Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

SDF, sans-abri, itinérant

 | 
Pascale Pichon

Troisième partie. Enquêter : reflexivite et implication du chercheur

Chapitre 8 : de l’action collective à une sociologie des épreuves

Bernard Francq

Texte intégral

1Comment rendre compte d’un parcours de recherche dont les premiers pas avaient consisté à interroger la manière dont les politiques sociales s’étaient constituées en Belgique (Francq, 1982) et la nature des dispositifs préventifs (Francq, 1983), notamment en matière de protection de la jeunesse ? Après un long parcours sur le déclin du mouvement ouvrier et les transformations du syndicalisme, j’ai décidé en 1995 de me lancer dans un programme de recherche centré sur la vie en ville.

Un parcours de recherche

2L’enjeu de ce programme consistait à interroger le présent de la vie en ville au-delà des comptes-rendus plus généraux concernant les processus urbains diversement qualifiés –mutations, transformations, évolutions, changements, variations, bouleversements, rénovations, accélérations, métamorphoses – et s’inscrivant dans l’hypothèse du passage de la ville à l’urbain généralisé (Choay, 1994). Cette interrogation générale ne supposait pas pour moi de renoncer à questionner la place de l’action collective dans les mouvements de protestation des « sans ». Trois étapes marquent ce parcours : une recherche sur les tensions entre différentes catégories de collectifs et d’individus dans un site urbain marqué par un multiculturalisme de façade ; un travail sur une situation-limite, celle du sans-abrisme ; un travail d’observation à l’échelle européenne sur la prégnance de la participation citoyenne dans les politiques urbaines.

3Commencé en 1995, un premier programme de recherche a été développé sur un site (plusieurs quartiers d’une commune bruxelloise) qui était caractérisé par un fort mélange de populations. Ce site avait la réputation d’être la figure emblématique d’un certain multiculturalisme bruxellois. A partir de la méthode de l’intervention sociologique utilisée pour mettre en œuvre la question « est-ce qu’il y a du sujet personnel dans les conduites des acteurs qui ne se résument ni à des effets de contextes ou de milieu ni à des déterminants socio-spatiaux ? », il a été possible de travailler différentes tensions – entre générations, entre isolement social et recherche de soi – qui venaient conforter ce qui est constitutif des variations caractéristiques de la ville aujourd’hui : une combinaison d’incertitudes (Francq, 2003).

4La recherche menée sur le sans-abrisme s’est développée sur un double registre : celui des configurations politiques – politique d’urgence, politique sécuritaire, politique du logement – qui empêchaient le sans-abrisme de devenir une question inscrite sur l’agenda politique ; celui d’une tension peu travaillée – dans le rapport entre égalité et différence – au sein de ce qui se présentait comme pratique innovante, qu’elle soit de « bas seuil » pour reprendre le vocabulaire de l’intervention sociale ou qu’elle travaille la reconnaissance d’une marginalité assumée. La ville y occupait un rôle tout à fait intéressant sous forme de ce que Park appelait une « région morale » (Park, 1926) et que nous qualifions de « localisme anti-proximité » (qu’il s’agisse des SDF, des résidents en camping, des squateurs) dans la mesure où ce localisme combine ce qui qualifie le mieux la contrainte vis-à-vis du pauvre ou du marginal, soit le triptyque « incapacité, proximité, docilité ». En même temps, cette recherche permettait de réinterroger différentes lectures de l’action collective.

  • 1 La participation occupant une place centrale dans la société industrielle, de l’atelier au syndica (...)
  • 2 La distance est majeure entre la précarité de masse dans le quartier Fiat-Mirafiori à Turin et la (...)

5Le travail d’observation sur la participation citoyenne – dans le cadre de deux réseaux de ville participant au programme européen Urbact – a été l’occasion de reprendre à nouveaux frais un thème déjà largement balisé1, à tout le moins pour un sociologue du travail. Ici, d’emblée, la difficulté était de se donner des points de comparaison sur ce que produisait ou non les appels à la participation dans des contextes urbains variés2. Une interrogation persistante traversait ces observations : au-delà de la préoccupation politique de « faire quelque chose pour enrayer la décomposition urbaine », comment les gens cohabitent-ils ? Sur quels modes : celui de la coexistence, de la coprésence, de « la différence indifférente » (Grafmeyer, 1991), celui de la communauté, du réseau ? La proximité était ici aussi mise à l’épreuve : comme appel au « vivre ensemble », comme souhait de la cohabitation, comme espoir de la vi(ll)e ensemble.

Retour sur une enquête difficile

  • 3 Deuxième programme de recherche et d’expérimentation : « Les « SDF », représentations, trajectoire (...)

6C’est dans le cadre du programme du PUCA3 que la recherche sur le sans abrisme a été réalisée, cofinancée par le Ministère des affaires sociales de la Région wallonne. Cette recherche prenait comme point de départ l’année 1995, année de parution du Rapport général sur la pauvreté. En effet, qu’est-ce qui avait changé depuis 1995 et la « honte des pauvres » ? C’est cette question à laquelle a cherché à répondre la recherche dont l’objectif était, à partir de la rencontre de différents projets novateurs développés sur le terrain, d’évaluer les conditions de la participation des personnes concernées, l’impact effectif des processus de concertation et l’existence ou non d’espaces-temps d’expérimentation pour le développement de pratiques innovantes. Il s’agissait aussi de repérer les difficultés et les tensions qui traversaient ces processus. Pour ce faire, une attention particulière fût portée aux actions collectives qui s’étaient développées – depuis 1990 – dans la foulée de différentes mobilisations pour l’obtention du minimex de rue.

7Pour répondre à ces objectifs, il s’est agi d’observer une vingtaine d’initiatives ayant vu le jour, principalement en milieu urbain, en Wallonie et à Bruxelles et de se donner un cadre d’observation qui permette de saisir ce que recouvre le terme polysémique d’innovation. La définition opérationnelle de l’innovation était formulée de la manière suivante : à côté des réponses apportées de longue date, notamment par des structures et des acteurs plus « traditionnels » du secteur de l’aide aux personnes sans-abri (Centre Public d’Aide Sociale, Maisons d’accueil, logement d’insertion, etc.), l’innovation concerne des acteurs institutionnalisés ou organisés de manière informelle qui mettent en œuvre, soutiennent ou sollicitent des démarches, des actions, des projets originaux répondant à des besoins peu ou pas encore rencontrés, associant des personnes sans-abri dans une dynamique participative, s’appuyant sur certaines de leurs compétences et privilégiant une approche collective.

8Le choix des opérateurs a été dicté par le caractère relativement innovant de la démarche initiée, des projets développés, de la pédagogie ou des modes d’action mis en œuvre. Ces quatre critères renvoyaient tous à la place centrale prise et/ ou accordée aux personnes sans-abri. Ils pouvaient s’appliquer à des opérateurs, des pratiques, des projets qui voyaient le jour soit dans le cadre de structures publiques, soit dans un contexte associatif plus ou moins institutionnalisé, soit à partir d’initiatives informelles émergentes (qui viennent des personnes elles-mêmes) plus ou moins organisées, soutenues, accompagnées, soit encore dans une dynamique de partenariat.

  • 4 Des rencontres ponctuelles avec les personnes-ressources, nous avons pu avoir une vision d’ensembl (...)

9Une vingtaine d’expériences ont été étudiées avec une méthode d’approche qui conjuguait deux axes de travail : un axe horizontal constitué de l’ensemble des contacts avec les différents opérateurs sélectionnés en Wallonie et à Bruxelles4 ; un axe vertical qui concernait les initiatives développées ou soutenues par différentes associations ou institutions publiques. Les angles d’approche de ces initiatives constituaient en quelque sorte un vivier pour la démarche de recherche et autorisaient un travail plus approfondi, dans la durée, avec certaines d’entre elles. Dans cette collaboration avec des acteurs de terrain, il y avait là l’opportunité de creuser certaines questions forces de la problématique

10Ce dispositif de recherche a rencontré nombre de difficultés. Les problèmes ont été de trois ordres. D’abord d’ordre politique : fin 2000, la situation des « sans papiers » a occupé le devant de la scène politique belge ; l’afflux des réfugiés, la suppression de l’aide financière à ces derniers, le faible nombre de lieux d’accueil ont pesé fortement sur les centres d’accueil des sans-abri ; le résultat a été une absence de solidarité, voire des attitudes de rejet des sans-abri vis-à-vis des « sans papiers », population considérée comme concurrente pour l’occupation des places dans les centres d’accueil, pour la distribution de nourritures, pour l’accès à différents services. Tout ceci a eu des répercussions vis-à-vis du travail d’observation mené sur le terrain : difficultés à mener des entretiens, soupçons divers à l’encontre des chercheurs, intolérance manifeste. Plus fondamentalement, l’action collective des sans-abri en a été bouleversée : éclatement et éparpillement du mouvement sous différentes formes. Cette conjoncture a renforcé la négativité qui caractérisait la mobilisation des sans-abri. Dit autrement, nous avons eu l’impression de vivre « la fin de quelque chose » entamé en 1994, et d’assister aux dérives d’une action de moins en moins collective et de plus en plus centrée sur des revendications identitaires. Ce qui nous a amené à réinterroger les lectures que l’on pouvait faire de l’action collective.

11Une deuxième difficulté a été d’ordre historique : le travail de reconstitution de la mémoire du mouvement né en 1994 s’est révélé difficile, les acteurs des mobilisations ayant soit disparu, soit s’étant coupés du mouvement. Le travail d’archives (journaux, communiqués de presse, interviews réalisés à l’époque) nous a permis de reconstituer les différentes étapes de l’action mais il ne nous a pas été possible de réunir les différents partenaires pour les interroger sur la portée de celle-ci en en situant les transformations et les évolutions par rapport à la situation actuelle. Ici aussi, un des problèmes méthodologiques rencontrés a relevé d’une confusion entre un mouvement d’occupation de logements vides – les squateurs – et celui des sans-abri alors même que tout indiquait une distance majeure entre les deux, tant au niveau de l’action que des revendications. Cette confusion a été redoublée par une expression de plus en plus « locale » des actions et des revendications. Autrement dit, si opérations innovantes il y a eu, leur existence avait d’emblée une portée locale qui réduisait considérablement la capacité d’action collective à l’échelon plus général des « droits » au logement ou à l’aide sociale. D’ailleurs les « porte-parole » de ces actions ou innovations mêlaient revendication de reconnaissance institutionnelle de leurs associations et contenu de la mobilisation.

12Enfin, un troisième problème et non des moindres a été d’ordre théorique : la société belge est devenue une société de services tant au niveau de l’éducation que de la santé ou encore de l’action syndicale. Son fonctionnement est basé sur un principe constitutionnel – celui de la « liberté subsidiée » (ce que l’État ne peut faire, il le fait – ou laisse – faire par des associations de toutes sortes) qui a connu ses heures de gloire dans les années soixante à partir des différentes expressions socialistes ou chrétiennes du mouvement ouvrier. Or, un double problème caractérisait ce principe de liberté : d’une part, celui de la faiblesse des capacités évaluatives des actions menées par le biais des associations. Si celles-ci sont tenues de remettre aux services subsidiants un rapport d’activités annuel pour attester de leur action et parfois, plus simplement, de leur existence, aucun usage n’est fait de celui-ci. D’autre part, celui de l’absence d’une interrogation sur la qualité du service qui est offert ou proposé. En effet, la culture associative est centrée sur la forme dominante des relations professionnelles entre les partenaires sociaux (syndicats et associations patronales). Elle continue à s’exprimer sous le triptyque « consultation-concertation-négociation collective » pour reprendre les marques de son action. La relation de service est peu abordée sous la question de la qualité. Le décalage n’en est que plus grand au niveau d’associations qui s’auto-définissent principalement par un accueil dont le contenu renvoie plus à la « bonne volonté » qu’à l’action professionnalisée.

