Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles sous expertise(s) / Expertise and Juvenile Violence

 | 
Aurore François
, 
Veerle Massin
, 
David Niget

Les « violences urbaines » revisitées par les « nouveaux experts en sécurité »

Étude d’un cas d’expertise de violences juvéniles

Konstantinos Delemitsos

Texte intégral

1La question de la violence, et plus particulièrement celle de la violence juvénile, préoccupe depuis bien longtemps nos sociétés. La France n’a pas échappé à cette règle, bien au contraire ; tout au long du xxe siècle, la problématique de la violence juvénile a été interrogée périodiquement dans le débat public. Circonscrite à de multiples contextes, elle est chaque fois abordée suivant la logique et les préoccupations des groupes d’acteurs qui construisent à son endroit un discours uniforme et se font ainsi une certaine place dans le débat public relatif.

2Dans la constellation des interlocuteurs établis dans ce débat, est venue s’introduire au cours de la dernière décennie du xxe siècle, une nouvelle catégorie d’acteurs. Il s’agit d’un ensemble de personnes à trajectoires personnelles et professionnelles différentes qui se sont néanmoins érigées en tant qu’ » experts en matière de sécurité », et plus particulièrement en matière de sécurité urbaine. Par le biais d’une analyse de contenu opérée sur un corpus constitué des principaux ouvrages traitant de la violence juvénile et publiés depuis l’apparition de ces nouveaux acteurs sur le devant de la scène publique, nous nous intéressons à la rhétorique, aux formes d'argumentation et aux représentations qu’ils véhiculent. Ce choix méthodologique assure une certaine uniformité de registre, car ces écrits offrent aux auteurs en question la possibilité de développer leur réflexion et d’élaborer leur raisonnement sans les contraintes de temps et d’espace inhérentes aux éventuels corpus alternatifs (interventions médiatiques, littérature grise, articles dans la presse généraliste ou spécialisée).

3Consécutif à ce travail, cet article se veut une contribution à l’analyse de ce discours, et plus particulièrement à la façon dont est abordée la question de la violence juvénile. Il est articulé en trois parties. La première retrace sommairement les principales conditions sociopolitiques ayant favorisé l’émergence de ce pôle d’acteurs. La deuxième est consacrée à l’examen de l’expertise de la violence juvénile avancée dans les travaux des « nouveaux experts ». Quant à la troisième partie, elle s’oriente vers une analyse narrative du même échantillon, en soulignant quelques principes de la mise en récit de la violence juvénile.

1. L’émergence des « nouveaux experts en sécurité »

1.1. Le contexte sociopolitique

  • 1 Ministère de l’Intérieur, Service de l’information et des relations publiques, Des villes sûres po (...)
  • 2 Jean-Yves Trepos, La sociologie de l’expertise, Paris, PUF, 1996, p. 15.
  • 3 Fondé en 1989, l’Institut des hautes études en sécurité intérieure est remplacé en 2004 par l’Inst (...)
  • 4 Annie Collovald, « Des désordres sociaux à la violence urbaine », in Actes de la recherche en scie (...)

4Au tournant des années 1990, la Gauche gouvernementale réinterroge sa façon de se positionner sur la question de la délinquance et cette démarche la conduit à désigner la lutte contre l’ » insécurité » comme deuxième grande priorité du nouveau gouvernement, derrière le chômage1. Dans le contexte de la décentralisation, les maires dotés d’un rôle plus important en matière de police s’investissent dans ce domaine plutôt inexploré jusque là par eux et leurs services, notamment pour compenser ce qu’ils identifient comme une perte de légitimité auprès de leurs électeurs imputable à l’échec de la Politique de la ville. L’émergence de cette dernière dans les années 1980 avait suscité des expertises en ingénierie sociale et urbaine2 qui ont contribué à familiariser les collectivités territoriales avec divers intervenants extérieurs issus des entreprises privées. La même période, l’IHESI3 a vu le jour, fondé sous l’égide du ministre de l’Intérieur : cet institut rassemble du personnel politique et administratif, des universitaires, des chercheurs et des professionnels de la sécurité (policiers, magistrats…) et s’impose peu à peu comme pôle de recherche et de formation en matière de délinquance. Simultanément, les médias, après avoir identifié au cours des années 1980, la « question des banlieues » à travers le prisme de l’intégration problématique de ses habitants immigrés, se focalisent, à l’aube de la décennie suivante, sur les jeunes des banlieues issus d’immigrations et identifiés comme violents, tout en faisant glisser la question des rubriques société/politique vers celle des faits divers4.

5En d’autres termes, au cours des années 1990, une modification radicale s’opère sur la façon dont les élites politiques et médiatiques, nationales et locales appréhendent les questions des grands ensembles. Pris dans un changement de « paradigme », privilégiant dorénavant la violence, et plus particulièrement la violence juvénile comme registre de lecture, ces élites se trouvent devant la nécessité de déchiffrer une nouvelle réalité sociale. Les outils théoriques et méthodologiques dont elles disposaient jusqu’alors pour appréhender cette question, notamment dans le sillage de la prévention sociale qui affirmait la priorité de l’éducatif sur le répressif, leur semblent dorénavant inopérants voire obsolètes. C’est singulièrement le cas des Contrats locaux de sécurité (CLS) qui ont rendu systématiques et obligatoires les diagnostics de sécurité, sans pour autant fixer en amont de cahier des charges sur lequel les élus locaux et leurs services auraient pu s’appuyer.

  • 5 Franck Sina, Champ de la sécurité et prévention des illégalismes. Pour une analyse sociologique de (...)
  • 6 Éric Heilmann, « La vidéosurveillance, un mirage technologique et politique », in Laurent Mucchiel (...)
  • 7 Éric Chalumeau, Patrick Glorieux, « L’expertise en matière de sécurité », in Revue française d’adm (...)
  • 8 Laurent Bonelli, La France a peur. Une histoire sociale de l’« insécurité », Paris, La Découverte, (...)

6Face à ce vide conceptuel et opérationnel, en d’autres termes face à cette demande sociale inédite, une nouvelle catégorie d’acteurs sociaux est venue apporter une réponse. Il s’agit des cabinets privés dont l’investissement a été renforcé aux côtés des édiles locaux, dans une logique « d’expertise en sécurité5 », produisant souvent des analyses simplistes confortant les convictions ou les représentations de leurs commanditaires6. Si au tournant du siècle, on dénombre une soixantaine de sociétés privées actives sur ce nouveau marché7, deux cabinets en occupent la plus grande part : Espace Risk Management et AB Associates8. Président et seul salarié d’AB Associates, Alain Bauer parvient à signer en quelques années des dizaines de CLS avec les collectivités territoriales.

1.2. Les acteurs

  • 9 Actuellement Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

7Juriste de formation, nanti d’un DESS en politique et gestion des organisations et membre du Parti Socialiste dès son adolescence, Alain Bauer intègre en 1988 le cabinet de Michel Rocard et participe à la création de l’IHESI. En 1993, il rejoint la Science Application International Company, et devient son vice-président pour l’Europe. L’année suivante, il crée à Paris sa propre société privée de conseil en sécurité. Après avoir participé à la 7e session d’auditeurs de l’IHESI en 1996-1997, il est nommé membre de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme de 2000 à 2003, et de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité de 2005 à 2007. Actuellement il préside, entre autres, le Conseil d'orientation de l’Observatoire national de la délinquance9 (depuis 2003), le Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégiques (depuis 2009), la Commission nationale de la vidéosurveillance (depuis 2007) ainsi que plusieurs groupes de travail sur les forces régaliennes françaises. Quant à ses activités d’enseignement, outre sa nomination en 2009 à la Chaire de criminologie du Conservatoire national des arts et métiers qui a suscité une importante polémique, Alain Bauer enseigne aux universités de Paris I, II et VI, à l'École des officiers de la Gendarmerie nationale, à l'École nationale de la magistrature, et à l'École nationale supérieure de police, ainsi qu’aux États-Unis et en Chine.

8Lorsque Alain Bauer publie, en 1998, un Que sais-je ?, en collaboration avec le journaliste et écrivain Xavier Raufer, il donne le coup d’envoi à une entreprise qui aura des répercutions importantes sur le champ de la sécurité intérieure. En ce qui le concerne, Xavier Raufer – Christian de Bongain de son vrai nom –, militant d’extrême droite dans sa jeunesse, débute sa carrière en tant que journaliste spécialisé dans le terrorisme, activité qui le met en contact avec les hiérarchies policières et militaires françaises. À partir des années 1980, il publie quelques dizaines d’ouvrages et d’articles sur le terrorisme qui se caractérisent par la présentation d’une menace communiste exagérée et la pathologisation des militants de la gauche, avant de se pencher sur la délinquance nationale et internationale. Ancien conseiller de Charles Pasqua et de Jacques Chirac, il enseigne, entre autres, à l’Institut de criminologie de l’Université Paris-II-Panthéon-Assas, à l’École des hautes études commerciales, en Écosse et en Chine. Recruté en 1993 aux Presses universitaires de France par l’intermédiaire de Pascal Gauchon, ancien leader d’extrême droite, il y dirige les collections Criminalité internationale et Défense et défis nouveaux, ainsi que la collection Arès à CNRS-Éditions.

  • 10 Alain Bauer, Xavier Raufer, « Insécurité intérieure et défense nationale », in Le Figaro, 27 novem (...)
  • 11 Bonelli, La France a peur…, p. 171.

9La ligne de pensée et d’action de ces deux auteurs a été explicitée dans un article paru le lendemain de la création des CLS10. Après avoir fustigé le « rêve arrogant et archaïque de l’État dans lequel il gère seul la défense et la sécurité », ils invitent l’institution à s’ouvrir à des partenaires nouveaux, des « experts venus du privé et des entreprises spécialisées », dans le but d’élaborer ensemble une nouvelle doctrine et une nouvelle action en matière de sécurité intérieure. Depuis lors, Alain Bauer et Xavier Raufer déploient leur stratégie d’acquisition de visibilité nationale et de légitimité professionnelle par le biais d’une riche production livresque. Publiée pour une bonne partie chez PUF et dans sa collection phare Que sais-je ?, de façon à bénéficier de la légitimité universitaire de cette maison d’édition, ce travail éditorial s’adresse tant à des acteurs engagés dans le champ de la sécurité qu’au grand public. Si cette littérature est publiée pour partie en nom propre et pour une autre en binôme, les deux hommes n’ont pas manqué d’œuvrer en synergie avec nombre d’autres auteurs. Ces synergies, issues souvent des rencontres effectuées à l’occasion de formations proposées par l’IHESI11, prennent la forme tantôt de co-écriture d’un ouvrage, tantôt d’une introduction ou d’un préambule assuré par les deux acteurs principaux. De la sorte, se regroupent sous la houlette du binôme susmentionné, du moins au niveau bibliographique, des auteurs porteurs d’un discours homogène quant à ses traits significatifs. Parmi ces auteurs figurent notamment Christophe Soullez, chef du département de l'OND à l’INHESJ, Richard Bousquet, ancien commissaire divisionnaire de la Police nationale et membre de la Direction du Syndicat des commissaires et des hauts fonctionnaires de la Police nationale (SCHFPN), et André Michel Ventre, commissaire, ancien secrétaire général du SCHFPN et président de l’INHESJ depuis 2009.

  • 12 Notons encore que nous rejoignons à ce propos L. Mucchielli en reprenant son expression « nouveaux (...)
  • 13 Catherine Paradeise, « Rhétorique professionnelle et expertise », in Sociologie du travail, 1985, (...)
  • 14 Jacques Theys, Bernard Kalaora, La Terre outragée, Paris, Autrement, 1991, p. 190.
  • 15 Le cas de l’ONDRP offre un exemple paradigmatique d’une instance d’expertise collective en sécurit (...)

10C’est l’ensemble de ces acteurs que l’on entend ici par « nouveaux experts en matière de sécurité »12. Notons à ce propos que l’épithète « nouveaux » renvoie moins à une originalité du discours propagé, qu’à une nouveauté en termes de provenance professionnelle, à savoir le privé et les entreprises spécialisées et non pas des filières classiques telles que la justice, les forces régaliennes ou encore la communauté académique. D’autre part, le terme d’« expert » vient de l’adoption du vocable utilisé par ces personnes pour se désigner au moment de leur irruption dans l’arène publique française (cf. supra). Cependant, lors de nos recherches, nous avons pu identifier dans leurs travaux un recours fréquent à ce que Catherine Paradeise qualifie de « rhétorique classique de l’expert », qu’il s’agisse de la « rhétorique du besoin » (ils répondent avant tout à un besoin social) ou de celle du « monopole » (ils sont les seuls à apporter la réponse appropriée)13. Or, quelle que soit son style narratif, l’expression d’une connaissance, supposée ou réelle, « ne revêt […] valeur d’expertise que dans la mesure où elle s’articule à un processus décisionnel et c’est précisément cette articulation qui lui confère valeur d’expertise14 ». Nous postulons alors que ce qui avalise en définitive en tant qu’experts dans leur domaine d’activité, les auteurs ici étudiés, ne peut être que la reconnaissance dont ils jouissent de la part des décideurs politiques et administratifs, aussi bien au niveau local que national. Reconnaissance cristallisée par l’instauration des instances de consultance, l’assignation au sein de ces instances de ces « nouveaux experts », et leur implication toujours croissante aux décisions touchant à la sécurité intérieure15.

2. L’expertise des violences urbaines

11Il s’agit maintenant d’étudier l’expertise de la violence juvénile avancée dans les travaux des « nouveaux experts », c’est-à-dire des textes qui se veulent d’une compétence technique produisant une analyse à des fins d’application. C’est sans doute la raison pour laquelle les travaux mentionnés, bien qu’ils posent un état des lieux et un diagnostic étiologique, mettent prioritairement l’accent sur la formulation des préconisations. Néanmoins, dans un premier temps, il nous semble intéressant d’examiner le vocable même que ces acteurs mobilisent pour délimiter l'objet de leur préoccupation.

2.1. L’expertise de quelle violence ?

  • 16 Alain Bauer, Christophe Soullez, Violences et insécurité urbaines, PUF, Paris, 2007, p. 10 (Que sa (...)
  • 17 Chalumeau, Glorieux, « L’expertise en matière de sécurité... », p. 399-412.

12Les travaux qui retiennent notre attention traitent pour l’essentiel de la violence juvénile, la question du trafic des substances illégales et d’autres activités d’économie souterraine y étant également mais très minoritairement abordée. Pourtant, les « nouveaux experts » choisissent d’aborder la violence des jeunes à travers le prisme des « violences urbaines » qu’ils considèrent comme « des actes juvéniles collectifs commis de manière ouverte et provocatrice et créant dans la population un fort sentiment d'insécurité16 ». Si pour les « nouveaux experts » la définition avancée est à attribuer aux Renseignements généraux, pour d’autres auteurs le terme serait à limiter à une série de notions telles que les « incivilités » ou la « police de proximité » qui trouvent leurs racines dans le travail fait au sein de l’IHESI17.

13Quoiqu’il en soit, notre étude porte sur les types de violences sur lesquels se focalisent les « nouveaux experts ». En effet, dans l’ensemble des comportements violents développés par des adolescents et des jeunes adultes, ils ne retiennent que ceux manifestés de façon collective sur les lieux publics et semi-publics et engendrant des manifestations d’angoisse, ainsi que l’expression d’intimidation des victimes ou des témoins directs et indirects. Les critères retenus produisent un effet filtrant, évacuant un certain nombre d’actes violents n’y correspondant pas. Leur ambiguïté produit des effets contraires, au sens où elle permet d’amalgamer des actes délinquants et des actes non réprimés pénalement ou administrativement (les « incivilités ») ; des ressorts (violence lucrative, ludique, expressive, contestataire, etc.) et des supports différents (psychologique, à main nue, à l’arme blanche, etc.), ainsi que des rapports avec le temps et l’espace différents (à l’école, dans les stades, aux transports, aux centres commerciaux, lors des manifestations, etc.).

14Si notre échantillon relève quelques efforts marginaux pour établir des distinctions, l’ensemble des ces comportements sont in fine traités en bloc et considérés comme des manifestations particulières du même phénomène social. Ce choix énonciatif d’apparence insignifiante est à mettre en corrélation avec les oppositions internes à leur champ d’activité. Comme Loïc Wacquant le souligne à partir des travaux de Joseph Gusfield :

  • 18 Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, 2006, p. 149.

[…] le procès de production d’un « problème de société » s’achève typiquement par l’octroi d’une sorte de « propriété » revenant à ceux des agents en concurrence qui sont parvenus à définir avec autorité sa nature et ses remèdes. Dans le cas des banlieues « en crise », la prééminence initiale accordée aux urbanologues, éducateurs et spécialistes du social va être rapidement battue en brèche par le discours policier et la cristallisation d’une florissante industrie d’expertise privée en « sécurité urbaine »18.

15En d’autres mots, en imposant un vocabulaire marqué par des termes tels que « violences urbaines » et « incivilités », les « nouveaux experts » ont avancé un nouveau prisme de compréhension des désordres sociaux qui neutralise leurs dimensions politiques. Un fort capital symbolique leur revient automatiquement, leur permettant ainsi de s’établir dans une position sinon hégémonique, du moins privilégiée pour répondre aux offres d’expertise sur les « banlieues », à destination des dirigeants politiques.

2.2. L’état des lieux

  • 19 Richard Bousquet, Insécurité. Sortir de l’impasse, Paris, LPM – J.M. Laffont, 2002, p. 117.
  • 20 Xavier Raufer, L'explosion criminelle. Les réponses, Paris, Valmonde et Cie, 2002, cite les exempl (...)
  • 21 Raufer, L’explosion criminelle..., p. 66-68. L’auteur cite les propos d’un pompier, d’un syndicali (...)

16L’état des lieux de la violence juvénile effective est jalonné tout d’abord de faits divers violents aussi différents que les affrontements entre bandes, les agressions d’agents dépositaires de l’autorité publique ou les quelques dizaines de mises en cause qui constituent l’itinéraire personnel d’un multirécidiviste. Qualifiés « d’exemples rapportés par la presse [qui] sont évocateurs19 », ces incidents plutôt extraordinaires, sont généralement présentés sans référence à leur caractère représentatif. Leurs points communs semblent être le profil des auteurs présumés ou réels, tous issus de quartiers populaires et portant des noms à consonance étrangère20 ; l’absence relative d’implication politique ; leur important retentissement médiatique leur assurant une place dans la mémoire collective. Ces évènements se trouvent de temps à autre corroborés par la citation de propos attribués à des agents des forces régaliennes, considérés comme des « hommes de terrain »21 et revêtant alors sous la plume « experte » les qualités d’un regard de proximité, voire de l’intérieur. Avancés sous couvert d’anonymat, sans précision du contexte dans lequel ils ont été recueillis, ces propos tendent habituellement à opérer une reconstitution alarmante de la situation.

17Les incidents et les propos évoqués s’articulent à un effort conséquent de reconstitution quantifiée de la réalité violente. On mobilise et on accumule alors des chiffres tirés, pour ceux dont l’origine est précisée, à la fois des systèmes de comptabilisation officiels, des autres outils statistiques reconnus par les spécialistes ainsi que des sondages journalistiques traitant du « sentiment d’insécurité ». Avant de porter notre intérêt sur chacune de ces grilles, notons que les chiffres avancés sont, dans leur grande majorité, en constante augmentation, particulièrement dans les ouvrages publiés jusqu’à l’année 2002.

  • 22 Alain Bauer, Stéphane Quere, Jean-Luc Besson, Géographie de la France criminelle, Paris, Odile Jac (...)
  • 23 L’État 4001 est la traduction statistique des procédures diligentées par les services de police et (...)

