Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Télémaque

 | 
Albert Mingelgrün
, 
Beatrice Barbalato

Les patrimoines autobiographiques et la logique de l'archivage

L’archivage à l’APA-Bel

Rolland Westreich

Résumé

L’évolution de l’archivage aux Archives du Patrimoine autobiographique – Belgique (APA-Bel) se confond avec l’évolution de l’association et de l’idée qu’elle se fait de sa mission. Mon intervention retrace brièvement cette histoire.
Au commencement était l’imitation pure et simple de l’exemple français. Aujourd’hui, nous organisons ce colloque européen sur l’archivage des documents autobiographiques. Entre ces deux moments, nous nous sommes forgé la conviction qu’il ne nous appartient pas d’étudier ces documents sous une grille quelconque mais bien de les « cataloguer » de manière à en « faciliter au maximum l’accès » pour le public et pour les chercheurs. La question est de savoir quel contenu donner aux termes entre guillemets, et ce colloque permettra d’explorer diverses réponses.

The evolution of APA-Bel’s archiving system runs parallel to the evolution of the organization itself and of the way it conceives it’s mission. My paper sketches this evolution.
At the beginning, APA-Bel just imitated it’s French model, APA. Today, we are the organizers of this European colloquium about the archiving of autobiographic documents. In between, we learned that it was not our mission to “analyze” these documents from any point of view, however valid, but that our job was to “catalogue” them so as to “maximize their ease of access”, both for researchers and the general public.
The question is how to fill in the terms between quotation marks – and this colloquium will allow us to explore some answers.

Texte intégral

1. L’archivage aux Archives du Patrimoine autobiographique en Belgique

1Pour commencer permettez-moi de vous souhaiter une nouvelle fois la bienvenue en tant que président de l’APA-Bel, et par la même occasion de remercier d’ores et déjà toutes les personnes qui ont rendu possible cette rencontre. Monsieur Patrice Dartevelle, directeur de la direction du patrimoine à la Fédération Wallonie-Bruxelles qui nous a octroyé la subvention, moteur de la guerre ; Beatrice Barbalato, conceptrice de Télémaque, Annick Maquestiau, directrice de la bibliothèque qui abrite notre siège d’activités et accueille notre fonds, pour le soutien moral, financier et logistique ; Yvon Lammens qui a œuvré pour que la réunion puisse se tenir ici, Albert Mingelgrün, complice scientifique de Beatrice Barbalato, Marie Larrieu et Françoise Osteaux ainsi qu’Agnès Bensimon et Rachel Lypszic, qui ont donné de leur temps et de leur énergie pour organiser tout cela, sous oublier le CAL bien entendu qui nous accueille.

2Si nous avons organisé ce colloque, ce n’est pas parce que nous avons un grand message à adresser au monde des archives autobiographique en matière de classement. Je dirai au contraire, c’est plutôt parce que nous avons un grand questionnement à ce sujet… En effet, notre association est arrivée à une sorte de croisée des chemins. Notre fonds n’est pas encore énorme mais n’est plus vraiment petit, avec les quelque 200 documents qui nous ont été confiés jusqu’à présent. Nous avons pratiqué un classement intuitif, et le travail qu’il faudrait pour réaliser un « bon » classement de ces documents n’est pas encore insurmontable. Mais il ne faut plus trop tarder. Alors, qu’est-ce que c’est qu’un bon classement, voilà une question à propos de laquelle ce colloque devra nous apporter des pistes de réflexion. Pour ma part, n’étant pas scientifique, j’ai l’avantage de ne pas devoir aborder la question sous un angle savant et de pouvoir cacher mon ignorance derrière la naïveté de mon questionnement, ou la naïveté de mon questionnement derrière mon ignorance, comme vous préférez…

3Ceux qui nous connaissent un peu commencent à le savoir fort bien : comme son nom l’indique, l’APA-Bel s’est inspirée de l’APA française dont Philippe Lejeune vient de retracer les méthodes… Nous avons commencé par faire comme eux, mutatis mutandis. Cela signifie que la petite histoire de l’archivage et du catalogage de l’APA-Bel se confond avec l’histoire de l’association et avec l’évolution des intérêts de ses membres actifs. Et le classement n’était pas vraiment notre premier souci. Il s’agissait de nous faire connaître pour récolter des documents.

2. Premier entré, premier numéroté ?

4Au commencement donc, il y a la numérotation séquentielle, premier entré, premier numéroté. De un à l’infini. Pas de numéro zéro donc, dans notre classement, à méditer, peut-être… Une numérotation séquentielle pure et dure donne en principe deux renseignements : le nombre total d’éléments et leur ordre d’entrée. A condition bien entendu qu’il n’y ait pas de trous, c’est-à-dire de sorties. Dans ce cas, le dernier chiffre reflète le nombre de documents total ayant jamais été déposés… Sauf que… Sauf que, il n’a pas fallu six mois pour que nous arrive un dépôt multiple, c’est-àdire, les volumes un et deux des mémoires de notre déposant fleuve, Maximilien Philips, décédé entre-temps, et qui nous a fait don de plus de mille pages d’écrits. Ceux-ci sont arrivés de manière tout à fait aléatoire, non chronologique, parfois séparés, parfois par paquets, et les paquets pouvaient être aussi bien les volumes 1 2 et 3 d’un récit unique que deux récits différents. La tentation est grande à ce moment d'abandonner le séquentiel pur… mais nous y sommes vite revenus, parce que c'était le mode qui nous posait le moins de problèmes. En effet, ne disposant pas d’outil informatique qui aurait permis d’affiner un tant soit peu notre mode de classement, nous nous en sommes tenus au séquentiel pur et dur.

3. Belgique, patrie du CDU

5Pourtant, nous aurions pu, moyennant un peu d’investissement intellectuel, nous souvenir que la Belgique est la patrie du classement décimal universel (CDU). Comme vous le savez probablement, ce sont deux juristes belges qui sont à l’origine de cette méthode, elle-même inspirée de la classification Dewey américaine. Paul Otlet et Henri Lafontaine ont en effet développé la CDU à la fin du 19e et au début du XXe siècle parce qu'ils avaient l'ambition, excusez du peu, d'archiver le savoir mondial... C'est le projet du Mundaneum qui se trouve à Mons et dont les représentants n’ont malheureusement pas pu se joindre à nous. Il va sans dire que nos deux juristes n’ont pas pu mener à bien leur projet d'archivage des connaissances du monde... Mais avec l’arrivée d’internet et des moteurs de recherche comme Google et compagnie, cette ambition ne semble plus du tout aussi utopique qu’il y a une vingtaine ou même une dizaine d’années.

6Mais la CDU elle existe bel et bien, elle serait même encore et toujours d’application obligatoire dans les bibliothèques belges francophones et dans un grand nombre d’autres bibliothèques du monde. Alors pourquoi ne pas s’inspirer purement et simplement de ce merveilleux outil dont l’usage est si répandu ?

7En préparant cette intervention j’ai donc été saisi par l’angoisse que nous étions en train de poser une question à laquelle nos propres ancêtres avaient déjà répondu brillamment il y a plus d’un siècle… J'ai donc été y voir d’un peu plus près.

8Comme la classification décimale de Dewey, la CDU répartit les connaissances humaines en neuf catégories notées de 1 à 9, le 0 étant réservé aux généralités « en général ». Chaque catégorie est elle-même normalement divisée en dix parties (toutes les classes et sous-classes ne sont pas utilisées). Un zéro terminant un indice indique toujours qu’il s’agit de généralités, par exemple 540 signifie « généralités dans le domaine de la chimie ».

  • 2 Site du Mundaneum : http://www.mundaneum.be/index.asp.ID=256

9Voici un exemple2 de classification qui se rapproche des préoccupations des autobiographes : un ouvrage consacré aux socialistes néerlandophones du Hainaut entre 1885 et 1960 a comme cote dans la CDU : 335.52 (493.5) (= 393.2) "1885-1960", soit :

-3 Sciences sociales - la table principale
-33 Économie politique
-335 Socialisme
-335.52 Socialisme réformiste
-(493) Belgique – division commune de lieu
-(493.5) Hainaut – division commune de lieu
-(= 393.2) Flamands – division commune de peuples
-"1885-1960" – division commune de temps »

  • 3 Site Wikipédia (FR) : http://fr.wikipedia.org/wiki/BBK28classification29

10J’oublie presque de vous dire que les soviétiques avaient développé une variante de la CDU, assez intéressante d’ailleurs, la Bibliotečno-Bibliografičeskaja Klassifikacija (BBK)3 :

1. Marxisme-léninisme (A-А)
2. Sciences naturelles en général (B-Б)
3. Sciences physiques et mathématiques (V-В)
[…]
20. Partis politiques et organisations socio-politiques (F-Ф)
[…]
23. Culture, science et éducation (Č-Ч)
24. Philologie, littérature (Š-Ш)
25. Arts, histoire de l'art (ŠČ-Щ)
26. Religion et athéisme (Ė-Э)
27. Philosophie, psychologie (JU-Ю)
28. Littérature au contenu universel
(encyclopédies, bibliographies) (JA-Я)

11Mais dans ce domaine aussi, l’approche soviétique n’aura été qu’une parenthèse.

4. Non transparence de la langue

12La première observation qui vient à l’esprit, c’est de se dire que ce système pourrait convenir parfaitement : combien d’autobiographes n’abordent-ils pas des sujets comme la guerre de 14-18, l'exode de 1945, les camps, la résistance, les luttes sociales, la vie au Congo...

13C’est alors que resurgit toutefois le souvenir d’une lecture de Roland Barthes, dans Le Bruissement de la langue, où il s'étend longuement sur ce qu’il appelle la « non-transparence de la langue », dans un chapitre consacré à l’énonciation scientifique. Et une deuxième observation vient par conséquent réfuter immédiatement la première, c’est que la seule chose de sûre que l’on puisse dire sur un texte autobiographique qui traite de certains événements, disons de la vie au Congo, c’est que ce texte constitue la représentation écrite par son auteur de ces événements. Si on pousse ce raisonnement, les critères d’indexation ou de classement devraient se rapporter aux différents modes de représentation de différents types d’événements… ou encore et par-dessus le marché, aux différents modes de narration, de différents types d’événements, etc.

14J’ai eu beau chercher et je me trompe peut-être, auquel cas je n’aurai enfoncé que des portes grandes ouvertes, mais à ma connaissance, il n’existe pas de mode de classement de ce genre, qu’il soit décimal universel, Dewey ou même soviétique.

15Bref, pour employer les grands mots, le statut de vérité des documents classés influe évidemment sur le type de classement.

5. Ranger classer

16Une autre série de problèmes a trait à la diversité des supports physiques et, par conséquent, au mode de rangement, qui pose comme chacun sait une série de problèmes bien distincts de ceux du classement.

17Souvent, un document écrit, manuscrit ou tapuscrit, est accompagné de photos, d’extraits d’acte de naissance, d’articles de journaux concernant la période ou l’événement. Ces objets ont parfois un rapport direct avec le texte et parfois non… Nous les archivons physiquement avec les documents qu’ils accompagnent, dans un même classeur. On pourrait appeler ça le principe « à chacun sa boîte ».

18Mais comment les répertorier ? D’autant plus que la liste des choses que les gens ajoutent à leurs textes semble inépuisable…

19Dernier aspect, celui de ce qu'on a appelé les paratextes et qui est lié, chez nous, à notre mode de réception des textes, au fait que nous les commentons, rédigeons donc des échos comme l’a expliqué Philippe, et que « l’échotier » écrit au déposant ou à l’auteur. Ces échanges peuvent devenir importants aussi bien en volume qu’en résultat.

20Notre première décision à cet égard a été de réunir tous les paratextes dans le dossier physique, avec le document maître, disons. Ainsi, nos classeurs comportent en principe toute la correspondance avec l’auteur ou le déposant. Ce qui crée un nouveau problème de classement, car, bien entendu, lorsque cette correspondance se développe elle cesse rapidement de se limiter au texte maître et peut faire l’objet d’un dépôt de plein droit. Une remarque à ce sujet : nous nous enorgueillissons du fait que la lecture des textes fait de nous des archives vivantes ; en voici une illustration supplémentaire : nos archives ont tendance à s'autoreproduire...

6. Archiveur (et) archivé

21Un autre type de problème est le fait que l’échange épistolaire peut influer sur le déposant et sur sa production. Je donnerai deux exemples. Dans le premier, celui de notre déposant fleuve, la correspondance avec ses échotiers est devenue un incitant à l’écriture. L’APA-Bel est donc devenu un élément autobiographique de l’auteur qui en parle par la suite dans ses derniers récits…

22Ici, on devrait introduire le principe du classeur classé, un peu comme l’arroseur arrosé des Frères Lumière, lorsque le classeur se retrouve faire partie de l’objet de son classement…

23Un autre exemple est encore plus frappant. Le déposant en question fait partie de ce qu’on pourrait appeler le quart monde. Il effectue un premier dépôt, entame une correspondance avec un membre de l’association et lui annonce un nouvel ouvrage autobiographique. Celui-ci lui propose d’en déposer un exemplaire. Il laisse parler son bon cœur et lui envoie un chèque, de sa poche, pour frais de photocopie. Ce chèque toutefois couvre quatre fois le prix de la photocopie. Le déposant veut renvoyer l'excédent, son conjoint l’en empêche, il y a une dispute violente dans le couple à ce sujet… Je vous laisse imaginer les suites possibles, allant du rocambolesque au roman policier. Ici, l’APA-Bel est non plus déclencheur d’écriture mais carrément déclencheur d’événement…

24Mais là nous ne sommes plus dans le domaine de l’archivage mais dans celui de l’éthique… Ce qui nous ramène aux questions fondamentales que j’aurais dû poser au début. Pourquoi faisons-nous tout cela, pourquoi créons-nous ces archives où nous conservons les voix des anonymes ? Et pour qui réalisons-nous nos classements ? Comme l’a dit Béatrice, l’archivage procède aussi d’une éthique – et j’attends avec impatience les réponses que vous proposerez à ces questions, les questions que vous opposerez aux questions déjà posées, ainsi que la discussion que nous aurons sur tous ces sujets.

Notes

2 Site du Mundaneum : http://www.mundaneum.be/index.asp.ID=256

3 Site Wikipédia (FR) : http://fr.wikipedia.org/wiki/BBK28classification29

Auteur

Rolland Westreich est président d’APA-Bel, créée sur son initiative en 2002. Ingénieur et informaticien, il réoriente sa vie en 1990 afin de se consacrer à l’écriture, après un passage par l’université pour des études d’analyse et d’écriture filmiques. Il anime actuellement des ateliers d’écriture littéraire et scénaristique à Bruxelles et à Paris ainsi qu’un cinéphilo à Bruxelles.
(apabel@hiware.be ; http://www.apabel.be)

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540