Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles sous expertise(s) / Expertise and Juvenile Violence

 | 
Aurore François
, 
Veerle Massin
, 
David Niget

Postface

Les ruses de l’expertise

Michel Chauvière

Texte intégral

1La question posée à l’origine de cet ouvrage n’était pas des plus faciles. S’agissant de la dite violence juvénile, comment analyser le rôle de l’expertise dans la construction d’une formulation recevable et possiblement utile de cette manifestation de force, plus souvent publique que privée, émanant d’une tranche d’âge particulière : les mineurs adolescents ?

2L’introduction invitait les auteurs à investir la problématique devenue courante du « gouvernement du risque » par l’expertise, sachant que l’on peut y prendre le risque comme une donnée objective incontournable ou simplement le considérer comme une variable devenue envahissante. En réponse, les objets soumis à examen sont ici nombreux et variés, notamment du point de vue géographique et culturel. Ils concernent aussi bien la transgression des normes urbaines et les problèmes de sécurité, la culture jeune et son expression sous la forme de bandes, l’approche psychiatrique de la dangerosité, l’anticipation des violences, les mesures d’investigation, la détention ou les conséquences de la déjudiciarisation, etc.

  • 1 Un ouvrage précurseur : Jean-Yves Trepos, La sociologie de l’expertise, Paris, PUF, Que sais-je ?, (...)

3En complément, une postface se doit d’examiner plus largement les tenants et aboutissants de cette ressource pour l’action collective, tant au plan social que politique, en partant tout à la fois des exemples proposés dans le volume, de travaux ou réflexions consacrés à ce thème et de différentes observations ou expériences vécues. Autant que possible, il faut donc situer la question de l’expertise transversalement par rapport à toutes ces situations problématiques. En d’autres termes, il faut essayer de dégager de cette pratique quelques grandes caractéristiques objectivables tout en évaluant et sa contingence et surtout sa relativité1.

1. Situations d’expertise

  • 2 Voir Denis Saint-Martin, « Expertise », in Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, Pauline Ravinet (ed. (...)

4En première approche, on peut écrire que l’expertise revêt ordinairement deux formes principales2 : soit elle intervient directement sur la définition d’un problème, voire sur la mise en œuvre d’une politique publique, en prenant parfois le nom d’évaluation ; soit elle intervient plus indirectement sur les représentations, les idées, les normes qui les affectent, aussi bien avant, pendant qu’après et de façon assez libre. Dans un cas, l’expertise est proche de la décision et se fait par nécessité normative ; dans l’autre cas, elle est plus distante, plus diffuse et potentiellement plus cognitive. Avec le risque que l’expertise devienne une sorte d’équivalent général, autrement dire que toute prise de position soit qualifiée d’expertise par ses auteurs, qu’elle qu’en soit la source, la consistance et la destination. Les chercheurs, toujours soucieux de leur liberté problématique, sont parfois confrontés à ces différentes formes de demande et de pratique, qui les laissent hésitants sur la stratégie à suivre.

  • 3 Un exemple bien connu d’organisation pérenne : l’association Droits de l’enfant international et s (...)
  • 4 On pense ici aux 80 organisations rassemblées en mai 2010 à Paris dans des États générEux pour l’e (...)

5Cependant, on pourrait encore élargir le champ dans deux directions : d’abord en y intégrant l’import/export international des concepts et réalisations en l’espèce, autrement dit la circulation souvent erratique des « bonnes idées et bonnes pratiques », via les organisations internationales ou européennes, les missions, colloques et autres manifestations plus ou moins académiques ; puis en y rattachant la question controversée du point de vue démocratique de l’expertise populaire, c’est-à-dire des avis et préconisations émanant de citoyens organisés, qu’on les nomme ayants droit ou usagers, jeunes, familles ou habitants, justiciables ou victimes, professionnels, organisations pérennes3 ou encore collectifs éphémères4. Au total, l’expertise apparaît comme une construction sociale multiforme pour le moins complexe, face à laquelle il semble prudent de faire l’hypothèse que les pratiques qualifiées d’expertise ne sont sans doute pas toujours aussi rationnelles ni aussi transparentes qu’on pourrait l’imaginer ou le souhaiter. C’est donc aussi l’écart entre l’idéal type et les situations concrètes qu’il faut essayer de creuser.

6À ce stade, on peut suggérer trois types principaux d’expertise :

  • 5 Voir Michel Chauviere, Marcel Jaeger, « Démocratie consultative ou administration consultative ? L (...)

7Une expertise consultative, la plus ancienne, la plus souvent anonyme, comme catégorie d’action complémentaire de la démocratie participative5, mais entièrement soumise à l’arbitraire et à l’opacité du décideur. Dans ce cas, l’action publique a surtout besoin de l’expert pour se légitimiter, pour faire avancer certaines idées, pour créer autour d’elles des consensus indispensables à la domination politique du problème, plus souvent qu’à sa résolution.

  • 6 Voir Philippe Bezes, Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Pa (...)
  • 7 Sur l’évaluation, voir Yves-Charles Zarka, « L’évaluation : un pouvoir supposé savoir », Cités. Ph (...)
  • 8 Voir Michel Chauviere, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris (...)

8Une expertise technocratique, partie intégrante de la tentative contemporaine de rationalisation de l’action publique par le New public management6. La croyance qui la fonde et désormais bien intériorisée par les acteurs, est que la sélection et la manipulation des bonnes informations garantissent une action pertinente, efficace et efficiente. Cette expertise est génératrice d’un marché externalisé des experts, voire de carrières d’experts, impliquant son double, l’évaluation, activité normative également structurée comme un marché7. Le tout fait système et contribue à populariser une conception managériale voire quasi industrielle des politiques publiques, tout spécialement dans les domaines sociaux, socio-éducatifs, socio-judiciaires ou médico-sociaux8.

  • 9 Loïc Blondiaux, « Représenter, délibérer ou gouverner ? Les assises politiques fragiles de la démo (...)

9Enfin, une expertise populaire émanant de groupes sociaux constitutifs de la société civile, parfois appuyée par des savants ; c’est une manière d’entrée dans la conflictualité politique partant de la production d’autres chaînes argumentatives ; c’est en cela une forme indispensable de contre-pouvoir démocratique. Cependant, pour contrebalancer le pouvoir des maîtres, des clercs et autres spécialistes, une forte expertise publique et populaire reste difficile à instituer, ne serait-ce qu’en raison du caractère élitiste et prétorien de l’expertise dite savante. Toute l’expérience des conseils de quartier et des diverses pratiques de démocratie participative au plan local donne des résultats pour le moins mitigés sur ce point9.

10Cette esquisse de typologique conduit transversalement à quelques interrogations essentielles qui structureront la suite du propos, hors comparaisons internationales. Qui sont les experts ? Que font les experts dans l’action publique, spécialement dans le cas d’expertises commanditées, plus faciles à repérer ? Quels sont les savoirs mis en œuvre par l’expertise et quel est le degré d’autonomie de l’expert ? Mais aussi, et de manière plus analytique, de quoi le recours aux experts fait-il symptôme, dans les conditions sociopolitiques et économiques que nous traversons ?

2. Qui sont les experts ?

11Cette première question peut paraître simple. Pourtant le monde de l’expertise ne se laisse pas facilement saisir par un regard extérieur. Une certaine opacité le constitue autant qu’elle le protège. Qui devient l’expert ? Dans quel contexte, comment et pour qui le devient-on ?

12Le monde de l’expertise, quelles qu’en soient les applications, est en effet mal connu. Sans doute est-ce parce que ce monde, habité par toutes sortes de « spécialistes » n’ayant pas toujours les mêmes façons de faire, ni surtout les mêmes stratégies individuelles et/ou collectives, n’est pas homogène et ne constitue pas un groupe social. Dans le domaine examiné ici, à savoir les violences juvéniles, on trouve en effet des médecins, notamment des psychiatres, mais aussi des psychologues, et bon nombre de juristes, parfois des criminologues (ces derniers étant presque formatés pour de telles missions). On trouve aussi, mais, semble-t-il, dans une moindre mesure, des professionnels de la prise en charge spécialisée, des sociologues, ou encore des anthropologues. Il ne faut pas oublier les nouveaux experts arrivés durant la toute dernière période, intervenant moins sur le fond ou les enjeux de la violence que sur le management des réponses à lui opposer ; ainsi en va-t-il des multiples conseils en audit financier, en management des organisations, en démarche qualité ou en évaluation des résultats, dont le commerce prospère. Pour compléter ce tableau, notons le rôle expert des communicants, habiles à fabriquer des « éléments de langage » pour les politiques, ni celui des médias et des journalistes, qui agissent comme diffuseurs d’informations au travers de chroniques ou de brefs pseudo débats d’idées sur mille et un sujets de société. Ce faisant, tous instillent, jour après jour, et souvent sans autre contrôle que l’audimat et leurs propres inclinaisons, des représentations sociales toutes faites, sans preuves scientifiques suffisantes ni réelles controverses publiques.

13Enfin, si les experts entretiennent une assez forte invisibilité, c’est peut-être aussi parce la part de leur activité consacrée à des actions d’expertise, notamment au service de la décision politique, n’est pas toujours des plus avouables, pas davantage du reste que le niveau de leurs émoluments pour ce faire. D’autant que les exemples sont légion de mis au rancart, de non diffusion, de refus de publication… de nombre de ces travaux pourtant bien rémunérés. À moins que ce soit le prix du silence ! Certains placards dans les ministères regorgent de ces travaux oubliés. De véritables morgues ! Sur ce gaspillage des talents pèse comme une omerta. Parfois, la publicité ou la communication gouvernementale rend public certains résultats, mais c’est un peu l’arbre qui cache la forêt. Manifestement, il existe bel et bien un part cachée de l’expertise.

14Généralement, pour devenir expert, il faut détenir un certain nombre de ressources considérées comme rares ou incontournables et être reconnu puis sollicité comme tel, par une autorité légitime. Cependant, à égalité de compétences, il est évident que tous les détenteurs ne deviennent pas des experts, autrement dit tous ne sont pas invités au transfert ce qu’ils savent, ou ce qu’ils sont sensés savoir, vers un décideur public (ou bien vers certaines entreprises), en contrepartie de gratifications matérielles et/ou symboliques. L’expertise s’inscrit donc dans un processus à écluses. Il faut être connu ou repéré, avoir été choisi, puis être sollicité ; après quoi, il faut accepter en négociant plus ou moins les conditions de la prestation, avant de se mettre au travail (ou de sous-traiter !) et in fine, il faut encore que le résultat et son emballage confirment la confiance qui a été mise en vous. C’est d’ailleurs pourquoi toute expertise comporte une part de risque. Aucun expert n’est jamais sûr de l’utilisation qui sera faite de ses propositions, même quand l’argumentation est pertinente. L’efficacité d’une expertise n’est en aucune manière liée à sa qualité intrinsèque. C’est donc un rapport social très particulier : personnalisé, asymétrique, éphémère, hasardeux, mais aussi possiblement influent et renouvelable.

3. Que font les experts ?

15Face à un problème donné, vu les incertitudes et enjeux qui pèsent sur sa définition ou sur les orientations à prendre, ou bien alors parce que de nouveaux chantiers politiques ont été annoncés publiquement auxquels il faut sans plus tarder donner suite, parfois même en faisant semblant pour gagner du temps, certaines personnes relevant de disciplines choisies sont donc appelées à se comporter comme des experts et elles en acceptent le défi. Normalement, ces personnes devraient être dûment sélectionnées pour le savoir particulièrement utile qu’elles détiennent, soit que leur domaine disciplinaire ou professionnel est directement concerné soit au contraire qu’il est suffisamment éloigné du problème. Mais ce n’est là qu’un idéaltype. Que font exactement ces personnes ? Cette seconde question est un peu plus compliquée.

16Prosaïquement, formellement, les experts produisent sur commande des énoncés souvent courts (observations, diagnostics, préconisations) et ils les transmettent à qui de droit. Cependant, cette approche formelle n’est pas suffisante, car en réalité la forme n’est guère séparable du contenu même de l’expertise. De manière générale, il y a toujours une combinaison de cadre et de contenu. En outre, il faut compter avec la personnalité de l’expert, ses propriétés sociales, ses projets, sa stratégie, ses marges de manœuvre.

  • 10 J’ai le souvenir d’une bibliographie des travaux sur « Famille et solidarités » pour l’Année inter (...)

17Partant, on peut essayer de classer sommairement les expertises, au moins selon le degré d’indépendance de leurs auteurs. Ainsi peut-on s’attendre à trouver, de temps en temps, des « écritures à prendre ou à laisser », sans garanties d’utilité, ni même de réfutabilité. Pour faire trace en quelque sorte. Avec le sentiment d’un possible profit ultérieur, selon la conjoncture. Un peu moins indépendantes sont ensuite les « bilans et synthèses » des connaissances disponibles sur un sujet. Mais les auteurs sont parfois trop critiques pour être utilisables10. Plus techniques et plus faciles à opérationnaliser par les décideurs, sont les « suggestions de classements, déclassements, reclassements » de données déjà connues, une variante des bilans sans la critique. Enfin, on trouvera souvent des « propos habilement ficelés » et conformes, mais avec élégance, au message subliminal de la commande. Cependant, dans presque tous les types, un double interdit semble exister, que les experts intériorisent plus ou moins vite : sur le doute qui n’a pas sa place dans une activité de conseil et d’influence es qualité et sur la problématisation qui est trop fondamentalement contraire à la normativité recherchée : « on ne vous demande pas une pensée évolutive, mais un produit utilisable ».

18Les experts ne sont donc pas réductibles à leur mission vertueuse d’éclairer ou de légitimer la décision publique, de façon extérieure et indépendante. La réalité est tout autre. La plupart acceptent en effet, plus ou moins sciemment, d’être dans la connivence, en validant les implicites de la commande, le plus souvent sans se risquer d’aucune manière à la déconstruire. Cela semble d’ailleurs récurrent dans la plupart des pays développés comparables. Si variations il y a, elles portent surtout sur le régime accordé à l’expertise, entre socialisation et fort encadrement dans l’expérience de la planification et liberté totale, au risque de l’arbitraire.

  • 11 Ainsi un rapport d’évaluation réalisé en 1995 à la demande du ministre de la Santé sur l’architect (...)

19Pour autant, complices ou non, élaborées ou bâclées, les expertises produisent toutes des énoncés nourrissant des savoirs et des croyances. Au reste, les rapports d’expertise publiés sont assez souvent cités et parfois même ceux que les autorités refusent d’éditer11. Il faut donc admettre qu’il existe, malgré tout, une fonction culturelle des expertises, au-delà même de leur utilité immédiate, qu’on les apprécie ou qu’on les rejette comme citoyen. De façon visible ou invisible, elles participent, pour une part, à la légitimation des nouvelles représentations sociales recevables d’un problème et à son placement dans la hiérarchie des questions à traiter. Le travail plus ou moins instrumentalisé de mise en forme et scénarisation des possibles est donc aussi un travail culturel d’invention et de valorisation de nouvelles catégories d’appréhension du réel, à destination d’un plus large public et souvent grâce au relais des moyens de communication modernes. Que cette influence soit pour partie masquée n’empêche pas son efficacité relative. Un tel enjeu est sans doute encore plus net, quand il s’agit des mineurs, tant le passage par l’opinion publique est important pour les décideurs et pour les acteurs.

  • 12 Après les grandes converses sur les médicaments ou certains accidents sanitaires de ces dernières (...)
  • 13 C’est le thème de la dernière livraison de la mission « Recherche Droit et Justice » au ministère (...)

