Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

SDF, sans-abri, itinérant

 | 
Pascale Pichon

Troisième partie. Enquêter : reflexivite et implication du chercheur

Chapitre 9 : Combiner les méthodes et les points de vue. De l’enquête statistique au journal intime d’Albert Vanderburg

Maryse Marpsat

Texte intégral

  • 1 Voir en encadré l’exemple de Jean-Marie Firdion, avec lequel j’ai travaillé plus de dix ans dans l (...)

1L’illusion biographique (Bourdieu, 1986) et la construction a postériori, auxquelles on risque de se laisser aller lorsqu’on tente de retracer ce qui est à la fois démarche de recherche et trajectoire professionnelle, pourraient m’amener à présenter mes travaux sur les personnes sans domicile comme l’aboutissement inéluctable de mon parcours. Bien d’autres chemins auraient pu me mener à la même destination1, et cette même trajectoire aurait pu me conduire bien ailleurs ; pourtant, ces travaux sur les sans domicile s’insèrent dans la logique de mon parcours professionnel.

Un parcours entre statistique, sociologie et démographie

  • 2 Il s’agissait d’une habilitation à diriger des recherches en sociologie, soutenue en 2007 avec un (...)

2Les investigations sur les personnes sans domicile ne sont pas les premières que j’ai conduites ; le métier de chercheur à l’Institut national d’études démographiques (INED) et au laboratoire de recherche « cultures et sociétés urbaines » du Centre national de recherche scientifique (CNRS), situation dans laquelle je me trouvais au moment de ces travaux, a succédé à ceux d’enseignante dans l’Éducation Nationale et de statisticienne-économiste à l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Ainsi, ma formation initiale couvrait les mathématiques et les statistiques, et bien que l’approche sociologique me parût souvent indispensable, je n’ai acquis un diplôme de cette discipline que sur le tard2. Dans mon premier poste à l’INSEE, au début des années 1980, j’ai réalisé une étude historique de l’assistance aux chômeurs secourus des années trente, reposant sur des données d’archives, et modélisé les passages dans cette situation. Dès ce premier travail j’ai ainsi été sensibilisée à l’apport de l’approche historique qui permettait de prendre du recul et de mettre en évidence la construction sociale des catégories ; j’y ai aussi affronté le dilemme entre « conventionnalisme » et « réalisme » dont parle Alain Desrosières, c’est-à-dire la tension qui résulte de ce que les objets dont traite la statistique peuvent être vus à la fois comme réels (préexistant à leur mesure) et comme construits à partir de conventions (Desrosières, 2003 ; Desrosières, 1993 : 21).

3Chargée d’études sur l’urbanisation, j’ai ensuite étudié l’évolution des définitions statistiques des agglomérations et les enjeux de leur mise en œuvre. La responsabilité de l’édition 1990 de la revue Données Sociales m’a permis d’acquérir une vision plus globale du monde social contemporain, et a fini de me convaincre de la nécessité de replacer les trajectoires individuelles dans leur contexte global et d’examiner ensemble des domaines généralement traités séparément. Cette fonction m’a également donné l’exemple d’application d’outils (statistiques) communs à des thèmes différents (travail, genre, pauvreté…) dont chacun requiert des connaissances spécifiques pour être abordé. Enfin, j’y ai mesuré à quel point un travail d’équipe peut prolonger les facultés de chacun et permettre d’aller plus loin ensemble.

4Alors que j’assurais moi-même la responsabilité de cette équipe, j’ai poursuivi des travaux liés à la division sociale de l’espace et travaillé pour la première fois au sein d’une équipe internationale comparant les structures familiales. A cette occasion, j’ai apprécié en quoi le recul géographique (travailler sur les données d’autres pays) permet de remettre en cause l’apparente évidence des catégories nationales. J’ai aussi découvert le plaisir intellectuel d’élaborer des données chiffrées dans des domaines où il en existe peu : les pratiques religieuses, ou les quartiers prioritaires de la politique de la Ville. Mais j’avais aussi le regret de n’avoir pu m’attarder suffisamment sur les catégories mises en œuvre et sur leur construction. C’est ainsi que ma carrière s’est poursuivie dans un organisme de recherche.

  • 3 Nous étions tous deux rapporteurs de ce groupe. Voir l’encadré ci-joint.

5Lorsque j’ai quitté l’INSEE, en juillet 1993, pour rejoindre l’INED et le groupe « sans-abri » du Conseil national de l’information statistique (CNIS), nous avons développé avec Jean-Marie Firdion3 les travaux d’enquête sur les sans domicile, soutenus par une équipe soudée, qui s’était constituée au cours du temps, et dont les membres se complétaient tant par leurs compétences que par leurs personnalités. Devenue responsable du programme de recherche sur les personnes sans domicile et les situations marginales de logement, j’ai pu ainsi conforter mon implication dans la recherche. Le bilan que je peux faire de mes travaux, quinze ans plus tard, met en évidence l’usage de sources, de méthodes et parfois de postures différentes, mais à mes yeux nécessairement complémentaires. Une recherche au long cours n’est pas linéaire, mais procède par allers-retours, reprises, et approfondissements. Je me suis appuyée sur des données statistiques, provenant des enquêtes que nous avons conduites à l’INED, et de l’enquête INSEE qui en a repris la méthode ; sur des entretiens et des observations de terrain ; sur l’étude du journal en ligne d’un sans domicile américain, Albert Vanderburg ; enfin, sur ma participation à plusieurs réseaux de recherche internationaux.

  • 4 Voir ce que dit Gérard Mauger (2005, p. 251) sur les avantages et les inconvénients d’avoir un « h (...)

6Ma position professionnelle pendant ces années de recherche sur les sans domicile avait ses aspects positifs et négatifs. Ancien membre de l’INSEE, je travaillais dans un Institut de démographie et dans un laboratoire de sociologie générale, tout en conservant des relations avec mon administration d’origine. Ces trois institutions fonctionnant avec des objectifs et des modèles d’excellence différents, j’ai analysé ailleurs les avantages et les inconvénients de cette situation (Marpsat, 2007). En m’appuyant sur l’analyse que fait Schütz de l’étranger et du homecomer, j’ai essayé de montrer en quoi la position « marginale » au sens de Park (c’est-à-dire au bord de plusieurs univers, à la fois dans tous mais dans aucun complètement) est favorable à l’étude des situations frontières4.

  • 5 Cf K. Popper : avant de déconstruire scientifiquement les pré-notions et autres évidences collecti (...)

L’enquête statistique et la subjectivité du chercheur
Jean-Marie Firdion
Savoir d’où l’on parle est un exercice utile pour éclairer les choix théoriques et méthodologiques à l’œuvre dans tout travail de recherche. Il s’agit dès lors de préciser son origine sociale, ses valeurs, ses croyances, ce qui peut paraître surprenant puisque les chercheurs sont sensés parler des personnes sans domicile, c’est-à-dire des autres, et même du « tout autre » (le sans domicile face à celui ou celle qui possède un domicile). Cependant, parler des autres, c’est aussi parler de soi, car « on ne peut parler des autres, ou à propos des autres (ce qu’on appelle les objets sociaux et qui sont l’objet d’un discours construit) sans du même coup parler de soi d’une certaine manière » (Sayad 1996 : 7). Or, « la relation du sociologue à [soi]-même n’est pas aussi neutre ou aussi neutralisée qu’on aime le croire et le proclamer pour se conformer à l’exigence d’objectivité » (Ibid : 7), ce qui donne du sens à la description des éléments personnels et biographiques du chercheur. Ceux-ci permettent de resituer la posture scientifique (théorique et pratique) du chercheur par rapport à son vécu singulier : « ce qui est dit prend sa pleine signification qu’à la condition que je sache ce qui me fait dire ce que je dis des autres ou à propos des autres » (Ibid : 8), puisqu’il y a inévitablement rencontre entre des dispositions profondes (culturelles, sociales) et des structures objectives (scolaires, universitaires, de la recherche, etc.) avec des effets de domination ou de renforcement, et des stratégies sociales et professionnelles en interaction avec celles-ci.
Le jeu de la rhétorique avantage les agents sociaux sachant parfaitement maîtriser le langage savant et académique par une forme d’administration de la preuve qui clôt le débat sans pour autant correspondre à une démarche scientifique valide. Les sociologues mobilisés au cours d’une recherche peuvent appartenir à des univers théoriques sensiblement différents : Durkheim, Weber, Bourdieu et Goffman…. « Penser avec, penser contre » selon la formule de l’historien Gérard Noiriel (2003) permet d’emprunter aux uns et aux autres pour se frayer sa propre voie.
Parce que j’ai vécu dans un milieu social pauvre, parce que j’ai vécu la honte d’être pauvre, je considère la connaissance comme un instrument de lutte contre l’injustice, et comme un instrument de promotion sociale dans le sens où elle permet de se libérer du sentiment d’infériorité, et de mieux combattre l’humiliation. Le passé de certains chercheurs, militants politiques et associatifs, laisse une empreinte lisible, pour d’autres moins perceptible. Malgré tout, ce passé est présent, même au travers d’un rapport esthétisant ou prétendument désintéressé à la connaissance. Le « je » paraît être le passage obligé pour exprimer l’irréductibilité subjective de la position de recherche. Si « je » me veux, par exemple, héritier de la Révolution de 1789, attaché aux valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité de la République, « je » peux chercher à travers mes travaux à dévoiler (to unmask) les processus socio-économiques à l’œuvre qu’ils soient de l’ordre de la domination, des inégalités, des injustices, en me détachant des perceptions de sens commun, même si ces dernières sont utiles à la construction des problématiques de recherche5. Considérer les phénomènes sociaux comme relevant d’une construction sociale, au sens de Ian Hacking (1999), peut également m’aider à adopter « un point de vue sur les points de vue » (Bourdieu, 1980), et donc mettre à distance un habitus de classe, donnant à voir l’autre dans une mise en perspective sociale et historique. C’est ainsi, au croisement des subjectivités des chercheurs, la mienne et celle des autres, que s’est inscrite la recherche sur les personnes sans domicile.

Le sel du métier de statisticien

7Tout d’abord, pourquoi parler de « sans domicile » et non de sans domicile fixe ou de SDF ? D’une part, pour ne pas reprendre un terme très médiatisé qui portait donc en lui des représentations sur lesquelles nous n’avions aucun contrôle. D’autre part, pour centrer la recherche sur les personnes qui n’ont pas de domicile, indépendamment de sa « fixité ». Ainsi nous n’avons pas traité du cas des gens du voyage ou des forains, pourtant désignés comme sans domicile fixe dans les règlements préfectoraux.

8Dans mes travaux interviennent plusieurs définitions des sans domicile, qui adoptent des points de vue à la fois différents et proches, correspondant chacun à un moment de la recherche. Pour réaliser des opérations statistiques, la définition retenue a été celle des « sans domicile au sens restreint », les personnes qui dorment dans un service d’hébergement ou un lieu non prévu pour l’habitation. Cette approche présente des points communs avec la définition que Simmel donne des pauvres : des personnes considérées par la société comme possédant un certain attribut, et à l’égard de qui la société adopte collectivement une certaine attitude. Ainsi, pour Simmel, « Ce n’est qu’à partir du moment où ils sont assistés – ou peut –être dès que leur situation globale aurait dû exiger assistance, bien qu’elle n’ait pas encore été donnée – qu’ils [les pauvres] deviennent membres d’un groupe caractérisé par la pauvreté. Ce groupe ne demeure pas uni par l’interaction de ses membres, mais par l’attitude collective que la société, en tant que tout, adopte à leur égard » (Simmel [1908], 1998 :98). Définir les sans domicile comme ceux qui sont assistés comme tels par les services d’aide, ou que ces services cherchent à joindre sans y parvenir, correspond donc à l’approche de Simmel tout en étant très proche de la définition statistique précédente.

9A un autre moment de la recherche, ces situations ont été interprétées comme le produit d’une interaction entre celui qui désigne et celui qui est objet de la désignation. Par exemple, on devient sans domicile non pas au moment où l’on perd son logement, mais lorsqu’on se voit désigné comme tel et qu’on réagit à cette désignation. Ainsi, par la suite, dans l’analyse de la vie d’Albert Vanderburg et de sa situation à la rue – je reviendrai sur les conditions et les résultats de ce dernier travail – j’ai montré comment une personne sans logement devenait un sans domicile à l’issue d’une série d’épreuves à la fois matérielles et relatives à l’image de soi.

10Si, à certains moments de mon parcours de recherche, j’adopte la position selon laquelle la mesure reflète une certaine réalité, la tension entre « conventionnalisme » et « réalisme », dont Alain Desrosières considère qu’elle « fait le sel du métier de statisticien », est toujours présente : une partie des travaux que j’ai réalisés dans le cadre d’un réseau de recherche européen6 a porté sur l’aspect conventionnel des définitions statistiques des sans domicile, tel qu’il apparaît lorsqu’on compare les définitions utilisées dans les rapports officiels de plusieurs pays utilisant des données quantitatives. En particulier, les politiques publiques et leur mise en œuvre ont joué un rôle important dans la définition des frontières des catégories, et on ne peut comprendre leur tracé sans prendre en compte le contexte historique et national de leur constitution.

11Par ailleurs, l’étude des situations collectivement désignées comme « en marge » éclaire les situations qu’on peut qualifier de centrales, normales ou ordinaires, et pose la question de ce que signifie l’ordinaire, la norme ou le centre. Se référant à l’expérience concentrationnaire, Michel Pollak considérait que « toute expérience extrême est révélatrice des constituants et des conditions de l’expérience « normale », dont le caractère familier fait écran à l’analyse » (Pollak, 2000 : 10). C’est en regardant simultanément le centre et la marge, ou la « normalité » et l’expérience « extrême », que l’on peut comprendre la genèse et les conséquences de ces situations de marge, ainsi que ce qui en fait la particularité. Si avoir ce point de vue englobant conduit à tenir compte de facteurs contextuels tels que le marché de l’emploi et du logement, les politiques sociales et les grandes évolutions internationales (conflits, migrations, mondialisation de l’économie), le travail sur les sans domicile interroge aussi sur la signification que chacun donne au logement, au-delà de son aspect matériel, et sur son rôle dans la construction de l’identité de la personne et son maintien ; et pose question sur ce qui, dans nos sociétés occidentales riches, fait qu’une personne ne peut plus ou, dans certains cas, renonce à retrouver un logement.

Le nombre, la trajectoire, le contexte

12Au tout début des travaux statistiques sur les sans domicile, les questions qui revenaient régulièrement dans les médias, parmi les associations et les administrations, portaient essentiellement sur leur nombre. La composition de la population, les trajectoires des individus, ou les facteurs structurels influant sur le phénomène apparaissaient secondaires. Contre les représentations courantes – celle d’une personne irréductiblement différente (avec souvent une tendance à « blâmer la victime »), et celle d’un phénomène qui pouvait toucher tout le monde à égalité, indépendamment du milieu social et des ressources – nous avons mis en avant le rôle des facteurs structurels dans l’augmentation du nombre et de la visibilité des personnes sans domicile : fragilisation économique des ménages d’âge actif dans un contexte de tension du marché du logement, mais aussi mouvements migratoires et politiques d’immigration, ou encore évolution de la prise en charge des malades mentaux. Nous avons délibérément replacé les sans domicile dans leurs trajectoires, leur redonnant profondeur et complexité, par opposition à une vision ne tenant compte que de la situation immédiate.

  • 7 Ces grands centres anonymes, gratuits et sans contrepartie, offrent un confort réduit au minimum e (...)
  • 8 Voir également Teisonnières, 1993 ; Pichon, 1995, 2008.

13L’un des principaux résultats de nos travaux est d’avoir rendu manifeste la hiérarchie des services aux sans domicile, correspondant à une hiérarchisation des personnes aidées. On sait aujourd’hui qu’entre des petits centres d’hébergement, où les personnes hébergées bénéficient du soutien de travailleurs sociaux en contrepartie de leur engagement dans un projet « d’insertion », et les grands asiles de nuit pouvant abriter plusieurs centaines de personnes7, toutes les situations intermédiaires existent. Or, l’entrée dans tel ou tel type d’hébergement repose sur des principes de classification par rapport à l’emploi, au profil démographique, au « projet », et à l’équilibre général du centre. Au bout d’un certain temps, les sans domicile eux-mêmes intériorisent ces critères et ne s’adressent qu’aux services susceptibles de les recevoir. A cette hiérarchie des centres d’hébergement8 correspond donc une hiérarchie des personnes (Soulié, 2000 ; Marpsat, Firdion, 2000b).

  • 9 Nous avons également mis au point des procédés pour étudier les défauts de couverture de ces enquê (...)

14Nos travaux ne se sont pas limités à ces apports de connaissance. Nous avions pour mission de mettre au point une méthode d’échantillonnage aléatoire des personnes sans domicile, susceptible d’être reproduite dans une enquête nationale. Nous avons ainsi réalisé deux enquêtes auprès des personnes utilisatrices des services aux sans domicile : l’une en 1995, auprès de personnes âgées de 18 ans ou plus, fréquentant les services d’hébergement et les lieux de distribution de repas à Paris ; l’autre en 1998, auprès de jeunes de 16 à 24 ans, fréquentant les mêmes types de service ainsi que les lieux d’accueil de jour, dans Paris et sa première couronne. Notre équipe a de fait été associée à la conception de l’enquête nationale de l’INSEE de 2001, reprenant la méthodologie que nous avions mise au point (Marpsat, Firdion, 2000a, chapitre 5)9.

The Panther’s Tale, le journal intime d’Albert Vanderburg

15Au début de l’année 2001, je rédigeais un rapport un peu austère, destiné au Plan urbanisme, construction et architecture (PUCA) dans le cadre de son deuxième appel d’offres10. Une partie de ce rapport traitait d’un système informatique permettant d’enregistrer les personnes prises en charge dans les centres d’hébergement des États-Unis (le système ANCHOR). Comme je désirais savoir ce que pensaient de ce système complexe les responsables des centres, je consultai sur Internet les archives d’un groupe de discussion américain sur le thème des sans domicile. Ce faisant, je repérai un message signé Albert the Panther (Albert la Panthère). Au milieu de tous ces participants sérieux, cette signature m’intrigua et piqua ma curiosité. La lassitude de la consultation des commentaires sur le système informatique aidant, j’allai visiter le site d’Albert Vanderburg, dit La Panthère11, un site essentiellement composé de son journal intime, The Panther’s Tale. L’analyse de ce journal en ligne s’est inscrite dans la partie plus qualitative de mes travaux.

16Après la perte de son emploi, Albert quitte son appartement en octobre 1997, à l’âge de 57 ans, et se retrouve sans logement dans la ville d’Honolulu. Il tient son journal régulièrement jusqu’en 2007, plusieurs fois par semaine, une constance rare pour un journal en ligne. Sans doute parce qu’il avait longtemps exercé des emplois de bureau où il utilisait l’informatique, il maniait avec aisance cet outil. Il écrivait depuis les ordinateurs en libre service sur le campus de l’Université d’Hawaï, où il passait une partie importante de ses journées à lire dans un coin retiré.

  • 12 Albert a été longuement malade, il n’utilise plus Internet et depuis fin 2006, je n’ai plus que de (...)

17Nous nous écrivons par email plusieurs fois par semaine, jusqu’à sa disparition de la Toile12. Nous conversons sur des thèmes très divers : ancien artiste-peintre, Albert s’intéresse au monde de l’art et nous échangeons par exemple sur l’Art Brut, dont il connaît l’un des protagonistes américains, Alfonso Ossorio. D’autre fois, je lui raconte certains événements qui peuvent lui paraître exotiques, comme le passage à l’euro ou la technique de la traduction simultanée dans les réunions européennes auxquelles j’assiste. Quant à lui, il m’envoie des adresses de sites dont il pressent qu’ils m’intéresseront, il relaie les échos de la perception américaine de la France, comme l’élection d’un maire socialiste à Paris ou le résultat du premier tour des élections présidentielles en avril 2002. Nous discutons aussi de ses conditions de vie et de celles que rencontrent les sans domicile parisiens, mais aussi ceux d’autres pays où je suis alors amenée à me rendre. Enfin, nous nous rencontrons en juin 2003, à l’occasion d’une conférence à Honolulu à laquelle je participe, puis deux autres fois après la parution de notre ouvrage (Marpsat, Vanderburg, 2004).

18Les relations épistolaires avec Albert sont longtemps restées assez peu professionnelles. Je ne faisais pas d’utilisation professionnelle directe de son journal, même si mon métier a sans aucun doute orienté certaines de mes questions, et si ses réponses et le contenu de son journal ont pu avoir un impact sur ma façon de percevoir l’objet de mes recherches. Ce n’est que bien plus tard, en 2002, que j’ai pensé écrire un livre avec lui, car je ne voyais pas d’autre façon de faire connaître son journal au public français. Avec une grande générosité, Albert m’a autorisée à utiliser son journal et tous ses autres textes. Il a relu l’ensemble du manuscrit que j’avais traduit pour lui dans un anglais approximatif.

19En décrivant jour après jour la vie d’Albert depuis la perte de son logement, ce journal permet de comprendre « de l’intérieur » la situation matérielle et morale des personnes sans domicile, et les obstacles qu’elles ont à affronter. Il permet aussi de dépasser les représentations courantes concernant les sans domicile, de percevoir la diversité de leurs trajectoires avant et après la perte du logement, et la complexité de leurs besoins, qui ne sont pas réduits aux seuls aspects matériels. L’utilisation de ce journal s’inscrit sur le fonds de connaissances constitué au cours des dix années précédant la rédaction de l’ouvrage. Ces connaissances permettent de mettre en évidence les spécificités du parcours d’Albert et ce qui le rapproche des autres sans domicile. Son expérience n’est pas isolée ; sa trajectoire particulière est enchâssée dans des trajectoires collectives. Pour reprendre les termes de Philippe Lejeune, « l’objet du discours est quelque chose qui dépasse de beaucoup l’individu, c’est l’histoire des groupes sociaux et historiques auxquels il appartient ».

20Qu’on utilise des méthodes quantitatives ou qualitatives, on est conduit à nuancer l’observation selon laquelle les sans domicile s’adaptent aux conditions de vie dans la rue, et font l’apprentissage des moyens d’y survivre. En effet, tous ne sont pas également dotés pour cette adaptation et cet apprentissage. Pour assurer sa survie physique et morale, chacun opère un « bricolage » entre l’aide institutionnelle, la « débrouille », le travail, et la solidarité de la famille et des amis. Ce bricolage varie selon les atouts et les handicaps de chacun. Mais les personnes sans domicile sont à la merci de contraintes nombreuses et qui évoluent : certaines adaptations sont régulièrement remises en question, ce que montre de façon exemplaire le parcours d’Albert.

D’un pays à l’autre

21A plusieurs reprises, l’étude d’autres contextes nationaux m’a permis de prendre du recul par rapport à la situation socio-économique et politique française et à la façon dont était analysée la question des sans domicile dans notre pays : tout d’abord, lorsque nous avons fait un bilan des travaux statistiques étrangers, et en particulier américains, comme préalable à la mise au point de notre méthode d’échantillonnage ; puis lorsque j’ai replacé ce que décrivait Albert dans le contexte de son pays, les États-Unis ; enfin lors de ma participation à plusieurs groupes internationaux.

  • 13 Financé par la Commission Européenne, ce réseau a rassemblé sept pays : le Danemark, l’Espagne, la (...)

22Entre 2003 et 2006, le réseau européen Constructing Understandings of Homeless Populations13 n’avait pas pour objectif d’établir de strictes comparaisons entre pays, mais plutôt de mettre en commun les connaissances et de discuter les définitions retenues, les méthodes (quantitatives ou qualitatives), les fondements théoriques dans chaque pays, en les mettant en relation avec les diverses politiques sociales et les conditions dans lesquelles se déroule la recherche. Son originalité a été d’associer ces préoccupations méthodologiques à une série d’échanges avec les associations nationales qui participaient à certaines réunions, ce qui m’a permis de constater la diversité de l’organisation du réseau associatif et des relations entre chercheurs et associations (ces dernières pouvant être éloignées de la recherche, ou au contraire partenaires, voire commanditaires).

  • 14 Au sens que Saskia Sassen (1991) donne à ce terme, c’est-à-dire caractérisées par leur grande tail (...)
  • 15 Commencée en février 2001, l’étude est actuellement au stade de la rédaction finale (The Sidewalks (...)
  • 16 Une ou plusieurs enquêtes statistiques par ville préexistaient au projet, en dehors de Saõ Paulo o (...)
  • 17 Une trentaine d’entretiens approfondis ont été réalisés dans chaque ville, avec un guide d’entreti (...)

23Dès 2001, le réseau de chercheurs travaillant dans ces villes qualifiées de globales14 – Los Angeles, Paris, Saõ Paulo, et Tokyo15 – s’est interrogé quant à lui sur la validité d’une explication de l’apparition des sans domicile, entendue comme l’une des conséquences de la mondialisation de l’économie sur les grandes villes. Les quatre équipes nationales, composées de spécialistes de différentes disciplines (anthropologie, démographie, économie, sociologie, travail social…) analysent des données au statut très différent : enquêtes statistiques16, données d’archives ou administratives, entretiens17, observations de terrain ; et à différents niveaux d’échelle : individuel, local, national.

24Ainsi, quatre grands thèmes permettent de dresser un panorama assez complet de la vie des sans domicile replacée dans son contexte. Comparée à celle des personnes disposant d’un logement, la description socio-démographique des sans domicile permet d’analyser la variation d’une ville à l’autre des écarts entre logés et sans domicile. Les comportements d’adaptation et de résistance de ces derniers passent par l’organisation matérielle, le bricolage des ressources entre emplois réguliers, prestations sociales, aides publiques ou privées, « petits boulots », ou « débrouille », mais aussi par les formes de sociabilité dans la rue, et certaines formes individuelles de résistance au stigmate, comme l’ironie ou l’adoption d’un système de valeurs différent du système dominant. Le traitement de la question des sans domicile dans chaque ville (entre répression, assistance et détention de droits) s’articule avec la façon dont eux-mêmes et les militants qui les soutiennent essaient d’influencer les politiques qui les concernent. Enfin, sont examinés le contexte local et mondial, les facteurs spécifiques à la ville ou au pays, et les facteurs mondiaux qui peuvent expliquer les difficultés d’accès à l’emploi et au logement (marché du travail, flux migratoires à l’intérieur du pays et entre pays, modifications de la politique sociale, grands changements économiques et politiques, marché du logement, transformation d’espaces urbains autrefois marginaux en espaces centraux).

  • 18 Voir aussi le dossier sur « l’anachronisme des séries longues », présenté par Florence Weber dans (...)

25Tenter de comparer des résultats statistiques entre différents pays, comme entre différentes époques, renvoie à la notion de convention d’équivalence (Desrosières18, 2003). Cela revient à postuler « la permanence dans le temps, ou l’identité dans l’espace, d’objets dont l’existence est logiquement antérieure aux procédures de mesure ». Dans le cas des personnes sans domicile, cela revient aussi à postuler l’identité dans l’espace de catégories qui ont été construites à travers des politiques sociales différentes, postulat hasardeux pour des sociétés très différentes comme le Brésil et le Japon, et finalement tout autant pour des sociétés qu’on peut penser proches comme les États-Unis et la France.

  • 19 A la différence de ce qui se passe au Royaume-Uni, par exemple, où les situations de violence dome (...)

26Respecter les particularités de chaque pays oblige à ne pas dissimuler les différences en important sauvagement une définition qui, pour les pays d’origine, correspond à une construction sociale, à des négociations et à des compromis sur les termes qui n’ont pas de sens ailleurs. Ainsi, dans les quatre pays considérés, l’usage de la catégorie statistique homeless débute localement, aux États-Unis, au milieu des années 1970 et se diffuse dans les années 1980, les mouvements militants et les recherches aboutissant au Mc Kinney Homeless Assistance Act en 1987. Les « centres d’hébergement pour sans domicile » (shelters) sont pour l’essentiel ceux qui sont financés au titre de cette loi. En France, le début des années 1990 a vu à la fois de nombreuses études sociologiques et ethnographiques, en particulier celles impulsées par le Plan Urbain, la loi Besson sur le droit au logement, et la constitution du groupe « sans-abri » du CNIS (1993) qui a donné lieu aux premières enquêtes statistiques représentatives des personnes sans logement. Au Japon, avant le milieu des années 1990, il arrivait que des personnes dorment à l’extérieur, autour de la Yoseba (le marché au travail à la journée), mais on considérait que c’était un problème temporaire de manque de travail. Lorsque des personnes ont commencé à dormir dans d’autres parties de la ville, parcs ou gares, et à devenir ainsi plus visibles, alors les autorités locales ont commencé à se préoccuper de cette situation, et des mouvements de soutien se sont formés. En 2002, une loi a été votée, dont le but déclaré était que les personnes sans domicile puissent subvenir à leurs propres besoins en retrouvant au plus vite un emploi. Au Japon, la définition des sans domicile a tendance à être limitée aux plus visibles d’entre eux, ceux qui dorment dehors. Mais la question des sans domicile « invisibles » commence à être considérée comme préoccupante. Autre cas, celui du Brésil, qui connaît depuis longtemps des formes de logement précaire, et pose une question intéressante quant à la genèse d’une nouvelle catégorie, celle des moradores de rua, littéralement des habitants de la rue. Adopter comme « définition commune » celle de « sans domicile au sens restreint » n’a donc été in fine qu’une tentative de compromis, possible du fait que dans les pays concernés, les définitions locales portent uniquement sur la situation de logement et non par exemple sur les caractéristiques du ménage19. Cela n’empêche pas les difficultés de surgir lorsqu’il s’agit d’établir d’autres équivalences, comme celle entre les « services d’hébergement » de pays différents.

27Ces diverses situations, parfois inconfortables, où nous avons tenté de « comparer l’incomparable » m’avaient laissé une insatisfaction. Il me semblait que les conditions différentes de production de la recherche dans chaque pays auraient dû être étudiées en préalable à tout travail de comparaison (financement, relations avec l’État et les associations, choix ou imposition du thème…), car les résultats en dépendent en partie. C’est l’objet de la réflexion commune rapportée dans cet ouvrage.

Notes

1 Voir en encadré l’exemple de Jean-Marie Firdion, avec lequel j’ai travaillé plus de dix ans dans le cadre du programme de recherche de l’INED sur les personnes sans domicile et mal logées.

2 Il s’agissait d’une habilitation à diriger des recherches en sociologie, soutenue en 2007 avec un mémoire ayant pour titre : Explorer les frontières. Recherches sur des catégories « en marge », http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1301/publi_pdf1_145.pdf.

3 Nous étions tous deux rapporteurs de ce groupe. Voir l’encadré ci-joint.

4 Voir ce que dit Gérard Mauger (2005, p. 251) sur les avantages et les inconvénients d’avoir un « habitus structurellement décalé ».

5 Cf K. Popper : avant de déconstruire scientifiquement les pré-notions et autres évidences collectives par une démarche de réfutation.

6 CUHP (Constructing Understandings of Homeless Populations, http://www.cuhp.org).

7 Ces grands centres anonymes, gratuits et sans contrepartie, offrent un confort réduit au minimum et la sécurité n’y est pas toujours assurée. Il reste à voir si le Plan d’action renforcé en faveur des sans-abri, et l’apparition des centres de stabilisation, modifieront substantiellement cette hiérarchie des centres.

8 Voir également Teisonnières, 1993 ; Pichon, 1995, 2008.

9 Nous avons également mis au point des procédés pour étudier les défauts de couverture de ces enquêtes : les personnes qui sont dans le champ visé mais pas dans le champ atteint. Toutes ces enquêtes ont donné lieu à de nombreuses publications.

10 « Les ‘SDF’, représentations, trajectoires et politiques publiques », 1999.

11 http://www.lava.net/~panther/tale.html

12 Albert a été longuement malade, il n’utilise plus Internet et depuis fin 2006, je n’ai plus que des nouvelles indirectes et rares de lui lorsqu’il téléphone à une amie et lui demande de m’envoyer un message.

13 Financé par la Commission Européenne, ce réseau a rassemblé sept pays : le Danemark, l’Espagne, la France, la Hongrie, l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. J’en ai assuré la coordination avec la collaboration d’Efi Markou et l’appui de l’équipe de l’INED.

14 Au sens que Saskia Sassen (1991) donne à ce terme, c’est-à-dire caractérisées par leur grande taille, leur rôle de centre de commande ou de nœud de réseau, la concentration de certains types d’activité, etc. Les coordinateurs américains du projet ont choisi des villes situées dans différentes parties du monde, et de cultures différentes, afin de mettre à jour l’existence éventuelle de constantes dans la vie des sans domicile au-delà des spécificités culturelles de chaque ville.

15 Commencée en février 2001, l’étude est actuellement au stade de la rédaction finale (The Sidewalks of Globalization, Presses Universitaires de Chicago, sous la direction de David Snow).

16 Une ou plusieurs enquêtes statistiques par ville préexistaient au projet, en dehors de Saõ Paulo où l’équipe brésilienne a dû procéder à quelques investigations complémentaires. En Franceet aux États-Unis, des enquêtes nationales permettent aussi de comparer les sans domicile de la ville étudiée à ceux du reste du pays.

17 Une trentaine d’entretiens approfondis ont été réalisés dans chaque ville, avec un guide d’entretien commun.

18 Voir aussi le dossier sur « l’anachronisme des séries longues », présenté par Florence Weber dans Genèses, n°9, 1992, où des arguments concernant les comparaisons dans le temps dans un même pays peuvent être repris à propos des comparaisons à une même époque entre pays différents.

19 A la différence de ce qui se passe au Royaume-Uni, par exemple, où les situations de violence domestique sont considérées comme faisant partie des situations de homelessness.

Auteur

Maryse Marpsat, statisticienne et sociologue, chercheuse associée au centre Maurice-Halbwachs et à l’INED, administratrice de l’INSEE.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540