Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie et les vivants

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq
, 
Nicolas Monseu

Inauguration du Fonds Michel Henry

Généalogie et avenir d’une oeuvre

Jean Leclercq

Texte intégral

1À un journaliste qui lui demandait un jour ce qu’était la vie, pour lui qui en parlait tant et cherchait à la thématiser en un acte de discursivité philosophique, Michel Henry répondit que la définition de la vie relevait de ces expressions langagières les plus simples et les plus quotidiennes : « La vie est dure » ; « la vie est triste » ; « la vie est belle » ou encore « la vie est sans pourquoi ». Et il aimait ajouter, comme dans son ouvrage Du communisme au capitalisme cette libre citation de Maître Eckhart (1260-1327) (Sermon n° 6, Justi autem…) : « On ne sait pas pourquoi on vit, mais la vie est la chose la plus désirable et tout le monde peut vivre ». Dans ce sixième sermon, le Rhénan posait également ces questions : « Pourquoi manges-tu ? Pourquoi dors-tu ? Pourquoi vis-tu ? ». Et il avançait cette réponse déroutante de simplicité : « Pour vivre bien sûr ».

2Près de six siècles plus tard, en 1888, Friedrich Nietzsche, dans le Crépuscule des idoles, alors qu’il réglait son compte au pauvre Socrate dans des phrases faites au marteau, Nietzsche donc, avançait que « la valeur de la vie ne peut-être appréciée », ajoutant qu’un vivant serait de la sorte juge et partie, un mort serait dans la contradiction pure et un philosophe signerait là la fin de la sagesse. C’est entre ces intuitions d’auteurs tellement chers à Michel Henry que pourraient se glisser deux sentiments - ou deux affects si vous voulez - qui seraient peut-être aptes à manifester deux tonalités qui ont précédé, accompagné et sans doute guidé le projet puis la réalisation du Fonds Michel Henry : d’une part, l’inlassable et irréductible certitude du vivre et, d’autre part, la portée estimative de la vie, elle-même.

3Pour comprendre ceci, il faut sans doute remonter à une date clé de l’histoire de notre maison ISP, alors qu’elle jouissait encore du rang de Faculté. Dans cette même salle, nous fêtions le 8 mai 2003 l’éméritat de notre cher Professeur Claude Troisfontaines, le lendemain même de l’élection de Michel Dupuis au décanat, pour ceux qui ont gardé la mémoire de ces jours fastes. Comme j’avais le privilège depuis de nombreuses années de fréquenter celui qui fut d’abord mon professeur puis mon directeur de thèse, et comme surtout nous étions nés tous les deux dans les vertes prairies du Pays de Herve, je fus chargé d’organiser cette journée en l’honneur du nouvel émérite. Or je savais que derrière les lectures classiques du professeur, se cachaient un goût et une fascination forte pour le philosophe de la Hanse germanique, Arthur Schopenhauer ! Et je savais également qu’il vouait une admiration sans limite à celle qui avait montré avec le plus de finesse son influence décisive dans la littérature des XIXe et XXe siècles, au travers de publications d’excellence sur Maupassant, Céline, Flaubert, Proust ou encore Beckett. Vous l’aurez donc deviné, il s’agit d’Anne Henry, elle-même.

4J’avais fort heureusement gardé, du temps de mes contacts personnels avec Michel Henry, le numéro de téléphone de Montpellier et lorsque je reçus le feu vert pour inviter Anne Henry, je ne perdis pas une minute pour lui expliquer le projet néo-louvaniste. Ce fut sans doute vers novembre 2002. Les temps ou mieux la vie était alors dure et peineuse ; Michel Henry était décédé depuis peu et Anne - que je ne connaissais pas car, lors de mes rencontres avec Michel Henry, elle était très effacée et discrète - fut très touchée et même consolée par cette invitation qu’elle acceptât aussitôt, d’autant que Claude Troisfontaines avait longtemps siégé au côté de Michel Henry dans la commission de philosophie du Fonds national de la recherche scientifique et que les deux hommes se connaissaient bien.

5Je ne m’étendrai pas sur ce passé, mais la conférence qu’Anne nous fit en mai 2003 fut intense et lumineuse ; elle nous parla du Salut par la philosophie : Proust lecteur de Schopenhauer. Et la perspective était d’autant plus stimulante puisqu’il s’agissait aussi, du point de vue de l’histoire des idées, d’une sorte de contre-geste henryen puisque, chez Michel Henry, le salut, quel qu’il soit, n’est jamais une idéation parce qu’il le faut vivre, c’est-à-dire se sentir brusquement envahi par sa puissance. C’est donc en 2003, dans un acte prototypique de la vie universitaire - celui de la gratitude envers les pairs - qu’une nouvelle tradition commençait, comme dans une sorte de geste d’accomplissement de bien des expériences antérieures. En effet, la Revue philosophique de Louvain fut la première revue à publier Michel Henry, dès 1966 ; dès la même année, Georges Van Riet avait donné, après y avoir consacré ses enseignements, une étude critique de l’Essence de la manifestation ; l’École des sciences philosophiques et religieuses l’invitait très régulièrement ; Jean Ladrière écrivait en 1973 dans Vie sociale et destinée des pages lumineuses sur la théorie henryenne de l’affectivité, et je pourrais multiplier les occurrences qui donneraient chair à cette histoire d’une amitié, tout à la fois intellectuelle et institutionnelle.

6Si Anne fut séduite par l’accueil de cette journée et par le prestige de l’institution, elle mesura aussi pleinement cette intersubjectivité affective avec l’œuvre de son mari et elle me fit savoir, quelques mois plus tard, son souhait de donner à l’Université catholique de Louvain ses archives philosophiques. Le doyen de faculté Michel Dupuis se montra d’emblée réceptif au projet et, en raison de l’expertise déjà acquise au niveau du Centre d’archives Blondel, il me chargea de mener les choses à bon terme. Il fallut donc trouver un lieu, construire avec l’aide de l’administration un pacte de donation, mettre à l’étude des questions concrètes et naturellement faire, avec l’aide d’Anne Henry, le cadastre de la donation, jusqu’au jour où, nous étions alors au printemps 2006, je partis en camionnette pour Montpellier d’où, une semaine plus tard, je revenais avec la courtoise et bienveillante compagnie d’Anne, en transportant la plus grande partie des archives conservées à Montpellier, entreposées dans des sacs et caisses en tout genre.

7Bien sûr, tout était à faire et à organiser, en plus, pour ma part, des activités habituelles d’enseignement et de recherche. J’ai pu toutefois, juste un temps avant son départ en préretraite, bénéficier de l’aide de Madame Brigitte Danhier, puis par la suite j’ai été secondé de façon absolument efficace par Grégori Jean, Simon Brunfaut et Nicolas Monseu qui inlassablement, des boules quies dans les oreilles, ont cacheté les 45 000 feuillets, en les classant et les répertoriant, tout en travaillant à la constitution d’une bibliothèque documentaire regroupant les livres et écrits de Michel Henry, mais aussi l’ensemble de la littérature secondaire, ceci bien sûr avec l’aide ciblée de la charmante équipe de la bibliothèque de l’ISP, sous la responsabilité de Pascal Jamin.

8Il y eut, enfin, une fois ce travail réalisé, la création d’un projet qui me tenait à cœur : la Revue internationale Michel Henry, dont le second numéro, absolument original, est sorti des presses hier, et bien entendu, il y a un an également, la mise en route de ce projet de Congrès, cet événement qui se réalise sous nos yeux, en ces jours tellement heureux et bénéfiques.

9Mesdames, Messieurs, si vous avez bien compté et si nous nous accordons sur l’importance du mois de mai 2003, vous aurez remarqué qu’un septénaire vient donc de s’écouler ! Rassurez-vous cependant ; je ne vais ni vous faire une leçon de théosophie indienne sur les sept corps qui seraient les nôtres - ce qui serait étrange au regard de la théorie henryenne des deux corps - et je ne vais pas non plus prendre prétexte du caractère symbolique du chiffre pour faire penser à mes supérieurs hiérarchiques que j’aurais bien besoin d’une année sabbatique. Non, rassurez-vous, mais il me semble malgré tout que l’inauguration officielle de ce soir marque une étape dans la réalisation effective de ce projet.

10Nous sommes, en effet, parvenus à ce moment où, avec l’ouverture aux chercheurs, les archives de Michel Henry - même si elles sont encore appelées à s’accroître - vont permettre de mettre à l’œuvre ce que j’aime appeler - en introduisant l’oxymore - une archéologie du futur, où cependant rien ne s’apparente à un sentiment de nostalgie ou d’attitude passéiste, mais combien plus à une volonté de demeurer dans une posture critique et herméneutique. C’est certainement la raison pour laquelle je suis très attaché à la notion de « génétique philosophique » qui, bien sûr, s’inscrit très clairement sur le fond d’un héritage philologique où l’édition critique, les théories de la production intellectuelle, les archétypes du texte, mais aussi l’ensemble de ses paratextes et hypertextes viennent contribuer à donner corps au geste créateur.

11Car, vous le savez bien, il est inutile de rappeler, dans une assemblée de convaincus comme la nôtre, que le travail sur les archives complexifie et démultiplie le réel et les données ; on pourrait même aller jusqu’à dire qu’il crée, à l’infini, une multitude de foyers de recherches et qu’il exige surtout une ascèse intellectuelle de tous les moments, puisqu’il s’agit de ne jamais mettre les archives au service d’une thèse ou, pire encore, de les éliminer au profit d’une hypothèse.

12Et ceci est d’autant plus vrai que nous sommes bien dans un contexte scientifique européen et international, qui privilégie, de plus en plus, la culture de l’inédit et l’instauration de ces « Lieux de mémoire vive », et c’est sans doute portés par cette actualité tellement inactuelle que nous avons cru dans ce fabuleux projet. Je tiens donc à dire que, dans cette dynamique d’action collective autour de l’œuvre de Michel Henry, si le souci de conservation est indéniable, il se double naturellement de l’intention philosophique de conserver la matière et la mémoire de l’invention et de la création, ce geste invisible et intangible, pour faire valoir précisément qu’il y a à l’origine de toute pensée, digne de ce nom, une élaboration vivante.

13Je fais donc le vœu que le patrimoine précieux que représente le Fonds Michel Henry demeure un lieu de la mémoire vive et de la création philosophique, et singulièrement dans le champ de la phénoménologie matérielle, au service de la communauté universitaire et plus largement encore de quiconque sera attiré par le travail long et patient qui caractérise toute entreprise intellectuelle.

14Mesdames, Messieurs, je ne peux non plus, ce soir, vous cacher que je vous suis très reconnaissant d’avoir répondu aussi largement à cet appel que nous avions lancé pour la tenue de ce colloque qui en raison du grand nombre des participants est devenu un congrès international. À cet égard, la qualité des interventions, la générosité du questionnement, l’excellence de nos relations scientifiques et humaines méritent d’être vivement soulignées et sont sans aucun doute le plus bel encouragement pour la poursuite des recherches et travaux henryens.

15Mais à ceci s’ajoute aussi le fait que le caractère international de notre rencontre et des partenariats qu’elle scelle, comme son caractère pluridisciplinaire et intergénérationnel sont absolument remarquables et assurément hors du commun, même s’il est vrai que ceci est tout à la fois un gage, et un défi qu’il nous appartiendra, tous, de relever. Je suis en tout cas convaincu que c’est l’œuvre de Michel Henry elle-même qui le permet parce qu’elle a tenté d’appliquer les acquis de la phénoménologie matérielle à des champs divers, comme ceux du politique, de l’économie, de l’esthétique, de la psychologie, de la création littéraire, de l’anthropologie et aussi du fait religieux.

16Car quant à ce dernier point, il y a, de fait, chez Michel Henry une tentative de penser philosophiquement le fait religieux et spécifiquement, vous le savez, dans le cadre du christianisme. Et à cet égard, comme Anne Henry me l’a dit très tôt, il est heureux que ces archives trouvent leur place dans une Université complète comme la nôtre, et complète en sa plénitude par la présence d’une faculté de théologie et d’un Institut en sciences des religions, dont on pourra toujours attendre des collaborations et des expertises précises.

17Sur cette question de l’étude henryenne du christianisme et de la pertinence de ses analyses, il conviendra sans doute de rester réservé et économe devant ce qui est avant tout un exercice philosophique de la liberté conceptuelle, en tout cas de la rationalité. Une rationalité qui, cherchant à s’illustrer, trouva dans ce champ spécifique des religions la confirmation qu’il doit bien y avoir une « valeur infinie » de la personne, précisément parce qu’un principe d’« égalité métaphysique absolue » régit la vie des individus qui ne peut se comprendre que comme celle des « vivants » ; si bien que, notez-le, c’est une entité infiniment plus rassemblante que la seule raison qui est à la base de notre constitution personnelle comme de tous nos projets de communauté, cette entité qui, vous le savez, s’appelle la vie.

18Michel Henry, qui avait connu dans sa chair les affres des projets totalitaires et nihilistes, voulait surtout penser les conditions de possibilité de s’assurer que jamais plus l’homme ne redeviendrait, selon une formule marquante, une « silhouette vacillante et toujours inaccessible », c’est-à-dire un corps frappé, disait-il encore, par une « conception objective et matérielle ». Mais, dans le cadre de cette réflexion sur la fonctionnalité du religieux, dire que chaque vie est aussi la Vie infinie qui la dépasse et que précisément, je me permets de le citer très exactement, « ce qui dépasse le moi n’est pas du tout une sorte de transcendant, mais un avant et cela même en quoi il vient », ceci était d’une extrême audace, tout comme l’était le fait d’attribuer à la vie un caractère sacré et de penser corollairement que « vivre sa vie comme quelque chose qu’on reçoit » était certes l’épreuve d’un respect infini de soi-même, mais que déjà il s’agissait d’une religion.

19Vous l’avez compris, je crois donc fermement que c’est bien au cœur d’une entreprise pluridisciplinaire que les recherches henryennes progresseront le mieux, tant pour elles-mêmes que pour la rationalité philosophique dans son ensemble, s’il est vrai que des chercheurs pourront aussi, dans ses archives, prendre le pouls d’un interlocuteur majeur de la philosophie d’expression française au XXe siècle.

20En terminant ce propos, et avant de donner la parole à Grégori Jean pour la présentation du Fonds, je voudrais encore vous dire que la tenue de ce congrès international n’aurait pas été possible sans l’aide bienveillante de personnes qui, dès la genèse de ce projet - il y a plus d’un an - se sont montrées enthousiastes et généreusement présentes.

21Je souhaite donc vivement remercier, en tout premier lieu, Grégori Jean et Nicolas Monseu qui m’ont apporté une aide considérable et qui ont offert à la fois leur expertise scientifique rigoureuse et aussi leur sens du détail et de la vie pratico-pratique.

22Je tiens aussi à remercier très, très, tellement chaleureusement Madame Cathy Testelmans, notre secrétaire, qui a assuré toute la logistique du congrès avec une extrême précision et un professionnalisme à couper le souffle, d’autant qu’il s’agit ici de la plus importante manifestation scientifique de l’Institut de recherche dont elle accompagne désormais la destinée.

23Je tiens aussi à remercier personnellement les entités de recherche qui ont soutenu financièrement cette entreprise. Je place bien entendu au premier rang l’Institut supérieur de Philosophie et je remercie avec une immense gratitude son président, le professeur Bernard Feltz qui s’est montré enthousiaste devant le projet et m’a assuré très tôt de l’aide financière de l’ISP ; je remercie également le professeur Jean-Pierre Delville, président de l’Institut de recherche « Religion, Spiritualités, Cultures et Sociétés » qui a apporté également sa part au montage financier du congrès et s’est montré d’une amitié et d’un souci constants ; mes remerciements vont aussi aux professeurs Gély et Maesschalk du centre de recherche sur la Phénoménologie du Sujet et les théories de l’Action qui ici aussi contribue généreusement au soutien de la manifestation ; enfin, je ne peux passer sous silence le soutien indéfectible et substantiel du Fonds national de la recherche scientifique et de son secrétaire général, Madame Halloin, puisque c’est par ce fonds que nous parvient pour la logistique de l’archivage, pour l’édition de la revue, pour l’engagement du personnel et bien sûr pour la tenue de ce congrès un support financier important, sans lequel nos efforts et nos désirs n’auraient sans doute pas pu se réaliser.

24En concluant, je voudrais revenir aux deux affects évoqués en ouverture de ces quelques paroles festives, pour dire cette puissance du vivre, mais aussi la générosité répondante qu’elle requiert. Je me souviens à cet égard d’une histoire que me racontât un jour Claude Troisfontaines, rapportant une parole d’un visiteur du Centre d’Archives Husserl à Leuven qui lança subitement à son directeur de l’époque : « Voilà le gardien des ossements ». Ce n’était bien sûr qu’une boutade et son auteur - qui n’était autre qu’Emmanuel Levinas - était loin de penser qu’il fallait la prendre au sérieux.

25Vous aurez compris, je l’espère, que je n’ai, en ce qui me concerne, nullement le sentiment d’être un « gardien des ossements » et que ni blondélien ni henryen ni je ne sais quoi encore, mais simple professeur de philosophie, archiviste à ses heures, j’ai plutôt l’impression et surtout l’immense honneur de permettre à une pensée forte par ses intuitions, puissante par elle-même, sans doute décisive et surtout tellement vivante, j’ai l’impression, dis-je, de lui assurer de pouvoir continuer à révéler toutes ses virtualités et de la sorte à féconder les esprits.

Auteur

Professeur, Directeur scientifique du Fonds Michel Henry

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540