13Lors des entretiens menés avec des sans-abri ou d’anciens sans-abri, nous avons repéré leur attente – inconditionnelle – de lieux où se reposer. Cette expression de lieux de repos était peu prise en compte par les actions innovantes qui étaient plus centrées sur un projet de réinsertion – ou de re-socialisation – des sans-abri que sur les modalités pour créer une « co-production de services », ici des espaces transitionnels. Ceci nous a amené à inventorier les différentes formes de tensions qui sont apparues dans les rapports entre les sans-abri, les « porte-parole » des associations et leurs intervenants sociaux. Ces tensions traversent tant la création – souvent décalée – des institutions d’accueil que les relations entre bénévoles, professionnels et usagers.

La relecture des axiomes de l’action collective

14Les actions dans les campings, les occupations, voire les réquisitions d’immeubles des squateurs, la lutte permanente contre les expulsions dans différentes villes – Bruxelles en particulier –, tout indiquait qu’un répertoire d’action s’était constitué. Un des éléments de base de ce répertoire se situait dans la ligne qu’avait préconisée et pratiquée le Rapport général sur la pauvreté : donner la parole à ceux qui vivent des situations de précarité et d’exclusion afin de comprendre les raisons de leurs choix, entendre les problèmes qu’ils rencontrent et tenir compte de leur avis. La mobilisation a abouti au développement, en divers lieux, d’une série d’initiatives novatrices. Certaines nous ont semblé particulièrement significatives dans la mesure où les sans-abri se sont auto-organisés, ont formulé des propositions et ont été davantage considérés comme participants à part entière. Ces initiatives s’appuient par ailleurs sur les potentialités, la capacité de mobilisation, les savoirs et les savoir-faire des personnes concernées. Elles ont enfin tenté, à partir des vécus individuels, de créer les conditions de passage vers des dynamiques collectives. On peut appréhender et interpréter ces dynamiques dans le cadre de la sociologie de l’action collective et des mouvements sociaux, d’au moins trois manières : du point de vue de la mobilisation des ressources militantes, de la pression institutionnelle et enfin du mouvement social.

– La mobilisation des ressources

15Cette lecture privilégie une action de mobilisation centrée sur une demande de reconnaissance politique : volonté affirmée d’entrer dans le système politique et d’y participer. Elle privilégie une attention portée aux actions menées sous la forme de « coups politiques » ou d’actions démonstratives qui demande le soutien des partis politiques et une possible intégration des leaders en leur sein (ou dans les cabinets ministériels). Elle est plus centrée sur l’analyse des « personnages » porte-parole ou des intermédiaires, passeurs ou médiateurs.

16Ainsi peut-on repérer la stratégie qui consiste à se faire l’écho de la parole de ceux qui vivent les situations de précarité, à les relayer auprès des responsables politiques et sociaux, ce qui permet de structurer des revendications mais aussi des propositions. La grammaire de l’action se formule ici en ces termes : « Avoir l’occasion de s’exprimer publiquement, de recourir aux médias, d’entrer en dialogue avec le politique » (un responsable associatif) afin que son expérience et son expertise soient reconnues auprès des responsables publics mais aussi de la société civile. C’est une manière d’être reconnu comme interlocuteur. Si on ne peut pas parler au sens propre de « délégué » ou de « porte parole », il reste que les possibilités de dialogue avec le monde politique ou le monde administratif, etc. sont considérées par ceux qui les vivent comme particulièrement marquantes. Au-delà de l’aspect collectif fonctionnel de ces démarches (faire entendre les difficultés rencontrées, les propositions élaborées pour y répondre), il y a un élément de valorisation individuelle qui rejaillit sur le groupe mobilisé et, plus largement, sur les pairs et qui s’exprime ainsi : « avoir le droit à la parole, être écouté, reconnu voire entendu, c’est exister socialement » (un responsable administratif). Pour ces militants, c’est une démarche de participation qui constitue en quelque sorte le pallier supérieur des différentes occasions de resocialisation. Dans une perspective de mobilisation collective, elle vise à permettre aux personnes sans-abri de redevenir des acteurs sociaux à part entière : s’informer, se sensibiliser, rencontrer d’autres personnes qui vivent des situations semblables, échanger des expériences et des connaissances, se solidariser entre personnes de différentes régions mais aussi de différentes conditions.

17Cette lecture débouche souvent sur une typologie des mobilisateurs. On peut distinguer au moins trois figures. La première est marquée par une expérience mystique, basée sur un passé religieux ou sur un engagement total. La deuxième se caractérise par une expérience de militantisme ouvrier soit comme travailleur, soit comme prêtre-ouvrier ou encore délégué syndical, ayant développé d’autres « solidarités » au sein des logements sociaux, des comités de locataires. La troisième est constituée par ce que Cécile Péchu appelle les « militants précarisés », « militants pour la plupart personnellement touchés par la précarité » (2001 : 93) et qui, tous, ont fait leurs premières armes au cours de la lutte contre le sans-abrisme. Leur conviction et leur degré de mysticisme ou de pragmatisme varient de l’un à l’autre mais tous oscillent entre une attitude morale de dénonciation du « scandale de laisser des gens à la rue », parfois proche du misérabilisme, et une attitude plus politique, parfois proche du populisme, d’interpellation des institutions politiques et administratives quant à leur « indifférence », leur « bassesse », leur « inutilité ».

18S’il existe une dérive à ces pratiques, c’est celle de l’ambivalence des porte-parole : hommes publics, ils ne cessent de rappeler les recommandations énoncées par les documents officiels comme celles par exemple contenues dans le Rapport général sur la pauvreté. S’il s’agit bien de « donner » la parole à ceux qui vivent des situations de précarité et d’exclusion afin de comprendre les raisons de leurs choix, ou encore d’entendre les problèmes qu’ils rencontrent et tenir compte de leur avis, il n’en reste pas moins que c’est là une posture d’entrepreneur du social qui doit aussi ménager les intérêts de son association pour la faire vivre. Jamais avare de ses heures de travail, toujours de passage, d’une réunion à l’autre, faisant un usage immodéré du GSM, ce type d’entrepreneur représente pour certains la réussite du secteur associatif, parce qu’il en permet la reconnaissance en devenant acteur des politiques locales et globales ; pour d’autres, c’est précisément ce caractère gestionnaire du social qui poserait nombre de problèmes du fait de la recherche constante de reconnaissance institutionnelle au point qu’on ne sait plus vraiment au nom de qui il parle.

– L’action collective comme pression institutionnelle

19Une deuxième lecture prend acte de la pression institutionnelle qui s’est développée par rapport aux pratiques d’information, de consultation et de concertation, cherchant à orienter l’action vers la négociation collective : inscription du problème sur l’agenda politique ; reconnaissance des missions confiées aux associations. Cette forme d’action collective cherche à organiser l’interaction entre les citoyens et le monde politique.

