Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’affaire du carmel d’Auschwitz (1985-1993)

 | 
Thérèse Hebbelinck

Chapitre 4. Septembre 1989 à juillet 1993 : de la construction du centre au départ des carmélites

Texte intégral

Mesures prises en Pologne suite à la crise de l’été 1989

  • 1 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, note de J. Dujardin, 23-24/04/1988.
  • 2 Résumé d’entretiens avec B. Bernard Dupuy à propos du carmel d’Auschwitz au centre Istina à Paris, (...)
  • 3 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, note de J. Dujardin, 23-24/04/1988.
  • 4 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

1La crise qui avait détérioré les relations entre juifs et catholiques de février à septembre 1989 prit fin le 19 septembre suite au communiqué du Vatican. La construction du centre put commencer sur un terrain situé à environ 500 m du carmel. Le choix de ce terrain ne s’était pas fait sans heurt. Revenons un instant aux années 1987 et 1988. Le 31 décembre 1987, le ministre des cultes avait donné son accord pour la construction du centre et du carmel. Trois sites étaient possibles pour l’érection du bâtiment1 : un terrain en face du vieux théâtre (seul terrain « viabilisé » pourvu d’eau, canalisation, électricité, téléphone), dont Mgr Gorny favorisa le choix, et deux autres lieux situés un peu plus loin du camp2. Comme nous l’avons déjà souligné, la déclaration de Genève II comportait une ambiguïté autour du mot « place » [« l’établissement de ce centre (…) implique que l’initiative de prière des carmélites trouvera dans ce nouveau contexte sa place (…) »], ambiguïté qui fut récupérée habilement en Pologne où l’on retint le sens figuré du mot. Le cardinal Macharski tenta en 1987 et 1988 une diversion très subtile en proposant de construire un centre international et d’y englober le vieux théâtre. Cela revenait non pas à déplacer les carmélites mais à les englober dans cette réalité nouvelle du centre international, ce qui fit réagir les membres occidentaux de la délégation catholique (B. Dupuy, J. Dujardin) et les juifs. Le père Dujardin fit une note (signée les 23-24/04/1988) pour le cardinal Lustiger3. C’est à ce moment-là qu’il découvrit ou prit conscience de manière plus nette de la déclaration de l’UNESCO4. Lors de la préparation de la rencontre à Paris des deux délégations le 20 décembre 1988, les membres catholiques durent expliquer à l’archevêque de Cracovie les raisons pour lesquelles il fallait déplacer le carmel.

  • 5 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de T. Klein à J.-M. Lustiger, 3/06/1988.
  • 6 Entretien avec G. Schnek, 11/02/2009.
  • 7 Avant cette date, il n’était pas sûr qu’on choisisse ce terrain, comme l’indiquent plusieurs échan (...)
  • 8 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de F. Macharski à A. Decourtray, 7/06/1989.

2Avant cette rencontre, suite à une invitation adressée par le cardinal Macharski en mai 1988, G. Schnek et G. Riegner s’étaient rendus à Auschwitz en juin 1988 pour visiter les terrains susceptibles d’accueillir les nouvelles constructions5. D’après les souvenirs de G. Schnek, ils visitèrent deux lieux à proximité du camp et furent invités à donner leur avis. Ils suggérèrent l’un des deux terrains à la fois proche et éloigné de l’entrée du camp6. Il fallut encore attendre près d’un an pour que le cardinal Macharski informe début juin 1989 son confrère français, le cardinal Decourtray, que le terrain choisi pour le centre était bien celui que G. Riegner et G. Schneck avaient visité en 19887. La voïvodie de Biesko-Biala et la ville d’Oświęcim avaient donné leur accord pour le choix du terrain et pour la construction du carmel ainsi que pour celle du centre et les conditions de viabilité avaient été acceptées officiellement. Le terrain pouvait donc être acquis au cours de l’été et la construction devait commencer au début du premier semestre de l’année 19908.

  • 9 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. (...)
  • 10 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

3Après la grave crise de l’été 1989, le cardinal Macharski prit les choses en main. Était-ce uniquement le résultat d’une prise de conscience suite aux difficultés de 1989 ? Cet élément dut jouer mais deux autres éléments de poids accélérèrent le changement d’attitude de l’évêque. Tout d’abord l’archevêque de Cracovie se sentait davantage soutenu en Pologne depuis la déclaration du cardinal Willebrands9. Ensuite, l’ouverture des frontières de la Pologne risquait d’avoir pour conséquence l’arrivée de journalistes étrangers. Voyant que l’année 1989 touchait progressivement à sa fin, l’archevêque de Cracovie prit peur, car il n’y avait toujours aucune avancée concrète sur le terrain concernant la construction du centre et du carmel. Sur place, un carton indiquait comment les lieux futurs allaient être aménagés10. Le cardinal Macharski sollicita alors l’aide du nouveau premier ministre polonais, T. Mazowiecki, afin de lever les obstacles administratifs et ministériels pouvant entraver la construction. Le ministre confia à Stefan Wilkanowicz une mission de médiation visant à aplanir les difficultés et ce dernier devint le conseiller du cardinal Macharski.

  • 11 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. (...)
  • 12 En réalité, ce conseil existait déjà du temps du communisme, mais il n’avait pratiquement aucune a (...)
  • 13 Entretien avec S. Wilkanowicz, 13/11/2010 ; Jean-Yves Potel, La fin de l’innocence…, p. 174.
  • 14 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J.-M. Lustiger à M. Pardes, 12/10/1989.
  • 15 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes dactylographiées de J. Dujardin, 7/10/1989.
  • 16 Conversation téléphonique entre B. Dupuy et T. Barnas, 15/06/1987 (document mis à disposition par (...)
  • 17 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.
  • 18 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de S. Wilkanowicz à J. Dujardin, 16/06/1990.
  • 19 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.
  • 20 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.
  • 21 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. (...)
  • 22 Bernard Suchecky, Deux carmels pour le prix d’un, dans Regards, 259 (25/10-7/11/1990), p. 14, 16-1 (...)

4S. Wilkanowicz était également le conseiller de M. Mazowiecki qui avait cherche dès son arrivée au pouvoir à démystifier le musée d’Auschwitz. Officieusement il joua de la sorte un rôle très efficace dans les projets de révision du museesée11. Il eut l’idée de créer un Conseil scientifique international près le musée d’Auschwitz, ce qui fut réalisé en juin 199012. Celui-ci supervisa les décisions d’aménagement du site et joua un rôle fondamental – en collaboration avec le mémorial de la Shoah a Jérusalem, Yad Vashem – dans la signalétique et les explications données aux visiteurs des camps d’Auschwitz-Birkenau ainsi que dans la modification des pierres tombales de Birkenau (cf. supra)13. Outre cette mission reçue du premier ministre, Stefan Wilkanowicz se voyait donc devenir également le conseiller de l’archevêque de Cracovie. Il travailla en lien étroit avec ce dernier afin de faire avancer la réalisation de l’accord de Genève14. En plus de ce rôle d’information par le biais de la revue Znak dont il était le rédacteur en chef, son action consistait aussi à un échange de correspondance entre l’archevêque et le premier ministre. Le cardinal demandait de l’aide financière pour l’achat du terrain (trois parcelles avaient été achetées en octobre 1989 et une promesse de vente avait été signée pour les autres) ainsi que pour la création d’une « Fondation » qui serait chargée de la construction du centre et du carmel15. La Fondation « Centre d’information, de rencontre, de dialogue, d’éducation et de prière d’Auschwitz » fut instituée le 18 décembre 1989 à Cracovie par le cardinal Macharski. Il s’agissait d’un organisme juridique autonome chargé de la construction du centre et capable – en tant que personne morale – de collecter des fonds pour la réalisation de cet objectif. Déjà en 1987, on avait projeté de former un comité de patronage pour le financement du centre et le cardinal Lustiger avait proposé qu’il y ait un double secrétariat avec un bureau en Pologne et un autre à Paris, Bruxelles ou Genève16. Mais finalement, la Fondation créée en 1989 était une institution strictement polonaise, reconnue par le droit polonais et à l’étranger, une association habilitée juridiquement à recevoir de l’argent selon le droit polonais. Son siège se trouvait à Cracovie17. L’archevêque de cette ville fit appel au père Marek Głownia, un prêtre expérimenté de son diocèse pour en assurer la présidence18. Celui-ci ignorait quasi tout de cette question du carmel et tenta de décliner l’offre, mais le cardinal dut se montrer convaincant19. L’objectif premier de la Fondation était la construction du centre interreligieux, ensuite venait le règlement de la question du carmel. L’idée de créer cet organisme juridiquement autonome répondait au souci de ne pas éveiller de craintes ou de soupçons chez les juifs (crainte que les catholiques construisent une nouvelle église et non un centre ; crainte qu’ils cherchent par le biais d’une Fondation – qui aurait été catholique – a convertir les juifs de manire sournoise), comme cela aurait pu être le cas si l’église s’était chargée de cette mission. Il était important, selon M. Głownia, de montrer aux yeux des médias que l’église ne se mélait pas de cette Fondation, ce qui facilitait les choses pour trouver des partenaires financiers ainsi que dans les relations avec la communaut juive20. Certains juifs restaient en effet méfiants par rapport au projet de création du centre. Les statuts de la Fondation furent déposée au ministère afin de bien distinguer la construction du centre et du carmel, de l’administration du diocèse de Cracovie21. Malgré cela, la méfiance resta de mise chez certains juifs. B. Suchecky par exemple, dans un article intitulé Deux carmels pour le prix d’un », parlait du centre comme d’un « instrument idéologique » au service de « la vaste campagne de rechristianisation de l’Europe menée par l’église de Jean-Paul II »22.

  • 23 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.
  • 24 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 2, CR de la 52e réunion du CERJ le 3/10/1994, p.6 : le pè (...)
  • 25 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

5La Fondation fut en contact très régulier avec le père Dujardin en France. M. Głownia le rencontra par l’intermédiaire du cardinal Macharski et ainsi se créa une petite communauté internationale23. J. Dujardin s’occupa à Paris de la coordination du financement en Occident. La France aida beaucoup la Fondation, spécialement au niveau financier. Le travail de cette Fondation et de son président fut laborieux, surtout à ses débuts24. En effet, à l’origine le site prévu pour la construction du centre était vierge et il fallait trouver une équipe chargée de la construction ainsi que régler toutes les questions judiciaires25.

Questions financières concernant la construction du centre et du carmel

  • 26 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, étude de l’ingénieur P. Pavot.
  • 27 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de P. Pavot à J. Dujardin, 7/06/1990.
  • 28 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre de J. Dujardin à P. Duprey, 27/06/1990.
  • 29 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR d’une conversation entre S. Wilkanowicz et T. Barn (...)
  • 30 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 3/06/1990.

6Les questions financières concernant la construction du centre et du carmel inquiétaient le père Głownia. En mai 1990, le père Dujardin envoya sur place Pierre Pavot, ingénieur retraité de l’École Polytechnique, afin de procéder à une étude de faisabilité du projet26. Celui-ci s’avérait difficile à réaliser à cause de la situation politique et économique du pays : l’absence d’entreprises ne permettant pas de faire une estimation des coûts des matériaux et de la main-d’œuvre et la situation politique rendant les coûts très fluctuants27. Cette étude révéla le sérieux des réalisations en cours, mais elle mit en évidence le problème du financement28. Avec le passage du pays à l’économie de marché (le 1er janvier 1990), les prix (en devises occidentales) des matériaux nécessaires pour la construction avaient quintuplé, ce qui modifia complètement le budget établi précédemment29. De manière générale, il fut difficile de prévoir le financement des constructions a cause des raisons économiques propres a la Pologne ou l’inflation, le prix des matières premières et l’augmentation des salaires avaient profondément changé en quelques mois30.

  • 31 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR d’une conversation entre S. Wilkanowicz et T. Barn (...)
  • 32 Jean Vilnet(1922) : évêque émérite de Lille qui fut président de la Conférence épiscopale français (...)
  • 33 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « Carmel d’Auschwitz », lettre de J. Vilnet à F. Macharski, 25/05/ (...)
  • 34 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre de J. Dujardin à P. Duprey, 27/06/1990.

7Les difficultés financières polonaises avaient déjà été prises en compte lors de la rencontre de Genève II, puisque les négociateurs s’étaient mis d’accord sur le fait que le cardinal Macharski promouvrait le projet du centre en Pologne tandis que les évêques des autres pays réuniraient l’argent nécessaire à la réalisation des bâtiments. Dans cette recherche de fonds nécessaires à la réalisation du centre et du carmel, les pères Głownia et Dujardin jouèrent tous deux un rôle fondamental. À Cracovie, la Fondation (dont M. Głownia était le président) avait été mise sur pied pour collecter les fonds nécessaires à la construction du centre et du carmel. À Paris, c’était le père Dujardin qui s’occupait de la coordination du financement31. Dès 1987, le président de la conférence épiscopale française, Mgr Jean Vilnet32, avait pris au nom de l’Église de France l’engagement d’aider financièrement le projet de création du centre qui avait reçu l’approbation de l’ensemble des évêques du conseil permanent33. Concrètement, pour aider la Pologne, un compte fut ouvert en France et une souscription fut lancée par le CERJ au début de l’année 1990. Le compte recevait les dons de différents donateurs occidentaux et il alimentait la Fondation34.

  • 35 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre de J. Dujardin à J.-M. Lustiger, 15/06/1990.
  • 36 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre d’A. Decourtray à Mgr Lehman, 29/09/1990.
  • 37 Document écrit par A.-D. Rinckwald, 9/10/1990 (document mis à disposition par le père Pierre-Marie (...)

8Dans une lettre adressée en juin 1990 à J.-M. Lustiger, J. Dujardin signale que le CERJ ne pourra apporter qu’une participation modeste au coût financier de l’ensemble du bâtiment (carmel et centre) et qu’il était indispensable de trouver d’autres ressources35. En septembre 1990, la souscription française avait déjà permis de récolter deux millions de francs français36. Mais cette somme, aussi importante fût-elle, restait largement insuffisante et, à tout moment, on risquait de devoir arrêter les constructions par manque d’argent pour payer les ouvriers37.

  • 38 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.1, note de G. Passelecq sur le travail de la CNCJ de 1979 (...)
  • 39 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à J. Dujardin, 6/04/ (...)
  • 40 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. (...)
  • 41 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de G. (...)
  • 42 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à O. Hamels, 31/01/1 (...)
  • 43 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de G. (...)

9Que fit la Belgique pour aider financièrement la Pologne à construire le centre et le carmel ? Le 2 octobre 1989, les pères Barnas et Passelecq de la CNCJ assistèrent à la réunion du CERJ. À cette occasion, le comité français sollicita la CNCJ pour lancer une collecte en Belgique38, de sorte que fin 1989, le père T. Barnas lança l’idée d’une souscription en Belgique. Il soumit ce projet à la commission belge qui ne s’y opposa pas à condition que l’initiative reste celle du père Barnas à qui on demandait d’agir à titre personnel. Ce dernier proposa cette idée au cardinal Danneels qui lui déconseilla formellement de faire une telle collecte et T. Barnas abandonna finalement le projet39. L’absence de souscription en Belgique était particulièrement gênante aux yeux du père Dujardin, qui rappelait à son homologue belge, le père Passelecq, qu’à Genève, les cardinaux signataires s’étaient engagés à soutenir non seulement moralement mais aussi financièrement le projet de construction du centre et du nouveau carmel40. G. Passelecq expliqua à J. Dujardin qu’il n’avait pas semblé opportun d’ouvrir une souscription car l’affaire du carmel était née en Belgique suite à la collecte en 1985 du père van Straeten qui avait permis de récolter des millions pour l’ancien carmel. Le public belge avait donc une image négative du projet41. De plus, cette collecte avait été faite cum permissu superiorum, et il semblait délicat de demander cinq ans plus tard au cardinal Danneels de soutenir un projet qui allait dans le sens inverse de celui de 198542. Cette interprétation donnée par le père Passelecq contredit les dires du cardinal qui prétendit toujours que l’épiscopat belge n’avait pas soutenu l’initiative de l’AED en 1985. Si la Belgique ne lança pas de souscription, la conférence épiscopale versa cependant une somme d’un million de francs belges à la Fondation43.

  • 44 On peut par exemple citer l’étude envoyée aux cardinaux Danneels, Decourtray, Lustiger et Duprey e (...)
  • 45 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, financement du centre – Pierre d’Ornellas, 5/05/1990.

10Les pères Głownia et Dujardin travaillèrent sans relâche, de 1990 à 1993, pour récolter des fonds. On peut le vérifier en consultant les archives du CNAEF (notamment le carton 58). Sans cesse, ils lancèrent des appels aux dons, relancèrent les demandes d’argent, tant à des particuliers qu’aux épiscopats européens et américains. Le père Dujardin envoya des études détaillées sur les projets de construction en tenant ses interlocuteurs au courant de l’avancement des travaux44. Les évêques de nombreux pays furent ainsi invités à participer financièrement à la construction du centre. Ils reçurent un dossier précis avec un descriptif du projet et une estimation du coût total ainsi que le calendrier des travaux. L’ensemble du terrain avait été divisé en un certain nombre de « lots » et les évêques étaient invités à acheter l’un d’entre eux45. Lorsque les travaux menaçaient d’être arrêtés faute d’argent, les pères Głownia et Dujardin alertaient l’opinion et les cardinaux signataires.

  • 46 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 3/06/1990.
  • 47 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, mémorandum des cardinaux Bernardin, Hickley et Pilarc (...)
  • 48 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de F. Macharski à J.-M. Lustiger, non datée ; (...)
  • 49 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre de J.-M. Lustiger au cardinal Joachim Meisner, (...)

11Relevons quelques sollicitations et leurs résultats. En juin 1990, le père Dujardin envoya une lettre pour demander une aide financière. Il signalait que certains pays avaient déjà fait un don, parmi lesquels la Belgique et la Hollande46. Les évêques américains (Hickley, O’Connor, Bernardin, Law) qui avaient manifesté un intérêt pour le projet et qui avaient reçu la lettre du prêtre français ainsi que le dossier qui l’accompagnait, répondirent en soutenant moralement les constructions mais en disant que leurs diocèses n’avaient pas beaucoup de moyens et ne pouvaient donc pas envoyer d’argent47. En septembre 1990, aux États-Unis, l’archevêque de Baltimore et le Dr Eugène Fischer (secrétaire de la commission épiscopale américaine pour les relations avec le judaïsme) furent sollicités. Il en fut de même en Allemagne pour le Prof. Hans Hermann Henrix (de la commission allemande pour les relations avec le judaïsme) et pour Mgr Karl Lehman (président de la conférence épiscopale allemande), car ce pays avait laissé entendre qu’il pourrait apporter son aide en fournissant les matériaux nécessaires à la construction. En mai 1991, alors que les travaux menaçaient d’être arrêtés par manque d’argent, les cardinaux belge et français firent une avance de 100.000 dollars48. Autre démarche importante, le 14 décembre 1991, lors de la clôture de l’Assemblée spéciale pour l’Europe du synode des évêques, les quatre cardinaux signataires écrivirent une lettre, signée également par le cardinal Martini (président de la conférence des épiscopats européens) et le cardinal Edward Idris Cassidy* (président de la commission pour les relations religieuses avec le judaïsme pour la cité du Vatican), à 74 cardinaux, archevêques et métropolites d’Europe et d’ailleurs, afin de rappeler qu’il fallait trouver 1.200.000 dollars49. On pouvait lire :

  • 50 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 2/06/1992.

Étant donné la dimension européenne du drame dont “Auschwitz” est le symbole, il a été prévu que le financement serait assuré par l’Église dans les pays de l’Europe occidentale. C’est pourquoi, au nom de cet engagement moral, nous nous adressons à vous en espérant que votre diocèse pourra participer au financement de ce projet50 ».

  • 51 Document se trouvant à Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58.
  • 52 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 2, CR de la 52e réunion du CERJ, 3/10/1994, p. 6.

12En réponse à cet appel, les dons affluèrent : 1.000 dollars en janvier 1992 du diocèse de Dublin ; 20.000 dollars en juin 1990 et 50.000 dollars en février 1992 de la conférence épiscopale italienne ; 50.000 dollars en février 1992 du diocèse de Salzburg (Autriche) ; 1.000.000 pesetas de la conférence épiscopale espagnole51. L’Église d’Allemagne apporta elle aussi sa contribution : l’archevêque de Cologne fit un don de 50.000 dollars ; celui de Munich prit en charge la chapelle du carmel (avec un don de 500.000 DM52).

  • 53 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, note du CERJ concernant la construction du nouveau ca (...)
  • 54 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 1, CR de la 47e réunion du CERJ, 2/03/1992, p. 7, 9.
  • 55 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58.

13Parmi ces nombreux dons, deux donateurs particuliers méritent d’être soulignés. Le premier est le pape Jean-Paul II, qui fit un premier don de 100.000 dollars fin octobre 1990 afin d’encourager la générosité des Églises européennes et des fidèles et un second en mars 199153. Ces dons eurent l’effet escompté car le soutien du pape à la création du centre encouragea de nouveaux gestes de solidarité. Un autre versement remarqué est celui du primat de Pologne, qui symbolisait un changement d’attitude de l’Église polonaise54. Son confrère de Cracovie avait lui aussi fait une donation initiale de deux millions de złotys (ou 459.570 € en 2011) avant la pose de la première pierre en 199055. Aujourd’hui se dressent à Oświęcim le centre de prière et de dialogue et le carmel. Ces bâtiments ont pu être réalisés grâce à un soutien financier venu quasi exclusivement de l’extérieur de la Pologne. En effet, selon J. Dujardin, la population polonaise n’a pas du tout pu prendre part au financement. La France apporta une aide fondamentale à la Fondation dans la réalisation du centre et du carmel. Nous l’avons souligné, le père Dujardin œuvra grandement pour collecter des fonds et le CERJ lança une souscription en France qui donna des résultats satisfaisants, mais insuffisants.

  • 56 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 1, CR de la 48e réunion du CERJ, 28/09/1992, p. 4-5.
  • 57 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010 ; Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, 4e réunion d (...)
  • 58 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. (...)
  • 59 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

14La solution qui permit de résoudre le problème financier est pour le moins étonnante. En septembre 1992, le père Dujardin annonçait à la réunion du CERJ qu’on pouvait « espérer que des organisations juives débloqueront des fonds56 ». En effet, un des associés de la banque Lazare, une banque d’origine juive fit un don de 50.000 dollars et par ailleurs, J. Dujardin put négocier un prêt assez avantageux auprès de cette banque, ce qui fut d’une grande aide dans la construction du centre57. Cet épisode d’une banque juive prêtant de l’argent n’est pas anodin, comme le révèle un autre fait. En 1990, le Consistoire central israélite belge se plaignit auprès de la CNCJ d’avoir été sollicité par le CERJ pour participer à la souscription lancée en France. Cela suscita quelques remous en Belgique et, s’étant renseigné auprès du père Dujardin, G. Passelecq apprit que l’initiative n’émanait pas du CERJ : « nous n’avons jamais songé à une telle démarche tant elle nous aurait paru inconvenante58 ». Cet incident démontre que les membres de la délégation catholique n’entendaient certainement pas faire appel aux juifs pour les aider financièrement dans la construction du centre et du carmel, mais ils ne refusèrent pas l’aide apportée par un organisme juif en 1992. Le prêt accordé devait bien entendu être remboursé. Le père Dujardin nous a informé – élément que l’on ne retrouve pas dans les archives – que le cardinal Lustiger assuma en grande partie le remboursement de l’emprunt59.

  • 60 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.
  • 61 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 3/06/1990.
  • 62 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 3/06/1990.
  • 63 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58 et autres…
  • 64 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58.

15La France fut incontestablement le pays qui consentit le plus grand effort financier pour permettre l’édification des nouveaux bâtiments d’Oświęcim soit directement par dons, soit par emprunt à la banque. La Belgique participa par un don très modeste. Il n’y eut pas de collecte comme on l’avait espéré. Certains épiscopats nationaux ou membres de ces épiscopats firent un geste, les épiscopats italien et espagnol, des évêques d’Allemagne, de Hollande, de Dublin, d’Autriche, de Pologne (F. Macharski et J. Glemp). D’autres ne firent rien, comme ce fut le cas de l’épiscopat américain qui soutint le projet moralement mais qui n’y contribua pas financièrement60. La France avait beaucoup compté sur le soutien des États-Unis, mais certains pays étaient moins sensibles au problème du carmel, soit à cause de la faible présence d’une communauté juive sur leur territoire, soit du fait de leur éloignement, ce qui fut peut-être le cas pour les États-Unis61. Outre les dons provenant des Églises, il y eut également de nombreux versements faits par des personnes individuelles. Début juin 1992, le père Dujardin signalait que 500 personnes ou communautés avaient apporté leur contribution62. Certains dons étaient soumis à condition : par exemple que le carmel soit fini à telle date, auquel cas on voulait récupérer l’argent ; ou alors, que le don serve à construire le carmel et non le centre63. De nombreuses communautés monastiques apportèrent également leur contribution. Citons par exemple en France le carmel des Buissonnets64.

Construction du carmel et du centre et programmation des activités de ce dernier

  • 65 Les personnes présentes étaient : Gerhart Riegner, Ernst Ludwig Ehrlich, Tullia Zevi, Ady Steg, Re (...)
  • 66 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.
  • 67 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Carton Correspondance 1 », lettre de G. Schnek à G. Passelecq, (...)
  • 68 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. (...)

16Les rentrées financières conditionnaient la construction du centre et du carmel. Mais les questions administratives et juridiques liées à la construction des bâtiments préoccupèrent pendant longtemps le président de la Fondation. Le 11 décembre 1989, les négociateurs des accords de Genève65 se retrouvèrent à Paris pour discuter de ces questions en présence de S. Wilkanowicz. Le terrain avait enfin été choisi (début juin 1989) mais les choses n’étaient pas réglées pour autant. Il fallait désormais engager les démarches pour l’acheter et faire les plans pour commencer les travaux. Le terrain n’appartenait pas à l’archevêché mais à treize propriétaires. Il fallait donc régler différentes questions juridiques, parfois avec des héritiers66. Début octobre, seulement trois parcelles avaient été achetées et une promesse de vente avait été signée pour les autres. L’échange à Paris entre les représentants juifs et S. Wilkanowicz ne fut pas des plus faciles, car l’urgence de faire avancer la situation rendait l’atmosphère tendue. Suite à cette rencontre, G. Schnek se sentait confiant, ayant perçu que le climat polonais avait fortement changé depuis le nouveau gouvernement de Solidarność. Il avait l’impression que les Polonais allaient faire pression pour que les carmélites changent d’attitude et quittent le couvent67. De son côté, S. Wilkanowicz rentra en Pologne très conscient de la gravité de la situation, de sorte que le père Dujardin se demanda si les premiers travaux ne commenceraient pas vers la mi-février 199068.

  • 69 Une « Fondation » pour soutenir le « Centre de rencontres et de prière » d’Auschwitz, dans La Docu (...)
  • 70 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58.

17Il n’avait pas tort puisque le 18 février 1990, la première pierre du centre fut posée par le cardinal Macharski en présence de Jacek Ambrosiak, représentant du premier ministre, Tadeusz Mazowiecki69. Le 21 février 1990, un document de la République polonaise (ministre de l’art et culture, Izabella Cywinska) ratifia la fondation du Centre d’information, de rencontre, de dialogue, d’éducation et de prière d’Oświęcim. Il spécifiait que le cardinal Macharski en était le fondateur70. Toutes les difficultés administratives n’étaient cependant pas levées. En mai 1990, 1 ha 6 du terrain avait été acheté sur les 3 ha 8, et le reste était encore en négociation avec les propriétaires ou avec l’État.

  • 71 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR fait par J. Dujardin d’une rencontre avec M. Głown (...)
  • 72 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, bref rapport sur le voyage de J. Dujardin à Auschwitz (...)

18En septembre 1990, le bilan était relativement satisfaisant car les travaux avançaient rapidement et les fondations du carmel étaient achevées71. Le 23 novembre 1991, la première pierre angulaire du nouveau monastère, bénite par le Saint-Siège, put être posée publiquement et solennellement en présence des cardinaux F. Macharski et E. I. Cassidy. Ce dernier, assisté par Mgr Pier-Francesco Fumagalli – secrétaire de la Commission du Saint-Siège pour les relations religieuses avec le judaïsme – exprima clairement à cette occasion le soutien du pape Jean-Paul II au nouveau carmel. Ce moment prit une dimension symbolique très importante en Pologne car la célébration fut connue dans tout le pays grâce aux journaux et à la télévision. Le monde entier fut averti officiellement de l’engagement irréversible de l’Église et du pape dans le nouveau carmel et non plus seulement en faveur du centre international72.

  • 73 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR fait par J. Dujardin d’une rencontre avec M. Głown (...)
  • 74 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à T. Klein, 3/05/1990.
  • 75 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de Ph. Sainz de Baranda à la prieure du carmel (...)
  • 76 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « CERJ », lettre de la prieure Sr Marie-Hélène du Sacré Cœur de Jé (...)
  • 77 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

19La responsabilité de la construction du carmel et du centre incombait au père Głownia, une mission qui lui apporta de nombreux soucis. Le chantier débuta sans permis de construire. Les travaux commencèrent par la construction du centre et ensuite par celle du couvent. On chercha un architecte un peu au hasard. Ce dernier fut confronté aux exigences que nécessitait un couvent de cloitrées avec un parloir, des parties intérieures et extérieures. Sa conception devait être adéquate pour accueillir les sœurs cloîtrées afin que celles-ci ne puissent pas trouver d’excuse pour ne pas y aménager. Le père Głownia et le provincial avaient décidé d’associer les religieuses à l’élaboration des plans du futur carmel, ce qu’ils jugeaient fondamental pour les préparer psychologiquement à leur transfert futur. Il proposa à la mère supérieure du carmel de rencontrer l’architecte et de consulter les plans du couvent, mais sa réponse fut : « puisque vous êtes responsable, occupez-vous de cela, car on ne va pas changer de place. Nous avons déjà un couvent, nous ne sommes pas intéressées par un autre couvent73 ». Le père Głownia, dans l’embarras pour établir les plans, se demandait en septembre 1990 si les travaux ne devraient pas être stoppés par crainte de devoir par la suite apporter des modifications si le carmel ne convenait pas à une communauté cloîtrée74. Le père général des carmes intervint lui-même auprès de la prieure des carmélites déchaussées en lui demandant de « collaborer avec les responsables de la construction du centre d’Auschwitz pour tout ce qui concerne les plans et les travaux du nouveau monastère75 », lettre à laquelle la religieuse répondit que les sœurs ne voulaient pas participer à la construction, car le lieu n’était pas sain et le sol était humide. En tant que prieure, elle se disait « responsable des conditions convenables de vie et de prière » et elle estimait qu’elle ne pouvait pas donner son accord pour la localisation proposée. Elle ajoutait : « la contrainte de nous déplacer est contradictoire avec le droit canonique et universel car porte atteinte à la dignité humaine ». Selon le droit canonique et laïc, rappelait-elle, leur règle leur permettait de choisir le lieu adapté à leur mode de vie : « le fait de nous obliger de changer de lieu d’habitation n’est pas conforme à la loi, nous ne collaborerons pas avec le comité de construction du centre76 ». Face à une telle attitude des religieuses, le père Głownia se sentit désemparé. Il sortit de cet imbroglio grâce à l’aide des carmélites déchaussées de Katowice qui acceptèrent de prêter les plans de leur carmel à l’architecte du nouveau carmel d’Oświęcim77.

  • 78 Une « Fondation » pour soutenir le « Centre de rencontres et de prière » d’Auschwitz, dans La Docu (...)
  • 79 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de F. Macharski à A. Decourtray, 20/01/1990.
  • 80 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre d’A. Decourtray à F. Macharski, non datée.
  • 81 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de T. Klein à J.-M. Lustiger, 30/03/1990.

20L’Osservatore Romano du 10 février 1990 – qui informait de la création de la Fondation – annonçait également qu’un Conseil international pour préparer le programme des activités du centre verrait le jour78. À l’origine de ce conseil, on retrouve le cardinal Macharski. Dès 1990, ce dernier fit savoir à A. Decourtray qu’il était indispensable de créer cet organisme afin d’élaborer le programme du centre. Il demandait trois noms de personnes susceptibles de pouvoir en faire partie, souhaitant que les participants reflètent différentes nations, religions et convictions79. La présence juive au sein de ce conseil était très souhaitable puisqu’il ne s’agissait pas de mettre sur pied un centre catholique mais bien un centre interreligieux. L’évêque français proposa le nom de J. Dujardin et ajouta que, lorsque le transfert des carmélites serait effectué, il serait en mesure de solliciter un membre de la délégation juive80. T. Klein avait en effet fait savoir qu’aucun membre de cette délégation ne comptait entrer dans cet organisme avant le départ des sœurs dans leur nouveau couvent81.

  • 82 Entretien avec A.-D. Rinckwald, 13/11/2010.

21La première réunion du conseil se déroula du 6 au 10 avril 1991 avec J. Dujardin pour président et S. Wilkanowicz comme vice-président. Il s’agissait – comme le décrivit Sr Anne-Denise Rinckwald, religieuse de la Congrégation Notre-Dame de Sion et membre de cet organe – d’une « réunion glorieuse », rassemblant de multiples participants. Chacun fut invité à donner son avis sur ce qui pourrait être fait dans le centre. Mais, après cette première réunion, le grand groupe ne fut plus jamais convoqué et l’établissement du programme fut discuté au sein d’une équipe restreinte composée de J. Dujardin, S. Wilkanowicz, A.-D. Rinckwald, S. Musial, G. Riegner, etc., à laquelle fut convié le père Głownia. Durant les premières années de son existence, le conseil joua un rôle dans la construction des bâtiments par le biais de son président. Lors des réunions du groupe restreint, qui avaient lieu deux fois par an, les participants discutaient des différents problèmes : problèmes de construction, d’association, problèmes de la Fondation. Le conseil eut aussi un rôle d’information auprès de la population locale, car celle-ci – qui avait été tenue à l’écart des informations par le gouvernement communiste – ne comprenait pas le déplacement du couvent à 500 m plus loin que le précédent82.

De 1989 à 1991 : attitude des carmélites d’Auschwitz, du père provincial des carmes de Pologne et du père général des carmes

22La création de la Fondation, du Conseil scientifique international près le musée d’Auschwitz ainsi que du Conseil international de programmation des activités du centre de dialogue, la construction du centre et du carmel ainsi que la recherche de fonds en vue de l’édification de ces bâtiments, tous ces éléments démontrent que les choses prenaient un réel tournant en Pologne et que l’affaire du carmel était en bonne voie de trouver une solution.

  • 83 Jean-Paul II avait dit à la communauté juive de Mayence en novembre 1980 : « Vous êtes le peuple d (...)
  • 84 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, informations données par Mgr Muszyński.

23La situation en décembre 1989 était bien meilleure que celle de l’été précédent. Depuis la grave crise, Rome avait parlé, les évêques polonais étaient de plus en plus conscients du problème d’antisémitisme régnant en Pologne, des efforts étaient faits dans la catéchèse et la formation des prêtres (les paroles du pape avaient à cet effet joué un rôle important vu sa nationalité polonaise : « alliance jamais révoquée83 »), des points importants de l’histoire polonaise avaient été soulevés par des Polonais courageux (ceux appartenant au KIK, à la commission pour les relations avec les juifs). Cependant, de nombreuses zones d’ombre demeuraient encore, parmi lesquelles le fait que les promoteurs d’un changement en Pologne étaient encore fort isolés84.

  • 85 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, informations flaches données par Mgr Muszyński.
  • 86 Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif..., p. 244-245.
  • 87 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre d’A. Decourtray à J. J. Hamer, 15/12/1989.

24Un autre point noir dans l’évolution de la situation était l’attitude des religieuses. Une petite remarque s’impose à ce sujet. Lorsque la mère supérieure s’exprimait, elle le faisait toujours au nom de l’ensemble de la communauté car il fallait que le carmel donne une vision unie de son point de vue. Cependant, cette unité n’était probablement qu’une façade et certaines religieuses étaient sans doute favorables au transfert. Comme évoqué précédemment, les sœurs refusèrent de collaborer à la construction du nouveau carmel. Bien qu’elles aient accepté – dans la douleur – en janvier 1989 de déménager suite à l’intervention du supérieur de l’ordre des carmes auprès du provincial des carmes de Pologne, elles revinrent sur leur décision et assurèrent qu’elles comptaient bien rester dans l’ancien théâtre. Les événements de l’été 1989 n’étaient pas pour rien dans le durcissement de leur position. Elles disaient avoir vécu des pressions insupportables. La supérieure écrivait : « J’ai défendu la croix contre les nazis, puis contre les communistes. Je suis prête à mourir pour la défendre maintenant contre les juifs85 ». La position de cette dernière était d’autant plus claire qu’habitant la région d’Auschwitz pendant la guerre, elle avait été marquée par la tragédie dont elle avait été indirectement témoin. L’idée lui était alors venue de prier en ces lieux. Ayant connaissance de l’expérience vécue par des carmélites à Dachau (camp de concentration et non d’extermination), le projet avait mûri dans son esprit avant de trouver un écho favorable dans l’Église polonaise86. De leur côté, les autres religieuses étaient confortées dans leur position par le provincial des carmes de Pologne. Pour rappel, les sœurs se trouvaient sous la juridiction directe de ce dernier qui était leur supérieur régulier. Cela rendait la situation extrêmement difficile pour les négociateurs de Genève. En effet, une province d’un ordre religieux – l’ordre des carmes déchaussés – s’opposait à la décision du transfert, ce qui signifiait que le problème se situait désormais à l’intérieur de l’ordre des carmes déchaussés87.

  • 88 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre d’A. Decourtray à J. J. Hamer, 15/12/1989.
  • 89 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. J. Hamer à A. Decourtray, 29/01/1990.

25Après l’opposition de l’épiscopat polonais au transfert, c’était au tour de la province des carmes de poser problème. Après le conflit inter-ecclésial qui avait trouvé une issue grâce à l’intervention du cardinal Willebrands, on se trouvait face à un conflit au sein même d’un ordre religieux, ce qui obligea de faire appel à la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique dont le préfet était le cardinal Jean Jérôme Hamer*. Celui-ci n’avait pas souhaité intervenir auparavant dans la résolution du conflit. Le 15 décembre 1989, A. Decourtray avait informé le cardinal romain des graves problèmes auxquels il était confronté88. Celui-ci avait répondu, en date du 29 janvier 1990, que l’attention de la curie était attirée par le problème mais que pour ce qui concernait les relations entre juifs et chrétiens, il fallait en référer au cardinal Cassidy89.

  • 90 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à A. Decourtray, 23/01/1990.
  • 91 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre d’A. Decourtray à J. J. Hamer, 15/12/1989.
  • 92 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin, 13/02/1990.
  • 93 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à T. Klein, 3/05/1990.
  • 94 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à T. Klein, 20/06/1990.

26Plusieurs personnes jouèrent un rôle important dans les négociations avec la province des carmes de Pologne, en allant à la rencontre du père provincial, en contactant les autorités romaines, en tentant d’apaiser les esprits ou en essayant de trouver une solution. Ainsi, S. Wilkanowicz rencontra en janvier 1990 le père provincial des carmes de Pologne90 et se rendit en février à Rome pour tenter de démêler les problèmes au sein de l’ordre des carmes91. Le père général des carmes, Ph. Sainz de Baranda, était prêt à préparer les sœurs à leur départ futur92. Il reçut vers le mois d’avril 1990 le père provincial de Pologne et lui transmit l’ordre de préparer les carmélites au déménagement93. À de nombreuses reprises, le père Dujardin fut en contact avec Rome pour obtenir une décision émanant de la hiérarchie. Il serait fastidieux de citer toutes ses interventions. Limitons-nous à un exemple : le 16 juin 1990, le prêtre français téléphona à Mgr Fumagalli à Rome et ce dernier promit d’intervenir auprès du père général des carmes afin que la parole soit respectée94.

  • 95 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR fait par J. Dujardin d’une rencontre avec M. Głown (...)
  • 96 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR fait par J. Dujardin d’une rencontre avec M. Głown (...)
  • 97 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à A. Decourtray, 9/10/1990.
  • 98 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin, 24/10/1990.

27En septembre 1990, un nouveau provincial, Benignus Jozef Wanat, fut élu en Pologne. Il était plus favorable au transfert des carmélites que le précédent, mais l’ancien se vit confirmer la tutelle sur les carmélites95. Le père général des carmes demanda à nouveau à l’ancien provincial de respecter les accords et de préparer les carmélites au transfert. Ce dernier accepta à contre-cœur à condition de recevoir un ordre écrit, ordre qu’il n’avait toujours pas reçu en date du 12 septembre 199096. Ces relations tendues avec les carmélites et avec le provincial de Pologne risquaient de porter préjudice à la construction du centre et du carmel. Le père Głownia fut le premier à souffrir de ces désaccords et J. Dujardin lui proposa de parler de cette situation au père général des carmes en présence des trois cardinaux occidentaux afin de le soutenir97. Cette rencontre eut lieu le 24 octobre 1990 en présence de J. Dujardin, M. Głownia, Mgr Muszyński, le père général des carmes et un prêtre polonais98. Après cette entrevue, plusieurs mois passèrent au cours desquels un échange épistolaire eut lieu entre la supérieure du carmel, Sr Marie-Hélène du Sacré Cœur de Jésus et Marie, et le préposé général des carmes, Ph. Sainz de Baranda, puis Camillo Maccise élu supérieur général de l’ordre des carmes le 10 avril 1991.

  • 99 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « CERJ », lettre de Ph. Sainz de Baranda à la prieure, 25/01/1991.
  • 100 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « CERJ », lettre de Ph. Sainz de Baranda à la prieure, 26/10/1991.
  • 101 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de C. Maccise aux religieuses, 14/07/1991.
  • 102 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de C. Maccise à B. J. Wanat, 14/07/1991.
  • 103 Transfert du carmel d’Auschwitz : les accords seront respectés. Lettre du préposé général des carm (...)

28Le supérieur des carmes n’était pas le supérieur régulier des sœurs. Pourtant, il était intervenu dans l’affaire du carmel à la demande des provinciaux de Pologne99. Son discours fut toujours de soutenir l’accord de Genève et d’encourager les religieuses à déménager dans le nouveau couvent construit pour elles. Après avoir rappelé aux sœurs le don du pape, après leur avoir demandé de collaborer à la construction du nouveau carmel, ce qu’elles refusèrent, Ph. Sainz de Baranda écrivit aux religieuses en octobre 1991. Il estimait qu’il était temps de leur dire que le centre et le carmel étant voulus par le St-Siège, les sœurs devraient en conséquent s’y rendre une fois les travaux finis. Il assurait les carmélites que telle était la volonté de leurs supérieurs légitimes100. L’attitude du nouveau supérieur général des carmes, Camilo Maccise, était tout aussi claire que celle de son prédécesseur. Au mois de juillet 1991, il écrivait aux religieuses, au père provincial et à Théo Klein. Aux premières, il rappelait l’avis de son prédécesseur auquel il souscrivait entièrement, et celui du pape qui souhaitait que les religieuses quittent le vieux théâtre une fois leur monastère construit. Il demandait donc à la communauté de se préparer au transfert et de cesser les travaux dans leur lieu de vie actuel101. C. Maccise tint un discours ferme au provincial de Pologne, J. Wanat102. De même, le nouveau supérieur écrivit à Théo Klein pour lui dire qu’il souhaitait voir se réaliser aussi rapidement que possible l’accord signé à Genève. Les mesures nécessaires étaient prêtes pour faciliter le transfert et il pensait raisonnablement que les carmélites pourraient être installées en octobre 1992 dans le nouveau carmel103.

Rôle de la Sacrée Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique

  • 104 Afin de préserver la personne qui envoya ces documents, le père de Goedt avait demandé la plus gra (...)

29Après les différentes interventions du supérieur général des carmes auprès des religieuses en vue de leur faire accepter le déménagement, il apparaissait de plus en plus clair que celles-ci n’avaient nullement l’intention de bouger. La question qui consistait à savoir quelle était l’autorité compétente pour exiger des sœurs leur déménagement resta longtemps sans réponse pour les négociateurs. Mais, au mois d’août 1991, des documents confidentiels concernant la fondation du carmel d’Auschwitz et sa juridiction furent envoyés au carme Michel de Goedt104. Celui-ci les transmit tout aussi confidentiellement à Théo Klein. Le père Dujardin les reçut également et il les fit parvenir au cardinal Lustiger. Ces documents étaient de la plus grande importance. Le dossier contenait :

  • une photocopie de la lettre du cardinal Macharski au provincial de Pologne, le père Eugène Morawski de l’Annonciation, l’autorisant à fonder le carmel à Auschwitz (16 mai 1984) ;
  • la lettre du provincial de Pologne au père général Philippe Sainz de Baranda, concernant les nouvelles fondations d’Oświęcim, Katowice et Wloclawek105 ;
  • une lettre de la prieure générale de Poznan, mère Carmela de la Croix, au père général Philippe Sainz de Baranda, contenant des informations sur la naissance du carmel (28 mai 1984) ;
  • la liste des sœurs qui allaient fonder le nouveau carmel à Auschwitz (29 septembre 1985) ;
  • une lettre de Ph. Sainz de Baranda à la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique (ou CRIS) annonçant la fondation du carmel à Auschwitz qui avait pour but d’exprimer la présence de la prière et de l’immolazione pour tous les hommes à Auschwitz ;
  • la copie du rescrit d’érection de la CRIS (11 novembre 1985) ;
  • la copie de l’érection canonique par le cardinal Macharski (8 décembre 1985).
  • 106 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, note de J. Dujardin pour le cardinal Lustiger sur la (...)
  • 107 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre à M. de Goedt, 8/08/1991.

30Ces documents éclairent certains points, à savoir que l’initiative de la fondation du carmel émanait du cardinal Macharski en réponse au vœu du pape, comme l’indiquait la lettre du 25 mai 1984 du provincial de Pologne au père général106, que le cardinal Macharski avait demandé au provincial de Pologne qu’il soumette la proposition de fonder un monastère « dans le voisinage de l’ancien camp de concentration » (précision importante en comparaison avec d’autres documents qui parlaient de fondation dans la ville d’Oświęcim) au chapitre des carmélites de Poznan. À cette occasion, le 12 septembre 1982, les carmélites avaient voté à l’unanimité en faveur de la fondation107. Voici ce qu’on pouvait lire dans la lettre de la prieure générale de Poznan, du 28 mai 1984 : « Notre Révérend Père Provincial, Eugène Morawski de l’Annonciation, répondant à la prière de l’Ordinaire de Cracovie, de son Éminence le cardinal François Macharski, a présenté à notre chapitre la proposition de fonder le carmel à Oświęcim, dans le voisinage de l’ancien camp de concentration. Le 12 septembre 1982, notre Mère prieure, Marie Carmela de la Croix, Sophie Jasniak, après avoir convoqué le chapitre, a mis ladite proposition aux voix. Au scrutin secret le chapitre a approuvé la proposition à l’unanimité avec 13 voix ».

  • 108 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, aspect juridique du transfert du monastère. Cf. doc. (...)

31L’érection du carmel n’était nullement secrète mais était bien un projet officiel de l’Église de Pologne auquel Rome avait été associé. La fondation du carmel avait été faite par un décret du cardinal Macharski daté du 8 décembre 1985, décret dans lequel il se référait à l’autorisation donnée par un rescrit de la CRIS du 11 novembre 1985. Canoniquement, la seule autorité compétente pour demander la suppression ou le transfert du carmel était la CRIS. Elle devait prendre la décision du transfert des carmélites avec le consentement de l’évêque diocésain et du supérieur régulier, c’est-à-dire avec le père provincial de Pologne. L’intervention de l’autorité qui avait été compétente pour ériger le carmel était requise pour le supprimer car le transfert du monastère comprenait deux aspects, l’érection d’un nouveau carmel et la suppression de l’ancien108.

  • 109 Entretien avec J. Dujardin, 24/04/2009.

32Le père général des carmes n’était pas favorable au départ à l’installation des religieuses à Auschwitz contrairement aux carmes polonais. Ceux-ci sollicitèrent l’accord du cardinal Macharski pour introduire une demande à Rome. Les carmes polonais obtinrent ainsi de la Congrégation pour les religieux à Rome l’accord pour la création de ce carmel à Auschwitz109.

  • 110 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de C. Maccise à J. J. Hamer, 14/11/1991.

33Fin septembre 1990, après avoir reçu la demande de se soumettre au nouveau père général, les carmélites d’Auschwitz firent savoir qu’elles considéraient que ce message n’avait pas de portée juridique et morale. Le provincial des carmes Benignus Jozef Wagnat – supérieur canonique des sœurs – tout en proclamant son obéissance au père général, ne faisait rien pour préparer les sœurs à leur transfert. Après avoir reçu un courrier de C. Maccise demandant de préparer les sœurs à leur déménagement, il répondit le 12 novembre 1991 que les moniales n’avaient jamais « exprimé leur volonté de se transférer au nouveau monastère dans le Centre de dialogue avec les juifs110 ».

  • 111 Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif..., p.244-245 ; Jerzy Turowicz, J’ai bon espo (...)
  • 112 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de C. Maccise à J. J. Hamer, 17/12/1991.
  • 113 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.
  • 114 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « Carmel d’Auschwitz », lettre d’A. Decourtray à A. Sodano, 1/01/1 (...)
  • 115 Gaston Poulain(1927) : évêque émérite de Périgueux et de Sarlat, il fut président du Comité épisco (...)
  • 116 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de J. Dujardin à F. Macharski, 30/09/1991.
  • 117 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre d’E. I. Cassidy à J. Dujardin, 25/10/1991.

34Comment expliquer ce refus des carmélites ? D’une part, les sœurs étaient fort attachées à l’idée de prier pour les victimes sur le lieu du crime. Ce projet correspondait à une forme traditionnelle de piété chrétienne : il s’agissait de prier en expiation pour toutes les personnes ayant vécu dans ces lieux, qu’elles aient été victimes ou bourreaux111. D’autre part, il est certain que l’ambiance, bien présente en Pologne, du « national-catholicisme » qui mélangeait foi et nation eut des conséquences sur l’attitude des religieuses. Elles s’imaginaient qu’en acceptant le transfert, elles seraient considérées comme traîtres à la nation polonaise et à la foi catholique, ainsi qu’à leurs compatriotes morts à Auschwitz. De plus, elles avaient le soutien de la population d’Auschwitz, d’extrémistes de droite français et de prêtres polonais112. Les prêtres qui venaient prêcher au carmel d’Auschwitz étaient issus de la paroisse St-Maximilien et de Notre-Dame de l’Ascension. Or, le nouveau curé de cette paroisse construite par le père Gorny – devenu ensuite évêque auxiliaire de Cracovie – était précisément le frère de ce dernier113. Les sermons de ces prédicateurs ne durent pas inciter les sœurs à déménager dans le nouveau carmel d’Auschwitz. En réalité, elles attendaient la décision de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, car cette congrégation constituait à leurs yeux la seule autorité compétente qu’elles reconnaissaient hormis le Saint-Siège114. Face à la passivité du supérieur régulier et à l’obstination des religieuses, S. Wilkanowicz, J. Dujardin et Mgr G. Poulain115, président du CERJ, étaient persuadés que la communauté ne partirait pas sans un ordre du cardinal Hamer, seule autorité reconnue par les sœurs étant donné qu’il avait donné le décret d’érection du carmel. Le père Dujardin écrivit donc le 30 septembre 1991 au cardinal Cassidy pour qu’il suggère au cardinal Hamer d’écrire aux religieuses116. Dans sa réponse, le cardinal romain n’évoquait pas une éventuelle intervention de la CRIS mais affirmait que le cardinal Hamer était au courant de la situation117.

  • 118 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de C. Maccise à J. J. Hamer, 14/11/1991.
  • 119 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, note de P. d’Ornellas à J. Dujardin, 15/11/1991.
  • 120 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « Carmel d’Auschwitz », lettre d’A. Decourtray à A. Sodano, 1/01/1 (...)
  • 121 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre d’A. Sodano à A. Decourtray, 14/04/1992.

35En novembre 1991, le supérieur des carmes, C. Maccise, écrivit au cardinal Ha-mer en le priant « de bien vouloir intervenir auprès du provincial des carmes de Pologne et de la mère supérieure du carmel d’Oświęcim afin de leur faire connaître la volonté du Siège Apostolique »118. Le lendemain, le père Dujardin apprenait du secrétaire du cardinal Lustiger, le père d’Ornellas, qui avait téléphoné au cardinal Hamer, la réponse de ce dernier : « Vous connaissez ma position. Il n’y a aucune raison pour que la congrégation intervienne ». Le père d’Ornellas annonça alors au cardinal romain que plusieurs personnes (P. d’Ornellas, J. Dujardin, J.-M. Lustiger, etc.) avaient eu connaissance de papiers confidentiels de T. Klein « mettant en cause la Congrégation des religieux et le pape », ce à quoi, le cardinal Hamer répondit qu’il n’agirait que sur instruction « venant d’en haut119 ». L’embarras des négociateurs catholiques (surtout français) était grand face au refus romain d’intervenir auprès des carmélites. En janvier 1992, le cardinal Decourtray écrivait au cardinal Angelo Sodano – secrétaire de la curie romaine (ou secrétaire d’État) de 1990 à 2006 – dans le but de faire intervenir la Secrétairerie d’État puisque la CRIS n’établissait pas l’acte par lequel les religieuses devaient quitter le Theatergebaüde ou le vieux théâtre120. La réponse du cardinal secrétaire d’État fut de dire qu’il préférait attendre que le couvent soit prêt pour accueillir les sœurs avant d’intervenir auprès de celles-ci121.

De l’été 1989 à l’année 1993 : situation en Belgique, France et Pologne

  • 122 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de G. (...)

36Après la crise de l’été 1989, la situation s’était calmée en Belgique. Le « gel » des relations juifs-catholiques persistait au niveau officiel malgré un apaisement des esprits. Mais, à la veille du 22 février 1990, premier anniversaire du non respect de la parole donnée, les organisations juives de Belgique préparaient de nouvelles manifestations devant l’ambassade de Pologne et devant la nonciature. Les juifs s’impatientaient et du côté catholique, des personnes commençaient à s’exprimer publiquement sans que la commission pour les relations avec le judaïsme n’ait fait aucunement pression. Le rôle de la CNCJ était d’œuvrer pour le calme afin que la situation ne s’envenime pas. Le père Passelecq agit en ce sens et il obtint que la manifestation prévue devant la nonciature n’ait pas lieu122.

  • 123 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à G. Danneels, 2/07/ (...)
  • 124 Pour avoir un résumé des différentes interventions, cf. Viviane Teitelbaum, Colloque. Une douloure (...)
  • 125 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à G. Danneels, 2/07/ (...)
  • 126 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de N. Weinstock et S. Susskind à J. Dujardin, (...)
  • 127 Lazard Perez fut président du CCOJB de 1989 à 1993. Il succédait à Joseph Wybran, assassiné en oct (...)
  • 128 APIC, 288, 15/10/1990 ; Viviane Teitelbaum, Colloque. Une douloureuse affaire…, p. 21-22.

37Dans les mois qui suivirent, on peut signaler différentes initiatives prises en Belgique : le groupe « Chrétiens solidaires » manifesta à de nombreuses reprises, notamment devant la nonciature123, la communauté juive (le CCLJ avec le Comité d’action pour le respect de la parole donnée) organisa un colloque à Bruxelles les 13 et 14 octobre 1990 sur le thème : « Carmel d’Auschwitz, pourquoi ? » dans le but d’attirer l’attention du public sur la « négation subtile du génocide perpétré sur le peuple juif découlant de l’installation du couvent dans l’enceinte » d’Auschwitz « et qui s’apparente ainsi, par sa logique, au révisionnisme d’un Faurisson124 ». Face à ce genre d’initiatives, la CNCJ prit ses distances125. Aucune personnalité catholique belge n’avait été invitée au colloque contrairement aux pères B. Dupuy et J. Dujardin qui déclinèrent l’invitation. Pour ce dernier les organisateurs donnaient déjà une réponse à leur étude. On ne peut pas utiliser le mot de « révisionniste », disait-il, pour qualifier les intentions de ceux qui ont présidé à l’installation du carmel et il accusait cette attitude de « mensongère et fallacieuse126 ». Du côté de la communauté juive belge, G. Schnek ainsi que Lazard Perez, successeur du Dr Joseph Wybran à la tête du CCOJB127, refusèrent également de participer au colloque. Le président du CCIB intervint tout de même pour dire que le consistoire se félicitait de la réussite du colloque et qu’il se montrait optimiste quant à la résolution de l’affaire128.

  • 129 Jean-Marie Le Pen (1928) : homme politique français d’extrême-droite, qui fut président du Front N (...)
  • 130 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR d’une conversation entre S. Wilkanowicz et T. Barn (...)

38Du côté français, de 1990 à 1993, les remous étaient d’un autre ordre. Dans la communauté juive personne ne s’opposait aux accords de Genève comme c’était le cas en Belgique. En revanche, on assistait à une agitation des milieux intégristes et d’extrême-droite français. Ceux-ci organisaient régulièrement des manifestations de soutien aux carmélites en Pologne. C’était le cas notamment d’un groupe d’intégristes mené par Jean-Marie Le Pen129 ou de l’UNEC, Union nationale de l’Europe chrétienne, organisme regroupant des catholiques intégristes (lefebvristes), qui organisa en 1990 un pèlerinage réunissant une quarantaine de personnes « pour les âmes des bébés avortés et vieillards euthanasiés au lieu symbole du génocide », faisant ainsi un amalgame entre Shoah et avortement. Face à de telles manifestations, les négociateurs français, catholiques comme juifs, se tenaient en alerte. Ils réussirent à déjouer plusieurs tentatives de ces milieux en Pologne. Ce fut le cas en 1991 lorsque l’UNEC envisagea de retourner en Pologne pour manifester contre l’avortement et contre le départ des carmélites130.

  • 131 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, document daté du 22/09/1992 et signé par le président (...)
  • 132 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, rapport d’un voyage en Pologne par T. Barnas, 26/03/1 (...)
  • 133 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de l’UNEC aux cardinaux signataires de Genève, (...)

39Suite aux refus répétés des sœurs à leur supérieur général, la situation s’envenima en Belgique et en Pologne. En septembre 1992, les travaux de construction des nouveaux bâtiments touchaient à leur fin. En conséquent, tout retard dans une décision de transfert devenait incompréhensible. Des personnalités juives belges exprimaient de plus en plus leur mécontentement. Le silence observé par l’autorité romaine alors que les sœurs maintenaient leur refus était source de doute concernant les intentions du Saint-Siège et nourrissait des préjugés par rapport à la Pologne. S’ajoutaient des risques de manifestations en Pologne dans la perspective du déplacement des sœurs. Les opposants au transfert étaient prêts à agir et ils avaient trouvé des appuis auprès d’intégristes français, heureux d’exploiter cette affaire contre l’Église catholique131. En novembre 1992, le père T. Barnas se rendit en Pologne et il fut frappé de constater que les milieux de l’extrême droite polonaise étaient soutenus et inspirés par l’extrême droite française, ce qui faisait craindre en Pologne des manifestations à l’occasion du déménagement132. En France par exemple, l’UNEC avait menacé les quatre cardinaux signataires de manifester devant le carmel en cas de déménagement133.

  • 134 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à P. Duprey, 15/02/1993 et lett (...)

40Début février 1993, le père Dujardin affirmait que la situation à Auschwitz devenait de plus en plus difficile, voire intenable. La tension montait et les journalistes se pressaient au centre à la recherche d’information. Les médias de France, Belgique, Pays-Bas s’emparaient de plus en plus de l’affaire au fur et à mesure que la date du 22 février 1993 approchait. On craignait des dérapages134.

  • 135 Joseph Lewkiwicz, Les limites de la patience, dans Regards, 312 (11/03-24/03/1993), p. 10-11 ; Sim (...)
  • 136 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de G. Schnek à T. Barnas, 3/03/1993 ; lettre d (...)

41La Belgique, loin de rester étrangère à ces événements, voyait également croître l’agitation dans sa communauté juive. La revue Regards publiait des articles dénonçant le retard135. G. Schnek et M. Pardes étaient sous pression et se plaignaient d’être la cible des attaques de diverses organisations juives qui leur reprochaient leur « attitude trop passive et trop conciliante136 ».

  • 137 Le ghetto de Varsovie fut le plus important ghetto juif pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 19 (...)
  • 138 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de G. Riegner à E. I. Cassidy, 23/03/1993 et l (...)

42En mars 1993, la tension monta également parmi les milieux juifs de Londres et de New York et le CJM disait avoir de plus en plus de mal à contenir les risques d’une explosion. Des menaces de boycott par les organisations juives des cérémonies du 50e anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie137 étaient à craindre138.

  • 139 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, communiqué du CERJ, 10/02/1993.

43Dans ce contexte, suite aux diverses informations parues sur le carmel d’Auschwitz dans la presse, le CERJ précisa plusieurs points dans un communiqué daté du 10 février 1993, parmi lesquelles l’achèvement des travaux, le transfert du carmel à 700 m du lieu actuel dans le respect des procédures canoniques et l’appui du pape pour la construction du centre et du carmel139.

  • 140 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à H. Muszyński, 15/0 (...)
  • 141 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, déclaration de la CNCJ, 13/03/1993.
  • 142 Ex. : lettre du 30/03/1993 adressée par G. Passelecq au cardinal Lustiger.
  • 143 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à T. Klein, 30/03/19 (...)
  • 144 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, rapport d’un voyage en Pologne par T. Barnas, 26/03/1 (...)

44En Belgique, suite à l’émoi causé par deux articles parus dans Regards et face au risque de nouvelle cassure dans les relations juifs-catholiques, la CNCJ se réunit le 13 mars 1993 afin de débattre de la situation140. Dans un communiqué, la CNCJ exprimait son inquiétude face aux retards constatés dans le déménagement des sœurs alors que le nouveau centre était achevé, renouvelait sa confiance et sa solidarité avec les signataires de l’accord et avec la commission de l’épiscopat polonais pour le dialogue avec le judaïsme et s’engageait dans la mesure du possible à tenir le public catholique au courant du développement de cette affaire141. Ce texte fut confié à l’agence de presse C.I.P. de Bruxelles et transmis aux cardinaux signataires142, à la commission polonaise pour les relations judéochrétiennes, au CERJ, au CCIB et aux périodiques Information juive et Sens143. Au mois de mars 1993, le père Thaddée Barnas effectua son troisième voyage en Pologne dans le cadre de l’affaire du carmel d’Auschwitz avec pour mission de faire connaître à Mgr Muszyński et aux autres responsables polonais le communiqué de presse de la CNCJ ainsi que les articles de Regards ayant suscité la polémique. Il s’agissait de faire sentir la tension qui régnait en Belgique. T. Barnas remarqua que les dirigeants polonais étaient sensibles aux dangers d’agitation et qu’il fallait les encourager à prendre leurs responsabilités quant au transfert en insistant sur le caractère réel et immédiat de cette agitation144.

De 1991 à 1993 : le « cercle vicieux » canonique retardant le transfert des carmélites

  • 145 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, rapport d’un voyage en Pologne par T. Barnas, 26/03/1 (...)
  • 146 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à S. Wilkanowicz, 15/12/1992.

45Lors de son voyage, le père Barnas avait également pu constater que le nouveau carmel était habitable mais que les sœurs n’y étaient toujours pas installées. On le sait, le transfert ne pouvait se faire que par un décret émanant de la Congrégation des religieux à Rome, mais l’incertitude régnait pour savoir comment entamer cette procédure145. En décembre 1992, le père Dujardin avait appris que la Congrégation des religieux ne prendrait aucune décision, car elle souhaitait un arrangement à l’amiable et elle attendait – pour agir de façon canonique – une demande formelle du primat de Pologne, J. Glemp. Une transmission orale du désir des évêques polonais ne suffisait pas146.

  • 147 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas).

46Quelles étaient ces « règles canoniques » ? Après avoir attendu longtemps avant de comprendre qui avait eu autorité pour fonder le carmel d’Auschwitz, les négociateurs mirent également du temps avant d’y voir clair dans les procédures canoniques à respecter pour le transfert du carmel. Au mois de mars 1993, le père Dujardin et le cardinal Lustiger arrivèrent à des conclusions que l’archevêque de Paris mit par écrit dans une « note historique et canonique » dont voici la teneur. Pour que le carmel puisse être transféré dans le respect des lois de l’Église, il fallait l’accord des trois parties concernées : la communauté des sœurs ; le supérieur régulier (c’est-à-dire le provincial des carmes de Pologne), le père Benignus Jozef Wanat ; et l’évêque diocésain (l’ordinaire du lieu), Mgr Tadeusz Rakoczy*. Concernant ce dernier, signalons qu’en mars 1992, un nouveau diocèse avait été créé en Pologne de sorte qu’Auschwitz n’était plus situé dans le diocèse de Cracovie mais dans celui de Bielsko-Zywiec, dont l’évêque était Tadeusz Rakoczy147.

47Dans le cas où la communauté des sœurs s’opposait au déménagement, l’autorité compétente pour ordonner le transfert était le Saint-Siège puisque l’érection du carmel d’Auschwitz avait été faite par un rescrit de la Congrégation des religieux. Mais il fallait alors qu’une des parties énumérées ci-dessus en fasse la demande ; or, la communauté des sœurs n’en prendrait pas l’initiative, puisqu’elle ne voulait pas quitter son carmel situé dans le vieux théâtre ; le provincial des carmes n’était pas non plus favorable au transfert des religieuses. La demande ne pouvait donc venir que de l’évêque du lieu, Mgr Rakoczy.

  • 148 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à S. Wilkanowicz, 24/03/1993.

48La Congrégation des religieux ne voulait pas intervenir, car elle ne considérait pas la demande orale des évêques polonais, formulée au mois de janvier 1993, comme une demande canonique suffisante. Fin janvier, les évêques polonais, en visite ad limina à Rome, avaient en effet demandé oralement le transfert du carmel148. En mars 1993, il demeurait théoriquement possible que le Saint-Siège passe outre à la situation. Mais la Congrégation des religieux n’allait pas prendre la décision par elle-même, à moins d’en recevoir l’ordre de la Secrétairerie d’État. Or, selon les informations qu’il avait reçues du cardinal Angelo Sodeno, le cardinal Lustiger pouvait affirmer que la Secrétairerie d’État ne prendrait pas l’initiative si la procédure canonique n’était pas respectée. Pour sortir de cette impasse, il était donc nécessaire que Mgr Rakoczy adresse à la Congrégation des religieux une demande officielle de transfert.

  • 149 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, note historique et canonique rédigée par J.-M. Lustig (...)

49Mais, se demandait l’archevêque de Paris, Mgr Rakoczy pouvait-il faire une telle demande sans un appui officiel de l’ensemble de l’épiscopat polonais ? J.-M. Lustiger concluait ainsi sa note : « La situation est très grave. Il faut sortir très vite de cet imbroglio, car c’est déjà la sincérité de l’Église qui est suspectée, et le Saint-Père lui-même mis en cause149 ».

  • 150 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à P. Duprey, 11/03/1993.

50Pour résumer la situation, comme il était clair que la Congrégation des religieux n’agirait pas d’elle-même, il y avait deux possibilités : soit Mgr Rakoczy en tant qu’ordinaire du lieu devait demander formellement le transfert du carmel, soit la Secrétairerie d’État, autorité supérieure de la Congrégation des religieux, obligerait cette dernière à exiger le transfert. Devant pareil tableau, le père Dujardin et l’ensemble des négociateurs catholiques n’avaient aucun moyen pour agir et ils s’attendaient au pire « dès que les autorités juives constateront notre impuissance150 ».

  • 151 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de M. Głownia à J. Dujardin, 27/01/1993.
  • 152 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à H. Muszyński, 11/03/1993.
  • 153 Jerzy Turowicz, J’ai bon espoir que c’est la dernière fois…, p. 22.

51Rome attendait que l’épiscopat polonais s’engage totalement dans cette affaire et que Mgr Tadeusz Rakoczy fasse une demande officielle écrite de transfert. Mais ce dernier – pensant que sa position de nouvel évêque rendait sa situation délicate – ne voulait pas prendre cette responsabilité d’autant plus qu’il ne connaissait pas bien cette affaire du carmel. En revanche, il se disait prêt à exécuter les ordres qu’il recevrait de Rome151. D’un côté, se trouvait le cardinal secrétaire d’État, Angelo Sodano, qui ne comprenait pas « l’urgence et la gravité de la situation » et s’en tenait formellement à l’intention du pape, qui était que l’affaire soit réglée par les évêques polonais152 ; de l’autre côté, Mgr Rakoczy, qui ne voulait pas faire de démarche seul auprès de Rome mais qui souhaitait obtenir le soutien de l’épiscopat polonais. J. Turowicz commentait cette situation par ces mots : « considérant la délicatesse de l’affaire, les instances respectives se soustrayaient volontiers à leur responsabilité153 ».

  • 154 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas).
  • 155 Entretien avec S. Wilkanowicz, 13/11/2010.
  • 156 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à M. Głownia, 25/03/1993.
  • 157 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à S. Wilkanowicz, 24/03/1993.
  • 158 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, rectificatifs apportés par J. Dujardin à la dépêche d (...)
  • 159 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas).

52Une avancée dans la résolution du conflit eut lieu lors de la réunion des évêques polonais le 23 mars 1993. Au cours de celle-ci, ils décidèrent de demander à Rome d’intervenir dans le conflit154. S. Wilkanowicz pense que si l’épiscopat polonais a demandé l’intervention de Rome c’est parce qu’il n’était pas au clair quant au transfert et voulait éviter de prendre position et d’assumer le déménagement155. Après la réunion de la conférence épiscopale polonaise, J. Dujardin apprit qu’une lettre avait été envoyée à Rome et il supposa qu’il s’agissait de la demande officielle de transfert du carmel156. Les évêques polonais demandèrent en effet à la Congrégation pour les religieux d’intervenir en exigeant le transfert des carmélites. Mgr Rakoczy s’y associa formellement en tant « qu’ordinaire du lieu » car canoniquement il était le seul habilité à pouvoir faire une telle démarche157. Le 1er avril, on apprit officiellement que la CRIS avait tranché le conflit en tant qu’autorité supérieure et avait décidé de transférer le carmel dans le nouveau bâtiment construit à quelques centaines de mètres de l’ancienne implantation. La demande de transfert faite par les évêques de Pologne appuyée par la décision romaine devait désormais être annoncée aux sœurs158. Le 1er avril, les évêques polonais F. Macharski, H. Muszyński et T. Rakoczy se rendirent au carmel avec le rescrit et y rencontrèrent la prieure, sœur Térésa, pour annoncer la décision du transfert. La communauté persista dans son refus de déménager à moins de recevoir une confirmation officielle de l’authenticité du document. Elles attendaient une confirmation du pape159.

Après maintes démarches, le départ des carmélites

53Avant d’en arriver à l’issue de l’affaire du carmel, arrêtons-nous un instant sur différentes personnes qui, en Belgique, France et Pologne, tentèrent de convaincre les religieuses de déménager et de résoudre le problème canonique entravant le transfert : le Conseil international de programmation des activités du centre d’Auschwitz, Mgr Muszyński pour la Pologne, le père Dujardin pour la France et le père Barnas pour la Belgique.

  • 160 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, document daté du 22/09/1992 et signé par le président (...)

54Parmi les membres du Conseil international de programmation, plusieurs personnes jouèrent un rôle important. Le conseil en tant que tel entreprit une série de démarches. En septembre 1992 lors de la 4e réunion du conseil, en présence de Mgr Fumagalli, ses membres décidèrent d’écrire à toutes les autorités religieuses concernées, à Rome comme en Pologne, pour qu’une solution au problème soit trouvée le plus rapidement possible160.

55Au cours des années 1992-1993, on constate à la lecture des archives, que les échanges épistolaires ne manquèrent pas entre Rome, la Pologne et la France. Du côté polonais, le père Głownia, S. Wilkanowicz ou Mgr Muszyński donnaient régulièrement des nouvelles en France notamment au père Dujardin. Ils le tenaient au courant de l’évolution de la situation polonaise, des décisions de l’épiscopat et de ses relations avec la CRIS. Mgr Muszyński joua un rôle important pendant cette période d’incertitude, souligne le père Głownia. Outre ses contacts réguliers avec la France, il rencontra les carmélites. Il fut aussi chargé par le cardinal Glemp, après la réunion du Conseil international de programmation des activités du centre, d’exposer au conseil permanent de la conférence épiscopale polonaise la situation et l’urgence d’une décision.

  • 161 Pierre Duprey (1992-2007) : évêque français, il fut le secrétaire du Conseil pontifical pour la pr (...)
  • 162 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à Mgr Tauran, 18/02/1993.
  • 163 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 22/03/1993.

56En France, le père Dujardin assistait impuissant à l’imbroglio causé par le refus d’intervention de Rome. Il était en contact constant avec Mgr Pierre Duprey161 à Rome. En 1993, il alerta presque quotidiennement l’évêque, ne sachant plus que faire pour que la situation se débloque162. Dans ses lettres, on peut percevoir son mal-être. Régulièrement il termine par ces mots : « que dire ? que faire ? ». Il déplorait aussi que, lors de ses rencontres fréquentes avec les membres juifs, il ne savait pas quelle réponse leur donner. Le père Dujardin avoua aussi à son confrère belge, le père Passelecq, être par moment « agacé » par « l’écart entre le fonctionnement institutionnel de l’Église et la situation sur le terrain163 ». Le père T. Barnas – membre de la CNCJ – lui aussi inquiet du blocage de la situation, n’hésita pas à faire trois voyages (à titre personnel ou comme représentant de la CNCJ) en Pologne à quelques mois d’intervalle (mai/juin 1992, novembre 1992 et mars 1993) afin de rencontrer des interlocuteurs pour leur expliquer la tension qui montait en Belgique et pour comprendre la situation polonaise. À son retour, il ne manquait jamais d’informer ses collègues belges et français des conclusions de ses séjours.

57Outre le père Dujardin en France, une autre personne joua un rôle-clé dans la conclusion de l’affaire du carmel. Il s’agit du cardinal Lustiger qui, jusqu’alors, s’était peu manifesté. Il était en effet resté dans l’ombre du cardinal Decourtray désigné porte-parole de la délégation catholique. Alors que ce dernier se trouvait fort découragé par le statu quo constaté en 1993, le cardinal Lustiger se montrait tenace et ne voulait pas que la situation dégénère.

  • 164 Il est intéressant de savoir que l’aide apportée par le cardinal Lustiger pour la résolution de l’ (...)
  • 165 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

58Ainsi en avril 1993, puisque les choses bloquaient toujours du côté des religieuses malgré le rescrit romain, l’archevêque de Paris appela Mgr Stanisław Dziwisz (aujourd’hui archevêque de Cracovie), secrétaire personnel du pape Jean-Paul II164. Le père Dujardin qui rapporte ce fait explique que c’était une chance de pouvoir contacter directement le secrétaire du pape en passant au-delà de la curie. Par ce biais, il fut possible d’entrer en contact avec le pape qui put ainsi être informé de toutes les subtilités de l’affaire et comprit la nécessité d’intervenir pour débloquer la situation165.

  • 166 Jean-Paul II, Lettre aux carmélites d’Auschwitz du 9 avril 1993, dans La Documentation catholique, (...)
  • 167 AFP du 13/04/93.
  • 168 Stanisław Gądecky, Conclusion, dans Vérités des uns et celles des autres…, p. 220.
  • 169 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

59Le 9 avril 1993, à la veille du 50e anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie, le pape adressa une lettre aux carmélites d’Auschwitz par l’intermédiaire de l’évêque ordinaire de Bielsko-Zywiec, Mgr Tadeusz Rakoczy. Dans celle-ci, il demandait aux religieuses de déménager et il leur donnait le choix entre deux lieux de vie : « maintenant, par volonté de l’Église, vous devez vous transporter en un autre lieu, en cette même cité d’Oświęcim. La question demeure du libre choix de chacune d’entre vous : si vous voulez continuer là la vie carmélitaine, dans votre communauté actuelle, ou si vous désirez retourner dans votre couvent d’origine166 ». En rencontrant en novembre 2010 la sœur tourière du nouveau carmel d’Auschwitz, nous avons compris en l’écoutant que les sœurs retenaient de cette lettre non pas la demande de se « transporter en un autre lieu » mais le fait que le pape leur donnait le choix d’aller dans le nouveau couvent ou de retourner dans leur carmel d’origine. La volonté expresse du pape s’étant manifestée, le cardinal Glemp confirma à Varsovie le 13 avril l’annonce du transfert du carmel167. Malgré la lettre du pape et la confirmation de l’archevêque de Varsovie, le déménagement des sœurs ne se fit pas immédiatement. La date exacte du transfert ne fut pas communiquée afin d’éviter des protestations incontrôlables suscitées par des réactions locales et exploitées par des groupes extrémistes non seulement en Pologne mais aussi à l’étranger. Il s’agissait donc d’éviter de nouvelles protestations qui engendreraient un regain d’antisémitisme dont les traces n’avaient pas disparu168. On craignait également la présence des journalistes. Certains avaient même loué un appartement à Oświęcim et avaient pris place dans le même bâtiment que M. Głownia afin de surveiller ses allées et venues. Tout le monde pensait que le déménagement aurait lieu pour Pâques, ce qui ne fut pas le cas. Après cette date, les journalistes rentrèrent chez eux, ce qui permit d’envisager le transfert des carmélites dans une plus grande sérénité169.

  • 170 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de F. Macharski à de nombreux évêques dont Lus (...)
  • 171 Le père Głownia affirme que quatre religieuses ont rejoint le nouveau carmel d’Auschwitz, alors qu (...)
  • 172 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.
  • 173 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, communiqué du secrétariat du CERJ pour B. Charmet, se (...)
  • 174 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de C. Maccise à J. J. Hamer, 14/11/1991.
  • 175 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de T. Rakoczy au provincial de Pologne, B. Wan (...)
  • 176 Entretien avec S. Wilkanowicz, 13/11/2010.
  • 177 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

60Le 6 mai 1993, quatre carmélites visitèrent le nouveau carmel en compagnie du père Głownia pour prendre note de ce qui devait être apporté avant leur emménagement et constater les travaux indispensables à terminer170. Quelques jours plus tard, le 23 mai, le père Głownia accompagna les quatre religieuses171 dans leur nouveau carmel172. Le lendemain, le couvent fut béni par l’évêque du diocèse, Mgr Rakoczy, qui célébra une messe dans les nouveaux locaux173. Quatre sœurs avaient donc déménagé, mais qu’en était-il des autres ? Nous avons déjà souligné le fait que la mère supérieure tenait un discours pour l’ensemble de la communauté afin de mettre en évidence une pseudo-unité des religieuses. Cependant, le fait que certaines sœurs aient accepté de déménager dans le nouveau couvent et pas les autres, montre bien que cette unité n’était qu’une façade. Les sœurs étaient en effet divisées quant à la question du transfert. À la date du 12 novembre 1991, selon les sources, sur un total de 14 religieuses (11 moniales de clôture et 3 sœurs externes), seule une sœur (Sr M. Ancilla) avait accepté de déménager174. La lettre du pape dut avoir une influence puisque trois autres religieuses choisirent de rejoindre le nouveau carmel d’Auschwitz. Les autres sœurs quittèrent l’ancien théâtre avant la fin du mois de juin 1993, excepté deux religieuses : la mère prieure Sr Térésa et une autre sœur. Le 30 juin 1993, Mgr Rakoczy vint désacraliser l’ancien carmel. Finalement, la dernière carmélite quitta le couvent à la date du 7 juillet 1993175. Les carmélites qui décidèrent de ne pas rester dans le nouveau couvent quittèrent Oświęcim et retournèrent dans leur couvent d’origine176. Par la suite, ces religieuses fondèrent un nouveau carmel dans le diocèse de Rzeszow dont l’évêque était Mgr Gorny177.

Notes

1 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, note de J. Dujardin, 23-24/04/1988.

2 Résumé d’entretiens avec B. Bernard Dupuy à propos du carmel d’Auschwitz au centre Istina à Paris, les 15 et 17 février 1989 (documents mis à disposition par T. Barnas).

3 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, note de J. Dujardin, 23-24/04/1988.

4 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

5 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de T. Klein à J.-M. Lustiger, 3/06/1988.

6 Entretien avec G. Schnek, 11/02/2009.

7 Avant cette date, il n’était pas sûr qu’on choisisse ce terrain, comme l’indiquent plusieurs échanges de lettres dans les archives du CNAEF, carton 49. En juin 1988, il semblait acquis qu’on retiendrait le terrain visité par G. Riegner et G. Schnek, mais on est ensuite revenu sur la question sans consulter la partie juive. Ce retournement de situation était totalement exclu pour les juifs. Choisir un terrain se trouvant en face du couvent actuel ne résolvait en rien pour eux le problème. Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de T. Klein à A. Decourtray, 6/04/1989.

8 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de F. Macharski à A. Decourtray, 7/06/1989.

9 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 27/01/1990.

10 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

11 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 27/01/1990 ; Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre de S. Wilkanowicz à J. Dujardin, 16/06/1990 ; Bernard Suchecky, Un musée pour dire quoi…, p. 11, 13-14.

12 En réalité, ce conseil existait déjà du temps du communisme, mais il n’avait pratiquement aucune activité. S. Wilkanowicz, un des deux vice-présidents, joua un rôle-clé pour réactiver ce conseil. Le président en fut Wladyslaw Bartozewsky (historien, ancien déporté d’Auschwitz).

13 Entretien avec S. Wilkanowicz, 13/11/2010 ; Jean-Yves Potel, La fin de l’innocence…, p. 174.

14 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J.-M. Lustiger à M. Pardes, 12/10/1989.

15 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes dactylographiées de J. Dujardin, 7/10/1989.

16 Conversation téléphonique entre B. Dupuy et T. Barnas, 15/06/1987 (document mis à disposition par T. Barnas).

17 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

18 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de S. Wilkanowicz à J. Dujardin, 16/06/1990.

19 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

20 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

21 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 27/01/1990.

22 Bernard Suchecky, Deux carmels pour le prix d’un, dans Regards, 259 (25/10-7/11/1990), p. 14, 16-17, 19-20.

23 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

24 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 2, CR de la 52e réunion du CERJ le 3/10/1994, p.6 : le père Dujardin affirme que la Fondation, c’était un homme : M. Głownia !

25 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

26 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, étude de l’ingénieur P. Pavot.

27 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de P. Pavot à J. Dujardin, 7/06/1990.

28 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre de J. Dujardin à P. Duprey, 27/06/1990.

29 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR d’une conversation entre S. Wilkanowicz et T. Barnas, 29/08/1990 à Ampleforth, Yorkshire (Angleterre).

30 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 3/06/1990.

31 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR d’une conversation entre S. Wilkanowicz et T. Barnas, 29/08/1990 à Ampleforth, Yorkshire (Angleterre).

32 Jean Vilnet(1922) : évêque émérite de Lille qui fut président de la Conférence épiscopale française de 1981 à 1987.

33 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « Carmel d’Auschwitz », lettre de J. Vilnet à F. Macharski, 25/05/1987.

34 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre de J. Dujardin à P. Duprey, 27/06/1990.

35 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre de J. Dujardin à J.-M. Lustiger, 15/06/1990.

36 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre d’A. Decourtray à Mgr Lehman, 29/09/1990.

37 Document écrit par A.-D. Rinckwald, 9/10/1990 (document mis à disposition par le père Pierre-Marie Bogaert).

38 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.1, note de G. Passelecq sur le travail de la CNCJ de 1979 à 1993.

39 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à J. Dujardin, 6/04/1990.

40 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 23/04/1990.

41 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de G. Passelecq à J. Dujardin, 31/01/1990.

42 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à O. Hamels, 31/01/1990.

43 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de G. Passelecq à J. Dujardin, 10/08/1990.

44 On peut par exemple citer l’étude envoyée aux cardinaux Danneels, Decourtray, Lustiger et Duprey en juin 1990. Cf. Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58.

45 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, financement du centre – Pierre d’Ornellas, 5/05/1990.

46 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 3/06/1990.

47 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, mémorandum des cardinaux Bernardin, Hickley et Pilarczyk à Lustiger, Decourtray, Muszyński et au père Dujardin, sans date (mais après le 23/10/1990).

48 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de F. Macharski à J.-M. Lustiger, non datée ; lettre de J. Dujardin à F. Macharski, 31/05/1991.

49 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58, lettre de J.-M. Lustiger au cardinal Joachim Meisner, archevêque de Cologne, 26/12/1991 ; CR de la 47ème réunion du CERJ, 2/03/1992, p. 7.

50 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 2/06/1992.

51 Document se trouvant à Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58.

52 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 2, CR de la 52e réunion du CERJ, 3/10/1994, p. 6.

53 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, note du CERJ concernant la construction du nouveau carmel et du centre d’Auschwitz destinée aux évêques de France, envoyée le 13/11/1990 au secrétariat de l’épiscopat.

54 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 1, CR de la 47e réunion du CERJ, 2/03/1992, p. 7, 9.

55 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58.

56 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 1, CR de la 48e réunion du CERJ, 28/09/1992, p. 4-5.

57 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010 ; Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, 4e réunion du Conseil international du centre de programmation d’Auschwitz, 21-22/09/1992.

58 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 23/04/1990.

59 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

60 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

61 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 3/06/1990.

62 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 61, lettre de J. Dujardin à « chers amis », 3/06/1990.

63 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58 et autres…

64 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58.

65 Les personnes présentes étaient : Gerhart Riegner, Ernst Ludwig Ehrlich, Tullia Zevi, Ady Steg, René-Samuel Sirat, Markus Pardes, Georges Schnek, Théo Klein, Albert Decoutray, Jean-Marie Lustiger, Bernard Dupuy, Jean Dujardin et Stefan Wilkanowicz.

66 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

67 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Carton Correspondance 1 », lettre de G. Schnek à G. Passelecq, 22/01/1990.

68 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 27/01/1990.

69 Une « Fondation » pour soutenir le « Centre de rencontres et de prière » d’Auschwitz, dans La Documentation catholique, 87, 2002 (18/03/1990), p.328.

70 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 58.

71 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR fait par J. Dujardin d’une rencontre avec M. Głownia, 12/09/1990.

72 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, bref rapport sur le voyage de J. Dujardin à Auschwitz le 23/11/1991, 29/11/1991.

73 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR fait par J. Dujardin d’une rencontre avec M. Głownia, 12/09/1990.

74 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à T. Klein, 3/05/1990.

75 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de Ph. Sainz de Baranda à la prieure du carmel, 26/10/1990.

76 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « CERJ », lettre de la prieure Sr Marie-Hélène du Sacré Cœur de Jésus et Marie à Ph. Sainz de Baranda, 5/01/1991.

77 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

78 Une « Fondation » pour soutenir le « Centre de rencontres et de prière » d’Auschwitz, dans La Documentation catholique, 87, 2002 (18/03/1990), p.328.

79 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de F. Macharski à A. Decourtray, 20/01/1990.

80 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre d’A. Decourtray à F. Macharski, non datée.

81 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de T. Klein à J.-M. Lustiger, 30/03/1990.

82 Entretien avec A.-D. Rinckwald, 13/11/2010.

83 Jean-Paul II avait dit à la communauté juive de Mayence en novembre 1980 : « Vous êtes le peuple de l’alliance ancienne qui n’a jamais été révoquée ». Cette phrase eut un retentissement important dans la théologie catholique à l’égard des juifs.

84 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, informations données par Mgr Muszyński.

85 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, informations flaches données par Mgr Muszyński.

86 Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif..., p. 244-245.

87 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre d’A. Decourtray à J. J. Hamer, 15/12/1989.

88 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre d’A. Decourtray à J. J. Hamer, 15/12/1989.

89 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. J. Hamer à A. Decourtray, 29/01/1990.

90 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à A. Decourtray, 23/01/1990.

91 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre d’A. Decourtray à J. J. Hamer, 15/12/1989.

92 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin, 13/02/1990.

93 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à T. Klein, 3/05/1990.

94 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à T. Klein, 20/06/1990.

95 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR fait par J. Dujardin d’une rencontre avec M. Głownia, 12/09/1990.

96 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR fait par J. Dujardin d’une rencontre avec M. Głownia, 12/09/1990.

97 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à A. Decourtray, 9/10/1990.

98 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin, 24/10/1990.

99 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « CERJ », lettre de Ph. Sainz de Baranda à la prieure, 25/01/1991.

100 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « CERJ », lettre de Ph. Sainz de Baranda à la prieure, 26/10/1991.

101 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de C. Maccise aux religieuses, 14/07/1991.

102 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de C. Maccise à B. J. Wanat, 14/07/1991.

103 Transfert du carmel d’Auschwitz : les accords seront respectés. Lettre du préposé général des carmes à maître Théo Klein, dans La Documentation catholique, 2034 (1-15/09/1991), p.797.

104 Afin de préserver la personne qui envoya ces documents, le père de Goedt avait demandé la plus grande discrétion. Nous ne citerons pas le nom de cette personne.

105 Lettre en latin que nous avons reproduite plus haut à propos du souhait du cardinal Wojtyła de fonder un carmel à Auschwitz (25 mai 1984).

106 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, note de J. Dujardin pour le cardinal Lustiger sur la situation des sœurs du carmel d’Auschwitz, 11/03/1993.

107 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre à M. de Goedt, 8/08/1991.

108 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, aspect juridique du transfert du monastère. Cf. doc. du 8 décembre 1985.

109 Entretien avec J. Dujardin, 24/04/2009.

110 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de C. Maccise à J. J. Hamer, 14/11/1991.

111 Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif..., p.244-245 ; Jerzy Turowicz, J’ai bon espoir que c’est la dernière fois…, p. 23.

112 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de C. Maccise à J. J. Hamer, 17/12/1991.

113 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

114 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « Carmel d’Auschwitz », lettre d’A. Decourtray à A. Sodano, 1/01/1992.

115 Gaston Poulain(1927) : évêque émérite de Périgueux et de Sarlat, il fut président du Comité épiscopal pour les relations avec le judaïsme de 1988 à 2000.

116 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de J. Dujardin à F. Macharski, 30/09/1991.

117 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre d’E. I. Cassidy à J. Dujardin, 25/10/1991.

118 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de C. Maccise à J. J. Hamer, 14/11/1991.

119 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, note de P. d’Ornellas à J. Dujardin, 15/11/1991.

120 Paris, Saulchoir, Dupuy, carton « Carmel d’Auschwitz », lettre d’A. Decourtray à A. Sodano, 1/01/1992.

121 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre d’A. Sodano à A. Decourtray, 14/04/1992.

122 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance ecclésiastique et documentation », lettre de G. Passelecq à J. Dujardin, 16/01/1990.

123 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à G. Danneels, 2/07/1990.

124 Pour avoir un résumé des différentes interventions, cf. Viviane Teitelbaum, Colloque. Une douloureuse affaire, dans Regards, 259 (25/10-7/11/1990), p. 21-22.

125 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à G. Danneels, 2/07/1990.

126 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de N. Weinstock et S. Susskind à J. Dujardin, 9/05/1990 pour l’inviter ; et réponse du père Dujardin, 28/05/1990 pour décliner l’invitation.

127 Lazard Perez fut président du CCOJB de 1989 à 1993. Il succédait à Joseph Wybran, assassiné en octobre 1989 dans le parking de l’hôpital Érasme où il travaillait. En 1993, le successeur de Lazard Perez à la tête du CCOJB fut D. Susskind.

128 APIC, 288, 15/10/1990 ; Viviane Teitelbaum, Colloque. Une douloureuse affaire…, p. 21-22.

129 Jean-Marie Le Pen (1928) : homme politique français d’extrême-droite, qui fut président du Front National (FN), parti politique nationaliste français de 1972 (date de la création du FN) à 2011.

130 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR d’une conversation entre S. Wilkanowicz et T. Barnas, 29/08/1990 à Ampleforth, Yorkshire (Angleterre) ; et fax de J. Dujardin à P. Duprey, 18/03/1991.

131 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, document daté du 22/09/1992 et signé par le président, J. Dujardin, le vice-président S. Wilkanowicz, le secrétaire du Conseil, S. Musial et le président de la Fondation, M. Głownia et envoyé aux cardinaux J. Glemp, E. M. Somalo, A. Sodano, H. Muszyński, F. Macharski, E. I. Cassidy, F. Rakoczy et au nonce apostolique, S. Dziwisz.

132 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, rapport d’un voyage en Pologne par T. Barnas, 26/03/1993.

133 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de l’UNEC aux cardinaux signataires de Genève, 16/01/1993.

134 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à P. Duprey, 15/02/1993 et lettre de J. Dujardin à Mgr Tauran, 18/02/1993.

135 Joseph Lewkiwicz, Les limites de la patience, dans Regards, 312 (11/03-24/03/1993), p. 10-11 ; Simon Engel, Question de principes, dans Regards, 312 (11/03-24/03/1993), p. 12-13.

136 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de G. Schnek à T. Barnas, 3/03/1993 ; lettre de T. Barnas à H. Muszyński, 14/03/1993.

137 Le ghetto de Varsovie fut le plus important ghetto juif pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 19 avril 1943, ses habitants se révoltèrent contre les Allemands. Cet épisode de résistance juive – qui vit plusieurs milliers de juifs périr – eut un impact très important. Très rapidement après la guerre, on choisit cette date pour commémorer le sort des juifs pendant le second conflit mondial.

138 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de G. Riegner à E. I. Cassidy, 23/03/1993 et lettre de J. Dujardin à H. Muszyński, 12/03/1993.

139 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, communiqué du CERJ, 10/02/1993.

140 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à H. Muszyński, 15/03/1993.

141 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, déclaration de la CNCJ, 13/03/1993.

142 Ex. : lettre du 30/03/1993 adressée par G. Passelecq au cardinal Lustiger.

143 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 1 », lettre de G. Passelecq à T. Klein, 30/03/1993.

144 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, rapport d’un voyage en Pologne par T. Barnas, 26/03/1993.

145 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, rapport d’un voyage en Pologne par T. Barnas, 26/03/1993.

146 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à S. Wilkanowicz, 15/12/1992.

147 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas).

148 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à S. Wilkanowicz, 24/03/1993.

149 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, note historique et canonique rédigée par J.-M. Lustiger suite à une conversation téléphonique avec le cardinal Sodano, 10/03/1993.

150 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à P. Duprey, 11/03/1993.

151 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de M. Głownia à J. Dujardin, 27/01/1993.

152 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à H. Muszyński, 11/03/1993.

153 Jerzy Turowicz, J’ai bon espoir que c’est la dernière fois…, p. 22.

154 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas).

155 Entretien avec S. Wilkanowicz, 13/11/2010.

156 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à M. Głownia, 25/03/1993.

157 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à S. Wilkanowicz, 24/03/1993.

158 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, rectificatifs apportés par J. Dujardin à la dépêche de l’AFP du 1/04/1993, 2/04/1993.

159 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas).

160 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, document daté du 22/09/1992 et signé par le président, J. Dujardin, le vice-président S. Wilkanowicz, le secrétaire du Conseil, S. Musial et le président de la Fondation, M. Głownia et envoyé aux cardinaux J. Glemp, M. E. Somalo, A. Sodano, H. Muszyński, F. Macharski, E. I. Cassidy, F. Rakoczy et au nonce apostolique, S. Dziwisz.

161 Pierre Duprey (1992-2007) : évêque français, il fut le secrétaire du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens de 1983 à 1999, alors que les présidents successifs de cette instance furent les cardinaux Willebrands et Cassidy.

162 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à Mgr Tauran, 18/02/1993.

163 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 22/03/1993.

164 Il est intéressant de savoir que l’aide apportée par le cardinal Lustiger pour la résolution de l’affaire du carmel ne fut pas connue. Le cardinal n’aimant pas laisser de traces de ses actes préférait utiliser le téléphone plutôt que le papier à lettres.

165 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

166 Jean-Paul II, Lettre aux carmélites d’Auschwitz du 9 avril 1993, dans La Documentation catholique, 2072 (16/05/1993), p.452.

167 AFP du 13/04/93.

168 Stanisław Gądecky, Conclusion, dans Vérités des uns et celles des autres…, p. 220.

169 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

170 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de F. Macharski à de nombreux évêques dont Lustiger, 6/05/1993.

171 Le père Głownia affirme que quatre religieuses ont rejoint le nouveau carmel d’Auschwitz, alors qu’une autre source parle de cinq sœurs : Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, communiqué du secrétariat du CERJ pour B. Charmet, secrétariat de l’épiscopat, 25/05/1993.

172 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

173 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, communiqué du secrétariat du CERJ pour B. Charmet, secrétariat de l’épiscopat, 25/05/1993.

174 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, lettre de C. Maccise à J. J. Hamer, 14/11/1991.

175 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, lettre de T. Rakoczy au provincial de Pologne, B. Wanat, 30/06/1993 et lettre de M. Hue à J.-M. Lustiger, 1/07/1993.

176 Entretien avec S. Wilkanowicz, 13/11/2010.

177 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540