Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécurité internationale après Lisbonne

 | 
Michel Liégeois
, 
Thierry Balzacq

Les auteurs

Texte intégral

1Thierry Balzacq est professeur de science politique à l’Université de Namur où il est titulaire de la Chaire Tocqueville. Il est actuellement professeur honoraire à l’Université d’Édimbourg et Fellow de l’Institute For Advanced Studies in the Humanities.

2Galia Glume est chercheure associée au CECRI. Ses recherches portent sur les opérations de paix et de gestion de crises, en particulier sur la coopération et la coordination civilo-militaire.

3De 2003 à 2011, elle a rempli les fonctions d’assistante à l’UCL et enseigné les Relations internationales au sein d’ISPOLE et pour le Master NOHA (Network on humanitarian action). En 2011-2012, elle est Reporting Officer, détachée par la Belgique au sein de la Mission d’Observation de l’UE en Géorgie.

4Emmanuel Klimis est chercheur au Centre de recherche en Science politique (CReSPo) de l’Université St Louis – Bruxelles, coordinateur exécutif du GRAPAX (groupe interuniversitaire de recherche en appui aux politiques de paix), et chargé d’enseignements à l’Institut d’études politiques de Lille. Il est également gestionnaire du programme d’appui institutionnel de la Commission universitaire pour le développement (CUD) à l’Université du Burundi. Ses recherches portent sur les États fragiles et sortant de conflit, ainsi que sur les politiques mêlant les questions de sécurité et de développement, en particulier en Afrique centrale, une région qu’il fréquente régulièrement.

5Vincent Laborderie est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Toulouse et titulaire d’un Diplôme d’Études Approfondies en science politique (Université catholique de Louvain). Après avoir suivi la formation doctorale de l’Université Laval (Canada), il est actuellement assistant et doctorant à l’Université Catholique de Louvain. Sa thèse de doctorat porte sur la politique européenne de reconnaissance internationale. Ses domaines de recherches privilégiés sont les séparations d’États dans un contexte non violent, la reconnaissance internationale et les mouvements séparatistes en Europe. Précédemment chargé de cours à l’Université Laval, il est aujourd’hui assistant dans le cadre de l’enseignement à distance en relations internationales à l’UCL, et chercheur rattaché au CECRI (Université Catholique de Louvain).

6Michel Liégeois est professeur de relations internationales à l’Université catholique de Louvain et professeur invité dans de nombreuses universités en Europe et dans le monde. Ses enseignements portent sur les théories des relations internationales et les études de sécurité. Il mène ses recherches au sein du Centre d’étude des crises et des conflits internationaux (CECRI – http://www.uclouvain.be/cecri.html) et du Réseau de recherche sur les opérations de paix (ROP – http://www.operationspaix.net) dont il est le directeur de la section Europe.

7Il est également l’initiateur et le coordinateur académique de certificats universitaires en relations internationales entièrement en ligne et à distance (www.criac.be).

8François Mabille, Doyen honoraire, Professeur de relations internationales, Faculté libre de droit –, est actuellement Titulaire de la Chaire Enjeux de société et prospective – Université catholique de Lille et Chercheur statutaire au Groupe Sociologie, Religions, Laïcités à l’EPHE – CNRS. Dernier ouvrage paru : « enjeux géopolitiques de l’environnement », éditions du Cygne, janvier 2013.

9Jean Marcou, directeur des relations internationales de l’IEP, est actuellement Professeur des Universités à l’IEP de Grenoble (France) après avoir été pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul où il a dirigé, de 2006 à 2010, l’Observatoire de la Vie Politique Turque (OVIPOT – http://ovipot.hypotheses.org). Il a été aussi directeur de la Section francophone de la Faculté d’Économie et de Sciences Politiques de l’Université du Caire (Égypte), entre 2000 et 2006.

10À l’IEP de Grenoble, il dirige également le Master « Intégration et Mutations en Méditerranée et au Moyen-Orient ». Ses principaux champs d’enseignement et de recherche concernent l’évolution des équilibres politiques au Moyen-Orient, la vie politique turque (Constitutions, élections et partis politiques, politique étrangère…), les transitions politiques dans le sud de l’Europe (Espagne, Portugal, Grèce, Italie) et l’Union Européenne.

11Gaëlle Pellon est docteure en sciences politiques et sociales. Elle est assistante au sein de l’École de sciences politiques de l’Université catholique de Louvain et mène ses recherches au sein du Centre d’étude des crises et des conflits internationaux (CECRI). Depuis 2010, elle enseigne aussi les Relations internationales à l’Institut libre Marie Haps. Ses publications portent principalement sur la gestion collective des conflits, l’analyse en réseaux ou encore les organisations internationales.

12Jok Oga Ukelo est docteur en sciences politiques et sociales de l’Université catholique de Louvain et chercheur au Centre d’Études des Crises et Conflits Internationaux de la même université. Il a pour centre d’intérêts les questions relatives à la politique étrangère et à l’intégration régionale, à la prévention et à la résolution des conflits, aux mécanismes post-conflits et de consolidation de la paix (décentralisation, réforme de secteur de sécurité) dans les pays d’Afrique des grands lacs. Il est professeur à l’Université de Kinshasa.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540