Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Télémaque

 | 
Albert Mingelgrün
, 
Beatrice Barbalato

Les patrimoines autobiographiques et la logique de l'archivage

Comment l’APA archive-t-elle ?

Philippe Lejeune

Résumé

À l’APA, l’archivage des textes personnels est fait dans un esprit de curiosité pour les écritures ordinaires et de sympathie pour des autobiographes contemporains qui désespèrent de voir leurs textes conservés. Lus en sympathie par des lecteurs complices (souvent eux-mêmes autobiographes), décrit et indexés, les textes sont disponibles pour une étude par des chercheurs des disciplines les plus diverses, étude que nous n’effectuons pas nous-mêmes. Faut-il n’accepter que des textes strictement autobiographiques, n’y a-t-il pas intérêt à rassembler autour de certains textes l’atelier l’écriture et le contexte qui leur donnent sens ? Ces textes qu’on nous confie sont-ils représentatifs de tout ce qui s’écrit, et ce qui s’écrit donne-t-il une image fidèle de la vie ? Nous sommes conscients de ces questions et préparons ces textes pour une lecture scientifique en les relisant, non plus dans le désordre de leur arrivée, mais en les regroupant en séries thématiques.

The APA archives personal texts in a spirit of curiosity about ordinary writings and feeling for contemporary autobiographers who despair of ever seeing their texts survive. The texts are read “in sympathy” by understanding readers (often autobiographers themselves), described, indexed, and made available to researchers in a wide range of fields. We do not study them ourselves. Should we accept strictly autobiographical texts only? Would it also be worthwhile to gather elements of their writing and general context that give certain texts meaning as well? Are the texts with which we are entrusted representative of all that is written, and does all that is written reflect life faithfully? We are aware of such questions and prepare these texts for scientific study by rereading them in organized thematic series rather than in the haphazard order of their arrival.

Texte intégral

1. Archivage et valeur d’information

1L’aventure de l’Association pour l’Autobiographie et le Patrimoine Autobiographique (APA), que j’ai fondée avec quelques amis en 1992, est née de la rencontre entre deux désirs insatisfaits : un désir d’archiver (le mien, en tant que chercheur travaillant sur l’histoire des écritures ordinaires) et un désir d’être archivé (celui de personnes « ordinaires » désespérées de voir leurs écrits voués à disparaître avec elles).

2Ces deux désirs se heurtaient à une même carence.

3De mon côté, je voyais que le formidable réseau des archives et des bibliothèques en France collectait surtout les écritures autobiographiques en fonction de leur valeur d’information (comme « sources ») et de la notoriété de leur objet (participation à l’histoire collective, locale ou nationale, création artistique, littéraire ou scientifique). Un exemple : si je cherche des journaux de jeunes filles d’autrefois, je vais en trouver, certes, mais en épluchant les fonds de grands auteurs : la nièce de Balzac, la fille de Victor Hugo, la petite sœur de Rimbaud. L’idée d’une collecte axée directement sur les écritures ordinaires de gens inconnus, éventuellement des contemporains, écritures qui seraient considérées elles-mêmes comme des faits historiques, et non comme des sources, n’a jamais été vraiment exploitée. Il manque une institution qui archive et valorise l’écriture ordinaire, dans l’esprit du projet anthropologique de l’équipe réunie par Daniel Fabre (Écritures ordinaires, POL, 1991). Certaines y touchent, comme le Musée de la Poste (pour la correspondance) ou le Musée des lettres et manuscrits (celui-ci obsédé par la valeur marchande des autographes), mais il est étonnant qu’il n’existe pas en France un musée national de l’écriture.

4Accueillies par ricochet dans de nombreuses archives, les écritures ordinaires font rarement l’objet d’un appel direct. Ouvrez les sites de la plupart des Archives (nationales, départementales, municipales) ou des bibliothèques des grandes villes, il est exceptionnel que soit prévu le cas d’une personne qui voudrait déposer. On est toujours censé venir consulter. Un modèle est pourtant donné par la Bibliothèque de Genève, qui développe longuement, généreusement, une page d’accueil intitulée « J’ai des papiers de famille – que faire ? ». Mais remarquez bien qu’on parle, là encore, de « papiers de famille », ce qui suppose une première transmission dans un cadre collectif, un tri interne légitimant la conservation de certains papiers. La vraie révolution, ce sera lorsqu’une institution officielle affichera un appel ainsi formulé : « J’ai des papiers d’individu – que faire ? ». Ou, plus simplement : « Que faire de mes papiers ? ». Voilà le fond du problème. Les archives préfèrent les transmetteurs légitimés par leur notoriété, leur groupe, ou l’importance collective du sujet de leurs écrits, et se méfient des autolégitimés, qui se mettent en avant sans aucune de ces trois cautions. On ne peut pas tout prendre, la place est limitée, on doit constituer des fonds cohérents, toute conservation est fondée sur un tri, tout tri engendre des déchets, et le déchet, ce sera… moi.

5Nous voilà maintenant de l’autre côté : un jour, le chercheur en écritures ordinaires que je suis a rencontré des producteurs désespérés : personne ne voulait d’eux. Pas seulement les archives, qui n’accueillent volontiers les écrits ordinaires qu’un siècle après, quand ils ont fait la preuve de leur capacité à survivre longtemps en milieu hostile. L’édition ? N’en parlons pas… Les familles ? Là, en revanche, parlons-en ! Elles sont capables du meilleur et du pire. Parfois du meilleur : il y a des transmissions exemplaires. Mais parfois du pire. Les familles n’aiment guère l’autobiographie. Les albums photos, les souvenirs de famille, les témoignages historiques, oui. L’intime, non. Celui qui fait écriture à part dérange un peu tout le monde, si gentil soit-il (il ne l’est pas toujours). Et puis les maisons sont étroites, les appartements fugitifs, les greniers disparus. On a peu de temps pour vider un logement après un décès. « Qui cela peut-il intéresser ? ». Les correspondances, c’est indiscret. On protège le mort – et les vivants – en brûlant tout. Les journaux, les récits ? C’est trop personnel, ennuyeux ou gênant. Poubelles. Les rescapés finiront dans les brocantes.

6À la fin des années 1980, étudiant les écritures ordinaires du XIXe siècle, j’avais lancé dans la presse un appel aux greniers familiaux, et j’ai reçu en réponse de pathétiques SOS d’autobiographes désespérant d’être jamais accueillis dans les greniers de l’avenir. « C’est vrai, je l’avoue, je ne suis pas du XIXe siècle, mais au secours, prenez-moi ! ». J’ai compris le message et créé, sur le modèle de l’Archivio Diaristico Nazionale (mais sans concours), l’Association pour l’Autobiographie.

7Nous n’avons a priori aucun projet scientifique particulier, nous ne sommes ni historiens, ni sociologues, ni psychologues, ni linguistes, ni poéticiens, ni critiques littéraires, ni… Nous ne cherchons pas à interpréter. Notre projet est purement archivistique, nous n’avons pas l’intention d’étudier nous-mêmes les textes déposés, ni d’orienter les dépôts en fonction d’une discipline qui les utiliserait. Nuançons : le projet correspond néanmoins, dans son cadrage, à une histoire et anthropologie de l’écriture, d’une part, et il se trouve limité par un choix idéologique tout de même assez particulier : celui de n’accepter que des textes autobiographiques. Tout repose sur ce dernier point – c’est là-dessus qu’une sorte d’osmose s’est établie entre archiveurs et archivés – avec une conséquence qui nous écarte du modèle institutionnel des archives, et du modèle scientifique : une certaine réversibilité des rôles. Notre archivage prévoit en effet une première opération, la « lecture en sympathie », qui a un double but : apporter au déposant la certitude qu’il sera lu au moins une fois (ce qui n’est jamais le cas dans le système normal des archives), d’autre part préparer par une information détaillée, neutre ou bienveillante, de futures lectures. Or ces lecteurs bénévoles sont le plus souvent eux-mêmes des écriveurs autobiographes (même s’ils ne sont pas toujours des déposants). Il y a donc quelque chose qui évoque la coopérative ou le club plutôt que l’institution scientifique. Ceci dit, cette réversibilité n’est qu’une tendance : si n’importe qui peut déposer un texte et, bien sûr, venir à Ambérieu lire les textes déposés, les groupes de lecture qui rédigent un « écho de lecture en sympathie » ne sont pas ouverts : à partir du groupe fondateur, qui a mis au point le système, ils se recrutent pas cooptation. Leur travail, qui demande compétence et tolérance, a été formalisé par une « charte ». Cela en fait une sorte d’activité professionnelle, avec ses règles et ses responsabilités. Nous avons quatre groupes de lecture, d’une dizaine de personnes chacun, qui sont coiffés par un « méta-groupe », le groupe « Garde-mémoire ». Celui-ci rassemble, révise, indexe et publie tous les « échos de lecture » dans un catalogue raisonné qui connaît maintenant deux supports : une publication papier (dix volumes parus) et une base de données accessible sur le site de l’APA (www.sitapa.org).

2. L’admission des documents

8Les conditions d’admission des documents sont souples et libérales : elles posent néanmoins deux questions, l’une concernant l’extension des documents accueillis, l’autre leur représentativité.

9En principe nous n’acceptons les textes que s’ils sont autobiographiques et inédits. Comment savoir s’ils sont autobiographiques ? Nous demandons simplement au déposant de déclarer qu’ils le sont, et nous le croyons. Comme nous ne publions rien, on n’a pas intérêt à nous tromper. Il est rare qu’on nous envoie des romans, poèmes, biographies ou essais, et pour les cas-limites nous cherchons un compromis. Quant à la frontière entre inédit et publié, elle est, certes, floue ; mais nous acceptons les autoéditions et les textes dont le mode d’édition fait qu’ils n’ont eu aucun public réel. Le problème est ailleurs : ne faut-il pas accepter aussi, et parfois même solliciter, autour d’un texte autobiographique déposé, le contexte d’écriture ou de documentation qui lui donne sens ? Le problème se pose peu pour les déposants vivants qui, par discrétion ou pudeur, évitent d’étendre leurs dépôts. Il se pose en revanche pour certains autobiographes décédés, quand leurs ayants droit trient leurs papiers. Tout se tient dans les écritures d’une vie. Le sens d’un journal ou d’un récit s’enrichit de la connaissance des agendas, correspondances, poèmes, essais, fictions que l’auteur a pu tenir ou composer, de ses albums photos, des documents familiaux qu’il a pu accumuler, etc. Va-t-on les refuser ? Dans certains cas, c’est une vraie richesse de constituer un fonds autour d’un noyau autobiographique. Le prix à payer est double : encombrement matériel (un fonds qui s’étend restreint la place des autres dépôts) et travail de classement (seul un inventaire détaillé peut éviter le chaos). Cela ne saurait être une politique générale, dans l’état actuel de nos moyens. Archiver demande de l’espace et du temps, et il y a des choix à faire. Mais quand l’occasion se présente, comment refuser ? Nous avons tenté l’aventure dans quelques cas remarquables, ces dernières années : pour l’écrivain (méconnu) Jean Donostia (1911-2003), pour notre amie Odile Arnold (1918-2007) et, bientôt sans doute, pour la jeune Ariane Grimm (19671985), morte à dix-huit ans, dont le fonds s’étendra sur plus de 5 mètres linéaires, remarquable atelier d’écriture d’une enfant et adolescente très douée.

10L’autre problème (qui n’en est pas un pour nous, mais pourrait exister pour des chercheurs) est celui de la représentativité. Certes nous n’imposons aucune norme et n’opérons aucun tri dans ce qu’on nous propose : mais cela ne garantit nullement que le tableau que notre fonds donne de la vie humaine soit une image fidèle de la réalité (si tant est qu’une telle chose puisse exister). Deux redoutables questions se posent : les gens qui écrivent sont-ils représentatifs de tous ceux qui vivent ? et les gens qui déposent sont-ils représentatifs de tous ceux qui écrivent ? Ces questions résultent de constats très simples : recensant les textes de notre fonds consacrés à la Seconde Guerre mondiale, nous avons été incapables de trouver des textes de collaborateurs ou de sympathisants de la collaboration ; d’autre part, parcourant à la suite les notices de nos Garde-mémoire, on se fera une idée assez noire de la vie humaine, tant la plainte domine ; on pense à Baudelaire, à « cet ardent sanglot qui roule d’âge en âge… ». En gros, nous accueillerions surtout les vainqueurs de l’Histoire et les vaincus de la vie privée. Le même problème se pose aussi, bien sûr, pour la production imprimée : les gens qui envoient leurs manuscrits à des éditeurs sont-ils représentatifs des gens qui écrivent (et ceux-ci de ceux qui vivent) ; et de quoi sont représentatifs les textes que les éditeurs choisissent de publier ? Je laisse ces questions ouvertes, mais il faudra un jour comparer la « vérité » ou, disons plutôt, le « profil » d’archives comme les nôtres à celui de l’édition.

11J’en arrive aux formes, lieux et modalités de cet archivage. Nous acceptons les textes sous n’importe quelle forme (manuscrits, photocopies de manuscrits, dactylographies, saisies, formes numérisées), mais nous préférons les documents originaux et le papier. Pour Internet, nous avons un programme de collaboration avec la Bibliothèque nationale de France : nous l’aidons à établir un corpus choisi de blogs et sites personnels, sauvegardés tous les six mois, en marge de la saisie générale de tout l’Internet francophone qu’elle opère parallèlement dans le cadre du dépôt légal. Les textes déposés à l’APA sont conservés à la médiathèque d’Ambérieu-en-Bugey (Ain), une petite ville qui a compris notre projet et qui se présente, sur les panneaux routiers, comme « ville de l’autobiographie ». D’ici quelques années, sans doute nos locaux de stockage seront-ils trop étroits. D’autre part, l’APA est une structure associative, fondée sur le bénévolat, qui vit des cotisations de ses adhérents et de subventions. Tout le travail d’accueil, d’enregistrement, de conditionnement et de circulation des textes est effectué par notre unique salariée. Notre archivage repose donc sur une base encore fragile. Quelque 3000 personnes nous ont confié ce qu’elles avaient de plus cher, c’est une grande responsabilité. Mais l’APA, qui va fêter bientôt ses vingt ans, qui réunit près de 700 adhérents, qui publie une revue (La Faute à Rousseau) et organise des manifestations culturelles est maintenant une institution reconnue qui se développe sous le regard bienveillant des pouvoirs publics.

12Ce qui distingue l’archivage de l’APA, c’est non seulement le fait que tous les textes sont lus, comme dans les autres archives autobiographiques européennes, mais qu’une relation personnelle s’établit avec chaque déposant : celui-ci reçoit pour avis l’écho de lecture rédigé sur son dépôt, il peut rectifier des inexactitudes, manifester un désaccord ou, plus souvent, nouer des relations cordiales avec son lecteur. Le fonctionnement collectif et régulé des groupes de lecture doit permettre d’échapper à l’erreur, à la partialité, au stress (certains récits sont éprouvants), mais aussi de partager plaisirs et admirations. Ils fonctionnent moins comme un jury de concours ou un comité de lecture d’éditeur que comme un « cercle de lecture » ou comme un « groupe Balint ».

13Les textes sont lus dans l’ordre, c’est-à-dire le désordre, de leur arrivée : un de nos grands plaisirs est la surprise et la variété. Le texte, une fois lu et « échoté » (c’est notre vocabulaire), circule plus ou moins entre d’autres membres du groupe puis revient à Ambérieu, à la disposition des chercheurs. Leur visite à la Grenette donne lieu de notre part à un repérage ciblé dans le fonds, pour préparer leur travail. Eux-mêmes ont pu explorer de leur côté le Garde-mémoire, sous forme papier ou en ligne. Nous recevons une dizaine de visites de chercheurs par an, surtout des historiens, habitués à la critique des sources et curieux de ce qui touche à l’histoire des mentalités, peu de sociologues, qui préfèrent l’objectivité et la représentativité de leurs enquêtes, et encore moins de littéraires ou de linguistes, alors que sur ce plan ce type de fonds est d’une grande richesse. Mais nous sommes patients : le temps des littéraires viendra. Pour l’instant notre fierté est d’avoir donné matière à une thèse devenue livre, Intimités amoureuses, France 1920-1975, de Claire Rebreyend (Presses de l’Université du Mirail, 2008), qui s’appuie principalement sur 247 textes de l’APA.

14Notre souci est de maintenir ces archives vivantes – qu’elles ne se couvrent pas de poussière. Depuis plusieurs années, nous nous sommes lancés dans une relecture thématique du fonds, en constituant de nouveaux groupes. Leur fonctionnement est complexe : il implique la circulation d’un nombre assez considérable de textes entre Ambérieu et les membres du groupe, et des visites de repérage et de travail à Ambérieu. Il ne s’agit pas d’étudier notre fonds, mais de rendre visible, par cette relecture, la cohérence de ses séries, de les ouvrir à l’étude. Les groupes de relecture n’ont pas d’existence permanente. Ils se constituent autour d’un projet, qu’ils mènent jusqu’à la publication d’une sorte de « guide » du secteur envisagé (avec présentation, inventaire et extraits). Trois groupes ont déjà accompli ce trajet : 1939-1945 (Cahiers de l’APA, n° 33, 2006), L’Amour dans tous ses états (Cahiers de l’APA, n° 41, 2009) et Maghreb et autobiographie (Cahiers de l’APA, n° 47, 2010). Quatre nouveaux groupes sont en train de se constituer, respectivement : 1914-18, Maladies, Carnets de voyage, Adolescence. D’autres sont à l’horizon. L’archivage est notre passion : une aventure dans la longue durée.

15APA, La Grenette, 10 rue Amédée Bonnet, 01500 Ambérieu-en-Bugey, France
0)1 74 34 65 71 apa@sitapa.orghttp://www.sitapa.org

Auteur

Université Paris-Nord-APA France.
Philippe Lejeune a enseigné la littérature française à l’Université Paris-Nord jusqu’en 2004. Ses travaux portent sur l’autobiographie (Le Pacte autobiographique, 1975 ; Les Brouillons de soi, 1998 ; Signes de vie, 2005) et le journal personnel (« Cher cahier… », 1990 ; Le Moi des demoiselles, 1993 ; Un journal à soi, avec Catherine Bogaert, 2003). Il a co-fondé l’Association pour l’Autobiographie en 1992 et il en est le président.
(http://www.sitapa.org.apa@sitapa.org)

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540