Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’affaire du carmel d’Auschwitz (1985-1993)

 | 
Thérèse Hebbelinck

Chapitre 3. 1989 : Crise et apaisement

Texte intégral

Montée du ton mais amélioration de la situation

  • 1 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de Ph. Sainz de Baranda à A. Decourtray, 27/01/ (...)
  • 2 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49. Voici le texte du paragraphe 5 de l’assemblée plénière (...)
  • 3 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 10/01/1989.

1Début janvier 1989, la situation semblait s’améliorer peu à peu. Les cardinaux A. Decourtray, J.-M. Lustiger, G. Danneels et F. Macharski s’étaient rendus à Rome pour y rencontrer le supérieur général des carmes, Philippe Sainz de Baranda. On faisait désormais appel à l’ordre des carmes pour qu’il intervienne auprès des carmélites, une démarche qu’il aurait été souhaitable de faire bien plus tôt étant donné que la communauté des religieuses était sous la juridiction de cet ordre. Quelques jours plus tard, ce furent les pères Jean Dujardin et Pierre d’Ornellas (secrétaire de l’archevêque de Paris de 1986 à 1991) qui rencontrèrent Ph. Sainz de Baranda. Ce dernier intervint alors auprès du provincial des carmes de Pologne, Wielebny Ojcbiec qui, bien qu’ayant été défavorable au transfert du carmel, admit cette solution et la transmit au cardinal Macharski et aux carmélites, lesquelles dirent l’avoir acceptée « avec un grand amour de l’Église et du pape »1. Le cardinal Macharski n’était plus isolé au sein de l’épiscopat polonais. L’ensemble des évêques approuvait les décisions de Genève II, ce qui fut officialisé le 9 mars 1989 par un communiqué de l’assemblée plénière de la conférence épiscopale polonaise entérinant les accords. En réalité, elle entérinait la « création d’un centre d’information, d’éducation, de rencontre et de prière, centre qui devra renfermer aussi le nouveau monastère des carmélites » et qui devait remplir un rôle dans le dialogue judéo-chrétien2. Au début de l’année 1989, les négociateurs catholiques étaient confiants dans la suite des événements. Le père Dujardin, informant son confrère belge le père Passelecq, lui écrivait d’ailleurs que dans un certain sens tous les obstacles internes à l’Église de Pologne étaient levés, même s’il ne pouvait pas dire avec précision quand les accords seraient réalisés. Il affirmait que quelque chose de décisif s’était passé en quelques semaines même si, pour la partie juive, rien de nouveau ne pouvait être constaté en apparence par rapport à Genève II. Mais maintenant – disait le père – « nous sommes sûrs que le centre sera construit et le carmel transféré3 ».

  • 4 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 17.1 (4), communication sur le carmel d’Auschwitz faite par l (...)
  • 5 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre d’A. Decourtray à T. Klein, 14/02/1989.

2Ayant pris acte que les accords ne pourraient pas être respectés dans les temps, les juifs souhaitaient que les carmélites quittent cependant leur couvent pour la date fatidique du 22 février 1989 et qu’elles soient relogées ailleurs en attendant que leur nouveau carmel soit prêt à les accueillir. Théo Klein exprima ce vœu à différentes reprises, notamment lors d’une conférence qu’il donna à Bruxelles en février 19894. Mais ce souhait ne fut pas rencontré. En effet, tant du côté des Polonais (tel le père Musial) que de l’ordre des carmes, on ne souhaitait pas durcir les positions. L’important, selon eux, était que la décision du transfert ait été prise et acceptée et que l’Eglise ait répondu pour la première fois dans l’histoire à la demande des juifs. Le cardinal Decourtray – persuadé que les sœurs étaient désormais d’accord pour déménager (ce qui s’avéra inexact par la suite) – fit part le 14 février 1989 à Théo Klein des difficultés administratives et des « difficultés tenant à l’opinion catholique et nationale polonaise ». Il proposait à ce dernier un sursis de cinq mois pour le départ des carmélites5. Ce renvoi au 22 juillet 1989 ne convenait pas à la communauté juive qui se mobilisa de plus en plus, l’affaire du carmel ayant même fini par émouvoir la communauté juive américaine.

Opposition croissante chez les juifs de Belgique

  • 6 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 17.1 (4), communication sur le carmel d’Auschwitz faite par l (...)
  • 7 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 54, communiqué de l’Union des étudiants juifs de Belgique, (...)
  • 8 Communiqué de presse du CCIB concernant le carmel d’Auschwitz. Informations consistoriales, dans C (...)
  • 9 Lors de ce pèlerinage, le prêtre s’est fait refouler par les carmélites ; il jeta ensuite par-dess (...)
  • 10 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 54, lettre de G. Passelecq à Ch. Bernard, 16/03/1989 ; let (...)
  • 11 Nous aborderons dans notre thèse la particularité de ce groupe de chrétiens de gauche et proches c (...)
  • 12 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de « Chrétiens solidaires » aux quatre cardina (...)
  • 13 Création d’un comité international pour l’évacuation du couvent de carmélites d’Auschwitz-Birkenau (...)
  • 14 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 17.1 (4), communication sur le carmel d’Auschwitz faite par l (...)
  • 15 Micheline et Nathan Weinstock (éd.), Pourquoi le carmel d’Auschwitz ? (numéro 3/4 de la Revue de l (...)
  • 16 Bernard Suchecky, L’Église polonaise entre sincérité et désinformation, dans Regards, 166 (21/083/ (...)
  • 17 Regards, no 198.
  • 18 Viviane Teitelbaum, En avance d’un retard. Quelques réflexions à partir d’une conférence de presse(...)

3Le 16 février, le président du CRIF se rendit a Bruxelles, « centre d’un activisme juif très affirmé », pour y faire une conférence et « affronter les réactions négatives que ne manquerait pas de susciter l’absence de progrès tangibles sur le terrain ». Il rendit publique a cette occasion la lettre reçue deux jours auparavant par le cardinal Decourtray. Celle-ci fut reçue avec une grande déception du côté des juifs de Belgique et des initiatives juives jaillirent de la base6. Le 21 février, G. Schnek – président du CCIB – annonçait le gel provisoire des relations avec les catholiques en Belgique. Pour marquer le non respect des accords de Genève, une soixantaine de jeunes juifs occupèrent l’église du Sablon à Bruxelles pendant 24 heures. Ils entendaient protester contre la présence du carmel à Auschwitz et attirer l’attention de l’Église catholique sur la nécessité de déménager le couvent7. Cette action fut dénoncée par le CCIB qui déclara y être étranger8. Au cours de l’année 1989, des pétitions, la création de différents groupes d’action ainsi que des manifestations devant le couvent se multiplièrent. Citons par exemple le pèlerinage organisé par un prêtre belge, l’abbé Bernard, avec l’Union des déportés juifs de Belgique à Auschwitz en mars 1989 dans le but de faire parvenir une pétition à la prieure du carmel, pétition demandant le départ des religieuses9. Cette initiative avait été vivement déconseillée par le père Dujardin et relayée par le père Passelecq auprès des intéressés : cette démarche – affirmaient les deux prêtres – risquait de provoquer chez les carmélites un raidissement très préjudiciable à la bonne marche des négociations en cours, négociations dont le public n’était pas informe. Mais cette intervention ne changea rien à la détermination des participants au pèlerinage10. Autre exemple, la création en Belgique en février 1989 du Comité d’Action pour le Respect de la Parole donnée (CRPD), au sein duquel se créa un sous-groupe du nom de « Chrétiens solidaires11 », composé de chrétiens souhaitant montrer leur solidarité avec les victimes et protester contre la violation des accords12. En avril 1989 se créèrent un Comité de crise au sein du CCIB et un Comité international par le CCLJ dans le but de faire pression pour accélérer le départ des religieuses du site d’Auschwitz13. Puis, en juin 1989, la Conférence permanente des institutions juives de Belgique – composée de dirigeants juifs de toutes tendances confondues – mit sur pied un Comite international pour l’évacuation du couvent des carmélites14. On peut se faire une idée du combat « contre la christianisation de la Shoah » que menèrent ces diverses instances en lisant les articles réunis par Micheline et Nathan Weinstock dans Pourquoi le carmel d’Auschwitz15 ? Outre les actions concrètes menées en Belgique, une véritable campagne de pression fut menée dans la presse, essentiellement par la revue Regards. Cette revue, fondée en 1965 et publiée par le Centre communautaire laïc juif de Belgique avait révélé l’affaire du carmel en 1985 et elle tenait ses lecteurs au courant de l’évolution de celle-ci. Sous la plume de Bernard Suchecky, elle avait critiqué la hâte avec laquelle la presse avait laissé entendre que la réunion de Genève avait fait l’unanimité. Pour lui, la délégation juive avait agi précipitamment en cosignant une déclaration qu’il jugeait prématurée16. Après les accords de Genève II, la situation s’étant apaisée, on parla moins du problème. Cependant, à partir de l’année 1988, la revue avait commencé un décompte avant la date du 22 février 1989, date à laquelle les religieuses devaient avoir quitté le site d’Auschwitz, à savoir le 22 février 1989. Ce décompte était indiqué en dessous du sommaire de chaque numéro sous la forme suivante : « Encore 57 jours avant le déplacement du carmel d’Auschwitz (les accords de Genève II ont été signés le 22 février 1987) »17. L’échéance des accords approchant, le nombre d’articles sur la question augmenta à nouveau à partir de janvier 1989. Écrits le plus souvent de la main de Bernard Suchecky, ils expliquaient que la revue ne partageait pas l’optimisme de la hiérarchie catholique concernant le respect des accords (no 219, décembre 1988-janvier 1989) et qu’elle dénonçait le « silence du pape médiatique » (no 221, 26/01-8/02/1989). Deux semaines avant le 22 février, la revue s’interrogeait en ces termes : « avant que le coq chante… combien de reniements encore ? » (no 222, 9-22/02/1989). Les carmélites ne quittèrent pas le couvent en février 1989 et le problème s’embourba dans de multiples complications, ce qui n’empêcha pas la revue de poursuivre son combat. Désormais, le décompte fit place au rappel suivant : « Voici … an(s) et … jours (depuis le 22/02/1989) que, selon la Déclaration de Genève II, les carmélites auraient dû quitter le camp d’Auschwitz ». Les articles sur la question ne manquaient pas. Certains virulents critiquaient vivement les carmélites, l’Église et le pape : « Pardonne-leur, Seigneur, car elles ne savent pas ce qu’elles font » (no 245, 22/027/03/1990) ; « L’affaire du carmel ressemble fort à une histoire de paroles sans action. Une parole non tenue. Une profusion de paroles venimeuses. Des discours prosélytes » (no 243, 25/01-7/02/1990). La revue n’hésita pas non plus a critiquer les délégués juifs qui avaient négocié à Genève : « Nos dirigeants juifs ne se donnent guère l’opportunité d’une réflexion sur leur démarche et le pourquoi du statu quo (…). Trop impressionné d’avoir été admis dans la cour des grands, l’espace de quelques rencontres, l’establishment juif semble paralysé18 ».

  • 19 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 54.
  • 20 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », lettre de G. Danneels à G. Passelecq, 3/04/ (...)

4Face à cette situation inquiétante, la CNCJ, et surtout le père Passelecq, cherchait des solutions d’apaisement. Il était en contact fréquent avec le père Dujardina Paris, qui lui avait demande de le tenir informe de l’évolution de la situation en Belgique. Réciproquement, J. Dujardin informait son confrère belge des négociations en cours et lui indiquait la ligne de conduite à tenir, comme le révèlent les archives du CNAEF ainsi que celles de Maredsous19. Le secrétaire de la CNCJ et les membres de cette commission espéraient que le primat de Belgique prendrait la parole, mais le cardinal Danneels fit savoir qu’il ne voulait pas faire de déclaration, le cardinal Decourtray étant le porte-parole de la délégation catholique. Il ajoutait que le rôle de la CNCJ était de « calmer les esprits en soulignant la décision récente et positive de l’épiscopat polonais20 ».

De janvier à août 1989 : situation polonaise et conséquences pour l’affaire du carmel

  • 21 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de G. Ribière à « Monseigneur », 19/04/1989 ; T (...)
  • 22 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de T. Klein à A. Decourtray, 31/03/1989.
  • 23 Cette croix avait été érigée à l’occasion de la venue du pape Jean-Paul II à Birkenau en 1979. Ell (...)

5La situation en Pologne n’était pas des plus paisibles. Une résistance d’esprit national et religieux s’organisait autour du soutien apporté aux carmélites sans que les autorités ecclésiastiques ne se manifestent. La résistance était encouragée par le mouvement Pax, une organisation à la fois catholique et communiste contrôlée par le Parti. Une pétition signée par 1.350 habitants d’Oświęcim circula en avril 1989 réclamant le maintien du couvent21. Au printemp. 1989, on apprit que les sœurs avaient installé un chemin de croix et aménageaient un potager22, ce qui n’était pas pour améliorer l’opinion juive française et belge. Par ailleurs, depuis juillet 1988, une grande croix de sept mètres avait été plantée dans le jardin du carmel sur le lieu nommé’la gravière’où des résistants polonais avaient été fusillés au début de la guerre23. Ce symbole chrétien ne faisait qu’exacerber les tensions entre juifs et chrétiens. Actuellement, la croix est toujours présente mais elle n’est plus visible du camp car de grands arbres ont poussé devant le mur séparant’la gravière’du camp.

Photo (prise du camp) de’la gravière’et de la croix24

Photo (prise du camp) de’la gravière’et de la croix24
  • 25 Photo prise à Auschwitz I le 10/11/2010.

Photo actuelle (prise devant’la gravière’) de la croix et du bloc 1125

Photo actuelle (prise devant’la gravière’) de la croix et du bloc 1125
  • 26 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J. Dujardin à Ph. Sainz de Baranda, 13/06/19 (...)

6En juin 1989, revenant d’un séjour à Cracovie où il avait tenté de rencontrer différents interlocuteurs polonais en vue de la réalisation des accords de Genève, le père Dujardin écrivait qu’il avait trouvé dans ce pays une atmosphère lourde. Il est vrai qu’en 1989 la Pologne vit son paysage politique changer considérablement et, outre la question du carmel, beaucoup d’autres enjeux étaient en train de se jouer dans cette partie d’Europe centrale26.

  • 27 Solidarność signifie « solidarité » en polonais. Il s’agit d’une fédération de syndicats qui fut f (...)
  • 28 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

7Depuis 1980 et la création du mouvement syndical Solidarność27, un vent de changement avait commencé à souffler en Pologne. La résistance de Solidarność au pouvoir communiste culmina en 1989 de sorte que le gouvernement communiste, se trouvant impuissant à réinstaurer une normalité « socialiste », dut organiser des tables rondes réunissant le gouvernement et Solidarność devenu un interlocuteur incontournable. En mai 1989, des élections étaient devenues inévitables et occupaient tous les esprits. Dans ce contexte, on assista à une recrudescence d’un courant ultra-nationaliste antisémite d’avant guerre. Celui-ci ressortait certains clichés à l’encontre des juifs qu’ils tenaient pour responsables de tous les maux (ex. : récupération par les tracts antisémites de l’affaire du carmel pour s’en prendre aux juifs). Le climat était devenu passionnel. Au moment où la Pologne se dégageait du communisme, chacun était obligé de prendre position et de réfléchir à la construction du pays : quel État de droit fallait-il mettre en place ? Quelle place l’Église allait-elle y tenir ? Quelle Pologne fallait-il construireet quels seraient le rôle et la place du religieux ? Il est important d’avoir en tête ces données politiques pour comprendre aussi ce qui se cachait derrière l’affaire du carmel d’Auschwitz. Sans doute y avait-il un enjeu autre que celui des relations entre juifs et catholiques, un enjeu politique, l’Église cherchant à avoir une parole sur la place publique et à s’affirmer dans la nouvelle Pologne en train de se créer28.

  • 29 Wojciech Jaruzelski(1923) : homme politique polonais qui dirigea la République populaire de Pologn (...)
  • 30 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 129-130 ; Daniel Beauvois, La Pologne..., p. 441-459.

8Les premières élections semi-démocratiques de Pologne eurent lieu le 4 juin 1989 et Solidarność remporta le succès. Tout en restant encore quelque temps à la tête du pays, le président Jaruzelski29 savait qu’il allait devoir partager le pouvoir. Le 19 août 1989, Tadeusz Mazowiecki fut élu et prit la tête du gouvernement. C’était la première fois depuis quarante ans qu’une personnalité non communiste était au pouvoir. Le 24 août, son gouvernement fut mis en place et T. Mazowiecki désigné premier ministre. Cela marqua la victoire des « libéraux ». Les intellectuels catholiques qui arrivaient au pouvoir étaient de tendance libérale, mais cette orientation ne correspondait pas forcément à celle d’une importante partie de la hiérarchie catholique polonaise30.

Auschwitz pour les Polonais : un détour par l’histoire de la Pologne depuis la Seconde Guerre mondiale

  • 31 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J.-M. Lustiger à K. Gorny, 13/03/1989.
  • 32 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre des sœurs du carmel d’Auschwitz à A. Decourtra (...)

9Pour comprendre l’enjeu de l’affaire du carmel d’Auschwitz en Pologne, il ne suffit pas de recontextualiser cet évènement dans la Pologne de 1989 qui sort progressivement du communisme. Il faut aussi s’arrêter un instant sur l’histoire de ce pays depuis la Seconde Guerre mondiale. Juifs et Polonais étaient marqués par les attitudes des uns et des autres. Les juifs étaient blessés au plus profond d’eux-mêmes par la présence des carmélites à Auschwitz, qu’ils interprétaient comme une volonté catholique de christianiser la Shoah. Ils étaient inquiets en constatant que les accords de Genève n’étaient pas respectés et que les travaux d’aménagement du nouveau carmel étaient toujours en cours, sans compter l’ambiance antisémite qui régnait en Pologne. De son côté, l’Église polonaise était atteinte par les réactions et les propos tenus dans les pays d’Europe occidentale et aux États-Unis par certains juifs sur son compte et sur la Pologne31. Les Polonais ne comprenaient pas les attitudes offensives de ceux qui voulaient faire partir les religieuses et qui manifestaient devant le carmel. Les religieuses du carmel regrettaient par exemple, en mars 1989 auprès du cardinal Decourtray, que depuis plusieurs mois la presse étrangère et les médias menaient « une étrange – et pour nous et pour notre société complètement incompréhensible – lutte contre notre carmel », et elles lui faisaient part de la douleur qui était la leur32. Le père provincial des carmes déchaussés de la province de Pologne, Wielebny Ojciec, rappelait lui aussi aux négociateurs français et belges la grande souffrance qu’avait endurée le peuple polonais sous le national-socialisme. L’incompréhension des Polonais était d’autant plus grande que, pendant les années du communisme, l’histoire de la Shoah et de la tragédie s’étant déroulée à Auschwitz avait été largement falsifiée. En effet, dès la libération, les autorités communistes polonaises avaient travesti la réalité en exploitant au maximum les sentiments nationalistes polonais. Cherchant à se faire une place dans un pays où ils n’avaient jamais eu de reconnaissance, les communistes avaient mis en place une politique de déjudaïsation des anciens camps en manipulant systématiquement le dispositif du musée d’Auschwitz. Probablement influencé par les soviétiques, le gouvernement avait – sans le faire ouvertement – inscrit dans la mémoire des Polonais une distinction entre Auschwitz I et Birkenau, comme s’il s’agissait à la limite de deux camps différents, faisant d’Auschwitz I le camp des Polonais et concédant Birkenau pour les juifs. Cela n’était pas sans ambiguïté même si réellement de 1940 à 1942, Auschwitz I avait été un camp polonais dans lequel on envoyait les personnes sans distinction religieuse. Ce ne fut plus vrai à partir de 1942, année où les personnes déportées étaient essentiellement juives, tziganes ou autres. 1942 fut aussi l’année de la construction du camp de Birkenau. Pendant de nombreuses années, les Polonais n’allèrent pas se recueillir dans ce deuxième camp. Ils allaient uniquement à Auschwitz I, méconnaissant la réalité que les Allemands avaient voulu installer.

  • 33 Gerhart M. Riegner, Ne jamais désespérer…, p.437 ; Bernard Suchecky, Un musée pour dire quoi, dans (...)

10Le musée d’Auschwitz fut organisé pour en faire un lieu de culte nationaliste du « martyre de la nation polonaise ». Dans cette perspective, il servit la vision prônée par les communistes par le biais d’expositions, de projections de films, de publications. Jusqu’à la chute du mur de Berlin, on projetait à Auschwitz I un film à la gloire de l’armée rouge mettant en avant deux thèses : celle du grand frère soviétique venant à la rescousse du petit frère polonais et celle de la classe ouvrière luttant contre la bourgeoisie européenne. La dimension juive était peu perceptible. De même, lorsqu’on entrait dans le camp, rien n’indiquait que des juifs étaient venus en ce lieu, excepté le pavillon israélien (présent au même titre que ceux de n’importe quelle autre nation). Avant la chute du mur, les inscriptions de Birkenau ne mentionnaient pas le mot « juif », même celles écrites en hébreu et en yiddish. Lorsqu’en 1979, le pape en visite à Auschwitz se recueillit devant la stèle hébraïque et non devant celle libellée en polonais, il surprit beaucoup les Polonais et ce geste ne fut pas posé par hasard33.

Stèle hébraïque en 1979

11Note34

12Traduction : « Quatre millions de personnes ont souffert et sont mortes en ce lieu aux mains des assasins nazils des années 1940 à 1945 ».

  • 35 Photo prise à Birkenau le 9/11/2010.

Stèle hébraïque actuelle35

  • 36 Le pape Benoît XVI se recueillant devant les plaques commémoratives de Birkenau le 28 mai 2006. Ph (...)

13Note36

14Traduction : « Que ce lieu où les nazis ont assassiné un million et demi d’hommes, de femmes et d’enfants, en majorité des juifs de divers pays d’Europe, soit à jamais pour l’humanité un cri de désespoir et un avertissement. Auschwitz-Birkenau 1940-1945 ».

  • 37 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 1, CR de la 47ème réunion du CERJ, 2/03/1992, p. 9.
  • 38 Yehuda Bauer, Les pourquoi d’une appropriation. Propos recueillis par J. Deom, dans Regards, 259 ( (...)
  • 39 Jonathan Huener, Mémoire catholique…, p.435-439.

15Jusqu’en 1989, la dimension juive du génocide hitlérien fut dissimulée et gommée à Auschwitz. Outre les inscriptions de Birkenau et le film du musée d’Auschwitz, l’enseignement de l’histoire avait lui aussi passé sous silence la réalité de l’extermination des juifs. Mgr Muszyński, président de la sous-commission polonaise pour les relations avec le judaïsme, expliquait avoir découvert la vérité sur le camp d’Auschwitz à l’occasion de l’affaire du carmel. Auparavant, il ignorait que des juifs avaient été déportés dans ce camp. Dans la mémoire polonaise, ce camp était celui où était morte l’intelligentsia polonaise37. En réalité, environ 1.600.000 personnes sont mortes à Auschwitz dont 1.300.000 juifs. Le total des morts polonais est estimé quant à lui à 83.00038. Après avoir servi de lieu de propagande du communisme, le site d’Auschwitz vit, à partir des années 1979-1980, l’apparition de « nouveaux promoteurs de mémoire » dont le plus important fut l’Église. Dès 1970, l’Église catholique polonaise acquit en effet une plus grande liberté et jouit d’une plus grande tolérance au sein de la Pologne communiste. Elle investit alors ce site considéré comme le plus important lieu mémoriel de la guerre en Pologne. Ce lieu pouvait en effet lui donner plus de visibilité dans la société et mettre en évidence la pertinence de sa mission au sein de la nation polonaise meurtrie39.

  • 40 Le 15 octobre 1972 eut lieu à Birkenau une messe d’action de grâce pour le père M. Kolbe.
  • 41 Jonathan Huener, Mémoire catholique…, p.443.
  • 42 Isabelle Aumont, La purification de la mémoire, Paris, Parole et Silence, 2008, p.83.
  • 43 Le Golgotha est le lieu où Jésus fut crucifié. En parlant d’Auschwitz comme du « Golgotha des temp (...)
  • 44 Jonathan Huener, Mémoire catholique…, p. 454-455.

16L’historien J. Huener constate que l’Église commença à imposer des formes de commémoration à Auschwitz dès 1972, au lendemain de la béatification du père Maximilien Kolbe, prêtre catholique d’origine polonaise mort de faim dans le bloc 11 (bloc des condamnés) en offrant sa vie pour un prisonnier qui était père de famille40. Petit à petit, se mit ainsi en place un culte commémoratif autour de cette figure du martyr polonais qu’était ce prêtre polonais. Cela plaça « Auschwitz et sa signification au centre du cadre mémoriel catholique et polonais »41. Auschwitz – symbole du mal absolu – apparaissait comme un lieu où le « devoir de mémoire » semblait impossible à réaliser. Seuls des actes d’amour – tel celui du père Kolbe – rendaient la visite d’Auschwitz supportable. Par cet acte, le saint donnait un nouveau sens à Auschwitz : celui de la victoire de l’amour sur le mal absolu. L’amour permettait de ne pas désespérer devant le mal absolu et – selon Isabelle Aumont – c’était ce qu’avait voulu montrer Jean-Paul II en présentant « un autre concept d’Auschwitz en la personne du Saint Maximilien-Marie Kolbe »42. Auschwitz était un lieu crucial pour le pape, un lieu où pouvaient être mises en exergue différentes symboliques propres au peuple polonais : un site de l’unité nationale (beaucoup de Polonais y ayant souffert et y étant mort), un lieu illustrant la souffrance du peuple polonais mise en parallèle avec la souffrance de l’Église polonaise (considérée comme une Église martyre car beaucoup de fidèles moururent pour leur foi qui était inséparablement liée à leur identité polonaise) et un lieu de rédemption (les personnes mortes pour leur foi ayant accès au salut par leur sacrifice). La visite de Jean-Paul II à Auschwitz en juin 1979 fut l’apothéose des manifestations commémoratives de l’Église à Auschwitz. Au cours de ce voyage, le pape parla de ce lieu comme du « Golgotha des temps modernes43 ». Sa présence à Auschwitz-Birkenau et ses paroles firent naître un esprit nouveau : le pape et ses fidèles assumaient le passé de ce lieu tout en y mettant en exergue sa valeur rédemptrice. En donnant une nouvelle symbolique au lieu de la Shoah, le pape libérait Auschwitz de la présentation falsifiée fabriquée par l’État communiste tout en légitimant un nouveau cadre commémoratif catholico-polonais44.

  • 45 Jerzy Turowicz, Un carmel à Auschwitz…, p. 44-45.

17Cette nouvelle vision des choses s’inscrivait dans l’histoire récente de la Pologne et dans l’histoire des relations Église-État de ce pays. Pendant la guerre, les nazis avaient tenté de briser la notion d’appartenance des Polonais à une nation, ce qui avait renforcé dans la conscience polonaise un sentiment analogue à celui ressenti par les juifs. Les Polonais se sentirent une nation martyre de l’histoire, presque le « serviteur souffrant » du monde catholique. Avant que les transports de juifs condamnés n’arrivent à Birkenau en 1942, Auschwitz I avait été pendant deux ans le lieu de la déportation, du martyre et de la mort de centaines de milliers de Polonais. Il le resta même après que la machine d’extermination des juifs se soit mise en place, et cela jusqu’à la libération en 194545. Auschwitz I restait donc dans leur esprit le camp où les Polonais avaient été déportés, symbole du martyre de la nation polonaise pendant les années d’occupation, exprimé notamment par le geste du père Maximilien Kolbe.

  • 46 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.
  • 47 Stanisław Gądecki, Conclusion, dans Vérités des uns et celles des autres…, p. 219.

18Dans la période qui suivit la guerre et qui vit la Pologne glisser vers le communisme, l’Église joua un rôle incontournable, véritable pilier de la société. En effet, pendant quarante ans, l’Église – confrontée à un pouvoir totalitaire – fut l’unique force pour protéger la société civile en voie de destruction. Dans ce contexte d’opposition constante entre l’Église et l’État, l’établissement d’un carmel à Auschwitz avait une symbolique forte. Pour la plupart des catholiques et du peuple polonais, la pensée d’installer un couvent dans un bâtiment appartenant à l’État communiste était alors quelque chose d’inouï, d’extraordinaire. Loin de vouloir – et même de penser – blesser les juifs, l’épiscopat polonais voyait dans la création du carmel d’Auschwitz une victoire sur le communisme. À l’époque, chaque pensée, même si elle était religieuse au départ, se révélait toujours par la suite être une victoire sur le communisme46. Dans ce contexte, la décision de Genève ne fut pas comprise, ni acceptée en Pologne. Elle l’était d’autant moins que depuis la guerre, l’Église n’avait pas cessé de lutter pour le respect de ses droits, pour la possibilité de construire des églises, pour le maintien des monastères et couvents, pour le respect des symboles religieux (croix, cimetières) et de manière globale pour toutes les formes d’expression de la foi catholique47.

  • 48 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, quelques informations sur le carmel d’Auschwitz, fait (...)
  • 49 Bernard Dupuy, La tension autour du carmel d’Auschwitz. Propos recueillis par Yves de Gentil-Baich (...)

19L’épiscopat polonais soutenu par l’ensemble de la population estimait qu’il ne fallait pas laisser ce lieu au pouvoir athée. Le gouvernement polonais en avait fait un musée de l’horreur et l’Église craignait que par leur comportement, les visiteurs ne transforment ce lieu en lieu de tourisme. Elle entendait donc non seulement rappeler la dimension d’intériorité et de spiritualité qui devait présider à la visite d’Auschwitz, mais aussi y mettre un signe d’espérance et de foi puisque les juifs ne le faisaient pas48. Ce souhait d’installer un lieu de prière à Auschwitz correspondait bien à un réflexe naturel des chrétiens qui est celui de marquer les lieux par des croix, des images, des bâtiments49.

20L’installation des carmélites à proximité du camp d’Auschwitz I revêtait un triple enjeu : un enjeu symbolique : Auschwitz I étant considéré comme le lieu du martyre de la nation polonaise, le carmel était une manière concrète de le symboliser, d’autant plus qu’il était situé à proximité de la gravière’ et du mur noir (tous deux ayant été des lieux d’exécution des Polonais) et à côté du bloc 11, bloc des condamnés où mourut St Maximilien Kolbe ; un enjeu politique : l’établissement d’un carmel avait été vécu comme une victoire ecclésiale sur le communisme ; et un enjeu religieux : faire d’un lieu livré au pouvoir athée un endroit de prière, un endroit où expier les atrocités commises à Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale. Si la création du carmel fut ressentie comme une victoire de la vie sur la mort, de l’Église sur les communistes, elle ne fut pas vécue comme une victoire des Polonais sur les juifs.

Auschwitz pour la communauté juive mondiale

  • 50 Le carmel d’Auschwitz à travers la presse française (juillet-août-septembre 1989), dans Sidic info (...)
  • 51 Jerzy Turowicz, Un carmel à Auschwitz…, p. 42.
  • 52 La question du carmel d’Auschwitz (22/02/1986-22/02/1990). Allocution du président A. Steg au mémo (...)

21Les Polonais avaient estimé qu’il fallait placer un signe d’espérance à Auschwitz contrairement aux juifs qui ne le faisaient pas. Si ceux-ci n’avaient pas installé de bâtiment de prière en ce lieu, ce n’était pas anodin. En effet, le judaïsme ne rappelle pas nécessairement les événements par une marque visible. Les juifs n’ont pas besoin de pierres, ni de reliques pour maintenir leur foi et leur mémoire, alors que les chrétiens ont, depuis toujours, construit des lieux de culte. Les cimetières, par exemple, ne sont pas des lieux de culte dans le judaïsme mais des lieux de silence. La souffrance est considérée par les juifs comme un accident regrettable ou comme une épreuve, mais elle reste toujours un fait négatif, contrairement à la vision chrétienne qui y voit la présence de Dieu. Dans le judaïsme, la souffrance n’est pas signe de la présence de Dieu mais signe de son absence50. Or, Auschwitz est pour les juifs le lieu par excellence de la souffrance juive : le symbole de l’abandon total, de la solitude absolue devant la mort, de la passivité des autres nations51. Pour les juifs, cette terre doit être vouée au silence. Selon Ady Steg, ce qui constituerait pour les juifs la marque la plus significative, c’est que ce soit le seul lieu de l’univers où il ne serait pas concevable que s’élève une prière, le seul lieu où ne se dresseraient ni église, ni temple, ni synagogue, le seul lieu où règnerait le silence, car en ce lieu où Dieu a caché sa face, seul le silence est prière : « Nos lèvres remuent mais aucun son ne sort de notre bouche » (1Sam 1,13)52.

  • 53 Pavillons qui exposent la manière dont les nations ont été persécutée. Ils sont réalisés par chacu (...)
  • 54 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

22Cette vision des choses n’a pas toujours été partagée. En effet, lorsque le gouvernement polonais avait organisé Auschwitz I et avait décidé d’y attribuer des pavillons aux nations53, l’État polonais avait demandé à l’État d’Israël s’il désirait un pavillon comme tous les autres pays. Le nouvel État déclina cette proposition, car il désirait faire de ce pavillon un lieu de recueillement et de culte, ce que le gouvernement communiste refusait sous prétexte que le régime était athée. Finalement, grâce à Nahum Goldman, président du CJM de 1949 à 1977, on ouvrit un pavillon juif qui n’était pas – au sens strict du terme – un lieu de recueillement. Suite à la crise liée à l’affaire du carmel, les accords de Genève prévoyaient qu’il n’y ait pas de lieu de recueillement à Auschwitz. Sans l’existence d’un lieu de recueillement juif, on ne voyait pas pourquoi on accepterait un lieu de prière catholique54.

  • 55 La question du carmel d’Auschwitz (22/02/1986-22/02/1990). Rencontre entre juifs et catholiques (G (...)
  • 56 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, remarques de B. Dupuy après la visite de M. Filarski, (...)

23Auschwitz-Birkenau est devenu le symbole de la Shoah et ce ne sont pas les juifs, disait Ady Steg, qui l’avaient décidé, mais la conscience universelle qui avait vu en ce lieu – et non à Treblinka ou Sobibor – le lieu de la catastrophe juive. Les juifs revendiquaient ce symbole par souci de justice et de vérité55. Ainsi, pour le peuple juif, Auschwitz était avant tout le symbole du martyre collectif de leur peuple et de la volonté nazie de génocide qui fut l’aboutissement de l’antijudaïsme chrétien. C’était aussi le symbole du martyre des Tziganes, des Polonais et autres peuples slaves56.

  • 57 Le carmel d’Auschwitz à travers la presse française (juillet-août-septembre 1989), dans Sidic info (...)
  • 58 Cette notion de « peuple témoin » de la Shoah est une donnée qui fut mise en évidence en 1987 par (...)
  • 59 Notons que Londres est la ville qui accueillit le gouvernement polonais en exil à partir de juin 1 (...)
  • 60 Jean-Yves Potel, La fin de l’innocence…, p. 225.
  • 61 http://http://www.notredamedesion.org/fr/dialogue_sidicView.php?id=54 (consulté le 16/11/2010).

24Outre le fait qu’Auschwitz était le symbole de l’extermination des juifs pour la conscience universelle, l’établissement d’un carmel en ce lieu était insupportable pour les juifs pour des raisons historiques. Dans Actualité juive du 13 septembre 1989, le rabbin de la synagogue libérale de Paris, Daniel Farhi, écrivait que ce lieu n’était pas un lieu pour une prière chrétienne et d’autant moins un lieu de prières pour des catholiques polonais, « dont le pape a gardé un silence coupable, dont l’évêque de Cracovie n’a pas dit un mot tandis qu’on brûlait jusqu’à 20.000 cadavres, juifs pour la plupart, par jour57 ». Il est vrai que les massacres des juifs placèrent l’Église de Pologne et le peuple polonais – lui-même victime d’une importante répression – comme peuple témoin de la Shoah58. Ce choc provoqua de la peur chez les Polonais plutôt que la compassion. Une attitude de plus en plus hostile à l’égard des juifs se manifesta dans ce pays, même si de nombreuses personnes leur vinrent en aide. En effet, au cours de l’été 1942, des personnalités catholiques, des démocrates et des syndicalistes polonais créèrent une commission d’aide aux juifs connue sous le nom de Zegota, mais dont les moyens étaient limités et l’action tardive. Aucun évêque polonais ne soutint Zegota, si ce n’est un évêque émigré à Londres59, Mgr Karol Radonski, qui lança un appel sur la BBC en condamnant « en tant qu’évêque polonais » les massacres dont étaient victimes les juifs de Pologne. Peu de prêtres soutinrent Zegota et beaucoup déconseillèrent à la population d’aider les juifs, soit par antisémitisme, soit pour des questions de sécurité. De manière générale, la plupart des prêtres restèrent indifférents, tout comme la majeure partie de la population, au sort réservé aux juifs60. On accuse souvent les Polonais – disait Mgr Henrik Muszyński – d’avoir fait trop peu de choses pour sauver les juifs pendant l’occupation, mais en Pologne le sauvetage des juifs et toute aide qui leur était apportée étaient punis de mort. Cette peine de mort ne concernait pas seulement la personne qui avait aidé les juifs, mais aussi ses proches parents et des familles entières. Cela explique en partie l’indifférence, l’hostilité ou la peur de la majorité des Polonais d’apporter leur soutien aux juifs persécutés. De plus, le silence du Vatican et des évêques conforta la passivité de la population, malgré l’engagement personnel de certains prêtres et d’ordres religieux dans l’aide aux juifs61. Pour clore cette réflexion, il est intéressant de rapporter les propos d’un prêtre, l’abbé Schouten :

  • 62 Auschwitz est un symbole sacré, dans Sidic information, 112 (février 1986), p. 4.

La victoire de la croix, c’est la victoire de l’amour sur la haine. Ce ne sont pas les pays de culture chrétienne où Auschwitz est devenu possible, qui peuvent se vanter d’avoir remporté une telle victoire (…). Pour les juifs qui ont survécu, plus encore que pour les autres survivants, Auschwitz est devenu le symbole du non-sens et de l’horreur. Pour eux, en ce lieu, seul le silence est admis62.

  • 63 Jean-Marc Lamarre, Le carmel d’Auschwitz, dans Sens, 3/4 (mars-avril 1991), p. 128-135.

25L’installation des carmélites dans l’ancien théâtre d’Auschwitz était donc inconcevable pour les juifs, pour des raisons diverses. D’abord pour des raisons culturelles : le judaïsme n’est pas habitué à élever des lieux de culte pour commémorer des événements. Les cimetières sont voués au silence et non au culte, raison pour laquelle le plus grand cimetière du monde devait être laissé au silence. Ensuite pour des raisons symboliques : Auschwitz était devenu le symbole de la Shoah aux yeux de la conscience universelle, symbole de l’extermination de six millions de juifs, symbole de l’innommable et du vide de sens. Pour les juifs, l’installation d’un couvent et l’édification d’une croix sur ces lieux venaient donner un sens (le sens de l’Amour de Dieu plus fort que la mort et que le mal) à ce qui n’en avait pas63. Enfin pour des raisons historiques : l’antijudaïsme chrétien avait amené les consciences chrétiennes à être obscurcies face à la montée de l’antisémitisme et du nazisme, de sorte que pendant la guerre, en Pologne, l’épiscopat ne protesta pas contre le massacre des juifs.

26En résumé, l’incompréhension réciproque entre Polonais catholiques et juifs concernant le carmel se situait dans une conception différente d’Auschwitz et avant tout dans une conception religieuse et identitaire différente. « Pour nous [les Polonais et aussi les chrétiens], disait F. Macharski, Auschwitz a un sens. La dimension de notre lien à Auschwitz est non seulement la mémoire, mais aussi l’espérance car nous affirmons la résurrection. La Croix du Christ a vaincu le monde, est victorieuse des puissances du mal qui ont déferlé en notre temps sous la forme du nazisme. La croix du Christ est une puissance de pardon qui nous ouvre la porte vers un monde nouveau ». Pour les juifs, Auschwitz reste un non-sens, un mal incommensurable, inexplicable et auquel on ne pourra jamais donner de signification.

27Le Salut, la Rédemption dans la mort, qui sont des valeurs exaltées par la foi chrétienne, sont en opposition totale avec le primat donné par les juifs à la vie. La mémoire juive, enracinée dans l’Histoire, est avant tout tournée vers l’avenir mais vers un avenir humain. C’est ce qui la différencie de la vision chrétienne : les chrétiens sont tournés vers un avenir eschatologique qui leur fait désirer la parousie, c’est-à-dire le retour du Christ sur la Terre. Ces visions totalement différentes eurent pour conséquence qu’au moment de l’affaire du carmel, les Polonais virent dans la lecture juive du génocide un exclusivisme et une désacralisation, alors que les juifs interprétèrent la lecture polonaise-chrétienne comme étant une banalisation de la Shoah, une offense à la mémoire et au caractère unique de la Shoah.

Été 1989 ou la crise de l’affaire du carmel d’Auschwitz

  • 64 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J. Dujardin à Ph. Sainz de Baranda, 13/06/19 (...)
  • 65 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, AFP du 14/07/1989. Signalons à propos du rabbin Weiss (...)
  • 66 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de P. d’Ornellas à T. Klein, 12/07/1989.

28En juin 1989, le père Dujardin avait été envoyé en Pologne par le cardinal Decourtray. Ce dernier – sensibilisé par l’appel de T. Klein – souhaitait qu’une solution provisoire puisse être trouvée afin de reloger les sœurs. Lors de ce voyage, le prêtre rencontra S. Musial, G. Riegner, F. Macharski, H. Muszyński et la commission polonaise. Il retint de ce voyage que le terrain pour le centre et le carmel avait finalement été choisi à 500 m du lieu actuel. Le gouvernement avait donné son accord et on pouvait espérer poser un geste symbolique le 22 juillet 1989. Cependant, malgré ce petit pas accompli en faveur de la résolution du conflit, J. Dujardin retint aussi l’opposition persistante de nombreux catholiques polonais au déplacement du carmel64. L’absence de signe concret en vue du déménagement des sœurs et la poursuite des travaux dans l’ancien théâtre firent monter l’exaspération chez les juifs, alors qu’en Pologne, les manifestations successives des juifs poussèrent la population locale à réagir par des pétitions en exigeant le maintien du carmel. Le point culminant de ces manifestations fut l’irruption dans le carmel, le 14 juillet, du rabbin de New York, Avraham (ou Avi) Weiss – rabbin connu pour ses actions provocatrices – avec un groupe de sept juifs américains. Ils occupèrent le carmel pendant plusieurs heures avant d’être conduits de force à l’extérieur des lieux par des ouvriers qui travaillaient sur place65. Dans ce contexte, les négociateurs supprimèrent le geste qui avait été envisagé pour le 22 juillet. Outre l’incident du 14 juillet, beaucoup de difficultés demeuraient, dont la présence de la grande croix, les difficultés relatives à l’achat du terrain, le contexte politique et économique polonais66.

  • 67 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de P. d’Ornellas à H. Muszyński, 17/07/1989 ; (...)

29Pour calmer les esprits des extrémistes dont les signataires de Genève se désolidarisaient, le grand rabbin Sirat demanda à être reçu le 24 juillet par la supérieure du carmel. Le cardinal Lustiger intervint de tout son poids auprès de son confrère polonais afin que cette rencontre puisse avoir lieu. Mais la supérieure refusa cette entrevue car les carmélites souhaitaient se consacrer exclusivement à leur vocation de prière. Finalement, ce fut le cardinal Macharski qui reçut le grand rabbin, ce qui – en soi – était déjà un événement positif car il devait normalement être en vacances67.

  • 68 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, manifestation de juifs à l’archevêché et au carmel, 1 (...)
  • 69 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, AFP, 16/07/1989.

30Ces tentatives d’apaisement ne purent empêcher d’autres manifestations. Le 16 juillet, des manifestants juifs se rendirent à l’archevêché de Cracovie puis au carmel dont ils escaladèrent l’enceinte pour entrer dans la propriété68. Ces actes des 14 et 16 juillet furent interprétés comme une attaque insupportable pour la vie des carmélites en Pologne. Suite à ces événements et au retard pris dans l’application des accords, la situation s’envenima et les réactions ne manquèrent pas du côté polonais comme du côté juif. En Pologne, on dénonçait vigoureusement les événements disant que les religieuses avaient le droit d’être respectées et que ces agressions ne facilitaient pas l’aboutissement des efforts. De leur côté, les juifs, par la bouche de T. Klein, réagirent en disant : « les manifestations intempestives n’ont pas plus de place sur les lieux de la Shoah que les carmélites qui les provoquent69 ».

31On assistait ainsi à une tension croissante et à une escalade dans la violence, avec d’un côté les juifs qui se sentaient agressés et non respectés car, après le délai de cinq mois consenti en février 1989 pour reloger les carmélites, rien n’avait changé et les sœurs restaient dans leur carmel ; de l’autre côté, les Polonais – ne comprenant pas les revendications juives – réagissaient avec force aux actions menées par certains juifs devant le couvent. Face à cela, les signataires de Genève tentèrent autant que possible de maintenir un climat de dialogue. Le 21 juillet, les cardinaux signataires publiaient un communiqué dans lequel ils affirmaient être « déterminés à déployer tous les efforts en notre pouvoir pour que ce transfert (des carmélites) soit effectué dans les plus brefs délais ». Le même jour, T. Klein demandait au nom de la délégation juive une suspension des relations officielles entre juifs et catholiques à cause du manquement à la parole donnée, les carmélites occupant toujours le bâtiment du « vieux théâtre » et la grande croix dressée en 1988 n’ayant pas été déplacée.

  • 70 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, discours de B. Suchecky à Auschwitz le 23 juillet 198 (...)
  • 71 Prophétie qui dit que des jours viendront « où l’on ne nommera plus cet endroit le « Tophet » (lie (...)
  • 72 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, manifestation devant le carmel du grand rabbin de Fra (...)

32La situation s’aggrava les jours suivants. Après le 22 juillet, qui marquait la fin du délai supplémentaire de cinq mois octroyé pour la réalisation des accords de Genève, des juifs se rendirent sur le lieu du carmel pour voir si les accords avaient été respectés. Constatant le contraire, de nouvelles manifestations tantôt virulentes, tantôt pacifistes eurent lieu devant le carmel. Le 23 juillet, B. Suchecky vint en Pologne avec l’Union européenne des étudiants juifs, l’Union des étudiants juifs de Belgique (UEJB), Tikva et la Brith Hirgounim Hahaloutsim. Ils manifestèrent au son du shofar, corne de bélier, devant le carmel en sommant les religieuses de quitter le lieu. B. Suchecky disait qu’inspiré par Josué qui fit tomber les murs de Jéricho au son du shofar, « nous sommes venus ici sonner du shofar pour que s’effondrent les murs de l’incompréhension, de la peur, de la haine derrière lesquels vous vous êtes retranchées70 ». Tandis que les organisations juives de Belgique manifestaient en interpellant vigoureusement les carmélites le 23 juillet, le grand rabbin Sirat manifesta dans le calme avec des représentants du B’nai B’rith de France. Il n’interpella pas les carmélites mais fit une déclaration où, reprenant la prophétie de Jérémie71, il expliqua pourquoi prier à Auschwitz revenait à banaliser le mal absolu72.

  • 73 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, déclaration de F. Macharski, 10/08/1989.
  • 74 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, communiqué d’A. Decourtray, 11/08/1989.
  • 75 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 17.1 (4), communication sur le carmel d’Auschwitz faite par l (...)

33D’autres prises de positions et de nouvelles manifestations de moindre importance se poursuivirent. La situation se détériorait, de sorte que le 10 août, le cardinal Macharski – prenant prétexte de l’intervention du rabbin Weiss et du climat passionnel – remit en cause l’exécution des accords de Genève et suspendit la réalisation du centre73. Le lendemain, le cardinal Decourtray redisait qu’« un accord oblige ceux qui le signent74 ». En Belgique, la CNCJ exprima elle aussi sa consternation devant la suspension de l’exécution des accords de Genève et redit son intention de continuer à travailler pour que ces accords soient pleinement acceptés et compris75.

  • 76 Interview du cardinal qui définit comme « trop nerveuses » les réactions juives et comme « incompé (...)

34La crise loin de se calmer fut réalimentée par deux déclarations du pape et par les propos du primat de Pologne, le cardinal Jozef Glemp. Les 2 et 9 août 1989, Jean-Paul II évoqua l’accusation ancienne d’« infidélité des juifs envers leur Dieu ». Il affirma que la réconciliation avec Dieu passe par Jésus qui offre la rédemption et une alliance nouvelle à ceux qui ont rompu l’ancienne. En cette période de crise, ces propos ne manquèrent pas de choquer profondément les juifs. Quelques jours plus tard, pour le cinquantième anniversaire du début de la Seconde Guerre mondiale, le message du pape du 26 août fut d’un autre ton et condamna l’antijudaïsme. Ce même jour, le cardinal Glemp sortit de sa réserve. Il parla de « l’air hautain des juifs » et exhuma de vieux clichés, tel celui disant que les médias sont « aux mains des juifs dans de nombreux pays ». Le 2 septembre, le primat de Pologne récidiva dans le quotidien italien La Repubblica, en remettant en cause les accords de Genève et la compétence des évêques signataires. Selon lui, il fallait « tout renégocier ». Le cardinal Macharski avait « agi trop vite, à titre uniquement personnel et sans comprendre la situation ». Il avait « signé parce que les choses se sont réglées un peu trop vite ». De leur côté, « les juifs doivent se calmer ». Concernant le centre, le primat de Pologne disait que sa construction nécessitait beaucoup d’argent dont on ne disposait pas : « notre peuple, qui traverse actuellement une crise économique d’une énorme gravité, ne peut se permettre de construire un centre qui s’évalue à au moins deux millions de dollars76 ».

  • 77 Lech Walesa(1943) : homme politique polonais qui fut le fondateur et le président du mouvement Sol (...)
  • 78 Le qualificatif de « juif » était injurieux dans la Pologne de l’époque et il était utilisé comme (...)
  • 79 Michel Cjakowski, Auschwitz, défi pour les chrétiens polonais, dans Vérités des uns et celles des (...)

35Théo Klein analysa le raidissement du cardinal Glemp en lien avec les changements politiques se déroulant dans la Pologne des années 1989-1990. En juillet 1989 – suite aux élections semi-démocratiques du mois de juin – le pays avait vu l’arrivée au pouvoir de Tadeusz Mazowiecki qui avait formé le premier gouvernement non communiste (Wojciech Jaruzelski étant président de cette troisième République de juillet 1989 à décembre 1990, après avoir étéprésident de la République populaire de Pologne de 1981 à 1989). En 1989 et 1990, se déroula dans le pays une campagne présidentielle qui opposa Lech Walesa77 et Tadeusz Mazowiecki, tous deux appartenant au parti Solidarność issu du catholicisme intellectuel. Au sein de Solidarność – comme c’était le cas au sein de l’Église polonaise – deux tendances s’affrontaient : une aile plus libérale représentée par Tadeusz Mazowiecki et une autre plus populiste représentée par Lech Walesa, qui devint le président de la troisième République polonaise le 22 décembre 1990. Au cours de cette campagne, des pressions antisémites qualifièrent le premier ministre Mazowiecki de juif78. Michał Czajkowski – prêtre polonais très engagé dans les relations avec le monde juif – a montré en 1993 que l’argument de la prétendue judéité du candidat Mazowiecki reçut un accueil favorable, voire un soutien actif au sein du clergé polonais79.

  • 80 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 142.

36Ces tendances durent certainement influencer le cardinal Glemp qui pensa avoir intérêt à prendre la tête de la tendance populiste. Dans ce nouveau contexte de démocratie, l’heure était à la remise en état de l’économie, ce que craignait l’opinion. Le terrain était donc propice au discours populiste qui en substance contenait toujours un versant antisémite. Ainsi, en dénonçant les accords de Genève II, le primat de Pologne faisait d’une pierre deux coups : il gênait la fraction libérale de son Église, l’accusait d’être soumise aux idées décadentes du catholicisme de l’Ouest et se faisait remarquer auprès de l’opinion populaire en la flattant là où elle aimait l’être, à savoir dans son identité polono-catholique80.

Septembre 1989 : apaisement de la crise et reprise du dialogue

  • 81 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas) ; Carmel d’Au (...)
  • 82 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, communiqué des cardinaux français et belge, 3/09/1989
  • 83 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

37Les propos du primat de Pologne mirent les signataires catholiques d’Europe occidentale dans une situation embarrassante à l’égard des juifs. Le 3 septembre, les cardinaux français et belge publiaient un communiqué disant : « le cardinal Glemp n’avait pu s’exprimer qu’à titre personnel » et que « les engagements souscrits doivent être tenus81 ». Dans le communiqué des cardinaux, ces derniers faisaient référence à l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce qui n’avait pas été le cas dans l’accord de Genève II. On pouvait en effet lire que les engagements souscrits devaient être tenus car ils reconnaissaient la légitimité du carmel d’Auschwitz à Oświęcim, en dehors du périmètre du camp de concentration que l’UNESCO, considérant sa « valeur universelle exceptionnelle », avait inscrit sur la liste du « patrimoine mondial culturel82 ». L’apparition de cette mention de l’UNESCO dans ce communiqué peut paraître surprenante sachant qu’en 1987 on l’avait volontairement omise pour répondre au souhait du cardinal Macharski. Deux raisons peuvent être avancées à cela. Étant donné les événements survenus depuis les accords de Genève et le retard pris dans leur application, les cardinaux jugèrent peut-être important de rappeler cette donnée qui faisait d’Auschwitz un patrimoine mondial de l’UNESCO car cela permettait de justifier le transfert du carmel. Mais, selon le père Dujardin, les choses étaient plus complexes. La délégation catholique ne se rendait pas bien compte, à l’époque des accords de Genève II, de l’importance de cette mention de l’UNESCO. Elle n’a pas compris sa signification et surtout elle n’a pas remarqué que cette donnée était totalement inconnue des Polonais. C’est seulement lorsque des réserves très fortes se sont faites jour en Pologne pour la réalisation du projet qu’il y eut une prise de conscience par les négociateurs catholiques occidentaux de l’importance de cette référence au patrimoine mondial83.

  • 84 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, déclaration de la commission épiscopale polonaise pou (...)
  • 85 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 140.
  • 86 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, déclaration du cardinal Glemp dans Tygodnik Powszechn (...)

38Après la réaction des évêques belge et français, la commission de l’épiscopat polonais chargée des relations avec le judaïsme publia un communiqué le 6 septembre dans lequel elle souhaitait qu’une solution rapide soit trouvée pour construire le centre dans lequel les carmélites pourraient venir prier84. Quelques jours plus tard, ce fut au tour d’une cinquantaine d’intellectuels polonais, catholiques, juifs et athées, de rédiger un appel réclamant l’application des accords de Genève II85. À son tour, le cardinal Glemp se montra plus conciliant dans un article de l’hebdomadaire Tygodnik Powszechny du 13 septembre. Dans celui-ci, il explicitait ses propos qui avaient pu être mal compris et affirmait : « quand j’ai parlé de renégocier, cela ne voulait pas dire reprendre le fond des choses, mais seulement peaufiner la forme légale des accords signés à Genève qui ne me parait pas assez solide (…). Je crois que commencer tout de suite les travaux de construction du nouveau centre serait la meilleure solution86 ».

  • 87 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin lors d’une conversat (...)
  • 88 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, présence du cardinal Macharski à Rome, 31/08/1989.
  • 89 Commission pour les relations avec le judaïsme, À propos du carmel d’Auschwitz. Déclaration, dans (...)

39Outre ces prises de position encourageantes, il en était une qui était largement attendue, celle de Rome. Pendant longtemps, on a pu croire que le Vatican ne s’intéressait que de loin à cette histoire du carmel. Or il n’en était rien. Rome avait toujours suivi de près le déroulement des négociations. En septembre 1989, Rome s’inquiétait des divisions internes constatées dans l’épiscopat polonais87. Pour preuve, le 31 août 1989, l’archevêque de Cracovie s’était rendu à Rome pour voir le pape et pour chercher une tentative de médiation88. Finalement la prise de parole romaine tant attendue eut lieu le 19 septembre. Le Saint-Siège intervint pour la première fois de manière officielle par l’intermédiaire du cardinal Willebrands. Celui-ci publia un communiqué dans lequel il approuvait la création du centre d’information, de rencontre, de dialogue et de prière prévu par la Déclaration de février 1987 et la présence en son sein des carmélites89. Cette intervention romaine mit fin à la crise et permit de ramener le calme. Elle fut accueillie avec joie et soulagement par la délégation catholique.

  • 90 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 144.
  • 91 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin : entretien de J. Du (...)

40Dans son livre, T. Klein donne une explication sur ce qu’il appelle la « stratégie » adoptée par l’Église. D’après lui, les cardinaux Glemp et Wojtyła avaient des vues différentes, voire opposées rendant la situation assez délicate pour Rome, qui finit cependant par trancher le conflit car l’image de l’Église et celle de la Pologne étaient en jeu. Suite aux dires du primat de Pologne, la commission épiscopale polonaise réagit la première (6/09/1989). Elle fut immédiatement relayée par le président de la même commission au niveau du Vatican. Rome choisit la voie moyenne en chargeant le cardinal Willebrands de désavouer son confrère polonais, le cardinal Glemp90. Même si le pape ne prit pas la parole personnellement, il est certain qu’il approuvait l’intervention du cardinal Willebrands et que cette intervention était le résultat de la décision du pape lui-même91.

  • 92 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas).

41Cette prise de parole de Rome était le reflet de la situation particulièrement délicate dans laquelle se trouvaient les négociateurs de Genève. En effet, Rome – et en premier lieu le pape Jean-Paul II – avait toujours choisi de ne pas intervenir sur la question du carmel, préférant se taire et laisser les cardinaux occidentaux régler entre eux le différend. Ceux-ci avaient toujours cherché à montrer un visage uni de l’Église. Au cours de l’été 1989, on en arriva à une rupture entre les vues des cardinaux occidentaux et celles de leurs confrères polonais, le cardinal Glemp remettant en cause la compétence de ses confrères. Il devenait très difficile de trouver une issue au conflit et de permettre la résolution des accords de Genève. C’est ce qui obligea le Vatican à jouer le rôle très inconfortable d’arbitre entre les cardinaux, rôle qu’il avait tenté d’éviter jusqu’alors92.

  • 93 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin.
  • 94 Pologne. Les évêques approuvent le déplacement du carmel d’Auschwitz, dans Apic, 283 (10/10/1989), (...)

42Suite à cette intervention, les choses commencèrent à bouger concrètement en Pologne. Le 29 septembre le cardinal Glemp annonçait que le cardinal Macharski s’occupait à nouveau de la construction du centre93. L’ensemble des évêques polonais donna à son tour son assentiment pour le transfert du carmel lors de l’assemblée plénière de Gdansk et salua la récente déclaration de la commission vaticane. Les évêques polonais étaient persuadés que le centre d’information, d’éducation, de rencontre et de prière destiné notamment à accueillir les carmélites d’Auschwitz, favoriserait le dialogue judéo-chrétien « dans un esprit de respect et de compréhension mutuels ». Ce centre contribuerait également à mieux faire ressortir la signification d’Auschwitz pour les « Polonais, les juifs et les autres peuples victimes du nazisme94 ».

Notes

1 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de Ph. Sainz de Baranda à A. Decourtray, 27/01/1989.

2 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49. Voici le texte du paragraphe 5 de l’assemblée plénière de la conférence des évêques polonais : « Auschwitz qui était un lieu de martyre pour beaucoup de fils et filles de nombreux pays a, dans la conscience du peuple polonais, un sens particulier. C’est pourquoi les évêques polonais reconnaissent comme une affaire de grande importance, la réalisation par le cardinal métropolite de Cracovie, François Macharski, du Centre d’information, d’éducation, de rencontre et de prière qui doit abriter en même temps le nouveau couvent des religieuses carmélites. En accord avec la pensée du pape Jean-Paul II, l’épiscopat polonais est certain que l’organisation de ce centre jouera un grand rôle dans le dialogue judéo-chrétien comme dans les recherches concernant l’extermination totale du peuple juif par les Allemands d’Hitler ainsi que le martyrologe du peuple polonais et d’autres peuples. De même, elle aura une influence sur l’éducation des générations futures ainsi que pour la recherche de la liberté religieuse dans le monde entier ».

3 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J. Dujardin à G. Passelecq, 10/01/1989.

4 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 17.1 (4), communication sur le carmel d’Auschwitz faite par le père T. Barnas à la réunion le 16/09/1989 du Bureau national catholique pour l’œcuménisme.

5 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre d’A. Decourtray à T. Klein, 14/02/1989.

6 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 17.1 (4), communication sur le carmel d’Auschwitz faite par le père T. Barnas à la réunion le 16/09/1989 du Bureau national catholique pour l’œcuménisme.

7 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 54, communiqué de l’Union des étudiants juifs de Belgique, de l’Union Européenne des étudiants juifs et des mouvements de jeunesse juifs de Belgique après une occupation de l’église du Sablon pendant 24 h, 22/02/1989.

8 Communiqué de presse du CCIB concernant le carmel d’Auschwitz. Informations consistoriales, dans Centrale, 286 (juin 1989), p. 34.

9 Lors de ce pèlerinage, le prêtre s’est fait refouler par les carmélites ; il jeta ensuite par-dessus le mur une lettre à la prieure avec 600 signatures réclamant le départ des sœurs.

10 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 54, lettre de G. Passelecq à Ch. Bernard, 16/03/1989 ; lettre de J. Dujardin à Ch. Bernard, 13/04/1989.

11 Nous aborderons dans notre thèse la particularité de ce groupe de chrétiens de gauche et proches collaborateurs de la revue française Golias (revue caractérisée par son opposition aux autorités de l’Église). On peut consulter la documentation qu’il a réunie sur l’affaire du carmel dans : L’affaire du carmel à Auschwitz. Dossier rassemblé par les « Chrétiens solidaires » appartenant au « Comité pour le respect de la parole donnée », Bruxelles, Les Carrefours de la Cité, 1989.

12 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de « Chrétiens solidaires » aux quatre cardinaux, 26/07/1989.

13 Création d’un comité international pour l’évacuation du couvent de carmélites d’Auschwitz-Birkenau, dans Centrale, 286 (juin 1989), p. 34.

14 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 17.1 (4), communication sur le carmel d’Auschwitz faite par le père T. Barnas à la réunion le 16/09/1989 du Bureau national catholique pour l’œcuménisme.

15 Micheline et Nathan Weinstock (éd.), Pourquoi le carmel d’Auschwitz ? (numéro 3/4 de la Revue de l’Université de Bruxelles), Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 1990.

16 Bernard Suchecky, L’Église polonaise entre sincérité et désinformation, dans Regards, 166 (21/083/09/1986), p.5-7.

17 Regards, no 198.

18 Viviane Teitelbaum, En avance d’un retard. Quelques réflexions à partir d’une conférence de presse…, dans Regards, 245 (22/02-7/03/1990), p.11.

19 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 54.

20 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », lettre de G. Danneels à G. Passelecq, 3/04/1989.

21 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de G. Ribière à « Monseigneur », 19/04/1989 ; Théo Klein, L’affaire du carmel…, p.123-124.

22 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de T. Klein à A. Decourtray, 31/03/1989.

23 Cette croix avait été érigée à l’occasion de la venue du pape Jean-Paul II à Birkenau en 1979. Elle fut plantée dans la gravière en 1988 à l’insu du cardinal Macharski alors qu’il était question de la transférer dans une église d’Oświęcim.

24 Photo extraite du site http://http://www.sonderkommando.info/lieux/auschwitz/auschwitzI/index.html (consulté le 23/11/2010).

25 Photo prise à Auschwitz I le 10/11/2010.

26 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J. Dujardin à Ph. Sainz de Baranda, 13/06/1989.

27 Solidarność signifie « solidarité » en polonais. Il s’agit d’une fédération de syndicats qui fut fondée en 1980 et dirigée par Lech Walesa. Solidarność joua un rôle central dans l’opposition à la République populaire de Pologne de 1980 à 1989.

28 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

29 Wojciech Jaruzelski(1923) : homme politique polonais qui dirigea la République populaire de Pologne de 1981 à 1989, opposant au syndicat Solidarność qui était présidé par Lech Walesa.

30 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 129-130 ; Daniel Beauvois, La Pologne..., p. 441-459.

31 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J.-M. Lustiger à K. Gorny, 13/03/1989.

32 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre des sœurs du carmel d’Auschwitz à A. Decourtray, 10/03/1989.

33 Gerhart M. Riegner, Ne jamais désespérer…, p.437 ; Bernard Suchecky, Un musée pour dire quoi, dans Regards, 259 (25/10-7/11/1990), p. 11, 13-14 ; Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

34 Photos extraites du site http: //http://www.vivamalta.org/forum/showthread.php?t=4194&page=19 (consulté le 22/11/2010).

35 Photo prise à Birkenau le 9/11/2010.

36 Le pape Benoît XVI se recueillant devant les plaques commémoratives de Birkenau le 28 mai 2006. Photo extraite du site http://http://www.generation-benoit16.com/En-traversant-les-ravins-de-la.html (consulté le 23/11/2010).

37 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 1, CR de la 47ème réunion du CERJ, 2/03/1992, p. 9.

38 Yehuda Bauer, Les pourquoi d’une appropriation. Propos recueillis par J. Deom, dans Regards, 259 (25/107/11/1990), p. 22-24 ; entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010. Remarque : le nombre de morts dans les camps d’Auschwitz-Birkenau varie d’une source à l’autre. Comme on peut le lire sur la stèle de Birkenau, on estime à un million et demi le nombre de victimes de ces camps.

39 Jonathan Huener, Mémoire catholique…, p.435-439.

40 Le 15 octobre 1972 eut lieu à Birkenau une messe d’action de grâce pour le père M. Kolbe.

41 Jonathan Huener, Mémoire catholique…, p.443.

42 Isabelle Aumont, La purification de la mémoire, Paris, Parole et Silence, 2008, p.83.

43 Le Golgotha est le lieu où Jésus fut crucifié. En parlant d’Auschwitz comme du « Golgotha des temps modernes », le pape faisait de ce lieu le symbole de la haine et de l’absence de la foi. Il faisait des martyrs d’Auschwitz qui se sacrifièrent l’exemple de l’amour du Christ. De son point de vue, ces martyrs donnaient à ce lieu de désolation un sens nouveau : un sens de rédemption. Cette vision des choses ne plut pas à la communauté juive car c’était donner un sens chrétien à la souffrance juive. Cf. Jean-Paul II, Allocution prononcée à Auschwitz-Birkenau, dans La Documentation catholique, 76, 1767 (1/07/1979), p. 631-634.

44 Jonathan Huener, Mémoire catholique…, p. 454-455.

45 Jerzy Turowicz, Un carmel à Auschwitz…, p. 44-45.

46 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

47 Stanisław Gądecki, Conclusion, dans Vérités des uns et celles des autres…, p. 219.

48 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, quelques informations sur le carmel d’Auschwitz, fait par M.-T. Huguet, 1/05/1989 ; Stanisław Gądecki, Conclusion, dans Vérités des uns et celles des autres…, p. 218.

49 Bernard Dupuy, La tension autour du carmel d’Auschwitz. Propos recueillis par Yves de Gentil-Baichis, dans Sens, 10 (septembre 1989), p. 327-329.

50 Le carmel d’Auschwitz à travers la presse française (juillet-août-septembre 1989), dans Sidic information, 148 (octobre 1989), p.2-3.

51 Jerzy Turowicz, Un carmel à Auschwitz…, p. 42.

52 La question du carmel d’Auschwitz (22/02/1986-22/02/1990). Allocution du président A. Steg au mémorial du martyr juif inconnu (Paris, 17 avril 1986), dans Les cahiers de l’Alliance israélite universelle, 220 (février 1990), p.3-5.

53 Pavillons qui exposent la manière dont les nations ont été persécutée. Ils sont réalisés par chacun des États.

54 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

55 La question du carmel d’Auschwitz (22/02/1986-22/02/1990). Rencontre entre juifs et catholiques (Genève, 22 février 1987). Exposé introductif du professeur A. Steg, dans Les cahiers de l’Alliance israélite universelle, 220 (février 1990), p. 13-17.

56 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, remarques de B. Dupuy après la visite de M. Filarski, 13 et 15/05/1988.

57 Le carmel d’Auschwitz à travers la presse française (juillet-août-septembre 1989), dans Sidic information, 148 (octobre 1989), p.2-3.

58 Cette notion de « peuple témoin » de la Shoah est une donnée qui fut mise en évidence en 1987 par Jan Blonski dans son ouvrage Les pauvres Polonais regardent le ghetto. La polémique refit surface suite à la publication de Jan T. Gross, Les voisins, ouvrage dans lequel l’auteur montre que la société polonaise n’a pas été simplement victime de la guerre et témoin de celle-ci mais a de plus participé au crime contre les voisins juifs notamment dans la bourgade de Jedwabne en juillet 1941. Cf. Jan Blonski, Les pauvres Polonais regardent le ghetto, dans Les Temps modernes, 516 (1989), p.69-84 ; Czeslaw Milosz, Campo dei Fiori, dans Les Temps modernes, 516 (1989), p. 85-87 ; Jan Tomasz Gross, Les Voisins. 10 juillet 1941, un massacre en Pologne, Paris, Fayard, 2002.

59 Notons que Londres est la ville qui accueillit le gouvernement polonais en exil à partir de juin 1940. Peu après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, le 1er septembre 1939, le gouvernement polonais prit la fuite alors que l’Allemagne annexait les territoires conquis. Le gouvernement en exil souhaita continuer sa lutte contre l’agresseur. Il perdura pendant la période communiste et il fut dissout en décembre 1990 lorsque Lech Walesa fut élu président de la Troisième République de Pologne.

60 Jean-Yves Potel, La fin de l’innocence…, p. 225.

61 http://http://www.notredamedesion.org/fr/dialogue_sidicView.php?id=54 (consulté le 16/11/2010).

62 Auschwitz est un symbole sacré, dans Sidic information, 112 (février 1986), p. 4.

63 Jean-Marc Lamarre, Le carmel d’Auschwitz, dans Sens, 3/4 (mars-avril 1991), p. 128-135.

64 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J. Dujardin à Ph. Sainz de Baranda, 13/06/1989. Exemple d’opposition : une lettre datée du 17/05/1989 et signée par 53 supérieurs majeurs de Pologne dont le provincial des carmes, dans laquelle ils exprimaient leur refus du transfert du carmel. Cette lettre fut adressée à l’archevêque de Cracovie ainsi qu’aux religieuses du carmel.

65 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, AFP du 14/07/1989. Signalons à propos du rabbin Weiss que peu avant le décès du cardinal Lustiger, les deux hommes eurent l’occasion de se rencontrer en mars 2006 et une réelle réconciliation eut lieu. D’après J. Duchesne, entretien du 9/11/2009.

66 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de P. d’Ornellas à T. Klein, 12/07/1989.

67 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de P. d’Ornellas à H. Muszyński, 17/07/1989 ; lettre de J.-M. Lustiger à F. Macharski, 18/07/1989 ; lettre de P. d’Ornellas à S. Musial, 21/07/1989.

68 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, manifestation de juifs à l’archevêché et au carmel, 16/07/1989.

69 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, AFP, 16/07/1989.

70 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, discours de B. Suchecky à Auschwitz le 23 juillet 1989 ; Johannès Blum, Et le son du schofar s’éleva…, dans Golias, septembre 1989, p. 88-96.

71 Prophétie qui dit que des jours viendront « où l’on ne nommera plus cet endroit le « Tophet » (lieu où l’on brûlait les enfants vivants en l’honneur de Moloch) ou la vallée de la Géhenne mais la vallée de la Tuerie ». Cette vallée, disait R.-S. Sirat, c’est Auschwitz qui fut le lieu où cette destruction fut rendue possible par le silence de Dieu et des hommes. Il invitait au silence en ce lieu, silence qui pour Dieu est prière selon le Ps 65,2.

72 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, manifestation devant le carmel du grand rabbin de France Sirat avec des représentants du B’nai B’rith de France, 24/07/1989.

73 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, déclaration de F. Macharski, 10/08/1989.

74 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, communiqué d’A. Decourtray, 11/08/1989.

75 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 17.1 (4), communication sur le carmel d’Auschwitz faite par le père T. Barnas à la réunion le 16/09/1989 du Bureau national catholique pour l’œcuménisme ; Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, communiqué de la CNCJ, 17/08/1989.

76 Interview du cardinal qui définit comme « trop nerveuses » les réactions juives et comme « incompétents » les auteurs de l’accord, dans La Repubblica, 2/09/1989, p. 11.

77 Lech Walesa(1943) : homme politique polonais qui fut le fondateur et le président du mouvement Solidarność. Il joua à ce titre un rôle-clé dans le combat contre l’influence communiste et l’influence de l’URSS en Pologne. En décembre 1990, il fut élu président de la République polonaise qui faisait suite à la République populaire de Pologne.

78 Le qualificatif de « juif » était injurieux dans la Pologne de l’époque et il était utilisé comme arme dans la lutte politique.

79 Michel Cjakowski, Auschwitz, défi pour les chrétiens polonais, dans Vérités des uns et celles des autres…, p. 136-138, 140 ; Vérités des uns et celles des autres…, p. 23.

80 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 142.

81 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas) ; Carmel d’Auschwitz. La controverse, dans La Documentation catholique, 86, 1991 (1/10/1989), p. 855-856.

82 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, communiqué des cardinaux français et belge, 3/09/1989.

83 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

84 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, déclaration de la commission épiscopale polonaise pour les relations avec le judaïsme, 7/09/1989.

85 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 140.

86 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, déclaration du cardinal Glemp dans Tygodnik Powszechny, 13/09/1989.

87 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin lors d’une conversation téléphonique avec Mgr Tauran, 14/09/1989.

88 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, présence du cardinal Macharski à Rome, 31/08/1989.

89 Commission pour les relations avec le judaïsme, À propos du carmel d’Auschwitz. Déclaration, dans La Documentation catholique, 86, 1992 (15/10/1989), p. 884.

90 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 144.

91 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin : entretien de J. Dujardin avec Mgr Fumagalli, secrétaire de la commission pour les relations religieuses avec le judaïsme à Rome (entre le 25-28/01/1990).

92 Het Karmelietessenklooster te Auschwitz … (document mis à disposition par T. Barnas).

93 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, notes manuscrites de J. Dujardin.

94 Pologne. Les évêques approuvent le déplacement du carmel d’Auschwitz, dans Apic, 283 (10/10/1989), p. 10.

Table des illustrations

Titre Photo (prise du camp) de’la gravière’et de la croix24
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/493/img-1.jpg
Fichier image/png, 83k
Titre Photo actuelle (prise devant’la gravière’) de la croix et du bloc 1125
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/493/img-2.jpg
Fichier image/png, 83k
Légende Stèle hébraïque en 1979
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/493/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Stèle hébraïque actuelle35
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/493/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/493/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable