Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Télémaque

 | 
Albert Mingelgrün
, 
Beatrice Barbalato

Les patrimoines autobiographiques et la logique de l'archivage

Archiver et interpréter les archives des muets de l’histoire

Jacqueline Rossier

Résumé

L’intervention présente l’association pour la conservation des Archives de la vie ordinaire, les buts qu’elle s’est fixés et les types d’archives récoltés. Elle précise les choix faits pour archiver et interpréter un tel patrimoine. Elle donne également un aperçu des activités scientifiques menées par l’association et sa collaboration avec l’Université de Neuchâtel ainsi que les manifestations à caractère public qui permettent de valoriser les fonds sauvegardés.

This contribution presents the association for the conservation of Archives de la vie ordinaire (Archive of everyday life), its goals, and the kind of archives it deals with. It explains the ways such assets are selected and interpreted. It also gives an overview of the association’s scientific activities, its collaboration with the University of Neuchâtel, and public events aimed at highlighting and promoting the value of its archives.

Texte intégral

1. AVO-Archives de la vie Ordinaire

1Répondre positivement à l’invitation du colloque Télémaque Comment archiver et interpréter les archives autobiographiques ? constituait une heureuse occasion de profiter de cette « tribune européenne » pour faire connaître l’Association pour la conservation des Archives de la vie ordinaire du canton de Neuchâtel (Suisse), plus simplement appelée les AVO, une association qu’on pourrait qualifier de « poids plume » en regard des autres institutions représentées au colloque. Notre contribution témoignera des raisons de la création de l’association, des buts qu’elle poursuit et des activités réalisées depuis sa création, tout en essayant de répondre aux questions posées par la thématique du colloque.

1.1. Archives et vies ordinaires dans le canton de Neuchâtel, contexte historique et géographique

2Jusqu’en 2003, date de la création des AVO, le patrimoine archivistique des personnes sans condition particulière n’avait, dans notre région, que rarement la chance d’être sauvegardé et mis en valeur en raison de son apparente insignifiance. Notamment les écrits du XXe siècle.

  • 2 « Ecrits au quotidien (XVIIe-début XIXe siècle) », Musée neuchâtelois, No thématique, 4/1996.

3Pourtant, les Neuchâtelois, en particulier aux XVIIIe et XIXe siècle, ont manifesté une certaine propension à laisser des traces de leur vie quotidienne au travers d’« écrits personnels », traces qu’ils consignaient dans un « livre de raison », un « journal », un « livre de famille », des « récits de vie » ou des « mémoires ». Les auteurs de ces « écrits au quotidien » appartenaient à des milieux populaires ruraux ou à des élites locales modestes : agriculteurs, viticulteurs, artisans-horlogers ; l’un d’eux avait même été « perruquier-notaire ». Leurs témoignages contiennent abondance de notations très diverses sur le déroulement du quotidien des auteurs. Les préoccupations matérielles y dominent : conditions météorologiques, floraisons, récoltes, prix…, de même que les allusions à la santé et aux pratiques culturelles, familiales et sociales, sans qu’on puisse aisément saisir les intentions des scripteurs. Tous cependant, qu’ils en aient été conscients ou non, ont écrit pour « se souvenir et témoigner », comme l’a fait très justement remarquer le professeur Philippe Henry en ouverture du colloque consacré aux « écrits personnels », organisé en 1995 par la Société d’histoire et d’archéologie du canton de Neuchâtel et dont les actes ont été publiés dans le Musée neuchâtelois2. Auparavant, et depuis de longues années déjà, l’historien Jean-Pierre Jelmini s’était penché sur les témoins des « vies ordinaires » et militait pour la sauvegarde et la valorisation scientifique des écrits personnels, en particulier populaires :

  • 3 Jean-Pierre JELMINI, Pour une histoire de la vie ordinaire dans le Pays de Neuchâtel sous l’Ancien (...)

Il nous a paru que le moment était venu d’ouvrir une brèche dans un des aspects les moins étudiés de l’histoire, celui qui concerne le tout-venant de la matière historique, l’homme du peuple, ce fantassin de l’histoire sans lequel aucun capitaine n’aurait achevé de conquête, aucun entrepreneur mené à terme ses affaires, aucun homme politique mis en œuvre ses programmes et ses idéaux. Or, cette piétaille de figurants anonymes, quelle prise offre-t-elle à l’historien en dehors de la sèche approche numérique des recensements, des impositions ? […] Comment l’aborder, cet homme qui n’écrit pas en dehors des quelques lignes de testament qu’il couche sur le papier ou qu’il dicte à son notaire… Pense-t-il, sent-il quelque chose ? Et, dans l’affirmative quelles règles pratiques de vie suit-il, quelles émotions ressent-il, à quelles lignes de conduite morale soumet-il ses décisions privées ou publiques ?3

  • 4 Mémoires de licence en lettres, Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel, sous la direction (...)

4Les « écrits personnels » évoqués plus haut sont parvenus à notre connaissance par des voies diverses et avaient été probablement sauvegardés parce qu’on les considérait avant tout comme des illustrations pittoresques d’époques révolues. Ils sont restés parfois en mains privées ou ont été confiés à des bibliothèques et des musées du canton. Plus récemment toutefois et grâce à l’évolution générale de l’historiographie et à l’intérêt pour la micro-histoire, certains « ego-documents » ont fait l’objet de quelques mémoires de licence4.

  • 5 Château et musée de Valangin. http://www.chateau-de-valangin.ch

5Hormis ces quelques témoignages, connus et recensés, tout un pan de l’histoire neuchâteloise était menacé de tomber dans l’oubli dans la mesure où aucune institution publique ne prenait soin des archives des « gens ordinaires ». La consultation des inventaires des bibliothèques et des archives publiques révèle pourtant l’existence de fonds d’archives privées hébergées par ces institutions. Il convient de préciser que ces fonds y ont été déposés par des familles de notables, bourgeoises ou aristocratiques, de la région. Leur présence s’explique par le fait que les premiers archivistes et directeurs de bibliothèques, issus des mêmes milieux sociaux que ceux des dépositaires, recueillaient tout naturellement de tels fonds. Les Neuchâtelois ordinaires, quant à eux, n’avaient d’autre solution que de conserver leurs archives à domicile ou étaient contraints de les jeter si l’entourage et les proches ne souhaitaient pas en devenir dépositaires. C’est un constat qu’il m’a été donné de faire à de nombreuses reprises alors que j’étais conservatrice du Château de Valangin5, un musée d’histoire régionale proche de Neuchâtel, quand des personnes, éconduites par des institutions publiques, cherchaient vainement un lieu où verser leurs archives personnelles. D’où l’idée de mettre sur pied une structure qui comblerait un vide institutionnel et qui répondrait, par là même, aux vœux des historiens militant pour la sauvegarde d’un tel patrimoine.

1.2. L’Association pour la conservation des Archives de la vie ordinaire (AVO)

  • 6 Statuts de l’association des AVO.

6Elle s’est constituée autour d’un groupe d’historiens neuchâtelois particulièrement sensibles à l’histoire des « petites existences » en se donnant pour buts de « rechercher, réunir, conserver, classer, étudier et diffuser des documents neuchâtelois tels que des correspondances privées, des journaux intimes, des livres de raison, des notes sur le temps et les saisons, des agendas, des factures ou encore des livres de comptes »6.

7À ce jour, l’association compte quatre-vingts membres qui paient une modique cotisation de soutien. Au moment de sa création, elle a bénéficié d’une petite aide matérielle de l’Etat cantonal et reçoit ponctuellement un soutien de la Loterie romande, complété certaines années par des aides exceptionnelles. Les AVO sont dirigées par un comité qui regroupe neuf historiens dont moi-même qui travaille seule, à temps très partiel en tant que conservatrice des archives. Bien que privée, l’association est hébergée dans des locaux appartenant à la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel. Les AVO collaborent régulièrement avec l’Institut d’histoire de l’Université de cette même ville et nourrissent l’espoir d’être intégrées un jour à une structure étatique lorsque le bien-fondé de leur démarche sera enfin reconnu.

1.3. Les AVO dans le contexte suisse romand

  • 7 Archives de la vie privée (Genève). http://www.archivesdelavieprivee.ch
  • 8 Histoires d’ici. Association pour la collecte et la mise en valeur de la mémoire fribourgeoise : pa (...)

8Il faut reconnaître qu’en Suisse romande, les AVO n’ont pas fait œuvre de pionnier puisqu’en 1994 déjà, à Genève, des historiennes avaient créé Les Archives de la Vie Privée7 recueillant, dans un premier temps, des archives féminines puis ouvertes aussi aux fonds de familles. Plus récemment, en 2007, s’est créée à Fribourg l’association Histoires d’ici8 qui recueille principalement des récits de vie. Comme les AVO, il s’agit d’organismes privés. Vu de l’étranger, on s’étonnera peut-être de la multiplication et de l’éparpillement géographique de structures poursuivant presque les mêmes objectifs, dans une région aussi petite que la Suisse romande. Cette « singularité » s’explique par le système fédéraliste de notre pays.

2. Archivage et interprétation

2.1. Rechercher, réunir, conserver et classer des archives aux contenus et aux supports multiples

9Les AVO ont recueilli à ce jour cinquante-six fonds, tous émanant du territoire neuchâtelois. Précisons d’emblée qu’ils sont de taille, de nature et de provenance diverses. On peut distinguer deux catégories de fonds. La première présente une grande homogénéité de contenus et de supports et comprend :

  • Les correspondances, familiales ou amoureuses, dont certaines sont peu volumineuses, comptant parfois seulement quelques lettres alors que d’autres en comprennent des centaines (Fig. 1.).

  • Les récits de vie, diversement intitulés journaux, mémoires, traces de vie, souvenirs…, souvent accompagnés de photos ou de dessins et même quelques fois d’enregistrements ; ils se présentent sous la forme de manuscrits ou de « tapuscrits ». Certains sont des originaux qui n’ont jamais connu de lecteurs, d’autres étaient destinés aux descendants des scripteurs. Les AVO en reçoivent une copie. Il ne s’agit jamais de textes écrits sur concours (Fig. 2.).

  • Les ensembles constitués de fragments révélateurs d’existences modestes tels que des cahiers de comptes d’une ménagère, accompagnés de livrets de famille, voire de livrets d’épargne, ultimes et touchantes traces de vies simples et laborieuses.

10La seconde catégorie compte actuellement une trentaine de fonds qu’on peut qualifier d’hétérogènes au vu de la diversité de leurs contenus et de leurs supports puisqu’on y trouve aussi bien des chroniques que des photos, des agendas, des journaux, des correspondances, des papiers de famille, des cahiers d’écoliers, des actes notariés… (Fig. 3.).

2.2. Comment archiver ? Les raisons d’un choix

  • 9 Norme générale et internationale de description archivistique (International Standard Archival Desc (...)
  • 10 Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds. http://cdf-bibliotheques.ne.ch
  • 11 Mémoires d’ici, Centre de recherches et de documentation du Jura Bernois, St.-Imier (Be). http://ww (...)
  • 12 Archives de la Ville de Genève. http://www.ville-ge.ch/geneve/archives/

11Dans la mesure où le conditionnement et le classement des documents s’effectuaient presque au fur et à mesure des versements d’archives, il fallait dès le départ profiter des avantages offerts par l’informatique et adopter des principes d’archivage qui seraient compatibles avec ceux d’autres institutions, qui favoriseraient l’accès du public à toutes nos informations et permettraient la consultation d’une banque de données via internet. Si le classement des archives proprement dit ne posait pas de problème particulier, l’élaboration d’instruments de recherche appropriés ne s’est pas faite sans tâtonnements. Car force est de constater qu’une grande disparité de pratiques semble encore régner entre les différents services d’archives, aussi bien en Suisse qu’en Europe. Afin de ne pas faire cavalier seul, les AVO ont pris le parti de se conformer aux principes directeurs de la Norme générale et internationale de description archivistique ISAD (G)9 comme le pratiquent d’ailleurs d’autres institutions romandes telles que la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds10, Mémoires d’ici11, un centre de documentation et de recherche du Jura bernois, ou les Archives de la Ville de Genève12 par exemple.

2.3. Les avantages de la norme ISAD(G)

12Outre le fait que la norme ISAD(G) facilite la mise en commun des ressources archivistiques, il faut relever les autres avantages qu’elle présente, en particulier pour les historiens. A savoir l’importance accordée :

  • à l’histoire administrative du producteur, c’est-à-dire aux renseignements donnés par la notice biographique qui permet de situer un fonds dans son contexte historique et géographique ;

  • à l’historique de la conservation, qui livre souvent de précieuses informations sur le chemin parcouru par les archives jusqu’à leur sauvegarde définitive ;

  • à la description du contenu, auquel il est possible d’adjoindre, en format pdf, l’inventaire détaillé des documents constitutifs du fonds ;

  • aux sources complémentaires et à la bibliographie, pour autant qu’elles existent.

2.4. Le problème de l’indexation

13La norme ISAD(G) ne préconise pas l’indexation par mots-clés. Bien qu’elle s’avère souvent utile, elle reste néanmoins très subjective. Alors qu’il est relativement facile de créer des listes de mots-clés pour des documents tels que les mémoires ou les récits de vie, le problème est beaucoup plus complexe lorsqu’on est en présence de fonds aux contenus et aux supports multiples comme le sont une grande partie des fonds conservés aux AVO.

2.5. L’accès aux informations et la gestion du site Internet

14En pratique, les AVO possèdent un site Internet dont le contenu et l’aspect peuvent être partiellement gérés à distance grâce à un CMS (« content management system »). En plus des pages d’information et des dossiers thématiques, le site comprend une banque de données (MySQL) dans laquelle les fiches descriptives des fonds sont stockées et peuvent être consultées en ligne par le public. La possibilité de les modifier, d’en créer ou d’en supprimer est réservée aux détenteurs d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe. Ce système offre les avantages de pouvoir gérer le contenu du site et les fiches depuis n’importe quel ordinateur (Mac, PC, Linux) connecté à Internet avec un navigateur courant (Internet Explorer, FireFox, Opera, Safari…), de faire assurer la sauvegarde des données par le fournisseur d’accès (FA), d’être simple à utiliser et d’être bon marché, MySQL étant gratuit. Actuellement, la banque de données des AVO occupe un demi mega-octet, soit le 5 % des 10 mega-octets alloués par le fournisseur d’accès. Le reste du site, constitué pour l’essentiel de fichiers pdf et d’images, occupe 180 mega-octets, soit 20 % du giga-octet alloué. Ce système, au coût très peu élevé, est à la portée d’une association modeste, aussi bien financièrement que dans le domaine informatique, comme les AVO.

3. Étudier et diffuser

3.1. La collaboration avec les milieux universitaires et scolaires

  • 13 Florence ZEHNDER et Michaël BLOCH : Histoire et épistolarité, étude de cas helvétiques (Neuchâtel X (...)
  • 14 « Autour des Archives de la vie ordinaire. Les écrits personnels et le retour de l’individu dans l’ (...)

15Dès leur création, les AVO ont souhaité faire vivre le patrimoine qu’elles se proposaient de sauvegarder en le mettant à la disposition des chercheurs et des étudiants. Une collaboration s’est rapidement établie avec les milieux universitaires. Grâce aux liens étroits que l’association entretient avec l’Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel, plusieurs fonds ont fait l’objet de travaux de séminaire et de mémoires de licence13, tandis qu’en 2009 la Revue historique neuchâteloise consacrait un numéro aux « écrits personnels »14.

  • 15 « Formation de recueilleurs et recueilleuses de récit de vie », prof. Catherine SCHMUTZ-BRUN, Unive (...)

16Depuis quelques années, la collaboration s’est également étendue aux milieux scolaires par le biais d’un cours de sensibilisation donné par la soussignée aux enseignants des cantons de Neuchâtel, du Jura et de Berne. En 2010, les professeurs d’histoire d’un lycée neuchâtelois ont proposé à leurs élèves de recueillir des témoignages autobiographiques comme sujets de travaux de maturité. Enfin, des liens se sont établis avec l’Université de Fribourg15.

3.2. Les informations « tout public »

  • 16 Une petite flamme en moi s’est allumée…, d’après la correspondance amoureuse de Jaques Henriod et E (...)
  • 17 Des Neuchâtelois et des Neuchâteloises venus d’ailleurs, Office fédéral de la statistique, Neuchâte (...)

17Afin de rendre les Neuchâtelois attentifs à la richesse de leur patrimoine autobiographique, des conférences sont organisées régulièrement pour des publics divers et des activités culturelles sont mises sur pied comme, par exemple, la création d’une lecture-spectacle16 ainsi que des expositions17 dans différents endroits du canton (Fig. 4.). Les interventions radiophoniques constituent, elles aussi, un moyen d’information et de sensibilisation particulièrement approprié. Mentionnons enfin la mise en ligne d’informations concernant les nouvelles acquisitions ou encore la publication de dossiers « web » invitant le visiteur à pénétrer au cœur même de certaines archives.

4. Conclusion

  • 18 Prof. Andrée LEVESQUE, Université McGill, Montréal, responsable de l’association Les Archives Passe (...)

18Nées de la volonté de sauvegarder des témoignages condamnés à disparaître en raison de leurs origines modestes, les Archives de la vie ordinaire commencent à être connues et reconnues dans le paysage archivistique suisse romand et même européen. La récente visite qu’une historienne québécoise18 leur a rendue élargit encore le cercle des collaborations de l’association. Grâce à leurs réseaux transfrontaliers, les AVO partagent désormais plus largement le souci d’archiver et d’interpréter les archives autobiographiques de ceux à qui elles souhaitent redonner la parole.

Fig. 1. Aperçu d'une correspondance familiale, 1ère moitié XIXe siècle. Fonds Focaux-Muriset

Fig. 2. Extrait de Mes Souvenirs d'enfance, de Daniel-Albert Chable (1901-1985), rédigés dans les années 1980 par un Neuchâtelois ayant émigré en Australie en 1924

Fig. 3. "Arrivage" d'un fonds "hétérogène" avant archivage

Fig. 4. Exposition : Que reste-t-il de nos amours ? Souvenirs de mariages dans les archives familiales, 2011

Notes

2 « Ecrits au quotidien (XVIIe-début XIXe siècle) », Musée neuchâtelois, No thématique, 4/1996.

3 Jean-Pierre JELMINI, Pour une histoire de la vie ordinaire dans le Pays de Neuchâtel sous l’Ancien Régime, Plaidoyer pour une étude des mentalités à partir des écrits personnels, Hauterive, 1994, Cahiers de l’Institut neuchâtelois No 25, p. 7.

4 Mémoires de licence en lettres, Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel, sous la direction du prof. Philippe Henry :
Diane SKARTSOUNIS, Le journal d’Abram Louis Sandoz 1737-1759. Rencontre avec un homme du XVIIIe siècle, 1990 ; Simone ECKLIN, Le journal de Daniel Sandoz 1770-1779, 1990 (cf. « Le Journal de Daniel Sandoz (1770-1779) », in Alfred MESSERLI et
Roger CHARTIER (dir.), Lesen und Schreiben in Europa 1500-1900. Vergleichenden Perspektiven Perspectives comparées – Perspettive comparate, Bâle, 2000, pp. 139-149) ; Fiona FLEISCHNER, David Roulet-Py, un paysan vigneron dePeseux, d’après ses écrits personnels (1781-1828), 2008.

5 Château et musée de Valangin. http://www.chateau-de-valangin.ch

6 Statuts de l’association des AVO.

7 Archives de la vie privée (Genève). http://www.archivesdelavieprivee.ch

8 Histoires d’ici. Association pour la collecte et la mise en valeur de la mémoire fribourgeoise : patrimoine narratif vivant, récits de vie écrits, illustrés, oraux.(Fribourg).
http://www.histoiresdici.ch/histoiresdici

9 Norme générale et internationale de description archivistique (International Standard Archival Description-General), communément désignée sous le sigle ISAD (G), publiée officiellement par le Conseil international des archives en 1994. La dernière version date de 1999.

10 Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds. http://cdf-bibliotheques.ne.ch

11 Mémoires d’ici, Centre de recherches et de documentation du Jura Bernois, St.-Imier (Be). http://www.m-ici.ch

12 Archives de la Ville de Genève. http://www.ville-ge.ch/geneve/archives/

13 Florence ZEHNDER et Michaël BLOCH : Histoire et épistolarité, étude de cas helvétiques (Neuchâtel XVIIe-XXe siècles), le couple et les relations amoureuses : le Fonds Henriod et Yoan VEYA et Jean PRETOT, Exemples de récits de vies ordinaires : Fonds Emilie Tissot-Sutter, Nelly Grossenbacher, Maurice Girardin, Denise Aeschlimann. Séminaire d’histoire du prof. Ph. Henry 2006-2007 (L’individu et l’histoire. Théories et pratiques de la biographie), Institut d'histoire de l'Université de Neuchâtel.
Joël JORNOD, Louis Turban (1874-1951), horloger de La Chaux-de-Fonds, et son monde. Fragments de vies minuscules, mémoire de licence, prof. Ph. Henry, Institut d'histoire de l’Université de Neuchâtel, 2009. Ce travail est en cours de publication.
Anouk FAHRNY, De la chaire au pupitre, une page de la vie de Jaques Henriod (1918-1933), Institut d'histoire de l'Université de Neuchâtel, prof. Ph. HENRY, mémoire de licence, 2008.

14 « Autour des Archives de la vie ordinaire. Les écrits personnels et le retour de l’individu dans l’histoire », Revue historique neuchâteloise, No thématique, 1-2 2009.

15 « Formation de recueilleurs et recueilleuses de récit de vie », prof. Catherine SCHMUTZ-BRUN, Université de Fribourg, février-juin 2011.

16 Une petite flamme en moi s’est allumée…, d’après la correspondance amoureuse de Jaques Henriod et Elisabeth VEYASSAT, en tournée depuis décembre 2008.

17 Des Neuchâtelois et des Neuchâteloises venus d’ailleurs, Office fédéral de la statistique, Neuchâtel, novembre 2006.
Vos souvenirs sont notre mémoire, Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, novembre 2008-avril 2009.
Que reste-t-il de nos amours ? Souvenirs de mariages, Musée du Val-de-Travers, Fleurier, juillet-août 2011.

18 Prof. Andrée LEVESQUE, Université McGill, Montréal, responsable de l’association Les Archives Passe-mémoire.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Aperçu d'une correspondance familiale, 1ère moitié XIXe siècle. Fonds Focaux-Muriset
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 2. Extrait de Mes Souvenirs d'enfance, de Daniel-Albert Chable (1901-1985), rédigés dans les années 1980 par un Neuchâtelois ayant émigré en Australie en 1924
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 3. "Arrivage" d'un fonds "hétérogène" avant archivage
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 4. Exposition : Que reste-t-il de nos amours ? Souvenirs de mariages dans les archives familiales, 2011
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 335k

Auteur

Jacqueline Rossier est historienne et conservatrice des Archives de la vie ordinaire (AVO) depuis 2003, après avoir dirigé le Château et musée de Valangin (1989-2000). Ses travaux actuels portent sur la collecte, la gestion et la mise en valeur de fonds d’archives émanant de «personnes ordinaires ». Elle donne régulièrement des conférences et des cours sur la sauvegarde des archives et collabore aux publications relatives aux écrits personnels et aux récits de vies. (fluri.rossier@gmail.com)
Association pour la conservation des Archives de la vie ordinaire (AVO), Neuchâtel, http://www.archivesdelavieordinaire.ch.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable