Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles sous expertise(s) / Expertise and Juvenile Violence

 | 
Aurore François
, 
Veerle Massin
, 
David Niget

Remerciements

Aurore François, Veerle Massin et David Niget

Texte intégral

1Cet ouvrage s'inscrit dans le projet d'Action de recherche concertée « Jeunesse et violence : approches socio-historiques », dirigé par Fabienne Brion, Jean-Michel Chaumont et Xavier Rousseaux, et coordonné par David Niget. L'objet de cette recherche est d'étudier dans la longue durée les conditions socio-politiques d'émergence de comportements et situations désignés comme violents, dont les jeunes seraient auteurs ou victimes. Il s'agit de procéder à l'analyse de la fabrique des catégories, de leur repérage via l'enquête sociale, de leurs usages dans le champ scientifique, et de leur exposition médiatique. Il importe également de décrire et de comprendre la violence comme expérience sociale, à la fois exercée et subie par l'enfance et la jeunesse, tout en replaçant le phénomène dans un contexte plus large qui envisage l'ensemble des régulations sociales comme productrices d'inégalités et de violences symboliques.

2Nos premiers remerciements vont ainsi à l’équipe du projet de recherche ARC « Jeunesse & violence », au cœur de laquelle nous avons élaboré, au long de séminaires fructueux, différentes problématiques articulées. Merci à Fabienne Brion, Anne-Laure Wibrin, Xavier De Weirt, Jean-Michel Chaumont, Xavier Rousseaux, Melpomeni Skordou et Frédéric Vesentini, ainsi qu’aux chercheurs, enseignants et étudiants, qui ont participé à nos séminaires. Le soutien du comité scientifique a été sans faille. Un amical merci à Ludivine Bantigny, Louise Bienvenue, Frédéric Chauvaud, Michel Chauvière, Jenneke Christiaens, Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Tamara Myers, Martine Ruchat et Antoon Vrints. Un chaleureux remerciement aux auteurs, également, qui ont joué le jeu d’une publication rapide et doublement évaluée, car l’exercice est exigeant. La révision linguistique doit sa qualité aux compétences croisées de John Cronin et Lionel Fakih. Merci aussi à Tamara Myers, Tiffany Bergin et Magali Dupont pour leurs lectures. L’édition du volume a été orchestrée avec maestria par Magali Dupont. Nous remercions les PUL pour leur célérité, Aude Musin de nous avoir fait bénéficier de son expérience, ainsi que Nathalie Demaret et Jonas Campion de nous avoir prêté leurs yeux neufs… Merci également aux responsables de la collection Histoire, Justice et Sociétés des Presses universitaires de Louvain qui héberge ce travail.

3Enfin, nous tenons à saluer fraternellement nos collègues du Centre d’histoire du droit et de la justice, creuset dans lequel se forgent perpétuellement de nouveaux projets.

Auteurs

Aurore François is a postdoctoral researcher (Fonds National de la Recherche Scientifique) at the Centre d’histoire du droit et de la justice, Université catholique de Louvain, Belgium. Her PhD thesis (History), Guerres et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciaires et institutionnelles envers des mineurs en difficulté, is being prepared for publication. Her main research interests include juvenile delinquency (measurement, discourses, practices) and institutions for juvenile delinquents. Having a Master’s degree in computer science, she coordinates the Web Portal just-his.be, dedicated to the socio-political history of justice administration in Belgium (1795-2005).

Veerle Massin est doctorante à l’Université catholique de Louvain (Belgique) et membre du Centre d’histoire du droit et de la justice. Elle est membre du Pôle d’Attraction Interuniversitaire « Justice & Society: Sociopolitical History of Justice Administration in Belgium (1795-2005) » et de l’Action de Recherche Concertée « Jeunesse et violence : approches socio-historiques ». Ses recherches portent sur le traitement des jeunes filles délinquantes au sein des institutions de l’État en Belgique. Elle a notamment publié : V. Massin, « Entre délinquance et immoralité : catégorisation et traitement des filles de justice de l'établissement public de Bruges (Belgique, 1922-1950) », in C. Machiels, J.-M. Chaumont (ed.), Du sordide au mythe. L'affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), PUL, Louvain-la-Neuve, 2009, p. 203-230 ; A. François, V. Massin, « “Ces virus ambulants”. Discours et pratiques à l’égard des filles de justice atteintes de maladie vénérienne (Belgique, 1912-1950) », in Revue belge d’Histoire contemporaine, XXXVIII, 3-4, 2008, p. 379-405.

David Niget is a postdoctoral fellow at the Centre d’histoire du droit et de la justice, Université catholique de Louvain, Belgium. He is coordinating a research programme on the History of Youth and Violence involving an interdisciplinary collaboration with the departments of Sociology and of Criminology of the University of Louvain. Since 2005, he has also coordinated an international research collaboration on Risk and Governmentality in Modern Societies, between the Centre d’histoire du droit et de la justice and the Centre d’Histoire des régulation sociales of the Université du Québec à Montréal (forthcoming publication). His PhD thesis (History, University of Angers & Université du Québec à Montréal, 2005), was published in 2009 : La naissance du tribunal pour enfants. Une comparaison France-Québec, Presses universitaires de Rennes. He has edited special issues of the Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, on youth and violence (no 9/2007) and of Histoire et Sociétés. Revue européenne d’Histoire sociale on juvenile delinquency and justice in the 19th and 20th centuries in Europe, North America and Russia (n° 25-26/2008).

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540