Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La sécurité internationale après Lisbonne

 | 
Michel Liégeois
, 
Thierry Balzacq

Partie I : La politique extérieure de l’UE après le traité de Lisbonne

Politique extérieure de l’UE et prévention des conflits

François Mabille

Volltext

  • 1 Durand, M.-F., de Vasconcelos, A. (dir) : La PESC, Paris, Presses de Sciences po, 1998, p. 15.

1En 1998, préfaçant un ouvrage collectif initié au lendemain de la signature du Traité d’Amsterdam, Alvaro de Vasconcelos écrivait : « le premier constat au sujet de la politique étrangère et de la sécurité de l’Union européenne est celui de sa faillite »1.

  • 2 Ibidem.

2Rappelant l’impuissance européenne en Bosnie-Herzégovine, mais aussi en Albanie, au Moyen-Orient ou en ex-Zaïre, Vasconcelos pointait l’impuissance des pays membres « à se mettre d’accord sur des positions communes », mais ajoutait : « un deuxième constat évident est qu’en même temps, et le paradoxe n’est peut-être qu’apparent, le poids de l’Europe en tant que puissance civile, son importance et son rôle dans le commerce et les investissements mondiaux ou dans les grands thèmes internationaux tels que l’environnement ne font que s’accroître »2.

3Géant économique et nain politique : ainsi pourrait-on résumer l’opinion de bien des commentateurs d’alors. Quelques années plus tard, Zaki Laïdi synthétisa en une formule-choc le dilemme européen : « la norme sans la force », ainsi titrait-il son ouvrage. Son constat est également sans appel :

  • 3 Laïdi, Z. La norme sans la force, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 64

le fait est admis. L’Europe ne sera pas une grande puissance au sens d’un ensemble politico-militaire capable de faire jeu égal avec les États-Unis ou la Chine. […] Si donc l’Europe ne sera pas une grande puissance, comment pourra-t-elle faire puissance ? Probablement en renforçant ce qui reste sa ressource politique majeure : sa capacité à produire et mettre en place à l’échelle du monde un dispositif aussi large que possible de normes capables d’organiser le monde, de discipliner le jeu de ses acteurs, d’introduire de la prévisibilité dans leurs comportements, de développer chez ceux qui s’engagent sur cette voie et notamment les plus faibles, la possibilité au moins partielle de rendre ces normes opposables à tous, y compris aux plus puissants du monde3.

4Ne disposant pas d’un demos commun, riche d’histoires nationales et non pas d’une histoire européenne, partagée entre plusieurs lieux de pouvoirs (la complexité de la gouvernance européenne), l’Europe est non pas vouée à l’impuissance, mais à l’exercice de ce que J. Nye a désigné comme un « Soft Power ».

  • 4 Quermonne, J.-L., L’Union européenne dans le temps long, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

5Cette communication se situe, à sa mesure, dans le sillage de ces travaux. Après avoir rappelé les progrès, même modestes, dans l’acquisition des moyens traditionnels de la puissance, on voudrait ensuite reprendre ici quelques-uns des commentaires de Jean-Louis Quermonne, précisément sur la spécificité de la PESD. C’est à la fois en historien – d’où le titre de son ouvrage, « L’Union européenne dans le temps long »4 – et en politiste que J.-L. Quermonne entre dans le débat sur l’Europe comme puissance ; rappelant que la PESD s’inscrit en continuité avec les missions dites de Petersberg, il souligne :

  • 5 Quermonne, J.-L., op. cit., 2008, p. 128.

C’est dans la fidélité à ses valeurs permanentes que l’Union devra conduire sa politique étrangère. En témoigne le titre V du Traité sur l’Union européenne dont l’article 21 fixe les principaux objectifs : 1) sauvegarder ses valeurs, ses intérêts fondamentaux, sa sécurité, son indépendance et son intégrité ; 2) consolider et soutenir la démocratie, l’État de droit, les droits de l’homme et les principes de droit international ; 3) préserver la paix, prévenir les conflits et renforcer la sécurité internationale, conformément aux buts et aux principes de la Charte des Nations Unies ainsi qu’aux principes de l’acte final d’Helsinki et aux objectifs de la Charte de Paris, y compris ceux relatifs aux frontières extérieures ; 4) soutenir le développement durable sur le plan économique, social et environnemental dans le but d’éradiquer la pauvreté […], enfin 8) promouvoir un système international fondé sur une coopération multilatérale renforcée et une bonne gouvernance mondiale.5

  • 6 Laïdi, Z, op. cit., p. 254.
  • 7 Rapoport, A., Fights, Games and Debates. Ann Arbor, University of Michigan Press, 1967.
  • 8 Axelrod, R., Donnant-donnant. Théorie du comportement coopératif, Paris, O. Jacob, 1992.

6Jean-Louis Quermonne rejoint ici Zaki Laïdi qui, en d’autres termes, se demandait s’il fallait « constitutionnaliser l’ordre mondial », soulignant que l’Europe, comme l’ONU, vise à constitutionnaliser l’ordre international par le droit6. On s’attachera ici à reprendre ces perspectives, mais à partir d’un autre soubassement théorique, proposé à titre d’hypothèse : de par son utopie initiale (la paix entre États européens), transformée en projet politique et aujourd’hui en méthode de management politico-administratif, l’Europe fait de la coopération sa source de légitimité tant en politique intérieure qu’extérieure. On peut rapprocher cette pratique européenne des conceptions d’Anatol Rapoport7, reprises par son collègue Robert Axelrod8, sur la logique de coopération. Mais alors, il faut convenir que la diplomatie et la politique extérieure européennes s’aventurent sur des bases fort éloignées des logiques diplomatiques habituelles. D’une certaine manière, c’est dire que l’Europe dispose d’une éthique des relations internationales assez bien présentée dans le document fixant la « Stratégie européenne de Sécurité », rédigé par le Haut représentant pour la PESC et approuvé par le Conseil européen des 12 et 13 décembre 2003. Mais cette éthique suffit-elle à délimiter une politique et une stratégie ?

  • 9 Les travaux de Peter Wallensteen, longtemps directeur de Peace and Conflict Departement de l’Unive (...)
  • 10 Paris, R., « Peacebuilding and the limits of Liberal Internationalism », in International Security(...)

7Par ailleurs, missions de Petersberg et objectifs de Göteborg se renforcent pour inscrire l’origine, le socle de la PSDC, aux antipodes des prescriptions des nombreuses théories réalistes en relations internationales. Elles relèvent d’une redéfinition sans doute plus vécue que pensée des enjeux contemporains de sécurité, d’une perception libérale de la sécurité collective et du courant théorique, scandinave dans le cas présent, du peacebuilding9 ; en ce sens, les échecs évoqués initialement relèveraient des contradictions soulignées par Roland Paris, qui conclut négativement à la question « Does peacebuilding build peace » ?10 Mais son succès – la paix entre États européens – et sa capacité d’attraction à ses marges n’en contrebalancent-ils pas positivement les perceptions négatives ?

1. Crise, échecs et avancées : l’Europe au milieu du gué

8On le sait, c’est à la suite du sommet franco-britannique de Saint-Malo en décembre 1998 que l’Union européenne s’est dotée, en juin 1999, d’une politique européenne de sécurité et de défense, instrument de la politique étrangère et de sécurité commune instituée en 1992 par le titre V du traité de Maastricht. Dix ans plus tard, les critiques abondent.

1.1. L’Europe en déclin ?

9Jamais le débat sur la place de l’Europe dans le monde n’a été aussi intense et l’idée de déclin prend progressivement place dans les échanges, y compris parmi les plus fervents Européens. Pour les partisans de la fin de l’utopie d’une « Europe puissance », vue de la Chine par exemple, l’Europe demeure un ensemble d’États relativement prospères et marqués par des formes proches bien que diverses de l’État-Providence. Mais le destin de l’Europe semble entendu : l’Europe est vouée à ne devenir que la péninsule périphérique du continent asiatique. L’élargissement à l’Europe des 27 aurait ainsi définitivement compliqué un ensemble déjà complexe de forces et d’intérêts hétérogènes. Taille des États, rapport même historique à l’État (les ex-pays soviétisés accèdent à l’indépendance et voient en l’Europe une garantie pour leur souveraineté, là où la vieille Europe, i.d. l’Europe occidentale, s’aventurerait progressivement sur la voie d’un dépassement des souverainetés), relations entretenues avec les États-Unis, intégration dans l’OTAN, autant de facteurs perçus différemment par les 27 États.

  • 11 « Cessez d’affaiblir le Quai d’Orsay ! », tribune d’Alain Juppé et Hubert Védrine, Le Monde, 06/07 (...)

10Ajoutons que la mondialisation et l’enchevêtrement des sphères d’activités malmènent déjà fortement l’élaboration des politiques étrangères nationales, tandis que la crise économico-financière oblige à des révisions drastiques dans le domaine de la défense. Le cas français est ici intéressant. Si l’on peut estimer que pour des raisons souvent intéressées, la France a plaidé pour une PSDC et tenté fréquemment d’en prendre le leadership, il n’en est pas moins vrai que la défense française est soumise depuis 20 ans à des choix difficiles et à un affaiblissement de ses moyens. Quant au Ministère des Affaires étrangères, deux de ses anciens occupants n’ont pas hésité à prendre la plume dans le quotidien Le Monde11 pour en dénoncer l’affaiblissement historique.

  • 12 Cf. David, C.-P., Roche, J.-J., Théories de la sécurité. Paris, Montchrestien, 2002 ; David, C.-P. (...)

11L’élaboration nationale des politiques étrangères est encore rendue difficile par la mutation historique des enjeux de sécurité : la fin de la guerre froide rend floue la figure de « l’ennemi » ; à la logique de confrontation inter-étatique binaire se substitue une menace multiforme qui rend incertain le choix d’une nouvelle architecture internationale. L’évolution des théories de la sécurité en témoigne12. Ces 20 dernières années, il aura été question d’unilatéralisme, d’empire, de monde multipolaire, de dissémination nucléaire, de terrorisme, de guerre économique, etc. Ici encore, le cas français est exemplaire : les Livres Blancs de la Défense se succèdent sans que la précision de la stratégie pensée apparaisse.

1.2. La politique étrangère à l’heure de la mondialisation

12L’Europe des 27 multiplie précisément par 27 ces enjeux, mais en conjuguant difficultés du court et du long terme et en y ajoutant d’autres problèmes : la dévolution des pouvoirs et l’articulation entre un projet fondé sur une éthique internationale, une diplomatie commune et une pensée stratégique européenne, trois termes d’un ensemble généralement associé, mais qui, dans le processus de construction européenne, relèvent de temporalités et de volontés variées, aujourd’hui encore peu unifiées. Ce d’autant plus que la construction européenne, à géométrie variable, ne facilite pas l’unité d’action, la politique étrangère, de sécurité et de défense ne couvrant qu’une partie des relations entre l’Union européenne et le monde tandis que le reste des politiques externes relève du pilier communautaire. Comme le relève à juste titre Nicole Gnesotto, l’un des handicaps de l’Europe réside aujourd’hui dans le « décalage flagrant entre les progrès de la PSDC et le statu quo en matière de politique étrangère commune » ; et de poursuivre :

  • 13 de Vasconcelos, A. (dir), Quelle défense européenne en 2020 ?, édition d’octobre 2009. Institut d’ (...)

Les progrès réalisés en matière de défense ont été beaucoup plus rapides et visibles que les progrès réalisés sur la politique étrangère. La PSDC a même acquis une sorte d’autonomie, comme s’il s’agissait de construire une sorte de mini-OTAN européenne, séparée des politiques communes de l’Union. D’où parfois le sentiment d’une PSDC qui tourne à vide : à quoi sert en effet de déployer des forces à l’extérieur, si cet effort ne renforce pas l’influence politique de l’Union dans la solution politique des crises ?13

  • 14 Saurugger, S., Théories et concepts de l’intégration européenne. Paris, Presses de Sciences Po, 20 (...)
  • 15 Voir à ce sujet les deux ouvrages fondamentaux de Grosser, A. : Les Occidentaux. Les pays d’Europe (...)

13Sur le long terme, deux hypothèses peuvent être explicatives de l’actuelle lassitude européenne : si le projet fut de faire de l’Europe un espace de paix, et rien d’autre, bref un ensemble inter-étatique tourné vers la coopération, alors l’objectif est atteint et la politique extérieure européenne n’a rien à proposer si ce n’est à se poser comme espace d’exemplarité ; en revanche, si à cette utopie s’ajoute une volonté plus marquée de se protéger durablement des agressions extérieures et d’orienter le cours du monde, alors l’échec de la CED ou la politique gaullienne de la « chaise vide » deviennent les symboles récurrents du refus étatique de dépasser le seuil de la souveraineté. Référée aux 20 dernières années, la discussion prend un autre sens. La difficulté à élaborer une politique extérieure et de sécurité commune relève aussi de la diversité des projets politiques des Européens. Pour reprendre la classification de Sabine Saurugger, il est évident que la projection extérieure de l’Europe diffère selon que l’on comprend l’Europe à partir de l’approche civique nationale, ordonnée autour de la tension ordre démocratique/élites non légitimes, ou que l’on conçoit l’Europe comme une extension de la démocratie (cas des fédéralistes européens), que l’on pense comme les partisans du post-nationalisme libéral que « l’Union européenne est un ensemble de procédures, de droits et de normes qui influencent les démocraties nationales et les rendent davantage démocratique », ou encore que l’on se réclame du cosmopolitisme kantien14. Sans doute est-ce là l’une des spécificités de l’Union européenne que d’être, en tant que telle, à l’origine, un objectif de politique extérieure des États membres, la question étant alors de savoir si la politique européenne relève toujours d’une politique extérieure ou est désormais intégrée aux champs de la politique intérieure15. La réponse varie sans doute suivant la date d’adhésion et le degré d’intégration accepté. Mais du coup, l’on comprend que la politique extérieure d’un tel ensemble ne puisse se définir que sur le long terme.

14Écartelée entre le souhait de certains de demeurer sous la protection américaine, la volonté d’autres de confiner l’Europe à la prévention et à la gestion des crises – et non à leur résolution, et le désir farouche de souverainistes, on peut se demander si l’Europe dispose d’une projection d’elle-même sur la carte du monde. Paradoxalement, la politique américaine contribue d’une certaine manière à compliquer la situation. Si le discours d’Obama en politique étrangère, en rupture avec celui de son prédécesseur, va dans le sens souhaité par les Européens, en revanche, dans la pratique, les nœuds conflictuels se multiplient. D’une part parce que le président américain reconfigure les États-Unis comme puissance du Pacifique, prenant acte d’un changement des équilibres mondiaux ; d’autre part parce que les Européens, en raison de leur gouvernance complexe, semblent irriter Obama : l’administration américaine tend dès lors à négliger ses alliés traditionnels et n’accorder qu’une place mineure aux débats européens.

15Ainsi Jolyon Howorth écrit-il à juste titre :

  • 16 Howorth, J., « Mettre en œuvre une ‘haute stratégie’», in de Vasconcelos, A. (dir), op. cit, 2009, (...)

Avec Barack Obama, les États-Unis et l’UE peuvent faire des déclarations enthousiastes sur les valeurs qu’ils partagent et affirmer qu’ensemble, ils peuvent contribuer à résoudre la plupart des problèmes mondiaux. Mais, comme Barack Obama l’a clairement indiqué à Strasbourg le 3 avril 2009, cela n’est possible que si l’Union se révèle être un partenaire stratégique sérieux pour les États-Unis. Ces derniers ont en effet de nombreux partenariats stratégiques à promouvoir dans le monde entier et la perspective d’un condominium entre les États-Unis et la Chine n’est pas complètement irréaliste. Il n’est nullement certain que le président Obama considère la relation avec l’UE comme la première priorité des États-Unis16.

16Pire d’une certaine manière : George Friedman, directeur du Think Tank Stratfor, n’hésite pas à écrire dans son exercice de prospective internationale :

  • 17 Friedman, G., The Next 100 years. A Forecast for the 21st century, NY, Anchor Books, 2010, p. 74.
  • 18 Friedman, G., op. cit., 2010.

It is unreasonable to talk of Europe as if it were on entity. It is not, in spite of the existence of the European Union. Europe consists of a series of sovereign and contentious nation-states »17. Et l’Europe n’existe pas, en tant que telle, dans son exercice de style intitulé « The Next 100 Years – A Forecast for the 21st Century18.

1.3. L’impossible puissance européenne ?

  • 19 Laïdi, Z., op. cit., 2008, p. 20.

17Quelles seraient les caractéristiques d’une Europe puissance ? Zaki Laïdi rappelle que la définition de la puissance renvoie à trois facteurs : l’intentionnalité, le conflit et la domination ; et le politiste de poursuivre que l’Europe n’est pas une grande puissance : « non parce qu’elle ne disposerait pas de la force militaire – comme on le dit trop souvent, mais parce que fondamentalement, les Européens ne se vivent pas et ne se voient pas comme les garants ultimes de leur sécurité »19.

  • 20 Quermonne, J.-L., op. cit., 2008, p. 174-175.

18Jean-Louis Quermonne suggère pour sa part deux pistes pour qu’advienne ce moment : que les dirigeants, « en véritables hommes d’État, prennent conscience de la nécessité pour elle [l’Europe] de s’affirmer sur la scène internationale comme une puissance… capable de parler d’une seule voix ; ou que la pression des nouvelles grandes puissances émergentes les contraigne à le faire »20

19La première hypothèse renvoie, en creux, à l’analyse des dirigeants européens en terme de génération ; les responsables actuels de l’Europe n’ont connu aucun des grands moments fondateurs de l’Europe et leur socialisation politique ne doit guère à un événement fort dans les relations internationales ; d’une certaine manière, la seconde hypothèse de Jean-Louis Quermonne vient renforcer cette perception en soulignant implicitement la dialectique du « sage et de l’événement » en relations internationales.

20Nicole Gnesotto, quant à elle, met en exergue deux évolutions, majeures selon elle : d’une part, l’incapacité des États unis, sur le moyen terme, à assumer seuls, une sécurité internationale ; mais aussi, et c’est ici l’argument qui nous importe, l’évolution même de la sécurité :

les dimensions non militaires des crises – qu’il s’agisse de leur déroulement ou de leur pacification – ont pris une importance considérable depuis deux décennies. Qui peut croire encore que la solution du conflit libanais ou de la question iranienne passe par un affrontement militaire ? Comment ne pas reconnaître, pour l’Afghanistan, l’insuffisance des stratégies qui ne reposeraient que sur le décompte des rapports de forces ? Renforcées par l’apparition de menaces globales (climat, santé, criminalité, réseaux terroristes, etc.), l’insuffisance et la relativité de l’outil militaire dans la gestion de crises sont devenues un élément majeur face auquel la modernité stratégique du cadre européen saute aux yeux.

  • 21 De Vasconcelos (dir), Quelle défense européenne en 2020 ?, op. cit., 2009, p. 37.

21L’Union possède en effet, répartis dans ses différentes institutions, tous les moyens nécessaires à la gestion globale d’une crise et aux nécessités de la reconstruction après un conflit – la PSDC formant un maillon parmi d’autres de ce continuum de moyens. L’OTAN a certes acquis une valeur ajoutée incomparable sur les aspects militaires de la sécurité, mais elle ne possède ni budget de reconstruction, ni moyens civils, ni compétences commerciales ou juridiques à l’égard des pays tiers : c’est à l’Union que se trouvent ces moyens indispensables au succès des opérations. Qu’ils le veuillent ou non, les Européens se retrouveront donc de plus en plus sollicités pour la gestion des crises : qu’ils le fassent dans le cadre de l’Alliance atlantique, au nom d’un partenariat Union/États-Unis, ou au nom de leur propre politique étrangère constituera un débat politique majeur. Mais, dans tous les cas, c’est d’un véritable outil professionnel, civilo-militaire, dont l’Europe aura besoin. D’autant que rien dans l’évolution du contexte international ne permet de parier sur une amélioration de la sécurité autour de l’Union, à échéance des dix prochaines années21.

2. Des avancées certaines

2.1. Une évolution des ambitions ?

  • 22 Le but n’est pas ici d’être exhaustif ; on n’oublie pas l’Institut d’études de sécurité, le Collèg (...)
  • 23 En décembre 1999, au sommet d’Helsinki, a été fixé un objectif général, le Headline Goal ; en 2004 (...)

22On le sait, c’est depuis 2003 que l’Union européenne a mis en place des premières opérations civiles et militaires, avant de créer en 2004 l’Agence européenne de défense (Conseil de l’UE, 12 juillet 2004). Le traité de Lisbonne reprend les missions définies à Petersberg définies lors du Conseil ministériel de l’UEO en juin 1992 (missions humanitaires, missions de maintien de la paix, missions de forces de combat pour la gestion de crises et de rétablissement de la paix), mais dans son article 43, en ajoute de nouvelles : des missions de prévention des conflits, des actions conjointes en matière de désarmement, du conseil et de l’assistance en matière militaire notamment. Avec le Haut représentant et la constitution d’un corps diplomatique européen, avec l’Unité de planification de la politique et d’alerte rapide (UPPAR) qui s’ajoutent aux trois structures22 permanentes mises en place par le traité de Nice (comité politique et de sécurité – COPS ; comité militaire de l’Union européenne – CMUE ; état-major de l’Union européenne – EMUE, et au comité civil de gestion des crises – CIVCOM (décision du 22 mai 2000), l’Union européenne dispose désormais de capacités certes limitées, mais néanmoins réelles dont témoignent les opérations civiles et militaires23 menées depuis janvier 2003 (EUPOL Kinshasa, Concordia et Proxima – Macédoine, Artémis – Congo…)

23Plus significative encore apparaît la mission Eunavfor Atalanta, pour lutter contre l’insécurité dans le golfe d’Aden et l’océan indien, déployée depuis décembre 2008 et qui témoigne de la perception d’un enjeu stratégique majeur.

  • 24 On fait ici bien évidemment référence à l’imaginaire occidental de « l’Orient lointain », désormai (...)

24Cette mission est intéressante dans la mesure où elle manifeste une compréhension de l’évaluation de la menace et donc du rayon d’action géostratégique qui doit être celui de l’Europe. À une politique extérieure et de sécurité recroquevillée sur le sol européen, est ici préférée l’action dans les faux « lointains »24, à titre préventif, en prenant en compte les conséquences spatiales des intérêts européens. Autrement dit, la sécurisation des routes maritimes commerciales, la lutte contre la piraterie en haute mer apparaissent ici comme des exemples de politique extérieure et de sécurité préventive qui ont pour double caractéristique de protéger les intérêts européens et plus largement mondiaux. La sécurité européenne ne lèse alors personne, mais bénéficie à la communauté internationale.

  • 25 Laidi, Z., op. cit., 2008, p. 21.
  • 26 Durand, M.-F., de Vasconcelos, A. (dir), op. cit., 1998, p. 28.

25D’une certaine manière, une telle action relève de la considération déjà évoquée de Zaki Laïdi : « être le garant ultime de sa propre sécurité », écrit-il, « c’est s’interroger en permanence sur les conditions de sa survie existentielle, sur les situations extrêmes qui pourraient la mettre en jeu »25. Z. Laïdi rappelle que les États-Unis souhaitent créer leur réalité (« shape the world ») ; or le rapport Solana déjà cité manifeste bien l’approche différente et référée aux termes classiques d’une Peace-building Policy : l’Europe, dans ce document, n’a pas vocation à créer une nouvelle réalité, mais à s’accommoder pacifiquement des réalités mondiales ; le rapport n’évoque jamais de figure de l’ennemi, mais explore seulement l’éventail des menaces. D’où les critiques ironiques bien connues de Robert Kagan, décrivant l’espace européen comme pacifié, voire irénique, à l’opposé des États Unis, réalistes (Of Paradise and Power : America and Europe in the New World Order). Au demeurant, l’Europe peut-elle s’inscrire dans une perspective de puissance ? Non, répond Alvaro de Vasconcelos : « en vérité, l’Union européenne ne peut asseoir son action internationale sur une conception hobbesienne. Cette perspective réductrice n’est ni acceptée ni comprise par ses citoyens, qui considèrent que sa légitimité réside dans son caractère démocratique. Celui-ci est constitutif de la Communauté dès sa création »26.

2.2. Une diplomatie sectorielle et divisée

  • 27 Le terme renvoie à une approche globale de prévention des conflits (alerte précoce), maintien et c (...)

26On retrouve là le choix européen, qui est d’oublier ou de négliger les moyens coercitifs en raison d’un impensé : celui de la survie existentielle de l’Europe, au profit d’approches diverses, mais qui toutes privilégient le peacebuilding27 et la coopération. Il y a une logique paradoxale dans le projet européen et la politique extérieure de l’Union. L’utopie européenne prend sa source dans la volonté de dépasser à jamais les guerres entre États européens, mais aussi d’empêcher que revienne le temps de la barbarie. C’est en Europe que la Shoah a eu lieu. La paix entre États, la paix par la démocratie et la coopération fondent le projet européen. S’il est logique d’attendre d’un ensemble d’États démocratiques une politique internationale conforme au projet qui les rassemble, il l’est tout autant d’espérer de ces mêmes acteurs que leur mémoire de la tragédie qui traverse leur histoire au 20e siècle les amène à se doter collectivement d’une force militaire et donc d’une stratégie à l’encontre d’une menace extérieure qui viendrait saper leur « survie existentielle ». Or tel n’est pas le cas, l’Europe n’ayant fait que le premier pas, celui de l’incitation à la paix et non celui de la sanction ou de la désincitation.

27Pour comprendre cette incitation à la paix, et donc pour percevoir l’action pacificatrice de l’Union européenne, il faut d’ailleurs opter pour une approche globale de son action extérieure. Fabien Terpan, dans son analyse de la politique étrangère, de sécurité et de défense, écrit ainsi à juste titre que ce domaine

  • 28 Terpan, F., La politique étrangère, de sécurité et de défense de l’Union européenne, Paris, La Doc (...)

qui constitue à lui seul le deuxième pilier de l’Union européenne, ne représente qu’une partie des relations entre l’Union européenne et le monde, celle couverte depuis 1993 par la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et depuis 1999 par sa composante opérationnelle la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD) devenue avec le traité de Lisbonne la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC). Le reste des politiques externes relève essentiellement du premier pilier – le pilier communautaire – qu’il s’agisse de la politique commerciale commune, des relations conventionnelles avec les pays tiers et les organisations internationales, ou des différentes formes d’aide fournies par l’UE (aide au développement, aide extérieure, aide humanitaire28.

28Le Traité de Lisbonne regroupe certes les différents aspects de cette action extérieure, mais la PESC demeure organisée dans un chapitre à part, avec de plus des clauses spécifiques pour la PSDC.

29Toutefois, l’ensemble de ces composantes doit être perçu de manière globale afin de comprendre comment l’UE peut éventuellement anticiper sur des causalités conflictuelles au risque, bien analysé par John G. Cockell, d’une certaine confusion intellectuelle et politique :

  • 29 In « Peacebuilding and Human security », p. 228/229, in Preventive violent Conflict. Past Record a (...)

Fair enough, but as we have argued above, peacebuilding requires a distinct operational objective that should not simply be imported from the development community. This is as important to maintain for preventive peacebuilding as for post-conflict peacebuilding. Again, what is central to a policy-relevant conceptualisation of peacebuilding is a focus on its core purpose for transforming root causes of conflict, particularly those related to the political process. As the senior Secretariat official Ismat Kittani has cautioned in this regard, « if human rights promotion, social and economic development, and civic institutions building are all undestood as preventive action, how can the Secretary – General make a reasonable budget proposal to the General Assembly for that line item ? ». Peacebuilding, wether preventive or post-conflict, is a political activity. It cannot be subsumed under the rubric of regular development programs, which in most cases assidously avoir addressing any overtly-political issues29.

2.3. Coopération et Peacebuilding

  • 30 Sur ces aspects, cf. Hill, C. (ed). The Actors in Europe’s Foreign Policy, Londres, Routledge, 199 (...)
  • 31 L’Union européenne, l’Amérique latine et les Caraïbes : un partenariat stratégique. Commission eur (...)

30C’est dans le choix du multilatéralisme et dans cette approche globale que les Européens se distinguent des États-Unis. Prévention, gestion de crise, management post-conflit relèvent de moyens multiples, associant diplomatie, aide au développement, relations commerciales, etc., et ne se réduisant en aucun cas à des actions conduites par des militaires30. Le cas des relations entre l’UE et l’Amérique latine est ici intéressant. L’Union européenne et l’Amérique latine partagent de nombreuses valeurs autour du respect des droits de l’Homme et des principes démocratiques, de l’économie de marché, du partage équitable des fruits de la mondialisation et des bénéfices de l’avènement des nouvelles technologies. Ces valeurs communes ont permis le développement d’importantes relations et la mise en place d’un partenariat stratégique birégional, établissant certaines priorités en vue d’actions coordonnées dans les domaines politique, social et économique. Un partenariat que l’Union européenne et l’Amérique latine, aujourd’hui, continuent à approfondir. Avec le commerce et le dialogue politique, la coopération est le troisième grand pilier sur lequel est basée la construction des relations entre ces deux régions ; une coopération qui poursuit des objectifs clairement définis d’un commun accord entre les parties. Depuis le Sommet de Guadalajara, en mai 2004, la cohésion sociale, le multilatéralisme et l’intégration régionale occupent une place fondamentale dans les relations entre les deux régions. Depuis 1996, « le budget de la Communauté européenne destiné aux pays d’Amérique latine, indépendamment des contributions des États membres de l’Union européenne, s’élève à plus de 500 millions d’euros par an »31. Il est intéressant de voir ici comment se joue l’exemplarité européenne, à savoir la manière dont une politique sociale interne vient s’intégrer dans les échanges entre deux parties.

31La politique de coopération au développement est en général moins connue que certaines politiques communes de l’Union, car elle se rapporte à des actions communautaires dont le degré d’intégration apparaît variable. Une partie des actions européennes de coopération au développement bénéficie de financements inscrits au budget communautaire. Mais une autre – celle destinée aux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (« ACP ») ainsi qu’aux pays et territoires d’outre-mer (« PTOM ») – est financée par le Fonds européen de développement (« FED »), alimenté par les contributions négociées des États membres. La politique de coopération au développement s’adresse, en principe, aux pays en développement ou en transition. Elle se distingue de l’aide humanitaire d’urgence : ses actions ont, en effet, une ambition de plus long terme en faveur du développement durable et peuvent prendre la suite de l’aide humanitaire.

  • 32 Balleix, C., La politique européenne de coopération au développement, Note publiée par la Fondatio (...)

32Cette politique de coopération au développement permet toutefois à l’Union européenne d’apparaître comme le « premier pourvoyeur mondial d’aide publique, avec plus de la moitié de l’APD (Aide publique au Développement) des pays de l’OCDE en 2004. L’aide européenne atteint en outre 0,35 % du revenu brut de l’Union européenne, alors que l’un des « Objectifs du Millénaire » est que les pays industrialisés consacrent 0,33 % de leur PNB au développement en 2006 »32. Des chiffres qui peuvent paraître excessifs pour certains. Mais il est intéressant de rappeler tout de même qu’

  • 33 Balleix, C., op. cit., 2005, p. 6.

en 2005, un cinquième de la population vivait avec moins d’un dollar par jour, qu’un quart de la population des pays en développement est illettré, qu’un million d’Africains meurt chaque année de la malaria et que 6 000 enfants meurent chaque jour du fait d’un manque d’eau ou de sa mauvaise qualité33.

33Un bilan plus qu’accablant qui donne finalement toute sa justification à la politique de coopération de l’Union européenne à travers le monde.

  • 34 Avret-Finck, J. (dir), L’Union européenne, carrefour de coopérations, Paris, LGDJ, 2002, p. 372.

34Si les pays ACP bénéficient d’une grande partie de l’aide communautaire par le biais des Accords de Lomé et du FED, d’autres régions dans le monde peuvent également se prévaloir de la politique de coopération de l’Union européenne telle que l’Amérique latine. Une région dont la situation est peut-être moins grave que celle de l’Afrique, mais qui se trouve tout de même confrontée à des problèmes tant politiques, économiques que sociaux. La politique européenne de coopération au développement est née avec la Communauté européenne en 1957. Les traités ont changé, les adhésions des États se sont succédé et la politique de coopération s’est développée en faveur des États dans le besoin. Toutefois, point important à souligner, le soutien de l’Union européenne au développement a été « pensé autour de l’idée de coopération qui exclut toute idée de hiérarchie telle qu’elle existait dans le lien colonial ou même dans le lien de tutelle »34. Ce qui ne signifie nullement toutefois rapport de forces tant politiques qu’économiques (domaine de l’énergie par exemple), que militaires.

  • 35 Terpan, F., op. cit., 2010.

35Plus près de l’Europe, cette politique de coopération porte un nom précis : la « politique européenne de voisinage », inscrite depuis 2003 dans la Stratégie européenne de sécurité, a pour vocation de permettre aux pays voisins de l’UE d’entretenir avec elle des relations privilégiées sans poursuivre pour autant un objectif d’intégration, autour des accords de partenariat et de coopération d’une part, et des accords d’association d’autre part (pays méditerranéens). Dans ce domaine encore, les principes constitutifs de la construction européenne fournissent le socle d’une « éthique de voisinage » ; en effet, la politique de voisinage est conditionnée par des critères précis : économie de marché et développement durable, bonne gouvernance, respect des droits humains, de l’État de droit et de la démocratie. Si l’on n’ignore pas les nombreuses critiques dont cette PEV fait l’objet (voir par exemple le bilan qu’en fait Fabien Terran)35, on insistera ici néanmoins sur le caractère coopératif qu’elle propose, ou plus précisément sur l’offre de coopération, indexée sur une éthique précise, que l’Union européenne a mise en place et qui fait son originalité.

36Le point de vue des ONG sur l’action extérieure européenne mérite également d’être souligné. La situation est assez spécifique. Les ONG européennes sont nombreuses et actives, en tout état de cause, elles sont opérationnelles dans les champs des droits humains, du développement, de l’humanitaire et de l’environnement. Elles sont également associées aux politiques publiques européennes de multiples manières et contribuent sans aucun doute à l’intérêt des citoyens européens à l’égard de la PESCD. Enfin, nombre d’entre elles, parfois en lien avec des think Tank européens, travaillent dans le domaine de la paix. Ainsi d’EPLO (European Peace-building Liaison Office), réseau d’ONG telles International Alert ou International Crisis Group. EPLO a publié un rapport assez élogieux, intitulé « Five years after Göteborg : the EU and its conflict prevention ». Ce rapport porte sur les capacités civiles de l’Union, évoquées lors du Conseil européen de Feira en 2000 avant d’être précisées à Göteborg un an plus tard autour de quatre domaines précis : les missions de police, le soutien de l’État de droit, la formation et le renfort de l’administration civile, la protection civile enfin dans laquelle s’inscrit par exemple le travail des acteurs humanitaires. Certes, bien des améliorations peuvent être apportées, mais il n’en demeure pas moins que dans le domaine de la prévention et de la gestion post-crise, le rapport donne un satisfecit à l’UE. Ainsi,

  • 36 Five years after Göteborg : the EU and its conflict prevention, EPLO, septembre 2006.

the EU is active in DDR through the policies of both first and second pillars. DDR is mentioned in most Country Strategy Papers (CSPs) and Regional Strategy Papers (RSPs) for ACP countries. The European Commission is supporting DDR activities through the European Development Fund (EDF) and other geographic instruments, but also EIDHR and the RRM. The EC is particularly supporting DDR through the UNDP, the World Bank, UNICEF and NGOs and is involved in overall planning for DDR programmes in-country. Furthermore, the EU is supporting DDR through the second pillar with the civilian crisis management mission in Aceh. Long term success of EU actions in demobilisation and reintegration will have to consider security, development, governance, and justice activities in concert, both new and on-going.The way that the EU combines and sequences its different activities will have significant impacts on the ability of societies to absorb ex-combatants into civilian life36.

37On constatera que le rapport souligne là encore que l’UE travaille non pas seule, mais dans un maillage important d’institutions internationales et d’ONG. Le droit et sa promotion fondent ici la légitimité de l’action extérieure de l’Union européenne.

  • 37 Axelrod, R., The evolution of cooperation, Basic Books, 1984, traduit en français chez O. Jacob, P (...)

