Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PERIFEREIA Étude régionale de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB (1450-1200 av. J.-C.)

 | 
Charlotte Langohr

IV. Analyse interprétative : la société crétoise du Minoen Récent II au Minoen Récent IIIB

Texte intégral

1. Quelques considérations préliminaires

1.1. Lignes de faîte

1Cette analyse interprétative est basée sur la présentation des données archéologiques qui concernent les différentes régions de la Crète aux MR II-IIIB – hormis la Crète orientale. Puisqu’elle n’embrasse pas en détail les données épigraphiques des tablettes en Linéaire B, il est évident que cette lecture est partielle. Deux lignes de faîte majeures et connexes sont ici poursuivies.

  • 413 Un travail à part est celui d’A. Kanta (Kanta 1980) qui, la première, est « sortie » de l’approche (...)

2La première poursuit une approche pluri-contextuelle : il s’agit d’aborder l’histoire de la Crète aux MR II-IIIB en examinant particulièrement ses différentes régions et en les plaçant en perspective, de définir archéologiquement la « périphérie » prise dans son ensemble pour équilibrer, mais non désavouer, l’approche « knossocentrique » qui a souvent prévalu jusqu’à présent dans les études consacrées à ce sujet413. Pour qui se plonge dans la littérature archéologique, épigraphique et philologique abondante qui concerne cette période de l’histoire de l’île, l’intérêt d’engager une telle approche devient évident. Régulièrement, en effet, l’omission de certaines données archéologiques s’avère dommageable car celles-ci nuancent, voire contredisent, les reconstructions historiques qui sont proposées et qui commentent la topographie sociale, culturelle et politique de la Crète à l’époque considérée. Considérer la variété des initiatives et des pratiques de la société crétoise à une époque précise, pour ensuite distinguer soit des récurrences, soit des variations, soit des inexistences dans les modalités de ses différentes sphères d’activité, permet de rectifier certaines de ces reconstructions historiques.

  • 414 Cf. II. 3. La chute de Knossos, les tablettes en Linéaire B et l’arrivée des Mycéniens en Crète : (...)
  • 415 On rappelle, en accord avec ce qui a été dit plus haut (cf. III. 1. L’occupation de l’île : séquen (...)
  • 416 On peut par ailleurs relever le même problème en ce qui concerne le terme de telles occupations : (...)
  • 417 « Because of difficulties in distinguishing among local Cretan productions between LM IIIA2 and LM (...)
  • 418 L. Preston, dans son étude des pratiques funéraires à Knossos aux MR II-IIIB, a pris le parti de c (...)
  • 419 Cf. II. 3.3.1. La chute de Knossos et les tablettes en Linéaire B.

3La seconde ligne de faîte de cette analyse interprétative est la perspective diachronique. S’il est clair que la période de 250 ans d’histoire de la Crète investiguée ici est celle de changements substantiels au sein de la société crétoise par rapport à l’époque néo-palatiale antérieure, cette période est elle-même marquée d’évolutions, de mutations, mais aussi de continuités. Celles-ci touchent les différentes sphères d’intérêt et d’action des habitants de l’île : sociale, culturelle, économique, politique et idéologique. Il est dès lors intéressant de poser les grands jalons, de situer les changements majeurs au cours de cette assez longue période. Un point pivot de cette période de l’Âge du Bronze est sans conteste l’effondrement de la position dominante du site de Knossos au cours de la phase céramique MR IIIA2414. La présente analyse des données archéologiques collectées s’efforce d’exposer dans quelle(s) mesure(s) le paysage crétois est différent avant et après cet événement et ce, à travers les différentes régions de l’île. On procède dès lors en deux temps : d’abord, une analyse de la période palatiale finale, aux MR II-MR IIIA2, ensuite, une analyse de la période post-palatiale, aux MR IIIA2-MR IIIB. On se doit directement d’évoquer les limites importantes d’une telle division. En effet, si les données archéologiques relatives à plusieurs sites ont pu être présentées selon cette distinction chronologique – suivant l’analyse de la céramique correspondante –, une part importante des données qui concernent les sites envisagés ne peut être définie comme antérieure ou postérieure au début ou au milieu de la phase MR IIIA2, essentiellement par manque de raffinement de la séquence céramique locale de référence415. C’est particulièrement le cas pour des habitats ou des tombes qui ont été reconnus comme des sites MR IIIA2 ou MR IIIA2-IIIB, sans que n’ait pu être précisé le début de ces occupations ou activités : début du MR IIIA2 ou MR IIIA2 avancé416. Aussi, il est clair qu’un nombre substantiel de données ne peut être traité avec pertinence selon cette distinction chronologique. Dès lors, peut-on prendre le risque de considérer toutes les données identifiées comme MR IIIA2 ou MR IIIA2-IIIB ou MR IIIA2/IIIB (et on insiste sur le tiret et la barre oblique)417 dans le cadre de la Crète post-palatiale, comme postérieures à l’effondrement du pouvoir dominant de Knossos ?418 Ce manque de nuance serait d’autant plus douteux si venaient à être confirmées les plus récentes hypothèses de P. Warren ou C. Macdonald selon lesquelles la destruction finale de Knossos et la disparition de son système administratif centralisé auraient eu lieu à un stade « mature », voire avancé, de la phase céramique MR IIIA2, plutôt qu’au tout début de celle-ci419. Par conséquent, lorsque les données relatives à un habitat ou à la sphère funéraire correspondent distinctement à la phase MR IIIA2 ou aux MR IIIA2-IIIB, sans qu’un hiatus n’ait pu être observé archéologiquement parmi les activités reconnues, leur pertinence potentielle tant vis-à-vis de la période palatiale finale que vis-à-vis de la période post-palatiale sera évaluée. Le cas échéant, les raisons archéologiques et les implications historiques du choix de les faire débuter au cours de l’une ou de l’autre seront examinées.

  • 420 Cette perspective est déjà avancée dans les études majeures de Kanta 1980 ; Hayden 1981 ; Hayden 1 (...)

4Enfin, cette analyse interprétative s'efforce de tenir compte de deux paramètres sous-jacents. Premièrement, l’hétérogénéité du matériel archéologique disponible, en termes de qualité de préservation et de proportion des données récoltées, mais aussi de publication et d’avancement de la définition des séquences céramiques locales de référence, peut facilement menacer la reconstruction diachronique et interrégionale de cette période de l’histoire de la Crète par l’échafaudage de généralisations trop hâtives. Deuxièmement, le poids considérable que constitue l’approche de la « mycénisation », de l’arrivée au sein de la société crétoise de Mycéniens – y compris aux rangs les plus élevés des niveaux de pouvoir social et politique et de l’influence culturelle – a eu un impact majeur sur le développement de l’interprétation des données archéologiques. Le propos ici n’est point de contrecarrer cette approche, encore moins de nier la présence de groupes originaires du continent sur l’île au cours de chacune des phases MR II-IIIB. Plutôt, cette analyse cherche à mettre en exergue les particularités du corpus archéologique considéré qui ne sont pas réductibles à une telle lecture historique et qui nécessitent une analyse plus nuancée420. Enfin, avant d’entrer dans le vif de l’analyse, on propose un excursus sur les obstacles archéologiques et méthodologiques auxquels peut se heurter l’affirmation, pas tant de la présence de Mycéniens en Crète, mais d’une domination mycénienne de la société crétoise, souvent connotée d’un changement ethnique important au sein de celle-ci. Une interprétation particulière de l’existence archéologiquement évidente de composantes originaires de Grèce continentale au sein de la société crétoise est ici formulée, qui touche au concept tout aussi délicat de l’identité culturelle.

1.2. Archéologie, ethnicité et identité(s) culturelle(s)

Mycenaeanization was probably a variable and selective process of cultural and economic domination by the emergent mainland palatial polities, and one that did not necessarily involve direct political intervention everywhere in the Aegean (Preston 2004a : 343).

  • 421 Cf. II. 3. La chute de Knossos, les tablettes en Linéaire B et l’arrivée des Mycéniens en Crète : (...)
  • 422 La présence de céramique importée du continent dans des contextes crétois MR IB est non négligeabl (...)
  • 423 O. T. P. K. Dickinson souligne et commente le fait que la définition de ce qui est strictement myc (...)
  • 424 Cf. ci-dessous, 2.1. Le « centre » ou qui prend la tête de Knossos ? Nouvelles identité culturelle (...)
  • 425 Jones 1997 : 29s., dans le cas précis de l’étude de la romanisation des régions d’Europe septentri (...)
  • 426 Au terme de la première édition de l’ouvrage collectif Rethinking the Mycenaean Palaces (Galaty et (...)
  • 427 Une des principales conclusions du colloque Ariadne’s Threads. Connections between Crete and the G (...)

5Le contexte et les fondements du débat archéologique et épigraphique épineux au sujet de « l’arrivée des Mycéniens en Crète » ont été exposés au début de cet ouvrage421. Un élément essentiel a été peu souligné dans ce débat et les recherches parfois effrénées de signes archéologiques susceptibles d’étayer l’hypothèse d’un pouvoir mycénien à Knossos au lendemain des catastrophes de la fin du MR IB. Il s’agit de l’existence d’une « convergence virtuelle » entre les cultures matérielles crétoise et du continent depuis, au moins, les quelques décennies qui suivent l’éruption du volcan de Santorin, au MR IB/HR IIA (Macdonald 2005 : 205)422. Evoquer l’émergence en Crète à la période palatiale finale de certaines formes ou décors de poteries, voire de plans architecturaux, a priori caractéristiques de la culture continentale, n’est pas une démarche pertinente pour appuyer la thèse de l’instauration d’une domination mycénienne de l’île à partir de Knossos. En effet, les contacts répétés entre les deux sociétés ont permis des interactions culturelles réciproques, ce qui complique la définition des éléments proprement inhérents à l’une ou à l’autre423. Cela étant dit, la démonstration d’une nouvelle identité guerrière et l’introduction de la langue grecque et de noms grecs dans l’administration – attestées dans les hauts rangs de la sphère dirigeante knossienne dès le MR II et manifestant la présence d’individus venus du continent en son sein – exigent une explication plus fouillée, ce à quoi on s’attèle plus bas. Méthodologiquement, il ne semble plus pertinent non plus d’exposer le problème de manière manichéenne en cherchant à valider l’une des deux grandes tendances de l’archéologie égéenne : l’approche « diffusionniste » ou l’approche « invasionniste » (par exemple, Haskell 1989). La thèse « invasionniste » se heurte en partie au fait que, à l’HR IIB-IIIA1, on ne peut déjà parler de civilisation mycénienne en tant qu’état organisé de palais partageant une culture partiellement homogène et cohérente, qui serait susceptible de désirer, d’accomplir et de réussir une conquête de cette ampleur ; l’édification des premiers palais monumentaux remonte à l’HR IIIA1 (Dabney et Wright 1990 : 48 ; Georgiadis 2003 : spéc. 111). En outre, les sources historiques grecques plus tardives ne relatent rien qui puisse correspondre à une entreprise guerrière de conquête de la Crète par les Mycéniens, ce qui ne constitue pas une preuve en soi, mais mérite d’être pris en compte. Le mythe des noces d’Ariane et Thésée peut toutefois en être une suggestion indirecte, même s’il pourrait davantage faire allusion à un mariage dynastique qu’à une réelle conquête territoriale (Driessen 1998-1999). Aussi, l’adoption voire l’adaptation libre d’éléments culturels extérieurs ou l’imposition de ceux-ci par une force coercitive nouvelle, externe ou non, ne sont pas deux phénomènes exclusifs dans le développement d’une société424. De plus, concevoir les changements identifiés au sein d’une entité culturelle comme résultant principalement des phénomènes du commerce ou des invasions a également été critiqué425. Un second problème méthodologique est celui de l’approche biaisée, car sélective, de certaines études scientifiques qui épinglent des « morceaux choisis » dans l’histoire et le fonctionnement de la civilisation continentale pour établir des comparaisons avec les nouveautés et les changements repérés archéologiquement au sein la société crétoise aux époques considérées, afin d’expliquer ces derniers (Langohr 2006). Ainsi, de la même manière que les spécialistes de la Crète à l’Âge du Bronze pointent des comparaisons avec la Grèce continentale qui expliqueraient la « mycénisation » de la culture matérielle et révèleraient a priori la présence de Mycéniens en Crète, les spécialistes qui étudient l’organisation sociopolitique des états mycéniens s’intéressent le plus souvent uniquement aux tablettes de Knossos, sans chercher à comprendre le fonctionnement de la Crète à cette époque dans son ensemble, un point de comparaison pourtant potentiellement utile pour l’étude des centres mycéniens eux-mêmes426. Considérer ces deux sociétés dans leur globalité montre in fine qu’elles sont essentiellement distinctes (Cadogan 2005a : 54)427. Pourtant, il est indéniable que, dès l’époque palatiale finale, la société crétoise laisse apercevoir, dans des contextes et à des degrés divers, des changements significatifs qui font intervenir des éléments propres à la civilisation continentale. Pour qui dispose de données épigraphiques et archéologiques, la tentation d’expliciter ces mutations de la société crétoise par l’immixtion d’éléments d’une origine géographique différente est évidente. C’est ici qu’intervient le concept complexe de l’ethnicité.

  • 428 Sur la question du rapport entre archéologie et ethnicité, et les problèmes méthodologiques qui en (...)
  • 429 Certains spécialistes ont toutefois explicitement reconstruit des affiliations culturelles puis et (...)
  • 430 Relever la présence physique en Crète d’objets importés de Grèce continentale pour appuyer un chan (...)
  • 431 On laisse de côté, d’une part, la mention des Kretes et des Iawones dans les sources écrites conte (...)
  • 432 Sur les rapports et différences entre identité culturelle et ethnicité et la question de la défini (...)
  • 433 Considérant l’identification de la culture minoenne en tant que telle dans le contexte élargi des (...)
  • 434 Parler d’identité sociale permet une approche plus globale et moins circonstanciée d’une société q (...)
  • 435 Parmi l’immense littérature consacrée à ce sujet, on peut pointer, en ce qui concerne le style et (...)

6Un groupe ethnique est dans son essence un groupe d’individus qui se voient comme semblables au nom d’un ancêtre commun, réel ou fictif, et qui est considéré et regardé de la sorte par les autres groupes ethniques (« ethnic identity is socially constructed and subjectively perceived » : Hall 1997 : 19). Considérer certaines particularités du corpus archéologique comme le corollaire d’un phénomène ou d’un changement d’ordre ethnique est une démarche délicate, méthodologiquement et théoriquement critiquée428. Cela étant dit, l’intérêt n’est peut-être pas tant de savoir si oui ou non les habitants de la Crète et de Grèce continentale se considéraient consciemment comme des ethnies différentes – et, au sein de ces deux populations, si des ethnies distinctes existaient et se dissociaient entre elles également. Ceci est d’autant plus évident que l’on est à peu près ignorant sur la manière dont l’ethnicité se construisait dans le cas de l’Egée à l’Âge du Bronze429. Il apparaît désormais clairement que l’ethnicité ne peut être définie par « un inventaire de traits spécifiques » repérable au sein d’un groupe d’individus et que l’on ne peut dès lors presque rien en dire lorsque l’on ne dispose que de faits archéologiques430 et d’aucun discours de ces individus sur eux-mêmes431. Aussi, n’est-il pas plus pertinent de délaisser la définition différenciée des identités ethniques égéennes contemporaines pour s’interroger, dans ce cadre précis de la Crète aux MR II-IIIB, sur ce que pourrait connoter l’introduction de composantes culturelles extérieures en termes d’identité sociale et culturelle, tant dans la vie quotidienne qu’au niveau des rangs les plus élevés de la société crétoise432 ? Ne serait-ce pas davantage dans leur fusion et dans le caractère innovateur qu’ils engendrent par leur interaction, que ces éléments labellisés – désormais anachroniquement – « mycéniens » et « minoens » rendent compte de la définition de l’identité sociale et culturelle de la société ici envisagée433 ? Sonder les phénomènes d’hybridation et d’invention culturelles à travers l’analyse des données archéologiques touche à l’entité plus fluide, plus dynamique et sans cesse renégociée de l’identité sociale (Jenkins 2000 : 4)434. En termes de culture matérielle, des variables telles que le style, l’iconographie, les techniques de production et les modes de consommation sont autant de canaux à travers lesquels l’identité sociale peut être négociée et l’identité culturelle, exprimée435. Autrement dit, si les usages révèlent des choix qui forgent l’identité sociale, leur matérialisation même trahit l’identité culturelle.

7Pour résumer, le nœud du problème n’est pas vraiment de prouver la pertinence ou l’irréalité d’une présence physique en Crète d’une population originaire de Grèce continentale, présence qui est de toute façon peu contestable par la simple reconnaissance de noms d’origine grecque dans les tablettes en Linéaire B de Knossos, par exemple (Baumbach 1983 ; Driessen 1992 : 203, n. 34). La question qui semble prometteuse, en définitive, est celle du caractère à donner à la réception, par les habitants de la Crète, d’éléments culturels en provenance du continent. Cette question mène, par extension, à tenter de déterminer si ces éléments sont la juste expression, à partir du MR II et pas avant, de la domination politique et culturelle de l’île par des individus de Grèce continentale, ou d’autre chose. Approcher la définition de cet « autre chose », tel est l’objet de la suite de cette analyse.

2. La période palatiale finale

2.1. Le « centre » ou qui prend la tête de Knossos ? : nouvelles identité culturelle et expression de pouvoir à Knossos aux MR II-MR IIIA2

[...] cultural similarity and difference, and material culture distribution in general, are not the result of human enculturation within a ‘culture’ but the result of human interactions and of strategies to manipulate these interactions. Therefore, it is necessary, first, to study the strategies and intentions of the interacting groups and/or individuals and, second, to understand how material culture was used as parts of these strategies (Papadatos 2007 : 434).

2.1.1. Le stylet et l’épée : une mutation complète436

  • 436 Ce titre s’inspire de celui de l’article de Driessen et Schoep 1999 : The Stylus and the Sword. Th (...)
  • 437 L’hypothèse d’un mariage dynastique va dans ce sens (cf. II. 2. Les destructions à la fin du Minoe (...)

8S’appuyant sur l’évidence de la modification du système administratif en Crète qui adopte dès le MR II une première forme de la langue grecque, tout en gardant le système d’écriture traditionnel minoen, la réponse généralement apportée à la question ici posée est que des Mycéniens se sont emparés de la gouvernance de l’île, en train de s’effondrer ou déjà effondrée. L’idée d’une invasion massive a été critiquée (cf. II. 2. Les destructions à la fin du Minoen Récent IB ; consulter aussi Georgiadis 2003 : 110-111). On parle désormais plus volontiers d’un groupe d’individus liés à quelque élite du continent helladique, qui s’installe à Knossos et parvient à s’imposer à la population crétoise, tant par son efficience militaire que par l’instauration d’une nouvelle administration (Renfrew 1996 : 13). Cette hypothèse est toujours acceptée aujourd’hui ; elle s’accorde bien avec certaines données archéologiques, principalement les tombes majestueuses aux caractères guerriers, débordantes de richesse, qui marquent le paysage autour du palais de Knossos dès le MR II. Longtemps inchangée, cette explication a été bousculée par les travaux de J. Driessen. Le fondement principal de ces derniers est de considérer le changement brutal de la langue et du fonctionnement de l’administration crétoise comme un moyen et non pas comme une fin (Driessen 1998-1999 ; Driessen et Schoep 1999 ; Driessen et Farnoux 2000). Cette approche ne remet pas en question le fait que des individus originaires de Grèce continentale aient pu prendre part, dès le début, à la mise en place d’une nouvelle gouvernance de l’île, mais elle permet de considérer que des Crétois prennent aussi part à cette action, et pourquoi pas, en sont les principaux instigateurs437. Par ce dernier point, cet angle d’approche est en plus juste adéquation avec une grande partie des données archéologiques, ce que tentera de démontrer la suite de l’analyse.

  • 438 J. Driessen (Driessen 1998-1999 : 100) a avancé des parallèles historiques à son explication du sc (...)
  • 439 On peut remarquer que cette première forme de grec parlée sur le continent n’était peut-être pas f (...)
  • 440 Les travaux qui ont permis de définir cette organisation économique spécifique régie par l’adminis (...)

9Succinctement, l’idée centrale de l’hypothèse de J. Driessen est que le changement de la langue de l’administration est une excellente opportunité pour réformer dans le même temps tout le système procédural de l’appareil administratif, y compris la manière de collecter, traiter et enregistrer les données d’ordre économique (Palaima 1987) ou le système de poids et de mesure (Driessen 2000 : 224). On obtient ainsi une arme quasi inflexible pour contrôler drastiquement la sphère économique – d’autant plus quand elle concerne un large territoire qui nécessite un système de communication pragmatique –, mais également pour restreindre l’accessibilité à la fonction administrative. L’efficacité réelle de l’administration en Linéaire B, qu’apportent ces modifications, en comparaison avec le système précédent de l’administration néo-palatiale en Linéaire A, suggère assez nettement que ce changement de fond a été motivé par une volonté de rendre l’accès à l’appareil administratif exclusif. Autrement dit, J. Driessen défend l’idée que les gens qui prennent le contrôle de Knossos au MR II ont délibérément changé la langue de l’administration dans l’accomplissement d’une stratégie politique visant à réserver l’accès au nouveau pouvoir qui est en train de s’établir à un petit groupe de privilégiés438. L’accès à l’écriture constituant déjà un instrument de pouvoir politique, la connaissance du grec deviendrait un des sésames permettant d’intégrer l’élite économique et politique439. J. Driessen soutient que cette modification profonde de l’appareil administratif participe à la mise en place, par les nouveaux dirigeants knossiens à la période palatiale finale, de plusieurs mécanismes politiques corollaires. Par le biais de ces mécanismes novateurs, ils réussissent non seulement à se présenter et se faire accepter comme les légitimes garants de l’autorité centrale de ce nouveau régime, mais aussi à contrôler et à bénéficier du monopole de certaines entreprises économiques, qui demandent pourtant l’intervention d’une large portion de la population et du territoire crétois. Brièvement, ces mécanismes peuvent être résumés par deux concepts. Le premier est l’usage d’une force coercitive, c’est-à-dire une stratégie contraignante capable de restreindre elle aussi l’accès au rang de l’élite sociale et au pouvoir politique. Elle s’exerce par le biais de symboles référant à une identité spécifique dont le vocabulaire guerrier constitue le pivot, dans ce qu’il exprime le statut supérieur. Le second est une modification profonde de l’organisation économique. Ces réformes de l’activité économique sont peut-être engagées dès le MR II mais ne connaissent leur développement complet qu’au cours des MR IIIA1 et MR IIIA2. Elles consistent surtout en l’établissement d’entreprises industrielles à grande échelle, destinées à la production d’articles spécialisés et directement gérés par le gouvernement central ou ses représentants intermédiaires ; il ne s’agit vraisemblablement pas d’une organisation orientée vers une économie de subsistance440. On revient plus bas sur les modalités de cette nouvelle économie centralisée et spécialisée.

  • 441 Il est très probable que cette mise en exergue de l’individu et de la puissance personnelle est un (...)

10Dans ce processus de formation et de maintenance d’un nouveau régime, l’élite ou les groupes d’élite de Knossos cherche (nt) à légitimer et à asseoir leur hégémonie politique et leur supériorité sociale par la manipulation de leur identité culturelle, à laquelle ils allouent une toute nouvelle définition. La référence au domaine militaire et guerrier (Driessen et Macdonald 1984 ; Driessen 1996) devient une source de pouvoir politique et s’impose comme la démonstration et la revendication du statut social supérieur, distinctif et exclusif de l’élite (Driessen et Langohr 2007 : 188-189). Cela vaut particulièrement pour la phase MR II, quand ce nouvel ordre social et politique est en pleine émulation et gestation à Knossos. Le fait que cette référence guerrière est peu familière au paysage crétois (consulter cependant Evely 1996 et Kanta 2003a) et fait allusion à un trait culturel extérieur, davantage lié à la civilisation du continent helladique, peut avoir ajouté à son prestige. Des tablettes en Linéaire B de Knossos témoignent de la production spécialisée de tout un attirail guerrier, gérée et contrôlée par l’administration de Knossos : chars, épées et armures/cuirasses de bronze, mais aussi lances, arcs et flèches (Séries R et S ; consulter en particulier Vandenabeele et Olivier 1979, passim). La possession d’un armement personnel est le reflet de la distinction sociale et l’apanage d’un groupe restreint dont l’identité de prestige est liée à de forts accents martiaux (Driessen et Schoep 1999 : 393-395, avec commentaires et références). Cette mise en évidence de l’individu démontre une réduction de l’unité sociale dès le MR II, quand s’opère un déplacement du groupe social clanique traditionnel minoen vers le groupe social de l’élite. Cette transmutation fait partie de la stratégie de légitimation de cette nouvelle élite441. La mobilité réduite des symboles de pouvoir que véhicule cet attirail militaire – tant par sa production, que sa circulation et sa possession – en fait les composantes parfaites d’un système d’échanges de dons entre individus qui aspirent à gravir les plus hauts échelons de la nouvelle élite sociale. Enfin, il est probable qu’un seul individu, le wanax, siège à l’apex de ces stratégies de légitimation d’un nouveau régime, lui qui serait parvenu à se présenter comme le dirigeant légitime face aux élites, résurgentes ou émergentes, qui participent, par leurs aspirations propres, au développement et au bon fonctionnement de ces processus stratégiques. La Salle du Trône du palais de Knossos, dont l’état actuel semble être celui des MR II-IIIA1, est peut-être l’une des manifestations les plus tangibles de ce wanax de l’époque palatiale finale (Macdonald 2005 : 217-218).

2.1.2. Une exhibition ostentatoire : la sphère mortuaire, arène d’expérimentation

  • 442 Une exception remarquable est celle du cimetière de Poros avec, notamment, ses quelques tombes ric (...)

11Les données archéologiques qui concernent les pratiques funéraires de la société crétoise durant la période des Seconds Palais sont faibles442. Il a été suggéré, entre autres, que les enterrements avaient alors lieu dans la mer (Marinatos N. 1993 : 231 ; Rehak et Younger 1998a : 110-111). Cette absence apparente contraste donc fortement avec les pratiques funéraires largement attestées sur l’île par la suite, à travers chacune des phases MR II-IIIB, quand des tombes et des nécropoles plus ou moins importantes ont été installées dans toutes les régions, d’abord et surtout à Knossos. On peut en outre insister sur les changements sociaux notables qu’impliquent sans aucun doute, aux MR II-IIIA2, l’établissement de nouveaux cimetières, d’une part, et l’individualisation des enterrements, d’autre part (Macdonald 2005 : 198-199), étant entendu que les enterrements dans la mer, s’ils ont existé à l’époque précédente, pourraient avoir été le reflet d’une faible distinction sociale entre les individus ou les groupes sociaux au moment de la mort.

  • 443 Contra W.-D. Niemeier qui a défendu l’idée que les nouvelles pratiques funéraires opérées en Crète (...)
  • 444 Le fait que des « tombes dotées d’objets en bronze » ont été aménagées en Crète occidentale et en (...)
  • 445 L’éclectisme et la diversité des formes et des sources d’inspiration dont témoignent les tombes kn (...)
  • 446 L. Preston critique les « overly straightforward equations of burial practices with ethnic identit (...)
  • 447 La base de son raisonnement est que les développements particuliers que connaissent les pratiques (...)
  • 448 L’absence, a priori, de pratiques funéraires ostentatoires à l’époque néo-palatiale suggère que ce (...)
  • 449 Consulter, en dernier lieu, les excellentes mises au point de Keswani 2004 : 6-21 et Keswani 2005  (...)

12L’exemple le plus remarquable est celui des tombes de Knossos où de nouvelles pratiques, incontestablement inspirées de celles qui ont lieu sur le continent443, sont introduites au MR II, principalement le phénomène – presque – isolé des « tombes de guerriers » ou, plus justement, des « tombes dotées d’objets en bronze »444. Ce phénomène est souvent tenu pour preuve, difficilement contestable, de la présence de personnages de haut statut originaires de Grèce continentale à Knossos aux MR II-IIIA2. Il faut directement ajouter que ce phénomène, bien qu’illustre, n’est point la règle en ce qui concerne les nombreuses entreprises funéraires qui sont réalisées à Knossos durant cette période, même s’il est évident que ces dernières concernent essentiellement les catégories les plus élevées de la société crétoise, donc une portion limitée de la population. De plus, l’émergence et le développement de ces pratiques funéraires ostentatoires sont caractérisés par des variations importantes dans leur expression, qui traduisent des choix spécifiques et divers en termes d’implantation de la tombe, de formes architecturales, de dispositions des corps des défunts et d’offrandes aux inspirations singulièrement diversifiées445. Dans le cadre de la reconstitution archéologique de cette période de l’histoire de la Crète, ce n’est pas tellement le caractère continental des pratiques funéraires qui est symptomatique, mais cette variabilité avec laquelle sont exprimés les nouveaux canons de la sphère funéraire, les nouvelles formules symboliques de l’élite sociale. En effet, les comportements funéraires tendent davantage vers la démonstration d’une symbiose entre des symboles significatifs du passé minoen et des éléments neufs empruntés aux civilisations contemporaines, de Grèce continentale essentiellement, mais aussi de l’Egypte pharaonique par exemple. Cette hétérogénéité culturelle observée au sein des pratiques funéraires knossiennes aux MR II-IIIA2 se doit d’être intégrée et commentée dans le contexte de la formation et de la maintenance du nouveau régime politique et social en Crète à l’époque palatiale finale. L. Preston, principalement, a questionné la lecture mycénienne, relativement unilatérale, des données funéraires knossiennes (Preston 1999, Preston 2004a, Preston 2004b, Preston 2004c, Preston 2005, Preston 2007 ; voir aussi Miller 2007)446. Suivant la perspective de recherche lancée par J. Driessen et exposée plus haut, L. Preston a exploré le potentiel idéologique que peut revêtir l’introduction de pratiques funéraires innovantes pour la proclamation et la légitimation du pouvoir, politique et social447. Elle souligne, en outre, l’évocation importante de symboles minoens néo-palatiaux dans les pratiques funéraires knossiennes MR II-IIIA2. Aussi, plutôt que de représenter les agissements de hauts personnages originaires de Grèce continentale, désormais gouverneurs de la Crète, ces tombes seraient le résultat des stratégies actives de la nouvelle élite knossienne, peut-être partiellement infiltrée par des individus du continent. Celle-ci s’efforce de manipuler et d’exploiter la sphère mortuaire comme arène de démonstration et de renforcement de son statut social distinctif et de son nouveau pouvoir politique448. En effet, s’il répond à des obligations pratiques mais aussi honorifiques au moment de la mort, le rite des funérailles est surtout le lieu de représentations sociales mises en scènes par les vivants449. Pour ces derniers, il est également l’occasion d’embellir le statut et de manipuler l’identité du défunt, puisque les honneurs qui lui sont accordés reluiront inéluctablement sur le statut des organisateurs de ces funérailles ; par là, le rituel funéraire est un moment clé dans la transformation et la construction de nouvelles identités sociopolitiques à l’intérieur d’un groupe social (Keswani 2005 : 341-342).

  • 450 En ce qui concerne ce dernier cas, l’hypothèse qu’il s’agisse de tombes de femmes de haut statut, (...)
  • 451 La prise en compte des nombreuses différences qui caractérisent les tombes knossiennes MR II-IIIA2 (...)

13Pour ce qui est de la référence au domaine militaire, il est clair que les attributs de guerrier déposés autour du défunt communiquent son appartenance à un groupe prééminent de la société. Il ne s’agit manifestement pas du seul moyen de proclamer cette appartenance cependant, puisque cet attirail militaire est en nombre proportionnellement faible par rapport à l’ensemble des types d’offrandes et que certaines tombes knossiennes affichant une richesse extravagante ne dévoilent aucune référence au domaine militaire450. La prise en compte des données funéraires knossiennes dans leur ensemble suggère que les représentants de l’élite gouvernante à Knossos – et sans doute également certains individus qui y aspirent – adaptent et manient le symbolisme funéraire de manière ostentatoire, intégrant des composantes symboliques d’origines variées pour inventer un nouveau vocabulaire culturel. En résumé, cette définition innovante de son identité culturelle par l’élite knossienne ferait partie intégrante d’une stratégie d’affirmation de sa distinction dominante, dans une atmosphère de compétition sociale et politique. Les variations importantes observées en termes de richesse, choix spécifiques, références plus ou moins appuyées à la tradition minoenne ou à la culture continentale, suggèrent que différentes sortes d’élites sociales ou différents groupes de l’élite ont tenté l’expérience de cette mise en exergue. Il demeure toutefois difficile d’expliquer de manière satisfaisante ce qui les distinguait précisément en termes de fonction, de statut, de niveau de pouvoir et, surtout, d’origine451. L’inhumation individuelle facilite quant à elle l’incorporation du mort dans l’idéologie du groupe social de l’élite, en le soustrayant à l’unité sociale du clan, de la famille.

  • 452 La présence dans certaines tombes d’un équipement important de vaisselles, parfois de batteries de (...)

14Enfin, la tombe elle-même n’est peut-être pas le lieu primordial de cette démonstration emblématique de statut et de pouvoir. Dans ce cadre précis des activités mortuaires aux MR II-IIIA2, l’élite knossienne qui se met en place au MR II a pu user de stratagèmes parallèles pour asseoir encore son prestige et sa supériorité. Si les grandes tombes à chambre, mais surtout la tholos et les tombes voûtées en encorbellement sont des signes de puissance qui marquent visuellement le paysage knossien, les armes, armures, parures précieuses et vaisselles splendides déposées dans les tombes auprès des défunts n’éblouissent plus personne une fois enfouies sous terre. Il est par conséquent tout à fait probable que l’exhibition de prestige avait publiquement sa place au sein d’un rituel funéraire en l’honneur du défunt, avant l’enterrement proprement dit. Les signes archéologiques d’un réaménagement des voies de circulation qui unissaient la zone du palais à la région des nécropoles, au nord, notamment la Chaussée Royale et le podium d’honneur qui la longe, suggèrent que des processions ont pu se dérouler dans le cadre de funérailles. Au cours de celles-ci, on exposait peut-être le corps du défunt (prothesis) (Baxevani 1995 : 32-33) mais aussi ses insignes personnels de statut social élevé et de pouvoir, possiblement exhibés de manière théâtrale sur un char qui cheminait par la Chaussée Royale jusqu’à la tombe, où ces objets de haute valeur matérielle et symbolique étaient alors enterrés à jamais (Perna 2001 : 126, 128). Par ailleurs, il est tout à fait possible que des banquets funéraires ont eu lieu, qui ont pu participer à cet étalage du corps social de l’élite. Analysant la céramique découverte dans les tombes knossiennes, K. Perna a souligné la proportion importante de vases à boire, à manger et à verser qui suggèrent de tels partages de repas (Perna 2001 : 127)452. Ces événements étaient probablement réservés à une assistance restreinte, ce qui participerait à la nouvelle exclusivité sociale qui caractérise l’élite de Knossos. Les tombes monumentales qui constellent le paysage knossien cependant – surtout celles construites au MR II – pouvaient, elles, fasciner la population du nord de la Crète au sens large.

2.1.3. Une monopolisation du prestige

  • 453 Baboula 2000 considère cet amassement colossal d’objets en bronze de prestige dans les tombes des (...)

15Le caractère restrictif qui semble avoir été conféré à dessein à l’administration en Linéaire B par les nouveaux dirigeants du principal centre crétois trouve aussi un écho dans les autres données archéologiques. L’architecture monumentale, les peintures murales et la production artisanale spécialisée sont autant de domaines dont le caractère exceptionnel est similairement exploité et affiché, essentiellement aux phases MR II et MR IIIA1. En un mot, les entreprises de fond et les changements dans la culture matérielle que l’archéologie knossienne donne à voir dans ce qu’elle touche au non-ordinaire apparaissent comme orientés vers le désir de confiner les ressources conduisant à l’autorité politique et culturelle dans les mains seules d’une élite sociale autoproclamée (Driessen 2000 : 227). En ce qui concerne les nouveaux insignes de pouvoir, il était d’abord concrètement difficile de jouir pleinement de ces symboles de statut : les épées et autres armes de bronze, mais aussi les armures et les chars. En effet, les données épigraphiques et archéologiques suggèrent une restriction de l’accès à la matière première, mais surtout à la production et à la consommation de ces biens, qui étaient soigneusement organisées par les dirigeants du palais de Knossos. L’acquisition et l’accumulation, confinées, de métaux sont une préoccupation économique principale de l’administration et donc de l’élite knossienne (Baboula 2000 ; Driessen 2001a). Socialement, ensuite, ces épées et autres pièces de métal richement décorées s’inséraient sans doute dans un système d’obligations et d’échanges de dons et devenaient ainsi les stigmates d’une alliance tant étroite que privilégiée entre les élus de ce système et l’autorité palatiale, peut-être représentée par un seul individu, le wanax (Driessen et Langohr 2007 : 189). Idéologiquement, enfin, l’enfouissement à jamais, c’est-à-dire le gaspillage délibéré, des objets de haute valeur dans les tombes, notamment les armes et vaisselles en bronze, est encore une forme d’ostentation délibérée et de monopolisation sociale des richesses qui renforce l’appartenance de leurs détenteurs à l’identité de l’élite453. On peut déjà ajouter que cet accès limité à l’approvisionnement général en métal pour les autres groupes sociaux qui ne font pas partie du cercle étroit de l’élite a certainement dû être créateur de tensions entre ces différents groupes.

  • 454 Sherrat et Sherrat 1991 ajoutent que ces huiles d’olive parfumées ont pu être utilisées pour oindr (...)
  • 455 J. Bennet a relevé que l’administration knossienne contraste avec l’administration pylienne en Grè (...)

16On se doit d’expliciter brièvement comment fonctionnait cette monopolisation économique des richesses, ses modalités, ses implications et sa gestion par l’administration centralisée du palais de Knossos. L’élément-clé de l’économie du palais de Knossos, qui est sans aucun doute une raison majeure de sa richesse et in fine de son prestige, est la production de textiles de luxe et de qualité à l’échelle industrielle à partir de troupeaux de moutons contrôlés par ce palais, essentiellement à partir de l’élevage de moutons mâles castrés. Ces troupeaux palatiaux étaient pris en charge par plusieurs centaines de bergers pendant un an et qui devaient, une fois arrivés à ce terme, céder les quantités de laine exigées par le palais et rendre le nombre de bêtes confiées en début d’année (Killen 1984 ; Killen 1985 ; Halstead 1990 ; Halstead 1999a ; Halstead 2001). En ce qui concerne la production des textiles, le palais de Knossos disposait d’une main-d’œuvre considérable et de nombreux ouvriers spécialisés, ce qui témoigne de la haute organisation et de la division du travail liées à la production palatiale (Killen 1966, Killen 1994 : 68). Il semble que la laine était envoyée vers une chaîne d’ateliers établis, non pas essentiellement autour de Knossos, mais dans différents centres de Crète centrale-nord, de Crète centrale-sud et de Crète de l’ouest qui avaient des obligations de production vis-à-vis du palais de Knossos qui les administrait (Killen 1984 ; Halstead 1996-1997 : 187 ; voir surtout Nosch 2001). L’organisation économique de cette production précise était donc fortement décentralisée, mais l’administration knossienne exerçait sur celle-ci un contrôle total (Killen 1984 : spéc. 60-61). Ces pièces textiles de prestige étaient la monnaie d’échange de luxe qui permettait à l’autorité knossienne d’importer du métal (Doxey 1987 ; Driessen 2001a). Celui-ci était alors transformé en objets précieux de haute valeur artistique et symbolique dans les ateliers spécialisés de Knossos, qui sont essentiellement actifs aux MR II-IIIA1. La production d’huile d’olive parfumée était une autre source de richesses pour le pouvoir knossien (Shelmerdine 1985 : 107-111, 116 ; Hamilakis 1999 : 47-50)454. M. S. Speciale a suggéré, sur la base des données contenues dans les tablettes en Linéaire B, que son système de production était centralisé à Knossos, ce qui contraste avec le système décentralisé de la production de textiles (Speciale 2001). Troupeaux, main d’œuvre, centres de productions, tout était inventorié par les scribes du palais qui référaient constamment au site crétois associé en indiquant son toponyme ; ainsi procédaient-ils également pour tous les autres pans des activités économiques que gérait le palais. Cela étant dit, une observation primordiale pour la suite de cette analyse est la suivante : si les entreprises économiques ciblées du palais de Knossos touchaient un nombre important de centres crétois – vu la centaine de toponymes répertoriés dans les tablettes en Linéaire B de Knossos –, cette administration ne reflète assurément que les intérêts de cette économie palatiale knossienne (Halstead 1999b : 211)455. Il est très probable qu’elle occulte ainsi toute une réalité économique, et sociale, régionale qui n’avait directement aucun rapport avec les affaires économiques du gouvernement knossien, mais qui existait bel et bien.

  • 456 Six toponymes ont été assez certainement localisés, de par leur similarité homophonique avec les n (...)
  • 457 Ce système très structuré aurait succédé à et tiré profit de l’organisation décentralisée de l’adm (...)
  • 458 M.-L. B. Nosch attire l’attention sur le fait que, à la différence par exemple de la royauté de Py (...)
  • 459 La région C dans Driessen 2001a, qui compose environ 10 % des toponymes mentionnés dans les tablet (...)
  • 460 Cette reconstruction se base notamment sur le fait que les tablettes de la Pièce aux Tablettes de (...)

17Deux problèmes se posent encore en ce qui concerne l’étude du contenu des tablettes inscrites en Linéaire B de Knossos qui ont des répercussions sur la suite de cette analyse, l’un, géopolitique, l’autre, chronologique. Premièrement, des spécialistes se sont attachés à l’identification des toponymes avec des sites crétois archéologiquement connus, ainsi qu’à l’établissement de la répartition géographique de ces toponymes dans les différentes régions de l’île (Wilson 1977 ; Bennet 1985 ; Killen 1987 ; Bennet 1988a ; Bennet 1988b ; McArthur 1993 ; Driessen 2001a)456. Une déduction, relativement peu explicitée cependant, est que les toponymes inventoriés sont sous le contrôle de Knossos, puisque les tablettes décrivent les matières premières ou produits finis qui sont envoyés vers Knossos à partir de ces centres. Il ne s’agit pas de remettre en cause cette déduction mais de questionner la forme que prenait ce contrôle. Il a été soutenu que la centaine de toponymes mentionnés dans les tablettes et qui représentaient donc les intérêts économiques des gouvernants knossiens est loin de représenter le nombre réel de centres crétois potentiellement contemporains de cette organisation économique et administration en Linéaire B (Bennet 1985 : 249 ; Driessen 2001a : 99). La mention d’un nombre limité de centres crétois dans les tablettes a été explicitée tantôt par le haut degré de hiérarchisation entre ces sites, dont seuls les centres appartenant aux trois échelons les plus élevés de cette structure complexe sont répertoriés (Bennet 1985, Bennet 1987a, Bennet 1988b, Bennet 1990)457, tantôt par la nature même de l’hégémonie knossienne. Dans ce dernier cas, l’idée principale est que le fondement du gouvernement knossien n’est pas tellement l’instauration d’un état territorial – qui cadre mal avec la carte discontinue de la Crète que dessine la répartition géographique des toponymes –, mais la performance d’une entreprise économique (Driessen 2001a). Suivant ce cas de figure, ne seraient concernés, et donc inventoriés, que les centres crétois susceptibles de fournir un support économiquement rentable à cette entreprise. Par ailleurs, il est dangereux de considérer que chaque centre crétois entrant dans le système administratif knossien est logé à la même enseigne. Les relations entre les établissements crétois et Knossos devaient connaître des variations, ne fût-ce parce que les apports économiques de chacun sont différents458. S. Sherratt a poussé plus loin l’interprétation de l’hétérogénéité des intérêts knossiens que laisse voir le contenu des tablettes : si les intérêts de l’administration se concentrent surtout en Crète centrale en termes de rentabilité économique, ils se tournent également sur quelques sites côtiers plus éloignés – essentiellement La Canée et peut-être quelques centres sis sur le littoral de la région plus orientale du Mirabello459. Ce schéma concorderait bien avec le souci de superviser les points d’entrée des routes commerciales maritimes internationales (Sherratt 2001 : spéc. 230). Par conséquent, parler du contrôle économique knossien sur un centre crétois nécessite d’envisager dans quelle mesure ce contrôle intervient au sein des initiatives locales et régionales, qu’elles soient économiques, mais aussi politiques, sociales, culturelles ou idéologiques : en quoi ces dernières gardaient-elles ou non une autonomie, un caractère propre ? Deuxièmement, un problème chronologique se pose. Comme on l’a exposé plus haut, il semble à présent pertinent de soutenir que la majorité des tablettes de Knossos ont été cuites par un événement qui a pris place au cours de la phase céramique MR IIIA2. Par conséquent, elles relatent essentiellement une situation qui concerne une période avancée de l’époque palatiale finale, quand le nouvel ordre social et politique est bien implanté. Le palais de Knossos gère alors une activité économique à plein rendement, vraisemblablement destinée in fine à l’importation de métaux pour les convertir en objets de prestige, notamment militaires, longuement commentés ci-dessus. Or, tant une section de tablettes spécifiquement concernées par ces objets – celles issues de la Pièce aux Tablettes de Chars (Driessen 1990, Driessen 2000 : spéc. 201-204, 210-211, Driessen 2001a : 103) – que les données archéologiques – « tombes de guerriers », quantité importante d’objets en bronze et autres exotica, ateliers de fondeurs spécialisés dans la production d’épées – correspondent davantage à la période MR II-IIIA1. Dès lors, peut-on suggérer que l’organisation économique performante du palais de Knossos telle que décrite plus haut était déjà convenablement opérationnelle aux MR II et MR IIIA1 ? Cette vision est nuancée par certaines reconstructions historiques – basées sur les mêmes données épigraphiques et archéologiques – qui reconnaissent davantage l’évolution d’une élite aux allures et structure guerrières, au MR II, concentrée à Knossos et principalement préoccupée par la légitimation de son statut et de son pouvoir, vers, au début du MR IIIA2, une autorité centrale qui a trouvé une stabilité politique et sociale et dont l’organisation économique performante centralisée concerne une portion plus élargie de l’île (Driessen 2001a, voir aussi Driessen 1999b : 213)460.

2.1.4. Entre continuité et innovation : la référence au passé

  • 461 Les termes d’« hybridation culturelle », de « fusion créative » d’éléments culturels d’origines di (...)

18Le nouveau chapelet de symboles de pouvoir inventé à Knossos dès le MR II, synonyme d’un statut élevé et privilégié, notamment par son évocation de l’étranger, intègre dans le même temps une réactivation d’anciens symboles qui s’enracinent dans le passé néo-palatial. Cet appel au passé semble précisément participer aux stratégies de légitimation entreprises par l’élite qui s’impose à Knossos, dans le sens où il permet de proclamer la filiation de ce nouveau pouvoir avec la tradition minoenne (Preston 1999 ; Driessen et Langohr 2007 ; Preston 2007). Dans le cas des dirigeants de Knossos au MR II, selon leur origine sociale et/ou géographique, cette filiation pouvait être soit légitime, soit construite pour être légitime, soit les deux (Soles 2001). La particularité de cette réactivation est qu’elle n’est pas seulement le signe de la continuité de ces symboles et signifiants culturels antérieurs, mais elle est aussi marquée par l’introduction d’éléments novateurs par lesquels elle participe aux processus d’hybridation culturelle qui se mettent en place dès le MR IB-MR II en Crète461. Il est toutefois sensé de penser que les traits culturels traditionnels dans la culture matérielle qui caractérise la société crétoise au sens large après les destructions du MR IB – et non dans ses hautes sphères de pouvoir à Knossos – s’expliquent fondamentalement par la continuité de la population. Parallèlement, si ces références au passé minoen contribuent à une démarche stratégique de la part des élites knossiennes du MR II, elles suggèrent, sans le prouver, que d’anciennes élites néo-palatiales composent ce cercle de nouveaux dirigeants. Ces observations se basent sur l’analyse des données archéologiques, à présent résumée (déjà, Driessen et Langohr 2007).

  • 462 La fresque des deux griffons disposés de manière antithétique de part et d’autre du trône de la Sa (...)
  • 463 Cette iconographie – et sans doute les activités qu’elle évoque – est reprise par la suite par les (...)

19Le palais de Knossos, édifice emblématique dans lequel siège la nouvelle autorité économique, politique, culturelle et sociale de la Crète aux MR II-IIIA2, est constellé de références au passé minoen ; les riches maisons et les tombes suivent la tendance. Ce sont essentiellement les données archéologiques relatives aux MR II, mais aussi au MR IIIA1, qui suggèrent ces remémoration et réinvention du passé. Topographiquement d’abord, avec le choix délibéré de se réimplanter avec majesté dans les ruines du palais séculaire, des anciennes maisons et édifices officiels et, parfois, dans les anciens cimetières. Architecturalement ensuite, avec l’utilisation répétée du gypse – matériau néo-palatial par excellence –, la réalisation de nombreuses nouvelles fresques à travers les salles du palais, la reprise de formes anciennes (le polythyron), les constructions ou restaurations en blocs de pierre de taille, des éléments qui rappellent tous fortement les pratiques néo-palatiales. Iconographiquement et symboliquement encore, avec notamment la multiplication des références à l’iconographie du taureau (Hallager et Hallager 1995), la monumentalisation du motif des demi-rosettes antithétiques (Bietak 2000 : 37 ; Macdonald 2005 : 180), l’évocation du banquet (Borgna 2004) et des processions (Day et Wilson 2002 ; Driessen 2002 ; Driessen 2004) par les fresques et, peut-être, la reprise du motif du griffon462. La production et la consommation de la céramique est un cas particulier : d’une part, elles témoignent de formes, de motifs et de styles qui font référence à la tradition néo-palatiale (entre autres, Niemeier 1985), mais elles innovent, d’autre part, par l’introduction de nouveaux traits (par exemple le nouveau package de poteries inspirées de formes de Grèce continentale : Alberti 1999, Alberti 2004) ou par une nouvelle expression des traits anciens (le « Style du Palais » : Hiller 1995 ; Niemeier 1995). Enfin, le cas particulier de la Tombe Temple est intéressant : cet édifice néo-palatial de Knossos est réinvesti au MR II, quand y sont tenues des cérémonies rituelles liées de la consommation de boisson faisant usage de kylix à pied court (forme de tradition mycénienne) mais aussi de tasses peu profondes (forme de tradition minoenne) et qui régénéraient peut-être délibérément les activités qui y avaient lieu à l’époque néo-palatiale (commentaire de E. Hatzaki dans D’Agata et Moody 2005 : 142, Hatzaki [à paraître a]). En outre, il paraît évident que le nouveau pouvoir qui s’impose à Knossos choisit de s’installer dans un édifice symptomatique, non seulement de par sa très longue histoire, les manifestations qu’il a abrité pendant des siècles (Driessen 2002 ; Driessen 2004) et le sens profond qui devait lui être conféré (Soles 1995 ; Day et Wilson 2002), mais aussi parce que ce nouvel ensemble dirigeant entretient délibérément chez lui son apparence traditionnelle. En effet, aucune forme architecturale proprement inspirée des bâtiments de prestige édifiés sur le continent helladique ne lui est allouée (Driessen et Langohr 2007 : 184). On ajoutera le cas particulier des sceaux, scellés et anneaux sigillaires en or contemporains qui figurent, sous différentes formes, des représentations et des scènes de spectacles, qui reprennent une iconographie bien connue de l’époque néo-palatiale (scènes de danse, processions, taurokathapsie, combats d’animaux, etc.). Ces images, véhiculées dans le palais mais aussi dans les tombes, ont été interprétées par S. German comme les proclamations de l’autorité palatiale dans ce qu’elles évoquent les plus larges représentations de théâtre social (social drama) qui étaient exécutées au sein même des palais, et peut-être donc toujours dans le palais de Knossos à l’époque palatiale finale ; ces performances sont nées au sein des centres palatiaux dans une période de tensions, probablement accentuées entre autres par les effets de l’éruption de Santorin, comme des actes exutoires qui étaient à terme destinés à consolider le pouvoir des autorités palatiales (German 2005 : spéc. 95-96)463.

20L’utilisation du passé comme instrument de pouvoir n’est pas un phénomène isolé dans les sociétés anciennes (Bradley 2002 ; Van Dyke et Alcock 2003). Selon les cas et les périodes, son expression a pris des formes variées, qui dépendent essentiellement de la perception diversifiée du passé par des groupes sociaux distincts et la nature des circonstances précises au sein desquelles celui-ci est réexploité (Whitley 2002).

2.1.5. Nouvel ordre social, nouvelle identité culturelle : de l’instabilité à l’équilibre

  • 464 On a attiré l’attention sur les activités funéraires spécifiques pratiquées à Poros aux MR IA et M (...)
  • 465 Certains spécialistes ont développé une interprétation similaire des données archéologiques, mais (...)

21La tentative de reconstitution archéologique de l’histoire crétoise ici proposée suit une nouvelle perspective engagée depuis peu par quelques chercheurs et déjà évoquée. Ainsi, on suggère que le nouveau bagage culturel que révèlent les données archéologiques n’est point la revendication d’une ethnicité propre par les nouveaux gouverneurs qui s’imposent à Knossos, centre suprême de la Crète aux MR II-IIIA2. Au lendemain de l’effondrement du système polypalatial, les nouveaux dirigeants de Knossos ont saisi l’opportunité de renégocier la structure du pouvoir. Dans le processus de formation de ce nouvel état, on peut soutenir que les individus luttant pour atteindre les échelons supérieurs de ce pouvoir ont expérimenté et créé un nouvel éventail culturel emblématique qui comporte une multiplicité bigarrée de références, qui participent à la construction d’une nouvelle identité (Preston 2004a ; Driessen et Langohr 2007). Cette dernière s’insère dans le passé local – réactivé, voire réinventé car adapté à des nouvelles circonstances –, tout en intégrant des éléments spécifiques empruntés incontestablement au continent helladique, surtout en ce qui concerne la langue administrative et le statut militaire, mais aussi certains traits de la culturelle matérielle en général. L’Egypte pharaonique représente probablement une autre source de prestige (Driessen et Langohr 2007 : 185-186 et déjà : Cline 1987 ; Phillips 1991 ; Cline 1995 : spéc. 94-95, n. 33-34 ; Cline 1997 ; Rehak 1998 : spéc. 49 ; Phillips 2005 : 456-457 ; Phillips 2008 : spéc. 243-245). C’est donc dans l’association délibérée de référents culturels d’origines diverses et connues que demeurerait l’essence de cette stratégie sociopolitique, dans la portée culturelle symbolique engendrée par leur conjonction. On peut tout à fait soutenir que ce processus s’amorce avant les bouleversements du MR IB, de manière d’abord naturelle, au vu des contacts externes nombreux que le Crète entretient avec les civilisations contemporaines, sous la forme d’une convergence spontanée mais également émulatrice de ces sociétés, mais aussi, ensuite, qu’il a été activé de manière consciente. En effet, les signes d’une instabilité politique et sociale au MR IB en Crète sont évidents. Cette instabilité pourrait avoir, dès cette époque, provoqué une crise de l’identité des groupes sociaux qui composent alors les élites ou les cercles dirigeants et galvanisé certains agents sociaux qui profitent de ce déséquilibre pour reconsidérer et redéfinir l’identité culturelle et sociale synonyme de dominance et de haut statut464. Les données archéologiques suggèrent que, au MR II, l’élément innovateur qui est conféré à cette nouvelle identité concerne, dans un premier temps, surtout l’élite sociale knossienne, en participant à la légitimation de ce nouveau pouvoir. En outre, bien que l’on ne pourra jamais le prouver, le caractère mixte de cette élite knossienne en termes d’origines géographiques aura certainement profité à la transformation de son identité sociale et culturelle. Toutefois, l’idée centrale ici développée est que la transformation de cette identité est moins la conséquence d’un changement d’ordre ethnique au sein de la société knossienne en particulier qu’un moyen, opéré consciemment, dans un processus de légitimation d’un nouvel ordre social et politique dont l’initiative est – au moins en partie – indigène465. Il est indéniable cependant que l’élaboration de cette nouvelle identité culturelle se fonde sur un terrain d’échanges interculturels séculaires qui concernent l’Egée et la Méditerranée orientale à l’Âge du Bronze. Enfin, on peut discerner une évolution chronologique dans l’établissement de cette nouvelle identité culturelle à Knossos aux MR II-IIIA2.

22Ces différentes observations se basent sur les données archéologiques suivantes.

23Tout d’abord, dans les tablettes en Linéaire B – signe par excellence de l’association innovatrice entre une écriture crétoise et une langue grecque –, le syncrétisme entre éléments crétois et grecs se révèle par exemple dans des désignations telles que Zeus Diktaios ou dans la cooccurrence de noms minoens et grecs (Hägg 1997a ; Driessen 1998-1999 : 95-96 ; Driessen et Farnoux 2000 : 434 ; Shelmerdine 2005 : 133 ; voir aussi Killen 1987 ; Hiller 1997).

24La culture matérielle mise en évidence à Knossos aux MR II-IIIA2 est une symbiose entre plusieurs traditions, réductible à aucune, mais davantage égéenne ; elle est moins le corollaire que le pendant de cette nouvelle identité mixte. Des particularités technologiques et des motifs décoratifs de tradition minoenne s’appliquent à des formes inspirées de Grèce continentale (Popham 1994 ; Crouwel et Morris 1995 ; Hatzaki 2007b ; Macdonald 2005 : 202-203).

  • 466 Par exemple, sur la fresque du Siège Pliant, la représentation du gobelet tronconique minoen à côt (...)
  • 467 Consulter aussi Killen 1994 qui, sur la base des données de Knossos, Pylos et Thèbes, suggère l’ex (...)
  • 468 Y. Hamilakis a émis l’hypothèse que la centralisation politique en Crète à l’époque palatiale fina (...)

25L’organisation des banquets et des processions consiste en une réactivation de pratiques traditionnelles minoennes. On a dit que, à partir du MR II, l’accès à ces cérémonies est restreint et que cette exclusivité est socialement symbolique. Il s’agit par exemple de banquets et processions funéraires, peut-être accompagnées de chars théâtralisant la scène, de très probables cérémonies concentrées autour de la Salle du Trône, confinée et individualisée, ou encore de célébrations rituelles associées à la consommation de boisson, notamment dans la Tombe Temple au MR II. Le développement de ces manifestations à Knossos, essentiellement aux MR II-IIIA1, allient, d’une part, des formes – l’usage du gobelet puis du kylix du continent helladique – et des pratiques – l’individualisation du défunt, l’individualisation du vase à boire personnel et l’individualisation des relations lors des repas – peu familières à la Crète et, d’autre part, des pratiques traditionnelles466. La participation des membres de la nouvelle élite knossienne à ces cérémonies privilégiées était probablement le gage de leur alliance avec le palais, peut-être avec son représentant, le wanax (Driessen et Langohr 2007 : 183)467. Toutefois, il faut souligner que le développement de ces cérémonies précises n’a pas nécessairement mis un terme à la réalisation de banquets en dehors du cercle de cette élite. Les données archéologiques à Knossos même, mais aussi dans d’autres centres crétois, suggèrent l’existence de rassemblements parallèles, peut-être plus modestes et publics, mais qui comportent une même volonté de revendication et d’expression sociales, bien que dans une atmosphère et à un niveau différents468. Le système d’échanges de dons militaires entre les membres de l’élite knossienne est, quant à lui, une cérémonie vraisemblablement plus spécifique et exclusive qui pourrait être directement voire uniquement liée aux occupants du palais de Knossos.

  • 469 Sur la Porte des Lions à Mycènes, et certainement sous la forme de reliefs sculptés qui cachaient (...)

26Enfin, la Salle du Trône du palais de Knossos est une donnée éloquente. D’abord, cette pièce est dans la continuité architecturale d’aménagements antérieurs (Niemeier 1987 ; Panagiotaki 1999 ; Macdonald 2003 : 41) et elle est un bel exemple des références au passé minoen dont témoignent les reconstructions réalisées dans le palais aux MR II-IIIA1 : usage du gypse, aménagements de banquettes (Kopaka 1990), réalisation de fresques – le taureau dans la salle antérieure et peut-être les griffons de part et d’autre du trône – et d’une frise en pierre de demi-rosettes antithétiques. Par contre, les alabastron trapus qui jonchent le sol mais surtout l’installation majestueuse d’un trône contre le mur nord de cette pièce sont des éléments totalement neufs, qui ont ou prendront une signification toute particulière dans le développement des états mycéniens sur le continent, y compris la monumentalisation de la disposition héraldique d’animaux469. L’apparence de cette salle ainsi que les activités qui devaient y avoir lieu sont révélatrices d’une initiative innovante : on souligne ses liens avec le passé mais on y introduit un rituel vraisemblablement neuf, qui insiste à nouveau l’individualisation du pouvoir, peut-être la démonstration par excellence de celui du wanax (Niemeier 1987 : 167-168).

  • 470 La distinction des sphères idéologique, politique et économique prend tout son sens dans l’interpr (...)
  • 471 Macdonald 2005 : 230s. soutient que l’administration knossienne en Linéaire B au sens propre ne se (...)
  • 472 Il n’est pas paradoxal d’envisager le début de la phase MR IIIA2 comme une période de stabilité po (...)

27L’analyse globale des données archéologiques permet de proposer quelques grands jalons et développements de la formation puis de la maintenance de cette nouvelle identité culturelle à Knossos, à la suite de bouleversements sociaux considérables. La phase du MR II est une période d’instabilité qui est caractérisée par un stade d’expérimentation culturelle, d’hétérogénéité des comportements, et dont le caractère guerrier est bien la manifestation d’une nouvelle source de statut, mais sans doute aussi l’évocation concrète de cette instabilité. L’archéologie knossienne montre que des groupes d’individus cherchent à se distinguer et incitent ainsi à la nouveauté, par exemple en choisissant de nouveaux emplacements vierges pour l’érection de leurs tombes majestueuses ou en construisant des édifices ou habitats dans de nouveaux secteurs de la ville (à l’ouest du Musée Stratigraphique, par exemple). Cette période d’instabilité se solde d’ailleurs par d’importantes destructions, notamment dans le palais et dans la Maison Inexplorée ou dans les nouveaux édifices bâtis à l’ouest du Musée Stratigraphique, ce qui pourrait refléter l’existence de conflits entre les différents groupes qui constituent – ou aspirent à introduire – l’élite et qui se mesurent peut-être sans relâche. Les reconstructions de ces édifices sont massives et immédiates, parfois accompagnées de changements fonctionnels. L’installation, au MR IIIA1, des plateformes circulaires sur les ruines des récentes constructions MR II à l’ouest du Musée Stratigraphique, désormais détruites, est le signe d’une mutation importante. Elle suggère que les dirigeants de Knossos souhaitent modifier radicalement l’utilisation de certains espaces – peut-être afin d’éliminer le souvenir d’une composante particulière de l’élite MR II –, mais cherchent aussi à organiser de nouveaux types de cérémonies, qui incluent probablement des danses. Les données funéraires liées assez fidèlement à la phase céramique MR IIIA1 semblent montrer une plus grande homogénéité par rapport à l’expérimentation exubérante qui caractérisent les tombes MR II de Knossos (Preston 2004a : 329-331 ; Miller 2007). Ceci pourrait traduire le cheminement vers un équilibre social et politique au sein de la classe dirigeante knossienne. Cet équilibre succèderait à une période où la lutte pour le pouvoir était de nature davantage idéologique qu’économique et politique470. Les aspirations des élites knossiennes au MR II pourraient être restées essentiellement concentrées sur Knossos, peu préoccupées, voire avisées, de ce qui se passait au-delà de cette région471. En ce qui concerne la phase MR IIIA2, on peut pertinemment supposer, grâce aux tablettes en Linéaire B, qu’il s’agit d’une période faste pour le gouvernement knossien, lorsque son entreprise économique atteint son paroxysme, au moins durant la première partie de cette phase. L’archéologie knossienne liée au MR IIIA2 témoigne d’une continuation des démonstrations de prestige de la part des élites (économiquement prospères), bien qu’une diminution de l’ostentation soit palpable. Ceci suggère que les tensions sociales restent vives mais qu’un équilibre a pu être atteint entre les piliers du gouvernement qui émane de Knossos472. Enfin, la nouvelle identité culturelle apparaît désormais assimilée : si elle doit en partie son élaboration à une démarche réfléchie et opportuniste de la part du nouveau pouvoir knossien face aux mutations vécues par la société crétoise, elle se dissémine dans les autres régions de la Crète et ce, dès le MR II ; c’est ce que tente de montrer et de commenter la suite de l’analyse.

2.2. Que connaît la première génération des habitants de la Crète après les destructions à la fin du MR IB ?

28En dehors de Knossos et de la Crète centrale-nord, les signes d’une occupation au cours de la phase céramique MR II sont proportionnellement faibles par rapport aux différentes phases successives du MR III. Ils mettent néanmoins en exergue quelques activités très significatives dans certains centres régionaux qui obligent à replacer le rayonnement du palais et de la ville de Knossos et de leurs occupants dans un paysage crétois élargi. La situation est particulièrement significative en Crète centrale-sud et en Crète occidentale.

  • 473 Dans le quartier de Chalara, toutefois, une occupation prolongée au MR II de l’habitat néo-palatia (...)
  • 474 A. L. D’Agata étudie la céramique des anciennes fouilles d’Aghia Triada liée aux époques palatiale (...)
  • 475 Commentaire d’A. Kanta à la suite de la communication de D’Agata 2005, dans D’Agata et Moody 2005  (...)
  • 476 Militello 1998 : spéc. 77-88, 341-342.

29En Crète centrale-sud, la situation est contrastée. Sur le site portuaire de Kommos, qui ne connaît aucune interruption de son occupation à la fin du MR IB, les habitants s’adonnent à plusieurs activités au MR II. Un sanctuaire est aménagé dans une ancienne maison néo-palatiale, des fêtes communautaires semblent se poursuivre dans la cour de l’Aire Sud et les contacts commerciaux extra-insulaires avec l’Egypte, l’Anatolie occidentale et la région syro-palestinienne se poursuivent et s’accroissent. L’analyse de la production locale – bien attestée – de céramique à Kommos au MR II suggère que, si celle-ci suit certains des grands canons knossiens contemporains, elle est en claire continuité avec la tradition néo-palatiale, au moins dans les premières années de cette phase céramique. Phaistos et Aghia Triada sont violemment détruits à la fin du MR IB. Dans l’état actuel des connaissances, on peut dire qu’un habitat a priori limité se met en place dans leurs ruines néo-palatiales pendant la phase MR II473. Cette réoccupation semble éviter les anciennes structures plus officielles (la Villa Royale à Aghia Triada, et le palais à Phaistos). Cependant, l’occupation de ces deux sites au MR II apparaît comme très effacée et on attend avec impatience la publication du matériel céramique trouvé dans les anciennes fouilles474. En effet, l’occupation de ces deux sites pourrait avoir été significative avant la phase MR IIIA1, vu la reconnaissance de céramique de style MR II qui affiche notamment des affinités avec la céramique knossienne contemporaine et pour laquelle A. Kanta a laissé sous-entendre une qualité exceptionnelle à Aghia Triada475. Un autre élément significatif est l’activité probable d’un atelier de peintres dès la phase MR II sur ce site, comme l’a suggéré P. Militello, sur la base de l’étude stylistique de fragments de fresques476. Dans le cas où une activité locale artisanale, de qualité et d’une certaine ampleur, pourra être reconnue à Aghia Triada et/ou à Phaistos par les futures recherches, il ne serait pas inconsidéré de suggérer qu’un groupe (local ?) important et d’un certain standing social occupe le devant de la scène dans la Mesara occidentale. Cela serait d’autant plus probable que sur les fragments de fresques auxquels a été attribué un style MR II figure une procession, ce qui concorderait mieux avec une ornementation architecturale d’un édifice à caractère officiel plutôt que domestique (contra Borgna 2006). Aucune tombe relative à cette période n’est attestée dans la Mesara mais la plateforme v-v’ qui est mise en place au MR II dans la partie sud de l’ancienne nécropole située à l’est du centre urbain d’Aghia Triada suggère peut-être des activités en l’honneur des défunts des époques antérieures enterrés dans ce cimetière.

  • 477 Une poterie MR II à Kommos est présentée comme une importation de La Canée par J. B. Rutter.
  • 478 Le toponyme a-pa-ta-wa est mentionné sur une des tablettes de la Pièce aux Tablettes de Chars, en (...)

30En Crète occidentale, le centre de La Canée est rapidement réoccupé après sa destruction et, si l’habitat limité mis au jour à l’heure actuelle est de nature assez modeste, la découverte de tombes qui contiennent du matériel céramique MR II témoigne de l’organisation nouvelle d’activités funéraires, sans doute réservées à une sélection de quelques privilégiés. Des armes et des objets en bronze de haute qualité artistique ont probablement été déposés auprès de certains défunts dès cette époque. Le centre de La Canée produit une céramique locale, qu’il exporte peut-être déjà477. À une quinzaine de kilomètres au sud-est de La Canée, le nouvel établissement de Stylos – peut-être a-pa-ta-wa –, qui domine une plaine cultivable et fertile, semble se mettre en place dès le MR II478.

31Par ailleurs, en ce qui concerne ces deux régions de la Crète centrale-sud et de la Crète occidentale, le contenu des tablettes en Linéaire B découvertes dans le dépôt de la Pièce aux Tablettes de Chars dans le palais de Knossos, seul dépôt qui peut être attribué à la phase MR II de manière convaincante, fait la mention de pa-i-ti-ja et da-wo/da-wi-ja, d’une part, et de ku-do-ni-ja/ku-do-ni-jo, d’autre part, ce qui suggère une intervention de Knossos au sein de ces centres dont il serait intéressant de définir la nature. Ces toponymes ne sont toutefois pas associés à la centaine de tablettes de cette pièce qui font référence aux chars, qui ne font en fait mention d’aucun toponyme, excepté Amnissos (Driessen 1990).

  • 479 En ce qui concerne la phase MR II, il s’agit du don d’une table à offrandes et d’autres poteries.

32En Crète centrale-nord, dans la région aux alentours de Knossos, des signes d’activités qui coïncident avec la phase céramique MR II ont été reconnus sur les sites d’Archanes, Tylissos et à l’emplacement de l’ancien sanctuaire du Mont Iuktas. A Archanes, dans les ruines néo-palatiales, un habitat semble être reconstruit dès le MR II. Dans la nécropole de Phourni, cependant, aucune tombe ne peut incontestablement corroborer cette réinstallation, bien qu’une fréquentation durant la phase MR II du bâtiment funéraire 3 néo-palatial puisse être soutenue, peut-être à titre rituel, commémoratif. A Tylissos, une phase de construction MR II a peut-être été identifiée dans la maison A. Les activités cultuelles séculaires pratiquées au sanctuaire de Iuktas sont maintenues tout au long des périodes palatiale finale et post-palatiale, et ce dès le MR II479.

  • 480 Julien Zurbach, commentaire personnel. Il insiste sur le fait que cette absence de reconnaissance (...)
  • 481 Observation personnelle de l’auteur.

33En Crète centrale-est, à Malia, une réoccupation quasi immédiate du site au MR II dans les ruines néo-palatiales est attestée, surtout dans le quartier Epsilon, alors que certains quartiers sont abandonnés à jamais. La céramique de qualité produite sur le site, qui témoigne de la reprise significative des activités dès le MR II, montre une continuation de la tradition locale mais aussi des affinités claires avec la production des ateliers MR II de Knossos. Lors de cette même phase, une structure individuelle est construite et utilisée au cœur des ruines du palais ; un usage cultuel est probable. Ailleurs, dans la région de Malia au sens large, on peut à ce jour uniquement parler de quelques objets de valeur déposés dans le sanctuaire minoen séculaire de la grotte de Psychro : un rhyton en céramique en forme de coupe sur pied décoré avec élégance, mais surtout des pointes de lance et des dagues en bronze ornées, dignes des productions contemporaines du palais de Knossos, où elles ont probablement été réalisées. La prospection archéologique de la plaine de Malia n’a fourni, à l’heure actuelle, aucun témoignage supplémentaire480. Le site côtier de Sissi à 4km à l’est de Malia, en cours de fouille, constitue donc une exception notable : de la céramique MR II a été préliminairement identifiée au sein de l’habitat481.

34En Crète centrale-sud-est, dans la région de l’isthme de Ierapetra et de Viannos, les signes d’une fréquentation de la région au MR II sont étonnamment faibles. Quelques poteries de style MR II ont été découvertes dans une tombe de Psari Phorada, sur la côte au sud de Viannos ; cette tombe a été utilisée sur une longue période (MM II-MR IIIA2) et ces quelques vases ne peuvent attester clairement un enterrement intervenu au MR II. Le sanctuaire de Symi pourrait constituer une exception notable puisque trois épées de bronze, a priori réalisées par les ateliers knossiens MR II-IIIA1, y ont été déposées, peut-être donc dès la phase MR II.

35Enfin, en Crète centrale-ouest, l’occupation au MR II est archéologiquement très discrète également, alors que trois poteries de qualité, décorées dans un style MR II, y ont été découvertes fortuitement ; il s’agit d’une flasque globulaire, dans la ville de Réthymnon, et d’un égouttoir et d’une pyxide, à Stavromenos. Par leur forme ou par leur décor, ces trois vases sont intimement connectés à la production et au conditionnement d’huiles parfumées, des activités particulières à cette région dont ils ne peuvent à l’heure actuelle que suggérer l’existence au MR II.

  • 482 Alors que les palais et les édifices spécifiques, revêtant une fonction officielle ou des signes d (...)
  • 483 Cette hypothèse ne nie pas le fait que le contraste entre Knossos et les autres régions au MR II e (...)

36Le tableau archéologique qui émerge des différentes régions de Crète et qui concerne cette génération de Crétois – qui ont vécu les destructions de la fin du MR IB et qui y ont donc survécu – est sans doute encore assez partiel. Un réexamen général était cependant nécessaire, afin d’élargir le champ de la majorité des études disponibles qui traitent de cette phase historique précise de la Crète. En effet, la grande majorité des données relatives à la phase MR II dont on dispose étant celles de Knossos, ces travaux s’efforcent essentiellement de définir le pouvoir central qui se met en place, composé d’une élite ou de groupes d’élites aux accents militaires appuyés et qui évoluent dans une atmosphère de compétition sociale. Ces mêmes études cependant ne cherchent que rarement à mettre cette situation en contexte c’est-à-dire à se poser la question suivante : par rapport à qui, pour quoi, ce ou ces groupes de Knossos se mettent-ils aussi en exergue en dehors de la sphère knossienne ? On ne peut pertinemment pas imaginer que la Crète soit totalement dépeuplée à travers toutes ses régions après les destructions MR IB ; la population crétoise épargnée par ces événements funestes a bien dû continuer à vivre et à s’abriter, excepté la possibilité qu’elle ait fui l’île massivement482. Aussi, au terme d’une période vraisemblablement très marquée par la compétition sociale, au MR IB (Hamilakis 1996 ; Hamilakis 1999 ; Hamilakis 2000 ; Day et Relaki 2002), quand les données archéologiques concordent relativement bien avec une fragmentation du pouvoir palatial et des influences culturelles (Driessen et Macdonald 1997 ; Schoep 1999 ; Driessen et Macdonald 2000 ; Cunningham 2007), ne pourrait-il pas rester quelque chose des élites régionales néo-palatiales qui sont vraisemblablement entrées en conflit ? Par ailleurs, il est peut-être éclairant de concevoir l’émergence d’autres groupes d’individus, pas spécialement liés aux anciennes élites des différentes régions de Crète, mais qui réalisent, à l’instar des groupes knossiens, l’opportunité que représente ce vide politique et cherchent à se mettre en évidence ? Il est incontestable que c’est avant tout à Knossos qu’un groupe dominant – sans doute noyauté d’individus originaires de Grèce continentale – s’installe dès le MR II et exerce une influence primordiale sur la société crétoise dans différents domaines d’activité, en mettant progressivement en place un système administratif centralisé joint à un contrôle serré d’un large pan de la sphère économique. Cela étant dit, les données archéologiques ici résumées qui concernent la première génération de Crétois après les troubles MR IB méritent d’être envisagées dans une perspective régionale : « tombes de guerriers » et autres tombes riches à La Canée, probable édifice de nature officielle avec des fresques à Aghia Triada, production locale de céramique partiellement en continuité avec les traditions locales antérieures à La Canée, Kommos et Malia, et probablement à Archanes, Aghia Triada et Phaistos, activités commerciales extra-insulaires à Kommos, probable vénération d’ancêtres locaux à Archanes et Aghia Triada. En effet, ces groupes locaux ont la plupart du temps été présentés comme des contingents envoyés par Knossos pour gérer les affaires régionales. Ceci concerne surtout La Canée et Aghia Triada/Phaistos/Kommos, où la remise sur pied au moins partielle de ces sites sans une intervention externe est souvent mise en doute et où la présence de « tombes de guerriers », de signes de richesse, ou de particularités knossiennes – surtout dans la production et la consommation de céramique – n’est expliquée que comme le signe d’une ingérence knossienne directe. Ne peut-on pas y voir, aussi ou avant tout, les résurgences de groupes régionaux relevés assez rapidement des catastrophes et qui cherchent à se mettre en évidence à leur échelle régionale ? Les occupants du palais de Knossos doivent, eux, composer avec ces centres régionaux, tout en exerçant par ailleurs une forte émulation sur ceux-ci. Si les dignes contemplateurs de la démonstration de puissance knossienne sont sans doute les élites de ce centre elles-mêmes, il n’est pas exclu qu’elle s’adresse aussi aux élites régionales. Par conséquent, l’hypothèse suivante est avancée : s’il est incontestable qu’ils devront, ou doivent déjà au MR II, rendre des comptes – au moins économiques – aux dirigeants de Knossos, il est vraisemblable que ces groupes régionaux aient eu le désir et les moyens de défendre une certaine autonomie, politique et culturelle, et ce dès la phase MR II483.

2.3. La « périphérie » ou que dire du fonctionnement des communautés locales, régionales, aux MR II-IIIA2 ?

  • 484 Un cas édifiant est par exemple celui de Watrous et Blitzer 1997 : 512 qui, proposant une reconstr (...)

37La suite de l’analyse examine la perspective inverse de l’approche knossocentrique. Ce choix méthodologique poursuit un objectif double : pallier les projections historiques, potentiellement erronées, faites à partir de Knossos484 et mettre en exergue les particularités régionales qui, dans le cas de l’époque palatiale finale, méritent d’être explicitées autrement qu’à travers les mailles assez uniformes et répétitives d’une domination mycénienne et/ou knossienne de l’île. Avant de se concentrer sur l’interprétation des données archéologiques des différentes régions crétoises, on pointe quelques données épigraphiques significatives les concernant, qui ouvrent la voie à leur contextualisation historique.

2.3.1. L’empire économique de Knossos et les régions : entre tutelle et autonomie

  • 485 P. Halstead met fortement en doute en effet que ces mâles châtrés aient été destinés à une product (...)

38On a dit que l’administration en Linéaire B, à son niveau le plus développé, atteste une entreprise économique palatiale knossienne hautement organisée et prospère, mais qui reflète sans doute essentiellement ses intérêts propres (Halstead 1999b : 211). Il est très probable qu’elle occulte ainsi toute une réalité économique et sociale régionale qui n’a directement aucun rapport avec les affaires économiques du gouvernement knossien mais qui existe bel et bien. Par exemple, J. T. Killen et P. Halstead sont parvenus, entre autres, à la conclusion que les centaines de bergers qui travaillaient pour Knossos devaient nécessairement disposer de troupeaux à eux pour subvenir aux manquements provoqués par la perte inévitable d’une partie du cheptel palatial au bout d’une année (Killen 1993a ; Halstead 1999a). Ainsi, les bergers qui disposaient de troupeaux privés assez importants pouvaient « échanger » des mâles castrés du palais contre certaines de leurs jeunes bêtes, femelles ou autres (Halstead 1999a : 152-153, 161). L’intérêt de cet enseignement dans l’analyse du fonctionnement des sociétés crétoises régionales est qu’il a été suggéré que ces béliers châtrés, appréciés aussi pour leur viande grasse, contribuaient localement à des abattages et pouvaient ainsi être consommés lors de fêtes communautaires ; ces dernières rassemblaient autour de l’organisateur une main-d’œuvre effective ou potentielle et pourraient avoir été un moyen de légitimer la mobilisation des ressources dans les mains d’une élite locale ou régionale distincte de l’autorité palatiale knossienne (Halstead 1999a : 161)485. Ne peut-on pas dès lors suggérer que ces individus qui n’entretiennent a priori aucun lien privilégié avec l’élite knossienne, mais qui prospèrent localement grâce à d’importants troupeaux, ont participé à la formation et à la maintenance d’élites locales, voire régionales ? Celles-ci n’échappent pas aux exigences et au contrôle du palais de Knossos à qui elles « doivent un tribut », mais elles profitent par ailleurs de son support économique et parviennent progressivement à développer leurs propres sources de richesse et de pouvoir. Présupposant ainsi l’organisation de banquets communautaires à l’échelle régionale durant cette période palatiale finale, on retrouve l’idée d’une négociation des conflits sociaux dans la consommation ostentatoire (Hamilakis 1996 ; Hamilakis 1999 ; Hamilakis 2000 ; consulter aussi Wright 2004b). Le gouvernement de Knossos se focalisant particulièrement sur la production de textiles de luxe pour laquelle il exploite assurément une population et les ressources d’un territoire considérables, en tous les cas au MR IIIA2, on peut proposer que les producteurs et éleveurs locaux et régionaux aient pu jouir pour le reste d’une franche indépendance, bien que possiblement précaire.

