La consistance. Lors de l’interprétation d’un passage, qui était loin de faire consensus, une étudiante s’exclama : « ce serait bien d’en discuter avec lui ! »

  • 1 Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités.

3Un colloque a donc été organisé à l’Université d’Ottawa, sous les auspices du CIRCEM1, les 12 et 13 avril 2007 : Autour de l’intermonde (et) de Danilo Martuccelli, puisqu’il était présent. Le texte « programme et promesses » avait été envoyé aux collègues du département de sociologie et d’anthropologie pressentis à y participer -Natacha Gagné, Stéphanie Gaudet, Jonathan Roberge, Joseph-Yvon Thériault, Stéphane Vibert acceptèrent –, avec la consigne de réagir sur l’un ou l’autre point du texte qui retenait particulièrement leur attention en liaison avec leur propre terrain de recherche. Xavier Leloup et Marcelo Otero, de la table ronde de McGill, y furent aussi conviés, ainsi que Bernard Francq, mon vieux condisciple de Louvain, qui m’avait permis de faire la connaissance de Martuccelli, lors d’une journée d’étude qu’il avait organisée au bord d’un étang brumeux dans le Brabant wallon à la fin de l’autre siècle.

4Ces deux journées furent d’autant plus intenses que Martuccelli accepta ma proposition de discuter chaque communication immédiatement après sa présentation. Ce qui donna lieu à des échanges intellectuels qui n’étaient pas particulièrement feutrés. On le verra, ce recueil de textes en comprend un certain nombre qui marquent un ou des désaccords circonstanciés à l’égard du programme et des promesses d’une sociologie de l’intermonde, d’autres illustrent que cette notion -qui renvoie à l’examen sociologique d’un « entre-deux » entre ce que l’on a coutume d’appeler les « systèmes » et les « acteurs », un univers « malléable » fait de « textures » et de « coercitions » dans lequel l’action est possible -est susceptible d’alimenter leur champ de recherche sur un point ou l’autre. Sans couvrir l’ensemble du programme exhaustivement, ce n’était pas l’objectif, l’ensemble des textes -avec leurs entrées singulières (l’urbain, la nation, le contexte colonial, les jeunes, la santé mentale, les rapports de sexe, notamment), leurs auteurs privilégiés (Descombes, Dumont Fernard et Louis, Giddens, Ricoeur, Simmel, entre autres), leurs approches diverses de la société, du social, de l’individu et de l’individuation -fournit un approfondissement des questionnements que nous pose l’examen de la vie sociale aujourd’hui, au regard de notre modernité aux définitions fluides, puisque nous peinons à la qualifier.

5Si Martuccelli accepta ma proposition de discuter chacune des présentations orales in vivo, il refusa fermement de « clôturer » le colloque en répondant à la question prévue : « qu’est devenu l’intermonde après deux jours de colloque ? » Il avait raison : ce colloque était inclôturable. Il remplit pourtant sa promesse de m’envoyer un texte nourri par son passage à Ottawa. Il est publié en fin de volume sous le titre « retour sur l’intermonde », dans lequel il étaye les promesses contenues dans le programme. Deux textes n’ont pas été présentés en avril 2007, celui de Julie Daigle, qui, à la suite de sa participation au séminaire de l’automne 2006, s’attache à examiner l’influence de Bourdieu sur le travail de Martuccelli, et celui de Gilles Labelle qui était malheureusement (pour nous) en sabbatique. Sa finesse d’analyse de Merleau-Ponty, par ailleurs bien connue, ne manquera pas de confirmer tout l’intérêt de l’intermonde.

6Le voyage de Martuccelli pour participer au colloque de l’ACSALF -dont le comité organisateur était composé de Mélita Golea-Man, Marie-Blanche Tahon, Joseph-Yvon Thériault, Kim Turcote Di Fruscia et Jean-Philippe Warren -a été offert par le Consulat de France à Montréal. Le colloque d’Ottawa a pu compter sur la générosité et l’hospitalité du CIRCEM, alors dirigé par Joseph-Yvon Thériault. Le service de la recherche de la Faculté des sciences sociales, le comité des conférenciers du département de sociologie et d’anthropologie, l’association de sociologie des étudiant(e)s à la maîtrise et la chaire « famille et politique en théorie sociologique » y ont également contribué. Un merci tout particulier à Ginette Peterson et Alicia Allach qui veillèrent à son organisation matérielle.

Notes

1 Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable