Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PERIFEREIA Étude régionale de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB (1450-1200 av. J.-C.)

 | 
Charlotte Langohr

Conclusions

Texte intégral

In practice, archaeology is not for the most part an experimental science. Rather, it is an historical science that works not by testing theories against data but by fitting lots of different types of data together at best it can in order to make a coherent story (Hodder 2004 : 28).

1L’intérêt premier de cet ouvrage réside dans le rassemblement important et la mise en perspective de données archéologiques se rapportant à une problématique historique particulière, celle de la société crétoise au cours des Minoen Récent II-IIIB, en offrant par la même occasion une résonance certaine aux résultats les plus récents de la découverte archéologique en Crète. L’approche contextuelle, basée sur une description analytique approfondie des données collectées, visait à clarifier cette problématique de manière renouvelée et originale. Une attention particulière a été accordée à la fluidité et à la diversité du corpus archéologique. Ainsi, les trois grands axes de variation évoqués dans l’introduction – chronologique, géographique et thématique – ont sous-tendu la description puis l’interprétation des données archéologiques, afin de mieux cerner leurs récurrences et leurs divergences, la continuité et les changements de la culture matérielle. L’apport essentiel d’une telle approche est d’avoir pu distinguer les réponses diverses, voire les réelles stratégies, que différents groupes sociaux ont mis en place face à des problèmes similaires, qu’ils touchent à la vie quotidienne, à la négociation des relations sociales ou encore à des circonstances historiques ou environnementales précises.

2En ce qui concerne la période palatiale finale, la problématique posée dans l’introduction comportait trois facettes, celle de la « mycénisation » de la société crétoise prise dans son ensemble, celle de sa domination économique, politique et culturelle à partir du centre puissant que représente Knossos et celle d’une appréciation simultanée, dans l’état actuel et global des connaissances archéologiques relatives à cette période en Crète, du « centre » et de la « périphérie ».

  • 582 Ces typologies fixes sont les éléments jugés caractéristiques de la civilisation de Grèce continen (...)

3À propos de la « mycénisation » de la société crétoise, on a exemplifié en quoi la présence, indiscutable, de groupes originaires de Grèce continentale en Crète au cours de chacune des phases des Minoen Récent II-IIIB nécessitait d’être évaluée en rapport étroit avec les particularités du corpus archéologique qui ne peuvent être réduites à des marqueurs ethniques ou culturels fixes. En outre, la prise en compte, parmi d’autres, de l’existence d’une convergence virtuelle entre les cultures matérielles crétoise et de Grèce continentale – phénomène sans aucun doute antérieur à l’effondrement de la civilisation minoenne néo-palatiale – permet de reconsidérer le problème dans une perspective non seulement diachronique mais aussi libérée du canal knossien. L’observation d’une transformation importante au sein de la culture matérielle d’une entité sociétale pourra toujours être interprétée comme le signe d’une nouveauté imposée de l’extérieur. Il semble toutefois, et cette étude l’a relevé à plusieurs reprises, qu’envisager les développements et les innovations de la société crétoise aux Minoen Récent II-IIIB en termes d’une réception indigène, en fonction d’une mise en contexte, permet de nuancer l’expression jugée a priori récurrente et indissociée par cette société de typologies fixes582. Ainsi, il est apparu évident que la signification et l’implication de l’introduction d’éléments extérieurs peuvent varier selon les contextes définis (Hodder et Hutson 2004 : 181), notamment lorsque l’on prend en compte le facteur diachronique. Par ailleurs, envisager la société crétoise dans un contexte géographique qui ne répond pas uniquement aux frontières de l’île permet de concevoir son fonctionnement à travers le prisme des trajectoires régionales, y compris celles qui outrepassent les frontières de la Crète et prennent en compte les relations extérieures. On entrevoit alors la diversité des horizons culturels qui caractérisaient potentiellement cette population crétoise, qu’il est peu pertinent de concevoir sous l’angle d’un isomorphisme culturel ou de l’opposition Minoen-Mycénien (Bennet 2002 ; Whitley 2002-2003 ; Langohr 2006). Cet appel au processus d’une « désinsularisation » de l’archéologie minoenne n’est pas neuf (Hamilakis 2002b). Sa mise en pratique demeure toutefois fastidieuse en ce qui concerne la longue période ici considérée, les réunions entre spécialistes de la Crète et spécialistes des autres régions égéennes et est-méditerranéennes n’étant encore qu’à leurs débuts (D’Agata et Moody 2005 ; commentaires de Cherry et Davis 1999 : 93). Ces différentes considérations ont nécessité d’examiner les relations entre archéologie, ethnicité et identité(s) culturelle(s). Cet examen incite à délaisser la définition différenciée des identités ethniques égéennes contemporaines et à s’interroger davantage, notamment dans le cadre précis de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB, sur ce que pourrait connoter l’introduction de composantes culturelles extérieures en termes d’identité culturelle, tant dans la vie quotidienne qu’au niveau des rangs les plus élevés de la société. De plus, sonder les phénomènes d’hybridation et d’invention culturelles à travers l’analyse des données archéologiques touche à la notion fluide, dynamique et sans cesse renégociée de l’intégration sociale. Ainsi, l’idée a été défendue que la consommation de la culture matérielle, notamment caractérisée par la fusion variable et innovatrice d’éléments qualifiés – sans beaucoup de nuance – de « mycéniens » et « minoens », fut symboliquement et effectivement utilisée pour communiquer les interdépendances culturelles et sociales entre les individus et entre les groupes qui composaient la société crétoise.

4Autrement dit, à la question du caractère à donner à la réception, par les habitants de la Crète, d’éléments culturels en provenance de Grèce continentale, il a été répondu que ces éléments étaient loin d’être exclusivement la juste expression de la domination politique et culturelle de l’île par des gens du continent helladique à partir du Minoen Récent II. Les mutations importantes survenues à Knossos à la période palatiale finale (nouveaux canons de la production de poterie fine d’apparat, pratiques innovatrices de consommation inspirées de Grèce continentale, orientant indubitablement cette production et reproduites notamment dans la sphère funéraire) faisaient partie intégrante de la nouvelle définition des identités culturelle et sociale de l’élite gouvernante de Knossos, spécialement dans le cadre de la légitimation idéologique de son nouveau pouvoir. Plus globalement, cette approche particulière de l’introduction d’éléments externes au sein de la société crétoise a permis d’approfondir les deux autres pans de la question posée, celui de la réalité de la domination économique, politique et culturelle de Knossos et celui de la définition de la « périphérie » ou des régions crétoises et de leurs interactions avec ce « centre ».

  • 583 On a ainsi suggéré que la culture matérielle mise en évidence à Knossos aux Minoen Récent II-IIIA2 (...)

5La primauté de Knossos, en tant que site archéologique et sujet de débat scientifique, qui a mené à supposer l’unité politique de l’île sous son contrôle et à occulter les différences régionales de la culture matérielle crétoise, a été réévaluée. Ce faisant, l’importance intrinsèque de ce centre à la période palatiale finale n’a aucunement été mise en doute, mais elle a été notamment précisée et interprétée à la lumière d’une continuité avec le passé (Driessen et Langohr 2007). Cette continuité participe d’une réactivation stratégique et finement calculée d’anciens symboles qui s’enracinent dans le pouvoir idéologique de Knossos à l’époque des Premiers et Seconds Palais (Soles 1995 ; Driessen 2002), lui-même ancré dans sa longue histoire en tant qu’arène de cérémonie et de mémoire (Day et Wilson 2002). Toutefois, il est indéniable qu’un nouveau chapelet d’insignes de pouvoir est inventé à Knossos dès le Minoen Récent II, révélateur du statut privilégié de l’élite sociale qui y siège et qui a saisi l’opportunité de renégocier la structure du pouvoir, notamment par la référence appuyée à l’étranger. Le caractère restrictif et la monopolisation du prestige dont atteste la culture matérielle knossienne à l’époque palatiale finale participent des mêmes stratégies de légitimation de ce nouveau cercle dirigeant, groupe par ailleurs indéniablement noyauté par des individus arrivés de Grèce continentale. On a surtout examiné comment cette restriction trouve un écho dans les différents domaines couverts par les données archéologiques : l’administration en Linéaire B, mais aussi l’arène funéraire ostentatoire, l’architecture monumentale, les peintures murales et la production artisanale spécialisée, autant de pans de la société élitiste de Knossos dont le caractère exceptionnel est similairement exploité et affiché. En somme, les entreprises de fond et les changements dans la culture matérielle que l’archéologie knossienne donne à voir dans ce qu’elle touche au non-ordinaire (échanges de dons aux accents guerriers, cérémonies exclusives de consommation de boissons, rituels funéraires ostentatoires) apparaissent comme orientés vers le désir de confiner, concrètement, socialement et idéologiquement, les ressources conduisant à l’autorité politique et culturelle dans les seules mains d’une élite sociale autoproclamée. L’essence de cette stratégie sociopolitique résiderait au moins partiellement dans l’association délibérée de référents culturels d’origines diverses (passé néo-palatial, culture continentale mais aussi égyptienne) : la portée symbolique engendrée par leur conjonction participe à la construction d’une nouvelle identité sociale particulièrement prééminente et influente583. Ainsi, la transformation de cette identité serait moins la conséquence d’un changement d’ordre ethnique au sein de la société knossienne en particulier, qu’un moyen opéré consciemment à Knossos, dans un processus de légitimation d’un nouvel ordre social et politique, dont l’initiative est – au moins en partie – indigène (déjà Driessen 1998-1999 ; Preston 1999, Preston 2004a). Dans un premier temps, au Minoen Récent II, ce phénomène semble concerner essentiellement les membres de l’élite sociale knossienne, en forte compétition mutuelle ; il s’agit une période d’instabilité, caractérisée par une hétérogénéité des comportements sociopolitiques, dont le caractère guerrier est bien la manifestation d’une nouvelle source de statut mais certainement aussi l’évocation concrète de cette situation troublée. À partir du Minoen Récent IIIA1 et certainement au Minoen Récent IIIA2, on peut pertinemment supposer, grâce à l’apport du contenu des tablettes en Linéaire B du palais de Knossos, que le gouvernement knossien traverse une période faste, lorsque son entreprise économique atteint son paroxysme et qu’un équilibre politique est peut-être atteint, bien que les démonstrations de prestige de la part des élites knossiennes persistent. Toutefois, si le processus d’élaboration de cette nouvelle identité culturelle, de nature socialement exclusive, semble avoir été au départ une réaction consciente et opportuniste du nouveau pouvoir knossien face aux bouleversements vécus par la société crétoise, elle s’est disséminée dans les autres régions de la Crète aux Minoen Récent IIIA1-2. L’effondrement irréversible de la splendeur de Knossos au début ou au milieu de la phase du Minoen Récent IIIA2 – tel qu’a pu le démontrer l’analyse des résultats des plus anciennes aux plus récentes recherches consacrées à ce site – met un terme à son hégémonie idéologique séculaire.

6La définition des identités sociale et culturelle au sein des communautés crétoises de la « périphérie » à la période palatiale finale se réfère incontestablement à l’idéologie du nouveau pouvoir knossien, progressivement assimilée à l’extérieur de Knossos. Cependant, on a montré comment et dans quelles mesures l’identité culturelle et l’intégration sociale se définissent simultanément au niveau régional, où elles sont tributaires de traditions locales, parfois en continuité avec le passé.

7La communauté de styles de la céramique fine, évidente parmi les différentes régions de Crète au Minoen Récent IIIA1, reflète indéniablement la prédominance culturelle de Knossos. Le mimétisme de certaines pratiques funéraires particulières va dans le même sens. L’interprétation donnée ici à cette infiltration rapide des nouveaux standards de prestige social et culturel au sein des établissements crétois penche davantage dans le sens d’un rayonnement idéologique de Knossos au sein de la société crétoise contemporaine, plutôt que dans celui d’une unique ingérence politique knossienne directe. On a même envisagé que des groupes régionaux, assez rapidement relevés des catastrophes survenues à la fin du Minoen Récent IB, se soient empressés d’exploiter cette dépendance au moins culturelle et idéologique face à ces nouvelles instances dominantes pour légitimer un pouvoir local ou régional, tout en luttant pour maintenir une certaine autonomie vis-à-vis des élites knossiennes. Cependant, lorsqu’on examine la culture matérielle crétoise à l’échelle d’un site ou d’une région, de la même manière qu’une influence manifeste des comportements knossiens plus ou moins fortement inspirés de Grèce continentale est reconnue, des références substantielles au passé local sont observables ainsi que la manifestation de traditions culturelles distinctes. Cela a été particulièrement souligné à propos des communautés de la région de la Crète centrale-sud, en Mesara occidentale, sur la base notamment des récents travaux de l’Ecole Italienne. Cet appel au passé et l’expression d’identités culturelles divergentes, plus ou moins affectées par les développements knossiens et égéens contemporains, concernent par exemple le lieu spécifique choisi pour la nouvelle édification des bâtiments officiels à Aghia Triada, exactement sur les ruines de l’ancienne villa néo-palatiale, ou la diversité régionale éclectique des pratiques funéraires liées aux sphères de haut statut, ainsi que la possibilité de rituels en l’honneur d’ancêtres locaux dans la nécropole d’Aghia Triada. Ces différentes initiatives intervenant dans le cercle des élites régionales ne peuvent être uniquement interprétées comme celles de nouveaux arrivants du continent helladique ou de dirigeants knossiens s’installant dans les régions crétoises et s’efforçant de s’identifier aux héritiers légitimes des autorités locales des périodes précédentes. Il semble s’agir davantage des stratégies de réponse d’entités locales et régionales vis-à-vis de réalités externes, qu’elles soient knossiennes, continentales ou autres et encore mal perçues. En d’autres termes, les groupes de pouvoir au sein des centres régionaux, tels que Malia, Aghia Triada, Armeni ou La Canée, n’ont pas « attendu » l’effondrement de la puissance knossienne pour chercher à se mettre en exergue à l’échelle régionale, entre autres par l’affirmation d’un symbolisme de prestige exprimé sous des formes culturelles diversifiées ; ces dynamiques régionales se sont progressivement affirmées au cours des Minoen Récent II-début Minoen Récent IIIA2 et sont donc contemporaines de cette hégémonie. Cette interprétation n’est pas en désaccord avec l’apport du contenu des tablettes en Linéaire B. Si ces dernières indiquent que le gouvernement de Knossos était obnubilé par l’acquisition de biens étrangers, particulièrement du métal, en échanges de textiles de luxe dont la production massive a nécessité l’exploitation d’une frange importante de la population et les ressources d’un territoire considérable – au moins au Minoen Récent IIIA2 –, l’analyse de ces mêmes tablettes permet de proposer que les producteurs et éleveurs locaux et régionaux ont pu jouir pour le reste d’une franche indépendance, bien que possiblement précaire (Killen 1993a ; Halstead 1999a).

8En définitive, le résultat principal de cette étude de la société crétoise à l’époque palatiale finale est la mise en exergue et la définition des relations entre le « centre » de Knossos et la « périphérie » des régions crétoises en termes de relations créatives et dialectiques. Ces relations ont notamment été examinées sur la base d’une question précise : comment expliquer la présence répétée d’objets de prestige en matériaux étrangers dans des contextes régionaux sinon par l’entremise directe et conditionnelle du palais de Knossos, dans la mesure où celui-ci a vraisemblablement exercé un monopole sur l’importation de ces matières précieuses en Crète ? Le concept de l’asymétrie sociale acquise par la manipulation du mécanisme de l’échange de dons de prestige et de leur consommation ostentatoire a été considéré et s’est avéré être une clé de lecture particulièrement appropriée à l’interprétation des contextes multiformes observés. Ainsi, il ne s’agit pas simplement de commenter les signes de richesse, de prestige, d’architecture monumentale et d’activités économiques de haut vol à Tylissos, Aghia Triada, Phaistos, Kommos, La Canée ou même Armeni comme des initiatives dépendantes de l’autorité knossienne. Il s’agit d’expliquer comment des élites régionales ont en réalité profité de ces échanges de dons et autres relations interdépendantes avec le palais de Knossos pour se mettre en évidence socialement à l’échelle régionale, quand celui-ci cherchait possiblement à décourager les alliances de chefs locaux et régionaux. Cette approche offre une alternative au problème, vraisemblablement insoluble, de la datation précise au cours du Minoen Récent IIIA2 des importants développements, notamment architecturaux, entrepris par des centres régionaux. Ce problème, qui se posait en des termes binaires – avant ou après l’effondrement de Knossos ? dépendamment ou indépendamment de ce pouvoir ? – est ainsi vidé de sa substance. Enfin, l’examen de la culture matérielle et des pratiques funéraires de communautés locales vraisemblablement liées aux couches sociales crétoises plus ordinaires, particulièrement celles de la Crète centrale-sud-est, indique que, dès la période palatiale finale, des groupes sociaux se sont distingués des hautes sphères de pouvoir en témoignant d’une identité culturelle propre, mixte et multidimensionnelle. Ces communautés ont probablement développé des réseaux commerciaux à petite échelle, en marge du commerce de denrées internationales et de matériaux et biens de prestige, qui leur ont permis cette ouverture culturelle à une échelle distincte. Cette dernière se situait notamment au niveau des échanges interrégionaux entre des groupes de la Crète centrale-sud-est et de la Crète orientale, qui sera elle spécialement étudiée dans le second volume à paraître.

9À la suite de la disparition du référent knossien au cours du Minoen Récent IIIA2, les développements continus et prospères des régions crétoises, indépendants d’un centre dominant, sont indiqués de manière évidente par l’analyse des données archéologiques. Ils ont été examinés et interprétés sous deux angles particuliers : le régionalisme de la culture crétoise post-palatiale et la nature des relations entre la population crétoise et celle de Grèce continentale, dans une atmosphère générale d’échanges commerciaux intenses en Méditerranée orientale aux 14e et 13e s. av. J.-C. (déjà Smith 2005). Tout d’abord, le pouvoir économique est caractérisé par une fragmentation régionale. L’utilisation prolongée d’une administration en Linéaire B par quelques centres régionaux aux Minoen Récent IIIA2-IIIB procède sans doute essentiellement – mais sans doute pas uniquement – d’un commerce de denrées transportées par les grands vases à étrier. Ce commerce est vraisemblablement pris en charge par des centres régionaux dominants, probablement La Canée en Crète occidentale et Aghia Triada en Crète centrale-sud, mais nécessite conjointement un contrôle serré des « territoires » respectifs (Zurbach 2007). À partir du Minoen Récent IIIA2, une fragmentation du pouvoir politique en Crète entre les élites des centres régionaux importants est envisagée, qui aurait progressivement engendré un contrôle étroit des communautés et des pouvoirs locaux. Toutefois, des initiatives locales foisonnantes et distinctes s’affirment malgré tout (les petites tombes à tholos dans une partie de la Crète centrale-ouest, par exemple), tandis que le partage régional d’une communauté stylistique de la céramique est souvent observé parallèlement. En outre, les relations interrégionales à l’époque post-palatiale ne semblent pas en reste et mériteraient d’être investiguées davantage, notamment celles qui liaient la région de Crète centrale-sud et la région de Crète centrale-ouest. En effet, plusieurs données archéologiques suggèrent l’investissement du couloir de communication situé entre le pied du Psiloritis et la vallée d’Amari. L’accueil réservé dans toutes les régions crétoises aux poteries distinctives produites à La Canée, qui sont déposées dans les tombes aux côtés de productions locales, témoigne par ailleurs du rayonnement culturel dominant de ce centre, que l’on pourrait considérer comme un référent idéologique significatif dans la construction des identités sociale et culturelle contemporaines. Il n’est évidemment pas le seul. En effet, là où la fusion d’éléments culturels d’origines diverses a pu constituer au moins partiellement une stratégie de légitimation d’un nouveau pouvoir sociopolitique à Knossos au début de la période palatiale finale, la mixité de références culturelles à l’époque post-palatiale, à un passé local d’abord et surtout, à des inspirations extérieures ensuite, notamment celles de La Canée et de Grèce continentale, reflète un processus culturel désormais pleinement assimilé. Il est par ailleurs très probable que des groupes d’individus originaires du continent helladique ont continué à s’installer en Crète, au fil des contacts commerciaux mais aussi culturels entre ces régions. Il est néanmoins absolument discutable que la culture de la population crétoise à l’époque post-palatiale puisse être qualifiée de mycénienne. Par conséquent, on a parlé d’un phénomène de symbiose de traditions crétoises et de Grèce continentale, phénomène en continuité avec l’époque palatiale finale. Certaines pratiques suggèrent encore d’autres mixités culturelles, c’est-à-dire le syncrétisme d’éléments crétois avec des coutumes propres à d’autres régions du bassin méditerranéen (enterrement en larnax et incinération à Olous). En conclusion, la disparition d’un référent idéologique central et prédominant peut avoir conduit à une autonomie plus assumée de la société crétoise mais aussi à la multiplication des réseaux relationnels. La formulation des identités culturelle et sociale participe à l’internationalisme ambiant, à une koinè culturelle égéenne, dont les palais et les sociétés du continent helladique ne sont pas les seuls instigateurs. Le processus de fragmentation de l’économie politique en Crète, intimement associé à une communauté multidimensionnelle de traditions culturelles, s’achève au Minoen Récent IIIB par une crise sociale, sans doute attisée par des troubles externes, qui provoquent un changement fondamental dans le fonctionnement de la société crétoise.

Notes

582 Ces typologies fixes sont les éléments jugés caractéristiques de la civilisation de Grèce continentale et explicitement identifiés par des archéologues au sein des contextes crétois, notamment dans la production et la consommation de céramique fine d’apparat, les coutumes funéraires ou les agencements architecturaux et techniques de construction.

583 On a ainsi suggéré que la culture matérielle mise en évidence à Knossos aux Minoen Récent II-IIIA2 est une symbiose entre plusieurs traditions, réductible à aucune, mais davantage égéenne ; elle est moins le corollaire que le pendant de cette nouvelle identité mixte.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable