Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Préférant miséricorde à rigueur de justice

 | 
Bernard Dauven
, 
Xavier Rousseaux

Les auteurs

Volltext

1Bernard Dauven est doctorant au CHDJ (Université catholique de Louvain) et au LAMOP (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), ses recherches portent sur la grâce et l'homicide en Brabant, il a notamment contribué à l'Histoire de l'homicide en Europe, Laurent Mucchielli et Peter Spierenburg (éd.), La découverte, 2009.

2Guy Dupont est historien (Universiteit Gent) et archiviste (Vrije Universiteit Brussel) de formation. Ses recherches portent principalement sur l'histoire urbaine au bas Moyen Âge. Il a étudié la prostitution et les bains, la criminalité et la justice pénale, l'administration communale et les archives d'ancien régime, dans les grandes villes flamandes. Son parcours international l'a mené alternativement dans les institutions académiques et dans le champ du patrimoine culturel. En 2012, il a été nommé archiviste aux Archives de la Ville de Gand à De Zwarte Doos. En parallèle, il prépare une thèse de doctorat à la Gent Universiteit. Il travaille, sous la direction du professeur Marc Boone, sur la transformation de la justice pénale au bas Moyen Âge à partir du cas brugeois.

3Claude Gauvard est professeure émérite d’Histoire du Moyen Âge à l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, membre honoraire de l’Institut universitaire de France (senior) et membre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris. Elle codirige la Revue Historique depuis 1998. Spécialiste de la société politique et de l’opinion publique en France aux derniers siècles du Moyen Âge, son œuvre porte en particulier sur l’histoire de la criminalité et de la justice (De grace especial. Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, réed. 2009).

4Aude Musin est docteure de l’Université catholique de Louvain. Sa thèse, soutenue en 2008, avait pour titre « Sociabilité urbaine et criminalisation étatique. La justice namuroise face à la violence de 1363 à 1555 ». Actuellement chargée de recherches du F.R.S.-FNRS (CHDJ, Université catholique de Louvain), ses recherches portent sur la régulation de la violence urbaine dans les Pays-Bas à l’époque médiévale et moderne.

5Marie Nikichine est actuellement conservateur à la Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier. Archiviste-paléographe de formation, elle est docteure de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de l'Université catholique de Louvain. Sa thèse est consacrée à l'étude de la violence et de la paix à Douai à la fin du Moyen Âge.

6Émilie Rosenblieh est agrégée d'histoire et docteure de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Après avoir consacré sa thèse au pouvoir de juridiction du concile de Bâle, elle poursuit ses recherches dans le cadre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP). Sa thèse paraîtra prochainement chez Brepols Publishers dans la collection Ecclesia militans sous le titre Gouverner l'Église en assemblée. L'expérience du concile de Bâle (1431-1449). Ses recherches actuelles portent principalement sur le procès intenté par le concile de Bâle contre le pape Eugène IV et l'administration pontificale de la grâce.

7Xavier Rousseaux est maître de recherches du F.R.S.-FNRS et professeur extraordinaire à l'Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve ; il y dirige le Centre d'histoire du droit et de la justice (CHDJ). Il a édité récemment un ouvrage collectif avec Xavier De Weirt, Xavier Rousseaux (ed.), Violences juvéniles urbaines en Europe. Histoire d’une construction sociale, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 2011.

8Violet Soen est professeur en Histoire Moderne à la Katholieke Universiteit Leuven. Auparavant, elle a été Max Weber Fellow à l'Institut Universitaire Européen à Florence (2008-2009) et visiting fellow à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris (2011). Ses recherches portent sur la Révolte aux Pays-Bas au XVIe siècle, ainsi que sur l'intégration des Pays-Bas dans l'ensemble de l'empire espagnol et les élites transrégionales entre la France et les Pays-Bas aux temps modernes. En 2008, elle a publié Geen pardon zonder paus ! Studie over de complementariteit van het koninklijk en pauselijk generaal pardon (1570-1574) en over inquisiteur-generaal Michael Baius (1560-1576), une étude sur les pardons généraux de 1570, 1572 et 1574.

9Maarten F. Van Dijck est maître de conférences en méthodes historiques à l’Erasmus Universiteit Rotterdam. Il est membre du Centre de Culture Historique de cette même université et également membre du Centre d’Histoire Urbaine à l’Universiteit Antwerpen. Il a soutenu une thèse sur la relation entre les changements des mœurs, le contrôle sociale et l’urbanisation dans les villes en Brabant à la fin du Moyen Âge et le début du Temps Modernes. Ses recherches récentes concernent l’histoire de la société civile, l’histoire de l’inégalité sociale et l’histoire urbaine durant le Moyen Âge et les Temps Modernes.

10Marjan Vrolijk a soutenu sa thèse de doctorat en novembre 2001 à la Katholieke Universiteit Nijmegen (maintenant appelée Radboud Universiteit). Sa thèse a été publiée sous le titre Recht door gratie. Gratie bij doodslagen en andere delicten in Vlaanderen, Holland en Zeeland (1531-1567), Hilversum, Verloren, 2004. Pour son mémoire de licence (1994), elle a étudié les lettres de rémission des Amstellodamois. Actuellement, elle travaille comme rédacteur en chef, entre autre pour le journal scientifique Amstelodamum.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540