Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Télémaque

 | 
Albert Mingelgrün
, 
Beatrice Barbalato

Notes introductives

Beatrice Barbalato et Albert Mingelgrün

Texte intégral

  • 2 Georges PEREC, Penser/Classer, Paris, Hachette, 1985, p. 157.

Les Esquimaux, m’a-t-on affirmé, n’ont pas de nom générique pour désigner la glace ; ils ont plusieurs mots (j’ai oublié le nombre exact, mais je crois que c’est beaucoup, quelque chose comme une douzaine) qui désignent spécifiquement les divers aspects que prend l’eau entre son état liquide et les diverses manifestations de sa plus ou moins intense congélation […]. Il est difficile évidemment de trouver un exemple équivalent en français ; il se peut que les Esquimaux n’aient pas un mot pour désigner l’espace qui sépare leurs igloos alors que nous en avons au moins, dans nos villes, sept (rue, avenue, boulevard, place, cours, impasse, venelle) et les Anglais au moins vingt (street, avenue, crescent, place, road, row, lane, mews, gardens, terrace, yard, square, circus, grove, court, greens, houses, gate, ground, way, drive, walk), mais nous avons tout de même un nom (artère par exemple) qui les englobe tous2.

1. Les défis de l’archivage

1La fonction des archives s’apparente à celle de la langue : désigner, nommer une chose quelconque signifie déjà la rendre conceptuellement accessible.

2Comme Télémaque dont le nom signifie « Celui qui se bat au loin », les archivistes du patrimoine autobiographique luttent pour la préservation et l'interprétation de documents dont un enjeu important devra être la valorisation par la consultation à distance. Dans cette entreprise, le classement des archives est évidemment crucial, car c'est celui-ci seul qui permettra au consultant de discriminer les contenus sans en avoir d'idée préalable.

  • 3 Cf. : Philippe ARTIÈRES-Jean-François LAÉ, Archives personnelles, Histoire, Anthropologie et socio (...)

3Si la logique de l’archivage est en soi complexe, elle est a fortiori beaucoup plus problématique pour les archives du patrimoine autobiographique. Ces archives et, de manière plus générale, les documents liés à la mémoire sauvegardent des lettres, des tapuscrits, des enregistrements oraux, des photos, des vidéos, autant de matériaux qui prennent forme sur des supports variés et qui normalement ne se conforment pas à des styles ou à des rhétoriques spécifiques. Cette multiplicité de contenus et d’expressions demande une déclinaison particulière du catalogage3. Imposer un ordre à cette documentation signifie déjà orienter le public dans ses consultations. Un catalogage est fréquemment (pas toujours, c’est le cas par exemple des collectionneurs) un acte a posteriori, qui risque d’archéologiser une fois pour toutes les matériaux déposés. Aujourd’hui, le niveau très avancé des formes de numérisation impose un deuxième degré d’interprétation, un hypertexte qui devient aussi essentiel que les données mêmes, aussi important que les contenus.

4En général un des buts des archives du patrimoine autobiographique est de faire vivre les documents en les conservant, en en facilitant l’accès aux lecteurs et en aiguisant une sensibilité en faveur du patrimoine immatériel (ce qui regarde la pratique de l’oralité, du gestuel et de traditions qui ne peuvent pas toutes être enregistrées). Leur gestion n’est jamais un acte accompli : il ne s'agit pas simplement d'ouvrir un robinet. Une archive, pour exister, exige un encodage articulé, la constitution de corpus, une valorisation continue des œuvres conservées et, certes, leur promotion. Il y a une logique qui se met en place au moment du classement, en équilibre entre passé et avenir. Cette complexité n’appartient pas seulement aux archives autobiographiques mais également aux archives privées d’écrivains, aux grandes archives comme celles de l’ASAC (Archivio Storico delle Arti Contemporanee) à Vénice - entre autres -, qui contiennent toute la documentation de La Biennale (ouvrages, propositions acceptées ou non, affiches, etc.). En d’autres mots dans ce genre d’archives généralement il n’y a pas une pensée a priori pour le classement. Il arrive aussi que d’une année à l’autre on trouve des documents classés différemment. En fait les archivistes pensent et repensent à la forme la plus pertinente pour la sauvegarde et l’accessibilité d’un texte.

5Dans les archives du patrimoine autobiographique on trouve des dessins, des photos, des avis de mariages, de baptême ou de décès, des coupures de journaux, des supports audio-visuels. Autant de traces qui se situent entre le témoignage et l’interprétation, entre l’urgence de laisser des traces brutes et les réflexions sur sa propre vie. Documents oraux et audiovisuels sont aussi de plus en plus présents, dans des logiques langagières différentes et souvent au statu nascenti.

6« La Bibliothèque de Babel » (1944) du bref récit de Borges existe ab aeterno. S'y trouve évoqué le rêve de tout un chacun : disposer d’un savoir dont les contenus et l’ordre sont par définition préétablis et immuables. Cette bibliothèque imaginaire gigantesque contient des livres de 410 pages dans des salles hexagonales, disposées de manière identique, l'alphabet comportant toujours 25 signes orthographiques.

7C’est la bibliothèque idéale ! S’inscrire dans des modules statiques ne posera finalement jamais de problèmes puisqu’il n’y a ici aucune prétention de mettre en cause la manière d'ordonner le contenu ou la forme. Borges semble aussi avoir anticipé plusieurs aspects liés à la logique des ordinateurs.

8Le choix d’adopter certaines formes d’encodage parmi d’autres implique déjà de décider des parcours possibles pour ceux qui consulteront ces patrimoines. Les mots - clés, les extraits de textes (écrits, audios, audiovisuels) choisis comme exempla d’un dépôt, donnent déjà une orientation précise.

2. « Le mirage des archives »4

  • 4 C’est le titre de l’intervention de Philippe ARTIÈRES aux « VI jornadas y reuniòn anual de la red (...)

9La documentation sur la vie privée et sur d’autres formes d’expression non conçues pour être publiées a pris une très grande importance surtout après la deuxième guerre mondiale. Une partie de cette sensibilité nouvelle est due aux Annales désormais considérées comme des pierres milliaires de l’historiographie contemporaine. Le 15 février 1929, Marc Bloch et Lucien Febvre s’adressent aux lecteurs pour énoncer les principes qui inspirent leur travail interdisciplinaire.

10Parfois - écrivent-ils - les murs de séparation entre les disciplines sont si hauts qu’ils bouchent la vue. Cet acte, tout à fait nouveau à l’époque, de rupture avec une historiographie cloisonnée, pose aujourd’hui quelques problèmes supplémentaires de méthode. La grande masse d’informations dont on dispose rend assez complexe l’articulation de différentes sources historiques ainsi que leur utilisation.

11Philippe Lejeune explique très clairement dans un chapitre de son livre Signe de vie-Le pacte autobiographique 2, qu’il est fait trop souvent un usage servile de la documentation sur la vie privée.

  • 5 Philippe LEJEUNE, « Je ne suis pas une source » Entretien de Ph. Artières, in Id., Signes de vie – (...)

12La chasse aux archives comme l’appelle Philippe Lejeune, cette voracité pour le document original, présente plus d’un risque : « L’idée que dans quelques générations on viendra trifouiller dans vos textes pour en tirer des renseignements sur n’importe quoi, sans comprendre que vous parlez de vous, ou en vous reprochant de le faire, cela dégoûterait d’écrire. Pour éviter les malentendus, je mettrai en tête, en grosses lettres : ‘Chasse interdite’ »5.

13Le mot mémoire est utilisé partout et beaucoup de rhétorique l’accompagne. On assiste aussi à une exploitation discutable, comme l’affirme Philippe Lejeune. La documentation privée est vue ainsi comme une source, un ensemble de documents authentiques qui peuvent raconter une histoire d’en bas.

14Deux risques sont à craindre : d’un côté on peut tomber dans le piège de voir dans cette documentation un vrai témoignage-vérité, de l’autre se profilent les abus de confiance. Il arrive que les souvenirs soient sollicités et produits exprès pour une publication, comme par exemple Io mi ricordo. Ritratti di nonni scritti da nipoti, Torino, Einaudi, 2009. Un livre et un DVD qui présentent des interviews très courtes, respectant donc un format demandé.

  • 6 Gérard NOIREL, Qu'est-ce que l'histoire contemporaine ?, Paris, Hachette, coll. « Carré-Histoire » (...)

15Une critique sur la manière non discriminatoire d’utiliser les archives a été menée par Gérard Noirel qui soulève la question de leur consultation dans le cadre d’une période donnée pour faire œuvre scientifique, s’agissant seulement de retenir les documents nécessaires à l’intelligence du problème étudié6.

16A fortiori la question se pose aussi pour les archives audiovisuelles : citer une photo, un document sortant de la vie ordinaire donne une saveur d’authenticité. Très souvent on ne prend même pas la peine de mentionner la source, tellement on retient ces documents parlants.

3. La rhétorique de la culture d’en bas

17Anne Morelli, a illustré à l’occasion d’une conférence tenue à la Médiathèque Le Phare, en collaboration avec l’APA-Bel comment l’imagination des romanciers crée les images-icônes de la guerre. Images qui ont un grand poids dans l’élaboration des souvenirs et des récits des gens ordinaires. Des traditions qui remontent à Homère fournissent des formules récitatives :

  • 7 Anne MORELLI, « La critique du témoignage, la critique historique, et les souvenirs de guerre publ (...)

Des couches superposées de cadavres boches nivelaient à hauteur du sol le carrefour [de tranchées] qui la veille s'enfonçait à près de trois mètres (Péricard) - Les cadavres allemands se tassaient jusqu'à deux ou trois mètres de hauteur (Gauchez) - Les Prussiens tombaient tellement serrés qu'il y avait des cadavres restant debout (Lauzanne) - Au bord, sur le talus et sur le bord de la tranchée traîne un long glacier de cadavres (Barbusse) - Le boyau était un entassement infâme... On hésitait à fouler ce dallage, puis on avança pataugeant dans la mort (Dorgelès)7.

  • 8 Alessandro PORTELLI, in AA. VV., Io mi ricordo, Torino, Einaudi, 2009, p. XXV.

18Alessandro Portelli dans l’introduction à Io mi ricordo, qu’on vient de mentionner, écrit : « Il ne faut jamais prendre le document pour la mémoire »8. La mémoire comporte des temps d’élaboration, d’enregistrement dans les systèmes du moi (individuel et collectif) :

  • 9 Ibidem. Les traductions de l’italien au français dans ce chapitre sont des auteurs de cet article.

La forme moderne de la mémoire est la capture, mais le besoin de fixer le présent se renverse dans son contraire. Le touriste qui filme ou photographie les merveilles de l‘endroit au lieu de le regarder, […] le père qui interpose entre lui et la venue au monde de son fils le filtre stérilisant d’une caméra vidéo dans l‘espoir de s’en réjouir chez lui à son aise quand le moment juste viendra, ne font que demander une trêve au présent, en l‘implorant de ralentir ou de s‘arrêter9.

19Bill Viola in Passing (1991) enregistre la naissance de son fils aîné, sans reprendre le visage de la mère accouchant, femme passage. Un montage d’images alternées montre sa mère sur son lit de mort avec sa respiration d’agonisante et la naissance de son fils. À travers le montage filmique la supposée objectivité du document devient une vision d’artiste, un langage.

20Pasolini avait mis en garde sur l’illusion de l’originalité de la culture populaire :

  • 10 Antonio PIROMALLI - Domenico SCARFOGLIO (dir..), Pier Paolo Pasolini, volgar’ eloquio, Napoli, Ath (...)

Les inventions linguistiques de chaque inventeur de poésie populaire, de chaque inventeur de lexique populaire ou de jargon populaire, n’étaient pas des innovations, donc restaient des inventions, et ceci manifeste une différence substantielle entre la poésie cultivée des classes dominantes et la poésie populaire. Dans la poésie populaire les inventions ne sont pas des innovations, laissent intact le code, et comme ce dernier reste immobile, par conséquent leur histoire est immobile. Par contre les inventions dans le domaine de la poésie cultivée, de la classe cultivée, de la classe dominante, sont aussi des innovations, et un poète renouvelle continuellement le code10.

4. Les Archives comme Musées

21Une archive peut-elle s’apparenter à un musée ? Oui, dans la mesure où une archive est un lieu de conservation des documents et favorise l’accès du public.

22Le Conseil International des Musées (ICOM) a adopté lors de la 21ème Conférence générale organisée à Vienne en 2007 cette définition :

  • 11 http://icom.museum/qui-sommes-nous/la-vision/definition-du-musee/L/2.html

Un musée est une institution permanente, sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public et qui fait des recherches concernant les témoins matériels de l'homme et de son environnement, acquiert ceux-là, les conserve, les communique et notamment les expose à des fins d'études, d'éducation et de délectation11.

23En fait une archive du patrimoine autobiographique poursuit les mêmes buts et les mêmes objectifs qu’un musée conçu sous ce parapluie.

24Le studiolo del principe a constitué l’une des premières formes de musée. Une petite chambre où à l’époque de la Renaissance des aristocrates se retiraient pour réfléchir. Francesco I de Médicis, Isabelle d’Este, Federico da Montefeltro nous en ont laissé de très beaux et très intéressants. On y trouve des bustes de personnages de l’âge classique et des pièces antiques et contemporaines. Lieu d’inspiration et de réflexion, le studiolo était un musée ante litteram. En fait le studiolo répondait à une double intention : conserver les antiquités et promouvoir la culture (celle du Prince qui trouvait dans cet endroit la possibilité de se concentrer pour réfléchir).

25Du studiolo del principe aux archives contemporaines, il y a, comme dit Michel Foucault, l’âge classique où tout un savoir est passé au crible et habilement tissé. À partir de ce moment, l’organisation du savoir et du savoir scientifique s’oriente petit à petit vers des classements assez proches de la problématique d’aujourd’hui.

26L’analyse de Foucault de l’archéologie du savoir nous permet de réfléchir sur la fonction de tout classement via des aspects qui s’apparentent à l’archivage des patrimoines autobiographiques, son analyse autorisant des focalisations sur certains croisements liés à état de l’art.

  • 12 Michel FOUCAULT, « Préface » in Id., Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 7. La même (...)

27Tout au début, Foucault évoque El manual de zoologìa fantàstica de Borges (1957) qui parle d’une certaine encyclopédie chinoise où les animaux se divisent en : a) appartenant à l’Empereur, b) embaumés, c) apprivoisés, d) cochons de lait, e) sirènes, f) fabuleux, g) chiens en libertés, h) qui s’agitent comme des fous etc.12.

  • 13 Ibidem.

28« Dans l’émerveillement de cette taxinomie, ce qu’on rejoint d’un bond, ce qui, à la faveur de l’apologue, nous est indiqué comme le charme exotique d’une autre pensée, c’est la limite de la nôtre : l’impossibilité nue de penser cela »13.

29Réel et fantastique se mêlent. La perspective est paradoxale mais se trouve signalée dès les tout premiers paragraphes le fait que rien ne peut être perçu sans le filtre des idées qu’on professe déjà sur un certain objet.

30L’analyse de Foucault concernant les classements se déploie au chapitre « Classer ». C’est au tournant du XVIIe siècle que l’Histoire naturelle commence à classer la nature différemment :

  • 14 Ivi, ch. « Classer », p. 141.

Le partage pour nous évident, entre ce que nous voyons, ce que les autres ont observé et transmis, ce que d’autres enfin imaginent ou croient naïvement, la grande tripartition, si simple en apparence, et tellement immédiate, de l’Observation, du Document, et de la Fable, n’existait pas. Et ce n’est pas parce que la science hésitait entre une vocation rationnelle et tout un poids de tradition naïve, mais pour une raison bien plus précise, et bien plus contraignante : c’est que les signes faisaient partie des choses, tandis que au XVIIe siècle, ils deviennent des modes de la représentation14.

  • 15 Ibidem.

31À propos de l’évolution de l’histoire naturelle, Foucault déclare : « Quand Jonston écrit son Histoire naturelle des Quadrupèdes, en sait-il plus qu’Aldrovandi, un demi - siècle plus tôt ? Pas beaucoup, affirment les historiens »15. Des informations que donne Jonston se trouvaient en plus grand nombre chez Aldrovandi.

  • 16 Ibidem.

Et la différence essentielle réside dans ce manque. Toute la sémantique animale est tombée, comme une partie morte et inutile. Les mots qui étaient entrelacés à la bête ont été dénoués et soustraits : et l’être vif, en son anatomie, en sa forme, en ses mœurs, en sa naissance et sa mort, apparaît comme à nu. L’histoire naturelle trouve son lieu dans cette distance maintenant ouverte entre les choses et les mots […]16.

  • 17 Ivi, p. 142.

32Un espace est ouvert « dans la représentation par une analyse qui anticipe sur la possibilité de nommer »17.

33Ce qui a changé est qu’on ne regarde pas les choses seulement pour les enregistrer.

  • 18 Ivi, p. 156.

34Ce qui apparaît important est la dominante de la méthode par rapport au système. « La méthode - écrit Foucault - doit toujours être prête à se rectifier elle-même »18. Le continu et la catastrophe sont aussi des points d’orientation opposés dans les classements : l’un porte à intégrer les êtres dans la continuité, l’évolutionnisme en faisant également partie, l’autre permet conceptuellement de lire la réalité dans des discontinuités et des fractures.

35Le continu serait représenté par l’énumération qui porte néanmoins en soi une contradiction selon Perec :

  • 19 G.. PEREC, Penser/Classer, op. cit., p. 167.

Il y a dans toute énumération deux tentations contradictoires : la première est de TOUT recenser, la seconde d’oublier tout de même quelque chose ; la première voudrait clôturer définitivement la question, la seconde de la laisser ouverte ; entre l’exhaustif et l’inachevé, l’énumération me semble aussi être, avant toute pensée (et avant tout classement), la marque même de ce besoin de nommer et de réunir sans lequel le monde (« la vie ») resterait pour nous sans repères […]19.

36In fine, que pouvons-nous tirer de ces réflexions de Foucault ? Que l’accumulation de données classées par contenus ne permet pas de considérer les informations enregistrées d’une manière dynamique. Les mots isolés ne peuvent pas se traduire en discours, c'est-à-dire dans un langage qui désigne les choses dans leur système de représentation.

37Foucault parle d’histoire naturelle, un domaine du savoir situé entre les humanités et les sciences exactes.

38Pourquoi est-il intéressant de reparcourir le raisonnement de Foucault ? Parce qu’aucun objet n’est situé en dehors du langage qui le désigne ni en dehors de ses représentations. Aucun classement ne peut être reconduit selon une liste de caractères.

  • 20 Ivi, p. 31.
  • 21 Ivi, p. 38

39Ici on parle d’informations, de données déjà données : l’acte de classer arrive post res. « Toute bibliothèque, - écrit Perec - répond à un double besoin, qui est souvent aussi une double manie : celle de conserver certaines choses (des livres) et celle de les ranger selon certaines manières »20. Et plus avant : « Une bibliothèque que l’on ne range pas se dérange […]. À cette apologie du désordre sympathique, s’oppose la tentation mesquine de la bureaucratie individuelle : une chose pour chaque place et chaque place à sa chose et vice versa »21.

40En explorant la casuistique du rangement des bibliothèques, Perec n’en fait pas seulement un problème d’espace (on peut ranger les livres dans la cuisine et cela correspond à un choix utilitaire mais aussi sur les radiateurs, entre deux fenêtres, etc.). On vit aussi la bibliothèque dans un sentiment de désordre sympathique qui donne la possibilité d’avoir le plaisir de ‘retrouver’ ou de redécouvrir un texte.

  • 22 Ivi, p. 42.

41Les systèmes de rangement s’usent comme les livres. Il n’y a donc pas un système qui peut exister pour tous et pour toujours. On peut nourrir l’illusion « Comme les bibliothécaires borgésiens de Babel qui cherchent le livre qui peut donner la clé de tous les autres, nous oscillons entre l'illusion de l'achevé et le vertige de l'insaisissable »22.

5. La création d’un archivage ante res

42Il y a certainement une différence entre l’archive d’un collectionneur et un corpus qui provient d’une accumulation pas vraiment intentionnelle de documents. Dans le cas d’un collectionneur, ce qu’on veut prend place avant les données (ou avant la quantité significative de données, d’objets, etc.).

  • 23 Umberto ECO, La vertigine della lista, Milano, Bompiani, 2009.

43Dans La vertigine della lista23, Umberto Eco illustre la possibilité de différentes énumérations à partir du bouclier d’Achille décrit dans l’Iliade. La liste est une des premières formes d’organisation de l’information.

44Une exposition de Gilbert et Georges a eu lieu récemment à Bruxelles. Leurs collections touchent à la vie quotidienne. Du quartier où ils vivent, ils ont pendant des années photographié et classé les croûtes, les urines, les crachats. Cet acte, tenu pour iconoclaste par certains, témoigne de la vie quotidienne et des changements du quartier. Mais le plus important réside en ce que Gilbert et Georges ont choisi un classement, un archivage précis qui permet de comparer les données. On peut exposer les crachats ou d’autres objets qui ont du sens parce qu’une logique les soutient. La représentation et le symbolique vont de pair avec l’enregistrement de la donnée réelle.

