Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles sous expertise(s) / Expertise and Juvenile Violence

 | 
Aurore François
, 
Veerle Massin
, 
David Niget

Usages des références françaises et internationales dans le développement et la promotion d’une expertise québécoise : la psychoéducation (1940-1970)1

Louise Bienvenue et Lucia Ferretti

Texte intégral

  • 1 Une partie de cette recherche a bénéficié d’une subvention du Fonds FQRSC (Fonds québécois de la r (...)
  • 2 Jeannine Guindon, « Le modèle-psycho-éducateur », in Revue canadienne de psychoéducation (à l’aven (...)

1C’est par des échanges internationaux […], tant aux États-Unis qu’en Europe : France, Hollande, Suisse, Italie et autres, que nous avons constamment amélioré le processus de formation des psycho-éducateurs et le processus de rééducation des enfants, adolescents, délinquants et jeunes adultes perturbés affectifs graves2.

  • 3 Un flou terminologique caractérise les premières années du métier, alors que circulent aussi les t (...)
  • 4 Pour les fins de cet article, les termes « international » et « transnational » seront utilisés in (...)
  • 5 Bien qu’une quête vers la reconnaissance légale s’amorce dès le milieu des années 1950, celle-ci n (...)

2Ces propos tenus en 1977 par Jeannine Guindon rappellent à quel point la psychoéducation au Québec, profession dont elle fut l’une des principales conceptrices, a bénéficié tout au long de son développement d’un dialogue soutenu avec l’international3. Notre étude propose de jeter un regard sur le rôle des échanges transnationaux dans la mise en place et la consolidation d’une nouvelle discipline professionnelle aux confins des champs socio-judiciaire et éducatif québécois à partir de la fin des années 19404. En mettant à profit les archives de l’Ordre professionnel (l’OCCPPQ), les articles de la Revue canadienne de psycho-éducation (RCPE), ainsi que des entrevues menées auprès de pionniers de la discipline, nous tenterons de révéler la présence agissante de la référence internationale dans ce parcours particulier de professionnalisation5.

  • 6 Jeannine Guindon, Les étapes de la rééducation des jeunes délinquants et des autres…, Paris, Fleur (...)

3La période pionnière sur laquelle porte notre étude se termine au tournant des années 1970, alors que paraît aux éditions Fleurus de Paris l’ouvrage de Jeannine Guindon, Les étapes de la rééducation, pièce la plus achevée de la théorie psychoéducative des années fondatrices6. À la même époque, un autre pas est franchi dans le mouvement d’affirmation disciplinaire avec la création d’un département universitaire autonome, l’École de psycho-éducation, désormais détachée de l’Institut de psychologie de l’Université de Montréal. Riche en événements, notre période butoir est également marquée par l’ouverture d’un programme de psychoéducation au sein de la toute nouvelle Université du Québec à Trois-Rivières et par la promulgation de la Loi sur les services de santé et les services sociaux de 1971 qui enchâsse les centres de rééducation dans de nouveaux cadres étatiques.

  • 7 Les travaux en cours de l’historien Julien Prud’homme promettent d’apporter un éclairage plus appr (...)
  • 8 Parmi leurs écrits : Gilles Gendreau, « L’intervention, la formation et la recherche en psychoéduc (...)
  • 9 Marcel Renou, « La psychoéducation : une perspective historique », in RCPE, vol. 18, n° 2, 1989, p (...)
  • 10 Robert Rumily, Boscoville, Montréal, Fides, 1978 ; Louise Bienvenue, « La ‘rééducation totale’ des (...)

4L’histoire de la psychoéducation reste en bonne partie à écrire7. Pour en connaître les jalons, on peut cependant s’appuyer sur un certain nombre de témoignages laissés par les principaux fondateurs8. Des analyses plus critiques, rédigées par la première génération de diplômés universitaires en psychoéducation, posent aussi des balises de compréhension importantes9. L’histoire des institutions qui ont été les berceaux de la psychoéducation apporte également un éclairage essentiel sur les premières heures du métier10.

  • 11 Nous ne mentionnons ici que quelques titres : Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Éric Pierre (ed.), Enfa (...)
  • 12 Lucia Ferretti, Louise Bienvenue, « Le BICE : creuset des échanges Europe/Québec, 1947-1977 », in (...)
  • 13 Catherine Rollet, « La santé et la protection de l’enfant vues à travers les Congrès internationau (...)

5La réflexion que nous proposons dans cet article se rattache, par ailleurs, aux travaux de plus en plus nombreux sur les réseaux transnationaux de protection de la jeunesse qui émergent dès la fin du xixe siècle. Ces recherches ont montré comment la circulation des savoirs fut au fondement d’une culture commune à l’échelle occidentale, incarnée surtout par les déclarations de 1924 et de 1959 sur les droits de l’enfant11. Dans une étude récente sur le Bureau international catholique de l’enfance (BICE), nous avons fait valoir la part active de quelques figures québécoises importantes – dont certaines se réclamant de la psychoéducation – dans l’élaboration de cette doxa de référence12. Propices aux transferts scientifiques, ces foyers furent aussi, comme Catherine Rollet et Dominique Marshall l’ont observé pour la première moitié du xxe siècle, des arènes d’affrontement entre nations, groupes religieux et corps professionnels13. Poursuivant la réflexion, nous tenterons de voir si la multiplication des professions relevant du social dans l’après-guerre aura l’effet d’aiguiser ces guerres de territoire. L’on sait, par exemple, qu’aux côtés des grandes organisations multidisciplinaires qui rassemblent directeurs d’institutions, médecins, psychiatres, psychologues, travailleurs sociaux, instituteurs, éducateurs et parents, surgissent des « internationales » professionnelles. L’une d’entre elles – l’Association internationale des éducateurs pour jeunes inadaptés (AIEJI) –, fondée en 1951, intéressera au premier chef les psychoéducateurs québécois.

  • 14 David Niget, « De la justice pénale à la clinique sociale. La justice des mineurs entre modèles in (...)
  • 15 Paulhus, « Expériences antérieures... », p. 7.
  • 16 Renou, « La psychoéducation : une perspective historique… », p. 65.

6Faisant écho à l’invitation de David Niget qui soulignait, en 2010, l’importance de mieux appréhender les dialectiques entre scène internationale et pratiques locales dans l’étude des associations de protection de la jeunesse14, notre démarche consistera à repérer les principaux emprunts qui ont modelé la pratique « psychoéducative », tout en estimant le capital symbolique associé au travail de réseautage international des fondateurs. Les rapports développés par ces derniers n’étant pas unilatéraux, nous prendrons également acte du rayonnement, hors du cadre québécois, de cette synthèse originale d’aide à la jeunesse en difficulté propre « au génie canadien-français15 ». Plus concrètement, on rappellera d’abord le contexte de naissance de cette expertise québécoise au cours des années 1940-1970 et son développement au sein de trois institutions qui en furent les berceaux16. La psychoéducation étant rapidement engagée dans une quête de reconnaissance sociale et légale selon le modèle des professions libérales, on posera, en second lieu, un regard sur l’association professionnelle nationale, fondée en 1955, et sur ses relations avec l’extérieur. Enfin, l’un des volets de l’activité de cette association, l’organisation d’échanges étudiants et de stages avec la France, partenaire privilégié en raison de la langue et des liens historiques, retiendra plus particulièrement notre attention.

1. Le contexte de développement du modèle « psychoéducatif » et la naissance des premières institutions

  • 17 Pour une réflexion plus développée sur cette thérapeutique et ses origines historiques, voir Bienv (...)
  • 18 Gérard Pelletier, Histoire des enfants tristes : un reportage sur l’enfance sans soutien dans la P (...)
  • 19 Lucia Ferretti, « Reynald Rivard, prêtre psychologue trifluvien. L’essor de l’éducation spécialisé (...)

7Sans porter ombrage aux fondateurs de l’approche psychoéducative, il convient de montrer la tentation hégémonique qui réside au cœur même du modèle de rééducation dite « totale » qu’ils conçoivent dès la fin des années 194017. Le contexte social d’éclatement des modes de prise en charge traditionnels de l’enfance en difficulté au sein des œuvres catholiques explique en partie cette attitude expansive. Alors que le réseau de protection montre ses insuffisances graves18, des réformateurs enthousiasmés par les promesses des sciences de l’humain se montrent convaincus d’avoir trouvé « la » voie pour une modernisation jugée urgente. C’est ainsi que naissent au sein de divers foyers des pratiques nouvelles que l’on pourra, a posteriori, rattacher à la grande nébuleuse de l’éducation spécialisée. Au sein des anciennes institutions et à leur périphérie, des efforts sont faits pour revoir et systématiser le travail auprès des jeunes, qu’ils soient illégitimes, orphelins, délinquants ou retardés mentaux19. Si chacun des modèles exprime une vision particulière de la relation d’aide et de la formation professionnelle, tous puisent à un univers conceptuel relativement stable, rattaché aux sciences du psychisme et de la pédagogie moderne. Il faut savoir qu’un consensus axiomatique se dessine alors à l’échelle internationale autour d’une certaine représentation de l’enfant et de son droit à recevoir des soins scientifiquement informés et professionnels. L’importance de l’épanouissement de soi par l’actualisation de son potentiel, quelques soient les limites posées par sa naissance ou ses conditions d’existence, semble rallier désormais les experts occidentaux.

  • 20 Ferretti, « Reynald Rivard… ».
  • 21 L’une des premières formulations de ce qui deviendra la « théorie des étapes » est produite par Gi (...)

8Bien qu’il existe au Québec plusieurs creusets de modernisation des services à l’enfance en difficulté20, le modèle professionnel qui se développe en territoire montréalais au cours des années 1950 et 1960 réussit, mieux que les autres, à assurer son rayonnement. Cette version de l’éducation spécialisée – qu’on appellera « psychoéducation » à partir de la fin des années 1960 – tire une partie de sa force d’un haut degré de théorisation et d’un arrimage réussi à l’institution universitaire. La constitution progressive d’un modèle systématique de traitement de la jeunesse caractérielle – la théorie des étapes de la rééducation – sur laquelle on fonde, jusqu’à la fin des années 1970, de grands espoirs, confère à l’école psychoéducative son fort potentiel de diffusion21.

  • 22 Le titre du livre de Guindon, La rééducation des jeunes délinquants « et des autres », laisse clai (...)

9Les délinquants constituent la clientèle première de la profession qui, sur les plans à la fois pratique et symbolique, restera longtemps associée à ceux-ci et au travail de gestion de la violence. Très tôt, cependant, il est proposé que le traitement soit exporté à d’autres types de jeunes et à d’autres populations en difficulté, étant donné ses riches potentialités22. Dans cet esprit, on le verra, une alliance sera formée à la fin des années 1950 avec une équipe sherbrookoise spécialisée dans le soin des enfants déficients mentaux.

  • 23 Une attitude qui leur vaudra des reproches de la part des générations suivantes. Par exemple, Marc (...)

10Convaincus des vertus, voire de la supériorité scientifique, de la cure qu’ils mettent au point23, les fondateurs montréalais de l’approche psychoéducative poseront un regard plutôt sceptique sur les autres entreprises de modernisation à l’œuvre au sein de l’ancien réseau institutionnel québécois (écoles de réforme, orphelinats, etc.). Malgré un discours d’ouverture aux autres experts de l’enfance, la défense de ce « nouveau » métier appelé à devenir profession mobilisera puissamment leurs énergies.