38L’insistance énoncée et annoncée par l’Union européenne à promouvoir la coopération dans ses rapports avec les autres États ou organisations régionales, incite tout naturellement à en proposer une piste possible de théorisation. C’est l’approche d’Anatol Rapoport, reprise par Axelrod37, qui est retenue ici. Selon lui, la stratégie gagnante est simple : elle ouvre le jeu dans la coopération et s’y tient tant qu’elle rencontre, en face d’elle, une coopération identique, ce qui est garant de sécurité. En revanche, cette stratégie refuse toute coopération lorsqu’elle essuie un refus de coopérer tout en étant prête à y revenir dès lors que l’autre joueur a changé son comportement. Le système mis en place, souvent synthétisé par l’expression de donnant donnant, est plus fidèlement exprimé par le trinôme bienveillance – réciprocité et la clarté. Dans un ouvrage apparemment éloigné de nos problématiques et parfois assez hermétique, Juliette Tournand en fait la présentation suivante : c’est un système de jeu qui

  • 38 Tournand, J., Sun Tsu. Sens dessus dessous. Un art de la paix, Paris, Interéditions, 2010, p. 31.

propose à l’environnement de gagner plus, dans la paix, que ce qu’il pourrait escompter de la guerre ; se fait comprendre, noue des alliances, les entretient ; décourage les attaques ; situe son joueur au centre d’un écosystème bienveillant et prospère, en expansion, avec lequel entretenir des relations fructueuses pour l’un et l’autre, longtemps.38

  • 39 Wallensteen, P., Preventing Violent Conflict, op. cit., 1998, p. 34.

39Mais la coopération prend sa source, finalement, dans une approche qui est celle du peacebuilding chère à l’École suédoise des relations internationales : en effet, la Stratégie européenne de sécurité insiste longuement sur la prévention à long terme ; or comme on le sait, le programme de Göteborg privilégiait la prévention à court et moyen terme en associant approches politique, économique et militaire. Elle est intégrée dans la notion de « preventive diplomacy » à laquelle Peter Wallesteen, bon représentant de l’École suédoise, a consacré de nombreuses études. Le chercheur d’Uppsala estime : « the concept of preventive diplomacy contains the constructive actions undertaken to avoid the likely threat, use or diffusion of armed force by parties in political dispute »39.

40Plusieurs caractéristiques permettent de définir les contours de cette politique : elle intègre le plus d’acteurs et de secteurs possibles ; elle appuie les capacités locales pour la paix : le renforcement durable de la paix passe par la participation active de groupes locaux s’investissant dans la construction de la paix. Le soutien à ces capacités locales peut emprunter plusieurs formes : l’éducation, la formation, renforcer l’esprit de volontariat au sein d’une société, souligner et mettre en évidence l’importance de ces acteurs locaux dans les médias. Prévention des conflits comme réconciliation sont perçues de manière optimiste et comme des processus. Ce sont des approches de longue haleine. La paix est un processus qui englobe progressivement de nombreux secteurs de la société. L’idée d’un accord de paix comme « pas décisif », « étape décisive » pour la paix s’est montrée fausse à de très nombreuses reprises. Mais ce qui compte dans ce type d’approche réside bien dans la cohérence interne du dispositif, dans son unité. C’est ce qui ressort d’une étude du département Paix et conflit de l’Université d’Uppsala : « A New Start for EU Peacemaking ? Past Record and Future Potential ». Analysant la politique extérieure de l’Union européenne, plus précisément l’attitude européenne dans le domaine de la paix et des conflits, l’investigation menée par les chercheurs suédois amène à un constat mitigé :

  • 40 Johansson, E., Kreutz, J., Wallensteen, P., Alterper, C., Lindberg, S., Lindgren, M., Padskocimait (...)

In sum, a tentative evaluation of whether the EU has been successful as a peacemaker or in its stated ambition for conflict prevention shows mixed results. The encouraging findings are that the EU has been very successful in helping to bring conflicts to an end and to get the parties settle their differences through a peace agreement. This has been achieved through a willingness to engage in the difficult task of mediation and peacemaking, including the use of the relatively recent special Representatives. With regards to the EU’s ability to prevent conflict, results are mixed. It can still be suspected that the EU presence as an attractive trade and political partner can provide support and encourage positive developments in any unstable countries. However, the specific measures that the EU itself most strongly advertises have had no, or even unwanted impact. Our findings suggest that even if the EU continues to explore new policy options and ambitions, it should not ignore its record of success as a mediator or facilitator of peace processes40.

41C’est donc clairement à la fois la conscience de soi comme acteur politique et la volonté politique elle-même de jouer un rôle de premier plan, plus encore que les moyens de cette ambition, qui sont ici soulignées.

3. Conclusion

42Wallensteen s’efforce de montrer les limites de cette approche, dont il est loin de faire l’alpha et l’oméga d’une politique internationale. Mais son intérêt apparaît peut-être mieux en la comparant. D’une certaine manière en effet, elle s’oppose presque trait pour trait à l’unilatéralisme tel que l’ont pratiqué les États-Unis de 2001 à 2009. Après les attentats perpétrés, le 11 septembre, par des membres du réseau d’al-Qaida et la riposte américaine en Afghanistan, la politique internationale de la plus grande puissance de la planète a été saisie d’une « fureur vertueuse » pour reprendre l’expression de Joseph Maïla. Placés sous les auspices d’un combat contre « l’axe du mal », les États-Unis entendaient alors faire la guerre à des pays nommément désignés, pour écarter la menace qu’ils font peser sur le reste de l’humanité. Mais dans le monde des relations internationales qui reste un milieu peu régulé, la même puissance a continué d’exercer la lutte pour la domination et pour l’imposition de la plus grande influence, et manifesté une rivalité extrême pour le contrôle des marchés, des biens et des ressources naturelles.

43Les États-Unis ont naturellement été enclins à donner à leur action une portée universelle, et la politique de Bush d’exercice de la force s’est inscrite aux antipodes des fondements de la politique étrangère européenne. On est ici au cœur du dilemme entre la position européenne et cette politique nord-américaine, dans la délimitation éthique des racines du mal, dans le choix de l’autorité politique qui en dessine les contours. La justice, le développement et la sécurité collective sont les voies obligées du dépassement de la « guerre contre le mal ». L’urgence est alors que la politique soit régulée par le droit, contenue dans les limites qu’il fixe et guidée par le souci de construire une commune humanité. Peut-être est-ce là une leçon européenne qui comble les évidentes faiblesses que présente, par ailleurs, sa politique internationale et dont l’actualité manifeste la pertinence. Mais il faut convenir que les nouveaux contours de la politique extérieure américaine, sous l’emprise d’Obama, oblige également les Européens à se questionner. Car le passage obligé par le droit est désormais également une exigence américaine qui, du coup, place les Européens devant leurs responsabilités. L’aventure européenne menée en Libye a obligé le couple franco-britannique à reprendre une question ancienne et lancinante : que vaut le droit sans la force ?

Anmerkungen

1 Durand, M.-F., de Vasconcelos, A. (dir) : La PESC, Paris, Presses de Sciences po, 1998, p. 15.

2 Ibidem.

3 Laïdi, Z. La norme sans la force, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 64

4 Quermonne, J.-L., L’Union européenne dans le temps long, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

5 Quermonne, J.-L., op. cit., 2008, p. 128.

6 Laïdi, Z, op. cit., p. 254.

7 Rapoport, A., Fights, Games and Debates. Ann Arbor, University of Michigan Press, 1967.

8 Axelrod, R., Donnant-donnant. Théorie du comportement coopératif, Paris, O. Jacob, 1992.

9 Les travaux de Peter Wallensteen, longtemps directeur de Peace and Conflict Departement de l’Université d’Uppsala, sont significatifs de cette approche. Voir notamment : Preventing Violent Conflicts. Past Record and Futues Challenges, DPCR – Uppsala University, 1998.

10 Paris, R., « Peacebuilding and the limits of Liberal Internationalism », in International Security, vol 22, n°2, 1997, p. 54-89.

11 « Cessez d’affaiblir le Quai d’Orsay ! », tribune d’Alain Juppé et Hubert Védrine, Le Monde, 06/07/2010.

12 Cf. David, C.-P., Roche, J.-J., Théories de la sécurité. Paris, Montchrestien, 2002 ; David, C.-P., La guerre et la paix. Approches contemporaines de la sécurité et de la stratégie, Paris, Presses de Sciences Po, 2000 ; Corcker, C.A., Hampson, F.O., and Aall, P., Turbulent Peace – The Challenges of Managing International Conflict, United States Institute of Peace Press, 2001.

13 de Vasconcelos, A. (dir), Quelle défense européenne en 2020 ?, édition d’octobre 2009. Institut d’Études de sécurité, Bruxelles, « La nécessité de l’Europe stratégique ».

14 Saurugger, S., Théories et concepts de l’intégration européenne. Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 325-327.

15 Voir à ce sujet les deux ouvrages fondamentaux de Grosser, A. : Les Occidentaux. Les pays d’Europe et les États-Unis depuis la guerre, Paris, éditions Fayard, 1978, (rééd. Le Seuil, « Points »-histoire, 1982 et 1991) et Affaires extérieures. La politique de la France depuis 1944, Paris, éditions Flammarion, 1984, (rééd., coll. « Champs », 1989).

16 Howorth, J., « Mettre en œuvre une ‘haute stratégie’», in de Vasconcelos, A. (dir), op. cit, 2009, p. 46.

17 Friedman, G., The Next 100 years. A Forecast for the 21st century, NY, Anchor Books, 2010, p. 74.

18 Friedman, G., op. cit., 2010.

19 Laïdi, Z., op. cit., 2008, p. 20.

20 Quermonne, J.-L., op. cit., 2008, p. 174-175.

21 De Vasconcelos (dir), Quelle défense européenne en 2020 ?, op. cit., 2009, p. 37.

22 Le but n’est pas ici d’être exhaustif ; on n’oublie pas l’Institut d’études de sécurité, le Collège européen de sécurité et de défense, etc.

23 En décembre 1999, au sommet d’Helsinki, a été fixé un objectif général, le Headline Goal ; en 2004 a été adopté le second Headline Goal qui insiste sur la dimension qualitative et la mise en place de groupements tactiques (France, Allemagne, Grande Bretagne). Le COPS de son côté s’appuie sur un groupe de travail « Headline Goal Task Force » pour améliorer chaque année les capacités.

24 On fait ici bien évidemment référence à l’imaginaire occidental de « l’Orient lointain », désormais reconsidéré à l’aune d’une proximité due à la fois à l’évolution des moyens de communication et de transports et également à la proximité des enjeux entre l’Europe et de nombreux pays du Sud.

25 Laidi, Z., op. cit., 2008, p. 21.

26 Durand, M.-F., de Vasconcelos, A. (dir), op. cit., 1998, p. 28.

27 Le terme renvoie à une approche globale de prévention des conflits (alerte précoce), maintien et consolidation de la paix, approche dont il manque en milieu francophone une approche théorique. Notons qu’un Dictionnaire critique de la paix est en cours de réalisation, ordonnée autour d’universitaires canadiens et français.

28 Terpan, F., La politique étrangère, de sécurité et de défense de l’Union européenne, Paris, La Documentation française, 2010, p. 5-6.

29 In « Peacebuilding and Human security », p. 228/229, in Preventive violent Conflict. Past Record and Future Challenges, Edited by Peter Wallensteen, Department of Peace and Conflict Research Uppsala University.

30 Sur ces aspects, cf. Hill, C. (ed). The Actors in Europe’s Foreign Policy, Londres, Routledge, 1996.

31 L’Union européenne, l’Amérique latine et les Caraïbes : un partenariat stratégique. Commission européenne, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, 2004, p. 19.

32 Balleix, C., La politique européenne de coopération au développement, Note publiée par la Fondation Robert Schuman en août 2005, p. 9.

33 Balleix, C., op. cit., 2005, p. 6.

34 Avret-Finck, J. (dir), L’Union européenne, carrefour de coopérations, Paris, LGDJ, 2002, p. 372.

35 Terpan, F., op. cit., 2010.

36 Five years after Göteborg : the EU and its conflict prevention, EPLO, septembre 2006.

37 Axelrod, R., The evolution of cooperation, Basic Books, 1984, traduit en français chez O. Jacob, Paris, Donnant-donnant – Stratégie de la coopération, 1992.

38 Tournand, J., Sun Tsu. Sens dessus dessous. Un art de la paix, Paris, Interéditions, 2010, p. 31.

39 Wallensteen, P., Preventing Violent Conflict, op. cit., 1998, p. 34.

40 Johansson, E., Kreutz, J., Wallensteen, P., Alterper, C., Lindberg, S., Lindgren, M., Padskocimaite, A., A New Start for EU Peacemaking ?, Past Record and Future Potential, UCDP Paper n°7, 2010, p. 47.

Autor

Doyen honoraire, Professeur de relations internationales, Faculté libre de droit –, est actuellement Titulaire de la Chaire Enjeux de société et prospective – Université catholique de Lille et Chercheur statutaire au Groupe Sociologie, Religions, Laïcités à l’EPHE – CNRS. Dernier ouvrage paru : « enjeux géopolitiques de l’environnement », éditions du Cygne, janvier 2013

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540