Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécurité internationale après Lisbonne

 | 
Michel Liégeois
, 
Thierry Balzacq

Partie II : Aspects de la recherche en sécurité internationale

Le rôle du passé dans les conflits communautaires belges : une analyse à travers la notion de path-dependence*

Nadim Farhat

Texte intégral

  • * Cette contribution a été publiée par ailleurs sous une forme remaniée : Farhat Nadim, « Le conflit (...)

1Dans le contexte des relations communautaires en Belgique la mention des causes du passé est un poncif de l’analyse des tensions et des conflits qui émaillent régulièrement ces relations. L’application d’un cadre d’analyse de path-dependence forgé par les travaux en sociologie historique permet de tester et de préciser l’idée selon laquelle le passé belge influe le présent conflictuel. Le recours à cet apport théorique a pour objet d’expliquer, en partant d’un cheminement historique initié à la fin du XIXe siècle, les conflits réguliers et le modèle d’autonomie croissante qui caractérisent la vie politique belge

2Dans son acception la plus générale, la notion de path-dependence permet de rendre compte des phénomènes d’irréversibilité et de permanence de certains choix politiques. La « trajectoire de dépendance » signifie

  • 1 Levi, M., Consent, Dissent and Patriotism, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 28.

qu’une fois un pays ou une région s’est engagé(e) dans une voie, les coûts d’un retour en arrière sont très élevés. Il y aura d’autres moments de possibilité de choix, mais l’enracinement de certains arrangements institutionnels obstrue la réversibilité aisée du choix initial1.

  • 2 Pierson, P., Politics in Time. History, Institutions, and Social Analysis, Princeton University Pr (...)

3Cette formulation suggère que les choix faits par des acteurs durant certaines périodes dans le passé reflètent un rôle décisif, car ils établissent des modifications d’orientation qui rendent de futures alternatives moins probables, déterminant ainsi sur le long terme des trajectoires de développement. Sans être cantonnée à l’idée vague d’après laquelle l’histoire est importante pour appréhender les réalités socio-politiques, la notion de path-dependence fait référence à une explication spécifique formalisée en sciences politiques dans les domaines de politique publique et de sociologie historique. Elle désigne une série de séquences interconnectées qui se déroulent dans le temps jusqu’à l’atteinte du résultat d’intérêt. La technique de recherche préconisée par cette notion consiste à remonter le processus, menant au résultat d’intérêt, jusqu’au carrefour historique, parfois insoupçonné, qui l’a vu naître. Certains phénomènes politiques ne peuvent ainsi s’expliquer que par l’apparition antérieure d’un évènement parfois fort ancien dont l’effet encore actif témoignerait de la « signification causale des évènements ou des processus temporellement distants »2.

  • 3 Cappocia, G., Kelemen, D., « The Study of Critical Junctures. Theory, Narrative, and Counterfactua (...)
  • 4 Cette notion s’inscrit en effet dans le courant de l’institutionnalisme historique qui cherche à e (...)
  • 5 Pierson, P., « Increasing Returns, Path Dependence, and the Study of Politics », in American Polit (...)

4Située dans le paysage théorique de l’institutionnalisme historique, cette notion accorde une importance déterminante au choix des acteurs qui s’opère à l’intérieur d’un contexte particulier où l’on assiste à de grands bouleversements3. Concrètement, une série de conditions initiales, souvent des clivages politiques préexistants, interagissent pour définir des options possibles (politique publique particulière, coalition ou type de gouvernement spécifique, etc.) dont une est endossée par des acteurs politiques lors d’épisodes fondateurs, dénommés conjonctures critiques4. Une fois sélectionnées, souvent dans un contexte marqué par une contingence, ces options donnent lieu à un schéma structurel ou institutionnel qui va se stabiliser et démontrer une grande résistance au temps. Toute avancée qui s’effectue sur le trajet dans lequel un pays ou une autre entité s’est engagé(e) se trouve sujette à un phénomène d’auto-renforcement, exprimant le fait que chaque pas qui s’inscrit dans le sens emprunté initialement suscitera des pas supplémentaires allant dans le même sens. La conjoncture critique possède en effet la particularité de rendre durable toute orientation qui y est prise pour autant que le schéma structurel en question se trouve secondée par une série autonome de mécanismes assurant sa pérennité. Ces mécanismes de reproduction peuvent être issus d’une vision de légitimation, d’un rapport de pouvoir, d’un calcul des coûts et bénéfices du maintien de la donne structurelle, voire d’une évaluation de la fonction que celle-ci remplit dans l’ensemble du système5.

  • 6 Mahoney, J., « Path Dependence in Historical Sociology », in Theory and Society, vol. 29, n°4, 200 (...)

5Consécutive aux choix effectués au sein de la conjoncture critique, la naissance d’un tel modèle et sa persistance, entraînent en retour des « séquences réactives », une série de réactions et réactions contraires par des acteurs qui tentent de se positionner dans un premier temps par rapport à la configuration institutionnelle persistante, puis, dans un second temps, ce positionnement aura lieu en relation aux dispositions initiales manifestées par les acteurs réagissant en premier à l’égard de la résultante structurelle. Ces réactions canalisent le développement historique jusqu’à l’issue finale, qui confirme la résolution des conflits caractérisant les séquences réactives. Ce point d’aboutissement met à jour une nouvelle configuration structurelle, telle la formation d’un nouveau système partisan, d’un régime politique ou d’un système électoral6.

1. Conditions initiales : l’interaction des clivages

  • 7 D’après Ruth et David Collier, qui emploient cette terminologie, « […] l’activation ou l’exacerbat (...)

6En Belgique, la double mobilisation de la classe ouvrière et des défenseurs de la langue flamande ainsi que le conflit qui les a opposés à la grande bourgeoisie francophone dominante lors de la deuxième moitié du XIXe siècle ont représenté des « clivages générateurs »7. Ces derniers, répondant à la description des conditions initiales, définissent les termes et les acteurs de la conjoncture à venir entre les années 1880 et 1898 : à partir de l’opposition possédants/travailleurs et de la contestation croissante de la Périphérie flamingante contre le Centre francophone, mais également de l’évolution de la confrontation entre Cléricaux et Laïcs, la question qui se pose est celle des alliances sur la scène nationale entre ces différents acteurs émergents, socialistes, flamingants, et catholiques.

2. Conjoncture critique : les orientations des catholiques et des socialistes

  • 8 Zolberg, A., « The Making of Flemings and Walloons : Belgium : 1830-1914 », in Journal of Interdis (...)

7L’apparition conjointe du Mouvement flamand, d’une classe ouvrière organisée, et l’intensification du conflit entre catholiques et anticléricaux accélèrent l’avènement de la conjoncture critique. Évoluant en deux temps et dans un contexte contingent, celle-ci, sans qu’elle ne soit prédéterminée par les conditions qui lui sont antérieures, s’identifie avec l’option socialiste d’ignorer les revendications flamandes et celle catholique de les endosser8.

3. Naissance d’un schéma structurel : la formation de catégories communautaires et idéologiques

8Avec la clôture de la conjoncture critique se dessine une nouvelle donne structurelle. Les choix entérinés et ceux ignorés font émerger deux catégories sociopolitiques dominantes : l’une catholique et flamande, majoritaire dans l’espace culturel néerlandophone, l’autre socialiste et francophone, majoritaire dans l’espace de culture française. Alors que la possibilité d’opérer une jonction avec le Mouvement flamand était avérée – ce qui aurait pu tempérer la concentration communautaire de ces catégories –, l’abandon, de manière relativement aléatoire, de cette possibilité par les socialistes a permis aux catholiques, désireux d’enrôler toutes les forces ignorées par leurs adversaires, d’intégrer le Mouvement flamand dans leurs organisations politiques et sociales. Ces choix ont eu des conséquences multiples :

  1. L’apport des voix du mouvement flamand permet aux catholiques de bénéficier pleinement de la supériorité démographique de la Flandre. Ils détiennent sans partage le pouvoir pendant trente ans à partir de 1884.
  2. L’ignorance de la question linguistique par les socialistes a limité l’expansion du socialisme en Flandre. Bien plus, elle a fait basculer la question linguistique dans le giron du clivage laïcs/cléricaux. C’est au sein du pôle religieux, catholique, que cette question sera désormais traitée dans une opposition de fait avec le pôle laïc. Dès lors, celui-ci appréhendera en partie la question linguistique à travers le prisme du clivage philosophique.
  3. Le clivage Centre-Périphérie (Périphérie flamande contre Centre francophone) a été donc absorbé au final par le clivage laïcs/cléricaux. D’après Jan Erk, c’est à cette époque que le « nationalisme flamand a été intériorisé dans le clivage laïc/catholique de la politique belge, alors que la gauche laïque a été de plus en plus associée aux francophones ». En se basant sur la même période de transformation à la fois des mouvements ouvriers et de la participation démocratique par le biais de l’instauration du suffrage universel en 1894, cet auteur déduit du choix des catholiques de faire alliance avec le mouvement flamand la coloration de droite du sous-nationalisme flamand et celle de gauche du sous-nationalisme wallon9.
  4. Bien que l’entrecroisement des clivages Centre-Périphérie et Laïcs/Cléricaux soit une réalité, la configuration des alliances entérinées par l’épisode de formation des mouvements ouvriers a empêché que cet entrecroisement ne soit plus équilibré, laissant subsister un effet cumulatif tangible (cross-adding). Il est indéniable que le camp wallon que sépare du camp flamand le clivage linguistique est aussi divisé par le clivage philosophique, lequel distingue également deux ensembles en Flandre. C’est la définition de l’entrecroisement des clivages qui a pour conséquence l’atténuation des conflits puisque chaque camp est retenu dans sa mobilisation par le lien qui l’unit à une partie du camp adverse. Or les catégories sociopolitiques qui ont émergé vers la fin du XIXe siècle, catholique et flamande, d’une part, et francophone et laïque, d’autre part, sont toutes deux constituées par une majorité qui s’est dégagée de chacun des pôles des deux clivages : pour la première catégorie, c’est une double majorité qui se trouve issue des Cléricaux et des acteurs de la Périphérie, alors que pour la seconde, c’est une majorité émanant de Laïcs et de Francophones qui soutiennent ou sont en voie de soutenir le Centre.

9L’entrecroisement des clivages opère par l’alliance entre un acteur majoritaire dans une des deux régions linguistiques avec un autre acteur minoritaire dans l’autre région, la domination catholique en Flandre remportant les suffrages qui dépassent souvent les soixante pour cent alors que la prépondérance socialiste bénéficie d’une assise électorale comparable en Wallonie. Jamais cette suprématie n’a joué dans les deux sens, les catholiques étant, de manière constante, politiquement minoritaires en Wallonie alors que les socialistes ont été en permanence dominés en Flandre. Ce constat rend la dynamique de l’entrecroisement des clivages quelque peu déséquilibrée et sa portée pacificatrice limitée.

  • 10 Wils, L., Histoire des nations belges. Belgique, Flandre, Wallonie : quinze siècles de passé commu (...)

10Réel, l’entrecroisement des clivages laisse néanmoins persister une autre réalité dont les attributs additionnés sont de nature à dynamiser le conflit linguistique. L’effet cumulatif des clivages philosophiques et culturels est imputable à la formation d’ensembles durablement majoritaires dans le nord et le sud du pays. L’imbrication des deux clivages intensifie le conflit linguistique. Ce cumul, parfois ignoré par les analystes qui se concentrent principalement sur le phénomène de l’entrecroisement des clivages, ne joue cependant pleinement qu’à travers les perceptions enracinées des acteurs, lesquelles sont enclines à reléguer, dans un contexte conflictuel, la réalité au second plan. Lode Wils évoque à cet égard « l’effet polarisant des représentations mutuelles [qui] est sans doute plus important que les différentes réalités politiques : celle d’une Flandre cléricale et fasciste et celle d’une Wallonie marxiste. Mais il est par ailleurs difficile de soutenir que ces représentations n’ont aucun lien avec la réalité »10.

4. Persistance structurelle : les mécanismes de reproduction

11Les catégories communautaires ne s’étioleront pas dans les premières décennies du XXe siècle. Bien au contraire, elles se renforcent considérablement en définissant de manière durable la réponse que les acteurs politiques formulent à l’égard du contentieux communautaire. Leur longévité est tributaire d’une série de mécanismes de renforcement qui reproduisent sur le long terme le schéma structurel en question. Faisant bénéficier la nouvelle donne structurelle d’une dimension de légitimité, d’un rapport de pouvoir ou d’un calcul rationnel qui jouent en sa faveur, nous nous bornons ici à mentionner succinctement un seul mécanisme : la pilarisation.

4.1. La Pilarisation

12La pérennité du schéma structurel est assurée notamment par le système de pilarisation qui organise les activités politiques, sociales et culturelles des individus au sein de leur environnement idéologique propre. En renforçant l’identité du groupe au détriment de la mobilité des individus dans le corps social, la pilarisation a accentué la différence entre les deux catégories catholiques/flamingants et socialistes/francophones. Chacune de ces catégories se trouve ainsi consolidée et différenciée à l’intérieur du pilier catholique ou socialiste.

4.1.1. Réactions et réactions contraires : canalisation du cheminement historique vers l’issue finale

13La persistance voire le renforcement des catégories communautaires enclenche une série de réactions et contre-réactions que l’on peut caractériser comme étant une dynamique de « différenciation communautaire ». C’est l’acteur lésé qui sera le premier à enclencher cet enchaînement causal de positionnements interconnectés en s’opposant au schéma structurel engendré par la conjoncture critique ou à certaines de ses conséquences. La réaction contraire à cette première prise de position mène plus loin encore ce processus jusqu’à ce qu’il culmine en un résultat temporellement distant de la conjoncture critique.

  • 11 Voir à ce sujet : Doehaerd, R., Blockmans, W., Soly, H., Witte, E., Craeybeckx, J. (dir.), Histoir (...)
  • 12 Voir à ce sujet : Wils, L., Histoire des Nations Belges, Qorum, Ottignies-Louvain-la-Neuve, 1996.