  • 24 Michel Peterson, « Présentation », in Noël Mailloux, Psychologie, psychologie clinique, psychodyna (...)

11Dans le cadre des démarches effectuées pour obtenir la reconnaissance du modèle psychoéducatif, les relations transnationales établies par les pionniers revêtent un caractère stratégique, conférant entre autres de la crédibilité à la profession émergente. À ce titre, il n’est pas incident de rappeler que les premiers promoteurs de la psychoéducation – Jeannine Guindon, Gilles Gendreau et Euchariste Paulhus – ont poursuivi des études auprès d’un maître commun, le père dominicain Noël Mailloux (1909-1997), expert dans l’art d’importer les plus récents développements scientifiques internationaux au sein de la société québécoise24. Son envergure et son dynamisme auront, à coup sûr, influencés durablement ses élèves.

1.1. Le Centre d’orientation

  • 25 Marie-Paule Leduc, Ces enfants qui m’ont tant appris, Montréal, Éditions sciences et cultures, 200 (...)
  • 26 Leduc, Ces enfants…, p. 31-33.
  • 27 Renou, « La psychoéducation : une perspective historique… », p. 65.
  • 28 Leduc, Ces enfants…, p. 34.

12Malgré sa taille modeste, le Centre d’orientation s’impose comme une institution centrale dans l’histoire de la psychoéducation au Québec. Cette œuvre montréalaise fut d’abord érigée en 1943, sous le nom de Placement familial, avec comme but l’observation en internat de jeunes garçons turbulents, issus des orphelinats, pour lesquels on envisageait un placement en foyer nourricier ou en famille adoptive25. En 1944, l’œuvre change de nom et Noël Mailloux est nommé directeur. À l’instigation de ce dernier, le Centre devient un lieu de formation et de stages pour les étudiants en psychologie de l’Université de Montréal. On mise alors sur l’usage de tests diagnostiques pour évaluer la capacité d’adaptation des enfants dans leur famille de substitution. Il devient vite évident, toutefois, que la plupart des jeunes sont trop désorganisés pour vivre en foyer nourricier. C’est alors que, délaissant le volet placement, les responsables du centre s’évertuent à développer la recherche et l’aide psychologique aux enfants souffrant de troubles de comportement mais dotés d’une intelligence normale ou supérieure. Après une période de tâtonnements où l’on appliqua sans grand succès les méthodes développées en Europe par August Aichorn, des avenues plus prometteuses sont trouvées grâce à une jeune diplômée de l’Université de Montréal, Jeannine Guindon (1919-2002), qui fait son entrée au centre en 194726. L’année suivante, l’internat montréalais reçoit la visite Fritz Redl, initiateur de l’expérience du Pionner’s House de Détroit. Les théories du psychologue américain auront une influence déterminante sur l’évolution de l’institution et, par conséquent, sur le développement de l’approche psychoéducative27. Très inspirée par ces expériences, Guindon se montre de plus en plus convaincue du potentiel thérapeutique du vécu quotidien28.

  • 29 Renou, « La psychoéducation : une perspective historique… », p. 65.
  • 30 Leduc, Ces enfants…, p. 31.
  • 31 Fritz Redl, David Wineman, Controls from within : techniques for the treatment of the aggressive c (...)
  • 32 Leduc, Ces enfants…, p. 40-42.

13En 1949, l’internat se double d’une clinique externe de consultation dans laquelle travaillent des stagiaires en psychologie29. Le Centre s’impose à partir de cette époque comme un important foyer nord-américain de recherche clinique sur l’inadaptation infantile, contemporain de l’École orthogénique de Bruno Bettelheim à Chicago30. Comme il devient clair pour Guindon que les éducateurs sont mieux à même que les psychiatres et psychologues de passage de développer avec les enfants des liens étroits susceptibles de modifier leur comportement, elle insiste à partir de 1952 pour que ces derniers suivent des cours à l’Institut de psychologie et s’investissent dans la mission de recherche clinique. Leur pratique professionnelle se systématise : les éducateurs s’affairent à une planification plus stricte des activités quotidiennes et s’adonnent à la rédaction de rapports d’observation. Des séances d’études complémentaires sont également organisées : on s’applique par exemple à l’analyse du livre de Fritz Redl et David Wineman, Controls from within, l’année même de sa parution31. D’autres auteurs sont au menu des séances : l’équipe aborde les travaux d’Érik Erikson, Jean Piaget, Otto Fenichel, Anna Freud, Maria Montessori et John Dewey32. Au début des années 1950, ces séances constituent l’embryon de la formation universitaire en psychoéducation, appelée à un développement prochain. À la faveur des circonstances, les éducateurs de l’internat pour jeunes délinquants Boscoville rejoindront bientôt ceux du Centre d’orientation pour des activités régulières de formation.

1.2. L’internat de rééducation de Boscoville

  • 33 Un film visionné par Albert Roger aurait été à l’origine de cette inspiration. Il s’agit de Men of (...)
  • 34 Entrevue réalisée par Louise Bienvenue avec Gilles Gendreau, 15 juin 2006.

14Destinée à devenir l’institution-phare du réseau québécois de prise en charge de la délinquance et le fleuron de la profession psychoéducative, Boscoville s’inspire à ses premières heures du modèle américain du Boys Town pour la réadaptation des mineurs criminalisés33. Comme c’était le cas pour le Centre d’orientation, les premiers moniteurs que le père Albert Roger c.s.c., fondateur de l’œuvre, réussit à mobiliser sont issus des mouvements de jeunesse. C’est à l’initiative de l’un d’eux, le jeune Gilles Gendreau (1926-2010), que les intuitions humanistes du père Roger seront développées de manière plus systématique. Il faut savoir que, dans le Québec franco-catholique de l’époque, les « gardiens » d’écoles de réforme avaient été jusqu’alors des religieux sans formation particulière. S’appuyant sur un corpus scientifique, Gendreau contribuera à transformer le métier en véritable profession. C’est à lui que l’on doit attribuer les premières esquisses de la « théorie des étapes de la rééducation » développée ultérieurement par Guindon34.

  • 35 Président de l’Association nationale des éducateurs pour jeunes inadaptés en France (ANEJI), fonda (...)
  • 36 Rumily, Boscoville, p. 79.
  • 37 Entrevue réalisée par Louise Bienvenue avec Gilles Gendreau, 15 juin 2006.
  • 38 Archives personnelles de Gilles Gendreau. Gendreau, « La psychoéducation : une discipline professi (...)

15Alors que l’expérience du Boys Town avait été l’inspiration première, l’influence européenne, et surtout française, sera particulièrement palpable dans le passage de Boscoville à l’heure scientifique. Féru des ouvrages des magistrats Jean Chazal et Henri Joubrel35, deux figures françaises pionnières de la rééducation des délinquants dans l’après-guerre, le père Roger s’était rendu à leur rencontre à Paris, dès 1949, pavant ainsi la voie pour son successeur Gendreau36. Au début des années 1950, ce dernier entreprend à son tour un séjour de perfectionnement en Europe au cours duquel il suit les enseignements de Piaget à la Sorbonne et s’intéresse à ses concepts « d’action », « d’accommodation » et « d’adaptation » qui lui semblent un fondement solide pour l’établissement d’un modèle d’intervention37. Le Québécois observe aussi le travail sur le terrain des éducateurs spécialisés français, souvent d’anciens animateurs du mouvement scout, et admire leur implication dans la vie quotidienne des jeunes. Au chapitre de leur formation toutefois, Gendreau se montre critique, considérant que la systématisation des modèles d’intervention y est insuffisamment développée. Il déplore aussi le divorce trop strict qui prévaut entre les tâches du psychiatre et celles de l’éducateur. Le jeune homme entrevoit pour le Québec un modèle professionnel plus autonome et ambitieux où l’éducateur sera à la fois clinicien et théoricien38.

  • 39 Rumily, Boscoville, p. 90. Mulock Houwer était alors le directeur des maisons Zandbergen à Amersfo (...)

16Accueilli par Henri Joubrel, qui vient tout juste de fonder l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés (AIEJI), Gendreau est invité à participer au premier congrès de l’organisation qui a lieu à Amersfoort aux Pays-Bas en 1952 et s’y fait même élire vice-président. À cette occasion, il rencontre aussi le président de l’AIEJI, l’éducateur hollandais, Daniel Q. Robert Mulock Houwer39.

  • 40 Henri Joubrel, « Aperçus sur la protection de l’enfance dans la province de Québec », Rééducation. (...)
  • 41 Rumily, Boscoville, p. 97. Jeannine Guindon formule une version un peu différente du rôle de Joubr (...)

17L’amitié de Joubrel avec le Québec se confirme en 1953, alors que ce dernier rend visite aux institutions de protection de l’enfance dans le cadre d’une tournée nord-américaine40. Hébergé à Boscoville, le Français incite les dirigeants de l’internat à mettre en place un programme de formation en faisant alliance avec le Centre d’orientation, qui lui fait forte impression. Dès 1954, le Centre de formation des éducateurs spécialisés (CFES) voit le jour à sa suggestion, placé sous la gouverne de Jeannine Guindon41.

  • 42 Dans les premières années, l’influence est en bonne partie américaine et les éducateurs s’appropri (...)
  • 43 En 1971, l’UQTR amorce à son tour une formation dans la discipline et, l’année suivante, une École (...)

18Dans les premières années, l’enseignement donné au CFES se fait dans des conditions modestes. Tous les dimanches, les équipes d’éducateurs de Boscoville et du Centre d’Orientation se réunissent afin de discuter des plus récentes théories américaines et européennes, en psychologie et en pédagogie42. Avec le temps, la formation prend une allure plus structurée et un certificat en psycho-pédagogie de l’enfance est décerné aux finissants par l’Université de Montréal. L’année 1963 est déterminante pour la jeune discipline, alors qu’une licence d’éducation spécialisée est officiellement créée dans les universités de Montréal et de Sherbrooke. À Montréal, le nom du diplôme change pour celui de psycho-éducation en 196643.

19Synthèse d’influences internationales diverses, le système mis en place à Boscoville s’impose comme l’incarnation la plus achevée de l’approche psychoéducative. La cure est centrée sur la personnalité de l’adolescent inadapté. Le rôle du psychoéducateur consiste à aider ce dernier à raffermir et actualiser les forces de son Moi. Toutes les activités scolaires, sportives ou artistiques, comme tous les moments de la vie quotidienne, sont mis à profit. Ce travail s’opère dans le cadre physique de l’internat : on juge nécessaire de soustraire le jeune de son milieu pour l’intégrer dans une sorte d’incubateur où tous les paramètres sont bien contrôlés.

20La théorie des étapes de la rééducation inspire le parcours boscovillien de transformation du délinquant. La première étape, celle de « l’accommodation », correspond au séjour en « banlieue ». Le sujet s’y familiarise avec ses éducateurs et camarades. Le cadre de l’internat favorise une plus grande maîtrise de ses pulsions et permet un premier déconditionnement. Les autres étapes se vivent au sein même de la cité. La deuxième est celle du « contrôle » et marque l’entrée du jeune dans le « quartier » de rééducation proprement dit. Ce stade vise la consolidation du comportement extérieur. L’adolescent imite ses camarades plus avancés et acquiert une plus grande maîtrise de ses actes. La satisfaction stimule un désir d’engagement dans la vie du groupe. À la fin de cette étape, le jeune reçoit sa carte de citoyen. Une troisième étape, dite de la « production », consiste à éveiller l’activité créatrice. Grâce au programme d’activités, l’adolescent développe ses talents et forge une image plus positive de lui-même. Cette phase est aussi marquée par un attachement plus authentique à la figure de l’éducateur. La dernière étape, enfin, est celle de la « personnalité » ; elle correspond à un gain d’autonomie chez le jeune qui a désormais intériorisé le schème de valeurs positives transmis par le centre. Devenu sujet de son existence, l’adolescent formule alors un engagement personnel à vivre d’une manière non-délinquante. On le voit, cette conception « étapiste » de la rééducation dessine une trajectoire qui va de l’extérieur vers l’intérieur de la personne. Elle culmine en principe, après un minimum de 18 mois, par une véritable reconquête de soi.

1.3. L’Institut Val du Lac

  • 44 Avant de devenir Val du Lac en 1959, l’œuvre porte différents noms : Centre Notre-Dame-de-la Santé (...)

21Si l’expérience du Centre d’orientation et de Boscoville est généralement associée aux origines de la psychoéducation, l’on aurait tort de négliger cependant un troisième pôle – régional celui-là – de développement de la profession. Fondé en 1944, l’Institut Val du Lac est à l’origine une composante de la Société de réhabilitation de Sherbrooke44. Tout comme Boscoville, l’institution sherbrookoise naît comme simple camp saisonnier qui reçoit des garçons de tous âges issus principalement des orphelinats. Le personnel ecclésiastique n’a pas de formation particulière.

  • 45 Cela se fait avec la collaboration du psychologue Jean-Claude Lessard sous la tutelle de l’Univers (...)

22Dès 1948, l’augmentation des clientèles force à transformer le camp d’été en établissement permanent. Toutefois, faute de ressources et de personnel suffisamment formé, l’œuvre rencontre des difficultés. Mais la situation change au début des années 1950 avec l’arrivée du jeune prêtre Euchariste Paulhus (1924 –) qui se découvre un intérêt particulier pour le travail auprès des jeunes défavorisés. Sous son impulsion, des cours pour le personnel éducateur sont organisés45.

  • 46 Entrevues menées par Lucia Ferretti et Louise Bienvenue avec Euchariste Paulhus, 5 novembre et 3 d (...)
  • 47 Fournier, Historique de Val du Lac, p. 13 et 58.
  • 48 Connu pour ses travaux sur la catéchèse auprès des déficients, l’abbé Henri Bissonnier a enseigné (...)
  • 49 Paulhus souhaite faire ses études à Paris auprès de l’abbé Bissonnier mais son évêque, Mgr Cabana, (...)

23Les garçons accueillis à Val du Lac sont pour beaucoup des « retours de crèches », soit des enfants nés hors mariage et n’ayant pas eu la chance d’être adoptés en bas âge. Carencés par une vie en institution, ils souffrent de retards pédagogiques qu’on distingue mal à l’époque de la déficience intellectuelle. Afin de développer pour eux des soins appropriés, l’abbé Paulhus cherche d’abord à approfondir sa propre formation en suivant les cours de l’Institut de psychologie de l’Université de Montréal. Il se tourne aussi vers les États-Unis et participe assidûment aux congrès de l’American Association of Mental Deficiency46. À partir de 1953, le programme de Val du Lac s’inspire en partie de celui des classes spéciales pour déficients des écoles publiques de la ville de New York où l’accent est mis, entre autres, sur l’éducation occupationnelle. Il s’agit de favoriser, par le biais d’apprentissages pratiques, l’insertion des jeunes dans une vie quotidienne la plus « normale » possible47. Paulhus développe aussi un intérêt pour la recherche effectuée en Europe. À l’occasion d’un congrès à Trois-Rivières, il fait la rencontre déterminante du prêtre français Henri Bissonnier, personnage connu des milieux d’éducation spécialisée48. C’est à la suggestion de ce dernier que le Québécois entreprend des études en France49.

  • 50 Euchariste Paulhus, Jean Mesny, L’Engagement chrétien du jeune inadapté, Paris, Fleurus, 1968.
  • 51 Entrevues avec Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et juin 2010.

24Entre 1955 et 1957, Euchariste Paulhus complète un doctorat en pédagogie à l’Institut catholique de Lyon. Il s’initie à la démarche de recherche universitaire auprès de Jean Mesny, avec lequel il publiera plus tard un ouvrage50. À l’occasion de son séjour européen, le jeune prêtre québécois ne manque pas de s’insérer aussi dans divers réseaux professionnels : il est invité, entre autres, par Bissonnier à participer aux activités du Bureau international catholique de l’enfance (BICE) et se rend aussi, en 1956, au congrès de l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés à Fontainebleau51.

  • 52 Fournier, Historique de Val du Lac..., p. 14-15.

25À son retour à Val du Lac, le diplômé fait bénéficier l’institut de son engagement nouveau dans la recherche clinique de niveau universitaire et entreprend de profondes transformations organisationnelles et pédagogiques. L’œuvre, qui accueillait auparavant une clientèle variée, se consacre désormais aux « déficients mentaux considérés éducables ». Caractéristique d’une approche psychoéducative en voie d’élaboration, la nouvelle démarche adoptée à Val du Lac tente de mettre à profit les petits événements de la vie quotidienne et les diverses interactions au sein des groupes pour développer le potentiel des jeunes. Toutes les activités scolaires et parascolaires, soigneusement programmées et intégrées dans une progression par étapes, doivent concourir à la rééducation des sujets : expression corporelle, travail de psychomotricité, psychodrames, etc.52

  • 53 Entrevues avec Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et juin 2010.

26À cette époque, le dynamisme d’E. Paulhus se manifeste aussi sur le front de la formation professionnelle. Au sein de la toute nouvelle Université de Sherbrooke, il fonde en 1957 un programme de certificat en psychopédagogie de l’enfance inadaptée. Observant ces développements depuis Montréal, son collègue Gilles Gendreau, soucieux d’uniformiser la profession naissante, le convainc d’établir un programme intégré où les étudiants de Sherbrooke et de Montréal seront réunis au cours d’une première année d’étude. L’expérience est tentée à partir de 1959, mais des problèmes logistiques forcent à y mettre fin en 196353.

27L’interaction nouvelle entre l’université et Val du Lac s’avère profitable. En 1963, l’abbé Paulhus quitte officiellement l’institut pour se consacrer à son travail à l’université. L’époque est marquée par une bonne circulation d’étudiants et d’enseignants entre la France et le Québec. Pour le professeur Paulhus, ces années seront aussi caractérisées par une implication sans relâche au sein de la commission médico-pédagogique et psychosociale du BICE.

2. L’association professionnelle québécoise et ses rapports à l’international

  • 54 Dès 1954, Henri Joubrel, fondateur de l’AIEJI, plaide en faveur d’une terminologie internationale (...)
  • 55 AOCCPPQ, doc. 334, « Les facteurs déterminant la constitution de la corporation professionnelle de (...)
  • 56 Entrevues avec Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et juin 2010. Ces préoccupations montréalo-c (...)

28Alors que les bases d’une formation universitaire en psychoéducation sont posées au cours des années 1950, les dirigeants montréalais de Boscoville et du Centre d’orientation travaillent aussi à la fondation d’une association professionnelle. Celle-ci voit le jour en 1955, sous une appellation très inspirée des regroupements français et international : l’Association des éducateurs spécialisés de jeunes inadaptés (AESJI)54. Des enjeux salariaux motivent, à l’origine, ce premier regroupement de praticiens mais, bientôt, des questions d’identité professionnelle et d’éthique animeront aussi les débats de la jeune association55. En 1959, l’équipe d’éducateurs de Val du Lac joint les rangs de l’AESJI, non sans déplorer les accents très métropolitains de celle-ci56.

  • 57 Renou, « La psychoéducation : une perspective historique… », p. 66.
  • 58 En 1964, on prend exemple sur la revue française Liaisons pour développer une revue professionnell (...)

29A-t-on surtout besoin d’une organisation de type syndicale, consacrée à la négociation de conditions de travail décentes, ou plutôt d’une véritable corporation professionnelle ? Voilà la question qui se pose aux membres de l’association au début des années 1960. La recherche d’un statut social plus prestigieux fera pencher la balance vers la deuxième option57. Dans cet esprit, l’AESJI se dote d’une charte officielle, en 1962, et supervise la parution d’une revue professionnelle dès 196558. L’Association se donne aussi le mandat de superviser la formation professionnelle. En 1968, une première demande est adressée au gouvernement du Québec en vue d’obtenir la pratique réservée.

  • 59 AOCCPPQ, coll. M. St-Jacques (à l’avenir CMSJ), doc. 8, AESJI, « Éducateur spécialisé pour jeunes (...)

30En cette période pionnière, les défenseurs de la nouvelle profession psychoéducative se montrent confiants d’incarner l’avenir thérapeutique en matière d’aide à l’enfance en difficulté. À ce titre, ils cherchent à inscrire leur entreprise au sein d’une mouvance plus large, d’envergure internationale : « En Europe, aux États-Unis comme au Canada », lit-on dans les documents de l’AESJI, « la rééducation des milliers de jeunes qui ne réussissent pas à s'intégrer productivement à la société demande le secours d’hommes et de femmes évolués et créateurs59 ». L’image d’une pratique professionnelle qui embrasse le progrès social est véritablement centrale à l’identité du groupe qui se forge.

31Pour cette jeune profession en quête de reconnaissance dans l’espace québécois, les liens établis avec les autres pays servent aussi de caution de crédibilité. Dans les mémoires adressés au fil des ans au gouvernement provincial afin d’obtenir l’incorporation et, ultérieurement, la reconnaissance légale en tant que profession à titre réservé, l’AESJI insiste sur son rayonnement au-delà des frontières du Québec et du Canada, en déployant la longue liste des conférences données par ses membres sur diverses tribunes étrangères. Le mémoire de 1969, par exemple, comprend une rubrique intitulée « participation à l’échelon international » où sont recensées plusieurs interventions réalisées en Suède, en Belgique, en Italie, en France et dans de nombreuses villes américaines. À la fin du document, la recommandation suivante est reproduite :

Les délégués des différentes commissions du Ve Congrès International des Éducateurs de Jeunes Inadaptés tenu à Rome, en juin 1960, après avoir constaté que l’expérience canadienne devançait de beaucoup les réalisations en cours dans les autres pays, exprimèrent les vœux suivants :

  • Favoriser un séjour plus ou moins prolongé des spécialistes des autres pays à notre Centre de formation au moyen de bourses provenant des organismes comme l’O.N.U., l’U.N.E.S.C.O., etc.
  • Que le Canada délègue des éducateurs spécialisés d’expérience à titre de consultants dans d’autres pays.
  • Qu’il y ait diffusion des réalisations canadiennes au moyen de publications60.
  • 61 AOCCPPQ, CJG, doc. 593, Mémoire concernant la demande d’incorporation de la profession de psycho-é (...)

32Certains documents de l’AESJI témoignent ainsi de la volonté des promoteurs québécois de la psychoéducation à s’imposer internationalement comme interlocuteurs privilégiés pour tout ce qui concerne l’éducation spécialisée au Québec. Si on les retrouve au sein de diverses organisations comme le BICE, déjà nommé, l’Union Internationale de la Protection de l’enfance, l’Union mondiale des organismes de la Sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence, le Conseil de l’Europe sur la délinquance, la Conference on Exceptional Children, le Canadian-United States joint study group on Mental Retardation61, pour ne mentionner que celles-là, leur inscription internationale se réalise surtout par l’intermédiaire de l’Association internationale des éducateurs pour jeunes inadaptés.

  • 62 Sa fondation est précédée de quelques rencontres d’éducateurs dans les années 1940. Boussion, « Le (...)
  • 63 AOCCPPQ CAPEQ, doc. 523, Note sur l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés, (...)

33Fondée en 1951, fruit des initiatives de rapprochement franco-allemandes d’après-guerre, l’AIEJI conserve longtemps une couleur européenne, voire nettement française62. Elle intéresse pourtant vivement les pionniers de la psychoéducation québécoise qui y maintiennent au fil des ans une représentation active et s’inspirent des thèmes qu’elle aborde. L’AIEJI favorise la circulation d’idées et la confrontation des expériences nationales dans le cadre de congrès biannuels et de journées d’études ; elle se donne le mandat de « remplacer partout les ‘surveillants’ de ces jeunes socialement inadaptés par des éducateurs méritant ce nom ». À cette fin, l’association fait également la promotion des échanges et de stages internationaux. Pour ses membres majoritairement européens, elle s’avère en outre un important relais d’information pour tout ce qui concerne les techniques d’observation provenant des États-Unis63.

  • 64 Dès sa fondation, l’AIEJI s’affirme comme non-confessionnelle. Toutefois, l’association comprend d (...)

34Au cours des années étudiées, l’AIEJI se présente pour les Québécois comme un cadre où se renforcent, au premier chef, les liens « naturels » avec les représentants français de l’éducation spécialisée64. Mais l’association leur permet aussi d’établir des relations avec d’autres intervenants européens, comme le Hollandais Mulock Houwer, mentionné plus haut. Ce dernier développera d’ailleurs des rapports très cordiaux avec les éducateurs du Québec. En 1961, les commentaires qu’il publie à la suite d’un voyage au Canada, sont particulièrement flatteurs pour Boscoville, le Centre d’orientation et le programme de formation mis en place par l’école psychoéducative montréalaise :

  • 65 D. Mulock Houwer, « Oh !...Canada ! (I) », in Informations de l’Union internationale de Protection (...)

Si, avant mon voyage au Canada, vous m’aviez demandé où l’on pouvait trouver les meilleurs programmes de formation d'éducateurs, j’aurais dit sans hésiter : en Angleterre [...], en Hollande [...], en France [...] et au Danemark [...]. Cependant, aujourd’hui, j’ajouterais avec une majuscule : Montréal, avec son « Cours du certificat de psycho-pédagogie de l’enfance inadaptée »65.

  • 66 AOCCPPQ, CAPEQ, doc. 516, Compte-rendu de la réunion préparatoire du 2e Congrès de l’AIEJI, Bruxel (...)
  • 67 Un document de 1957 souligne, par exemple, que « Seule une formation solide en psychologie dynamiq (...)

35Les thèmes abordés au sein de l’AIEJI recoupent largement ceux qui figurent à l’ordre du jour de l’association professionnelle québécoise : définition du rôle de l’éducateur, « casework », coopération avec les psychiatres et psychologues, systèmes de rééducation en internat, dynamique interne des groupes, nature psychologique de la relation éducateur-enfant inadapté, valeur du placement familial, collaboration des internats de rééducation avec les familles, etc.66. La confrontation du discours de l’association internationale avec celui développé au Québec confirme une convergence des principes considérés comme constitutifs de la jeune profession. On y insiste, par exemple, sur la centralité de la dimension affective de la relation d’aide et sur l’importance de la dynamique communautaire dans le processus rééducatif. La nécessité, pour l’éducateur, de se doter d’une solide formation « scientifique » et, surtout, d’une connaissance approfondie des règles de la psyché humaine est également soulignée de manière récurrente dans le discours respectif des associations internationale et nationale67.

  • 68 AOCCPPQ, CAPEQ, doc. 523, « Note sur l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadapt (...)

36Des variantes émergent toutefois. On l’a vu, l’école psychoéducative québécoise veut embrasser plus large que le modèle européen. Attachée au principe d’une rééducation dite « totale » qui aborde tous les aspects de la personnalité du jeune en difficulté, elle insiste par exemple pour que l’instruction proprement dite soit intégrée aux responsabilités du psychoéducateur. Une telle approche fait contraste avec la définition professionnelle adoptée par l’AIEJI qui conçoit plutôt l’éducateur comme celui qui prend en charge le jeune « en dehors des heures de classe ou d’atelier68 ».

  • 69 Jeannine Guindon, « La formation des éducateurs spécialisés à l’institut de psychologie de l’Unive (...)
  • 70 AOCCPPQ, coll. G. Gendreau, doc. 99, Lettre de Gilles Gendreau à Henri Joubrel, Président de l’AIE (...)

37Amorcés dans les années 1950 avec la présence de Gilles Gendreau à l’état-major, les liens du Québec avec l’association internationale se confirment dans la décennie suivante. En 1960, la participation remarquée de Jeannine Guindon au 5e Congrès de l’AIEJI tenu à Rome contribue de manière significative à faire connaître les avancées québécoises. Intitulée « La formation des éducateurs spécialisés à l'Institut de psychologie de l'Université de Montréal », cette conférence fera ultérieurement l’objet d’une publication69. Au milieu des années 1960, alors que des tensions sont palpables au sein de l’équipe dirigeante de l’AIEJI à qui l’on reproche d’être trop centrée sur la France, le directeur de Boscoville, Gilles Gendreau, saisit l’occasion pour agir à titre de pacificateur. Il invite les membres à sortir d’un modèle artisanal de fonctionnement qui ne rend pas justice aux prétentions internationales du regroupement. Dans une lettre adressée à quelques confrères, il écrit sur un ton solennel : « Quant à moi, je m'engage à partir de 1965, à faire que mon rôle de vice-président international n'en soit plus un honorifique ou de parure [...]. Au Canada nous connaissons l'importance d'une association internationale et nous voulons qu'elle vive70 ».

  • 71 AOCCPPQ, CAPEQ doc. 483, AIEJI, Composition du Bureau et du Conseil d’administration (depuis le 2 (...)
  • 72 Néanmoins, l’AIEJI réussit suffisamment à établir sa crédibilité pour obtenir un statut consultati (...)
  • 73 L’association québécoise invite, par exemple, ses membres à participer aux congrès de l’AIEJI. AOC (...)

38Le Montréalais ne semble toutefois pas en mesure de tenir sa promesse car au procès-verbal de l’assemblée annuelle de 1966, Gendreau figure désormais comme « ancien VP ». Cependant, un autre éducateur de Boscoville, Bernard Tessier, est introduit à titre de membre du « conseil technique » de l’association internationale71. Ces épisodes montrent à la fois le grand intérêt des Québécois à se rattacher à l’organisation professionnelle internationale, mais aussi leur difficulté à maintenir un engagement actif dans un contexte d’éloignement et de pauvreté des ressources. La fragilité d’une organisation comme l’AIEJI se comprend, en effet, quand on sait qu’elle doit miser, pour assurer sa vitalité et sa représentativité, sur des membres qui sont, par ailleurs, fort mobilisés par un travail quotidien très exigeant auprès des jeunes72. Malgré ses inévitables aléas, l’adhésion des psychoéducateurs du Québec à l’instance professionnelle internationale semble avoir eu, sur les plans symbolique et concret, une grande valeur : on y fait référence pour développer le sentiment d’appartenance à un mouvement d’envergure73. L’association s’avère aussi un lieu privilégié de promotion du modèle québécois de rééducation et de formation des éducateurs.

3. La systématisation des échanges d’éducateurs français et québécois

  • 74 Nos archives n’indiquent pas le prénom de Mme Revon ; toutefois le site des Amis du Centre Familia (...)
  • 75 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 5, Notes sur les démarches faites pour le projet d’échange d’éducateurs entre (...)

39Au cours des années 1960, les rapports des éducateurs québécois avec l’international et, principalement, avec la France prennent une tournure plus organisée. La fondatrice des Centres familiaux de jeunesse à Paris, Marie-Magdeleine Revon, joue dans ce dossier un rôle déterminant74. Au début de la décennie, cette dernière entreprend un épuisant travail diplomatique visant à rendre systématiques les échanges d’éducateurs français et québécois. Après avoir essuyé un premier échec d’organisation en 1963, elle se rend au Canada l’année suivante pour rencontrer un nombre impressionnant d’acteurs des milieux concernés75.

  • 76 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 5, Lettre de M. Leduc, Ambassadeur de France, à Mme Revon, Fondatrice des Cent (...)
  • 77 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 16, Lettre de Madame Revon à Melle Guindon, 3 février 1968 et Lettre de Madame (...)

40Ravie de constater la qualité du travail des éducateurs québécois à Boscoville, à l’Institut Val du Lac et au centre de formation de l’Université de Montréal, Revon entre aussi en relation avec de nombreux officiels canadiens et québécois auprès de qui elle espère obtenir une aide financière structurelle pour le fonctionnement des échanges. Multipliant les rencontres et la correspondance, elle sollicite, entre autres, l’ambassadeur de France au Canada, François Leduc, l’ambassadeur du Canada en France, Pierre Dupuy, Mme Vanier, épouse du Gouverneur général, ainsi que des représentants du Conseil des Arts76. La Française s’initie ce faisant, et non sans y perdre son sang-froid, à la complexité du système fédéral à double palier77.

  • 78 Samy Mesli, La coopération franco-québécoise dans le domaine de l’éducation de 1965 à nos jours, U (...)
  • 79 Stéphane Paquin, « Les relations internationales du Québec sous Lesage, 1960-1966 », in Stéphane P (...)

41Au cours de ces années de Révolution tranquille, on le sait, Québec entend affirmer sa place et sa personnalité dans les relations internationales. Dans l’esprit de la doctrine Gérin-Lajoie qui favorise le prolongement à l’international des compétences provinciales, l’entrée du Québec sur la scène diplomatique est, entre autres, marquée par la signature d’une entente de coopération franco-québécoise dans le domaine de l’éducation en 1965 qui dynamise les échanges78. La création de nouvelles instances comme la Délégation du Québec à Paris, en 1964 et l’Office franco-québécois pour la Jeunesse en 1968 favorise aussi l’intensification de ces relations79.

  • 80 Entrevue de Lucia Ferretti et Louise Bienvenue avec Clément Thibert. Québec, 26 novembre 2009.
  • 81 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 5, « Note sur les démarches faites pour le projet d’échange d’éducateurs entre (...)
  • 82 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 5, Lettre de M. Leduc, Ambassade de France au Canada, à Madame Revon, Paris, 1 (...)

42À l’échelle provinciale, Revon tente plusieurs démarches auprès des gens des ministères du Bien-être social et de l’Éducation qui se partagent l’autorité sur le champ de l’éducation spécialisée80. Malgré un contexte de plus en plus favorable, rien n’est donc simple dans la tentative d’établir des passerelles solides entre la France et le Québec pour les éducateurs spécialisés ; l’un des principaux obstacles étant certainement le niveau d'études des éducateurs français puisque les bourses fédérales sont en principe réservées aux universitaires81. Revon veut contourner ce problème en négociant à l’échelle fédérale « un véritable accord culturel » qui réserverait de manière statutaire et exclusive des bourses aux éducateurs spécialisés. À son grand dam cependant, ses démarches n’aboutissent jamais parfaitement82.

  • 83 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 4, Lettre de Madame Revon, Espoir-Centres familiaux de Jeunes, Paris, à Monsie (...)

43À partir du milieu de la décennie, on observe tout de même un progrès. En 1965, un comité d’échanges France-Québec est organisé du côté français. Des figures prestigieuses de l’univers de l’enfance en difficulté – les Jean Chazal, Henri Joubrel, Henri Bissonnier, et autres Jean Pinaud et Clément Launay, en font partie. On y retrouve aussi Jean Vanier, fondateur de l’Arche et fils du gouverneur général du Canada, dont la présence sur le comité revêt à n’en pas douter un caractère stratégique83.

  • 84 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, PV d’une réunion tenue à Paris, rue Wagram, 09 novembre 1967.

44Du côté québécois, l’AESJI et son représentant, Jean-Marie Carette, tentent également de poser des bases organisationnelles d’échange. Gendreau, Paulhus, Guindon, Mailloux et Carrette finissent par composer l’essentiel du comité québécois, ce qui indique à nouveau la centralité de l’école psychoéducative dans les structures internationales mises en place au cours de la décennie. Les échanges France-Québec démarrent véritablement en 1966 avec la venue d’un premier Français au Québec, Jacques Salomé, directeur d'un foyer de semi-liberté de France84.

  • 85 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 4, Lettre d’Euchariste Paulhus, Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke, (...)
  • 86 Dans l’après-guerre, les expressions « enfance inadaptée » et « enfance exceptionnelle » circulent (...)
  • 87 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, PV d’une réunion tenue à Paris, rue Wagram, 09 novembre 1967.
  • 88 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 16, Lettre de Madame Revon à Monsieur Marcel Saint-Jacques, 09 avril 1968.

45Depuis Sherbrooke, l’abbé Paulhus fera beaucoup pour établir solidement les standards des échanges85. À ce sujet, des discussions entre les deux comités permettent de préciser des balises pour l’admission des candidats québécois. On s’entend, par exemple, pour que ceux-ci soient obligatoirement détenteurs d’un diplôme ou d’une licence en psycho-pédagogie de l'enfance exceptionnelle, un critère qui renforce la mainmise de l’approche psychoéducative86. Par ailleurs, en 1968, année pour laquelle nous avons des données, les institutions québécoises reconnues par le comité comme étant autorisées à admettre des stagiaires français sont toutes, sans exception, reliées au giron psychoéducatif : il s’agit de Boscoville, du Centre d’orientation, de Val du Lac et de Doréa. Madame Revon s’interroge d’ailleurs sur la très courte liste de centres québécois accrédités : « Nous avons l'impression que toute la Rééducation Canadienne tourne autour de trois écoles et Centres de Rééducation de Québec, peut-être est-ce même parce que, nous aussi, nous manquons d'information », dit-elle87. Une autre lettre de Revon traduit l’habileté de l’école psychoéducative à s’imposer comme l’interlocutrice principale des échanges franco-québécois. Ainsi, après s’être adressée à Clément Thibert du « Ministère de l'Éducation nationale [sic] », la Française s’inquiète de ce que ce dernier « ne semble pas avoir les suffrages des Éducateurs Canadiens88 ». L’appartenance de Thibert à un autre réseau, celui du Conseil du Québec de l’enfance exceptionnelle, aurait vraisemblablement été un irritant pour les représentants de la psychoéducation réunis au sein de l’AESJI.

  • 89 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, Procès-verbal d’une réunion tenue en France, 10 janvier 1969.

46Quoi qu’il en soit, en 1967, deux premiers Québécois, éducateurs de Val du Lac, sont acceptés comme stagiaires boursiers en France. Un seul, toutefois, René Bergeron, entreprend dans les faits le voyage qui lui permet de se familiariser avec les centre de Créteil et du Prado près de Lyon, avec la clinique du docteur Michel Lemay à Rennes ainsi que quelques clubs de prévention parisiens. Le psychoéducateur québécois participe également aux journées d'études du BICE, de même qu’à une réunion de l'ANEJI dans la région de Grenoble89.

  • 90 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, Procès-verbal d’une réunion tenue en France, 10 janvier 1969.
  • 91 Service des archives de la province canadienne des Pères de Sainte-Croix, Fonds H10, Dossier H10,1 (...)

47L’année suivante, le contingent français est plus nombreux et ce sont 20 éducateurs spécialisés qui viennent au Québec grâce au soutien de l’Office franco-québécois de la jeunesse. Les rapports qu’ils fournissent au terme de leur séjour témoignent d’un enthousiasme à l’égard des programmes québécois de rééducation. Les stagiaires français remarquent cependant avec moins d’admiration que certains « [c]entres québécois ont des effectifs beaucoup plus importants que les centres français. C’est ainsi que le Mont Saint Antoine comprend 400 garçons de 14 à 17 ans installés dans des pavillons de 24 personnes90 ». De toute évidence, le stage d’observation des éducateurs français, cette année-là, ne fut pas limité aux seules institutions modernes du réseau psychoéducatif. On semble avoir eu accès à une vision beaucoup plus contrastée, et sans doute plus juste, de la réalité québécoise en visitant, entre autres, la toute première école pour délinquants fondée en 1873. Celle-ci fut longtemps la cible des promoteurs de Boscoville qui la voyaient comme une « prison d’État »91.

48En 1968, il n’existe toujours pas d'accords définitifs entre le Québec et la France concernant les échanges d’éducateurs spécialisés, mais les comités nationaux respectifs se félicitent d'un réel progrès, entre autres sur le plan du financement :

  • 92 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, Procès-verbal d’une réunion tenue en France, 10 janvier 1969.

[...] la dernière réunion de la Commission Mixte Interministérielle Franco-Québécoise du 15 Novembre 1968 a décidé que 60 bourses seront réservées à des spécialistes de l'Enfance inadaptée (50 maîtres-formateurs-éducateurs et 10 éducateurs Québécois). Le Québec de son côté serait prêt à octroyer des bourses à des éducateurs français et à permettre des missions de formation d'éducateurs [...]92

  • 93 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 14, Projet d’un voyage d’études d’une durée de trois semaines en France pour p (...)
  • 94 Ils rencontrent à Paris les Revon, Bissonnier, Rempoldi, Capul, Amade, Solosse, Marty et Rouques ; (...)

49Le contexte socio-politique agité en France n’empêche pas qu’un nouveau voyage s’organise avec des objectifs bien arrêtés : « le Québec se situant au point de rencontre de deux influences (États-Unis-Europe, France plus particulièrement), il nous apparaît que ce séjour de trois semaines serait susceptible d'objectiver dans son ensemble nos perceptions actuelles93 ». Des démarches sont également à l’œuvre de l’autre côté de l’Atlantique et, en 1969, un groupe de vingt Québécois de moins de trente ans, composé de deux tiers d’éducateurs en fonction et d’un tiers d’étudiants s’embarque pour une tournée française qui leur fera découvrir les services d’éducation spécialisée de Paris, Rennes, Caen et Lyon94.

  • 95 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, Procès-verbal d’une réunion tenue en France, 10 janvier 1969. La supervisi (...)

50On l’a vu, les Français qui viennent au Québec sont particulièrement intéressés par certains atours de l’approche psychoéducative. Par exemple, les outils développés en termes de « supervision » suscitent la curiosité et il est question de développer sur le sujet un projet de recherche commun95. L’intégration de la théorie et de la pratique dans la formation des éducateurs québécois est aussi un aspect de la réalité professionnelle qui inspire les Français. C’est pour approfondir cette façon de faire que le docteur Michel Lemay, directeur des services médico-psychiatriques de la Fédération bretonne de la sauvegarde de l'Enfance, vient spécialement au Québec en 1967. Il étudiera pendant un mois le fonctionnement du Centre de formation des éducateurs spécialisés (CFES), rattaché à l’Université de Montréal. Interviewé par le quotidien La Presse, il affirme :

Le Centre de formation des éducateurs spécialisés (rattaché au Centre d'orientation du boulevard Gouin) est considéré en Europe comme un chef de file, tant sur le plan de la méthodologie – pour la rééducation des enfants mésadaptés – que sur le plan des programmes qui réussissent à faire passer l'enseignement théorique dans la pratique grâce aux stages des futurs éducateurs dans des institutions pendant toute la durée de leurs études.

  • 96 Archives de Boscoville 2000. Coupures de presse. Gaston Dugas, (le titre de l’article et du journa (...)

51L’article se conclut en soulignant que la France ne possède « aucune école aussi dynamique que le Centre ». On ajoute que le docteur Lemay « veut s'inspirer des méthodes employées au Centre du boulevard Gouin dans l'établissement d'une telle institution en Bretagne, probablement à Rennes96 ».

52L’importance accordée à la création dans le processus rééducatif développé au Québec est un autre aspect qui suscite l’intérêt des visiteurs français. Le rapport d’un stage à Boscoville, effectué par Guy Dutey, directeur des services d’éducation du Rhône, témoigne de cette fascination. Dans la prose du Français, la création artistique devient une métaphore de la transformation de la personnalité visée par la démarche psychoéducative :

  • 97 Bibliothèque CRIV (Vaucresson), Guy Dutay, directeur des Services d’éducation surveillée du Rhône, (...)

Je parlerai en premier de l’activité qui m’a réservé le plus de joie ; la poterie. Cette activité « studio » est dosée à raison d’une heure quotidienne pour chaque quartier. J’y ai passé un certain nombre d’heures, en tête à tête avec un bloc d’argile. J’ai eu comme beaucoup la joie finale de voir se concrétiser en une robuste réalisation les subtiles résultantes de la vitesse d’un tour de poterie, de la résistance de l’argile, de l’affectueuse pression des doigts et de l’eau qu’on donne. La forme entrevue devient soudain réalité par le miracle de mystérieuses résultantes97.

  • 98 Dutey, « Boscoville… », p. 14.
  • 99 Entrevue réalisée par Louise Bienvenue avec Jean-Jacques Yvorel, École nationale de protection jud (...)

53Dutey, qui avait été attiré vers le Québec par la lecture des travaux de Guindon et de Mailloux, se déclare complètement emballé par Boscoville, « cette communauté » qui « rayonne généreusement sur le plan international98 ». À l’instar de nombre de stagiaires français qui vivent une expérience semblable à l’époque, il pressent que ce séjour québécois aura sur lui une forte empreinte99.

4. Conclusion

  • 100 À la fin des années 1960, le comité d’échanges fait paraître une note sur les possibilités d’échan (...)
  • 101 Noël Mailloux, Jeunes sans dialogue, Paris, Fleurus, 1971 ; Gilles Gendreau, L’intervention psycho (...)

54Au cours des années 1940 à 1970, la diffusion des savoirs psychiques favorise à l’échelle occidentale l’affirmation d’une culture et d’un langage communs dans le champ de l’aide à la jeunesse en difficulté qui consacre les efforts pionniers menés dans le cadre des premiers congrès philanthropiques internationaux. Les concepteurs québécois de l’approche psychoéducative qui prend son envol à la même époque développent très tôt une volonté de souscrire de diverses façons à ces échanges entre nations. Empruntant volontiers aux modèles étrangers, ils ont aussi la ferme intention de contribuer de manière originale aux savoirs en constitution sur le traitement de l’inadaptation juvénile en promouvant leurs propres expériences cliniques et réflexions théoriques. On aurait tort ainsi d’appréhender les rapports transnationaux développés par ces pionniers selon un schéma trop simple allant du centre vers la périphérie. Ainsi, même s’il est encore d’usage de penser que, dans un Québec des années 1950 et 1960 encore cléricalisé, la lumière est venue du dehors grâce aux « retours d’Europe » et à une poignée d’universitaires férus des innovations américaines, l’histoire de la psychoéducation invite à revoir cette trame narrative pour adopter une perspective multilatérale. La trajectoire de la psychoéducation montre, en effet, que le Québec de cette époque fut un foyer d’expérimentation qui impressionna à maints égards les observateurs étrangers de la protection de la jeunesse100. En ce sens, la publication des travaux des Mailloux, Guindon, Gendreau et Paulhus aux éditions Fleurus de Paris, par les bons soins d’Henri Bissonnier, directeur de collection, confirmera le succès des efforts de diffusion internationale réalisés par les fondateurs de la profession101.

  • 102 Entrevues de Lucia Ferretti et Louise Bienvenue avec Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et 23 (...)

55On le constate, le pôle français est central dans le travail de réseautage international des psychoéducateurs québécois, et cela même si les influences théoriques originelles du modèle professionnel sont fortement américaines. Un élément d’explication tient au fait que le Canada anglais et les pays anglophones, de manière générale, sont demeurés longtemps réfractaires à ce type de professionnel qu’est l’éducateur spécialisé. On y est psychothérapeute ou on ne l'est pas, en quelque sorte. Il faut, en effet, pratiquement attendre les années 1970 pour voir apparaître de façon formelle les « Child Care Workers ». Ainsi, les États-Unis, à l'instar des pays scandinaves, accordent plus d’importance aux professions médicale et paramédicale dans ce champ d’intervention ; laissant à des « housefathers » et « housemothers » le soin de voir au quotidien les enfants102.

  • 103 Dans les premières années, l’on croit, par exemple, aux possibilités d’enrayer à moyen terme le fl (...)

56Développée par des diplômés de psychologie et de pédagogie animés d’un véritable feu sacré, la cure psychoéducative est porteuse, au cours des années étudiées, de grandes espérances103. Ses promoteurs forgent pour elle de grandes ambitions et travaillent sans relâche à faire admettre ses praticiens comme de véritables professionnels. Dans ce parcours de reconnaissance, la référence internationale apparaît comme une véritable clé. Si l’on en juge par la réussite des psychoéducateurs à intégrer l’institution universitaire, à reléguer les formations concurrentes à la disparition ou à l’échelon collégial et à obtenir une pratique réservée régie par une corporation professionnelle, il semble que les objectifs des pionniers furent en bonne partie atteints.

Notes

1 Une partie de cette recherche a bénéficié d’une subvention du Fonds FQRSC (Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture). Le travail en archives a été grandement facilité par le soutien d’Alexandre Blanchette et d’Alexis Dubois-Campagna.

2 Jeannine Guindon, « Le modèle-psycho-éducateur », in Revue canadienne de psychoéducation (à l’avenir RCPE), vol. 9, n° 1, 1980, p. 51. Il s’agit de la traduction d’un texte originellement écrit en 1977 pour un ouvrage américain dont le titre n’est pas précisé.

3 Un flou terminologique caractérise les premières années du métier, alors que circulent aussi les termes « éducation spécialisée », « rééducation » et « psychopédagogie ». Le vocable « psychoéducation » (d’abord avec un trait d’union) ne s’impose qu’à la fin des années 1960.

4 Pour les fins de cet article, les termes « international » et « transnational » seront utilisés indistinctement comme des notions générales renvoyant aux rapports de nation à nation.

5 Bien qu’une quête vers la reconnaissance légale s’amorce dès le milieu des années 1950, celle-ci n’aboutira vraiment qu’en l’an 2000, avec la création de l’Ordre des Conseillers et Conseillères d’orientation et des Psychoéducateurs et Psychoéducatrices du Québec (OCCPPQ). Sur la démarche d’affirmation des groupes socio-professionnels : Luc Boltanski, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982 ; Andrew Abbott, The System of Professions : An Essay on the Division of Expert Labour, Chicago, University of Chicago Press, 1988 ; Claude Dubar, Pierre Tripier, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1999.

6 Jeannine Guindon, Les étapes de la rééducation des jeunes délinquants et des autres…, Paris, Fleurus, 1970, 310 p.

7 Les travaux en cours de l’historien Julien Prud’homme promettent d’apporter un éclairage plus approfondi sur le sujet.

8 Parmi leurs écrits : Gilles Gendreau, « L’intervention, la formation et la recherche en psychoéducation », in RCPE, vol. 13, n° 1, 1984, p. 3-16 ; Jeannine Guindon, « Le modèle psycho-éducateur », in RCPE, vol. 9, n° 1, p. 51-66 ; Euchariste Paulhus, « Expériences antérieures », in L’Unification de la rééducation, chapitre 1, Rock Forest, Institut Val du Lac inc., septembre 1974.

9 Marcel Renou, « La psychoéducation : une perspective historique », in RCPE, vol. 18, n° 2, 1989, p. 63-88 ; ID., « La psychoéducation : une critique rétrospective de la conception traditionnelle », in RCPE, vol. 20, n° 2, 1991, p. 151-167 ; ID., « Une analyse de l’évolution de la pratique et de la formation en psychoéducation », in RCPE, vol. 7, n° 2, 1998, p. 169-190 ; Jean Ducharme, « Boscoville de 1941 à 1996, un centre en constante réadaptation », in RCPE, vol. 25, n° 2, 1996, p. 107-119 ; ID., Saute d’abord ! : Un parcours de trente-cinq ans en psychoéducation, Montréal, Les Éditions sciences et culture, 1999, 217 p. ; Richard E. Tremblay, Marcel Renou, « La formation des psycho-éducateurs à l’Université de Montréal », in RCPE, vol. 9, n° 2, novembre 1980, p. 128-139. Richard E. Tremblay, « La connaissance et l’intervention : réflexions sur la création de disciplines académiques », in RCPE, vol. 8, n° 1, 1979, p. 57-63.

10 Robert Rumily, Boscoville, Montréal, Fides, 1978 ; Louise Bienvenue, « La ‘rééducation totale’ des délinquants à Boscoville (1942-1970). Un tournant dans l’histoire des régulations sociales au Québec », in Recherches sociographiques, vol. 50, n° 3, 2009, p. 507-536 ; Thérèse Nadeau, Le Centre d’Orientation, 1943-1993, Montréal, Les Éditions du Centre d’Orientation de Montréal, 1993, 16 p. ; Isabelle Fournier, Les internats de rééducation au Québec : un cas type, l’Institut Val du Lac (1944-1972), mémoire de maîtrise (histoire), Université de Sherbrooke, août 1996, 109 p.

11 Nous ne mentionnons ici que quelques titres : Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Éric Pierre (ed.), Enfance et justice au xixe siècle. Essais d’histoire comparée de la protection de l’enfance, 1820-1914. France, Belgique, Pays-Bas, Canada, Paris, PUF, 2001, 443 p. ; Jean Trepanier, Françoise Tulkens, Délinquance et protection de la jeunesse : aux sources des lois belge et canadienne sur l’enfance, Montréal, Presses de l’Université de Montréal ; Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa ; Bruxelles, De Boeck Université, 1995, 139 p. ; Pierre-Yves Saunier, « Les régimes circulatoires du domaine social 1800-1940 : projets et ingénierie de la convergence et de la différence », in Genèses, 2, 2008, n° 71, p. 4-25 ; David Niget, La naissance du tribunal pour enfants. Une comparaison France-Québec, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, 2009, 417 p.

12 Lucia Ferretti, Louise Bienvenue, « Le BICE : creuset des échanges Europe/Québec, 1947-1977 », in Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, numéro spécial « Au chevet de l’enfance irrégulière : vocations, métiers, professions. xixe-xxe siècles » (à paraître, 2011).

13 Catherine Rollet, « La santé et la protection de l’enfant vues à travers les Congrès internationaux (1880-1920) », in Annales de démographie historique, n° 101, 2001/1, p. 97-116 ; Dominique Marshall, « Tensions nationales, ethniques et religieuses autour des droits des enfants : la participation canadienne au Comité de protection de l’enfance de la Société des Nations », in Lien social et Politiques, vol. 44, 2000, p. 101-123 ; ID., « Dimensions transnationales et locales de l’histoire des droits des enfants. La Société des Nations et les cultures politiques canadiennes, 1910-1960 », in Genèses, 2008, 2, n° 71, 47-63.

14 David Niget, « De la justice pénale à la clinique sociale. La justice des mineurs entre modèles internationaux et pratiques locales au xxe siècle », communication présentée au séminaire « Enfance, jeunesse, et régulations sociales. Regards comparés France-Canada, du xixe siècle à nos jours », Maison des Sciences humaines, Université d’Angers, 26-27 mai 2010.

15 Paulhus, « Expériences antérieures... », p. 7.

16 Renou, « La psychoéducation : une perspective historique… », p. 65.

17 Pour une réflexion plus développée sur cette thérapeutique et ses origines historiques, voir Bienvenue, « La ‘rééducation totale’ des délinquants… ».

18 Gérard Pelletier, Histoire des enfants tristes : un reportage sur l’enfance sans soutien dans la Province de Québec, Montréal, Action nationale, [1950], 95 p. Pour une analyse du contexte : Marie-Paule Malouin (ed.), L’Univers des enfants en difficulté au Québec entre 1940 et 1960, Montréal, Bellarmin, 1996, 458 p.

19 Lucia Ferretti, « Reynald Rivard, prêtre psychologue trifluvien. L’essor de l’éducation spécialisée au Québec et la fin des orphelinats ordinaires (1947-1968) », in Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 62, no 3-4, hiver-printemps 2009, p. 533-564.

20 Ferretti, « Reynald Rivard… ».

21 L’une des premières formulations de ce qui deviendra la « théorie des étapes » est produite par Gilles Gendreau. Archives de l’AOCCPPQ, G. Gendreau, « Les étapes de la rééducation d’après l’expérience de Boscoville », Conférence présentée au premier colloque de criminologie de l’Université de Montréal, 1960. Cette esquisse sera développée par Guindon dans sa thèse de doctorat (1969) et dans son livre déjà cité, Les étapes de la rééducation

22 Le titre du livre de Guindon, La rééducation des jeunes délinquants « et des autres », laisse clairement percevoir les larges visées de l’approche développée (nous mettons entre guillemets).

23 Une attitude qui leur vaudra des reproches de la part des générations suivantes. Par exemple, Marcel Renou, Richard E. Tremblay, « L’éducateur et la méthode scientifique », in RCPE, vol. 8, n° 2, 1979, p. 109-115.

24 Michel Peterson, « Présentation », in Noël Mailloux, Psychologie, psychologie clinique, psychodynamique. Choix de textes, 1, Montréal, Liber, « coll. Voix psychanalytiques », 2007, p. 3-27. Deux rencontres que nous avons faites témoignent de cette influence. Entrevues réalisées par Lucia Ferretti et Louise Bienvenue avec Euchariste Paulhus, Sherbrooke, 5 novembre 2009, 3 décembre 2009 et 23 juin 2010 ; Entrevue réalisée par Louise Bienvenue avec Gilles Gendreau à Boscoville, Rivière-des-Prairies, 15 juin 2006.

25 Marie-Paule Leduc, Ces enfants qui m’ont tant appris, Montréal, Éditions sciences et cultures, 2003, p. 30. Voir aussi Thérèse Nadeau, Le Centre d’Orientation, 1943-1993, Montréal, Les Éditions du Centre d’Orientation de Montréal, 1993, 16 p.

26 Leduc, Ces enfants…, p. 31-33.

27 Renou, « La psychoéducation : une perspective historique… », p. 65.

28 Leduc, Ces enfants…, p. 34.

29 Renou, « La psychoéducation : une perspective historique… », p. 65.

30 Leduc, Ces enfants…, p. 31.

31 Fritz Redl, David Wineman, Controls from within : techniques for the treatment of the aggressive child, Glencoe (Ill.), Free Press, 1952, 332 p.

32 Leduc, Ces enfants…, p. 40-42.

33 Un film visionné par Albert Roger aurait été à l’origine de cette inspiration. Il s’agit de Men of Boys Town, réalisé par Norman Taurog (1938). Rumily, Boscoville, p. 31.

34 Entrevue réalisée par Louise Bienvenue avec Gilles Gendreau, 15 juin 2006.

35 Président de l’Association nationale des éducateurs pour jeunes inadaptés en France (ANEJI), fondateur de l’AIEJI, Joubrel aura une influence notable dans l’histoire de la psychoéducation au Québec. AOCCPPQ, coll. J. Guindon (à l’avenir CJG), doc. 593, « Mémoire concernant la demande d’incorporation de la profession de psycho-éducateurs », octobre 1969. Sur sa carrière, on peut consulter A.I.E.J.I. (collectif). Henri Joubrel 1914-1983. Témoin et acteur de l’évolution de l’action éducative et sociale. Saint-Malo (France), AIEJI, 1985.

36 Rumily, Boscoville, p. 79.

37 Entrevue réalisée par Louise Bienvenue avec Gilles Gendreau, 15 juin 2006.

38 Archives personnelles de Gilles Gendreau. Gendreau, « La psychoéducation : une discipline professionnelle ! Une discipline scientifique ? », Présentation lors de la rencontre inaugurale du programme de doctorat à l’Université de Montréal, s.d.

39 Rumily, Boscoville, p. 90. Mulock Houwer était alors le directeur des maisons Zandbergen à Amersfoort, conçues sur le modèle pavillonnaire à une époque où cette formule était encore exceptionnelle ailleurs en Europe. Il fut Secrétaire général de l’Union internationale de protection de l’enfance et visita très souvent le Québec jusqu’à la fin des années 1960. Samuel Boussion, « Les éducateurs spécialisés et leur association professionnelle : l’ANEJI de 1947 à 1967. Naissance et construction d’une profession sociale », Université d’Angers, Thèse de Doctorat (histoire), 2007 et Dan Mulock Houwer, « Pauvres enfants des pays riches », in L’enfant exceptionnel. Revue du CQEE, vol. 4, n° 4, décembre 1968, p. 4-12.

40 Henri Joubrel, « Aperçus sur la protection de l’enfance dans la province de Québec », Rééducation. Revue française de l’enfance délinquante, déficiente et en danger moral, n° 53, 8e année, janvier-février. 1954, p. 15-22.

41 Rumily, Boscoville, p. 97. Jeannine Guindon formule une version un peu différente du rôle de Joubrel dans les débuts de la formation professionnelle, « Une nouvelle discipline, la psychoéducation », Sans frontières, hors-série, n° 2, 1995, p. 3-16.

42 Dans les premières années, l’influence est en bonne partie américaine et les éducateurs s’approprient les travaux de Redl, Bettelheim et Erikson. On se réfère aussi aux théoriciens de la pédagogie active : Montessori, Deway, Decroly, Freinet et Ferrière. Courriel de Gendreau, adressé à Bienvenue, 21 octobre 2006.

43 En 1971, l’UQTR amorce à son tour une formation dans la discipline et, l’année suivante, une École de psycho-éducation affranchie de la tutelle de l’Institut de psychologie ouvre officiellement ses portes à l’Université de Montréal.

44 Avant de devenir Val du Lac en 1959, l’œuvre porte différents noms : Centre Notre-Dame-de-la Santé, puis Centre Notre-Dame de la Joie. Isabelle Fournier, Historique de Val du Lac, Rock Forest, Les Amis de Val du Lac, p. 4 et 23. Cette publication est tirée du mémoire de maîtrise de l’auteure, voir note 9.

45 Cela se fait avec la collaboration du psychologue Jean-Claude Lessard sous la tutelle de l’Université Laval. Fournier, Historique de Val du Lac, p. 11.

46 Entrevues menées par Lucia Ferretti et Louise Bienvenue avec Euchariste Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et juin 2010

47 Fournier, Historique de Val du Lac, p. 13 et 58.

48 Connu pour ses travaux sur la catéchèse auprès des déficients, l’abbé Henri Bissonnier a enseigné dans plusieurs universités européennes. Dans les années 1950, il est, entre autres, professeur au Centre national d’études pédagogiques de France, titulaire de la Chaire de psycho-pathologie à l’Institut catéchétique de l’Université catholique de Paris et secrétaire général de la Commission médico-sociale et psychopédagogique du Bureau international catholique de l’enfance. Voir Archives du Séminaire de Trois-Rivières (à l’avenir ASTR), FN 0733, Boîte 11, Psycho-pédagogie – Cours aux prêtres éducateurs, curriculum de l’abbé Bissonnier.

49 Paulhus souhaite faire ses études à Paris auprès de l’abbé Bissonnier mais son évêque, Mgr Cabana, choisit plutôt de l’envoyer à l’Institut catholique de Lyon. Entrevues avec Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et juin 2010.

50 Euchariste Paulhus, Jean Mesny, L’Engagement chrétien du jeune inadapté, Paris, Fleurus, 1968.

51 Entrevues avec Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et juin 2010.

52 Fournier, Historique de Val du Lac..., p. 14-15.

53 Entrevues avec Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et juin 2010.

54 Dès 1954, Henri Joubrel, fondateur de l’AIEJI, plaide en faveur d’une terminologie internationale commune pour la profession en favorisant le terme « d’éducateur » pour « jeunes inadaptés ». Il réagit au concept hollandais « d’orthopédagogue » qu’il juge inapproprié. AOCCPPQ, Coll. APEQ (désormais CAPEQ), doc. 516, « Compte-rendu de la réunion préparatoire du 2e Congrès de l’AIEJI », Bruxelles, 24 novembre 1953, 5 p. L’AESJI change de nom en 1969 et devient l’Association des psycho-éducateurs du Québec. En l’an 2000, elle est intégrée au sein de l’OCCPPQ.

55 AOCCPPQ, doc. 334, « Les facteurs déterminant la constitution de la corporation professionnelle des psychoéducateurs du Québec », 1974. Également, Mario Tardif et Jean-Pierre Seneca, « Suggestion en rapport avec l’adoption d’un code d’éthique professionnelle pour les psycho-éducateurs », 1972.

56 Entrevues avec Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et juin 2010. Ces préoccupations montréalo-centristes engendrent quelques tensions. AOCCPPQ, CAPEQ, doc. 548, « Lettre d’Euchariste Paulhus, membre actif de l’AESJI, à Guy Lapointe, président, 2 septembre 1964 ».

57 Renou, « La psychoéducation : une perspective historique… », p. 66.

58 En 1964, on prend exemple sur la revue française Liaisons pour développer une revue professionnelle au Québec. AOCCPPQ, CAPEQ, doc. 545, Message de Guy Lapointe, président de l’AESJI, à ses membres, 6 p. La Revue canadienne de psycho-éducation cesse sa parution en 1972 pour renaître en 1979. AOCCPPQ, « Historique de l’APEQ de 1955 à 1983 ».

59 AOCCPPQ, coll. M. St-Jacques (à l’avenir CMSJ), doc. 8, AESJI, « Éducateur spécialisé pour jeunes inadaptés. In libertate sursum : 1ère partie. Présentation de Pierre Gauthier, Ps.pd, Président de l’Association des Éducateurs spécialisés pour jeunes inadaptés ».

60 AOCCPPQ, CJG, doc. 593, Mémoire concernant la demande d’incorporation de la profession de psycho-éducateur, octobre 1969.

61 AOCCPPQ, CJG, doc. 593, Mémoire concernant la demande d’incorporation de la profession de psycho-éducateur, octobre 1969.

62 Sa fondation est précédée de quelques rencontres d’éducateurs dans les années 1940. Boussion, « Les éducateurs spécialisés … », p. 195.

63 AOCCPPQ CAPEQ, doc. 523, Note sur l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés, 15 juillet 1955, 3 p.

64 Dès sa fondation, l’AIEJI s’affirme comme non-confessionnelle. Toutefois, l’association comprend des figures catholiques dynamiques comme Jacques Guyomarc’h, directeur du centre la Prévalaye. Cette caractéristique a pu faciliter l’intégration des Québécois en leur offrant un univers de référence familier. Sur Guyomarc’h voir la thèse de BOUSSION, « Les éducateurs spécialisés … », p. 69.

65 D. Mulock Houwer, « Oh !...Canada ! (I) », in Informations de l’Union internationale de Protection de l’Enfance, n° 89, mai-juin 1960, p. 3.

66 AOCCPPQ, CAPEQ, doc. 516, Compte-rendu de la réunion préparatoire du 2e Congrès de l’AIEJI, Bruxelles, 24-25 novembre 1953, 5 p. et doc. 523, Note sur l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés, 3 p.

67 Un document de 1957 souligne, par exemple, que « Seule une formation solide en psychologie dynamique peut assurer le rendement efficace de l’éducateur spécialisé ». AOCCPPQ, CMSJ, doc. 8, Document de l’AESJI. « Éducateur spécialisé pour jeunes inadaptés. In libertate sursum », 2e partie, Dr Claudio Busnelli, « Aspects de la profession d’éducateur spécialisé en Europe », p. 4-8.

68 AOCCPPQ, CAPEQ, doc. 523, « Note sur l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés », 15 juillet 1955, 3 p.

69 Jeannine Guindon, « La formation des éducateurs spécialisés à l’institut de psychologie de l’Université de Montréal », in Revue canadienne de criminologie, vol. 2, n° 3, 1960, p. 80-95.

70 AOCCPPQ, coll. G. Gendreau, doc. 99, Lettre de Gilles Gendreau à Henri Joubrel, Président de l’AIEJI et à M. Z. Hartog, Président, Pays-Bas, 12 janvier 1965.

71 AOCCPPQ, CAPEQ doc. 483, AIEJI, Composition du Bureau et du Conseil d’administration (depuis le 2 mai 1966).

72 Néanmoins, l’AIEJI réussit suffisamment à établir sa crédibilité pour obtenir un statut consultatif auprès de l’UNESCO. La chose est soulignée au Québec lors d’une assemblée de l’AESJI. AOCCPPQ, doc. 56, CMSJ, Procès-verbal de l’Assemblée générale de l’AESJI, 2 janvier 1960.

73 L’association québécoise invite, par exemple, ses membres à participer aux congrès de l’AIEJI. AOCCPPQ, CMSJ, doc. 56, Procès-verbal de l’Assemblée générale de l’AESJI, 2 janvier 1960. C’est dans cet esprit des démarches sont entreprises pour que le congrès de l’AIEJI soit organisé à Montréal en 1967. Les démarches n’aboutissent pas et le congrès a plutôt lieu à Amsterdam. Il faut attendre 1978 pour que Montréal devienne l’hôte du congrès international. AOCCPPQ, CAPEQ, doc. 520, M. Saint-Jacques, AIEJI et le congrès international 1982, tenu à Copenhague. Un peu d’histoire.

74 Nos archives n’indiquent pas le prénom de Mme Revon ; toutefois le site des Amis du Centre Familial De Jeunes de Vitry et du Centre Familial De Jeunes du Plessis-Trévise fait référence, dans son historique, à une Marie Magdeleine Revon qui semble bien la même. http ://web.me.com/mihl/ACFDJ/accueil.html (consulté le 14 mars 2010).

75 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 5, Notes sur les démarches faites pour le projet d’échange d’éducateurs entre la France et le Canada, s.d. [circa 1966].

76 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 5, Lettre de M. Leduc, Ambassadeur de France, à Mme Revon, Fondatrice des Centres familiaux de Jeunesse, Paris, 10 avril 1965.

77 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 16, Lettre de Madame Revon à Melle Guindon, 3 février 1968 et Lettre de Madame Revon à Monsieur [Saint-Jacques ?], 03 avril 1968.

78 Samy Mesli, La coopération franco-québécoise dans le domaine de l’éducation de 1965 à nos jours, UQAM/Université de Paris 8, thèse de doctorat (histoire), septembre 2006.

79 Stéphane Paquin, « Les relations internationales du Québec sous Lesage, 1960-1966 », in Stéphane Paquin, Louise Beaudoin (ed.), Histoire des relations internationales, Montréal, VLB éditeur, p. 23-39 et Frédéric Bastien, Un pont pour la jeunesse. Une histoire de l’Office franco-québécois pour la jeunesse. 35 ans de coopération, Montréal, Beauchemin éditeur et OFQJ, 2003.

80 Entrevue de Lucia Ferretti et Louise Bienvenue avec Clément Thibert. Québec, 26 novembre 2009.

81 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 5, « Note sur les démarches faites pour le projet d’échange d’éducateurs entre la France et le Canada », s.d. [circa 1966].

82 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 5, Lettre de M. Leduc, Ambassade de France au Canada, à Madame Revon, Paris, 17 mars 1966.

83 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 4, Lettre de Madame Revon, Espoir-Centres familiaux de Jeunes, Paris, à Monsieur Pinaud, président du Centre Technique National, Paris, 25 février 1966.

84 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, PV d’une réunion tenue à Paris, rue Wagram, 09 novembre 1967.

85 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 4, Lettre d’Euchariste Paulhus, Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke, à Jean-Marie Carette, AESJI, 15 mars 1967.

86 Dans l’après-guerre, les expressions « enfance inadaptée » et « enfance exceptionnelle » circulent au Québec. Le premier terme renvoie surtout à l’univers de la délinquance, alors que l’usage du second est le fait des experts de la déficience intellectuelle, bien que les deux expressions soient considérées par leurs utilisateurs comme ayant une portée plus large, s’appliquant à un vaste ensemble d’enfants éprouvant des particularités physiques, intellectuelles et/ou comportementales. Le vocable d’enfance exceptionnelle, traduit de l’américain (exceptional children), sera de plus en plus rejeté à partir des années 1970 pour son caractère stigmatisant. Pour autant, parler d’enfance inadaptée comme en France n’a pas plu à certains experts québécois, qui estimaient que cela faisait peser sur l’enfant, davantage que sur la société, le poids de l’inadaptation. ASTR, FN 0733, Boîte 11, Psychologie de l’orphelin, Reynald Rivard, Psycho-pédagogie de l’enfant privé de famille normale, 1963 ; Marcel Saint-Jacques, « ’L’inadapté n’existe plus’. Perspective d’orientation des services de l’orthopédagogie dans une commission scolaire », in L’enfant exceptionnel, 12, n° 4, décembre 1976, p. 17-22.

87 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, PV d’une réunion tenue à Paris, rue Wagram, 09 novembre 1967.

88 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 16, Lettre de Madame Revon à Monsieur Marcel Saint-Jacques, 09 avril 1968.

89 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, Procès-verbal d’une réunion tenue en France, 10 janvier 1969.

90 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, Procès-verbal d’une réunion tenue en France, 10 janvier 1969.

91 Service des archives de la province canadienne des Pères de Sainte-Croix, Fonds H10, Dossier H10,1.1, Lettre d’Albert Roger, csc, au révérend père Émile Deguire, supérieur provincial, Lisbourg (Argenteuil), 18 octobre 1944. Sur le Mont Saint-Antoine, voir : Sylvie Menard, Des enfants sous surveillance : la rééducation des jeunes délinquants au Québec, 1840-1950, Montréal, VLB, 2003, 247 p.

92 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, Procès-verbal d’une réunion tenue en France, 10 janvier 1969.

93 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 14, Projet d’un voyage d’études d’une durée de trois semaines en France pour psycho-éducateurs, présenté à M. Jean-Guy St-Martin, de l’Office Franco-Québécois, 24 mars 1969.

94 Ils rencontrent à Paris les Revon, Bissonnier, Rempoldi, Capul, Amade, Solosse, Marty et Rouques ; à Rennes et Caen, les Lemay, Diamand et Casali ; à Lyon, enfin, les Kohler et Aubert. AOCCPPQ, CMSJ, doc. 14, Projet d’un voyage d’études d’une durée de trois semaines en France pour psycho-éducateurs, présenté à M. Jean-Guy St-Martin, de l’Office Franco-Québécois, 24 mars 1969.

95 AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, Procès-verbal d’une réunion tenue en France, 10 janvier 1969. La supervision consiste en des échanges réguliers des éducateurs avec un psychologue de formation, l’idée étant de mettre au jour et d’objectiver au fur et à mesure qu’ils interviennent dans la relation avec le jeune, les affects et les mécanismes de défenses afin de maximiser les fruits de la relation d’aide. Les travaux de Guindon et de Mailloux développent cet aspect.

96 Archives de Boscoville 2000. Coupures de presse. Gaston Dugas, (le titre de l’article et du journal sont manquants ; le texte paraît vraisemblablement dans La Presse, s.d. [circa 1968]).

97 Bibliothèque CRIV (Vaucresson), Guy Dutay, directeur des Services d’éducation surveillée du Rhône, « Boscoville, mai-juin 1969 », rapport remis à Monsieur Selosse, Centre de formation et d’études de l’Éducation surveillée, Vaucresson. Une maîtrise de criminologie, dirigée par Georges Heuyer, fait également l’éloge du système rééducatif boscovillien. Voir : Michel Elfegoun, « Le traitement des jeunes délinquants au Québec – une expérience », Université de Paris, thèse de maîtrise (criminologie), 1971, 301 p.

98 Dutey, « Boscoville… », p. 14.

99 Entrevue réalisée par Louise Bienvenue avec Jean-Jacques Yvorel, École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ), Vaucresson, France, février 2006.

100 À la fin des années 1960, le comité d’échanges fait paraître une note sur les possibilités d’échanges avec le Canada dans le Bulletin Liaisons (ANEJI). L’annonce est aussi placée dans la revue de la Sauvegarde, et dans Les Cahiers de l’UNAEDE. AOCCPPQ, CMSJ, doc. 13, PV d’une réunion tenue à Paris, rue Wagram, 18 avril 1967.

101 Noël Mailloux, Jeunes sans dialogue, Paris, Fleurus, 1971 ; Gilles Gendreau, L’intervention psycho-éducative : Solution ou défi ?, Paris, Fleurus, 1978 ; Guindon, « Les étapes… » ; Paulhus, Mesny, L’Engagement chrétien…

102 Entrevues de Lucia Ferretti et Louise Bienvenue avec Paulhus, 5 novembre et 3 décembre 2009 et 23 juin 2010 et Paulhus, Enfants à risque, Paris, Fleurus, 190, p. 152-154.

103 Dans les premières années, l’on croit, par exemple, aux possibilités d’enrayer à moyen terme le fléau de la délinquance juvénile. AOCCPPQ, doc. 152, Gilles Gendreau, « La rééducation des jeunes délinquants et l’évolution vers une carrière criminelle », note interne, 1960.

Auteurs

(Université de Sherbrooke)
Louise Bienvenue est professeure à l’Université de Sherbrooke, Québec, Canada. Membre du Centre d’histoire des régulations sociales, elle s’intéresse à la prise en charge de la délinquance juvénile. Ses travaux actuels portent sur l’histoire de Boscoville, un centre de rééducation fondé à Montréal en 1941. Elle a publié le livre Quand la jeunesse entre en scène. L’Action catholique avant la révolution tranquille, Montréal, Boréal, 2003. Elle s’est également illustrée dans de nombreuses contributions, notamment : « La rééducation totale des délinquants à Boscoville (1941-1970). Un tournant dans l’histoire des régulations sociales », in Recherches sociographiques, 50, 3, septembre-décembre 2009, p. 507-536.

(Université du Québec à Trois-Rivières)
Lucia Ferretti est historienne. Elle est professeure à l'Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada. Spécialiste de l'histoire socioreligieuse du Québec aux xixe et xxe siècles, elle travaille actuellement sur l'évolution de la réadaptation en déficience intellectuelle depuis les années 1920. Elle a publié plusieurs ouvrages et contributions, notamment : L. Ferretti, J. Roy (ed.), Nouvelles pages trifluviennes, Sillery, Septentrion, 2009 ; L. Ferretti, « L’Église, l’État et la formation professionnelle des adolescents sans soutien : le Patronage Saint-Charles de Trois-Rivières, 1937-1970 », in Revue d’histoire de l’Amérique française, 56, 3, hiver 2003, p. 303-327.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540