Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’affaire du carmel d’Auschwitz (1985-1993)

 | 
Thérèse Hebbelinck

Chapitre I. De mai 1985 à février 1987 : du tract de l’Aide à l’Église en détresse à l’accord de Genève

Texte intégral

De mai à novembre 1985 : l’affaire reste inconnue du grand public

  • 1 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p.201 ; Malgré l’opposition des organisations juives, l’archevêq (...)
  • 2 Votre don au pape. Un couvent à Auschwitz, dans Aide à l’Église en détresse, 3 (mai 1985), non pag (...)
  • 3 Michel Bailly, Un couvent de carmélites dans le dépôt de gaz mortels, à Auschwitz, dans Le Soir, 1 (...)

1En octobre 1984, des carmélites viennent s’installer dans l’ancien théâtre municipal d’Auschwitz pour y établir leur couvent avec l’accord du gouvernement polonais et de l’Eglise polonaise. En juin 1984, l’archevêque de Cracovie, le cardinal Macharski avait en effet obtenu de la part du ministre polonais des cultes, Adam Lopatka – après négociations avec le gouvernement polonais – l’autorisation d’ouvrir un carmel à Auschwitz1. Un an après l’arrivée de huit carmélites, à l’occasion du voyage du pape Jean-Paul II au Benelux en mai 1985, une collecte de fonds est lancée en Belgique en vue d’aider financièrement la construction du carmel. L’initiateur de cette collecte, le père Werenfried van Straaten, lança par le biais du bulletin Aide à l’Église en détresse (AED), un appel expliquant que le meilleur cadeau à faire au pape à l’occasion de sa prochaine venue était de lui offrir un carmel a Auschwitz : « Votre don au pape : un couvent a Auschwitz », titrait le bulletin2. Il fallut attendre plusieurs mois, le 14 octobre 1985, pour qu’un écho de la collecte soit donné dans le journal Le Soir de Bruxelles sous la plume de Michel Bailly : « Un couvent de carmélites dans le dépôt de gaz mortels à Auschwitz »3. Immédiatement, les lecteurs juifs du Soir s’indignèrent et la polémique s’engagea autour de deux thèmes : la collecte et le couvent. De leur côté, les milieux catholiques proches des juifs de France et de Belgique manifestèrent également des inquiétudes suite à cette annonce d’un carmel à Auschwitz dont ils ignoraient tout : était-ce un projet ou existait-il déjà ? Les sœurs l’habitaientelles ou devaient-elles y arriver sous peu ? Qui était compétent pour donner une telle autorisation ?

  • 4 Entretien téléphonique avec Bernard Suchecky, 22/02/2010.
  • 5 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettres de G.Passelecq à O.Hamels, 29/10/1985 et 29/11/ (...)
  • 6 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettres de G. Passelecq à O. Hamels, 29/11/1985 et 8/03 (...)
  • 7 Cf. la lettre intitulée N’avons-nous jamais compris ?, dans Regards, 153 (9-23/01/1986), p. 27 ; G (...)
  • 8 Markus Pardes fut président du CCOJB de 1986 à 1988, année où lui succéda Joseph Wybran.
  • 9 Albert Guigui (1944) : grand rabbin de Belgique, originaire du Maroc. Il fut appelé aux fonctions (...)
  • 10 David Susskind (1926-2011) : fondateur et président d’honneur du CCLJ, président du Comite de coor (...)
  • 11 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettre de G. Schnek à « Messieurs les membres du consis (...)
  • 12 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, CR de la réunion informelle s’étant déroulée le 20/11/1985 au CC (...)
  • 13 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettre de G. Passelecq à O. Hamels, 29/11/1985.

2En Belgique, le père Georges Passelecq, secrétaire de la CNCJ, fut le premier à informer le Consistoire central israélite (CCIB) de cette affaire4. Celui-ci lança ensuite l’alerte et de son côté la CNCJ – essentiellement par le biais de son secrétaire – s’enquit d’informations supplémentaires à ce sujet. Les archives du père Passelecq révèlent qu’il prit beaucoup de renseignements pendant cette période afin de savoir ce qu’il en était exactement de la fondation du carmel. Il prévint le père Bernard Dupuy en France, qui lui-même alerta l’archevêque de Paris, le cardinal Jean-Marie Lustiger*, en partance pour Rome (novembre 1985), où il eut visiblement une première discussion avec le cardinal Macharski sur cette question5. Le cardinal Lustiger se montra dès le début très préoccupé par cette affaire et demanda à être tenu au courant jour après jour de l’évolution de la situation. De même, il fut en rapport constant avec l’archevêque de Cracovie pendant toute cette période6. Du côté juif, le CCIB ne resta pas les bras croisés. Un contact fut pris avec le cardinal Godfried Danneels* pour savoir si la collecte pour le carmel répondait à une initiative du monde catholique belge, ce à quoi le cardinal répondit qu’il n’en était rien. Notons que les évêques n’avaient pas d’autorité directe sur l’AED, institution qui ne dépendait que du père Werenfried van Straaten et de son centre en Allemagne7. Le 20 novembre 1985, le consistoire organisa une réunion informelle portant sur l’installation d’un couvent de carmélites sur le site d’Auschwitz. Des représentants du monde juif (le président du consistoire, Georges Schnek* ; le président du CCOJB, Markus Pardes8 ; le grand rabbin Albert Guigui9 ; le président du CCLJ (Centre comunautaire laïc juif de Belgique), David Susskind10, l’historien Bernard Suchecky*), du monde protestant (pasteur Martin Beukenhorst, président du synode de l’Église protestante unie de Belgique) et du monde catholique (Sr Marie-Hélène Fournier de la Congrégation de Sœurs de Sion, Georges Passelecq, Jean-Marie Schoefs, prêtre catholique et membre de la CNCJ) y assistaient. Au cours de cette réunion, G. Passelecq fournit beaucoup d’informations permettant de vérifier l’exactitude de celles contenues dans le journal Le Soir11. On remarqua que cette affaire n’était pas connue dans les milieux juifs parisiens et qu’aucune information n’était parue à ce sujet dans la presse israélienne. On pensait que le secret avait été conservé pour ne pas susciter de remous. La réunion aboutit aux décisions suivantes : les autorités religieuses catholiques, protestantes et juives allaient réagir et avertir leur hiérarchie ; le CCOJB (Comite de coordination des organisations juives de Belgique) allait alerter le CJM (Congrès juif mondial) et le gouvernement israélien ; l’Union des déportés agirait au niveau des associations internationales de déportés ; en Belgique, le bureau de l’Union des déportés veillerait à ce qu’une concertation soit maintenue ; la presse juive serait avertie et répercuterait l’information et les rabbins parleraient de l’affaire dans leurs sermons12. La réunion du CCIB marqua la fin du silence autour de l’affaire du carmel. Le président du consistoire, G. Schnek, écrivit à la revue Information juive – journal français émanant du consistoire – pour la mettre au courant de la situation13. Entre octobre et début décembre 1985, l’affaire du carmel était donc connue dans certains milieux mais pas dans le grand public. Pendant cette période, on espéra encore pouvoir résoudre cette question sans faire d’esclandre. Mais le 5 décembre 1985, la revue Regards – revue bimensuelle du CCLJ – révéla au grand jour l’affaire et la polémique débuta.

