Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie et les vivants

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq
, 
Nicolas Monseu

Inauguration du Fonds Michel Henry

Évocation de Michel Henry

Anne Henry

Texte intégral

1La mort de mon mari, en juillet 2002, m’avait laissée profondément désemparée. Outre que nos cinquante ans de vie commune s’interrompaient très brutalement, je me retrouvais avec un très lourd héritage. Mon mari venait juste de terminer la rédaction de son petit livre fulgurant, Paroles du Christ, qui lui avait été demandé par son éditeur au Seuil, Jean-Louis Schlegel. Sa maladie l’avait rendu incapable de relire et de corriger ses épreuves, ce que nous fîmes donc ensemble, sur son lit d’hôpital, à Albi, où tous les deux nous choisîmes cette toile de Rembrandt que Michel avait tant admirée et aimée.

2Après sa mort, je pris très vite conscience que Michel avait laissé de nombreux textes, des notes de lecture, des plans de travail, des ébauches de textes et même des ébauches de romans. Je découvrais aussi, bien sûr, une part intime de sa vie, qu’il conservait discrètement par devers lui. La première initiative que je voulus mettre en action fut de publier des articles de mon mari, parus ici et là, et, bien sûr, dans votre prestigieuse Revue philosophique de Louvain. Je fus aidée par Paul Audi, ami fidèle de mon mari, et je fus aussi soutenue par le Professeur Marion, qui vous a fait l’amitié et l’honneur d’être membre du comité scientifique de ce prestigieux congrès. Et ainsi, d’un projet d’un seul volume, nous sommes passés à quatre volumes publiés aux Presses universitaires de France. Ces volumes eurent un succès considérable, et je pris alors la pleine mesure de l’ampleur de la réception scientifique - et pas seulement scientifique d’ailleurs - de l’œuvre de mon mari.

3C’est à ce moment que je fis la connaissance de l’UCL, que Michel, pour sa part, connaissait fort bien et estimait tant.

4Il avait gardé un souvenir intense d’un colloque sur Descartes. Il aimait la Revue philosophique de Louvain ; il suivait les travaux de plusieurs d’entre vous et il aimait retrouver à la table de la commission scientifique du FNRS le père Troisfontaines, avec lequel il avait de passionnantes discussions sur les œuvres d’art.

5Il avait aussi gardé un souvenir mémorable des merveilleuses journées d’études organisées par le Professeur Jean Leclercq, à Bruxelles, quand il publia C’est moi la Vérité. Et je sais qu’il avait déjà avec lui de fréquents contacts, notamment quand ils se retrouvaient à Paris, pour diverses occasions, ou dans des colloques et rencontres scientifiques où mon mari appréciait vivement le sens aigu de son questionnement et ses travaux philosophiques.

6A chaque fois j’étais présente, mais ailleurs. J’aimais en effet venir et revenir en Belgique, parce que je prenais la mesure de la beauté de votre culture en prenant tout mon temps dans vos merveilleux musées où Michel aimait d’ailleurs me retrouver, toujours au même point de rendez-vous, la salle des Rubens.

7Peut-être le savez-vous, mais par son grand-père, musicien et chef d’orchestre, Michel avait des liens très forts avec le Nord et ne cachait d’ailleurs pas sa fascination pour César Frank, que son grand-père avait très bien connu.

8Ce n’est donc pas par hasard si j’ai accepté, avec honneur et esprit de gratitude, l’invitation de votre institution, en mai 2003, pour fêter le Professeur Troisfontaines. C’est là que j’ai eu un véritable coup de foudre. Moi qui ai connu de façon si intense et précise l’Université française et ses différents lieux d’enseignement et de recrutement, je découvrais ici une université restée intacte : intelligence, culture, collégialité, courtoisie, respect, propreté, vie intensément scientifique et rayonnement international, le tout au cœur de l’Europe.

9Ayant aussi vite compris que vous aviez une réelle expertise en matière d’archives scientifiques, d’une part avec le Fonds Husserl, dirigé par notre cher ami le Professeur Rudolf Bernet et, d’autre part, avec le Fonds Blondel, dirigé par les Professeurs Troisfontaines et Leclercq. J’ai ainsi vite pensé que votre aide et votre expertise pourraient être de bons conseils pour les questions devant lesquelles je me trouvais.

10Grâce à l’amabilité et la bienveillance de vos collègues Jean Leclercq et Michel Dupuis, j’ai donc décidé de donner les archives de mon mari à votre Université, sachant et croyant que là était leur destination ultime. Le Professeur Leclercq n’a jamais compté son temps et a été avec moi d’une extrême générosité, et si nous aboutissons ce soir à cette ouverture publique du Fonds, c’est grâce, je le sais, à son engagement sans défaut dans cette gigantesque entreprise. Je sais aussi qu’il a été admirablement secondé par le Professeur Nicolas Monseu et par le Docteur Grégori Jean, qui sont devenus pour moi de vrais amis.

11Il y a un mois, je suis revenue travailler dans cette pièce paisible et accueillante du Collège Mercier, et j’ai mesuré combien ce lieu d’accueil était parfaitement adéquat.

12Inutile de vous dire que j’ai lu avec une immense émotion des notes de travail de mon mari, que je sais désormais bien classées et disponibles aux meilleurs chercheurs. En concluant ce bref mot, je tiens à redire à chacun ma cordiale sympathie.

Auteur

Professeur

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540