Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

SDF, sans-abri, itinérant

 | 
Pascale Pichon

Première partie. Nommer : la genèse d’un problème social dans différents contextes

Chapitre 2 : Construction d’un problème social et émergence de la catégorie SDF en France

Pascale Pichon

Texte intégral

1Dans le contexte français, l’acronyme SDF n’est pas seulement une catégorie juridico-administrative que les politiques sociales auraient réhabilitée et qui se serait étendue au langage courant. Il est plus que cela car il a cristallisé un ensemble de représentations et participé à la construction d’une nouvelle identité sociale, négative mais banale.

  • 1 Ce processus d’individualisation se propagera dans tous les pays du monde par l’action des grands (...)

2Afin de comprendre le succès de cette catégorie et de mieux cerner son inscription durable, c’est en généalogiste qu’on reliera en premier lieu le phénomène SDF au problème social de la « nouvelle pauvreté » perçue comme la conséquence inévitable des crises économiques des années 1970. Une nouvelle étape du long processus d’individualisation1 de la pauvreté se donne alors à lire. Amorcé dès la naissance des États-providence et des différentes formes de protection sociale, ce processus est en effet inscrit dans les profondes mutations économiques et sociétales qui ont accompagné les deux révolutions industrielles. Il s’est poursuivi et amplifié avec la dernière révolution du capitalisme, portée par les instruments de la communication et l’explosion des nouvelles formes de mondialisation des échanges. Le phénomène SDF apparaît in ultima comme le produit de ce processus et la figure du SDF est devenue, dans toutes les métropoles françaises, le symbole de l’échec de l’intégration des personnes démunies et isolées.

  • 2 Au sens sociologique que donne Herbert Blumer (1971) à la notion de « problème social », repérable (...)

3Pour approcher de plus près le phénomène lui-même, on tracera à grands traits, en second lieu, les étapes de la construction du problème SD2 jusqu’à sa reconnaissance publique. On retiendra bien sûr le succès politique de la notion d’exclusion qui permet en amont d’éclairer l’ensemble du processus. On situera l’avènement public de la catégorie des sans domicile fixe au début des années 1990, peu après la loi portant sur le Revenu Minimum d’Insertion (RMI). Puis, dans ce passage d’un problème social à un problème public, alors que la visibilité du phénomène SDF conduit à la mise en œuvre d’une politique publique d’urgence contre la grande exclusion, on n’oubliera pas de signaler la part prise par les personnes sans domicile elles-mêmes dans les mobilisations qui ont accompagné les revendications liées au droit au logement.

Le monde commun à l’épreuve de la pauvreté individuelle

4Première vague de fond. Au moment où le déclin des industries lourdes dans les pays riches annonçait les mutations du capitalisme moderne, le désenchantement lié à la croyance dans le progrès économique et scientifique a supplanté l’illusion d’un avenir prospère pour tous. Construit comme un mythe, le progrès apparaissait en effet comme la finalité même du travail de l’homme sur le monde, retournement spectaculaire du « miracle du commencement » des anciens mythes : « Avec l’idée de progrès, le mythe du progrès, c’est l’avenir – vers quoi l’homme se dirige – qui l’emporte sur le passé dont l’homme s’éloigne. C’est l’homme qui l’emporte sur le monde et qui joue avec lui, non le monde qui joue de l’homme » (Grigorieff, 1987 : 342-345). Sur le registre d’un avenir meilleur pour tous, d’un monde plus égalitaire, l’espoir du progrès est pourtant déçu par une pauvreté qui ne parvient pas à être éradiquée et qui semble, plus encore, insaisissable. En France, au tout début de la crise de l’État-providence qu’analyse Pierre Rosanvallon (1981), le problème de la pauvreté se manifeste alors d’une façon « nouvelle ».

  • 3 C’est également à la fin des années 1950 qu’Alexandre Vexliard publie sa thèse de psychologie soci (...)
  • 4 René Lenoir, Les exclus, Paris, Seuil, 1974 ; Lionel Stoléru, Vaincre la pauvreté dans les pays ri (...)

5Notons pourtant que dès la fin des années 1960, la revue Economie et humanisme relance le débat scientifique de la pauvreté et des inégalités sociales dans les sociétés riches3. Mais il faut attendre quatorze ans avant que les termes du débat ne se diffusent dans la sphère publique, à la suite de la publication de deux ouvrages écrits par deux hommes politiques, René Lenoir et Lionel Stoléru4. Plus que le débat scientifique, ce sont ces ouvrages portant diagnostics et formulant propositions pour combattre ce « fléau » qui marquent un tournant dans l’appréhension courante de la pauvreté et, alors que Lionel Stoléru use de la notion traditionnelle de pauvreté mais formule des propositions novatrices pour réduire l’échelle des inégalités sociales, tel que l’impôt négatif, c’est l’ouvrage de René Lenoir alors directeur de l’Action sociale au ministère de la Santé publique et de la Sécurité sociale qui remporte le plus grand succès. Plus que le contenu de l’ouvrage, où sont évoqués une multitude de cas hétérogènes et où la terminologie de l’inadaptation l’emporte, c’est la force d’une désignation : « Les exclus », titre provocateur adressé au grand public, qui s’impose dans le paysage médiatique et politique français.

  • 5 Changement de paradigme donc. En effet, selon les contextes, différents paradigmes sont à l’origin (...)

6La diffusion rapide du terme d’exclu peut être interprétée comme l’adhésion du quidam, via la vulgarisation médiatique, à l’interprétation savante proposée par l’économiste John Galbraith expliquant le passage d’une pauvreté généralisée à une pauvreté individuelle : « en tant que malheur universel, le dénuement d’il y a cinquante ans a disparu grâce à l’accroissement de la production (…) La pauvreté cessa d’être un cas général pour devenir un cas particulier. C’est cette transformation qui a donné au problème de la pauvreté son aspect moderne » (Galbraith, 1965). En quelques lignes, rappelons en effet que le combat philanthropique contre le paupérisme, cette plaie du xixème et du début du xxème siècle, a laissé progressivement place à la Protection sociale et aux catégories de l’Action sociale. Au cours de « l’ère de l’opulence » que décrit Galbraith, première étape majeure de l’individualisation de la pauvreté, ne semblaient persister que des « poches de pauvreté » ou encore une « pauvreté résiduelle ». Pourtant les inégalités sociales n’avaient pas disparu. Avec les bouleversements économiques et sociaux, se dévoila l’une des faces sombres de l’individualisme démocratique : l’exclu en devînt le paradigme5.

  • 6 Pour une modélisation des cadres de l’Action sociale, cf J. Ion, Ch. Laval, B. Ravon, « Politiques (...)
  • 7 Pour une critique radicale de cet ouvrage lu à travers le prisme des rapports de domination, voir (...)

7Retenons du diagnostic de Lenoir que si les inégalités sociales ébranlent la cotre un danger de l’intérieur, un risque de contamination. Les causes majeures de cette « lèpre » reposent sur des phénomènes multiples et croisés : l’urbanisation massive et les cités dortoirs, la dispersion géographique des familles qui produit de « la ségrégation par âges » mais aussi l’ensemble des accidents de la vie qui ne peuvent être pris en charge dans toutes leurs dimensions par l’État-providence. Dans cette lecture d’une société éclatée, incapable d’« endiguer la croissance de cette marge incontrôlable et dangereuse d’inadaptés », Lenoir renouait alors avec la thématique ancienne des « classes dangereuses » et proposait une conduite morale, individuelle et collective : « Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l’intégration de tous dans une société de veau » problème social pensé dans les termes « anciens » de l’idéal pédagogique républicain6, cet ouvrage a pourtant redistribué les représentations sociales de la pauvreté en brassant les figures anciennes et les catégories administratives et médico-judiciaires contemporaines7.

  • 8 Qui sera clairement diagnostiqué 10 ans plus tard : « L’écart séparant les 10 % des français les p (...)
  • 9 En effet, au cours du xixème et du début du xxème siècle, la croyance dans le développement économ (...)
  • 10 « Si la notion d’exclusion revient en force dans les années 1980, c’est en partie par le détour de (...)

8L’identification du problème – l’inadaptation sociale individuelle qui conduit à former les exclus – se voit bien sûr liée à la persistance des inégalités sociales, notamment l’écart qui ne cessera de grandir entre les plus riches et les plus pauvres8, aux différenciations sociales pensées désormais plus significatives entre trajectoires individuelles qu’entre classes ou groupes d’appartenance, ou encore à la très grande spécialisation des formes encadrées –pédagogiques, sanitaires et sociales – de l’insertion sociale. A la suite de ces diagnostics et dans un consensus politique remarquable, la question sociale ne se dira plus en terme de pauvreté mais d’exclusion, manière de nommer cette ultime étape du processus d’individualisation de la pauvreté. Participant de cette prise de conscience collective de la transformation radicale d’un contexte économique et social, ce sont les termes du contrat social qui vont se redéfinir (Rosanvallon, 1995). Le débat sur le rôle de l’État social dans la régulation des rapports sociaux9 participe alors de cette identification puis de la légitimation du problème social de l’exclusion. « Si l’usage du terme « exclusion » recule vers la fin des années 1970, au profit des notions concurrentes comme l’urgence sociale et la précarité (par exemple dans les rapports Oheix de 1981, « contre la grande précarité et la pauvreté » et Wrésinski de 1987, « Grande pauvreté et précarité économique et sociale »), le terme fait son retour au milieu des années 1980. Le succès public de la notion d’exclusion se confirme lorsqu’elle devient l’un des thèmes de la campagne présidentielle de 1995.10 » (Marpsat, 1998).

Continuité et discontinuité : de la « nouvelle » pauvreté au « problème SDF »

9Ne permettant pas seulement de décrire les formes nouvelles de pauvreté liées au travail précaire et au chômage, l’exclusion est ainsi devenue le concept clef pour énoncer les origines diverses de la fragilité du lien social et proposer une sorte de synthèse des processus de précarisation et d’insécurité sociale diagnostiqués.

  • 11 Voir par exemple Serge Milano : « La pauvreté, une notion idéologique », in Recherche sociale, n°8 (...)

10Pour un temps écartée, la notion de pauvreté a quant à elle permis, dans sa qualification même de « nouvelle », de décrire les processus qui « produisent les formes modernes de l’insécurité. Des pauvres ou des institutions sociales, le regard remonte vers les mécanismes globaux de la société » (A. Lion, P. Maclouf, 1982 : 26). Ces processus socio-économiques touchent les risques liés à l’emploi, à la santé, à l’offre de logements et seront décrits par la suite avec plus de précisions. La notion de pauvreté a aussi mis en exergue des réalités individuelles multiples et complexes. Pauvreté relative ou pauvreté absolue ? Ce débat-là, s’il n’a pu être tranché11 révèle le caractère multi-dimensionnalité de la « nouvelle pauvreté » que l’exclusion endosse dans la foulée. Cette multi-dimensionnalité néanmoins ne permet pas plus aujourd’hui qu’hier de délimiter empiriquement un groupe social homogène. Bien que nommés, « les exclus » ne constituent pas plus que « les pauvres » ou les « nouveaux pauvres » un groupe. La multitude des catégories administratives élaborées par le système de Protection sociale d’une part ou la diversité des variables retenues par les économistes d’autre part, semblent dissoudre le contenu même de la notion de pauvreté comme celle de l’exclusion. La légitimation du nouveau problème social aurait pu néanmoins en rester à son identification, sa désignation consensuelle sur le plan politique et sa nomination. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. C’est au moment où la lutte contre l’exclusion constitue un enjeu politique majeur qu’une ancienne catégorie de l’administration des pauvres fait son apparition dans la sphère publique.

  • 12 Signalons qu’auparavant l’année mondiale des sans-abri lancée par l’ONU (1987) ainsi que le rappor (...)

11Le travail juridico-administratif de la catégorisation parachève le processus de construction du problème social. On sait que le fait de classer publiquement les individus selon une ou plusieurs caractéristiques communes est l’opération la plus ordinaire qui soit au moment de la mise en œuvre de nouvelles politiques sociales : « Cette forme de pouvoir (qui) s’exerce sur la vie quotidienne immédiate (…) classe les individus en catégories, les désigne par leur individualité propre, les attache à leur identité, leur impose une loi de vérité qu’il leur faut reconnaître et que les autres doivent reconnaître en eux. C’est une forme de pouvoir qui transforme les individus en « sujets ». Il y a donc deux sens au mot « sujet » : sujet soumis à l’autre par le contrôle et la dépendance, et sujet arraché à sa propre identité par la conscience ou la connaissance de soi. Dans les deux cas, ce mot suggère une forme de pouvoir qui subjugue et assujettit. » (Foucault, 1982 : 302-303). Ce travail de classement propre au pouvoir politico-administratif moderne que décrit Foucault se réalise donc une nouvelle fois, lors de l’adoption de la loi portant sur le Revenu Minimum d’Insertion12.

  • 13 Tout au long du Moyen âge et de l’Ancien régime, le domicile de secours pallie l’absence d’aide au (...)

12Ce texte de loi de 1988 est couramment lu comme un souci du législateur de faire accéder à la protection sociale toutes les personnes ne disposant pas d’un revenu suffisant pour vivre décemment. Mais alors que dans l’intention du législateur, le public visé subsume toutes les catégories de l’assistance, on y note l’inscription d’une nouvelle catégorie d’ayant droit, les « sans résidence stable ». La référence juridique incluse dans le terme même de résidence fait écho, dans l’article 15 de la loi, à la notion de domiciliation, dans la continuité du traitement administratif des pauvres. C’est pourquoi, elle institue une procédure de domiciliation dont les associations deviennent les ultimes garants. Rappelons que la notion de domicile est rattachée historiquement à l’assistance aux pauvres dont l’organisation a longtemps consacrée les liens d’origine, inscrivant l’appartenance et la dépendance au domicile de secours13 (Mollat, 1984).

  • 14 Recouvrant une diversité de situations, la catégorie ancienne de sans domicile fixe, au sens jurid (...)

13La loi ouvrant droit au RMI, prévue comme le dernier filet de la protection sociale, distingue donc ceux qui, parmi les plus pauvres, sont détachés de leurs liens d’appartenance et les plus éloignés du système de protection sociale. Hommes politiques et médias adoptent une terminologie commune pour parler de cette part d’usagers potentiels. Et c’est ainsi, qu’à peine considérés sous le registre du droit, les individus sans résidence stable mais désormais en mesure d’être domiciliés sont devenus paradoxalement des sans domicile fixe14.

Du problème social au problème public

14C’est au cours des années 1990, que les termes de sans domicile fixe s’inscrivent en toutes lettres dans les rapports officiels comme pour mieux mettre en évidence les limites des dispositifs de l’action sociale auxquels semblaient encore échapper ces « grands exclus ». Par ailleurs et face aux diverses réactions politiques, la mobilisation médiatique s’autorise, qui use sans relâche de la nouvelle catégorie comme d’un nouvel objet de communication. Le SDF représente dès lors la figure paradigmatique de la « grande exclusion sociale ».

15Pour comprendre ce succès, il nous faut dire combien la visibilité du phénomène de la déréliction dans les espaces publics a rompu avec cette « tendance de la pauvreté à se cacher » que notait en son temps Simmel (1908). L’exposition publique des individus isolés ou en petit groupe a contribué à élever le problème de l’exclusion sociale au rang de problème public. La présence des hommes à la rue, leur indésidérabilité (Damon, 1995) même, ont concordé avec la perception d’un phénomène en recrudescence. Qu’elles fassent la « manche » ou pas, les personnes sans domicile marquent désormais l’espace public de leur présence. Lieu de la gestion individuelle d’un nouveau sentiment oscillant entre compassion et insécurité, l’espace public se voit par ailleurs investi par les organismes caritatifs et humanitaires qui s’adaptent à ce nouveau public en allant à sa rencontre dans la rue, au lieu même où s’exposent dénuement et souffrance psychique.

  • 15 Les quotidiens nationaux pratiqueront le plus souvent l’exposé journalistique sous la forme du por (...)
  • 16 Cette fierté relevée comme un trait caractéristique de la culture ouvrière (Hoggart, 1970) trace, (...)
  • 17 La typification du contenu de la catégorie n’est pas construite une fois pour toute. Elle subit de (...)

16C’est à partir du début des années 1990 que la presse nationale propose de nouvelles rubriques15 et informe régulièrement les lecteurs de ce « nouveau » problème social. Les saisons hivernales semblent toutefois plus propices à attirer l’attention du public, d’autant que les « morts de froid » rythment l’actualité. Avec les premiers arrêtés de mendicité au cours de l’été 1995, les compassions de l’hiver se transforment en intolérance estivale, nouveau sujet ouvrant à l’investigation journalistique et aux débats politiques. Ainsi, les journalistes retracent les grandes étapes de l’histoire des malheurs, cette histoire stéréotypée de la chute. La personnalisation du trait lève quelque peu le voile de chacune de ces fières destinées16 toujours confrontées au chômage17.

  • 18 Pour exemple, citons le documentaire anglais Bag’s lady de David Pearson ; en France parmi de nomb (...)
  • 19 Une lecture attentive des articles journalistiques de fond montre la perméabilité de ces deux cham (...)
  • 20 Soupe de nuit, Belfond, 1988 ; La maison du partage, Cabédita, 1994.

17La construction d’un portrait-type unifie la vision parisienne et la vision provinciale. L’espace de la grande métropole sert de référence et d’appui pour légitimer la catégorie de même que le relais télévisuel, les reportages et les documentaires comparatifs18 ont constitué en quelque sorte les premières « preuves » de la présence d’une « nouvelle » forme de pauvreté et de marginalité dans tous les pays riches. Tous ces personnages filmés appartiennent désormais à l’expérience urbaine de tout un chacun. Ils apparaissent comme les figures emblématiques d’une urbanité en crise. Sans négliger l’observation directe et le reportage descriptif, les journalistes s’appuient également sur les travaux de recherche publiés au cours de la même période19 et sont secondés dans leur travail de publicisation par des personnalités charismatiques du monde associatif tels que l’Abbé Pierre ou Xavier Emmanuelli, mais aussi Denise Brigou, responsable de l’Armée du Salut qui publie à six ans d’intervalle deux ouvrages grand public20 ou encore Geneviève Antonioz-de Gaulle au nom d’ATD Quart Monde. Tous participent au travail de légitimation du problème social. Le monde de l’édition n’est pas en reste qui publie au cours de ces années quelques ouvrages d’expériences vécues.

  • 21 La loi contre les exclusions sociales qui réaffirme ce principe constitutionnel est également un c (...)

18L’impact de la mobilisation médiatique a ainsi rencontré l’esprit humanitaire porté par les grandes associations caritatives et qui constitue sans aucun doute un élément de contexte essentiel, plus difficile à approcher empiriquement mais néanmoins présent, tant dans la stylisation dramaturgique des portraits médiatisés que dans le déploiement des politiques publiques. En effet, parce que le processus d’individualisation de la pauvreté est redevable de la construction de l’État social puis de sa crise, le développement des organisations humanitaires à l’extérieur puis à l’intérieur des frontières nationales a contribué à en atténuer les effets mais, par là même, a importé sa temporalité, l’urgence, et ses propres valeurs. C’est par exemple ainsi que dans le débat politique et médiatique, la dignité de la personne humaine a été élevée au rang de principe d’action et a instruit le principe axiologique d’un cadre législatif général de lutte contre l’exclusion21 et des dispositifs mis en œuvre.

19Au regard de ces éléments concordants, on peut faire l’hypothèse que la question SDF et ses réponses humanitaires ont contribué à redéfinir la question sociale. Sur le registre d’une politique de l’aide, l’urgence a redéfini les places des protagonistes et autorisé l’ingérence humanitaire face aux failles du politique. Sur le registre d’une politique de la ville (au sens large du terme et non au sens des dispositifs qui ont été classés sous ce terme), l’urgence a rompu avec la temporalité biographique du modèle pédagogique et sanitaire en direction des familles laborieuses pour se consacrer à l’homme à la rue. La pensée de l’hygiénisme issue du xixème siècle, subsumée par l’esprit humanitaire, n’affleure plus que dans le recours à l’ordre et la propreté qui servent à justifier des mesures plus coercitives.

  • 22 Restructurations en petites unités, préservation de l’intimité, acceptation des animaux de compagn (...)
  • 23 Le caractère exploratoire, situé et limité dans le temps de ces enquêtes apportent néanmoins des é (...)

20La redéfinition de la question sociale se manifeste encore par la perception renouvelée des formes de pauvreté et de précarité. Sous l’influence de la visibilité des personnes à la rue et de leur situation extrême, s’est construite une séparation au sein même de la population des pauvres. Les SDF sont alors considérés au regard de ce qui les spécifie : leurs conditions de vie ou de survie et également leurs caractéristiques socio-démographiques. Sur le premier versant, la découverte par le grand public des conditions d’accueil de masse dans les grands foyers d’hébergement et les asiles de nuit, va par exemple influencer les décisions d’humanisation de l’environnement quotidien des personnes à la rue22. Sur l’autre, la recherche statistique s’appliquera à repérer les variables les plus significatives23 en termes d’origine sociale, de sexe, d’âge, mais aussi en termes de trajectoires sociales : trajectoires résidentielles, professionnelles, familiales afin de saisir ces personnes « dans le contexte économique et social dans lequel ces trajectoires sont historiquement situées » (Marpsat, Firdion, 2000). L’ensemble de ces données empiriques – statistiques mais également ethnographiques – permettent de mettre l’accent sur l’origine populaire des personnes sans domicile qui n’ont pu trouver, ni dans la formation scolaire ou professionnelle, ni dans la famille d’origine, ni dans le travail, les appuis nécessaires à leur intégration sociale et mettent ainsi cruellement le doigt sur le caractère individuel de cette forme de pauvreté qui touche essentiellement les hommes, ceux qui par exemple ont délaissé les cités de transit et que Jean-François Laé nomme « les grands célibataires » (Laé, Murard, 1995). Si le facteur travail est déterminant pour qualifier l’homme au chômage, décroché de la sphère du travail, ou en passe de l’être, il est aussi celui qui conduit à la précarisation de l’ensemble de la communauté d’appartenance qui ne peut faire face à la charge supplémentaire que représentent ces hommes ou ces femmes. Les personnes sans domicile ne constituent donc pas un phénomène distinct du milieu social dont elles sont issues. Elles représentent plutôt le parcours possible de tous ceux qui ne peuvent compter durablement et continûment sur les ressources matérielles de leurs proches.

