Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Télémaque

 | 
Albert Mingelgrün
, 
Beatrice Barbalato

L'acte d'archiver : un dialogue dans le temps

Le cinéma amateur

André Huet

Résumé

Tenu à l'écart depuis les années 20, considéré comme une activité interne au cercle familial, le cinéma amateur fut mis à l'honneur dans les années '80-90 par la télévision. Les nombreuses émissions qui lui furent consacrés encouragèrent les archives et les universités à participer à la création d'associations internationales destinées à valoriser ce patrimoine. Aujourd'hui plus rares sur les antennes ces documents continuent de passionner les chercheurs, les professionnels des médias et les responsables d'archives régionales.
La plupart des travaux se sont avant tout intéressés jusqu'ici à l'importance historique, documentaire ou patrimoniale des images. Le commentaire du cinéaste apparaît de plus en plus important-non seulement pour comprendre les situations filmées mais aussi pour approcher une histoire individuelle qui double le document. Tout en poursuivant collecte et numérisation des films amateurs, l'asbl Mémoires inédites lance un appel aux associations sensibles à ces récits de vie en images pour organiser ce futur chantier pluridisciplinaire.

Ignored since the 1920s as an activity inside the family circle, amateur films came into their own in the 1980s-1990s, thanks to television. The many broadcasts devoted to amateur footage encouraged archives and universities to take part in the creation of international associations to develop these assets. Although they have become rarer on the networks today, these documents continue to fascinate researchers, media professionals, and the regional archive administrators. Until now, the majority of works about amateur films concerned the historical, documentary, or heritage value of the pictures. The filmmakers’ commentaries now appear to be increasingly important, not just to understand the filmed situations, but also to approach the individual stories and histories that subtend the films. While it continues its efforts to collect and digitize amateur films, the non-profit association Mémoires Inédites is calling upon all associations sensitive to these accounts of life in images to organize this future field of work.

Texte intégral

1. Les films de famille

1Il y a quelques années j'avais invité un ami, docteur en pharmacie et cinéaste amateur de longue date, à participer à un colloque consacré aux films de famille. Il assista à la projection de différents documents, écouta attentivement les analyses et suivit avec intérêt, mais sans intervenir, les discussions. Profitant d’une interruption il me confia avec un large sourire : « J'ai appris beaucoup de choses. Tout ce que j'ai entendu ici est très intéressant. Mais vous devez savoir que faire un film amateur n'a rien à voir avec ce que vous décrivez et ce dont vous discutez. Mais c’était très intéressant. »

2Je l'invitais à préciser sa pensée et à faire part de ses remarques à l'auditoire. Il déclina gentiment l'invitation. Prétextant un rendez-vous il quitta la réunion.

3Resté seul, je parcourais l‘auditoire. Des juristes, des réalisateurs, des responsables d’archives et des chercheurs débattaient avec enthousiasme. Je me rendis compte alors qu'aucun cinéaste amateur n'était présent. Avec beaucoup de plaisir et de passion nous échangions nos expériences, nos points de vue sur des documents produits par des inconnus à qui nous n'avions même pas pensé donner la parole.

4Pourtant il fut un temps où les futurs cinéastes amateurs faisaient l'objet de toutes les attentions. Il s'agissait de les encourager à acheter le matériel créé spécialement pour le marché du cinéma amateur en plein essor.

5Les textes publicitaires leur proposaient déjà de réaliser une sorte de « travail de mémoire » :

  • 2 André HUET, On n'a pas tous les jours cent ans..., Journal of Film Préservation n° 49, Bruxelles, F (...)

(Les enfants) grandissent vite. Vous pouvez les voir changer, vous pouvez préserver indéfiniment pour votre joie et satisfaction futures un enregistrement vivant des enfants comme ils sont aujourd'hui. » Publicité pour la caméra Movette 17,5 mm, USA, 1919 ; « Saisir la vie en plein vol et la reconstituer à travers les années » Publicité Cinégraphe Bol 35 mm, Suisse, 1924 ; « Pathé Baby() apporte chez vous une source inépuisable de joies nouvelles et saines, un moyen puissant et fécond d'enseignement par l'image, chacun des films est un fragment de vie comique, poignant ou instructif au choix. » Science et Vie, 1934 ; « La moto caméra Pathé Baby vous permet de projeter chez vous et à peu de frais, tous les souvenirs de vacances et tous les événements de votre vie ». Catalogue Pathé, Paris, 19372.

6Les arguments de vente donnaient en quelque sorte une première définition du cinéma amateur.

7Dans un ouvrage collectif réalisé sous la direction du professeur Odin, Michel Creton note que :

  • 3 Michel CRETON, Le cinéma en amateur, l'économie et les marchés de l'amateur, Communications n° 68,
    P (...)

La finalité principale des stratégies des industriels du cinéma amateur tout comme celle des industriels de l'électronique grand publique, est de construire un amateur consommateur utilisant avec aisance un matériel qui se présente comme aussi transparent que possible. Et principalement promis à un usage fondé sur la simplicité et le naturel de la prise de vue, qui permettrait de saisir des images et des sons avec cette sorte d'évidence qui évite le questionnement3.

8Que l’acheteur soit doué ou non, qu'il réalise des films dignes d'intérêt qu'il détruise la pellicule ou la révèle à des amis importait peu. L'essentiel était de vendre et de rentabiliser du matériel. Le cinéma était déjà une industrie, un commerce, un univers réservé aux « professionnels » du septième art. Seuls quelques proches et amis auraient le privilège ou la patience de découvrir les images jugées la plupart du temps inintéressantes par les auteurs eux-mêmes. Ainsi, faute de considération, la plupart de ces films s'accumuleront dans des greniers, dans des armoires, peu à peu oubliés au sein des familles.

9Pendant ce temps les campagnes publicitaires remportaient un grand succès. L’activité cinématographique amateur se développait. Les cinéastes « du dimanche enregistraient ainsi de manière candide et à l'insu de tous, une incomparable mémoire en images du quotidien.

10Peu à peu tous les genres, tous le styles, tous les domaines développés par le 7° art furent abordés par ces cinéastes qui, à la différences des professionnels, réalisaient leurs documents « pour leur plaisir », la plupart du temps en dehors de toutes contraintes et pour répondre avec spontanéité, maladresse ou talent à l'impulsion d'un moment.

11Dans le cinéma amateur, une majorité des documents correspond à ce qu’on a appelé les films de famille, réalisés au sein d’une famille par un de ses membres, à destination de la famille, Ils se caractérisent par une succession de séquences rarement montées, le plus souvent laissées dans l’ordre chronologique des prises vues. Cela donne au spectateur qui n'est pas un proche de la famille l'impression d'assister à une accumulation anarchique et déroutante de scènes sans rapport les unes avec les autres.

12Avec le temps, ces modestes photographies animées de fêtes familiales, d'anniversaires, de vacances, de manifestations spectaculaires, d'épisodes dramatiques du temps de guerre ou des cataclysmes, toutes ces images d’événements capturées à travers l'objectif de la caméra d'un simple citoyen de passage, qui se trouvait là par hasard, tous ces enregistrements se transforment, malgré eux, en autant de traces exceptionnelles et uniques d'activités, de gestes et de paysages saisis au cœur du quotidien d'époques différentes, depuis le début du XXe siècle, que le temps bouleversa ou fit disparaître.

  • 4 Colloque « Mémoires collectives », organisé en octobre 1982 à l'Université Libre de Bruxelles dans (...)

13Quelles qu'aient été les préoccupations du cinéaste à l'origine, ses films participent désormais de notre mémoire collective faite, comme le rappelait il y a quelques années un colloque organisé à Bruxelles, de « tout ce qui fait signe à un individu et lui rappelle qu'il fait partie d'une communauté »4.

14Si on situe le début du cinéma amateur dans les années '20, il faudra attendre la fin des années '70 pour que quelques professionnels des média s'intéressent à ces images et se posent la question : qu'ont-ils donc filmé pendant toutes ces années ?

15La télévision belge, alors animée d'un esprit d'éducation permanente et à la recherche de nouveaux publics, fit œuvre de pionnier dans le domaine en accordant aux documents amateurs une place régulière dans ses programmes. De 1979 à 2004 une émission baptisée « Inédits » se consacra aux films amateurs en Belgique et à l'étranger avec l'objectif de révéler leur richesse et leur intérêt aux téléspectateurs.

2. Des pellicules interrogées

16En 1984, la Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF) inscrivait à l'ordre du jour de son 40° congrès organisé à Vienne « une nouvelle catégorie cinématographique méritant d'être conservée : les films personnels » à savoir « des films produits non par une équipe mais œuvres entièrement d'une seule personne. Il peut s'agir d’œuvres d'art, de travaux de recherche, documents privés, imitations de films industriels par des amateurs, journaux, messages filmés, films faits par des enfants, home movies, etc. »

17En 1989 un premier Colloque européen réunissait à Spa des juristes, réalisateurs, chercheurs et archivistes qui adoptaient le terme « inédits » pour désigner les films amateurs. Cet adjectif substantivé désignerait à l’avenir « les images en mouvement évoquant tout aspect de la vie de nos sociétés, hier et aujourd'hui, réalisées sur tous les formats et supports et qui, à l'origine, n'étaient pas destinées à une diffusion dans les circuits professionnels de l'audiovisuel ».

18En 1991 le programme télévisé Inédits de la RTBF contribuait à la création à Paris de l'Association Européenne Inédits (AEI). Celle-ci, toujours en activité, favorise et encourage la rencontre de chercheurs, d’archivistes et de professionnels des médias concernés par l’étude et la valorisation du patrimoine que représentent les films amateurs.

19À la même époque des cinémathèques et des archives régionales se créaient un peu partout en Europe au départ de premiers fonds d’archives constitués par des films amateurs. Ce fut le cas en France, en Italie, Suisse, Angleterre, Hollande, Espagne, Portugal, etc. Intégrés dans les collections, ces documents d'un genre nouveau prenaient une valeur particulière par le témoignage de traditions et vécus locaux qu'ils révélaient.

20Plus récemment, en 2004, fut créée à Mons l’asbl Mémoires Inédites qui souhaite prolonger les initiatives précédentes et se fixe comme objectif la collecte de films amateurs et plus particulièrement de films de famille, leur numérisation et la préparation de projets permettant de les valoriser, de les révéler en tant que patrimoine culturel aux publics les plus divers.

21Le développement de cette initiative devrait permettre à terme de créer enfin en Belgique une structure d'accueil des archives du film amateur, à l'image des cinémathèques régionales que nous avons contribué à créer dans la plupart des autres pays d'Europe.

22Les 5 premières années d’activité de l'asbl ont permis de recueillir, de numériser et d'inventorier, grâce à l’aide de Studio l’Équipe, agissant comme mécène, et du plan de Préservation et d’Exploitation des Patrimoines (Pep’s) du Ministère de la Culture de la Communauté française de Belgique, près de 10.000 films touchant les sujets les plus divers filmés des années vingt à nos jours.

23Numériser et indexer les documents représentent une première intervention technique essentielle. Mais ces opérations techniques indispensables n'ont de sens que si elles s’inscrivent dans un ensemble d'autres exploitations et valorisations des documents.

24Dès ce moment chacune des étapes s’accompagnent d’une suite d’interrogations. De quel droit sortir les images du cercle pour lequel elles avaient été enregistrées ? Quel droit conserve l'auteur des documents sur l'utilisation future de ses images ? Les images muettes tirées de leur contexte ne risquent-elles pas d'être l'objet de toutes sortes de manipulations préjudiciables à leur auteur ?, etc.

25Ces aspects juridiques ne peuvent être ignorés et font l'objet de réguliers échanges et discussions.

26Mais reprenons notre cheminement au moment où la numérisation des films sur un support contemporain permet enfin de découvrir ce qu’ils racontent et de réaliser un premier dépouillement. Une description sommaire des plans et des actions précisera la qualité voire l'intérêt du document. Ce premier état des films ne cessera bien entendu d’être complété et enrichi par la suite. Que nous proposent ces plans ? Que racontent ces enchaînements de séquences ? De quoi est-il question ?

27Dans la plupart des cas nous ignorons tout des films, mis à part quelques notes griffonnées sur un billet oublié dans une boîte de pellicule. Les souvenirs des déposants sont précieux mais souvent imprécis ou inexistants.

28Travail fastidieux que le dépouillement d'un document. C'est peut - être l'activité qui demande le plus d’énergie et de créativité. Car une description des actions ou des images fait autant appel à l'expérience technique de l'examinateur qu'à sa culture, sa sensibilité, à son imagination voire à son intuition qui lui permettront d'approcher et peut être de s'introduire dans un univers étrange, étranger, inconnu. Il faut se donner les moyens d'aller à la rencontre d'une réalité qui, pourrait-on dire, se trouve derrière le spectacle proposé par les images.

29Le recours aux commentaires de(s) auteur(s), des acteurs ou de(s) proche(s), en un mot « de ceux qui y étaient » s'impose très vite comme une nécessité. Mais il faut compter avec la disparition des témoins et les souvenirs approximatifs de proches. Nous nous retrouvons ignorants, confrontés à des récits écrits avec une caméra, utilisée comme un stylo pour saisir tout ce qui se présenta un jour au regard d'un inconnu.

30Un rapport du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel estime que la préparation d'un document, du nettoyage avant copie à l'analyse documentaire, implique un travail dont la durée correspond à plus ou moins 8 fois celle du film traité.

31Malgré ces difficultés, De nombreux chercheurs, historiens, sémiologues, vont se pencher sur ces documents atypiques et transformer le domaine des films amateurs en objet d'études et de recherches. On s'est interrogé sur l'impact du film de famille sur le public qui les regarde ; sur son rôle dans la société ; sur ce que nous apprend le film de famille ; sur sa part dans l'économie. Pourquoi les chaînes de télévision ou les productions cinématographiques ont-elles de plus en plus recours aux films de famille ? Le film de famille peut-il engendrer des œuvres d'art ?

  • 5 Roger ODIN (sous la direction de), Le film de famille, usage privé, usage public, Paris, Méridiens (...)
  • 6 Patricia ZIMMERMANN, Reel Families : a social history of amateur film, Indiana University press, 19 (...)
  • 7 Susan AASMAN, Van de camera en de ploeg, Een studie naar (amateur) film als regionaal historische b (...)
  • 8 Klaas Gert LUGTENBORG Director of the History Bureau at the University of Groningen, Groningen the (...)
  • 9 David CLEVELAND, Director of the East Anglia Archive at the University of East Anglia, Norwich, Eng (...)

32Parmi les nombreux travaux consacrés aux films amateurs retenons ceux du Professeur Roger Odin à la Sorbonne5, de Patricia Zimmerman aux États-Unis6, de Suzanne Assman7 et de Klaas Gert Luchtenborg8 en Hollande, de David Cleveland9 en Angleterre. Chacun contribua à réaliser un premier balisage du champs dans lequel s'inscrivent le cinéma amateur et le film de famille. La Belgique occupe une place non négligeable dans ces recherches notamment avec les travaux et articles du Professeur Jean Puissant à l'ULB, de Nathalie Tousignant à l'UCL et des initiatives qui se développent depuis quelques temps aux Facultés Notre Dame de la Paix à Namur, à l'Université de Liège sous la direction de Françoise Lempereur et de Marc Emmanuel Melon sans parler des réalisations en Communauté flamande.

33Ces travaux ont fait exister le film de famille comme sujet digne d'intérêt, de recherche et de réflexion. Parler de films de famille comme d'un patrimoine n'est plus ridicule aujourd'hui.

  • 10 A. HUET, Les Inédits à la Télévision, AEI-Charleroi, 1993.

34Les productions télévisées furent nombreuses dans les années '80. « Das ist unsere geschichte » (WDR), « Volkskino », « Cinememo » et « Familien Kino » (NDR) en Allemagne ; « Inédits » (RTBF) et « Kronieken » (BRT) en Belgique ; « Attic Archives » et « Moving Memories » (BBC) en Angleterre ; « Inéditos » (RTP) Portugal et Uruguay ; « Avis aux amateurs » (TSR) en Suisse ; « Objectif amateur » et « Je me souviens » en France sans oublier les séries danoises, hongroises, italiennes et autres initiatives des télévisions régionales ou communautaires qui suivirent10. Comme on peut le constater, la télévision joua un rôle important dans la révélation de l'intérêt documentaire, patrimonial, culturel, mémoriel voire historique des films amateurs en général au grand public des téléspectateurs. Mais après quelques années d'intense activité la télévision elle aussi changea, évolua.

35Des changements importants marquèrent la politique des programmes télévisés dans le début des années 90. Dorénavant ces derniers devaient être avant tout « sexy ». On ne parlera plus d'éducation permanente ; les émissions deviendront des produits, on parlera de part de marché, les sondages feront et déferont les émissions. Ces bouleversements s'accompagneront de la disparition progressive des programmes consacrés aux documents amateurs.

36Parallèlement une nouvelle génération de cinéastes s'intéressait tantôt à ses propres films de famille pour en faire le sujet de production, tantôt s'appropriait des films orphelins pour en faire la matière de nouveaux récits ou encore collectait les images amateurs pour réaliser des fictions ou des documentaires illustrant des moments d’histoire de nos sociétés.

37Enrichi des expériences et travaux réalisés jusqu'ici il s'agit maintenant d'organiser de nouveaux chantiers.

38Tout en continuant à encourager l’utilisation de ces images dans des documentaires, fictions cinématographiques ou autres émission télévisées, le moment est peut être venu de réfléchir à de nouvelles perspectives et à de nouvelles formes d’utilisation. Cela supposera, dans un premier temps, de cesser de considérer les films amateurs comme de pâles expressions cinématographiques créées à l’ombre du grand septième art ; d’échapper aux comparaisons qui font oublier les spécificités incomparables des images inédites en résumé d’oublier pour un moment que le film amateur est du cinéma.

39Le dispositif est à inventer. L’activité devrait être pluridisciplinaire et interdisciplinaire faisant appel à des spécialités comme la sémiologie, la psychanalyse, l'histoire, l'esthétique, l'économie et d'autres compétences.

3. Témoignage, œuvre et outil

40Combien de fois n'avons-nous pas constaté lors des visites rendues aux auteurs de documents que, très vite, les entretiens destinés à recueillir des commentaires sur les films se transformaient en témoignages ou en récits de vie qui nous transportaient bien au-delà des films qui motivaient la rencontre. Un peu comme si ces objets filmiques devenaient un prétexte pour parler d'autres choses que de cinéma. Comme si les images se transformaient en autant de catalyseurs réactivant des épisodes du passé, provoquant des commentaires sur de lointains ou plus récents événements qui jalonnent une vie.

41Ainsi le visionnage de cinq bobines de films format 16mm nous avait révélé des promenades dans le Bruxelles des années quarante. Pas de trace de l'occupant, pas de signe d'un pays occupé. Après quelques vues d'un parc qui auraient pu être filmées à d'autres époques, la caméra s'attardait sur les jeux, les mimiques d'un bébé, le plus souvent face caméra. D'une bobine à l'autre la petite fille semblait grandir. Nous avions jugé sans grand intérêt la succession de scènes anecdotiques qui constituait l'essentiel du film. Les images muettes laissaient indifférents les quelques professionnels de l'images qui parcouraient les documents. Nous étions sur le point de les restituer quand nous nous sommes entretenus avec la jeune femme qui nous avait prêté les films. L'histoire qu'elle nous raconta nous bouleversa. Les images commencèrent à exister autrement. Elles prirent un sens, une signification que nous n'aurions pu imaginer jusqu'alors..

  • 11 Odette FOSSOUL, Inédits, programme télévisé, Production réalisation André HUET, RTBF Charleroi, 24 (...)

Mon frère et sa femme venaient de se marier. Ils avaient un an de mariage quelque chose comme ça. Ma belle-sœur était enceinte. Il a été fait prisonnier. Le bébé est né le 30 juillet 1940. A ce moment-là on est allé à deux avenue Louise chez Cinama et on a acheté une caméra 9 millimètres. Et avec cette caméra 9 millimètres on filmait toutes les occasions familiales les Saint Nicolas, les Noël, etc. On filmait. Le but était de conserver des images de sa fille pour le retour de Roger. Il est rentré cinq ans après11.

42Ainsi donc cette jeune femme avait filmé le quotidien de sa fillette non pas pour son seul plaisir mais afin de pouvoir offrir les images des premières années de l'enfant à son mari, au papa qui avait été fait prisonnier avant la naissance de l'enfant. A la libération la découverte des images n'avait pas été accompagnée, semblait il, de la joie que l'on aurait pu imaginer. Mais cela est une autre histoire.

43Retenons de cette rencontre combien le commentaire, le vécu des protagonistes d'un film de famille peut éclairer le document muet et apporter un sens inattendu aux images.

44Une autre fois, en 1987, nous avions découvert parmi de nombreux autres films familiaux, une boîte de pellicule portant l'inscription manuscrite « Maman ». Nous avions visionné le document16 mm muet. Des scènes truculentes alternaient avec des évocations plus tristes, séparées par un texte précisant les étapes de l'agonie d'une mère atteinte d'un cancer. Nous étions surpris et perplexes. Qui avait réalisé ce film ? S'agissait-il d'une douteuse mise en spectacle d'une mort annoncée ? Quels liens établir entre les réjouissances et l'évocation de la maladie ? Qui était cette mère autour de laquelle une famille entière semblait graviter ?

45Le film allait rejoindre d'autres documents sur une étagère quand après quelques recherches nous avons retrouvé un des cinéastes et une amie de la famille qui nous racontèrent la genèse du film. A nouveau le document prit une autre dimension. D'anodin il se transforma en témoignage riche et impressionnant.

46Lorsqu'il apprend en 1943 que sa mère est atteinte d'un cancer, le cadet d'une famille de huit enfants décide avec un beau-frère de lui consacrer un film.

  • 12 Robert RENSON, Inédits, programme télévisé, Production et réalisation d’André Huet, RTBF Charleroi, (...)

47« Quand on a su qu'elle était condamnée, alors on a filmé expressément pour avoir des vues. Alors on a voulu faire un film pour aussi rassembler tout ce qu'il y avait, tout ce qui la concernait. Et moi j'ai arrangé de petits textes à titre de raccords, disons-le comme ça »12.

48Et l'histoire du film s'éclaircit et nous raconte une aventure humaine émouvante. Les deux jeunes gens découpent des scènes de fêtes dans les films de famille réalisés auparavant par le père décédé. Ils filment la mère à l'hôpital, au retour à la maison, dans son lit, toujours souriante et entourée de ses huit filles. Il écrivent et filment un commentaire qui résume l'évolution de la maladie.

  • 13 Ibidem.

49« Nous, ce qui était filmé, c'était la façon de vivre, la gaieté, la joie quoi. Pas de malheur. » Et ils montent les images sélectionnées. Un travail qui s'impose à eux comme une nécessité. L'aboutissement est un film d’une dizaine de minutes qu’ils intituleront « Maman »13.

50Pendant plusieurs années après la disparition de la mère, le document muet sera projeté au début de réunions familiales. Toutes les personnes présentes se souvenaient, pleuraient, évoquaient la bonne humeur de la disparue, se rappelaient des blagues qu'elle aimait faire et on riait. A la fin de la projection on passait à table.

51La famille avait inventé son rite de passage qui lui permettait de faire son deuil.

52Pour exceptionnels qu’ils puissent paraître de tels films sont plus fréquents qu‘on pourrait l’imaginer.

53Quelles découvertes peuvent nous réserver ces 58 heures de films réalisées par plusieurs générations d’une famille aisée dont le images racontent parties de chasses, cours de tennis, réunions familiales, événements mondains, etc. et qu'une grand-mère nous demande de numériser ?

54Comme le faisait remarquer Roger Odin :

  • 14 Roger ODIN, Le film de famille, Bruxelles, ouvrage collectif sous la direction de Nathalie TOUSSIGN (...)

Contrairement à ce que pourrait laisser supposer cet usage massif du film de famille comme document, le film de famille n'est pas fait pour être un document. […] Le film de famille se caractérise par le fait que les destinataires ont déjà vécu les événements auxquels il réfère. Dans ces conditions, le rôle d'un film de famille n'est pas de documenter la vie de la famille, mais de permettre à chacun de faire retour sur le passé vécu. Du coup, les images du film de famille fonctionnent moins comme des représentations que comme des index. […] Le fonctionnement du film de famille dans le cadre familial n'a rien à voir avec un document. D'une certaine façon, on peut même dire que le film de famille est le contraire d'un document, un anti-document : ce qui est important n'est pas ce que montrent les images, mais les interactions collectives. (à la prise de vue, lors du visionnement du film,) ainsi que les discours intérieurs suscités14.

4. De nouvelles perspectives d’exploitations

55Les entretiens n’ouvrent bien entendu pas toutes les portes. Ils devront ou devraient être complétés à leur tour, recoupés par d’autres informations ou une documentation plus précise. Il ne s'agit plus seulement de mieux cerner ou de mieux comprendre l’histoire d'un documents ou celle des scènes de la vie familiale, sociale, politique qu’il propose mais aussi d’approcher un univers de non-dits, de hors champs qui accompagnent les traces d'évènements vécus du quotidien. Mais il faut rester prudent et savoir reconnaître à temps les domaines inattendus qui s'ouvrent soudain à nous et pour lesquels nous n'avons pas de compétence.

56En photographie c'est plus le regard que le sujet qui fait la photo.

57D’autre part l’utilisation, l’exploitation du film amateur pourrait, elle aussi, être repensée.

58Au fil des années, le film de famille a cessé, en quelque sorte un peu malgré lui, d'être un bien, une propriété personnelle, familiale. Il est devenu un bien public. Il fait dès lors partie d’un héritage à communiquer aux générations futures, un patrimoine immatériel au même titre que les témoignages, les documents écrits, les traditions, contes et légendes.

59Dans cet esprit l’asbl Mémoires Inédites est en recherche de compétences transdisciplinaires pour revisiter et dépouiller son fonds d’archives afin de pouvoir l’utiliser au mieux dans le cadre d’un ensemble de nouveaux projets dans des domaines aussi variés que la généalogie, l’activité d’associations sociales, l’intergénérationnel, l’éducation, le spectacle, la formation, etc.

L’avenir des films de famille est peut-être moins à imaginer dans leur découpage par plans détournés, perdus dans de savants montages de documentaires ou autres spectacles audiovisuels, sans rapport avec leur histoire, que dans un patient travail d'écoute, d’interprétation et de mises en perspectives nouvelles qu’un nombre de plus en plus important de professionnels des médias et de chercheurs souhaitent mais qui reste encore à organiser.

Notes

2 André HUET, On n'a pas tous les jours cent ans..., Journal of Film Préservation n° 49, Bruxelles, FIAF, 1994, pp. 40-42.

3 Michel CRETON, Le cinéma en amateur, l'économie et les marchés de l'amateur, Communications n° 68,
Paris, Seuil, 1999, p. 163.

4 Colloque « Mémoires collectives », organisé en octobre 1982 à l'Université Libre de Bruxelles dans les locaux de l’Institut de sociologie par le Ministère de la communauté française, direction générale des arts et lettres et direction de la jeunesse et des loisirs et par l'Université libre de Bruxelles, Faculté de philosophie et lettres.

5 Roger ODIN (sous la direction de), Le film de famille, usage privé, usage public, Paris, Méridiens Klincksieck, 1995.

6 Patricia ZIMMERMANN, Reel Families : a social history of amateur film, Indiana University press, 1995.

7 Susan AASMAN, Van de camera en de ploeg, Een studie naar (amateur) film als regionaal historische bron, Rijksuniversiteit Groningen, Geschiedeniswinkel, 1993.

8 Klaas Gert LUGTENBORG Director of the History Bureau at the University of Groningen, Groningen the Netherlands, 1997.

9 David CLEVELAND, Director of the East Anglia Archive at the University of East Anglia, Norwich, England, 1997.

10 A. HUET, Les Inédits à la Télévision, AEI-Charleroi, 1993.

11 Odette FOSSOUL, Inédits, programme télévisé, Production réalisation André HUET, RTBF Charleroi, 24 mars 2004.

12 Robert RENSON, Inédits, programme télévisé, Production et réalisation d’André Huet, RTBF Charleroi, 20 décembre 1988.

13 Ibidem.

14 Roger ODIN, Le film de famille, Bruxelles, ouvrage collectif sous la direction de Nathalie TOUSSIGNANT, Facultés universitaires Saint-Louis, 2004, pp. 42-44.

Auteur

Président de l’asbl Mémoires inédites.
Après des études d’Art dramatique et de sculpture, cet hennuyer, diplômé de l’INSAS et licencié en Sciences de l’éducation UCL – FOPA, a marqué son passage à la RTBF par la création du programme télévisé «Inédits » qu’il va développer pendant plus de 25 ans. Journaliste et membre fondateur de plusieurs associations, il collabore en Belgique et à l’échelon international au travail de mémoire au départ des archives privées. (andre_huet@yahoo.fr)

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540