Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

SDF, sans-abri, itinérant

 | 
Pascale Pichon

Troisième partie. Enquêter : reflexivite et implication du chercheur

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1La présentation des trois contextes préalablement décrits nous invite, dans cette troisième partie, à entrer dans les démarches singulières de recherche. Nous voudrions ainsi restituer la confrontation au présent que les chercheurs du présent ouvrage ont assumé et la manière dont ils ont accompagné une actualité en constant mouvement. Pour autant que la sociologie est une « science présente au présent » comme le voulait Pierre Bourdieu (1997), les chercheurs n’ont pu être indifférents aux enjeux sociétaux relayés par la scène socio-politique. Ceux-ci n’ont pas seulement tissé une toile de fond : ils ont permis d’ouvrir un questionnement de recherche, parfois décalé des attentes de réponses immédiates aux problèmes considérés mais, dans cette distance propre à la recherche, plus assuré dans les analyses qu’il ouvre. On sait aujourd’hui, du fait de la pérennisation du phénomène et de ses rebondissements publics, qu’il conserve toute sa pertinence.

2Ces enjeux ont également eu un effet direct sur les postures de recherche. En effet, le monde de la recherche se nourrit des contradictions, des dynamiques et des incertitudes qui traversent chaque société. Selon son histoire personnelle et son environnement de recherche, chaque chercheur possède une sensibilité propre, des convictions philosophiques et politiques qui empreignent sa manière de questionner un phénomène, de construire ses objets de recherche. Ce sont des cheminements personnels, des quêtes, des écarts qui sont proposées dans cette partie, prémisses à une anthropologie réflexive où chaque parcours de recherche délivre les points d’appui théoriques et méthodologiques qui ont permis d’avancer dans le questionnement et l’analyse des résultats d’enquêtes. Avec le recul du temps, ces reprises invitent à prendre la mesure, par la confrontation, des différents points d’ancrage des enquêtes : quelles ont été les « entrées sur le terrain » ? Quels ont été les appuis théoriques les plus pertinents ? Quelles pratiques d’enquête semblaient les mieux adaptées ?

3La diversité des approches proposées, illustrées ici à partir de longues expériences de recherche, livre pourtant un constat commun : celui d’un nécessaire élargissement de l’objet initial et d’une mise en perspective avec d’autres questions brûlantes posées à nos sociétés. Ces parcours de recherche proposent quatre expériences scientifiques que l’on peut décrire ainsi à grands traits et qui seront développées successivement dans cette dernière partie :

  • L’expérience-pivot de la carrière de survie entre rue et assistance révélant une forme limite de l’urbanité contemporaine, décrite et analysée sans pathos ni romantisme. Source pour réinterroger la pauvreté et l’urbanité dans nos sociétés contemporaines ainsi que les fondements de la cohésion sociale et la participation démocratique à la vie de la cité, cette expérience peut également être qualifiée de limite.
  • L’expérience-témoin des mutations contemporaines du vivre-ensemble dans l’espace social et urbain et des impositions que celui-ci fait peser sur les groupes et les individus. Cette entrée sur le terrain des politiques publiques impose de départiculariser la question de l’homme à la rue et de rechercher en lui sa capacité d’acteur social capable de faire entendre sa singularité en même temps que ses appartenances.
  • L’expérience-foyer de l’itinérance comme objet observé et décrypté sous ses multiples faces. Tournée vers le partenariat avec les intervenants sociaux et l’échange inter-disciplinaire, la démarche retenue conduit à articuler pesanteurs structurelles et parcours individuels en puisant dans les ressources théoriques disponibles : théories de l’exclusion et paradigme de la complexité.
  • L’expérience-synthèse des trajectoires des personnes sans domicile où le savoir accumulé par l’analyse statistique des grands nombres est mis au service in fine de l’analyse approfondie d’une seule trajectoire, tout à la fois singulière et représentative. Elle recouvre également l’expérimentation et l’exploration des possibles et des limites de la comparaison internationale, intégrée à la construction des protocoles d’enquêtes.

4L’impact de la subjectivité du chercheur dans la démarche de recherche sera présent tout au long de cette partie et, une fois n’est pas coutume, dans la démarche statistique, la plus positive. Mais ces expériences singulières ne se réduisent pas à la seule approche subjective. Elles déclinent l’intrication entre différents niveaux de connaissance, entre diverses manières d’interroger un phénomène social et d’en proposer des lectures. Elles permettent de proposer un préalable à toute approche comparative qui bien souvent omet d’interroger cette dimension-là de la recherche, cette part si difficilement énonçable de l’épistémologie.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540