Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles sous expertise(s) / Expertise and Juvenile Violence

 | 
Aurore François
, 
Veerle Massin
, 
David Niget

L’expertise médicale et psychopédagogique d'Ovide Decroly en action

Utiliser le « fardeau » qu'engendre l'inadaptation sociale au profit de la société

Marc Depaepe, Frank Simon et Angelo Van Gorp

Texte intégral

  • 1 Ovide Decroly, « L’Enfance Malheureuse. Ce que nous devons faire pour elle », in Bulletin de l’Off (...)
  • 2 Bulletin de l’Office de la protection de l’enfance, IV, n° 13, février 1920, p. 260, 265-312 ; Arc (...)

1Entre le 24 novembre et le 6 décembre 1919, le ministère de la Justice organise une « quinzaine pédagogique », où Ovide Decroly donne trois exposés et fait une séance de démonstration sur l'anormalité et la délinquance juvénile. Trois mois auparavant, le comité directeur du Foyer des Orphelins, société coopérative qui gère des homes pour orphelins de guerre, décidait d'envoyer Decroly, son président, chez le ministre de la Justice, Émile Vandervelde, avec pour mission de lui proposer la présidence d'honneur du premier home pour enfants de justice, encore à créer. Le home, destiné aux garçons, ouvre ses portes en mai 1920 et est complété d'un home pour filles en 1922. Dans l'intervalle, le 17 mars 1920, Vandervelde nomme Decroly médecin-inspecteur à l'Office de la protection de l’enfance, par arrêté ministériel. Le nouveau médecin-inspecteur ne tarde pas à se faire connaître en devenant membre du comité de rédaction du Bulletin de l’Office de la protection de l’enfance et en y publiant l'article « L’Enfance Malheureuse. Ce que nous devons faire pour elle1 ». Il donne également des conférences au deuxième Congrès international pour la protection de l'enfance à Bruxelles (18-21 juillet 1921)2.

  • 3 Marc Depaepe, Frank Simon, Angelo Van Gorp, « The canonization of Ovide Decroly to a ‘saint’ of th (...)
  • 4 Sylvain De Coster, « Decroly (Ovide-Jean) », in Biographie nationale, t. XXXVIII, 1973-1974, col. (...)
  • 5 Marc Depaepe, « Soziale Abnormität und moralische Debilität bei Kindern. Ein Diskussionsthema auf (...)

2Si ces quelques faits s'inscrivent dans le droit-fil de ses préoccupations d'avant-guerre, comme en témoigne son rôle dans la Société belge pour la protection de l’enfance anormale, ils nous montrent également un aspect mal connu du personnage de Decroly. Son nom est habituellement associé à l'« Éducation nouvelle », puisque de tous les pédagogues que la Belgique ait jamais engendrés, Ovide Decroly est sans doute le plus important, du moins si l’on s’en tient à son rayonnement international. C'est pourquoi, en tant qu'historiens de l'éducation et de l'enseignement, nous nous sommes efforcés à maintes reprises depuis pas mal de temps de le situer autant que possible par rapport à un contexte purement pédagogique3. Les contributions que l'historiographie pédagogique a produites et produit encore aujourd’hui4 témoignent en effet d'une grande admiration voire d’une vénération pour l'œuvre et la personne de Decroly, de sorte qu'une certaine démystification s'impose en la matière. C'est sans doute là une des raisons pour lesquelles les éditeurs du présent ouvrage nous ont permis de dépeindre son expertise dans le cadre de la délinquance juvénile. Nous tenterons en effet d'établir ce qui a fait d’Ovide Decroly un expert, et pas seulement sur le plan de la criminalité juvénile, vu que, pour lui, le jeune criminel est du point de vue social de facto un « anormal », un « débile moral ». Tout comme il existe également, dans les champs médical, psychologique ou pédagogique, des anomalies qui s’opposent au modèle de développement « normal »5.

3Mais l'expertise n'est bien entendu pas une donnée supra historique qui est conférée a priori, sans autre forme de procès, à un expert. C’est un concept qui s’est construit avec le temps. Si nous examinons ci-après les compétences qui ont permis à Decroly d’être reconnu en tant qu’expert, nous devons garder à l'esprit que celles-ci ont été sujettes à une dynamique historique bien précise. En d'autres termes, Decroly ne rassemblait pas de facto toutes les caractéristiques de l’expert. Certaines de ses spécificités se sont développées par le biais d’intérêts et de fonctions particulières, tandis que d'autres sont à lier à des constantes de sa personnalité. Il est de toute façon évident que son histoire personnelle a été déterminante dans leur développement. Pour ne donner qu'un exemple, nous supposons que son succès n’a fait que croître à mesure que le nombre de ses collaborateurs et de ses partisans augmentait.

1. Un scientifique au regard clinique

  • 6 Decroly fit sa spécialisation à Berlin et Paris. À Berlin, celle-ci se déroula à l'hôpital univers (...)
  • 7 Franc-maçonnerie, enseignement de la ville de Bruxelles, Ligue de l’enseignement, Institut de soci (...)

4On peut dire d’une manière générale que l'expertise de Decroly dépend pour beaucoup de son image de scientifique. L'obtention en 1896 de son diplôme de docteur en médecine à l’Université de Gand représente bien entendu un pas important en vue de cette reconnaissance sociale. Elle constitue pour ainsi dire ses lettres de noblesse, sa légitimité, qui lui permettent de se consacrer à la recherche, cette dernière pouvant comprendre plusieurs significations. A fortiori lorsqu'il devient évident que Decroly, outre sa pratique en médecine, souhaite cultiver davantage son intérêt scientifique pour la neurologie, matière pour laquelle il a d'ailleurs été formé à l'étranger6. Les conditions nécessaires qui lui permettent de se consacrer à la poursuite de la recherche sont ainsi réunies. Son origine et surtout son mariage avec Agnès Guisset, fille d'un industriel textile de Renaix (où Decroly a lui-même grandi comme fils d'industriel textile), lui assurent une solide assise financière, tandis que son cercle d'amis bruxellois, originaire de la bourgeoisie francophone libre-pensante et de l'élite intellectuelle libérale-progressiste et socialiste7, lui permet de construire un réseau de relations en constante expansion.

  • 8 Decroly fit son premier exposé à la Société belge de neurologie le 29 avril 1899 et devint, égalem (...)
  • 9 Hommage au Dr. Decroly, p. 19-20 (témoignage d'A. Hamaïde).
  • 10 Marc Depaepe, Zum Wohl des Kindes? Pädologie, pädagogische Psychologie und experimentelle Pädagogi (...)

5La formation en neurologie de Decroly constitue le point de référence par excellence du développement ultérieur de son expertise, aussi bien au sein de cette discipline qu’en dehors. En 1898, il commence à travailler chez Zénon Glorieux, « père de la neurologie belge », dans le service neurologique de la Policlinique de Bruxelles et, en un rien de temps, il devient un membre éminent de la Société belge de neurologie (en 1899, il est déjà membre de la rédaction du Journal de neurologie qui en émane) et de la Société de médecine mentale de Belgique (en 1903, il devient membre de la rédaction de son Bulletin)8. En tant que « médecin des nerfs », il est bien entendu facilement confronté au comportement anormal, aussi bien chez les adultes que chez les enfants. Ce qui débouche en 1901 sur la fondation de l'Institut d’enseignement spécial, à l'insistance notamment de son collègue et « stratège de carrière » Jean Demoor, fondateur des écoles de la ville de Bruxelles pour les enfants arriérés et plus tard recteur de l'ULB (1911-1914), et de Hendrix, le pédiatre de la Policlinique qui avait créé dans son service une section pour enfants anormaux. Cet Institut d’enseignement spécial est localisé dans l'habitation de Decroly et, selon ses dires, est conçu comme un laboratoire pour l'étude des déficients9. Cette initiative accroit son intérêt pour des domaines d'étude relativement neufs tels que l'enseignement spécial, la psychopédagogie (de nos jours orthopédagogie), la pédologie, la pédotechnique (qui comprend l'orientation professionnelle, mais aussi la criminalité juvénile), la psychologie infantile, la criminologie (anthropologique) et d'autres disciplines du même genre, qui sont toutes des paradigmes et/ou des « (sous)disciplines », alors encore en cours de formation et dont les limites et les contours ne sont donc pas encore entièrement nets, leurs chances de survie étant d’ailleurs, à ce moment, limitées10.

  • 11 Selon Claparède, ce fut la psychologie de l’enfant qui conduisit Decroly aux nouvelles méthodes di (...)
  • 12 Liesbet Nys, Henk De Smaele, Jo Tollebeek, Kaat Wils, De zieke natie. Over de medicalisering van d (...)

6La perception traditionnelle que l'on a de Decroly – fort nourrie par les decrolyens – selon laquelle il est finalement devenu pédagogue grâce à ses efforts orthopédagogiques, trouve son origine en 1907, date de la création de l’Ermitage, une école élitiste alternative. Il n'est d'ailleurs pas le seul pédagogue dans ce cas. Une même évolution est également attribuée, parmi les ténors de l’Éducation nouvelle, à Maria Montessori et, dans une moindre mesure, à Édouard Claparède – qui sont tous deux également médecins de formation. Par l'étude de l'enfant anormal, ils seraient parvenus à l'étude du normal. La primauté de l'orthopédagogie sur la pédagogie étant ainsi incidemment défendue11. Quoi qu'il en soit, Decroly doit son statut d'« homme de science », dans une large mesure, à sa formation médicale, respectivement neurologique/psychologique. Les médecins constituent alors une catégorie professionnelle reconnue dont l’autorité s'étend à partir de la fin du xixe siècle, en partie grâce au prestige croissant de la science médicale, notamment en ce qui concerne l’établissement de l'anomalie et de la norme. Leur voix est entendue au sujet de quasiment tous les problèmes sociaux, jusqu’à ce que leur observation soit carrément exprimée en termes médicaux et thérapeutiques. Il n'est donc pas étonnant que cette même médicalisation ait également laissé ses traces dans la conquête du « marché de l'enfant »12.

  • 13 Van Gorp, e.a., O. Decroly. La función de globalización...
  • 14 Raymond Buyse, « Théories psychologiques et conceptions pédagogiques. Gestaltisme et globalisation (...)

7Sur le plan du contenu, la formation et l'attitude médicales de Decroly se sont tout d'abord reflétées à travers le regard clinique qu'il manifeste dans sa pratique. De ce fait, sa recherche, quelque fragmentaire qu'elle ait pu être par la dispersion des questions posées, a aussi, paradoxalement, quelque chose d'holistique. Elle considère l’enfant comme une personne et surtout comme une unité bio-psycho-sociale. D'où son intérêt pour la totalité et l'individualité de chacun, un principe qu'il traduit dans la psychologie et dans la pédagogie comme le principe de globalisation13. En un certain sens, il se trouve ainsi dans un champ parallèle au gestaltisme, en vogue tout d'abord en Allemagne et par la suite aux États-Unis14.

  • 15 Archives sociologiques, IV, n° 27, 30 juin 1913, p. 1040-1041, réunion du Groupe d’études psycholo (...)
  • 16 « Causeries faites par M. le Dr Decroly », in Gérard Boon, Essai d’application de la méthode Decro (...)
  • 17 Ovide Decroly, « L’Enfant et le crime », in Bulletin de la Société protectrice de l’enfance anorma (...)

8Ce même regard clinique se centre aussi, naturellement, sur le dysfonctionnement (plutôt que sur le fonctionnement) de la personne, mais n'en révèle pas nécessairement les causes biologiques ou physiologiques, sans parler de ses causes héréditaires, bien au contraire. Pour plusieurs affections, l'influence néfaste du milieu social est soulignée. Cela vaut en particulier pour les problèmes sociaux, tels que la criminalité juvénile, pour lesquels l'alcool et la promiscuité jouent un rôle important selon Decroly. Il vise surtout en l'espèce « la classe tout à fait pauvre », les « bas-fonds » de la société, « les ennemis du dedans » avec leur « mauvaise hygiène physique, morale, et sociale ». Decroly s’est demandé s'il ne se produisait pas une dérive pour ainsi dire naturelle de certains anormaux vers ce milieu, puisque ceux-ci, d’après lui, ne font aucun effort pour en sortir ou, s'ils ont pu en sortir en tant qu'enfant, s'y retrouvent à nouveau, une fois adultes et livrés à eux-mêmes. D’après lui, il n'existe qu'un seul remède, radical : « surveillance et assistance obligatoire » dans des « établissements ad hoc de tous ceux qui [sont] nés dans ce milieu, de manière à tarir au fur et à mesure qu’elles se produisent les sources de dégénérescence et de criminalité les plus puissantes, dont la charge et le danger pèsent quand même actuellement sur les normaux15 ». De par ses connaissances médicales et sa vision progressiste de l'existence, il pense également pouvoir proposer une solution : tout d’abord l'élimination, notamment via l'école et la science, des « déchets inutilisés »16, ensuite la guérison, la prophylaxie sociale, sous la direction experte de médecins, enfin l'intervention « par l’intermédiaire de l’individualité ». Selon Decroly « l’entité société » n'est « qu’un groupement d’entités sur lesquelles nous devons agir si nous voulons modifier la manière d’être du groupe », en d'autres termes il faut agir sur l'unité afin de modifier l'ensemble social. « La notion métaphysique crime-mal » a ainsi cédé la place à « la notion biologique crime-maladie »17.

  • 18 Ovide Decroly, « La paresse comme symptôme d’affection cérébrale », in Bulletin des séances. Socié (...)
  • 19 Nys e.a., De zieke natie... ; Patrick Carroll, « Articulating Theories of States and States Format (...)
  • 20 Cf. Pierre-Yves Saunier, « Sketches from the Urban Internationale, 1910-50. Voluntary Associations (...)
  • 21 Paul Otlet siégeait au comité d’honneur du congrès de pédologie et devant l'imminence de la fermet (...)

9Pour Decroly, des problèmes d'ordre uniquement neurologique pourraient également avoir une origine sociale. La paresse est ainsi à mettre en relation avec des symptômes de paralysie et des troubles nerveux, tandis qu’elle exerce bien entendu une influence négative sur le fonctionnement social d'un individu. Au lieu de rendre le jeune utile par le travail, la paresse peut ainsi l’amener à céder à la tentation de chaparder et le faire plonger dans la délinquance18. Ce genre d'exemples montre une fois de plus clairement que l'expert Decroly ne manque pas d'associer la médecine aux problèmes sociaux. Ce qui, en fin de compte, est le fondement sur lequel repose le succès de la médicalisation. Les maux sociaux sont perçus comme des maladies qu'il convient de guérir, ou mieux encore, de prévenir. Ce qui explique le rôle central de la prophylaxie dans le volet social de l'œuvre de Decroly. Alors qu’il est, à partir de 1903, médecin-adjoint dans l'enseignement spécial bruxellois – la première d'une longue série de fonctions publiques –, il utilise le même langage que bon nombre de ses collègues médecins dans la fonction publique (qui ont généralement un cabinet privé). Ceux-ci sont les acteurs d’un réseau existant qui allie science et politique et qui met le savoir de l'époque au service des intérêts de la ville et de l'État, pour le bien du prestige de la profession et le renforcement de l'État-nation19. Nous pouvons en outre situer le médecin de ville qu’est Decroly au sein d’un groupe de personnes qui appréhendent l'universalité des problèmes urbains et voient le salut dans la coopération internationale, ces deux dimensions permettant de trouver des solutions20. L’initiative qu’il prend d'organiser le premier congrès international de pédologie à Bruxelles (12-18 août 1911) et ses bonnes relations avec Paul Otlet, co-fondateur du « Palais Mondial – Mundaneum » avec Henri La Fontaine, vont notamment dans cette direction21.

  • 22 « Causeries faites par M. le Dr Decroly... », p. 4.

10Alors qu’il envisage le crime comme un phénomène économique, Ovide Decroly assimile facilement les criminels, comme cela a déjà été mentionné, à des rebuts : « ils sont des poids morts, des charges et des dangers présents et futurs et, en tout cas, ils constituent une gêne dans les classes ordinaires ; en s’y intéressant, on vient donc en aide d’abord aux normaux22 ». Pour combattre le risque de dégénérescence, il faut d’après lui faire appel au médecin et à l'eugénisme. La « société » (dont l'idéal n'est pas décrit plus en détail, mais qui constitue de facto la société industrielle-capitaliste bourgeoise) peut ainsi être « sauvée ». Elle doit être débarrassée du poids de la criminalité. L'énergie négative engendrée par la criminalité doit être transformée en une énergie positive. Il faut utiliser le « fardeau » qu'engendre l'inadaptation sociale au profit de la société. Les déchets humains doivent être récupérés via une « insertion dans » (il faut lire une « adaptation aux ») les exigences de la société existante. La prophylaxie et le traitement des médecins jouent un rôle essentiel en l'espèce. Et pour ajouter de la force à ce message, il fait appel à tous les atouts de la rhétorique scientifique.

  • 23 John Dewey (1859-1952), philosophe, psychologue et pédagogue américain, une des grandes figures du (...)
  • 24 Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap..., p. 237-248.
  • 25 Tom De Coster, Marc Depaepe, Frank Simon, Angelo Van Gorp, « Dewey in Belgium : A Libation for Mod (...)
  • 26 Depaepe, « Soziale Abnormität... ».
  • 27 Marc Depaepe, Raf De Bont, Kristof Dams, « Darwinism and the Development of Educational Thinking i (...)

11L'image de l'homme et de la société qui transparaît dans ce message est, comme on le sait, celle de la méritocratie. Le fait que la science moderne soit mise à contribution pour la réalisation de cet objectif n'est pas une surprise, pas plus que le fait que cette mise à contribution de Decroly ait été en corrélation avec le développement de l'État-nation belge. Il est probablement plus intéressant, du point de vue de l'histoire des sciences, de se rappeler d'où Decroly tire ses arguments d'autorité, en tant qu'expert, pour faire accepter la vision du monde méritocratique par Monsieur-Tout-le-Monde. John Dewey23 (qu'il a traduit en français) constitua sans aucun doute une solide source d'inspiration, mais il convient tout de même d'apporter quelques nuances en l'espèce. Ovide Decroly pouvait bien être appelé, en certaines circonstances, le « Dewey européen24 », il n'avait pourtant pas une vision claire de ce qu’était la société industrielle-capitaliste en développement. Contrairement au philosophe américain, Decroly n’a pas rédigé de traités sur l'avenir de la démocratie et le rôle de l'enseignement dans celui-ci25. Pour lui, l'éducation et l'enseignement ne sont rien de plus que l'adaptation à la société existante – une vision peu explicitée qui était d'autant plus valable à partir du moment où l'on avait affaire à des inadaptés. Comme nous l'avons déjà fait observer26, il s'agit d'une explication très économique : ce n'est pas la société qu'il convient d'adapter à l'individu, mais bien l'individu à la société, ce qui implique que cette société ne doive pas être changée – une idée encore renforcée si l’on impute à l'individu l'échec de la société. Les causes n’étant d’ailleurs pas exclusivement de nature héréditaire – quoique cela jouât un rôle important27 – mais pouvant également provenir de l'environnement. Des fléaux tels que l'alcoolisme et la promiscuité ont, pour Decroly, un rôle important dans la dégénérescence humaine, ce qui légitime l'intervention du médecin aussi bien sur le plan de la guérison que sur celui de la prophylaxie. La principale source d'inspiration de Decroly reste dès lors la science médicale. À de multiples égards, Jean Demoor est pour Decroly le prototype du médecin-scientifique qu'il admire et qui l'a également aidé dans sa carrière. Le fait que Decroly soit lui-même devenu professeur (en psychologie infantile) à l'ULB n'est donc pas du tout un hasard. Du point de vue de l'expert, l'enseignement constitue naturellement une forme ennoblie de l'activité consistant à donner des conseils (aux futurs thérapeutes), et c'est ce que Decroly a largement fait dans une série d’institutions : l'Université Libre de Bruxelles, l’Institut des Hautes études, l’Université nouvelle, l’Institut Buls-Tempels, son propre Ermitage, les écoles normales Émile André et Charles Buls (Bruxelles), l’Institut normal provincial d’enseignement professionnel (Brabant), les « cours normaux pour la formation d’éducatrices au Foyer des Orphelins », le « cours normal d’enseignement spécial de la province du Brabant », le « cours normal d’orthophonie » (Bruxelles), le cours temporaire de service social, et les cours d'été aux congrès de la New Education Fellowship.

  • 28 Depaepe, « Soziale Abnormität... » ; Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap..., p. 38-40.

12Ce qui revêt une importance cruciale dans le regard clinique ou médical, ce n'est pas seulement l'esprit d'observation et le goût du détail, mais c’est aussi la passion de la classification. En effet, le sujet étudié doit pouvoir être situé au sein du paradigme médical, dans l'ensemble des anomalies connexes. Les concepts utilisés doivent dès lors également être définis soigneusement, tout comme les tableaux cliniques, sur base d'un certain nombre de caractéristiques, qui permettent d'ailleurs des classifications plus détaillées au sein de ces catégories. La « nomenclature » qui était utilisée par Decroly par rapport à l'enfant anormal28 en constitue un exemple d'école. Le problème de la classification ou de la division des anormaux en catégories dans le but de leur dispenser un traitement et une éducation adéquats a constitué un thème que Decroly a longtemps traité, et maîtrisé. Dès 1902, Decroly souligne lors d'un congrès à Anvers la difficulté qu'il y a à établir une classification des enfants anormaux. Il y défend, et il défendra encore, la définition de l'anormalité utilisée par Demoor : l'anormal est la personne qui présente une anomalie qui a pour effet de gêner son adaptation à l'environnement dans lequel elle doit vivre. Decroly déclara qu'en raison de la connotation péjorative qu'avait le terme ‘anormal’, il préférait les termes « irrégulier » et « arriéré », mais il continue néanmoins à utiliser le plus souvent le terme d’« anormal ». Ce n'est que vers 1909 que la vision de Decroly relative à la classification prend une forme définitive. Sa division est fondée sur les points de vue biologique, physiologique et psychologique selon lesquels il faut rechercher des causes qui sont aussi bien intrinsèques (propres à l'organisme lui-même) qu'extrinsèques (propres à l'environnement) à l'anormalité. Dans le premier cas, les causes sont congénitales ou sont survenues au moment de la naissance ou après celle-ci. Dans le second cas, les causes doivent être recherchées au niveau familial, scolaire, social et matériel.

2. Un scientifique au laboratoire

  • 29 V.D. [Valérie Decordes], Dr D.[Ecroly], « L’examen des enfants entrant au Foyer. Examen mental et (...)
  • 30 Conwin Boake, « From the Binet-Simon to the Wechsler-Bellevue. Tracing the History of Intelligence (...)
  • 31 Jan Verplaetse, « Measuring the moral sense: morality tests in continental Europe between 1910 and (...)
  • 32 Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap..., p. 141-149.

13Bien que cette nomenclature soit encore loin d'être au point – ce que Decroly et d'autres pédologues, psychopédagogues ou psychologues infantiles de l'époque expliquent par la jeunesse de « leur » science – il est tout de même évident qu’un ordre est nécessaire à l'établissement d'un diagnostic précis. Cet ordre doit être obtenu par l'observation, l'enregistrement et la classification. L'observation elle-même peut être déclenchée par l'utilisation de toute une panoplie d'instruments scientifiques que Decroly bricole lui-même – parfois littéralement. Ce que l'on appelle la « boîte de Decroly » en constitue sans doute le vestige le plus célèbre. Elle sert de test de performance non-verbale et peut également être utilisée dans l'examen, par exemple, de l'intelligence29. C'est d'ailleurs à cet égard qu'est perçu le mérite de Decroly dans le perfectionnement de la méthode des tests aux États-Unis30. Même sur le plan de la détection de la délinquance juvénile, un parti est pris, sous l'impulsion de Decroly notamment, en faveur de l'utilisation de ce que l'on appelle des tests de moralité, à l'égard desquels, d'après ce que l'on dit, il se serait toutefois montré plus sceptique par la suite31. Quoi qu'il en soit, Decroly et ses partisans ont également développé eux-mêmes d'autres tests comme des questionnaires divers, des jeux éducatifs, des photos et des films scientifiques, qui contribuent également à l'évaluation des aptitudes et des possibilités personnelles des enfants. Decroly a d’ailleurs dès le début de sa carrière un faible pour les nouvelles techniques telles que la photo et surtout, le film, dont il est convaincu qu'elles offrent la possibilité d'objectiver les sujets de ses études cliniques. Et clinicien, il est toujours resté. Selon lui, les films permettent de contourner les limites de l'observation à l'œil nu des réactions fugitives. Sans la cinématographie, les répétitions seraient en effet impossibles. En outre, cette observation peut être effectuée par plusieurs personnes, ce que Decroly juge particulièrement utile pour le contrôle de la valeur d'une hypothèse. De plus, le même enfant peut ainsi être filmé à différents moments de sa vie et les observations peuvent être immédiatement comparées. Par ailleurs, Decroly a également su utiliser ces films à des fins didactiques, avec un très grand succès, et il se révéla un vulgarisateur expert dans ce transfert de connaissances, à l'aide des nouvelles techniques. Un véritable expert qui reste très proche des praticiens32.

  • 33 Decroly, « Prophylaxie et traitement... », p. 76.
  • 34 Charles De Gronckel, « Les services sanitaires du Foyer des Orphelins », in Le Foyer des Orphelins(...)
  • 35 Martine Goldberg, Adelin Pirlot, 346 chaussée d’Alsemberg. Histoire de l’orphelinat rationaliste d (...)
  • 36 Decroly, « L’Enfance Malheureuse... », p. 902.
  • 37 Marc Depaepe, « Science, Technology and Paedology. The Concept Science at the Faculté Internationa (...)
  • 38 Depaepe, Zum Wohl des Kindes ?...
  • 39 Marc Depaepe, Gesplitst of gespleten ? De kloof tussen wetenschappelijke en praktische kennis over (...)
  • 40 Cf. Maartje Theuninck, Voyage d’étude aux États-Unis (1922) de Raymond Buyse. Édition et étude (Ku (...)

14À peu près partout où Decroly se rend, il plaide en faveur de la constitution et de la tenue à jour d'un dossier médico-pédagogique, pour lequel il établit également, avec ses collaborateurs, des fiches-types. C'est ainsi qu'il exige, au niveau de l'enseignement de la ville de Bruxelles, « l’examen individuel au moins sur tous les enfants qui se présentent pour la première fois à l’école et sur tous ceux qui sont désignés par les professeurs comme ne faisant pas de progrès ou présentant des bizarreries au point de vue pédagogique33 » et qu'il instaure au Foyer des Orphelins une fiche sanitaire et mentale pour chaque enfant, qui contient des données d'identité, mais aussi des indications sur l’hérédité, l’état de santé des parents, des frères et sœurs, les causes éventuelles de décès, les conditions matérielles et sociales dans lesquelles l’enfant a vécu34. À l'orphelinat rationaliste de Forest, il introduit également les tests d'intelligence et le suivi médical systématique35, tout comme au centre d'observation de Mol36. Un tel dossier se doit de former, quasi littéralement, l'épine dorsale de la prise de décision à l'égard des sujets examinés. Car la science ne s'arrête pas à la collecte de données, selon la vision standard que Decroly et ses partisans ont développée à ce sujet37. La science moderne doit avant tout intervenir dans la vie contemporaine. Elle doit contribuer à l'optimisation de la société existante. La science est l'idéologie de l'homme moderne. Elle ne constitue pas seulement la corne d'abondance, d'où doivent s’écouler toujours plus de bienfaits sur le plan technique ; elle doit en tant que science pratique fournir, également sur le plan du contenu, la norme à laquelle le comportement de l'homme moderne doit être adapté. Tout comme d'autres pédologues, psychopédagogues et psychologues expérimentalistes de cette époque, Decroly défend pour cette raison la propagation et l'affinement de l'étude empirique jugée objective38. Une telle étude avant-gardiste procède de manière inductive, ce qui entraîne un morcellement de la problématique en hypothèses, qui viennent d’une problématique bien plus complexe, ces hypothèses étant maîtrisables, c'est-à-dire opérationnalisables et donc élémentarisées39. Pour la vérification de ces hypothèses, des techniques qui émanent de préférence des sciences expérimentales sont utilisées, telles que l'expérimentation et la statistique – bien que Decroly ait lui-même finalement sous-traité une grande partie de ce travail statistique (y compris le plaidoyer en faveur de celle-ci) à son partisan Raymond Buyse40.

  • 41 Decroly a collaboré avec Arthur-Guillaume Christiaens et Arthur Nyns à la création, au sein de la (...)
  • 42 Charles De Gronckel, « L’Œuvre du docteur Decroly au Foyer des Orphelins », in Le Foyer des Orphel (...)
  • 43 V.D. [Valérie Decordes ?], Dr D[Ecroly], « L’examen des enfants entrant au Foyer... », p. 6 ; Andr (...)
  • 44 C'est ainsi que Claparède s'est inspiré du laboratoire de Decroly, cf. Marc J. Ratcliff, Martine R (...)

15Comme nous l'avons déjà mentionné ci-dessus, Decroly a considéré d'emblée son institut et son école comme des laboratoires et il a emmené cette « culture de laboratoire », qu'il avait appris à connaître en tant que médecin en formation, mais aussi comme assistant à la policlinique Glorieux, dans sa recherche comme dans sa pratique. Dans cet « environnement de laboratoire », Decroly déploie des capacités indéniables de manager (en tant que directeur), d’inspirateur, de stimulateur, d’enseignant, de chercheur et de chercheur-praticien. Ce qui s'appliquait tout autant au Foyer des Orphelins où Decroly exerce la fonction de président du conseil d’administration (de 1915 à 1932) et dispose dans un certain sens d'un énorme laboratoire d'observation en tant que président de la commission de pédotechnie, qu’il avait lui-même instituée (et via la Société de pédotechnie). Tout comme dans l'enseignement de la ville de Bruxelles, Decroly a pu travailler toutes ces années au Foyer avec des enfants issus de milieux défavorisés. Il a pu esquisser pour eux un cadre familial idéal, dans lequel ses idées et ses observations scientifiquement fondées ont été appliquées : « Decroly veillait à la répartition des enfants dans les homes, en groupes de petites individualités complémentaires les unes des autres, pour en faire une population harmonieuse et homogène, écartant les sujets qui pouvaient constituer une entrave au développement rationnel de la collectivité ». Simultanément, il y valorise son expertise en matière d'orientation professionnelle41 pour le recrutement du personnel et en matière de dépistage scientifique de toutes sortes d'aptitudes. Il donne de plus des cours de recyclage42. Les tests d'intelligence (ceux de Binet) qui sont appliqués au Foyer font l'objet d'un traitement supplémentaire au laboratoire de psychologie de l’enfant de l’Institut des Hautes Études43. Les laboratoires (scolaires) de Decroly deviennent rapidement l'objet d'un intérêt international et reçoivent régulièrement, avant la Première guerre mondiale déjà, la visite de scientifiques et d'enseignants de passage ou en voyage d'étude. L'Institut d’enseignement spécial et l’Ermitage constituent une halte quasi obligatoire dans la série des lieux de pèlerinage psychopédagogique44.

3. « Notre Maître »

  • 45 Frank Simon, Henk Van Daele, Nancy Decroly, « Las publicaciones científicas de Ovide Decroly », in (...)
  • 46 La situation égalitaire de la collaboratrice Julia Degand, avec laquelle Decroly écrivit des artic (...)
  • 47 Tout au moins, c'est ce qui ressort de la brève crise de succession qui fait rage après le décès d (...)

16Decroly n'est bien entendu pas seul dans ses laboratoires et il n'a pas tout publié seul (nous l'avons déjà mentionné dans le cadre de sa relation avec Buyse). Ce qui dévoile un autre pilier de la conception scientifique moderne sur laquelle Decroly fonde son expertise. Decroly aime travailler et publier avec des collaborateurs45, la hiérarchie entre le « maître » et le « compagnon/élève » n'étant jamais remise en question. Il se révèle être un leader charismatique incontesté, pour lequel ses collaborateurs se seraient jetés au feu. Ils l'adorent comme un demi-dieu. De son côté, Decroly sait constamment les motiver et, dans la mesure du possible, valoriser leur travail également. Il reprend leurs résultats dans des publications et les présente également à des congrès aussi bien nationaux qu'internationaux46. Lorsqu'un accroc se présente au sein de cet étroit travail d'équipe, celui-ci ne se situe pas tant dans la relation autoritaire avec le « Maître », mais plutôt dans les rapports mutuels des collaborateurs ou dans leurs relations avec Mme Decroly47. Plusieurs de ces accrocs ont dû être liés au fait que Decroly aimait travailler avec des femmes, cette spécificité de genre ayant probablement une composante structurelle, qui dépassait la personnalité du leader. Selon nous, elle s'avérait notamment très fonctionnelle pour pouvoir franchir le fossé entre la science « pure et dure » (nomothétique), la pédologie par exemple, et son application dans la vie réelle, comme la pédotechnique. Compte tenu des caractéristiques psychologiques qui leur étaient attribuées, les femmes étaient probablement les mieux placées pour vulgariser et mettre en pratique les idées de Decroly – d'autant plus que bon nombre de ces idées se situaient dans les secteurs plus tendres de la société (comme l'éducation, l'enseignement et l'assistance). En bref, Decroly sut mettre en pratique, comme aucun autre, un des principes auxquels il adhérait lui-même en pédotechnique – à savoir celui de « l'homme [ou plus précisément en l'occurrence de la femme] qu'il faut, à l'endroit où il faut… ».

  • 48 La collaboration avec le catholique Buyse en constitue un exemple, tout comme celle avec Maurice R (...)
  • 49 Angelo Van Gorp, Marc Depaepe, Frank Simon, « Backing the Actor as Agent in Discipline Formation : (...)

17Decroly dispose manifestement lui-même de toutes sortes d'aptitudes de communication qui, pour un expert, sont indispensables non seulement pour prodiguer des conseils, mais aussi pour gérer une entreprise scientifique moderne. C'est que Decroly possède indéniablement une grande dose de bon sens et une puissance de travail quasi sans limites. Si l'on tient pour vraie la conception énergétique de l'existence à laquelle souscrivaient les pédologues, on doit involontairement se demander où cet homme puisait cette énergie, car son agenda, que nous tentons de reconstituer dans une biographie en cours, était en un mot « impressionnant ». Decroly savait en outre combiner sa grande éthique de travail à un esprit ouvert et une attitude tolérante à l'égard de la philosophie de ses collègues et collaborateurs, qu'il rencontrait en cours de route48. Ces traits de personnalité l'ont incontestablement aidé dans la constitution de réseaux appropriés – aussi bien sur le plan national qu'international, par lesquels le message de la science moderne pouvait être le mieux véhiculé49. Simultanément, ces réseaux l'ont aidé à trouver de nombreuses tâches et fonctions qui ne l'ont pas enrichi, sur les plans financier et personnel, mais qui lui ont procuré toujours plus de considération et de prestige. La manière dont il a utilisé ses relations dans les milieux franc-maçon et/ou de la politique n'est pas encore établie à présent. Ce que nous pouvons dire, c'est que Decroly a sans aucun doute lui-même exploité ses aptitudes de communication vis-à-vis du public. Il savait surtout s’attirer les faveurs des praticiens, que ce soit dans ses propres institutions, dans les écoles, les orphelinats ou les centres d'accueil, en utilisant un langage compréhensible et en reléguant les théoriciens à l'arrière-plan. Son argumentation était toujours la même et a notamment été recueillie dans les termes suivants :

  • 50 Archives de l'État à Beveren, archives du centre d'observation de Mol, documents concernant les co (...)

Les façons d'élever l'homme sont suffisamment connues. Il faudrait des gens qui disent : Nous allons construire – Nous connaissons plus les parleurs que ceux qui ont construit. J'ai vu un instituteur en Argentine qui depuis 6 ans n'était plus sorti de son village et qui est tout dévoué pour ses élèves – voilà un éducateur modèle – et véritable. Il faut nous dévier des gens qui n'ont jamais rien fait eux-mêmes – Il nous manque toujours les hommes de la main à la pâte [sic] – Il faut préparer le terrain, essayer. Il ne faut pas prétendre louanger toujours les systèmes mais en dire la valeur50.

  • 51 « Causeries faites par M. le Dr Decroly... », p. 3.

18Ovide Decroly se justifiait autant que possible, à ce propos, par ses années d'expérience d'étude de l'enfant : « Après de tels antécédents, vous m’accorderez sans doute un certain crédit et vous me permettrez de me croire un peu des vôtres51 ».

19L'image globale de l'expert polyvalent Decroly, telle que nous l'avons esquissée, est loin d'être complète. Il reste bon nombre de questions à étudier de manière plus approfondie, par exemple : comment la connaissance de l'expert psychologue/médecin a-t-elle été convertie en connaissance subjective ? Et comment la connaissance subjective familiale, d'enseignant, et d'éducateur, a-t-elle refluée en connaissance d'expert ? La biographie de Decroly, que nous devons encore rédiger, pourra peut-être nous éclairer davantage à ce sujet.

20Ovide Decroly est habituellement associé à l'« Éducation nouvelle » et à l’enfance « irrégulière », puisque de tous les psychopédagogues que la Belgique ait jamais engendrés, il est sans doute le plus important. Dans cet article, les auteurs montrent un aspect moins connu de son personnage, celui d’expert dans le cadre de la délinquance et de la criminalité juvéniles. D’après eux, Decroly ne rassemblait pas de facto toutes les caractéristiques de l’expert. Certaines de ses spécificités se sont développées par le biais d’intérêts et de fonctions particulières, qui sont à lier soit à ses compétences de scientifique (« laboratoires », tests d’intelligence, suivi médical), soit à des constantes de sa personnalité (bon sens, puissance de travail, esprit ouvert, attitude tolérante à l'égard de ses collaborateurs).

Notes

1 Ovide Decroly, « L’Enfance Malheureuse. Ce que nous devons faire pour elle », in Bulletin de l’Office de la protection de l’enfance, V, n° 5, juillet 1921, p. 901-915.

2 Bulletin de l’Office de la protection de l’enfance, IV, n° 13, février 1920, p. 260, 265-312 ; Archives Foyer des Orphelins, Journal des décisions, 1918-1919 ; Charles De Gronckel, « Dixième anniversaire du Foyer des orphelins, (1915-1925) », in Le Foyer des orphelins, n° 21, 1926, p. 6, 13 ; Angelo Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap. Ovide Decroly (1871-1932), Leuven, Acco, 2005, p. 41-42, 117-120.

3 Marc Depaepe, Frank Simon, Angelo Van Gorp, « The canonization of Ovide Decroly to a ‘saint’ of the New Education », in History of Education Quarterly, XLIII, n° 2, 2003, p. 224-249 ; Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap... ; Angelo Van Gorp, Frank Simon, Marc Depaepe, Jordí Mones, O. Decroly. La función de globalización y la enseñanza, y otros ensayos, Madrid, Bibliotheca Nueva, 2006.

4 Sylvain De Coster, « Decroly (Ovide-Jean) », in Biographie nationale, t. XXXVIII, 1973-1974, col. 134-144 ; Jean-Marie Besse, Ovide Decroly, psychologue et éducateur, Toulouse, Privat, 1982. C'est ainsi, par exemple, qu’Oelkers se base encore sur le mémorial Hommage au Dr. Decroly [S.l., 1933], cf. Jürgen Oelkers, Reformpädagogik : Eine kritische Dogmengeschichte, Weinheim/München, 1999, p. 304-305. D'autres, influencés en partie par les decrolyens – avec Madame F. Dubreucq comme gardienne du temple (« Jean-Ovide Decroly », in Perspectives. Revue trimestrielle de l’éducation, XIII, n° 1-2, 1993, p. 85-96) –, présentent pour ainsi dire une répétition de la version officielle. On perçoit d'ailleurs un même accent dans des publications récentes telles que celles de M. Victoria Peralta C., En el centenario de L’École Decroly (1907-2007). La pedagogía decroliana en Latinoamérica y la visita del Dr. Decroly a Colombia (1925), Santiago de Chile, Universidad central, [2008], et de Sylvain Wagnon, Le programme d’une école dans la vie, Paris, Fabert, 2009. Ce dernier auteur est d'ailleurs un sympathisant de la méthode Decroly pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie, cf. http ://ecehg.inrp.fr/ECEHG/formations/journees-d-etude-didactique, « La pédagogie Decroly, une pratique innovante pour l’apprentissage en histoire-géographie et une nouvelle conception du rôle de l’enseignant », 2006.

5 Marc Depaepe, « Soziale Abnormität und moralische Debilität bei Kindern. Ein Diskussionsthema auf internationalen wissenschaftlichen Zusammenkünften dieses Jahrhunderts », in Paedagogica Historica, XXVI, n° 2, 1990, p. 185-209.

6 Decroly fit sa spécialisation à Berlin et Paris. À Berlin, celle-ci se déroula à l'hôpital universitaire Charité chez Robert Langerhans (anatomo-pathologie), Friedrich Jolly (neuropsychologie) et Emmanuel Mendel (psychiatrie/neurologie) ; à Paris, chez Fulgence Raymond (neurologie, Salpêtrière) et Alix Joffroy (neuropsychiatrie, asile Sainte-Anne).

7 Franc-maçonnerie, enseignement de la ville de Bruxelles, Ligue de l’enseignement, Institut de sociologie Solvay, Institut des Hautes Études, Université libre de Bruxelles, Foyer des orphelins, Société protectrice de l’enfance anormale, etc.

8 Decroly fit son premier exposé à la Société belge de neurologie le 29 avril 1899 et devint, également sur la proposition de Glorieux, membre effectif de la Société de médecine mentale de Belgique, le 27/04/1901. Journal de neurologie, IV, n° 11, 20 mai 1899, p. 201-211 ; Bulletin de la Société de médecine mentale de Belgique, n° 101, juin 1901, p. 119. Jusqu'à sa mort, il resta membre des deux associations et participa très activement à leurs réunions.

9 Hommage au Dr. Decroly, p. 19-20 (témoignage d'A. Hamaïde).

10 Marc Depaepe, Zum Wohl des Kindes? Pädologie, pädagogische Psychologie und experimentelle Pädagogik in Europa und den USA, 1890-1940, Weinheim/Leuven, Deutscher Studien Verlag/Leuven University Press, 1993.

11 Selon Claparède, ce fut la psychologie de l’enfant qui conduisit Decroly aux nouvelles méthodes dites actives pour les enfants normaux, via l'étude des arriérés. Valérie Lussi, Alain Muller, « Émergence des sciences de l’éducation : la question de l’anormalité scolaire. Genève 1897-1937 », in Carnets de bord, n° 2, 2001, p. 18.

12 Liesbet Nys, Henk De Smaele, Jo Tollebeek, Kaat Wils, De zieke natie. Over de medicalisering van de samenleving, 1860-1914, Groningen, Historische uitgeverij, 2002, et dans celui-ci, les articles de Robert Nye, « Kennis over macht. Medicalisering, de Staat en de rechten van het individu », p. 22-40 ; Liesbet Nys, « Nationale plagen. Hygiënisten over het maatschappelijk lichaam », p. 220-241; Marc Depaepe, « De markt van het kind. Over de medicalisering van opvoeding en onderwijs », p. 260-278 et Karel Velle, « De misdaad als kwaal. Het succes van de criminele anthropologie », p. 332-354.

13 Van Gorp, e.a., O. Decroly. La función de globalización...

14 Raymond Buyse, « Théories psychologiques et conceptions pédagogiques. Gestaltisme et globalisation », in Miscellanea Psychologica. Album Michotte, Leuven/Paris, Institut supérieur de philosophie/Vrin, 1947, p. 483-487.

15 Archives sociologiques, IV, n° 27, 30 juin 1913, p. 1040-1041, réunion du Groupe d’études psychologiques, Institut Solvay, 18 mai 1913.

16 « Causeries faites par M. le Dr Decroly », in Gérard Boon, Essai d’application de la méthode Decroly dans l’enseignement primaire, Bruxelles, Office de publicité, 1924, p. 4, série de conférences à l'école n° 9, Anderlecht.

17 Ovide Decroly, « L’Enfant et le crime », in Bulletin de la Société protectrice de l’enfance anormale, I, n° 1, 1er octobre 1906, p. 9-12. On retrouve un raisonnement similaire notamment dans « Plaies sociales et remèdes », in Pour l’école, IV, n° 15, 25 septembre 1904, p. 406-410 ; « L’Enfance Malheureuse. Ce que nous devons faire pour elle », in Bulletin de l’Office de la protection de l’enfance, V, n° 27, juillet 1921, p. 901-915 ; « Prophylaxie et traitement de l’enfance anormale. Le rôle du médecin », in L’école nationale, IX, n° 2, 15 octobre 1909, p. 39-40 ; 1er novembre 1909, p. 75-77 ; n° 5, 1er décembre 1909, p. 143-144.

18 Ovide Decroly, « La paresse comme symptôme d’affection cérébrale », in Bulletin des séances. Société royale des sciences médicales et naturelles de Bruxelles, LXIII, 1905, p. 30-40 ; ID., « Conférences [sur l’enfance anormale et la délinquance infantile] », in Bulletin de l’Office de la protection de l’enfance, IV, n° 14, mai 1920, p. 265-312.

19 Nys e.a., De zieke natie... ; Patrick Carroll, « Articulating Theories of States and States Formation », in Journal of Historical Sociology, XXII, n° 4, 2009, p. 553-603.

20 Cf. Pierre-Yves Saunier, « Sketches from the Urban Internationale, 1910-50. Voluntary Associations, International Institutions and US Philanthropic Foundations », in International Journal of Urban and Regional Research, XXV, n° 2, 2001, p. 380-403.

21 Paul Otlet siégeait au comité d’honneur du congrès de pédologie et devant l'imminence de la fermeture du Palais Mondial de Bruxelles, au début de 1924, Decroly cofonda la « Ligue nationale pour la défense et le maintien du Palais mondial en Belgique ». Decroly y fit également des exposés. Mundaneum Mons, La Fontaine, HLF 151, Palais Mondial – Mundaneum.

22 « Causeries faites par M. le Dr Decroly... », p. 4.

23 John Dewey (1859-1952), philosophe, psychologue et pédagogue américain, une des grandes figures du pragmatisme ; professeur à l’université de Chicago (1894-1904) où il fonda les University of Chicago Laboratory Schools, ensuite professeur à la Columbia University, New York. Son œuvre principale en matière d’éducation est School and Society (1899).

24 Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap..., p. 237-248.

25 Tom De Coster, Marc Depaepe, Frank Simon, Angelo Van Gorp, « Dewey in Belgium : A Libation for Modernity ? Coping with his Presence and possible Influence », in Tom Popkewitz (ed.), Inventing the Modern Self and John Dewey : Modernities and the Traveling of Pragmatism in Education, New York, Palgrave, 2005, p. 85-109.

26 Depaepe, « Soziale Abnormität... ».

27 Marc Depaepe, Raf De Bont, Kristof Dams, « Darwinism and the Development of Educational Thinking in Belgium, before World War II » (publié dans un livre de F. Bernstorff, A. Langewand, S. Schlüter, édité chez LIT Verlag, Berlin, livre sous presse).

28 Depaepe, « Soziale Abnormität... » ; Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap..., p. 38-40.

29 V.D. [Valérie Decordes], Dr D.[Ecroly], « L’examen des enfants entrant au Foyer. Examen mental et moral », in Le Foyer des orphelins, n° 17, octobre-décembre 1924, p. 1-9. Un exemplaire de cette boîte peut être contemplé au Centre d’études decrolyennes à Uccle.

30 Conwin Boake, « From the Binet-Simon to the Wechsler-Bellevue. Tracing the History of Intelligence Testing », in Journal of Clinical and Experimental Neuropsychology, XXIV, n° 3, 2002, p. 392.

31 Jan Verplaetse, « Measuring the moral sense: morality tests in continental Europe between 1910 and 1930 », in Paedagogica Historica, XLIV, n° 3, 2008, p. 272.

32 Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap..., p. 141-149.

33 Decroly, « Prophylaxie et traitement... », p. 76.

34 Charles De Gronckel, « Les services sanitaires du Foyer des Orphelins », in Le Foyer des Orphelins, n° 16, juillet-septembre 1924, p. 3-5 ; Ovide Decroly, « La surveillance pédotechnique dans les Homes », in Le Foyer des Orphelins, Ixelles, s.d., p. 7-10.

35 Martine Goldberg, Adelin Pirlot, 346 chaussée d’Alsemberg. Histoire de l’orphelinat rationaliste de Forest, Bruxelles, Espace de libertés, 1996, p. 38-43.

36 Decroly, « L’Enfance Malheureuse... », p. 902.

37 Marc Depaepe, « Science, Technology and Paedology. The Concept Science at the Faculté Internationale de Pédologie in Brussels (1912-1914) », in Scientia Paedagogica Experimentalis, XXII, n° 1, 1985, p. 14-29.

38 Depaepe, Zum Wohl des Kindes ?...

39 Marc Depaepe, Gesplitst of gespleten ? De kloof tussen wetenschappelijke en praktische kennis over opvoeding en onderwijs, Leuven/Leusden, Acco, 2002.

40 Cf. Maartje Theuninck, Voyage d’étude aux États-Unis (1922) de Raymond Buyse. Édition et étude (Kuleuven, mémoire de master en linguistique et littérature, 2010).

41 Decroly a collaboré avec Arthur-Guillaume Christiaens et Arthur Nyns à la création, au sein de la « Société belge de Pédotechnie », du premier bureau d'orientation professionnelle en Belgique.

42 Charles De Gronckel, « L’Œuvre du docteur Decroly au Foyer des Orphelins », in Le Foyer des Orphelins, n° 50, 1933, p. 3-19.

43 V.D. [Valérie Decordes ?], Dr D[Ecroly], « L’examen des enfants entrant au Foyer... », p. 6 ; Andrée Despy-Meyer, Pierre Goffin, Liber Memorialis de l'Institut des Hautes Études de Belgique, Bruxelles, 1976.

44 C'est ainsi que Claparède s'est inspiré du laboratoire de Decroly, cf. Marc J. Ratcliff, Martine Ruchat, « Le laboratoire de l’Hôpital ou la naissance de la clinique à Genève », in ID. (ed.), Les laboratoires de l’esprit. Une histoire de la psychologie à Genève 1892-1965, Genève, Musée d’histoire des sciences, 2006, p. 83. Henri Goddard, connu pour son étude de la famille Kallikak s'y est rendu en 1908, cf. Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap..., p. 149-151. Des pédagogues, des inspecteurs et des enseignants bénéficiant d'une bourse de la Junta para Ampliación de los Estudios venaient régulièrement en visite d'Espagne, cf. Teresa Marin Eced, Innovadores de la educación en España. S.l., Universidad de Castilla-La Mancha, 1991 ; Maria Del Mar Del Pozo Andrés, « Desde l’Ermitage a la Escuela Rural Española : introducción, difusión y apropiación de los ‘centros de interés’ decrolyanos (1907-1936) », in Revista de Educación (2007), p. 143-166, número extraordinario. Voir également Maartje Hazenoot, In rusteloze arbeid. De betekenis van Cornelia Philippi-Siewertz van Reesema (1880-1963) voor de ontwikkeling van het onderwijs aan het jonge kind, Groningue, Rijksuniversiteit de Groningue, 2010, p. 112-116.

45 Frank Simon, Henk Van Daele, Nancy Decroly, « Las publicaciones científicas de Ovide Decroly », in historia de la educación. revista interuniversitaria, XIV-XV, 1995-1996, p. 511-539.

46 La situation égalitaire de la collaboratrice Julia Degand, avec laquelle Decroly écrivit des articles fondamentaux avant la Première Guerre mondiale, ressort d'une lettre de Binet à Decroly du 22 mars 1910 : « il est absolument nécessaire que Melle Degand et vous, vous veniez me voir un jour à Paris. La technique de la mesure d'intelligence est délicate (...) il faut que ce travail soit fait dans des conditions irréprochables ». Centre d’études decrolyennes, Correspondants étrangers II. Autre exemple : Degand et Eugénie Monchamps faisaient partie (donnaient des conférences, établissaient des questionnaires, faisaient la critique de livres) du cercle sélect du Groupe d'Études de la Sociologie de l'enfant de l'Institut Solvay et ont ainsi participé, sous la direction d'E. Waxweiler, au processus de spécialisation des sciences. Cf. Institut de Sociologie. Bulletin mensuel, n° 2, février 1910, p. 100-101, n° 3, mars 1910, p. 158, n° 9, novembre 1910, p. 543-544, n° 11, janvier 1911, p. 48-50, n° 13, mars 1911, p. 282, n° 23, décembre 1912, p. 1917-1920.

47 Tout au moins, c'est ce qui ressort de la brève crise de succession qui fait rage après le décès de Decroly et à l'occasion de laquelle la directrice de l’Ermitage, Amélie Hamaïde, démissionne et fonde, en 1934, une nouvelle école selon la méthode Decroly. Angelo Van Gorp, Frank Simon, Marc Depaepe, « Persistenz eine Nischenschule. Hundert Jahre Decroly-Schule in Brüssel, Belgien », in Michael Göhlich, Caroline Hopf, Daniel Tröhler (Hrsg.), Persistenz und Verschwinden. Persistence and Disappearance. Pädagogische Organisationen im historischen Kontext. Educational Organizations in their historical Contexts, Wiesbaden, VS, 2008, p. 159-173.

48 La collaboration avec le catholique Buyse en constitue un exemple, tout comme celle avec Maurice Rouvroy, le directeur du centre d'observation de Mol. Celui-ci fit ses adieux à feu Decroly dans les termes suivants : « Je l’ai connu, jusqu’où deux hommes de philosophies divergentes peuvent se connaître. Il était incroyant. Il fut à mon foyer : jamais il n’y laissa une blessure. Il prit part aux délibérations de mon personnel technique : jamais il n’y froissa une conviction ou amour-propre. Il trouvait de l’âme aux formes et aux choses. Il aima bien les enfants et ne voulait pas qu’on les corrompît… tout comme Celui qu’il ne connaissait pas… et dont les desseins sont impénétrables… et qui est seul à pouvoir sonder les reins et les cœurs. Pour tout cela et pour le bien que Decroly a fait, en bon chrétien je prie quand même pour lui le Dieu dont il accomplit sans le savoir et sans le vouloir bien des préceptes et toutes les œuvres de miséricorde », in Revue belge de pédagogie, XIV, n° 1, 1er octobre 1932.

49 Angelo Van Gorp, Marc Depaepe, Frank Simon, « Backing the Actor as Agent in Discipline Formation : An Example of the ‘Secondary Disciplinarisation’ of the Educational Sciences, based on the Networks of Ovide Decroly (1901-1931) », in Paedagogica Historica, XL, n° 5-6, 2004, p. 591-616.

50 Archives de l'État à Beveren, archives du centre d'observation de Mol, documents concernant les conférences pédagogiques organisées à l'intention du personnel enseignant, n° 219, 1929.

51 « Causeries faites par M. le Dr Decroly... », p. 3.

Auteurs

(Katholieke Universiteit Leuven)
Marc Depaepe est professeur à la Katholieke Universiteit Leuven (KUL), en Belgique, où il enseigne l’histoire de l’éducation et l’histoire des sciences comportementales. Depuis 2005, il est co-éditeur en chef de la revue Paedagogica Historica. Il est aussi membre des comités de rédaction de plusieurs revues internationales en histoire de l’éducation. Il a publié un nombre important d’articles et de livres sur le sujet, notamment : G. Thyssen, W. Kusters, F. Herman, S. Van Ruyskensvelde, M. Depaepe, « From popular to unpopular éducation? The open-air school(s) of “Pont-Rouge”, Roubaix (1921-1978) », in History of Education & Children's Literature, 5, 2, 2010, p. 199-227 ; M. Depaepe, « Belgian images of the psycho-pedagogical potential of the Congolese during the Colonial Era, 1908-1960 », in Paedagogica Historica, 45, 6, 2009, p. 707-725.

(Universiteit Gent)
Frank Simon est professeur émérite à la Universiteit Gent, en Belgique. Il mène une recherche socio-historique sur l’éducation, et plus spécifiquement sur l’éducation pré-scolaire et primaire en Belgique. La plupart de ses recherches sont réalisées avec la collaboration du groupe de recherche sur l’histoire de l’éducation de la Katholieke Universiteit Leuven. Il a été éditeur en chef des revues Paedagogica Historica et International Journal of the History of Education, et président de l’International Standing Conference for the History of Education (ISCHE). Il a notamment publié les articles suivants : T. De Coster, F. Simon, M. Depaepe, « “Alternative” education in Flanders, 1960-2000 : transformation of knowledge in a neo-liberal context », in Paedagogica Historica, 45, 4-5, 2009, p. 645-671 ; M. Depaepe, F. Simon, A. Van Gorp, « The canonization of Ovide Decroly to a “saint” of the New Education », in History of Education Quarterly, XLIII, 2, 2003, p. 224-249.

(Katholieke Universiteit Leuven)
Angelo Van Gorp est professeur au Centre d’histoire de l’éducation de la Katholieke Universiteit Leuven (KUL), en Belgique. Il est coordinateur du Réseau d’Histoire de l’Éducation (Network 17) de l’association EERA (European Educational Research Association). Il est également membre du comité de rédaction de la revue internationale Paedagogica Historica et membre du comité scientifique du Centre de documentation et de recherche : Religion – Culture – Société du KADOC. Il a notamment publié : A. Van Gorp, Tussen mythe en wetenschap. Ovide Decroly (1871-1932), Leuven, Acco, 2005; A. Van Gorp, M. Depaepe & Frank Simon, « Backing the Actor as Agent in Discipline Formation : An Example of the “Secondary Disciplinarisation” of the Educational Sciences, based on the Networks of Ovide Decroly (1901-1931) », in Paedagogica Historica, XL, 5-6, 2004, p. 591-616.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540