Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justices militaires et guerres mondiales

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Jonas Campion
, 
Luigi Lacchè
, 
et al.

Une forme particulière de « justice militaire »

Les structures d’épuration administrative au sein de l’armée belge après la Seconde Guerre mondiale

Jonas Campion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une acception large du terme, la justice militaire se définit comme l’ensemble des procédures assurant la régulation de l’institution militaire et encadrant le comportement de ses membres. Cette régulation est double, puisque tout militaire est à la fois soumis à une action disciplinaire interne ainsi qu’à une action pénale propre (Gilissen 1976 : 293). En Belgique, cette articulation traditionnelle mérite d’être analysée dans le contexte particulier de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour l’armée belge, cette période est celle d’une refondation, destinée à dépasser la crise humaine, matérielle et morale qu’elle traverse à partir de la Libération. Loin d’être une institution unie, elle se présente comme une mosaïque, rassemblant les forces belges en Grande-Bretagne, des volontaires de la Libération, mais aussi les vaincus de 1940, revenant progressivement de captivité (Histoire de l’armée belge 1988 : 2).

Comme le reste de la société, l’armée doit solder les comptes de l’O...

Auteur

Chargé de recherches FRS-FNRS au Centre d'histoire du droit et de la justice (Université catholique de Louvain). Il travaille actuellement sur un projet intitulé « Les polices militaires au XXe siècle : un “État dans l'État” ? Enjeux sociopolitiques, évolutions structurelles et pratiques professionnelles de la gendarmerie belge (1918-1957) ». Son doctorat en histoire (Université catholique de Louvain et Paris IV-Sorbonne, 2009) portait sur le rétablissement de la légalité policière après la Seconde Guerre mondiale au sein des gendarmeries belge, française et de la Koninklijke marechaussee néerlandaise. Sa thèse a été publiée en 2011 chez l’éditeur André Versaille. Il collabore également au programme de recherches interuniversitaire “Justice & populations, the Belgian experience in international perspective, 1795-2015” (Interuniversity Attraction Pole P7/22, Belgian State – Belgian Science Policy)

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540