Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécurité internationale après Lisbonne

 | 
Michel Liégeois
, 
Thierry Balzacq

Partie II : Aspects de la recherche en sécurité internationale

Les traces de la gouvernance : commentaire et critique

Thierry Balzacq

Texte intégral

1.

  • 1 WENDT A., « Anarchy Is What States Make of It : The Social Construction of Power Politics », in In (...)

1Cet ouvrage met en présence plusieurs connaissances sur les tendances récentes de la sécurité internationale. Et si l’Union européenne (UE) en constitue le centre névralgique, elle émerge sous différents traits : tantôt comme une institution politique, c’est-à-dire, dans les termes d’Alexander Wendt, « comme une structure relativement stable d’identités et d’intérêts »1 ; tantôt comme acteur international aux prises, dans des champs distincts, avec des défis variés (violations des droits de l’homme, prévention et gestion des conflits, etc.) ; tantôt, enfin, l’UE apparaît, essentiellement, comme l’arrière-fond de recompositions politiques suscitées notamment par les luttes communautaires, au sein des États membres. Le statut de ces différentes « figures » de l’UE n’est pas facile à fixer. Pas plus d’ailleurs qu’il n’est aisé de se pencher, ici, sur le sens premier de chacune de ces expressions. Tout au plus, et ce sera ma tâche principale, puis-je tenter une recomposition, c’est-à-dire un nouvel assemblage des différentes partitions jouées par les contributions, sans garantie, ni prétention, que le sens qui en émergera, le mien, sera nécessairement partagé par tous. Bref, l’exercice relève davantage d’un pari que d’une assurance.

  • 2 Le terme « sphère d’autorité » est emprunté à James N. Rosenau, « Strong Demand, Huge Supply : Gov (...)
  • 3 Op. cit., p. 32.

2L’hypothèse très générale que je voudrais formuler est que, de part et d’autre, la réarticulation des « sphères d’autorité » est l’épine dorsale de ce livre2. Tout bien considéré, en effet, ce qui est en jeu, c’est la capacité des acteurs à « générer de l’adhésion de la part des personnes auxquelles s’adressent leurs recommandations »3. Or, derrière la sphère d’autorité, se profile la gouvernance. Ce concept présente au moins un avantage important : il permet de saisir la nature de l’UE, les attributs de son action et ses limites. Cependant, appliquée aux Relations internationales, ou à l’UE au sein du système international, la gouvernance déclenche de sérieuses ambiguïtés. Elle s’appuie sur la décentralisation de l’autorité, mais l’UE, en de nombreuses fonctions, condense ou aspire à monopoliser certaines fonctions ; elle fait de la dispersion de l’autorité un trait majeur du système international, mais plusieurs organisations internationales disposent d’une sphère d’autorité particulièrement prononcée, parfois en expansion (par exemple, l’OMC). Enfin, quand on soumet la gouvernance à un examen minutieux, on rejoint très vite les préoccupations du transnationalisme depuis les années 60.

3Il y a donc au moins deux manières d’organiser les enseignements de cet ouvrage, selon que l’attention s’attarde sur l’UE en tant que système politique (gouvernance), ou que l’on s’attache à jauger la contribution de l’UE aux relations internationales (transnationalisme). La jonction entre les deux concepts se cristallise quand l’UE déploie son action dans le domaine de la sécurité, là où la bipolarité interne-externe, a cédé des parcelles importantes de terrain à un cortège de concepts : réseau, champ, multi-niveaux et complexité. L’inventaire étant, en l’espèce, incomplet et inévitablement provisoire.

2.

  • 4 Ce paragraphe est extrait de Thierry Balzacq, « De quoi la PSDC est-elle l’expression ? Mécanismes (...)
  • 5 Marks, G., « Structural policy and multilevel governance in the EC », in Cafruny, A., Rosenthal, G (...)
  • 6 Peters, B.G., Jon, P., « Multi-Level Governance and Democracy : A Faustian Bargain ? », in Bach I. (...)
  • 7 Rhodes, R.A.W., Understanding governance : policy networks, governance, reflexivity and accountabi (...)
  • 8 Kooiman, J., « Social-political governance : introduction », in Kooiman, J. (ed.), Modern governan (...)

4De nos jours, la gouvernance est rarement mobilisée sans être accompagnée du qualificatif de « multi-niveaux »4. En compressant une série d’interventions antérieures, Gary Marks définit la gouvernance multi-niveaux comme un « système de négociations continues entre les gouvernements enchâssés à différents étages »5. D’une façon plus fondamentale, derrière la gouvernance multi-niveaux, on distingue facilement, au niveau terminologique, deux termes qui se convoquent mutuellement : « gouvernance » et « multi-niveaux ». Par exemple, au lieu d’être une surface hiérarchiquement ordonnée, dans laquelle les rapports entre acteurs sont lubrifiés par des règles strictement formelles, la PSDC est produite par une « stratarchie » et opère, en de nombreux terrains, à la faveur de principes informels6. On a l’impression, dès lors que le cadrage des concepts de gouvernement et gouvernance est assuré, qu’il est superflu d’affecter la gouvernance du terme multi-niveaux qu’elle présuppose dans la plupart des définitions7. C’est ce que résume la conception de Jan Kooiman8. La gouvernance, dit-il, est

une structure qui émerge au sein de systèmes sociopolitiques comme le résultat ‘partagé’ des effets conjoints des interventions de tous les acteurs […]. Aucun acteur en particulier, public ou privé, ne dispose de toute la connaissance et de l’information requise pour résoudre les problèmes complexes, dynamiques et diversifiés ; aucun acteur ne dispose de suffisamment de clairvoyance pour rendre l’application d’instruments dans tous les secteurs plus efficace ; aucun acteur n’a de potentiel d’action suffisant pour dominer de manière unilatérale une politique.

  • 9 Rosenau, J.N., Turbulence in World Politics : A Theory of Change and Continuity, Princeton, Prince (...)
  • 10 Ici, le risque serait de considérer que les attributs des acteurs n’ont aucun effet sur leur actio (...)

5Les difficultés, et peut-être aussi les carences de l’UE dans la gestion des conflits ou de l’aide au développement, ne sont pas étrangères à sa nature (cf. Glume, Klimis) ; elles ne sont pas moins indépendantes de la configuration du système international (cf. Mabille, Ukelo). D’une part, en tant que système politique, l’UE doit, on le sait, composer avec les États membres. Une telle situation ne peut rester sans effet sur son ambition et son efficacité politiques. D’autre part, l’UE évolue dans un « système bifurqué », produit d’un rapport instable entre le système interétatique auquel sont habitués les internationalistes, et le système multi-centré en lequel coexistent plusieurs types d’acteurs, individuels ou collectifs, formels ou informels, nationaux ou internationaux9. Cette référence à la prolifération des acteurs, cette rivalité des sphères d’autorité et ce basculement des loyautés font ressurgir un thème que les Relations internationales ont apprivoisé depuis longtemps : le transnationalisme. En effet, le transnationalisme est l’une des premières approches à avoir tenté d’appréhender l’irruption et l’importance croissante de nouveaux acteurs sur la scène internationale (firmes multinationales, ONG, individus, etc.). Pour les transnationalistes, il faut recourir à la métaphore du réseau pour rendre compte du chevauchement des préoccupations (économiques, culturelles, politiques, militaires, etc.) et de l’éclatement des niveaux d’action (local, national, régional, global). Dans le domaine de la sécurité, cette double évolution rend nécessaire le développement de nouveaux mécanismes transversaux de coordination des activités entre différents niveaux, à travers des secteurs variés (voir Liégeois, Pellon). L’analyse des réseaux constitue ainsi un des socles méthodologiques les plus fréquents sur lequel repose l’étude des entrelacs transnationalistes. Dans ce schéma, les relations entre acteurs précèdent, analytiquement, les attributs des acteurs (cf. Marcou). Ces relations, répétées, donnent à leur tour naissance à des structures, lesquelles ont un impact sur le fonctionnement des réseaux et sur les acteurs constitutifs de ces réseaux. Les acteurs obéissent, si on peut dire, aux lois du réseau et non à une identité pré-construite10. Enfin, comme le montre Pellon, l’analyse des réseaux peut avoir une dimension longitudinale, ce qui facilite l’examen de transformations processuelles dans le long terme.

3.

  • 11 Welch, S., Kennedy-Pipe, C., « Multi-Level Governance and International Relations », in Bache I., (...)
  • 12 Op. cit., p. 130.

6On voit donc, au fond, que le recours à la gouvernance est d’un apport limité pour l’internationaliste conscient des contours du transnationalisme. De plus, tout en contenant déjà les principaux traits constitutifs de la gouvernance, le transnationalisme conserve un avantage important : il permet de penser la coexistence, au niveau du système international, de la gouvernance et du gouvernement. Ce constat rejoint, dans ses grandes lignes, la critique formulée par Stephen Welch et Caroline Kennedy-Pipe dans « Multi-Level Governance and International Relations »11. Pour eux, d’une certaine manière, la gouvernance ne rend pas suffisamment compte des paradoxes qui traversent le système international. Par exemple, quand une partie substantielle de l’autorité et des capacités des États est transférée à une organisation internationale, laquelle, en retour, contraint drastiquement les États, doit-on parler d’extension de la gouvernance ou de la consolidation du gouvernement de cette organisation internationale ?12 La question centrale, celle qui en son temps occupait les premiers transnationalistes, et à laquelle la gouvernance a tendance à donner une réponse axiomatiquement positive, est : la distribution de l’autorité dans le système international préfigure-t-elle davantage de gouvernance ou de gouvernement ? Par ailleurs, si, comme semblent le soutenir Welch et Kennedy-Pipe, on assiste à une croissance exponentielle des pratiques de gouvernement par la gouvernance, alors il se pourrait que les intuitions de base de la gouvernance dépendent du substrat théorique de la gouvernementalité à la Foucault. En d’autres termes, pour mieux appréhender les transformations en cours dans le système global, il faut se tourner vers les études critiques de la sécurité, lesquelles ont montré le potentiel énorme des travaux de Foucault pour l’analyse de la sécurité ; la gouvernementalité intègre, en les dépassant, la gouvernance et le gouvernement. Cette courbe de réflexion nous conduit à un des axes forts de la sécurité critique, ces dernières années.

4.

  • 13 Voir Battistella, D., Théories des Relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, (...)
  • 14 Latour, B., Reassembling the Social, Oxford, Oxford University Press, 2007 ; Bourdieu, P., Raisons (...)
  • 15 Pour commencer, voir KALDOR M., Human Security, Cambridge, Polity Press, 2007.
  • 16 Bell, D. (ed.), Memory, Trauma, and World Politics : Reflections on the Relationship Between Past (...)
  • 17 Il ne faut pas croire que la diffusion des idées soit plus rapide dans le monde anglo-saxon, leque (...)

7« Élargir le filet analytique » pourrait donc être l’appel de cette dernière section. La révolution théorique qui a frappé le monde anglo-américain dans les années 80 n’a pas encore pleinement atteint le monde francophone, à l’exception du Québec et d’une minorité à Paris13. En prenant appui sur les transformations (ontologiques, épistémologiques, méthodologiques et éthiques) apportées par les études critiques de la sécurité, une partie des défis théoriques détectés par certaines contributions de cet ouvrage pourrait trouver d’autres esquisses de réponse. En plus de la gouvernementalité, la question de la reconnaissance peut gagner à intégrer les travaux sur l’émancipation et la reconnaissance examinées par la théorie critique (Honneth et d’autres) ; les désaccords entre acteurs dans des secteurs aussi stratégiques que la coopération au développement, le maintien de la paix ou la gestion collective des conflits, peuvent être renforcés par les travaux de Bruno Latour sur la théorie de l’acteur-en-réseau ou ceux de Pierre Bourdieu sur l’étude des effets de champ14. De même peut-on recourir à la sécurité humaine pour éclairer, sous un angle différent, les paradoxes qui structurent le rapport entre économie et consolidation de la paix15. Enfin, l’influence du passé peut, de son côté, intégrer davantage les travaux des poststructuralistes sur les effets identitaires du traumatisme historique en relations internationales16. Ce ne sont évidemment pas les seuls recours théoriques, mais ils représentent probablement, pour l’heure, un réservoir encore exploité en dessous de son potentiel par les internationalistes francophones17. Les contributions de cet ouvrage offrent de nombreuses raisons d’espérer que les bases d’un dialogue sont désormais posées.

Notes

1 WENDT A., « Anarchy Is What States Make of It : The Social Construction of Power Politics », in International Organization, vol. 46, n°2, 1992, p. 399.

2 Le terme « sphère d’autorité » est emprunté à James N. Rosenau, « Strong Demand, Huge Supply : Governance in an Emerging Epoch », in BACHE I., FLINDERS M. (eds.), Multi-Level Governance, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 31-48.

3 Op. cit., p. 32.

4 Ce paragraphe est extrait de Thierry Balzacq, « De quoi la PSDC est-elle l’expression ? Mécanismes sociaux, gouvernance et prestige », in Études Internationale, vol. 43, n° 4, 2012.

5 Marks, G., « Structural policy and multilevel governance in the EC », in Cafruny, A., Rosenthal, G. (ed.), The state of the European Community, vol. 2 : The Maastricht debates and beyond, Harlow, Longman, 1993, p. 392.

6 Peters, B.G., Jon, P., « Multi-Level Governance and Democracy : A Faustian Bargain ? », in Bach I., Flinders M. (eds.), Multi-level governance, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 79.

7 Rhodes, R.A.W., Understanding governance : policy networks, governance, reflexivity and accountability, Buckingham, Open University Press, 1997, p. 15 ; Rosenau, J.N., « Governance in the Twenty-First Century », in Global Governance, vol. 1, n°1, 1995, p. 13.

8 Kooiman, J., « Social-political governance : introduction », in Kooiman, J. (ed.), Modern governance : new government-society interactions, Newbury Park, Sage, 1993, p. 4.

9 Rosenau, J.N., Turbulence in World Politics : A Theory of Change and Continuity, Princeton, Princeton University Press, 1990.

10 Ici, le risque serait de considérer que les attributs des acteurs n’ont aucun effet sur leur action. Mais les constructivistes nous apprennent que le fait que l’identité sociale soit endogène à l’interaction ne doit pas masquer son effet causal. Ce que l’analyse en réseau conçoit comme une structure a-identitaire, est, pour les constructivistes, une structure intersubjective riche des idées, des pratiques et des identités des acteurs qui lui ont donné forme.

11 Welch, S., Kennedy-Pipe, C., « Multi-Level Governance and International Relations », in Bache I., Flinders M. (eds.), op. cit., 2004, p. 127-144.

12 Op. cit., p. 130.

13 Voir Battistella, D., Théories des Relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, p. 689-721.

14 Latour, B., Reassembling the Social, Oxford, Oxford University Press, 2007 ; Bourdieu, P., Raisons pratiques : sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994.

15 Pour commencer, voir KALDOR M., Human Security, Cambridge, Polity Press, 2007.

16 Bell, D. (ed.), Memory, Trauma, and World Politics : Reflections on the Relationship Between Past and Present, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006.

17 Il ne faut pas croire que la diffusion des idées soit plus rapide dans le monde anglo-saxon, lequel n’est évidemment pas homogène. Depuis 20 ans, les Relations internationales célèbrent le tournant discursif. Mais ce n’est qu’en 2013 que le thème du Congrès annuel de l’American Political Science Association (APSA), prendra des accents sensibles aux préoccupations discursives développées massivement par les approches critiques (Persuasion et puissance). Les internationalistes – minoritaires – Américains qui ont fait partie de la vague discursive dès le début, sont déjà passés à autre chose venue essentiellement de la sociologie européenne (Bourdieu et d’autres) : l’étude des pratiques.

Auteur

Professeur de science politique à l’Université de Namur où il est titulaire de la Chaire Tocqueville. Il est actuellement professeur honoraire à l’Université d’Édimbourg et Fellow de l’Institute For Advanced Studies in the Humanities

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540