20Resterait tout de même à mieux comprendre comment l’expert s’acquitte concrètement de sa tâche. Fait-il lui-même le travail de recherche des données, puis d’écriture ? Utilise-t-il des « nègres » ? Qui fourbit et peaufine son travail avant de le remettre ? Mais aussi : les experts croient-ils toujours en leurs expertises12 ? Pendant qu’inversement, on devrait également s’intéresser au degré de dépendance des décideurs, dans tous les domaines concernés, à l’égard des experts ; ainsi le juge face à l’expert, dans des domaines réclamant des connaissances techniques très approfondies13.

4. Derrière une commande d’expertise

21La « lettre de commande » est toujours une pièce essentielle, dont l’écriture est tout à la fois personnalisée et simplifiée. Elle doit être considérée ici comme un message codé qui cache des enjeux multiples, volontairement laissées dans l’implicite, pour une opération plus ou moins discrète, plus ou moins tenue à l’écart du débat démocratique, « pour mieux y préparer » ajoute-on quelquefois non sans malice. Le moment historique et la façon même dont le problème est proposé aux experts trahissent quelques-uns de ces implicites et formatent par avance et pour partie la réponse.

22Si l’on prend le cas de la France ces dernières années, les différentes écluses de l’expertise apparaissent clairement dans un ou deux exemples. Quand le pouvoir politique veut changer la justice pénale en direction des mineurs, que fait-il ? Il s’appuie sur quelques événements fortement médiatisés. Il construit un argument de poids : « le dommage causé à la victime est le même, quelque soit l’âge du délinquant » (ainsi parlait Rachida Dati, Garde des sceaux en 2007). Puis, sur cette base, il cherche à déstabiliser les représentations sociales des questions d’âge et de gravité des faits qui fondent classiquement la distinction des majeurs et des mineurs. Pour cela différents experts sont alors requis.

23C’est à eux, partant du « droit des citoyens à la sécurité » – ce que personne n’est susceptible de contester – qu’il revient de décliner le nouveau référentiel dans les principaux domaines concernés. Le rapport publié en 2009 à l’issue des travaux d’une commission de 32 membres (élus, magistrats et autres professionnels de justice plus quelques professeurs) présidée par André Varinard (Recteur d’académie, professeur de droit pénal à l’université Lyon III Jean-Moulin), est tout à fait analysable selon cette grille. Son titre est d’ailleurs très explicite : « Entre modifications raisonnables et innovations fondamentales : 70 propositions pour adapter la justice pénale des mineurs ».

  • 14 Voir l’introduction d’Aurore François et David Niget.

24Pour faire bouger les lignes, sous couvert de livrer des propositions dans un espace incertain entre « modifications raisonnables et innovations fondamentales », ce rapport fait d’abord varier la terminologie (par exemple, « sanctions éducatives » remplace « mesures éducatives ») ; puis il redéfinit toutes sortes de normes : ainsi, l’approche de la récidive, l’évaluation de la gravité des faits, l’intérêt de la société et celui des victimes, ou encore les seuils de la responsabilité pénale (12 ans ou 13 ans ?), les nouveaux placements, la durée des délais, la place des parents, l’inscription au casier judiciaire, etc. Tous ces éléments cognitifs, qui ne seront pas forcément adoptés, font néanmoins système pour mieux délégitimer progressivement les représentations couramment admises du problème posé. Il s’agit que régressent en douceur certaines représentations longtemps partagées. Ainsi l’idée que pareille violence peut être soit exercée soit subie, ou le constat qu’un même jeune peut être coupable et victime, ou encore le souci qu’une articulation du pénal et du civil est nécessaire en l’espèce. D’ailleurs, l’appel à contribution du présent ouvrage allait du reste explicitement dans ce sens en voyant dans la violence des jeunes un phénomène complexe, tout à la fois « intime et social », qui oscille entre « l’objectivité de ses manifestations et la subjectivité de sa perception »14. C’est à eux, les experts, qu’il revient de naturaliser et de radicaliser l’opposition des (f)auteurs et des victimes, de façon à justifier la nécessité de pénaliser davantage les uns, en l’espèce les mineurs « coupables », selon un jeu de normes renouvelées, en contrepartie d’une défense plus forte et plus affichée des autres (majeurs ou mineurs « victimes »), conformément à la doxa sécuritaire. Bref, il leur revient d’être les opérateurs discrets d’un véritable travail idéologique, hors science mais en s’autorisant de la science.

  • 15 Corrélations, comme dans l’exemple abondamment commenté et surtout contesté en France d’un rapport (...)

25Dans ces exemples récents, l’expert n’est donc pas celui qui simplement propose un diagnostic des situations problématiques, au risque de l’analyse et du débat, mais bien plutôt celui qui accepte de fournir plus ou moins publiquement mais toujours avec autorité des arguments et notamment des corrélations entre des phénomènes observables par tout un chacun15, chiffres et expériences étrangères à l’appui si nécessaire, de façon à mieux faire passer une réforme difficile en contribuant surtout à modifier les représentations sociales dominantes. Ce faisant, il sert aussi à alimenter toute la messagerie médiatique au service du pouvoir et corrélativement à miner et déminer tout à la fois le débat démocratique. Quand une nouvelle orientation de l’action publique risque d’être controversée, l’une des solutions efficaces consiste à mobiliser quelques experts complices ou très proches du milieu politique, pour organiser une pseudo concertation qui n’est autre, en définitive, qu’un leurre démocratique.

5. L’expertise comme symptôme

26L’idée la plus courante, qui veut que l’expertise – une pratique au demeurant aussi ancienne que la vie politique elle-même – soit toujours utile et même nécessaire à l’action publique et plus précisément à la décision, pour l’éclairer par l’introduction de données scientifiques ou de préconisation rationnelles, contre le risque des passions politiques, n’est donc guère défendable. Au contraire, la croissance de ce type d’intervention est surtout à considérer comme un symptôme, révélant soit une incertitude cognitive qu’il faut contrer par tous les moyens ; soit un déficit de légitimité qu’il faut absolument combler ; soit encore, une stratégie de pure communication qu’il faut étayer, etc.

27Dans un moment d’inflation plus règlementaire que réellement législative, de recul de l’État protecteur et garant des libertés publiques et de démultiplication des programmes d’intervention, tout spécialement au plan local, le recours à l’expertise sur toutes sortes de sujets qui menacent autant les pouvoirs que les populations (ainsi la violence des jeunes) ne servirait-elle pas aussi à compenser l’incompétence relative des élus et autres décideurs. D’autant qu’en transférant aux dits experts la responsabilité non des choix mais des arguments, ces derniers se réservent le bénéfice éventuel des résultats s’ils s’avéraient positifs et exploitables, et inversement, en cas d’échec, ils disposent d’une possible justification : « nous avons été mal conseillés ! ». Et à ce petit jeu, c’est manifestement l’approche la plus technocratique qui l’emporte aujourd’hui. C’est pourquoi, pareille captation du « pouvoir de conseiller et d’influer » pose évidemment un problème démocratique.

28Face à cette situation, il importe de revenir aux formes et enjeux de l’expertise populaire, collective par nature et le plus souvent proposée hors des canons de l’expertise supposée savante. Pareille expertise trouble en effet le jeu de connivence entre décideurs et experts choisis. Imposer des formes hétérogènes d’expertise produit un forçage qui ouvre malgré tout et souvent dans le conflit l’espace feutré de la décision pour imposer plus de transparence, plus de délais, plus de controverses aussi, au service de la démocratie. Mais ces contre-pouvoirs sont fragiles et somme toute assez faibles, sauf cas exceptionnels. Si, l’expertise tire une partie de sa force de son positionnement savant et élitiste, le plus souvent loin des mouvements sociaux et hors les institutions de la démocratie consultative classique, on comprend qu’il soit difficile d’imposer de véritables contre-expertises.

  • 16 Robert Castel a souvent repris cette formule. Voir son dernier ouvrage : Robert Castel, La Montée (...)
  • 17 Voir Valérie Boussard, Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Paris, Belin, 2008.

29Pour conclure ces quelques remarques et hypothèses, on peut écrire que le développement de la fonction experte et la multiplication des experts signent aujourd’hui une double évolution du politique. D’une part, ces pratiques accentuent la mise en question de la hiérarchie instituée des normes indispensables à une « société de semblables »16 pour ne favoriser que celles qui servent la vision néolibérale (individualisation, concurrence, activation, qualité, sécurité, etc.). D’autre part, elles sont les instruments, parmi d’autres, du rabattement de l’action publique continue sur autant de politiques publiques et surtout de programmes discontinus qu’il y a de problèmes différenciés à traiter, selon le modèle de l’entreprise productive, dans la cadre du New public management. En d’autres termes, loin de les fortifier, l’expertise se substitue aux doctrines globales devenues déficitaires, en même temps qu’elle nourrit et légitime la segmentation utilitariste de l’action politique couplée à une gestion optimale du capital humain. Pareilles évolutions nécessitent en effet toujours plus d’experts : en amont dans le cadre de l’instruction stratégique et médiatique des programmes de l’agenda, selon les nouvelles normes, avant leur mise en œuvre par des opérateurs instrumentalisés (appels d’offres et cahier des charges) et, en aval, dans le cadre de l’évaluation continue et harcelante des performances réalisées par les « entreprises » mandatées et leurs « ressources humaines » (efficacité et surtout efficience)17. Dans ces usages contemporains, l’expertise a donc pour fonction essentielle de dépolitiser certaines problématiques pour imposer d’autres cadres d’interprétation du monde, encore politiques mais désormais compatibles avec l’idéologie néolibérale de plus en plus hégémonique. Quand la banlieue « brûle », on s’interroge sur les jeunes émeutiers, non sur la crise urbaine ou la précarisation de masse.

30Cependant, comme l’ont bien montré quelques exemples nationaux ou internationaux, évoqués dans cet ouvrage ou dans la postface, certains mouvements sociaux, certaines pratiques professionnelles réussissent de temps en temps à retourner l’expertise et à imposer des contre-expertises utiles, non sans effets. La démocratie, la défense des droits et l’exigence intellectuelle demeurent donc, en la matière, les meilleures des références.

Notes

1 Un ouvrage précurseur : Jean-Yves Trepos, La sociologie de l’expertise, Paris, PUF, Que sais-je ?, n° 3119, 1996.

2 Voir Denis Saint-Martin, « Expertise », in Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, Pauline Ravinet (ed.), Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Les Presses de sciences Po, 2004.

3 Un exemple bien connu d’organisation pérenne : l’association Droits de l’enfant international et ses branches nationales, comme suite à la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989.

4 On pense ici aux 80 organisations rassemblées en mai 2010 à Paris dans des États générEux pour l’enfance en résistance aux États généraux convoqués à la même date par le gouvernement. Voir Cahier de Doléances, éditions Pétra, mai 2010, (disponible à la Ligue des droits de l’homme).

5 Voir Michel Chauviere, Marcel Jaeger, « Démocratie consultative ou administration consultative ? Les enjeux des conseils », in Vie sociale, CEDIAS, n° 2, 2005.

6 Voir Philippe Bezes, Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, PUF, 2009 ; voir aussi Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

7 Sur l’évaluation, voir Yves-Charles Zarka, « L’évaluation : un pouvoir supposé savoir », Cités. Philosophie, Politique, Histoire, n° 37 ; « L’idéologie de l’évaluation la grande imposture », mars 2009, p. 113-123 ; voir aussi : Roland Gori, « Évaluer : la nouvelle manière de donner des ordres », in Roland GORI, De quoi la psychanalyse est-elle le nom ? Démocratie et subjectivité, Paris, Denoël, 2010, p. 117-181.

8 Voir Michel Chauviere, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris, La Découverte, 2010 (1ère édition, 2007).

9 Loïc Blondiaux, « Représenter, délibérer ou gouverner ? Les assises politiques fragiles de la démocratie participative de quartier », in Loïc Blondiaux, Gérard Marcou, François Rangeon (ed.), La démocratie locale. Représentation, participation et espace public, Paris, PUF, 1999.

10 J’ai le souvenir d’une bibliographie des travaux sur « Famille et solidarités » pour l’Année internationale de la famille (1994) qui n’a jamais été publiée. Trop critique. Résultat : nous en avons fait, quelques années plus tard matière à un article beaucoup plus libre dans Sociologie du travail. Voir Michel Chauviere, Michel Messu, « Les apories de la solidarité familiale. Contribution à la sociologie des configurations de justice entre les familles et l’État, dans le cas français », in Sociologie du travail, volume 45, n° 3, décembre 2003, p. 327-342.

11 Ainsi un rapport d’évaluation réalisé en 1995 à la demande du ministre de la Santé sur l’architecture de la formation des travailleurs sociaux en France n’a jamais eu les honneurs de la Documentation française. Il est vrai que nous n’avions pas répondu tout à fait à la commande d’une sorte d’audit. Pour autant, l’information a largement circulé et différentes versions ont été débattues dans le dos des commanditaires ! Voir Daniel Villain et al., Évaluation du système de formation des travailleurs sociaux en France, ministère de la Santé, direction de l’Action sociale, 1995 (inédit).

12 Après les grandes converses sur les médicaments ou certains accidents sanitaires de ces dernières années, Pierre Lascoumes pense que l’expertise n’est plus aussi sûre d’elle. Voir Pierre Lascoumes (ed.), « Avant-propos de Expertise et action publique », in Problèmes politiques et sociaux, n° 912, La Documentation française, mai 2005. Voir aussi Pierre Lascoumes, Patrick Le Gales, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de sciences politiques, 2004.

13 C’est le thème de la dernière livraison de la mission « Recherche Droit et Justice » au ministère français de la Justice et des Libertés. Voir notamment l’éditorial de Marc Domingo, « Une justice sous influence. Le juge face à l’expert », in Recherche Droit et Justice, n° 35, novembre 2010.

14 Voir l’introduction d’Aurore François et David Niget.

15 Corrélations, comme dans l’exemple abondamment commenté et surtout contesté en France d’un rapport de l’INSERM repris par un parlementaire, M. Benisti peu avant le plan gouvernemental de prévention de la délinquance juvénile de 2008, sur les troubles du comportement constatables dès la crèche et un possible parcours de délinquance ultérieur. La prévention précoce devient dès lors prédictive. Voir notamment l’appel du collectif Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans, repris dans un ouvrage collectif (Erès, 2006) et dans les Cahiers de Doléances des États générEux pour l’enfance, éd. Pétra, mai 2010.

16 Robert Castel a souvent repris cette formule. Voir son dernier ouvrage : Robert Castel, La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Le Seuil, 2009.

17 Voir Valérie Boussard, Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Paris, Belin, 2008.

Auteur

(CERSA, CNRS/Université de Paris II)
Michel Chauvière est directeur de recherche au CNRS, membre du CERSA (centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques), CNRS/université de Paris 2, en France. Ses travaux portent sur les politiques du social, du socio-judiciaire et du familial, sur les acteurs privés et publics, avec un intérêt particulier pour la production des politiques publiques, les institutions et leur régulation, les processus de professionnalisation des intervenants, les mouvements sociaux et la mise en œuvre des dits « droits des usagers ». En 2004, il a signé chez Dunod un ouvrage sur Le travail social dans l’action publique. Sociologie d’une qualification controversée ; en 2007, il a publié à La Découverte, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation (réédité en 2010 avec une préface originale) et, en 2008, il a codirigé avec M. Borgetto, Qui gouverne le social ?, Dalloz.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable