Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

SDF, sans-abri, itinérant

 | 
Pascale Pichon

Troisième partie. Enquêter : reflexivite et implication du chercheur

Chapitre 7 : Observer et décrire un monde : de la carrière de survie à l’idéal-type de la dérive urbaine1

Pascale Pichon

Texte intégral

  • 1 Des éléments de ce texte ont été publiés dans l’introduction de l’ouvrage, Vivre dans la rue, soci (...)
  • 2 Cf DEA de socio-anthropologie, Université Lumières Lyon2.

1En 1991, je terminais mon premier travail d’enquête ethnographique intitulé « la carrière, la manche, l’asile2 ». Il rendait compte d’une observation conduite pendant un an à l’asile de nuit et dans les espaces publics d’une ville de moyenne importance : Saint-Etienne. Depuis, mes recherches ont accompagné l’installation du « problème SDF » dans la sphère publique au niveau national. Vingt ans se sont en effet écoulés depuis l’apparition, tout d’abord timide, puis familière, de la figure du SDF sur la scène politique et médiatique.

2Je ne retracerai pas chronologiquement un parcours de recherche mais au contraire j’utiliserai pleinement les avantages de la rétrospective pour tracer un autre chemin, celui d’une connaissance qui a reposé sur la quête ethnographique. Par ces derniers termes, je souhaite indiquer combien la méthode empruntée sans orthodoxie n’a jamais eu de cesse de trouver un système cohérent d’interprétation de la survie dans la rue et au sein du circuit d’aide et, ce faisant, d’apporter une contribution à la sociologie de la pauvreté comme à la sociologie urbaine, en prenant pleinement en compte cette part de notre urbanité qu’endossent ces citadins si présents et si dérangeants à la fois, entre sur-visibilité et invisibilité.

3Cette rétrospective se présente comme le montage d’un film, lorsqu’il faut trouver un canevas, enchaîner et ordonner mais surtout couper et trancher. La métaphore du mouvement cinématographique n’est pas fortuite, car c’est l’image en mouvement qui convient le mieux pour parler de la fluidité de la ville, de ses ressources et de ses impasses du point de vue de tous ces marcheurs indifférents ou inquiets qui l’arpentent à la recherche de quelques biens de première nécessité et qui suivent des itinéraires balisés par une géographie de la charité et des lieux publics. La métaphore cinématographique est aussi une référence au beau film d’Agnès Varda, Les glaneurs et la glaneuse. Cette référence indique le souci constant, dans la quête ethnographique, de rendre compréhensible un monde d’actions, d’interactions finalisées par la survie et en totale interdépendance avec le monde commun des échanges.

4Ce que John Dewey (1984) appelle the lost individual (« l’individu perdu ») et dont la figure du SDF est l’une des traductions modernes, s’apparente à une défaillance démocratique parce que pour eux, la lutte pour la vie est tendue à en tenir le fil propre et parce qu’en ce cas la possibilité de s’associer avec d’autres pour influer sur le cours du monde se réduit considérablement. Joëlle Zack, dans cette défaillance ainsi : « (...), le fait d’être jeté dans le monde est bien moins une condition inhérente à l’humanité que l’effet d’institutions sociales spécifiques. » (p. 33). Elle ajoute : « Soit dit en passant, ces hommes « jetés » dont l’individualité est plus ou moins dissoute sont ceux que les personnes ayant rompu avec le projet d’être des personnes (comme les fondamentalistes religieux) perçoivent aujourd’hui comme des ombres. Et peut-être la question de savoir s’il faut éliminer ces « ombres », les oublier, les étoffer ou, mieux encore, cesser de les produire, est celle autour de quoi s’organiseront dans l’avenir les principaux agendas de la planète, et l’obligation qu’il y aura à choisir entre le religieux, le scepticisme et la politique. » (pp.33-34). Le sociologue ne peut négliger cette incertitude du devenir du monde. L’intérêt porté aux plus faibles de notre société riche n’est pas, sur ce registre, un argument suffisant du choix d’un objet de recherche. Insistons donc sur la préoccupation constante tout au long de ces années de trouver une posture de recherche satisfaisante, entendue comme une posture de recherche impliquée, politique parce qu’elle permet d’interroger tout à la fois le statut de la pauvreté contemporaine et notre fragile urbanité.

5Le terme de quête indique également que le travail de la connaissance n’est jamais clos. Au contraire, il se veut ouvert à la reprise intégrant d’autres observations, reconsidérant de nouvelles interprétations, introduisant de nouvelles perspectives, notamment dans une visée comparative ; avec l’objectif ultime de ne pas clore la quête et l’enquête – qui se traduit le plus souvent de façon brutale par un définitif : « tout a été dit sur les SDF » ! – mais de montrer les apports et les ouvertures du travail de recherche.

Une ethnographie au cœur de la cité

  • 3 Vouloir compter est indissociable de vouloir comprendre et c’est pourquoi, il convient de relever (...)

6Ce sont toujours des questions simples et partagées par le plus grand nombre, auxquelles le sociologue ne cherche pas forcément à répondre directement mais qui constituent néanmoins l’environnement prégnant dans lequel se forment sa réflexion et ses interprétations : pourquoi plus d’hommes que de femmes à la rue ? Quelles places occupent les solidarités familiales ? Quels sont les résultats des politiques sociales ? Pourquoi les SDF refusent-ils d’aller dans les centres d’hébergement l’hiver ? etc. Toutes ces questions informent du regard que nous portons sur la population désignée. Elles proposent une vision commune d’un monde partagé, quelle que soit la place que l’on y occupe. Si les sans domicile fixe sont désormais comptabilisés (recensés) dans le recensement national de la population française3, celui-ci n’a pas seulement pour vertu d’éventuellement mieux guider les choix politiques, il a pour effet immédiat d’élargir le cercle des participants à la cité, condition de notre modernité politique, comme le souligne Jacques Rancière : « C’est là un fait. Depuis que Solon a aboli l’esclavage pour dettes, toute cité comporte cette masse de pauvres qui sont impropres à l’exercice de la loi et au commandement mais qui n’en sont pas moins, dans la cité, qui sont des hommes libres, retenant à leur compte de nom commun, le titre commun de la communauté politique, la liberté. De là une deuxième détermination de l’art politique, qui est, en termes modernes, l’art de faire avec les inconciliables, avec cette co-présence des riches et des pauvres, qui ne peuvent plus être passés par dessus bord, qui restent attachés au centre de la cité. » (1998 : 37-38)

7C’est cette conviction d’un attachement des plus pauvres au centre de la cité qui a constitué la source et la ressource de ma démarche ethnographique. L’enquête empirique a commencé sur la ville de Saint-Etienne, avec ses 200 000 habitants intra muros. Réputée pour sa mythique solidarité ouvrière, ici comme ailleurs, la ville n’a pas échappée à la visibilité du phénomène SDF. Sans doute ma propre sensibilité comme celle des autres habitants n’était-elle pas encore exacerbée par une abondance d’images télévisuelles quand je me décidais à arpenter systématiquement et comme je ne l’avais jamais fait auparavant ma propre ville pour recenser visuellement et discrètement le phénomène : les places de marché, les seuils des églises, les squares, la gare, quelques terrains vagues, les rues où étaient situés les services d’accueil... et bien sûr la petite place en face de l’asile de nuit, à côté même du campus universitaire où les personnes hébergées s’installaient pour discuter et partager les « majorettes » de rouge.

8Les premières observations ont dessiné un tableau pointilliste, mais elles orienteront progressivement mon regard, devenu attentif aux lieux et aux personnes et qui saura se défaire du guide intérieur rassurant qui nous tient lieu de plan au cours de nos trajets routiniers : connaissance tronquée que celle d’une ville qui se livre seulement sous les pas qui nous conduisent à nos affaires. Ce regard accompagnera désormais d’autres parcours, étrangers aux miens, s’attardera au seuil des associations caritatives ; il prêtera attention aux clochards installés jour après jour sur ce même banc, dans ce square, mesurera la présence remarquable des hommes plutôt que des femmes aux alentours de la gare, titubant d’alcool le soir venu. L’enquête ethnographique n’oubliera pas ces premiers moments d’immersion sensible dans la ville.

9L’objectif d’observer, en situation, ce qui se passe entre les personnes sans domicile et celles avec lesquelles elles sont en contact, a décidé des premiers choix d’investigation. Le « terrain » n’avait pas de délimitation précise mais paraissait aller de soi : les espaces et les lieux publics investis provisoirement ou plus durablement par les personnes sans domicile. Il s’est progressivement diffracté et élargi. Certains lieux institutionnels se sont imposés à la fois comme lieu de mémoire et d’actualité : l’asile de nuit, situé au centre de la ville, ancienne annexe de l’hôpital de la Charité, construit après l’époque du grand renfermement des pauvres, devenu le lieu symbolique de la relégation et de l’invisibilité ; les associations caritatives confessionnelles (catholique et protestante) ou laïques, les accueils de jours qui proposent des repas chauds. Ce sont les relations nouées de manières plus approfondies avec quelques-uns des hébergés ou des accueillis qui m’ouvriront les portes de tous ces lieux d’accueil dans la ville et compléteront mes observations quelques années plus tard dans les différents lieux d’accueil du Samu social, lors de sa mise en place à partir de 1993.

10Mais avant cela, la ville de Saint-Etienne était apparue rapidement trop petite ou trop caractéristique de la ville ouvrière sur le déclin. Et puisque les personnes que j’avais rencontrées me racontaient parfois leur périple en France, dans de plus grandes villes, le terrain d’observation ne pouvait que s’élargir encore. A Paris, je découvrais la vie souterraine dans le métro et comme à Saint-Etienne, c’est d’abord à distance que j’effectuais mes premières observations, parcourant le réseau des stations et des gares, observant les endroits les plus fréquentés selon les heures, les jours, les conditions climatiques. Pendant un an, dans le cadre d’un contrat de recherche avec la RATP, je suivrai les équipes mobiles de « Coup de Pouce », composées de travailleurs sociaux qui vont au devant des personnes SDF dans le métro et en surface, aux points névralgiques d’occupation (Pichon, 1994). La grande métropole deviendra, tout le temps de l’enquête ethnographique, le point de comparaison avec les observations conduites à Saint−Etienne : les formes que revêt la « vie à la rue » apparaîtront identiques d’une ville à l’autre même s’il semble a priori que survivre dans une ville de taille moyenne comporte moins de risques en termes d’insécurité, d’agressions et de sollicitations mais aussi moins de ressources.

  • 4 Par exemple, c’est dans les années 1980, à Tampere, ville finnoise de la côte Est, que je comprena (...)

11Mais, il me faut plaider pour une autre observation que celle située et approfondie, si bien formalisée par la tradition ethnographique. Je veux parler d’une observation liée à la pérégrination. L’expérience du voyage sur de longs mois n’est pas étrangère à cette attitude moins académique. Le voyageur qui n’est pas pressé et qui a décidé de se laisser porter dans ses propres découvertes au fil des rencontres sait bien qu’il ne verra pas tous les sites remarquables du guide qu’il emporte pourtant avec lui. C’est dans une ville banale comme il y en a tant, sans aucun haut-lieu architectural ou historique, qu’il fera l’expérience de la découverte des modes de vie et du contexte culturel inscrit dans l’histoire du pays4. Le voyageur d’aujourd’hui, même s’il a en tête des illustres prédécesseurs, de Jack London à George Orwell, n’a pas besoin de se rendre dans les bas-fonds londoniens ou parisiens, il doit prendre la mesure de la présence et de la dispersion même du phénomène SDF au cœur des villes, en leur centre comme en leur périphérie.

12Concernant l’observation dans les espaces publics, rien ne servait de circonscrire les lieux au préalable. Il s’agissait plutôt d’emprunter de nouveaux parcours, de repérer des endroits plus secrets, plus cachés, des terrains vagues, délaissés ou en friche, ou tout simplement de se mettre dans une même nécessité et par exemple arpenter comme certains d’entre eux la ville, avec en tête la recherche d’un squat. C’est plutôt à une investigation systématique des lieux détournés de leurs usages officiels qu’il a fallu recourir. Les lieux du secours et de l’assistance se sont avérés à la fois tellement diversifiés, hiérarchisés et dispersés que c’était, soit en accompagnant les personnes dans leurs démarches, soit en se rendant dans une association ouverte au public, au moment du repas par exemple, qu’il valait mieux procéder. Mais aussi et par exemple par l’entremise d’une assistante sociale, j’ai pu accompagner les « bleus »dans l’une de leur tournée de ramassage à Paris jusqu’au Centre d’hébergement et d’accueil des personnes sans-abri (CHAPSA) de Nanterre.

13C’est ainsi que se sont progressivement dévoilés les réseaux institutionnels et caritatifs comme les réseaux plus individualisés de la survie : compagnons de galère et de route, membres de la famille, anciens copains de travail ou de bistrot. Pratiquer une observation dispersée signifie que le point de vue de l’ethnologue se diffracte – sans toujours le prévoir, ni le rechercher – non pas en autant de points de vue que de personnes rencontrées mais, selon leurs attachements aux lieux et aux territoires, en autant de parcours typiques.

Penser la pauvreté et l’urbanité avec les sans domicile fixe

14Rester de longues heures à observer celui qui fait la manche, avoir alors besoin comme lui de se réchauffer au bar-PMU, attendre impassible dans la queue devant l’association caritative, apprendre à ne pas s’étonner de la disparition de l’un dont on retrouve la trace aux services des urgences de l’hôpital ou que l’on croise à nouveau au retour d’une cure de désintoxication, recevoir des nouvelles par le compagnon de route ou le collègue de l’asile… C’est ainsi que l’observation des cheminements concrets des personnes sans domicile a enrichi, au fil du temps, l’enquête ethnographique. C’est ainsi que s’est affirmée l’intention de contribuer à penser la pauvreté et l’urbanité avec les sans domicile fixe. Penser la pauvreté avec les sans domicile fixe signifiait comprendre l’organisation de la débrouille, sa logique et ses limites, ses épreuves et ses renoncements, sa force d’enfermement (Pichon, 1995) mais aussi les contiguïtés des situations entre logés et non logés (Pichon, 2006). Penser l’urbanité avec les sans domicile fixe, signifiait par ailleurs en appréhender sa dimension morale et politique, soit parce qu’il devenait impossible d’échapper pour les plus démunis au « happening de la rue », soit parce que s’ouvraient de nouveaux possibles pour ceux qui étaient parvenus à s’en sortir (Pichon, 2005).

15Penser avec les sans domicile fixe : cette démarche est proche de celle que recommandait Norbert Elias entre engagement et distanciation. Le sociologue doit être en mesure de « se percevoir soi-même comme un homme parmi d’autres » ([1970]1991 : 10). J’ai faite mienne cette proposition comme posture épistémologique fondamentale de tout ce temps passé à observer, analyser, interpréter et à être affectée.

16Une première conséquence théorique en a découlé : ne pas circonscrire l’analyse des observations au seul domaine sociologique de la pauvreté afin de réactualiser la question fondamentale des conditions de possibilité de la société telle que les formulaient chacun à leur manière les fondateurs, Simmel en particulier et qu’Isaac Joseph reprenait à son compte pour considérer ainsi le « problème SDF »: « Il ne suffirait pas de dire que c’est la question du lien social qui se substitue à celle des rapports de production : c’est le double caractère de ces populations, d’être composées de personnes dont l’expérience est proche d’une part, et de se rassembler selon des modes culturels distants d’autre part, qu’il s’agit de restituer pour « compter avec » les sans domicile et avec la pauvreté commune d’un point de vue politique » (1999 : 334).

17Non seulement donc « vivre ensemble » mais « compter avec », c’est-à-dire participer au travail de connaissance et de reconnaissance. Ce « compter avec », doit être compris comme le souci de ne pas renforcer l’altérité du sans domicile, de ne pas le détacher d’autres situations de pauvreté et soumet le sociologue au respect du monde de l’autre afin de dépasser la rupture épistémologique entre savoirs savants et savoirs ordinaires.

  • 5 Je n’écarte pas ces sources, données de seconde main qui constituent un patrimoine commun et qui m (...)
  • 6 Cette sympathie ne ressortit pas de la fraternité dans la tradition philanthropique qui ne peut à (...)

18En rencontrant ici l’arc conceptuel de la philosophie de la pluralité du monde se dévoilent aussi et plus trivialement les difficultés rencontrées par le sociologue face à ses « informateurs »: difficultés liées à l’observation participante, à sa propre subjectivité et aux conflits d’introspection qu’elle suppose, auxquelles répondent heureusement les ressources du terrain : histoires de vie, écrits biographiques, romans5. Dès lors, le terrain s’ouvre à la diversité des points de vue et engage la sympathie de l’observateur6.

19Mais pour mener à bien le projet de recherche, l’observation seule ne pouvait suffire. Il fallut aller à la rencontre des personnes dans la rue, le métro, l’asile, les lieux d’accueil etc., leur rendre visite à l’hôpital, dans le squat provisoire ou le logement de fortune. Il fallut susciter les paroles et retenir les mots propres aux activités de survie, tenter d’en comprendre les significations et le sens donné par les individus selon les situations. Il fallut interroger leur subjectivité, solliciter leur jugement, faire appel à leur réflexivité, leur mémoire, accéder aux compétences acquises par les épreuves traversées, inscrites dans les usages, les normes et les valeurs de ceux qui vivent de la rue et de l’assistance. Les moyens pour y parvenir ne sont pas étrangers à l’exigence de la méthode ethnographique et la description qui mobilise la démarche compréhensive : décrire avec minutie les interactions, les face à face évités ou accordés, répétés dans la dispersion même des rythmes urbains ; rechercher les strates de signification ; compter avec la diversité des points de vue, les zones de coopérations ou de conflits ; explorer jusqu’au bout la trame discursive du déroulement d’une activité située ou encore la trame narrative d’une histoire de vie. L’appui sur les récits de vie a été déterminant dans la construction même de l’objet de recherche : le maintien de soi au cours des étapes d’une carrière de survie.

De la carrière de survie à la forme idéal-typique de la dérive urbaine

  • 7 La démarche compréhensive a ainsi trouvé son accomplissement dans le travail d’exploration autobio (...)

20Le concept de carrière de survie a proposé un modèle d’interprétation du monde SDF confronté au monde commun en ressaisissant tout ce qui fait sens pour tous dans telle ou telle type de situation, en repérant la cohérence d’ensemble des attitudes et des comportements, des postures, et des registres d’énonciation. La carrière a été investiguée non pas de façon linéaire mais dans l’enchevêtrement des épreuves qui la scandent et des histoires petites et grandes qui la soutiennent, jusque dans l’épreuve ultime de la sortie7.

21Il a été tout aussi important de repérer ce qui faisait écart, transgression aux normes. Retenir donc à la fois, en suivant Goffman, la félicité des actions en situation et leurs ratés, par l’observation des ajustements réciproques, des évitements, des adaptations multiples. C’est le travail discursif de la narration, de l’explication, de l’argumentation, de la justification etc. que j’ai privilégié alors en intégrant les discontinuités, afin de reconnaître l’irruption qui dérange « le cours ordinaire des choses » (Farge, 2002) et qui se manifeste dans les transformations des comportements et des corps. La tension entre continuité et discontinuité biographique a été la clef de l’analyse des carrières de survie. C’est dans cette tension que pouvaient s’interpréter les entretiens et récits biographiques et que surgissait « l’identité narrative » (Ricoeur, 1985), compagne du maintien de soi et de l’image de soi. En effet, la survie et ses routines mettent sans cesse à l’épreuve l’estime de soi et la dignité de la personne. Quelle position sociale tenir, quel statut social revendiquer, quel avenir espérer ? Au sein des institutions d’aide, dans la rue face au public, dans l’entre soi des relations sociales, ces questions ne trouvent pas de réponses définitives mais se reposent et se traitent dans la multiplicité des situations vécues et au fil des sociabilités entre proximité et distance à soi et aux autres. Parce que la carrière de survie implique des remaniements constants et des repositionnements, l’individu semble dériver d’un lieu à un autre, d’une institution à l’autre, d’une place reconnue ou déniée, tout en cherchant à s’orienter.

  • 8 Qu’il faut différencier du simple processus de désocialisation que Vexliard (1957) articule d’un p (...)

22La métaphore de la dérive convient pour décrire de manière formelle l’expérience vécue de la carrière de survie. Elevé au rang de concept descriptif, son contenu prend signification grâce aux deux principaux schèmes d’interprétation de la survie : le processus de socialisation/désocialisation8 qui met en tension l’identité et contraint l’individu à trouver les ressources – psychiques et sociales – dans les liens sociaux construits ou possibles pour surmonter les épreuves de la carrière et tenter de se maintenir ; le cadre temporel et spatial de la continuité/ discontinuité biographique qui délimite la carrière et les lieux de l’itinérance et qui la rattache à la vie toute entière.

23La forme idéal-typique de la dérive urbaine donne l’avantage à l’expérience vécue et non aux désignations qui délimitent des populations, mais il est vrai qu’elle prend en compte la construction sociale du phénomène et la manière dont sont identifiées les personnes (les catégories de l’action publique), dans la mesure où les personnes intériorisent ces identifications, c’est-à-dire lorsque les conditions sociales sont propices au « bouclage classificatoire » (Hacking, 1999).

24Si l’on convient que la carrière de survie ne se situe pas tout au bout du processus linéaire d’exclusion sociale mais à un point ou un autre de ce processus, selon différentes combinaisons de variables structurelles et individuelles, alors il devient possible d’envisager une lecture sociologique la plus proche possible de cette expérience singulière mais aussi collective de la dérive urbaine. Il faut pour cela considérer la force vitaliste de la survie qui conduit à la dérive. Ceux qui ont perdu la sécurité du maintien de soi, et la sécurité du « chez soi » (entendue non pas de façon restrictive comme l’absence de domicile mais plutôt comme la précarité de l’habiter avec sa succession aléatoire d’abris, d’hébergements, voire de logements) se trouvent pris dans un ensemble de contraintes qui provoquent une réduction drastique des choix individuels, une perte de la liberté d’aller et venir et souvent une impuissance à agir. Ils dérivent ainsi entre rue et assistance. « A la dérive » ne veut pas dire néanmoins qu’ils ont perdu tout point de repère ou tout contact avec des proches, la famille, un voisinage, quelques amis les agents des services sociaux ou de santé, et qu’ils se trouveraient dans un no man’s land mais plutôt à la manière des marins, qu’ils ont été déviés de leur trajectoire, qu’ils se trouvent à la merci des courants (i.e. les causes structurelles des processus d’exclusion). Or la dérive est également cet instrument qui sert à s’opposer au déplacement latéral du bateau sous l’action du vent. La métaphore de la dérive pour parler des situations de la survie où se trament des liens et des lieux sert donc aussi à tenir compte des ressources internes et externes (Pollack, 1990) qu’elles mobilisent, des résistances, des réactions et des adaptations qu’elles opposent aux forces contraires. Ces forces contraires, ce peuvent être les actions coercitives de police ou la séquentialisation des politiques d’assistance ou encore les limites des solidarités familiales, etc.. La dérive implique une lutte pour la vie, une lutte pour se maintenir et l’on sait ce qu’il en coûte à ceux qui lâchent prise. Cette forme idéal-typique de la dérive ne construit pas des ensembles de variables concernant les trajectoires des populations mais de l’expérience commune avec ses passages obligés, ses initiations, ses apprentissages et parfois l’oubli provisoire ou durable des gestes de socialisation comme celui, si simple, de regarder chaque jour sa boîte aux lettres. Cette dérive s’apparente à une perte de confiance dans « le monde-déjà-là » ou « sous la main » (Schütz, 1987)

25C’est au fil de cette expérience commune que se construit un monde avec ses références liées aux activités dominantes de la survie dans une temporalité qui se réduit, dans les cas extrêmes, au jour le jour. Il y a toujours une brutalité qui est faite à celui qui entre dans ce monde et doit s’y adapter : c’est pourquoi il convient de rendre compte de cette dimension vitaliste de la carrière de survie, la force sociale de l’exclusion dans le sens où ce n’est pas seulement l’individu qui se voit séparé du monde commun, mais le monde commun qui se voit brisé dans sa temporalité et sa linéarité : chaque expérience vécue postule un avant et un après possible, peut-être quelques stratégies mais surtout des tactiques, c’est-à-dire des adaptations rapides et compétentes aux contraintes et aux obstacles qui s’érigent.

26La dérive permet de saisir ce qui fait le commun de ces situations-là. A travers elle, se construit une expérience commune, partagée et partageable dans ses dimensions politiques et morales par ceux qui en sont les témoins, autrement dit une expérience qui attache les individus les uns aux autres et qui aussi sépare (comme le terme d’exclu le signifie) mais qui, dans tous les cas, interroge la cohésion sociale comme la fragilité du lien social. Si les individus peuvent s’appuyer sur des capitaux sociaux acquis au cours de leurs années de formation – moins ils en disposent et plus les appuis sont faibles – ils sont néanmoins dépendants de cette expérience propre, singulière certes mais aussi, partagée collectivement.

27Simmel pensait qu’une sociologie de la pauvreté ne peut trouver d’appuis pour se constituer parce que l’hétérogénéité des situations de pauvreté empêche la constitution d’un groupe d’appartenance et ne permet donc pas de saisir ce qui rassemble les membres du groupe. Dans le cas des situations de sans-abrisme, aucun groupe d’appartenance suffisamment stable ne s’est constitué en France, malgré les tentatives de mobilisation collective en leur nom. Est-ce pour autant que seule, une sociologie de l’assistance est envisageable ? En intégrant l’analyse de la « réaction sociale » en termes de droits et de solidarité envers les pauvres comme l’initiait Simmel, peut-on orienter l’analyse sociologique vers d’autres horizons ?

28Retenons que la forme idéal-typique de la dérive permet de dégager ce qui fait l’expérience commune de ceux qui sont désignés et s’identifient comme SDF, sans obligatoirement et en toutes situations revendiquer une telle identité sociale. Elle ne rabat pas cette expérience sur une culture du pauvre, ni sur un groupe aux frontières délimitées. Elle propose de donner une signification actuelle aux expériences urbaines de la plus grande précarité. En s’attachant à l’articulation entre les liens sociaux et les lieux de la survie au fondement des deux processus (socialisation-désocialisation et continuité-discontinuité biographique), ne permet-elle pas de prendre en compte les contraintes structurelles, institutionnelles et interactionnelles propres à la carrière de survie contre lesquels buttent sans cesse les individus pour s’en sortir ? Celles-ci méritent encore toutes nos ressources de recherche pour être décrites, selon la diversité des contextes nationaux.

Notes

1 Des éléments de ce texte ont été publiés dans l’introduction de l’ouvrage, Vivre dans la rue, sociologie des sans domicile fixe, éd. Aux lieux d’être, Paris, 2007.

2 Cf DEA de socio-anthropologie, Université Lumières Lyon2.

3 Vouloir compter est indissociable de vouloir comprendre et c’est pourquoi, il convient de relever une nouvelle fois le lien étroit et l’apport mutuel de connaissances entre recherche dite qualitative et quantitative. Mon propre parcours de recherche a maintes fois croisé les travaux quantitatifs, leurs questionnements éthiques, épistémologiques et théoriques.

4 Par exemple, c’est dans les années 1980, à Tampere, ville finnoise de la côte Est, que je comprenais au contact des étudiants dans les pubs, ce que signifiait la « culture de l’abstinence »dans un pays où l’alcoolisme avait régressé en un temps record et où la lutte contre ce « fléau national »inscrite dans les politiques publiques depuis l’après-guerre avait imprégné les mentalités de la dernière génération au point que leurs attitudes se partageaient de manière radicale entre les « abstinents »et les autres.

5 Je n’écarte pas ces sources, données de seconde main qui constituent un patrimoine commun et qui méritent aussi toute l’attention du chercheur. Par exemple les ouvrages de témoignages (Brigou, 1988, 1994), les ouvrages auto-biographiques (Perréal, 1995 ; Le Roux, Lederman, 1998 ; Degaudenzi, 1987 ; Laé, Farge, 2000), les romans (Izzo, 1999 ; Bérezné, 2002…), les essais journalistiques (Porquet, 1987 ; Prolongeau, 1993 ; Silber, Keita, 1993).

6 Cette sympathie ne ressortit pas de la fraternité dans la tradition philanthropique qui ne peut à elle seule construire l’espace politique et qui permet seulement au SDF de ne pas disparaître tout en se maintenant, in extremis, aux bords du monde. Face aux personnes sans domicile, cette sympathie invite à considérer la notion d’assistance dans son sens le plus théâtral à la manière de Peter Brooke : « L’assistance est à la fois l’acte d’aider une personne, le public présent à un spectacle et le travail propre accompli par ce public pour soutenir ceux qui sont sur scène et dans l’action »(cité par Isaac Joseph, 1993 :331). Cette assistance là, « diffuse »paraît être la seule capable aujourd’hui de lutter contre la banalisation du phénomène.

7 La démarche compréhensive a ainsi trouvé son accomplissement dans le travail d’exploration autobiographique conduit au début des années 2000 avec un ancien SDF (Pichon, Torche, 2007).

8 Qu’il faut différencier du simple processus de désocialisation que Vexliard (1957) articule d’un point de vue psycho-sociologique à « la dégradation des besoins »et qu’il décrit comme une série d’étapes qui conduisent au renoncement à investir des activités sociales, en particulier le travail comme source d’autonomie personnelle et de projection dans l’avenir. Il faut également le différencier du processus de dépersonnalisation décrit dans les situations d’enfermement total (Goffman, 1968).

Auteur

Pascale Pichon, sociologue, maître de conférences à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, chercheure au sein du laboratoire MODYS-CNRS, UMR 5264. Elle a dirigé cet ouvrage.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable