Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie et les vivants

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq
, 
Nicolas Monseu

Avant-propos

Grégori Jean, Jean Leclercq et Nicolas Monseu

Texte intégral

Il est vrai que je viens d’ailleurs et même de nulle part
Michel Henry à Jérôme Le Thor, 1976
Le travail vrai relève du don, comme lorsque deux poètes se lisent l’un à l’autre leurs poèmes
Michel Henry à Thierry Galibert, 2000

1En 2006, Anne Henry, par un pacte de donation, confiait les archives de Michel Henry à l’Université catholique de Louvain, après de longues réflexions sur l’opportunité de créer un Fonds d’archives philosophiques. L’accueil réservé par notre Université à cette demande fut motivé par une reconnaissance de la qualité et de l’excellence de ce don, qui est certes un hommage et un signe de confiance pour l’avenir, mais il fut aussi le signe d’une véritable volonté de donner un nouveau départ à la recherche phénoménologique, singulièrement avec l’un des plus grands interprètes de Husserl au XXe siècle.

2Ainsi, quatre ans plus tard, l’opération technique et scientifique de leur archivage était achevée : près de 45 000 feuillets du philosophe étaient cachetés et répertoriés, et l’ensemble regroupé dans un local mis à la disposition des chercheurs, abritant en outre l’œuvre complète et traduite du philosophe, des documents audio-visuels, certains éléments de sa bibliothèque, ainsi que la littérature critique lui étant consacrée.

3Nous avons été les artisans de ce long mais passionnant travail, et il nous tenait à cœur de marquer l’ouverture du Fonds Michel Henry par une manifestation qui, outre la vertu d’en informer publiquement la communauté des chercheurs, allait constituer l’occasion d’une nouvelle rencontre avec ceux de nos collègues et amis dont nous savions qu’ils attendaient cet événement depuis de longues années. Nous nous sommes réunis, nous avons esquissé un argumentaire, dans l’esprit qui non seulement nous avait guidés dans notre entreprise, mais qui, bien plus, nous était en quelque sorte dicté par les premières investigations proprement philosophiques des archives que nous avions tentées dans le cadre de la Revue internationale Michel Henry créée exactement au même moment.

4En effet, il s’agissait pour nous d’inviter à lire ou à relire Michel Henry, non plus comme ce seul philosophe de l’auto-affectivité transcendantale et de l’immanence de la Vie, mais comme un penseur en débat constant avec lui-même et avec ses contemporains, ne conquérant qu’avec hésitation certains de ses thèmes clef, les remettant parfois en jeu au prix d’une méditation renouvelée sur leur cohérence. Nous voulions également mettre en évidence le travail de M. Henry, au gré d’une pensée qui ni ne s’épuise dans un dire monolithique de la Vie absolue, ni ne se contente d’« appliquer » des intuitions considérées comme acquises à divers domaines de recherche, mais œuvre au déploiement d’une architectonique complexe dont tout l’enjeu est, au contraire, de saisir les points de passage entre différents plans d’expérience dont l’unité exige à chaque fois d’être questionnée, dans le principe de sa différenciation interne comme dans les modalités de ses effectuations phénoménologiques concrètes.

5Cette réunion scientifique - que nous avions décidé d’intituler, pour toutes ces raisons : (Re)-lire Michel Henry : la Vie et les vivants - nous l’avions envisagée très modestement, sous la forme d’un simple colloque. C’est ainsi que nous avons d’abord lancé quelques invitations à des collègues et amis spécialistes avisés de l’œuvre et de sa réception, puis un appel à communications, avec le souci, d’une part, d’ouvrir la rencontre à de jeunes chercheurs et, d’autre part, de faire droit à l’interdisciplinarité inhérente au travail philosophique de M. Henry. Or, dans les semaines qui suivirent - et, avouons-le, à notre grande surprise et à notre plus grande joie -, nous avons reçu de très nombreuses propositions : de Belgique et de France, bien sûr, d’Italie, d’Espagne, du Portugal, du Royaume-Uni, d’Allemagne, d’Autriche, des Pays-Bas, de la Roumanie et de la Pologne, mais aussi du Liban, du Canada, des Etats-Unis, du Brésil, de la Colombie, de l’Argentine, du Japon ou de la Corée du sud. Ceci était une évidence : le colloque devenait un congrès et montrait le puissant développement de l’œuvre henryenne.

6Ainsi du 15 au 17 décembre 2010, grâce au soutien indéfectible et généreux du Fonds national de la recherche scientifique belge (FRS-FNRS), de sa secrétaire générale Madame Véronique Halloin, mais aussi grâce à l’appui constant du Professeur Bruno Delvaux, Recteur de l’Université catholique de Louvain, et de son équipe, et bien entendu des instituts de recherche en philosophie (ISP) et en sciences des religions (RSCS), nous avons été capables d’accueillir à Louvain-la-Neuve plus de soixante chercheurs venant d’une vingtaine de pays différents, pour une manifestation scientifique de très haute tenue, alternant séances de conférences plénières et sessions parallèles de travail, se déroulant dans une atmosphère dont, sans doute, le mélange de sérieux et d’amicalité fut l’une des plus belle réussite. Avec l’assistance d’un public venu nombreux, ce congrès fut l’une des plus grandes manifestations philosophiques parmi celles de ces vingt dernières années.

7Aujourd’hui, après un long travail éditorial de collecte des textes et d’expertise, ce sont les actes de ce congrès que nous offrons ici au lecteur.

8Le volume comporte des contributions de longueurs différentes (certaines furent prononcées en séance plénière et d’autres en séances parallèles), et nous les avons regroupées, en un souci d’intelligibilité de présentation des travaux, en six sections :

  • Sources et histoires de la philosophie
  • Michel Henry dans l’histoire de la phénoménologie
  • Problématiques phénoménologiques
  • Esthétiques de la vie, entre force et formes
  • Culture, histoire et société
  • Questionnements et perspectives théologiques.

9Nous avons également voulu publier l’ensemble des discours officiels prononcés lors de la séance académique du 16 décembre qui, en présence des plus hautes autorités de l’Université catholique de Louvain et de très nombreux collègues et amis, marqua un moment important de notre rencontre, tant pour sa solennité que pour sa teneur affective. Aussi, du moins l’espérons-nous, le lecteur sera-t-il en mesure de ressentir un peu de la chaleur et de la vie qui firent, disons-le, la beauté de cet événement.

10Un dernier mot. La publication des actes de cette rencontre, menée à bien avec l’aide précieuse de la Fondation universitaire, est aussi pour nous un moyen de rendre un hommage fort et affectueux à tous ceux qui ont collaboré à l’excellence et à la réussite de cette rencontre. Elle est également l’occasion de redire notre attachement à l’œuvre, à la pensée, et à la personne de M. Henry, dix ans après sa mort, et à un moment de la réception de son travail qui montre qu’il est assurément l’un des penseurs majeurs de la philosophie des temps qui sont les nôtres.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540