45Cette frontière fragile entre l’objectivité des données et l’interprétation ressort à l’évidence de leurs œuvres. Leurs thématiques du corps dans ses représentations sociales ont l’intention de recouvrir tous les états du réel dans l’espace (celui de ce quartier de Londres) et dans le temps (les données sont classées année après année selon la même méthode).

46Les plus petits éléments moléculaires qui constituent l'urine, le sperme, le sang deviennent motifs à métamorphoses dans leurs compositions et manipulations photographiques.

6. Réflexions sur les corpus des essais Télémaque

47Cette rencontre Télémaque, qui s’est tenue les 1 et 2 avril 2011 au CAL, Centre d’Action Laïque de l’ULB, a été tout entière vouée au plus près à l’humain, puisqu’il s’agissait de traiter, pour l’essentiel, d’archives et d’archivages relatifs à des témoignages et des biographies de soi. Les sujets traités ont offert un aperçu très vaste des problématiques liées aux archives qui recueillent à des titres divers les récits de vie.

48Patrice Dartevelle qui a inauguré le colloque s'est dit tout à fait convaincu de l'importance que revêt la conservation de ces archives ainsi que le travail de valorisation des témoignages de la vie privée. Préserver les traces de la culture des gens et mettre en réseau des archives d'Europe permet de voir l'histoire de ce continent sous d'autres angles et d'envisager de nouvelles possibilités d'échanges. Cette perspective s'inscrit parfaitement dans les grandes orientations de l'Administration générale de la Culture du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

49Fiona Courage illustre les méthodes d’archivage utilisées par Mass Observation, une institution de recherche sociale qui a enregistré la vie quotidienne et l'opinion en Grande-Bretagne depuis les années’30 jusqu’à nos jours. Diego De Masi et Fabio Olivieri décrivent un projet qui à travers des narrations biographiques entend relier les organes constitutifs de la communauté urbaine de la onzième Mairie de Rome.

50L’intervention de Jacqueline Rossier présente l’association pour la conservation des Archives de la vie ordinaire, les buts qu’elle s’est fixés et les types d’archives récoltées. Elle précise les choix faits pour archiver et interpréter un tel patrimoine au Pays de Neuchâtel.

51Le colloque et les essais qui suivent montrent que les matériaux concernés, même s’ils émanent de sources diverses, posent des questions fondamentales proches les unes des autres. Peter Lewis donne à voir comment les archives radio constituent des mémoires publiques et privées, les unes servant d’interface aux autres. Françoise Hiraux explore les défis lancés par les archives connotées d’autobiographie émanant des membres d’une institution comme l’U.C.L. Catherine Massange explique les méthodes de transcription de textes-reflets de l’histoire des Juifs au XXe siècle qu’effectue la Fondation de la Mémoire contemporaine.

52L’inspiration spécifique est bien d’analyser, évaluer et agir pour que ces documents demeurent une matière vivante.

53L’essai d’André Huet qui décrit son engagement pour la conservation et la valorisation des films de famille, activité primaire de l’asbl Mémoires inédites, s’inscrit dans cette même ligne. Durant le colloque, une table ronde a bien mis en évidence le nombre d’orientations qui subsistent pour le ‘bon’ usage des archives audiovisuelles. Des réalisateurs comme Yaël André, André Huet et Yvon Lammens nous ont présenté des points de vue riches et différenciés. De l’utilisation libre d’images de répertoire à la valeur politique de la documentation audiovisuelle et à la mise en perspective à travers le regard des générations qui suivent des films de famille.

54Lesdits matériaux peuvent encore être issus de milieux ou d’activités particulières permettant d’envisager par exemple les retombées esthétiques d’écrits proprement littéraires (Myriam Watthee-Delmotte et Sofiane Laghouati). Les témoignages autobiographiques de chorégraphes soulignent l’importance que revêt la transmission de réalisations contemporaines dans le domaine considéré (Mattia Scarpulla). On attribue aujourd’hui la même valeur à la création individuelle qu’aux répertoires qui pendant des siècles ont servi de repères aux écoles de danse.

55Par ailleurs plusieurs essais démontrent l’importance grandissante des technologies les plus actuelles : en l’occurrence le passage sur internet des archives d’ordre public du Parlement Européen (Secondo Sabbioni) ou d’ordre privé à savoir des documents provenant de la Catalogne (Daniel Piñol Alabart) ou de la ville de Gênes (Fabio Caffarena). Le défi d’internet vise les composants mêmes des archives qui peuvent être touchés par la mise au point de logiciels susceptibles, comme au second degré, de servir d’outil de travail dans le champ culturel numérique lui-même.

56Une variante dans le domaine informatique s’offre également à travers la confrontation entre journal intime et blog (Jean-Daniel Zeller).

57En outre les archives du patrimoine autobiographique ont une histoire qui témoigne aussi d’une évolution du classement de leurs sources. Philippe Lejeune pour l’Apa France, Daniela Brighigni pour la Fondazione Archivio Diaristico Nazionale di Pieve Santo Stefano-Italie, Gerhard Seitz pour les Das Deutsche Tagebucharchiv en Allemagne, Antonio Castillo Gómez pour la Red de Archivos e Investigadores de la Escritura Popular (Red AIEP)-Espagne, et Rolland Westreich pour l’APA-Bel décrivent les formes d’organisation des données de ces organismes ainsi que l’accès et la valorisation des patrimoines respectifs.

58Décidément, au terme de ces échanges, il semble bien qu’on puisse affirmer que l’héritage du passé évoqué ici - fût-ce dans une perspective immatérielle- a un bel avenir devant lui…

Notes

2 Georges PEREC, Penser/Classer, Paris, Hachette, 1985, p. 157.

3 Cf. : Philippe ARTIÈRES-Jean-François LAÉ, Archives personnelles, Histoire, Anthropologie et sociologie, Paris, Armand Colin, 2011. Le livre présente des études de cas fondés sur une documentation allant de l’agenda d’un inconnu de l’arsenal de Cherbourg au carnet de bord d’un bateau, en passant par le journal de rêves d’une femme et les lettres d’une mère à son fils emprisonné.

4 C’est le titre de l’intervention de Philippe ARTIÈRES aux « VI jornadas y reuniòn anual de la red de archivos e investigadores de la escritura popular », Facultat de Geografia i Historia de la Universitat de Barcelona, 26 y 27 noviembre, 1010.

5 Philippe LEJEUNE, « Je ne suis pas une source » Entretien de Ph. Artières, in Id., Signes de vie – Le pacte autobiographique 2, Seuil 2005, pp. 120-121.

6 Gérard NOIREL, Qu'est-ce que l'histoire contemporaine ?, Paris, Hachette, coll. « Carré-Histoire », 1998.

7 Anne MORELLI, « La critique du témoignage, la critique historique, et les souvenirs de guerre publiés par les combattants », pour Mensonges blancs, mensonges noirs, cycle de quatre conférences 2010 sous la dir. de Beatrice Barbalato. Sur ce thème sont intervenus aussi : Susann HEENEN-WOLFF, « Petite métapsychologie de l’écoute analytique » ; Albert MINGELGRÜN, « Autobiographies et (af)fabulations : Les mots de Jean-Paul Sartre et le Livret de famille de Patrick Modiano » ; Adolphe NYSENHOLC, « Écrire : vrai ou faux ? sur Bubelè l’enfant à l’ombre », Médiathèque Le Phare, UCCLE.

8 Alessandro PORTELLI, in AA. VV., Io mi ricordo, Torino, Einaudi, 2009, p. XXV.

9 Ibidem. Les traductions de l’italien au français dans ce chapitre sont des auteurs de cet article.

10 Antonio PIROMALLI - Domenico SCARFOGLIO (dir..), Pier Paolo Pasolini, volgar’ eloquio, Napoli, Athena, 1976, pp. 46-47.

11 http://icom.museum/qui-sommes-nous/la-vision/definition-du-musee/L/2.html

12 Michel FOUCAULT, « Préface » in Id., Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 7. La même citation se retrouve chez Georges PEREC, Penser/Classer, Paris, Hachette, 1985, p. 164.

13 Ibidem.

14 Ivi, ch. « Classer », p. 141.

15 Ibidem.

16 Ibidem.

17 Ivi, p. 142.

18 Ivi, p. 156.

19 G.. PEREC, Penser/Classer, op. cit., p. 167.

20 Ivi, p. 31.

21 Ivi, p. 38

22 Ivi, p. 42.

23 Umberto ECO, La vertigine della lista, Milano, Bompiani, 2009.

Auteurs

Université catholique de Louvain

Université Libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540