Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Télémaque

 | 
Albert Mingelgrün
, 
Beatrice Barbalato

Les patrimoines autobiographiques et la logique de l'archivage

Une approche formelle dans le catalogage des œuvres autobiographiques

Beatrice Barbalato et Albert Mingelgrün

Résumé

Les témoignages personnels inédits séduisent souvent soit le lecteur pour une supposée aura d'authenticité soit le chercheur qui voit dans ces matériaux des sources peu ou pas du tout exploitées. Le syndrome du manuscrit retrouvé en quelque sorte accompagne souvent le regard porté sur ce genre de document. Aujourd'hui le terme "mémoire" est devenu un fétiche. Et pourtant la mémoire est un processus vivant, elle ne peut être traitée comme une matière archéologique. Elle prend des formes, elle est soumise à une "Gestalt", à une rhétorique choisie de manière plus ou moins consciente, à un ordre du discours.
C'est pour ces motifs que nous avons choisi d'examiner les traits fondamentaux de Ma vie de Francine Mierop, l'un des dépôts de l'Apabel, l'autobiographie d'une personne ordinaire. L'analyse de ce témoignage permet de mettre en évidence certains aspects de la communication autobiographique à travers l'organisation de la matière traitée, en particulier de son inscription dans l'espace et le temps c'est-à-dire, en fait, sa configuration narrative.

Unique personal testimonies often appeal either to the reader given their assumed aura of authenticity or to the researcher who finds in such material sources that are hardly, if at all, exploited. It is as if the syndrome of the recovered manuscript often bears on the perception one has of this kind of document. Nowadays, the term "memory" has become a fetish. Yet memory is a living process, it cannot be treated as some kind of archaeological material. Memory assumes various shapes, it is subject to a "Gestalt", to a rhetoric chosen more or less consciously, to a discourse.
It is for all these reasons that we have chosen to examine the fundamental features of
Ma vie, an autobiography written by an ordinary person, Francine Mierop, and deposited at Apa-bel. The analysys of this testimony helps highlight some aspects of the autobiographical communication approach through how the treated material is organised, in particular its place in space and time - that is to say, its narrative context.

Texte intégral

1. Antefacto

1D'une manière générale, les textes qui relèvent du témoignage autobiographique sont considérés sous l'angle quasi exclusif de leur contenu c'est-à-dire comme des documents limités à cette seule dimension sans que soient pris en compte leurs processus d'écriture proprement dits. On constate souvent que le classement est fait par grands thèmes et sur la base des signifiés abordés : société, amour, sexe, amitié, famille, etc., ce qui ne permet pas d’orienter vraiment un chercheur ou un consultant qui veut, pour différentes raisons, accéder à ces patrimoines. Classer par thématiques n’identifie pas la nature de ces documents, ne permet pas de comprendre leur impact communicatif.

2C'est donc cette mise en forme d'une histoire personnelle racontée et porteuse de sens que nous souhaitons illustrer à travers quelques extraits d'un texte déposé à l'Apa-Bel.

3On y observera, de façon sommaire évidemment, la présence de piliers reconnus de toute œuvre narrative à savoir un préambule légitimant, un espace-temps dans lequel évoluent des personnages et se déroulent des faits structurés selon un point de vue particulier, l’ensemble étant présenté dans un ordre plus ou moins explicite qui mène le lecteur du début à la fin du destin mis en scène.

4Il apparaît que ces catégories narratives s'entremêlent constamment, alternant les unes avec les autres et pouvant manifester dans le même mouvement la prédominance de l'une d'entre elles.

5La rencontre Télémaque a donc été pour nous l’occasion de revenir sur des réflexions concernant le classement et le catalogage des archives du patrimoine autobiographique, de la vie privée, de « l’écriture populaire » ainsi que certaines archives définissant la documentation écrite provenant de la vie de tous les jours.

  • 2 Cf. : B. BARBALATO-A. MINGELGRÜN, « Du bon usage d’une grille d’indexation narratologique », in Fra (...)

6C’est pourquoi nous avons pensé à un formulaire narratologique qui pourrait rendre compte de la forme de la communication plutôt que de son contenu2.

7À partir des études fondatrices de Philippe Lejeune, beaucoup de questions théoriques ont été abordées et éviscérées. Des supports ne manquent donc pas pour analyser cette documentation. Néanmoins ce savoir ne se traduit pas dans une pratique convaincante d’indexation des archives. Si, donc, les réflexions théoriques avancent et interprètent les expressions à la première personne avec des méthodes affinées, les pratiques qui se chargent de la gestion de ces patrimoines évoluent, semble-t-il, moins exponentiellement.

  • 3 Cf. : B. BARBALATO, « La grammatica del tempo vissuto e del tempo raccontato », in Fabio OLIVIERI ( (...)

8Il n’y a pas de doute, comme on vient de le dire, qu’existent une grammaire et une syntaxe du récit à la première personne où les catégories de l’espace et du temps, par exemple, sont déterminantes et révélatrices de l’intentionnalité de ces communications3. On ne peut pas se passer des grilles aristotéliques sur le fonctionnement de la narration. Et cela vaut pour tout genre de narration. C'est dire qu’il n’est guerre important d’observer si celui qui écrit s’exprime ou non selon les règles d’une grammaire et d’une syntaxe affinées : sa volonté de se manifester trouve dans la structure, dans l’organisation de la narration le fondement de sa propre existence. On se référera donc ici à un texte-martyr qui nous a intéressés pour son souci très étudié de communication. Notre démarche donnera un aperçu des possibilités d’explicitation d’une analyse formelle. Le texte en question a pour auteure Francine Mierop Ginion, s’intitule Ma vie, 2001, 196 pp., et consiste en un manuscrit dactylographié de 23 chapitres (chacun d’entre eux évoquant les années auxquelles l’auteure se réfère, le tout encadré d’une introduction et d’un épilogue).

9Nous nous proposons d’en examiner six passages.

2. Extraits de Ma vie de Francine Mierop

10I) Je serai sincère et je le serai d’autant plus volontiers que cette sincérité fera plaisir à l’auteur de ce livre. Oui, je suis fière d’être la fille de cet auteur-là. Fière de la savoir capable d’écrire 250 pages d’autobiographie, d’y consacrer plus d’un an de sa vie, de s’y consacrer sérieusement, comme à un travail – un travail de mémoire, sans doute difficile, un travail sur l’écriture aussi. Je sais d’expérience qu’il faut environ 4 heures pour la rédaction d’une page, ce livre en compte 250, soit mille heures au total.

11À mes yeux, ce livre incarne une renaissance ; celle qui peut intervenir quand on s’est libéré de tout ce qui dans le passé vous retient en arrière, que ce soit la souffrance, la nostalgie ou la fidélité. (Ch. : « Préface », p. 7)

12II) Pour tuer le temps dans ma convalescence, papa avait installé près de mon lit un phonographe qui avait l’aspect extérieur d’une petite valise. On soulevait le couvercle articulé, dans lequel était dissimulé un haut-parleur, on ajustait une aiguille dans la grosse tête du pick-up, on remontait le moteur avec une manivelle située sur la partie latérale et un système à ressort actionnait le plateau tournant. On posait alors un disque de cire, fragile, parfois un peu griffé et puis, à la main, on faisait avancer le bras du pick-up juste au dessous du bord du disque puis on le descendait avec précaution pour que l’aiguille tombe sur le sillon qui allait l’entraîner. La manœuvre était périlleuse et délicate. Alors le concert commençait avec un son nasillard difficile à imaginer à l’heure du C.D., du microsillon et du laser. J’étais chavirée de plaisir en écoutant Mireille chanter :

« C’est un vieux château teau teau,
Cerné de corbeaux beaux beaux ».

13Ou Jean Sablon :

« puisque vous partez en voyage,
Ma chérie, je pars avec vous ».
(Ch. « Installation à Mouscron », p. 35)

14III) Mouscron était une petite ville ouvrière, où régnait un esprit très provincial. D’origine wallonne, elle avait accueilli une petite colonie de Flamands venus s’y installer pour sa proximité avec la France, où ils travaillaient comme frontaliers.

15[…]

16Des petites maisons, sans confort et toutes identiques, bordaient la plupart des rues de la cité. Les gens n’avaient ni voiture ni garage ni salle de bains et, pour se déplacer, ne possédaient que leurs jambes ou, au mieux, une bicyclette. Quelques maisons bourgeoises s’élevaient dans deux ou trois rues principales où vivaient les notables.

17L’architecture n’avait rien de séduisant, sauf le château des comtes, très ancien, l’hôtel de ville et la maison du peuple construite vers 1925. Autour de la grand place, quelques commerces et des petits cabarets attiraient les promeneurs et créaient une certains animation.

18(Ch. : « L’accident qui aurait pu être fatal », p. 102)

19IV) Notre maison s’achève un peu à la fois et nous nous y sentons bien. Il ne nous manque plus qu’un troisième enfant et cela, nous le désirons très fort. Le 12 mars 1955, jour de mes 26 ans, j’ai la certitude que notre vœu est exaucé. Jacques, parti à Bruxelles pour affaires, rentre le soir, un cadeau sous les bras. Je vous le donne en mille. Il s’agit de la reproduction d’une maternité de Picasso, tableau datant de sa période bleue.

20Merveilleuse coïncidence que de recevoir ce présent le jour où je lui annonce que nous allons avoir un nouveau bébé !

21p. 94 (Ch. : « Enfin la maison et notre troisième bébé ! », p. 94)

22V) Il [son mari Jacques] écrasa la pédale du frein des deux pieds tout en esquissant un léger virage à droite dans l’espoir de passer derrière le camion si celui-ci, comme il espérait, pouvait redémarrer. Le camion resta immobile ; le choc fut inévitable.

23Ce fut l’horreur !

24Mais je ne l’ai su que plus tard, quand on me le raconta. Violemment secouée, je fus retrouvée en boule sous la boîte à gants, inanimée et ensanglantée de la tête aux pieds.

25(Ch. : « L’accident. Tout s’arrête », p. 130)

26VI) La petite fille du début, l’éternelle écorchée vive, tantôt colère, tantôt impertinence, toujours en révolte contre les interdits, contre les injustices, aimant raconter les histoires les plus extraordinaires arrivées aux membres de sa famille, garde toujours un cœur prêt à se passionner et continue à courir enthousiaste après un bel idéal, fut-il bâti de rêve ou de réalité. On disait d’elle que s’était un garçon manqué ; elle aurait tellement aimé qu’on dise - comme disait la maman de Françoise Giroud - qu’elle était une fille réussie !

27Au fil du temps, elle s’est un peu calmée, assagie, mais c’est toujours, la fleur aux dents, qu’elle a choisi de continuer sa route.

28Un jour elle s’en ira sur la pointe des pieds, sur la pointe du cœur. Elle ne sera plus qu’un petit point à l’horizon puis disparaîtra complètement mais on ne meurt jamais dans le cœur de ceux qui vous aiment. […]

29Le récit se termine avec le mot FIN

30(Ch. : « Le bilan ! » p. 192)

3. Analyse des extraits de Ma vie

3.1. Commentaire du paragraphe I

31Le premier texte reproduit ici est emprunté à la préface du livre. Il a été écrit par Caroline la fille de l’auteure (notons : sincère/sincérité ; fière, qui sont répétés deux fois dans la même ligne ainsi que le futur je serai sincère). Elle veut donc caractériser tout ce quelle dira et donc encadrer et avaliser le récit de sa mère. Elle est témoin, elle amplifie et rend manifestes les intentions de sa mère qui dédie ce récit à ses petits neveux et affirme très clairement que son écrit est destiné à garder (sauvegarder plutôt) l’image de sa famille.

32Cette préface constitue donc une tentative d’explicitation des intentions de l’auteure, un support essentiel, une preuve de véridicité opérée par sa fille même.

33Il y a aussi une « Introduction » personnelle de Francine Mierop, qui souligne une nouvelle fois que l’ouvrage est dédié aux petits neveux. L’acte de transmission apparaît dès lors expressis verbis comme la démarche dominante.

34On se trouve bien devant cet usage reconnu de la littérature autobiographique, s’ouvrant sur des justifications de la narration.

  • 4 Francesco PETRARCA, Secretum, 1347-1353.
  • 5 Yvon BELAVAL, Le souci de sincérité, Paris, Gallimard, 1944, p. 117.

35Toute la tradition occidentale nous offre des modèles d’autolégitimation autobiographique. On pense à Boèce, De Consolatione philosophiae, 523, A. J-C., où ce philosophe imagine de parler de sa vie en dialoguant en prison avec la Vérité (la Vérité !). Le modèle a été repris par Petrarca dans le Secretum ou De secreto conflictu curarum mearum4, où il se met en scène dialoguant avec saint Augustin en présence de la Vérité, qui assiste muette à ce dialogue et en est la garante ! Il s’agit du souci de sincérité comme Yvon Belaval appelle la préoccupation de se montrer sincère. Un concept dit-il des plus obscurs. « Nous conservions […] la croyance enfantine que nos pensées sont visibles d’autrui, la sincérité me libère d’une incertitude profonde : je n’ai pas à me demander si l’on voit ou si l’on ne voit pas mes pensées : je les montre ; je me confie ; je dissipe la méfiance […] »5. C’est l’envers de l’attitude des enfants qui se cachent les yeux en supposant que s’ils ne voient pas les autres, les autres ne les voient pas non plus. C’est dire que la sincérité est un leurre, un mot-mirage.

  • 6 Silvio PELLICO, Le mie prigioni, Milano, Ed. Angelo Bietti, 1910, p. 35. 1831-1832.

36Il n’y a presque pas d’autobiographies qui ne ressentent le besoin de justifier l’acte de se raconter en se référant notamment à un témoin irréfutable (Dieu pour Rousseau, la condition post-mortem pour Chateaubriand). On trouve aussi des justifications par souci de modestie : « Ai-je écrit ces mémoires – demande Silvio Pellico - pour la vanité de parler de moi ? Je désire ardemment qu’il n’en soit pas ainsi »6.

37Chacun à sa manière, autant des auteurs très connus que des gens ordinaires, introduit souvent son récit autobiographique par le biais d’une justification.

  • 7 Clelia MARCHI, Gnanca ‘na busìa, Milano, Mondadori, 1992. Le récit en dialecte de Mantoue a été pub (...)

38L’exemple le plus extraordinaire reste le drap matrimonial sur lequel Clelia Marchi, juste après la mort de son mari, a décrit leur vie commune. Le titre qu’elle-même a donné à son récit est Gnanca ‘na busìa (Même pas un mensonge) : « Une nuit je n’avais plus de papier. Ma maîtresse Angiolina Martini m’avait expliqué que les ‘Truschi’ [les Etrusques] enveloppaient le mort dans un morceau de toile avec des inscriptions. J’ai pensé que s’ils l’avaient fait, moi aussi je pouvais le faire »7.

39Tout aussi insolite apparaît le journal intime I quaderni di Luisa, une œuvre choisie pour le Premio Pieve-Banca Toscana en 1990 par un jury dont faisait partie l’écrivaine Natalia Ginzburg. Luisa - nom fictif - n’avait pas pu accepter le prix littéraire pour ne pas faire tort, en se montrant en public à ses enfants en raison d’une image tout à fait négative de sa famille. Son journal fut publié seulement en 2002. Pour justifier son orthographe incertaine, elle reporta sur la page initiale d’un cahier d’écolier sa photo d’identité et en signalant ses données de l’état civil : V primaire ; Matière : Italien ; École : Borgo Flora. Elle se met donc in fine dans la peau d’une écolière pour justifier l’état d’apprentissage (et donc de work in progress) de son orthographe.

3.2. Commentaire du paragraphe II

40Après ces préliminaires filiaux, voici à présent l'illustration d'une catégorie narrative de base à savoir l'espace et, en ce qui concerne le texte que nous avons sous les yeux, d'un espace intérieur via la description détaillée d'un objet ayant joué un rôle important à un moment de la vie de l'auteur. On voit bien, ainsi que nous le disions en commençant, que les catégories narratives s'interpénètrent les unes les autres et il est essentiel de le souligner. En effet, sous l'angle temporel, nous remontons à l'adolescence et à un épisode de la vie familiale - déménagement et installation à Mouscron - et, sous l'angle spatial ainsi déterminé, nous sommes transportés dans le nouveau cadre occupé par la famille et plus précisément encore à l'intérieur même dudit cadre. Nous voyons, à l'occasion d'une péripétie rapportée - Francine malade - le retour d'un appareil décrit en détail, permettant aussi de mesurer le temps qui s'est écoulé à travers la mention de l'existence d'autres objets de diffusion : couvercle articulé, haut-parleur, aiguille, grosse tête, ressort, plateau tournant, disque de cire, bord du disque, heure du CD, du microsillon et du laser. Le mélange des données est donc tout à fait révélateur, la pérennité de l'objet étant en quelque sorte garantie à travers son évocation circonstanciée, favorisant par ailleurs l'immobilisation dans l'espace de l'héroïne.

41On songe ici à certaines phrases de Sartre d’inspiration analogue, parlant, en l’occurrence, du poids significatif des livres :

  • 8 Jean-Paul SARTRE, Les mots, (1963), Paris, Gallimard, coll. Folio. n. 607, 1964, pp. 35-36.

J’ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres. Dans le bureau de mon grand-père, il y en avait partout ; défense était faite de les épousseter sauf une fois l’an, avant la rentrée d’octobre. Je ne savais pas encore lire que, déjà, je les révérais, ces pierres levées : droites ou penchées, serrées comme des briques sur les rayons de la bibliothèque ou noblement espacées en allées de menhirs, je sentais que la prospérité de notre famille en dépendait. Elles se ressemblaient toutes, je m’ébattais dans un minuscule sanctuaire, entouré de monuments trapus, antiques, qui m’avaient vu naître, qui me verraient mourir et dont la permanence me garantissait un avenir aussi calme que le passé. Je les touchais en cachette pour honorer mes mains de leur poussière mais je ne savais pas trop qu’en faire et j’assistais chaque jour à des cérémonies dont le sens m’échappait : mon grand père - si maladroit d’habitude, que ma mère lui boutonnait ses gants – maniait ces objet culturels avec une dextérité d’officiant. Je l’ai vu mile fois se lever d’un air absent, faire le tour de sa table, traverser la pièce en deux enjambées, prendre un volume sans hésiter, sans se donner le temps de choisir, le feuilleter en regagnant son fauteuil, par un mouvement combiné du pouce et de l’index puis, à peine assis, l’ouvrir d’un coup sec « à la bonne page » en le faisant craquer comme un soulier. Quelquefois je m’approchais pour observer ces boîtes qui se fendaient comme des huîtres et je découvrais la nudité de leurs organes intérieurs, des feuilles blêmes et moisies, légèrement boursouflées, couvertes de veinules noires, qui buvaient l’encre et sentaient le champignon8.

3.3. Commentaire du paragraphe III

  • 9 Émile BENVENISTE, Problèmes de Linguistique générale, (1966), Paris, Gallimard, 1990, p. 244.

42C’est un regard assez ‘extérieur’ que Francine Mierop jette sur le village de Mouscron. Il s’agit presque d’une représentation de carte postale. L’imparfait éternise le temps ; l’auteure utilise d’autres temps grammaticaux pour décrire sa vie : le passé simple, lequel, comme le dit Benveniste9 appartient à la sphère du récit, et moins fréquemment le passé composé, le temps du discours. Mais le plus surprenant relève du fait que dans certains chapitres la narration se développe au présent « Nous respirons (…) ; Jacques retourne (…) ; nous prenons notre vitesse… » (ch. 1948-1952). C’est le temps de l’éternisation du bonheur.

43Il faudrait reprendre toute l’autobiographie Ma vie pour apprécier le poids, la fonction-clé des descriptions des espaces. On se limitera ici à ce passage qui montre bien le souci de laisser une trace de la vision que Francine Mierop avait de Mouscron et d’autres endroits. Elle décrit sa vie en harmonie dans son espace intérieur pendant qu’elle ‘juge’ les contextes où elle a vécu. Ce contraste illustre bien sa conception de la vie et son effort pour édifier sa famille dans cet espace qui est à la fois « intérieur » topographiquement, et qui offre le plus important - l’intime.

44Cette autobiographie, qui se veut aussi l’histoire d’une famille, une fresque, présente beaucoup de descriptions qui encadrent les événements. Pourtant ces descriptions ne remplissent pas de fonction illustrative ; ce sont des images ‘lisses’ sans aucune recherche d’un langage destiné à être particulièrement significatif par rapport à son vécu.

  • 10 Juri LOTMAN, Non – memorie, Novara, Inter Linea, 2001, p. 50. « È difficile scrivere di guerra. Per (...)

45Juri Lotman écrit, dans ses souvenirs de guerre : « Il est difficile d'écrire de la guerre parce que ce qu’est la guerre, le savent seulement ceux qui n’y ont jamais été. C’est comme décrire un immense espace qui n'a pas de limites claires ou une unité d’ensemble »10.

46Lotman sait bien que posséder l’espace où on vit dans certaines circonstances est difficile, sinon impossible. Ce n’est pas seulement une condition physique - parce qu’on est dans une tranchée, par exemple - qui l’empêche, mais la condition psychologique. L’espace parlant, syntonisé avec des moments particuliers de notre vie est compliqué à raconter, à rendre signifiant.

47Selon l’interprétation de Bakhtine, dans l’antiquité, la littérature ne témoigne pas de l’existence d’un espace intérieur. Tout se manifestait sur la place publique. On ne trouve pas de description de l’espace intérieur, ni des sentiments intimes. Achille pleure tellement fort que ses lamentations s’entendent jusqu’au fond de la mer (Iliade : XVI). C’est la résonance dans l’espace qui donne l’ampleur et permet de comprendre la puissance des lamentations. Ce sont les observateurs qui donnent la mesure des sentiments.

  • 11 Gotthold. E. LESSING, Laocoon, Présentation de J. Bialostocka, Paris, Hermann, 1964, p. 116. 1766.

48Lessing11 souligne qu’on ne connaît pas la belle Hélène dans l’intimité de son espace intérieur, elle ne parle jamais : Homère décrit comment les hommes âgés en particulier l’apprécient sur son passage (Iliade : Chant V).

49Souvent la description de l’espace se présente comme orientée à la façon du tournesol focalisée sur la perception du vécu. Dans une autobiographie déposée à l’APA Bel, l’espace extérieur devient le témoin des états d’âme de la protagoniste. L’écrivaine use d’une espèce d’hyperréalisme, d’amour exacerbé pour les détails, afin de bien spécifier le caractère pénible des injonctions qu’elle reçoit :

  • Aménagement de la maison, rue Saint-Nicolas

  • J’ai ramassé toutes les crasses et les pierres du jardin.

  • J’ai fait un grand feu pendant toute la journée.

  • Papa et moi avons vitrifié tous les planchers en aggloméré. (3 couches) : [cette dernière phrase est écrite à la main, ndr]

    • 12 Claude GRANDJEAN, Testament spirituel. Lettre ouverte à ma mère, 2005, dépôt n° 22, p. 61.

    J’ai vitrifié toutes les plinthes et les appuis de fenêtre. (3 couches) »12.

  • 13 Murielle FAGNANT, Ce livre va vous raconter une grosse partie d’une famille qui a vécu des terrible (...)

50Dans un autre récit Murielle Fagnant écrit : « Ma mère a commencé à courir dans la maison, puis plus rien. Nous entendions ma mère crier et pleurer […] ensuite il [le père] a couru dehors »13. Les enfants relégués dans leur chambre mesuraient l’espace de la maison en écoutant le bruit des pas furieux de leur père. L’espace se trouve visualisé à travers l’ouïe et est perçu comme la dimension dans laquelle les émotions sont vécues.

  • 14 Orlando Orlando POSTI, Roma ’44, Roma, Donzelli, 2004, p. 39.

51Orlando Orlando Posti, un jeune garçon de 18 ans tué par le nazis aux Fosses Ardéatines à Rome le 24 mars 1944, est resté dans la prison de Via Tasso environ un mois. Les petits billets qu’il envoie à sa mère en les cachant dans le revers (là où il y a le passage pour des barrettes) du col des chemises qu’elle vient chercher pour les laver (quelle gentillesse de la part des tortionnaires de donner à laver les vêtements !), disent : j’arrive « à faire quelques pas, en tout ce sont vingt petits pas aller-retour si tous les six, nous sommes debout, mais lorsque deux ou trois dorment sur le sol, alors c’est un désastre, on fait huit pas d’un carré d’environ deux mètres pour deux »14.

52Dans ces trois cas, l’espace est consubstantiel à la matière racontée, on est devant un élément constitutif. C’est comme la farine et l’eau dans la pâte, qu’on ne peut pas séparer.

3.4. Commentaires du paragraphe IV

53Nouvelle mise en relation espace-personnage : observons en effet que le chapitre s'intitule « Enfin la maison et un troisième bébé ! ». Il importe en outre de souligner dans le texte le parallélisme entre l'achèvement de la maison et l'arrivée du troisième enfant sous le signe de la nouveauté de l'espace vital et d'une existence également neuve. Le tout est doublé, en tout cas renforcé par la superposition simultanée de circonstances : non seulement un don en soi qui tombe bien pour l'heureuse nouvelle qu'elle apprend à son mari mais en plus, en cadeau, la reproduction d'une maternité de Picasso de la période bleue. Tous les éléments s'accordent ainsi, s'harmonisant à la fois sur les plans humains et esthétiques.

3.5. Commentaire du paragraphe V

54La tragédie - l’accident qui portera lentement monsieur Mierop vers la mort - n’influence pas la poursuite du récit dans l’évocation des autres moments de la vie familiale. Malgré le chagrin de cette perte, l’épisode n’est pas privilégié dans la trame de l’histoire. Une seule page exprime ouvertement la douleur.

  • 15 Aristote, Poétique, 11,1452a 25.

55Et pourtant un récit s’articule, selon notre tradition aristotélicienne, sur le concept de péripétie, il punto culminante : « La péripétie - écrit-il - est le moment où les faits se transforment en leur contraire »15. Tout ce qu’on a vécu précédemment se retourne et tout se précipite. Ce n’est pas la longueur de ce qui est raconté qui peut communiquer cette force du destin.

56Ainsi que l’écrit Paul Morand :

  • 16 Paul MORAND, L’homme pressé, Paris, Gallimard, 2005, p. 201.

Avez-vous jamais chronométré l’Agamemnon d’Eschyle ? Pas même une demi-heure de lecture ! Ce qui est long dans le théâtre grec, c’est le chœur avec sa danse de l’ours, trois pas à droite, trois pas à gauche. Pour le reste, à peine a-t-on entendu parler du Destin que déjà il a frappé et que tous ces grands tueurs sont déjà étendus froids sans avoir pris la peine de s’expliquer16.

57L’Œdipe et l’Agamemnon sont des récits qui ont pour but de représenter la condition humaine et font percevoir les motivations profondes du comportement de l’individu sur la base d’une expérience séculaire. Ces œuvres sont la summa d’un savoir collectif, d’une expérience qui s’est produite pendant des siècles.

58Ces rapprochements permettent aussi de comprendre comment, dans le cas de l’autobiographie Ma vie, l’image de soi et de sa propre famille répond à la stratégie de Francine Mierop souhaitant atténuer, normaliser les douleurs, les drames qui touchent l’équilibre substantiel et formel de la vie familiale. Analyser ce récit et d’autres similaires met en évidence une volonté non seulement de représentation mais aussi de connaissance récapitulative.

59Exactement comme le dit Starobinski : « La chaîne des épisodes vécus trace un chemin, une voie (parfois sinueuse) qui aboutit à l’état actuel de connaissance récapitulative.

  • 17 Jean STAROBINSKI, « Le progrès de l’interprète », in La relation critique, Paris, Gallimard, 2001 ( (...)

60L’écart qu’établit la réflexion autobiographique est donc double : c’est tout ensemble un écart temporel et un écart d’identité »17.

3.6. Commentaire du paragraphe VI

61Ce sont naturellement le temps et les personnages qui dominent la fin du texte, du passé au futur. Au fil du temps ainsi qu'elle l'exprime et notons ici une certaine solennisation : elle ne parle plus d'elle à la première mais à la troisième personne comme dans le préambule de sa fille qui parle également de sa mère à la troisième personne. Rencontre symétrique et significative... Mutatis mutandis, il y a ici comme un écho de l’attitude de Chateaubriand à la fin de Mémoires d’Outre-tombe :

  • 18 François-René, de CHATEAUBRIAND, Mémoires d'outre-tombe (posthumes, 1849-1850), ch. 8 : « Récapitul (...)

Des auteurs français de ma date, je suis quasi le seul qui ressemble à ses ouvrages : voyageur, soldat, publiciste, ministre, c’est dans les bois que j’ai chanté les bois, sur les vaisseaux que j’ai peint l’Océan, dans les camps que j’ai parlé des armes, dans l’exil que j’ai appris l’exil, dans les cours, dans les affaires, dans les assemblées que j’ai étudié les princes, la politique et les lois.
Les orateurs de la Grèce et de Rome furent mêlés à la chose publique et en partagèrent le sort ; dans l’Italie et l’Espagne de la fin du Moyen Age et de la Renaissance, les premiers génies des lettres et des arts participèrent au mouvement social : quelles orageuses et belles vies que celles de Dante, de Tasse, de Camoëns, d’Ercilla, de Cervantès ! En France anciennement, nos cantiques et nos récits nous parvenaient de nos pèlerinages et de nos combats ; mais à compter du règne de Louis XIV, nos écrivains ont trop souvent été des hommes isolés dont les talents pouvaient être l’expression de l’esprit, non des faits de leur époque.
Moi, bonheur ou fortune, après avoir campé sous la hutte de l’Iroqois et sous la tente de l’Arabe, après avoir revêtu la casaque de sauvage et le cafetan du Mamelouck, je me suis assis à la table des rois, pour retomber dans l’indigence. Je me suis mêlé de paix et de guerre ; j’ai signé des traités et de protocoles ; j’ai assisté à de sièges, des congrès et des conclaves ; à la réédification et à la démolition des trônes ; j’ai fait de l’histoire, et je la pouvais écrire : et ma vie solitaire et silencieuse marchait au travers du tumulte et du bruit avec les filles de mon imagination, Atala, Amélie, Blanca, Velléda, sans parler de ce que je pourrais appeler les réalités des mes jours, si elles n’avaient elles-mêmes la séduction des chimères. J’ai peur d’avoir eu une âme de l’espèce de celle qu’un philosophe ancien appelait une maladie sacrée.
Je me suis rencontré entre deux siècles, comme au confluent de deux fleuves ; j’ai plongé dans leurs eaux troublées, m’éloignant à regret du vieux rivage où j’étais né, nageant avec espérance vers une rive inconnue18.

4. Note conclusive

62Nul doute dès lors, nous semble-t-il, qu'il y ait à exploiter une complémentarité entre le contenu des écrits concernés et leurs signifiants formels dont il vient d'être question.

63Établir, par ressemblance ou par contraste, des comparaisons sur les modes de fonctionnement des récits, est fondamental pour comprendre la manière dont ils sont construits.

64Dans l’autobiographie Ma vie de Francine Mierop, la vision de l’espace intérieur et extérieur, le déroulement du temps, les vicissitudes sont normalisées à travers des chapitres, par tranches de vie assez régulières. L’attention ou non aux détails, le développement de certains épisodes, la normalisation de tout ce qui se passe dans le rythme d’une vie rêvée, autant d’ingrédients qui soutiennent la narration.

65Même si les structurations linguistiques n’ont pas été l’objet spécifique de nos commentaires nous ferons néanmoins quelques observations à ce propos : ainsi l’indicatif présent (voir par exemple le chapitre 1952/1955) éternise le temps du bonheur, l’emploi assez fréquent du passé simple et de l’imparfait et plus rarement du passé composé soulignent le fait que très peu de choses sont révolues dans la vie de l’auteure laquelle s’inscrit donc dans la continuité.

  • 19 É. BENVENISTE, Problèmes de Linguistique générale, op. cit., Vol. 1, p. 244.

66Comme si Francine Mierop illustrait le propos de Benveniste distinguant la fonction du passé composé appartenant à la sphère du récit (énonciation historique19) de la fonction de ce même passé composé appartenant à la sphère du discours.

Notes

2 Cf. : B. BARBALATO-A. MINGELGRÜN, « Du bon usage d’une grille d’indexation narratologique », in Francine MEURICE (dir.), Degrés, numéros 136-137, 2008-2009, pp. h 1-20.

3 Cf. : B. BARBALATO, « La grammatica del tempo vissuto e del tempo raccontato », in Fabio OLIVIERI (dir), Percorsi di pedagogia della narrazione, m@gm@ v.8 n. 2, 2010.

4 Francesco PETRARCA, Secretum, 1347-1353.

5 Yvon BELAVAL, Le souci de sincérité, Paris, Gallimard, 1944, p. 117.

6 Silvio PELLICO, Le mie prigioni, Milano, Ed. Angelo Bietti, 1910, p. 35. 1831-1832.

7 Clelia MARCHI, Gnanca ‘na busìa, Milano, Mondadori, 1992. Le récit en dialecte de Mantoue a été publié en italien, traduction du dialecte en regard,. « Una notte non avevo più carta. La mia maestra Angiolina Martini mi aveva spiegato che i “Truschi” avevano avvolto un morto in un pezzo di stoffa scritto. Ho pensato se l’hanno fatto loro lo posso fare anch’io. Le lenzuola non le posso più consumare col marito e allora ho pensato di adoperarle per scrivere ».

8 Jean-Paul SARTRE, Les mots, (1963), Paris, Gallimard, coll. Folio. n. 607, 1964, pp. 35-36.

9 Émile BENVENISTE, Problèmes de Linguistique générale, (1966), Paris, Gallimard, 1990, p. 244.

10 Juri LOTMAN, Non – memorie, Novara, Inter Linea, 2001, p. 50. « È difficile scrivere di guerra. Perché cosa sia la guerra lo sanno solo coloro che non ci sono mai stati. È come descrivere un enorme spazio che non ha confini netti né un’intera unità ».

11 Gotthold. E. LESSING, Laocoon, Présentation de J. Bialostocka, Paris, Hermann, 1964, p. 116. 1766.

12 Claude GRANDJEAN, Testament spirituel. Lettre ouverte à ma mère, 2005, dépôt n° 22, p. 61.

13 Murielle FAGNANT, Ce livre va vous raconter une grosse partie d’une famille qui a vécu des terribles histoires, 2005, p. 5. C’est nous qui soulignons.

14 Orlando Orlando POSTI, Roma ’44, Roma, Donzelli, 2004, p. 39.

15 Aristote, Poétique, 11,1452a 25.

16 Paul MORAND, L’homme pressé, Paris, Gallimard, 2005, p. 201.

17 Jean STAROBINSKI, « Le progrès de l’interprète », in La relation critique, Paris, Gallimard, 2001 (1970), p. 119.

18 François-René, de CHATEAUBRIAND, Mémoires d'outre-tombe (posthumes, 1849-1850), ch. 8 : « Récapitulation de ma vie ». http://fr.wikipedia.org/wiki/Mémoires_d’outre-tombe.

19 É. BENVENISTE, Problèmes de Linguistique générale, op. cit., Vol. 1, p. 244.

Auteurs

Université catholique de Louvain

Université Libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540