14La structuration du mouvement ouvrier catholique a eu pour effet d’assurer une large diffusion aux demandes du Mouvement flamand le transformant à la veille de la première guerre mondiale en un mouvement de masse. Cette visibilité nouvelle conférée aux enjeux linguistiques mène à l’affirmation d’une spécificité flamande au sein de l’État belge11. En réaction, un régionalisme wallon naissant va rejeter le bilinguisme préconisé un temps par le Mouvement flamand, contribuant à l’affirmation de l’unilinguisme de chacune des deux grandes régions12. Parallèlement, le conflit linguistique mute d’un conflit social entre les élites francophones de Flandre – les fransquillons – et les acteurs du Mouvement flamand en un conflit territorial opposant le Nord au Sud. Ce glissement, sans lequel le conflit aurait pu rester cantonné à une lutte de classe, est dû à la perception grandissante en Wallonie d’une Flandre catholique, revendicatrice sur le plan culturel, et en retard au niveau économique. Il s’agit là d’éléments dont l’attribution conjointe à un même acteur n’était pas évidente sans la formation relativement aléatoire d’un mouvement ouvrier catholique qui a mêlé en son sein des revendications socio-économiques, idéologiques et culturelles.

4.2. Le déplacement de l’axe du conflit : de la lutte de classes à la territorialisation du conflit

  • 13 Bitsch, M.-T., Histoire de la Belgique : de l’Antiquité à nos jours, Éditions Complexe, 2004, p. 1 (...)
  • 14 L’emprise sur le pouvoir de la part des catholiques flamands est très nette. Elle excède souvent l (...)

15De manière défensive, s’organise vers 1870 en Flandre et à Bruxelles une prise de position francophone concernant les premières lois qui introduisent le néerlandais dans l’administration. Il s’agit des débuts du mouvement wallon lancé à l’instigation des fonctionnaires francophones qui ont émigré de la Wallonie en Flandre. Ils se sentent visés par l’extension du néerlandais qui les exclurait de fait de la fonction publique. L’opposition wallonne au mouvement flamand voit ainsi le jour à travers la défense d’intérêts catégoriels. Ce n’est que dans un second temps qu’elle s’étend à la Wallonie. Les premières manifestations publiques du mouvement wallon prônent une Belgique unilingue unie autour de la culture francophone13. L’opposition s’étend en Wallonie dans les milieux libéraux et socialistes à la faveur de la mainmise catholique à partir de 1884 et pour près de trente ans sur le gouvernement14. Cette minorisation politique accentue le rejet wallon de la donne structurelle, rejet qui s’exprime dans l’adoption d’une politique très nette de différenciation communautaire.

  • 15 De Schaepdrijver, S., La Belgique et la Première Guerre mondiale, Peter Lang, 2006, p. 30.
  • 16 Op. cit., p. 31.
  • 17 Kesteloot, C., Au nom de la Wallonie et de Bruxelles français : les origines du FDF, Bruxelles, Co (...)

16C’est le constat d’après lequel « flamingantisme et catholicité étaient, après tout, indissociablement liés dans la réalité du pouvoir politique et dans l’imagination collective »15 qui modifie l’adhésion du POB à l’égalité linguistique. En 1898 ses députés avaient voté massivement la loi Coremans-Devriendt reconnaissant l’égalité des langues. C’est le maintien des catholiques au pouvoir et le lien étroit entre les flamingants et ces derniers qui convainc le POB, dont les députés sont issus en majorité des circonscriptions wallonnes, de ne plus mentionner en 1909 dans son programme l’égalité des langues. Le schéma structurel de formation des catégories communautaires et son impact politique influencent de plus en plus l’action des acteurs socialistes et wallons. Les élections législatives et provinciales de juin 1912 qui consacrent la défaite du cartel POB-libéraux provoquent une réaction d’exaspération face à la minorisation politique répétée de la Wallonie. Des grèves éclatent dans le Hainaut. À Liège des incidents dégénèrent et 4 manifestants sont tués. En août 1912 le député socialiste de Charleroi Jules Destrée publie sa lettre au Roi qui exprime en ces termes, ce qui est décrit ici comme étant une dynamique de différentiation communautaire : « Il y a en Belgique des Wallons et des Flamands, il n’y a pas de Belges »16. C’est dans cette lettre que le député socialiste préconise la séparation administrative qui sera reprise par les acteurs du mouvement wallon qui prônent dès lors l’unilinguisme en Wallonie et le bilinguisme en Flandre. Le caractère inique de cette proposition radicalise au demeurant davantage le mouvement flamand17.

17La loi linguistique de 1932 est un réceptacle à ces réactions. Elle s’inspire du principe d’homogénéité des régions et de la volonté des Wallons de consacrer le principe de territorialité des langues de crainte d’un bilinguisme généralisé. La réaction du mouvement wallon a donc plusieurs effets :

18L’axe du conflit se déplace. Le combat premier du mouvement flamand était orienté contre l’élite francophone flamande, les fransquillons. Il s’agissait d’une lutte de classes à l’intérieur de la Flandre. Les socialistes sont même favorables aux avancées linguistiques dans un premier temps puisque leurs députés, élus majoritairement en Wallonie, votent massivement la loi d’égalité linguistique. Mais la réalisation de l’alliance entre catholiques et mouvement flamand lors de la conjoncture critique de formation des mouvements ouvriers et sa mainmise sur le pouvoir modifie cette situation. Elle entraîne une réaction wallonne et socialiste provoquant une association avec le Centre francophone contre l’extension du néerlandais. Le rejet wallon suscité par le schéma structurel et ses conséquences évolue de l’unilinguisme intégral, à une défense du bilinguisme en Flandre, et enfin à la consécration de l’unilinguisme des deux régions.

  • 18 Hooghe, L., « Belgium : Hollowing the Center », in Amoretti, U., Bermeo, N. (eds.), Federalism and (...)

19Le conflit du même coup se territorialise. La frontière linguistique est actée en 1932 alors que l’arrondissement de Bruxelles devient bilingue. Désormais pour les nationalistes flamands et wallons il s’agit de défendre l’intégrité culturelle et linguistique de chacune des régions. « Ce choix de l’unilinguisme territorial a mis le pays en route vers un conflit territorial plutôt que groupal »18, annonçant d’emblée les contours des futures réformes, en vue d’un État fédéral.

4.2.1. En route vers le fédéralisme et un modèle d’autonomie croissante

  • 19 Bitsch, M.-T., op. cit., 2004, p. 179.

20Les réactions wallonnes ont été de nature à radicaliser le Mouvement flamand. En freinant l’adoption des législations linguistiques, en contribuant au retard de l’entrée en vigueur du programme minimaliste formulé lors de la Première Guerre mondiale par des modérés de la cause flamande, et par l’application inégale dans les faits de la législation linguistique, les nationalistes flamands demandent dès les années 30 l’autonomie culturelle. L’idée fédéraliste fait son chemin également au sein du Parti catholique. Du côté wallon, afin de contrer les prémisses du déclin industriel et d’échapper à la domination de la Flandre, la solution autonomiste s’impose progressivement : les réformes de structure sont appréhendées des deux côtés du clivage linguistique comme une solution au conflit marquant l’enchaînement des réactions enclenchées par la conjoncture critique19.

21Dans l’après-guerre, deux épisodes majeurs s’inscrivent dans cet enchaînement de prises de position. Il s’agit de la Question royale et de la grève de 1961. Nous nous attardons uniquement sur le premier.

4.2.2. Question royale

22La question royale fait référence à la crise politique provoquée par la problématique lancinante dans l’après-guerre, à savoir le retour du roi Léopold III en Belgique suite à la fin de sa captivité en Allemagne. Face à l’impossibilité de dégager une position commune au sein de la coalition PSB-PSC (1947-1949), le gouvernement formé par les sociaux-chrétiens et les libéraux organise une consultation populaire en mars 1950. Le référendum sur le retour du roi fait émerger une double majorité, mais aux résultats opposés : la Flandre se prononce à 72,2 % en faveur du retour du roi alors que la Wallonie à 58 % et Bruxelles à 52 % le rejettent. Mais l’issue globale du référendum est favorable au niveau belge à une levée de l’impossibilité de régner et au retour du souverain. Dans la foulée, le PSC obtient la majorité absolue pour la dernière fois de son histoire. Aussitôt éclatent en Wallonie des émeutes au cours desquelles plusieurs personnes trouvent la mort. Le roi, de retour au pays, renonce finalement au trône et abdique en faveur de son fils.

  • 20 Reynebeau, M., Delsart, S., Histoire belge : 1830-2005, Racine, 2005, p. 225.

23Si la question royale s’est déroulée dans un entrecroisement de clivages, son dénouement – qui a entraîné une rébellion en Wallonie et un traumatisme en Flandre – tient à l’effet cumulatif des deux clivages philosophique et communautaire. Lors de la crise, en effet, « peu à peu, les traditionnels clivages de la politique belge et ceux que révélaient la question royale se mirent à coïncider, de sorte que le conflit commençait à ressembler à une confrontation entre une Flandre catholique et conservatrice et une Wallonie laïque et de gauche »20. Une majorité dans chaque région s’est dégagée, l’une pour le retour du roi, l’autre pour son abdication, mais le résultat global du référendum a été en faveur de la position flamande, modifié cependant dans les faits par la mobilisation wallonne.

24Décrite comme un cas typique d’entrecroisement de clivages, la Question royale se conclut en réalité sur un effet de cross-adding qui donne au conflit une intensité sans précédent. Les représentations établies lors de la conjoncture critique d’incorporation des mouvements ouvriers jouent pleinement et rendent inopérant l’effet atténuateur de l’entrecroisement pourtant réel des clivages. Du reste, la révélation du détail des résultats dans chaque conscription montre clairement qu’il s’agit d’une opposition franche entre les deux communautés du pays. Avant le référendum on était face à un clivage catholique/laïc qui divisait les deux camps communautaires (entrecroisement des clivages). Le conflit était encore contenu, au niveau de l’élite, par le CVP-PSC et le PSB (régulation du conflit). Après la nette victoire du camp royaliste, l’effet cumulatif des deux clivages, activé tant sur un plan de domination politique par une majorité simultanément communautaire et philosophique que sur le plan des représentations collectives, joue pleinement (intensification du conflit). On passe alors à un clivage Flamands-Wallons sur lequel se décalque le clivage philosophique.

  • 21 Bitsch, M.-T., op. cit., 2004, p. 199.

25L’issue de cet épisode historique pose d’emblée la question d’une plus grande autonomie des régions. En effet, « la question royale semble se terminer par une victoire de la gauche wallonne qui parvient à empêcher le retour de Léopold III souhaité par les Flamands. Chez ces derniers, l’effacement du roi, ressenti comme une humiliation, relance les revendications en faveur des réformes de structure »21.

5. Héritage de la conjoncture critique : le fédéralisme et le modèle d’autonomie croissante

26Le conflit marquant les séquences réactives trouve son issue dans l’adoption du fédéralisme. Dans ces séquences les acteurs ont cherché à échapper, sur le mode d’une différenciation communautaire, aux contraintes structurelles apparues avec l’instauration des catégories sociopolitiques. Aussi bien les acteurs flamands que wallons se trouvent engagés dans des processus parallèles de désengagement des structures unitaires. C’est la réponse qu’ils formulent à la fois à l’égard de la permanence de ces catégories et en relation aux positionnements préalables des acteurs adverses. Le schéma structurel qui naît de la conjoncture critique modèle l’action des acteurs dans un sens autonomiste.

27La solution au conflit caractérisant les séquences réactives est manifeste par l’introduction des premiers éléments de fédéralisme en 1970. Les communautés culturelles sont reconnues ainsi que les trois régions. Les organes régionaux ne verront le jour qu’en 1980 et 1989, accompagnés d’un net accroissement de leur autonomie. En 1993, le caractère fédéral de cette évolution est constitutionnellement reconnu.

5.1. Le modèle d’autonomie croissante

28L’achèvement graduel du processus de fédéralisation lancée en 1970 instaure en Belgique un système d’autonomie progressif. La méthode qui consiste à transférer une partie d’une matière vers les entités fédérées simultanément au maintien au niveau de l’État central ou fédéral d’une possibilité d’intervention sur cette même matière incite à une plus grande cohérence institutionnelle dans les prochaines réformes. D’autant plus que ces dernières ne sont rendues possibles que par une mobilisation politique qui procède souvent d’un rattrapage continuel des demandes, notamment flamandes. Celles-ci lorsqu’elles sont actées subissent un compromis qui les rend au final insatisfaisantes aux yeux de leurs promoteurs, ce qui stimule de futures demandes.

  • 22 Cette partie s’inspire largement de l’article suivant traitant des dynamiques ethnolinguistiques d (...)

29D’autres facteurs jouent un rôle dans la dynamique qui sous-tend l’autonomie croissante22. La formation de l’élite politique et son élection au niveau régional font que la légitimation du processus décisionnel s’opère au sein de l’opinion publique de chaque communauté. « L’intérêt général belge » n’ayant pas ses représentants avec l’absence de circonscription fédérale, les tendances centrifuges se trouvent inscrites dans la logique du système électoral. Ensuite, le choix de résoudre les conflits communautaires par la voie de la réforme constitutionnelle à partir de 1970 au lieu du recours au processus législatif normal nécessite un plus grand consensus qui peut ne pas être assuré. Ceci est une cause récurrente des conflits. Enfin, à certains égards, il y a lieu de penser que les réformes institutionnelles vont continuer en l’absence de mobilisation communautaire, le succès de la régionalisation ayant institutionnalisé la dynamique de transfert des compétences.

30En somme, ce modèle d’autonomie évolutif suit son cours. Lancée par la résolution des conflits de la période de l’après-conjoncture critique, située entre le début du XXe siècle et les années 60, cette voie empruntée subit à maints égards des processus d’auto-renforcement qui induisent, à chaque pas effectué, des avancées supplémentaires sur le même trajet.

6. Conclusion

31Dans cette contribution, une démarche d’évaluation du rôle du passé dans le conflit communautaire belge a été tentée à travers l’application d’un canevas théorique issue de la sociologie historique. Il s’agit de la notion de trajectoire de dépendance qui postule que les choix faits dans le passé engagent le développement historique sur un trajet particulier jusqu’à un résultat donné, en rendant progressivement inatteignables les options préalablement abandonnées. En Belgique, à la fin du XIXe siècle, l’ignorance des socialistes des revendications linguistiques et l’endossement des griefs flamands par le Mouvement ouvrier chrétien représentent une conjoncture critique, un carrefour historique qui donne naissance à une nouvelle donne structurelle : deux catégories sociopolitiques majoritaires voient le jour à l’intérieur de chacun des espaces culturels, francophone et flamand.

32La structuration des mouvements ouvriers est en effet critique au regard du développement ultérieur des relations communautaires. D’un côté, l’alliance des catholiques et du Mouvement flamand est majoritaire dans les régions flamandes. De l’autre, les ouvriers socialistes et leurs organisations politiques sont dominants dans les provinces wallonnes. Le lien entre le mouvement flamand et le parti catholique assure la prédominance de ce dernier. À partir de 1884, il se maintient seul pendant trente ans au gouvernement. Il s’agit là d’un véritable mécanisme de renforcement pour cette catégorie communautaire et philosophique issu d’un rapport de pouvoir qui lui est entièrement favorable. L’acteur lésé, à savoir les laïcs et les socialistes possédant leur base électorale essentiellement en Wallonie et à Bruxelles, se mobilise pour contrer cette supériorité. C’est à partir de ce stade que s’expriment les premières réactions à la persistance du schéma structurel. Elles s’enchaînent pour conduire l’évolution historique amorcée à la clôture de la conjoncture critique un peu plus proche de son point d’aboutissement. Les séquences réactives se déroulent sur le mode d’une différenciation communautaire qui prépare le désengagement des structures unitaires.

33Dans un premier temps, favorables aux acquis linguistiques, les acteurs wallons et socialistes se raidissent en partie en raison de leur exclusion du pouvoir et de l’assimilation de la cause flamande au pilier catholique. Face aux avancées linguistiques, ils préconisent, successivement le bilinguisme en Flandre puis l’unilinguisme régional. Cette prise de position entraîne une mutation de la lutte linguistique, de conflit opposant le mouvement flamand à l’élite francophone de Flandre, en un conflit opposant Flamands et francophones. La demande de l’unilinguisme territorialise ensuite le conflit et l’emploi administratif des langues. L’action retardatrice du Mouvement wallon est de nature à radicaliser le Mouvement flamand qui s’oriente à la veille de la Deuxième Guerre mondiale vers une option fédéraliste. Dans les années 50 et 60, la Question royale et la grève de 1960-1961 révèlent une dynamique de différenciation communautaire toujours à l’œuvre, provoquée par les réactions face à l’effet cumulatif, particulièrement conflictuel, des clivages philosophiques et communautaires. Cet effet cumulatif est une des caractéristiques léguées par la conjoncture critique. L’issue finale, en d’autres termes l’héritage de cette conjoncture, réside dans la résolution des conflits marquant les séquences réactives. Celles-ci se concluent par l’apparition du fédéralisme auquel est associé un modèle d’autonomie croissante.

Notes

1 Levi, M., Consent, Dissent and Patriotism, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 28.

2 Pierson, P., Politics in Time. History, Institutions, and Social Analysis, Princeton University Press, 2004, p. 11.

3 Cappocia, G., Kelemen, D., « The Study of Critical Junctures. Theory, Narrative, and Counterfactuals in Historical Institutionalism », in World Politics, vol. 59, n°3, 2007, p. 341-369.

4 Cette notion s’inscrit en effet dans le courant de l’institutionnalisme historique qui cherche à expliquer l’apparition et le maintien des institutions. À travers ce courant de nombreux théoriciens ont l’habitude de « distinguer dans le flot des évènements historiques des périodes de continuité et des ‘situations critiques’, c’est-à-dire des moments où des changements institutionnels importants se produisent, créant par là des ‘bifurcations’ qui engagent le développement historique sur un nouveau trajet ». (Hall, P., Taylor, R., « La science politique et les trois néo-institutionnalismes », in Revue française de science politique, vol. 47, n°3, 1997, p. 469-496, p. 476). C’est la définition de la conjoncture critique qui consiste en l’exercice d’une pression voire d’un choc externe sur le système politique de manière à produire un changement institutionnel.

5 Pierson, P., « Increasing Returns, Path Dependence, and the Study of Politics », in American Political Review, vol. 94, n°2, 2000, p. 251-267. Il s’agit de mécanismes de renforcement produisant un effet de cycle : l’institution créée de façon relativement contingente qu’elle soit maintenue par une élite bénéficiant d’un rapport de pouvoir favorable ou ayant développé une perception de légitimité va, par sa persistance, accentuer l’ampleur de la croyance légitime et élargir le champ du pouvoir de l’élite qui la reproduit, lesquelles consolideront davantage encore l’institution en question. De nouveau, cette consolidation va renforcer sa légitimité et le pouvoir de ceux qui la soutiennent. On a affaire là à des séquences qui s’auto-renforcent.

6 Mahoney, J., « Path Dependence in Historical Sociology », in Theory and Society, vol. 29, n°4, 2000, p. 507-548.

7 D’après Ruth et David Collier, qui emploient cette terminologie, « […] l’activation ou l’exacerbation du clivage crée de nouveaux acteurs ou groupes et la conjoncture critique consiste en leur émergence. Un exemple serait l’émergence d’une classe urbaine et l’organisation de syndicats à l’intérieur de la classe ouvrière. Deuxièmement, le clivage peut être important non pas parce qu’il mène à l’émergence de nouveaux acteurs organisés, mais parce qu’il soulève des questions politiques si acculant qu’il amorce un type de réorganisation large des relations politiques ». Cf. Collier, R., Collier, D., Shaping the Political Arena. Critical Junctures, The Labor Movement, and Regime dynamics in Latin America, Princeton University Press, 1992, p. 33.

8 Zolberg, A., « The Making of Flemings and Walloons : Belgium : 1830-1914 », in Journal of Interdisciplinary History, vol. 5, n°2, 1974, p. 179-235 ; Strikwerda, C., « The Divided Class : Catholics vs. Socialists in Belgium, 1880-1914 », in Comparative Studies in Society and History, vol. 30, n°2, 1988, p. 35-352 ; de Vroede M., Le Mouvement Flamand en Belgique, Conseil culturel flamand et Institut flamand d’Information, 1975, p. 39 ; Gérin, P., « Catholicisme social et démocratie chrétienne 1884-1904 », in Gerard, E. et Wynants, P. (eds.), Histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique, Leuven, Leuven University Press, 1994, p. 58-113.

9 Erk, J., « Sub-state nationalism and the left-right divide : critical junctures in the formation of nationalist labour movements in Belgium », in Nations and Nationalism, vol. 11, n°4, 2005, p. 554. L’analyse ici s’inscrit dans cette démarche, mais tente d’aller plus loin en montrant toutes les conséquences structurelles sur un ensemble de variables du choix des catholiques, choix qui est expliqué par l’abandon précoce des socialistes de certaines options déterminantes. La perspective adoptée va plus loin en retraçant, d’un point de vue méthodologique, les enchaînements de causalité qui lient la conjoncture critique à l’issue finale qui consiste en l’apparition d’un modèle d’autonomie croissante.

10 Wils, L., Histoire des nations belges. Belgique, Flandre, Wallonie : quinze siècles de passé commun, Qorum, Ottignies LLN, 1996, p. 332.

11 Voir à ce sujet : Doehaerd, R., Blockmans, W., Soly, H., Witte, E., Craeybeckx, J. (dir.), Histoire de Flandre : des origines à nos jours, Bruxelles, La renaissance du livre, 1983.

12 Voir à ce sujet : Wils, L., Histoire des Nations Belges, Qorum, Ottignies-Louvain-la-Neuve, 1996.

13 Bitsch, M.-T., Histoire de la Belgique : de l’Antiquité à nos jours, Éditions Complexe, 2004, p. 123.

14 L’emprise sur le pouvoir de la part des catholiques flamands est très nette. Elle excède souvent leur poids démographique. La répartition des postes ministériels est la suivante : les Wallons détiennent 26 % des postes de 1884 à 1894, 16 % de 1884 à 1896, 13 % de 1896 à 1899 24 % de 1899 à 1907, 22 % en 1907, 21 % de 1908 à 1911 et de 1911 à 1914, pas plus 38 %. Cf. Quairiaux, Y., L’image du Flamand en Wallonie, Labor, Bruxelles, 2006, p. 30.

15 De Schaepdrijver, S., La Belgique et la Première Guerre mondiale, Peter Lang, 2006, p. 30.

16 Op. cit., p. 31.

17 Kesteloot, C., Au nom de la Wallonie et de Bruxelles français : les origines du FDF, Bruxelles, Complexe/Ceges, 2004, p. 288.

18 Hooghe, L., « Belgium : Hollowing the Center », in Amoretti, U., Bermeo, N. (eds.), Federalism and Territorial Cleavages, Baltimore, MD, The John Hopkins University Press, 2004, p. 58.

19 Bitsch, M.-T., op. cit., 2004, p. 179.

20 Reynebeau, M., Delsart, S., Histoire belge : 1830-2005, Racine, 2005, p. 225.

21 Bitsch, M.-T., op. cit., 2004, p. 199.

22 Cette partie s’inspire largement de l’article suivant traitant des dynamiques ethnolinguistiques dans le cadre belge : Cartrite, B., « Contemporary Ethnopolitical Identity and the Future of the Belgian State », in Nationalism and Ethnic Politics, vol. 8, n°3, 2002, p. 43-71.

Notes de fin

* Cette contribution a été publiée par ailleurs sous une forme remaniée : Farhat Nadim, « Le conflit communautaire belge entre contingence identitaire et déterminisme historique. Analyse de path dependence de la formation des communautés et des trajectoires institutionnelles », in Revue française de science politique, 2012, vol. 62, n°2, p. 231-254.

Auteur

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540