Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

SDF, sans-abri, itinérant

 | 
Pascale Pichon

Première partie. Nommer : la genèse d’un problème social dans différents contextes

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Trois « pays » francophones, trois désignations différentes pour nommer une figure de la pauvreté urbaine : itinérant, sans domicile fixe, sans-abri. Bien qu’immémoriale, cette figure a été perçue au cours des années 80 de façon nouvelle par nos contemporains. Elle révèle les profondes mutations du capitalisme en Europe comme en Amérique du Nord et, plus généralement, une sensibilité accrue à la visibilité du dénuement conjugué à l’isolement social dans les grandes métropoles des pays riches.

2Selon la démarche choisie par chacun des chercheurs, c’est-à-dire le moment historique où il situe la genèse du phénomène dans son contexte, il s’est avéré nécessaire de saisir les infléchissements des politiques publiques, nationales ou plus locales, ainsi que les réactions de la société civile face aux formes de déréliction dans l’espace urbain qui renouvellent la question sociale comme la question urbaine. Des multiples désignations courantes dans les pays francophones – non logés, sans-logis, sans-abri, vagabonds, SDF, clochards, routards, itinérants, etc. – nous n’avons retenu que les désignations officielles, celles qui relèvent de la catégorisation dans la sphère de l’action publique et sur lesquelles s’appuient des actions de mobilisation de la société civile (associations, communautés, regroupement des intéressés). En effet, ce qui nous est apparu significatif au moment de reprendre les fils de la construction d’un problème social, transformé en problème public, c’est le jeu des acteurs politiques, médiatiques et associatifs – duquel les chercheurs n’ont pas été exclus – ainsi que la place de chacun et son influence plus ou moins grande selon les pays.

3La mise en perspective de ces trois contextes relève d’une intention commune : donner à lire le processus de construction d’un problème social dans sa totalité, un peu à la manière dont Herbert Blumer (1971) en envisageait le décryptage dans la note critique qu’il adressait à ses collègues, leur reprochant de ne pas considérer chaque problème social comme une production sociétale et les conviant à considérer les différentes étapes de ce processus : repérer son émergence et la manière dont il est nommé par les contemporains, examiner le travail de légitimation à l’œuvre, observer les efforts de mobilisation pour l’action face à ce problème, suivre la mise en place d’un plan officiel d’action à travers les politiques publiques et les réglementations organisant la mise en ordre des dispositifs successifs, relire l’ensemble du processus au regard des transformations apportées au plan officiel d’action. Cette grille de lecture est une excellente entrée dans un travail de comparaison. Elle permet de repérer les points de convergence et de divergence dans la manière d’appréhender et de traiter le problème considéré.

  • 1 En contre point, la situation suisse montre que si les situations de dénuement et d’absence de « c (...)

4On peut d’ores et déjà faire observer que dans chacun des pays considérés, la crise économique des années 1970 a été le déclencheur d’une perception renouvelée de la pauvreté individuelle, celle-ci semblant se diversifier et ne plus être rattachée à un groupe aisément identifiable. Cette perception semblait être le fruit d’un effritement d’une confiance en un avenir prospère pour le plus grand nombre. Alors que nous étions entrés dans un monde incertain, l’horizon d’attente assombri révéla les situations de déréliction, visibles dans tous les espaces publics urbains. Des nuances apparaîtront toutefois entre les pays dans la manière dont chacun a vu se déployer le problème spécifique des « personnes à la rue », comme un problème social à part entière, nécessitant en tant que tel d’être nommé1. Face à ce qui se dévoile publiquement insupportable ou intolérable à notre sensibilité contemporaine, différentes réponses seront apportées.

Notes

1 En contre point, la situation suisse montre que si les situations de dénuement et d’absence de « chez soi » sont également présentes, le problème n’a pas été reconnu en tant que tel par l’ensemble de la société, n’a pas été nommé et n’est pas apparu comme une priorité d’action politique. D’autres catégories sont mobilisées et publicisées comme par exemple celle des « jeunes toxicomanes ».

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540