  • 24 Rapport Fleurieu, Chambaud, (Opus cit., 2006).
  • 25 Elle ignore en même temps les processus sociologiques et les résultats de toutes les enquêtes stat (...)

21Distinguer une population pour mieux la connaître et répondre à ses besoins demeure une préoccupation politique, toujours d’actualité. L’une des préconisations du rapport Fleurieu-Chambaud de l’été 200624 recommande en effet d’ » affiner les connaissances quantitatives et qualitatives des personnes sans-abri à Paris et en Ile de France pour améliorer la palette de solutions d’urgence adaptées. » Mais en amont de cette volonté de connaissance, paradoxale car toujours inscrite dans l’urgence d’une résolution immédiate d’un problème pensé uniquement en terme de places d’hébergement, les théories critiques de l’exclusion avaient proposé une autre vision et plaidé pour ne pas détacher les situations les plus limites des processus macro-économique et sociologique. La population touchée par le processus de « désaffiliation » s’était vue non pas désignée comme exclue mais au contraire réinscrite au cœur même d’une société ébranlée dans ses fondements structurels (Castel, 1995). Ces analyses globalement consensuelles au sein des sciences sociales ne semblent pas parvenir à s’accorder aux choix politiques qui, quant à eux, surfent plutôt sur la vague de l’opinion où le sentiment compassionnel tient lieu de posture politique face à l’avenir incertain. La petite phrase qui hante l’imaginaire social : « cela peut arriver à tout le monde » est un indicateur des effets du problème SDF sur la question sociale, telle qu’elle est appréhendée par le sens commun. Elle va avoir un impact fort lorsque les médias font apparaître que les cadres de quelques grandes entreprises ont, suite au chômage, emprunté ce parcours – et quand bien même leur présence demeure anecdotique au vu des statistiques (Marpsat, 1999). Plus largement, ce sont les témoignages vécus, médiatisés qui ont participé à cette incertitude généralisée. Par exemple le récit d’Yves Le Roux co-écrit avec le journaliste Danie Lederman, Le cachalot. Mémoires d’un SDF (1998), s’adresse explicitement au public le plus large, susceptible d’être à son tour confronté à cette expérience extrême : « Un témoignage bouleversant sur la marginalité, sur notre société. Un document effrayant. Et si cela n’arrivait pas qu’aux autres ? ». Si cette interrogation a pu frapper l’opinion, c’est parce qu’elle renforçait le sentiment général de la « précarisation des stables.25 » (Castel, 1994)

22Au cours des années 1990, tous les témoignages biographiques de SDF insistent sur l’espoir proprement individuel de s’en sortir. Au contraire, les actions de mobilisation collective des SDF, quant à elles peu médiatisées, vont s’inscrire dans les mouvements sociaux de tous ceux que l’on nomme alors « les sans », qui ont su imposé leur présence et leur revendication dans la sphère publique, opérant un renversement dans l’espace politique : « Il y a donc une rupture dans cette revendication de l’autonomisation par l’absence ; ce n’est plus la pauvreté, l’exclusion ou la clandestinité qui sont posés comme des problèmes à résoudre dans le silence de ceux qui souffrent mais l’émergence d’une parole profondément politique, prononcée par des gens qui se définissent comme acteurs et qui, par l’identité qu’ils fondent, ce faisant, demandent aux autres acteurs sociaux de les reconnaître comme tels, de tenir compte du manque qu’ils subissent. Il y a là une inversion du point de vue et de la perspective, une volonté d’agir et non plus de subir, de prendre des initiatives et d’intervenir sur la scène publique au lieu d’être seulement vus et décrits comme des éléments passifs des problèmes sociaux » (Fournel, Zancarini, 2000).

Les mobilisations collectives : la part des SDF dans l’espace politique

23Sous l’impulsion de la mobilisation collective, ce droit à la reprise de parole se concrétise non seulement dans la temporalité de l’urgence lors des luttes médiatiques pour revendiquer des droits sociaux, mais aussi sous la forme instituée et plus pérenne de l’association. Ainsi différentes formes d’expérimentations collectives pour ou avec des personnes sans domicile ont été conduites à la fin des années 1990 et au début des années 2000 dans plusieurs villes de France. On peut en relever trois.

24La première forme d’expérimentation a reposé sur des « collectifs d’acteurs associatifs » ou de « réseau d’associations » qui ont su imaginer des réponses plus adaptées aux publics concernés et ainsi développer des formules d’accueil en direction de ceux qui ne « rentraient pas dans les structures d’urgence prévues pour les SDF » (Clément, Fierro, Montovani, Pons, 2003). Ces collectifs se sont transformés parfois en mouvement militant en occupant comme à Toulouse des locaux vacants et en ouvrant un squat organisé. Devenu légal, le squat finit par s’intégrer dans le dispositif existant et devient une offre supplémentaire d’aide aux SDF. Cette première formule s’est combinée parfois à des modalités de regroupements inter-associatifs impliqués dans des recherche-actions.

25La seconde forme d’expérimentation s’est développée dans le champ caritatif avec pour objectif « de mobiliser des usagers pour faire fonctionner des dispositifs qui leurs sont destinés. Le secours catholique de Grenoble, par exemple, a mis en place une formation professionnalisante pour certains de ses accueillis. Cette innovation a été initiée à la suite de deux constats : 1) depuis quelques années, certains accueillis assumaient une fonction de bénévole. Le changement de statut favorisait leur propre évolution ainsi que leur insertion dans la société ; 2) d’autre part, les responsables du Secours Catholique avaient observé que les manières d’intervenir de ces nouveaux bénévoles avaient un impact différent auprès des accueillis. Ils arrivaient à enclencher une dynamique de changement auprès d’eux alors que les autres bénévoles traditionnels avaient plutôt tendance à briser cette dynamique. L’idée qui était ici mise à l’épreuve est celle-ci : pour accroître l’efficacité d’une forme d’action, faire participer les destinataires de cette action à son fonctionnement a des effets sur l’enrôlé comme sur l’ensemble des destinataires » (Chambolle, Deries, Le Floch, 2004). Insatisfaits des rapports traditionnels qu’ils entretenaient avec leurs usagers – dissymétrie de la relation, passivité des aidés – les militants et professionnels ont accompagné le développement des projets des bénéficiaires, tel ce groupe composé à l’origine de squatters et de bénévoles du Secours Catholique. « L’idéal d’intervention que partage le collectif constitué veut que ce soient « les SDF eux-mêmes qui se prennent en charge », en rupture avec les modèles caritatifs et institutionnels. » (Clément, Fierro, Montovani, Pons, Opus cit.).

  • 26 Cf l’association d’entraide « main dans la main » née en décembre 1997 qui s’est ensuite transform (...)

26Enfin, les mouvements de lutte de SDF emmenés par des leaders eux-mêmes SDF, sont nés dans différentes villes comme à Strasbourg ou Saint-Etienne26.

  • 27 Actualités sociales hebdomadaires, 21/02/1997.
  • 28 Mais en ce cas soutenu collectivement par les pairs.
  • 29 Au point de départ de ces mouvements d’entraide, il y a eu la volonté de se soutenir face aux vici (...)

27Après avoir occupé illégalement des squats, les membres aspirant à la légalisation de leur action se sont constitués en association. A Chambery par exemple, un squat au milieu des bois est devenu l’association Uranos d’auto-construction d’habitations en bois27. Ces actions militantes qui ont abouti à occuper une place au sein de l’action sociale ont rarement promu la coopération avec les travailleurs sociaux, surtout lorsque ces derniers refusaient les formes radicales prises par la lutte politique. De plus, la revendication de l’expérience de la rue par les SDF, se trouvant par ailleurs bien souvent dans une position de conflit ouvert avec les services d’assistance, a conduit ces mouvements à se positionner « tout contre » l’assistance. S’en sortir revenait alors à revendiquer son autonomie, à s’affranchir du monde de l’assistance tout en lui empruntant parfois ses modèles d’action, en particulier celui fondé sur le projet personnalisé28 et ainsi à proposer une voie alternative dans le champ même du travail social. C’est à la manière des associations de patients qui revendiquent la gestion de leur maladie, que la lutte pour s’en sortir a été revendiquée par les SDF eux-mêmes comme une volonté de décider et de trouver seuls les soutiens de confiance et les moyens pour construire des projets concrets d’avenir29.

28Ces formes de mobilisation collective n’ont pas toutes réussi leur inscription dans la durée. Quelques-unes d’entre elles poursuivent pourtant avec discrétion le chemin qu’elles ont tracé. Dans tous les cas, elles ont démontré que la capacité à se mobiliser collectivement permettait à chacun de s’affranchir du stigmate du SDF. Elles ont ouvert les conditions de possibilité individuelles de la sortie de la rue, tout en s’appuyant sur les acquis d’une expérience commune partagée, celle de la rue puis celle de l’association.

  • 30 Kim Hopper, militant du droit au logement et anthropologue relate combien la situation américaine (...)

29Au sein de la sphère politique ces différentes expérimentations questionnent la notion même de solidarité en amorçant le débat public sur la place de l’assistance spécialisée et du secours caritatif ou humanitaire dans la résolution de ce problème social, traduite en terme d’action par : « sortir de la rue ». Ce débat qui se voit relancé lors des refus d’hébergement au moment des grands froids de l’hiver, n’a pourtant guère trouvé de relais et de médiations. Pourtant ces mobilisations ont démontré que sans le soutien de militants politiques, de membres actifs de la société civile, leur pérennité était vouée à l’échec. En effet, on a pu observé que dans toutes ces tentatives d’organisation collective, les solidarités se sont développées en empruntant au modèle de l’action collective initiée auparavant par des mouvements militants tels que l’association Droit Au Logement ou le Mouvement des chômeurs ainsi que sur la présence de leaders. L’occasion d’événements rassembleurs (manifestations, occupation d’un squat) et les soutiens extérieurs ont permis la gestion de conflits avec des élus. Sans médiatisation, autre que les « coups journalistiques », ces mobilisations n’ont pu construire un public au-delà des seuls adhérents. Il faut bien convenir pourtant que ces initiatives qui bousculent les places occupées traditionnellement entre démunis et nantis n’ont pas radicalement changé les modes de prise en charge et l’expression même de la déréliction dans nos villes modernes30. C’est pourquoi, la question de la construction d’un public élargi face au problème public des SDF demeure posée. L’horizon d’attente d’une solidarité ne peut négliger l’appréhension du problème tel que nous l’avons signifié en référence à l’analyse des processus sociaux : dans les termes de l’individualisme contemporain.

Notes

1 Ce processus d’individualisation se propagera dans tous les pays du monde par l’action des grands organismes de lutte contre la pauvreté. Voir sur ce point l’analyse très éclairante de Francine Mestrum (2002).

2 Au sens sociologique que donne Herbert Blumer (1971) à la notion de « problème social », repérable au fil des étapes du processus de sa construction sociale : nomination du problème, publicisation, légitimation par des groupes aux intérêts divergents, formation d’un consensus sur la définition du problème, réaction politique, plans d’action.

3 C’est également à la fin des années 1950 qu’Alexandre Vexliard publie sa thèse de psychologie sociale sur le clochard et appréhende le phénomène nouveau du vagabondage (1956, 1957).

4 René Lenoir, Les exclus, Paris, Seuil, 1974 ; Lionel Stoléru, Vaincre la pauvreté dans les pays riches, Paris, Flammarion, 1974.

5 Changement de paradigme donc. En effet, selon les contextes, différents paradigmes sont à l’origine des systèmes de protection sociale : le « travailleur-père de famille » en France, le « pauvre méritant » en Grande Bretagne, ciblé et criminalisé aux États Unis, « l’ouvrier industriel » en Allemagne ou encore le « citoyen » dans les pays scandinaves. (Kaufman, 1994 :.231-251).

6 Pour une modélisation des cadres de l’Action sociale, cf J. Ion, Ch. Laval, B. Ravon, « Politiques de l’individu et psychologies d’intervention : transformation des cadres d’action dans le travail social », », in F. Cantelli, J.-L. Genard, Ph. Warin, D. Vrancken (dir.), 2007, Action publique et subjectivité, Paris, LGDJ.

7 Pour une critique radicale de cet ouvrage lu à travers le prisme des rapports de domination, voir Verdes Leroux Jeannine : « les exclus », in Actes de la Recherche en sciences sociales, n°19, janvier 1978.

8 Qui sera clairement diagnostiqué 10 ans plus tard : « L’écart séparant les 10 % des français les plus riches des plus défavorisés, qui a atteint son niveau le plus bas (3.12) en 1970, est remonté à 3.2 en 1988. Ces chiffres rendent compte d’une évolution « à l’américaine » vers l’individualisation des salaires et une plus grande flexibilité (…) » (Albert, 1991 : 30).

9 En effet, au cours du xixème et du début du xxème siècle, la croyance dans le développement économique, technique et scientifique, considérait la masse des pauvres travailleurs comme des individus en voie d’intégration ce qui, in fine, permettait de rendre efficiente leur citoyenneté. L’indigent ou le pauvre était secourable parce qu’il portait en lui la potentialité de sa participation pleine et entière à la société et, si ce n’était lui directement, ce serait ses enfants qu’il convenait d’éduquer dans cette perspective. A l’idéal du progrès se combinait l’idéal pédagogique. L’ensemble des prises en charge sociale reposait sur cet idéal issu du siècle des Lumières et d’abord mis en pratique par les philanthropes dans leur œuvre de moralisation des classes ouvrières, posant ainsi les première pierres de l’édifice assistantiel moderne.

10 « Si la notion d’exclusion revient en force dans les années 1980, c’est en partie par le détour de la Communauté européenne, du moins vers la fin de la décennie, au cours de la présidence de Jacques Delors. D’autres organismes internationaux s’intéresseront alors à l’exclusion : le Conseil de l’Europe lance le projet Human Dignity and Social Exclusion (HDSE) en 1994 ; l’organisation internationale du travail développe une réflexion à ce sujet au début des années 1990, produisant de nombreux documents ; les Nations-Unies reprennent la notion d’exclusion et s’interrogent sur son adaptation dans le cadre des difficultés des pays en voie de développement. » (Ibid.)

11 Voir par exemple Serge Milano : « La pauvreté, une notion idéologique », in Recherche sociale, n°83, juillet-septembre 1982.

12 Signalons qu’auparavant l’année mondiale des sans-abri lancée par l’ONU (1987) ainsi que le rapport Wrésinski de 1987 a permis de faire progresser la réflexion sur les personnes sans domicile en France. Par ailleurs, le rapport méthodologique sur le recensement général de population (1989), les débats sur la qualité du recensement (1990), les travaux d’évaluation du RMI, les débats à la Commission européenne sur le logement (1992), et au Conseil économique et social (1993) ont également apporté leur contribution aux débats. Cf chapitre 4.

13 Tout au long du Moyen âge et de l’Ancien régime, le domicile de secours pallie l’absence d’aide aux lieux d’origine pour les pauvres itinérants, vagabonds sans feu ni lieu et plus largement tous ceux qui se trouvent sur les chemins à la recherche de subsistance. Le domicile de secours est une forme d’inscription sociale (avec le carnet de circulation) d’abord via les institutions charitables du secours puis avec la laïcisation de l’assistance, les municipalités.

14 Recouvrant une diversité de situations, la catégorie ancienne de sans domicile fixe, au sens juridico-administratif intègre toute personne ne pouvant se prévaloir d’un lieu de résidence et contrainte par la loi à élire domicile auprès d’une mairie de rattachement afin d’accéder aux droits et de se soumettre aux devoirs de tout citoyen. En tant que telle, elle désigne de nombreuses situations sociales : les nomades ou les gens du voyage, les forains, ou encore les travailleurs saisonniers qui possèdent par ailleurs un ou des domicile(s) propre(s) à leur vie itinérante. Cette catégorie ne signale donc pas toujours la pauvreté même si, dans les règlements des Centres d’Hébergement et de Réadaptation Sociale par exemple, elle était encore utilisée récemment pour désigner, de manière restrictive, les vagabonds.

15 Les quotidiens nationaux pratiqueront le plus souvent l’exposé journalistique sous la forme du portrait écrit mais aussi photographique. La presse magazine apportera plus encore la dimension du témoignage personnalisé au fil des événements qui organisent le débat public, tels que la fermeture de l’aéroport Roissy Charles de Gaule le 13 décembre 1991, les premiers arrêtés de mendicité, au cours de l’été 1995.

16 Cette fierté relevée comme un trait caractéristique de la culture ouvrière (Hoggart, 1970) trace, sous la plume des journalistes, un pont entre l’ancien travailleur pauvre et le nouvel exclu du travail.

17 La typification du contenu de la catégorie n’est pas construite une fois pour toute. Elle subit des variations, des ajouts, des adaptations selon l’évolution du phénomène. Ainsi en cette fin d’année 2006, le phénomène des tentes à Paris alimente de façon soutenue le débat. À côté de celle du chômeur, la figure du travailleur pauvre sans logement a fait son apparition.

18 Pour exemple, citons le documentaire anglais Bag’s lady de David Pearson ; en France parmi de nombreux autres, Les hommes invisibles de Carole Roussopoulos ; en Belgique, Le masque de Johan Van Keuken (1989-1990).

19 Une lecture attentive des articles journalistiques de fond montre la perméabilité de ces deux champs, sans pour autant qu’il soit toujours fait état des références mobilisées. Voir par ailleurs le recensement des premiers travaux de recherche en France (Pichon, 1998 : 95-109). Au début des années quatre vingt dix, une série de travaux sont mis en chantier au Plan Urbain puis au Conseil National de l’Information Statistique (CNIS), qui vont impliquer des chercheurs, des médecins, puis des psychiatres, des statisticiens de l’INSEE, etc. Différentes institutions se trouvent ainsi engagées dans ces travaux : le CNRS, l’INED, l’INVS, l’INSEE, le CREDES ainsi que des associations (l’Elan retrouvé, Médecins du Monde, ACCOR, FNARS, etc.). Les sources de financement proviennent des associations (Fondation Abbé Pierre par exemple), de la Communauté Européenne, des instituts de recherche (INED), de la CNAF, des Missions régionales « Pauvreté, Précarité, Exclusion Sociale », de l’INSEE (pour l’enquête nationale de 2001). Cf chapitre 7.

20 Soupe de nuit, Belfond, 1988 ; La maison du partage, Cabédita, 1994.

21 La loi contre les exclusions sociales qui réaffirme ce principe constitutionnel est également un cadre d’orientation des principes politiques et des textes législatifs qui seront élaborés en vue de la restauration de la cohésion sociale.

22 Restructurations en petites unités, préservation de l’intimité, acceptation des animaux de compagnie par exemple.

23 Le caractère exploratoire, situé et limité dans le temps de ces enquêtes apportent néanmoins des éléments précis, comme ici : « Les personnes sans domicile de Paris sont essentiellement des hommes d’âge moyen, les rares femmes sans domicile (17 %) étant en moyenne plus jeunes. Hommes et femmes proviennent souvent de familles nombreuses et ont une origine modeste. Leur enfance et leur jeunesse ont été marquées par des événements difficiles : une forte proportion, de l’ordre du quart, ont été élevés hors de leur famille, notamment en foyer de la DDASS ou en famille d’accueil. Un peu plus de la moitié n’ont jamais été mariés et un tiers des femmes n’ont pas eu d’enfants ; très peu vivent actuellement en couple. Si certains sont désavantagés par une absence de diplômes, d’autres le sont pas des diplômes obtenus à l’étranger, qui peuvent être moins reconnus qu’en France. » (Ibid., p.257).

24 Rapport Fleurieu, Chambaud, (Opus cit., 2006).

25 Elle ignore en même temps les processus sociologiques et les résultats de toutes les enquêtes statistiques. Le fait que quelques individus, issus des classes bourgeoises, soient devenus sans domicile fixe confirme la règle générale : ce sont les plus pauvres, les plus démunis en capitaux scolaires, économiques et culturels qui empruntent cette voie. Voire par ailleurs Maryse Marpsat, « Les sans domicile d’origine bourgeoise », Population, 54 (6), 1019-1032, 1999.

26 Cf l’association d’entraide « main dans la main » née en décembre 1997 qui s’est ensuite transformée en association de chômeurs en développant différents types de prestations et de services : restauration de meubles, karting (Pichon, 2002, Grand, 2003).

27 Actualités sociales hebdomadaires, 21/02/1997.

28 Mais en ce cas soutenu collectivement par les pairs.

29 Au point de départ de ces mouvements d’entraide, il y a eu la volonté de se soutenir face aux vicissitudes de la sortie de la rue. Mais aucun groupe de self-help connu (associations de malades, alcooliques anonymes, toxicomanes…) n’a choisi cette forme de partage : vivre sous le même toit. Ici, ce qui a rassemblé ces individus a été précisément le fait de ne pas avoir de domicile, de vouloir rompre avec les habitudes et les servitudes de la vie à la rue. Retrouver un toit a donc été le premier de leurs soucis. Les moyens de la mobilisation ont emprunté aux formes disponibles de la lutte sociale : tracts, manifestation, occupation illicite d’un immeuble vacant. Différentes alchimies contextuelles ont décidé des poursuites de l’action de lutte. Le rôle des soutiens extérieurs au « monde de la rue » a également ouvert de nouvelles possibilités d’action : la presse locale, des artistes locaux, des intermittents du spectacle, des militants associatifs ont accompagné, selon les cas, ces mouvements.

30 Kim Hopper, militant du droit au logement et anthropologue relate combien la situation américaine est quant-à-elle désespérante. : « parce que les politiques d’urgence et de réparation ont montré leurs limites, parce que toutes les réformes obtenues de haute lutte devant les tribunaux, les résultats d’années de combat juridique et législatif ont été progressivement réduits à néant ; et enfin parce que les militants se retrouvent aujourd’hui dans des combats d’arrière-garde pour regagner du terrain qu’ils pensaient avoir conquis. S’il est vrai que « le droit donne le ton », il faut bien reconnaître, dit Hopper, qu’il a négligé de construire des alliances capables de mobiliser au-delà de la population directement intéressée, de travailler à l’échelle du « plus grand des cercles affectifs, pour reprendre la formule de Simmel. » (cit. par Joseph, 2003, p..335).

Auteur

Pascale Pichon, sociologue, maître de conférences à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, chercheure au sein du laboratoire MODYS-CNRS, UMR 5264. Elle a dirigé cet ouvrage.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540