20La pression institutionnelle s’est exercée de manière privilégiée au niveau local lors de la mise en place des dispositifs d’urgence sociale. En effet, c’est principalement dans les villes de plus de 100.000 habitants que les quatre missions de la politique d’urgence sociale se sont déployées : 1) assurer une fonction d’aide urgente afin de répondre aux situations sociales nécessitant un traitement immédiat par une intervention de proximité (l’hébergement ou une aide alimentaire par exemple après un sinistre) ; 2) assurer une fonction d’accueil ou de dispatching afin de relayer les appels d’urgence sociale auprès des services adéquats et, en premier lieu, auprès des antennes sociales du Centre Public d’Action Sociale tout en s’assurant du suivi réservé à ces appels ; 3) assurer une fonction d’information sociale en dispensant tant une information dans le domaine de la sécurité sociale et de l’aide sociale qu’une information sur les ressources potentielles offertes par l’ensemble des services, organismes et institutions œuvrant dans le champ du travail social au sein d’une entité territoriale ; 4) assurer la coordination du dispositif global d’urgence sociale où le Centre Public d’Action Sociale est amené à jouer un rôle actif dans la concertation avec l’ensemble de ses partenaires, notamment par le biais de contrats-conventions et dans le cadre de l’urgence : service de police, Croix-Rouge, Foyer familial, Fonds du Logement, service d’aide aux jeunes, ainsi que d’autres services tels que le service 100, les pompiers, les maisons d’accueil, l’abri de nuit, etc..

  • 5 Par exemple, multipliés par cinq en dix ans dans une ville comme Charleroi.

21L’action initiée par la politique d’urgence devait répondre de façon pragmatique aux situations concrètes et considérer plus globalement et socialement tous les types d’exclusion. Si elle a permis de mettre en place une fonction de veille, enregistrant une augmentation des appels5, il reste qu’elle a produit des effets non voulus : la fonction de dispatching est devenue dominante sans que soit effectuée une évaluation du devenir de la personne accompagnée ni des solutions envisagées. D’une certaine manière, la pression pour que se mette en place une politique d’urgence sociale a produit du « social plat », mettant sur le même pied les appels concernant le décrochage ou les échecs scolaires, les conflits de voisinage, les expulsions ou la perte d’un logement, la perte d’un travail, le surendettement, des problèmes de santé, de violence conjugale, de familles monoparentales. Les problèmes de coordination entre les associations travaillant dans ces différents secteurs en ont été démultipliés et les acteurs ont du se remettre autour de la table pour créer des relais sociaux capables d’organiser la complémentarité et le suivi des actions. Cette logique de l’urgence sociale, que l’on peut qualifier d’interstitielle, a dans le même temps été littéralement envahie par la logique sécuritaire et la logique d’activation à l’emploi où se sont mélangés travail de restauration des droits économiques et sociaux, travail de médiation vis-à-vis des toxicomanes, travail de réinsertion ou de resocialisation pour les sans-abri, coproduction de services sur une base territoriale, coordination administrative sur un mode hiérarchisé ou coopératif, travail d’ancrage spatial de populations à précarités multiples. Au final, la pression institutionnelle a conduit à une dispersion de l’action collective.

– Le mouvement social

22La dernière forme d’action collective est centrée sur un enjeu de lutte qui vise à dépasser la question de la participation et la demande de reconnaissance des associations et des personnes pour faire apparaître la figure exemplaire d’un problème social. Ce sont les mouvements d’occupation de lieux qui ont servi de tremplin à la réalisation d’alliances entre différentes expressions du mouvement : dénonciation de la pauvreté, affirmation du mode de vie des sans-abri, voire révolte contre les appels à rejoindre les structures institutionnelles (lieux d’accueil ou autres centres d’hébergement).

23La volonté de relier la lutte contre le sans-abrisme à d’autres mouvements (marche des chômeurs ; altermondialistes) dans une visée plus large de lutte contre la misère et la précarité apparaît ici comme une sortie possible par rapport à la revendication de reconnaissance de la situation extrême qu’est la « vie du sans-abri ». Dans ce cas, l’action privilégie les interactions entre citoyens à travers des pratiques en réseau. C’est ici que peut être expérimentée une autre manière de faire, plus modeste, plus horizontale, plus proche des personnes. Elle consiste à énoncer les conditions à réunir pour mettre en place des programmes d’action qui s’appuient sur la coopération et la coordination de façon délibérative, en intégrant la temporalité de l’action et en identifiant les acteurs collectifs. Ce que je nomme la complémentarité civique n’a pas pour objectif de fixer, ni de contrôler mais de construire des réseaux – réels et potentiels – où sont échangés des savoirs et des solidarités qui ne relèvent pas de l’entre-soi communautaire. La construction d’une complémentarité civique implique de percevoir ce qui faisait entrave à la lutte, soit la division et l’isolement. Le type d’action qui se construit-là renvoie à l’adhésion et à la reconnaissance réciproque de la délégation dans le fonctionnement de systèmes d’action concrets. Un travail de reconnaissance réciproque se dévoile marquant ses distances par rapport à la concurrence ou à la maîtrise hiérarchisée des lieux, des zones à risques, et cherchant à produire une argumentation où s’affirme la prééminence du collectif. Les jeux de reconnaissance se déroulent alors de façon horizontale et civile entre les savoir-faire des autorités publiques, des administrations, des organismes subventionnés, des associations et les capacités d’auto-organisation des citoyens. On est alors au plus proche de la cristallisation de l’action comme mouvement social.

Une sociologie des épreuves

24Ce sont ces lectures croisées, pointant les problèmes rencontrés par les acteurs en lutte, qui m’ont permis de reprendre la question essentielle posée par C.W. Mills dans L’imagination sociologique (1957) et que je formulerais ainsi : comment rendre compte des épreuves que rencontrent les individus dans l’urbain généralisé ? Repartir de cette question, m’a conduit à retenir le cadre théorique d’une sociologie des épreuves. J’emprunte les propositions de Danilo Martuccelli (2002, 2004) pour dépasser une sociologie de l’ordre social. Le programme est ambitieux car il s’agit, rien de moins, que de « dégager quelques grands modèles de l’individuation » et « la diversité des voies historiquement empruntées » (Ibid., 2004 : 314). Cette perspective théorique implique que l’on privilégie une démarche analytique qui rende compte de la « singularisation des parcours » à partir d’une étude de l’individuation qui accorde « une véritable centralité analytique aux épreuves subjectives » et aux supports que l’individu développe de manière hybride ou dans des situations de déconnexion ou de rupture. Par épreuves subjectives, il faut entendre, selon Martuccelli, « des défis divers, socialement produits, inégalement distribués, que les individus sont contraints d’affronter. Et comme c’est le cas lors de toute épreuve, les individus peuvent, en se mesurant à elles, « réussir » ou « échouer ». Les épreuves ne sont donc pas « indépendantes » des positions et des états, mais elles sont hétérogènes au sein d’une même position et d’états semblables. Multiples, elles expliquent les sentiments souvent ambivalents qu’ont les acteurs puisque ce qu’ils « gagnent » d’un côté, ils le « perdent » d’un autre. En tout cas, c’est par rapport à elles que nombre de leurs caractéristiques sociales et individuelles (en termes de genre, d’âge, de santé, de ressources matérielles…) prennent sens. Jamais directement, mais toujours au travers de l’environnement social de l’individu. Le problème principal n’est pas dès lors seulement « de quantifier les ressources disponibles pour un individu mais de saisir en acte, c’est-à-dire au sein d’un état social, et en fonction du domaine abordé, les épreuves qu’il affronte effectivement. » (Ibid. : 307). Où se situe le collectif ou le regroupement dans cette manière d’appréhender le monde des sans-abri ? « C’est par la nature et l’intensité des épreuves auxquelles ils sont effectivement confrontés (et non plus, comme dans l’ancienne épure du personnage social, par leur seule position sociale) qu’il est possible de les grouper afin de dégager quelques grands profils sociologiques. L’analyse tient toujours compte des différences de classe, sexe, âge, groupe ethnique, mais désormais c’est à partir d’un nombre limité d’épreuves, sociales et historiquement significatives, que sont établies les comparaisons. » (Ibid. : 309)

25J’ai été ainsi amené à mettre en perspective des configurations socio-historiques (urgence, activation de l’État, politique sécuritaire, localisme) et l’épreuve du sans-abrisme marquée par l’oscillation entre l’égalité et la différence telle qu’elle s’exprimait dans certaines actions collectives et modes d’organisations des sans-abri. L’observation confirmait que les distances et les proximités ne se structurent pas seulement en relation avec la position sociale ou l’appartenance ethnico-culturelle, mais beaucoup plus en fonction des choix passés ou anticipés des individus (ceux qui partent, ceux qui ont dû rester, ceux qui passent), et sur la capacité qu’à l’individu en tant que sujet à faire entendre la voix de sa singularité au sein de relations de sociabilité marquées par l’altérité. Dans les manières de vivre en ville, la question de la recherche de soi devient impérative. C’est ce qu’expriment des sans-abri dans leur volonté de vivre une vie « avec des droits comme les autres » mais sans devoir se plier aux exigences de sédentarité des do-gooders (entrepreneurs de morale).

26Ce qui est au cœur même du monde des « sans-abri » est cette oscillation permanente entre « fixité » et « mobilité », déclinant les formes de la domination ordinaire. Cette oscillation construit un rapport spécifique à l’espace et à la citoyenneté. « Fixité » et « mobilité » sont comme les deux faces d’une pièce de monnaie et renvoient en même temps l’image en miroir de ce qu’il faudrait être et de ce que l’on est. Celui qui revendique « habiter la rue » cherche à se mettre à distance des stigmates ou des catégories du sens commun En d’autres mots, une part des conduites des sans-abri relève d’une « mise à l’abri » qui fonctionne sur la recherche d’une substitution au foyer et sur son rejet. Mais en même temps, le prix à payer pour se mettre à l’abri, les gages à donner à une vie collective sont rejetés avec autant de force que ces lieux ne peuvent se substituer réellement au foyer. Cette oscillation ambivalente peut être située par rapport au couple différence-égalité. Le rapport entre l’affirmation de la différence vécue par les sans-abri et la recherche de la réalisation de l’égalité de conditions est un dilemme central pour les sans-abri et pour le monde des intervenants locaux, publics ou associatifs.

27La situation belge met particulièrement en évidence ce dilemme. Celui-ci peut se formuler de la manière suivante : les situations vécues par les sans-abri sont révélatrices d’une profonde inégalité qui les place dans une dépendance forte tant par rapport au monde matériel, spatial, local que par rapport à celui des relations sociales ; en même temps, ces situations sont révélatrices d’une différence forte en ce qui concerne la manière de vivre – ou de survivre – dans une société qui reconnaît de plus en plus la différence et l’identité différenciée comme une valeur. Reste à voir comment ce dilemme peut devenir, au-delà des épreuves personnelles, un enjeu collectif. La situation actuelle des sans-abri, la faiblesse de la mobilisation, le quasi-oubli peut-il laisser espérer une transformation du triptyque « incapacité, proximité, docilité » qui configure la relation de domination de ceux qui sont désignés comme pauvres ?

Notes

1 La participation occupant une place centrale dans la société industrielle, de l’atelier au syndicat sans oublier la démocratie du même nom.

2 La distance est majeure entre la précarité de masse dans le quartier Fiat-Mirafiori à Turin et la forte autonomie de la démocratie des propriétaires préoccupés de l’usage de l’espace dans un site comme le quartier Maritime à Molenbeek.

3 Deuxième programme de recherche et d’expérimentation : « Les « SDF », représentations, trajectoires et politiques publiques », 1999-2003.

4 Des rencontres ponctuelles avec les personnes-ressources, nous avons pu avoir une vision d’ensemble et appréhender des éléments d’analyse transversaux d’initiatives significatives du secteur.

5 Par exemple, multipliés par cinq en dix ans dans une ville comme Charleroi.

Auteur

Bernard Francq, sociologue, professeur ordinaire à l’Université catholique de Louvain, chercheur au Centre d’analyse et d’intervention sociologique (EHESS/Paris).

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable