Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PERIFEREIA Étude régionale de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB (1450-1200 av. J.-C.)

 | 
Charlotte Langohr

III. La Crète aux Minoen Récent II-IIIB : analyse régionale

Texte intégral

CARTE 2. Carte de répartition des établissements crétois MR II-IIIB par région (P. Hacigüzeller)

1. L’occupation de l’île : séquences chronologiques, modalités et divisions géo-topographiques

  • 69 B. Hallager, par exemple, suggère un ressaisissement rapide de la population après les destruction (...)

1Au lendemain des destructions qui touchent la majorité des établissements crétois à la fin du MR IB, on peut assurément parler d’une chute sévère du nombre d’établissements habités. Bien qu’on ne parle plus toutefois d’une dépopulation générale de l’île, il semble que des régions entières aient été désertées pendant plus d’une génération, jusqu’au MR IIIA1 (sur les cinquante-quatre sites MR IA répertoriés par Driessen et Macdonald 1997 : 37-41, seuls trente-deux étaient toujours occupés au MR IB et plus que dix au MR II). La phase chronologique du MR II n’a pas directement été reconnue comme telle, distincte du MR IB et du MR IIIA1 ; le MR II a longtemps été considéré comme un style de poterie particulier au site de Knossos (Popham 1975 ; Niemeier 1979 ; Watrous 1981 ; Shaw J. 2006 : 126-127 ; le problème est développé dans Bennet 1986 : 15-17, 45-46). L’approfondissement des études céramologiques, la comparaison des ensembles de poterie de différents sites et l’avancée des fouilles archéologiques ont permis d’identifier une phase céramique existant hors de Knossos et surtout de reconnaître une réelle phase chronologique : plusieurs sites crétois, sérieusement détruits à la fin du MR IB, sont reconstruits et réoccupés directement ou rapidement après l’effondrement de la civilisation des Seconds Palais, à travers toute l’île, mais essentiellement dans les plaines côtières69. Il faut néanmoins insister sur deux points : d’une part, on ne dispose pas encore de dépôts MR II bien stratifiés ou clos, à l’exception de ceux de la Maison Inexplorée et de la fouille à l’ouest du Musée Stratigraphique (Stratigraphical Museum Extension) à Knossos et, d’autre part, dans la grande majorité des cas, la poterie de style MR II est trouvée mélangée dans des dépôts MR IIIA1 (Warren et Hankey 1989 : 81-82 ; les dépôts MR II stratifiés identifiés à Kommos et à La Canée constituent des exceptions : cf. ci-dessous, 2.4.9. Kommos et 2.6.3. La Canée).

2De la céramique de style MR II a été reconnue dans toutes les régions de l’île (Popham 1980 ; Bennet 1985 : 244, ill. 6 ; Bennet 1986 : 28-29, 45-47, tableau 2.2, fig. 2.6 ; Bennet 1987b : 80, fig. 2 ; Driessen 1990 : 126-127, fig. 18 ; Driessen et Macdonald 1997 : 41, fig. 4.5). Sa reconnaissance continue dans les fouilles archéologiques en Crète permet d’affiner le tableau de l’occupation de l’île à cette époque charnière. Il faut souligner toutefois que la Crète orientale, à la différence des régions centrale et occidentale, a longtemps été considérée comme quasi désertée à la suite des catastrophes MR IB. La raison majeure est qu’aucun signe d’une occupation MR II, voire parfois MR IIIA1, n’avait souvent pu être clairement identifié dans la stratigraphie des sites. Cela a donné lieu à des reconstructions historiques quelque peu erronées (Bennet 1986, Bennet 1987b). Les fouilles réalisées au cours de ces vingt dernières années ont permis l’identification d’importations knossiennes MR II dans les premières couches de la réoccupation qui a eu lieu sur certains sites de cette région orientale, mais surtout, des productions locales ont été reconnues dans ces mêmes niveaux qui témoignent d’une réelle activité dans cette région durant la phase MR II (les cas de Palaikastro [MacGillivray 2007 ; Langohr 2008a] et de Mochlos [Smith 2002 ; Soles et al. 2008] sont éloquents ; leur analyse constitue en grande partie le second volume à paraître). La Crète orientale connaît donc aussi, en quelques endroits, une réoccupation rapide et active. A ce jour, de la poterie de style MR II, qui suggère une occupation au cours de la phase chronologique MR II, a été identifiée sur les sites suivants :

  1. en Crète centrale-nord, à Knossos – ville et cimetières environnants70 –, et à Archanes71, Tylissos72 très faiblement à Amnissos73, et à l’emplacement de l’ancien sanctuaire du Mont Iuktas74 ;
  2. en Crète centrale-est, à Malia,75 Sissi76 et dans la grotte de Psychro77 ;
  3. en Crète centrale-sud-est, dans la région de Viannos78 ;
  4. en Crète centrale-sud à Phaistos79, Aghia Triada80 et Kommos81 ;
  5. en Crète centrale-ouest, dans la ville de Réthymnon82 et à Stavromenos83 ;
  6. en Crète occidentale, dans la ville et les environs de La Canée84 et à Stylos85 ;
  7. et en Crète orientale, à Palaikastro86, Zakros87 et Mochlos88.
  • 89 Il est parfois préférable et plus aisé de parler en termes de générations lorsque l’on aborde la c (...)
  • 90 Plusieurs éléments laissent penser que le site de Palaikastro a connu deux destructions majeures a (...)
  • 91 Ces styles locaux et tradition régionale au MR IB ont été distingués de manière évidente sur les s (...)
  • 92 En dehors de la Crète orientale, D. Puglisi et J. B. Rutter entre autres ont observé que, au MR IB (...)
  • 93 La Maison X de Kommos contenait également plusieurs dépôts de sol MR II, bien plus modestes cepend (...)
  • 94 A Malia, par exemple, dans la Maison Epsilon, aucun niveau MR II indépendant n’a été clairement id (...)

3Dans l’état actuel de la recherche archéologique, le Minoen Récent II semble être une période de redressement, confinée à une quinzaine de sites et qui ne couvrirait pas plus d’une génération89. L’occupation de la Crète durant cette phase chronologique connaît néanmoins des modalités différentes. Tout d’abord, il semble que la période du MR II ne commence pas partout en même temps sur l’île, particulièrement en Crète orientale où les destructions massives seraient plus tardives par rapport à celles qui ont lieu en Crète centrale ; la phase MR IB s’y serait par conséquent prolongée (MacGillivray 1997b : 276-277 ; Cunningham 2005 ; Hemingway, MacGillivray et Sackett [à paraître]). Cette hypothèse se base entre autres sur des analyses archéomagnétiques effectuées sur des briques d’argile, brûlées lors des incendies destructeurs survenus sur les sites néo-palatiaux de Mochlos, Palaikastro et Makryghialos (Downey et Tarling 1984)90. Ce débat chronologique est intimement lié à un domaine de recherche en cours, celui de la définition de styles locaux et régionaux de céramique au MR IB, notamment activé par le séminaire LM IB Pottery. Examining New Evidence for Relative Chronology and Regional Differences tenu à l’Institut Danois d’Athènes en juillet 2007 (Brogan et Hallager [à paraître]). En effet, parallèlement à la tradition de poterie pan-crétoise (la Tradition Palatiale Spéciale), des styles locaux se développent au MR IB, notamment en Crète orientale où ils participent en grande partie à une tradition régionale91. Les diverses recherches qui s’y attardent s’orientent vers la reconnaissance stylistique et/ou stratigraphique de sous-phases au sein du MR IB, dont la dernière – identifiée sur des sites comme Kommos, Aghia Triada, Mochlos ou Palaikastro – chevauche partiellement la phase MR II telle que définie à Knossos92. Ensuite, il n’a pas encore été clairement établi si la réoccupation progressive des sites d’habitat au MR II intervient davantage après une interruption, voire un abandon clair de ceux-ci, plutôt qu’en continuité avec l’occupation antérieure, ni dans quelle mesure ce phénomène varie selon les établissements crétois habités à cette période. Sur les sites de Mochlos et Palaikastro en Crète orientale, par exemple, les fouilleurs respectifs envisagent l’occupation ou la réoccupation de l’habitat au MR II selon des modalités différentes. A Palaikastro, les données archéologiques suggèrent une réoccupation très rapide, dans la lignée de l’occupation antérieure (Cunningham 2005 ; Langohr 2008a : 405, 583-588), tandis qu’à Mochlos, un abandon du site de trente à quarante ans est reconnu, avant une réoccupation progressive (Soles et al. 2008 : 5). Enfin, un événement important, comme une destruction, qui marquerait une discontinuité dans l’occupation des sites entre les phases MR II et MR IIIA1 n’est réellement discernable stratigraphiquement qu’à Knossos, dans la Maison Inexplorée et dans la zone à l’ouest du Musée Stratigraphique (Popham 1984, passim [Maison Inexplorée] ; Warren 1983 : 63-66 [zone à l’ouest du Musée Stratigraphique]). Les dépôts purs de céramique de style MR II appartenant à une phase d’occupation stratigraphiquement distincte et identifiés à Kommos et La Canée correspondent surtout à de larges remblais (Kommos, Maison X : Watrous 1992 : 26, 29, 30 : pièces 10 et 11 : dépôts, 18, 19, 24 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 512, n. 154 ; La Canée : Hallager et Tzedakis 1988 : 27)93. Ailleurs en Crète, la céramique MR II est mêlée aux formes de style MR IIIA1 dans les couches stratigraphiques, sans distinction évidente, ce qui suggère une occupation sans hiatus94.

4A la phase suivante du Minoen Récent IIIA1, qui couvre un peu moins de deux générations (Rutter 1999 : 139), le nombre de sites dont une occupation est attestée est sensiblement supérieur à celui qui concerne la phase MR II (Bennet 1986 : 47-49, tableau 2.2., fig. 2.7 ; voir aussi Driessen 1990 : fig. 19 ; Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : fig. 63). Les sites d’habitat qui ont connu une occupation au MR II continuent d’être habités sans discontinuité apparente et connaissent par ailleurs une expansion en superficie assez importante, mais sans programmes de constructions majeures. Parfois, de nouvelles fondations modestes apparaissent, généralement sur ou à proximité de sites MR I, réoccupés et simplement reconstruits. Un ordre d’idée de l’occupation de la Crète au MR IIIA1 pourrait être le suivant : une trentaine de sites d’habitats reconnus (Driessen et Macdonald 1997 : 38) et septante à cent sites au total (habitat, nécropoles et autres) qui ont fourni de la poterie MR IIIA1 (Bennet 1986 : 29). Knossos, qui semble être le siège d’une administration centralisée forte au MR IIIA1, est de loin le site prédominant de cette période, y compris au point de vue de l’étendue de son occupation (Whitelaw 2000).

5La phase majeure de constructions et d’investissements à grande échelle qui modifie à nouveau le paysage de la Crète est celle du Minoen Récent IIIA2. Des changements considérables sont discernables dans l’organisation de plusieurs sites. Les phases MR IIIA2 et MR IIIB sont celles d’une occupation accrue et dense de l’île et d’une diversification des types et des niveaux de l’habitat. Dans plusieurs cas, sur la base de l’étude de la céramique, ces deux phases chronologiques sont difficilement distinctes dans les habitats et les tombes, et on parle ainsi souvent d’une occupation MR IIIA2-IIIB (consulter la discussion qui suit la communication de P. Warren dans Hallager et Hallager 1997 : 185-192 et, plus récemment, les commentaires de J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 610s.). Le MR IIIA2 couvre une période d’une septantaine d’années, c’est-à-dire un peu plus de deux générations. En 1986, J. Bennet dénombrait 126 sites au total qui ont connu une activité au cours de la phase MR IIIA2 (Bennet 1986 : 29, tableau 2.2., 50-51).

  • 95 C. W. Shelmerdine a rassemblé les signes archéologiques qui attestent une rupture dans la continui (...)

6L’événement décisif qui met un terme à l’hégémonie de Knossos au cours du MR IIIA2 semble avoir eu des conséquences capitales pour les développements des autres sites crétois contemporains. La destruction du palais est d’abord corroborée ailleurs dans la ville et la région de Knossos, comme l’ont montré récemment les travaux d’E. Hatzaki au Petit Palais (Hatzaki 2005a) ou des fouilles récentes à Poros, le port de la ville (communication de N. Dimopoulou au Minoan seminar, Londres, 24 avril 1991 ; Banou et Rethemiotakis 1997 : 52, n. 102). D’autres sites de Crète ne sont établis ou réoccupés qu’à partir du MR IIIA2. Certains archéologues ont suggéré que ces nouvelles (ré)installations sont une des conséquences de la destruction de Knossos, qui a nécessité, voire motivé, l’établissement de nouveaux lieux d’habitats95. Les nouvelles installations se groupent souvent autour des sites déjà habités aux MR II-IIIA1. Il est souvent difficile de déterminer si ces nouvelles installations d’envergure, opérationnelles au MR IIIA2, sont entreprises avant l’effondrement du site de Knossos, ou après. Cette question est fréquemment présentée comme un point capital pour la reconstruction de l’histoire de l’île à cette période charnière. Elle concerne particulièrement le site d’Aghia Triada, notamment la construction du Mégaron ABCD (consulter en dernier lieu les discussions qui suivent D’Agata 2005 dans D’Agata et Moody 2005 : 139s. ; cf. ci-dessous, 2.4.1. Aghia Triada). Certains spécialistes ont considéré cette période post-palatiale de l’île comme une des plus prospères et sereines qu’ait connue la Crète, jusqu’à l’histoire récente (Rehak et Younger 1998a : 161). Il n’empêche que des bouleversements dont la nature n’est pas encore claire semblent toucher quelques sites vers la fin du MR IIIA2, qui causent des destructions et des abandons d’habitats (le Bâtiment 4 à Palaikastro [C. Macdonald, commentaire personnel], le site de Kephali Chondrou [Platon L. 1997 : 370-373, spéc. 373]).

  • 96 Les habitats MR IIIC mis en évidence ces dernières années à La Canée, Khamalevri, Knossos, Kastell (...)

7La phase MR IIIB dure grosso modo un siècle. Le début de cette phase est généralement positionné dans la continuité du MR IIIA2 mature. Cette période de l’histoire de la Crète est restée longtemps obscure, en raison notamment de la méconnaissance de la céramique qui y répond. Les avancées croissantes de l’étude de cette phase chronologique – engagées particulièrement par le travail d’A. Kanta – ont permis de reconnaître une occupation dense, prospère et homogène à travers l’île, qui connaît le nombre absolu d’établissements le plus élevé. Il pourrait s’agir de 100 à 120 sites d’habitat reconnus et de près de 200 sites au total, si on inclut les nécropoles et les découvertes sporadiques (Bennet 1986 : 29, tableau 2.2., 51-53 ; Firth 1994-1995 : 45). Il est entendu que sur une période d’une telle durée, il est vraisemblable que l’occupation de ces sites ne soit pas absolument contemporaine et continue. Les établissements crétois connaissent des développements spécifiques au MR IIIB, particulièrement en ce qui concerne leur distribution géographique. En effet, lors d’un stade avancé du MR IIIB, un changement majeur semble prendre place (Tsipopoulou 1997 : 242 ; une récente analyse est celle de Borgna 2003b). On constate l’abandon de très nombreux sites, la destruction d’autres par incendie et la fondation croissante de nouveaux établissements dont l’occupation se prolongera au cours du MR IIIC. La population se déplace et s’établit davantage sur les hauteurs, dans l’arrière-pays, bien que les côtes ne soient en rien désertées96. Des changements majeurs dans la culture matérielle sont également flagrants (consulter, entre autres, les discussions dans Hallager et Hallager 1997 : 405-406). Les analyses consacrées aux ensembles de poteries MR IIIB avancé/début MR IIIC de plusieurs sites crétois mettent en évidence la disparition de plusieurs formes de vases caractéristiques des MR IIIA2-IIIB (coupe à champagne, rhyton conique, grand vase à étrier de stockage en céramique grossière), tandis qu’un ensemble tout à fait neuf de vases apparaît (bol profond d’un type dérivé de la forme mycénienne FS 284, cratère en forme de cloche finement décoré, marmite tripode à pieds de section circulaire portant sur leur partie supérieure une incision ou dépression profonde : Kanta 2003b ; Warren 2005). P. Warren observe que ce « completely new package » est partagé assez largement à travers toute l’île et que la production de céramique à cette période – pendant une période peut-être assez courte d’une ou deux décennies autour de 1200 av. J.-C. – présente une homogénéité importante (Warren 2005 : 100). Ces signes de nouveautés ont parfois été vus comme l’indication de mouvements de population, de groupes du continent émigrant vers la Crète (Popham 1965 : 334-335 ; Warren 2005 : 102). Les processus radicalement différents qui se mettent en place à cette époque ouvrent la voie à la société crétoise de l’Âge du Fer.

  • 97 C’est le cas, par exemple, de la région au sens large de Réthymnon, où de très nombreuses tombes e (...)

8Enfin, on peut encore préciser que la densité et les développements de l’occupation d’une région donnée au cours des MR II-IIIB ne peuvent souvent être corroborés par la mise au jour du ou des sites d’habitat qui y répondent, car ceux-ci font régulièrement défaut dans la prospection archéologique. Les découvertes d’ordre funéraire sont proportionnellement plus fréquentes et constituent, dans certains cas, les seules données susceptibles de suggérer l’occupation plus ou moins dense de la zone environnante97.

2. Présentation archéologique de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB

  • 98 Le riche catalogue d’A. Kanta comprend, en de très nombreuses occasions, la mention de la découver (...)

9Détailler exhaustivement l’occupation des différentes régions de Crète au cours des 250 années auxquelles répondent les phases chronologiques des MR II-IIIB et telle qu’elle a pu être établie grâce aux nombreuses fouilles archéologiques qui ont jalonné le 20e s. et le début du 21e s. de notre ère en Crète est un exercice conséquent auquel on ne prétend absolument pas ici. La présentation archéologique de la Crète aux MR II-IIIB proposée est sélective. En effet, chaque site crétois ayant fourni un matériel archéologique qui atteste sa fréquentation – plus ou moins continue et plus ou moins importante – au cours des phases MR II-IIIB ne se retrouve aucunement dans cette étude, contrairement à ce qu’avait réalisé A. Kanta il y a presque trente ans. Elle mentionnait la moindre trouvaille archéologique connue en 1980 se rapportant aux MR II-MR III, qu’elle avait soit identifié dans la littérature archéologique, soit examiné et analysé elle-même concrètement (Kanta 1980). La sélection des sites archéologiques ici détaillés s’est faite principalement selon deux critères. Premièrement, une attention toute particulière est conférée aux résultats des nouvelles fouilles archéologiques qui ont eu lieu depuis la publication d’A. Kanta, ainsi qu’aux nouvelles données fournies par les plus récentes études qui se sont penchées sur le sujet de la Crète palatiale finale et post-palatiale. Deuxièmement, on a privilégié la présentation des sites qui ont été suffisamment fouillés et publiés pour que les données récoltées puissent intégrer une reconstruction archéologique de l’histoire de la Crète la moins contingente possible. Autrement dit, sauf exception, les sites ou découvertes partielles pour lesquels on ne dispose pas, par les publications, d’un matériel archéologique analysé et/ou illustré qui permettrait de préciser la ou les phases chronologique(s) d’occupation de ces sites et/ou le caractère de cette occupation n’ont pas été repris98. Néanmoins, les septante-cinq établissements – et trouvailles périphériques associées – ici analysés comprennent tantôt des sites très connus, tantôt des sites peu ou pas pris en compte dans les études archéologiques. Cette section tente de donner une vue d’ensemble de l’occupation MR II-IIIB de la Crète à travers une présentation des différents sites crétois et aborde les domaines divers de la société et de la culturelle matérielle contemporaines.

10On avait choisi, dans un premier temps, d’organiser cette section selon différents angles d’approche d’une société humaine et de sa culture matérielle : architecture et mode d’implantation des sites, coutumes funéraires, production, circulation et consommation de la céramique, exercice du culte, etc. Deux raisons ont motivé l’abandon d’une telle approche pour une présentation des données région par région. Tout d’abord, une telle présentation permet de réunir un ensemble cohérent d’informations exclusivement archéologiques, afin de développer, sur cette base, une analyse interprétative propre de la problématique de la « Crète mycénienne ». Ensuite, parler de l’occupation de la Crète exige de considérer la géographie et l’orographie particulières de l’île. On a dit que la Crète est constituée pour deux tiers de montagnes et de collines qui sont présentes partout dans le paysage et de quelques plaines alluviales. De cette situation géographique et orographique découle un morcellement très important du relief en un grand nombre d’unités et de régions différentes, qui se distancient d’autant plus l’une de l’autre que l’île est très allongée. Il est très probable que ceci a considérablement influencé les développements des sites et les relations entre ceux-ci, tant à l’échelle de toute l’île qu’au sein d’une large région, ce dont on rendra compte à l’occasion de l’analyse interprétative. A. Kanta avait organisé la présentation des sites MR III en divisant la Crète en trois grandes régions, la Crète centrale, la Crète orientale et la Crète occidentale, les sites au sein de chacune de ces régions étant regroupés sous les différents districts administratifs modernes qui composent chacune de ces régions – respectivement huit, trois et neuf districts. Dans la présente étude, un seul niveau de découpage est privilégié. Il est essentiellement dicté par les conditions du relief, mais tient également compte des superficies couvertes, dans le sens où il semblait plus pertinent de distinguer plusieurs régions au sein de la grande région centrale de la Crète et au moins deux régions dans l’ouest de l’île. Ainsi, on a différencié (carte 2) :

  1. La Crète centrale-nord (carte 3) qui comprend, d’une part, la région de Knossos, sa bande côtière et son arrière-pays qui englobe la région des collines d’Archanes et, d’autre part, la région de la Basse et de la Haute Pediada ;
  2. La Crète centrale-est (carte 4) qui s’étend à partir de la plaine de Malia jusqu’à la région du Lasithi ;
  3. La Crète centrale-sud-est (carte 5) qui embrasse la région littorale du golfe de Mirabello, l’isthme de Ierapetra et la bande côtière sud jusqu’à la région de Viannos ;
  4. La Crète centrale-sud (carte 6) qui concerne essentiellement la plaine de la Mesara ;
  5. La Crète centrale-ouest (carte 7) que constituent, d’une part, la vallée d’Amari, le long des contreforts ouest du Mont Psiloritis, ou Mont Ida, et, d’autre part, la plaine de Rethymnon, sa bande côtière et son arrière-pays ;
  6. La Crète occidentale (carte 8) qui concerne la région qui s’étend à partir des Montagnes Blanches jusqu’à La Canée, la zone extrême de la Crète occidentale ayant été très peu explorée ;
  7. La Crète orientale, qui sera définie dans le second volume à paraître.
  • 99 La définition d’une région archéologique, non en tant qu’unité géographique statique mais en tant (...)

11Si ce découpage de la Crète tente de reposer sur des frontières de nature géographique qui ont potentiellement créé des divisions naturelles entre les sociétés anciennes qui vivaient dans ces différentes régions, il est évident qu’il ne peut pas être considéré en tant que tel comme le reflet historique fidèle d’unités sociopolitiques distinctes (Relaki 2004 : 171). Toutefois, bien que la division par régions proposée serve peut-être avant tout une lecture analytique plus aisée des données étudiées, on soulignera à plusieurs reprises en quoi les sites regroupés dans une même région partageaient des traits culturels communs qui permettent de soutenir que ce découpage régional indique en partie des frontières culturellement explicites (Donnan et Wilson 2001)99.

12Les cartes géo-topographiques de la Crète, qu’on trouve à l’intérieur de ce volume et sur le CD-ROM, situent les différents sites archéologiques qui sont ici analysés, par région. La nature du site est précisée : habitat, funéraire ou découverte fortuite de nature indéterminée. Ces cartes regroupent tous les sites MR II-IIIB sans distinction chronologique. En effet, à cette échelle, le manque de précision répété des phases chronologiques précises auxquelles ces données correspondent ne permet pas la création de cartes distinctes qui suivraient un développement diachronique.

13Enfin, quand cela est apparu pertinent et possible, la présentation des données relatives à un site est articulée en deux temps : la période MR II-IIIA1/début MR IIIA2 et la période MR IIIA2-IIIB.

CARTE 3. La région de Crète centrale-nord. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)

2.1. La Crète centrale-nord : Knossos, sa région côtière et son arrière-pays, et la région de la Pediada (carte 3)

2.1.1. Knossos

14La complexité du passé archéologique du site de Knossos est singulière, le palais lui-même a régulièrement été comparé à un labyrinthe par les archéologues (voir en dernier lieu Karetsou 2004). Seront essentiellement exposées ici les données archéologiques qui permettent de baliser l’histoire de Knossos au cours des phases MR II-IIIB, dans la ville et dans les nécropoles. On a déjà dit qu’aucun dépôt de destruction MR IB n’a à ce jour été identifié dans le palais, alors que le reste de la ville a subi des dommages importants (Warren 1991a : 33). Il est probable que ce bâtiment central ne fonctionnait plus comme un centre administratif et/ou religieux au moment des destructions qui touchent l’ensemble de l’île. Plusieurs éléments archéologiques suggèrent que le palais est en réparation et en rénovation au MR IB, suite aux importants dégâts causés sans doute par un tremblement de terre au MR IA, peut-être au moment de l’éruption du volcan de Thera (Macdonald 1997, Macdonald 2005 : 176s., 192-194). L’absence de dépôts de poterie MR IB est aussi observée dans le Petit Palais (Hatzaki 2005a : 199). Géographiquement, la définition de Knossos se comprend comme la vallée de Knossos au sens large. Elle se développe de part et d’autre de la rivière Kairatos, de la région du palais jusqu’à Poros, le port de la ville, ce qui inclut les différents sites de nécropoles qui jalonnent la zone entre le palais et le port, y compris les habitats et nécropoles de Katsambas et Poros. Chronologiquement, on a organisé la présentation des données archéologiques relatives à Knossos en deux temps, avant et après la destruction majeure du palais et de la ville au cours du MR IIIA2.

Aux MR II-MR IIIA2

Habitat

15Le MR II est une période d’activité architecturale importante dans la ville, avec des opérations de constructions d’envergure et de qualité, notamment au sein du palais et de la Maison Inexplorée. Un horizon de destruction touche plusieurs sections du secteur urbain à la fin de cette période : la Maison Inexplorée (Popham 1984), la Maison Sud (South House) et la Maison de Gypse (Gypsum House) situées à l’ouest du Musée Stratigraphique (SEX – Stratigraphical Museum Extension : Warren 1983), le secteur ouest et sud-ouest du palais, par exemple dans une des Maisons Sud-Ouest (South-West Houses : Macdonald 1993) ou une maison qui bordait une extension de la Chaussée Royale (Royal Road) au centre de la ville (Macdonald 2005 : 204). Après cet événement, des reconstructions considérables ont encore eu lieu au MR IIIA1, au sein du palais, du Petit Palais et ailleurs dans la ville, dans les anciennes maisons néo-palatiales restées debout. Ces interventions semblent assez conséquentes, au point qu’E. Hatzaki relève que la plupart de ce que l’on voit sur le site aujourd’hui, et en particulier les ruines du palais, pourrait appartenir aux MR II-IIIA1 (Hatzaki 2004 : 122).

  • 100 Depuis le MM II, l’Aile Ouest a, certes, connu des transformations graduelles mais celles-ci n’ont (...)
  • 101 Sans exclure une fonction de réception, cérémonielle ou cultuelle, I. Begg, qui analyse le matérie (...)

16Dans le palais, un programme de réaménagements, de constructions et d’embellissements est mis en place aux MR II-IIIA1, particulièrement perceptible dans l’Aile Ouest (Driessen et Langohr 2007 : fig. 16.3)100. Une transformation architecturale significative est la construction d’une entrée vraisemblablement majestueuse sous forme d’une grande volée d’escaliers à l’angle nord-ouest du palais, qui donne un nouvel accès direct au premier étage (le piano nobile : Evans 1928 : 590-594, fig. 369 ; Graham 1969 : 249-250 ; Macdonald 2005 : 209). La ou les fonction(s) des pièces situées à l’étage est matière à discussions101. La grande galerie de magasins au rez-de-chaussée est réaménagée. Il a été soutenu que 149 des 174 pithos qui y sont mis au jour sont des productions de la période MR II-IIIA2 (Christakis 2005 : 77). Ceci témoigne de l’importante nécessité de stockage des ressources dans le palais à cette époque (Christakis 2004, Christakis 2005 : 77, 84). Le réexamen archéologique de la Pièce des Tablettes de Char par J. Driessen distingue une destruction au MR II ou au début du MR IIIA1 dans l’Aile Ouest (Driessen 1990, Driessen 1997, Driessen 2000). Cette destruction partielle du palais au MR II ou au début du MR IIIA1 est elle aussi suivie d’un programme de renforcement, de réaménagement et d’embellissement de ce secteur, dont témoignent très probablement la mise en place d’un nouveau sol dallé en gypse dans les magasins, la réduction de la profondeur de leurs compartiments en pierre (kaselles) ainsi que le réagencement et la restauration du sol dallé du long corridor qui longe ces magasins, mais aussi une certaine restriction des accès et un abandon d’anciens espaces de stockage (Driessen 1990 : 117-118). Le dernier sol en gypse aménagé au-dessus des kaselles, l’abandon et le remodelage de certaines de ces dernières et le blocage des accès aux extrémités du long corridor ont été identifiés comme des entreprises relatives à la phase MR IIIA2 (Warren 1967 ; Popham 1970b : 45-56 ; Hallager 1977 : 17-30 et, en dernier lieu, Christakis 2004 : spéc. 301, 303, 306-307).

  • 102 Plusieurs données stratigraphiques liées à de la céramique MR III ont été identifiées dans le quar (...)

17Dans l’ancien quartier dit résidentiel ou domestique de l’Aile Est, de nouveaux murs sont édifiés (Hood 2000 : 192), probablement au MR II – comme le suggère l’analyse des fragments de fresques retrouvés – et peut-être essentiellement au niveau des pièces de l’étage, au niveau de la cour centrale. Cette zone orientale ne semble pas subir de restructurations importantes, à l’échelle de ce qui se passe dans l’Aile Ouest, bien que l’installation d’une nouvelle canalisation en pierre en forme de U – identifiée dans la partie sud de l’Aile Est – puisse correspondre à cette phase de réaménagement MR II-IIIA1 du palais (Macdonald et Driessen 1988 : 253-254, 257-258, fig. 7)102.

18Dans la partie sud du palais, d’autres éléments témoignent encore de rénovations et peut-être précisément de celles qui sont entreprises après l’horizon de destruction MR II. Le long de la Façade Sud (South Front), entre la Maison Sud (South House) et le palais, des fosses ont été creusées et comblées de débris de céramique MR II mêlée à des fragments de fresques et des blocs de gypse (Popham 1970b : 57-60 ; Driessen 1990 : 118-119 ; Driessen 2003 : 34 citant des extraits d’un carnet de fouilles de D. Mackenzie). De plus récents sondages dans les Soubassements de la Terrasse Sud (South Terrace Basements) ont identifié d’autres fosses comblées de céramique MR II, qui correspondent certainement au réaménagement extensif de ce secteur, quand ces soubassements sont fortement remodelés et réorganisés. Cependant, les fouilleurs ne tranchent pas quant au moment précis de cette entreprise : dès le début de la phase MR II ou plus tard, au début ou au cours de la phase MR IIIA1, après la destruction MR II du palais (Momigliano et Hood 1994 : 147-150, fig. 1-2, 11-16 [poterie MR II]).

  • 103 Le gypse est utilisé au sein du palais au MR II, ainsi que dans les reconstructions contemporaines (...)
  • 104 Ce motif existait à l’époque précédente mais uniquement dans la glyptique et la peinture murale, e (...)
  • 105 Il semble que très peu de fresques réalisées dans le palais au cours des MM III/MR I ont été conse (...)
  • 106 La survivance de ce motif significatif (Hood 2005 : 55, 66) fait clairement référence au passé néo (...)
  • 107 Le thème de la procession est également lié au passé minoen. Du même secteur sud proviennent les f (...)
  • 108 Cette fresque est souvent liée à la phase plus tardive du MR IIIA2 (Hood 2000 : 206 ; Hood 2005 : (...)

19Au cours de ces aménagements dans certains secteurs privilégiés de l’édifice aux MR II et MR IIIA1, le choix de matériaux spécifiques et les ornementations architecturales occupent une place singulière (Driessen et Langohr 2007). L’utilisation du gypse dans les constructions est particulièrement appréciée, comme à l’époque néo-palatiale103. Les façades sont décorées par endroits de frises en pierre qui font alterner les motifs de demi-rosettes antithétiques et de triglyphes, par exemple au niveau de la nouvelle entrée nord-ouest (Moser von Filseck 1986 : 19-23 ; Bietak 2000 : 37 ; Bietak 2005 : 89 ; Macdonald 2005 : fig. entre les p. 190 et 191)104. Mais c’est encore la qualité des fresques monumentales qui décoraient les murs restaurés ou remontés à cette période qui témoigne le mieux d’un engouement esthétique remarquable. Les peintures murales qui ont fait partie de ce programme d’embellissement du palais sont nombreuses (Hood 2000 : 197, 203-206 ; Hood 2005 ; Marinatos N. 1996 : 149-157). S. Hood soutient que toutes les fresques du palais contemporaines de l’occupation MR II-III de celui-ci sont peintes après la fin du MR IB, essentiellement au MR II (Hood 2000 : 192)105. Les accès au palais et corridors de circulation sont (re) décorés avec faste aux MR II-IIIA1. Le Porche Ouest (West Porch) est orné pour la troisième fois d’une fresque de taureau, symbole récurrent de l’iconographie minoenne antérieure (Macdonald 2005 : 218)106. Les Propylées Sud (South Propyleum) servent toujours d’accès majestueux en direction de l’Aile Ouest, comme le montre la fresque de l’Echanson (Cupbearer fresco) probablement réalisée au MR II, ou la fresque de la Procession (Procession fresco), toute proche (Hood 2005 : 66)107. La fresque du Siège Pliant (Camp-stool fresco) semble avoir décoré une salle à l’étage ou un vestibule d’entrée lié aux nouveaux escaliers nord-ouest, peut-être aussi dès les MR II-IIIA1108. Elle figure des paires d’individus trinquant face à face, à l’aide, soit d’une kylix, soit d’un gobelet de tradition minoenne, et se compose également de la représentation de la célèbre « Parisienne ». Dans la Salle du Trône (Throne Room), outre le siège en gypse et les banquettes en pierre décorées de frises de triglyphes et demi-rosettes, qui semblent des installations du MR II (Driessen 1999a : 229, n. 11 ; Moser von Filseck : 24-25), une fresque composée entre autres de deux griffons disposés de manière héraldique de part et d’autre du trône est réalisée (Bietak 2005 : 89, pl. 14.1 ; Macdonald 2005, fig. entre les p. 126 et 127). Une fresque d’un taureau décorait la pièce qui précède la Salle du Trône, mais est peut-être plus tardive (Hood 2005 : 65). Enfin, dans l’Aile Est, plusieurs fragments de fresques attestent la réalisation de décors muraux au cours de la phase MR II, sans doute dans des pièces à l’étage des secteurs du Hall des Doubles Haches (Hall of the Double Axes) et de la Cour de l’Embouchure en Pierre (Court of the Stone Spout). Les décors se composaient notamment de motifs de taureaux, de boucliers, d’argonautes et même d’une scène de « toréadors » (Hood 2005 : 72-75, 79-80, fresques n° 23-26, 33 ; Macdonald 2005, fig. entre les p. 190 et 191).

20Au MR II, la Chaussée Royale (Royal Road) est repavée. L’Arsenal semble bâti à la même époque, le long de cette voie, ainsi que le podium d’honneur. Ce dernier a été interprété comme le lieu privilégié d’où étaient contemplées des processions rituelles – qui s’avançaient peut-être vers les nécropoles – ou militaires – y compris peut-être des parades sur des chars (Driessen 1991 : 39).

  • 109 Certaines maisons néo-palatiales ne seront jamais vidées de leur débris de destruction ni réoccupé (...)

21Plusieurs des grands édifices et maisons de la ville de Knossos construits à l’époque néo-palatiale sont réoccupés après leur destruction au MR IB. L’absence de dépôts MR I dans certains d’entre eux ne permet pas d’identifier avec certitude la continuité ou la modification de l’aménagement et de la nature de leur occupation lors de cette réinstallation (Hatzaki 2004 : 121)109.

22Dans la périphérie immédiate du palais, au sud de la Cour ouest, une maison est reconstruite sur les ruines d’une ancienne résidence MR IA, dans le secteur des Maisons Sud-Ouest. On y fait également usage de gypse. Elle renferme le seul exemple certainement daté d’une salle minoenne à polythyron – cachet par excellence de l’architecture minoenne néo-palatiale – construite à Knossos après le MR IB (Macdonald 1993 : 19-20 ; Coldstream et Macdonald 1997 : 192-193, fig. 1, 201, fig. 5 ; Driessen et Macdonald 1997 : 148-149 ; Driessen 1999a : 228 ; Macdonald 2005 : 208). Un incendie ravage la maison à la fin du MR II. Des opérations de déblaiements et rénovations prennent place au MR IIIA lors desquelles les ouvertures du polythyron sont bloquées par deux fois (Driessen 1999a : 228). Un peu plus écartée du palais, vers le N/N-E, la Villa Royale (Royal Villa) connaît une occupation intense au vu des riches dépôts de poterie MR II et MR IIIA conservés (Evans 1964 : 400, fig. 231, 239a et b ; Popham 1970b : 16-20, notamment fig. 3-4, pl. 10-16). Elle pourrait ne pas avoir connu de dommages importants au MR I (Evans 1902-1903 : 153), et avoir ainsi été intégralement réoccupée aux MR II-IIIA, sur ses sols en gypse d’origine et sur les trois niveaux d’habitation reconnus (Fotou 1997 : 34-41), avant d’être détruite par un incendie au MR IIIA2, qui affecte particulièrement les étages (Popham 1970b : 20 ; Hatzaki 2004 : 122). Un scénario similaire est reconnu pour la Maison Sud-Est (South-East House) (Popham 1970b : 30-33, pl. 1h, 10c, 11b, 22-24a ; Hatzaki 2004 : 123) et la Maison du Trésor Nord-Ouest (North-West Treasure House) (Popham 1970b : 60-62, fig. 109 : 114, pl. 2d, 4d, 5b, 37-39), toutes proches du palais.

23Dans la région située au nord-ouest du palais, la Maison Inexplorée, le Petit Palais et la zone d’habitat située à l’ouest du Musée Stratigraphique témoignent d’une réoccupation rapide, intense et prolongée. La Maison Inexplorée est conçue au MR I mais n’est achevée qu’au MR II, après une période d’abandon – une cessation des travaux – au cours du MR I (Popham 1984 : 261). Un incendie sévère endommage le bâtiment au MR II et comble véritablement les pièces du rez-de-chaussée dans les sections sud et centrale du bâtiment de débris architecturaux et de mobilier, tombés notamment depuis l’étage (Popham 1984 : 261-263). En revanche, la partie nord, qui semble avoir été moins affectée par l’incendie, est déblayée et réaménagée : rez-de-chaussée et étage sont alors habités sans interruption jusqu’à leur abandon au MR IIIB, bien que quelques dommages structurels soient identifiés, situés par M. R. Popham au sein de la phase MR IIIA1 (Popham 1984 : 1-9, 264, pl. 3). L’ancien étage MR II du reste du bâtiment aurait été partiellement réoccupé au cours du MR IIIA1 (Popham 1984 : 18, pl. 12a, 121a, 176 : 7, 9), après quoi une nouvelle destruction dans ce secteur limite l’habitat à la partie nord. Il est vraisemblable que la Maison Inexplorée ait échappé à une destruction violente au MR IIIA2 – contrairement au Petit Palais voisin – pour une raison encore peu claire (Hatzaki 2005a : 201).

  • 110 Les fondations du Petit Palais sont mises en place au MM IIIB/MR IA ou au début du MR IA, puis il (...)
  • 111 En tenant compte, d’une part, de l’observation d’une distinction significative entre la nature des (...)

24Le Petit Palais, un bâtiment également néo-palatial, est peut-être occupé au cours de la phase MR II (Hatzaki 2005a : plan 3)110 Au MR IIIA1, d’importantes opérations de reconstructions sont clairement entreprises et certaines interventions donnent lieu à des transformations sérieuses des plan, circulation et agencement originaux. La façade ouest est presque entièrement reconstruite, une série d’ouvertures sont bloquées – dont les ouvertures au sein des salles minoennes dans le secteur est (Hatzaki 2005a : 43, pl. 2a, 3a, 5a) –, un foyer est installé dans la pièce 8 (Hatzaki 2005a : 46, 200, pl. 50). E. Hatzaki considère ces modifications structurelles comme la conséquence probable de la destruction sévère de la Maison Inexplorée au MR II, dont les fonctions seraient désormais endossées par le Petit Palais (Hatzaki 2005a : 200). Ceci sous-entend une continuité des pratiques entre les MR II et MR IIIA1, bien que la ou les fonctions particulières de ces deux édifices n’ai (en) t pas encore été définie(s). Le bâtiment est sévèrement détruit au cours du MR IIIA2, alors que de la céramique MR IIIA1/IIIA2 était encore largement en circulation111. La force de l’incendie est énorme et a vraisemblablement été intentionnellement aggravée par une intervention humaine. Celui-ci provoque l’effondrement de l’étage et le dépôt mêlé de tablettes en Linéaire B et d’une centaine de scellés qui y étaient entreposés, ainsi que du mobilier du Sanctuaire aux Fétiches (Fetish Shrine) (Hatzaki 2005a : 202). Cet incendie dévastateur met donc un terme à l’activité administrative qu’exerçait, entre autres, le Petit Palais.

  • 112 La grande plateforme est peut-être déjà inutilisée à la fin du MR IIIA1, comme le suggère la strat (...)

25Dans le même secteur, à l’ouest du Musée Stratigraphique, P. Warren a fouillé diverses structures qui correspondent à des activités postérieures à la phase MR IB. En ce qui concerne la phase MR II, il parle de bâtiments substantiels, nouvellement construits ou réédifiés sur des ruines MR I, puis détruits au cours de la même phase et dont attestent plusieurs dépôts (Warren 1983 [les figures 5-13 et 16-18 présentent une sélection de la poterie MR II scellée dans ces dépôts], Warren 1997 : 158 et passim). La zone est rapidement refréquentée, mais un changement radical intervient dans le mode d’occupation, dont témoignent la forme et la fonction des nouvelles installations (Warren 1997 : 158, 161). En effet, le terrain est nivelé – directement au-dessus des bâtiments MR II détruits – et laisse apparaître une grande aire ouverte où sont aménagées au moins deux petites et une grande plateformes circulaires (Warren 1983 : fig. 19, 21-31, Warren 1984). Celles-ci sont édifiées au MR II avancé, utilisées au cours de la phase MR IIIA1 et abandonnées au début de la phase MR IIIA2 (Warren 1984)112. P. Warren interprète la grande plateforme comme un espace réservé à des danses et les plus petites comme des podiums, peut-être pour des musiciens ou quelques officiants religieux (Warren 1984 : 317-323). Non loin de là, deux maisons MR I sont reconstruites et réaménagées dès la phase MR II, puis détruites au cours de la même phase : la Maison Sud et la Maison de Gypse (Warren 1983 : 63-66 ; Warren 1988 : 391, pl. 286, 287c).

26Dans la région au sud-est du palais, la Tombe Temple (Temple Tomb), édifice remarquable de la période néo-palatiale, connaît également une réutilisation très importante au MR II, qui se prolonge plus modestement au MR IIIA1, puis est abandonné au MR IIIA2 (Evans 1935 : 1017, fig. 965). E. Hatzaki a suggéré la réutilisation de ce bâtiment pour des célébrations rituelles au MR II – au vu des nombreuses kylix à pied court et des tasses peu profondes qui y ont été retrouvées –, qui réactivaient peut-être délibérément les activités qui y avaient lieu à l’époque néo-palatiale (commentaire d’E. Hatzaki dans D’Agata et Moody 2005 : 142 ; Hatzaki [à paraître a]). Dans le même secteur, la Maison du Grand Prêtre (House of the High Priest) est réoccupée aux MR IIIA1-2 (Popham 1970b : 63-64, 103, fig. 9 : 10-16, pl. 9f, 11c et e, 45).