  • 486 L’usurpation des « institutions » communautaires locales par le palais, pour mobiliser les ressour (...)
  • 487 « Indeed, the evidence may suggest that the Knossian kingdom took the form of ‘islands of influenc (...)

39L’analyse des archives knossiennes qui concernent les cultures agricoles suggère aussi une intervention du pouvoir knossien, probablement partielle cependant. En effet, les céréales et les oliviers sont cultivés sur les terres des communautés locales, le damo, qui ne sont apparemment pas des propriétés du palais (Killen 1998) mais dont une partie au moins ne peut être effectivement exploitée sans son intervention, dans le sens où c’est l’administration knossienne qui dans plusieurs cas fournit les bœufs (Killen 1993b)486. Les bœufs répertoriés dans les tablettes knossiennes concernent notamment les centres importants de Tylissos, La Canée, da-* 22-to (peut-être dans la région de Rethymnon) et ku-ta-to (peut-être Armeni ou un site dans la région à l’ouest d’Héraklion) (Bennet 1985 : 246 ; Driessen 2001a : 100, n. 26). Le palais recevait sans doute en échange une contribution en nature, qui pouvait notamment être redistribuée pour la main-d’œuvre attachée aux activités industrielles du palais. Bien qu’il n’y ait aucun signe clair d’une organisation économique et administrative structurée à l’échelle des centres régionaux, on peut toutefois suggérer que l’activité économique au niveau des régions est peut-être loin de se limiter aux exigences requises par l’administration knossienne ; inégales et peu contrôlées, ces affaires économiques régionales ont pu permettre à certains centres de s’enrichir sensiblement487.

40Dans le cercle plus fermé du palais de Knossos lui-même et de la production d’huile parfumée et d’onguents qui y est vraisemblablement concentrée, J. T. Killen a suggéré que les artisans enrôlés étaient non seulement proportionnellement moins nombreux que ceux qui travaillaient dans les industries textiles et les ateliers de productions de bronze et de chars, mais aussi qu’ils jouissaient vraisemblablement d’un statut relativement plus élevé ; il soutient même que ces individus organisaient leur travail de manière indépendante vis-à-vis du palais, en s’entourant d’assistants (Killen 2001 : spéc. 174, 176).

  • 488 Ceci dans le cas où les différents anthroponymes associés au titre « collecteur » s’appliquent tou (...)
  • 489 Il n’est toutefois pas exclu que si des individus originaires du continent ont pris part à la form (...)

41Enfin, un mot sur le système des collecteurs. Les tablettes les révèlent comme des dignitaires aux tâches multiples : soit des propriétaires de troupeaux de moutons gérés par des bergers, soit des directeurs d’ateliers de textiles ou de chars, soit des responsables de groupes de travailleurs, soit des personnages qui avaient des liens directs avec des terres ; ils jonglaient parfois avec deux ou plusieurs de ces fonctions relatives à la sphère économique488. Font-ils partie de l’élite de Knossos, de haut statut et de prestige ? (Godart 1992 : spéc. 277, 283). Quel lien et quelle indépendance vis-à-vis du palais de Knossos avaient-ils ? (Killen 1995). Sont-ils, majoritairement ou en partie, les membres, socialement élevés, de communautés régionales ? Ils sont souvent présentés comme de riches notables aux possessions propres, mais semi-indépendantes du palais dans le sens où leurs activités sont reprises dans la comptabilité des scribes de Knossos, ce qui suggère au moins une dépendance fiscale vis-à-vis du palais (Driessen 1992). Toute la question est alors de savoir si ces collecteurs (ou bénéficiaires : Olivier 1967 : 84) étaient davantage des fonctionnaires liés à l’élite du palais ou de riches individus, en grande partie indépendants (Driessen 1992). Une approche anthroponymique des tablettes en Linéaire B de Knossos met en évidence 43 % de noms grecs parmi ces collecteurs, ce qui a été interprété comme le signe probant de leur appartenance à l’élite knossienne (Driessen 1992 : 212, n. 45)489. Toutefois, une approche prosopographique des mêmes tablettes suggère qu’il n’y avait pas d’interrelation entre l’élite économique (les collecteurs) et l’élite de nomenclature (fonctions administratives et de représentation), cette dernière étant sans doute directement dépendante de l’administration du palais (Driessen 1992). Cette observation peut appuyer au contraire une autonomie des collecteurs par rapport au palais de Knossos – y compris la propriété de leurs propres troupeaux (Bennet 1992) et de leurs propres ateliers d’objets et produits spécialisés (De Fidio 2001 : 22) –, excepté sur le plan fiscal. Dans ce sens, J. Bennet a considéré les collecteurs comme essentiellement liés aux affaires qui concernent le territoire de la Crète en dehors du centre knossien, comme les membres d’élites locales employés par le palais de Knossos de manière stratégique, dans le déploiement de son entreprise économique (Bennet 1988b : 32-33, Bennet 1992). Dans le cadre du système palatial mycénien, P. De Fidio a subtilement suggéré de les envisager comme des « entrepreneurs » auxquels le palais semble avoir délégué en partie l’organisation de certaines activités de production : ils représentent en quelque sorte un des points de rencontre entre les « deux mondes » que constituent le palais, le « centre », d’une part, et les communautés régionales, la « périphérie », d’autre part (De Fidio 2001 : 23).

42Pour terminer, quelques observations succinctes au sujet de certains toponymes mentionnés dans les tablettes de Knossos et qui ont été géographiquement situés peuvent être faites.

43Les toponymes da-wo et pa-i-to sont souvent mentionnés ensemble dans les tablettes et semblent se situer tous deux en Mesara occidentale, non loin l’un de l’autre (Cucuzza 2003 : 243, n. 186 avec références). Leur attribution à des sites archéologiquement reconnus n’est pas définitive. Bien que pa-i-to soit souvent relié à Phaistos et da-wo, à Aghia Triada (Cucuzza 2003 : 244-248), d’autres reconstructions existent, notamment la liaison de pa-i-to à Aghia Triada (Bennet 1992 : 97, n. 96 ; La Rosa 1985 : 54 ; Cucuzza 2003 : 245-247) ou à l’union d’Aghia Triada et Phaistos (La Rosa 1985 ; Bennet 1992 : 97) et l’attribution de da-wo au jumelage d’Aghia Triada et Kommos (Shaw et Shaw 1997 : 432), à Kommos seul (Knapp et Cherry 1994 : 141) ou à un « district » entier (Firth 1994-1995 : 47-48).

  • 490 Soit, le remplissage de la cour centrale du palais de Knossos sur une hauteur d’un mètre (Halstead (...)
  • 491 Une autre hypothèse est que la production agricole de la Mesara constituait le grenier à blé de Kn (...)
  • 492 J. B. Rutter a observé que les importations de denrées de diverses origines dans le port de Kommos (...)

44Da-wo est notamment connu pour être associé dans une tablette (F [2] 852) à une capacité en grains, nulle part égalée, de 10300 unités490. J. Bennet a suggéré que ce chiffre correspond à la production agricole accumulée dans différents sites de la Mesara et qui peut effectivement avoir été stockée, non pas à Knossos, mais dans le centre de da-wo (Bennet 1985 : 247). Si da-wo est Aghia Triada, ce chercheur propose de considérer le stockage de cette quantité énorme de céréales dans le Bastion reconstruit et dans les magasins de la stoa du « secteur nord » (Bennet 1990 : 210 contra Firth 1994-1995 : spéc. 47-48 et aussi Cucuzza 2003 : 245). Cependant, les données archéologiques tendent à montrer que ces deux édifices sont opérationnels à un stade avancé de la phase MR IIIA2, peut-être donc à une période où la puissance knossienne est renversée. Si une partie de cette récolte agricole a pu être envoyée à Knossos comme tribut, il n’est pas exclu qu’une proportion importante de ces ressources considérables restait dans la Mesara491. Cette accumulation de matière première a pu être vouée à une vaste redistribution régionale, voire plus large encore, mais peut-être aussi destinée à l’exportation, via le port de Kommos qui est complètement opérationnel aux MR II-IIIA2 et où ces denrées pourraient avoir été temporairement stockées par ailleurs (la construction du Bâtiment P est entamée dès le début du MR IIIA2) (dans ce sens, voir Bennet 1985 : 247 ; Shaw et Shaw 1997 : 432 ; contra Shelmerdine 2005 : 132)492. On est alors en mesure de poser l’hypothèse d’une exploitation agricole et d’un commerce extérieur exercés par un ou des centre(s) de la Mesara occidentale, vraisemblablement au MR IIIA2, peut-être de manière partiellement indépendante de Knossos (contra Watrous et Hadzi-Vallianou 2004 : 300).

  • 493 Des troupeaux considérables concernent aussi da-wo (Cucuzza 2003 : 247).

45De vastes troupeaux de moutons de pa-i-to sont recensés dans les tablettes, dont 80 % appartiennent à des collecteurs opérant sur place au nombre de cinq (Driessen 2001a : 109)493. Les tablettes knossiennes font également mention de tisserandes liées à pa-i-to et da-wo (Bennet 1992 : 96-97 ; Nosch 2001). Ces données suggèrent que les centres importants de Crète centrale-sud sont effectivement engagés dans le système économique knossien et, en grossissant le trait et selon l’interprétation que l’on donne aux collecteurs, que les élites régionales sont, soit intrinsèquement liées à Knossos, soit profitent régionalement de ces exploitations, tout en dépendant fiscalement de Knossos.

46En outre, on notera les mentions associées à da-wo de ku-pa-ro, peut-être la coriandre, et de ki-ta-no, interprété comme la pistache ou la résine de térébenthine (Cucuzza 2003 : 248 avec références). Ces substances ont pu être intégrées à la préparation de dérivés cosmétiques et homéopathiques recherchés. A leur propos, on peut souligner que des jarres cananéennes transportant de la résine de térébenthine ont été identifiées dans l’épave d’Uluburun (Pulak 1997 : 240-241), alors que l’importation de résine de pistachier en provenance du nord d’Israël est attestée à Kommos tout au long des MR II-IIIB. Si ki-ta-no évoque l’une des denrées étrangères particulières importées en Crète via le port de Kommos, on peut émettre deux hypothèses : premièrement, certaines de ces denrées transitent par le site de da-wo – qui entretient un contrôle plus ou moins fort sur le port de Kommos – et, deuxièmement, certaines de ces denrées profitent à l’administration knossienne qui, soit, en régit le commerce, soit, négocie avec les élites régionales de Crète centrale-sud, premiers gestionnaires de ce commerce international qui entre en Crète par le port de Kommos.

47Enfin, les données épigraphiques relatives à la Crète occidentale – notamment la série Co – sont discutées. D’un côté, l’intervention de collecteurs, de « contremaîtres » intermédiaires opérant à La Canée, a été reconnue et interprétée comme un contrôle économique indirect de Knossos sur les activités de cette région extrême (Bennet 1985 : 240, 247 contra Driessen 1992 : 211-212). D’un autre côté, l’interprétation des mêmes données soutient une indépendance économique relativement importante de la Crète occidentale vis-à-vis de Knossos, jointe cependant à un contrôle politique assez serré, mais de quelques sites côtiers stratégiques seulement, y compris La Canée/ ku-do-ni-ja ; ce contrôle peut être illustré par l’envoi de personnages officiels spécifiques désignés par Knossos (Driessen 2001a : 107, 111). Le fait que les toponymes habituellement associés à cette région occidentale soient peu souvent mentionnés dans les tablettes par rapport aux toponymes situés en Crète centrale-nord, centrale-sud et centrale-ouest suggère cependant que cette région intéressait moins l’administration knossienne (Driessen 2001a : 101, tableau récapitulatif 1 qui montre que les toponymes de Crète occidentale représentent 4 % de l’ensemble des toponymes), ou plutôt, que cette dernière s’y immisçait essentiellement dans le but d’avoir une emprise, peut-être considérable, sur les relations commerciales maritimes qui s’y croisaient, dans le cadre d’un réseau qui concerne le bassin méditerranéen oriental au sens large (Sherratt 2001 : spéc. 230s. ; cf. ci-dessus, 2.1.3. Une monopolisation du prestige).

48Des tablettes de Knossos mentionnent l’association de ku-do-ni-ja et pa-i-to à ce qui a été interprété comme un bataillon de chars ; ceci sous-entend un rapport peut-être particulier entre ces centres régionaux principaux et le pouvoir knossien, mais montre avant tout que les élites de ces centres dépendaient de Knossos dans leur approvisionnement en appareils militaires (Driessen 1996 : 492, fig. 5).

2.3.2. Les régions crétoises vues de l’intérieur

  • 494 Certaines de ces grandes constructions se superposent directement à des ruines néo-palatiales, ce (...)
  • 495 Le nombre de fusaïoles découvertes dans les fouilles de l’habitat mais surtout des tombes de cette (...)
  • 496 Observation personnelle de l’auteur.
  • 497 La désertion importante des régions montagneuses de Vrokastro, Kavousi, Gournia est vraisemblable.
  • 498 Les récents sondages réalisés dans le village de Kastellos près d’Armeni en 2007 et 2008 ont toute (...)

49La réimplantation des sites crétois au lendemain des catastrophes de la fin du MR IB n’est pas homogène à travers les différentes régions. D’une manière générale, on observe cependant que la majorité des centres néo-palatiaux qui avaient connu une occupation importante en termes d’activités administratives, architecture, activités artisanales et échanges commerciaux sont réoccupés, souvent rapidement. Il s’agit souvent de sites établis près de la côte. L’habitat reconstruit est modeste et est souvent réalisé au sein des structures anciennes, restaurées. La région de Crète centrale-nord connaît une réoccupation assez dense, souvent stratégique dans le sens où les sites positionnés le long de voies terrestres ou maritimes semblent préférés. Ainsi, en bord de mer, Poros, Katsambas, Tylissos et Amnissos et peut-être Nirou Hani sont réoccupés et, le long du bras ouest du Karteros, des sites comme Stamnoi, Episkopi, Voni et leurs environs connaissent une occupation au moins dès le MR IIIA1. Le bras ouest du Karteros permet de faire la liaison entre la région de Knossos et la plaine et les ports de la Mesara, une connexion commerciale tout à fait stratégique. Certains édifices néo-palatiaux importants sont définitivement abandonnés, comme à Kastelli Pediada (« Kastelli’93 »), alors que d’autres sont largement restaurés et reconstruits, comme à Archanes et à Tylissos. Le site d’Archanes est sans aucun doute un des plus importants de la région à l’époque palatiale finale ; il est implanté au pied oriental du Mont Iuktas, à la jonction de plusieurs rivières. Alors que sa réoccupation aux MR II-IIIA1 est bien reconnue, des constructions planifiées et de large envergure y sont entreprises dès le début de la phase MR IIIA2494. Il pourrait s’agir de la conséquence d’un regroupement de l’habitat mais la réimplantation dans l’environnement rural d’Archanes est attestée dès la phase MR IIIA1. Le maintien des dons d’offrandes dans le sanctuaire séculaire du Mont Iuktas est également un signe de continuité avec le passé dans la réimplantation de la région. Enfin, l’investissement clair de la Pediada, et particulièrement de la région fertile de la basse-Pediada, permet de suggérer les exploitations agricole et pastorale de cette région dès l’époque palatiale finale, peut-être essentiellement organisées et massivement perçues par le palais de Knossos495. Dans la région de Crète centrale-est, le site de Malia connaît une réimplantation analogue à celle d’Archanes, y compris le déploiement important de la ville au début du MR IIIA2, bien que certains quartiers soient abandonnés à jamais. Le dépôt d’offrandes dans le sanctuaire très ancien de la grotte de Psychro reprend également dès le MR II. Sinon, les traces archéologiques de l’occupation de cette région sont maigres : les hauteurs du plateau du Lasithi semblent avoir été désertées et la plaine littorale autour de Malia n’a fourni aucun signe probant de son exploitation, à l’exception notable de la colline de Sissi, en cours de fouille. En effet, de la céramique MR II-IIIA2 a été préliminairement identifiée au sein de l’habitat lors de la dernière campagne496. En dépôt secondaire et donc probablement dissocié de son environnement architectural initial, ce mobilier ne permet pas encore de définir la nature de l’occupation de Sissi à cette période. La qualité exceptionnelle de cette poterie laisse cependant présager un site palatial final d’une importance non négligeable. Par ailleurs, d’une part, il n’est pas du tout exclu que les édifices de Plati aient été implantés dès l’époque palatiale finale – et on notera en parallèle la prestigieuse tombe à tholos de Karphi/Magoulas-Kaminaki récemment mise au jour – et, d’autre part, les environs du village de Milatos étaient peut-être habités, comme le suggère une tombe datée du début de la phase MR IIIA2. Le mode d’implantation des sites en Crète centrale-sud-est poursuit la tendance assez récurrente de l’abandon des hauteurs pour la plaine, le bord de mer et les régions de rivières497. De plus, de nouveaux établissements apparaissent à partir du MR IIIA1, à proximité du littoral ou de voies fluviales qui y mènent : ceux d’Olous et de Kephali Chondrou. Le paysage de la Crète centrale-sud peut paraître inégal dans le sens où il se résume essentiellement à trois sites de la Mesara occidentale dont la séquence de l’occupation est particulièrement complexe : Aghia Triada, Phaistos et Kommos. La réoccupation d’Aghia Triada est particulièrement rapide et importante puisque au nettoyage et à la restauration des ruines du « secteur nord » dès le MR II, auxquels s’associent peut-être quelques nouvelles constructions non négligeables, s’ajoute l’important programme de construction du « secteur sud » sur les ruines néo-palatiales, programme qui débute au MR IIIA1 au plus tard, et se poursuit au MR IIIA2. A Phaistos, la réoccupation semble contemporaine, vraisemblablement moins monumentale mais tout aussi significative, comme en attestent les cérémonies peu ordinaires qui prennent place sur l’Acropole Médiane. Le port de Kommos connaît une situation singulière puisqu’il n’est pas détruit à la fin du MR IB. L’occupation de l’habitat continue modestement au MR II tandis que des repas communautaires pourraient avoir pris place dans la cour de l’Aire Sud. Les activités portuaires et les échanges commerciaux reprennent dès le MR II, s’intensifient et atteignent leur apogée au MR IIIA1, jusqu’au début du MR IIIA2. La pauvreté notable et généralisée des traces d’habitat en Crète centrale-ouest est compensée par l’abondance des découvertes funéraires498. Celles-ci permettent d’avancer que tant le littoral de la région de Rethymnon que l’arrière-pays d’Armeni et la vallée d’Amari plus au sud connaissent une réimplantation prospère à l’époque palatiale finale. A nouveau, le positionnement des sites le long de voies terrestres et maritimes mérite d’être souligné ; il assure dans ce cas précis la connexion entre la côte septentrionale, la plaine de la Mesara et la région littorale méridionale. Enfin, en Crète occidentale, la remise sur pied de l’important site de La Canée et de son port montre que le redressement de la région est rapide, dynamique et prospère, à l’image de l’exploitation des terres fertiles environnantes suggérée par l’implantation stratégique de deux nouveaux établissements aux MR II et/ou MR IIIA1 à Stylos et Samonas et, peut-être déjà, par des activités portuaires le long de la baie de Souda. Alors que la réoccupation MR II-IIIA1 de la ville de La Canée est bien attestée, des constructions planifiées et de large envergure y sont entreprises dès le début de la phase MR IIIA2, à l’instar d’Archanes et de Malia notamment.

  • 499 Les centres crétois au sein desquels une production et une consommation locales de poterie ont été (...)
  • 500 La céramique fine mais aussi la céramique commune retrouvées dans le bâtiment MR IIIA1 de Khamalev (...)
  • 501 « […] Knossos was again able to set the artistic standard, or impose its own standard on the Islan (...)
  • 502 Dans ce sens, R. A. K. Smith a noté que « both the myth of a unified Minoan Crete and an overrelia (...)
  • 503 Etudes synthétiques : Kanta 1980 (catalogue particulièrement approfondi des sites crétois MR II-II (...)
  • 504 Ainsi, R. A. K. Smith (Smith 2002) a réalisé une étude sur le régionalisme culturel en se basant s (...)
  • 505 Ainsi, par exemple, les études de E. Banou et G. Rethemiotakis au sujet de la région de Viannos, d (...)

50La culture matérielle crétoise relative aux centres régionaux habités aux MR II-IIIA2 est essentiellement connue par l’analyse de la céramique produite et consommée sur ces mêmes sites. Ces ensembles de poteries témoignent d’une homogénéité et d’une connexité stylistiques claires, surtout en ce qui concerne les formes en céramique fine et/ou d’apparat de styles MR II et surtout MR IIIA1 qui réfèrent au corpus céramique le plus complet et le plus remarquable de cette époque : celui de Knossos499. Cette tendance à l’uniformisation stylistique de la poterie a le plus souvent été expliquée par la mainmise de Knossos sur la production de céramique des centres régionaux, qui se mettent au diapason des ateliers knossiens (Kanta 1980 : 7-8 ; Betancourt 1985a : 34 ; Popham 1970b : 88 ; Popham 1994). Progressant dans l’analyse, ces fortes constances des styles de poterie ont été traduites par une transposition, au sein de ces mêmes sites, de certaines pratiques de consommation knossiennes, quand elles n’ont pas été essentiellement expliquées par l’importation massive de poteries produites à Knossos même500. De là à y voir une implication politique de Knossos, il n’y avait qu’un pas que beaucoup ont franchi501. Avant de commenter ces interprétations, on peut avancer les observations archéologiques qui ne s’insèrent pas dans cette lecture des données. Il existe en effet des caractères locaux ou régionaux dans la production et la consommation régionales de poterie qui sont absents à Knossos. Un obstacle majeur à leur reconnaissance a une explication moderne : un manque de publication doublé d’un intérêt tardif pour les ensembles céramiques régionaux postérieurs à l’époque néo-palatiale ; s’en est suivie une dépendance excessive à la séquence définie par les analyses typologiques et stylistiques de la céramique knossienne, unique séquence cohérente et suffisamment complète jusqu’il y a peu502. Ces trente dernières années, tant les monographies de sites que les études synthétiques sur la céramique MR II-III se sont multipliées503. Certaines de ces analyses se sont attachées à étudier des ensembles locaux en comparaison étroite avec la céramique knossienne contemporaine, dans le but de distinguer tant les analogies que les dissemblances stylistiques entre ces ensembles504. D’autres analyses sont encore très fortement dépendantes du knossocentrisme, ce qui donne lieu à des interprétations historiques assez unilatérales en termes de domination knossienne505. Toutefois, l’émulation considérable insufflée par les standards de la production et de la consommation de poterie à Knossos ne peut sans doute pas non plus être simplement explicitée par un vaste engouement artistique. On a suggéré plus haut que les nouveaux canons de la production de poterie à Knossos et les pratiques innovatrices de consommation inspirées de Grèce continentale qui orientent indubitablement cette production faisaient partie intégrante de la nouvelle définition de l’identité culturelle et sociale de l’élite gouvernante de Knossos, dans le cadre de la légitimation de son nouveau pouvoir. Par conséquent, on propose de voir la production et la consommation régionales de poterie aux MR II-IIIA2 – essentiellement les formes en céramique fine et/ou d’apparat – comme une imitation délibérée et ciblée des insignes de statut social élevé que l’élite knossienne a sciemment introduits dans la consommation de formes de poterie spécifiques, au travers des cérémonies ostentatoires organisées autour de la consommation de boissons et de la démonstration de prestige. Dans cette optique, la communauté de styles évidente en Crète au MR II et surtout au MR IIIA1, qui se poursuit au moins jusqu’au début du MR IIIA2, reflète avant tout le rayonnement idéologique de Knossos plutôt qu’une domination politique imposée par Knossos.

  • 506 C. Knappett soutient que les potiers crétois ont très probablement été en contacts étroits tout au (...)
  • 507 Etudiant l’organisation de la production de céramique au sein du système palatial mycénien de Pylo (...)
  • 508 L’idée d’une dominance idéologique de l’état sur sa région, en l’absence d’un pouvoir économique e (...)

51Cependant, le très haut degré technique qui est souvent atteint dans la production régionale de céramique fine suggère une activité artisanale centralisée et spécialisée. On attendrait de cette dernière qu’elle réponde à une organisation sociale et politique relativement équilibrée à cet échelon régional. D’aucuns y ont souvent vu la confirmation de l’intervention politique directe du pouvoir knossien (Banou et Rethemiotakis 1997 : spéc. 34, 49 ; D’Agata 1999a : 194 ; D’Agata 1999b : 50 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 687-688 ; Borgna 2003a : 250, 320). Personne n’est parvenu toutefois à en expliquer pertinemment les modalités. En effet, parler d’une « organisation artisanale qui dépend des modèles centralisés de l’état palatial » (Borgna 2003a : 320) n’explique pas concrètement comment s’organisait cette production régionale sur les sites où de la poterie suivant le style knossien a incontestablement été reconnue. Identifier une uniformité stylistique, aussi indifférenciée soit-elle entre différents sites, n’implique pas de facto une identité des pratiques de la chaîne opératoire. Autrement dit, l’identification d’un style homogène, qui réfère indubitablement à celui de la poterie knossienne et qui témoigne par ailleurs d’une haute adresse artistique, n’oblige aucunement à reconnaître la redistribution massive des productions des ateliers du palais de Knossos et/ou des réalisations d’artisans knossiens itinérants se rendant dans ces centres régionaux (par exemple, Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 138 pour la poterie MR IIIA1 de Khamalevri). Toutefois, dans l’état actuel des connaissances et de l’étude de la céramique crétoise des phases MR II-IIIA2, et surtout de la publication d’ensembles régionaux variés, délimités et diagnostiques, ces questions ne peuvent tout simplement pas être résolues. Expliquer les mécanismes précis selon lesquels les nouvelles caractéristiques de la phase céramique MR II ont été disséminées à travers l’île pour produire ensuite l’extraordinaire uniformité du style MR IIIA1 nécessitera la publication complète de nombreux dépôts supplémentaires avant que quelques hypothèses satisfaisantes puissent être raisonnablement avancées et testées. Un élément de réponse qui peut néanmoins déjà être formulé est celui de la fluidité probable des potiers. Ces derniers sont formés dans des traditions qui s’entrecroisent, ce qui peut expliquer la communauté de styles partagée à une échelle proche de celle de l’île entière, voire la communauté des pratiques, notamment au point de vue des techniques de fabrication506. Ces potiers opèrent néanmoins localement, dans différents ateliers et de manière indépendante, parallèlement au phénomène probable d’une idéologie culturelle unitaire507. Ces liens idéologiques forts entre les centres régionaux et Knossos ne doivent pas nécessairement être associés à l’instauration d’un pouvoir économique et politique décisif de Knossos au niveau régional. En effet, la mise en place d’un mode de production administré dans ces centres régionaux, sans doute similaire à celui des ateliers knossiens, peut suffire à expliquer le haut degré de standardisation et de qualité des réalisations, produites par une main-d’œuvre importante et qualifiée508.

  • 509 Plusieurs importations de l’HR IIIA1 ont été reconnues dans les tombes de la région (Stavromenos, (...)
  • 510 E. Banou et G. Rethemiotakis qui ont examiné la céramique palatiale finale de la région de Viannos (...)

52En outre, si la définition de l’identité sociale et culturelle dans les centres crétois se réfère incontestablement à l’idéologie du nouveau pouvoir knossien, elle est aussi clairement tributaire de traditions locales ; les particularités spécifiques et distinctives de ces mêmes production et consommation de poterie dans les centres régionaux, aux MR II-début MR IIIA2, en attestent. Un bon exemple est celui de la forme novatrice d’origine continentale que représente le gobelet, plus souvent appelé kylix. Souvent réalisée en céramique fine et de qualité, cette nouvelle forme de vase a été réservée à des contextes particuliers qui concernent les sphères de haut statut, où elle évoque les nouvelles pratiques de consommation ostentatoire knossiennes (cérémonies sur l’Acropole Médiane de Phaistos ou dans le bâtiment central de Kephali Chondrou, notamment). Cependant, son occurrence n’est pas homogène. Par exemple, cette forme étrangère est combinée de manière délibérée lors de sa consommation avec des formes de tradition crétoise (bâtiment central de Kephali Chondrou, tombe de Kamilari, quartier de Chalara et Acropole Médiane à Phaistos, tombes d’Armeni). Dans les contextes funéraires, on trouve la kylix tant dans des tombes luxueuses et prestigieuses que dans des tombes plus modestes, où des enterrements collectifs ont pris place, accompagnés essentiellement d’un matériel céramique diversifié et de qualité (tombes de la région de Viannos). Ceci est significatif de la symbiose culturelle ambiante et révélatrice de la formation d’une nouvelle identité sociale. Son absence quasi complète ou sa rareté dans certains contextes, par ailleurs bien caractérisés, est parlante (tombe de Goudies, nécropole de Kalyvia, habitat et port Kommos au MR II). La présence de la kylix dans des contextes clairement domestiques est tout à fait attestée, même si elle y est généralement supplantée par d’autres formes de tradition crétoise (par la récurrente coupe à champagne à Archanes, par exemple) ou différencié dans sa production (l’utilisation d’une nouvelle pâte à Malia, le répertoire décoratif d’inspiration locale à La Canée qui se distingue de celui des kylix knossiennes importées). La continuation de pratiques locales dans la production et/ou la consommation de poterie a été reconnue et explicitée par l’analyse de la céramique d’Archanes, Malia, Olous, la région de Viannos, Aghia Triada, Phaistos, Kommos, La Canée. En revanche, quelques productions régionales de céramique montrent la rupture nette de certaines traditions néo-palatiales, comme celle de Kastelli-Pediada. On peut encore relever qu’une tradition de production homogène et originale se met en place en Crète centrale-ouest, essentiellement mise en évidence par la poterie déposée dans les tombes de la nécropole d’Armeni mais qui est partagée, dès cette époque palatiale finale, par d’autres centres de la région, comme Pankalochori et Pigi. Cette tradition de production est un exemple éloquent de la symbiose réussie des traditions crétoise et du continent509, comme le révèlent également les œuvres d’orfèvrerie et de bijouterie déposées dans la tombe de Pankalochori. L’analyse des production et consommation de céramique en Crète centrale-sud par E. Borgna va dans le même sens, argumentant que les traits communs partagés par la céramique des centres d’Aghia Triada, Phaistos et Kommos sont le résultat de développements locaux, influencés certes par les innovations knossiennes, mais qui participent dans le même temps à la koinè stylistique née des contacts avec la Grèce continentale, notamment par les échanges commerciaux (Borgna 2003a : 347). L’étude de la production khaniote contemporaine par B. Hallager mène à la même conclusion (Hallager B. 1988, Hallager B. 1990). Enfin, certains ensembles de céramique régionaux, découverts dans des contextes clos, manifestent une combinaison singulière de références culturelles mixtes. Il s’agit notamment des ensembles de poterie déposés dans les tombes de la région de Viannos, aux MR IIIA1 et MR IIIA2. Ce corpus de céramique se compose d’un ensemble de formes et de styles très variés, notamment en ce qui concerne la vaisselle à boire. Il est simultanément inspiré par les ateliers knossiens et orienté vers des traditions de poteries MR IIIA1-IIIA2 de Crète centrale-sud et surtout de Crète orientale, en passant par la région de l’isthme de Ierapetra510. Dans un premier temps, ces sources d’influence diverses suggèrent moins un contrôle strict de Knossos sur la production et la consommation locales qu’une situation légèrement plus complexe d’échanges commerciaux et culturels diversifiés. Dans un second temps, cette ouverture aux influences extérieures a pu mener à la définition d’une identité culturelle mixte et multidimensionnelle qui, vu la nature des contextes ici examinés, touche vraisemblablement davantage à la population crétoise en général qu’aux groupes sociaux de plus haut statut composant le cercle des élites contemporaines. Autrement dit, il est évident que la formation de l’identité culturelle des couches sociales crétoises plus ordinaires, à l’instar des communautés locales de la région de Viannos, est très sensible aux développements knossiens contemporains ; l’expression claire mais mesurée de ces derniers dans ce contexte précis et l’allusion évidente à d’autres référents culturels nécessitent cependant d’envisager une grille de lecture distincte de celle qui concerne les élites dirigeantes examinées plus haut.

  • 511 L’édification des tombes à tholos A et D, la mise en place du péribole funéraire enserrant sept to (...)
  • 512 Ce dernier cas a été analysé par N. Cucuzza (Cucuzza 2002) qui explique les variations importantes (...)

53Les pratiques funéraires knossiennes aux MR II-IIIA2, et parallèlement l’expérimentation et l’ostentation dont elles font preuve à plusieurs reprises, sont souvent considérées comme un phénomène singulier et spécifique à Knossos, ce qui a donné lieu à des reconstructions particulières de cette période de l’histoire de la Crète (Hood et de Jong 1952 ; Hood 1956 ; Popham, Catling et Catling 1974 ; Driessen et Macdonald 1984 ; Kilian-Dirlmeier 1985 ; Hewitt 1993 ; Driessen et Schoep 1999 ; Alberti 2004 ; Preston 2004a ; Preston 2004c ; Hatzaki 2005b ; Preston 2005). A chacune des phases MR II, MR IIIA1 et au début de la phase MR IIIA2 correspond la reconnaissance bien datée de pratiques funéraires dans les différentes régions de l’île. L’architecture et le mobilier relatifs à ces activités manifestent non seulement des formes très diverses, mais témoignent aussi d’investissements de qualité et de prix. Dans plusieurs cas, les comportements funéraires des centres régionaux révèlent des similarités frappantes avec les pratiques contemporaines de l’élite knossienne – où certaines innovations ont déjà été expérimentées –, ce qui a souvent été souligné dans la présentation archéologique des différentes régions de Crète ci-dessus. Ainsi se distinguent, notamment, les « tombes de guerriers » MR II et/ou MR IIIA1 de La Canée et, dans une moindre mesure, celles de Phaistos-Kalyvia, mais aussi l’éclectisme impressionnant et souvent ostentatoire des certaines initiatives, au sein d’une même nécropole d’un centre régional, comme à Archanes511, ou au sein d’une région, comme en Mesara occidentale où elles concernent Aghia Triada, Kamilari, Phaistos-Kalyvia et Goudies512. L’existence en dehors de Knossos de tombes pour lesquelles un vocabulaire ostentatoire analogue a été exploité n’altère pas l’observation selon laquelle il s’agit d’un phénomène spécifique, dont la propagation est restreinte aux MR II-début MR IIIA2. Néanmoins, si on accepte que ces types de pratiques participent à un processus de légitimation d’une nouvelle élite en Crète et ne sont pas uniquement le reflet de la simple présence – non discutable – de Mycéniens dans l’île, ces tombes suggèrent que l’élite sociale et politique basée dans le centre crétois dominant de l’époque n’est pas la seule à disposer des moyens et/ou à manifester le désir d’exploiter les bouleversements politiques et les traumatismes idéologiques contemporains, afin de revendiquer une différenciation sociale, plus particulièrement au moment de la mort. L’hétérogénéité flagrante des choix opérés semble participer à ce désir de distinction, y compris vis-à-vis de Knossos, comme pourraient l’indiquer l’absence totale de tombes à chambre dans la nécropole d’Archanes, l’absence de la kylix parmi les offrandes de la tombe de Goudies ou du cimetière de Kalyvia (un seul exemplaire), ou encore le peu de références explicites au domaine militaire à Aghia Triada. Cette diversité traduit certainement par ailleurs des traditions culturelles différentes et plus ou moins ancrées dans la tradition locale, ce qui contrarie l’hypothèse d’une culture uniforme, devenue mycénienne, et dont le sillon est creusé par le centre de Knossos.

54Le cas de la Crète centrale-ouest peut être relevé isolément, non seulement pour la diversité des pratiques funéraires qui y ont cours, mais surtout pour sa situation chronologique particulière. La tombe à tholos et les premières tombes à chambre installées dans la nécropole d’Armeni dès le MR IIIA1-début MR IIIA2 font plusieurs références aux pratiques utilisées par les élites knossiennes (tombes à chambre monumentales, quelques armes en bronze et un casque en dents de sanglier, bijoux en matières précieuses importées et objets de prestige, utilisation d’un brancard de bois). Une même remarque peut être faite pour la tombe à chambre de Pankalochori et une des tombes de Pigi, par exemple. Toutefois, une double particularité distingue singulièrement les pratiques funéraires de cette région : d’une part, l’usage récurrent de la larnax pour des enterrements le plus souvent individuels mais dans des tombes collectives et, d’autre part, la réutilisation continue et tout à fait habituelle des tombes, qui se prolonge à l’époque post-palatiale. La majorité des autres tombes de cette région est datée des MR IIIA2-IIIB (tombes à chambre de la bande côtière de Rethymnon-Stavromenos/Khamalevri et tombe à tholos de Margarites, tombes à chambre de la nécropole d’Armeni, tombes à tholos de taille moyenne de la vallée d’Amari), mais plusieurs éléments, dont l’analyse de la poterie, permettent cependant de suggérer que ces différentes initiatives funéraires sont esquissées aux MR IIIA1-début MR IIIA2. Ainsi, on peut envisager une filiation régionale importante de la population entre les époques palatiale finale et post-palatiale, ainsi que de leurs pratiques sociales et culturelles.

  • 513 La publication prochaine de l’habitat palatial final d’Aghia Aikaterini à La Canée permettra sans (...)
  • 514 En ce qui concerne l’isthme de Ierapetra, particulièrement la région d’Episkopi, l’utilisation des (...)
  • 515 A Olous, des enterrements familiaux peuvent être prudemment suggérés, puisque trois tombes contena (...)
  • 516 La boucle d’oreille en or en forme de bucrane déposée dans la tombe de Trapeza Keratokambou, peut- (...)
  • 517 La coutume de l’incinération dans des jarres pithoïdes à Olous débute au MR IIIA2 ; il n’est pas p (...)

55Les ensembles d’offrandes funéraires dans les centres régionaux témoignent de l’acquisition par ceux-ci de matériaux précieux et rares, d’objets de prestige et exotica. On a dit comment l’importation, la transformation industrielle spécialisée et la circulation de ces derniers ont vraisemblablement fait l’objet d’un monopole knossien à l’époque palatiale finale en Crète. Pourtant, ils sont présents dans les tombes de plusieurs centres régionaux, sans aucun doute celles de personnages illustres : à Archanes (ambre, ivoires sculptés et abondance de vaisselles en bronze, aussi découverts dans l’habitat), à Karphi/Magoulas-Kaminaki (bijoux en matières précieuses, ivoires sculptés), à Aghia Triada (peigne en ivoire dans la tholos B, scarabée de la reine égyptienne Tiyi, poignards en bronze dotés de clous en or, figurine en albâtre possiblement liés à la Tombe du Sarcophage Peint, iconographie aux influences partiellement égyptiennes de la larnax peinte), à Phaistos-Kalyvia (objets en bronze, ivoires sculptés, vases en verre et en albâtre, ambre), à Goudies (objets en bronze), à Armeni (bijoux en matériaux précieux, objets en bronze), à Pigi (armes en bronze), à Pankalochori (objets en bronze, ivoires sculptés, bijoux en matières précieuses), à Phylaki (ivoires sculptés, bijoux en or et argent et autres matières précieuses), à La Canée (armes en bronze d’apparat et grandes vaisselles en bronze, ivoires sculptés, parures et bijoux en matières précieuses importées). Le peu de traces de ces matériaux et objets de prestige étrangers au sein des sites d’habitat crétois contemporains est compensé par l’analyse des importations retrouvées dans le port de Kommos. Alimentation et denrées lointaines (résine de pistachier et huile de sésame de Syro-Palestine, vin du royaume d’Arzawan), vaisselle de table, poteries étrangères (chypriote, égyptienne et helladique) et produits de luxe (huile d’olive parfumée d’Argolide) étaient sans doute d’autres marques de distinction par leurs références à l’« extérieur », potentiellement exploitées par les élites qui parvenaient à les acquérir513. Par ailleurs, si l’absence de telles données archéologiques dans une région peut être historiquement révélatrice et n’est pas le fruit du hasard de la découverte archéologique, les cas de la Crète centrale-est et de la Crète centrale-sud-est doivent être relevés. Aucune activité funéraire faisant usage d’un vocabulaire ouvertement prestigieux n’a été détectée dans ces deux régions, qui puisse être assez clairement datée de la période palatiale finale. Même, dans la région de Malia, à l’exception de quelques modestes tombes creusées dans la roche qui recelaient des inhumations multiples en larnax et qui pourraient remonter à cette époque, les pratiques funéraires des habitants de ce site aux MR II-début MR IIIA2 demeurent énigmatiques (ces tombes ont cependant très souvent été « visitées » avant l’arrivée des archéologues : Farnoux 1990a : 232-238). Dans les régions du golfe du Mirabello occidental, de l’isthme de Ierapetra et de Viannos, les communautés locales enterrent leurs défunts modestement, la plupart du temps dans de simples fosses ou cavités, et ce dès la phase MR IIIA1514. Leurs coutumes funéraires contrastent avec les pratiques extravagantes contemporaines qui ont lieu dans d’autres régions : aucune référence évidente au domaine militaire, enterrements collectifs – quoiqu’un seul corps soit apparemment déposé par larnax à Olous515 –, prépondérance de la poterie, peu d’objets en matériaux rares et aucun objet de prestige516. Le plus frappant est peut-être le caractère multi-référentiel dont témoignent les types d’enterrements et les offrandes qui ont été choisies par les habitants des régions d’Olous et de Viannos et ce, dès la phase MR IIIA1 : réutilisation d’une tombe MM II-III, inhumations en larnax, sur le sol ou dans un grand pithos funéraire (peut-être produit à Knossos et importé dans la région de Viannos), vases en pierre probablement hérités de l’époque néo-palatiale et, surtout, ensembles de céramique aux références culturelles diverses à Viannos, que l’on a déjà commentés517.

  • 518 Ces tablettes sont issues des dépôts de l’Arsenal (Driessen 1996b : spéc. 486), du Passage de l’En (...)
  • 519 Cette hypothèse appuierait l’identification de pa-i-to avec le centre d’Aghia Triada ; en effet, c (...)

56Le symbolisme guerrier a été exploité dans les centres régionaux. Il s’affiche dans les contextes funéraires, à La Canée dès le MR II et à Phaistos-Kalyvia ou Armeni au MR IIIA1, par des armes en bronze prestigieuses ou un casque en dents de sanglier. De manière plus subtile, on retrouve aussi ce symbolisme guerrier à Archanes et à Phylaki (ivoires sculptés de têtes de guerrier et de bouclier). Des épées et des dagues d’apparat, probablement originaires des ateliers knossiens MR II-IIIA1, ont été déposées dans les sanctuaires séculaires de Psychro et de Symi. La distribution de matériel aux accents martiaux et le système d’échanges de dons militaires entre les membres de l’élite knossienne sont des cérémonies qui n’ont cependant peut-être jamais dépassé les cours de Knossos. Toutefois, certaines des tablettes en Linéaire B de Knossos518 qui mentionnent des chars achevés, des roues et des épées pourraient représenter les inventaires de ces objets stockés par le palais, avant leur éventuelle attribution ou leur acheminement vers d’autres villes – se-to-i-ja, pa-i-to, et peut-être aussi ku-do-ni-ja (Bennet 1985 : 242, n. 39) où ils pourraient répondre à des requêtes de groupes régionaux puissants519. Une dépendance au moins idéologique et économique de ces pouvoirs régionaux vis-à-vis de l’administration centrale de Knossos s’avère évidente. Il est intéressant de noter que les informations de détails liées à ces inventaires font mention d’éléments d’ornementation des chars et de procédures de production hautement spécialisées (Bennet 1985 : 242). Ceci suggère davantage l’usage de ces chars dans le cadre de manifestations publiques, peut-être lors de cérémonies ou de processions, notamment funéraires, où ils sont l’expression d’un symbolisme ostentatoire ; leur utilisation concrète comme arme de guerre dans ces régions ne doit cependant pas être écartée.

  • 520 On entend par architecture semi-publique des édifices importants dont la fonction semble dépasser (...)
  • 521 Voir par exemple Driessen 2001a : 96. J. Driessen définit ces constructions publiques d’envergure (...)
  • 522 C’est toutefois dans ce sens que se poursuivent les discussions les plus récentes sur le sujet, co (...)
  • 523 Le manque de concordance entre les particularités architecturales du Mégaron ABCD d’Aghia Triada e (...)

57Des initiatives architecturales publiques ou semi-publiques520, parfois colossales, ont été entreprises dans des centres régionaux à la période palatiale finale. Il s’agit des grandes maisons de Tylissos, probablement des édifices de Plati, du réaménagement de la Place des Sanctuaires à Aghia Triada et de la construction de bâtiments à vocation sans doute cultuelle et religieuse sur son pourtour, de l’installation des premières galeries du Bâtiment P à Kommos. La plupart de ces entreprises ont été interprétées comme des interventions de l’état knossien car ces sites sont jugés trop petits pour avoir été capables de fournir leurs propres équipes de main-d’œuvre521. Or, on peut soutenir, au fur et à mesure des nouvelles publications qui concernent ces sites – au moins en ce qui concerne Aghia Triada et Kommos –, que ces sites ne sont ni petits ni même ordinaires au moment de la construction de ces édifices. Si rien ne permet de prouver qu’il s’agisse exclusivement d’une initiative locale, identifier ces entreprises parfois de grande ampleur comme le reflet évident de l’établissement d’un pouvoir knossien au sein de ces centres est désormais discutable522. En outre, la plupart de ces édifices sont des exemples éloquents de ce que l’on a proposé d’identifier plus haut comme un processus d’hybridation culturelle au sein de la société crétoise. En effet, la construction de plusieurs de ces grands bâtiments adopte un plan et des aménagements axiaux. Cette axialité diffère de l’architecture crétoise habituelle, qui a un caractère davantage agglutinant. D’où la tendance récurrente d’identifier ces constructions comme symptomatiques de l’architecture contemporaine sur le continent helladique, comme on l’a relaté au fur et à mesure de leur présentation. En revanche, ces nouveaux bâtiments édifiés à l’époque palatiale finale présentent tous, et de diverses manières, des caractéristiques typiquement crétoises, majoritairement néo-palatiales. Elles sont d’ordre symbolique (marques de maçon en forme de double hache à Aghia Triada), structurel (construction en blocs de pierre de taille, cour dallée, utilisation de banquettes en pierre) ou formel (division des espaces à l’aide d’un polythyron, aménagement d’une cour qui organise l’espace). On a déjà expliqué pourquoi la comparaison de ces édifices avec les mégarons mycéniens ou même les maisons à couloir du continent n’était en plusieurs points pas pertinente (cf. III. 2.2.5. Plati). Ces édifices résultent plus probablement d’un phénomène de symbiose culturelle d’éléments d’architecture d’origines et d’inspirations plurielles, acquise au fil des contacts et certainement des synergies qui rapprochaient les populations crétoise et de Grèce continentale. Cette fusion créatrice qui s’adapte aux circonstances du milieu crétois et se développe dans une ambiance de redéfinition de l’identité culturelle au lendemain de l’effondrement des palais – édifice emblématique minoen s’il en est – apparaît comme une explication valable. Cette interprétation de l’architecture palatiale finale (et post-palatiale) permet en tous les cas une analyse moins déterminée que celle qui s’efforce de catégoriser cette architecture comme proprement « mycénienne » et qui ne rend dès lors pas compte des innovations nettes qu’engendre la conjonction de structures et de formes issues de plusieurs traditions523.

58La tenue de processions et de cérémonies, pendant lesquelles la démonstration publique de prestige était un point d’orgue, n’a pas uniquement été l’apanage du pouvoir knossien. Aghia Triada est le centre régional le plus prolixe à ce sujet. Les processions sur les trottoirs dans le « secteur sud », développées aussi sur les fresques, les processions de chars, peut-être funéraires, que suggère l’aménagement d’une large voie dans l’angle nord-est de la Place des Sanctuaires et qu’évoque l’iconographie de la larnax peinte, les célébrations qui devaient avoir lieu dans la cour, au vu des tribunes de choix que représentent la stoa et le kiosque, à proximité des grandes bases de doubles haches, les activités rituelles suggérées par le Sanctuaire H – abritant peut-être une « salle du Trône » – et le Megaron ABCD sont autant de témoignages des cérémonies répétées organisées par les élites d’Aghia Triada, dès le MR II/MR IIIA1. A Armeni, la planification systématique de la nécropole semble avoir prévu dès le début l’aménagement de larges voies de circulation, destinées sans doute au passage de convois funèbres, emmenés sur des chars. La découverte d’une civière en bois dans au moins une des tombes de ce cimetière suggère le transport ostentatoire du défunt jusqu’à sa tombe plutôt qu’un simple lit funéraire ; une même remarque peut être faite pour certains des défunts déposés dans les tombes de Kalyvia-Phaistos. On peut ajouter les sacrifices d’animaux ou autres, sans doute publiquement exhibés : à Archanes (taureau et cheval dans la tholos A) ou à Aghia Triada (évocation sur la larnax en pierre peinte ou sur les fresques qui décoraient possiblement à l’origine un des édifices officiels du « secteur sud »). On a déjà évoqué la diminution supposée du phénomène des banquets communautaires, lors desquels s’expriment les dynamiques politiques et se négocie l’intégration sociale (notamment Hamilakis 1999). Ce genre de pratique, attestée à travers toute la Crète néo-palatiale, serait désormais plus exclusive, réservée aux élites et à des groupes aristocratiques, et engloberait moins la communauté à grande échelle (Hamilakis 1999 : 49).

  • 524 Les analyses chimiques des résidus de vases déposés dans les tombes d’Armeni ont explicitement rec (...)

59On peut suggérer par exemple que les banquets tenus à Phaistos sur l’Acropole Médiane, qui imitent de près les pratiques des élites knossiennes dans le sens où de la vaisselle à boire en céramique fine raffinée était utilisée par les protagonistes, étaient délibérément réservés aux individus appartenant aux couches sociales supérieures de ce centre régional. Plusieurs données archéologiques permettent pourtant de soutenir que des rassemblements de nature festive avaient lieu dans des centres régionaux ou plus locaux et auxquels participaient, soit une portion plus large de la communauté, soit des élites locales qu’il serait audacieux, sinon inutile, de relier directement aux élites knossiennes ou même aux élites régionales dominantes. On a évoqué plus haut les données contenues dans les tablettes en Linéaire B de Knossos qui permettent d’aller dans ce sens (cf. ci-dessus, 2.3.1. L’empire économique de Knossos et les régions : entre tutelle et autonomie). Ainsi peuvent également être interprétées les cérémonies communautaires qui ont eu lieu dans le bâtiment central de Kephali Chondrou, où on observe l’usage conjoint de la kylix, de la coupe à champagne, de la coupelle conique et du bol peu profond. Ces rassemblements ont aussi pu se tenir lors des funérailles. Dans ce cas, la vaisselle à boire souvent déposée auprès des défunts de cette époque en est un indicateur probant ; dans les tombes plus modestes, elle n’en est sans doute que l’évocation, mais elle en conserve la symbolique. La découverte dans la nécropole d’Armeni de rebuts de vaisselle de table ainsi que de poteries à cuisiner dans des fosses et certains des dromos est une preuve plus tangible de ces banquets funéraires, qui peuvent avoir débuté dès les premiers enterrements, au MR IIIA1. Enfin, un autre pan de cette démonstration sociale peut singulièrement être mis en évidence. Dans son approche des dynamiques sociales et politiques des sociétés crétoises à l’Âge du Bronze, Y. Hamilakis a développé une argumentation selon laquelle, parallèlement à la consommation de vin, l’usage corporel externe de l’huile d’olive et de ses dérivés, et l’expérience incarnée qui en est faite dans le cadre de cérémonies publiques, sont des stratégies-clés de la compétition sociale. Leur usage récurrent est un baromètre des instabilités endémiques de ces sociétés, au même titre que les cérémonies communautaires organisées autour de la consommation de boissons alcoolisées (Hamilakis 1999 : spéc. 50). Dès lors, la prédominance dans les tombes des différentes régions crétoises à cette époque du vase à étrier décoré et autres petits conteneurs, comme des alabastron ou des cruches miniatures, surtout à partir du MR IIIA1, se doit d’être soulignée. On peut relever par exemple les tombes de la région de Viannos, en Crète centrale-sud-est, de Kalyvia, Kamilari et Goudies en Crète centrale-sud, d’Armeni524 et Pankalochori en Crète centrale-ouest et de La Canée, en Crète occidentale. Par le dépôt de telles offrandes, ces tombes, prestigieuses ou plus modestes, pourraient manifester le statut social défendu par les défunts de leur vivant mais aussi par leur entourage au moment de l’enterrement, sans doute à des niveaux d’importance divers.

  • 525 Au contraire, le palais de Phaistos n’a pas été réinvesti de manière substantielle ; E. Borgna a s (...)
  • 526 Peu de spécialistes se sont réellement penchés sur la question. B. Hayden soulignait en 1990 le ca (...)
  • 527 D’Agata 2005 : 109-110 en a proposé une analyse particulière, dans le cadre de la Crète centrale-s (...)

60Le lien entretenu avec le passé au sein des communautés régionales, avec la tradition locale ou, plus largement, avec la tradition minoenne antérieure, a déjà été souligné. Il est ici résumé, au travers de différents domaines. L’implantation des sites, de l’habitat au sens large, suit celle des époques antérieures. On note plus particulièrement la construction de nouveaux édifices spécifiques qui entretiennent un lien physique avec des lieux à forte symbolique (le bâtiment oblique dans les ruines du palais de Malia, le Mégaron et la stoa sur la Villa Royale à Aghia Triada et les cérémonies qui continuent d’être organisées sur la Place des Sanctuaires)525. L’inhumation de défunts dans des anciennes tombes, parfois séculaires, réanime probablement aussi un lien singulier avec le passé (tholos de Kamilari, tholos B d’Aghia Triada, tholos B d’Archanes [ ?], tombe de Psari Phorada). L’orientation de toutes les tombes d’Armeni, dont les premières remontent à la phase MR IIIA1, vers le sanctuaire de sommet séculaire de Vryssinas est significative ; ce haut lieu du culte minoen devait conserver une importance certaine dans la mémoire collective. En ce qui concerne l’architecture monumentale publique ou semi-publique la continuation de traditions antérieures a été soulignée plus haut, bien que des éléments novateurs évidents y soient associés. L’architecture domestique est un pan de la société crétoise qui n’a pas été particulièrement approfondi dans la présente étude526. A l’échelle d’un site, pour des structures à vocation essentiellement domestique et nouvellement construites comme sur le site de Kephali Chondrou, l’analyse de l’architecture indique la même continuité (Platon L. 1997 : 365). E. Hallager est plus nuancé au sujet des habitations fouillées à La Canée (Hallager E. 1997), tandis que l’habitat de Kommos se situe dans le prolongement de celui de l’époque néo-palatiale (Shaw et Shaw 1997 : 431 et n. 39). Les pratiques funéraires sont le lieu d’allusions multiples à la tradition minoenne antérieure, avec le dépôt d’objets clairement hérités de l’époque néo-palatiale et même plus anciens (tombes de Stamnoi, Episkopi-Pediada, Olous, tholos B et Tombe du Sarcophage Peint d’Aghia Triada, tombe de Kamilari, tombe de Goudies, tombe à tholos d’Armeni, tombe de Pankalochori). L’inhumation dans des larnax au début du MR IIIA2 et peut-être dès le MR IIIA1, réceptacles funéraires connus depuis le Minoen Moyen, entretient un autre lien fort avec les coutumes anciennes (tholos A et peut-être déjà les tombes du péribole à Archanes, tombes d’Olous, tombes de la région de Viannos, tombes d’Aghia Triada, dont la célèbre larnax en pierre peinte, tombe de Kamilari, tombe de Goudies, quelques tombes d’Armeni, dont les plus anciennes larnax présentent une décoration polychrome dans la tradition stylistique néo-palatiale, tombe de Pankalochori). La décoration peinte sur ces larnax est dans quelques cas la toile de fond propice au développement d’un vocabulaire symbolique qui renvoie directement à l’époque néo-palatiale, essentiellement par les motifs des cornes de consécration ou de la double hache (larnax en pierre peinte d’Aghia Triada, quelques larnax d’Armeni qui pourraient remonter à l’époque palatiale finale, larnax de la tombe à chambre de Pankalochori du début du MR IIIA2). Le symbole de la double hache était même peut-être encore physiquement monumentalisé, plantée dans des bases en pierre dans la cour des Sanctuaires à Aghia Triada. Sur ce dernier site, la commémoration des ancêtres de l’époque néo-palatiale par le maintien des activités rituelles en l’honneur des défunts dans la zone du complexe de la Masse de Brèche, dès le MR II, est un autre symbole fort de la filiation effective ou inventée avec le passé local. Sans approfondir le sujet, on a déjà souligné comment la production et la consommation de poterie était en continuité avec des traditions de la période néo-palatiale. On pointera par exemple la présence particulière de coupelles coniques et l’absence de la kylix dans les contextes funéraires suivants : tombe de Goudies, Tombe des Objets en Or dans le centre important d’Aghia Triada où les coupelles coniques pourraient provenir à l’origine de la Tombe du Sarcophage Peint, tombes d’Episkopi-Pediada, tombes de la région de Viannos527. En ce qui concerne la production artisanale de manière générale, on peut ajouter par exemple que la continuation de pratiques technologiques néo-palatiales a été reconnue pour la production des ivoires sculptés qui avaient été déposés dans les tombes d’Archanes (Tournavitou 1997 : 452-453).

2.3.3. Évolution diachronique et signes de changement

  • 528 Il s’agit des résultats, déjà présentés, des prospections des régions de Galatas (L. V. Watrous da (...)

61De la même manière que l’on a pu discerner une évolution dans l’établissement du pouvoir palatial et d’une nouvelle identité culturelle à Knossos aux MR II-IIIA2, on observe quelques étapes dans la métamorphose du paysage régional crétois. Au cours des MR II-IIIA1, la réimplantation au sein des centres détruits est de caractère modeste ; les signes de reconstructions d’envergure sont rares. Il est néanmoins possible que les investissements architecturaux considérables dont témoignent plusieurs centres à partir du début du MR IIIA2 occultent en partie les aménagements immédiatement antérieurs, qui n’ont archéologiquement été scellés par aucune destruction. Une exception est celle d’Aghia Triada où, dès le MR IIIA1, un programme de construction de grande ampleur est entrepris dans le « secteur sud ». Par ailleurs, malgré le fait qu’il a probablement été ménagé par les destructions à la fin du MR IB, il est difficile de rendre compte de l’habitat rural à la période palatiale finale. En effet, les prospections archéologiques menées à l’heure actuelle dans plusieurs régions de Crète n’ont reconnu qu’une occupation extrêmement faible du paysage rural crétois aux MR II-IIIA2, bien qu’une mauvaise reconnaissance de la céramique commune relative à cette période explique partiellement ce manque528. La richesse éclectique dont témoignent quelques initiatives funéraires isolées contraste avec la relative simplicité qui caractérise a priori l’architecture civile contemporaine. Combinées à la production régionale reconnue d’une vaisselle à boire en céramique fine de haute qualité, ces pratiques peuvent traduire une compétition sociale ambiante, sous l’émulation de Knossos. À l’instar des événements knossiens contemporains, cette situation dans les régions est probablement le signe d’une instabilité politique, où la renégociation de l’identité culturelle et sociale après l’effondrement du système néo-palatial stimule les initiatives de consommation et d’exhibition ostentatoire, même si celles-ci sont effectivement restreintes à quelques centres importants.

  • 529 En Crète centrale-nord : Stamnoi, Episkopi, Archanes ; en Crète centrale-sud-est : Olous, région d (...)

62L’étape principale concerne la phase MR IIIA2. Au début du MR IIIA2, les données archéologiques témoignent – sur la base d’une séquence céramique cohérente – tantôt de changements structurels, fonctionnels et matériels dans certains centres des six régions, tantôt de signes clairs de continuité, c’est-à-dire d’une absence nette d’hiatus ou d’événement perturbateur dans l’occupation d’un site ou d’une région, qui pourrait répondre à l’effondrement de Knossos. Les signes de changement sont par exemple les reconstructions planifiées et de large envergure à Archanes, Malia et La Canée, ou le déploiement extraordinaire des pratiques funéraires dans la nécropole d’Armeni. Le fait que ces structures recouvrent (ou côtoient) directement des contextes strictement MR II-IIIA1 suggère que ces développements ne sont pas spécialement étrangers aux activités antérieures. La continuité est exemplaire dans des nécropoles et des tombes répertoriées à travers chacune des régions : leur réutilisation constante et ininterrompue au cours des périodes palatiale finale et post-palatiale est indiquée par l’analyse de la poterie et d’autres types d’objets déposés auprès des inhumations529. Sur certains sites d’habitat, aucun changement manifeste ne semble prendre place au cours de la phase MR IIIA2 ; c’est le cas sur le site de Kephali Chondrou ou dans le « secteur sud » d’Aghia Triada, où le programme de construction se poursuit vraisemblablement de manière ininterrompue entre le MR IIIA1 et le MR IIIA2.

63Probablement à un stade plus avancé de la phase MR IIIA2, d’autres signes de changements mais aussi de continuité dans les régions crétoises peuvent être relevés. Ces signes sont relatifs à la période post-palatiale de l’histoire de l’île, mais ils sont utiles à la conclusion de l’interprétation archéologique de la Crète palatiale finale. L’arasement de la Maison des Pièces Décapitées, à peine construite, et le développement architectural extraordinaire du « secteur nord » à Aghia Triada constituent des signes de changement évidents, tout comme la réduction probable de l’occupation du site de Phaistos. D’autres altérations, peut-être accessoires mais sans doute significatives, sont par exemple le probable déplacement des défunts du péribole d’Archanes et le démantèlement vraisemblablement délibéré du programme iconographique des édifices officiels du « secteur sud » à Aghia Triada. Les signes de continuité sont toujours manifestes au sein des pratiques funéraires de chacune des régions. En outre, la commémoration d’anciens défunts indiquerait la revendication d’une filiation sociale ou culturelle avec le passé, comme la réutilisation à titre rituel de la tombe à tholos C du MA III de la nécropole d’Archanes ou l’acte probable d’inhumation secondaire des défunts de la tombe du Sarcophage Peint dans le complexe cultuel néo-palatial dit Tombe des Objets en Or à Aghia Triada. Ce dernier cas a également été présenté comme un acte de damnatio memoriae et participerait alors aux motivations qui ont conduit au démantèlement des fresques. On relève aussi la poursuite de la construction du gigantesque bâtiment P à Kommos, entamée au début du MR IIIA2, ou le déploiement prospère et continu des établissements d’Archanes, Malia ou La Canée.

  • 530 Ce qui explique les nombreux « peut-être » et ( ?) au fur et à mesure de la mention des sites, au (...)
  • 531 Ceci peut être illustré par les récentes discussions tenues lors du colloque Ariadne’s Threads au (...)

64Dans la perspective d’une vision diachronique de la reconstruction archéologique de l’histoire de l’île au travers des époques palatiale finale et post-palatiale, on avait avancé qu’on s’efforcerait d’indiquer la pertinence potentielle des données archéologiques relatives à la phase MR IIIA2 ou, le plus souvent, aux MR IIIA2-IIIB, tant vis-à-vis de la période palatiale finale que vis-à-vis de la période post-palatiale. En ce qui concerne la période palatiale finale, cet exercice s’est révélé pour le moins fastidieux et rarement indiscutable530. A ce stade de l’analyse, on souhaiterait défendre l’idée qu’il n’est peut-être pas fondamental. En effet, déterminer si les changements identifiés au sein des centres et des régions de Crète au cours du MR IIIA2 sont les causes ou les conséquences de la destruction de Knossos et de l’effondrement de son organisation palatiale n’est peut-être pas une question décisive. Il est très vraisemblable que la plupart y soient liés. Cependant, identifier les entreprises architecturales monumentales qui sont réalisées en Crète centrale-sud, à Aghia Triada et à Kommos, au cours du MR IIIA2, comme des interventions de l’autorité de Knossos dans le cadre de la Crète palatiale finale, quand le palais fonctionne toujours (Driessen 2001a et, précédemment, J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 397-398), ou comme des initiatives régionales autonomes de centres puissants dans le cadre de la Crète post-palatiale (Rutter 1999 ; J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 874-875) sont peut-être de faux problèmes531. Dans la mesure où établir une relation entre la construction de ces bâtiments et la chute de Knossos dépend de l’établissement, non encore acquis, d’une séquence céramique commune et que, par ailleurs, le moment de la destruction majeure de Knossos lui-même, bien que de mieux en mieux cerné, est toujours discutable, on ne peut – et on ne pourra peut-être jamais – réellement exclure l’une ou l’autre des hypothèses. Dès lors, on suggère que l’essence du problème posé se situe peut-être avant tout dans l’existence d’ambitions et de requêtes de la part des élites de centres régionaux, qui profitent ou ont profité d’une dépendance mutuelle avec le pouvoir central knossien. Celui-ci leur a fourni les ressources nécessaires pour réaliser ces programmes de construction d’envergure. Autrement dit, ces programmes de construction sont liés à Knossos mais ils peuvent l’être de deux manières différentes : soit ils sont réalisés avec l’aide du pouvoir knossien à un moment où celui-ci exerce une influence au moins idéologique et économique sur cette région, soit ils sont postérieurs au rayonnement de Knossos mais tributaires de celui-ci dans la mesure où c’est leur connexion avec l’élite gouvernante knossienne qui a permis le développement de ces centres, désormais autonomes et capables de telles entreprises.

2.4. La géographie culturelle, sociale et politique de la Crète aux MR II-IIIA2 : un essai

  • 532 Dans ce sens, on notera par exemple une réflexion de A. et S. Sherratt qui, considérant le context (...)
  • 533 Knappett 2009 a démontré l’intérêt du modèle de gradation verticale (« scaling up ») pour investig (...)
  • 534 On examinera les modalités selon lesquelles la manipulation de ce symbolisme de prestige d’origine (...)

65Les termes « centre » et « périphérie » ont été variablement utilisés dans l’élaboration de modèles théoriques (Cline 1999 : 130, dans le cadre des rapports entre la région égéenne et la Méditerranée orientale). Ils permettent de modéliser des systèmes économiques régionaux dans lesquels le « centre » est la ville ou la région définie comme celle qui dispose des compétences technologiques de haut niveau et qui fait preuve d’une organisation poussée des forces de travail, doublée d’un développement politique fort. La « périphérie » quant à elle, englobe les régions qui ne possèdent pas ces atouts mais détiennent les matières premières désirées et exploitées par le « centre » (Cline 1999 : 130, n. 29, s’appuyant sur Rowlands 1987 : 4s. ; Champion 1989 : 2-21 ; Wilkinson 1991 : 121, 155). Une approche grossière de ce type de modèle consiste à décrire le « centre » ou la région « centrale » comme dominante, et les régions de la périphérie comme des entités « dominées ». On s’était proposée au début de cette analyse de voir en quoi une telle définition concordait ou non avec les données archéologiques prises dans leur ensemble532. La synthèse des données archéologiques relatives aux MR II-IIIA2 montre que, dès cette période palatiale finale, des élites régionales ont voulu légitimer un pouvoir local en mobilisant leurs propres ressources régionales, qu’elles soient de nature économique, mais aussi idéologique533. Elles ont usé – à une échelle évidemment plus modeste par rapport au « centre » – des stratégies mises en œuvre par l’élite knossienne dans le cadre de la formation et de la maintenance d’un nouveau pouvoir central et basées sur la définition d’une nouvelle identité culturelle et sociale, celle-ci étant entre autres tributaire des développements contemporains des sociétés du continent helladique534. Ces élites régionales, voire locales, ont puisé, dans le même temps et à différents niveaux, dans la tradition locale. En continuité avec ce qui vient d’être exposé au sujet des événements pivots qui ont eu lieu au cours de la phase MR IIIA2, l’idée suivante est à présent développée : des élites régionales n’ont pas attendu le vide idéologique et politique laissé par l’effondrement de Knossos au MR IIIA2 pour s’affirmer.

  • 535 S. Voutsaki évoque le processus notable des échanges de dons effectués entre les élites selon un r (...)
  • 536 Au cours des cérémonies centrées sur la consommation de boisson et sponsorisées par le palais de P (...)

66La suprématie du palais de Knossos et de ses occupants et la monopolisation des ressources matérielles et des sources de prestige par ces derniers ont souvent mené à la conclusion que les activités et les initiatives des centres crétois aux MR II-IIIA2 étaient matériellement, culturellement et idéologiquement dépendantes du pouvoir knossien. Un cas de figure spécifique pose cependant particulièrement question, celui de la disposition par plusieurs centres crétois de matériaux rares et étrangers destinés à la création d’objets de prestige, déposés dans des contextes spécifiques et archéologiquement reconnus. L’entreprise économique du palais de Knossos étant essentiellement dirigée vers l’acquisition de ces biens étrangers et donc foncièrement organisée pour en assurer le monopole et le contrôle – notamment celui des points d’entrées en Crète des voies maritimes qui les apportent –, comment expliquer la présence répétée de ces objets dans des contextes régionaux, sinon par l’entremise directe et conditionnelle du palais de Knossos ? Pour éclaircir ce problème, on fait intervenir ici une hypothèse de recherche développée par S. Voutsaki et qui concerne l’émergence et l’instauration des palais mycéniens sur le continent aux phases de l’HR II-IIIB. Cette hypothèse soutient que les élites palatiales ont imposé un contrôle centralisé sur l’acquisition, la production, la circulation et la consommation des objets de prestige car ces objets touchent à la structure du pouvoir dans une société, dans le sens où ils sont « socialement exclusifs, politiquement investis et idéologiquement significatifs » (Voutsaki 2001 : 195). Une transposition de l’hypothèse de recherche de S. Voutsaki à la situation de la Crète à l’époque palatiale finale n’est pas inappropriée, dans le sens où cette spécialiste dépeint notamment deux phénomènes qui sont totalement familiers de ce contexte crétois et que l’on a déjà commentés plus haut : le système d’échange de dons et la consommation ostentatoire. S. Voutsaki rappelle que le système réciproque d’échange de dons au sens large est un processus qui permet à une élite gouvernante de se distinguer des communautés qu’elle domine tout en scellant des relations de parité avec des élites gouvernantes plus lointaines. Elle ajoute un élément de poids : ce système peut se révéler être une stratégie très efficace pour exercer une influence politique indirecte sur les groupes sociaux quand il est utilisé de manière asymétrique. En effet, exerçant ce système d’échange de dons de prestige, non pas avec ses pairs, mais avec les membres d’une échelle sociale moindre, une élite dominante s’assure la loyauté de partenaires inférieurs, qui avaient pu se faire menaçants régionalement ou localement. Par ce biais, cette élite peut parvenir dans le même temps à éliminer à la racine les alliances potentielles de leaders locaux (Voutsaki 2001 : 206). Ceux-ci bénéficient en retour grandement de cet échange, par lequel ils jouissent de la protection de cette élite supérieure mais acquièrent aussi un statut particulier qui permet à cet individu ou ce groupe d’individus de s’élever socialement à l’échelle locale ou régionale par rapport à des groupes rivaux (Voutsaki 1995). Le mécanisme social de la consommation ostentatoire ne cherche aucune réciprocité mais vise au contraire à accumuler et à concentrer le plus de richesses, qui sont transformées par l’élite en expressions et démonstrations de prestige. La concentration de ces richesses lui donne les moyens de créer de nouvelles alliances. Ce mécanisme assure à l’élite centrale et dominante, qui lutte pour maintenir ce monopole du prestige, l’asymétrie du système social qu’elle s’efforce de chapeauter. Un aspect tout à fait intéressant de la réflexion échafaudée par S. Voutsaki à propos des élites palatiales émergentes mycéniennes est la limite extrêmement subtile entre le don et le tribut, c’est-à-dire le moment précis où une élite dominante parvient à se faire accepter comme concrètement supérieure, lorsque l’on bascule vers l’institutionnalisation d’un groupe social souverain, vers l’instauration du système palatial mycénien535. Ainsi, S. Voutsaki suggère que la centralisation des ressources par les palais mycéniens s’est opérée grâce à une manipulation subtile de l’échange de dons et de la consommation ostentatoire (Voutsaki 2001 : 207)536. Ces mécanismes stratégiques, doublés de l’utilisation vraisemblable de la force, permet à cette élite émergente d’écarter les adversaires intéressés et potentiellement puissants. Cette lecture est basée sur les données archéologiques que constituent les objets de prestige déposés dans les tombes mycéniennes : durant les phases de l’HR II-IIIA1, lorsque leur quantité, leur diversité et leur circulation assez larges témoignent d’une appétence certaine pour leur acquisition, puis au cours des phases de l’HR IIIA2-IIIB, quand ces mêmes variables témoignent d’une accessibilité plus restreinte, une fois le système palatial bien implanté (consulter aussi Wright 1995). En outre, la quantité et la variété moins élevées de ces objets de prestige dans les contextes de sites régionaux de moindre importance suggèrent un important contrôle de la circulation interne de ces objets par le système d’échange de dons dont l’élite palatiale tire les ficelles, plutôt que l’acquisition économiquement indépendante de ces biens par les élites locales (Voutsaki 2001 : 204, n. 16).

67L’analyse interprétative des données archéologiques knossiennes des MR II-IIIA2, et qui concerne les stratégies de légitimation opérées par la nouvelle élite de Knossos à partir du MR II, utilise des concepts semblables à ceux de S. Voutsaki : la signification de la monopolisation des biens de prestige, le système d’échange de dons ou la consommation ostentatoire, surtout évidente dans l’arène funéraire. Le concept de l’asymétrie sociale acquise par la manipulation du mécanisme de l’échange de dons de prestige et de leur consommation ostentatoire offre une clé de lecture tout à fait intéressante pour comprendre la présence d’objets de prestige, d’exotica et d’objets en matériaux précieux hors de Knossos, dans les centres régionaux de la Crète. Cette hypothèse n’est peut-être pas neuve en soi, mais la définition et l’interprétation de ses contextes multiformes renouvèlent la lecture historique de l’archéologie crétoise des MR II-IIIA2. Il ne s’agit pas simplement de commenter les signes de richesse, de prestige, d’architecture monumentale et d’activités économiques de haut vol à Tylissos, Aghia Triada, Phaistos, Kommos, La Canée ou même Armeni comme des initiatives dépendantes de l’autorité knossienne. Il s’agit d’expliquer comment des élites régionales ont en réalité profité de ces échanges de dons avec le palais de Knossos pour se mettre en évidence socialement, à l’échelle régionale, quand celui-ci cherchait possiblement à décourager les alliances de chefs locaux et régionaux. Autrement dit, il n’est plus pertinent d’expliquer chaque initiative régionale plus ou moins exceptionnelle aux MR II-IIIA2 comme une intervention directe de l’élite knossienne. Plutôt, au sein des centres régionaux, des groupes sociaux se sont progressivement mis en place, capables de réaliser, grâce au support intéressé de Knossos, des entreprises architecturales d’envergure ainsi que des manifestations ostentatoires de leur statut. Celles-ci s’effectuent semble-t-il à une échelle toujours inférieure par rapport à Knossos et s’expriment selon une multiplicité de formes qui nécessite de reconnaître des sensibilités régionales propres, et non uniquement conditionnées par Knossos.

68A l’inverse du système palatial mycénien qui émerge dans les centres du continent, la stabilité qu’acquiert l’organe palatial knossien au cours de la phase MR IIIA2 ne rime probablement pas avec une contraction de l’accès aux richesses matérielles et aux biens de prestige pour les élites locales et régionales, mais plutôt avec un accès progressivement facilité à ces richesses. En effet, le contrôle extrêmement centralisé exercé par le palais de Knossos sur son entreprise économique, qui implique au MR IIIA2 un nombre important de sites crétois, semble au contraire avoir permis parallèlement à ces mêmes centres régionaux de s’enrichir économiquement et de s’afficher socialement, avec des moyens d’expression originaux et souvent librement inspirés. Sinon, comment expliquer les signes de prospérité partout en Crète à l’époque post-palatiale, dès le MR IIIA2 et quand le palais de Knossos ne répond (quasiment) plus de rien ?

  • 537 Ce sont les questions que se pose P. De Fidio dans le cadre plus large du système palatial mycénie (...)
  • 538 On pense bien entendu surtout à l’exploitation du port de Kommos par le(s) centre(s) d’Aghia Triad (...)
  • 539 Parler d’un accès direct au commerce international pour les élites régionales est pertinent dans l (...)
  • 540 Cette idée de dépendance mutuelle est évoquée par S. Sherratt (Sherratt 2001 : 222, n. 16). En ce (...)
  • 541 L’idée de voyages d’« ambassadeurs » égyptiens en Egée a été émise par Cline 1987. Elle s’oppose à (...)
  • 542 Dans ce sens, J.-C. Poursat avait relevé que les ivoires sculptés découverts dans les tombes de Pa (...)

69Quant aux objets de prestige issus des activités commerciales maritimes qui avaient cours dans le bassin méditerranéen oriental : étaient-ils uniquement et strictement accessibles par le canal knossien, par le biais de l’échange de dons opéré au bon vouloir de l’élite en place à Knossos ? Ou, peut-on imaginer qu’il y avait une place pour un marché d’échanges de matières premières et d’exotica étrangers, ainsi que pour une production d’objets spécialisés et de prestige, non dépendants d’une ingérence knossienne ?537 Dans le deuxième cas de figure, il faudrait d’abord supposer que les ports d’entrée crétois qui fonctionnaient alors – certainement, Poros/Katsambas, Kommos et La Canée, peut-être un ou plusieurs ports dans les régions littorales de Crète centrale-est (Malia, Olous), de Crète centrale-sud-est (Ierapetra, Psari Phorada), de Crète centrale-ouest (Rethymnon, Stavromenos/Khamalevri) – n’étaient pas seulement entretenus par les communautés régionales et locales, mais aussi partiellement exploités à leur profit par les leaders de ces communautés, très probablement dans le cadre d’un accord de principes avec le palais de Knossos538. Ainsi, les denrées étrangères diverses et d’une importance inégalée qui atteignent le port de Kommos à l’époque palatiale finale répondent certainement à l’engouement du pouvoir knossien pour le commerce international. Il n’empêche que la présence irréfutable de groupes sociaux florissants à Aghia Triada et à Phaistos, qui prennent volontairement leur distance vis-à-vis de la classe dirigeante de Knossos par le biais de traditions culturelles distinctes, autant qu’ils s’en inspirent, indiquent que ces groupes ont pu lutter pour, puis parvenir à jouir d’une immixtion directe mais partagée dans ces relations internationales, via le port tout proche de Kommos539. Cette implication directe serait née d’une dépendance mutuelle du pouvoir knossien et des leaders régionaux de Crète centrale-sud, imposée à Knossos pour les raisons que l’on vient de citer, essentiellement le contrôle des voies d’entrée des objets de prestige et le découragement d’alliances potentielles entre chefs locaux540. Il n’est pas improbable, par ailleurs que l’acquisition d’un scarabée portant le cartouche de la reine égyptienne Tiyi par un membre de l’élite d’Aghia Triada, par exemple, réponde à un échange de dons privilégié et indépendant entre cet individu et quelque élite d’Egypte541. En effet, si le commerce international de matières et produits de valeur était effectivement régi par l’autorité knossienne, il ne faut pas sous-estimer cependant le développement d’activités commerciales parallèles de marchandises plus modestes, tolérées par le pouvoir knossien. L’expansion de ces activités peut être devenue progressivement une menace pour ce dernier, dans le sens où des réseaux substitutifs aux échanges de matériaux de prestige « monopolisés » ont pu être trouvés (consulter l’analyse de Sherratt et Sherratt 1998 : spéc. 341). En outre, dans le cas où les élites d’Aghia Triada et Phaistos ont pris part au contrôle des activités portuaires de Kommos, on peut se demander la nature de leurs rapports. Il est possible qu’une compétition sociale forte attisait les relations entre ces deux centres régionaux ; le développement considérable d’Aghia Triada au cours du MR IIIA2 au détriment de Phaistos, tel que le suggèrent les données archéologiques, est peut-être le reflet des conclusions de ce conflit. Enfin, il reste à expliquer l’accès à la production spécialisée d’armes prestigieuses, de chars et de vaisselles en bronze, d’œuvres en ivoire sculpté, de vases en pierre, de parures et de bijoux variés en faïence et autres matières précieuses. Les productions de ces pièces artisanales de haut vol n’ont à ce jour pu être reconnues qu’à Knossos (voir l’état de la question réalisé par Poursat 1997). La présence répétée de ces différents types d’objets dans plusieurs centres régionaux, mise en évidence par la présente analyse, suffit-elle à supposer l’existence effective d’ateliers de production spécialisés hors de Knossos ?542 La pauvreté des traces archéologiques pouvant en attester ne permet aujourd’hui que de poser la question. L’importation difficilement contestable des matières premières concernées à Kommos et à La Canée, au même titre qu’à Poros/Katsambas, pourrait avoir incité le développement de tels ateliers dans des centres de la « périphérie ». L’exercice périlleux que constitue la réalisation de certaines de ces œuvres d’art doit néanmoins être pris en compte (la production d’une épée en bronze par exemple prend plusieurs jours et requiert un nombre élevé de forgerons spécialisés : Driessen et Schoep 1999 : 396).

  • 543 Les contacts entre la région de Palaikastro et Karpathos en particulier ont été considérés dans La (...)
  • 544 A. Kanta a abordé ce sujet en ce qui concerne Olous (Kanta 2001). L’omniprésence du vase à étrier (...)

70Il n’est pas exclu que les communautés locales aient développé des réseaux commerciaux à plus petite échelle, en marge du commerce de denrées internationales et de matériaux et biens de prestige qui pénétraient en Crète par les trois grands ports reconnus. Ces voies maritimes transportant des denrées plus ordinaires concernaient sans doute essentiellement la Crète, mais aussi probablement le Dodécanèse543. Ainsi, dans les régions de Viannos, du nord et du sud de l’isthme de Ierapetra et de Olous, dès la période palatiale finale, de petits centres portuaires relativement indépendants semblent se mettre en place, dont les intérêts étaient surtout concentrés en Crète centrale-nord/est/sud-est/sud et en Crète orientale544. Dans ce sens, on a souligné que la culture matérielle et les pratiques funéraires observées dans ces différentes zones de la Crète centrale-sud-est affichent, dès cette époque, des tendances culturelles variées. Celles-ci révèlent l’ouverture de ces communautés locales sur d’autres régions et la définition d’une identité culturelle mixte et multidimensionnelle, qui touchait aux couches sociales crétoises plus ordinaires.

  • 545 Les conclusions des études qui se sont penchées sur le fonctionnement de la société crétoise, part (...)
  • 546 L’implantation de la nécropole d’Armeni semble avoir été planifiée dès le début. L’aménagement de (...)

71Encore un mot sur les fondements de la structure sociale en Crète à cette époque. Il existe au sein des régions une mise en exergue de l’individu, souvent manifestée par les pratiques funéraires de haut statut et certaines festivités qui visaient à renforcer l’exclusivité des protagonistes. La personnification d’un seul individu de pouvoir à Knossos est évidente, par la seule Salle du Trône ; elle peut par ailleurs être suggérée dans le centre d’Aghia Triada, par le personnage masculin isolé dans le programme iconographique de la larnax peinte ou l’identification non improbable d’une autre « Salle du Trône » au sein du Sanctuaire H, vers lequel convergent des voies cérémonielles. Toutefois, plusieurs données permettent de soutenir que la cellule familiale, au sens strict ou élargie – comprise dans ce second cas davantage comme le clan ou encore la maisonnée –, plus petite unité sociale de la société crétoise aux époques précédentes, est toujours un pilier majeur de la société à la période palatiale finale, au détriment de l’individu545. L’agencement construit du tout nouvel habitat de Kephali Chondrou ou les tombes collectives – même celles de Phaistos-Kalyvia qui révèlent pourtant des élites usant du symbolisme guerrier – en sont des évocations éloquentes546.

  • 547 Néanmoins, J. Bennet (Bennet 1985, Bennet 1986, Bennet 1990) a développé l’idée d’un prolongement (...)
  • 548 Knappett et Schoep 2000 se sont demandé en quoi la domination culturelle de Knossos à l’époque néo (...)

72En conclusion, les données archéologiques relatives aux phases MR II-début MR IIIA2 ne permettent pas de reconstruire une hiérarchisation de différents centres d’une même région – à l’instar de l’organisation administrative et politique qui semble avoir prévalu à l’époque néo-palatiale547. On est donc face à un système politique changé. Doit-on en conclure que, au vu des données disponibles qui concernent Knossos, les centres régionaux qui se développent durant cette période précise sont sous un contrôle knossien, une situation qui prendrait la forme de « a more developed supra-regional hierarchy » ? (Driessen 2001b : spéc. 64). La réunion complète des données archéologiques concernées ont prouvé que l’occupation des régions de la Crète aux MR II-IIIA2 n’est absolument pas une survivance, encore moins une décadence de la société crétoise, ce qui avait longtemps été maintenu. Ces centres régionaux ne connaissent pas la monumentalisation architecturale de Knossos, mais la culture matérielle est de haute qualité et, à plusieurs reprises, les aspirations à la démonstration de prestige ont pu être localement et concrètement comblées. Les manières dont ces centres régionaux s’expriment à travers la production de leur propre culture matérielle ou les formules choisies pour enterrer leurs morts, surtout illustres, rappellent sans conteste les comportements knossiens liés, selon la présente analyse, à l’établissement d’une identité culturelle et d’une idéologie sociale neuves. De cette manière, ces centres régionaux semblent sous la domination idéologique, voire politique, du gouvernement de Knossos aux MR II-IIIA1, et même au MR IIIA2, qui chercherait – entre autres par le biais du système d’échanges de dons entre élites – à déjouer la concrétisation des aspirations propres des élites régionales (consulter notamment Merousis 2002). Toutefois, ces expressions et ces pratiques régionales non seulement diffèrent des manifestations knossiennes, tant par leur diversité que leur innovation propre, mais elles révèlent aussi une proportion importante de références à un passé local connu, préservé et perpétué. Il est probable que des individus ayant participé à la formation d’un nouvel ordre culturel, social et politique à Knossos dès le MR II – y compris des membres des sociétés du continent helladique – se soient rendus au sein des communautés régionales, où s’élèvent des élites résurgentes et/ou émergentes, et s’y soient mêlés. On peut y voir une sorte d’échappatoire qui répond à la compétition sociale sans doute extrêmement dense qui règne à Knossos et dont la recherche d’exclusivité amène à l’exclusion. Encore faut-il que ces individus originaires de Knossos se fassent accepter par les communautés régionales. Un lien avec le prestige et la puissance dont irradie le théâtre knossien a pu constituer une source de pouvoir pour les élites des centres régionaux qui tentent de s’y (re)déployer ; l’incorporation, contrôlée et calculée, de tels composants assurent aux deux parties une accession facilitée aux sphères d’influence idéologique et d’autorité sociopolitique, ici donc à l’échelle régionale et locale. Néanmoins, les liens répétés avec le passé local dont atteste l’examen archéologique des initiatives régionales, y compris au niveau le plus élevé de la négociation sociale de pouvoir, plaident pour la reconnaissance d’agents majoritairement locaux, « du cru ». En d’autres termes, on ne dispose d’aucune preuve irréfutable qui désapprouverait l’hypothèse d’un système politique unique en Crète, régi par l’autorité knossienne et qui soumet une part importante des régions de l’île aux MR II-IIIA2 ; toutefois, la mobilisation et l’exploitation par des groupes sociaux régionaux prééminents de l’idéologie de haut statut, innovée d’abord par Knossos, sont incontestables. Ces processus locaux et régionaux ont pu, dans un premier temps, être fortement tributaires d’une intervention knossienne : approvisionnement en chars et armes de prestige, formation ou déplacement d’artistes et artisans spécialisés, participation au commerce extra-insulaire et acquisition des matériaux rares et précieux. Peu à peu, une fois le pouvoir knossien stabilisé et ses intérêts désormais surtout orientés vers des entreprises économiques de grande ampleur, ces élites régionales s’affranchissent progressivement et se développent. Aussi, la mise sous tutelle knossienne des ou de certaines régions de Crète n’est assurément pas absolue. Elle est peut-être essentiellement idéologique au début de l’époque palatiale finale, ce que pourrait confirmer l’homogénéité et la connexité de la culture matérielle crétoise MR II-IIIA1548. Par la suite, ce lien entretenu par les centres régionaux avec Knossos ne serait plus uniquement celui d’une dépendance idéologique, mais l’expression d’une émulation culturelle (déjà Militello 2006). Les initiatives régionales de démonstration de pouvoir participent dès lors aussi à une compétition sociale vis-à-vis de Knossos, soit-elle laborieuse. Dans ce sens, si la démonstration de pouvoir à Knossos à partir du MR II à travers un symbolisme nouvellement créé et poly-sémantique est avant tout un message que différents groupes de l’élite s’échangent entre eux, il est probable que ces stratégies de légitimation de pouvoir s’adresse aussi, subséquemment, à des observateurs externes, et donc pourquoi pas aux élites régionales qui s’affirment progressivement.

2.5. Qui détruit Knossos au MR IIIA2 ?

73Sans prétendre apporter une réponse satisfaisante à cette question, deux pistes en donnent une approche pertinente, en supposant que la destruction majeure de Knossos n’est pas le fait d’une catastrophe naturelle, mais le résultat d’agents humains.

74La première est celle des probables tensions internes à l’île qui ont pu déclencher une révolte humaine instiguée par un centre crétois important ou par la réunion, voire la coalition, de plusieurs d’entre eux contre l’hégémonie knossienne, et notamment contre sa mainmise sur les activités économiques et le commerce extérieur. Le pouvoir knossien semble a priori n’avoir trouvé nul allié auprès d’un autre centre crétois : aucun autre établissement de l’île n’apparaît en effet avoir subi le triste sort réservé à Knossos qui, violemment détruit, ne se redéploye que modestement aux MR IIIA2-IIIB, alors les autres centres importants de l’époque palatiale finale connaissent tous, sans exception, un essor singulier. On vient de montrer en quoi la prospérité évidente des centres régionaux à l’époque post-palatiale s’enracine directement dans le contexte de l’époque palatiale finale pour plusieurs d’entre eux. Le pouvoir croissant engendré par les plus stratégiques de ces centres a très probablement contribué aux tensions antérieures à la chute de Knossos et l’a peut-être provoquée. Ces observations sont en quelque sorte la manifestation indirecte du fait que Knossos, en tant que seul centre détruit, n’était vraisemblablement pas au sommet d’un véritable royaume.

  • 549 Cadogan 2005b : 320 voit l’explosion de la poterie argienne à Chypre à partir de l’HR IIIA2 comme (...)
  • 550 Le port de Kommos témoigne aussi de relations commerciales entre la Crète centrale-sud et le conti (...)

75La seconde piste est celle de la destruction du centre crétois prééminent par un groupe issu de Grèce continentale. Pour fonder les motivations qui auraient poussé à une telle entreprise, on part d’une question posée par C. Shelmerdine, qui concerne le monopole de l’autorité knossienne sur les échanges d’objets étrangers de prestige. Cette spécialiste s’étonne que, dans le cadre d’une Crète « mycénienne », ces objets n’aient pas rejoint les autres centres mycéniens du continent helladique (Shelmerdine 2005 : 133). En effet, E. H. Cline a relevé qu’au cours des MR/HR II-IIIA1, et même jusqu’au MR/HR IIIA2, les objets étrangers importés d’Egypte, de Syrie-Palestine, de Chypre et d’Anatolie (les « orientalia ») sont prédominants en Crète par rapport à leur, a priori, très faible présence dans les régions de Grèce continentale, où leur nombre ne croît réellement qu’à l’HR IIIB (Cline 1994 : 10 et passim, Cline 1997 : 164, Cline 1999 : tableaux 1 et 2). On pourrait présenter le problème autrement : un groupe de Grèce continentale anéantit la classe dirigeante à la tête de Knossos au MR IIIA2 – peut-être contrariée par ailleurs par des menaces internes –, mais il ne reconstruit pas ce site puissant et légendaire pour s’y implanter et en reprendre le contrôle car son but n’est pas d’étendre son territoire à la Crète mais plutôt de prendre activement part aux relations maritimes internationales en Méditerranée orientale, orientées surtout jusque là vers la Crète, et notamment vers Knossos549. Il ne s’agirait sans doute pas de la première vague immigrante de groupes originaires de Grèce continentale en Crète, mais elle participe aux développements toujours croissants des contacts commerciaux et culturels entre la Crète et la Grèce continentale, essentiellement entre les sites de la côte nord (La Canée, Knossos, mais aussi Stavromenos ou Mochlos) et l’Argolide, mais aussi la Laconie, la Messénie et même la Béotie550. Cette vague mycénienne contribuerait également à la poursuite évidente des synergies entre ces deux populations, en termes de traditions architecturales ou d’influences réciproques dans les développements de la culture matérielle, essentiellement la poterie.

3. La période post-palatiale

The loss of a strong centre at Knossos could easily have led to a fragmentation of authority, with a return in L [M] IIIA2-B to the old Minoan pattern of regionalism and the resurgence of a number of newly independent power centres (Shelmerdine 2005 : 134).

It is often assumed, implicitly or otherwise, that the continuing cultural affinities of Crete with the mainland in the Postpalatial phase point to a mainland origin for the elites of the resurgent regional centers. This stance needs to be balanced by recognition of the potential for internally motivated change. The political collapse at Knossos also provided opportunities to other centers to challenge Knossian hegemony and benefit from this center’s collapse (Preston 2004a° : 337).

76Les deux citations relatées ci-dessus permettent d’introduire les deux nœuds principaux de l’interprétation archéologique de la Crète post-palatiale : le régionalisme de la culture crétoise post-palatiale et la nature des relations entre la population crétoise et celle du continent helladique, dans une atmosphère générale d’échanges commerciaux et culturels intenses en Méditerranée orientale aux 14e et 13e s. av. J.-C.

3.1. Le régionalisme et l’internationalisme de la Crète post-palatiale

3.1.1. Définitions

77Régionalisme : 1. tendance à conserver ou à favoriser certains traits particuliers d’une région, d’une province. 2. Système économique, administratif donnant aux régions, aux provinces, une certaine autonomie (Nouveau Petit Robert 1993).

  • 551 Dans ce sens, R. A. K. Smith, qui s’est particulièrement intéressé à ce phénomène du régionalisme (...)

78Il est opportun de redéfinir l’idée du régionalisme de la Crète aux MR IIIA2-IIIB. Les données archéologiques le montrent clairement, cette période voit le développement de nombreux sites prospères en Crète, dans toutes les régions, centres qui manifestent à plusieurs égards – productions de poterie, initiatives architecturales, pratiques funéraires, exercice du culte – des expressions propres, qui se distinguent des comportements privilégiés dans d’autres centres ou régions. Ceci pourrait être le reflet d’une certaine autonomie politique, d’un affranchissement culturel affirmé. Cette augmentation des différenciations culturelles à travers l’île coïnciderait avec le développement de systèmes régionaux pluriels, nés d’une fragmentation politique drastique de la Crète après l’effondrement de Knossos (Bennet 1990 ; Haskell 1983 ; Haskell 1997a). Pourtant, d’une part, les signes archéologiques de relations parfois denses et répétées entre les centres d’une même région ainsi que de régions crétoises différentes sont abondants et, d’autre part, la culture matérielle de l’île à cette époque atteste le partage, à travers toutes les régions, de grandes tendances communes. C’est donc vers la définition de ces particularismes mais aussi de ces connexions en termes de géographie politique et culturelle de la Crète que s’oriente la fin de cette analyse551.

79Internationalisme : doctrine préconisant l’union internationale des peuples, par-delà les frontières (Nouveau Petit Robert 1993).

  • 552 Sur les échanges commerciaux intenses en Egée et en Méditerranée orientale aux 14e et 13e s. av. J (...)

80Le mot est fort, sans doute anachronique et reflète certainement peu les préoccupations de la population crétoise en générale à l’époque post-palatiale. Pourtant, il est choisi à dessein pour ce qu’il évoque de dépassement des frontières, celles de la Crète par ses habitants, pas uniquement par leurs activités commerciales concrètes, mais aussi par leur participation accrue à une koinè culturelle égéenne et méditerranéenne au sens large552. Cette koinè complique encore la définition des identités sociales et culturelles des occupants de l’île et la description de leurs comportements sociaux, sur la seule base de leur culture matérielle (sur la mention concrète de l’« internationalisme » de cette période, voir Kanta 1998 : 54).

3.1.2. Les régions crétoises vues de l’intérieur…

81Au point de vue de l’implantation des sites de l’époque post-palatiale, tous les centres régionaux de l’époque palatiale finale continuent de se déployer, mais de nouveaux centres se développent, souvent identifiés par des découvertes d’ordre funéraire. On peut parler d’une occupation dense de l’île à l’époque post-palatiale. En Crète centrale-nord, il y a d’abord le cas particulier du site de Knossos, qui n’est pas abandonné après sa destruction massive, mais modestement reconstruit et réoccupé, notamment les grandes maisons et les cimetières, mais aussi le palais où la continuation d’une activité administrative limitée est très probable. Le palais connaît toutefois un changement fonctionnel et de statut drastique, avec un usage essentiellement économique (grands vases à étrier de transport) et cultuel (Sanctuaire aux Doubles haches). Plusieurs sites continuent d’être occupés (Tylissos, Amnissos, Kastelli Pediada et sans doute Stamnoi et Episkopi-Pediada), d’autres se développent de manière importante (Archanes) et l’occupation de la Pediada s’intensifie. De nouveaux habitats sont implantés, soit sur d’anciens sites néo-palatiaux (Galatas), soit à des emplacements vierges (Kato Gouves), et une quantité de tombes suggère une multiplication des établissements locaux (Kavrochori, Athanatoi, Nirou Hani, Gournes, Damania, peut-être Smari). En Crète centrale-est, le site de Malia connaît toujours une occupation substantielle, notamment celle du plus récent quartier Nu. Sur le site de Sissi, il semble s’agir d’une réelle période de prospérité, particulièrement reflétée par l’occupation MR IIIB du vaste complexe sur le sommet de la colline. Les tombes riches de Milatos suggèrent qu’un établissement important s’y développe, en bord de mer. Excepté la continuation très probable de l’occupation de Plati, le plateau et les hauteurs du Lasithi ne sont a priori investis que de quelques hameaux. En Crète centrale-sud-est, hormis le redéploiement important du site de Gournia, qui était vraisemblablement resté en ruines depuis l’époque néo-palatiale, et l’occupation continue de Kephali Chondrou, on connaît très peu d’établissements habités. Cependant, les activités funéraires croissantes témoignent de la vitalité et de la prospérité de cette région à l’époque post-palatiale, aussi bien dans l’isthme de Ierapetra que dans la zone de Viannos, même si, au MR IIIB, les signes de prospérité s’accroissent vraisemblablement surtout dans les environs de l’isthme. En Crète centrale-sud, le dynamisme de la région est évident et s’affiche de manière monumentale, avec le déploiement du site d’Aghia Triada – où est mis en place l’énorme programme de construction du « secteur nord », une sorte de centre civique et économique – et le développement continu du port de Kommos, où le gigantesque abri à bateaux est achevé. Le site de Phaistos apparaît comme beaucoup moins actif et il est possible qu’il ait été partiellement abandonné. Cependant, le réexamen des fouilles anciennes pourrait modifier ce tableau, par exemple dans le quartier de Chalara. L’occupation de la plaine de la Mesara s’intensifie, jusqu’au pied du Mont Ida, comme le laissent voir les activités funéraires identifiées à Mires, Galia, Kalochorafitis, Klima ou, plus à l’est cette fois, à Ligortyno. Excepté les récents sondages menés dans le village de Kastellos, au sud-ouest de la nécropole d’Armeni, aucun site d’habitat substantiel ne suggère une occupation importante de la Crète centrale-ouest, mais la prolifération continue des tombes, de l’entrée méridionale de la vallée d’Amari jusqu’à la bande côtière de Réthymnon-Stavromenos/Khamalevri, en passant par l’extraordinaire nécropole, témoigne d’une région florissante et densément occupée. Enfin, la Crète occidentale se distingue essentiellement par l’essor fulgurant que prend le centre de La Canée, le dynamisme de ses entreprises commerciales et de ses relations avec des régions extérieures. On a peu de signes du déploiement considérable d’un autre centre de la région à cette époque, si ce n’est que l’occupation des établissements de Samonas et de Stylos se poursuit et que la baie de Souda est probablement habitée et exploitée ; la tombe monumentale de Maleme, sur la côte ouest, est un indice du développement probable de centres locaux prospères.

  • 553 Cette communauté de traditions de production et de consommation de céramique entre la région de Cr (...)
  • 554 De la poterie produite par l’« atelier de La Canée » est cependant bien représentée dans les diffé (...)
  • 555 Récemment, lors d’un Minoan Seminar, Y. Tzedakis a précisé que l’analyse des argiles de vases et l (...)
  • 556 La pâte et le traitement de surface particulièrement distinctifs des productions de cet atelier pe (...)

82La culture matérielle crétoise des MR IIIA2-IIIB prise dans son ensemble ne montre pas le développement d’un artisanat spectaculaire, mais elle témoigne d’activités artisanales dynamiques et de standards de vie convenables. Les sites ou les secteurs où une production locale de céramique est reconnue ou peut être suggérée par l’analyse de la poterie découverte sont ceux de Knossos, Archanes, Malia, Sissi, Olous, la région de Gournia et d’Episkopi-Ierapetra, Gra Lygia, la région côtière de Viannos, Kephali Chondrou, Aghia Triada, Phaistos, la région de Kalochorafitis, Kommos, la région d’Apodoulou, Armeni, la région de Stavromenos-Khamalevri, La Canée. La céramique MR IIIA2-IIIB manifeste une grande variété de formes et de styles, tant au point de vue de la céramique fine que de la céramique commune. La continuité avec les traditions locales a souvent été pointée et concerne les différentes étapes de la chaîne opératoire : préparation des pâtes, particularités technologiques de la fabrication des vases, traitement de surface (par exemple à Malia, à Kommos et à La Canée). Les parallèles entre les différentes productions régionales sont beaucoup moins évidents par rapport à l’époque palatiale finale précédente. On a dès lors très souvent parlé d’un retour général et croissant vers un régionalisme de la céramique (le plus récemment : Hatzaki 2007b : 233). L’influence de la culture mycénienne sur la production régionale crétoise est continue, sous-jacente (à Aghia Triada, par exemple) ou parfois plus appuyée (à La Canée, par exemple). Un atelier de potiers a pu être concrètement reconnu par des installations à Kato Gouves. Son organisation spécifique et la destination de ses produits seront sans doute éclairées par sa publication prochaine. L’activité d’un atelier de production de larnax peut être suggérée dans la région de Tylissos, mais surtout dans les régions d’Episkopi-Ierapetra et d’Armeni. Une ou plusieurs traditions de potiers partageant des tendances communes et produisant une céramique de haute qualité semble (nt) s’être mise(s) en place dans la région de l’isthme de Ierapetra, dont la prospérité est évidente. Cette tradition de céramique partage des liens serrés avec la région de Viannos, d’un côté, et la Crète orientale, de l’autre côté, surtout la région du Mirabello (région de Mochlos/Myrsini) mais aussi l’extrême est (région de Palaikastro). La région d’Episkopi-Ierapetra, sans doute jusque Gournia, pourrait avoir été une sorte de pivot dans ce partage de plusieurs traditions de céramique et, potentiellement, d’identités culturelles553. Une autre tradition importante de potiers, dont la production massive est à la fois homogène et foisonnante, est celle d’Armeni ; cette tradition est largement partagée par les autres centres de la région de Crète centrale-ouest à l’époque post-palatiale, du nord au sud. Elle se distingue de manière remarquable des productions de La Canée, par exemple554. Cette tradition, déjà bien amorcée à l’époque palatiale finale, concerne simultanément la poterie et les larnax555. Enfin, on ne fera que rappeler l’extraordinaire activité de l’« atelier de La Canée », qui connaît son apogée au MR IIIB1 et qui se démarque particulièrement des autres « ateliers » crétois contemporains par la très large exportation de ses productions, à travers toutes les régions de Crète sans exception, ainsi que vers d’autres régions du bassin Méditerranéen556. Sa production est à distinguer de celle des vases à étrier de transport en céramique grossière qui devaient être produits ailleurs dans la même région mais pas par cet atelier proprement dit, la production par excellence de ce dernier étant le vase à étrier en céramique fine décoré.

  • 557 Jusqu’à dix larnax dans une tombe à chambre d’Angeliana et jusqu’à seize enterrements dans une tom (...)
  • 558 À moins d’avoir été pillées avec ardeur et minutie, la modestie des tombes maliotes MR IIIA2-IIIB (...)

83Les pratiques funéraires se multiplient à travers toutes les régions ; les tombes à chambre, surtout, pullulent. Les enterrements se font souvent dans des larnax, la plupart du temps en forme de coffre. L’usage des tombes est davantage collectif557, à la différence de la période précédente où une tendance à l’individualisation avait été observée à plusieurs reprises. Les tombes sont réutilisées plusieurs fois, y compris celles de la période précédente, ce qui peut suggérer entre autres une filiation importante et désirée avec les générations antérieures. Cependant, si une tendance générale à la simplification est évidente au moment de la mort et que la richesse de certaines tombes des MR II-début MR IIIA2 ne sera jamais égalée (Perna 2001 : 128-129), l’éclectisme et l’ostentation des comportements mortuaires expérimentés durant la période palatiale finale ne disparaissent pas. Ainsi, plusieurs tombes se distinguent, en divers points. Certaines affichent tout d’abord leur monumentalité (Gournes, Angeliana), parfois jointe à une architecture soignée et atypique, qui varie sur le thème de la voûte de pierres en encorbellement (Damania, Smari, Sopatakia, peut-être Mesi, Margarites, Phylaki, Stylos, Maleme, qui sont presque toutes des tombes isolées dans le paysage). Elles diffèrent aussi par la richesse et la variété du mobilier funéraire, qui se manifestent notamment à travers les matériaux et les objets précieux importés que plusieurs ensembles comportent, insignes de pouvoir maintes fois exploités à la période précédente : des vases de Chypre et du Levant dans une tombe de Mafeze/Amnissos, peut-être un vase importé de Chypre dans la région de Réthymnon, un scarabée égyptien à Maroulas, des sceaux-cylindres de Syrie-Palestine dans la nécropole d’Armeni, des bagues en argent sigillaires peut-être importées de Chypre ou du Levant à la Canée (rue Palama) ; ou encore de petits trésors de bronze et/ou de bijoux et parures dans les tombes d’Archanes, Gournes, Gra Lygia, Galia, Kalochorafitis, Tou Phrankou to Louri, Armeni, Maroulas, Angeliana, Margarites, Phylaki, La Canée, des bagues en argent à Athanatoi, Nirou Hani, Aghia Triada, Phylaki, La Canée, de l’ivoire à Archanes, Nirou Hani, Milatos, Gra Lygia, Armeni, Margarites, Phylaki, La Canée, et de l’ambre à Archanes, Nirou Hani, Milatos, Galia558. Par ailleurs, les tombes se distinguent par la référence à des symboles spécifiquement inventés et exploités par les élites de l’époque palatiale finale, mais peut-être désormais assimilés. Par exemple, des armes continuent d’être déposées dans des tombes, bien qu’elles soient pour la plupart bien moins prestigieuses que certaines œuvres d’art antérieures et qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’armes d’apparat. Ceci pourrait suggérer que la démonstration de prestige extravagante qui entourait parfois cette symbolique n’est plus nécessaire, quand bien même elle aurait encore été possible (Mafeze/Amnissos, Athanatoi, Nirou Hani, Gournes, Gra Lygia, Goudies, Apostoli, Armeni, Margarites, La Canée ; dans quelques cas, ces armes étaient associées à des enterrements individuels, mais ce n’est absolument pas récurrent). La recherche d’une référence a priori consciente au passé local ou minoen en général est également un élément de différenciation de ces tombes : réutilisation d’anciennes tombes à Knossos, Katsambas, Poros, tholos B à Archanes, Stamnoi, Episkopi-Pediada, Malia, Olous, Episkopi-Ierapetra, région de Viannos, peut-être à Aghia Triada, dans la région d’Apodoulou, à Armeni, peut-être à Pigi et Stavromenos, à La Canée ; héritage de vases en pierre néo-palatiaux ou de vases en gypse comparables à ceux produits par les ateliers knossiens MR II-IIIA1 à Mafeze/Amnissos, Gournes, Stamnoi, Milatos, Kritsa, Apostoli, Armeni, La Canée. Certains sceaux déposés dans les tombes pourraient aussi avoir été volontairement conservés, puisque les sceaux en pierre dure ne sont vraisemblablement plus fabriqués en Crète à partir du MR IIIA2 : à Gournes, Nirou Hani, Milatos, Gournia, Goudies, Galia, Tou Phrankou to Louri, Voliones, Armeni, Maroulas, Angeliana, Margarites, Phylaki, La Canée. L’évocation du taureau dans les tombes de Nirou Hani et Ligortyno pourrait être un appel à d’anciens symboles, tandis que les motifs de la double hache et des cornes de consécration reviennent souvent dans l’iconographie des larnax des régions de Crète centrale-sud-est et Crète centrale-ouest. Enfin, certaines pratiques d’enterrement montrent des choix inhabituels : brancards ou sarcophages en bois peints à Athanatoi ; absence totale de larnax en Crète occidentale (Preston 2004b) mais un unique enterrement dans une larnax-baignoire à La Canée ; larnax en forme de baignoire à Gournes, Episkopi-Pediada, Malia, Episkopi-Ierapetra, Milatos, Olous, Gra Lygia ; pithos funéraires à Malia, Gournia, Maroulas, Choumeri, un unique cas à La Canée ; tout comme l’architecture de la tombe : petites tholos de la région d’Apodoulou (peut-être une évocation consciente des tholos du MA de la Mesara), tombes à niche individuelles à La Canée au MR IIIA2. L’absence, dans l’état actuel des connaissances, de tombes riches et/ou remarquables à proximité des centres d’Aghia Triada et Phaistos est notable. De simples enterrements en larnax et assez peu nombreux ont été repérés aux alentours de ces deux sites, tandis qu’ils abondent sur d’autres sites dans le nord de la Mesara, parfois accompagnés de quelques objets de prestige.

  • 559 L’hypothèse selon laquelle tous les objets de prestige et importés déposés dans ces tombes ont été (...)

84Les données funéraires montrent un usage élargi du symbolisme et des pratiques funéraires initiés à Knossos au MR II et disséminés dans des centres régionaux à l’époque palatiale finale précédente. Bien que le degré d’innovation et d’exubérance dont a pu témoigner une partie des tombes knossiennes de l’époque antérieure n’est en aucun cas atteint, certaines tombes se distinguent néanmoins par leur monumentalité et/ou la concentration d’objets de prix. Ainsi, ce gaspillage délibéré de richesses a pour but une démonstration ostentatoire et l’expression d’une différenciation sociale au moment de la mort, un outil idéologique et politique efficace et sans doute désormais assimilé (Preston 2004a : 338). Par ailleurs, le mobilier retrouvé dans les tombes post-palatiales démontre que les groupes sociaux auxquels appartenaient les défunts entretenaient toujours des réseaux commerciaux extérieurs leur permettant de s’approvisionner en matières premières de prestige et autres exotica559. On revient plus bas sur ce point de l’approvisionnement en biens étrangers et ses modalités. Ces objets de prestige posent encore la question délicate, et aujourd’hui insoluble, de l’existence d’ateliers artisanaux spécialisés en Crète à l’époque post-palatiale, même si leurs produits sont a priori moins prestigieux que ceux des ateliers knossiens antérieurs. Tout ce qui pu être avancé pour le moment est la possibilité d’une activité de nature métallurgique dans l’habitat de Galatas, Malia (Nu), Kommos, La Canée et peut-être Poros/Katsambas.

85D’autres types d’offrandes funéraires ouvrent encore une fenêtre sur l’économie de prestige de la Crète aux MR IIIA2-IIIB : les vases à étrier, surtout miniatures, et autres conteneurs de liquides précieux. Les tombes de la Crète centrale-sud-est contiennent relativement peu d’objets en matériaux rares importés ; elles regorgent par contre d’ensembles de poteries variées et de qualité où prédomine le vase à étrier, miniature ou de taille moyenne. Ces vases sont soit de production locale et trahissent alors des inspirations culturelles communes à cette région mais aussi à la Crète de l’Est, soit importés, de l’« atelier de La Canée » mais aussi du continent helladique. Le cas de la nécropole d’Armeni est également très représentatif et suggère (la continuation de ?) la production d’huile d’olive parfumée et d’onguents dans cette région, peut-être à partir de la fleur d’iris notamment, qui est dessinée sur les poteries (cf. III. 2.5.6. Armeni). La communauté de traditions entre des ensembles de poteries de haute qualité de la région de Kalochorafitis, située entre la plaine de la Mesara et l’entrée méridionale de la vallée d’Amari (tombes de Kalochorafitis, Klima, Galia, Sata), a encouragé A. Kanta à identifier un atelier distinct. La forme qui prévaut au sein de cette production est encore le vase à étrier. Dans ces mêmes tombes, des vases à étrier importés de l’« atelier de La Canée » avaient été conjointement déposés. Enfin, à La Canée, le vase à étrier prédomine également parmi les offrandes faites aux défunts, bien que de la vaisselle à boire aux formes diversifiées (kylix, coupe à champagne, différents types de tasses) est très souvent déposée concurremment. L’acquisition de liquides précieux, de nature surtout cosmétique, mais sans doute aussi médicinale, semble jouer un rôle clé dans le rituel funéraire à l’époque post-palatiale et celui-ci semble être particulièrement partagé par une importante proportion de la population crétoise. En résumé, les coutumes funéraires mettent en évidence une continuité certaine par rapport aux pratiques inventées et développées à la période palatiale précédente, ce qui perpétue la valeur symbolique et idéologique conférée aux marques de richesse et de distinction en termes de rapports sociaux. Toutefois, le caractère majoritairement collectif des tombes et la diminution générale de la quantité et de la qualité des objets de prestige, alors que leur circulation est en revanche élargie, sont probablement le reflet d’un changement de valeur de ces objets et matériaux déposés dans les contextes funéraires : d’indicateurs de prestige exclusif, ils deviennent indicateurs de richesse matérielle partagée (Baboula 2000 : 76).

  • 560 L’intérêt pour les analyses de résidus organiques dans la recherche archéologique et pluridiscipli (...)
  • 561 Ces types d’inscriptions proviennent surtout de vases inscrits trouvés sur le continent helladique (...)

86L’organisation de fêtes et de cérémonies à caractère rituel se poursuit à la période post-palatiale. Celles-ci prennent souvent une tournure clairement communautaire, quand à l’époque précédente, une tendance à la restriction sociale était observée. On peut relever d’abord des exemples tangibles de l’organisation, ou de l’évocation, de banquets funéraires : dépôt de services à boire composés d’un cratère, souvent amphoroïde, et de vases à boire de types habituellement variés dans les tombes Nirou Hani, Episkopi-Pediada, Kritsa, Episkopi-Ierapetra, Gra Lygia, Ligortyno, Apostoli, peut-être dans la tombe à tholos de Stylos, Souda (un cratère en cloche importé du continent helladique peint d’une scène de char) ; on note aussi les cas particuliers des dépôts de céramique commune pour la préparation de repas mêlée à de la vaisselle à boire et à manger dans des dromos et des fosses dans la nécropole d’Armeni ou la petite structure circulaire jonchée de céramique à boire et de récipients à La Canée, dans nécropole de la rue Palama. Quelques traces de banquets plus « civiques » peuvent être soulignées, dont la portée rituelle ne doit pas être minimisée : bothros rempli de débris de cratères et de céramique à boire à Episkopi-Pediada, continuation – bien que limitée – des banquets sur l’Acropole Médiane à Phaistos. Le cas du quartier Nu de Malia est particulier. En bordure de celui-ci, des fosses remplies de céramique cassée et autres débris ont été fouillées. Elles nécessitent une étude future complète, mais la présence dans l’une d’entre elles d’une quantité impressionnante de céramique fine nettement brisée, dont une majorité de vaisselles à boire variées, ainsi que de cendres étonnamment fines, pourrait suggérer tout autre chose que le déblaiement d’une structure détruite, pourquoi pas les restes de banquets organisés au sein de la grande demeure du quartier Nu. Le bris volontaire d’une quantité importante de céramique puis son déplacement dans une fosse pourraient participer par ailleurs d’une action rituelle en tant que telle (Driessen, Farnoux et Langohr 2008). Du vin devait entre autres être consommé au cours de ces banquets, ainsi que d’autres aliments nécessaires à la préparation de repas, comme de l’huile d’olive par exemple, substances dont on ne conserve évidemment que peu de trace archéologique560, mais pour lesquelles on peut relever un indice indirect. J. Zurbach a souligné le caractère esthétisant de certaines inscriptions en Linéaire B apposées sur des vases à étrier de transport, vases qui ont dû contenir, entre autres, du vin mais aussi de l’huile d’olive. Ces inscriptions, parfaitement lisibles, pourraient suggérer l’usage de ces vases comme objets de prestige, dans des contextes particuliers tels des fêtes avec consommation de boissons, voire de repas (Zurbach 2007 : 63-67)561. On observe aussi quelques indices de rassemblements communautaires (cour et stoa de Tylissos, cour et stoa probablement toujours en usage dans le « secteur sud » d’Aghia Triada, tandis que l’Agora du « secteur nord » pouvait aussi être le lieu de rassemblements) et de processions de caractère majestueux, dont des processions funéraires (représentation d’une scène de char sur une larnax de Kavrochori et un cratère MR IIIB2 de La Canée, réseau routier probablement toujours emprunté par des chars dans la nécropole d’Armeni, mention de roues – probablement de chars – sur une tablette en Linéaire B retrouvée à La Canée).

  • 562 Le support tubulaire à serpents n’est pas une forme neuve, mais son utilisation dans le cadre d’ac (...)
  • 563 B. Hallager a abordé le sujet des sanctuaires domestiques de la période post-palatiale et la quest (...)

87En ce qui concerne l’exercice du culte, on peut parler d’une diversification des activités cultuelles, ainsi que de leurs expressions. Suite à l’abandon du palais de Knossos qui devait constituer un lieu de culte central et séculaire, les cérémonies de nature cultuelle se développent au sein même des sites d’habitat. Une caractéristique particulière du culte crétois aux MR IIIA2-IIIB réside dans l’utilisation du support tubulaire avec ou sans serpents, ainsi que de la figure féminine aux bras levés qui y est parfois associée562. Les supports tubulaires à serpents ont été découverts dans des contextes variés : une maison à Amnissos, le quartier Nu à Malia, le complexe principal sur le sommet de la colline à Sissi, le bâtiment central à Kephali Chondrou, le Sanctuaire à banquette à Gournia où plusieurs de ces vases sont associés à des statues de déesse aux bras levés, une maison à Kommos où un de ces vases est associé à des activités culinaires probablement communautaires au MR IIIB, une ancienne villa néo-palatiale réoccupée à Kannia où des statues de déesse aux bras levés ont également été retrouvées, une maison à Aghia Triada. Sur ce dernier site, les exemplaires découverts dans le Sanctuaire H du « secteur sud » sont probablement toujours utilisés. La statue féminine aux bras levés et aux très grandes mains découverte dans le Sanctuaire aux Doubles Haches dans le palais de Knossos n’était accompagnée d’aucun support tubulaire à serpents, mais d’autres figurines aux bras repliés sur la poitrine et de cornes de consécration enserrant des doubles haches, symboles minoens par excellence. La diversité de ces contextes a encouragé certains à distinguer des sanctuaires publics urbains et des sanctuaires domestiques (Gesell 1985)563. S. Privitera a particulièrement insisté sur les espaces vraisemblablement domestiques dans lesquels ces objets ont été trouvés : Malia, Kephali Chondrou, Kommos, Aghia Triada (Privitera 2004). Il distingue ceux-ci d’autres contextes prudemment qualifiés de sanctuaires à banquette, où la fréquentation par la communauté semble constante : Knossos, Gournia, Kannia. Il souligne l’absence claire d’un sanctuaire permanent dans les contextes domestiques équipés d’un support tubulaire à serpents et suggère plutôt l’existence d’une forme de dévotion « privée » de la part des occupants, peut-être de nature essentiellement apotropaïque, qui se répète épisodiquement. Une autre forme de culte encore très peu explicitée semble être liée aux très grandes fosses-dépotoirs remplies de céramique, mais aussi, au moins dans un cas, de mobilier lié a priori à des activités cultuelles : au quartier Nu à Malia, à Khamalevri et à La Canée. Il est très vraisemblable qu’il s’agisse du résultat d’un nettoyage étendu de structures voisines après leur destruction, mais la surface particulièrement importante qui leur est consacrée à proximité des habitations est un fait neuf, et peut-être significatif. Dans le cas de la zone de décharge nord (Rubbish Area North) à La Canée, la présence de restes nombreux de sacrifices d’animaux, de fragments d’une statue en terre cuite de grandes dimensions, de supports tubulaires à serpents ou encore d’un rhyton en forme de tête de bélier, suggère plus concrètement les vestiges abondants d’activités cultuelles réalisées peut-être dans un sanctuaire tout proche, au MR IIIB1 vraisemblablement. Outre l’examen de ces fosses, les sacrifices d’animaux continuent visiblement d’être pratiqués (des os de chiens et moutons avaient été déposés dans une tombe de Gouves, un crâne de bovidé dans une tombe de Tou Phrankou to Louri), tandis que les animaux prennent une place importante au sein de l’iconographie de la poterie, mais surtout des larnax, et qu’une évocation du culte crétois y a souvent été reconnue. Il s’agit particulièrement des larnax de la région de Tylissos (par exemple l’iconographie d’une larnax de Kavrochori pour laquelle G. Rethemiotakis a suggéré la reconnaissance d’un sacrifice de chevaux en l’honneur des défunts) et de la région d’Episkopi-Ierapetra et Gournia (vache allaitant son petit, poissons sur les parois internes de la cuve, et programme iconographique animalier sur le célèbre « sarcophage d’Episkopi » : Kanta 1980 : 156-158). Enfin, la commémoration des ancêtres semble conserver une place de choix. Déjà évoquée dans le cadre du rituel funéraire, elle est encore manifestée par les offrandes déposées dans la tholos C du MA III à Archanes aux MR IIIA2-IIIB et, peut-être, par la perpétuation des activités cultuelles, a priori en l’honneur d’anciens défunts, autour du Complexe de la Masse de Brèche, à Aghia Triada. Parallèlement, la commémoration du lieu avait probablement son importance dans l’exercice du culte à l’époque post-palatiale, comme le suggère l’organisation d’activités a priori proprement cultuelles dans le palais (Sanctuaire aux Doubles Haches) et dans la Maison Inexplorée de Knossos, précisément au MR IIIB.

  • 564 L’aménagement et la construction d’un nouvel habitat à La Canée à l’emplacement du square Aghia Ai (...)
  • 565 Cette qualification prédomine toujours cependant les études qui abordent la Crète post-palatiale ; (...)
  • 566 Hägg 1997a propose des observations éclairantes en ce qui concerne l’éventuel syncrétisme des cult (...)

88En ce qui concerne l’introduction de groupes dominants d’individus originaires du continent helladique sur l’île, telle qu’elle pourrait être mise en évidence à travers les données archéologiques de l’époque post-palatiale en Crète prises dans leur ensemble, région par région, deux types d’observations relevées le plus fidèlement possible incitent à nuancer cette reconnaissance. Premièrement, au fur et à mesure de la présentation des données, on a montré comment les archéologues respectifs des sites où des formes et des inspirations a priori plus enclines à la culture continentale avaient été décelées ont souligné leur symbiose avec des formes et des caractères locaux, donnant place à des productions qui ne sont réductibles à aucune des deux régions. Parmi les cas de figure significatifs : la céramique et l’architecture du quartier Nu de Malia, la céramique d’Olous, le Bâtiment He de Gournia, le complexe des Bâtiments Ouest, Nord-Ouest et P à Aghia Triada, la céramique et l’architecture de l’établissement de La Canée564. Deuxièmement, on a pris en compte à plusieurs reprises les critiques spécifiques d’archéologues spécialistes de la civilisation mycénienne, de ses pratiques et de sa culture matérielle. Ceux-ci réprouvent une généralisation hâtive de la culture et des pratiques des sociétés du continent helladique comme base de comparaison avec l’archéologie crétoise pour la reconnaissance d’une présence physique de Mycéniens en Crète. L’absence d’une culture spécifiquement homogène à travers les différentes régions de Grèce continentale conditionne en effet sa transposition présupposée hors de son cadre d’origine. Autrement dit, s’il est plus que probable que des groupes d’individus originaires du continent helladique se sont installés en Crète, au fil des contacts commerciaux mais aussi culturels entre ces régions, il est absolument discutable que la culture de la population crétoise à l’époque post-palatiale puisse être qualifiée de mycénienne565. Par conséquent, on conçoit davantage un phénomène de symbiose de traditions crétoises et du continent helladique, phénomène en continuité complète avec l’époque palatiale finale où une telle interprétation des données archéologiques a déjà été explicitée, et qui concerne des domaines aussi divers que la production de céramique, les pratiques funéraires ou l’architecture566. Certaines pratiques suggèrent encore d’autres mixités culturelles, c’est-à-dire le syncrétisme d’éléments crétois avec des coutumes employées dans d’autres régions du bassin Méditerranéen, comme l’usage conjoint de l’enterrement en larnax et de l’incinération par la population d’Olous, dès le MR IIIA2 (consulter par ailleurs la fine analyse de Broodbank, Kiriatzi et Rutter 2005 au sujet de l’île de Kythera, qui concorde en plusieurs points avec les présentes conclusions).

  • 567 Le palais de Mycènes produit et inscrit des vases à étrier mais il s’agit d’une exception par rapp (...)
  • 568 Le caractère commun de certaines formules en Linéaire B sur des tablettes de Knossos et sur des va (...)
  • 569 Il insiste notamment sur le fait que, comme dans la filière textile dont l’organisation est connue (...)
  • 570 J. Zurbach ajoute que l’on ne sait rien des conditions de l’exportation des vases à étrier de tran (...)
  • 571 Knossos et sa région ne sont plus considérés à ce jour comme un centre de production de vases à ét (...)
  • 572 On peut encore ajouter l’existence de pseudo-inscriptions sur des vases à étrier de transport, c’e (...)

89La réutilisation de l’administration en Linéaire B par quelques centres régionaux aux MR IIIA2-IIIB est évidente à La Canée, où des tablettes en argile inscrites en Linéaire B ont été retrouvées, et suggérée pour d’autres centres qui gèrent le commerce à grande échelle de produits transportés par les grands vases à étrier dont certains sont inscrits de caractères en Linéaire B. Environ 190 vases portant une inscription en Linéaire B sont aujourd’hui recensés, en Crète et sur le continent helladique, dont la plupart sont des vases à étrier de transport. Ceux-ci transportaient certainement de l’huile d’olive et du vin (cf. II. 3.2.5. Les vases à étrier inscrits en Linéaire B). Ces vases inscrits ont été trouvés en Crète (quelques tessons probables à Archanes ; un exemplaire dans la Maison Inexplorée de Knossos, dans une maison de Amnissos, dans une tombe d’Armeni et dans la grotte de Mamelouko ; plusieurs exemplaires au quartier Nu de Malia et dans l’établissement de Aghia Aikaterini à La Canée) et en Grèce continentale, en Argolide, Attique, Béotie et Thessalie (Zurbach 2007 : fig. 1, pour une carte de leur répartition). Ils ont pour la plupart été produits en Crète, particulièrement en Crète occidentale, mais aussi en Crète centrale-sud. Un récent réexamen exhaustif par J. Zurbach de ces vases à étrier inscrits, des inscriptions elles-mêmes et de leur contexte de découverte, permet de soutenir que ces types d’inscriptions en Linéaire B ne disent rien du commerce extérieur, international, de l’exportation de ces vases et de leur contenu, essentiellement depuis des centres crétois vers le continent helladique (Zurbach 2007). Ces inscriptions en Linéaire B servent plutôt à l’organisation interne d’une structure économique et administrative régionale. Celle-ci se caractériserait, selon J. Zurbach, par la gestion de leur territoire par plusieurs centres crétois, comme La Canée, mais aussi, pourquoi pas, Aghia Triada, Malia ou même Knossos567. Ce spécialiste souligne que les inscriptions en Linéaire B sur les vases à étrier présentent des parallèles flagrants en ce qui concerne leur structure et leur formulation avec des tablettes en argile inscrites en Linéaire B retrouvées dans le palais de Knossos (Zurbach 2007 : 55-58)568. Il en déduit que les centres crétois qui en sont à l’origine ont repris des techniques d’administration utilisées par les palais mycéniens au sens large, y compris Knossos, et méritent d’être identifiés comme des centres palatiaux (Zurbach 2007 : 69). Ainsi, il suggère de considérer ces inscriptions sur vases comme un processus d’inventaire des productions agricoles qui arrivent au palais (au centre régional) depuis le territoire environnant, par le biais d’un système de taxation, d’une rente en provenance des domaines palatiaux (Zurbach 2007 : 57-58)569. Par conséquent, J. Zurbach soutient que la production et l’inscription de ces vases de transport étaient le fait d’une organisation centralisée de type palatial, vraisemblablement établie dans différentes régions de Crète, et non pas une simple réutilisation par des « villes libres » dans le cadre d’activités commerciales « libres » de l’écriture employée par l’administration knossienne depuis le MR II (Zurbach 2007 : 69-70). Enfin, la présence de ces vases crétois inscrits sur des sites de Grèce continentale ou même dans des contextes de type domestique en Crète est le signe de leur réutilisation, après avoir servi de documents administratifs internes ; avec ou sans leur contenu, ils sortent de leur territoire de production (Zurbach 2007 : 70)570. On peut ajouter deux éléments suite à ces conclusions, en prélude à l’interprétation finale développée ci-dessous. Premièrement, si cette analyse des vases inscrits oblige à reconnaître une organisation économique de nature palatiale en Crète à l’époque post-palatiale – qui porte dès lors très mal son nom –, tout porte à croire que ce système économique était réalisé de manière indépendante au niveau régional : d’une part, dans la région de la Crète occidentale – probablement autour du centre de La Canée – et, d’autre part, dans la région de la Crète centrale-sud – peut-être sous la direction d’Aghia Triada –, les deux régions où a été produite la majorité de ces vases, tel que le montrent les analyses des pâtes aujourd’hui disponibles571. On a donc au moins deux centres « lettrés » à cette époque en Crète572. Deuxièmement et surtout, si les vases à étrier de transport crétois qui ont été inscrits n’ont donc à l’origine rien à voir avec le « commerce extérieur » de ces centres régionaux, rien n’exclut que la grande majorité des vases à étrier crétois de transport produits à cette époque qui ne sont pas inscrits, et qui par conséquent n’attestent aucun lien direct avec une organisation économique et administrative interne de nature palatiale, étaient partiellement voire majoritairement destinés à un commerce ciblé d’exportation, en Crète et hors de Crète, vers le continent helladique, Chypre et le Levant (Haskell, Jones, Day, Catling et Killen [à paraître]). Il est probable cependant que ces marchandises crétoises étaient surtout emmenées par des bateaux étrangers. Toutefois, le Bâtiment P de Kommos suggère l’existence de bateaux crétois destinés au commerce international et donc d’un commerce d’exportation au moins partiellement organisé de l’intérieur. Ceci ouvre le volet des relations extérieures des régions crétoises.

3.1.3. … Et la mer tout autour

90Sans minimiser aucunement les échanges de biens et les relations entre les différentes régions de Crète par l’intérieur des terres, ce qui a d’ailleurs été abordé plus haut – notamment entre la région de la Crète centrale-sud et celle de la Crète centrale-ouest –, l’implantation croissante de sites en zone littorale encourage à reconnaître la vitalité des activités maritimes. On tente ici de retracer quelques voies de communication navale entre les régions crétoises aux MR IIIA2-IIIB. Par la suite, quelques réflexions sur les relations crétoises extérieures à l’époque post-palatiale sont proposées.

  • 573 Ces données d’ordre pétrographique ont été détaillées au moment de la présentation archéologique d (...)

91Les résultats d’analyses pétrographiques programmées, réalisées sur des échantillons sélectionnés au sein d’ensembles de céramique définis, sont les données les moins hypothétiques qui peuvent être prises en compte dans la reconstruction des réseaux commerciaux entre régions, étant entendu que ces analyses doivent reposer sur une étude d’ordre macroscopique approfondie, réalisée au préalable sur ces mêmes ensembles délimités de céramique (Vaughan 1999). L’étude de nature macroscopique est très souvent la seule disponible et n’est par conséquent qu’une suggestion non vérifiée des échanges de biens et des relations entre sites et régions. Les observations développées ici se basent donc sur des données d’ordre pétrographique encore limitées573. Elles ont toutefois le mérite de manifester le potentiel du développement de programmes d’études pétrographiques ciblés, basés sur des études macroscopiques scientifiquement circonscrites d’ensembles céramiques locaux puis régionaux, pour la reconstruction de l’histoire économique des régions de Crète, mais aussi de leurs interactions socioculturelles.

92Les analyses pétrographiques réalisées sur de la céramique du quartier Nu de Malia suggèrent des relations entre ses habitants, ou les Maliotes en général, et des communautés de la Crète centrale-sud (région entre l’est de la Mesara et le village de Myrtos). Il s’agit de l’importation de vases à étrier de transport, mais aussi de la surprenante et encombrante maquette de maison ou de la grande boîte en céramique à plusieurs compartiments (C. Knappett, étude à paraître ; cf. III. 2.2.1. Malia). Compte tenu du fait que les particularités pétrographiques de ces vases à étrier importés trouvés à Malia sont les mêmes que celles de plusieurs vases à étrier découverts à Knossos et à Thèbes, d’une part, et que des analyses pétrographiques des pâtes de vases de transport découverts à Petras et Chrysokamino (Nodarou 2007) indiquent également une provenance de Crète centrale-sud, d’autre part, il n’est pas insensé de suggérer qu’un commerce de denrées cultivées et produites en Crète centrale-sud, organisé au départ de cette région, s’exportait vers différents sites côtiers crétois de la moitié est de l’île. Il rejoignait peut-être ensuite la Grèce continentale après une dernière escale à Knossos, que ce soit ou non grâce à d’autres intermédiaires. La présence attestée par des analyses pétrographiques de vases originaires de la région du Mirabello à Malia peut suggérer que d’autres produits étaient embarqués au cours des différentes escales de ce commerce maritime. L’importation des objets plus insolites mentionnés reste à expliquer ; ils pourraient être intervenus dans un échange de dons spécifiques, dont la nature précise demeure inconnue, entre deux individus ou deux groupes résidant respectivement à Malia et quelque part entre la Mesara et Myrtos.

93En ce qui concerne l’organisation de l’exportation considérable des produits en céramique de l’« atelier de La Canée » – mais aussi probablement du contenu de certains d’entre eux – aux MR IIIA2-IIIB à travers les différentes régions de Crète, elle n’a encore fait l’objet d’aucune étude spécifique qui permettrait d’en définir les modalités.

94On peut à présent avancer quelques réflexions sur le commerce international auquel participe la Crète, sur la base de l’étude de la céramique. Ces réflexions se fondent sur quelques résultats d’analyses pétrographiques disponibles qui concernent des échantillons de vases à étrier de transport, mais aussi sur les conclusions de quelques études approfondies de nature macroscopique, notamment celle de J. B. Rutter à Kommos. En ce qui concerne les autres types de matériaux plus rares qui ne sont pas d’origine crétoise (cuivre, bronze, ivoire, ambre, faïence), les analyses concernant leur origine n’en sont qu’à leurs balbutiements et les observations relevées ici résultent dès lors essentiellement de considérations généralement acceptées.

95Premièrement, comment expliquer la présence d’objets et de matériaux de prestige étrangers dans une tranche élargie et diversifiée des tombes MR IIIA2-IIIB, bien que de qualité et en quantité tout à fait restreintes par rapport à l’époque précédente, surtout en ce qui concerne le bronze ? Quelques rares sources indirectes apportent des éléments de réponse. Il s’agit des lingots de cuivre importés de Chypre qui ont été trouvés dans les maisons tout à fait modestes du centre de Kommos et des traces du travail du bronze reconnues dans plusieurs habitats a priori ordinaires (Galatas, Malia, Kommos, La Canée, peut-être Poros/Katsambas). Ceci pourrait suggérer que les denrées internationales qui atteignent la Crète via différents ports d’entrée à cette époque ne sont plus le monopole exclusif de groupes d’élites restreints. Désormais, la population crétoise jouit d’un accès facilité, direct ou indirect, à ce commerce d’importation.

  • 574 Ceci est par exemple démontré par les concentrations de vases à étrier crétois stockés dans la Mai (...)
  • 575 On note toutefois que des vases à étrier de transport ont aussi été retrouvés dans l’habitat de Ko (...)

96Deuxièmement, en ce qui concerne le phénomène particulier des grands vases à étrier de transport, même en tenant compte du fait que ces grands conteneurs étaient inlassablement réutilisés et transportés, et donc vidés depuis longtemps de leur contenu original, l’exportation à grande échelle de produits crétois par leur intermédiaire est peu discutable574. De là, la question délicate n’est pas tellement de déterminer ce qu’exportait la Crète dans ces grands conteneurs – plus que probablement de l’huile d’olive et du vin – mais de se demander pourquoi les habitants de Grèce continentale importaient ces denrées quand ils disposaient théoriquement des mêmes ressources sur leurs propres terres (à ce sujet, voir les discussions et mises au point qui suivent les communications de Haskell 2005 et de Kanta 2005 : 235-241). Un élément de réponse plausible apporté par J. B. Rutter est qu’il n’existait pas à cette époque de l’HR IIIA2/B de productions d’huile d’olive à l’échelle industrielle sur le continent helladique, à l’inverse de ce qui se passe au cours du 12e s., quand la production et l’exportation d’huile d’olive parfumée sont spécifiques à plusieurs régions mycéniennes (commentaire de J. B. Rutter dans D’Agata et Moody 2005 : 240). A ce jour, les seules traces directes de production d’huile et/ou de vin en Crète à cette époque sont les deux pressoirs découverts dans l’habitat de Kommos ; les installations aménagées autour de l’un deux peuvent témoigner d’une activité de nature industrielle, mais pour laquelle une destination à l’exportation ne peut être que suggérée. Pourtant, un autre signe d’une activité commerciale d’exportation d’envergure à partir de la Crète, et particulièrement de la Crète centrale-sud via Kommos, est l’amphore à col court. Ces amphores abondent à Kommos, dès le MR IIIA2 et surtout au MR IIIB. Aucun exemple n’a été identifié jusqu’à présent sur un autre site crétois, excepté un exemplaire dans la Maison Nord-Ouest de Knossos. J. B. Rutter a défendu l’idée qu’elles ont résolument été conçues pour rivaliser avec les autres jarres de transport en céramique de Chypre et de Syro-Palestine et même avec les vases à étrier de stockage et de transport de Crète centrale et occidentale, dans ce contexte d’échanges commerciaux intenses en Méditerranée orientale aux 14e et 13e s. av. J.-C. En outre, la reconnaissance de plus en plus évidente d’une production de vases à étrier de transport en Crète centrale-sud, peut-être plus précisément entre l’est de la Mesara et le village de Myrtos, suggère deux circuits économiques parallèles dans cette même région, a fortiori si ces productions respectives de conteneurs en céramique correspondaient au transport de matières ou produits différenciés. Des traces d’hématite ont été retrouvées sur la surface interne de plusieurs amphores à col court. Le commerce d’exportation auquel étaient particulièrement associées les activités portuaires liées au Bâtiment P de Kommos semble avoir été celui qui était transporté par l’amphore à col court575. Cela mis à part, il n’est à l’heure actuelle pas possible de préciser les modalités du probable commerce d’exportation de vases à étrier de transport produits dans cette région, encore moins de déterminer le ou les centres qui en étai(en)t le(s) possible(s) instigateur(s). Troisièmement, on peut dire un mot de l’importation en Crète de céramique étrangère appréciée pour elle-même, essentiellement de la vaisselle de table. À La Canée, les importations en provenance du continent helladique – qui ne transitaient peut-être plus par l’île de Kythera (Broodbank, Kiriatzi et Rutter 2005) – sont particulièrement nombreuses, avec un pic de poteries de l’HR IIIB1. Elles consistent surtout en des kylix, des bols profonds et des cratères en forme de cloche qui répondent sans doute à une demande liée à l’exercice de fêtes ou de rituels organisés autour de la consommation de boissons. Les vases à étrier miniatures importés de régions mycéniennes ne sont pas en reste. Ces derniers posent davantage question, quand on sait que cette forme est produite en masse et avec qualité à La Canée. Il est probable que ces vases à étrier transportaient une substance rare ou luxueuse ou encore, qu’ils recelaient une valeur intrinsèque, leur possession étant synonyme de prestige. On retrouve de la vaisselle de table et des vases à étrier miniatures importés d’Argolide à Kommos, à partir d’où on pourrait imaginer leur envoi vers les centres d’Aghia Triada ou Phaistos, en tant qu’objets de prix, appréciés par une certaine clientèle de statut social élevé. Or, ces importations du continent helladique qui ont été identifiées à Kommos sont a priori extrêmement rares dans les établissements intérieurs de la Mesara, de sorte que A. L. D’Agata a suggéré que leur présence à Kommos est essentiellement accidentelle et non intentionnelle (D’Agata 2005 : 119). On peut faire une même observation en ce qui concerne la vaisselle en céramique fine décorée importée de Chypre qui a été découverte à Kommos. Aussi, alors que ces deux ports crétois témoignent de relations commerciales répétées avec des régions extérieures, et la Grèce continentale en particulier, on est probablement face à deux cas de figure distincts en ce qui concerne les type et but précis des importations. Ces différences pourraient être révélatrices des définitions respectives de l’identité culturelle dans ces deux régions.

97On ne fera ici que mentionner le développement des relations entre l’Egée et la péninsule italienne : les dagues dites de Peschiera retrouvées dans la grotte de Psychro, tout comme de nouveaux ensembles de céramique importés à Kommos et La Canée à partir du MR IIIB, montrent des liens, directs ou indirects, avec cette région.

98En outre, un exemple séduisant d’une certaine forme d’internationalisme en Crète à cette époque, cependant tout à fait confiné à un site portuaire, est celui suggéré par les dépôts de poteries retrouvés dans l’Aire Sud de Kommos qui associent des vases à boire et à verser à de grands récipients de cuisine, de production locale et d'origines géographiques diverses, telles que Knossos, la Crète orientale, Chypre, l’Anatolie occidentale, le continent helladique ou le Levant. J. B. Rutter, qui a étudié ce matériel en profondeur, a proposé d’y voir les repas communautaires des équipes internationales de marins qui transitaient par ce site (Rutter 2005a : spéc. 71-72, 80 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 507, 514). Ces données concernent cependant essentiellement le MR I et sans doute le début de la phase MR II.

99Enfin, le commerce international crétois connaît un net déclin dans certaines régions, à partir de la fin du MR IIIB, ce que suggèrent par exemple l’analyse des importations à Kommos, mais aussi la diminution des objets importés de l’étranger dans les contextes datés de la fin de cette phase. Une part d’explication pourrait être la suivante : la dépendance mutuelle entre le pouvoir knossien et les groupes dirigeants de Crète centrale-sud étant rompue à la fin de l’époque palatiale finale, le centre régional d’Aghia Triada se prépare à devenir une « capitale », prospère de manière autonome entre la fin du MR IIIA2 et le début MR IIIB et est à la tête d’un commerce d’exportation peut-être considérable. Puis, ce centre régional s’essouffle et est finalement abandonné vers la fin de la phase MR IIIB. Le centre portuaire de La Canée connaît une situation différente ; dès le MR IIIA2, il est parvenu à s’affranchir du support que constituait le pouvoir knossien pour prendre son autonomie florissante, essentiellement au MR IIIB1, et poursuivre ses activités jusqu’aux MR IIIB2-IIIC. Sa proximité géographique avec le continent helladique et les sociétés qui y prospèrent lui a peut-être permis de fonder ses ressources et son expansion sur des relations commerciales extérieures plus stables. Ce centre portuaire a peut-être constitué un nœud clé dans ce réseau commercial, alors que Kommos en aurait progressivement été éludé.

3.2. La géographie culturelle, sociale et politique de la Crète aux MR IIIA2-IIIB : un essai

  • 576 L. Preston est l’une des premières à souligner qu’il n’est pas nécessaire de relier certaines prat (...)
  • 577 L. Preston souligne que ces instances politiques locales annoncent la fragmentation du paysage pol (...)

100Que peut-on induire de cette récapitulation des activités, pratiques et aspirations de la société crétoise à l’époque post-palatiale qui nous informerait sur son fonctionnement intrinsèque ? On a dit comment l’étude des vases à étrier inscrits suggérait une fragmentation régionale du pouvoir économique mais que celle-ci était cependant vraisemblablement doublée d’un contrôle serré des « territoires » respectifs. On peut soutenir que la fragmentation du pouvoir politique à partir du MR IIIA2 entre les élites des centres régionaux importants, quand la prééminence de Knossos disparaît, engendre progressivement un contrôle étroit des élites et des communautés locales, qui deviendraient plus dépendantes de ces nouvelles autorités régionales (Borgna 2003b : 158-159). Inversement, sur la base des données funéraires, L. Preston a suggéré qu’il existait différentes bases de pouvoir aux MR IIIA2-IIIB en Crète : dans les centres régionaux, d’abord, dans des centres locaux, ensuite. En effet, selon cette archéologue, les élites des anciens centres qualifiés de second ordre ont profité de l’effondrement de Knossos pour établir et légitimer un pouvoir étendu à une région, tandis que des groupes locaux de haut statut se sont progressivement mis en place. Ces derniers n’entretenaient peut-être pas des liens politiques avec les autres centres régionaux plus importants mais exprimaient le désir de se distinguer socialement, localement ; il s’agit notamment des groupes d’individus qui sont à l’origine de l’édification des tombes monumentales, vraisemblablement isolées dans le paysage, comme à Damania, Margarites, Phylaki, Stylos ou Maleme (Preston 2004a : spéc. 337-341 et Preston 2004c : spéc. 142-143)576. Cette hypothèse ouvre la voie à une géographie politique fragmentée en unités politiques locales (Preston 2004a : 341)577. Faut-il encore expliquer comment fonctionnaient ces communautés locales indépendantes et la nature de leurs rapports avec les élites de centres régionaux bien implantées.

101En Crète centrale-sud, il est vraisemblable que le pouvoir se soit concentré à Aghia Triada, alors que d’autres groupes sociaux de haut statut ont pu être étouffés (Phaistos). La prospérité du centre d’Aghia Triada semble s’être maintenue en se basant sur une exploitation des ressources de la région et sur un développement commercial important qui implique la gestion rigoureuse du port de Kommos. Néanmoins, si les élites du centre régional d’Aghia Triada gèrent cette entreprise économique de manière centralisée – aucun autre centre de cette région ne semble a priori pouvoir rivaliser avec lui –, elles ont dû compter sur les communautés locales dans cette opération. La vitalité dont témoignent les communautés de la région de Kalochorafitis pourrait être un exemple de ces élites locales, dépendantes du centre régional mais qui bénéficient matériellement et socialement de cette dépendance mutuelle, un peu à l’image de ce qui a été proposé pour la période palatiale finale à l’échelle de l’île, entre le pouvoir de Knossos et quelques centres régionaux florissants. La situation prédominante d’Aghia Triada n’a duré qu’un temps, cependant, puisque ce centre politique semble traverser une crise au MR IIIB avant d’être abandonné. En revanche, le site de Phaistos reprend une importance certaine vers la fin du MR IIIB et surtout au MR IIIC, vraisemblablement liée à une fonction cultuelle, fonction que le site endossait déjà à la période proto-palatiale et au MR IB (Cucuzza 2005 : 61).

102En Crète centrale-est, les liens de Malia avec le territoire alentour sont à ce jour impossibles à établir. Ce centre florissant et tourné vers l’extérieur prospère vraisemblablement de manière autonome. Cependant, la progression des fouilles sur le site de Sissi et leur étude permettront sans aucun doute de préciser un pan du fonctionnement de cette région à la période post-palatiale.

103En Crète centrale-sud-est, la lecture d’une géographie politique fragmentée en entités sociopolitiques locales est assez probante. Plusieurs centres, beaucoup plus modestes que Malia, Aghia Triada, Armeni ou La Canée, mais très proches les uns des autres, s’y sont développés en partageant une communauté de traditions culturelles forte, sans que l’un d’entre eux ne se mette toutefois particulièrement en évidence. L’idée d’un contrôle maliote de cette région est peu probable si on se base sur l’examen des cultures matérielles respectives. La prospérité de l’isthme de Ierapetra est continue au MR IIIC.

  • 578 Le vase à étrier inscrit déposé dans une des tombes de la nécropole d’Armeni porte l’anthroponyme (...)

104Une lecture similaire conviendrait particulièrement bien pour comprendre le foisonnement d’initiatives locales identifié dans la région de la Crète centrale-ouest, s’il n’y avait pas l’exception, remarquable, d’Armeni. Là encore, le partage d’une communauté de traditions culturelles a été observé et on pourrait dès lors proposer l’existence d’un système basé sur un centre régional dominant duquel dépendent des communautés locales. La particularité des petites tombes à tholos que l’on ne retrouve que dans la partie sud de cette région, mais qui est partagée par plusieurs sites, oblige toutefois de reconnaître l’affirmation d’une identité culturelle distincte, même si ces communautés locales sont sous le contrôle politique d’un centre supérieur. Dans ce sens, les relations entre la Crète centrale-sud et la région de Crète centrale-ouest à l’époque post-palatiale mériteraient d’être examinées. On manque de traces d’habitat mais le pullulement de tombes dans le nord de la Mesara, au pied du Psiloritis, puis dans la vallée d’Amari, suggère l’investissement de ce couloir de communication par l’intérieur des terres. Le phénomène complexe des petites tombes à tholos ou, par exemple, l’analogie étonnante du décor peint (poulpe) sur une amphore d’Aghia Triada et une larnax trouvée à Réthymnon, pourraient constituer le prélude de cette investigation578.

  • 579 La tombe n° 4 de la rue I. Gavril dans le quartier d’Aghios Ioannis montre toutefois que l’ostenta (...)
  • 580 E. Banou base son hypothèse sur l’étude du mobilier céramique MR IIIA2 de deux tombes fouillées da (...)

105Enfin, certains ont proposé la reconnaissance d’un glissement vers l’ouest au MR IIIB de la géopolitique crétoise. Sur la base des tombes monumentales voûtées en encorbellement de Stylos et Maleme, L. Preston a soutenu le glissement de l’ostentation funéraire vers la Crète occidentale, qui traduirait une domination culturelle et politique de cette région au détriment des autres régions (Preston 2004a : 342). Il faut nuancer cette lecture des données archéologiques. D’abord, cet intérêt pour l’ostentation funéraire n’est absolument pas neuf en Crète occidentale ; les tombes de La Canée en témoignent depuis le MR II, mais aussi la tombe monumentale de Phylaki, par exemple. Ensuite, les initiatives funéraires à Damania ou à Sopatakia, par exemple, vraisemblablement spécifiques à la phase MR IIIB, montrent que la démonstration de prestige au moment de la mort n’est pas du tout exclusive à cette région occidentale de l’île, tandis que la rareté de tombes monumentales et ostentatoires spécifiquement édifiées au MR IIIB dans le centre de La Canée fragilise encore l’argumentation de cette hypothèse579. Pourtant, l’« atelier de céramique de La Canée » est lui une marque plus tangible de la dominance particulière de l’établissement de La Canée en Crète occidentale, avec une production et une diffusion extraordinaires qui connaissent leur apogée au MR IIIB. Sur la base de l’analyse des poteries déposées dans certains contextes crétois post-palatiaux, certains archéologues ont même défendu l’idée selon laquelle l’île entière était culturellement et peut-être économiquement contrôlée par le pouvoir établi à La Canée (Banou 2004)580. Cette interprétation occulte selon moi un pan important de l’organisation régionale de la Crète telle que les données archéologiques des autres régions permettent de la reconstruire. Par exemple, les originalités respectives qui caractérisent tant les coutumes funéraires que la production et la consommation de poterie en Crète occidentale et en Crète centrale-ouest, régions pourtant limitrophes, en sont une illustration éloquente. Ces originalités trahissent des réalités culturelles, sociales et économiques distinctes qui concordent mal avec une domination de l’économie politique crétoise par La Canée. Par contre, l’accueil réservé dans toutes les régions crétoises aux poteries distinctives de La Canée, qui sont déposées dans les tombes à côté des poteries locales, suffit à suggérer le rayonnement culturel dominant de ce centre, que l’on pourrait considérer essentiellement comme un référent idéologique important dans la construction des identités sociales contemporaines.

  • 581 Pomadère 2007 a proposé une définition novatrice de l’étape de l’enfance au sein de l’histoire soc (...)

106Au point de vue de l’organisation sociale précisément, les données archéologiques permettent de suggérer que la population crétoise revient vers une société organisée sur la base de la communauté, où l’unité familiale ou clanique prend son importance, à l’inverse de l’exergue qui était mise davantage sur l’individu et l’appartenance à un groupe social exclusif à la période palatiale finale. Les inhumations collectives dans les tombes à chambre érigées à travers toutes les régions, ainsi que dans les tholos de la région d’Apodoulou où les enterrements semblaient fonctionner sur la base du clan, les cas précis d’un regroupement des cinq enfants et d’une femme adulte en inhumation secondaire à La Canée ou encore l’enterrement simultané de deux adultes et un enfant dans le cimetière de Zapher Papoura à Knossos et peut-être à Olous, voilà un ensemble de signes tangibles de l’importance conférée à la communauté familiale, sans doute élargie (A. Kanta a abordé cette question à propos des tholos de la région d’Apodoulou : Kanta 1997b : 244)581. Les offrandes funéraires ne sont ainsi plus dédiées à un seul individu, mais le fait que les tombes soient rouvertes et collectives suggère que ces objets étaient peut-être collectivement dédicacés à la tombe. De cette manière, le dépôt d’objets en métal n’est plus une démonstration de richesse exclusive mais une possession partagée, peut-être par les membres d’une même famille, d’un même clan (Baboula 2000 : 75). Alors qu’elle constituait un appui hors pair pour la consolidation de l’idéologie de l’élite à la période palatiale finale, la possession du métal, désormais non monopolisée mais transmise en héritage, change de valeur et renforce l’unité du groupe clanique ou familial (Baboula 2000 : 77). Hormis les données d’ordre funéraire, le quartier d’habitation Nu à Malia pourrait être un exemple évocateur d’une organisation sociale de la population crétoise moins fondée sur la famille nucléaire en tant que telle que sur le clan, compris dans ce cas précis comme une unité domestique cohérente qui associe plusieurs unités familiales et dont l’ancrage spatial, les interactions sociales ou les responsabilités économiques sont probablement changeants et encore difficiles à cerner pour nous (Driessen [sous presse a], Driessen [sous presse b], Driessen et Fiasse [à paraître], Driessen, Fiasse, Devolder, Hacıgüzeller et Letesson 2008).

107Enfin, cette lecture du fonctionnement de la société crétoise post-palatiale, à la fois fractionnée et connectée, sous-tend la définition des identités sociales et culturelles contemporaines (Legarra Herrero 2009 propose une approche similaire de la société crétoise à l’époque pré-palatiale). Là où la fusion d’éléments culturels d’origines diverses a pu constituer une stratégie de légitimation d’un nouveau pouvoir politique et social à Knossos au début de la période palatiale finale, cette mixité de références culturelles, à un passé local d’abord et surtout, à des inspirations étrangères ensuite, notamment celles du continent helladique, reflète un processus culturel désormais assimilé. Plutôt qu’une mycénisation contrainte de la société crétoise, il s’agit d’un processus essentiellement endogène, davantage naturel sans être inconscient, qui touche à la définition d’identités sociale et culturelle progressivement élaborées et intégrées. La formulation de ces identités participe à l’internationalisme ambiant, à une koinè culturelle égéenne, dont les palais et les sociétés de Grèce continentale ne sont pas les seuls instigateurs. La production et la consommation de céramique à l’époque post-palatiale illustrent assez bien ce phénomène culturel, y compris l’interaction des régions crétoises elles-mêmes. La céramique post-palatiale manifeste dans le même temps le fondement proprement régional de sa production et de sa consommation. En effet, la disparition d’un référent idéologique central et prédominant peut avoir conduit à une autonomie plus assumée de la société, mais aussi à la multiplication des réseaux relationnels. Dans ce sens, l’ouverture générale de cette société vers les régions extérieures a pu être suscitée par les tensions sociales éventuellement accumulées à mesure d’un repli régional de la société crétoise. Cette prise de conscience d’une diversification des traditions culturelles existantes a pu être un incitateur sérieux à la construction d’identités culturelles plurielles et multi-référencées des différents groupes sociaux qui composaient la population crétoise, quand ces identités se fondaient foncièrement sur un background inhérent au passé local et au passé minoen à l’échelle de l’île. L’identité socioculturelle des habitants de la Crète à la période post-palatiale semble donc se fonder et se construire à deux niveaux : un niveau régional partagé par des communautés locales et un niveau international partagé à l’échelle de l’île.

Notes

413 Un travail à part est celui d’A. Kanta (Kanta 1980) qui, la première, est « sortie » de l’approche « knossocentrique » pour examiner l’entièreté des données archéologiques relatives à la période MR II-III et disponibles en 1980. Il faut aussi mentionner plusieurs études délimitées :
▪ N. Cucuzza a explicitement adopté cette approche dans le cas spécifique du site d’Aghia Triada aux MR II-IIIB, en présentant les données archéologiques « partendo dalla prospettiva inversa, dalla “periferia” » (Haghia Triada) verso il “centro” (Cnosso) », sans ambitionner toutefois, dans la cadre de son étude, « di proporre nuove chiavi di lettura » (Cucuzza 2003 : 264) ; le paragraphe concerné est toutefois inspirant (Cucuzza 2003 : 263-267) ;
▪ À l’échelle locale d’un site, la perspective « périphérie vers le centre » est adoptée par E. Hatzaki dans ses récentes études consacrées à Knossos même : déplorant que l’étude de Knossos au MR III « has been palace-centric and oriented towards solving the dispute over the date of its destruction and preservation of its Linear B archives », elle aspire à relater l’histoire de Knossos à cette époque en se concentrant sur « the town and the surrounding cemeteries » (Hatzaki 2005b : 64-65 ; Hatzaki 2004, Hatzaki 2005b, Hatzaki [à paraître b]) ;
▪ R. A. K. Smith (Smith 2002, 2004, 2005) s’est attaché à analyser les variations régionales de la céramique en Crète aux MR II-IIIB en comparant les ensembles funéraires de céramique de Knossos et de Mochlos-Myrsini (Crète orientale) ; cette étude pallie ainsi également l’approche knossocentrique ;
▪ Dans son étude consacrée aux pratiques funéraires aux MR II-IIIB, L. Preston a envisagé une telle perspective à l’échelle de l’île pour les phases MR IIIA-IIIB, en débutant toutefois sa recherche par une analyse des tombes knossiennes à l’époque palatiale finale (Preston 2004a : 331-342) ;
▪ Enfin, on note aussi des travaux qui ont explicitement abordé cette approche « centre-périphérie » : Banou et Rethemiotakis 1997 ; Driessen 2001a ; sur le continent helladique contemporain : De Fidio 1987. Considérant le palais et les communautés de village dans le royaume mycénien de Pylos, P. De Fidio a suggéré de considérer ces deux entités « in terms of an intense and dynamic relationship, and not as static opposites, as a reality in transition in which the palace acts as stimulus and a force accelerating the processes of transformation and the creation of hierarchies that had been taking place already for some time within the local communities » (De Fidio 2001 : 23).

414 Cf. II. 3. La chute de Knossos, les tablettes en Linéaire B et l’arrivée des Mycéniens en Crète : une controverse de plus d’un demi-siècle.

415 On rappelle, en accord avec ce qui a été dit plus haut (cf. III. 1. L’occupation de l’île : séquences chronologiques, modalités et divisions géo-topographiques), le choix délibéré de ne pas présenter des sites dont les données ne sont pas situées chronologiquement au sein des phases MR II-IIIB. Quelques exceptions ont toutefois été retenues, à savoir :
▪ Des sites qui sont invariablement datés du « MR III », sans plus de précision, principalement en raison de leur fouille ancienne et/ou des manquements dans leur publication, mais qui sont importants par leur taille et/ou la qualité des trouvailles ;
▪ Des résultats de prospections archéologiques, voire de découvertes fortuites, associés à de la céramique souvent peu diagnostique et dès lors approximativement datée, mais mentionnés ici car ils témoignent d’une occupation cruciale, par exemple, une trace d’habitat proche d’un cimetière important qui n’a pu être lié à aucun établissement, ou un signe d’une occupation dans une zone archéologiquement mal connue.

416 On peut par ailleurs relever le même problème en ce qui concerne le terme de telles occupations : début, milieu ou fin de la phase MR IIIB.

417 « Because of difficulties in distinguishing among local Cretan productions between LM IIIA2 and LM IIIB Early, ceramic deposits contemporary to the MUM Pits 8, 10-11 Group (le groupe céramique « fossile » MR IIIA2 à Knossos) have often been termed LM IIIA2/B » (Hatzaki 2007b : 233).

418 L. Preston, dans son étude des pratiques funéraires à Knossos aux MR II-IIIB, a pris le parti de considérer toutes les tombes utilisées au MR IIIA2 comme appartenant à la phase post-palatiale, en insistant sur la nécessité de garder en mémoire que certaines d’entre elles pouvaient avoir été érigées et utilisées dès l’époque palatiale finale, avant l’effondrement de Knossos ; elle ne revient cependant pas sur ce point par la suite, dans son interprétation (Preston 2004a : 325, n. 35).

419 Cf. II. 3.3.1. La chute de Knossos et les tablettes en Linéaire B.

420 Cette perspective est déjà avancée dans les études majeures de Kanta 1980 ; Hayden 1981 ; Hayden 1987 et particulièrement sous-jacente aux travaux plus récents de Driessen 1998-1999 ; Driessen et Schoep 1999 ; Preston 1999 ; Smith 2002 ; Smith 2005 ; Preston 2004a et aux différentes communications publiées dans D’Agata et Moody 2005, comme celle de D’Agata 2005 ou Tsipopoulou 2005a, ainsi qu’aux commentaires de différents spécialistes qui suivent la communication de Banou 2005, dans le même ouvrage.

421 Cf. II. 3. La chute de Knossos, les tablettes en Linéaire B et l’arrivée des Mycéniens en Crète : une controverse de plus d’un demi-siècle.

422 La présence de céramique importée du continent dans des contextes crétois MR IB est non négligeable (Driessen 1998-1999 : 97-98). Dans le cas inverse, les exemples les plus fameux sont bien entendu les objets minoens retrouvés dans les tombes à fosse de Mycènes. Ces contacts, semble-il assez soutenus entre le continent et la Crète au cours de l’époque néo-palatiale, peuvent suggérer la présence sur l’île d’individus originaires du continent, au moins dans les contextes portuaires (Schofield 1996 ; voir aussi Dickinson 1984 ; Hägg 1984 ; Demakopoulou 2004 avec références ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 684, 669, 861). J. C. Wright a suggéré que les pièces d’artisanat minoen déposées dans les tombes à fosse de Mycènes proviennent d’un échange entre l’élite mycénienne et les palais minoens contre des mercenaires mycéniens destinés à défendre les intérêts minoens sur la mer ; de là, ces gens du continent étaient peut-être accueillis au sein des palais minoens et ainsi initiés aux us crétois, comme par exemple les cérémonies organisées autour de la consommation de boissons, rituel social et politique spécifique à la Crète (Borgna 2004), qu’ils importent ensuite sur le continent (Wright 1995 : 292).

423 O. T. P. K. Dickinson souligne et commente le fait que la définition de ce qui est strictement mycénien, minoen, ou plus généralement égéen, à partir des données archéologiques, demeure dans de nombreux cas l’objet d’avis contraires dans les études scientifiques. Il ajoute que les arguments en faveur d’une mycénisation de la Crète basés sur l’examen des innovations rencontrées dans le matériel archéologique des MR II-IIIA1, surtout à Knossos, ont été tellement répétés qu’ils sont devenus des clichés (Dickinson 1996) ; ceci peut ouvrir la porte à des postulats de départ non fondés et à des généralisations simplistes dans la recherche archéologique.

424 Cf. ci-dessous, 2.1. Le « centre » ou qui prend la tête de Knossos ? Nouvelles identité culturelle et expression de pouvoir à Knossos aux MR II-MR IIIA2.

425 Jones 1997 : 29s., dans le cas précis de l’étude de la romanisation des régions d’Europe septentrionale. Voir toutefois la retenue critique de Emberling 1999 : 126 quant au développement argumenté de S. Jones.

426 Au terme de la première édition de l’ouvrage collectif Rethinking the Mycenaean Palaces (Galaty et Parkinson 1999), Cherry et Davis 1999 : 93 soulignaient le peu de mention de la « Crete’s Mycenaean kingdom » dans les différentes thématiques abordées par cet ouvrage. La contribution de Driessen et Langohr 2007, dans la seconde édition de Rethinking the Mycenaean Palaces, a tenté de pallier ce manque. On notera cependant que cette « Crete’s Mycenaean kingdom » avait été prise en compte dans certaines des contributions qui composent l’ouvrage de Voutsaki et Killen 2001, Economy and Politics in the Mycenaean Palace States, par exemple celles de De Fidio 2001, Driessen 2001, Halstead 2001 et Sherratt 2001.

427 Une des principales conclusions du colloque Ariadne’s Threads. Connections between Crete and the Greek Mainland in Late Minoan III (LM IIIA2 to LM IIIC) (D’Agata et Moody 2005) fut la fructueuse observation que les spécialistes de la Crète (ici dans le contexte de l’époque post-palatiale) étaient souvent tentés de voir les caractéristiques et influences mycéniennes sur le mode de vie des Crétois (architecture, poterie, coutumes funéraires, iconographie, etc.) comme le signe de la présence, influente, d’une population arrivée du continent et installée à proximité ou au sein de ces communautés. Les spécialistes du continent helladique n’ont cessé d’insister sur le fait que ces caractéristiques, tenues pour indices probants d’une présence physique mycénienne, étaient, dans plusieurs cas, loin de se conformer intégralement avec les habitudes et particularités propres de cette population sur ses terres, en termes d’architecture, coutumes funéraires, us cultuels, etc.

428 Sur la question du rapport entre archéologie et ethnicité, et les problèmes méthodologiques qui en compliquent l’approche, consulter les apports substantiels des études de Jones 1997 ; Emberling 1997 ; Hall 1997 ; Hall 2002. L’étude de cas de J. M. Hall pour aborder cette question est celle du monde grec pris dans sa globalité. Un des apports majeurs de ces études est la mise en garde contre une conception des groupes ethniques comme des entités figées. Hall 1997 insiste en particulier sur la filiation de la descendance et de la parenté (descent et kinship) dans la définition de l’identité ethnique, ainsi que sur les discours oraux et écrits (les mythes) qui représentent selon lui le lieu précis de la construction de l’identité ethnique ; aussi, les différentes formulations d’une culture matérielle, mises en évidence par l’archéologie, ne sont pas partie constituante de l’identité ethnique d’un groupe, mais plutôt la symbolisent, l’expriment. Dès lors, la démarche archéologique ne permettrait aucun accès direct aux définitions conscientes qui forgent un groupe ethnique (Hall 1997 : 131). De manière peut-être extrême, J. M. Hall a même argumenté que les « artefacts never served as defining criteria of ethnic identity in the past » (Hall 1997 : 142 ; emphase originale) contra Emberling 1999 : 127 qui nuance cette affirmation en soulignant que si la culture matérielle n’était sans doute pas primordiale dans la définition de l’identité ethnique d’un groupe, il n’est pas établi qu’elle n’ait jamais été concrètement utilisée dans un tel processus identitaire. Consulter également Dietler et Herbich 1994 ; Day, Wilson et Kiriatzi 1998 (avec références) ; Knapp 2001.

429 Certains spécialistes ont toutefois explicitement reconstruit des affiliations culturelles puis ethniques sur la base du matériel archéologique qui concerne la Crète aux MR II-IIIB : Popham, Catling et Catling 1974 : 253 ; Driessen et Macdonald 1986 : 66-68 ; Haskell 1997a ; Kallitsaki 1997 ; D’Agata 1999b : 51-54 ; d’autres se sont posé la question d’une telle équation (archéologie-ethnicité) dans le cadre du monde égéen ; dans les faits : Hood 1980 ; Driessen et Farnoux 1994b ; Dickinson 1996 ; Brogan, Smith et Soles 2002 ; ou en théorie : Renfrew 1996 ; Sherratt et Sherratt 1998 (dans le cadre plus large du bassin méditerranéen) ; Bennet 1999 ; Bennet et Davis 1999 ; Bennet 2002 ; Sherratt 2005. Un des problèmes fondamentaux d’une telle approche est le risque d’imposer notre propre présent sur le passé, en proposant une interprétation du fonctionnement de l’ethnicité dans le cadre des sociétés anciennes à travers l’usage, conscient ou non, de nos propres conceptions des structures sociales et politiques (Merrillees 2003 : 372) ; le problème peut s’avérer sans fin si on soutient que la revendication même d’une démarche archéologique objective, qui vise une interprétation empirique du passé, est elle-même politique et non neutre (Jones 1997, contra Emberling 1999 : 126).

430 Relever la présence physique en Crète d’objets importés de Grèce continentale pour appuyer un changement ethnique s’avère peu convaincant, les Mycéniens se faisant « archéologiquement discrets » sur l’île, comme le suggère l’examen de Farnoux et Driessen 2000 : 431-433 et Driessen 2000 : 11. Une étude d’un tout autre type est celle d’A. Nafplioti, qui a abordé la question de l’origine géographique des individus qui prennent la tête de Knossos au MR II à partir d’analyses isotopiques du strontium contenus dans l’émail des dents et les os de huit individus enterrés dans de riches « tombes de guerriers » à Knossos (Nafplioti 2008). Les résultats de son analyse soutiennent que chacun de ces individus est né dans la région de Knossos.

431 On laisse de côté, d’une part, la mention des Kretes et des Iawones dans les sources écrites contemporaines (tablettes en Linéaire B) et, d’autre part, les commentaires relatifs à l’hellénisation de la Crète dans les sources historiques grecques plus tardives. Ces questions ont été traitées assez largement par Driessen 1998-1999 : 84-92. On notera par ailleurs que L. Sjögren a récemment questionné la réalité historique des Etéocrétois de la Crète orientale ainsi que leur reconnaissance comme un groupe ethnique séparé et suggéré qu’il s’agissait d’une construction littéraire d’auteurs de l’Antiquité (Sjögren 2006-2007).

432 Sur les rapports et différences entre identité culturelle et ethnicité et la question de la définition de l’identité par un groupe social, consulter Georgiadis 2003 : 16-19, Mac Sweeney 2009. Knapp 2007 discute de l’identité sociale dans le contexte précis de l’insularité en Méditerranée à l’Âge du Bronze.

433 Considérant l’identification de la culture minoenne en tant que telle dans le contexte élargi des interconnections entre « états » et « dirigeants » en Egée au début du 2e millénaire av. J.-C., A. et S. Sherratt avaient observé : « it would be wrong in these circumstances to think of autonomous local cultures (e. g. the Minoans) sending “their” craftsmen to foreign parts : the elite style was international in its origin – “route-centred” more than originating in any one territory » (Sherratt et Sherratt 1998 : 339, n. 50). Sur l’utilisation des termes « minoen » et « mycénien », voir Bennet 2002. En dernier lieu : « […] it is important to understand why particular cultural traits have a specific spatial distribution in a specific place for a specific reason. […] we should reject any a priori assumptions for the existence of ethnic identities which were expressed passively on the existing material culture (Papadatos 2007 : 424).

434 Parler d’identité sociale permet une approche plus globale et moins circonstanciée d’une société que le phénomène de l’ethnicité, qui est néanmoins lui-même une des manifestations de cette identité sociale, au même titre que la classe/le statut ou le sexe (Skvorec Colburn 2003 : 18, n. 44). L’identité sociale est définie comme l’établissement systématique, entre des individus, entre des collectivités, et entre des individus et des collectivités, de relations de similarité et de différence (Jenkins 2000 : 4). Elle relève d’une implication consciente qui dépasse la simple interaction économique entre les groupes, les sociétés. Ainsi, la consommation de la culture matérielle, dans ses similarités et ses différences, peut avoir consisté en un emblème, un symbole, qui était effectivement utilisé pour communiquer cette identité entre les individus et entre les groupes (Hodder 1982 ; Douglas et Isherwood 1996).

435 Parmi l’immense littérature consacrée à ce sujet, on peut pointer, en ce qui concerne le style et l’iconographie, les différentes contributions rassemblées dans Conkey et Hastorf 1990, ainsi que dans Preziosi 1998 ; consulter aussi Dietler et Herbich 1994, Dietler et Herbich 1998 et Gosselain 1998 au sujet du style et des techniques de production. Enfin, sur les rapports entre modes de consommation et identité sociale : Dietler et Hayden 2001 et, plus particulièrement sur le monde égéen à l’Âge du Bronze, Wright 2004a.

436 Ce titre s’inspire de celui de l’article de Driessen et Schoep 1999 : The Stylus and the Sword. The Role of Scribes and Warriors in the Conquest of Crete.

437 L’hypothèse d’un mariage dynastique va dans ce sens (cf. II. 2. Les destructions à la fin du Minoen Récent IB).

438 J. Driessen (Driessen 1998-1999 : 100) a avancé des parallèles historiques à son explication du scénario crétois : Shulgi, Ahmose, Ugarit au 14e s. av. J.-C., Charlemagne, Atatürk, autant de cas où un individu gouvernant a introduit des réformes sérieuses dans l’organisation économique, administrative, territoriale et fiscale de son état, y compris le changement des pratiques et de la langue de l’administration, dans une démarche de contrôle plus drastique de l’appareil politique et, le cas échéant, dans le but d’annihiler les aspirations menaçantes des élites autour. Ces exemples montrent en outre que de telles mutations peuvent être portées par un seul individu dominant.

439 On peut remarquer que cette première forme de grec parlée sur le continent n’était peut-être pas foncièrement différente de la ou des langue(s) que les Minoens parlaient et utilisaient dans leur administration en Linéaire A (Renfrew 1998).

440 Les travaux qui ont permis de définir cette organisation économique spécifique régie par l’administration de Knossos à l’époque palatiale finale sont essentiellement ceux de : Driessen 2001a ; Halstead 1981 ; Halstead 1990 ; Halstead 1996-1997 ; Halstead 1998-1999 ; Halstead 1999a ; Halstead 2001 ; Killen 1984 ; Killen 1993a ; Killen 1998 ; Greco 2002.

441 Il est très probable que cette mise en exergue de l’individu et de la puissance personnelle est un processus social et politique qui s’amorce dès la phase MR IB (Drappier et Langohr 2004). Les tombes MR I dégagées à Poros sont un bon exemple archéologique des balbutiements de ce déplacement de l’unité sociale vers l’individu à l’époque antérieure, quand le choix de certains types d’offrandes semble mettre en exergue le statut de l’individu, mais quand les inhumations sont encore tout à fait communautaires.

442 Une exception remarquable est celle du cimetière de Poros avec, notamment, ses quelques tombes richement fournies en objets de prestige et armes de bronze (Muhly 1992 ; Dimopoulou 1999).

443 Contra W.-D. Niemeier qui a défendu l’idée que les nouvelles pratiques funéraires opérées en Crète à partir des MR IB-MR II ont toutes des antécédents indigènes (Niemeier 1983 : 226 ; Niemeier 1985 : 204-216).

444 Le fait que des « tombes dotées d’objets en bronze » ont été aménagées en Crète occidentale et en Crète centrale-sud au même moment que celles de Knossos a déjà été relevé ; il est commenté ci-dessous, dans le cadre de la « périphérie » (cf. ci-dessous, 2.3. La « périphérie » ou que dire du fonctionnement des communautés locales, régionales, aux MR II-IIIA2 ?).

445 L’éclectisme et la diversité des formes et des sources d’inspiration dont témoignent les tombes knossiennes MR II-IIIA2 ont été exposés et exemplifiés dans la section consacrée à « Knossos ». Ils concernent le lieu de l’enterrement (lieu vierge et proéminent dans le paysage ou anciens cimetières), la forme de la tombe (tombe à chambre, tombe à puits, tombe à niche, plus rarement tombe voûtée en encorbellement, tombe à fosse et une tombe à tholos), la disposition du corps (sur une civière en bois, dans une larnax, sur une banquette ou simplement sur le sol), les types d’offrandes (abondance de vaisselles en céramique et/ou petit/grand groupe d’objets en métaux précieux, parfois des armes, et/ou d’objets de prestige, parfois importés).

446 L. Preston critique les « overly straightforward equations of burial practices with ethnic identities » qui sous-tendent les études cherchant à démontrer la présence de Mycéniens en Crète, soit à partir du MR II, soit à partir du MR IIIA2 (Preston 2004a : 322). Elle soutient que « a purely invasionist interpretation of these changes will not in itself explain the remarkable degree of cultural eclectism and experimentation evident in some of these tombs » (Preston 2004a : 326).

447 La base de son raisonnement est que les développements particuliers que connaissent les pratiques funéraires à Knossos aux MR II-IIIA2 sont susceptibles de mettre en évidence des changements qui touchent au symbolisme de l’élite et, de là, plus largement, à la géopolitique de la Crète à cette période du Bronze Récent.

448 L’absence, a priori, de pratiques funéraires ostentatoires à l’époque néo-palatiale suggère que cette sphère d’activité de la société crétoise n’était pas exploitée par les élites comme une forme d’affirmation de statut (Dimopoulou 1999).

449 Consulter, en dernier lieu, les excellentes mises au point de Keswani 2004 : 6-21 et Keswani 2005 : 341-343 sur les rapports entre rituels funéraires, structures sociales et identités culturelles, et les approches théoriques les concernant.

450 En ce qui concerne ce dernier cas, l’hypothèse qu’il s’agisse de tombes de femmes de haut statut, et donc d’une distinction des genres, a été posée (Driessen et Macdonald 1984 : 66, n. 95).

451 La prise en compte des nombreuses différences qui caractérisent les tombes knossiennes MR II-IIIA2 comme pouvant refléter la composition mixte de la nouvelle classe dirigeante est d’abord celle de M. R. Popham dans Popham, Catling et Catling 1974 : 253 ; Matthäus 1983 ; Driessen et Macdonald 1984 ; Kilian-Dirlmeier 1985 ; Hewitt 1993. J. Driessen a explicitement distingué différentes sortes d’élites à Knossos (Driessen 1992).

452 La présence dans certaines tombes d’un équipement important de vaisselles, parfois de batteries de cuisine colossales (par exemple, la tombe 14 de Zapher Papoura : Evans 1906b : pl. 89), dont les grands chaudrons de bronze sont les exemples les plus parlants, devait sans doute rappeler que le défunt avait été capable d’organiser ce genre de grands banquets de son vivant (Wright 2004b : 26-27, 38, 40). La vaisselle à boire évoque plus particulièrement les cérémonies centrées sur la consommation de boisson, dont le rôle social et politique est incontestable (Borgna 2004 ; Wright 2004b : 27 qui nuance les portées respectives des cérémonies organisées autour de la boisson et des banquets) ; en matières précieuses et utilisés dans un cercle de compagnons privilégiés, l’impact idéologique que véhiculaient ces vases à boire sort renforcé.

453 Baboula 2000 considère cet amassement colossal d’objets en bronze de prestige dans les tombes des hauts dignitaires de l’élite knossienne comme des « trésors de signification rituelle » (ritual hoards), qui ne sont a priori pas faits pour être découverts un jour : « a form of social storage of wealth serving a purpose of balance among competing people and institutions. What burials provide for metal is a formal ambience for its consumption with a highly symbolic language, which lends itself to manipulation in order to generate and maintain power » (Baboula 2000 : 75). En ce qui concerne la période néo-palatiale précédente, la démonstration de prestige s’exprime d’une manière très différente, manifestée surtout dans les actes cérémoniels célébrés au sein des palais (Boulotis 1987). Voir aussi Keswani 2004 et Keswani 2005 au sujet du symbolisme de prestige et de l’acquisition d’objets précieux étrangers à Chypre au Bronze Récent ; cette spécialiste soutient que « the influx of foreign goods and prestige symbolism in Cyprus during the latter part of the Middle Cypriot period promoted important transformations in local ideologies of prestige and the development of new social hierarchies based on the control of copper production and trade » (Keswani 2004 : 136).

454 Sherrat et Sherrat 1991 ajoutent que ces huiles d’olive parfumées ont pu être utilisées pour oindre les textiles de luxe dont se revêtaient les élites. Contenues dans les vases à étrier miniatures, poteries souvent déposées dans les tombes, elles jouaient sans doute également un rôle dans les rituels funéraires, peut-être en parfumant les linceuls (Perna 2001 : 127) ; il s’agissait très probablement d’une autre marque de prestige, ouvertement affichée.

455 J. Bennet a relevé que l’administration knossienne contraste avec l’administration pylienne en Grèce continentale qui enregistrait les intérêts d’un bien plus grand pourcentage de sites que Knossos, alors que le territoire de Pylos était plus petit, peut-être de moitié ; l’administration de Pylos devait superviser les activités économiques d’un nombre bien plus important de petits centres (Bennet 1995).

456 Six toponymes ont été assez certainement localisés, de par leur similarité homophonique avec les noms historiques de sites crétois : ko-no-so (Knossos), a-mi-ni-so (Amnissos), tu-ri-so (Tylissos), a-pa-ta-wa (Stylos ou environs, à proximité de Aptara, site historique), ku-do-ni-ja (La Canée), pa-i-to (Phaistos ou Aghia Triada). Voir Driessen 2001a : 100 pour la suggestion de quelques identifications supplémentaires. Wilson 1977 et McArthur 1993 sont les deux études majeures qui se sont appliquées aux différents regroupements de toponymes par proximité géographique, sur la base de l’analyse de toutes les archives knossiennes. Enfin, on peut déjà énoncer ici que la Crète orientale a été présentée comme ne faisant pas partie des intérêts de l’administration knossienne en Linéaire B, parce qu’aucun des toponymes mentionnés dans les tablettes knossiennes ne peut a priori être connecté de manière convaincante avec un centre de Crète de l’Est (Bennet 1987b) ; cette observation sera commentée dans l’ouvrage à venir, consacré à cette région.

457 Ce système très structuré aurait succédé à et tiré profit de l’organisation décentralisée de l’administration néo-palatiale.

458 M.-L. B. Nosch attire l’attention sur le fait que, à la différence par exemple de la royauté de Pylos, les centres crétois impliqués dans l’entreprise économique de Knossos ne doivent pas fournir une gamme standardisée de produits. Il existait vraisemblablement en Crète une distinction entre les types de contribution qui semblent avoir été liés à des centres spécifiques (par exemple, différents types de textiles), sans que ces centres ne soient toutefois particulièrement spécialisés en un seul type de production (Nosch 2001 : spéc. 43).

459 La région C dans Driessen 2001a, qui compose environ 10 % des toponymes mentionnés dans les tablettes de Knossos et représente vraisemblablement la région centre-est de l’île, celle du Lasithi et du Golfe de Mirabello.

460 Cette reconstruction se base notamment sur le fait que les tablettes de la Pièce aux Tablettes de Chars (terminus ante quem MR IIIA1) ne contiennent que très peu d’inventaires de moutons et de textiles mais font abondamment référence à l’appareil militaire ; elles ne font en outre mention que d’un nombre restreint des toponymes connus par ailleurs (5 %), a priori cantonnés à la région de Knossos (Driessen 2001a : 103, n. 33). L. Preston a également proposé de voir le déclin progressif de l’ostentation et de l’expérimentation funéraires à Knossos qui s’amorce dès la phase MR IIIA1 comme le reflet d’une hiérarchie politique plus stable et d’une unité idéologique plus ou moins accomplie au sein de l’élite sociale et politique (Preston 2004a : 329-330).

461 Les termes d’« hybridation culturelle », de « fusion créative » d’éléments culturels d’origines diverses, de « syncrétisme » de référents culturels, reviendront dans le développement de cette analyse interprétative ; ils ont été exposés plus haut.

462 La fresque des deux griffons disposés de manière antithétique de part et d’autre du trône de la Salle du Trône est possiblement une réalisation du MR II (ou du MR IB ?) (Macdonald 2005 : 116).

463 Cette iconographie – et sans doute les activités qu’elle évoque – est reprise par la suite par les palais mycéniens sur le continent.

464 On a attiré l’attention sur les activités funéraires spécifiques pratiquées à Poros aux MR IA et MR IB (Muhly 1992 ; Dimopoulou 1994 ; Dimopoulou 1999 ; voir aussi Rethemiotakis et Dimopoulou 2003 : 22 pour la réflexion sur la propriétaire de la bague en or MR IB de la « Sacred Mansion » retrouvée récemment à Poros) ; si des marchands venus du continent sont, au minimum, indirectement responsables de la présence de certains objets en métaux précieux déposés dans ces tombes (dont des armes), il n’est pas exclu que l’explication de ces nouvelles pratiques en Crète soit à chercher du côté de la négociation, ici ritualisée dans la sphère funéraire, du statut social.

465 Certains spécialistes ont développé une interprétation similaire des données archéologiques, mais qui soutient qu’il s’agit d’une initiative mycénienne, sans considérer que des Crétois aient pu participer à ce processus (en dernier Burke 2005, à propos d’Aghia Triada).

466 Par exemple, sur la fresque du Siège Pliant, la représentation du gobelet tronconique minoen à côté de la kylix ou, sur cette même fresque, le thème traditionnel crétois du banquet, individualisé par la représentation des individus par paires et non en groupes. Dans la sphère funéraire, ces pratiques sont évoquées par le dépôt dans les tombes de nombreuses poteries liées à la consommation de boissons ; la majorité de ces ensembles de céramique font se côtoyer des formes d’origine minoenne et des formes d’inspiration extérieure, synonymes de la nouvelle identité culturelle (contra D’Agata 1999a : 195-196 ; voir Preston 2004a : 330, n. 45).

467 Consulter aussi Killen 1994 qui, sur la base des données de Knossos, Pylos et Thèbes, suggère l’existence de state banquets, sponsorisés par et organisés pour les hautes « magistratures » ; voir les nuances de Wright 2004b : 33 ; Wright 2005 : 100-101.

468 Y. Hamilakis a émis l’hypothèse que la centralisation politique en Crète à l’époque palatiale finale a pu provoquer un déclin de la compétition entre factions régionales, qu’il distingue à l’époque néo-palatiale lorsqu’elle se manifestait par la célébration répétée de banquets communautaires ; la pratique rituelle de la consommation de boissons, sans aucun doute alcoolisées, serait après l’époque néo-palatiale une pratique limitée essentiellement à l’environnement aristocratique du pouvoir central à Knossos (Hamilakis 1999 : 49). Cette interprétation ne répond que partiellement aux données archéologiques ; rien qu’à Knossos, on retrouve les allusions à ces pratiques par le dépôt de nombreux vases à boire auprès de défunts inhumés dans des tombes modestes au cours des MR II-IIIA2, qui ne comportent pas spécialement les nouveaux insignes de pouvoir et de statut. Que ces ensembles funéraires soient l’évocation d’un banquet offert aux défunts lors des funérailles ou bien d’un banquet qu’il pourra perpétuer dans l’au-delà, si une telle croyance existait, ils témoignent de la signification que conserve la consommation de boissons dans la définition de l’identité sociale et culturelle (Hamilakis 1998). Par conséquent, ce n’est pas tant la pratique rituelle de la consommation de boissons qui est monopolisée par la nouvelle élite knossienne, mais bien l’accès aux nouveaux attributs de pouvoir et attitudes de prestige qui sont donnés à celle-ci (par exemple, l’accès à des kylix réalisées en métaux précieux).

469 Sur la Porte des Lions à Mycènes, et certainement sous la forme de reliefs sculptés qui cachaient les triangles de décharge du stomion des tombes à tholos de l’HR IIIB, comme le Trésor d’Atrée ou la Tombe de Clytemnestre (J. B. Rutter : http://projectsx.dartmouth.edu/classics/history/bronze_age/lessons/les/19.html).

470 La distinction des sphères idéologique, politique et économique prend tout son sens dans l’interprétation du fonctionnement des sociétés anciennes, notamment l’importance de la référence à des actes symboliques : dans le processus de formation et de consolidation d’un état, quand le contrôle économique et politique régional n’est pas encore assis, la sphère idéologique est une source de pouvoir déterminante (Knappett 1999 : spéc. 619-620, s’appuyant sur Southall 1991).

471 Macdonald 2005 : 230s. soutient que l’administration knossienne en Linéaire B au sens propre ne se développe réellement qu’à partir de 1375 av. J.-C. (début de la phase céramique MR IIIA2), lorsque le pouvoir knossien se met à la tête d’un empire économique. Il suggère que l’étage de l’Aile Ouest du palais était, aux MR II-IIIA1, destiné essentiellement à des cérémonies d’apparat, jusqu’à ce que sa fonction change au début du MR IIIA2 et qu’il devienne le lieu d’activités administratives. Cette lecture permet de soutenir que l’élite knossienne s’est d’abord et surtout concentrée sur la définition et la légitimation de sa nouvelle identité, avant de développer son appétence économique, une fois le pouvoir politique et social stabilisé.

472 Il n’est pas paradoxal d’envisager le début de la phase MR IIIA2 comme une période de stabilité politique, juste antérieure à la destruction majeure et quasi-définitive du palais et de la ville de Knossos. En effet, quels que soient les individus responsables de cette destruction et leurs motifs, rien au point de vue archéologique ne laisse a priori présager les tensions ou l’imminence d’une attaque qui menaceraient le palais : aucune entreprise architecturale de défense n’est vraisemblablement érigée autour du palais ou de la ville de Knossos (contrairement à ce qui a pu être reconnu pour plusieurs sites au cours de la phase MR IB : Driessen 1995) et l’analyse du contenu des archives du palais ne laisse pressentir aucun signe perturbateur nécessitant une réorientation de l’organisation économique.

473 Dans le quartier de Chalara, toutefois, une occupation prolongée au MR II de l’habitat néo-palatial a été envisagée, qui précède la destruction puis la réoccupation du quartier aux MR II-IIIA1. Cette alternative au scénario traditionnel d’une destruction MR IB suivie par une réoccupation timide des ruines au MR II a aussi été proposée pour le site de Kommos (voir ci-dessus, Phaistos et Kommos).

474 A. L. D’Agata étudie la céramique des anciennes fouilles d’Aghia Triada liée aux époques palatiale finale et post-palatiale et E. Borgna, celle du quartier de Chalara à Phaistos (Borgna [à paraître]).

475 Commentaire d’A. Kanta à la suite de la communication de D’Agata 2005, dans D’Agata et Moody 2005 : 140.

476 Militello 1998 : spéc. 77-88, 341-342.

477 Une poterie MR II à Kommos est présentée comme une importation de La Canée par J. B. Rutter.

478 Le toponyme a-pa-ta-wa est mentionné sur une des tablettes de la Pièce aux Tablettes de Chars, en rapport avec du bétail (Driessen 2000 : 205, n. 20, 211).

479 En ce qui concerne la phase MR II, il s’agit du don d’une table à offrandes et d’autres poteries.

480 Julien Zurbach, commentaire personnel. Il insiste sur le fait que cette absence de reconnaissance d’une occupation MR II de la région peut évidemment s’expliquer par la méconnaissance actuelle de la céramique commune MR II-IIIA1 produite localement.

481 Observation personnelle de l’auteur.

482 Alors que les palais et les édifices spécifiques, revêtant une fonction officielle ou des signes d’autorité ou de richesse, ont été spécialement visés par les destructions à la fin du MR IB, d’autres bâtiments environnants, de nature domestique ou artisanale, ont été épargnés ; le port important de Kommos, par exemple, a totalement échappé à cette vague de catastrophe. Cela pourrait suggérer que la population en général n’ait pas particulièrement été une cible de ces attaques.

483 Cette hypothèse ne nie pas le fait que le contraste entre Knossos et les autres régions au MR II est immense et que les dirigeants de Knossos ont certainement cherché à intégrer certains de ces groupes régionaux dans un système unifié et à obtenir leur allégeance à certains niveaux. Toutefois, on ne peut rien dire a priori de la mise en place, dès le MR II, d’un système économique organisé et centralisé à partir de Knossos. En effet, les tablettes de la Pièce aux Tablettes de Chars concernent essentiellement le domaine militaire, révélant une élite multifonctionnelle, fortement liée à la distribution massive d’un équipement guerrier élite, et si elles traitent de quantités importantes de denrées, très peu de données dans ces tablettes laissent penser que le système des collecteurs, fonctionnaires régionaux attachés à Knossos qui géraient localement ses avoirs, existait déjà au MR II (Driessen 1992).

484 Un cas édifiant est par exemple celui de Watrous et Blitzer 1997 : 512 qui, proposant une reconstruction historique de la Crète centrale (de Knossos à la Mesara) aux MR II-IIIB1, parlent des destructions d’Aghia Triada, Phaistos et Kommos au début du MR IIIA2 comme corollaires historiques à la chute de Knossos. En réalité, aucune donnée archéologique relative à ces sites ne témoigne d’un événement catastrophique à ce moment précis (cette observation a pu être confirmée auprès de l’archéologue N. Cucuzza qui fouille à Aghia Triada et qui, ni sur ce site, ni sur celui de Phaistos d’ailleurs, n’a repéré de signes clairs de destructions au début du MR IIIA2 ; pour Kommos, aucune mention de destruction au début du MR IIIA2 dans le dernier volume de Shaw et Shaw 2006). Plus récemment, lors du colloque Ariadne’s Threads, C. Shelmerdine, répondait à la communication de A. L. D’Agata à propos d’Aghia Triada et à la question d’un possible modèle pour expliquer l’organisation politique des régions crétoises aux époques palatiale finale et post-palatiale. Elle soulignait le contraste entre, d’une part, le peu de marques de prestige et de redressements sur les sites « de seconde ordre » d’Aghia Triada, Kommos et Phaistos aux MR IIIA1-début MR IIIA2 où les « standards de vie » seraient en net déclin et, d’autre part, les signes – entre autres présumés – de reconstructions et de prospérité sur le site de La Canée dès le début du MR IIIA1 (Shelmerdine 2005 : 132). Selon moi, si on s’efforce de prendre en compte la palette la plus large et la plus récente des données archéologiques concernant ces différents sites, il est évident que la Mesara est très loin d’être une région en déclin aux MR IIIA1-début MR IIIA2, et même peut-être déjà au MR II, et n’a rien à envier à la Crète occidentale et à La Canée ; ceci contraste avec les propos tenus par C. Shelmerdine, bien qu’elle soulignait elle-même l’importance « to insist from the start on a regional perspective in weighing the archaeological evidence » (Shelmerdine 2005 : 132).

485 P. Halstead met fortement en doute en effet que ces mâles châtrés aient été destinés à une production de laine en dehors du circuit palatial, économiquement peu viable à l’échelle locale. Voir aussi Day et Relaki 2002 : 226-227 qui insistent sur le fait que ces béliers castrés n’étaient probablement pas non plus consommés dans le cadre de la subsistance familiale uniquement.

486 L’usurpation des « institutions » communautaires locales par le palais, pour mobiliser les ressources et intervenir de manière active dans la production à l’échelle locale, semble être une particularité essentiellement attestée dans les tablettes de Pylos et donc relative à l’organisation des palais mycéniens sur le continent, mais étrangère, a priori, du système knossien (Halstead 2001 : spéc. 40 pour la distinction des sources écrites).

487 « Indeed, the evidence may suggest that the Knossian kingdom took the form of ‘islands of influence’ in a ‘ sea’of uncontrolled hinterland » (Driessen 2001a : 111).

488 Ceci dans le cas où les différents anthroponymes associés au titre « collecteur » s’appliquent toujours à la même personne (Driessen 1992 : 207).

489 Il n’est toutefois pas exclu que si des individus originaires du continent ont pris part à la formation d’une nouvelle puissance sociale et politique en Crète, ils aient également tenté d’y participer en allant s’établir dans les centres régionaux, et pas seulement à Knossos, peut-être engorgé de dignitaires aux fonctions et renommées diverses.

490 Soit, le remplissage de la cour centrale du palais de Knossos sur une hauteur d’un mètre (Halstead et O’Shea 1982 : 96) ou l’apport journalier suffisant pour 4000 personnes pendant un an (Rutter 1999 : 146, n. 57).

491 Une autre hypothèse est que la production agricole de la Mesara constituait le grenier à blé de Knossos pour payer en nature les ouvriers de ses industries textiles. On a dit plus tôt, cependant, que la région de la Pediada, dont la prospection archéologique par N. Panagiotakis a révélé une occupation importante aux MR II-IIIA2, a pu être une des sources d’exploitation agricole les plus importantes du palais de Knossos.

492 J. B. Rutter a observé que les importations de denrées de diverses origines dans le port de Kommos à l’époque palatiale finale sont considérables et atteignent même leur apogée durant la phase céramique MR IIIA1. En revanche, ce chercheur souligne que l’on ne dispose à peu près d’aucune donnée archéologique significative qui pourrait révéler quelles sortes de matières ou produits crétois étaient commercialisés et échangés à partir du port de Kommos durant cette période, excepté cette information épigraphique, indirecte, d’une production massive de céréales dans la Mesara (Rutter 1999 : 146, n. 57).

493 Des troupeaux considérables concernent aussi da-wo (Cucuzza 2003 : 247).

494 Certaines de ces grandes constructions se superposent directement à des ruines néo-palatiales, ce qui suggère un laps de temps relativement limité entre la destruction d’Archanes à la fin du MR IB et cette nouvelle phase architecturale de grande ampleur.

495 Le nombre de fusaïoles découvertes dans les fouilles de l’habitat mais surtout des tombes de cette région est particulièrement élevé ; plusieurs de ces tombes ne correspondent peut-être qu’à l’époque post-palatiale mais les fusaïoles découvertes dans l’habitat d’Archanes et dans les tombes de Stamnoi et Episkopi évoquent au moins en partie des activités MR II-IIIA2.

496 Observation personnelle de l’auteur.

497 La désertion importante des régions montagneuses de Vrokastro, Kavousi, Gournia est vraisemblable.

498 Les récents sondages réalisés dans le village de Kastellos près d’Armeni en 2007 et 2008 ont toutefois mis au jour les premiers vestiges d’un habitat principal (Tzedakis 2009).

499 Les centres crétois au sein desquels une production et une consommation locales de poterie ont été reconnues, qui présentent une imitation claire des pratiques knossiennes sont Archanes et Kastelli Pediada, en Crète centrale-nord, Malia, en Crète centrale-est, la région de Viannos en Crète centrale-sud-est, Aghia Triada, Phaistos et Kommos en Crète centrale-sud, Khamalevri en Crète centrale-ouest, La Canée, en Crète occidentale.

500 La céramique fine mais aussi la céramique commune retrouvées dans le bâtiment MR IIIA1 de Khamalevri présentent de telles affinités avec la céramique knossienne contemporaine que les fouilleurs n’ont pratiquement pas envisagé la possibilité qu’il puisse s’agir d’une production exécutée par des artisans locaux, inspirés par les canons de la production à Knossos (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997). Les analyses de la poterie de style MR II à Aghia Triada par A. L. D’Agata (D’Agata 1999a : 193s.) et de style MR IIIA1 à Kommos par J. A. Arvanitakis (Arvanitakis 2005 : spéc. 237-238, n. 177) vont dans le même sens. J. W. Shaw a observé un contraste important entre une consommation conséquente de poterie de style MR II à Kommos et son usage beaucoup plus limité sur les sites intérieurs d’Aghia Triada et Phaistos ; il explique cette dissemblance par une exportation de poteries knossiennes MR II qui se limite aux sites crétois côtiers, et qui concernerait ainsi également Malia, La Canée et Palaikastro (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 873). Ces propose se doivent d’être nuancés (cf. III. 2.4.1. Aghia Triada et III. 2.4.3. Phaistos). Premièrement, la céramique palatiale finale de Phaistos, mais surtout d’Aghia Triada, n’a pas encore fait l’objet d’études exhaustives publiées qui permettraient un examen ajusté. Deuxièmement, il existe plusieurs témoignages archéologiques qui permettent de soutenir que, et à Phaistos, et à Aghia Triada, de la céramique MR II importée de Knossos a atteint ces sites intérieurs. Quant à la présence de vaisselle de table en céramique fine importée attestée à Kommos, si elle faisait bien partie d’un commerce d’importation organisé, elle cadre par ailleurs relativement mal avec les usages en cours sur un site portuaire. En outre, dans le cas où la pauvreté de la poterie de style MR II knossien sur les sites d’Aghia Triada et de Phaistos venait à être confirmée, cela n’exclut pas la production contemporaine sur ces deux sites ou dans la région d’une céramique encore mal reconnue et d’inspiration davantage locale.

501 « […] Knossos was again able to set the artistic standard, or impose its own standard on the Island as a whole and to an extent greater than ever before. This may well imply some form of political control, particularly as, after the fall of the Palace, there is an increasing growth of regional variations in pottery » (Popham 1970b : 88). Consulter par exemple Banou et Rethemiotakis 1997 ; Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 ; Shaw et Shaw 1997 : 431 ; Banou 2004. Voir cependant les nuances déjà apportées dans Farnoux 1997 : 147 ; Andrikou 1997 ; Watrous et Blitzer 1997 : 513 et, en dernier lieu, D’Agata 2005 : 109-110.

502 Dans ce sens, R. A. K. Smith a noté que « both the myth of a unified Minoan Crete and an overreliance on the knossian pottery sequence have hampered the recognition of regional differences » (Smith 2002 : iv). E. Hatzaki vient de publier les groupes céramiques « fossiles » de Knossos des époques palatiale finale et post-palatiale (de la phase MR II à celle du MR IIIC) dans le premier volume du guide de la poterie de Knossos (Hatzaki 2007b).

503 Etudes synthétiques : Kanta 1980 (catalogue particulièrement approfondi des sites crétois MR II-III connus et première réelle analyse de leur céramique) ; Betancourt 1985b (première analyse complète sur la céramique minoenne, avec un chapitre consacré au MR III) ; Hallager et Hallager 1997 (premier colloque sur la céramique MR III) ; Driessen et Farnoux 1997 (table ronde sur la « Crète mycénienne » dont plusieurs contributions sur l’étude de la céramique d’un site) ; D’Agata et Moody 2005 (colloque sur les relations entre la Grèce continentale et la Crète entre le MR IIIA2 et le MR IIIC, dont plusieurs contributions sur des ensembles régionaux crétois de céramique). Les études consacrées à des ensembles régionaux de céramique ont été référencées au fur et à mesure de la présentation des données archéologiques ci-dessus.

504 Ainsi, R. A. K. Smith (Smith 2002) a réalisé une étude sur le régionalisme culturel en se basant sur une analyse de la céramique MR III. Il a mis au point une méthodologie qui lui a permis de comparer des ensembles régionaux de céramique (celui de Mochlos-Myrsini, en Crète orientale, par rapport à celui de Knossos), afin de distinguer les différences significatives entre ces ensembles, ainsi que les corrélations importantes, à travers chacune des phases céramiques MR II-IIIB. Le principal apport de son étude est de souligner les variations subtiles qui existent entre les communautés régionales sur la base de leurs production et consommation de céramique. Celles-ci ne sont le reflet, ni d’une société crétoise unitaire et homogène, ni d’un régionalisme crétois vide d’interactions, mais davantage, par leurs dissemblances et connexités, celui de la construction d’identités culturelles multidimensionnelles et ce, dès la période palatiale finale. Arvanitakis 2005 a confronté les ensembles MR II-IIIA1 de Kommos et Knossos. Andrikou 1997 a comparé la céramique correspondant aux occupations palatiale finale et post-palatiale d’Archanes, non pas avec les ensembles knossiens contemporains, mais avec la céramique mycénienne produite sur le continent au même moment ; elle ne discerne une influence mycénienne notable qu’à la transition des phases MR IIIA/B.

505 Ainsi, par exemple, les études de E. Banou et G. Rethemiotakis au sujet de la région de Viannos, dont on reparle plus bas (Banou et Rethemiotakis 1997 ; Banou 2004 ; Banou 2005).

506 C. Knappett soutient que les potiers crétois ont très probablement été en contacts étroits tout au long de l’Âge du Bronze, y compris au MR III. Il n’est pas exclu qu’ils partageaient une seule et même communauté de pratiques au point de vue de l’utilisation du tour, qui peut plausiblement avoir été maintenue par le processus des intermariages (Crewe et Knappett [à paraître]). C. Knappett et S. van der Leeuw définissent la communauté de pratiques dans un contexte d’interrelations entre individus et groupe d’individus – dans ce cas précis, de potiers – et non comme un processus isolé, développé de manière indépendante. Cette communauté de pratiques est elle-même composée de différents savoir-faire, progressivement intégrés par l’interaction de différentes traditions de potiers. Ils relèvent par ailleurs que ces croisements entre différents corps de connaissances sont sous-jacents au processus d’innovation (Knappett et van der Leeuw [en préparation]). Day 2004, pour des parallèles de nature ethnographique en Crète au sujet de la fluidité des potiers.

507 Etudiant l’organisation de la production de céramique au sein du système palatial mycénien de Pylos, C. Knappett a pointé l’absence d’indices historiques et archéologiques directs permettant de soutenir que les autorités du palais exerçaient un contrôle sur la production de poterie (Knappett 2001). Il attire l’attention sur le fait que certaines formes de poteries étaient consommées de manière ostentatoire dans le contexte palatial – essentiellement la kylix –, mais que leur production ne relevait sans doute pas d’une organisation contrôlée et restrictive de la part du palais. Critiquant le modèle dichotomique d’artisans dépendants/indépendants, il a émis l’hypothèse que les potiers responsables de la poterie consommée au sein des contextes palatiaux socialement restreints étaient des artisans indépendants, travaillant pour la population en général, mais qui avaient reçu une sorte d’approbation de la part du palais et comblaient dès lors parallèlement les besoins de celui-ci, de manière épisodique et ciblée. Consulter parallèlement Wiener 2007b.

508 L’idée d’une dominance idéologique de l’état sur sa région, en l’absence d’un pouvoir économique et politique fort, a été étudiée dans le cas précis d’une identité de styles de la céramique fine d’apparat entre le « centre » et sa « périphérie » (Knappett 1999 qui analyse les relations entre l’état de Malia et le site de Myrtos Pyrgos à l’époque proto-palatiale). C. Knappett examine ainsi la notion de continuum entre état centralisé et décentralisé.

509 Plusieurs importations de l’HR IIIA1 ont été reconnues dans les tombes de la région (Stavromenos, Armeni).

510 E. Banou et G. Rethemiotakis qui ont examiné la céramique palatiale finale de la région de Viannos voient une dépendance au moins artistique à Knossos, vu les nombreuses imitations locales, qui suggèrent parfois de réelles importations knossiennes (Banou et Rethemiotakis 1997 : spéc. 34, 49 ; Banou 2004). Selon ces chercheurs cette dépendance de la culture matérielle évoque la mainmise du palais de Knossos sur les affaires économiques locales. Ils observent que cette dépendance s’estompe peu à peu à partir du MR IIIA2, quand les ateliers locaux sont sensibles à d’autres influences, en particulier de la Crète orientale. La présentation, ci-dessus, du mobilier collecté dans cette région a permis cependant de soutenir que les formes de poteries et les styles de décor sont empreints d’une influence de la Crète orientale dès le MR IIIA1. Par conséquent, si cette région est sous la tutelle, au moins artistique et idéologique, peut-être économique, de Knossos à l’époque palatiale finale, il n’en demeure pas moins probable par ailleurs que la définition de l’identité culturelle des habitants de cette région ait été en partie liée à celle de la région plus orientale de l’île.

511 L’édification des tombes à tholos A et D, la mise en place du péribole funéraire enserrant sept tombes à fosse dotées chacune d’une inhumation en larnax et peut-être la réutilisation funéraire de l’ancienne tombe à tholos B représentent des activités réalisées ou initiées au début de la phase MR IIIA2. L’éclectisme culturel se situe dans les choix opérés par l’élite d’Archanes pour enterrer ses morts qui sont une symbiose nette entre des références étrangères et des traditions locales ou minoennes bien connues. On relève notamment les tombes à fosse ceintes d’un mur péribole et localisées par des stèles mais dans lesquelles les enterrements ont chaque fois lieu dans une larnax, ou les bijoux et autres offrandes en ambre et ivoire déposés dans des tombes à tholos construites en référence au passé local proto-palatial, bien qu’elles puissent être simultanément un clin d’œil appuyé aux tombes à tholos de Grèce continentale.

512 Ce dernier cas a été analysé par N. Cucuzza (Cucuzza 2002) qui explique les variations importantes entre ces différents cimetières, pourtant géographiquement et chronologiquement proches (MR IIIA1 et début MR IIIA2) comme les manifestations de traditions culturelles distinctes et plus ou moins influencées par les développements knossiens et mycéniens contemporains.

513 La publication prochaine de l’habitat palatial final d’Aghia Aikaterini à La Canée permettra sans doute de préciser encore les modalités du commerce crétois d’importation à cette époque et ses implications économiques, culturelles, sociales et politiques. Des importations de Grèce continentale, mais aussi de Chypre et du Levant y ont déjà été reconnues. La découverte sur le Kastelli d’un sceau portant le cartouche d’Aménophis III, dans un contexte malheureusement perturbé, est un autre témoignage probant des relations à longue distance et de haut statut entretenues par ce centre régional.

514 En ce qui concerne l’isthme de Ierapetra, particulièrement la région d’Episkopi, l’utilisation des premières tombes à chambre au MR IIIA1 est probable mais n’est pas évidente.

515 A Olous, des enterrements familiaux peuvent être prudemment suggérés, puisque trois tombes contenaient chacune deux grandes et une petite larnax, ce qui pourrait correspondre à l’enterrement regroupé d’adultes et d’enfants. La publication de ces tombes n’est pas assez détaillée pour déterminer si celles-ci peuvent coïncider avec la période palatiale finale.

516 La boucle d’oreille en or en forme de bucrane déposée dans la tombe de Trapeza Keratokambou, peut-être déjà à l’époque palatiale finale, constituerait une exception.

517 La coutume de l’incinération dans des jarres pithoïdes à Olous débute au MR IIIA2 ; il n’est pas possible de préciser si cette pratique était déjà en cours à la période palatiale finale. A. Kanta a suggéré que son introduction à Olous témoigne du contact de la population crétoise avec l’Est de la Méditerranée et ses pratiques culturelles (Kanta 2001 : 64).

518 Ces tablettes sont issues des dépôts de l’Arsenal (Driessen 1996b : spéc. 486), du Passage de l’Entrée Nord (Driessen 1999b) et du Corridor des Tablettes d’Epées. On notera que J. Driessen a défendu, sur la base des relations établies par l’étude des mains de scribes et des scellés, la contemporanéité de ces trois dépôts – peut-être à quelques années près – et suggéré une datation MR IIIA1/2, ou tout du moins antérieure à la phase MR IIIB (Driessen 1997 : 133, n. 55 et 134, n. 56 ; pour la datation relative des tablettes du Passage de l’Entrée Nord, Driessen 1999b : 211, 226).

519 Cette hypothèse appuierait l’identification de pa-i-to avec le centre d’Aghia Triada ; en effet, c’est sur ce site que les données archéologiques et iconographiques permettent le mieux de reconnaître le déploiement de processions ostentatoires dans lesquelles intervenaient des chars.

520 On entend par architecture semi-publique des édifices importants dont la fonction semble dépasser la sphère proprement domestique, mais dont la nature précise et les activités qui s’y tenaient n’ont pas pu être suffisamment définies par l’analyse archéologique.

521 Voir par exemple Driessen 2001a : 96. J. Driessen définit ces constructions publiques d’envergure comme des réalisations MR IIIA ; il est justement intéressant de ne pas confondre toutes ces initiatives architecturales régionales dans un même ensemble puisque les études approfondies de ces édifices ont permis de les relier à des phases chronologiques différentes, ce qui est particulièrement intéressant dans la reconstruction archéologique de l’histoire de la Crète lorsque l’on suit une perspective diachronique de sa géographie politique et sociale.

522 C’est toutefois dans ce sens que se poursuivent les discussions les plus récentes sur le sujet, comme dernièrement, lors du colloque Ariadne’s Threads, au sujet d’Aghia Triada. Ainsi, le commentaire de P. Warren après la communication de D’Agata 2005 et Shelmerdine 2005 dans D’Agata et Moody 2005 : 139 : « if the Megaron at Ayia Triada was built before the fall of Knossos, which we all seem to accept, except perhaps for one or two colleagues, then it can be understood as a building which represents Knossian power based at Ayia Triada. If it is later than the fall of Knossos, then Ayia Triada becomes a centre independent of Knossos ». Dans cette analyse, ce n’est donc pas la capacité de ce centre régional à mettre en œuvre les ressources et moyens suffisants à l’édification de ces monuments qui est mise en doute, mais l’hypothèse qu’il puisse s’agir d’autre chose que les signes tangibles de la domination politique de Knossos dans le cas où on parle de la période palatiale finale.

523 Le manque de concordance entre les particularités architecturales du Mégaron ABCD d’Aghia Triada et celles de ce qui pourrait être qualifié d’édifice officiel caractéristique du continent helladique contemporain a par exemple été souligné (Kilian 1988 : 299).

524 Les analyses chimiques des résidus de vases déposés dans les tombes d’Armeni ont explicitement reconnu la présence d’aromates et d’onguents. De plus, les tablettes en Linéaire B qui mentionnent da*-22-to, situé vraisemblablement dans la région de Réthymnon, font allusion à la production d’aromates ; les deux poteries décorées MR II découvertes fortuitement à Stavromenos en sont un dernier indice.

525 Au contraire, le palais de Phaistos n’a pas été réinvesti de manière substantielle ; E. Borgna a soutenu que le maintien du palais en ruine ne signifiait pas une rupture radicale dans l’histoire de la population locale, mais s’expliquait plutôt par une stratégie idéologique qui servait une légitimation du pouvoir des élites en place à Phaistos à cette période palatiale finale (Borgna 2006 : 112).

526 Peu de spécialistes se sont réellement penchés sur la question. B. Hayden soulignait en 1990 le caractère limité des données disponibles et, en conséquence, restait assez vague dans ses conclusions sur le caractère à donner à cette architecture. Elle soulignait cependant la rupture avec certaines traditions néo-palatiales, tout en demeurant très prudente quant aux parallèles potentiels avec les traditions architecturales sur le continent (Hayden 1990). Quelques observations relatives à la syntaxe spatiale des bâtiments de Kephali Chondrou montrent qu’elle s’apparente dans son essence à celle de l’architecture minoenne antérieure (Hershenson 2006).

527 D’Agata 2005 : 109-110 en a proposé une analyse particulière, dans le cadre de la Crète centrale-sud.

528 Il s’agit des résultats, déjà présentés, des prospections des régions de Galatas (L. V. Watrous dans Whitley 2007 : 106-107), la plaine de Malia (Müller-Celka 2005 ; J. Zurbach, commentaire personnel), du plateau du Lasithi (Watrous 1992), de Vrokastro (Hayden 2004b), de Kavousi (Haggis 1996), de Gournia/Episkopi (Watrous, Blitzer, Haggis et Zangger 2000), de la plaine de Phaistos (Watrous et Hadzi-Vallianou 2004), d’Armeni (Godart et Tzedakis 1994 : 64), d’Apodoulou (Godart et Tzedakis 1995) et de Sphakia (Nixon, Price, Moody et Rackham 1994). Toutefois, la prospection de la région de la Pediada (Panagiotakis 2003) et la prospection de la péninsule d’Akrotiri dans l’arrière-pays de La Canée (Moody 1987) révèlent toutes deux des régions prospères au vu du nombre de sites MR III identifiés, mais pour lesquels les auteurs de la prospection n’ont pas pu définir la teneur exacte pour la période palatiale finale précisément ; dans la péninsule d’Akrotiri, cependant, un regroupement important de l’habitat aux lendemains de l’effondrement de la société néo-palatiale a été reconnu (Moody 1987 : 237, 314, carte 6.8d ; Moody, Rackham et Rapp 1996 : 293).

529 En Crète centrale-nord : Stamnoi, Episkopi, Archanes ; en Crète centrale-sud-est : Olous, région de Viannos (au moins les tombes de Tertsa, Psari Phorada et Kera Limaniotissa), peut-être Episkopi-Ierapetra ; en Crète centrale-ouest : la majorité des pratiques funéraires attestent une continuité singulière à travers les périodes palatiale finale et post-palatiale ; en Crète occidentale : à La Canée et peut-être à Phylaki et Kalami ; en Crète centrale-sud, la situation est moins flagrante. Chacune de ces tombes ou nécropoles suggère la perpétuation de leur fréquentation, par la présence de poteries de styles MR IIIA1/début MR IIIA2, MR IIIA2 et MR IIIB. On ne peut exclure que les poteries de style MR IIIA1/début MR IIIA2 sont en réalité héritées du passé et déposées dans les tombes plus tardivement. Néanmoins, le fait de conserver puis de redéposer ces objets est significatif et témoigne aussi d’une continuité avec la période palatiale finale.

530 Ce qui explique les nombreux « peut-être » et ( ?) au fur et à mesure de la mention des sites, au cours de la synthèse sur Les régions vues de l’intérieur aux MR II-IIIA2 qui s’achève ici.

531 Ceci peut être illustré par les récentes discussions tenues lors du colloque Ariadne’s Threads au sujet d’Aghia Triada. P. Warren ne questionnait pas en effet la capacité de ce centre régional à disposer des moyens pour mettre en œuvre un programme architectural tel que celui du Megaron ABCD sans l’aide matérielle du pouvoir de Knossos, dans le cas où il est entamé après la chute de ce dernier. Par contre, si ce programme est antérieur au début du MR IIIA2, ce qui semble accepté, il doutait que cet édifice soit autre chose que la représentation du pouvoir knossien établi à Aghia Triada (dans D’Agata et Moody 2005 : 139). Autrement dit, la pensée de P. Warren résume bien la communauté d’idées qui régit les tentatives d’interprétation de cette période de l’histoire de l’île et qui ne prend presque pas en compte la possibilité que ce genre d’entreprise soit aussi la manifestation des ambitions et/ou d’une initiative d’un pouvoir d’origine locale ou régionale. Une interprétation archéologique encore très différente des mêmes données d’Aghia Triada est celle de C. Shelmerdine. Celle-ci avançait que le nouveau programme de construction en Crète centrale-sud et la « direct Mainland influence » de cette architecture concordent mieux avec la fin d’un pouvoir knossien fort : la disparition de celui-ci aurait donné l’impulsion à la construction de nouveaux édifices civiques. Ainsi, « the construction of a hybrid ‘ Megaron’at Ayia Triada may be one of the earliest sign of a new administrative entity emerging at the time of Knossos’fall or even before » (Shelmerdine 2005 : 134s.). Dans ce cas, C. Shelmerdine sous-entend que, après ou avant l’effondrement du pouvoir palatial knossien, des centres régionaux puissants ont pu concrètement s’affirmer, de manière indépendante de Knossos ; cette lecture occulte cependant les références claires aux pratiques de l’élite knossienne de l’époque palatiale finale dont témoigne le « secteur sud », ainsi que la dépendance au moins économique d’Aghia Triada suggérées par les tablettes en Linéaire B. Enfin, au sujet des développements architecturaux importants, et à Aghia Triada, et à Kommos, au cours de la phase MR IIIA2, J. W. Shaw défendait dernièrement que « there are no monumental buildings at Knossos that can be pointed to as having been constructed during [the LM IIIA2-B] period. Is it realistic, therefore, to suggest that Knossos, if it were in charge of the Mesara during LM IIIA2-B, would commission massive architecture elsewhere […] ? Thus a strong case can be made that this late development in the Mesara was largely independent of what was happening to the north » (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 875). Indirectement, ce genre de raisonnement soutient que, dans le cas où des entreprises architecturales d’envergure auraient été engagées à Knossos aux MR IIIA2-B, on ne pourrait pas aussi facilement défendre que ces centres régionaux aient été capables, désireux ou autorisés à développer de tels signes de pouvoir, ce dont ce raisonnement ne doute presque pas dans le cas contraire.

532 Dans ce sens, on notera par exemple une réflexion de A. et S. Sherratt qui, considérant le contexte beaucoup plus large du bassin Méditerranéen, notamment au 2e millénaire av. J.-C., soulignaient que « the language of “core” and “periphery” may suggest an active role for the former and a passive one for the latter ; yet the relation between them was creative and dialectical » (Sherratt et Sherratt 1998 : 337).

533 Knappett 2009 a démontré l’intérêt du modèle de gradation verticale (« scaling up ») pour investiguer les modes d’organisation sociétaux à l’Âge du Bronze en Crète. La dimension géographique, ici soulignée, constitue un de ses paramètres.

534 On examinera les modalités selon lesquelles la manipulation de ce symbolisme de prestige d’origines multiples continuera à servir les élites régionales dans le cadre de la Crète post-palatiale, quand ces élites saisissent l’opportunité de développer leur pouvoir à la chute de l’hégémonie knossienne.

535 S. Voutsaki évoque le processus notable des échanges de dons effectués entre les élites selon un rythme irrégulier qui sont, ensuite, progressivement et imperceptiblement transformés en de réels tributs, lorsqu’ils sont perçus à l’occasion d’événements précis et réguliers ; ils deviennent, au fur et à mesure du temps, des engagements fixes et non plus des coutumes sociales inconstantes. S. Voutsaki relève les exemples du début d’un règne, des festivals qui rythment l’année, notamment liés à l’agriculture (le « don » des « premiers fruits » : Voutsaki 2001 : 207, n. 27). Consulter également à ce sujet Halstead et Barrett 2004b.

536 Au cours des cérémonies centrées sur la consommation de boisson et sponsorisées par le palais de Pylos, la manipulation de la consommation ostentatoire visait la différenciation sociale, tandis que le contexte de la consommation en commun permettait parallèlement l’expression d’une identité culturelle partagée (Bennet et Davis 1999). Sur la tension entre l’intégration horizontale et la différenciation verticale au sein des groupes sociaux dans le contexte des fêtes communautaires : Dietler 2001 : 77.

537 Ce sont les questions que se pose P. De Fidio dans le cadre plus large du système palatial mycénien (De Fidio 2001 : 20).

538 On pense bien entendu surtout à l’exploitation du port de Kommos par le(s) centre(s) d’Aghia Triada et/ou Phaistos et à l’exploitation du port de La Canée par son important centre habité.

539 Parler d’un accès direct au commerce international pour les élites régionales est pertinent dans la mesure où celles-ci entretiennent des liens de pouvoir étroits avec un port tout proche, et cherchent à exercer un monopole sur ce type de commerce. De manière générale, l’acquisition de biens de prestige étrangers est plus difficile pour des centres situés à l’intérieur des terres. Toutefois, il est possible que ceux-ci y accèdent, d’une manière indirecte. On peut citer le cas de Chypre au début de l’Âge du Bronze Récent : les élites côtières exercent un monopole sur l’acquisition de biens de prestige étrangers, mais ces types de biens atteignent aussi, dans un second temps, les centres intérieurs. En effet, certains biens importés, peut-être de moindre valeur, servaient de monnaie d’échanges contre l’approvisionnement en cuivre pour les élites côtières : les mines de cuivre étaient exploitées par la population des sites intérieurs, mais cette matière première constituait le fonds de commerce des élites installées sur le littoral dans leur participation au commerce international (Keswani 1989, Keswani 1993, Keswani 2004).

540 Cette idée de dépendance mutuelle est évoquée par S. Sherratt (Sherratt 2001 : 222, n. 16). En ce qui concerne La Canée, cette hypothèse est plus difficile à mettre en place. On manque grandement d’une étude synthétique sur les nombreuses tombes de l’époque palatiale finale qui permettrait non seulement de considérer en quoi l’élite khaniote a cherché ou non à entretenir des ponts avec son passé local, mais aussi de déterminer les variations éventuelles de ses usages au moment de la mort, afin de préciser en quoi ils se démarqueraient des pratiques en cours à Knossos. Les données disponibles à ce jour qui concernent l’habitat khaniote contemporain témoignent d’une population prospère mais peut-être pas spécialement liée à la sphère de l’élite sociale. La culture matérielle dont témoigne cet habitat révèle cependant une société consciente très tôt des développements et des innovations de la culture knossienne dont elle s’inspire, mais qui affirme simultanément sa filiation avec des traditions locales.

541 L’idée de voyages d’« ambassadeurs » égyptiens en Egée a été émise par Cline 1987. Elle s’oppose à l’approche beaucoup plus tempérée, voire minimaliste, des contacts entre l’Egypte et l’Egée de R. S. Merillees (Merillees 1998). Sur la base des mêmes données archéologiques que constituent les objets d’origine égyptienne retrouvés dans des sites d’habitat ou des tombes des sociétés égéennes au Bronze Récent en général, ce dernier conclut que « their occurrence was due more to random than systematic transshipment » et que « the only contextually discrete assembly of imported articles occurred in the Royal Tomb at Isopata in Crete » (Merillees 1998 : 153). De manière générale, R. S. Merillees conçoit que cette catégorie d’objets est « […] very miscellaneous, and it is difficult to see them as objects of trade, but rather the sorts of things that belong to that very nebulous category of keepsakes, souvenirs, and other bric-a-brac that are accumulated by people who travel the seas » ; il n’y voit aucunement des « elite objects » (commentaire de R. S. Merillees à la suite de sa communication Merillees 1998 : 156).

542 Dans ce sens, J.-C. Poursat avait relevé que les ivoires sculptés découverts dans les tombes de Pankalochori et de Phylaki dans l’Ouest de la Crète pouvaient provenir de l’atelier knossien, « encore que si d’autres pièces venaient à apparaître dans la région de Réthymnon l’hypothèse d’un atelier local de type palatial serait alors à examiner » (Poursat 1997 : 388). Des poignées d’épées et un peigne en ivoire découverts dans les tombes d’Armeni et des plaques d’ivoire sculptées trouvées dans la tombe (pillée) monumentale de Margarites, dans le cas où cette dernière remonte au début du MR IIIA2, méritent d’être ajoutés à cette liste.

543 Les contacts entre la région de Palaikastro et Karpathos en particulier ont été considérés dans Langohr et Cunningham 2006, Langohr 2008a.

544 A. Kanta a abordé ce sujet en ce qui concerne Olous (Kanta 2001). L’omniprésence du vase à étrier décoré mais aussi de la cruche dans les tombes de la région de Viannos peut suggérer le commerce de matières liquides, peut-être d’un certain prix.

545 Les conclusions des études qui se sont penchées sur le fonctionnement de la société crétoise, particulièrement à l’époque néo-palatiale, oscillent entre une société crétoise organisée sur la base de la famille nucléaire (Whitelaw 2001) et un système basé sur la famille élargie, ou clan, c’est-à-dire une unité sociale qui n’est pas définie dans son essence par les liens généalogiques entre les individus qui la composent. Pour cette dernière approche, consulter par exemple les conclusions de P. P. Betancourt, dans le cadre de la publication du site de Pseira, en Crète orientale : « Much of the Pseiran evidence can only be explained by a strong social organization controlling large numbers of individuals, whether the system is called households, clans, extended families, or something else » (Betancourt et Davaras 1999 : 302).

546 L’implantation de la nécropole d’Armeni semble avoir été planifiée dès le début. L’aménagement de groupes homogènes de grandes tombes, qui remonte aux premiers enterrements MR IIIA1-début MR IIIA2, est peut-être la manifestation de l’organisation d’une société clanique et de ses différents groupes sociaux.

547 Néanmoins, J. Bennet (Bennet 1985, Bennet 1986, Bennet 1990) a développé l’idée d’un prolongement aux MR II-MR IIIB de la hiérarchisation politique des centres crétois de l’époque néo-palatiale, avec une organisation administrative en Linéaire B organisée en trois niveaux. Le premier est occupé par un centre unique, Knossos, qui régit un système administratif centralisé, le second est celui des centres de second ordre, qui sont pour la plupart d’anciens centres palatiaux de premier ordre et auxquels sont liés les centres de troisième ordre, anciens centres subordonnés aux différents palais néo-palatiaux. Cependant, l’examen archéologique des phases céramiques MR II-début MR IIIA2 proprement dites coïncide peu avec une telle hiérarchisation des sites.

548 Knappett et Schoep 2000 se sont demandé en quoi la domination culturelle de Knossos à l’époque néo-palatiale en tant que source majeure des innovations dans les différentes régions de l’île en termes d’architecture, styles de poterie, fresques, iconographie des sceaux et pratiques administratives peut être la traduction d’une domination politique de Knossos ; ces différents secteurs culturels ayant surtout trait aux « élites », ils en concluent que l’influence culturelle de Knossos a une valeur davantage idéologique et, par là, comporte une composante politique.

549 Cadogan 2005b : 320 voit l’explosion de la poterie argienne à Chypre à partir de l’HR IIIA2 comme le reflet de la disparition de la place dominante de Knossos et l’essor de l’Argolide comme un pion primordial en Egée pour la conduite des relations commerciales étrangères avec le Levant et l’Egypte.

550 Le port de Kommos témoigne aussi de relations commerciales entre la Crète centrale-sud et le continent helladique à l’époque post-palatiale, mais celles-ci semblent proportionnellement moins importantes (D’Agata 2005).

551 Dans ce sens, R. A. K. Smith, qui s’est particulièrement intéressé à ce phénomène du régionalisme en Crète aux MR IIIA2-IIIB, a avancé que « while this expanding regionalism may, on the one hand, be interpreted as a breakdown of interregional interaction after the loss of centralised Knossian control, another possibility is that a loss of centralised Knossian control allowed the renewed expression of local traditions within an expanding Aegean and East Mediterranean economy » (Smith 2005 : 185).

552 Sur les échanges commerciaux intenses en Egée et en Méditerranée orientale aux 14e et 13e s. av. J.-C. et le phénomène de koinè culturelle, consulter, entre autres : Hankey 1979 ; Karageorghis 1979b ; Knapp 1990 ; Sherratt et Sherratt 1991 ; Pulak 1997 ; Whittaker 1997 ; Knapp 1998 ; Day 1999 ; Lolos 1999 ; Rutter 1999 ; Rutter 2000 ; Bietak 2003 ; Merrillees 2003 ; Cadogan 2005b ; Clarke 2005 ; Phillips 2005 ; Pulak 2005 ; Haskell, Jones, Day, Catling et Killen (à paraître).

553 Cette communauté de traditions de production et de consommation de céramique entre la région de Crète centrale-sud-est et la région de Crète orientale a été abordée dans Langohr et Cunningham 2006, Langohr 2008a : spéc. Appendix III ; elle sera examinée en profondeur dans le second volume à paraître.

554 De la poterie produite par l’« atelier de La Canée » est cependant bien représentée dans les différentes tombes de la Crète centrale-ouest où elle était importée.

555 Récemment, lors d’un Minoan Seminar, Y. Tzedakis a précisé que l’analyse des argiles de vases et larnax de la nécropole d’Armeni, mise en relation avec des gisements d’argile locaux, a montré l’existence d’un atelier local de poteries et d’un second destiné à la production de larnax (Y. Tzedakis, 19 février 2009).

556 La pâte et le traitement de surface particulièrement distinctifs des productions de cet atelier peuvent avoir facilité leur reconnaissance hors de La Canée ; l’intérêt croissant de certaines études pour la définition d’ateliers, sur la base d’études macroscopiques et microscopiques, devrait permettre de considérer si d’autres ateliers de céramique crétois, contemporains de celui de La Canée, ont également connu une activité importante d’exportation.

557 Jusqu’à dix larnax dans une tombe à chambre d’Angeliana et jusqu’à seize enterrements dans une tombe à chambre d’Armeni.

558 À moins d’avoir été pillées avec ardeur et minutie, la modestie des tombes maliotes MR IIIA2-IIIB et de leur mobilier apparaît comme singulière.

559 L’hypothèse selon laquelle tous les objets de prestige et importés déposés dans ces tombes ont été hérités ou récupérés de l’époque palatiale finale précédente semble peu plausible.

560 L’intérêt pour les analyses de résidus organiques dans la recherche archéologique et pluridisciplinaire est croissant. De telles analyses ont été menées sur des résidus conservés à l’intérieur de poteries du cimetière d’Armeni ; elles ont permis de déterminer des substances périssables contenues à l’origine dans certaines d’entre elles (cf. III. 2.5.6. Armeni).

561 Ces types d’inscriptions proviennent surtout de vases inscrits trouvés sur le continent helladique, dont certains semblent locaux, c’est pourquoi ils n’ont pour le moment qu’une valeur exemplative dans le cadre de l’interprétation des contextes crétois contemporains.

562 Le support tubulaire à serpents n’est pas une forme neuve, mais son utilisation dans le cadre d’activités cultuelles se développe surtout à l’époque post-palatiale. Son association aux statues féminines en terre cuite aux bras levés, interprétées comme des déesses, continue de manière évidente à la fin du MR IIIB et au MR IIIC quand leur présence s’accroît au sein des sanctuaires publics construits dans les nouveaux établissements de sommet caractéristiques de cette époque (Halasmenos, Kavousi-Vronda, Kephala-Vasiliki, Karphi). G. Gesell a souligné la filiation de ces symboles – déesse au bras levés, serpents, mais aussi la double hache ou les oiseaux qui y sont associés – avec le culte minoen néo-palatial ; ce dernier était cependant exercé dans des contextes très différents, ceux des palais et des villas. Aussi, elle parle d’une popularisation du culte à la période post-palatiale (Gesell 2000). Des personnages aux bras levés sont dessinés sur les parois de larnax découvertes à Nirou Hani, Milatos, Episkopi-Ierapetra, Pigi, Apodoulou et Armeni. Sur la célèbre larnax d’Episkopi-Ierapetra, certains de ces personnages tiennent une kylix, tandis que sur une larnax d’Armeni, ils tiennent une épée ou une double hache, dans les deux cas, au milieu d’une scène de chasse.

563 B. Hallager a abordé le sujet des sanctuaires domestiques de la période post-palatiale et la question des critères permettant leur identification, en incluant cependant les plus nombreux exemples de la fin de la phase MR IIIB et de la phase MR IIIC (Domestic Shrines in LM IIIA : 2-C – Fact or Fiction ?, Minoan Seminar, 24 mars 2006).

564 L’aménagement et la construction d’un nouvel habitat à La Canée à l’emplacement du square Aghia Aikaterini, après sa destruction au MR IIIA1, sont particuliers ; ses grandes structures indépendantes, qui ouvrent de manière axiale sur des cours et abritent des foyers fixes auprès desquels ont été découvertes des figurines en terre cuite typiques de la culture mycénienne, sont autant d’éléments qui suggèrent l’insertion d’une population originaire du continent helladique au sein des communautés de La Canée. On peut aussi ajouter les particularités technologiques de la production de céramique sur ce site qui, à partir du MR IIIB2 seulement, manifestent des pratiques jusque là exceptionnelles en Crète, mais communes sur le continent. Dans le même sens, on note encore les commentaires de D. Preziosi au sujet de certains des édifices crétois souvent comparés à l’architecture contemporaine en Grèce continentale : il a relevé une identité dans les proportions relatives des espaces intérieurs par rapport à des exemples de mégarons continentaux (Preziosi 1970), ce qui suggèrerait aussi que des architectes originaires du continent aient pris part à ces constructions. Pourtant, consulter encore la critique et la retenue scientifique de Cadogan 2004 : 935 au sujet de la présence effective de résidents originaires du continent helladique à La Canée.

565 Cette qualification prédomine toujours cependant les études qui abordent la Crète post-palatiale ; il suffit de consulter les différentes communications rassemblées dans D’Agata et Moody 2005 pour se rendre compte de son ancrage profond, mais aussi, inversement, de sa critique croissante.

566 Hägg 1997a propose des observations éclairantes en ce qui concerne l’éventuel syncrétisme des cultes et « religions » entre la Crète et le continent helladique au MR III – point particulièrement complexe qui n’est pas abordé dans cette étude. Il relève quelques influences réciproques mais souligne le peu d’impact de la religion mycénienne sur la population crétoise en général, ce qui signifie en substance que cette dernière reste inchangée dans ses fondements.

567 Le palais de Mycènes produit et inscrit des vases à étrier mais il s’agit d’une exception par rapport à un phénomène qui est essentiellement crétois (Zurbach 2007 : 69).

568 Le caractère commun de certaines formules en Linéaire B sur des tablettes de Knossos et sur des vases à étrier de transport a été pris comme un argument en faveur de leur contemporanéité et donc, d’une continuation de l’organisation économique et administrative du palais de Knossos aux MR IIIA2-MR IIIB (cf. II. 3.2.5. Les vases à étrier inscrits en Linéaire B). Plusieurs chercheurs, dont H. W. Haskell, ont toutefois défendu que « it is entirely possible that bureaucrats trained at Mycenaean Knossos were employed at regional centers after the fall of the palace » (Haskell 1989 : 109).

569 Il insiste notamment sur le fait que, comme dans la filière textile dont l’organisation est connue par les tablettes d’argile inscrites en Linéaire B, ces inscriptions sur des vases permettent de reconnaître l’intervention ou de collecteurs ou de personnes de statut wa-na-ka-te-ro, « royal » ou de personnes « ne relevant ni de l’un ni de l’autre » (Zurbach 2007 : 58).

570 J. Zurbach ajoute que l’on ne sait rien des conditions de l’exportation des vases à étrier de transport crétois vers les centres mycéniens, c’est-à-dire si les centres de production exportaient eux-mêmes ces marchandises ou si des intermédiaires, plus ou moins nombreux, prenaient en charge ce commerce d’exportation. Consulter aussi le commentaire de J. B. Rutter dans D’Agata et Moody 2005 : 240 qui doute qu’il soit un jour possible « […] to detect directed trade by looking at the distribution of transport stirrup jars for the simple reason that they continue to be used and then repeatedly reused, until finally they break somewhere […] ».

571 Knossos et sa région ne sont plus considérés à ce jour comme un centre de production de vases à étrier de transport, inscrits ou non (comme l’envisage encore Zurbach 2007 : 69), puisque les récentes analyses chimiques et pétrographiques réalisées sur plusieurs de ces vases découverts à Knossos montrent toutes une origine du Sud de la Crète centrale (Haskell 2004 : 156 ; commentaires de E. Hatzaki et H. Haskell dans D’Agata et Moody 2005 : respectivement, 106-107 et 238-239). Le vase inscrit KN Z 1716 découvert dans la Maison Inexplorée (peut-être le seul vase à étrier indiscutablement inscrit en Linéaire B trouvé à Knossos) n’a pas été analysé mais il présente des parallèles typologiques avec d’autres vases à étrier de transport qui ont subi des analyses pétrographiques et montrent une origine de Crète centrale-sud (commentaire de H. Haskell dans D’Agata et Moody 2005 : 107). La décentralisation et le régionalisme de ce phénomène des vases à étrier de transport crétois ont surtout été mis en évidence par H. W. Haskell (Haskell 1983, Haskell 1997b, Haskell 2004, Haskell 2005).

572 On peut encore ajouter l’existence de pseudo-inscriptions sur des vases à étrier de transport, c’est-à-dire des inscriptions qui ont été mal copiées, imitées, voire inventées, par des individus semi-lettrés de sorte qu’elles sont difficiles, parfois impossibles à lire. Ces inscriptions ont une fonction décorative, qui relègue au second plan, voire remplace, la fonction administrative, mais elles sont surtout révélatrices de la valeur et du pouvoir que connote l’écriture à cette époque précise (ce point est développé dans Zurbach 2007 : 59-62). Ces types d’inscriptions proviennent surtout de vases inscrits trouvés en Grèce continentale, dont certains semblent locaux ; ils n’ont par conséquent qu’une valeur exemplative dans le cadre de l’interprétation des contextes crétois contemporains (voir cependant Haskell 2004 : 157), mais ils témoignent du pouvoir endossé par ceux qui pouvaient lire et écrire.

573 Ces données d’ordre pétrographique ont été détaillées au moment de la présentation archéologique des sites qu’elles concernent.

574 Ceci est par exemple démontré par les concentrations de vases à étrier crétois stockés dans la Maison du Marchand d’huile à Mycènes (Day 1995) ou embarqués à bord de l’épave du cap Iria (Phelps, Lolos et Vichos 1999 ; Lolos 1999). Les vases à étrier crétois ont été exportés plus loin, vers l’est (Chypre et le Levant) mais aussi vers l’ouest (Sardaigne, Italie du Sud, Sicile). Les exemples ne sont pas encore nombreux, mais une étude à paraître éclaircira probablement ce problème (Haskell, Jones, Day, Catling et Killen [à paraître]). A priori, la plupart de ces conteneurs trouvés à Chypre et au Levant proviendrait de Crète centrale, probablement de Crète centrale-sud (Haskell 2004 : 157).

575 On note toutefois que des vases à étrier de transport ont aussi été retrouvés dans l’habitat de Kommos et dans l’Aire sud ; des analyses pétrographiques ont reconnu certains d’entre eux comme des productions de Crète centrale-sud. L’amphore à col court prédomine cependant à Kommos (Rutter 2000 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 663).

576 L. Preston est l’une des premières à souligner qu’il n’est pas nécessaire de relier certaines pratiques funéraires en Crète aux MR IIIA2-IIIB au continent helladique puisqu’elles existent sur l’île depuis le MR II à Knossos ; les élites contemporaines tentent d’exercer leur pouvoir en adoptant des instruments sociaux et idéologiques très similaires à ceux utilisés par le précédent pouvoir knossien. L. Preston passe cependant relativement sous silence le fait que l’expérimentation et la richesse de certaines tombes MR IIIA2 et MR IIIB de haut statut ne sont pas uniquement des réminiscences des pratiques knossiennes mais que, déjà à l’époque palatiale finale, il s’agit d’un phénomène étendu à quelques autres centres régionaux, inspirés par les comportements sociaux knossiens au moment de la mort. En effet, on a défendu l’idée selon laquelle les groupes de pouvoir au sein des centres régionaux n’ont pas « attendu » l’effondrement de la puissance knossienne pour chercher à se mettre en exergue à l’échelle régionale, mais ces dynamiques régionales sont contemporaines de cette hégémonie et se développent au cours de la période post-palatiale.

577 L. Preston souligne que ces instances politiques locales annoncent la fragmentation du paysage politique à l’Âge du Fer.

578 Le vase à étrier inscrit déposé dans une des tombes de la nécropole d’Armeni porte l’anthroponyme au nominatif wi-na-jo ; celui-ci est connu par les tablettes de Knossos mais aussi par un autre vase à étrier inscrit découvert dans la Maison Inexplorée à Knossos et un autre découvert à Midea sur le continent helladique. Le vase de Knossos provient de Crète centrale-sud (commentaire d’E. Hatzaki, dans D’Agata et Moody 2005 : 106). J. Zurbach soutient que ces trois vases font partie d’un même groupe et qu’« il est raisonnable de supposer un même lieu et un même moment de production pour tous ces vases » (Zurbach 2007 : 54). Tenant compte de l’argumentation développée par ce même spécialiste (Zurbach 2007) selon laquelle les inscriptions sur les vases à étrier rendent compte de leur production et non de leur exportation, on peut soutenir que ce vase d’Armeni provient de Crète centrale-sud et suggérer, pourquoi pas, un lien de nature inconnue entre le ou les défunt(s) de cette tombe d’Armeni et ce personnage de Crète centrale-sud ou, plus prudemment, une référence délibérée, par l’entourage de ces mêmes défunts, à cette région méridionale.

579 La tombe n° 4 de la rue I. Gavril dans le quartier d’Aghios Ioannis montre toutefois que l’ostentation funéraire n’a pas disparu au MR IIIB à La Canée.

580 E. Banou base son hypothèse sur l’étude du mobilier céramique MR IIIA2 de deux tombes fouillées dans la région de Viannos, en Crète centrale-sud-est.

581 Pomadère 2007 a proposé une définition novatrice de l’étape de l’enfance au sein de l’histoire sociale et culturelle du monde égéen préclassique.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540