Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Télémaque

 | 
Albert Mingelgrün
, 
Beatrice Barbalato

L'acte d'archiver : un dialogue dans le temps

L'expérience de la Fondation de la Mémoire contemporaine

Catherine Massange

Résumé

La Fondation de la Mémoire contemporaine a été créée en 1994 dans le but de mieux faire connaître l'histoire des Juifs de Belgique au XXe siècle. À cette fin, elle mène des recherches historiques, collecte des témoignages, recueille de la documentation biographique.
Ses chercheurs ont donc une longue pratique de la collecte de sources biographiques orales, écrites et iconographiques et de leur utilisation à des fins de recherches historiques.
Dans le domaine de l'histoire des Juifs de Belgique, le nombre important de témoignages et leur diversité permettent maintenant des comparaisons intéressantes. L'historien est souvent confronté dans ses recherches à des interviews anciennes connues uniquement par des transcriptions rarement littérales et le recours à l'original n'est pas toujours possible.
La pratique de la recherche historique et la possibilité de voir ce patrimoine utilisé par des chercheurs d'autres disciplines ont dirigé le choix des méthodes de la Fondation de la Mémoire contemporaine : les interviews sont transcrites de façon littérale, préparées par des recherches, accompagnées de résumés, de mots-clés, d'explications contextuelles, d'annexes documentaires.

The Contemporary Memory Foundation was created in 1994 to spread knowledge about 20th century Belgian Jewry’s history. To achieve this aim, it conducts historical research, collects testimonies, and gathers biographical information. Its researchers thus have long-standing practice in collecting oral, written, and iconographic biographical sources and using them for historical inquiry. The large number and variety of testimonies currently available regarding the history of the Jews in Belgium now make interesting comparisons possible. In the course of their research, historians, especially those of oral memory, often come across old interviews known only through transcripts that are seldom verbatim. Getting access to the original version is not always possible. The Contemporary Memory Foundation’s methodological choices were thus guided by the practice of historical research but also the desire to make this material available to investigators in other fields. The interviews that it conducts are thus preceded by painstakingly preparations, the transcripts are taken down word for word, and they are accompanied by abstracts, lists of key words, contextual explanations, and documentary appendices.

Texte intégral

1. L'étude de l'histoire des Juifs de Belgique

1La Fondation de la Mémoire contemporaine, créée en 1994 dans le but de mieux faire connaître l'histoire des Juifs de Belgique au XXe siècle, est une fondation d'utilité publique, partenaire du CIERL, le Centre Interdisciplinaire d'Étude des Religions et de la Laïcité de l'Université Libre de Bruxelles.

  • 2 La description des publications de la Fondation de la Mémoire contemporaine peut être consultée sur (...)

2La Fondation de la Mémoire contemporaine mène des recherches historiques, collecte des témoignages et recueille de la documentation biographique. Elle dispose d'un centre de documentation. Elle publie annuellement « Les Cahiers de la Mémoire contemporaine » qui édite des travaux sur l'histoire des Juifs de Belgique, écrits par ses chercheurs, mais aussi par des spécialistes belges et étrangers2.

3La Fondation de la Mémoire contemporaine a donc une longue pratique de la collecte de sources biographiques orales, écrites et iconographiques et de leur utilisation à des fins de recherches historiques.

4Les entretiens collectés par la Fondation de la Mémoire contemporaine forment un fonds qui est devenu indispensable à l'étude de l'histoire des Juifs de Belgique. 130 personnes ont ainsi été interviewées. Certains entretiens sont des récits de vie longs et détaillés, qui peuvent durer plus d'une quinzaine d'heures sur une période totale de plusieurs mois. D'autres sont plutôt des entretiens thématiques, accompagnant les recherches en cours.

5Ces témoignages abordent des thèmes très différents : l'immigration d'avant-guerre et la vie quotidienne dans les pays de départ (plus de 90 % des Juifs présents en Belgique en 1940 ne sont pas Belges), la détention à la caserne Dossin à Malines et la déportation bien sûr, mais aussi la Résistance, la clandestinité, la situation des enfants cachés et celle de leurs sauveurs, l'engagement au sein des forces armées alliées, la reconstruction de la communauté après la Libération, l'émigration vers Israël, la vie des orphelins dans les homes…

6La pratique de la recherche historique, le devoir de conserver le patrimoine mémoriel et la possibilité de le voir utilisé par des historiens et des chercheurs d'autres disciplines ont dirigé le choix des méthodes de la Fondation de la Mémoire contemporaine.

7Les interviews sont transcrites de façon littérale, préparées par des recherches, accompagnées de résumés, de mots-clés, d'explications contextuelles, d'annexes documentaires.

8Souvent, une première phase de ces entretiens consiste à demander à la personne interviewée de raconter son histoire sans être questionnée. Elle expose ainsi dans cet "entretien préliminaire" les éléments qu'elle considère comme les plus marquants de son existence. D'autre part l'intervieweur se documente alors sur le contexte de la biographie de cette personne. Les entretiens ultérieurs sont ainsi soigneusement préparés. L'intervieweur a pour rôle d'aider à structurer le témoignage par sa connaissance de la chronologie et du contexte. Les entretiens restent semi-directifs, laissant à l'interviewé l'occasion de s'attarder ou de se taire sur différents passages de sa biographie.

9La Fondation de la Mémoire contemporaine a choisi de transcrire de façon littérale ces entretiens. Ces transcriptions sont à la fois un outil de conservation du témoignage et un outil de travail pour les chercheurs. L'enregistrement lui-même est conservé et copié ; il est ainsi consultable. La possibilité d'accès au témoignage doit tenir compte des volontés de l'interviewé. Dans le domaine de l'histoire juive, le respect de la souffrance exposée par les victimes impose des conditions éventuelles de restriction à la communication du témoignage.

10L'interview est le résultat d'une collaboration entre le témoin et l'intervieweur. Lors de ce long voyage à travers les souvenirs le plus souvent dramatiques du témoin, une relation de confiance s'établit entre l'intervieweur et le témoin. Ainsi est donc créée une source dont on ne peut définir au moment où elle est élaborée toutes les utilisations possibles et ultérieures.

11La mémoire des Juifs est douloureuse et pour cette raison beaucoup refusent de témoigner. Pour certains témoins, le dialogue avec un intervieweur est une première étape qui le conduira à effectuer des recherches sur lui-même, sa famille, son histoire avant d'écrire alors ses souvenirs.

12Ces survivants n'ont dû souvent leur salut qu'à la clandestinité, l'élaboration de faux papiers, de fausses identités… Souvent les documents d'archives sont nombreux mais ne peuvent se comprendre sans les explications des témoins. Seuls les témoignages permettent à l'historien d'appréhender l'ensemble d'une problématique.

  • 3 La Fondation de la Mémoire contemporaine a publié une bibliographie : Les Juifs de Belgique. Guide (...)

13L'historien et le témoin s'épaulent dans leurs recherches. Il se produit souvent des échanges d'informations entre historiens et interviewés et ce en fait d'autant plus que la personne rencontrée est jeune au moment des faits qu'elle évoque. Il arrive maintenant souvent que, avant l'interview, la personne rencontrée connaisse très bien les documents d'archives la concernant elle-même ou sa famille proche, qu'elle ait fait appel à la mémoire d'autrui et qu'elle ait lu un certain nombre d'ouvrages historiques3. Ceux qui ont vécu la guerre peuvent s'adresser notamment au Service des Victimes de la Guerre, au Musée Juif de la Résistance et de la Déportation de Malines, au Musée Juif de Belgique, aux Archives Générales du Royaume (où sont maintenant conservées les archives de la Police des Etrangers). Lorsque ces personnes témoignent, il est important de pouvoir retracer l'historique des connaissances du témoin. Beaucoup d'enfants juifs ont été cachés par un organisme de Résistance, le Comité de Défense des Juifs : au moment même l'enfant ne le sait pas, mais dans son témoignage il dira qu'il a été caché par le Comité de Défense des Juifs et il a appris ce qu'était cette organisation par ses lectures et les documents d'archives qu'il a consultés. Les témoins adressent des demandes aux historiens qu'ils rencontrent, au sujet de leur biographie mais aussi des structures dans lesquelles s'inscrit ce qu'ils ont vécu. Un témoin peut se souvenir précisément d'un home d'enfants dans lequel il a été hébergé, l'historien peut lui en apprendre plus sur l'organisme qui a créé ce home et le contexte historique.

14En plus des témoignages qu'elle collecte, la Fondation de la Mémoire contemporaine essaie de rendre disponible dans son centre de documentation tout témoignage relatif aux Juifs de Belgique.

15La Fondation de la Mémoire contemporaine n'a pas pour mission première de conserver des documents d'archives : aussi la Fondation conserve souvent des copies de documents, de photos et de papiers personnels tout en laissant le plus souvent la propriété de ces sources au témoin et en le sensibilisant à l'importance de la conservation. La Fondation de la Mémoire contemporaine reçoit toutefois des originaux que certains ont tenu à lui confier.

16L'historien est souvent confronté dans ses recherches à des interviews anciennes connues uniquement par des transcriptions rarement littérales et le recours à l'enregistrement lui-même n'est pas souvent possible ou facile. Le contexte et les préliminaires de l'interview, l'accord, écrit ou tacite, qui lie l'intervieweur et l'interviewé, sont des données importantes qui ne sont pas toujours facilement accessibles.

2. La méthode de recueil des données

  • 4 Citons comme instrument de travail : Oralités. Répertoire des archives orales en Belgique, Bruxelle (...)
  • 5 Sur la mémoire orale et l'histoire des Juifs de Belgique, citons la synthèse de Jean-Philippe SCHRE (...)

17Dans le domaine de l'histoire des Juifs de Belgique, le nombre important de témoignages et leur diversité permettent maintenant des comparaisons intéressantes4. La thématique centrale de toutes les recherches reste la Shoah, mais de plus en plus considérée avec ses préliminaires et ses conséquences. Des témoignages de dates différentes d'une même personne permettent la comparaison ; les similitudes et les différences apparaissent alors selon les époques, selon le contexte, selon la technique employée (témoignage écrit, interview audio ou vidéo)5.

18Même sans questions directives, la façon dont l'interviewé s'exprime et ce qu'il choisit de dire seront en partie dépendants des préliminaires de l'entretien, du contexte. Ainsi un Juif communiste interrogé par un chercheur travaillant sur l'histoire du communisme parlera différemment de son identité juive s'il est en face d'un historien étudiant l'histoire des Juifs.

19Tout témoignage ou document personnel doit donc être replacé dans son contexte : il faut donner à l'historien les outils pour le comprendre et ceci également longtemps après que le témoignage a été recueilli.

20L'importance des témoignages se voit aussi a contrario et il faut veiller à comprendre l'histoire de ceux qui n'ont pas ou peu parlé. Par exemple, il est plus facile d'étudier l'histoire et la problématique des homes d'enfants juifs pendant la guerre et l'immédiat après-guerre que des homes de Juifs âgés. Ces Juifs âgés qui ont vécu dans ces homes n'ont en effet laissé que peu de traces : dans l'immédiat après-guerre ils n'ont pas témoigné et ils sont décédés peu après la guerre. Les enfants cachés ont souvent parlé en témoignage de reconnaissance pour ceux qui les ont sauvés. Ceux qui ont été maltraités ont beaucoup moins pris la parole et ont souvent mal vécu ce silence. De même ce sont ceux qui dans la reconstruction d'après-guerre peuvent présenter une image de réussite sociale qui ont bien plus pris la parole que ceux pour lesquels cette reconstruction a été un échec. Dans un groupe de personnes à qui on a peu donné la parole, certains ont encore moins parlé que d'autres, il faut en tenir compte.

21Des thématiques importantes dans l'histoire des Juifs pour l'avant-guerre, la guerre et l'après-guerre doivent encore être approfondies. De nombreux sujets d'étude restent encore en friche. Des dialogues doivent donc se construire entre témoins et historiens, entre témoins eux-mêmes, entre chercheurs et collecteurs de mémoire orale travaillant sur des thèmes différents, avec des méthodes différentes. Le but de l'historien doit être d'établir un dialogue constructif entre mémoire et histoire.

Notes

2 La description des publications de la Fondation de la Mémoire contemporaine peut être consultée sur le site Internet de la Fondation : www.fmc-seh.be.

3 La Fondation de la Mémoire contemporaine a publié une bibliographie : Les Juifs de Belgique. Guide bibliographique, Bruxelles, Fondation de la Mémoire Contemporaine, 2008. Sur l'histoire de la Shoah en Belgique, on citera : Maxime STEINBERG, L’étoile et le fusil, t.1 : La question juive. 1940-1942, Bruxelles, Vie ouvrière, 1983 ; t.2 : 1942. Les cent jours de la déportation, Bruxelles, Vie ouvrière, 1984 ; t.3 : La traque des Juifs. 1942-1944, 2 vols., Bruxelles, Vie ouvrière, 1986 ainsi que Mecheln-Auschwitz 1942-1944, 4 vols, Bruxelles, VUBPRESS, 2009.

4 Citons comme instrument de travail : Oralités. Répertoire des archives orales en Belgique, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 2007.

5 Sur la mémoire orale et l'histoire des Juifs de Belgique, citons la synthèse de Jean-Philippe SCHREIBER, « Le témoignage au service de l’histoire et de la mémoire : le cas du judaïsme belge de 1945 à nos jours », in Les Cahiers de la mémoire contemporaine, n° 1, 1999, pp. 13-27.

Auteur

Catherine Massange est licenciée en histoire, chercheuse à la Fondation de la Mémoire contemporaine, collaboratrice scientifique attachée au Centre interdisciplinaire d'Étude des Religions et de la Laïcité (CIERL) de l'Université libre de Bruxelles. Ses recherches actuelles portent sur la reconstruction de la communauté juive en Belgique après la Shoah. (catherine.massange@fmc-seh.be)

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable