Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’affaire du carmel d’Auschwitz (1985-1993)

 | 
Thérèse Hebbelinck

Introduction

Texte intégral

1L’affaire du carmel d’Auschwitz – controverse autour de l’installation de religieuses carmélites polonaises dans un couvent à proximité du camp d’Auschwitz – s’étend sur la période allant de 1985 à 1993. Cette présence catholique, dénoncée par les juifs, fut vécue par ces derniers comme une ingérence de l’Église dans le lieu de leur martyre et fut à l’origine d’un conflit qui ternit les relations entre le monde catholique et le monde juif pendant près d’une décennie. Au cœur de ce conflit, se retrouvent différents aspects qui en firent un enjeu central non seulement pour les relations entre juifs et catholiques, mais aussi pour les relations intra-polonaises (entre Église et État ; entre Polonais et juifs ; entre la gauche et la droite) ainsi que pour l’histoire du camp d’Auschwitz. Dans cette même affaire, différents éléments s’entremêlent : des questions mémorielles – la symbolique d’Auschwitz pour les Polonais et pour les juifs –, des données historiques– l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en Pologne et l’histoire de la guerre telle qu’elle fut racontée dans la Pologne soviétique de 1945 à 1989 –, une volonté d’établir un dialogue et des relations cordiales entre l’Église catholique et le monde juif surtout depuis le concile Vatican II et sa déclaration Nostra Aetate no 4, des problèmes de dysfonctionnement de l’institution ecclésiale, des questions juridiques et politiques liées au statut du couvent et du camp d’Auschwitz, l’ensemble du site ayant été reconnu patrimoine mondial de l’Unesco depuis les années 1970. En outre, la controverse se déroule dans une Pologne qui, depuis la création en 1980 de la fédération de syndicats Solidarność, sort progressivement de la guerre froide et du communisme mais conserve certains préjugés antisémites encore tenaces.

  • 1 Voir, à ce sujet, les dix fardes d’articles de presse collectés par la bibliothèque du Service d’i (...)
  • 2 Les personnages-clés pour lesquels nous donnons quelques indications biographiques en annexe sont (...)
  • 3 Théo Klein et Jules Chancel, L’affaire du carmel d’Auschwitz, s.l., Jacques Bertoin, 1991 ; différ (...)
  • 4 Bernard Delpal, L’affaire du carmel d’Auschwitz dans l’évolution de l’attitude catholique à l’égar (...)

2Traiter de cette affaire pose de nombreux problèmes inhérents non seulement à la complexité du sujet mais aussi à la littérature abondante qu’elle suscita et aux nombreuses archives dispersées partout en Europe et aux États-Unis. Le nombre considérable d’interlocuteurs et d’acteurs intervenus dans cette controverse – reflets de toutes les tendances et opinions s’étant exprimées à cette occasion – rend également la compréhension de celle-ci difficile, sans compter qu’une bonne connaissance de l’histoire de la Shoah, des juifs, de l’Église et de la Pologne s’avère nécessaire pour comprendre les diverses sensibilités en présence. De nombreux articles sur le sujet furent publiés au cours de la période1 ainsi qu’un ouvrage en français, « L’affaire du carmel d’Auschwitz », écrit par l’un des principaux protagonistes Théo Klein*2, alors président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), qui mena la délégation juive lors des négociations avec les catholiques en vue de la résolution du conflit. L’auteur y relate l’affaire telle qu’il l’a vécue3. Tout en analysant de manière très lucide la situation et en apportant un éclairage inédit sur la question, l’ouvrage présente des désavantages. En 1991, année de sa publication, l’affaire du carmel n’était pas encore clôturée et les protagonistes n’avaient pas encore en main toutes les clés de compréhension, ni le recul nécessaire pour saisir l’ensemble des enjeux (surtout au niveau de l’Église). De plus, l’auteur est un des témoins directs, ce qui – tout en étant un avantage pour la connaissance précise des faits – présente l’inconvénient pour cet ouvrage d’être de tendance partisane, défendant le point de vue que la relation entre juifs et catholiques était fondée sur le statu quo alors qu’au contraire l’entente entre les délégations juives et chrétiennes permit de résoudre le conflit. Notons toutefois que l’ouvrage donne de nombreuses informations sur la manière dont le monde juif s’engagea dans l’affaire du carmel, un élément peu évoqué dans notre étude. Depuis la fin heureuse de la controverse en 1993, aucun ouvrage n’a été publié en français sur l’affaire du carmel. Quelques articles abordent néanmoins le sujet : celui de Jean Dujardin* – prêtre catholique français, secrétaire du Comité épiscopal pour les relations avec le judaïsme (CERJ) de 1987 à 1999, qui occupa une place centrale dans la résolution de la controverse – publié dans son livre « L’Église catholique et le peuple juif », ou encore tout récemment, celui de l’historien français Bernard Delpal dans la « Revue d’histoire de la Shoah4 ». Jean Dujardin rappelle les principaux épisodes de la controverse et tente d’en comprendre les raisons ainsi que l’effet révélateur pour la conscience chrétienne. De son côté, Bernard Delpal rapporte également les étapes principales de l’affaire mais en les insérant dans le contexte global de l’évolution de l’Église catholique depuis Nostra Aetate jusqu’au jubilé de l’an 2000, sans ajouter d’informations nouvelles par rapport à ce qui était déjà connu.

3La présente étude ne veut pas être une redite des écrits antérieurs mais entend ajouter une pierre à la compréhension de cette affaire douloureuse qui mit à mal les relations entre juifs et catholiques au cours des années 1985 à 1993. Elle aborde l’affaire du carmel d’Auschwitz à la lumière du travail mené par les Églises de France et de Belgique pour résoudre le conflit en collaboration avec les juifs, en recontextualisant le propos dans la Pologne des années 1980 et 1990 et en tenant compte des revendications particulières manifestées pendant cette période en Belgique et en France.

Auschwitz : histoire, lieu et statut

  • 5 Sur le site d’Auschwitz, cf.Annette Wieviorka, Auschwitz, 60 ans après, Paris, Robert Laffont, 200 (...)

4Auschwitz était un complexe de camps qui recouvrait un ensemble de trois sites : Auschwitz I – Auschwitz II-Birkenau – Auschwitz III-Monowitz (constitué d’usines) ainsi que 38 camps secondaires qui faisaient également partie du complexe, le tout sur une surface d’environ 100 km2. Aujourd’hui, seuls subsistent Auschwitz I et Birkenau5. Lorsque l’on parle aujourd’hui d’Auschwitz, l’appellation recouvre deux sites.

5Auschwitz, 1er camp, appelé Auschwitz I, se trouve dans les faubourgs de la ville d’Oświęcim qui comptait, en 1989, 100.000 habitants. Pendant les deux premières années de la guerre, ce camp fut destiné aux prisonniers et déportés polonais puis soviétiques. Les premiers déportés arrivèrent en juin 1940 et les chambres à gaz commencèrent à fonctionner en septembre 1941.

6Birkenau, 2e camp, appelé Birkenau ou Auschwitz II, du nom du village de Brezinska, à 3 km du premier camp. La construction du camp de Birkenau commença en 1941. Il était initialement destiné aux prisonniers soviétiques. Après la conférence de Wannsee du 20 janvier 1942 (décision de la mise en œuvre de la solution finale), il est devenu avec ses chambres à gaz et ses fours crématoires le lieu de destination et d’extermination de 1.350.000 juifs de toute l’Europe.

  • 6 Henri Tincq, L’affaire du carmel d’Auschwitz. Les discussions entre juifs et catholiques se poursu (...)

7Birkenau fut le site proprement dit de la Shoah, mais c’est le nom d’Auschwitz qui est passé à l’histoire. Auschwitz I est quant à lui devenu pour les Polonais le lieu de leur martyre. La distinction entre Auschwitz I (camp des Polonais) et II (camp « juif ») n’est pas vraiment pertinente car le commandement des deux camps était commun. De plus, parmi les Polonais morts et gazés à Auschwitz I, beaucoup étaient juifs même s’ils furent tués en tant que prisonniers politiques, et cela jusqu’en 19416.

  • 7 Nathan Weinstock, Violation de la Convention de l’UNESCO sur le patrimoine mondial dans Micheline (...)
  • 8 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

8La controverse autour du carmel naquit en raison de son installation à proximité du premier camp d’Auschwitz I. Il était situé dans l’ancien théâtre, tout près des casernes militaires de la ville d’Oświęcim, datant d’avant la Première Guerre mondiale. Le lieu aurait servi soit à stocker les biens extorqués aux prisonniers, soit à entreposer les bidons de gaz Zyklon B, gaz utilisé pour désinfecter les vêtements mais surtout pour tuer les prisonniers dans les chambres à gaz. Les avis sur la question divergent. Après la guerre, une partie du camp passa au ministère des arts et de la culture et le gouvernement communiste fit du camp d’Auschwitz un musée national. Le reste du camp, dont l’ancien théâtre, ne fut pas inscrit dans les limites de ce musée national (dont il est séparé par un mur et des barbelés) et passa sous le contrôle de la municipalité d’Oświęcim. Celle-ci le céda à une coopérative qui l’utilisa comme dépôt. Cela n’empêcha pas le théâtre d’être inscrit comme partie constituante du camp dans l’inventaire que le gouvernement communiste polonais soumit a l’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) à la fin des années 1970 en vue de définir les limites du camp d’Auschwitz et d’en faire un lieu du patrimoine mondial. En 1978, l’ensemble du camp fut inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO sous le nom de « musée national d’Auschwitz-Birkenau ». Le théâtre quant à lui fit partie du patrimoine classé en 1979. Malgré cela, la municipalité d’Oświęcim mit le lieu de l’ancien théâtre à la disposition des religieuses pour qu’elles y installent leur carmel, connu sous le nom de « carmel d’Auschwitz7 ». Elle concéda aux carmélites un bail emphytéotique dans une perspective religieuse qui donnait aux religieuses un droit réel sur le bâtiment et leur permettait de payer un loyer modeste en contrepartie duquel elles devaient améliorer le bien mis à leur disposition8.

Notre approche de l’affaire du carmel d’Auschwitz

9Le déroulement global de la controverse du « carmel d’Auschwitz » est bien connu mais il n’est pas sans poser quelques questions. Dévoilé en 1985, le problème de la présence carmélitaine à Auschwitz ne fut résolu qu’en 1993 bien qu’un accord entre personnalités juives et catholiques soit intervenu dès 1987. Celui-ci prévoyait le départ des carmélites pour 1989. Ce long dénouement de la controverse interroge : comment se fait-il qu’il ait fallu tant d’années pour parvenir à trouver une solution ? Pourquoi l’accord de 1987 ne fut-il réellement mis en application qu’en 1993 ? Quels sont les éléments sous-jacents qui peuvent expliquer le retard pris dans la résolution du conflit ? Que révèle cette affaire du carmel ?

  • 9 La raison de ce choix s’explique par le fait que ce travail s’inscrit dans une recherche doctorale (...)
  • 10 Ces personnes sont pour la Belgique: Godfried Danneels, Thaddée Barnas, Bernard Suchecky, Georges (...)

10Si les faits sont connus, les négociations internes et les contacts entretenus entre les Églises française, belge et polonaise le sont beaucoup moins, voire pas du tout. Notre optique sera donc de montrer les soubassements des négociations, de mettre au jour ce qui fut fait « sous le manteau » par les Églises belge et française en collaboration avec la Pologne et Rome pour tenter d’apporter une solution pacifique au conflit. Pour cela, les différentes sensibilités rencontrées tant en Europe occidentale qu’en Pologne seront prises en compte et les faits et attitudes des personnes, recontextualisés dans l’époque et le lieu qui étaient les leurs lors des faits. On mettra en lumière les moyens concrets mis en œuvre par les négociateurs juifs et catholiques pour tenter de trouver une solution et pour la faire appliquer. Dans la chronologie des faits, les moments de crise et les mesures prises pour enrayer celle-ci seront mis en exergue. Dans cette veine, on proposera une réflexion sur l’affrontement entre les mémoires, mémoires juives et catholiques, mémoires polonaises et mémoires de l’Europe occidentale. En final, on s’attardera sur ce que les lieux sont devenus depuis la controverse et quelles sont les leçons et questions posées aujourd’hui encore par le conflit autour du carmel d’Auschwitz. L’accent sera mis principalement sur les actions mises en œuvre par l’Église du côté catholique pour résoudre l’affaire et moins directement sur celles des négociateurs juifs9. Les archives consultées sont principalement des archives du monde catholique et parmi celles-ci, les archives de la CNCJ ou Commission nationale catholique belge pour les relations avec le judaïsme (archives conservées au Kadoc à Louvain, auxquelles s’ajoutent celles de l’ancien secrétaire de la CNCJ, Georges Passelecq*, conservées à Maredsous) et du CERJ ou Comité épiscopal français pour les relations avec le monde juif (archives des secrétaires successifs du CERJ : Bernard Dupuy* au Saulchoir à Paris et Jean Dujardin* au CNAEF à Issy-les-Moulineaux). Les archives du CERJ conservées au CNAEF ont apporté des informations inédites et particulièrement riches sur les faits. Nous remercions le père Jean Dujardin, Bernard Barbiche et Monseigneur Henri Brincard de nous avoir permis de consulter ce fonds très important, qui apporte un éclairage central sur le déroulement et sur la résolution de ce qui fut appelé « l’affaire du carmel d’Auschwitz ». Nous remercions également les nombreuses personnes de Belgique, France et Pologne qui nous ont consacré de leur temps pour répondre à nos questions concernant ce sujet10. Leurs dires et leur expérience en la matière nous furent d’une grande aide. Le cardinal Franciszek Macharski*, archevêque de Cracovie au moment de la controverse, n’a pas répondu à notre demande d’entretien. De même, nous n’avons pas pu obtenir d’entretien avec les religieuses du nouveau carmel d’Auschwitz, la sœur tourière, Sr Maximilian, nous ayant signalé le 10 novembre 2010 que le supérieur des religieuses avait demandé aux sœurs de garder le silence sur l’affaire du carmel.

Notes

1 Voir, à ce sujet, les dix fardes d’articles de presse collectés par la bibliothèque du Service d’information et de documentation judéo-chrétien (SIDIC) à Paris. Les principaux articles en français sont : Bernard Suchecky, La christianisation de la Shoah. Le carmel d’Auschwitz, les églises de Birkenau et Sobibor, dans Esprit, 150 (mai 1989), p.98-114; Jean Dujardin, Catholiques, qu’avons-nous compris ? À propos du carmel d’Auschwitz, dans Nouvelle revue théologique, 111 (1989), p.522-536; Germaine Ribière, Réflexions à propos du carmel d’Auschwitz, dans Rencontre Chrétiens et Juifs, Paris, 82 (1986), p.5-18; Jerzy Turowicz, Un carmel à Auschwitz, traduit du polonais (art. paru le 22/06/1986 dans Tygodnik Powszechny), dans Rencontre Chrétiens et Juifs, Paris, 82 (1986), p. 40-47.

2 Les personnages-clés pour lesquels nous donnons quelques indications biographiques en annexe sont signalés par un astérisque * lors de leur première mention.

3 Théo Klein et Jules Chancel, L’affaire du carmel d’Auschwitz, s.l., Jacques Bertoin, 1991 ; différents mémoires en langue française ont aussi été réalisés sur la question, notamment Isabelle de Lovinfosse, L’affaire du carmel d’Auschwitz, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 1999 (mémoire de licence en sciences politiques et sociales). Par ailleurs, le groupe «Chrétiens solidaires» a également réuni une abondante documentation dans un dossier intitulé «L’affaire du carmel d’Auschwitz».

4 Bernard Delpal, L’affaire du carmel d’Auschwitz dans l’évolution de l’attitude catholique à l’égard des juifs et du judaïsme, dans Catholiques et protestants français après la Shoah, dans Revue d’ histoire de la Shoah, 192 (janvier/juin 2010), p. 317-337 ; Jean Dujardin, L’affaire du carmel d’Auschwitz. Chap. 5, dans Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif: un autre regard (Diaspora), Paris, Calmann-Lévy, 2003, p.243-262. Voir aussi: Bernard Delpal, Le carmel et la Shoah : à propos du carmel d’Auschwitz, dans Carmes et carmélites en France du 17ème siècle à nos jours : actes du colloque de Lyon (25-26 septembre 1997) réunis par Bernard Hours (Cerf-Histoire), Paris, Cerf, 2001, p.434-453.

5 Sur le site d’Auschwitz, cf.Annette Wieviorka, Auschwitz, 60 ans après, Paris, Robert Laffont, 2005 ; Annette Wieviorka, Auschwitz, la mémoire d’un lieu, Paris, Hachette, 2006.

6 Henri Tincq, L’affaire du carmel d’Auschwitz. Les discussions entre juifs et catholiques se poursuivent discrètement, dans Le Monde, 13/09/1989, p. 10.

7 Nathan Weinstock, Violation de la Convention de l’UNESCO sur le patrimoine mondial dans Micheline et Nathan Weinstock (éd.), Pourquoi le carmel d’Auschwitz ? (numéro 3/4 de la Revue de l’Université de Bruxelles), Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 1990, p.17-19; Henri Tincq, L’affaire du carmel d’Auschwitz…, 13/09/1989, p.10; Issy-les-Moulineaux, Cnaef, CERJ, carton 50, CR d’une conversation entre S. Wilkanowicz et T. Barnas, 29/08/1990 à Ampleforth, Yorkshire (Angleterre).

8 Entretien avec J. Dujardin, 16/06/2010.

9 La raison de ce choix s’explique par le fait que ce travail s’inscrit dans une recherche doctorale consacrée au « Discours de l’Église catholique sur le judaïsme en Belgique et en France depuis 1965 », réalisée à l’Université catholique de Louvain, sous la direction de Jean-Pierre Delville et Michel Dumoulin.

10 Ces personnes sont pour la Belgique: Godfried Danneels, Thaddée Barnas, Bernard Suchecky, Georges Schnek; pour la France:Jean Dujardin, feu Jean-Marie Lustiger, Jean Duchesne, Béatrice de Varine, René-Samuel Sirat, Ady Steg; pour la Pologne: Marek Głownia, Anne-Denise Rinckwald et Stefan Wilkanowicz.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540