Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie et les vivants

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq
, 
Nicolas Monseu

Cinquième section. Culture, histoire et société

Le suspens, coup de force de la vie et voie de la délibération (ré) ouverte. Repenser le management à la lumière de la phénoménologie de Michel Henry

Eric Faÿ

Texte intégral

  • 1 M I.
  • 2 I.
  • 3 Par gestion et par management nous désignons ici la conduite de l’action collective. La recherche e (...)
  • 4 Maurice Dufour, « Introduction », dans La rupture entre l’entreprise et les hommes, Maurice Dufour, (...)

1Le présupposé massif de notre culture occidentale moderne est le suivant : le chiffre, l’objectif, est connoté positivement, il est réel, rationnel, il fonde l’action à mener ; la vie active et affective, le subjectif, est douteux, c’est une ressource dont il faut finaliser l’action par des chiffres. La réflexion phénoménologique de Michel Henry est inédite car elle situe le réel, le vrai et le raisonnable non pas du côté des chiffres, des représentations mais du côté de la subjectivité vivante, du côté de la praxis1 ouverte à ce qui la ressource ; à ce qui parle, se manifeste dans sa chair2. Mais alors comment ancrer l’action non pas dans des représentations objectives mais dans la vie subjective active et affective ? Cette question qui concerne la recherche en gestion3 a été posée de façon prophétique par Maurice Dufour en 1985. Il analysait dans un magnifique texte4 la rupture entre l’entreprise et les hommes, entre la gestion par les nombres et la vie.

  • 5 Christophe Dejours, Travail, usure mentale. De la psychopathologie à la psychodynamique du travail, (...)
  • 6 Manfred Kets de Vries, Dany Miller, The Neurotic Organization, San Francisco, Jossey-Bass, 1984.
  • 7 Burkhard Sievers, « Psychotic Organization as a Metaphoric Frame for the Socio-Analysis of Organiza (...)
  • 8 Yiannis Gabriel, Organizations in Depth, London, Sage, 1999, p. 230.
  • 9 Eric Faÿ, « Vivant ou dérisoire, à propos du travail à l’âge de l’information. Une contribution bas (...)
  • 10 En novembre, 2010 une grande entreprise française a licencié 1600 personnes aux Etats-Unis en leur (...)

2À travers différentes écoles de pensée, la corporéité affective a fait son entrée dans les recherches en gestion (approches psychanalytiques marquées par les travaux du Tavistock Institute, approches socio-constructivistes des émotions, chercheurs inspirés par les travaux du neurologue Antonio Damasio, pour n’en citer que quelques uns). Du côté de la psychodynamique du travail, Christophe Dejours5, avec la rationalité pathique, a indiqué une raison sise en la vie qui précède et entre en débat, voire en contradiction, avec la rationalité gestionnaire. Mais le fait que la vie dans les organisations puisse être marquée par l’envie, la névrose du dirigeant (Kets de Vries et Miller6) voire par les anxiétés paranoïdes générées par les structures psychotisantes des organisations (Sievers7) jette un sérieux doute sur la place qu’il faut accorder à l’affectivité dans les organisations. L’affectivité n’est-elle pas alors le lieu d’un affrontement indécidable entre eros et thanatos qui mérite, au final, d’être encadré par la rationalité, par le sérieux des chiffres ? Cette question n’est pas close dans la recherche en gestion. Yiannis Gabriel écrit qu’une « tâche encore plus grande attend les chercheurs et praticiens, celle qui consistera à explorer les relations entre rationalité et émotions dans les organisations »8. Voici quelques questions qui en résultent : 1) comment « gérer » dans l’ouverture à la vie subjective affective en tenant compte de la part d’ombre de cette dernière ? ; 2) comment, d’autre part, cherchant à réconcilier vie et gestion, ne pas tomber dans la dérision d’une subjectivité mise en avant pour être ensuite niée9 ? et 3) comment s’écarter des pratiques de gestion barbares qui fuient le risque de la rencontre affective difficile10 ?

I. Une approche henryenne de la vie active

  • 11 B, chapitre III, p. 59-82.
  • 12 La majuscule indique ici qu’il s’agit du Besoin de chaque vie de se maintenir et de s’accroître.
  • 13 Raphaël Gély, Rôles, action sociale et vie subjectives. Recherches à partir de la phénoménologie de(...)

3Pour répondre à ce fort difficile ensemble de questions, tournons nous maintenant au cœur d’apports relatifs à l’action et au travail proposés par Michel Henry dans La barbarie11. La vie affective de tout un chacun éprouve en mode passif (souffrance) le poids de besoins auxquels elle ne peut se soustraire. Cette vie cherche alors dans sa dynamique endogène (se maintenir et s’accroître), son Besoin12, à déployer ses capacités en mode actif à travers les modes de production et d’échange qu’elle trouve (ou qu’elle n’arrive pas à trouver), le rôle qu’elle peut occuper dans un corps social et auquel elle a été initiée et dont elle réitère les règles et savoir-faire13. Ce faisant, développe Michel Henry, cette vie active, cette praxis, simultanément entre en possession de ses propres capacités et habiletés (corpspropriation de celui qui s’éprouve capable et habile) ; fait de cette Terre une Terre familière, un monde de la vie (copropriation) ; et, s’éprouve jointe à elle-même encore plus intensément (subjectivation).

4Mais notons que la vie active souffre à nouveau lorsqu’elle se heurte à ce qui résiste ou s’oppose à cette dynamique de maintien et d’accroissement qui sous-tend son activité : ses propres lacunes, la maladie, l’incompétence,… la matière qui ne se plie pas au savoir faire. Les épreuves ressortissent aussi aux configurations sociales (inégalités, divisions sociales cadres/non cadres, plafond de verre…), aux formes d’organisation (parcellisation des tâches, hyper-prescriptions, hypo-prescriptions), ou bien aux contraintes de la gestion (lorsqu’elle fait de l’objectif une téléologie déconnectée des prescriptions de la vie).

  • 14 Christophe Dejours, Travail vivant, tome 2, Travail et émancipation, Paris, Payot, 2009.
  • 15 B, Chapitre VI, p. 137-166.

5Remarquons que cette souffrance se révèle sur le fond de la dynamique endogène de maintien et d’accroissement d’une vie qui s’active. C’est parce qu’elle a faim et qu’elle s’active qu’une vie se confronte à l’obstacle et à la résistance et qu’elle souffre. Il est très important de souligner avec Christophe Dejours14 qu’une telle souffrance peut donner lieu à une plus grande créativité, à une résolution ou un contournement de la difficulté dans une délibération avec des collègues. Accroissant alors ses capacités pratiques, sociales, son habileté à faire avec les règles de gestion…, cette vie s’épanouit : elle a libéré son énergie, s’est accrue, s’en trouve renforcée tout en produisant un bien échangeable… Elle peut, à l’inverse, ne pas chercher ou ne pas trouver d’issue à ses difficultés, se résigner à la médiocrité ou éprouver une grande solitude. L’enjeu, comme l’a montré Michel Henry dans La barbarie15, est alors qu’elle laisse une part de son énergie inemployée, énergie qui lui pèse, l’emplit de mécontentement. Délaissée, cette vie porte une énergie qui peut chercher à se déployer, en vain, dans des conduites déviantes. Toute cette argumentation fait de la dynamique subjective d’une vie active et affective, partagée avec d’autres dans une communauté pathique, l’essence qui fait apparaître et éprouver l’expérience du travail. S’agit-il bien du socle subjectif qui nous permettrait de démettre l’objectif de son pouvoir sur la conduite de l’action ?

  • 16 AD, p. 72.
  • 17 CMV, p. 177-185 ; Irénée de Lyon critiquait déjà au deuxième siècle la posture gnostique qui refusa (...)

6La phénoménologie de Michel Henry nous invite à faire un pas de plus et à ne pas seulement considérer notre vie dans sa dynamique endogène et hétérogène aux déterminations mondaines — se maintenir et s’accroître — mais aussi vécue comme se recevoir et se donner. Le « je » vivant charnel qui a pouvoir sur ses pouvoirs est un « je » qui reçoit cette puissance de vivre, il ne se la donne pas à lui-même. « Je ne suis pas une sorte de monade qui serait ma propre origine, mais je suis plutôt comme un nageur dans la mer. Je suis porté par la vie… Sa structure même fait que je suis engendré et porté par elle »16. Dès lors, pour toute subjectivité, la possible oscillation — ou division — entre une dynamique de maintien et d’accroissement qui se reçoit, se donne et se transmet (ouverte à sa source, ouverte à autrui) ou une dynamique de maintien et d’accroissement égocentrée, idolâtrique de soi-même comme le souligne Michel Henry17, et qui, coupée de sa source et d’autrui s’épuise.

  • 18 Denis Vasse, La chair envisagée. La génération symbolique, Paris, Seuil, 1988.

7De façon très proche des recherches de ce dernier, Denis Vasse nomme parole originaire et créatrice, cette source d’une vie qui s’éprouve comme donnée à ellemême. Il indique sa capacité de consentir ou non à ce don et pointe la pathologie d’un refus qui pousse à se rassurer dans l’identification au miroir des objets et des images (eidolon, en grec) : « au lieu que s’y reflète le consentement au don originaire, l’ouverture à la parole créatrice, c’est de l’évitement de cette parole primordiale qu’il s’agit… »18. Dans un tel refus se perd l’esprit qui joint la chair affective et active à la vie qui se donne en elle. La chair alors s’épuise, perd le désir d’une vie active bonne, (goût du bon, du beau, du bien) avec et pour autrui ; refusant un tel désir, elle fuit dans l’objectif, le futur.

8Comment conduire l’action collective s’il demeure une telle oscillation dans la vie affective ? A-t-on nécessairement besoin de l’objectif pour arbitrer entre les différentes parties prenantes ? Ou bien est-il possible que chacun soit reconduit, dans le cours de l’action, à la parole originaire, à la perception d’être porté par la vie, et qu’émerge alors le désir de vivre une vie bonne avec autrui ? Sans écarter d’autres voies possibles pour une telle reconduite, à partir de diverses recherches, je souhaite maintenant proposer une réflexion sur le coup de force qu’introduit le suspens dans le cours d’une délibération et expliciter comment nous pouvons penser que s’y opère une reconduite à la parole originaire.

II. La reconduite à la vérité de la Vie dans le suspens, la délibération (ré)ouverte

  • 19 DCC, p. 181 et p. 194-199.
  • 20 Ibid., p. 191.

9Il n’est pas possible de travailler sur le thème de la délibération sans rappeler que Michel Henry met en évidence et de façon répétée les caractéristiques d’une parole qui se déploie sur l’horizon du monde : indifférence, irréalité, apparition fantomatique… et, par là, ouverte à l’hypocrisie. De façon tout aussi répétée il souligne la vérité de l’action, de la praxis en tant que celle-ci s’éprouve à la lumière de la puissance de la subjectivité essentielle, à la lumière du Fonds de la vie. Pour autant Henry, dans Du communisme au capitalisme, met en avant la notion de délibération comme médiation concrète du pouvoir de chacun de conduire avec d’autres les affaires communes en référence à la vie que chacun vit19. Mais aussitôt Henry nous alerte au sujet des perversions de la délibération en politique : dévalorisation des individus comme porteurs d’intérêts égoïstes, anarchiques et divergents20, mise en avant d’un intérêt général rationnel, aperçu à la lumière du monde et délié de toute référence à la vie, et, par là, hypostase du politique. Cette critique est extensible aux perversions de la délibération telles qu’elles peuvent se produire en économie, en particulier, dans les décisions prises en entreprise lorsque — et ce n’est pas bien entendu à chaque fois le cas — ceux qui décident n’ont plus comme référence ultime qu’un double irréel de la vie : l’argent, le cours du titre en bourse.

  • 21 I, p. 265 ; Ibid., p. 303, à propos de l’immense catastrophe idéologique qui condamne à l’avance la (...)

10Mais alors comment, au travail, la vie, comme parole originaire, peut-elle se faire entendre alors que la rationalité, le langage sont fort souvent référés aux abstractions numéraires ou à la nécessité aveugle d’un progrès technologique ? Pour répondre à une telle question le chercheur en gestion gagne à suivre l’impératif phénoménologique que définit Michel Henry : rapporter les indications programmatiques sur l’économie qu’il trouve, par exemple dans le Marx, dans La barbarie ou dans Du communisme au capitalisme, « aux phénomènes de sa propre vie tels qu’ils lui sont donnés dans cette vie et par elle »21. Ce qui, pour de telles explorations, conduit à privilégier la « recherche action », une forme de recherche dans laquelle le chercheur est partie prenante d’une action conduite en entreprise.

  • 22 Eric Faÿ, Information, parole et délibération, l’entreprise et la question de l’homme, Québec, Pres (...)

11Le terrain de la recherche qui va être présentée est une entreprise du secteur technologique nord américaine où, chaque matin, à 10h, une voix féminine annonce de façon neutre et froide, dans les hauts parleurs présents dans chaque salle, le cours du titre de l’entreprise en bourse. Deux heures toutes les six semaines nous nous réunissions avec un groupe d’une douzaine de personnes pour parler des difficultés éprouvées par les uns et les autres suite à la mise en place d’un nouveau système informatisé de gestion documentaire qui concernait plusieurs services et plusieurs sites. Mon intérêt de recherche était précisément de travailler sur les difficultés d’énoncer une parole subjective dans un tel cadre offert à la parole. Je resituais au groupe mes observations à ce sujet d’une réunion sur l’autre, ce qui donnait lieu à un échange. Avant la sixième réunion j’ai été averti par le chef de projet que des personnes avaient été mal à l’aise du fait que je cite des noms de participants lors de ces restitutions. Voici comment je rends compte du début de la réunion qui suivit dans Information, parole et délibération, l’entreprise et la question de l’homme22.

  • 23 Christophe Dejours et Florence Bègue montrent comment, dans une entreprise éprouvée par une vague d (...)

12Invité dès le début à prendre la parole le chercheur s’exprime ainsi : « j’ai appris par Christian Bernard (le responsable du groupe) que quelques personnes ont été gênées par le fait que je cite des noms lors de mon intervention au cours de la dernière réunion. Je suis désolé ». Ici le chercheur perçoit que le chef de projet semble soucieux. Le groupe écoute, quelque chose bouge. Un temps de silence, de pause, semble requis entre chaque phrase. Le chercheur ralentit son rythme et marque les pauses. Il poursuit : « je n’avais pas l’intention de mettre tel ou tel dans l’embarras... Je tiendrai compte de cette remarque à l’avenir... Je vous remercie de m’avoir signalé cette difficulté en en parlant à Christian B ». Puis, enchaînant sur la dernière réunion : « Lors de l’échange sur les relations entre ingénieurs et assistantes, j’ai perçu un dialogue vrai, ouvert.... Un dialogue avec un réel respect de l’autre, c’était un dialogue de qualité... Il y avait un sincère désir de coopération… ». À ce moment-là, le chercheur note ce qu’il éprouve : l’écoute est forte, dans les silences il ressent un « craquement de banquise »… Un mouvement s’amorce. Au retour, cette perception sera confirmée par un ingénieur : « Vous parlez de la vie du groupe. C’est quelque chose d’étrange, on ne s’y attend pas. Cela fait bouger quelque chose dans nos têtes. Après pendant un certain temps, il y a un flottement. En début de réunion c’est bien »23.

13Pour avancer vers notre explicitation phénoménologique d’un tel suspens, rapportons-nous à la métaphore du « craquement de banquise ». Par le craquement de banquise, il est possible d’entendre la brisure d’une gangue rationaliste dans laquelle était enserrée l’action. En d’autres termes, pour les participants à la réunion, s’opère un suspens des diverses intentionnalités fonctionnelles orientées vers la réussite pragmatique de l’action à travers un traitement plutôt complexe d’informations qu’allaient apporter les représentants des divers services. Ainsi, dans l’intériorité de chacun, une brisure, un coup de force se produit. Pour autant ce n’est pas la peur d’une noyade qui advient, une écoute intense se manifeste et le chercheur qui parle éprouve à ce moment là la nécessité de laisser la parole parcourir son chemin en ralentissant son rythme. Etonnamment un temps inutile semble requis, celui de faire des pauses entre les phrases. Il est à noter qu’il n’y a pas alors d’opposition à cela, pas de gêne ou de sentiment d’incongruité. Chacun consent à être affecté par ce qui bouge en lui alors qu’il écoute ce qui se manifeste à travers les mots énoncés et le silence.

14Les individus, venaient pourtant pour une réunion de travail et pouvaient être légitimement préoccupés par les questions à traiter dans cette réunion et par les divers enjeux que soulevaient ces questions. En particulier, la répartition des rôles relatifs à la gestion des documents pouvait conduire à un redécoupage du partage des tâches, avec des conséquences importantes pour le contenu des postes des assistantes d’ingénieur dans un contexte d’incertitude sur l’emploi. Mais, un temps, via le suspens, les individus sont décentrés de ces préoccupations et ils consentent, à être reconduits vers l’essentiel à travers ce qui bouge en eux dans les silences et les mots d’un tiers qui s’excuse d’une maladresse bien réelle.

  • 24 Voir l’invisible, sur Kadinsky, Paris, Presses universitaire de France, 2005, p. 103.
  • 25 Natalie Depraz, Le corps glorieux, Louvain, Peeters, p. 107-109.

15Il est à ce stade possible de suggérer dans ce temps de silence qui semble requis une manifestation de l’œuvre primitive de la vie selon les termes de Michel Henry : « Il y a un requisit de la vie, nous dit Michel Henry, partout où elle a accompli son œuvre primitive, celle de venir en soi, de s’éprouver soi-même de façon à pouvoir sentir, à pouvoir jouir et souffrir »24. Entendons ce silence, ces pauses requises comme une manifestation de la vie, une parole primitive, originaire de vie et sa puissance qui donne la force à l’ego intentionnel et défensif, d’écouter et de lâcher prise. Au sujet confondu avec son ego, réfugié dans le hors de soi, verrouillé dans ses défenses, il est donné de revenir vers l’essentiel25. Poursuivons, lâchant prise sur les objets cause de souci, les sujets sont reconduits, par la puissance de ce qui se manifeste, vers leur intériorité et, précisément, vers cette manifestation à elle-même, cette venue en soi, de la parole de vie et de sa puissance. Alors des individus qui se savaient réunis en vue d’une inter-objectivité — traiter ensemble des informations relatives à des objets communs à l’instar des ordinateurs qu’ils fabriquaient —, ces individus éprouvent qu’ils sont réunis par une parole qui touche l’affectivité de chacun en son cœur. S’intensifient, se réactualisent alors le vivre et le vivre ensemble des sujets.

  • 26 La majuscule correspond à l’usage constant que Michel Henry fait de ce terme tout au long de son œu (...)

16Nous pouvons faire un nouveau pas de plus et suivre Michel Henry qui nous indique que chaque vie est générée et régénérée dans un Fonds26 de la Vie commun à tous. La parole de vie se manifeste comme la parole qu’adresse, dans sa puissance, la Vie aux vivants. C’est une parole active qui les libère du souci, les reconduit à s’éprouver vivants avec d’autres vivants. Sans qu’ils en aient la conscience et les mots pour le dire mais en y consentant, alors qu’ils l’éprouvent, les vivants touchés par la parole de la Vie sont reconduits à un temps a-cosmique et a-historique, celui qui ne répond d’aucun enchaînement de causalités structurelles ou historiques. En ce temps là, le temps du suspens, la Vie accomplit son coup de force, son œuvre primitive, primordiale, prioritaire, celle de re-générer des soi vivants singuliers et, en elle, dans son Ipséité originaire, unis dans leur différence. Là, l’individu jeté au monde, balloté, soucieux, précarisé, désolé est régénéré, il trouve un sol, une demeure. Chaque vivant en son cœur de chair éprouve avec étonnement ce don. Ce temps du don revivifiant, ce temps là, est le temps originaire, fondateur de l’intersubjectivité et du vivre ensemble.

  • 27 CMV, p. 209.
  • 28 « Phénoménologie matérielle et langage » dans PV III, p. 340.
  • 29 Ibid., p. 345.

17Là, l’individu est « reconduit de la vérité du monde à celle de la Vie »27. Certes il existe une liberté de ne pas consentir, la possibilité d’un refus de ce don, mais la médiation d’un autre ou d’autres que nous percevons touchés nous conduit intrigués à faire silence. Que l’on se souvienne ici du silence qui s’impose à nous quand d’autres déjà silencieux éprouvent en eux les motions de la vie dans telle exposition de peintures, dans tel édifice religieux, par exemple. Il y a là l’éveil du Désir de vivants d’intensifier leur lien avec la Vie, de laisser advenir en leur vie la Parole primitive de la Vie. Un Désir qui cherche son accomplissement. Dès lors, en suivant les indications programmatiques que Michel Henry a tracées dans sa conférence du colloque de Cerisy « Phénoménologie matérielle et langage »28, il nous faut rendre compte, du rapport entre le suspens et la délibération, du rapport entre le langage de la vie et le langage du monde. Nous devons suggérer comment le langage de ceux qui gèrent et organisent leur travail traduit, en vérité, ce Désir régénéré. Michel Henry le souligne « c’est à une Parole primitive, celle de la Vie, qu’il faudrait demander la signification de ce langage de l’économie, sa capacité de dire la réalité ou d’en être la dénaturation — une idéologie délirante »29.

18Voici quelques indications en ce sens. Dans la suite de la réunion que nous évoquions, Florence, ingénieur achats, prend la parole. De façon plutôt inattendue, dans ce monde des technologies informatiques où règne l’abstraction sans vie, elle énonce son ressenti dans une métaphore où, à travers le visible « on s’arrache les cheveux », se dit l’invisible : l’inconfort éprouvé de perdre son temps à rechercher des informations du fait d’une nomenclature imprécise de la documentation et son ressenti de dispersion voire d’éclatement. Peu de temps après, alors que son équipe avait une réputation de personnes hautaines, Bertrand l’un des ingénieurs du bureau d’étude va apporter à tous des éclairages fort utiles sur les différentes familles de fichier qu’il convient de classer dans cette documentation. Puis il montrera à l’aide de schémas ce que représentent les différents fichiers par rapport aux produits fabriqués. Une dynamique coopérative de partage de connaissance s’amorce ainsi. Dans la suite de la réunion Alain n’hésitera pas à dire « laissez tomber ce que j’ai dit... j’ai tout faux », « je m’excuse, je me suis trompé ». Relogé dans la demeure de l’Ipséité originaire, l’ego n’a plus besoin de trouver son « identité » dans la brillance d’une image publicitaire d’expert omniscient, il s’oublie. L’ancrage de l’action ne se trouve plus être l’ego soucieux de lui-même et dans la délibération une solution satisfaisante pour toutes les parties prenantes émergera.

19Arrive alors le moment de savoir qui va faire quoi. Christian, le chef de projet prend la parole et dit : « La question c’est : qui modifie les fichiers ? La question, c’est soit vous le bureau d’études... soit le service des assistantes techniques ». Christian, ici, s’est exprimé posément, marquant un temps de suspens après : « Vous le bureau d’études… ». Bertrand qui représente le bureau d’études prend son temps pour répondre, pèse la charge de travail de son groupe, et matériellement, au regard de ce qu’il éprouve dans cette organisation de travail, souhaite l’intervention du groupe des assistantes techniques : « avec les avances de phases de quelques semaines... C’est une fonction du service des assistantes techniques de faire la synthèse de la Doc ». Cette réponse est un élément clé qui répond à l’interrogation des assistantes sur le devenir de leur rôle avec ce nouveau système. « On va aller pointer à l’ANPE » avait dit l’une d’elles lorsque l’informaticien avait argumenté, selon sa logique, que les ingénieurs seuls pourraient saisir et modifier les documents dans le système. Ainsi une praxis coopérative se profile au sein d’un corps social qui reprend vie, l’humour bienveillant se manifestera à plusieurs reprises dans la suite de la réunion.

20Le suspens qui ré-ouvre une délibération a un rôle fondateur pour l’organisation du travail comme praxis vivante. La chair des vivants en laquelle ils éprouvent le Besoin de se maintenir et de s’accroître, à travers leur travail, est à ce moment là reconduite à sa source, la Parole primitive de la Vie qui se manifeste par son Désir. Désir pour tous de demeurer dans une loge commune et de vivre une vie bonne avec et pour autrui. Localement, et dans une période de temps déterminée, des vivants ont exercé ensemble le pouvoir de bâtir une organisation, un monde de la vie, un monde à la mesure de son Désir.

  • 30 « On n’aime pas lorsque l’on n’a pas assez de temps pour tout bien tester sur les séries spéciales  (...)
  • 31 M II, p. 42.

21À partir de là, sur un plan théorique, à la question posée par Yiannis Gabriel sur la nécessité ou pas d’encadrer l’affect par la rationalité dans la conduite de l’action collective, nous répondons qu’il s’agit de poser la question d’une ouverture à la manifestation de la Parole primitive de la Vie et à son Désir lorsque l’on gère, manage, organise le travail humain. De là, nous soulignons qu’il s’agit de poser la question du consentement à ouvrir, en vérité, une action tendue vers des buts rationnels. Cette ouverture peut se penser comme ouverture à la Raison de toutes les raisons : la Raison sise en la vie d’une chair active et affective ouverte à la parole originaire, ce Réel qui la régénère et fonde le bien vivre et le bien travailler ensemble30. Avec Michel Henry nous suggérons de considérer ce Réel comme naturant, instituant et les représentations, rationalités comme naturées. Il s’agit de penser la préséance du naturant sur le naturé, de l’instituant sur l’institué. Fermé à ce réel là, à cette Raison sise en la profondeur de la vie, celui qui organise va « survoler la vie, [de] lui prescrire des buts étrangers à sa téléologie immanente »31.

III. Conclusion

  • 32 Alain Charles Martinet et Emmanuelle Reynaud, « Entreprise durable, finance et stratégie », dans la(...)

22L’œuvre de Michel Henry, nous permet de proposer un changement radical de perspective, du visible vers l’invisible, lorsqu’il s’agit d’élaborer des démarches et outils venant en appui de l’organisation de l’action collective. Il s’agit bien de proposer des outils conceptuels et des démarches qui viennent appuyer l’organisation des praxis vivantes et encourager la parole selon le Besoin de la vie et selon le Désir de la Vie. La délibération ouverte est l’une de ces propositions. Alors qu’un référentiel durable fait son chemin dans les recherches et les pratiques de gestion32, la réflexion ici menée nous invite à ne pas exclure de la pensée et des pratiques le lien des vivants à la Source qui les régénère. La souffrance au travail peut ainsi être pensée, en de nombreuses circonstances telles l’aliénation, l’implication ou la « motivation », comme la coupure théorique ou pratique d’avec la Parole originaire de la Vie. Cette coupure advient aussi lorsque les outils de la gestion s’apparentent à des machines à calculer la trajectoire et les moyens de l’action collective selon la téléologie abstraite de ratios financiers, machines auxquelles chacun est asservi. Cet ancrage dans la pensée de Michel Henry ouvre aussi la voie à une nécessaire déconstruction de l’idéologie délirante de l’homo oeconomicus, un individu isolé calculateur de son intérêt, coupé de ses sentiments moraux et de la vie. Que l’économie et de la gestion aient trop souvent perdu leur référence à la parole primitive de la Vie, que le travail soit en miettes, que la gestion portée par une idéologie barbare tue la vie au travail,… tout cela est bien malheureux mais n’est pas lié irréversiblement à l’expulsion du jardin d’Eden. Dans le suspens, la Vie régénère les vivants et leur donne la force et le goût de trouver dans la délibération (ré) ouverte, les moyens et la joie de consentir à son Désir.

Notes

1 M I.

2 I.

3 Par gestion et par management nous désignons ici la conduite de l’action collective. La recherche en gestion propose des outils, méthodes et démarches pour ce faire. La difficulté provient de l’ancrage dans l’objectivité de nombre de ces préconisations, ancrage qui conduit à un oubli barbare de l’épreuve subjective et affective de l’effort du travail avec d’autres.

4 Maurice Dufour, « Introduction », dans La rupture entre l’entreprise et les hommes, Maurice Dufour, Alain Chanlat (éds.), Montréal, Québec/Amérique et Paris, Éditions d’Organisation, 1985.

5 Christophe Dejours, Travail, usure mentale. De la psychopathologie à la psychodynamique du travail, Paris, Bayard éditions, 1980, nouvelles éditions augmentées en 1993 et 2000.

6 Manfred Kets de Vries, Dany Miller, The Neurotic Organization, San Francisco, Jossey-Bass, 1984.

7 Burkhard Sievers, « Psychotic Organization as a Metaphoric Frame for the Socio-Analysis of Organizational and Interorganizational Dynamics », dans Administration & Society, volume 31, numéro 5, 1999, p. 588-615.

8 Yiannis Gabriel, Organizations in Depth, London, Sage, 1999, p. 230.

9 Eric Faÿ, « Vivant ou dérisoire, à propos du travail à l’âge de l’information. Une contribution basée sur la phénoménologie de Michel Henry », dans Jean Leclercq, Jean-Marie Brohm (éds.), Lausanne, L’Âge d’Homme, 2009, p. 388-396.

10 En novembre, 2010 une grande entreprise française a licencié 1600 personnes aux Etats-Unis en leur envoyant un SMS qui leur demandait de rappeler une boite vocale.

11 B, chapitre III, p. 59-82.

12 La majuscule indique ici qu’il s’agit du Besoin de chaque vie de se maintenir et de s’accroître.

13 Raphaël Gély, Rôles, action sociale et vie subjectives. Recherches à partir de la phénoménologie de Bruxelles, PIE Peter Lang, 2007.

14 Christophe Dejours, Travail vivant, tome 2, Travail et émancipation, Paris, Payot, 2009.

15 B, Chapitre VI, p. 137-166.

16 AD, p. 72.

17 CMV, p. 177-185 ; Irénée de Lyon critiquait déjà au deuxième siècle la posture gnostique qui refusait le don de la vie en la chair. Il écrivait dans Contre les hérésies, réfutation de la gnose au nom menteur, trad. par Adelin Rousseau, Paris, Cerf, 2001, p. 578 : « Si tout leur corps a part à la vie comment osent-ils dire que la chair est incapable d’avoir part à la vie, alors qu’ils reconnaissent avoir présentement la vie »… « Que la chair soit capable de recevoir la vie, cela se prouve par cette vie même dont elle vit déjà présentement ».

18 Denis Vasse, La chair envisagée. La génération symbolique, Paris, Seuil, 1988.

19 DCC, p. 181 et p. 194-199.

20 Ibid., p. 191.

21 I, p. 265 ; Ibid., p. 303, à propos de l’immense catastrophe idéologique qui condamne à l’avance la grande aventure de l’amour à l’échec Michel Henry souligne que « [la phénoménologie] s’oppose dans le principe à la métaphysique pour autant qu’elle s’en tient délibérément au phénomène tel qu’il se montre en lui-même. Ce qui veut dire en dernier ressort : tel qu’il se montre dans le monde ou dans la vie ».

22 Eric Faÿ, Information, parole et délibération, l’entreprise et la question de l’homme, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004.

23 Christophe Dejours et Florence Bègue montrent comment, dans une entreprise éprouvée par une vague de suicide, un suspens intense va suivre la prise de parole courageuse de quelqu’un qui ouvre une porte dans le mur du silence et comment, à partir de là, dans une délibération redevenue possible, se reconstitue le corps social (Christophe Dejours, Florence Bègue, Suicide et travail : que faire ?, Paris, PUF, 2008).

24 Voir l’invisible, sur Kadinsky, Paris, Presses universitaire de France, 2005, p. 103.

25 Natalie Depraz, Le corps glorieux, Louvain, Peeters, p. 107-109.

26 La majuscule correspond à l’usage constant que Michel Henry fait de ce terme tout au long de son œuvre. La majuscule est là pour indiquer qu’il s’agit d’une source ontologique. Cf. AD, p. 85.

27 CMV, p. 209.

28 « Phénoménologie matérielle et langage » dans PV III, p. 340.

29 Ibid., p. 345.

30 « On n’aime pas lorsque l’on n’a pas assez de temps pour tout bien tester sur les séries spéciales » me disaient des opérateurs d’essais de suspensions de voitures. Remarquons le réalisme et la raison portés par ce qui parle dans la chair de ces vivants.

31 M II, p. 42.

32 Alain Charles Martinet et Emmanuelle Reynaud, « Entreprise durable, finance et stratégie », dans la Revue française de gestion, volume 30, septembre-octobre 2004, p. 121-136.

Auteur

EMLyon Business School, France

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable