Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Excavations at Sissi II

 | 
Jan Driessen

8. La céramique MM IIIB-MR IIIB de Sissi

Quelques dépôts et ensembles notoires

Charlotte Langohr

Texte intégral

  • 2 Durant les campagnes 2009 et 2010 des fouilles de Sissi, la gestion du matériel archéologique au se (...)

1Ce chapitre présente quelques dépôts remarquables de poterie dégagés durant les campagnes de 2009 et 2010 sur le Bouffo à Sissi et relatifs aux périodes d’occupation néo-palatiale (MM III-MR I), palatiale finale (MR II-IIIA2) et post-palatiale (MR IIIA2-B) du site2. Les observations proposées ici sont le résultat d’une étude préliminaire de la céramique collectée et seront donc précisées et sans aucun doute ajustées par les campagnes d’étude à venir. Cette analyse préliminaire comprend essentiellement des données d’ordre typologique et stylistique, des éléments de datation relative et un premier échantillon de comparaisons de poteries découvertes sur d’autres sites crétois et hors de Crète. Ce dernier permet de replacer la communauté sissiote au sein d’un contexte chronologique et géographique élargi, en ce qui concerne sa consommation de céramique. Toute considération détaillée et liée aux caractéristiques technologiques, descriptions des fabriques et recettes de pâtes de ces ensembles n’intègre pas cette analyse. Cela dit, un programme d’analyses pétrographiques de la céramique MR I-IIIB de Sissi a été amorcé, mené sous la conduite de Drs F. Liard. Dans ce sens, un Appendix réservé à un premier examen des fabriques de coupelles coniques MR I et MR III découvertes dans des dépôts des zones 2 et 5 du site est proposé à la fin de ce chapitre. La présente étude macroscopique procède en deux temps, en s’attachant d’abord à deux ensembles de poterie néo-palatiale, puis à plusieurs dépôts majeurs de céramique palatiale finale et post-palatiale.

1. La période néo-palatiale

1.1. Zone 2 – Bâtiment BC

1.1.1. Pièces 2.6 et 2.8

  • 3 Je remercie vivement M. Pomadère, directrice des fouilles de l’Ecole française d’Athènes du Quartie (...)

2De gigantesques dépôts secondaires de céramique commune ont été dégagés au sein des pièces 2.6 et 2.8 du Bâtiment BC au cours des fouilles de la zone 2 en 2009 et 2010 (cf. F. Carpentier, chapitre 4). Ces ensembles sont extrêmement homogènes et à plus d’un titre (familles de fabriques, typologies des formes, traitements de surface). Il s’agit essentiellement de poterie de nature domestique, liée à la préparation et la consommation de nourriture. Elle est le plus souvent montée dans une fabrique de couleur orange à orange rougeâtre ou orange rosé, et généralement non décorée. On compte, en ce qui concerne la vaisselle à boire en céramique semi-fine, de très nombreuses coupelles coniques, dont la plupart présente un profil clairement tronconique et compact, et des tasses au profil en S munie d’une anse de section ronde ou plate et dont la base présente souvent sur sa face inférieure une dépression circulaire modelée par le doigt du potier (fig. 8.1.a, c). La surface du vase est laissée sans traitement ou totalement couverte d’un engobe sombre. Toutefois, la présence de quelques tessons décorés en foncé sur clair de bandes et de spirales permet de suggérer une datation MR IA. Cette dernière est corroborée par les dépôts de céramique MR IA récemment dégagés des fouilles du Quartier Pi à Malia, qui montrent une même prédominance de la coupelle conique de profil compact et de la tasse au profil en S (appelée aussi « tasse galbée »), dont les caractères typologiques et stylistiques sont clairement similaires (fig. 8.1.b)3. En ce qui concerne les formes en céramique semi-grossière à grossière, on observe l’omniprésence de la marmite tripode à anses horizontales, mais aussi l’utilisation de cruches, amphores, plats à cuire, jarre pithoïdes et bassines (fig. 8.1.d). Excepté quelques traitements monochromes, les rares traces de décor consistent en de simples motifs incisés (bande ondulée sous le bord de marmites tripodes : fig. 8.1.e) ou modelés (décoration en forme de corde sous le bord des jarres pithoïdes).

Fig. 8.1. ZONE 2. PIÈCES 2.6 ET 2.8. DÉPÔTS SECONDAIRES/? REMBLAIS MR IA. A. TASSE AU PROFIL EN S (09-02-1203-OB001) ; B. TASSE AU PROFIL EN S PROVENANT DE LA PIÈCE 10 DU QUARTIER PI À MALIA (4029.13) ; C-D. ÉCHANTILLONS DE LA CÉRAMIQUE RETROUVÉE DANS LA PIÈCE 2.6 (#09-02-1226) ; E. MARMITE TRIPODE, DÉCORATION INCISÉE (09-02-1243-OB003) (C-D : C. LANGOHR ; B : L. MANOUSOGIANNAKI ; A, E : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

1.2. Zone 7

3Dans l’angle interne du mur mégalithique dégagé en contrebas de la colline, sur son versant sud-ouest, après le prélèvement de couches superficielles perturbées, on atteint un niveau archéologique mixte, où semblent se mêler un important remblai, peut-être dragué d’une zone supérieure de la colline, et un dépôt de destruction vraisemblablement in situ, vu le dégagement de poteries complètes, brisées (cf. S. Jusseret, chapitre 7). La quantité impressionnante de vases à boire collectée pourrait bien s’insérer dans un environnement MM IIIB, ou de la transition MM IIIB-MR IA (fig. 8.2). Le bol conique à bord plat et horizontal, proéminent vers l’extérieur, décoré en clair sur sombre d’arcs concentriques pendants sous le bord (fig. 8.2.e) est tout à fait similaire à un exemplaire knossien, daté par P. Warren de la transition MM IIIB-MR IA (Warren 1991 : fig. 8E, pl. 78I).

Fig. 8.2. ZONE 7. DÉPÔT PRIMAIRE DE DESTRUCTION MM IIIB(-MR IA) DANS L’ANGLE INTERNE DU MUR MÉGALITHIQUE. A. 09-07-3015-OB001 ; B. 09-07-3011-OB001 ; C. 09-07-3013-OB001 ; D. 09-07-3014-OB005 ; E. 09-07-3000-OB005 (A : C. LANGOHR ; B-E : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

2. Les périodes palatiale finale et post-palatiale

2.1. Zones 3 et 4 – Bâtiment CD

4Les campagnes 2009 et 2010 ont permis la poursuite du dégagement des couches correspondant à la destruction finale du grand bâtiment sommital CD. Ces dépôts viennent confirmer la datation MR IIIB avancé proposée pour les dépôts de poteries fouillés au préalable dans ce même complexe, particulièrement dans les pièces 3.1 et 3.3 (Langohr 2009 : 169-173, fig. 9.8-9.15).

2.1.1. Pièce 3.8

5Une partie du mobilier en céramique retrouvé dans la pièce 3.8, interprétée comme un espace cultuel, a déjà été présentée et analysée plus haut (cf. F. Gaignerot-Driessen, chapitre 5.2, fig. 5.9). Aux objets en céramique peut-être plus directement liés à l’exercice du culte (supports tubulaires à serpents et à cornes de consécration, vases ouverts), viennent s’ajouter quatre grands conteneurs en céramique semi-grossière : deux vases à étrier, dont l’un est décoré de tentacules d’octopus stylisées, une cruche et un autre grand vase de stockage incomplet (fig. 8.3). Leur entreposage dans ce sanctuaire suggère l’utilisation de certains liquides ou la consommation de denrées à des fins rituelles. Par ailleurs, la variété des fabriques dont atteste chacun de ces conteneurs est particulièrement intéressante. La confirmation de leur importation depuis une ou plusieurs régions extérieures à celle de Sissi par des analyses pétrographiques pourrait indiquer l’usage de produits spécifiques dans ce contexte particulier.

Fig. 8.3. BÂTIMENT CD. SANCTUAIRE 3.8. DÉPÔT DE DESTRUCTION PRIMAIRE MR IIIB. A. 09-03-0515-OB001 ; B. 09-03-0514-OB011 ; C. 09-03-0514-OB013 ; D. 09-03-0514-OB012 (C : C. LANGOHR ; A, B, D : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

2.1.2. Pièce 4.9

6Dans la pièce 4.9, un remblai mixte, mêlant particulièrement de la céramique fine et décorée MR I(A)-B-II-IIIA1, recouvre un dépôt de destruction primaire. Plusieurs poteries complètes mais brisées le composent, vraisemblablement en place, stockées dans ce petit espace, et renversées sur le sol lors la destruction du complexe (fig. 8.4). L’analyse de cet ensemble suggère une datation MR IIIB avancé.

Fig. 8.4. BÂTIMENT CD. PIÈCE 4.9. DÉPÔT DE DESTRUCTION PRIMAIRE MR IIIB AVANCÉ. A. COUPELLES CONIQUES (09-04-0767-OB005, 08-04-0716-OB001, 09-04-0739-OB001, 09-04-0767-OB003) ; B. BOLS CONIQUES À BASE SURRÉLEVÉE (09-04-0767-OB004, 09-04-0767-OB006) ; C. COUPE À CHAMPAGNE (09-04-0752-OB003) ; D. TASSE BASSE (09-04-0767-OB021) ; E. CRUCHE À COL CYLINDRIQUE (09-04-0739-OB003) ; F. CRUCHE À COL ÉTROIT (? « TYPE IV HYDRIA ») (09-04-0739-OB004) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

7Les coupelles coniques sont typiquement de grandes dimensions et présentent un profil évasé, caractéristique de la phase MR III (fig. 8.4.a ; diam. bord 0,09-0,14). La coupe à champagne est typique de la vaisselle à boire en céramique fine de Sissi au MR IIIB (fig. 8.4.c). Parallèlement à la poterie montée dans une argile fine orange-rouge, ce vase montre une fabrique très épurée de couleur chamois et un traitement de surface sans décor mais soigneusement lissé, ce qui lui confère un aspect luisant. Coupe à champagne et kylix réalisés dans ce type de fabrique sont particulièrement nombreux dans les dépôts contemporains collectés sur le site. L’origine de leur production reste à déterminer dans le cadre de notre programme d’analyses pétrographiques.

  • 4 Sur le « Grey Ware » et ses exemplaires crétois au MR III en particulier, consulter Tsipopoulou et (...)
  • 5 Je remercie L. Girella d’avoir attiré mon attention sur ces différents points. Ce spécialiste a par (...)
  • 6 Cette tasse provient d’un contexte HR IIIB de l’Agora d’Athènes. Bien que le traitement de surface (...)

8La tasse basse munie d’une petite base surélevée bien dessinée et d’une anse saillante de section ovale présente un traitement de surface gris (fig. 8.4.d). Bien que ce dernier semble clairement répondre à une forte exposition aux flammes durant la cuisson, il ne s’agit pas à proprement parlé d’une fabrique grise et donc de cette catégorie de poterie spécifique appelée « Grey Ware ». En effet, brisée, la tranche de cette poterie laisse apparaître une fabrique de couleur rouge. De plus, la surface n’a pas reçu le poli habituel qui lui donne cette apparence particulièrement brillante et typique du « Grey Ware », une classe de céramique souvent présentée comme une influence continentale quand il s’agit de petits conteneurs (jarre piriforme, vase à étrier, etc.)4. Cependant, par une cuisson réductrice sans doute prolongée et volontaire qui donne cette couleur grise à toute la surface de la tasse, le but recherché était probablement l’imitation du « Grey Ware ». Cette technique répond, de manière plus générale, à l’imitation de la vaisselle en pierre, qui participe elle à une longue tradition crétoise (Rutter 1979, 1999 : 180, 2006 : 679-680), ou en métal5. La tasse basse ou « shallow cup » crétoise MR IIIB peut être pourvue d’une petite base surélevée, bien que souvent moins marquée (Hatzaki 2007 : fig. 6.30 : 8 [Knossos] ; Hallager & Hallager 2003 : 199-200, fig. 48 : 4-5 [La Canée] ; Sackett & Popham 1970 : fig. 22 : 13 [Palaikastro]). Par contre, des exemples plus anciens, MR IIIA1-2, se rapprochent de ce profil très dessiné (Popham 1984 : pl. 176 : 4) et affichent par ailleurs ces fines nervures qui sont visibles sur la face externe de la tasse de Sissi (C. Macdonald, com. pers.). Enfin, le profil et les caractères morphologiques de cette tasse se rapprochent des poteries qui répondent à la forme FS 220, découvertes sur le continent (Mountjoy 1999 : 550, n° 236, fig. 199)6 ou à Rhodes par exemple (Benzi 1992 : 123, pl. 11 [T 10/11]).

  • 7 Les six exemplaires complets retrouvés dans la pièce 3.8, renversés au pied des supports tubulaires (...)
  • 8 J. Rutter, commentaire personnel sur une étude à paraître.

9Les deux bols coniques à base surélevée et bord horizontal proéminent, montés dans une argile semi-grossière de couleur orange-rouge et laissés sans traitement de surface (fig. 8.4.b), représentent un type de vase découvert dans d’autres contextes sur la colline. Six exemplaires ont été trouvés sur le sol du sanctuaire 3.8, dans la zone centrale du complexe CD7, tandis qu’un autre spécimen se trouvait dans la pièce 6.1 du bâtiment fouillé en zone 6 (fig. 8.5). Ce type de bol se rapproche de ce que l’on appelle communément le kalathos, bien que ce dernier affiche généralement un profil moins conique, dépourvu de pied, et est muni d’anses horizontales ou verticales, respectivement fixées sous ou sur le bord. J. Rutter a attiré mon attention vers un vase similaire retrouvé dans la « House of the Snake Tube » à Kommos, dans un contexte MR IIIB (Watrous 1992 : 95, n° 1651, pl. 42). Réalisé dans une argile semi-grossière et peint d’une bande au bord, ce bol conique reposait in situ, sur le support tubulaire à serpent qui a donné son nom au bâtiment. F. Gaignerot-Driessen propose la même reconstitution dans le sanctuaire 3.8 (cf. chapitre 5.2). Des contextes MR IIIB de La Canée et de Knossos ont fourni des bols coniques en céramique semi-grossière et non décorés comparables, mais pourvus de pieds bien plus élevés (« pedestal bowl/brazier » ; La Canée : Hallager & Hallager 2003 : 243, n. 463, fig. 51 : 15, pl. 77 [77-P 2027] ; Knossos : Popham 1970 : 191, fig. 1B-C ; Hatzaki 2007 : 233, fig. 6.24 : 2-3). Ceux-ci portaient des traces de brûlé et ont incité leurs inventeurs à parler explicitement de lampes ou de brûleurs à encens. Dans le cas de Sissi, il pourrait également s’agir d’un récipient utilisé à une fin spécifique. En effet, son association dans la pièce 4.9 à de la poterie fine décorée prestigieuse et, dans l’espace cultuel 3.8, à des supports tubulaires à serpents et à cornes de consécration souligne d’autant plus le caractère grossier, peu raffiné de ces vases. Outre le fait qu’il puisse s’agir de bols destinés à recevoir de la nourriture ou quelques offrandes, je rejoins la proposition de J. Rutter d’y voir des lampes ou des réceptacles pour brûler des aromates8. Ainsi, posés sur le haut pied des supports tubulaires, ces lampes ou brûleurs à aromates/encens permettent sans danger d’éclairer et/ou de parfumer la pièce qui les abrite.

Fig. 8.5. ZONE 6. PIÈCE 6.1. BOL CONIQUE À BASE SURRÉLEVÉE (08-06-2024-OB004) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

10La cruche à base plate, profil légèrement caréné et col cylindrique et concave est décorée de fines bandes horizontales de la base au col et d’une bande peinte au bord (fig. 8.4.e ; ht. 0,14). Des traits verticaux viennent s’ajouter sur l’épaule, opposés à l’attache de l’anse. Ce type de cruche est connu dans les contextes crétois MR IIIB, notamment à La Canée ou Episkopi-Ierapetra (respectivement Hallager & Hallager 2003 : 29, pl. 61, 91e : 1 [71-P 0817/1336/1367/1369] ; Kanta 1980 : fig. 57 : 8). B. Hallager souligne que la décoration simplifiée de ce type de cruche, par un unique ensemble de bandes, pourrait être caractéristique d’un stade avancée de la phase MR IIIB (Hallager & Hallager 2003 : 222). Sur le continent, la forme FS 114 constitue le parallèle le plus proche, mais ses petites dimensions (ht. : 0,08-0,09) concordent moins bien avec l’exemple de Sissi. Retrouvées dans des contextes HR IIIA2 et HR IIIB dans les régions de Corinthie et d’Attique par exemple, elles sont décorées de bandes peintes qui varient en épaisseur et le plus souvent munies d’une base en anneau et non plate (Mountjoy 1999 : resp. 220, n° 125, fig. 70 et 544, n° 216, fig. 197). Enfin, des exemplaires de cruches à col cylindrique décorées de bandes horizontales d’épaisseur égale ont été trouvés à Rhodes (Benzi 1992 : 50, 51, 442, pl. 142 [Lardhos 8, 9]). Elles sont datées du MR IIIA2/B, bien qu’un stade ancien du MR IIIC ne soit pas exclu pour le second vase, d’après M. Benzi. Le premier vase est particulièrement comparable à l’exemplaire de Sissi, avec sa panse légèrement biconique et sa base plate et étroite.

  • 9 Je remercie J. Rutter d’avoir attiré mon attention sur ce détail.

11La cruche à col étroit décorée de murex stylisés est une des plus intéressantes poteries découvertes à Sissi (fig. 8.4.f). De profil globulaire, elle est dotée d’un haut col cylindrique étroit parachevé par un bord en forme de disque auquel est fixée l’anse de section ovale qui rejoint l’épaule. Elle pourrait s’apparenter à la forme FS 120 de l’HR IIIB. Sa fabrique fine, beige clair et lustrée, et la décoration de coquillages murex stylisés (FM 23), souvent attribuée ou liée aux productions de l’atelier de Zigouries, vont également dans le sens d’une importation du continent. Un exemple rhodien, décoré du même motif marin, constitue une comparaison valide (Benzi 1992 : 52, pl. 68c, pl. 159b [T 38/1]). Quelques détails morphologiques et décoratifs peuvent encore être relevés. Les fines lignes concentriques peintes sur la surface plate du bord discoïdal qui cerne l’ouverture de la cruche rappellent les nervures sculptées en creux sur le bord plat du Vase des Moissonneurs d’Aghia Triada, un rhyton piriforme9. La partie inférieure du vase de Sissi étant manquante, une terminaison conique, à l’instar des rhytons piriformes, ne peut donc être exclue. Cependant, les rhytons piriformes ont plus généralement une large ouverture, et non un haut col cylindrique et étroit (Koehl 2006 : fig. 6-7). Les exemples de poterie munie d’un tel col et d’une embouchure peinte de fins cercles concentriques sont rares. Deux parallèles satisfaisants sont représentés par des rhytons en forme d’hydrie conservés au British Museum et provenant de Ialysos (Forsdyke 1925 : fig. 210 [A 881], pl. 13 [A 880]). Ces vases portent par ailleurs la même décoration de murex stylisés sur la panse, cette dernière étant également dotée de deux petites anses horizontales qui font défaut sur la cruche de Sissi. Le rhyton de type IV en forme d’hydrie identifié par R. Koehl, avec son col étroit et une base plate percée, constitue donc un parallèle pertinent (Koehl 2006 : 58-59, 217-218, fig. 42). Quatre des six exemplaires répertoriés par Koehl porte une décoration de murex stylisés (provenance : Episkopi-Ierapetra [Kanta 1980 : 154, n. 1] ; Argos [Deshayes 1966 : pl. 81 : 5-6] ; British Museum [Forsdyke 1925 : 157-158, pl. 13, [A880], fig. 210 [A 881]). Tous proviennent de contextes MR IIIB ou HR IIIB1. Enfin, un rhyton en forme de cruche découvert dans une tombe HR IIIB à Ialysos et considéré comme une importation probable d’Argolide indique un dernier parallèle intéressant (type I : Koehl 2006 : 84, n° 75, pl. 8). En effet, décorée de nombreux motifs, elle porte celui du murex stylisé, mais surtout, son embouchure est obturée par un disque d’argile percé en son centre et peint de cercles concentriques. Dans un registre quelque peu différent, R. Koehl m’a rendue attentive à un vase de Kos dont la base présente des perforations multiples et devait fonctionner comme une sorte d’arrosoir (Koehl 2006 : 10, fig. 4). Ce vase, simplement décoré de bandes horizontales sur toute la surface de la panse, est pourvu d’un col cylindrique étroit, tandis que son embouchure est également fermée par un disque d’argile percé en son centre et auquel vient se fixer une haute anse de section ovale.

12Un couvercle à haut bord décoré de bandes peintes en clair sur sombre complète l’ensemble (fig. 8.6.a). Deux spécimens tout à fait similaires ont déjà été trouvés dans la couche de destruction contemporaine de la pièce 3.3 du même bâtiment (08-03-0459-OB001 et OB002, cf. Langohr 2009 : 173, fig. 9.14). Ils sont comparables aux exemplaires de Malia, retrouvés dans les derniers niveaux du quartier Nu (J. Driessen, A. Farnoux, pers. com.) ou dans la Maison de la Façade à Redans (van Effenterre & van Effenterre 1969 : 101, Λ33, pl. LIV), ou à Knossos par exemple, dans un contexte MR IIIB de la « cuisine » de Makritikhos (Hood & de Jong 1959 : 188, fig. 5 : 15, pl. 48b).

  • 10 A nouveau, je remercie J. Rutter d’avoir attiré mon attention vers ces objets.

13Enfin, un objet intrigant provient du même dépôt. Il s’agit d’un fragment en céramique tubulaire et renflé, s’apparentant à un manche (fig. 8.6.b). La fabrique est semi-grossière et l’objet est recouvert d’un engobe clair et peint de bandes horizontales. Il fait penser aux quelques exemplaires de torche de l’Âge du Bronze découverts en Egée, regroupés et étudiés par V. Karageorghis, particulièrement un exemple conservé au Musée de Rhodes et deux spécimens trouvés à Enkomi, dans des contextes d’habitat CR IIIA (Karageorghis 1999 : 511-512, fig. 13, 16 b-d)10.

Fig. 8.6. BÂTIMENT CD. PIÈCE 4.9. DÉPÔT DE DESTRUCTION PRIMAIRE MR IIIB AVANCÉ. A. COUVERCLE (09-04-0723-OB005) ; B. TORCHE ? (09-04-0767-OB023) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

14Ce dépôt de la pièce 4.9 est très clairement daté de la période MR IIIB, particulièrement de la seconde moitié de cette phase chronologique, et s’accorde ainsi avec les autres dépôts de destruction déjà découverts préalablement au sein du complexe sommital de Sissi. Cet espace restreint, de 2 x 3 m, jouxte la grande salle à double piliers (3.1), avec laquelle il ne communique cependant pas directement, mais via les espaces 4.10 et 4.7 (Cf. Q. Letesson, chapitre 5.3). Mis à part les vases découverts dans sa portion orientale, la grande salle 3.1 était pratiquement vide lors de sa découverte (Cf. F. Gaignerot-Driessen, chapitre 5.2). Il est envisageable que de nombreux vases à boire et conteneurs de prestige, ici sélectivement présentés, étaient stockés dans la pièce 4.9 en attendant leur utilisation lors de repas ou de cérémonies tenus occasionnellement dans ce grand hall, servant alors d’espace de réception. L’usage suggéré de torche et de lampes pourrait avoir été associé à la pratique de telles activités.

2.1.3. Pièce 4.11

15La pièce 4.11 est une grande salle de plan trapézoïdal pourvue de deux piliers centraux disposés longitudinalement. Elle communique avec le sanctuaire 3.8 par une ouverture réalisée dans son angle nord-ouest. Un important dépôt de sol en place a partiellement été dégagé dans cet espace, très près de la surface moderne et parfois directement étalé sur le rocher qui affleure en plusieurs endroits (fig. 8.7).

Fig. 8.7. BÂTIMENT CD. PIÈCE 4.11. DÉPÔT DE SOL MR IIIB AVANCÉ. A. VASE À ÉTRIER DE STOCKAGE (09-04-1625-OB013) ; B. VASE À ÉTRIER GLOBULAIRE (09-04-0757-OB001) ; C. VASE À ÉTRIER GLOBULAIRE (09-04-1609-OB001) ; D. VASE À ÉTRIER GLOBULAIRE (09-04-1614-OB001) ; E. GOBELET (09-04-0793-OB001) ; F. PYXIDE (09-04-1614-OB002) ; G. SUPPORT TUBULAIRE ‘À SERPENTS’ (09-04-0742-OB001) (A : C. LANGOHR ; B-G : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

  • 11 Une vue de haut de ce vase et de sa décoration occupe la couverture du volume 3 de la collection Ae (...)

16Un exemplaire de support tubulaire à serpents a été collecté dans cette vaste salle (fig. 8.7.g). Associée à ce même dépôt, la présence de quatre vases à étrier décorés est particulièrement remarquable. Il s’agit tout d’abord d’un vase à étrier de transport piriforme, décoré du motif de l’octopus réduit à sa plus simple évocation par plusieurs lignes ondulées, sur la panse et sur l’épaule (fig. 8.7.a). Ses caractères morphologiques et stylistiques diffèrent de l’exemple découvert dans la pièce 3.8. Par contre, ils s’apparentent clairement à ceux d’un exemplaire découvert dans une tombe à Episkopi-Ierapetra (Xanthoudides 1920-1921 : fig. 2). La fabrique ne semble pas locale. Le second est un vase à étrier globulaire pourvu d’une base en anneau (fig. 8.7.b). Il est décoré de deux grandes fleurs minoennes sur l’épaule et d’arcs concentriques à rayons dans les interstices situés entre le bec et l’étrier, tandis que des chevrons parallèles alternant avec des arcs concentriques sont organisés en frise juste au-dessus du diamètre maximum de la panse11. Le reste de la surface du vase est décoré de bandes qui encadrent des groupes de fines lignes horizontales. On propose d’y voir une production crétoise MR IIIB. Le troisième vase à étrier, de profil globulaire et muni d’une base plate, est incomplet (fig. 8.7.c). Il est décoré du motif de l’octopus déployant plusieurs niveaux de tentacules superposés, tandis que la partie inférieure de la panse est peinte d’une série de bandes et fines lignes horizontales. Le corps de l’octopus est cerné de pointillés, ce qui constitue généralement un caractère tardif, MR IIIB2-C. Il semble que le faux-bec de ce vase, non conservé, était toutefois perforé, vu les traces d’arrachement laissées à l’emplacement de sa base, ce qui est moins fréquent aux MR IIIB2-C, quand les faux-becs sont plus généralement pleins. Le dernier vase à étrier présente un profil légèrement surbaissé et une base modelée en anneau (fig. 8.7.d). La décoration florale à l’épaule, disposée symétriquement de part et d’autre d’un panneau de zigzags superposés (FM 75), peut être rapprochée du motif FM 18, MR IIIA2-B. Les espaces entre le bec et la base des anses sont décorés de triangles élaborés, ornés d’arcs concentriques (FM 71).

17Cet ensemble comptait également un vase ouvert incomplet, s’apparentant à un gobelet, monté dans une argile très fine de couleur rose-chamois, dont la surface a été soigneusement lustrée (fig. 8.7.e). Sa base, pleine et plate, a été perforée avant cuisson. À La Canée, ce type de gobelet, sans anse, est bien connu dans les contextes MR IIIB, essentiellement MR IIIB2, bien que peu commun (Hallager & Hallager 2003 : 234, fig. 50 : 3, pl. 69). Leurs bases présentent aussi une perforation mais, contrairement à l’exemple de Sissi, le pied et la base ne sont pas pleins. Le bol est plus conique, mais le traitement de la surface, lissée et sans décor, concorde. Les dimensions convergent également, avec un diamètre au bord légèrement supérieur à la hauteur du vase. B. Hallager avait déjà pointé un exemple comparable à Malia, dans la Maison Lambda (van Effenterre & van Effenterre 1969 : 126-127, Λ60, pl. LXV). Celui-ci est monté dans une argile fine beige clair et porte des traces de « vernis noir » sur la face interne et une bande peinte sur le bord externe. Le pied est également percé, tandis que le bord n’est pas droit comme les exemples de Sissi et La Canée, mais évasé vers l’extérieur.

18Enfin, une pyxide complète ce dépôt de la pièce 4.11. Pourvue d’une épaule anguleuse sous laquelle sont fixés des tenons, elle est décorée en clair sur sombre de trois bandes horizontales (fig. 8.7.f).

2.2. Zone 5

19Plusieurs niveaux primaires de destruction ont été découverts sur les sols des pièces 5.11, 5.12 et 5.13 du bâtiment E, dans la zone 5 (Devolder 2009 : 153-154, fig. 7.23 ; Langohr 2009 : 175, fig. 9.19). Les dépôts de poterie qui les constituent suggèrent que ces niveaux représentent un seul et même événement qui prend place à la fin du MR IIIA2 ou au début du MR IIIB. Il s’agirait donc d’une destruction antérieure à celle qui met fin à l’occupation prestigieuse du bâtiment CD. La réutilisation du bâtiment E ou son abandon à l’état de ruines pendant la phase MR IIIB reste à éclaircir. Cependant, aucun dépôt primaire distinctement lié à un stade avancé de la phase MR IIIB n’y a été mis au jour jusqu’à présent. Une évidence, particulièrement mise en lumière par les campagnes 2009 et 2010, est que la vaste zone qui s’étend au nord-est du bâtiment E et jusqu’aux façades sud du bâtiment CD a été utilisée comme une aire ouverte, probablement dès le début de la période palatiale finale. D’importants dépôts secondaires de poteries y ont régulièrement été déversés, notamment de la vaisselle à boire en céramique fine, et souvent décorée, qui se sont accumulés et superposés tout au long du MR II-IIIA1, MR IIIA2, et jusqu’au MR IIIB avancé.

2.2.1. Pièce 5.11

20La couche de destruction dégagée au-dessus du sol en galets de cette petite pièce n’a fourni que très peu de matériel en place. L’objet le plus remarquable est sans doute la partie supérieure d’un vase à étrier de transport, probablement tombé depuis l’étage, vu l’absence aux alentours de sa seconde moitié (fig. 8.8). Sa fabrique, dans une argile beige clair comportant de nombreuses inclusions de couleur noir et gris foncé, est caractéristique des productions crétoises de ce type de vase. Il affiche une décoration peinte généreuse à l’épaule, qui se développe jusqu’à la zone de son diamètre maximum. Deux spirales antithétiques surmontées de deux boucles élaborées sont adroitement dessinées en-dessous de l’étrier, tandis que deux boucles similaires se dégagent de part et d’autre du bec. Les vases à étrier de transport MR IIIA2-B qui présentent une décoration plus complexe à l’épaule que de simples bandes ou lignes ondulées semblent appartenir à une production de Crète centrale plutôt que de Crète occidentale (Haskell 2004 : 155). Sur la base de ce vase, le terminus ante quem de l’occupation de cette petite pièce ne peut être plus précisément daté que du MR IIIA2-IIIB.

Fig. 8.8. PIÈCE 5.11. VASE À ÉTRIER DE TRANSPORT DÉCORÉ, 09-05-0955-OB001 (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

  • 12 Ce matériel encore inédit m’a été généreusement présenté par J. Driessen et A. Farnoux, directeurs (...)
  • 13 C. Knappett, « LM III Quartier Nu - Pottery Fabric Studies », étude pétrographique à paraître. Il s (...)

21Quelques parallèles stylistiques valables peuvent être proposés avec deux vases à étrier de stockage découverts dans le Quartier Nu à Malia (n° inv. 90.0554.015, 90.0554.019)12. Il est tout particulièrement intéressant de noter que ces deux vases maliotes ont été identifiés comme des productions de la Crète centrale-sud, dans le cadre d’un programme d’analyses pétrographiques13.

2.2.2. Pièce 5.12

22Le dépôt de destruction dégagé dans l’angle nord-ouest de la pièce 5.12, sur le sol et légèrement au-dessus de celui-ci, est riche en vases à boire complets. M. Devolder suggère l’effondrement d’une armoire dans ce coin de la pièce (Cf. M. Devolder, chapitre 6). On dénombre notamment deux coupes à champagne, deux tasses globulaires à bord droit très légèrement évasé vers l’extérieur, deux coupelles coniques, l’une au profil évasé, la seconde au profil plus compact, un kylix, un bol de profil ogival (ou sorte de « pulled-rim bowl » ?) et une jarre globulaire à large col court et anses latérales horizontales (fig. 8.9).

Fig. 8.9. PIÈCE 5.12. DÉPÔT DE DESTRUCTION DANS L’ANGLE NORD-OUEST DE LA PIÈCE. A. KYLIX (09-05-0994-OB010) ; B. COUPE À CHAMPAGNE (09-05-0994-OB005) ; C-D. TASSES GLOBULAIRES À BORD DROIT (09-05-0994-OB006 ET 09-05-0994-OB007) ; E. BOL OGIVAL/ ? « PULLED-RIM BOWL » (09-05-0994-OB012) ; F-G. COUPELLES CONIQUES (09-05-0994-OB008 ET 09-05-0994-OB009) ; H. JARRE GLOBULAIRE (09-05-0994-OB011) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

23Il s’agit d’un ensemble de poteries de nature domestique de très bonne facture, habilement tournées et bien cuites. L’incendie qui a accompagné la destruction de cette partie du bâtiment E a sérieusement altéré ces vases qui présentent une surface brûlée de couleur grise. Le traitement de surface d’origine est par conséquent en grande partie effacé. Quand il a été conservé, celui-ci montre un processus simple mais soigné, c’est-à-dire un lissage minutieux de la surface, parfois l’application d’un engobe et d’une bande peinte au bord (09-05-0994-OB007 et 09-05-0994-OB010) et peut-être un revêtement monochrome (09-05-0994-OB012). L’examen macroscopique préliminaire de ces vases à boire suggère l’utilisation d’une fabrique homogène, semi-fine à semi-grossière, de couleur rouge-orange. La jarre globulaire à col large et court, et anses latérales horizontales, présente une fabrique plus grossière. Le kylix fait exception puisqu’il est monté dans une argile fine de couleur chamois. On est tentée de dater ce dépôt de la phase MR IIIA2, bien qu’un stade ancien du MR IIIB n’est pas exclu.

2.2.3. Pièce 5.13

24Une épaisse couche de destruction comblait également la grande pièce voisine 5.13. Découverte en 2008, une partie du mobilier pris dans cette couche, et sans doute en partie tombé depuis l’étage, a déjà été présentée, notamment la larnax et le rhyton en forme de pavot, probablement lié à la phase MR IIIA2 (Devolder 2009 : 154, fig. 7.23 ; Langohr 2009 : 175, fig. 9.19). Les autres vases de ce dépôt, prélevés en 2009, comprennent une cruche à large col et long bec horizontal, un bol ogival ou sorte de « pulled-rim bowl », une large tasse globulaire à bord droit légèrement évasé vers l’extérieur, et un support tubulaire à serpents (fig. 8.10).

Fig. 8.10. PIÈCE 5.13. DÉPÔT DE DESTRUCTION. A. SUPPORT TUBULAIRE À SERPENTS (09-05-0974-OB002) ; B. CRUCHE À LARGE COL ET BEC HORIZONTAL (09-05-0974-OB001) ; C. TASSE OGIVALE/? « PULLED-RIM BOWL » (09-05-0978-OB002) ; D. TASSE GLOBULAIRE À BORD DROIT (09-05-0978-OB001) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

25De très bonne facture (fabrique bien cuite, parois fines, profil élégant), ces vases affichent à nouveau un traitement de surface très effacé. Il semble que la cruche et les deux vases à boire ont reçu un revêtement monochrome lissé, et une bande peinte au bord pour la tasse globulaire. La cruche à large col et bec horizontal proéminent est une forme commune au MR IIIA, bien que son utilisation se poursuit au MR IIIB. Les exemplaires découverts dans les tombes MR IIIA1-B de Mochlos (« collar-necked jug ») offre de pertinents parallèles, décorés de motifs MR IIIA1 ou traités dans la technique de décoration trempée (Smith 2010 : 70, fig. 33-34, pl. 11-12, [IIB 607, IIB 611]). Le support tubulaire à serpents se distingue des autres spécimens découverts à Sissi par les protubérances horizontales superposées, fixées par deux de part et d’autre du support. Le grand bol ogival ou « pulled-rim bowl » (diam. bord 0,135) et la tasse globulaire à bord droit présentent une fabrique tout à fait similaire, parfaitement comparable aux vases à boire découverts dans la pièce 5.12.

26Ces dépôts de poteries des pièces 5.12 et 5.13, technologiquement, typologiquement et stylistiquement analogues, attestent d’une vaisselle domestique de haute qualité, associant vaisselle de table et vaisselle de cuisine (une marmite tripode complète l’ensemble de la pièce 5.13). Plus surprenante est la présence d’un support tubulaire à serpents, d’un rhyton en forme de pavot et d’une larnax peinte dans la pièce 5.13, mais l’hypothèse de l’existence d’un mobilier de nature davantage cultuelle entreposé à l’étage est dans ce cas convaincante (cf. M. Devolder, chapitre 6).

2.2.4. Extension Nord-Est – “lakkos” 087

27L’immense dépôt prélevé de la fosse/« lakkos » 087 contenait un matériel céramique mélangé à une couche cendreuse, intimement collée à la surface des fragments de poteries. Il s’agit d’un contexte homogène, tel que fouillé dans les couches (artificielles) #10-05-1871, #10-05-1873, #10-05-1875. Une première analyse de ce large ensemble montre l’omniprésence claire d’une vaisselle fine de service. De la poterie fine et décorée compose en partie le dépôt, mais on note la prédominance d’une vaisselle de haute qualité technique, non décorée ou monochrome, et présentant un traitement de surface particulièrement soigné. Le comblement de cette fosse est préliminairement attribué à la phase MR IIIA2, et donc précèderait la construction et l’occupation du bâtiment CD, et peut-être aussi la dernière occupation du bâtiment E.

28Il est particulièrement intéressant de noter que les niveaux prélevés au nord de cette fosse (#10-05-1927, #10-05-1929), en direction de l’espace 4.18 du bâtiment CD, mais aussi les couches archéologiques contigües, qui se superposaient à l’ouverture de la fosse (notamment les couches #10-05-1839, #10-05-1863, #10-05-1914), contiennent un matériel céramique stylistiquement et chronologiquement homogène, clairement MR IIIB. Il semble donc que ces dépôts ont été répandus à cet endroit après le comblement du « lakkos ». Un échantillon de cette vaisselle à boire de qualité, décorée ou non, est présenté dans la fig. 8.11. Le dégagement de ce dépôt n’est pas encore achevé, mais on compte déjà plus de 30kg de céramique, pour plus de 2000 tessons. On dénombre essentiellement des kylix à pied haut, des bols profonds et des coupes à champagne, mais aussi des exemples de tasses, bols peu profond à anses horizontales, rhyton conique, couvercle de pyxide, petit vase à étrier décoré. En ce qui concerne la céramique plus grossière, les vases à étrier de transport décorés du motif de l’octopus, les plats à cuire et des fragments de pithos sont prépondérants. Comme déjà énoncé, la poterie fine MR IIIB avancé de Sissi présente deux types de fabriques, l’une de couleur chamois, l’autre de couleur rouge à rouge-orange. Toutes deux sont bien épurées et affichent un traitement de surface soigneusement lissé, laissé sans décor ou couvert d’une décoration peinte en foncé sur clair, plus rarement en clair sur sombre. Plusieurs parallèles stylistiques peuvent être faits avec la vaisselle à boire MR IIIB2 découverte dans les grandes fosses dégagées au square Aghia Aikaterini à La Canée, où l’on retrouve les mêmes types de motifs : demi-cercles concentriques alternés, arcs concentriques alternés, fleurs minoennes, motif en S emboîtés (« quirks »), etc., qui ornent notamment les bols profonds et kylix (Hallager & Hallager 2003 : fig. 49, pl. 49). La comparaison avec le matériel prélevé dans les grandes fosses qui bordent le quartier Nu à Malia est tout aussi saisissant (Driessen, Farnoux & Langohr 2007 : 200-202, pl. XXXIIIb-c). Celle-ci tient également du fait que, sur ces deux sites, la poterie qui constitue ces immenses dépôts jetés à l’extérieur des bâtiments est typiquement de la vaisselle à boire de prestige, particulièrement fragmentée mais affichant des cassures fraîches. Elle représente sans doute les reliques de cérémonies spécifiques ou de repas communautaires, mais au cours desquels le bris délibéré de cette vaisselle de haute qualité et son dépôt dans le sol pourrait constituer le point focal de la cérémonie (Driessen, Farnoux & Langohr 2007 : 203-204).

Fig. 8.11. EXTENSION NORD-EST. COUCHES SITUÉES DANS LA ZONE AU NORD DU « LAKKOS » 087, VERS L’ESPACE 4.18, ET DIRECTEMENT SUPERPOSÉES AU « LAKKOS ». CÉRAMIQUE FINE ET DÉCORÉE MR IIIB. A. #10-05-1914 ; B. 10-05-1839-OB002 ; C. #10-05-1863 ; D. #10-05-1929 (A,D : C. LANGOHR ; B, C : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

2.2.5. Extension Nord

29Dans la zone ouverte qui s’étend au nord du bâtiment E, plus précisément le long de la façade sud du complexe CD, un important dépôt primaire de poteries a été dégagé, qui semble se distinguer des grands ensembles de vaisselle brisée jetés successivement aux alentours. En effet, plusieurs vases sont peu fragmentés et peuvent être facilement remontés. Ils font partie d’un lot homogène, probablement MR IIIA1-début IIIA2 (fig. 8.12). M. Devolder suggère que ce mobilier était entreposé à l’étage des pièces 4.15, 4.16 et 4.17 (Cf. M. Devolder, chapitre 6).

Fig. 8.12. EXTENSION NORD. DÉPÔT PRIMAIRE MR IIIA1-DÉBUT IIIA2 DÉGAGÉ LE LONG DE LA FAÇADE SUD DES PIÈCES 4.15, 4.16 ET 4.17. A.-D. COUPELLES CONIQUES (10-05-1866-OB004, 10-05-1903-OB004, 10-05-1866-OB007, 10-05-1903-OB002) ; E. KYLIX À UNE ANSE (10-05-1866-OB006) ; F. TASSE EN CLOCHE (10-05-1866-OB003) ; G. PYXIDE (10-05-1903-OB006) ; H. LOUCHE (10-05-1866-OB005) ; I. FRAGMENTS DE COUPELLES CONIQUES, DE TASSES EN CLOCHE ET D’UNE TASSE DÉCORÉE (#10-05-1874, #10-05-1877) (G. C. LANGOHR ; A-F, H-I : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)

30Particulièrement nombreuses, les coupelles coniques et les tasses en forme de cloche qui composent ce dépôt présentent une importante homogénéité en ce qui concerne leurs fabriques, profils et quelques caractères technologiques. En effet, une fabrique de couleur rouge-brun bien épurée semble utilisée pour les deux types de poterie (fig. 8.12.a-d, f, i). Le profil des coupelles est évasé mais conserve une apparence compacte, avec le bord droit ou même légèrement incliné vers l’intérieur. La base de tasses en cloche est typiquement surélevée et bien dessinée (fig. 8.12.i, ligne inférieure). Tant les coupelles coniques que les tasses en cloche présentent des parois assez fines, tandis que la surface extérieure, laissée sans décor, semble avoir été soigneusement lissée à l’aide d’un chiffon humide ou parfois d’un ustensile aiguisé. Quelques kylix à une anse, souvent de section plate, complètent ce dépôt (fig. 8.12.e, i [ligne supérieure, 1e tesson à gauche]). Le pied est court et typiquement percé. Le bord, horizontal et légèrement projeté vers l’extérieur, est élégamment modelé à l’aide d’un outil, tandis que la surface du vase est entièrement engobée, et soigneusement lissée afin de donner un aspect luisant. Ces particularités vont dans le sens d’une datation ancienne, MR IIIA1 et début MR IIIA2. La pyxide montre une décoration peinte en clair sur sombre particulièrement intéressante. L’organisation en panneaux de motifs abstraits et géométriques trouve d’intéressantes comparaisons à Palaikastro au MR IIIA2 (Bosanquet & Dawkins 1923 : fig. 79 ; Sackett & MacGillivray 1992 : fig. 22 : 4). Enfin, l’anse en forme de grande boucle qui devait être fixée à un bol et servir de louche (fig. 8.12.h) est typique de la phase MR IIIA2 (MacGillivray 2007 : 155). Les poteries utilitaires ou de cuisine en fabrique plus grossière qui font partie de ce dépôt attestent également d’une facture particulièrement soignée, notamment par leurs parois fines et un traitement de surface bien fini, lissé.

31Il est à noter que la céramique contenue dans les couches #10-05-1874, #10-05-1877, #10-05-1889 et #10-05-1892, mêlées à ce dépôt, est davantage fragmentée et que les tessons présentent une pellicule cendreuse collée à la surface. Il pourrait s’agir d’un seul et même ensemble, stylistiquement et chronologiquement identique, qui était entreposé au même endroit avant la destruction du bâtiment (aux étages des pièces 4.15, 4.16 et 4.17), mais qui a connu des processus de dépôts différents (dépôt primaire de destruction in situ, dépôts secondaires après déblaiement/nettoyage). Une fois étudié et publié de manière exhaustive, il est probable que ce dépôt primaire puisse être très clairement attribué à l’occupation palatiale finale de Sissi et atteste d’une phase antérieure à la destruction finale du bâtiment E de la zone 5, au MR IIIA2 ou début MR IIIB. Il constituerait alors un excellent ensemble de comparaison pour la séquence céramique crétoise directement antérieure à la destruction finale du palais de Knossos.

Bibliographie

3. Références

▪ Benzi 1992 = M. Benzi, Rodi e la Civilta Micenea, Rome, 1992.

▪ Bosanquet & Dawkins 1923 = R.C. Bosanquet & R.M. Dawkins, The Unpublished Ojects from the Palaikastro Excavations 1902-1906 (BSA Supplementary Paper I), Londres, 1923.

▪ Deshayes 1966 = J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras (Études Péloponnésiennes 4), Paris, 1966.

▪ Devolder 2009 = M. Devolder, The Excavation of Zone 5, in Sissi I, 139-156.

▪ Driessen, Farnoux & Langohr 2007 = J. Driessen, A. Farnoux & C. Langohr, « Favissae ». Feasting Pits in LM III: Apogorevetai to spasimo?, dans L. Hitchcock, R. Laffineur & J. Crowley (éds), DAIS, The Aegean Feast (Aegaeum 29), Liège-Austin, 2008, 197-206.

▪ Forsdyke 1925 = E. J. Forsdyke, Catalogue of the Greek and Etruscan Vases in the British Museum. Vol. 1, Part 1. Prehistoric Aegean Pottery, Londres, 1925.

▪ Girella 2009 = L. Girella, Patterns of Exchange and Mobility: the Case of the Grey Ware in Middle and Late Minoan Crete, SMEA 51 (2009), 279-314.

▪ Haskell 2004 = H.W. Haskell, Wanax to Wanax: Regional Trade Patterns in Mycenaean Crete, dans A.P. Chapin (éd.), Χαρις. Essays in Honor of Sara A. Immerwahr (Hesperia Suppl. 33), Princeton, 2004, 151-159.

▪ Hallager & Hallager 2003 = E. Hallager & B.P. Hallager (éds), The Greek-Swedish Excavations at the Agia Aikaterini Square, Kastelli, Khania, 1970-1987 and 2001. Vol. III: 1-2. The Late Minoan IIIB: 2 Settlement. Stockholm, 2003.

▪ Hatzaki 2007 = E. Hatzaki, Final Palatial (LM II-IIIA2) and Postpalatial (LM IIIB-LM IIIC Early): MUM South Sector, Long Corridor Cists, MUM Pits (8, 10-11), Makritikhos ‘Kitchen’, MUM North Platform Pits, and SEX Southern Half Groups, dans N. Momigliano (éd.), Knossos Pottery Handbook: Neolithic and Bronze Age (Minoan) (British School at Athens Studies 14), Londres, 2007, 197-251.

▪ Hood & de Jong 1959 = S. Hood & P. de Jong, A Late Minoan III ‘Kitchen’ at Makritikhos (Knossos) (Knossos Survey 90), BSA 53-54 (1959), 182-193.

▪ Kanta 1980 = A. Kanta, The Late Minoan III Period in Crete. A Survey of Sites, Pottery, and Their Distribution. (SIMA LVIII), Göteborg, 1980.

▪ Karageorghis 1999 = V. Karageorghis, Notes on Some ‘Enigmatic’ Objects from the Prehistoric Aegean and Other East Mediterranean Regions, AA (1999), 501-514.

▪ Koehl 2006 = R.B. Koehl, Aegean Bronze Age Rhyta (Prehistory Monographs 19), Philadelphie, 2006.

▪ Langohr 2009 = C. Langohr, A Preliminary Report on the Late Minoan Pottery, in Sissi I, 163-178.

▪ MacGillivray 2007 = J.A. MacGillivray, The Late Minoan Pottery, dans J.A. MacGillivray, L.H. Sackett & J.M. Driessen (éds), Palaikastro: Two Late Minoan Wells (The British School at Athens Supplementary Volume 43), Athènes, 2007, 145-159.

▪ Mountjoy 1999 = P.A. Mountjoy, Regional Mycenaean Decorated Pottery, Vols. 1, 2. Rahden, 1999.

▪ Popham 1970 = M.R. Popham, A Late Minoan Shrine at Knossos, BSA 65 (1970), 191-194.

▪ Popham 1984 = M.R. Popham, The Minoan Unexplored Mansion at Knossos (The British School at Athens Supplementary Volume 17), Oxford, 1984.

▪ Rutter 1979 = J.B. Rutter, Stone Vases and Minyan Ware: A Facet of Minoan Influence on Middle Helladic Laconia, AJA 83 (1979), 464-469.

▪ Rutter 1999 = J.B. Rutter, Cretan External Relations during Late Minoan IIIA2-B (ca. 1370-1200 BC): A View from the Mesara, dans W. Phelps, Y. Lolos, & Y. Vichos (éds), The Point Iria Wreck: Interconnections in the Mediterranean ca. 1200 B.C. Proceedings of the International Conference, Island of Spetses, 19 Sept. 1998, Athènes, 139-186.

▪ Rutter 2006 = J.B. Rutter, Ceramic Imports of the Neopalatial and Later Bronze Age Eras, dans J.W. Shaw & M.C. Shaw (éds), Kommos V. The Monumental Minoan Buildings at Kommos, Princeton & Oxford, 2006, 646-688.

▪ Sackett & MacGillivray 1992 = L.H. Sackett & J.A. MacGillivray (e.a.), Excavations at Palaikastro, 1991, BSA 87 (1992), 121-152.

▪ Sackett & Popham 1970 = L.H. Sackett et M.R. Popham, Excavations at Palaikastro. VII, BSA 65 (1970), 203-242.

Sissi I = J. Driessen et al. Excavations at Sissi. Preliminary Report on the 2007-2008 Campaigns. Aegis 1, Presses Universitaires Louvain, Louvain-la-Neuve, 2009.

▪ Smith 2010 = R.A.K. Smith, Mochlos IIB: Period IV. The Mycenaean Settlement and Cemetery. The Pottery, Philadelphie, 2010.

▪ Tsipopoulou 2005 = M. Tsipopoulou, ‘Mycenoans’ at the Isthmus of Ierapetra: Some (Preliminary) Thoughts on the Foundation of the (Eteo)Cretan Cultural Identity, dans A.L. D’Agata & J. Moody (éds), Ariadne’s Threads: Connections between Crete and the Greek Mainland in Late Minoan III (LM IIIA2 to LM IIIC). Proceedings of the International Workshop held at Athens, Scuola Archeologica Italiana, 5-6 April 2003 (Tripodes 3), Athènes, 303-352.

▪ Tsipopoulou & Vagnetti 1994 = M. Tsipopoulou & L. Vagnetti, A Late Minoan III Grey Wheel-Made Piriform Jar from Eastern Crete, SMEA 34 (1994), 43-50.

▪ van Effenterre & van Effenterre 1969 = H. van Effenterre & M. van Effenterre, Fouilles exécutées à Mallia. Le Centre Politique I: L’Agora (1960-1966) (Etudes Crétoises 17), Paris, 1969.

▪ Warren 1991 = P. Warren, A New Minoan Deposit from Knossos c. 1600 B.C., and its Wider Relations, BSA 86 (1991), 319-340.

▪ Watrous 1992 = L. V. Watrous, Kommos III. An Excavation on the South Coast of Crete. The Late Bronze Age Pottery. Princeton, 1992.

▪ Xanthoudides 1920-1921 = S. Xanthoudides, Λαξευτός μυκηναϊκός τάφος Έπισκοπης Ίεραπετρου, AD (1920-1921), 157-162.

Notes

2 Durant les campagnes 2009 et 2010 des fouilles de Sissi, la gestion du matériel archéologique au sein des apothèques de la Maison de fouille de Malia, et particulièrement de la poterie, a pu être menée à bien grâce à l’assistance de Drs F. Liard (UCL), I. Kritikopoulos (Univ. Toronto) et L. Polain (UCL). Les dessins de la céramique sont ceux de Drs H. Joris (Univ. Hasselt), tandis que leur numérisation a été réalisée par H.L. Guillaume (UCL). Chr. Papanikolopoulos (INSTAP) est à l’origine de la documentation photographique. Je tiens à exprimer mes chaleureux remerciements aux nombreux spécialistes qui ont visité les apothèques durant ces campagnes et ont généreusement partagé leurs connaissances céramologiques, en particulier C. Knappett, A. Farnoux, B. Hallager, C. Macdonald, J.A. MacGillivray et J. Rutter. Un premier aperçu de la céramique retrouvée à Sissi avait été donné dans les rapports préliminaires précédents (Langohr 2009) et présenté à l’occasion de l’Annual Meeting de l’Archaeological Institute of America à Philadelphie en janvier 2009. Quand elle apparaît en-dessous de plusieurs vases sur une figure, l’échelle pourvue est valable pour chacun d’entre eux.

3 Je remercie vivement M. Pomadère, directrice des fouilles de l’Ecole française d’Athènes du Quartier Pi à Malia, de m’autoriser à publier cette poterie encore inédite.

4 Sur le « Grey Ware » et ses exemplaires crétois au MR III en particulier, consulter Tsipopoulou et Vagnetti 1994 ; Tsipopoulou 2005 : 311 ; Girella 2009 : 289s.

5 Je remercie L. Girella d’avoir attiré mon attention sur ces différents points. Ce spécialiste a par ailleurs suggéré que le « Grey Ware » n’est qu’un des aspects d’un phénomène plus large et propre à la période charnière entre le MR IIIB et le MR IIIC, celui de la pénétration et circulation d’objets métalliques en Egée et en Méditerranée orientale qui affichent de claires ressemblances avec les produits du continent européen, particulièrement la région de l’Italie actuelle (Girella 2009 : 305).

6 Cette tasse provient d’un contexte HR IIIB de l’Agora d’Athènes. Bien que le traitement de surface diverge, avec ses engobe et fines lignes peintes rouge-brun, elle présente des caractères morphologiques très semblables à la tasse de Sissi (coupe très peu profonde, petite base surélevée, anse horizontalement proéminente, lèvre légèrement évasée vers l’extérieur).

7 Les six exemplaires complets retrouvés dans la pièce 3.8, renversés au pied des supports tubulaires ou contre le mur nord, ont été directement conditionnés afin d’être envoyés en laboratoire pour procéder à des analyses de résidus, potentiellement conservés sur la face interne de ces vases. Dès lors, aucune photographie ou dessin de ces poteries n’a pu être réalisé à ce jour, excepté in situ (cf. Gaignerot-Driessen, ce volume, fig. 5.8 et fig. 5.9, pour un exemple incomplet).

8 J. Rutter, commentaire personnel sur une étude à paraître.

9 Je remercie J. Rutter d’avoir attiré mon attention sur ce détail.

10 A nouveau, je remercie J. Rutter d’avoir attiré mon attention vers ces objets.

11 Une vue de haut de ce vase et de sa décoration occupe la couverture du volume 3 de la collection AegIS, C. LANGOHR. ΠΕΡΙΦΕΡΙΑ. Etude régionale de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB (1450-1200 av. J.-C.). 1. La Crète centrale et occidentale (AEGIS 3), Louvain-la-Neuve, 2009.

12 Ce matériel encore inédit m’a été généreusement présenté par J. Driessen et A. Farnoux, directeurs des fouilles du quartier Nu.

13 C. Knappett, « LM III Quartier Nu - Pottery Fabric Studies », étude pétrographique à paraître. Il s’agit également de la même fabrique utilisée pour la grande maquette à maison retrouvée dans le quartier Nu (Driessen et Farnoux, à paraître).

Table des illustrations

Légende Fig. 8.1. ZONE 2. PIÈCES 2.6 ET 2.8. DÉPÔTS SECONDAIRES/? REMBLAIS MR IA. A. TASSE AU PROFIL EN S (09-02-1203-OB001) ; B. TASSE AU PROFIL EN S PROVENANT DE LA PIÈCE 10 DU QUARTIER PI À MALIA (4029.13) ; C-D. ÉCHANTILLONS DE LA CÉRAMIQUE RETROUVÉE DANS LA PIÈCE 2.6 (#09-02-1226) ; E. MARMITE TRIPODE, DÉCORATION INCISÉE (09-02-1243-OB003) (C-D : C. LANGOHR ; B : L. MANOUSOGIANNAKI ; A, E : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 8.2. ZONE 7. DÉPÔT PRIMAIRE DE DESTRUCTION MM IIIB(-MR IA) DANS L’ANGLE INTERNE DU MUR MÉGALITHIQUE. A. 09-07-3015-OB001 ; B. 09-07-3011-OB001 ; C. 09-07-3013-OB001 ; D. 09-07-3014-OB005 ; E. 09-07-3000-OB005 (A : C. LANGOHR ; B-E : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 8.3. BÂTIMENT CD. SANCTUAIRE 3.8. DÉPÔT DE DESTRUCTION PRIMAIRE MR IIIB. A. 09-03-0515-OB001 ; B. 09-03-0514-OB011 ; C. 09-03-0514-OB013 ; D. 09-03-0514-OB012 (C : C. LANGOHR ; A, B, D : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 8.4. BÂTIMENT CD. PIÈCE 4.9. DÉPÔT DE DESTRUCTION PRIMAIRE MR IIIB AVANCÉ. A. COUPELLES CONIQUES (09-04-0767-OB005, 08-04-0716-OB001, 09-04-0739-OB001, 09-04-0767-OB003) ; B. BOLS CONIQUES À BASE SURRÉLEVÉE (09-04-0767-OB004, 09-04-0767-OB006) ; C. COUPE À CHAMPAGNE (09-04-0752-OB003) ; D. TASSE BASSE (09-04-0767-OB021) ; E. CRUCHE À COL CYLINDRIQUE (09-04-0739-OB003) ; F. CRUCHE À COL ÉTROIT (? « TYPE IV HYDRIA ») (09-04-0739-OB004) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 8.5. ZONE 6. PIÈCE 6.1. BOL CONIQUE À BASE SURRÉLEVÉE (08-06-2024-OB004) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 8.6. BÂTIMENT CD. PIÈCE 4.9. DÉPÔT DE DESTRUCTION PRIMAIRE MR IIIB AVANCÉ. A. COUVERCLE (09-04-0723-OB005) ; B. TORCHE ? (09-04-0767-OB023) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 8.7. BÂTIMENT CD. PIÈCE 4.11. DÉPÔT DE SOL MR IIIB AVANCÉ. A. VASE À ÉTRIER DE STOCKAGE (09-04-1625-OB013) ; B. VASE À ÉTRIER GLOBULAIRE (09-04-0757-OB001) ; C. VASE À ÉTRIER GLOBULAIRE (09-04-1609-OB001) ; D. VASE À ÉTRIER GLOBULAIRE (09-04-1614-OB001) ; E. GOBELET (09-04-0793-OB001) ; F. PYXIDE (09-04-1614-OB002) ; G. SUPPORT TUBULAIRE ‘À SERPENTS’ (09-04-0742-OB001) (A : C. LANGOHR ; B-G : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 8.8. PIÈCE 5.11. VASE À ÉTRIER DE TRANSPORT DÉCORÉ, 09-05-0955-OB001 (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 8.9. PIÈCE 5.12. DÉPÔT DE DESTRUCTION DANS L’ANGLE NORD-OUEST DE LA PIÈCE. A. KYLIX (09-05-0994-OB010) ; B. COUPE À CHAMPAGNE (09-05-0994-OB005) ; C-D. TASSES GLOBULAIRES À BORD DROIT (09-05-0994-OB006 ET 09-05-0994-OB007) ; E. BOL OGIVAL/ ? « PULLED-RIM BOWL » (09-05-0994-OB012) ; F-G. COUPELLES CONIQUES (09-05-0994-OB008 ET 09-05-0994-OB009) ; H. JARRE GLOBULAIRE (09-05-0994-OB011) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 8.10. PIÈCE 5.13. DÉPÔT DE DESTRUCTION. A. SUPPORT TUBULAIRE À SERPENTS (09-05-0974-OB002) ; B. CRUCHE À LARGE COL ET BEC HORIZONTAL (09-05-0974-OB001) ; C. TASSE OGIVALE/? « PULLED-RIM BOWL » (09-05-0978-OB002) ; D. TASSE GLOBULAIRE À BORD DROIT (09-05-0978-OB001) (CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 8.11. EXTENSION NORD-EST. COUCHES SITUÉES DANS LA ZONE AU NORD DU « LAKKOS » 087, VERS L’ESPACE 4.18, ET DIRECTEMENT SUPERPOSÉES AU « LAKKOS ». CÉRAMIQUE FINE ET DÉCORÉE MR IIIB. A. #10-05-1914 ; B. 10-05-1839-OB002 ; C. #10-05-1863 ; D. #10-05-1929 (A,D : C. LANGOHR ; B, C : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 8.12. EXTENSION NORD. DÉPÔT PRIMAIRE MR IIIA1-DÉBUT IIIA2 DÉGAGÉ LE LONG DE LA FAÇADE SUD DES PIÈCES 4.15, 4.16 ET 4.17. A.-D. COUPELLES CONIQUES (10-05-1866-OB004, 10-05-1903-OB004, 10-05-1866-OB007, 10-05-1903-OB002) ; E. KYLIX À UNE ANSE (10-05-1866-OB006) ; F. TASSE EN CLOCHE (10-05-1866-OB003) ; G. PYXIDE (10-05-1903-OB006) ; H. LOUCHE (10-05-1866-OB005) ; I. FRAGMENTS DE COUPELLES CONIQUES, DE TASSES EN CLOCHE ET D’UNE TASSE DÉCORÉE (#10-05-1874, #10-05-1877) (G. C. LANGOHR ; A-F, H-I : CHR. PAPANIKOLOPOULOS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3131/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

Auteur

Chargé de recherches F.R.S.-FNRS (UCL-AegIS)

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540