18L’essentiel des travaux « experts » touchant aux « violences urbaines » repose sur l’appareil statistique tenu par les forces régaliennes, quoique décrit souvent comme « partiel, parcellaire et partial22 ». Ainsi, les « nouveaux experts » juxtaposent de façon répétitive des données non croisées, non mises en perspective et surtout ils les avancent sans remettre en question dans le fond leurs nombreuses faiblesses. En effet, à l’instar de toute statistique policière, l’État 400123 présente deux déficiences majeures : l’omission, car une partie seulement des délits et des contrevenants figurent sur les listes officielles, et la distorsion systématique puisque ces délits et ces contrevenants ne peuvent pas être représentatifs de tous les contrevenants et tous les délits commis pendant une certaine période, sur un certain territoire.

  • 24 Laurent Mucchielli, « Faire du chiffre : le “nouveau management de la sécurité” », in Mucchielli ( (...)

19Outre ces critiques diachroniques, Laurent Mucchielli, quant à lui, met en exergue la pression faite aux fonctionnaires durant la période 2002-2006, pour garantir l’obtention des résultats espérés en matière de délinquance24. Contraints par un système de primes et de blâmes d’inspiration Outre-Atlantique de produire des « bons chiffres », les policiers et les gendarmes ne peuvent recourir qu’à diverses techniques novatrices.

S’il faut faire baisser les chiffres, on peut refuser d’enregistrer des plaintes, enregistrer dans le seul registre de main-courante qui n’est pas pris en compte dans la statistique, déqualifier un délit en contravention, rassembler plusieurs faits dans un seul enregistrement, retarder la transmission au-delà de la clôture mensuelle de l’enregistrement.

  • 25 Parmi ces index figurent principalement – mais pas exclusivement – l’usage et le recel de stupéfia (...)

20Ainsi, la source principale d’alimentation de l’État 4001 , à savoir le public, est suffisamment affaiblie pour entrainer le fléchissement de la courbe de délinquance. Ensuite, pour faire augmenter les taux d’élucidation, les services de l’ordre se sont concentrés sur des cibles « rentables ». C’est ainsi que s’explique la hausse remarquable des délits enregistrés à la police des étrangers (52 %), des infractions à la législation sur les stupéfiants (40 %, il s’agit particulièrement des fumeurs de cannabis), et des Infractions envers des personnes dépositaires de l’autorité publique (IPDAP). Ces infractions sont automatiquement élucidées dès que constatées, voire provoquées, à savoir les fréquentes IPDAP commises lors des contrôles « au faciès ». De la sorte, le ratio entre affaires répertoriées et affaires résolues devient mécaniquement favorable aux forces régaliennes et à leurs dirigeants politiques. Enfin, l’augmentation du taux d’élucidation a été renforcée par une subtile préférence au recueil des plaintes pour atteintes aux personnes, catégorie d’infractions qui présente l’avantage non négligeable d’avoir des auteurs présumés aisément repérés car dénoncés pour la plupart par les victimes elles-mêmes. L’ensemble de ces manipulations visant à faire du « bon chiffre » produisent une série de distorsions tourmentant l’État 4001, dont certains index présentent des taux d’élucidation supérieurs à 100 %25.

  • 26 L’échelle Bui-Trong fut remplacée en 1999 par le Système d’Analyse Informatique de Violences Urbai (...)
  • 27 Raufer, L’explosion criminelle…, p. 11.
  • 28 Bousquet, Insécurité…, p. 128.

21Parallèlement à l’État 4001, les « nouveaux experts » ont recours régulièrement à des outils statistiques propres à la police française, à vocation de mesurer l’évolution des « violences urbaines ». Il est question ici de la très controversée échelle Bui-Trong et de ses « successeurs »26 qui présentent a priori une actualité violente plus préoccupante que celle illustrée par les données officielles. Les « nouveaux experts » font également un usage passablement détourné des enquêtes de victimation et d’auto-confession. Si les premières ne sont mises en valeur que pour leur vocation à refléter une réalité de la violence bien plus prononcée que celle dépeinte par les statistiques policières27, les secondes le sont pour appuyer l’argument d’un rajeunissement et d’un endurcissement des mineurs contrevenants, idée émergeant régulièrement sous la phrase banalisée « délinquants toujours plus jeunes, toujours plus violents, toujours plus réitérants », ainsi que pour justifier la théorie des 5 %, c’est-à-dire des petits noyaux de jeunes délinquants ultra-actifs et violents tyrannisant les quartiers populaires28. Quant aux sondages portant sur le « sentiment d’insécurité », utilisés sans questionnement des conditions de leur élaboration, ils servent à justifier l’omniprésence du concept d’« insécurité » dans les travaux « experts ». Objectivée, présumée en augmentation devant la hausse des « violences urbaines », l’« insécurité » est présentée in fine comme à l’origine des préoccupations des « nouveaux experts » et elle sert d’élément de légitimation du discours articulé autour d’elle ainsi que des personnes qui le propagent.

2.3. Le diagnostic étiologique

  • 29 Raufer, L’explosion criminelle…, p. 8.
  • 30 Bousquet, Insécurité…, p. 91.
  • 31 Luc Rudolph, Christophe Soullez, Insécurité : la vérité, Paris, J.C. Lattès, p. 71.
  • 32 Bousquet, Insécurité…, p. 86-87.
  • 33 Christophe Soullez, Les violences urbaines, Toulouse, Milan, 2006, p. 37.
  • 34 Ibid., p. 36-37.

22Le deuxième axe des travaux « experts » esquisse les contours d’un diagnostic étiologique du phénomène sur lequel ils se penchent. En premier lieu, le registre explicatif adopté est celui des motifs des comportements violents des jeunes impliqués dans les « violences urbaines ». La première piste avancée est celle d’une tentative, plus ou moins organisée, de « sanctuarisation » de certaines zones « visant à protéger le business criminel29 ». Certains auteurs vont jusqu’à décrire une « véritable guerre [...] déclarée à la police30 », voire une « intifada à la française31 ». Il est toutefois intéressant de noter que la même argumentation, à savoir la protection des réseaux d’économie souterraine, est utilisée à l’égard de territoires classés sensibles par les forces régaliennes mais n’ayant pas constitué le théâtre de « violences urbaines » depuis un certain temps32. La deuxième piste renvoie à l’origine ethnique des auteurs des violences. Plus précisément, les « nouveaux experts » sont unanimes à affirmer, explicitement ou implicitement, que les « violences urbaines sont des infractions perpétrées en grande majorité par des jeunes issus de l’immigration [et sont alors des violences révélatrices d’un] un fossé culturel entre ces jeunes et les autres membres de la société33 ». Le degré, voire la possibilité d’intégration dans la société française, souvent qualifiée de « société républicaine », des populations immigrées sont alors mis en question, dans le but de faire allusion à une « islamisation » des émeutiers. Enfin, une troisième piste quant aux motifs des jeunes violents est explorée de façon moins prononcée ; elle évoque des dysfonctionnements d’ordre psychologique qui seraient récurrents chez ces derniers34.

  • 35 Alain Bauer, Emile Perez, L'Amérique, la violence, le crime. Les réalités et les mythes, Paris, PU (...)

23Si le premier registre explicatif se focalise sur les motifs des auteurs des « violences urbaines », le deuxième interroge le rôle de la réaction sociale, tant formelle qu’informelle. Les observations avancées dans ce cadre se regroupent sous l’appellation de la règle des trois A : aveuglement, angélisme, amateurisme. Cet axiome postule que nombre de structures de régulation sociale sont prises dans un cercle vicieux de déni et d’exportation du problème, ce qui entraîne une réaction inopportune de leur part. De la Justice « laxiste » à la Famille « démissionnaire » en passant par l’Éducation nationale « dépassée » et par une bonne partie de l’élite politique assujettie à un « intégrisme de l’excuse absolutoire au nom de la victimation sociale35 », à l’exception des forces régaliennes, présentées comme démunies de moyens humains et techniques, l’ensemble des institutions assurant le contrôle social échoueraient à apporter une réponse adéquate à un problème social considéré comme s’aggravant.

2.4. Les préconisations

24Les « nouveaux experts » prédisent alors le temps des « désillusions » tout en prônant une politique « volontariste », dans le sillage d’un « pragmatisme » d’origine anglo-saxon qui met l’accent sur la responsabilité individuelle. C’est dans ce cadre qu’ils exposent des actions à entreprendre en toute urgence. Nos recherches en la matière ont abouti à une typologie des préconisations formulées. Il va de soi qu’il est question d’une typologie balisée par des axes aux limites poreuses, la même action pouvant souvent s’inscrire à la fois sur plusieurs de ces axes.

  • 36 Cf. à titre indicatif la critique aussi féroce que convaincante de Loïc Wacquant in Loïc Wacquant, (...)

25Les « nouveaux experts » se prononcent avant tout pour l’intensification polyvalente du contrôle social formel. Au niveau règlementaire, la multiplication des dispositions coercitives est réclamée, à l’encontre tant des mineurs contrevenants que de leurs parents, ainsi qu’une vaste incrimination des actes, en commençant par la pénalisation des « incivilités ». Au niveau d’intervention de la justice, la nécessité d’une application plus stricte et automatique de la législation est mise en avant, notamment en termes d’augmentation du recours aux comparutions immédiates et à l’incarcération, tant en amont qu’en aval du jugement. Enfin, en ce qui concerne les forces régaliennes, le renforcement de leur équipement technique, ainsi qu’un investissement plus conséquent en termes de présence physique dans des zones identifiées « à risque » sont envisagés. L’affirmation de la prééminence de la répression sur la prévention fait émerger la conviction implicite que c’est la répression, et plus encore la police qui fait fondre la délinquance et que les preuves seraient à chercher particulièrement dans le New York de la politique de « Tolérance Zéro », exemple récurrent. Cependant cette idée véhiculée par la sagesse policière ordinaire, n’a jamais été validée empiriquement36.

  • 37 Heilmann, « La vidéosurveillance,… », p. 124.

26Le deuxième axe des démarches suggérées par les « nouveaux experts » s’articule autour de la « prévention situationnelle ». Par un jeu de glissement sémantique, elle est érigée comme l’unique forme de prévention envisageable, excluant la prévention sociale. Une palette importante d’interventions spatiales visant la « sécurisation » des espaces publics et semi-publics est alors envisagée, notamment le recours à la surveillance électronique et aux autres dispositifs de contrôle des foules ainsi que de neutralisation des cibles. Pourtant, à l’encontre de l’idée reçue, l’outil par excellence de la prévention situationnelle, à savoir la vidéosurveillance, trop complexe et coûteuse au vu des éventuels bénéfices, « passée à l’épreuve de la réalité, […] a montré clairement ses limites en matière de sécurité publique37 ».

  • 38 Alain Bauer, André-Michel Ventre, Les polices en France. Sécurité publique et opérateurs privés, P (...)
  • 39 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, éd. 10/18, 1963, p. 125.

27Partant du domaine de la prévention situationnelle, la demande d’amplification des synergies entre l’Institution et le secteur privé de sécurité se généralise. Qu’il s’agisse de prestations de conseil, d’équipements techniques ou plus simplement de maintien de l’ordre public, le secteur privé de sécurité est introduit en tant que partenaire naturel et compétent du système de contrôle social formel. À ce propos, il faut noter que dans chaque énumération « experte » des forces de l’ordre en service en France, la « Police Privée » trouve ipso facto place aux côtés de la Police nationale, de la Gendarmerie et de la Police municipale38. Il n’en reste pas moins que l’institutionnalisation d’un tel partenariat public – privé est à terme fort problématique. En effet, si au niveau symbolique, l’État met en péril son monopole de la violence physique légitime, c’est-à-dire son moyen spécifique de domination pour reprendre la fameuse formulation de Max Weber39 , au niveau pratique, il aggrave les inégalités sociales. Contrairement à la « sécurité-bien public », qui en tant que prestation étatique s’adresse de façon égalitaire, ou presque, à tous les citoyens, la « sécurité-marchandise » ne s’adresse, par définition, qu’à ceux (personnes, structures et/ou collectivités territoriales) qui peuvent l’assumer financièrement et qui ne souhaitent finalement sécuriser que leurs propres biens mobiliers et immobiliers. En outre, la « sécurité-marchandise » présente la spécificité de créer une demande « insatiable », au sens où elle ne pourra jamais être pleinement satisfaite.

  • 40 Pierre Tevanian, Le ministère de la peur. Réflexions sur le nouvel ordre sécuritaire, L’Esprit Fra (...)

28Le quatrième champ auquel les « nouveaux experts » font appel est celui de l’action sociale. Plus particulièrement, une série de propositions est avancée visant, implicitement ou explicitement, la mise en place d’un partenariat entre les institutions chargées de l’action sociale et celles chargées des missions régaliennes. Dans une perspective de « responsabilisation » aussi bien des mineurs déviants que de leurs responsables légaux, les nouvelles instances issues de ce partenariat seraient dotées d’un éventail de mesures administratives coercitives, allant de la mise sous tutelle à la suspension des allocations familiales ainsi qu’à la restriction de l’accès au logement social et aux autres prestations sociales. À ce propos, suivons Pierre Tévanian qui met en lumière l’injustice et l’inefficacité d’une telle approche40. Inefficacité car l’amputation des prestations familiales ne fait que plonger encore plus les familles qui en ont besoin dans la précarité. Inefficacité également au sens où l’on prétend renforcer l’autorité parentale en affirmant et condamnant son impuissance. Injustice car l’un des fondements de notre culture judiciaire est que seul l’auteur d’une infraction est susceptible d’une sanction, qu’elle soit pénale, administrative. Enfin et surtout, pour de nombreux chercheurs, l’objection à opposer à cette approche est la très problématique intrusion du bras pénal de l’État dans le domaine de l’État social.

29Il apparaît de l’analyse exposée, que les critères retenus pour classifier les préconisations « expertes » appartiennent aux différents champs d’intervention susceptibles d’être investis – ou réinvestis – par le système formel de contrôle social. Mais il n’en reste pas moins qu’un certain nombre de ces préconisations échappent à ce classement en raison de leur nature hétéroclite. Il s’agit le plus fréquemment de sollicitations comme l’attribution aux forces régaliennes d’une autonomie accrue face aux décideurs politiques, ou l’allégement des contraintes légales conditionnant leurs modes opératoires, mais aussi le renforcement constant des attributions des maires. C’est pourquoi nous avons défini un cinquième axe, ad hoc, la promotion des intérêts professionnels ou corporatistes, d’autant plus que dans leur grande majorité, les acteurs de ce discours exercent, du moins au moment de la publication de leurs ouvrages, soit en tant que « consultants en sécurité » au sein de différentes structures publiques et privées, soit en tant que hauts fonctionnaires de police, engagés sur le plan syndical. Nous avançons en conséquence l’hypothèse que ces désidératas exprimés par les « nouveaux experts », ne visent finalement qu’à la consolidation de leur position et à l’augmentation de leur influence intra et interprofessionnelle.

3. La mise en récit des violences urbaines ?

  • 41 Philippe Fritch, Bertrand Ravon, « Du problème en tant qu’il est à résoudre, au problème en tant q (...)

30Enfin, proposons quelques éléments esquissant les contours d’une analyse narrative des récits consacrés aux « violences urbaines », dans les ouvrages examinés. Rappelons d’abord que ces textes s’adressent au grand public mais aussi aux décideurs et professionnels de sécurité. Notons en outre que tous les experts « auraient tendance à dissoudre des enjeux sociaux et politiques en problèmes techniques41 ».

  • 42 Cf. entre autres Bauer, Soullez, Violences…, qui ont recours à cette forme de trope pour libeller (...)
  • 43 Bousquet, Insécurité…, p. 83, 91, 290.
  • 44 Bonnelli, La France…, p. 377.
  • 45 Mathieu Rigouste « La guerre à l’intérieur. La militarisation du contrôle des quartiers populaires (...)
  • 46 Gabriel Peries, « Du corps au cancer : la construction métaphorique de l’ennemi intérieur dans le (...)

31Dans ce cadre, nous nous interrogeons pour savoir dans quelle mesure l’usage répétitif de la thèse d’une guerre contre la police (cf. supra) réduit, du moins aux yeux des acteurs les moins compétents, la complexité des frictions sociales à un simple affrontement. Cette thèse est mise en valeur par le recours constant à des locutions guerrières. Ainsi les différents théâtres des « violences urbaines » sont exprimés en termes de « fronts42 » où « des bandes organisées effectuent leurs coups et se replient ensuite dans leur sanctuaire […] de quartiers de non-droit, en état de sécession [qu’il convient de] reconquérir43 ». Ces énoncés confortent la militarisation des rapports qu’entretiennent un nombre croissant d’agents des forces régaliennes avec leur environnement44, évolution reflétant un long processus propre à la France dont le préambule serait à chercher dans les guerres coloniales et postcoloniales45. Ce procédé a recours à une rhétorique riche en analogies tactiques et en métaphores de nature médico-chirurgicale (MMC) qui forment les représentations des acteurs46. La littérature « experte » emprunte les MMC à la littérature (para)militaire de la seconde moitié du xxe siècle, et propose de comparer la violence censée attaquer le corps social à un virus qui atteint un organisme naturel, menaçant parfois son existence.

  • 47 Gabriel Peries, « L’Arabe, le Musulman, l’Ennemi dans le discours militaire de la “guerre révoluti (...)
  • 48 Geoffrey Pearson, Hooligan. A history of respectable fears, London, Macmillan, 1983.
  • 49 Pour reprendre l’expression de Thomas Sauvadet.
  • 50 Maryse Esterle-Hebidel, « Les bandes de jeunes », in Laurent Mucchielli, Philippe Robert (ed.), Cr (...)
  • 51 Peries, « L’Arabe,... », p. 53.
  • 52 Mathieu Rigouste, « L’ennemi intérieur, de la guerre coloniale au contrôle sécuritaire », in Cultu (...)

32Or, toute guerre est « une modalité particulière d’établir une relation avec l’Autre. [...] Il s’agit de définir l’Autre de telle manière qu’il soit préalablement, a priori, l’objet sur lequel l’action efficace devra s’appliquer47 ». Dans cette acceptation, les nouveaux experts se situent par définition aux côtés de l’Institution chargée de protéger la « France paisible et républicaine » et les adversaires convoqués sont les délinquants « toujours plus jeunes, toujours plus violents, toujours plus réitérants » (cf. supra) peuplant les périphéries des grandes agglomérations de l’Hexagone. Cette approche répond à l’imaginaire collectif français qui semble identifier chez ces « jeunes » deux figures menaçantes, s’imbriquant l’une dans l’autre : celle du jeune et celle de l’étranger, et plus précisément celle de l’Arabo-musulman. Quant à la figure du jeune, suivons Geoffrey Pearson48 qui retrace l’histoire du crime et de la délinquance outre-Manche, à partir du xviiie siècle. Il établit que le discours des figures publiques et des gardiens de la moralité (guardians of morality), au cours des âges, est marqué par l’affirmation d’une dégénérescence morale de la jeunesse censée engendrer une hausse de la criminalité sans précédant. L’idée implicite omniprésente est celle d’un âge d’or (golden age) situé environ vingt ans en arrière, où régnait une vie stable et rassurante, dans le respect des traditions. Quant à la manière dont la société française appréhende sa jeunesse, pensons aux loubards des années 1970, aux blousons noirs des années 1960 ou encore aux apaches du début du xxe siècle et aux réactions alarmistes qu’ils suscitaient à leurs époques respectives. Pour certains auteurs, la peur qu’engendrent les jeunes de rue49 d’aujourd’hui s’inscrit dans la ligne droite des paniques morales construites autour de ces phénomènes50. En ce qui concerne la deuxième figure menaçante, la mémoire collective française semble entretenir depuis bien longtemps une image tenace et obsédante de l’Arabo-musulman agressif et guerrier51, renforcée depuis les dernières guerres coloniales par une série de stigmates faisant des populations immigrées une menace politique et sociale. Les représentations sociales passent alors insensiblement de l’ennemi pauvre au « terroriste musulman », en stigmatisant au passage « le jeune désœuvré », « le délinquant » et « le casseur »52.

  • 53 Henri Rey, La peur des banlieues, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

33La menace incarnée par les jeunes auteurs des « violences urbaines » est accentuée par la circonscription géographique de leurs activités. Démons populaires ou patients désignés, les quartiers populaires aux alentours des grandes villes alimentent continuellement en images alarmantes le débat public français. Des faubourgs, foyers des mouvements révolutionnaires du xixe, en passant par la « zone » incarnant au tournant du xxe siècle une ceinture noire de la misère autour de la capitale, à la ceinture rouge des banlieues ouvrières pendant l’Entre-deux-guerres et les « étés chauds » des années 1980, pour Henri Rey la banlieue française se voit chaque fois convoquée pour fournir une dimension spatiale aux tensions sociales de chaque époque. Toutefois selon cet auteur, à la peur des banlieues viendrait s’ajouter la peur de l’étranger, la peur de l’Amérique, de ses ghettos et de ses émeutes urbaines particulièrement violentes, et d’une façon globale, l’insécurité d’une société sur son devenir53.

  • 54 Christian Salmon, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Pa (...)

34On pourrait se demander dans quelle mesure la littérature « experte » n’invite pas finalement son auditoire à choisir, à l’instar des électeurs américains à l’occasion des élections présidentielles de 2004 Outre-Atlantique, « des héros contre des méchants ; des personnages nouveaux qui actualisent le vieux théâtre de la menace, de la vengeance et du salut54 ». Pour le dire autrement, il s’agit de s’interroger pour savoir dans quelle mesure l’expertise des « violences urbaines » proposée par les « nouveaux experts » entretient un halo de peurs réelles, imaginaires ou fantasmées et ce faisant, si elle ne distille pas l’ancienne conception du centre civilisé menacé par une périphérie barbare, antisociale et malsaine…

35En outre, il s’agit de s’interroger sur la finalité de la déclaration d’une « guerre contre le crime ». En effet, outre la question de la « propriété » dont jouissent les agents qui parviendront à l’imposer dans le débat public (cf. supra), une telle déclaration est susceptible de trouver des oreilles attentives auprès des responsables politiques car elle dépeint une entreprise dont l’innovation concerne deux points en particulier. D’une part, elle déclenche un conflit entre des camps opposés pas toujours identifiables. Il revient à l’État de définir arbitrairement et à tout moment qui sera considéré comme son adversaire. De l’autre, ce conflit ne peut pas aboutir, au sens qu’aucune des parties n’est susceptible de décocher un coup décisif à l’autre, en même temps que l’armistice, la trêve ou le compromis ne sont pas vraiment des options. Dans un tel cadre, l’État se lance dans une aventure qui combine des avantages importants (paix sociale, suspension des revendications et des libertés populaires, gonflement du contrôle institutionnel, etc.) et des préjudices plutôt limités (en termes de pertes humaines, de ravages des infrastructures ou de contestation massive des fins, des moyens ou de la hiérarchie politique), par rapport à une guerre « conventionnelle ». De plus, il revient toujours à l’attaquant, qui se prétend attaqué et bénéficie de la sorte d’un avantage moral non négligeable, de définir l’intensité, l’espace, le temps et tous les autres paramètres du conflit en fonction de ses besoins et préoccupations hétérogènes…

4. Conclusion : un nouveau paradigme en matière de sécurité intérieure ?

36Cette contribution sur l’expertise de la violence juvénile avancée par les « nouveaux experts » sous le vocable de « violences urbaines », ne prétend pas à l’exhaustivité. Elle entend plutôt proposer quelques pistes d’analyse, tant sur le fond que dans la forme, du discours et des représentations ainsi véhiculés. Or, force est de constater qu’outre les « violences urbaines », celles à l’école, dans les stades ainsi que l’« insécurité routière » sont d’autant d’événements qui attirent de plus en plus l’intérêt des décideurs politiques et produisent en conséquence des demandes d’expertises. Affirmant apporter un éclairage sur ces problématiques, un corps professionnel de plus en plus distinct, se forge au sein et à la lisière de l’Institution et des collectivités territoriales. À l’instar des « nouveaux experts », des spécialistes plus ou moins autoproclamés produisent leur propre littérature, aussi bien grise qu’à destination du grand public. Un travail d’analyse comparative et critique de l’ensemble de ces littératures devrait permettre la compréhension du processus de construction des problèmes sociaux à l’ère de la société du risque et de l’incertitude. Les protagonistes de ce processus sont-ils des lanceurs d’alertes savants ou des entrepreneurs de morale produisant ou diffusant des paniques morales ? Et plus encore, dans quelle mesure leur instrumentalisation par les champs politique et médiatique, cacherait-elle in fine la cristallisation d’un nouveau paradigme faisant autorité en matière de sécurité intérieure ?

Notes

1 Ministère de l’Intérieur, Service de l’information et des relations publiques, Des villes sûres pour des citoyens libres : Actes du colloque de Villepinte, 24-25 octobre 1997, [en ligne], URL : http :// lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/984000425/0000.pdf (consulté le 17 décembre 2010).

2 Jean-Yves Trepos, La sociologie de l’expertise, Paris, PUF, 1996, p. 15.

3 Fondé en 1989, l’Institut des hautes études en sécurité intérieure est remplacé en 2004 par l’Institut national des hautes études de sécurité (INHES), remplacé à son tour depuis le 1er janvier 2010 par l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ).

4 Annie Collovald, « Des désordres sociaux à la violence urbaine », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 136-137, 2001, p. 104-113.

5 Franck Sina, Champ de la sécurité et prévention des illégalismes. Pour une analyse sociologique des enjeux relatifs aux politiques locales de prévention et de sécurité, Thèse de sociologie sous la direction de Jean Michel Faure, Nantes, Université de Nantes, 2002, p. 34.

6 Éric Heilmann, « La vidéosurveillance, un mirage technologique et politique », in Laurent Mucchielli (ed.), La frénésie sécuritaire. Retour à l’ordre et nouveau contrôle social, Paris, La Découverte, p. 123.

7 Éric Chalumeau, Patrick Glorieux, « L’expertise en matière de sécurité », in Revue française d’administration politique, n° 91, 1999, p. 399-412.

8 Laurent Bonelli, La France a peur. Une histoire sociale de l’« insécurité », Paris, La Découverte, 2008, p. 168.

9 Actuellement Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

10 Alain Bauer, Xavier Raufer, « Insécurité intérieure et défense nationale », in Le Figaro, 27 novembre 1997, p. 2.

11 Bonelli, La France a peur…, p. 171.

12 Notons encore que nous rejoignons à ce propos L. Mucchielli en reprenant son expression « nouveaux “experts” en sécurité », formulation qu’il utilisait déjà en 2002 pour décrire Alain Bauer et Xavier Raufer in Laurent Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte, 2002, p. 26.

13 Catherine Paradeise, « Rhétorique professionnelle et expertise », in Sociologie du travail, 1985, p. 17-31.

14 Jacques Theys, Bernard Kalaora, La Terre outragée, Paris, Autrement, 1991, p. 190.

15 Le cas de l’ONDRP offre un exemple paradigmatique d’une instance d’expertise collective en sécurité.

16 Alain Bauer, Christophe Soullez, Violences et insécurité urbaines, PUF, Paris, 2007, p. 10 (Que sais-je ?, n° 3421).

17 Chalumeau, Glorieux, « L’expertise en matière de sécurité... », p. 399-412.

18 Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, 2006, p. 149.

19 Richard Bousquet, Insécurité. Sortir de l’impasse, Paris, LPM – J.M. Laffont, 2002, p. 117.

20 Xavier Raufer, L'explosion criminelle. Les réponses, Paris, Valmonde et Cie, 2002, cite les exemples de Mustapha S., Laouri M., (p. 18) ainsi que ceux de Mamadou, Choukri et Mohamed (p. 38).

21 Raufer, L’explosion criminelle..., p. 66-68. L’auteur cite les propos d’un pompier, d’un syndicaliste (sans précision de fonction) et de deux policiers.

22 Alain Bauer, Stéphane Quere, Jean-Luc Besson, Géographie de la France criminelle, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 11.

23 L’État 4001 est la traduction statistique des procédures diligentées par les services de police et de gendarmerie. Sont ainsi comptabilisés tous les faits présumés crimes ou délits qui sont portés pour la première fois à la connaissance des services de police et de gendarmerie et consignés dans une procédure transmise à l’autorité judiciaire.

24 Laurent Mucchielli, « Faire du chiffre : le “nouveau management de la sécurité” », in Mucchielli (ed.), La frénésie sécuritaire…, p. 99-112.

25 Parmi ces index figurent principalement – mais pas exclusivement – l’usage et le recel de stupéfiants, dont les taux d’élucidation en 2006 étaient respectivement de 103,95 % et 108,33 %. Pour une analyse détaillée, voir Jean-Hugues Matelly, Christian Mouhanna, Police. Des chiffres et des doutes, Paris, Michalon, 2007.

26 L’échelle Bui-Trong fut remplacée en 1999 par le Système d’Analyse Informatique de Violences Urbaines (SAIVU), abandonné en 2002 et remplacé en 2005 par l’Indicateur National des Violences Urbaines (INVU).

27 Raufer, L’explosion criminelle…, p. 11.

28 Bousquet, Insécurité…, p. 128.

29 Raufer, L’explosion criminelle…, p. 8.

30 Bousquet, Insécurité…, p. 91.

31 Luc Rudolph, Christophe Soullez, Insécurité : la vérité, Paris, J.C. Lattès, p. 71.

32 Bousquet, Insécurité…, p. 86-87.

33 Christophe Soullez, Les violences urbaines, Toulouse, Milan, 2006, p. 37.

34 Ibid., p. 36-37.

35 Alain Bauer, Emile Perez, L'Amérique, la violence, le crime. Les réalités et les mythes, Paris, PUF, 2000, p. 279.

36 Cf. à titre indicatif la critique aussi féroce que convaincante de Loïc Wacquant in Loïc Wacquant, Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’Agir, 1999.

37 Heilmann, « La vidéosurveillance,… », p. 124.

38 Alain Bauer, André-Michel Ventre, Les polices en France. Sécurité publique et opérateurs privés, Paris, PUF, 2002.

39 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, éd. 10/18, 1963, p. 125.

40 Pierre Tevanian, Le ministère de la peur. Réflexions sur le nouvel ordre sécuritaire, L’Esprit Frappeur, Paris, 2003, p. 165-166.

41 Philippe Fritch, Bertrand Ravon, « Du problème en tant qu’il est à résoudre, au problème en tant qu’il est à débattre », in Cresal (ed.), Les raisons de l’action publique, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 340.

42 Cf. entre autres Bauer, Soullez, Violences…, qui ont recours à cette forme de trope pour libeller un certain nombre de sous-chapitres de leur Que sais-je ? ; « Le front des transports publiques » (p. 36), « Le front de l’école », (p. 39).

43 Bousquet, Insécurité…, p. 83, 91, 290.

44 Bonnelli, La France…, p. 377.

45 Mathieu Rigouste « La guerre à l’intérieur. La militarisation du contrôle des quartiers populaires », in Mucchielli (ed.), La frénésie sécuritaire…, p. 88-98.

46 Gabriel Peries, « Du corps au cancer : la construction métaphorique de l’ennemi intérieur dans le discours militaire pendant la Guerre Froide. Partie 1. », in Cultures et Conflits, n° 43, 2001, [En ligne], URL : http : //conflits.revues.org/index864.html (Consulté le 10 avril 2010).

47 Gabriel Peries, « L’Arabe, le Musulman, l’Ennemi dans le discours militaire de la “guerre révolutionnaire” pendant la guerre de l’Algérie », in Mots, n° 30, 1992, p. 64.

48 Geoffrey Pearson, Hooligan. A history of respectable fears, London, Macmillan, 1983.

49 Pour reprendre l’expression de Thomas Sauvadet.

50 Maryse Esterle-Hebidel, « Les bandes de jeunes », in Laurent Mucchielli, Philippe Robert (ed.), Crime et sécurité. L'état des savoirs, Paris, La Découverte & Syros, 2002, p. 178-187.

51 Peries, « L’Arabe,... », p. 53.

52 Mathieu Rigouste, « L’ennemi intérieur, de la guerre coloniale au contrôle sécuritaire », in Cultures & Conflits, n° 67, 2007, 20 [En ligne], URL : http : //conflits.revues.org.bases-doc.nancy-universite.fr/index3128.html (Consulté le 25 février 2010).

53 Henri Rey, La peur des banlieues, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

54 Christian Salmon, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, 2007, p. 117.

Auteur

(Nancy Université - Université Nancy 2)
Konstantinos (Costa) Delimitsos, doctorant en sociologie et criminologue, travaille sur les questions de la délinquance, de la réaction sociale et de l’expertise au service de l’action publique. Chargé de cours au département de sociologie de l’Université de Nancy 2, en France, ainsi qu’à l’Institut Régional du Travail Social de Lorraine, il est l’auteur de « Les “nouveaux experts en sécurité” face aux “violences urbaines”. Quelles préconisations pour quelle violence ? », in Questions de communication, 18, 2011.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540