Décembre 1985 : l’affaire devient publique

  • 14 Pascale Gruber-Ejnes, J’irai prier sur vos cendres, dans Regards, 151 (5-18/12/1985), p. 20-21.
  • 15 Jacob Kaplan (1896-1994) : grand rabbin de France, qui assura à partir de janvier 1944 l’intérim d (...)
  • 16 Réactions après l’annonce de l’implantation d’un carmel au camp d’Auschwitz, dans La Documentation (...)
  • 17 Pour avoir des informations sur son voyage, cf. Bernard Suchecky, Dossier : un couvent à Auschwitz(...)
  • 18 Jean-Baptiste Musty (1912-1992) fut, de 1957 à 1991, l’évêque auxiliaire de Mgr André-Marie Charue (...)
  • 19 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », lettre de G. Passelecq à J. J. Hamels, 15/1 (...)
  • 20 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

3Dans un article intitulé « J’irai prier sur vos cendres », Regards dénonçait le scandale et lançait le débat sur la place publique14. De son côté, Information juive accusait, par la plume du grand rabbin Jacob Kaplan15, de « profanation » l’installation du couvent de carmélites à Auschwitz (numéro de novembre-décembre 1985). Les juifs n’étaient pas seuls à réagir. Du côté catholique, le père Dupuy publia le 5 décembre avec quelques personnalités chrétiennes un communiqué dans lequel il s’interrogeait : « Un carmel à Auschwitz, signe ou contre-signe16 ? ». Le lendemain, l’archevêque de Lyon, le cardinal Albert Decourtray*, interviewé sur Radio France, disait espérer que ces rumeurs n’étaient pas fondées, ajoutant que, de son côté, il ferait tout pour que le peuple juif soit respecté en tout lieu, y compris à Auschwitz. Dans son numéro de décembre, Regards avait suggéré qu’un journaliste aille sur place pour juger de la situation réelle. Bernard Suchecky se rendit donc à Auschwitz, non sans avoir reçu auparavant de multiples conseils de la part du père Passelecq17. Il lui avait recommandé la clandestinité à l’image de ce qui se faisait dans la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans le plus grand secret, le père avait même sollicité l’évêque auxiliaire de Namur, Mgr Jean-Baptiste Musty18, qui connaissait personnellement le cardinal Macharski, afin qu’il recommande B. Sucheky auprès de l’archevêque de Cracovie19. C’est quasi sans connaissance de la Pologne et du fonctionnement de l’Eglise que le journaliste de Regards partit à Auschwitz. Il fut reçu par le père Stanisław Musial*, secrétaire de la commission polonaise pour les relations avec le judaïsme. Ce dernier l’introduisit auprès du cardinal Macharski. Il eut également l’occasion de rencontrer les sœurs du carmel et de constater de ses propres yeux que le couvent existait bel et bien. Il retint de ce voyage différentes choses. Tout d’abord la rencontre sympathique avec l’archevêque de Cracovie, qui lui expliqua que les sœurs avaient choisi ce lieu dans le but de faire pénitence pour les crimes perpétrés par les nazis à Auschwitz. Le cardinal – loin d’être antisémite (retint le journaliste) – invita les « amis juifs » de B. Suchecky à venir lui rendre visite en Pologne. Il constata également l’inadéquation entre ce discours et celui tenu par les religieuses du carmel qui, influencées par les préjugés anti-juifs, avaient parlé de ces derniers comme du diable. Enfin il réalisa le fantasme dans lequel on vivait en Belgique, imaginant que le couvent avait été caché par l’Église, alors que le cardinal Macharski avait fait lire dans toutes ses paroisses la lettre dans laquelle il annonçait l’érection de ce nouveau carmel20.

4De retour en Belgique, B. Suchecky fit un compte rendu de son voyage pour Regards et, au vu de l’ouverture d’esprit de l’archevêque de Cracovie, il se montra optimiste pour la suite des événements.

De janvier à juillet 1986 : différentes prises de position

  • 21 Entretien avec T. Barnas, 11/04/2006 ; mail de T. Barnas, 7/04/2010 ; Issy-les-Moulineaux, Cnaef, (...)
  • 22 Paris, Saulchoir, Archives Dupuy, carton « Cardinal Tisserant ; archevêché de Paris, CERJ ; relati (...)

5Début 1986, la mobilisation s’intensifia et s’élargit. Après les milieux juifs de Belgique et de France, le CJM vota à l’unanimité une résolution désapprouvant l’installation du couvent à Auschwitz et répondant à l’appel de la délégation belge. En Europe occidentale, les mouvements de solidarité avec la communauté juive se multiplièrent chez les catholiques. Le père Thaddée Barnas*, moine de l’abbaye de Chevetogne en Belgique, recueillit plusieurs milliers de signatures en vue d’une pétition contre le carmel d’Auschwitz, qui furent transmises non seulement au CCLJ et au CCIB, mais aussi à tous les évêques de Belgique, aux carmélites d’Auschwitz et au cardinal Macharski. À l’époque de cette pétition, le père Barnas ne faisait pas encore partie de la CNCJ dont il devint le secrétaire en 1996. Il rencontra auprès de cette commission de la méfiance, car elle craignait une telle initiative. Cependant, certains de ses membres – tel le père Passelecq – soutenaient cette pétition même s’ils ne la signèrent pas. Seules les sœurs de Sion, membres de la CNCJ, apposèrent leurs signatures21. Dans les semaines et mois qui suivirent, les prises de position contre l’installation du couvent continuèrent à se manifester ; réagirent ainsi le cardinal Decourtray, le B’nai B’rith de Bruxelles, les institutions juives de Belgique. Le cardinal Lustiger préféra quant à lui rester silencieux sur cette question bien qu’il soit sollicité de toutes parts pour prendre position. Il laissa au père Dupuy, secrétaire du CERJ, la lourde responsabilité d’avoir une parole publique22. Au niveau mondial, on notera les réactions de l’ICCJ (International Council of Christians and Jews), du CJM ou Congrès juif mondial et du CJE ou Congrès juif européen. On assistait à une opposition croissante du monde juif. Pour preuve, les rencontres entre le monde juif et les catholiques furent suspendues au plus haut niveau. Ainsi, les réunions annuelles entre le Comité international juif pour les consultations interreligieuses (IJCIC) et la Commission du Saint-Siège pour les relations avec le judaïsme (créée en 1974 pour remplacer le Bureau du Vatican pour les relations avec les juifs) furent interrompues pendant quatre ans – de 1986 à 1989 – suite à la controverse.

  • 23 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, CR du voyage de la délégation juive belge en Pologne, fait par M (...)

6En février 1986, une délégation belge, composée de Natan Ramet (ancien déporté d’Auschwitz), Markus Pardes, David Susskind et du rabbin Albert Guigui, se rendit en Pologne. Elle rencontra l’archevêque de Cracovie le 17 février et le ministre des cultes, A. Lopatka, le lendemain dans le but d’exprimer la « très vive émotion qu’avait suscitée, au sein de toute la communauté juive, l’installation d’un couvent de carmélites à Auschwitz et pour en demander le déplacement ». La conclusion de la délégation était qu’il existait des chances d’obtenir le déplacement du carmel à la condition qu’« une pression internationale grandissante de toutes les organisations et communautés juives ainsi que de nos amis catholiques, s’exerce sur le cardinal Macharski et le Vatican23 ».

  • 24 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettre de G. Danneels à G. Passelecq, 3/03/1986.
  • 25 Nous tenons à préciser que nous parlerons dans ce travail des chrétiens catholiques. L’emploi du t (...)
  • 26 Déclaration provisoire de la commission nationale concernant l’affaire du carmel, 18/04/1986 (docu (...)
  • 27 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », lettre de G. Passelecq à G. Schnek, 19/04/1 (...)

7Du côté de l’Église belge, les choses commençaient à bouger. La CNCJ rencontra le 18 février 1986 le primat de Belgique, le cardinal Danneels, pour discuter de l’affaire du carmel. Ce dernier estimait qu’il n’était pas opportun que les évêques de Belgique se prononcent sur cette question, mais qu’il était préférable que ce soit le Secrétariat pour l’unité qui examine ce problème. Il promit d’adresser une lettre au cardinal Johannes Willebrands* (président de 1969 à 1989 du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, ayant également en charge la Commission pour les relations religieuses avec le judaïsme), afin que le Secrétariat pour l’unité examine la possibilité de prendre position. En revanche, il acceptait que la CNCJ fasse, si elle le jugeait utile, une déclaration en son nom personnel pour expliquer son point de vue24. C’est ce qu’elle fit dans un communiqué du 18 avril 1986 remis à la presse le 24 avril. Dans celui-ci, la CNCJ s’interrogeait : était-il « indiqué d’établir un couvent sur les lieux mêmes de la Shoah ? » Elle s’engageait aussi à aider les chrétiens25 de Belgique et de Pologne à établir un « dialogue constructif avec le monde juif et à tout faire pour aboutir à un respect accru de ce que représente pour la conscience juive et la mémoire chrétienne le cataclysme d’Auschwitz26 ». Selon les dires de G. Passelecq, cette déclaration était plus nuancée que celles des autres pays, car en Belgique, il était très difficile pour la CNCJ de faire une déclaration étant donné que « derrière elle il y a la conférence épiscopale, ce qui veut dire que le ton se verra [se voit] affecté d’une sourdine ». Cette conférence des évêques estimait que l’Église de Belgique n’avait pas à s’immiscer dans les affaires ressortissant d’un diocèse étranger. Elle préférait que la CNCJ reste sur le plan des relations avec les juifs et s’adresse aux catholiques pour les informer des valeurs en cause dans le litige et non pour donner des directives27

  • 28 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010 ; Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 48, CR analytique (...)
  • 29 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010 et entretien avec A.-D. Rinckwald, 13/11/2010.

8Malgré les nombreuses démarches et lettres envoyées tant à Rome qu’en Pologne par des juifs ou des catholiques, l’incompréhension demeurait. Une tentative de conciliation – sous l’égide du cardinal Lustiger – eut lieu en avril 1986 à l’occasion de la visite du primat de Pologne, le cardinal Jozef Glemp*, en France. Il rencontra le grand rabbin René-Samuel Sirat*, Ady Steg* (de l’AIU, Alliance israélite universelle) et Jean-Paul Elkann (président du Consistoire central israélite de France de 1982 à 1992). Bien que très négatif au début de la rencontre, le cardinal polonais écouta ses interlocuteurs lui expliquer en quoi la présence d’un carmel à Auschwitz était inacceptable pour les juifs. Il se montra moins sûr de lui à la fin de la rencontre mais aucun accord ne fut conclu car le cardinal Glemp allégua que cette question ne relevait pas de son autorité mais de celle de l’archevêque de Cracovie dans le diocèse duquel se trouvait le carmel28. Suite à cette rencontre, on décida de réunir une délégation juive et une délégation catholique pour qu’elles tentent de trouver ensemble une issue au conflit. Cette rencontre eut lieu à Genève en juillet 1986. Peu avant celle-ci, le cardinal Lustiger avait invité son confrère polonais, le cardinal Macharski, à se rendre au mémorial de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem, afin de le sensibiliser à la question délicate de l’extermination des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était en effet pratiquement impossible dans la Pologne de l’époque de prendre réellement conscience de la mort des juifs et de la réalité de la Shoah. Vu la difficulté d’obtenir des visas en Pologne, le cardinal Macharski se rendit d’abord à Genève et de là fut conduit incognito à Jérusalem. Il fit un aller-retour à Yad Vashem en compagnie du vicaire général André Vingt-Trois, devenu archevêque de Paris en 2005. Les sœurs de Sion se souviennent bien de cet épisode, car elles étaient à Jérusalem pour leur chapitre général. C’est d’ailleurs dans leur maison, l’Ecce Homo, située en plein cœur de Jérusalem, que l’archevêque de Cracovie fut logé. Le cardinal Macharski revint de ce voyage plus conscient de l’importance qu’il fallait accorder à l’événement de la Shoah, et c’est peut-être cet élément qui permit la déclaration Zakhor du 22 juillet 198629

22 juillet 1986 : première rencontre de Genève

  • 30 Les dires de B. Dupuy m’ont été rapportés par B. Suchecky. Selon J. Dujardin, c’est également B. D (...)
  • 31 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.
  • 32 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 48, mémorandum rédigé à l’attention de S.E. le cardinal Lu (...)
  • 33 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettre de G. Passelecq à O. Hamels, 29/11/1985.

9La déclaration Zakhor fut le fruit de la première rencontre entre une délégation juive et une délégation catholique pour tenter de trouver une issue à l’affaire du carmel d’Auschwitz. À qui revient l’initiative de la rencontre de Genève en 1986 ? Les sources écrites et orales divergent sur la réponse à apporter à cette question. D’après le père Dupuy, c’est lui-même qui serait à l’origine du projet, avec le cardinal Decourtray très sensibilisé à cette question30. Le prêtre français en aurait ensuite parlé à Théo Klein avec qui il était continuellement en contact31. Un mémorandum rédigé le 26 avril 1986 à l’intention du cardinal Lustiger par le père Dupuy semble confirmer ces dires. Le père Dupuy écrivait au cardinal : « qu’une solution pourrait être trouvée, surtout si une initiative de rencontre avec des personnalités juives était prise »32. L’archevêque de Paris était très favorable à cette idée qu’il nourrissait sans doute secrètement depuis un certain temps. En effet, ayant eu connaissance de la rencontre du CCIB (20/11/1985), il avait espéré que les catholiques lancent l’initiative d’une réunion similaire33

  • 34 Théo Klein, L’« affaire » du carmel : une négociation exemplaire, dans Sens, 1 (janvier 1990), p. (...)
  • 35 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 30, 147.
  • 36 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 57-58.

10Mais d’après d’autres sources, Théo Klein serait l’instigateur de la rencontre de Genève. Dans un numéro de la revue Sens de janvier 1990, il expliquait avoir proposé au cardinal Lustiger – lors d’une rencontre fin mai/début juin 1986 – de réunir deux délégations juive et catholique dans un pays neutre afin de trouver une solution à l’affaire34. Les propos de son livre vont dans le même sens : il s’y « félicite d’avoir eu l’initiative de ce qui constitue [constitua] sans doute la première vraie négociation judéo-catholique ». À l’époque, écrit-il, il avait pensé qu’il fallait aller au-delà de la simple protestation juive et il estimait qu’il fallait faire admettre aux catholiques la gravité de la situation qui nécessitait de trouver ensemble une solution. T. Klein dit avoir partagé cette opinion avec son « premier interlocuteur catholique » (qui était-ce ? le père Dupuy ?) et, après avoir reçu l’accord de principe de ce dernier, s’en être ouvert à certaines personnalités juives35. Si le nom de l’instigateur des rencontres reste incertain, le lieu de la négociation – Genève – est quant à lui le résultat d’une suggestion de l’avocat juif. Théo Klein avait en effet proposé que la rencontre ait lieu dans le territoire neutre de la Suisse. Grâce à l’un de ses amis, Edmond de Rothschild, la rencontre put se dérouler dans son château au bord du lac de Genève36

  • 37 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 48, notes rédigées par B. Dupuy au cardinal Lustiger, 30/0 (...)
  • 38 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p.4.
  • 39 Entretien avec R.-S. Sirat, 2/03/2009.

11La délégation catholique savait qu’elle pouvait compter sur le soutien de Rome dans cette négociation. Le père Dupuy et le cardinal Lustiger s’étaient en effet enquis de l’avis du Saint-Siège auprès du cardinal Willebrands et ce dernier s’était dit très favorable à une rencontre des communautés juives avec l’épiscopat français et à une communication directe Pologne-France à ce sujet (la Belgique étant incluse dans ces rencontres)37. Deux délégations furent donc constituées : l’une juive sous la responsabilité de Théo Klein, l’autre catholique comprenant les cardinaux A. Decourtray, J.-M. Lustiger, G. Danneels et F. Macharski. C’est l’archevêque de Paris qui contacta les différents cardinaux présents à Genève et qui fit toutes les démarches nécessaires pour mettre sur pied cette rencontre38. Les deux délégations se rencontrèrent une première fois le 22 juillet 1986 à Genève39.

  • 40 Il y eut deux rencontres à Genève pour tenter de trouver une issue au conflit. On distingue ces re (...)
  • 41 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J.-M. Lustiger à K. Gorny, 13/03/1989.
  • 42 Entretien avec R.-S. Sirat, 2/03/2009 et entretien avec A. Steg, 12/03/2009. On peut également pre (...)
  • 43 Déclaration « Zakhor », cf. Rencontre judéo-chrétienne sur le carmel d’Auschwitz : 1ère rencontre (...)
  • 44 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », résumé de la situation fait par B. Dupuy po (...)

12Cette rencontre se déroula dans un climat tendu. La délégation juive et très probablement Théo Klein avaient préparé une déclaration de principe dénommée Zakhor, je me souviens. À la fin de la journée, les participants de Genève I40 se trouvaient dans une situation difficile car ils n’étaient pas parvenus à trouver un accord. Il faut noter qu’avant cette rencontre, les évêques catholiques occidentaux avaient convenu de garder l’unité et la communion catholique en restant solidaires du cardinal Macharski qui, représentant l’Église de Pologne, avait le plus de poids dans la décision. Ils n’entendaient donc pas ratifier une ligne de conduite que l’évêque polonais n’adopterait pas41. Les délégations juive et catholique étaient au bord de la rupture mais le cardinal Macharski prit à part le grand rabbin Sirat : « je vois, dit-il, que la communauté juive européenne est très émue par le carmel d’Auschwitz mais expliquez-moi, monsieur le rabbin, pourquoi est-ce que le fait que des carmélites prient, récitent des psaumes et fassent pénitence pour ce qui s’est passé à Auschwitz, vous dérange ? Je vois la souffrance mais je ne la comprends pas ». Le rabbin répondit en citant un passage de la Bible : « Si une ville tout entière se livre à l’idolâtrie, tu feras une enquête très minutieuse et si c’est vrai, alors tu détruiras la ville. Elle devra être détruite pierre par pierre et ne plus jamais être reconstruite » (Dt 13,13-17), et il ajouta que pour lui, ce texte avait une application pratique : c’était Auschwitz. Il y a eu idolâtrie de toute la ville car des hommes se sont substitués à Dieu en décidant qui allait vivre et qui allait mourir, ce qui est le privilège de Dieu. Il expliqua encore à l’archevêque de Cracovie l’importance pour les juifs du psaume 65, qui dit que pour le Seigneur, seul le silence est prière. Il doit donc y avoir un grand silence à Auschwitz, ni synagogue, ni prière juive, ni prière chrétienne, ni église. Le cardinal Macharski fut convaincu par ces arguments et accepta de signer, suivi par le cardinal Lustiger, le cardinal Decourtray et le cardinal Danneels42. Quel était le contenu de la déclaration Zakhor ? Elle marquait le désir des juifs et des catholiques de prendre en considération la réalité du caractère symbolique des camps d’extermination d’Auschwitz. On pouvait y lire une reconnaissance des lieux d’Auschwitz et de Birkenau comme les « lieux symboliques de la solution finale au nom de laquelle les nazis avaient procédé à l’extermination de six millions de juifs dont un million et demi d’enfants, seulement parce qu’ils étaient juifs43 ». Concrètement, cette déclaration ne parlait pas du transfert du couvent mais il était prévu que la résolution du problème posé par la présence des carmélites à Auschwitz serait débattue lors de la prochaine réunion de février 1987. En réalité, Genève I ne fut pas une négociation mais une reconnaissance spirituelle des deux parties. Cependant, des ambiguïtés demeuraient. À Genève I, on avait esquissé le projet de fonder sur un terrain proche du carmel un lieu de réflexion et de prière consacré à la Shoah sous responsabilité catholique mais avec l’approbation des juifs. Le carmel pourrait trouver son emplacement à proximité de ce lieu et son déplacement viendrait garantir le sens de la fondation d’un tel lieu. Face à ces propositions, on remarquait deux tendances : la partie catholique préférait préparer et annoncer ce projet de centre, puis y inclure le carmel et la partie juive disait qu’il fallait annoncer sans tarder le déplacement du carmel et qu’ensuite le projet d’un centre pourrait être discuté44

22 février 1987 : deuxième rencontre de Genève

  • 45 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de B. Dupuy et J. Dujardin à Mgr K. Gorny, 22/0 (...)
  • 46 Nous développerons davantage cet aspect de la souffrance polonaise dans la partie intitulée « L’en (...)
  • 47 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.
  • 48 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », résumé de la situation fait par B. Dupuy po (...)
  • 49 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

13Avant la deuxième rencontre de Genève, un long échange eut lieu à Paris chez Mgr Daniel Pézeril, évêque auxiliaire de Paris de 1968 à 1986 et ancien membre du CERJ. Y participèrent notamment Mgr Kasimierz Gorny*, évêque auxiliaire de Cracovie, les pères Dupuy et Dujardin, Sam Hoffenberg*, juif polonais survivant de la Shoah, installé en France et délégué du B’nai B’rith auprès de l’UNESCO. À cette occasion, on discuta d’une des moutures proposées pour accord entre les délégations dans laquelle l’évêque polonais parlait du martyre polonais45. En préparant Genève II, les participants prirent conscience de la souffrance polonaise. Ils réalisèrent qu’il fallait tenir compte de la mémoire polonaise à Auschwitz et de la souffrance polonaise pendant la guerre46. On décida de mettre davantage cette donnée en exergue dans le texte des accords. La partie juive adhéra à cette idée, car elle savait qu’un accord des Polonais ne serait pas possible dans le cas contraire47. À la veille de la rencontre de Genève II, la situation du côté catholique ne semblait pas très claire. Le silence romain sur la question était pesant et l’opinion publique en vint à croire que cette attitude était adoptée pour inviter la partie catholique à ne pas céder sur le déplacement du carmel48. Le cardinal Danneels était hésitant sur la position qu’il devait adopter. Selon B. Suchecky, le cardinal avait reçu ordre de Rome de « tenir le plus longtemps possible » et de ne pas céder sur le déplacement du carmel49.

  • 50 Deuxième rencontre judéo-chrétiennesur le carmel d’Auschwitz. Deuxième rencontre de Genève. Annonc (...)
  • 51 Le texte d’A. Steg est dactylographié dans la farde 49 des archives du CNAEF (fonds CERJ).
  • 52 Entretien avec le cardinal Danneels, 7/02/2007.
  • 53 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.
  • 54 Entretien avec le cardinal Danneels, 7/02/2007.
  • 55 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

14La deuxième rencontre de Genève, destinée à régler le conflit et à combattre toute profanation ou banalisation des camps de déportation juive, fut présidée par T. Klein et le cardinal A. Decourtray. La participation fut élargie du côté juif comme du côté catholique50. La rencontre fut ponctuée par de nombreuses interventions, à commencer par celle d’A. Steg qui rappela l’enjeu de la réunion et la symbolique d’Auschwitz. Il interpella aussi l’archevêque de Cracovie en lui signifiant la lourde responsabilité qu’il avait envers le peuple juif et envers l’histoire, car il était le seul à pouvoir prendre la décision de déménager le carmel51. La journée se déroula dans une ambiance difficile et les participants tardaient à se mettre d’accord sur un texte commun. La grande difficulté que rencontrèrent les participants catholiques était de trouver une formulation capable de convaincre l’Église de Pologne, les Polonais, et les carmélites. Le cardinal Macharski disait ne pas pouvoir obliger les carmélites à quitter leur couvent52. Au cours de cette journée, deux interventions furent particulièrement remarquées, une phrase du cardinal Lustiger et une prise de parole du primat de Belgique. « Il faut absolument qu’on trouve une solution, car ne pas trouver d’accord sur le carmel, ce serait donner une nouvelle victoire à Hitler », dit J.-M. Lustiger. Cette phrase produisit un choc chez les participants et tous se dirent qu’il fallait absolument trouver une issue53. Le cardinal Danneels eut quant à lui une parole qui fit basculer les choses, mais il ne se rappelle plus exactement le contenu de son intervention. Il prit la parole car il se rendait compte que la situation risquait de s’envenimer et de nuire aux relations entre juifs et catholiques. Prenant conscience qu’il était le seul cardinal à pouvoir s’exprimer librement – F. Macharski étant Polonais, J.-M. Lustiger d’origine juive et A. Decourtray le modérateur – il parla dans un sens d’ouverture qui aida à trouver une solution. Son intervention avait été préalablement convenue entre les cardinaux et il s’agissait d’une solution sur laquelle ils étaient tombés d’accord54. Le cardinal Lustiger interpella son confrère F. Macharski : « il est évident qu’on ne signera pas si tu ne donnes pas ton accord ». Ce dernier donna finalement son approbation et la séance put reprendre55

  • 56 CR de la réunion de la CE belge, 9/04/1987 (document mis à disposition par Jean-Pierre Delville).

15La difficulté dans laquelle se trouvaient les catholiques – expliqua plus tard le cardinal Danneels aux évêques belges – était que la délégation juive les avait placés face à un dilemme, soit déplacer le carmel, soit rompre le dialogue actuel entre les juifs et les chrétiens. Le cardinal Macharski a donc cédé – dixit le primat de Belgique – et les négociateurs se mirent d’accord sur un compromis : celui de fonder un centre de dialogue dans le cadre duquel serait établi un nouveau carmel56.

  • 57 Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif..., p. 391-392 (annexe I) et p. 393-395 (anne (...)
  • 58 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.
  • 59 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de K. Gorny à J.-M. Lustiger, 21/02/1989.
  • 60 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

16Le texte de l’accord fut signé par les participants de la réunion de Genève, mais pas par tous. Il est significatif, lorsque l’on consulte les annexes 1 (Zakhor) et 2 (Accord de Genève II) reproduites dans le livre de Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif, de remarquer que pour le premier texte l’auteur donne les noms des signataires alors que pour le second il donne les noms des participants de la réunion57. Tous les participants ne signèrent pas le texte de la déclaration de Genève II, et on le constate en consultant les copies du document original se trouvant dans les archives du CNAEF. D’après notre lecture du document et les informations récoltées, il manque deux signatures, celles de Mgr K. Gornyet de Sam Hoffenberg. Mgr Gorny aurait très subtilement évité de signer la déclaration car il n’était pas d’accord avec celle-ci58. Cette donnée est vérifiée par une lettre de l’évêque polonais au cardinal Lustiger, dans laquelle il se disait très étonné d’avoir lu dans la presse que la déclaration avait été signée par toutes les personnes présentes à Genève alors qu’il manquait non seulement sa signature mais aussi celles d’autres participants59. Sam Hoffenberg serait lui aussi parti sans signer car, pour lui, l’UNESCO devait faire respecter des conventions, or cela ne figurait pas dans le texte de la déclaration60

  • 61 Photo issue des archives du Consistoire central des Israélites de France (Paris), carton « dossier (...)

17Note61

Analyse de l’accord de Genève

  • 62 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, avant-projet de la déclaration de Genève II.

18À l’issue de la rencontre un accord intervint qui prévoyait le transfert du carmel. Ce texte connu sous le nom « Accord de Genève II » est le résultat de plusieurs moutures. Comme nous l’avons vu, il avait déjà été discuté à Paris chez Mgr Daniel Pézeril. Dans les archives du CNAEF, on peut avoir connaissance de l’avant-projet de texte. Celui-ci fut visiblement rédigé par Théo Klein mais Jean Dujardin y avait apporté de nombreuses modifications avant la rencontre de Genève62

  • 63 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, avant-projet ; Deuxième rencontre judéo-chrétienne sur (...)
  • 64 Jerzy Turowicz, J’ai bon espoir que c’est la dernière fois…, dans Tygodnik Powszechny. Essai sur l (...)

19On peut relever des différences notoires entre le texte de l’avant-projet et celui qui fut signé à Genève II. Les deux textes débutent par le rappel de la déclaration de Genève I, qui reconnaissait Auschwitz comme le lieu symbolique de la Shoah. Ils évoquent ensuite les souffrances subies par la nation polonaise, qui nécessitent également le « recueillement et le respect profond ». Ensuite les textes divergent. L’avant-projet affirme que « toute installation ou manifestation religieuses, stables ou permanentes, doivent être et seront abolies sur le territoire des camps d’Auschwitz », là où la déclaration de Genève II poursuit en parlant de l’engagement pris par la délégation catholique de créer un centre d’information, d’éducation, de rencontres et de prière. L’avant-projet demande l’absence d’installations et de manifestations à caractère religieux dans l’enceinte d’Auschwitz tel que « ce territoire a été délimité au moment de son inscription sur la liste du Patrimoine Mondial ». Cette référence à l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO n’est pas anodine et on ne la retrouvera pas dans le texte final de la déclaration. L’avant-projet évoque ensuite l’initiative catholique de créer un centre d’information, d’éducation, de rencontre et de prière. Dans la déclaration finale, c’est dans le contexte de la création dudit centre qu’on évoque le déplacement des religieuses. Ce centre « implique que l’initiative de prière des carmélites trouvera dans ce contexte nouveau sa place, sa confirmation et son sens véritable (…). Il n’y aura donc pas de lieu de culte catholique permanent sur les territoires des camps d’Auschwitz et de Birkenau ». L’avant-projet spécifie que le cardinal Macharski doit donner un projet détaillé du centre avant le 30 juin 1987, ce qui n’est pas repris dans la déclaration finale. Cette dernière fixe un délai de 24 mois pour réaliser « ce projet », à savoir la création du centre et l’intégration du carmel dans ce nouveau contexte. L’avant-projet ne spécifiait pas de calendrier précis mais stipulait seulement que « la délégation juive considérerait comme inconcevable que le calendrier des opérations s’étende sur une durée supérieure à … (blanc) mois »63. La partie juive avait insisté pour que le délai de 24 mois soit revu à la baisse, mais le cardinal Lustiger était intervenu pour convaincre les partenaires juifs du fait que la situation polonaise ne permettait pas de réaliser le projet dans des délais plus brefs64.

  • 65 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à Moïse Rahmani, journaliste am (...)
  • 66 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à Moïse Rahmani, journaliste am (...)

20Quelles conclusions tirer de ces différences entre les deux textes ? Les archives montrent que l’avant-projet a été rédigé par des juifs et probablement par Théo Klein. Ce texte fut ensuite amendé par les interlocuteurs catholiques et notamment par le père Jean Dujardin. La déclaration est en retrait par rapport au projet. Rédigé par des juifs, le projet ne pouvait pas être accepté par les négociateurs polonais. La déclaration de Genève fut donc bien le fruit d’un compromis comme en témoignent par exemple les délais fixés. La délégation polonaise souhaitait que le délai pour la nouvelle construction et le transfert soit le plus long possible, à l’inverse de la délégation juive. Le choix de deux années fut donc le résultat d’une négociation65. Le fait que l’avant-projet parle d’abord du déplacement du carmel pour en venir ensuite à la création du centre montre que les priorités n’étaient pas les mêmes pour tous les participants, les juifs désirant avant tout le déplacement du carmel. Mais ils comprirent que la construction du centre était nécessaire pour rendre le déplacement du carmel significatif et acceptable en Pologne et de manière générale dans le monde catholique. Les Polonais avaient pour priorité la construction du centre qui seul pouvait permettre de préparer les esprits et les cœurs au déplacement du carmel. Genève permit donc de réconcilier les points de vue66. Il n’est donc pas étonnant que, sur ces points, la déclaration finale diffère de l’avant-projet et parle en premier lieu de la création du centre dans lequel devait s’inscrire le nouveau lieu de vie des religieuses.

21La proposition de créer un centre d’information hors des territoires d’Auschwitz-Birkenau – outre le fait qu’il devait permettre le déplacement du carmel – n’était pas un hasard. Les délégations s’étaient rendu compte que le rapport avec les lieux de la Shoah n’était pas exact. Ce centre devait poursuivre un but éducatif : tenir compte des difficultés du martyre polonais, lutter contre la désinformation et le révisionnisme. Les accords de Genève précisaient que l’évêque de Cracovie devait veiller à la promotion de ce projet, mais qu’au niveau financier les évêques des autres pays s’engageaient à réunir les fonds nécessaires pour sa réalisation. Enfin, le cardinal Macharski devait tenir Théo Klein au courant de l’avancement de la réalisation des accords.

Germes des ambiguïtés et problèmes futurs dans l’accord de Genève

  • 67 Stanisław Gądecki, Conclusion, dans Vérités des uns et celles des autres (Les). Points de vue de j (...)
  • 68 Entretien avec S. Wilkanovicz, 13/11/2010.
  • 69 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.
  • 70 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, état de la situation par B. Dupuy en Pologne, 15/11/19 (...)
  • 71 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, état de la situation par B. Dupuy en Pologne, 15/11/19 (...)
  • 72 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 48, lettre de S. Hoffenberg au directeur général de l’UNES (...)
  • 73 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

22Le texte de l’avant-projet rappelait l’inscription du site d’Auschwitz (comprenant l’ancien théâtre où se trouvait le carmel) au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette référence était fondamentale pour Sam Hoffenberg, délégué du B’nai B’rith auprès de l’UNESCO. Pourtant celle-ci ne fut pas reprise dans l’accord final. L’Église ignorait-elle l’existence de cet accord ? Cette inscription au patrimoine mondial semblait poser quelques problèmes et les avis sur la question divergeaient. En 1993, Stanislaw Gadecki, prêtre catholique polonais spécialisé dans l’Ancien Testament et les études bibliques, affirmait que les autorités communistes avaient proposé le bâtiment du vieux théâtre sans avertir l’Église que des accords avaient été contractés avec l’UNESCO67. Le père Marek Głownia* affirmait que l’Église savait que le lieu du camp était patrimoine de l’UNESCO, mais qu’elle ignorait que c’était aussi le cas de l’ancien théâtre. L’intégration de ce lieu au patrimoine mondial était – selon Stefan Wilkanovicz*, membre du comité polonais auprès de l’UNESCO ainsi que vice-président du Conseil international du musée d’Auschwitz – due à une erreur d’un copiste qui avait placé le bâtiment du vieux théâtre dans l’enceinte du camp68. Or, avant la guerre, ce lieu n’avait rien à voir avec les bâtiments militaires voisins réquisitionnés par les nazis pour y établir les baraquements des prisonniers, de sorte qu’au lendemain du conflit mondial, le bâtiment de l’ancien théâtre n’avait pas été inscrit dans les limites du musée d’Auschwitz. On le voit, le statut de l’ancien théâtre par rapport au camp ne fut pas toujours clair. Que l’Église polonaise ait su ou non que l’ancien théâtre était répertorié à l’UNESCO n’avait finalement pas beaucoup d’importance car, expliquait M. Głownia, dans l’optique polonaise, tout ce qui était considéré comme faisant partie du patrimoine mondial de l’UNESCO était avant tout considéré comme patrimoine polonais. À l’époque, ce qui comptait c’était la lutte contre le pouvoir communiste et l’Église était loin de s’inquiéter de savoir si le carmel était ou non patrimoine mondial69. Il est possible, voire probable, qu’en 1984 lors de l’installation des carmélites à Auschwitz, l’Église polonaise ignorât que le bâtiment était patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais trois ans plus tard, lors des accords de Genève, il est certain que cela n’était plus un mystère ! En effet, lors de la rencontre du 22 février, l’archevêque de Cracovie émit des réserves sur la phrase de l’avant-projet « tel qu’il a été inscrit dans la convention de l’UNESCO ». Souhaitant qu’il y ait une réciprocité, il demanda à ses interlocuteurs juifs de le croire lorsqu’il disait que les accords seraient respectés70. Ainsi, le cardinal Macharski obtint in extremis le retrait de la référence à la convention de l’UNESCO mentionnée dans la rédaction initiale : « il n’y aura donc pas de lieu de culte catholique permanent sur le territoire des camps d’Auschwitz et de Birkenau tel qu’il a été inscrit dans la convention de l’UNESCO ». En retirant cette clause, il affirmait cependant vouloir s’y conformer et s’y engageait sur parole. Or, écrira en 1988 le père Dupuy, « on peut craindre que ce faisant, Macharski avait repéré l’article qui signifiait clairement la modification du statut acquis pour le bâtiment du théâtre ». Un des membres de la délégation juive, Sam Hoffenberg selon les dires de B. Suchecky, avait repéré la faille. En désaccord avec cette suppression, il avait refusé de signer la déclaration et écrivit quelque temps plus tard dans un article qu’il existait des conventions et que l’UNESCO devait les faire respecter. Cet article ne fut jamais publié, car l’ayant communiqué à Théo Klein, Sam Hoffenberg fut convaincu par ce dernier de ne pas le faire paraître afin ne pas compromettre toute la négociation menée à Genève71. Cela démontre qu’il existait deux manières qui auraient pu être envisagées à Genève pour régler le contentieux : soit négocier, comme les participants juifs et catholiques l’ont fait en cherchant un compromis et en jouant la carte de la confiance, soit s’en remettre à l’UNESCO pour faire appliquer la convention faisant d’Auschwitz un patrimoine mondial de l’humanité. Sam Hoffenberg avait d’ailleurs déjà demandé en 1986 au directeur général de l’UNESCO de faire transférer le carmel et de restaurer les lieux dans leur état d’origine, mais cela ne fut jamais réalisé72. Finalement, l’UNESCO garda sa neutralité en demandant que les parties s’arrangent entre eux73.

Camp d’Auschwitz I : plan réalisé en 1994 par le musée d’Auschwitz-Birkenau

Camp d’Auschwitz I : plan réalisé en 1994 par le musée d’Auschwitz-Birkenau
  • 74 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, note de J. Dujardin, 23-24/04/1988.
  • 75 Conversations avec M. Krzysztof Sliwinski à Chevetogne, les 24, 25, 26 et 27/07/1987 (documents mi (...)
  • 76 Michel de Goedt (1924-2009) : carme français, licencié en histoire et philologie orientales, qui p (...)
  • 77 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, documents envoyés par le père Philippe Hugelé à Miche (...)
  • 78 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à T. Klein, 3/05/1990 et carton (...)
  • 79 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, aspect juridique du transfert du monastère.
  • 80 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR d’une conversation entre S. Wilkanowicz et T. Barn (...)
  • 81 JerzyTurowicz (1912-1999) : fondateur en 1945 de l’hebdomadaire catholique Tygodnyk Powszechny (he (...)
  • 82 Jerzy Turowicz, J’ai bon espoir que c’est la dernière fois…, p. 23.

23En 1994, le musée d’Auschwitz inséra le lieu de l’ancien théâtre (M) dans l’enceinte du camp. Un deuxième aspect problématique de la déclaration de Genève tient au terme « place » dans la phrase « l’établissement de ce centre (…) implique que l’initiative de prières des carmélites trouvera dans ce nouveau contexte sa place (…) ». Dans le texte initial, on pouvait lire : « toute installation ou manifestation religieuses, stables ou permanentes, doivent être et seront abolies sur le territoire des camps d’Auschwitz ». Lors de la rencontre de Genève, J. Dujardin se souvient que lorsque les membres de la délégation catholique se sont retrouvés entre eux, le père Musial a demandé avec insistance que le mot « déplacement » ou son équivalent ne soit pas mentionné dans le texte écrit, faisant remarquer que le mot « place » avait deux sens possibles, un sens propre et un sens figuré. Cette ambivalence fut inscrite dans l’accord et l’histoire future du carmel montrera que pendant plusieurs mois, c’est le sens figuré qui fut retenu par les Polonais74 ! De plus, le texte ne disait pas explicitement que les carmélites allaient quitter le lieu75. Très vite, après la signature des accords, une nouvelle exégèse du texte de Genève II apparut. Une autre question – et non la moindre – mérite d’être soulevée : quelle était l’autorité compétente pour demander le transfert du carmel ? Très longtemps la réponse à cette question resta floue, non seulement pour les juifs mais aussi pour les négociateurs catholiques. À Genève II, la réponse à cette question ne fut pas élucidée. Elle le sera seulement en 1991, grâce à l’envoi de documents confidentiels au père Michel de Goedt76 concernant la fondation du carmel et sa juridiction77. On peut noter que les négociateurs de l’accord n’avaient pas conscience ou connaissance du fait qu’il existait trois types de carmels : ceux soumis à l’autorité du provincial local, ceux placés sous l’autorité du préposé général des carmes et ceux dépendant de l’autorité directe de la Sacrée Congrégation des religieux. Le carmel d’Auschwitz était placé sous la juridiction du provincial de Pologne, et la Congrégation des religieux à Rome avait signé son décret d’érection78. L’autorité compétente pour le transfert des moniales d’un lieu à un autre était donc en principe le Saint-Siège avec le consentement de l’évêque diocésain et du supérieur régulier (le provincial local) si le monastère était sous sa juridiction79. L’accord de Genève avait été signé par quatre cardinaux, mais on peut se demander s’ils avaient autorité pour signer ce texte et s’ils étaient représentatifs de l’Église et l’engageaient ainsi par leur signature. À ces questions, ils répondirent toujours affirmativement : ils s’étaient engagés envers les juifs au nom de l’Église catholique à déplacer le carmel. Ces questions ne sont pas anodines car, comme on vient de le voir, il n’est pas du tout certain qu’en 1987, lors de la signature de l’accord, les cardinaux aient eu la compétence pour engager l’Église. En réalité, fit remarquer plus tard S. Wilkanowicz, au niveau canonique, les quatre cardinaux n’étaient pas habilités à décider du transfert ! Et les accords de Genève n’engageaient pas l’Église au sens canonique le plus strict. Les cardinaux signataires ne pouvaient donc qu’émettre un avis d’une importance exceptionnelle80. On peut donc dire que leur signature ne revêtait qu’un aspect symbolique. Le savaient-ils à l’époque ? C’est possible. Jerzy Turowicz81, présent à Genève II, écrivait que des « arrangements informels » furent conclus et non un accord ou un contrat car les quatre cardinaux « n’avaient effectivement pas la compétence pour prendre une décision contraignante sur le transfert du carmel ». L’accord conclu entre les parties le fut dans l’espoir d’être ratifié par les instances compétentes, par l’épiscopat polonais, l’ordre des carmes et le Saint-Siège82. Aussi symbolique que pouvait être l’engagement conclu à Genève, ce qui est certain c’est qu’il constituait l’engagement ferme des cardinaux occidentaux de faciliter au côté du cardinal Macharski le déplacement du carmel d’Auschwitz, engagement qu’ils tinrent jusqu’au bout.

  • 83 Résumé d’entretiens avec B. Dupuy à propos du carmel d’Auschwitz au centre Istina à Paris, les 15 (...)
  • 84 Remarques faites par J. Dujardin le 2/12/2011 et envoyées par mail le 13/12/2011.

24Cette question de l’autorité compétente pour le transfert amène à faire une seconde remarque. Lors des négociations de Genève, l’ordre des carmes ne fut pas invité à discuter et il ne fut même pas informé de l’accord conclu à Genève II, ce que regretta Philippe Sainz de Baranda, alors préposé général de l’ordre des carmes83. En effet, sa présence aurait pu très certainement faire gagner du temps, car il avait connaissance des subtilités juridiques qui réglementaient le carmel d’Auschwitz. De plus, le supérieur général des carmes avait déconseillé la création du carmel mais le provincial était passé outre84.

Notes

1 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p.201 ; Malgré l’opposition des organisations juives, l’archevêque de Cracovie est favorable à l’installation d’un carmel à Auschwitz, dans Le Monde, 22/02/1986, p.3.

2 Votre don au pape. Un couvent à Auschwitz, dans Aide à l’Église en détresse, 3 (mai 1985), non paginé. L’AED fut fondée en 1947 par le père hollandais Werenfried van Straaten. Son but était d’aider les prêtres qui se trouvaient dans un grand dénuement dans les pays communistes de l’Est. Lors du passage du pape aux Pays-Bas en 1985, il s’était produit des échauffourées attribuées à des antipapistes. Le père van Straaten, outré par ces faits et sachant que les carmélites installées à Auschwitz manquaient de fonds nécessaires pour vivre décemment dans l’ancien dépôt de zyklon B, prit l’initiative de lancer une souscription pour « effacer l’outrage dont le Vicaire du Christ est si souvent l’objet ». Le tract parlait de 4 millions d’innocents morts à Auschwitz mais le mot « juif » n’était pas cité. Les sœurs, disait le tract, « construisent de leurs mains le signe sacré de l’amour, de la paix et de la réconciliation qui témoignera de la puissance victorieuse de la Croix de Jésus ». On y invoquait aussi le martyre du P. Kolbe, le souvenir d’Édith Stein, mais on ne mentionnait pas la Shoah.

3 Michel Bailly, Un couvent de carmélites dans le dépôt de gaz mortels, à Auschwitz, dans Le Soir, 14/10/1985. Cet article fait état de la collecte et estime que 15 millions de francs belges ont été récoltés.

4 Entretien téléphonique avec Bernard Suchecky, 22/02/2010.

5 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettres de G.Passelecq à O.Hamels, 29/10/1985 et 29/11/1985 ; Paris, Saulchoir, Archives Dupuy, carton « carmel d’Auschwitz », lettre de B.Dupuy à T. Klein, 27/12/1991.

6 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettres de G. Passelecq à O. Hamels, 29/11/1985 et 8/03/1986.

7 Cf. la lettre intitulée N’avons-nous jamais compris ?, dans Regards, 153 (9-23/01/1986), p. 27 ; Georges Schnek, Un « gel provisoire » entre juifs et chrétiens. Propos recueillis par F. Deleclos, dans La Libre Belgique, 21/02/1989.

8 Markus Pardes fut président du CCOJB de 1986 à 1988, année où lui succéda Joseph Wybran.

9 Albert Guigui (1944) : grand rabbin de Belgique, originaire du Maroc. Il fut appelé aux fonctions de grand rabbin de Bruxelles attaché au Consistoire central israélite de Belgique en 1981 (année où le poste de grand rabbin de Belgique a été scindé en 4 postes de grands rabbins régionaux). Auteur de nombreux articles et ouvrages dont Le Judaïsme. Vécu et mémoire, Bruxelles, Racine, 2004.

10 David Susskind (1926-2011) : fondateur et président d’honneur du CCLJ, président du Comite de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB créé en 1970 et regroupant 34 organisations et associations juives du pays) de 1993 à 1997.

11 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettre de G. Schnek à « Messieurs les membres du consistoire », 25/11/1985.

12 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, CR de la réunion informelle s’étant déroulée le 20/11/1985 au CCIB.

13 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettre de G. Passelecq à O. Hamels, 29/11/1985.

14 Pascale Gruber-Ejnes, J’irai prier sur vos cendres, dans Regards, 151 (5-18/12/1985), p. 20-21.

15 Jacob Kaplan (1896-1994) : grand rabbin de France, qui assura à partir de janvier 1944 l’intérim du grand rabbinat de France. En 1950, il fut nommé grand rabbin de Paris et cinq ans plus tard, il fut nommé à vie grand rabbin de France, mais il souhaita être déchargé de cette fonction, de sorte qu’en 1981, il fut remplacé par René-Samuel Sirat. Il fut également un pionnier des relations judéo-chrétiennes en France. Cf. Jacob Kaplan, L’affaire Finaly, Paris, Cerf, 1993 ; Jacob Kaplan, Le vrai visage du judaïsme, Paris, Stock, 1987.

16 Réactions après l’annonce de l’implantation d’un carmel au camp d’Auschwitz, dans La Documentation catholique, 83, 1911 (2/02/1986), p. 179.

17 Pour avoir des informations sur son voyage, cf. Bernard Suchecky, Dossier : un couvent à Auschwitz, dans Regards, 153 (9-23/01/1986), p.11-14 ; 154 (23/01-5/02/1986), p.32-33.

18 Jean-Baptiste Musty (1912-1992) fut, de 1957 à 1991, l’évêque auxiliaire de Mgr André-Marie Charue et de Mgr Robert-Joseph Mathen, évêques de Namur, respectivement de 1941 à 1974 et de 1974 à 1991.

19 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », lettre de G. Passelecq à J. J. Hamels, 15/12/1985 et lettre de G. Passelecq à B. Suchecky, 17/12/1985.

20 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

21 Entretien avec T. Barnas, 11/04/2006 ; mail de T. Barnas, 7/04/2010 ; Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 48, « Déclaration d’un groupe de catholiques, de protestants et d’anglicans sur le carmel d’Auschwitz ».

22 Paris, Saulchoir, Archives Dupuy, carton « Cardinal Tisserant ; archevêché de Paris, CERJ ; relations avec l’islam », lettre de B. Dupuy à J. Willebrands, 13/02/1986.

23 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, CR du voyage de la délégation juive belge en Pologne, fait par Markus Pardes ; entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

24 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettre de G. Danneels à G. Passelecq, 3/03/1986.

25 Nous tenons à préciser que nous parlerons dans ce travail des chrétiens catholiques. L’emploi du terme « chrétiens » se réfère de facto aux chrétiens catholiques.

26 Déclaration provisoire de la commission nationale concernant l’affaire du carmel, 18/04/1986 (document mis à disposition par P.-M. Bogaert).

27 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », lettre de G. Passelecq à G. Schnek, 19/04/1986.

28 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010 ; Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 48, CR analytique par Manek Weintraub de la rencontre avec Glemp.

29 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010 et entretien avec A.-D. Rinckwald, 13/11/2010.

30 Les dires de B. Dupuy m’ont été rapportés par B. Suchecky. Selon J. Dujardin, c’est également B. Dupuy qui fut à l’origine de la rencontre de Genève. Cf. remarques faites par J. Dujardin le 2/12/2011 et envoyées par mail le 13/12/2011.

31 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

32 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 48, mémorandum rédigé à l’attention de S.E. le cardinal Lustiger touchant les discussions relatives au carmel d’Auschwitz, 26/04/1986.

33 Louvain, Kadoc, Institutum Iudaïcum, 18.4, lettre de G. Passelecq à O. Hamels, 29/11/1985.

34 Théo Klein, L’« affaire » du carmel : une négociation exemplaire, dans Sens, 1 (janvier 1990), p. 4.

35 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 30, 147.

36 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p. 57-58.

37 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 48, notes rédigées par B. Dupuy au cardinal Lustiger, 30/05/1986.

38 Théo Klein, L’affaire du carmel…, p.4.

39 Entretien avec R.-S. Sirat, 2/03/2009.

40 Il y eut deux rencontres à Genève pour tenter de trouver une issue au conflit. On distingue ces rencontres en les qualifiant de Genève I (rencontre du 22/07/1986) et de Genève II (rencontre du 22/02/1987).

41 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de J.-M. Lustiger à K. Gorny, 13/03/1989.

42 Entretien avec R.-S. Sirat, 2/03/2009 et entretien avec A. Steg, 12/03/2009. On peut également prendre connaissance du témoignage du rabbin dans René-Samuel Sirat, J’ai été témoin de cet acte de repentance, dans Sens, 355 (janvier 2011), p. 18-19.

43 Déclaration « Zakhor », cf. Rencontre judéo-chrétienne sur le carmel d’Auschwitz : 1ère rencontre de Genève : communiqué, dans La Documentation catholique, 1924 (7-21/09/1986), p.828. Les signataires de cette déclaration étaient, du côté catholique : le cardinal Godfried Danneels, archevêque de Malines-Bruxelles, le cardinal Albert Decourtray, archevêque de Lyon, le cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, le cardinal Franciszek Macharski, archevêque de Cracovie, assistés de Jerzy Turowicz et du père Stanisław Musial, membres de la commission épiscopale polonaise pour les relations avec le judaïsme ; du côté juif : Tullia Zevi, présidente des communautés juives italiennes, René-Samuel Sirat, grand rabbin de France, Markus Pardes, président du comité de coordination des organisations juives de Belgique (C.C.O.J.B.), le professeur Ady Steg, président de l’alliance israélite universelle, et Théo Klein, président du CRIF.

44 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », résumé de la situation fait par B. Dupuy pour G. Danneels à la veille de Genève II, 8/02/1987.

45 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de B. Dupuy et J. Dujardin à Mgr K. Gorny, 22/03/1989.

46 Nous développerons davantage cet aspect de la souffrance polonaise dans la partie intitulée « L’enjeu d’un carmel à Auschwitz pour les Polonais ».

47 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

48 Maredsous, AM, Passelecq, carton « Correspondance 2 », résumé de la situation fait par B. Dupuy pour G. Danneels à la veille de Genève II, 8/02/1987.

49 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

50 Deuxième rencontre judéo-chrétiennesur le carmel d’Auschwitz. Deuxième rencontre de Genève. Annonce de la rencontre et déclaration finale, dans La Documentation catholique, 84, 1938 (19/04/1987), p. 459-460. Les participants furent du côté catholique : les cardinaux Macharski, Lustiger, Decourtray et Danneels, Mgr Gorny (évêque auxiliaire de Macharski à Cracovie), les pères Dujardin (secrétaire du CERJ), Dupuy (ancien secrétaire du CERJ) et Musial ainsi que Jerzy Turowicz ; et du côté juif : Théo Klein, le grand rabbin René-Samuel Sirat, Tullia Zevi, Sam Hoffenberg (ancien déporté, président de l’UFAB, délégué du B’nai B’rith auprès de l’UNESCO), Ernst Ludwig Ehrlich (représentant en Europe du B’nai B’rith international), Gerhart M. Riegner (du CJM et délégué de l’IJCIC), Markus Pardes, Ady Steg et Georges Schnek.

51 Le texte d’A. Steg est dactylographié dans la farde 49 des archives du CNAEF (fonds CERJ).

52 Entretien avec le cardinal Danneels, 7/02/2007.

53 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

54 Entretien avec le cardinal Danneels, 7/02/2007.

55 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

56 CR de la réunion de la CE belge, 9/04/1987 (document mis à disposition par Jean-Pierre Delville).

57 Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif..., p. 391-392 (annexe I) et p. 393-395 (annexe 2).

58 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

59 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, lettre de K. Gorny à J.-M. Lustiger, 21/02/1989.

60 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

61 Photo issue des archives du Consistoire central des Israélites de France (Paris), carton « dossier carmel d'Auschwitz », déclaration de Genève, 22/02/1987.

62 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, avant-projet de la déclaration de Genève II.

63 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, avant-projet ; Deuxième rencontre judéo-chrétienne sur le carmel d’Auschwitz. Deuxième rencontre de Genève. Annonce de la rencontre et déclaration finale, dans La Documentation catholique, 84, 1938 (19/04/1987), p.459-460.

64 Jerzy Turowicz, J’ai bon espoir que c’est la dernière fois…, dans Tygodnik Powszechny. Essai sur les relations polonais-juifs. Supplément pour le 65ème anniversaire de la revue, octobre 2010, p. 21 (art. publié la première fois dans la revue en 1993, no 20).

65 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à Moïse Rahmani, journaliste amateur de Contact J, 30/01/1990.

66 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à Moïse Rahmani, journaliste amateur de Contact J, 30/01/1990.

67 Stanisław Gądecki, Conclusion, dans Vérités des uns et celles des autres (Les). Points de vue de juifs et de chrétiens sur la Shoah en Pologne. Choix d’actes du colloque de Fribourg (février 1993) et de documents, Paris, Cerf, 1995, p. 218.

68 Entretien avec S. Wilkanovicz, 13/11/2010.

69 Entretien avec M. Głownia, 11/11/2010.

70 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, état de la situation par B. Dupuy en Pologne, 15/11/1987.

71 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, état de la situation par B. Dupuy en Pologne, 15/11/1987 ; entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

72 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 48, lettre de S. Hoffenberg au directeur général de l’UNESCO, 4/04/1986.

73 Entretien téléphonique avec B. Suchecky, 22/02/2010.

74 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, farde 49, note de J. Dujardin, 23-24/04/1988.

75 Conversations avec M. Krzysztof Sliwinski à Chevetogne, les 24, 25, 26 et 27/07/1987 (documents mis à disposition par T. Barnas).

76 Michel de Goedt (1924-2009) : carme français, licencié en histoire et philologie orientales, qui pendant toute sa vie fut interpellé par le mystère du peuple juif. Pendant cinquante ans, il entretint des relations particulières avec les juifs et approfondit la réflexion théologique et historique sur le peuple d’Israël. Cf. Remise du prix de l’AJCF au père Michel de Goedt, dans Sens, 11 (2006), 46 p. ; Publications du père Michel de Goedt, ocd, dans Sens, 346 (mars 2010), p.188-192.

77 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 51, documents envoyés par le père Philippe Hugelé à Michel de Goedt concernant la fondation du carmel et sa juridiction, 8/08/1991.

78 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, lettre de J. Dujardin à T. Klein, 3/05/1990 et carton 51, lettre d’Emmanuel Renault à Michel de Goedt, 13/08/1991.

79 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 52, aspect juridique du transfert du monastère.

80 Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR d’une conversation entre S. Wilkanowicz et T. Barnas, 29/08/1990 à Ampleforth, Yorkshire (Angleterre).

81 JerzyTurowicz (1912-1999) : fondateur en 1945 de l’hebdomadaire catholique Tygodnyk Powszechny (hebdomadaire de Cracovie) dont il fut le directeur. Il fut également membre du comité de rédaction du mensuel catholique Znak. Ami personnel du pape Jean-Paul II et conseiller du cardinal Macharski, il fut aussi membre du Comité épiscopal polonais pour les relations avec le monde juif.

82 Jerzy Turowicz, J’ai bon espoir que c’est la dernière fois…, p. 23.

83 Résumé d’entretiens avec B. Dupuy à propos du carmel d’Auschwitz au centre Istina à Paris, les 15 et 17 février 1989 (documents mis à disposition par T. Barnas).

84 Remarques faites par J. Dujardin le 2/12/2011 et envoyées par mail le 13/12/2011.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/491/img-1.jpg
Fichier image/png, 125k
Titre Camp d’Auschwitz I : plan réalisé en 1994 par le musée d’Auschwitz-Birkenau
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/491/img-2.jpg
Fichier image/png, 1,4M

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable