Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie et les vivants

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq
, 
Nicolas Monseu

Inauguration du Fonds Michel Henry

Présentation du Fonds Michel Henry

Grégori Jean

Texte intégral

1Le but de cette très brève intervention est de présenter, à titre à la fois informatif et prospectif, le contenu du Fonds Michel Henry. Et d’abord dans son aspect le plus matériel : une fois effectué le travail de « tamponnage » des feuillets - toute page comportant ne serait-ce qu’une petite marque manuscrite ayant reçu un numéro la rendant clairement identifiable -, l’ensemble des documents dont nous disposions a été rangé dans différentes fardes, elles-mêmes insérées dans des boites et réparties en quatre séries - A, B, C, D - classées selon l’ordre qui nous a semblé le plus naturel :

2La série A comprend l’ensemble des documents préparatoires aux ouvrages publiés, depuis Philosophie et phénoménologie du corps à Paroles du Christ, en passant par l’ensemble des œuvres littéraires, qu’il s’agisse des manuscrits des textes eux-mêmes, des notes personnelles ou des fiches de lecture s’y rapportant. Le tout, bien entendu, a été classé chronologiquement, de sorte que, par exemple, les dossiers relatifs à L’essence de la manifestation précèdent ceux qui se rapportent au Marx, eux-mêmes placés avant les notes préparatoires à Généalogie de la psychanalyse, et ainsi de suite.

3De la même manière, la série B regroupe l’ensemble des documents relatifs aux articles publiés, eux-mêmes classés chronologiquement : rédactions manuscrites, fiches de lecture et notes préparatoires.

4La série C, pour sa part, comprend d’une part l’ensemble des manuscrits des cours de Michel Henry dont nous disposons - cours sur Descartes, Kant, Husserl et Heidegger notamment, mais aussi des cours plus thématiques ; et d’autre part les notes qu’il avait lui-même prises en suivant, durant ses années de formation, l’enseignement de tel ou tel de ses maîtres, ainsi qu’un certain nombre de notes personnelles datant de cette même période et, pour des raisons de périodisation, la somme des documents relatifs au Bonheur de Spinoza.

5La série D, enfin, regroupe l’ensemble des tirés à part des articles publiés par Michel Henry, ainsi que la littérature secondaire qui lui fut consacrée de son vivant, qu’il s’agisse de recensions ou d’articles à proprement parler, et qui appartiennent à part entière au Fonds s’il est vrai que, comme en témoigne par exemple l’avant-propos de Phénoménologie matérielle, il avait pu lui-même prendre connaissance des remarques et objections qui y avaient parfois été formulées.

6Mais il n’y a là bien entendu qu’une structure formelle, où ne transparaît pas encore la manière dont le fonds se trouve, dans son contenu même, articulé, et c’est ce que je voudrai maintenant tenter d’indiquer un peu plus précisément.

7Le premier point sur lequel j’insisterai à cet égard est que, hormis l’évidente exigence de respecter la chronologie des œuvres, il nous est rapidement apparu - à la lumière de ce que l’examen des archives a pu nous révéler quant à la manière dont Michel Henry travaillait - qu’il était de notre devoir de ne pas intervenir davantage dans la classification, et ainsi de numéroter les feuillets en continu, tels qu’ils se présentaient dans les liasses que nous a généreusement confiées Mme Anne Henry. Chaque fois en effet qu’il entreprenait la rédaction d’un texte - qu’il s’agît d’un simple article, d’un livre ou d’un cours - Michel Henry constituait un dossier plus ou moins épais comprenant l’ensemble des matériaux qui lui semblaient nécessaires pour mener à bien sa tâche : notes personnelles griffonnées sur des feuilles volantes, fiches de lecture d’ouvrages relatifs à la question qu’il entendait traiter ou, plus étonnant, notes de cours qu’il avait lui-même pu suivre, durant sa formation philosophique, sur tel ou tel thème ou tel ou tel auteur et dont il estimait qu’elles lui seraient peut-être utiles - magma relativement hétéroclite donc, qu’il relisait soigneusement, annotait, commentait, et dont il retenait l’essentiel pour mener à bien son projet. De sorte que procéder au reclassement de chacun de ces documents - lorsqu’il était par exemple évident que, dans un même dossier, certains d’entre eux appartenaient à une période antérieure au texte pour la préparation duquel il devait servir, ou même lorsqu’il semblait en rompre l’unité thématique -, procéder au reclassement de chacun de ces documents, donc, aurait été aller contre le travail qu’avait lui-même effectué Michel Henry, et par là même priver les chercheurs futurs d’indications peut-être capitales quant aux sources ou au sens de tel ou tel aspect de l’œuvre publiée. Voilà pourquoi la répartition des documents en séries, et leur classification chronologique, n’a finalement qu’une valeur statistique : des manuscrits de cours par exemple peuvent apparaître dans les notes préparatoires à la Généalogie de la psychanalyse, et, pour prendre un autre exemple significatif, on ne trouve pas moins de trois versions datant de trois époques différentes, d’une lecture continue des Leçons sur la conscience intime du temps de Husserl dans un dossier préparatoire à « Phénoménologie matérielle et phénoménologie hylétique ».

8Ce qui frappe donc en premier lieu, c’est l’extrême attention que Michel Henry portait lui-même à l’organisation de ses « archives », dans lesquelles, le cas échéant, il était capable de « naviguer », et où il puisait volontiers divers matériaux utiles pour le travail en cours. Sans le savoir, il aura donc grandement facilité la tâche des chercheurs futurs, leur laissant, dans la matérialité même de son travail d’écriture, une série d’indices qu’il leur faudra tenter de déchiffrer.

9Parce que ce travail est devant nous, il serait bien sûr trop tôt, et tout à fait présomptueux, de présumer de ce qu’apportera l’exploitation scientifique du fonds Michel Henry, ainsi que le type de lumière qu’elle sera susceptible de projeter sur l’œuvre publiée. Tout au plus puis-je ici indiquer, et sur le fondement du premier survol qu’il m’a été donné la chance d’en faire, le type de gain herméneutique que nous sommes, me semble-t-il, susceptibles d’en attendre :

  1. D’une part, une première exploration du Fonds montrera sans doute combien Michel Henry, à l’encontre de l’impression que peut parfois donner l’œuvre publiée, se montrait attentif aux écrits de ses contemporains sur les sujets qu’il entendait aborder : ce trait de sa personnalité philosophique, évident pour le Marx en raison de sa portée explicitement polémique, se retrouve en effet à chacun de ses livres, de sorte que sa prise en compte devrait en permettre - ce qui ne signifie évidemment pas les y réduire - une sorte de recontextualisation philosophique. À cet égard, le cas de L’essence de la manifestation est bien entendu exemplaire : une myriade de fiches de lectures extrêmement détaillées rendront possibles des études comparées précises et exhaustives, qui permettront de situer la genèse de la pensée henryenne au sein de ce qui constituait la philosophie - notamment française - de l’époque. Mais il en est de même concernant des ouvrages plus tardifs : par exemple, les notes préparatoires à Généalogie de la psychanalyse nous permettent d’y déceler une critique implicite mais fondamentale et extrêmement documentée du Nietzsche et la philosophie de G. Deleuze ou de l’essai sur Freud de P. Ricœur. De la même manière, l’ensemble des documents relatifs à la trilogie - dans laquelle Michel Henry se montre relativement laconique quant à ses éventuelles sources ou influences - rendra non seulement possible de rétablir une certaines généalogie des thèses dans lesquelles il exprime ses intuitions fondamentales, mais aussi de comprendre comment, lors même qu’il semblait s’en être le plus éloigné, Michel Henry continuait de mener en arrière-plan un débat précis et textuel avec certains aspects de la pensée husserlienne ou heideggérienne.
  2. D’autre part, et comme une contrepartie nécessaire à cette recontextualisation, une exploration du fonds permettra probablement, outre la compréhension renouvelée de certains concepts fondamentaux de la phénoménologie de la vie, de mesurer la profonde unité de l’œuvre henryenne et de reconsidérer ainsi sous une lumière nouvelle la question de son « évolution ». Tel est par exemple le gain, concernant le problème de l’expérience d’autrui, des textes de jeunesse publiés dans le deuxième numéro de la Revue internationale Michel Henry1, mais un même type de travail pourrait et devra être effectué sur un grand nombre d’autres thèmes - celui, par exemple, du « religieux », ou encore de la naissance, auxquels de nombreuses notes sont très tôt consacrées, à une époque où les textes publiés restent, à leur sujet, relativement silencieux.
  3. Enfin, un tel travail permettra vraisemblablement, et en contraste avec le caractère « achevé » des développements henryens comme avec le déploiement par principe dogmatique de ce qu’il nommait, dans L’essence, « la problématique », d’en révéler le patient travail d’élaboration, fait d’avancées et de retours en arrière, d’hésitations, de prises de décision longuement muries, de réécritures également - nous possédons ainsi différentes versions, probablement rédigées à plusieurs années d’intervalle, de la première partie d’Incarnation consacré au « renversement de la phénoménologie » -, de réécritures donc, et parfois même de prises de distance avec les thèses que l’économie générale de sa pensée allait le conduire à soutenir de manière univoque. Pour n’évoquer qu’un cas significatif, les notes préparatoires du Marx montrent un Michel Henry beaucoup plus réticent à épouser un certain nombre de thèses de Marx que ne le laissent penser les textes publiés : parce qu’il le confond avec une « puissance naturelle », « Marx ignore un corps subjectif », écrit-il par exemple pour lui-même, et dans de très nombreuses notes, c’est cette « équivoque générale du mot nature chez Marx » qui se trouve dénoncée, ainsi que l’ontologie naturaliste à laquelle elle conduit et dont Michel Henry souligne à plusieurs reprises qu’elle s’avère difficilement compatible avec la passivité ontologique originaire de la vie de l’individu et son caractère « métahistorique ». Dans ce cas comme dans bien d’autres, c’est donc à une lecture renouvelée, moins monolithique, souvent plus mesurée et chaque fois plus riche, que nous invite l’exploration du Fonds, et c’est ce travail que nous nous permettons ici d’appeler de nos vœux.

10Et c’est d’ailleurs sur ce point que nous terminerons cette courte présentation : comme en témoigne ce congrès, la pensée de Michel Henry a su réunir autour d’elle et fédérer une vaste communauté de chercheurs venant de tous horizons ; nous souhaitons que l’ouverture du Fonds soit l’occasion de resserrer davantage encore les liens existants, et de développer de nouvelles collaborations internationales qui seules permettront à ce nouveau versant de l’œuvre henryenne de recevoir l’attention qu’il mérite, tant le corpus est vaste, et tant nous semble cruciale, pour la compréhension de la phénoménologie de la vie comme pour celle de la place si singulière et si fondamentale qu’elle est destinée à occuper dans l’histoire de la philosophie, la tâche qui se présente désormais devant nous - et qu’il nous faudra tenter d’accomplir tous ensemble.

Abréviations utilisées dans les notes

Philosophie

11PPC : Philosophie et phénoménologie du corps. Essai sur l’ontologie biranienne, Paris, PUF, « Epiméthée », 1965.

12EM : L’essence de la manifestation, Paris, PUF, « Epiméthée », 1990 (2e éd., en 1 volume).

13M I : Marx. Tome I : Une Philosophie de la réalité, Paris, Gallimard, 1976.

14M II : Marx. Tome II : Une Philosophie de l’économie, Paris, Gallimard, 1976.

15GP : Généalogie de la psychanalyse. Le commencement perdu, Paris, PUF, « Epiméthée », 1985.

16B : La Barbarie, Paris, PUF, « Quadrige », 2001.

17VI : Voir l’invisible. Sur Kandinsky, Paris, Bourin, 1988.

18PMA : Pierre Magré : peindre l’invisible, Poitiers, Diane Grimaldi, 1989.

19PM : Phénoménologie matérielle, Paris, PUF, « Epiméthée », 1990.

20DCC : Du communisme au capitalisme. Théorie d’une catastrophe, Paris, Odile Jacob, 1990.

21CMV : C’est moi la vérité. Pour une phénoménologie du christianisme, Paris, Seuil, 1996.

22I : Incarnation. Une philosophie de la chair, Paris, Seuil, 2000.

23PC : Paroles du Christ, Paris, Seuil, 2002.

24AD : Autodonation. Entretiens et conférences, Paris, Beauschesne, 2004 PV-I : Phénoménologie de la vie, tome I, De la phénoménologie, Paris, PUF, « Epiméthée », 2003.

25PV-II : Phénoménologie de la vie, tome II. De la subjectivité, Paris, PUF, « Epiméthée », 2003.

26PV-III : Phénoménologie de la vie, tome III. De l’art et du politique, Paris, PUF, « Epiméthée », 2004.

27PV-IV : Phénoménologie de la vie, tome IV. Sur l’éthique et la religion, Paris, PUF, « Epiméthée », 2004.

28BS : Le bonheur de Spinoza, Paris, PUF, « Epiméthée », 2004.

29PCMH : Phénoménologie et christianisme chez Michel Henry, Paris, Cerf, 2003.

30E : Entretiens, Arles, Sulliver, 2005.

31SM : Le socialisme selon Marx, Paris, Sulliver, 2008.

32DH : Textes inédits dans Les dossiers H. Michel Henry, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2009.

33ESF : Entretien avec O. Salazar-Ferrer, Paris, Corlevour, 2010.

34RIMH, n ° 2 : Textes inédits sur l’expérience d’autrui, dans Revue Internationale Michel Henry, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2010.

Romans

35JO : Le jeune officier, Paris, Gallimard, 1954.

36AYF : L’Amour les yeux fermés, Paris, Gallimard, 1976.

37FR : Le Fils du roi, Paris, Gallimard, 1981.

38CI : Le Cadavre indiscret, Paris, Albin Michel, 1996 ROM : Romans, Paris, Les Belles Lettres, « Encre marine », 2009.

Notes

1 Voir Revue internationale Michel Henry, n° 2.

Auteur

UCL, FRS/FNRS, Fonds Michel Henry, Belgique

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540