Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

SDF, sans-abri, itinérant

 | 
Pascale Pichon

Deuxième partie. Organiser la recherche : les institutions, les jeux d’acteurs et leurs effets

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1Produire de la connaissance suppose un contexte, des moyens, des rencontres, des chercheurs. Bref, la production de la connaissance s’inscrit dans des histoires singulières, mettant en exergue des agencements humains, matériels et symboliques particuliers, au-delà même du fait d’être située dans des pays différents, voire des continents différents. Ces singularités peuvent se décliner schématiquement selon les modes d’organisation de la recherche dans ses rapports aux mondes politique et associatif. Donnons trois titres pour qualifier les actions conduites dans chacune des histoires racontées dans cette partie : coopérer en France ; se concerter en Belgique ; construire un partenariat au Québec. Ces titres ouvrent à une mise en perspective de ce qui est commun aux trois contextes et ce qui les différencie.

2On peut dire que malgré les différences quant aux traditions de recherche, aux modes d’organisation de celle-ci, à la manière spécifique de prendre en compte la dénomination du problème social (sans-abrisme, sans domicile fixe, itinérance), aux supports institutionnels et financiers, etc., un certain nombre de dimensions sont transversales. Tout d’abord, le développement de la recherche apparaît à peu près à la même période. Mises à part quelques recherches isolées, le démarrage de programmes de recherche d’envergure se situe après l’année internationale des sans-abri, décrétée par l’ONU en 1987, plus précisément au début des années 1990. De plus, dans tous les cas, la connaissance se construit à travers les liens formels ou informels que les organismes de recherche et les chercheurs eux-mêmes entretiennent avec des organisations caritatives, des associations ou des organismes communautaires, des services publics de la santé et des services sociaux, des décideurs politiques et des personnalités publiques influentes localement. Même si l’articulation entre ces acteurs ne prend pas la même configuration ou le même sens, tous sont présents sur la scène publique et œuvrent en coulisse. Enfin, le développement de la recherche est dépendant à un moment donné d’une programmation de recherche impulsée ou supportée par l’État (Plans gouvernementaux, orientations programmatiques des institutions nationales ou des ministères …) et présentant des liens plus ou moins étroits avec des modes d’organisation locale (associatifs et institutionnels).

3Pourtant, chaque contexte de recherche présente ses particularités, ses spécificités. Dans chacune des expériences retenues ici, on ne tentera pas d’uniformiser les présentations ou de suivre un plan commun car cela écraserait certains éléments, détails, événements, rythmes d’action qui ont leur importance dans le développement et l’organisation de la recherche. On tentera plutôt d’identifier les enjeux essentiels et les limites qui en découlent.

  • 1 C’est plus tardivement que des travaux socio-anthropologiques s’intéressant aux expériences vécues (...)
  • 2 Au contraire d’autres domaines pointus de recherche où ils ont pris place, par exemple dans le dév (...)

4Cette dimension de l’organisation de la recherche ne nous semble pas devoir être négligée dans l’élucidation des conditions de possibilité de la comparaison. En effet, nous verrons que les questionnements de recherche comme les résultats sont largement orientés par ces jeux d’acteurs entre chercheurs, experts, politiques, praticiens professionnels ou bénévoles de l’action sanitaire et sociale, qui de proche en proche ou à distance, collaborent, se concertent, ou s’opposent. Aucun n’est absent des enjeux de connaissance, même si leur place et leur influence varient. Relevons toutefois la spécificité belge où l’on verra que la question centrale de recherche est sensiblement décalée et se confond avec l’évaluation et l’expertise du phénomène du sans-abrisme. Elle n’est pas liée directement à la connaissance du phénomène lui-même1 mais aux rapports construits entre les acteurs locaux et nationaux à propos du sans-abrisme. Quant aux intéressés – SDF, sans-abri, itinérants – sujets centraux des recherches dans tous les contextes, mis à part quelques expérimentations, ils n’apparaissent pas comme acteurs-partenaires des choix d’orientations de la recherche2. Ils ont certes été au centre des préoccupations de tous mais sans participation directement reconnue à la construction du savoir, si ce n’est comme informateurs privilégiés ou usagers compétents des services.

Notes

1 C’est plus tardivement que des travaux socio-anthropologiques s’intéressant aux expériences vécues du sans-abrisme seront rendus publics (Jamoule, 2005 ; Thelen, 2006).

2 Au contraire d’autres domaines pointus de recherche où ils ont pris place, par exemple dans le développement de la recherche sur les maladies génétiques (Callon, Rabeharisoa, 1999).

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540