Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Excavations at Sissi

 | 
Jan Driessen

10. La base de données SarPedon

Hubert Fiasse

Texte intégral

  • 1 Système de gestion de base de données.
  • 2 Le zembil est l’unité correspondant à la fouille d’un contexte archéologique jugé homogène. Le zem (...)
  • 3 Une requête est une opération qui consiste à localiser des informations spécifiques stockées dans (...)
  • 4 Il peut s’agir d’un champ texte, numérique, date, etc. … Chacun de ces champs peut être paramétré (...)

1La base de données SArPedon est construite pour les besoins de la fouille archéologique de Sissi dès juin 2007. Ce SGBD1 fonctionne avec le programme Access 2007 de Microsoft. Pour une raison de facilité de communication, le langage de la base de données est l’anglais. Cinq types d’éléments composent le matériel fouillé : zembil, object, feature, stratum, sample2. Ces différents types d’éléments ont chacun une table d’informations propre. Ces tables sont reliées entre elles – c’est le principe de base de données relationnelle – et contiennent chacune des informations spécifiques. Plutôt que de multiplier les informations, ce seront les liens entre les informations qui seront multipliés, ceci afin de permettre une plus grande capacité de mise à jour des données et une économie en termes d’espace informatique. Ce SGBD permet de naviguer dans cet immense flot d’informations et, éventuellement d’en extraire les informations voulues au moyen d’une requête3. Une table se compose de différents champs. Ces champs ont eux aussi des relations bien particulières. Chaque champ possède ses propres caractéristiques4. Nous avons choisi ce système relationnel pour deux raisons : La simplicité d’usage ; La possibilité d’établir des combinaisons de façon illimitée entre les tables.

Fig. 10.1. RELATIONS ENTRE LES TABLES DE LA BASE DE DONNÉES SARPEDON

  • 5 Pour des raisons de légèreté de stockage, les données média sont liées et non incorporées.

2Le graphique (fig. 10.1) représente la diversité des tables de données et leurs relations au sein de la base de données SArPedon. En rouge, la table zembil par laquelle transitent la plupart des informations de la fouille. Dans le cadre noir, au centre du graphique, les éléments object, feature, stratum, et sample. Notez la direction des flèches relationnelles qui représente la spécificité de chacune d’elles : certaines sont à sens unique, d’autres bidirectionnelles. Le cadre bleu, à droite, représente les données de type média (croquis, photos, vidéos, pages de notebook, …) liées elles aussi dans les tables5.

  • 6 Un formulaire est l’interface entre les tables, les requêtes et les données à encoder. Il est conç (...)

3Comme nous l’avons dit, la table zembil permet de cadencer la notification générale du système d’enregistrement SArPedon. C’est pourquoi nous la décrirons plus longuement par l’intermédiaire de son formulaire6. Les formulaires object, feature, stratum, et sample ne seront pas expliqués.

4Tout d’abord, commençons par énoncer la structure de la terminologie des éléments.

Fig. 10.2. EXEMPLE DE NOMENCLATURE DE ZEMBIL

5Ci-dessus (fig. 10.2), voici l’exemple d’un zembil notifié de la zone 4 en 2008 que nous écrivons comme suit : 08-04-0647. Le numéro du zembil prend quatre digits à contrario des autres types qui n’en prennent que trois. Nous pouvons donc, si le besoin en est, encoder jusqu’à 9999 zembils dans une zone pour la même année.

Fig. 10.3. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE DESCRIPTION DU FORMULAIRE ZEMBIL

6Dans l’encart supérieur de la figure 10.3, encadrés en rouge, trois champs doivent être notés en priorité : le numéro de zone, le zembil number et le registrar pour le nom de la personne qui encode la fiche zembil. Sans ces champs, la base de données ne peut fonctionner correctement. En bleu, le numéro d’identification du zembil (ou zembil ID) est généré automatiquement. Il s’agit d’une clé primaire qui assure la filiation nodale dont tout le système d’enregistrement SArPedon hérite.

  • 7 Il est évidement possible de le modifier.

7Le champ date est rempli directement selon la date du jour7. Trench peut indiquer le numéro de tranchée. Space/ room offre la possibilité d’indiquer le nom d’un espace ou d’une pièce défini arbitrairement. Note book page correspond au(x) numéro(s) de page(s) du notebook en relation avec le zembil encodé.

Fig. 10.4. BOUTONS DE NAVIGATION DU MENU ZEMBIL

8Toujours situés dans la partie supérieure du formulaire, six boutons (fig. 10.4) permettent de naviguer à travers les différent zembils de la base de données ou de créer un nouveau zembil. Le dernier bouton de droite offre la possibilité d’effectuer une recherche spécifique dans un champ voulu. Cet en-tête, que nous venons de décrire, reste toujours visible pour un même zembil, quel que soit les champs parcourus. Il en est de même pour les autres types d’éléments (object, feature, stratum, sample). Sous ce menu, cinq signets surplombent l’ensemble (fig. 10.5). Ils permettent de se déplacer dans les rubriques suivantes : description, coordinates, pictures, apothiki, harris matrix.

Fig. 10.5. ONGLETS DE NAVIGATION DE LA PAGE DU FORMULAIRE ZEMBIL

9Dans l’onglet description, les champs location of zembil, remarks, description of soil composition traitent des caractéristiques générales du sol et de la localisation du zembil.

10En dessous de ces trois champs, quatre cadres (fig. 10.6) représentent les autres familles déjà rencontrées plus haut. Chaque famille possède sa propre couleur : object en vert, feature en rose, stratum en bleu, sample en jaune.

Fig. 10.6. INTERFACE DE NAVIGATION DU FORMULAIRE ZEMBIL POUR LES TYPES OBJECT, FEATURE, STRATUM, ET SAMPLE

11Dans chaque cadre, le bouton Insert offre la possibilité d’insérer une nouvelle liaison entre le zembil et un autre type d’élément. Le programme introduit machinalement le zembil ID dans la nomenclature de la nouvelle insertion.

12Prenons comme exemple le tableau ci-dessous (fig. 10.7) pour un nouveau sample inséré dans notre zembil 0804-0647 :

Fig. 10.7. EXEMPLE DE NOMENCLATURE DE SAMPLE

13Nous écrivons ce nouveau sample comme ceci : 08-04-0647-SA001. La variable zembil ID prend automatiquement la forme 08-04-0647 en s’intégrant dans le nouveau sample. Il reste ensuite à l’encodeur à indiquer le numéro de sample. Il en va de même pour les autres types d’éléments à intégrer à partir d’une fiche zembil.

14Notons que l’abréviation des objects, features, stratums et samples est la suivante : Stratum = ST, Object = OB, Feature = FE, Sample = SA.

15La numérotation des objects recommence à partir de zéro à chaque nouveau zembil. Les features et les stratums s’ordonnent en une liste continue. Les samples ont un chiffre précis en fonction de leur nature et ne répondent en rien à un souci d’énumération (fig. 10.8).

Fig. 10.8. TABLEAU DES CORRESPONDANCES SAMPLE NUMBER ET LEUR NATURE

16En dessous du bouton Insert, le bouton View permet de se connecter directement à la fiche de l’élément sélectionné au préalable. Grâce à l’utilisation de ces cadres, l’encodeur visualise en un coup d’œil le contenu d’un zembil. Il peut aussi explorer le contenu grâce à de simples clics de souris sur les éléments affichés dans les cadres.

  • 8 Système d’information géographique, logiciel permettant d’utiliser des données géographiques.

17L’image ci-dessous (fig. 10.9) représente l’onglet Coordinates dans lequel 24 champs sont disponibles pour entrer les coordonnées spatiales du volume du zembil fouillé : quatre points pour le sommet, quatre pour la base. Ces champs sont d’une importance capitale pour le référencement géographique. Ils sont exportables aisément selon différentes formes de fichiers vers les programmes informatiques de type SIG8.

Fig. 10.9. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE COORDINATES DU FORMULAIRE ZEMBIL

18L’unité est le mètre. On parlera ici de coordonnées relatives prises en rapport à un point de référence de la zone de fouille. Un script réalisera par la suite leur exportation en coordonnées absolues. Pour cela, il faut connaître la position absolue du point de référence géographique de la zone.

19Notons aussi la présence d’un champ Sketch où l’on peut mentionner la page du ou des croquis réalisés dans le notebook.

Fig. 10.10. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE PICTURES DU FORMULAIRE ZEMBIL

20Dans l’onglet Pictures (fig. 10.10), il est possible de lier quatre images du zembil. Le bouton Add or Modify picture ouvre une fenêtre d’exploration afin de sélectionner l’image correspondante. Celle-ci est, d’une part, instantanément pré-visualisée dans l’un des cadres réservés à cet effet, et, d’autre part, l’adresse relative et le nom de l’image sont automatiquement introduits dans les champs coordinates de la table zembil.

21En bas de cette page, trois champs nommés Notebook picture number, drawings, et video peuvent fournir d’éventuelles informations complémentaires : des correspondances de pages de notebook pour photos ou dessins, ou encore des références de vidéos.

22Les photos ou dessins suivent la même logique de nomenclature.

23Ils sont numérotés comme suit :

  • P = Picture
  • D = Drawing

Fig. 10.11. EXEMPLE DE NOMENCLATURE DE PICTURE OU DRAWING

24Pour une photo, nous écrivons l’exemple ci-dessus (fig. 10.11) comme ceci : P08-04-0647-SA001-001.

25L’onglet Apothiki (figs. 10.12 & 10.13) – ou entrepôt en français – traite des informations concernant l’analyse du matériel après la fouille. À l’abri des contraintes du terrain, ces analyses précisent ici la description du zembil. Même si elles se déroulent après la fouille proprement dite, elles sont consignées dans la même base de données. Nous avons fait ce choix pour quatre raisons :

  1. La personne qui encode ces analyses post-fouille doit avoir un accès limpide aux données de terrain ;
  2. Limitation de la perte de données (pas de réinterprétations, données toujours mises à jour quotidiennement) ;
  3. Un meilleur feedback vers l’encodeur de terrain (meilleure orientation le lendemain lors de la fouille, meilleure interprétation) ;
  4. Suivi des données mutuel plus constant.

Fig. 10.12. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE APOTHIKI DU FORMULAIRE ZEMBIL

  • 9 Le formulaire Apothiki est présent uniquement dans les types zembil et object.

Fig. 10.13. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE APOTHIKI DU FORMULAIRE ZEMBIL (SUITE)9

26Dans l’onglet Harris Matrix (fig. 10.14), la stratigraphie peut être reconstituée par les relations de postériorité et d’antériorité entre les zembils en contact. À l’aide d’une liste déroulante, l’encodeur peut sélectionner un ou plusieurs zembils pour un seul champ (utilisation de champs multi-valués destinés à simplifier le traitement des relations de type plusieurs-à-plusieurs).

Fig. 10.14. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE HARRIS MATRIX DU FORMULAIRE ZEMBIL

  • 10 La batterie du CF-19 garantit jusqu’à 7 heures de fonctionnement même dans les conditions extrêmes
  • 11 Pour cela, il suffit de faire tourner l’écran de 10,4” à 180 degrés à la verticale et de le faire (...)
  • 12 Pas d’apprentissage nécessaire.

27Enfin, pour clôturer cet aperçu de la base de données SArPedon, nous introduirons brièvement l’utilisation conjointe de six Panasonic Toughbook CF-19. Nous avons choisi ce type d’ordinateur – dès juillet 2008 – pour faciliter l’encodage sur le terrain de fouille. Initialement conçus pour l’armée, ces ordinateurs répondent à tous les besoins de l’archéologie crétoise : très bonne résistance aux chocs, à la chaleur, à la poussière, à l’humidité, écran lisible en plein soleil, autonomie de batterie accrue10. En plus de ces qualités, ce pc portable se transforme facilement en Tablet PC convertible11. Cette nouvelle classe d’ordinateurs portables se présente sous la forme d’un écran tactile et d’un stylet (figs. 10.15 & 10.16), ce qui permet à l’encodeur d’écrire ou de dessiner manuellement à l’écran directement dans la base. Le système reconnaît les déplacements du stylet grâce à une reconnaissance de l’écriture naturelle12. L’affichage à l’écran peut se faire en mode portrait ou paysage sans devoir redémarrer le système d’exploitation.

28Le développement de cette nouvelle technologie in situ, couplée à notre SGBD SArPedon, est convaincant à plus d’un titre :

  1. Le travail d’encodage est fait une seule fois ;
  2. Les données sont directement insérées dans une base de données interrogeable à tous moments ;
  3. Le formulaire du SGBD restreint les erreurs d’encodage grâce notamment aux listes déroulantes et aux masques de saisie ;
  4. L’homogénéité des résultats est optimisée ;
  5. Transfert des données quotidien vers l’apothiki amélioré ;
  6. Les caractères romains évitent tout problème d’illisibilité.
  7. …..

Fig. 10.15. UTILISATION DU PANASONIC TOUGHBOOK CF-19 LORS DES FOUILLES DE SISSI EN JUILLET 2008 (H. FIASSE)

Fig. 10.16. UTILISATION DU PANASONIC TOUGHBOOK CF-19 LORS DES FOUILLES DE SISSI EN JUILLET 2008 DANS LA ZONE 2 (H. FIASSE)

Notes

1 Système de gestion de base de données.

2 Le zembil est l’unité correspondant à la fouille d’un contexte archéologique jugé homogène. Le zembil est défini par ses coordonnées spatiales et la nature du sédiment fouillé. Des structures fixes liées à l’activité humaine (features), objets (objects), échantillons de sol (samples) et tessons de céramique peuvent y être associés. Dans un contexte archéologique clair où des séquences de dépôt sont aisément identifiables, le zembil peut être assimilé à l’unité stratigraphique. Dans le cas contraire, la définition d’un zembil est laissée à l’appréciation du fouilleur. En fonction de nouvelles découvertes ou des analyses à l’entrepôt, ce dernier pourra éventuellement associer plusieurs zembils pour reconstituer une unité stratigraphique. L’interruption de la fouille à la fin d’une journée de travail clôture le zembil.

3 Une requête est une opération qui consiste à localiser des informations spécifiques stockées dans une ou plusieurs tables.

4 Il peut s’agir d’un champ texte, numérique, date, etc. … Chacun de ces champs peut être paramétré pour forcer l’utilisateur à encoder selon un modèle bien précis. L’homogénéité de l’encodage d’une base est l’une de ses premières qualités.

5 Pour des raisons de légèreté de stockage, les données média sont liées et non incorporées.

6 Un formulaire est l’interface entre les tables, les requêtes et les données à encoder. Il est conçu pour mieux visualiser les informations et diminuer les erreurs d’encodage grâce à une plus grande convivialité.

7 Il est évidement possible de le modifier.

8 Système d’information géographique, logiciel permettant d’utiliser des données géographiques.

9 Le formulaire Apothiki est présent uniquement dans les types zembil et object.

10 La batterie du CF-19 garantit jusqu’à 7 heures de fonctionnement même dans les conditions extrêmes.

11 Pour cela, il suffit de faire tourner l’écran de 10,4” à 180 degrés à la verticale et de le faire pivoter sur le clavier.

12 Pas d’apprentissage nécessaire.

Table des illustrations

Légende Fig. 10.1. RELATIONS ENTRE LES TABLES DE LA BASE DE DONNÉES SARPEDON
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 10.2. EXEMPLE DE NOMENCLATURE DE ZEMBIL
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 10.3. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE DESCRIPTION DU FORMULAIRE ZEMBIL
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 10.4. BOUTONS DE NAVIGATION DU MENU ZEMBIL
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 10.5. ONGLETS DE NAVIGATION DE LA PAGE DU FORMULAIRE ZEMBIL
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 10.6. INTERFACE DE NAVIGATION DU FORMULAIRE ZEMBIL POUR LES TYPES OBJECT, FEATURE, STRATUM, ET SAMPLE
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 10.7. EXEMPLE DE NOMENCLATURE DE SAMPLE
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 10.8. TABLEAU DES CORRESPONDANCES SAMPLE NUMBER ET LEUR NATURE
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 10.9. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE COORDINATES DU FORMULAIRE ZEMBIL
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 10.10. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE PICTURES DU FORMULAIRE ZEMBIL
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 10.11. EXEMPLE DE NOMENCLATURE DE PICTURE OU DRAWING
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 10.12. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE APOTHIKI DU FORMULAIRE ZEMBIL
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 10.13. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE APOTHIKI DU FORMULAIRE ZEMBIL (SUITE)9
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 10.14. CAPTURE D’ÉCRAN DE LA PAGE HARRIS MATRIX DU FORMULAIRE ZEMBIL
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 10.15. UTILISATION DU PANASONIC TOUGHBOOK CF-19 LORS DES FOUILLES DE SISSI EN JUILLET 2008 (H. FIASSE)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 10.16. UTILISATION DU PANASONIC TOUGHBOOK CF-19 LORS DES FOUILLES DE SISSI EN JUILLET 2008 DANS LA ZONE 2 (H. FIASSE)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/468/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540