Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Accueil en exclusion

 | 
Françoise Duby

Chapitre 3. Parcours de vie et parcours en institution. Toxique ou vitaminé ?

Texte intégral

  • 1 Le mot « vouloir » demanderait à lui seule une étude de fond sur « le libre arbitre », ce qui par (...)
  • 2 1530-1563.

1Pour aider à y voir plus clair sur le désoeuvrement et repérer ce qui peut faire travail et toxicité (trop souvent mêlés) en maison d’accueil, cinq parcours de vie type m’apparaissent progressivement. Ils aident à penser la vie dans ces maisons, au-delà des seules visions trop simplificatrices lorsque généralisées, du temps mort de « ceux qui ne veulent pas s’en sortir », le mot « vouloir1 » restant à relativiser. L’approche, même imparfaite, a me semble-t-il le petit mérite de faire essai de restitution d’une complexité vécue pour aider à l’analyse. Je repère donc cinq parcours de vie type en maison d’accueil qui semblent épouser sur l’ensemble de leur décours un rythme plus ou moins curviligne associé à une sorte de somnolence qui peut aller jusqu’à la régression irréversible pour les vécus les plus lourds. J’évoque ensuite quelques rencontres plus approfondies m’autorisant à l’analyse plus poussée de quelques parcours. Un tableau de synthèse offre encore quelques signes et indices pour aider à faire repère du niveau de « gravité » des vécus et des impossibilités à s’en sortir. Je pose enfin la question finale de « la servitude volontaire » telle qu’évoquée par Etienne de La Boétie2 dans son « Discours volontaire ». Le philosophe s’interrogeait déjà sur la servitude à la tyrannie, également consentie par ceux-là même qui en sont l’objet. S’agit-il en clair de servitude volontaire qui empêcherait l’avènement de sujets libres et égaux dans ces maisons ? Ou dit autrement, et pour entrer plus avant, les personnes deviendraient-elles les propres auteurs de leur servitude, ce qui, par voie de conséquence, ne les aiderait en rien à s’en sortir ? Ou encore seraient-elles les auteurs de leur propre enfermement ? Ce que laisse à penser les discours sur les « ils ne veulent pas s’en sortir ».

Cinq types de parcours en maison d’accueil

2Au fil des mois et des rencontres, je repère progressivement cinq types de parcours en maison d’accueil. Ces types de parcours désignent en crescendo un enlisement plus ou moins accentué des situations vécues.

3Le premier parcours, minoritaire, concerne le passage obligé pour un temps court, sorte de dépannage en attendant qu’un logement se libère, par exemple. Le deuxième concerne le passage obligé à défaut d’autre solution ; pour un temps plus ou moins long, la personne y trouve le moyen de se refaire un peu la santé et financièrement, avant de repartir vers une vie déjà construite ou à reconstruire, mais qui laisse de sérieux repères. Des acquis, des liens sont encore présents. Un troisième parcours concerne le décours temporel d’une vie qui ne trouve plus de lieu où se poser. Il y a eu une vie construite, du lien mais des événements « traumatisants » ont été vécus, souvent plus tardivement. L’épuisement est là et les solutions tardent à se trouver. Une relance est encore espérée. La personne y conserve des principes, même si elle s’anesthésie dans l’alcool (les médicaments aident également), même si elle accepte de régresser pour tenir à la soumission du lieu, pour ne pas éclater, pour parer aux importantes frustrations qui consistent à vivre cadenassé dans un espace de contraintes multiples. Vivre en étant dépendant de la maison d’accueil, c’est devoir accepter la docilité, l’infantilisation, la tutelle autoritaire… Dans ce troisième groupe, j’observe également la présence de personnes assagies, en phase de sédentarisation, en quête d’un toit et de sécurité, épuisées souvent par des parcours très déstructurés de plusieurs années. Ces personnes appartenaient anciennement au quatrième groupe. Le manque d’issue est bel et bien devenu une manière d’exister pour les tenants de la déstructuration et de la survie de-ci de-là des tenants du quatrième type de parcours (vécus traumatiques dès l’enfance, très souvent). Il s’agit encore de plus jeunes. Ils ne savent pas de quoi demain sera fait et tant qu’un toit existe…Tous ont peur du retour à la rue et de se faire virer. C’est dans le quatrième groupe que penser à séparer l’espace externe et l’espace interne de l’institution est le plus confus. On vit dedans comme on vivrait dehors. L’économie souterraine y est la règle, les consommations y font le grand mélange, ce qui occasionne des mises à la porte plus fréquentes. Le lieu ne fait pas marquage ni inscription véritablement symbolique. Vient enfin le groupe plus infime des fins de parcours de la toxicomanie incurable et de l’engloutissement dans l’alcool, le groupe des fortement carencés, détruits, masochistes… Plus rien ne semble avoir prise pour parer à la déstructivité. La mort semble la seule issue attendue.

Les courbes de vécus en maison d’accueil

4Après avoir fait le repère de quelques parcours type en maison d’accueil, je tente ici de faire mémoire de ce qui se passe au fil des mois de l’entrée à la sortie. Une manière indicative de faire repère de l’effet « institution » mais pas seulement. Il se peut que là aussi des informations soient offertes à l’observation et qui pourraient aider à penser.

5Pour faire très simple, le moment de l’arrivée est le tour sommaire de la maison. On lit le règlement dont on remet copie. On informe des horaires à respecter. Et on installe la personne dans un « transit », lieu provisoire d’accueil, avant qu’une chambre ne se libère. Une fois le cap du transit passé , la vie en chambre peut commencer pour une période de neuf mois. Cette période peut être prolongée deux fois à raison de trois mois pour les situations exceptionnelles. Cinq euros d’argent de poche sont alloués par semaine. Les distributions des enveloppes ont lieu le vendredi. C’est le bureau qui assure obligatoirement la gestion des budgets de chaque pensionnaire sous peine de renvoi, l’enjeu étant d’éviter « les boîtes » autant que possible. Les médicaments, les démarches administratives font également l’objet du travail du bureau qui, selon la gravité accompagne, assiste ou place sous tutelle. Il n’existe pas de lieu d’accueil des familles et des enfants, bien que l’espace de la salle télé soit accessible. Le soir les rentrées doivent être faites pour 23 heures au plus tard, les pensionnaires ont le droit de quitter la maison le week-end.

6Comment se déroule la vie au fil des mois ? Je la dessinerais sous la forme générale d’une courbe concave, le début de la courbe s’incurvant vers le haut avant de pointer du nez, pour une période plus ou moins longue. La courbe se fait ainsi plus ou moins profonde, avant de connaître une stabilisation (sous forme de droite) ou des secousses chaotiques, surtout en fin de parcours. La fin du parcours, moment décisif après de longs mois plus ou moins actifs ou passifs, connaît, selon les situations, une remontée (ainsi des parcours type du groupe 3 précités) ou une descente encore plus décisive (ainsi des parcours du groupe 5, mais également les tenants du groupe 4 qui n’ont pas été renvoyés).

7Pour parfaire cet essai de visualisation, je découperai cette courbe en quatre étapes, les plus décisives. La première étape concerne l’arrivée et l’accueil (le début de la courbe). La deuxième étape concerne l’acceptation par la maison d’octroyer une chambre, il s’agit d’une étape que je qualifierai de « lune de miel » (incurvation vers le haut en début de courbe). La troisième étape concerne une phase de stabilisation, plus ou moins chaotique pour certains agités par les consommations du week-end et de la semaine. Il s’agit également du moment d’une régression ou du laisser-aller à une décompensation. Moment d’une stagnation flottante pour beaucoup, les consommations y faisant plus ou moins des ravages – carrières en toxicomanies, descente à divers niveaux de profondeur de la courbe concave. Pour certains, rares, qui y arrivent (!), il s’agit d’une phase de dégel lent et de retour à soi. La quatrième phase est celle de l’enjeu à repartir parce qu’on n’a pas le choix et que l’on est arrivé en fin de séjour (finale chaotique, ou déclin, ou remontée progressive, passage par des crises et moment du vécu de conflit de loyauté entre se retrouver soi et être un « bon résident »). Il est clair que la sortie sera plus calme si le parcours a été vécu comme bénéfique (parcours des groupes 1 et 2).

8Je note que cette ritualisation vécue se complète d’autres rythmes qui contribuent à installer la personne dans une dynamique viable. En plus du rythme des horaires journaliers (repas servis, heure d’ouverture des douches), il existe la salle télé, qui sert également de fumoir. Les mercredis et les week-ends, le bar est ouvert et l’accès à la salle permet de regarder la télé, de jouer au ping-pong. Le soir, un des veilleurs se montre attentif à créer des animations. Je ne parle pas des activités que je suis obligée de stopper en maison d’accueil, mon contrat à durée déterminée n’ayant pu être reconduit. Le vendredi, les argents de poche, si dérisoires soient-ils, offrent la possibilité d’un envol vers les consommations de tous genres. Place Saint-Lambert pour s’acheter une bille, quand les fournisseurs, parfois d’anciens résidents, ne guettent pas à la sortie. Notons que les consommations « licites » sont tolérées (alcool, haschich), voire encouragées (je pense aux médicaments) dans la maison et que le week-end la surveillance se fait moins ferme.

9Je remarque encore que la manière d’habiter la courbe diffère selon le décours temporel du parcours de vie des résidents. Le premier groupe des parcours précités connaît une vie linéaire, la courbe se faisant proche de la droite. Le deuxième groupe présente une vie linéaire mais plus accidentée que la première, la courbe s’incurvant quelque peu vers le haut, au moment de l’installation en chambre, et vers le bas, au moment de la sortie, sans pour autant faire état de grande lune de miel à l’entrée, ni de grande crise et de conflit de loyauté à la sortie. Le troisième groupe des parcours de vie, depuis plusieurs années chaotiques, reste encore relativement linéaire, même s’il ronge et détruit. Il y a encore, rappelons-le, pour les tenants de ce troisième groupe, une histoire qui se joue dans un décours localisable dans le temps et l’espace, et l’espoir d’une suite meilleure. Pas de lune de miel à proprement parler, mais un soulagement certain. La courbe est plus profonde que pour les deux premiers groupes. Elle peut également connaître de fulgurantes descentes avec une remontée progressive, dont on réserve l’avènement pour l’après maison d’accueil. L’hébergé conscient qu’il doit tenir, s’aplatit, se dépersonnalise, aidé en cela par les médicaments et les anesthésiants. On accepte éventuellement de goûter à l’herbe et de partager quelques joints. D’autres alliés existent, la prière, la musique, le jeu, le travail, l’alcool et la télévision. Nombre d’hébergés de ce troisième groupe se font à ce point discrets qu’ils se font oublier. Repartent comme ils sont venus, poursuivant leur chemin. Il s’agit de pensionnaires plus âgés conscients de devoir attendre des jours meilleurs ou que leur vie sera celle-là, ici (pour ceux qui demandent à entrer en maison communautaire sur le même site) ou ailleurs. Les projets concernent dans leur cas une sécurité vitale à asseoir définitivement. C’est enfin dans ce groupe que les conflits de loyauté se feront les plus marqués. Conflits entre redevenir autonome et culpabilité à l’égard de la maison qui voit d’un très mauvais oeil toutes velléités d’autonomie et de prise de distance. Perdre le contrôle équivaut universellement pour les professionnelles à une prise de risque qu’elles ne sont pas en mesure d’assumer. Le quatrième groupe des parcours de vie évoque les cercles répétitifs et infinis, bien connus des milieux d’accueil sociaux. Il est celui des échanges et des petits commerces en tous genres, celui de la population la plus déstructurée et/ou en perte de repère. Je réfère les jeunes à cette catégorie, bien que des nuances se doivent d’être apportées, j’y reviendrai. Le présent est de mise et le projet ne semble se dessiner que dans de très courtes anticipations. Il s’agit de tenir malgré les manques multiples de famille, de petite copine, de soutiens véritables, des enfants dont on a perdu la garde pour les plus âgés. C’est cette population qui connaîtra le plus de renvois, qui est la plus incapable de gérer, autrement que dans l’urgence et l’instrumentalisation d’autrui, les manques au corps. L’octroi d’une chambre, si on a passé le cap des renvois à l’entrée, y est vécu comme une lune de miel, la plus accentuée de tous les groupes de parcours. Puis, c’est le temps du retrait, descente accentuée de la courbe, avec les copains avec qui ont fait les alliances, temps entrecoupé de crises et de petits larcins qui suscitent les renvois avant terme. L’espace de la maison prend toute la tête. Le monde entier est ici. Le dedans se fait dehors et le dehors se rejoue dedans sans ailleurs, ce dernier étant à ce point barré. Ce qui provoque de fréquents désespoirs. La courbe se fait donc accidentée, quand elle ne s’interrompt pas par un renvoi, une fugue et/ ou un départ inopiné et/ou un passage à l’acte délictueux. Les conflits de loyauté ne seront pas légion. Il s’agit plutôt d’une rage d’abandon souvent désespérée associée aux frustrations et à la conscience aiguë de ce qui se vit et le manque de perspective. Pour ceux qui ont appris les ruses du bivouac et qui arrivent au terme de leur séjour, le départ ne sera pas vraiment préparé. Il s’agit de plus âgés, « plus habitués » à des parcours chaotiques pour modes de vie. À noter que c’est dans ce groupe de jeunes et moins jeunes que se formulent à l’entrée les envies de partage et de relance envers l’institution et l’organisation de la vie communautaire. Il faut pour cela qu’un espace communautaire véritablement participatif soit existant. L’investissement n’est donc pas tourné vers l’extérieur, le lieu de vie saturant tout l’espace du pensé. A noter que ces demandes, plus ou moins illusoires, souvent apparentées aux illusions de la lune de miel, mais pas toujours, seront majoritairement découragées en raison du caractère très instable de la requête et de l’impératif de préservation du bon équilibre de la maison. Il y aurait lieu de faire un travail à ce sujet. Très vite les ardeurs et les espoirs de l’arrivée s’écrasent donc. Notons que les premiers moments d’euphorie passés laisse progressivement la place à l’apparition chez certains d’une souffrance passée inaperçue. Une décompensation de fond, qui n’attendait peut-être pas grand chose pour avoir la possibilité de se vivre, émerge, les relances de vécus traumatiques antérieurs refont surface, surtout sous les contraintes institutionnelles vécues comme un enfermement dans un enlisement, incontournable. Pour le dernier groupe de parcours, celui du groupe cinq, la trajectoire s’apparenterait à celle de la droite. Mais à la différence du premier et deuxième groupe, la ballade se fait mortelle, en repli sur soi, le monde ne faisant plus sens. A noter que le risque de passage à l’acte suicidaire est plus spectaculaire chez les tenants du groupe 4 que chez ceux du groupe 5, plus mélancoliques et en phase de suicide lent.

10J’aurais pu évoquer les conduites antisociales et m’interroger sur les parcours et courbes vécues de leurs auteurs. Je pense au séjour de deux mythomanes mégalos qui auront la subtilité de mettre la maison entière sans dessus dessous. Si les conduites antisociales sont fréquentes dans ce type de maison, tous ne cultivent visiblement pas le même brio. Les plus « atteints » et les plus « en crise » ne sont donc pas nécessairement les plus « pervers ». La pauvre homologie « paix » et « normalité » n’est trop fréquemment qu’un pauvre paravent tissé d’apparences réductrices. Les maisons d’accueil, comme tous lieux contraints, ne soutiennent et ne connaissent que très (trop) peu de relations authentiques. Ce qui n’aide pas à faire travail de reconstruction. Concrètement, je tente, ci après, d’évoquer quelques mécanismes de défense et d’échanges type. Le sens à en faire l’analyse sera plus explicitement abordé au chapitre 4.

Aliénation sociale

  • 3 Notons que Goffman fait ici allusion à l’incidence d’une institution qui par nature est toujours « (...)
  • 4 GOFFMAN, (1968), p.41, premières phrases de son introduction.
  • 5 Cet ouvrage traite des institutions totalitaires en général, et des hôpitaux psychiatriques en par (...)
  • 6 Ibid, p.11.

11Sous le couvert d’une « efficacité fonctionnelle », « instrumentale », quelle qu’elle soit, l’organisation apparaît toujours comme lieu de marquage, qui va audelà de son projet déclaré. Au même titre, l’hébergement des SDF ne peut se prétendre de l’exclusive de cette seule raison, l’hébergement. Erving Goffman parle d’ailleurs de « carrière morale en institution ». Le parcours en exclusion apparaît donc également celui de l’emprise institutionnelle, sorte de passage obligé dont les personnes que je rencontre semblent tant bien que mal s’accommoder. Parmi d’autres focales3, j’emprunte à Goffman, cette autre porte d’entrée de l’institution totalitaire telle que présentée en introduction de son ouvrage de 1968, « Asiles »4. « On peut définir une institution totalitaire (total institution) comme lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités, sont explicitement et minutieusement réglées. Les prisons constituent un bon exemple de ce type d’institutions, mais nombre de leurs traits se retrouvent dans des collectivités dont les membres n’ont pas contrevenus aux lois »5. Robert Castel, qui introduit l’ouvrage de Goffman dans sa version française, met en lumière la portée des propos de Goffman, « l’institution totalitaire, n’est plus seulement l’établissement hospitalier mais institution sociale6 : en tant qu’institution sociale, elle rassemble les traits structuraux [spécifiques à ce type d’établissements] concernés par le gardiennage des hommes et le contrôle totalitaire de leur mode de vie : l’isolement par rapport au monde extérieur dans un espace clos, la promiscuité entre reclus, la prise en charge de l’ensemble des besoins des individus par l’établissement, l’observance obligée d’un règlement qui s’immisce dans l’intimité du sujet et programme tous les détails de l’existence quotidienne, l’irréversibilité des rôles des membres du personnel et des pensionnaires, la référence constante à une idéologie consacrée comme seul critère d’appréciation de tous les aspects de la conduite, etc., tous ces caractères conviennent à l’hôpital psychiatrique aussi bien qu’à la prison, au couvent, au cantonnement militaire ou au camp de concentration ». Il y a dans les écrits de Goffman une volonté de décentration (dégagement d’une pure fonctionnalité), une intentionnalité pour Robert Castel qui parle d’ : « […] un ouvrage [qui] concerné au premier chef par le problème de l’internement des aliénés paraît s’acharner à méconnaître la raison de leur isolement, leur maladie, pour traiter de l’institution hospitalière, comme d’un établissement social quelconque spécialisé dans le gardiennage des hommes ». Cette apparente décentration du propos psychiatrique et de la maladie ne manque pas d’avoir une incidence essentielle : « La volonté de parler banalement du drame peut le donner simplement à voir tel qu’il est cerné dans ces asiles […] comme question réelle posée dans et par l’organisation sociale ». L’enjeu du propos étant de sortir de l’aliénation mentale pour saisir l’aliénation sociale.

12Faire état de l’aliénation sociale, que Goffman confine au champ de l’institution, et que nous ouvrons également à un contexte socio-historique, est décisif. Cette vision travaille a contrario d’une présentation de l’hébergement sous une fausse neutralité bienveillante, voire caritative. Car il est bien là le drame des personnes qui nous occupent. Ne pas reconnaître leur aliénation sociale, ne pas les autoriser à la penser, contribue plus sûrement encore à les enfermer dans des vécus proches du traumatique (voir le chapitre suivant pour les incidences de ces vécus).

13Si l’on peut parler d’emprise du stigmate et de l’aliénation des résidents, au point d’influer sur leur parcours et leur vécu, je m’interroge à propos des professionnelles, dont je constate qu’elles sont tout autant sous emprise. Le social, qui n’a pas le maître-mot, apparaît de fait comme une sorte d’antichambre de l’expertise. Est-il utile de préciser que les outils du pouvoir ressemblent ici à un trousseau de clés, celui de l’armoire à hosties et pilules en tous genres. Je note qu’une collègue rêve de devenir Inspecteur au Quai des Orfèvres à Paris ou… Profiler. Parallèlement, me revient le récit de Sam, ex-résident, éperdu de rêveries dans les mêmes soap opera américains que ma collègue « profiler ». La survie en Belgique se faisant épouvantable, il « pointe » (c’est son expression) à l’arme blanche un prof narquois et les autres élèves de sa classe. Lui, dans la peau du héros-victimaire et solitaire d’un ordre social impitoyable. Elle, incarnation de l’ordre tout puissant et omniscient, dans la même série, profiler, aux prises avec une horde barbare de Sam.

Agir et passage à l’acte

  • 7 L’Ecole de Louvain marque l’entrée de la psychanalyse à l’Université Catholique de Louvain en 1963 (...)
  • 8 OURY, TOSQUELLES, SZONDI, MALINOWSKI, SCOTT, MELON, LEKEUCHE… Notons que le linguiste Jakobson rep (...)

14J’aborde ici deux modalités de rencontre. La première modalité sert à établir et maintenir le lien, la communication phatique ; l’autre sert à mettre autrui en mouvement, la fonction conative. Deux formes de communication qui réfèrent à l’agir et au passage à l’acte. Elles font partie des plus fréquentes employées en institution d’accueil et dans le monde du social. Non seulement, on y est loin du pensé, mais encore, ne dit-on pas que l’agir et le passage à l’acte sont les formes pathologiques d’exister de ces populations jugées en cela « déviantes ». Si l’on interroge le niveau des formations des travailleurs, on y trouve une petite part des réponses. Mais, il importe surtout de conserver à l’esprit la teneur du mandat de ces maisons (socio-historico-politique) et la « pédagogie » défendue par les employeurs du secteur, majoritairement « gestionnaire ». D’autres niveaux de communication, plus élaborés, ne seront, par voie de conséquence, que peu employés ou sous contrôle. Ainsi de toute forme de langage subjectivantes et réflexive (interroger et s’interroger serait faire concurrence au pouvoir de l’institution). Cette observation des jeux de langage est essentielle pour saisir les non dits d’un projet, d’une maison d’accueil, pour SDF en l’occurrence. Les jeux de communications sont à l’avenant d’une culture de l’Autre dont il importe d’avoir confiance. Mais encore, nombres d’auteurs de l’Ecole de Louvain7 ont bien montré la place de ce pathique et du contact8 si cher aux toxicomanes qui annulent le temps et collent à des prises itératives, en permanente quête de fusion.

  • 9 BENVENISTE, E., Problèmes de linguistique générale, 2, Paris, Gallimard.
  • 10 BENVENISTE, pp.86-88.

15Dans le chapitre de son ouvrage, « L’appareil formel de l’énonciation », le célèbre linguiste Benveniste9 consacre une partie de son exposé à la communion phatique, telle qu’abordée par B.Malinowski qui la désigne comme « un phénomène psycho-social de la communication [comme] un procès où le discours, sous la forme d’un dialogue, fonde un rapport entre les individus »10. Voici ce qu’il en dit : il s’agit d’une communication où – « le sens de ses mots est presque complètement indifférent » (formule de politesse, question sur l’état de santé, discussions lors d’une veillée…). « Ici la langue […] semble même privée de tout contexte de situation. Le sens de chaque énoncé ne peut être relié avec le comportement du locuteur ou de l’auditeur, avec l’intention de ce qu’ils font. » Ici le but de la langue est la création de liens. « Les liens de l’union sont créés par un simple échange de mots […] Ils remplissent une fonction sociale […] La langue ne fonctionne pas comme un moyen de transmission de la pensée […] Elle consiste simplement à cette atmosphère de sociabilité [sorte de] grégarité conviviale […] le langage en cette fonction ne nous apparaît pas comme un instrument de réflexion, mais comme un mode d’action. […] On est ici à la limite du « dialogue ». Une relation créée, entretenue, par une forme conventionnelle d’énonciation revenant sur ellemême, se satisfaisant de son accomplissement, ne comportant ni objet, ni but, ni message, pure énonciation de paroles convenues, répétées par chaque énonciateur… ». Cette communication phatique est véritablement très importante dans un lieu vide de projets et hors temps, avec des personnes en grande difficulté et toxicomanes si sensibles à l’ambiance qui les entoure dans un présent continu. Cette communication est illusoire bien qu’elle soit à la source d’une entrée en contact, fondatrice, et d’un travail qui se devra d’aller au-delà. Mais encore, faut-il que le cadre et le travailleur soient en mesure d’en porter le projet. Je note que mon travail est de tenter de fonder les relations sur du plus profond (et que c’est là que commencent mes ennuis). Il ne s’agit donc pas de refaire du même, aussi chouette soit l’ambiance, sous peine d’entériner une logique de vie.

  • 11 MEUNIER, J.-P., PERAYA, D., 1993, Introduction aux théories de la communication, Bruxelles, De Boe (...)
  • 12 Cassirer, dit Genard, distingue deux langues, l’une structurée autour de la forme nominale et cell (...)

16Jakobson11 évoque encore, parmi d’autres, la fonction conative qui est celle centrée sur le destinataire de la communication. Cette fonction traduit la volonté de la part du destinateur d’agir sur son destinataire. La communication sert en quelque sorte à mettre l’autre en mouvement. L’institution maison d’accueil sert en quelque sorte à « éduquer » des « déviants ». Nous y sommes au lieu du stigmate. La responsabilisation devient l’ancrage principal auquel le travail doit ferrer son intervention. Rendre l’autre responsable de ses actes. Il ne s’agit rien moins du prescrit qui opère dans la seconde Modernité – rendre l’autre autonome par luimême. Parallèlement, je constate la difficulté des personnes interrogées à situer leur parcours autours d’une « activité » pleinement habitable et habitée. Parcours traumatiques subis, récits gelés de personnes ballottées par les chaos de la vie12.

17Est-ce que les professionnels sont en mesure d’aller au-delà des discours convenus et trop souvent illusoires ou contraints, gelés, de s’ouvrir également à une conscience ? Je note encore que le langage de la maison d’accueil est également celui d’un mode incitatif émanant d’une troisième personne d’emprunt, jamais nommée. Celle, sans doute, objectivante (sorte de « IL », auteur-expert) de la science et de la Loi. Manière pour le professionnel de se doter d’une crédibilité. Je ne suis pas en mesure de poursuivre plus avant cette discussion, mais je retiens des incitations qui ne sont pas clairement travaillées quant à leur finalité, quant à la conscience de l’autre, où il en est. Le risque étant de conduire à une morale qui ne tient pas la route, en raison de sa superficialité, et de la méconnaissance des ressors qui l’animent (égalité ? liberté ?). L’homologie peut à certains moments devenir patente : relation d’emprise sur autrui, relation contractuelle, relation illusoirement auréolée d’une aura qui ne dit plus son nom, relation paradoxale qui ne reconnaît pas l’auteur de l’acte et n’est pas en mesure de soutenir le développement de son libre arbitre… Comment apprendre la notion d’altérité et de responsabilité à l’égard d’autrui, de soi, d’un collectif dans de telles conditions. A contrario, pour que la conscience de l’autre, de l’acte, de la culpabilité, de la maturité morale, de la capacité d’engagement de l’être adviennent, pour que la conscience réflexive se mette en place, le travailleur, les auteurs de projet, surtout, ne doivent-ils pas être capables de faire travail pareillement ? Je peux encore évoquer qu’objectivation, pragmatisme et formalisme ne font pas de l’autre un sujet bien vivant. Comment dès lors lui demander de devenir autre s’il ne sait déjà pas où et comment se trouver ou se retrouver ? Pour ne pas être viré, on accepte bien des compromis, des mises entre parenthèses de soi. La rue n’est pas loin. Ne conviendrait-il pas d’aider à remettre les mots dans la danse de la vie de chacun et de la rencontre pour favoriser une possible identification, une possible inscription dans le langage (ce qui demanderait tout un développement) ?

Jeux défensifs

  • 13 DE GAULEJAC, V., TAOBADA LEONETTI, I., 1994, La lutte des places, Paris, Desclée de Brouwer, Socio (...)
  • 14 Voici un résumé de ces stratégies. Les stratégies de contournement (pp.189-197) aident à une dista (...)

18Comment s’étonner que des jeux défensifs traversent toutes les rencontres. Pour exemplifier, mais il conviendrait d’approfondir, je réfère aux observations de Vincent de Gaulejac13 qui passe en revue trois stratégies de défenses type en milieu précaire, les stratégies de contournement, de dégagement et de défense14. Pour de Gaulejac, ces défenses servent à éviter, la souffrance lorsque l’on ne peut pas modifier la situation. Souffrance qu’il associe à la perte de l’estime de soi, à la honte. Ces types de défensivité évoquent clairement le fonctionnement des groupes 4 et 5, ce qui en complexifie leur approche. En deux ans de présence à la maison d’accueil, je devrai faire face à trois grosses vagues de diffamation. Au jeu de l’instrumentalisation, j’ai également perdu beaucoup de temps et d’énergie. Je sais à quel point c’est fatiguant de travailler sans filet dans un tel monde, dans une culture en somme de l’assistance, où le parcours de la honte se fait destin. Mais, le jeu de la défensivité n’a rien de ludique. Paugam écrit d’ailleurs qu’il s’agit de « pauvres jeux ». Plus encore, il y a, derrière ces parades défensives, la nécessité absolue et urgente de la sauvegarde identitaire et narcissique.

19J’ai signalé plus haut que je ne serai jamais en mesure d’y voir très clair sur ceux que l’on accepte d’héberger. J’apprendrai que l’on renvoie les plus incurables et les sans ressources vers d’autres lieux que l’on appelle « maisons pirates », ou à la rue, la maison se devant de conserver ses budgets en équilibre. Les personnes violentes ne passeront pas le cap du pré-accueil, également. Mais il est clair que la population la plus « passagère » et susceptible de renvois est celle du quatrième groupe. C’est également celle, avec le cinquième groupe, qui est la plus sujette des vécus traumatiques, depuis l’enfance. C’est avec elle qu’il y a urgence de travailler à faire rencontre, ainsi qu’avec le cinquième groupe qui demande à être protégé.

Un travail de rencontre de plusieurs semaines…

20Pendant plusieurs semaines quelques résidents proches de la sortie ou déjà sortis de la maison acceptent de se réunir. Je connais bien ces résidents et une relation de confiance a pu se créer aidant au dégagement d’une réflexion. Il s’agit également de refaire essai de synthèse, de récupérer les bribes et morceaux de vie. Il s’agit de bientôt repartir et cela ne se passe pas sans difficulté. Les conflits de loyauté sont énormes pour ces résidents tous issus du groupe trois, à accepter l’invitation réflexive. Le conflit de loyauté se joue entre récupérer le droit de vivre, se retrouver soi-même, et rester conforme à ce que la maison assigne comme critère de « non-renvoi ». Les résidents disent vivre avec le sentiment d’une épée de Damoclès pointée au-dessus de leur tête, tant l’angoisse du renvoi est grande. Pour ma part, j’ai fait valoir les motivations d’un travail effectué dans le cadre d’une formation (ce qui est vrai) et le souci d’instiller une réflexion sur les maisons d’accueil, réflexion offrant la parole à des résidents et/ou visant à rencontrer leurs vécus. Notons que mon initiative est très mal vécue par mes collègues du bureau alors que le risque est dérisoire de voir les tenants du groupe trois, qui sont les plus à même de participer à un investissement de plusieurs semaines à rendez-vous fixe, faire la révolution à la maison d’accueil. Mais tout ce qui bouge et échappe au bureau est vécu comme une menace.

21Les résidents s’inquiètent donc des réactions du personnel. De fait, je constate qu’au moment de nos entrevues, Edouard est totalement dépersonnalisé attendant les démarches qui l’aideront à partir, ce qui prendra des mois. Il n’a pas le droit de réaliser ces démarches de son propre chef. Luc qui n’en peut plus de vivre l’enfermement entouré de résidents qui sont de véritables concierges sera heureux de participer à ces rencontres qui lui redonnent l’espoir d’un retour à la vie et lui offrent une réelle respiration. Mais ce bonheur connaîtra un retour de manivelle qui illustre tout le malaise de Luc, ainsi que la manière, très personnelle qu’il a de gérer ses affects dans pareil cas. Accepteront donc de participer à la réflexion, deux tenants du groupe 3. Je ne parlerai que de Luc et je n’évoquerai que le cas de Sam que je classe dans le groupe 3. Par ailleurs, Mauricio (groupe 4, mais en phase de stabilisation) acceptera trois rencontres individuelles. Quant à Alain (groupe 5), il ne fait pas partie du petit groupe de réflexion et j’évoquerai son parcours comme exemple de ce que j’aperçois comme l’extrême du délabrement,. Farid (entre le groupe 4 et 5), dont je reparlerai au chapitre 4 ne participe pas au groupe. J’évoque son parcours, parce qu’il oscille entre une aggravation ou une réintégration, ce qui peut faire réfléchir. L’ « effet maison » est pour lui un moment positif. Font tout autant réfléchir les parcours de ces « jeunes » qui arrivent en maison d’accueil (entre groupe 3 et groupe 4). Leur présence, parfois dès 16-17 ans, n’est pas anodine dans la mesure où elle force à se poser la question des autres solutions en défaut. Reste encore « les après » SAJ, prison, enseignement spécial, psychiatrie…quand aucune famille n’est là pour faire accueil. La labilité et l’instabilité de la plupart les rendent insaisissables. Ce qui n’ôte rien à la qualité des interpellations de certains et la qualité des attentes formulées.

22Je note que les récits seront pour la plupart comme désaffectivés. Les traitements médicamenteux ne sont pas pour rien, mais cela n’explique pas tout. Sam sera le plus à même d’évoquer la tristesse qui va avec ses propos, mais les événements ne sont-ils pas les vrais sujets de son parcours ? Il se vit de fait comme une victime absolue, un enfant que personne ne serait venu rechercher à la sortie de la garderie. Luc restera insaisissable, plus retors, très fuyant. Qui est-il ? Tous, c’est certain, se sentent et se sont sentis plus qu’instrumentalisés par ces événements, pris dans les mâchoires d’un étau dont ils ont tenté vainement de se dégager. Les aides qu’ils ont rencontrées n’ont pas été décisives. Certaines ont été franchement traumatisantes, tel l’envoi inattendu en home pirate. Il y a encore et surtout toujours les mêmes contraintes, les mêmes nécessités de se dépersonnaliser pour avoir droit un temps à un toit. Accepter de s’infantiliser.

23Sam et Luc seront les plus motivés. Leur parcours est encore à écrire et on sent une envie d’investir. Edouard est trop défait par la vie d’avant, en retrait dans le présent et détruit par la dépression et l’alcool pour « se payer » un possible récit quelque peu habité. Il envisage une suite, oui, au calme en retrait, dans le cadre d’un habitat protégé. Cet homme intelligent considère que sa vie est derrière lui et qu’il se doit aujourd’hui de vivre plus à sa mesure. Mauricio voguera à vue, au gré de ses humeurs. Il oscille entre reprise d’une vie plus régulière ou poursuite de la vie de galère qu’il ne lâche pas. Il en va de même des récits à propos de son histoire, dont les étapes ne se repèrent que difficilement dans le temps. J’évoquerai au chapitre 4 les récits de Farid et les tissus mensongers qu’il tisse et retisse, depuis l’enfance sans doute, comme pour faire seconde peau. Je pense à son identité d’emprunt et à cette fierté vindicative pour voiler le mensonge qu’il incarne entre ombres et lumières, pour parer la honte de n’être qu’un pauvre ère. Je pense encore à ces autres récits qui ne tiennent que parce qu’il y a les consommations de tous types, les médicaments, l’alcool. Les récits qui aident à tenir, également. Quant à Alain, décharné, souvent alité, ses propos ne seront plus que des souffles entrecoupés de « tu n’as pas…une cigarette », « files-moi un coup », « tu n’as pas… ».

24Voici donc notre petit corpus. Un belge, Luc, et un congolais nationalisé belge, Sam appartenant tous deux au groupe 3. Mauricio qui oscille entre les groupes 3-4. Les jeunes que je réfère au groupe 4 en raison de l’instabilité de leur position. Un marocain, Farid, qui oscille entre les groupes 4-5. Un autre belge, Alain, tenant du groupe 5. Je reprends brièvement ce que m’apprennent chacune des rencontres avec Luc, Sam, Mauricio sur leur parcours de vie et leur parcours en maison d’accueil

Luc vivant mais mort

Parcours de vie

25Luc a connu une vraie vie de famille. Le drame intervient alors qu’il a 20 ans. Il vit trois deuils, mère et femme enceinte, à quelques mois d’intervalle. Son père vit sous l’emprise d’une soeur handicapée, aînée de Luc. Il a une soeur avec qui il s’entend bien. Il devient ambulancier et effectue des transports humanitaires pour une ONG – l’ambulance et le camion humanitaire deviennent ses lieux de vie de plusieurs années. Au retour d’une mission, il commet un accident avec des blessés graves et pour lui un coma de plusieurs mois. Il démissionne sur un coup de tête, dégoûté. Son camion était défectueux et l’employeur savait qu’il y avait des risques. Il se retrouve sans revenu et protection. Sa compagne de l’époque le quitte alors qu’il est encore hospitalisé. Il dit qu’elle lui laisse les dettes qu’ils ont accumulées et qu’elle vide la maison. Une dépression profonde couve depuis longtemps. La maison sera vendue en raison des dettes impayées. La perte de cette maison qui lui restait de son mariage provoque l’effondrement. Il ne dispose plus que de sa voiture. Il y vit dans les bois pendant près d’un mois. Comme il a une sainte « horreur des flics » (la haine de l’autorité est atavique dans la famille), il est sûr que là il ne les rencontrera pas. L’aide viendra d’un curé qui lui parle d’une maison d’accueil. Luc est gêné de sa situation, mais accepte l’invitation.

26L’arrivée dans une première maison d’accueil est un enfer pour lui. Alors qu’avec le recul, il dit que c’était la maison d’accueil la plus humaine qu’il ait rencontrée. Il en connaîtra cinq en l’espace de quatre ans. Luc « choisit » les bois et se réfugie dans sa voiture pour conserver cette dignité rebelle qui le caractérise et à laquelle il tient tant, de par ses racines ardennaises dont il est très fier. Ces bois et l’habitacle de sa voiture, ainsi que les quelques vêtements qui lui restent symbolisent en quelque sorte ses dernières racines. Sa fierté est très blessée à l’idée d’être dans cette situation. Il ne s’identifie pas à un SDF et longtemps, il fuira toute prise de conscience et fait « comme si ». Il dit être devenu parano. L’arrivée dans une maison d’accueil est donc pour lui une épreuve redoutable. Il faut accepter le règlement, vivre en communauté, accepter la fouille des chambres, il y a les horaires, la délation comme partout et la toxicomanie, comme partout également. Bref, tout ce que Luc le rebelle n’a jamais supporté. A donc commencé une vie parallèle qui lui permet de sauvegarder une part bien à lui. Ainsi à la maison, il ne respecte pas les horaires et travaille à l’extérieur. Il a des ennuis avec la direction pour son indiscipline mais il joue à être le « gentil marginal ». Il s’en ira sans rien dire (une constante chez lui) et veut reprendre un studio. Il a retrouvé un peu de moyens et ses droits de mutuelle, bien que les dettes soient en suspend. Il quitte le studio sans rien dire. Quand, il y a un conflit, il ne sait pas affronter. Cela se passe mal avec ses propriétaires. La vie se stabilisera ensuite dans une autre maison. Il y travaille comme cuistot. C’est dans les bois et à 4 km du premier bistrot... Il est payé. Pense pouvoir y rester. Malheureusement la fin de la période de l’hébergement est déjà là. Il part pour une maison d’un tout autre style avec laquelle il ne sent pas en phase. Il se rend compte alors être pris dans l’engrenage des maisons d’accueil. Il a de plus en plus peur du monde extérieur et lui, si fier, est devenu un assisté. Cette confrontation avec lui-même et sa situation lui sont devenues intolérables. Il ne parvient pas à penser qu’il est comme ces autres résidents. Avant, confie-t-il, j’aurais tout fait pour ne jamais rentrer dans le rang. J’aurais modifié la couleur de ma voiture rien que pour provoquer les flics. Là, il se rend compte qu’il rentre dans le rang, qu’il n’est plus l’auto-créateur de sa vie, qu’il se sent complètement déraciné. Il est mort-vivant. « Je ne me sens plus moi et je ne me cache plus la vérité ». C’est alors qu’il avale deux boîtes de médicaments pour un autre voyage le ramenant à un autre port d’attache, l’hôpital, qu’il connaît bien pour y avoir travaillé aux urgences, mais également pour y avoir vécu, dira-t-il, comme grand accidenté. Il dit alors y voir sa fin, on le gave de benzo, il est devenu une larve. Mais la fin du parcours n’est pas pour tout de suite. Comme ce n’est pas le style de la maison que d’accueillir des Luc dans un tel état, on l’envoie dans un « home pirate » bien connu du monde liégeois. Là, contre toutes attentes pour Luc, c’est l’enfermement avec privation des papiers d’identité. Les doses de médicaments, qu’il arrive à ne pas prendre, se sont faites massives. On le place sous administrateur de biens… Au bout de six mois et à force d’observations sur les allées et venues, il arrive à s’enfuir et porte plainte. C’est la police qui récupère ses papiers. Il connaît les rues de la ville. Il est seul et ne sait plus faire confiance en qui que ce soit. Il découvre également qu’en rue, sous administrateur de biens, c’est pire que tout pour avoir un centime. Il y a encore la saleté et les gens se retournent. Il boit l’eau des fontaines pour survivre et fait la manche durant un mois. L’été est proche, heureusement. Là encore, il trouve une vieille voiture pour dormir… Un an comme cela, c’est sûr, dit-il, je serais mort !

Parcours en maison d’accueil

27À l’arrivée, Luc est en short, c’est le seul vêtement qu’il porte ainsi qu’un teeshirt. C’est tout ce qui lui reste d’ailleurs. Mais l’on ne peut contrevenir au règlement et l’éducatrice, qui lui lit le règlement, et lui fait remarquer que le port du short est interdit à la maison d’accueil. Luc trouvera cette demande surréaliste et complètement déconnectée. Il dira également avoir été étonné de l’accueil dans des sortes de « boxes à chevaux » (il n’est pas le seul à s’en étonner, mais ailleurs cela peut être pire). C’est là cependant qu’il retrouve, pour la première fois et depuis de long mois, une chambre et qu’il peut enfin se poser. Son parcours est apparemment celui du groupe 3. Luc montre des ressources à l’arrivée et connaît une sorte de lune de miel, mais de faible croissance. Il sait se débrouiller mais dans des logiques qui ne cesseront de le mettre en porte-à-faux avec la réalité. Il compose plus qu’il ne se recompose. Le plaisir de retrouver des personnes avec qui se lier est patent. Il fait également la rencontre d’un résident qu’il considère un peu comme son père. Un drôle de bonhomme, récemment sorti de prison. Malheureusement, le résident s’en va sans vraiment vouloir prolonger le lien. Luc explosera et décompensera peu de temps après, la lune de miel est finie. Il se « psychotise » à la vue de trafics qu’il ne supporte pas, des résidents qui le « dégoûtent » et qui « le puent ». La colère qui le rend psychotique est à la hauteur de son dégoût du monde et des « saloperies » qui se jouent en silence à la maison d’accueil. Il vomit toute sa haine. Les médicaments le feront taire. Pour ne pas se faire renvoyer, il apprend « à la boucler » et se fait progressivement oublier. Se met à longer les murs. J’avais un très bon contact avec Luc. Il devient l’étranger. C’est alors que commence une phase de retrait dont il a le secret. Une sorte de volte-face dont il n’expliquera que bien plus tard la nécessité vitale de faire rupture. Les médicaments prescrits, plus les consommations d’alcool et les sirops euphorisants l’aident à entrer dans une phase de somnolence. Il devient l’ami de Mickey-la-terreur (voir chapitre 4), d’un autre résident, petite crapule aux allures apparentes de reconverti, et en leur compagnie d’abord, puis par la suite seul, il sombre dans une hibernation de plusieurs mois et semble disparaître de la maison. C’est en phase de pré-dégel que je le retrouve. Il a entre-temps changé de chambre et réside dans une partie plus communautaire, ce qui devrait normalement lui permettre une facilité d’entrée et de sortie. Je renoue véritablement le contact avec lui au moment de l’alerte par un résident (véritable concierge des lieux où vit Luc) de sa disparition. Luc expliquera avoir fait huit fois le même tour en bus. Congelé, ne sachant plus où se mettre, pensant au suicide. Il se dit pieds et poings liés, par cet immobilisme forcé, sous l’emprise de sa situation financière dont il épure doucement la dette. La maison a fait pression pour renforcer la tutelle quelque temps après son arrivée, ce qui est la règle. Luc fera partie du groupe de réflexion que je mets en place sur les maisons d’accueil. Le lien se renoue. Il semble refaire mémoire de ses attaches du Sud de la Belgique, retrouve son père et sa soeur. Reprend courage et pense préparer doucement son départ. Il interrompt les médicaments et puis, après plusieurs semaines, retour de manivelle, effectue une nouvelle fugue. Le décalage avec la maison est patent de longue date. Pris d’une mélancolie aiguë, un vendredi soir, il a fait du stop en pleine nuit, souhaitant retrouver sa région, aller sur la tombe de sa femme et de sa mère. Il se fait pincer par la police alertée par le résident d’un camping qui constate que Luc vient d’entrer par effraction dans une caravane pour y trouver gîte pour la nuit. Je ne le reverrai pas car la direction de la maison me l’interdira, me faisant porter le chapeau du mal-être de Luc. Il est clair que le travail de remémorisation de son parcours, les sorties qui accompagnent ce travail, contribuent à reconnecter Luc avec lui-même. Mais, la paix de la maison est une priorité absolue. Se retrouver pour Luc et partir équivaut à transgresser les règles de la maison, affronter des conflits de loyautés que Luc n’a visiblement pas la force d’assumer. Aux dernières nouvelles, il aurait retrouvé un travail à mi-temps.

Les rêves impossibles de Sam

Parcours de vie

28Sam vit au Congo avec sa mère et les enfants d’autres mères sous le même toit. Le père est absent parti pour l’Europe. La famille est protestante et pratiquante. Du Congo, Sam ne dit pas grand chose. Lui et ses frères et soeurs rêvent de l’Europe par média interposés. L’enfance n’a pas marqué Sam qui semble ne pas avoir partagé une grande passion pour son entourage. Le père décide de rapatrier ses enfants alors que Sam a 18 ans. Le père vient de se marier. Son mariage l’aide à devenir belge. Faisant venir ses enfants, il leur « offre » la nationalité à tous et bénéficie des allocations familiales de l’ensemble de la fratrie. C’est pour Sam et ses frères et soeurs, le début d’une histoire d’abandon, complétée d’une usurpation mensongère et abusive des enfants par le père. Les enfants portent plainte contre le père avec qui cela se passe mal. Sam, nourri de séries télévisuelles américaines, veut être juriste, gagner de l’argent. Il termine ses humanités dans une école qui ne lui reconnaît pas le niveau requis. Il vient de quitter la maison paternelle. Il est en maison d’accueil pour SDF. On le lui a conseillé pour obtenir le minimex. Dans le même temps, avec un papier provisoire de réussite, il s’inscrit à l’université sans payer de minerval. Il trouve un petit studio et fait le jury central, toujours couvert par son inscription universitaire pour conserver son minimex. Il rate le jury et reprend une année en formation continue qui lui permet d’obtenir enfin le diplôme des humanités. Il se réinscrit à l’université mais n’étudie pas, se trouve des amis, s’amuse et profite de la vie… Il rate. C’est alors qu’il se réinscrit pour faire un graduat en droit, mais les troubles de mémoire commencent, ainsi que ce qu’il appelle un déficit visuel. Il prend en grippe un professeur de droit qui ne respecte pas les élèves. Sam dit ne plus connaître d’autorité supérieure qui l’aiderait à se contenir. Son père est mort en quelque sorte et il ne croit plus en rien. Lui reste le souvenir de Delta force, Porté disparu, Rambo…La solitude se fait désespoir. Un matin, il se met une cravate autour de la tête et se rend en costume à l’école avec un couteau. Il a vu des congolais manifester ainsi dans le bureau de Louis Michel, le couteau c’était dans Rambo… « Je voulais faire peur à ce prof hautain (qui est professeur de droit) ». Il est renvoyé et devra se présenter devant le juge. Il se réinscrit dans un autre établissement, toujours pour un graduat en droit, mais il n’a plus la force de suivre les cours. Il arrête en décembre. Son propriétaire le met à la porte de son studio en janvier et conserve ses affaires de valeur. Sam n’a pas payé un mois, il propose un remboursement mais rien n’y fait. Sam est perdu. Il n’a plus de père, n’est plus en mesure de suivre des cours, il a des problèmes avec la justice depuis son agression, ses affaires sont à la rue, il dort sous un pont avant l’arrivée à la maison d’accueil.

Parcours en maison d’accueil

29C’est en complète décompensation (psychotique), totalement perdu, qu’il arrive à la maison d’accueil. Il vit en reclus. Replié sur lui-même. Il entend depuis peu des voix qui lui dictent sa conduite. Il se souvient cependant de l’accueil chaleureux d’une éducatrice. Ce qui lui fait beaucoup de bien. Mais, il ne se montre pas au bureau. Il ne sait même pas bien où ça se trouve et n’est pas du tout en état de penser qu’il doit s’y rendre… « On lui vole » ses affaires à l’arrivée (photos de famille et d’enfance, les syllabus qu’il a pu sauver lors de son expulsion, son GSM et les quelques adresses qui lui restent). On vient le chercher un jour pour l’inscrire au chômage et puis ne sait rien de ce qui lui arrive. Il subit. Il dit que l’on ne l’informe pas. Au bureau, ne supportant pas cette passivité, on le vire. Il met dans une manne ce qui lui reste et s’en va. Il ne retrouvera jamais le contenu de cette manne. Il revient le jour même et s’abrite dans le transit ne sachant où aller. Il loge là quelque temps et le matin se réfugie dans la chambre d’un résident de la maison communautaire pour y passer la journée. Cette fois, la maison ne le renvoie pas. Il dit être devenu comme un petit garçon. La maison l’adresse à un service de psychiatrie. Après un traitement aux neuroleptiques de plusieurs mois, il revient à la maison d’accueil, stabilisé. Commence une phase de torpeur qui s’apparente à des vacances. Sam vit dans sa chambre, tel un adolescent. Les initiatives seront pour l’après sortie de la maison qui survient après quelques semaines de stagnation. Sam envisage de sa réinscrire une nouvelle fois à un graduat en droit. Le mois de septembre approche. Depuis, il tente courageusement de refaire route à l’extérieur mais le chemin est long et tortueux. Sam dit avoir perdu une part de ses facultés d’étude, bien qu’il tente de se qualifier et qu’il arrive à vivre seul. Il n’a pas perdu sa faculté de s’identifier à ces étudiants universitaires sortis tout droit de ces films dont il rêve d’être le héros paré de succès. Mais sa lenteur est devenue excessive et il n’a plus les moyens d’étudier, d’autant que le contexte est très dur financièrement. Il envoie de l’argent à la famille qui ne cesse de le solliciter. Aux dernières nouvelles Sam a toujours difficile de retrouver un groupe de pairs et des soutiens extérieurs. Il est perdu face aux démarches qu’il devrait multiplier. A la maison d’accueil, il vivait enfermé dans sa chambre et ne souhaitait entamer les démarches qu’après la sortie. La télévision lui suffisait. En ville, dans sa chambre d’étudiant, il rétablit le même opus vivendi, phobique et inhibé même s’il tente l’une ou l’autre initiative de formation. Il vient de retrouver son frère…

Mauricio en mémoire du père.

Parcours de vie

30J’ai déjà évoqué la vie de Mauricio qui ne voit la vie que par les yeux de son père. Père qui aura quatre épouses. Il a des enfants avec chacune. Mauricio a vécu au Congo avec sa maman congolaise et ses quatre soeurs, jusque l’âge de 13 ans. Sa mère aura des attouchements sexuels envers lui. Il dit faire partie de la « dernière série » des douze enfants au total (de nationalités multiples). Quand le père fait faillite, il est propriétaire de plantations, il revient en Belgique. Le père a toujours connu une vie aisée et en fait bénéficier les enfants. Mauricio ne vit que par son père, avec lui il ne fait qu’un, dira-t-il. Il admire sa faconde, sa capacité de séduire les femmes et ses talents d’homme d’affaires. Quand ce dernier décède à 79 ans, Mauricio qui a alors 21 ans voit sa vie terminée. Il est marié et à un enfant, mais plus rien ne le retient et c’est le début de la vie en rue. Il vit avec une toxicomane et c’est ainsi qu’il se met à consommer. Un vendredi, Mauricio se rend à Maastricht, un « gros dealer » y organise un week-end avec des prostituées. Il y a de l’extasy, de la cocaïne…Mauricio fait une overdose au retour, ce qui provoque un accident. Il en est à sa septième, dont plusieurs tentatives de suicide ratées. Cette fois l’accident lui coûte l’amputation d’une jambe en plus du coma. En raison d’une septicémie contractée en rue, sa jambe est opérée à trois reprises. Malgré tout, Mauricio qui vit avec une prothèse et se déplace difficilement, préfère aujourd’hui la rue parce que là au moins il conserve son autonomie et qu’il a l’impression de rester lui-même.

31Sa première maison d’accueil, il s’en souvient. Retrait de papiers, expérience dépersonnalisante, abus de pouvoir et infantilisation. Depuis, il a appris à la boucler. Il n’avait jamais appris. Il ne connaissait que l’argent. C’est la drogue qui le tient depuis des années. Le produit est pour lui un ami, un docteur, une femme, un médicament. Sa vie est entrecoupée entre périodes en rue – maison d’accueil – hôpital – rue – vie chez une copine… C’est dans ce parcours en zig-zag et d’allées et venues que Mauricio préserve une certaine maîtrise de ce qu’il est. Il préfère payer ce prix-là somme toute. Mauricio a saisi au passage les enseignements d’un centre de postcure et progressivement apprend à respecter un peu plus les femmes. Aujourd’hui, Mauricio aime toujours l’argent et séduire. On ne pourrait, dit-il, l’aimer sans argent. Entre dépression et retrait, entre marchés divers et jeux vidéo, Mauricio tente de faire encore et toujours synthèse. Il a toujours 21 ans et ne veut pas vieillir. Il s’apparente au père et à ses pratiques, à la fierté que la figure paternelle incarne. Pour tenir. Puis, sombre dans la dépression de la perte et redevient un homme qui vieillit et s’épuise.

Parcours en maison d’accueil

32Il est à la maison d’accueil parce que ne sait où aller. Il y revient. Est-ce un habitué ? Il n’a pas le courage d’habiter seul. Il ne se sent pas suffisamment solide. Il est épuisé et se sait de plus en plus limité physiquement. Il est terriblement labile dès l’arrivée. Il est dedans comme dehors. Incapable à se laisser capter, en excitation permanente. Est-ce la consommation de cocaïne ? Le rythme astreignant d’une vie en rue ? Mauricio vit ses engagements dans les mêmes trépidences. Il fuit en permanence. Après quelques temps à la maison, il connaît une période de dépression profonde. Il est très discret sur sa vie. Il est habitué à ne pas faire étalage surtout auprès d’une femme. Digne fils de son père, très macho, ce qu’il reconnaît, il ne leur fait pas confiance. Les femmes, cela se consommait dans le monde du père. Il se montre cependant charmant et aidera à l’atelier quand il pourra. Il est gentil, mais insaisissable. Il illustre sans nul doute l’immense pudeur fière qui règne à la maison, surtout auprès d’une femme. Il évoque un quant à soi énigmatique qui semble tant de mise dans ce type d’établissement. Mauricio a appris à se blinder, à ne pas se livrer, même s’il crève de solitude, même s’il est très sensible et ne sait pas toujours le cacher. Après une longue période de retrait, il sort de sa torpeur et se lie d’amitié avec un jeune de…21 ans, épris de vidéo, de jeux en tous genres et de pornographie. Il retrouve ses passions. Une autre étant celle des montres et leur fine mécanique qu’il aime régler. Quand il avait de l’argent, il aimait en arborer de nouvelles, superbes. Je reste touchée à la vue de cette chambre à la tenue impeccable, une chambre d’adolescent. Une chambre réellement habitée et très cossue. Mauricio a trouvé dans cette maison le toit qu’il cherche, même s’il sait qu’il devra repartir. Mais il se sait fragile. La méthadone ne suffit pas. Et puis vivre dans un studio, c’est se couper des autres, comme lui et c’est la solitude. Le pire.

33Reste les jeunes pour faire conscience. Je les place dans le groupe 4, en raison de leur capacité de réactivité et de crise qui les rend très instables (et vulnérables). Réactivité et capacité de crise qui est sans doute la part la plus saine à préserver et apprivoiser. Elle coïncide de surcroît avec leur âge. C’est avec ces jeunes que la distance qui sépare ces maisons d’accueil et tout le social d’une compréhension complexifiée et plus mature se devrait d’être poursuivie. La relation peut encore se construire même si les jeux défensifs favorisent la mise en place de solides paravents ainsi que les mises en scène de soi, décisives. La maison d’accueil se met alors à ressembler à un banc d’essai et de projections de tous les possibles et impossibles. Le sexe, la vie, la mort « pragmatiquement » sous emprise. Illusion, cependant. Tout y est clos. On dirait une psychose sans que cela ne le soit car il s’agit plutôt de faire comme si et de faire taire de la sorte le temps, le lieu, les anticipations, les excitations. L’amour réduit à un système métrique, la drogue par-dessus, pour faire couvercle. Me revient l’image de ces jeunes qui se prostituent. L’un à portée de rue, devant la maison d’accueil, l’autre, en ville. La rencontre avec ces jeunes sera autre. L’un et l’autre, comme le jeune sourd, comme le jeune handicapé, comme le jeune de 17 ans abandonné du transit offrent à la vue, leur malheur, tout autant dérangeant. Farid dont j’aborderai la trajectoire de vie au chapitre 4. Alain, noyé dans une polytoxicomanie qui ne semble plus avoir d’autres horizons que sa propre fin.

Quelques indices

34A partir de quelques indices repérés au fil de ce chapitre (liens et pertes, vécus traumatiques, espace et temps, mode de défensivité,…), les histoires s’éclairent de nouvelles perspectives utiles pour un travail et une réflexion pour agir. Une tentative de penser en somme.

35Tous connaissent de solides problèmes de liens essentiels (les jeunes), de deuils et d’importantes pertes. La plupart semblent mortellement touchés par une perte indépassable d’autant qu’elle s’inscrit dans un parcours plus que traumatogène, vécu sur fond de profondes régressions. Alain est broyé par la mélancolie, il ne se remet pas du décès de sa mère. Luc vit un exil de soi, un déracinement de fond, depuis le décès de sa femme enceinte et de sa mère. La vie de Mauricio s’est arrêtée à la mort du père. Farid a perdu mère et patrie et depuis se virtualise, quand il ne se fait pas parasite d’un autre nourricier. Sam, lâché par le père et tout entier orphelin de ses rêves, semble ne pas dépasser le cap adolescentaire. Au-delà les récits aident à saisir en quoi le niveau de destructivité interne se complexifie d’accidents, de tentatives de suicides, de vécus de rue, d’errance. L’enfance n’est pas en reste pour les abusés, abandonnés, maltraités.

36Les repères temporels reviennent au fil du récit de Luc qui retisse parallèlement les liens de sa subjectivation jusqu’à l’explosion qui lui permettra, quelque temps plus tard, de retrouver un emploi à l’extérieur et de dépasser les conflits de loyauté qui le rongent et qui le maintenaient comme cadenassé en lui-même. Sam est sans passé, tout entier déterminé par la vie en Belgique qui l’écrase. Mauricio aura le plus grand mal à refaire le récit, hier étant parfois à cinq secondes de portée. Il compte difficilement les dates anniversaires de la mort du père, également date de ses overdoses et/ou accident. Les jeunes oscillent entre prise de risque et réel rêvé. L’anticipation ne dépasse pas la minute et la logique de l’acte pour l’acte, surtout lorsqu’il y a les consommations. Le manque de perspective provoque rage et désespoir. Certains s’accrochent à un projet mais, même dans ce cas, ils consomment. D’autres, (voir chapitre 2) ne tiennent pas le coup et repartent en quête d’un autre lieu où enfin se poser. Les projets sont pour ceux-là comme inaccessibles. Leur parcours est celui d’une survie présente. Le présent continu protège encore Farid, comme tant d’autres, de ses errances répétées et des mensonges sur sa vie sur laquelle il brode à souhait, le vide étant complet tant futur que passé. Quant à Alain, les aiguilles semblent définitivement arrêtées. Le temps dérégulé est donc aussi celui d’un psychisme traumatisé, endeuillé également, ou harcelé par les tyrannies nues du corps en complète déliaison. Le temps des origines est celui avec lequel il conviendrait de refaire bain et travail d’inspiration.

37L’espace séparateur entre le dedans et le dehors de la maison d’accueil se fait d’autant plus confus que l’on s’approche du groupe 4. On y nage en plein mythe de l’éternel retour avec une logique de l’essai qui transgresse les espaces et qui offre du champ. L’extérieur peut se faire interne jusqu’à la complète fusion lorsque les consommations et les marchés divers emplissent tout l’espace. En deçà du groupe 4, la maison d’accueil jouera plus le rôle d’espace de vie, de récupération, de transitionalité vers le retour à la vie. La maison se fait contenant vital pour ceux dont la vie a dépassé le cap de l’urgence, comme Alain, mais comme Luc et les autres qui ont si difficile à repartir vers le dehors. Il y aurait là tout un travail à effectuer. Les plus jeunes devraient disposer d’espaces d’accueil adaptés et équipés en conséquence…

38Du point de vue de la défensivité et de la réactivité, notons encore que Luc occupe une position pour le moins clivée et floue. Sous un jour très policé et discret, écrasé par une défensivité maximale, il n’a pas les moyens de faire obstacle aux retours de manivelles de ce qu’il vit en fond à l’entrée et à la sortie de la maison d’accueil. Heureusement la maison ne le renverra pas à sa première explosiondécompensation. Le passage des mondes semble lui être devenu intenable et mortel. Dans l’attente d’avoir les moyens de la sortie (il doit épurer des dettes et oser repartir vers le monde), il tente la répression par un retrait massif. Ce qui échoue à plusieurs reprises et se solde par des fugues dépersonnalisées. Pour assurer son auto-conservation (ce qu’il est encore en mesure de posséder et qui pour nous offre l’indice qu’il est du groupe 3, la maison le saisit également) entre peur d’être mis à la rue et les forces internes qui le rongent et risquent d’exploser, il se terre et se fait oublier. Il se dissocie maximalement du lieu par le retrait, tout au long de son parcours. Ses logiques personnelles de fierté se heurtent à la honte d’être là (« ça le pue »). Ce qui le tue et le gèle à petit feu. Les conflits de loyauté risquent de mettre à mal une remise en route à petits pas très prudents et phobiques. Lorsqu’un nouvel accident « fugueur », qui désarçonne Luc et l’insécurise profondément, le fait rentrer une nouvelle fois dans sa coquille. Quel risque de chronification pour lui, voire de suicide, si la maison ignore la dynamique du trauma, pourtant, si fréquemment vécue et reproduite en maison d’accueil ? Il y aurait là matière à poursuivre. Les maisons d’accueil sont comme des chambres d’échos à écouter et décoder.

39Sam, après une arrivée qui lui permet de vivre une solide décompensation et un passage en hôpital de plusieurs semaines, ce qui l’aide à se récupérer, jouera de retour le jeu de la désimplication et de la contre-identification maximale. Il est au-dessus de la mêlée. Il a besoin de se refaire une image. Il n’est donc pas concerné, il est l’étudiant qui va réussir ses études de droit. Il est plus intelligent… Il construit artificiellement de la différence pour mieux se démarquer. Il se désolidarise. Son passage en maison d’accueil est évidemment l’occasion d’une remise à flot. Ce qui est positif. Il vivra la maison comme un lieu de repos, de vacances. Il « reste » un travail à mener, celui de se construire dans un monde réel. Ce qui n’est pas la moindre des tâches qu’il aura à accomplir. Sam est relativement apathique (qui était-il avant son arrivée en Belgique ?). Notons qu’il est sous neuroleptique, et qu’il subit le contre-coup de son importante décompensation. Mais il trouve malgré tout les forces nécessaires à sa sortie et un cheminement à petit pas, excessivement prudents, vers une requalification. La peur des autres est patente et Sam se cherche une mère qui accepterait encore de le rassurer et de le seconder.

40Mauricio a depuis longtemps travaillé à une inversion de sens des pratiques de la délinquance en débrouille (de Gaulejac, 1994). Son insertion, il l’a faite dans la marge, y reproduisant le modèle du père admiré. Homme d’affaire qu’il identifie comme brillant. Mais l’âge est là, la santé et la fatigue également. La maison est un lieu parmi d’autres où trouver repos. Elle fait partie du parcours « habituel ». Ce qui dénote de deux autres situations précitées. Mauricio est pris dans la « tournante » typique des toxicomanies de rue. Mais quelques passages en postcure l’on assagit. Et même si réécrire les temporalités d’une histoire n’a rien de simple, il pense à un futur plus stable mais qu’il n’envisage pas seul, loin de son monde. Il pourrait accrocher à la longue si les lieux étaient plus opportuns à le favoriser. Le problème des marchés en interne n’aide en rien à résorber les difficultés vécues. La maison d’accueil est comme une seconde résidence à laquelle il finit par tenir, un pas dans, un pas hors la vie.

41Les Jeunes connaissent la même « inversion » que Mauricio. La débrouille, l’économie souterraine, sont les moyens qui peuvent soit contribuer à les enfoncer, soit les sauver, soit encore les aider à passer le cap. Ces jeunes sont encore dotés de cette capacité de vivre des crises véritablement et profondément épistémiques. Ils recherchent, même si l’ambivalence brouille les pistes, de véritables capacités d’attachement. La maison ne fait malheureusement pas marquage pour eux, sauf pour faire rencontre de pairs, autres eux-mêmes. Le travail du différent et du tiers n’est pas suffisamment investi par le lieu. Mon travail apparaît à leurs yeux sympathique, mais insuffisamment investi par le cadre. Ce qui les insécurise (l’autorité parentale a plus de place positive qu’on ne le prétend) et discrédite l’initiative. Avec eux, il faut un investissement réel et profond. Cela n’empêche pas de bénéficier d’un capital sympathie. Cela n’empêche pas une réelle accroche qui ne demanderait qu’à prendre. L’envie de vivre est présente. Précieux capital qu’il conviendrait de préserver.

42Farid offre l’ illustration du syndrome du Phénix (de Gaulejac, 1994). Il a intériorisé l’image négative, le masochisme et l’auto-destruction de ce qu’il est, une sorte de déjection, mais contre toute attente, la vie en maison, sorte d’espace de jeu à la Winnicott, l’aidera à redorer un blason. Il y déploie des valeurs relatives à sa culture. Il sait ce que vaut le collectif. Il y introduit tout son univers, l’anime sur l’écran de son imaginaire. La nostalgie de l’accueil du pays est à l’avenant de ce qui se rejoue-là. Moment clivé dans une dérive. Moment essentiel.

43Alain n’a plus d’autre champ que celui de la déchéance. Un toit lui suffit et un peu de pain, quand il mange. D’autres ont saisi l’opportunité de le spolier tout en l’alimentant de ces substances avec lesquelles il s’endort à petits feux. La maison laisse faire et semble l’oublier…

Quelques questions pour faire repère

  • Quels liens sont encore existants et peuvent encore faire l’objet de réparation ? La violence des pertes et les vies associées (enfance et décours) ?
  • Qu’offre l’observation des temps vécus et évoqués dans les récits ? Temps de l’histoire et du projet (linéaire, passé et futur en perspective). Temps du trauma circulaire, gelé qui peuvent se confondre au temps du deuil mélancoliforme d’un présent continu. Temporalité plus confuse également lorsque le parcours est déchiré, déconnecté. Temps de la psychopathie sous le pouls de l’acte.
  • Qu’offrent à voir les confusions, transgression, négation de la séparation et de la différence entre la maison d’accueil et le monde externe ? Qu’offrent à penser les retraits massifs, régression, écrasement de la personnalité enclose dans l’espace maison d’accueil ?
  • Qu’enseignent les moyens de défenses sur fond de destructivité et/ou d’autoconservation proche de la survivance ? Qu’offre à voir l’aliénation en toile de fond ?
  • Quelles sont les réactions à l’entrée : décompensation, lune de miel, envie d’investissement ? Dans l’entre-deux : dépersonnalisation, régression, consommation. Les réactions à la sortie : crises, conflit de loyauté, écrasement, arasement… ?

Y a-t-il servitude volontaire ?

  • 15 DE LA BOÉTIE, E., 1976, Ibid.
  • 16 ABENSOUR, M., 1999, p.32, « Hannah Arendt : La critique du totalitarisme et la servitude volontair (...)

44Claude Lefort évoquait la « Servitude volontaire » de La Boétie15, vision édifiante de ce que « cette servitude qui s’avère être le fruit d’une activité des dominés qui travaillent activement à s’asservir eux-mêmes, qui creusent eux-mêmes la tombe de leur propre dépendance »16.

45Il y a une emprise certaine de l’institution sur les personnes. Totalitaire ? Pleine et totale, comme le mentionne Goffman, oui, sûrement. Mais plus encore, si le lieu attaque de multiples manières ce qui pourrait contribuer à faire vie authentique et retour, s’il se met à ressembler à ce monde qui a fait problème. Quid ? De quels projets se nourrissent les maisons d’accueil et leur personnel et de quelle conscience également quant à leur impact et leur rôle ? Coquille vide ou gorgées de mythes et d’illusions ? L’ordre pour l’ordre et le contrôle pour le contrôle ?

46L’enjeu de la mise en place d’un espace qui autorise vraiment à penser est vital. Je constate qu’il trouvera en obstacle la destructivité permanente du « bureau des professionnelles », les freins relatifs à penser le lieu où l’on vit, la participation à penser des questions pourtant essentielles et saines (comme la sécurité du bâtiment).

47Rester enfermé dans un bureau pour le personnel et la Direction, c’est éviter les prises de risques de… Quoi en somme ? Se laisser toucher ? Par quoi ? Les dépersonnalisations dans l’entre-deux, les régressions, les retraits, mais également les conflits de loyauté au moment d’un souhait de départ. Les écrasements se rejouent en écho des traumas vécus, pris dans le jeu institutionnel. L’apathie est patente dans ce type de lieu où semble disposer d’un meilleur accueil les délateurs de tous bords et les plus silencieux apathiques. Les espoirs à l’entrée retombent vite si l’on souhaite s’investir dans la maison. Il convient alors de prendre patience. Pour les plus nerveux, les consommations et les marchés compenseront le vide ambiant. Les personnes doivent compter sur leurs ressources propres. Les riches en sortiront peut-être appauvris, mais les pauvres ?

48Alors servitude volontaire ? Les résidents finiraient-ils à travailler volontairement à leur propre servitude ? Il y a de cela pour des raisons complexes qui vont au-delà d’un choix conscient mais qui ont à voir avec des vécus internes. L’aliénation sociale vécue est importante, l’emprise traumatique également. Les incidences de vécus anciens. Il s’agit donc de personnes sous emprise d’elle-même, d’un lieu et d’images et de représentations, cadenassées de multiples façons. Les freins sont immenses à faire bouger quand l’apathie, la désimplication, les consommations se sont faites langages hors les mots. Quand les lieux et leurs contraintes parlent pour vous. Volontaire devient donc un terme à employer avec de très nombreuses réserves !

49Le but est-il de s’asservir ? Pour ceux dont le parcours se chronifie, on peut sincèrement le penser. L’enjeu étant de ne pas être viré est vital pour certains qui acceptent de se dépersonnaliser, quels qu’en soient les moyens. Un travail de relance devient auprès de ces personnes impossible à mener, ce que l’on peut logiquement comprendre.

Notes

1 Le mot « vouloir » demanderait à lui seule une étude de fond sur « le libre arbitre », ce qui par les temps qui courent ne serait pas un luxe.

2 1530-1563.

3 Notons que Goffman fait ici allusion à l’incidence d’une institution qui par nature est toujours « totale ». D’autres approches, dont celle de Michel Foucault, Robert Castel, Marcel Gauchet,… autorisent une lecture plus ouverte et donc moins exclusivement fonctionnaliste sur le projet de société et l’imaginaire idéologique qui entourent l’institution, au point d’en faire un outil politique d’intégration et d’aliénation. Ces points de vue n’enlèvent rien à la portée signifiante des propos de Goffman… L’éclairage en est d’autant plus essentiel.

4 GOFFMAN, (1968), p.41, premières phrases de son introduction.

5 Cet ouvrage traite des institutions totalitaires en général, et des hôpitaux psychiatriques en particulier. Le centre de cette étude est l’univers du reclus (inmate) […] ».Mais qu’entend-il par totalitaire ? Le traducteur spécifie « Pris dans son sens premier (« qui englobe ou prétend englober la totalité des éléments d’un ensemble donné » P. Robert , Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, t.VII, p.769) ce terme traduit exactement le sens de « total » dans total institution […] ». Qu’entend-il encore par reclus ? Là encore le traducteur fait valoir qu’il « n’existe pas en français d’équivalent du mot inmate employé par l’auteur pour désigner à la fois les personnes enfermées dans un hôpital psychiatrique, une prison, un couvent, une école, un navire de guerre ou de commerce, une caserne, etc. En choisissant le terme de « reclus » on a voulu mettre l’accent sur l’isolement de ces personnes dans un univers claustral qui constitue l’aspect essentiel de leur commune situation. ».

6 Ibid, p.11.

7 L’Ecole de Louvain marque l’entrée de la psychanalyse à l’Université Catholique de Louvain en 1963. Jacques Schotte, psychiatre et psychanalyste en est le fondateur avec Alphonse de Waelhens et Antoine Vergote et des philosophes comme Ladrière et Taminiaux. L’enseignement psychanalytique qui y est enseigné se situe au carrefour de la phénoménologie (Husserl et Heidegger) et de la psychopathologie szondienne. Szondi, dont Jacques Schotte favorisera la reconnaissance internationale. C’est à partir des apports de ce dernier que Jacques Schotte va développer ses travaux à propos du « Contact ». Voir à ce propos SCHOTTE, J., dir., 1990, Le Contact, Bruxelles, Edtions De Boeck-Wesmael, Bibliothèque de Pathoanalyse.

8 OURY, TOSQUELLES, SZONDI, MALINOWSKI, SCOTT, MELON, LEKEUCHE… Notons que le linguiste Jakobson reprend également le terme de Contact et de Phatique dans son schéma de la communication (1963). MEUNIER, Jean-Pierre, PERAYA Daniel, Introduction aux théories de la communication, De Boeck, Université, Culture et Communication, 1993

9 BENVENISTE, E., Problèmes de linguistique générale, 2, Paris, Gallimard.

10 BENVENISTE, pp.86-88.

11 MEUNIER, J.-P., PERAYA, D., 1993, Introduction aux théories de la communication, Bruxelles, De Boeck Université, Culture et communication, p.67-68.

12 Cassirer, dit Genard, distingue deux langues, l’une structurée autour de la forme nominale et celle structurée autour de la forme verbale. L’une présentant l’action sous un mode processuel, l’action étant simplement rapportée à un cours d’événement, et l’autre qui en vient à restituer véritablement et de manière différenciée l’ « activité ». En fait Cassirer s’intéresse plus à la constitution de la subjectivité consciente qu’au langage à proprement parlé, et notamment à la conscience de soi éthique… GENARD, J.-L., 1999, La grammaire de la responsabilité, Paris, Les Editions du Cerf, Humanités, p.26. Je mentionne ici l’enjeu à poursuivre le questionnement tel qu’évoqué dans ce travail. De quel niveau interlangagier entrenons-nous notre potentiel humain commun ?

13 DE GAULEJAC, V., TAOBADA LEONETTI, I., 1994, La lutte des places, Paris, Desclée de Brouwer, Sociologie clinique.

14 Voici un résumé de ces stratégies. Les stratégies de contournement (pp.189-197) aident à une distanciation et une dérision. Elles font référence à un autre système de valeurs et/ou à une inversion du sens, à une insertion dans les marges (la marginalité devient une liberté positive).Mais pour que ces défenses soient opérantes il faut un système d’appartenance à un collectif. Le gang, les jeunes d’un clan. C’est l’univers de la débrouille. Il peut également s’agir de groupes ethniques minoritaires, où le religieux ou un autre sous-système culturel d’appartenance fera lien. Cette inversion de valeur peut exposer le sujet à une plus grande marginalisation, ainsi qu’il peut l’exposer à une stigmatisation collective…

Les stratégies de dégagement (pp.199-207) visent à sortir de la situation mais faut-il encore en avoir les ressources pour élaborer un projet et être à même de le tenir. (De Gaulejac précise que peu y arrivent qui sont loin dans la difficulté. Il insiste sur l’importance de l’existence d’un tiers et l’établissement d’une relation valorisante). La vision anticipatrice du projet met en scène l’image du sujet lui-même. Ce qui est plus difficile pour les plus vulnérables narcissiquement, pour ceux ayant manqué de repères identificatoires dans l’enfance, en famille. Les moteurs de la réaction pourront être l’agressivité, la revanche, la révolte par le biais d’une action collective. « L’action pourrait se faire ici collective. La honte en étant le moteur ce qui pour De Gaulejac introduit un précieux mouvement dialectique susceptible de nourrir à la fois et le collectif et l’individu : La revalorisation de l’image du RMIste [demanderait] une nouvelle forme d’insertion et de participation à la citoyenneté » (p.206).

Les stratégies de défense (pp.207-217) sont sans doute la forme défensive la plus accentuée et partiellement inconsciente. L’intériorisation y est la plus forte de l’image de l’exclus, de l’incapable. il reste alors peu de capacité d’action en dehors de la résignation. L’évitement peut aller du retrait social, l’isolement, à la désolidarisation qui peut entraîner le vol, le fait que personne n’aide personne. La nature de ce qui se joue en collectif tend à disparaître. Le refus de l’image peut se faire plus radicale, il y a alors négation de la situation, emploi d’addictifs. Instrumentalisation de la relation pour s’assurer un sentiment de puissance. L’identité du sujet peut aller jusqu’au dédoublement entre une identité réelle et une identité virtuelle (Goffman, Stigmates). Mais une fois les masques tombés apparaît la résignation, la passivité sociale ou la surenchère dans l’échec (comme mode hallucinatoire de maîtrise d’un destin) avec en point d’orgue le complexe du Phénix (p.125), et la fuite en avant vers le malheur.

15 DE LA BOÉTIE, E., 1976, Ibid.

16 ABENSOUR, M., 1999, p.32, « Hannah Arendt : La critique du totalitarisme et la servitude volontaire », in : ENRIQUEZ, E., dir. , Le goût de l’altérité, Paris, Desclée de Brouwer, Sociologie clinique, pp.29-52.

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540