27Enfin, en retrait du centre urbain, en bordure du littoral septentrional, les secteurs de Poros et de Katsambas sont également réoccupés dès cette époque. En ce qui concerne Poros, A. Kanta avait déjà souligné la découverte de céramique MR II et MR IIIA dans les environs, sans que celle-ci puisse être fermement reliée à des structures domestiques ou autres (Kanta 1980 : 26-27). De plus récentes fouilles de sauvetage exécutées au port ont révélé une destruction majeure au début du MR IIIA2 dans la séquence stratigraphique ; la grande majorité du matériel céramique mis en évidence appartient au MR IIIA1 mais présente des vases et tessons datés du début du MR IIIA2 (N. Dimopoulou, Minoan seminar [Londres, 24 avril 1991] ; Banou et Rethemiotakis 1997 : 52, n. 102). Les plus récentes découvertes font état de céramique MR IIIA associée à des structures architecturales (Blackman 2002 : 109). De toute évidence, le port de Poros continuait de fonctionner à cette époque. A Katsambas, une maison néo-palatiale est réoccupée dès le MR II et son occupation se prolonge aux phases suivantes (Kanta 1980 : 28 : céramique dans le « Style du Palais »). Récemment, un bâtiment de grande envergure y a été mis au jour, dont les trouvailles datent son utilisation aux MR II-IIIA (Whitley 2007 : 109). Cet édifice a été interprété comme un abri à bateaux, encerclé par des installations relatives à des activités navales. Cette découverte confirme la poursuite importante des activités portuaires à cet endroit, à l’embouchure du Karteros qui mène, entre autres, vers Knossos.

Tombes
  • 113 L’utilisation de quarante-six tombes knossiennes a pu être reliée aux phases MR II et/ou MR IIIA1, (...)
  • 114 Bien que réutilisées pour des inhumations postérieures, ces tombes isolées ne feront jamais partie (...)
  • 115 L. Preston a réétudié l’architecture et le matériel de cette tombe ; elle soutient que celle-ci es (...)

28L’inhumation des morts aux MR II-IIIA1 à Knossos est un phénomène social fondamental et renouvelé en profondeur, bien que spécifiquement restreint113. Dès le MR II, plusieurs tombes sont élevées en dehors du centre urbain, à partir du port de Poros et tout le long de la vallée du Kairatos, à 1,5-2,5km du palais en direction du nord (Preston 2004a : fig. 3). Il s’agit là d’un phénomène neuf puisque, auparavant, les tombes étaient installées à la périphérie de la ville, dans un rayon plus étroit autour du palais. Les tombes dont une utilisation au cours de la phase MR II est reconnue sont dispersées114. On mentionnera surtout, au N/N-O du palais, une tombe à Aghios Ioannis (Hood et Coldstream 1968) et d’autres sur le site du nouvel hôpital (Les tombes I, II, III, V : Hood et de Jong 1952 ; Grammatikaki 2001 : 627 ; voir aussi Hood et Smyth 1981 : 35 avec références), au nord du palais, quatre tombes à Isopata (Les tombes 1 et 2 ou Tombe aux Doubles Haches [Tomb of the Double Axes], 3 et 5 : Evans 1914 ; Preston 2007) ainsi que la Tombe Royale (Royal Tomb) (Evans 1906b : 526-562) et la tombe à tholos construite sur la butte de Kephala (Hutchinson 1956b)115 et, dans le cimetière sud de Gypsades, la Tombe à la Tasse en Or et en Argent (Gold and Silver Cup Tomb) (Hutchinson 1956a). À Katsambas, cinq des sept tombes à chambre mises au jour ont été utilisées pour des inhumations au MR II (les tombes A, Γ, Δ, E, Z : Alexiou 1967a).

29A partir de la phase MR IIIA1, quatre nécropoles majeures se développent à Knossos, significativement différentes entre elles. Celles de Mavrospilio (Forsdyke 1926-1927) et Upper Gypsades (Hood, Huxley et Sandars 1958-1959) – respectivement à l’est et au sud du palais – perpétuent une occupation qui remonte au Minoen Moyen. Dans le cimetière de Mavrospilio, quelques tombes MR I pourraient déjà avoir été réutilisées dès le MR II (Preston 2004a : fig. 2), tandis que de nouvelles tombes à chambre individuelle sont érigées dans leur voisinage (Alberti 2003 ; Alberti 2004 : 128). Par contre, deux cimetières totalement nouveaux sont installés au nord du palais : à Zapher Papoura (Evans 1906b) et à Sellopoulo (Popham, Catling et Catling 1974). Il est très possible qu’une route allant du palais jusqu’au port reliait ces différentes nécropoles (Hutchinson 1965b : 74).

30De nouveaux types de tombes apparaissent au cours de ces phases MR II-IIIA1. Le type dominant est la tombe à chambre unique creusée dans le sol (par exemple, les tombes 3 et 4 de la nécropole de Sellopoulou : Popham, Catling et Catling 1974 : fig. 2). Moins fréquente, mais souvent plus monumentale, voire gigantesque, la tombe voûtée en encorbellement apparaît à partir du MR II. Les deux types sont précédés d’un long dromos qui s’élargit en se rapprochant de l’entrée. Ces types de tombes et leurs particularités architecturales se rapprochent des pratiques rencontrées en Grèce continentale, bien que la tombe à chambres multiples soit typique du Minoen Moyen (Preston 1999 : 135-139, n. 21-22). Il est possible que ces tombes aient d’abord été élevées dans les nouveaux cimetières puis, à partir du MR IIIA1, dans les deux anciennes nécropoles. On rencontre encore deux autres types de tombes, la tombe à puits et ses variantes (Pini 1968 : fig. 80-83 ; Kallitsaki 1997 : 220, n. 15) et, bien que plus rarement, la tombe à niche (Pini1968 : fig. 84-86). Ces deux derniers types de tombes sont essentiellement utilisés dans les cimetières de Zapher Papoura et de Sellopoulo (Hatzaki 2005b : 88). Les tombes à puits et les tombes à niche sont connues sur le continent, bien que la tombe à niche y soit plutôt rare (Dickinson 1983). Il existe aussi six exemples de simples tombes à fosses : deux dans l’ancien cimetière de Mavrospilio (Forsdyke 1926-1927 : 270-271), une sur le site du nouvel hôpital (Hood et de Jong 1952 : 251), deux à Upper Gypsades (Hood, Huxley et Sandars 1958-1959 : 215, 224) et une à Sellopoulo (Platon 1958 : 476). La plupart d’entre elles sont retrouvées vide et sont donc difficilement datables. Enfin, un exemple de tombe remarquable est l’imposante tombe à tholos sur la butte de Kephala (Hutchinson 1956b ; Preston 2005).

  • 116 La tombe à chambre H de Katsambas est l’une des premières tombes knossiennes dans laquelle les déf (...)

31Un élément important, nouveau en Crète, est l’enterrement d’un nombre limité d’individus dans une même tombe, parfois d’un seul défunt. Ce caractère d’exclusivité et de mise en évidence de l’individu sont récurrents dans les pratiques mortuaires à Knossos pour la période palatiale finale. Le corps était placé sur des lits ou dans des cercueils de bois, sans doute souvent peints (Alexiou 1967a : 9, 22-23). Selon P. Muhly (Muhly 1992 : spéc. 195), le placement des corps sur des brancards montre que les coutumes de l’ekphora et de la prothesis devaient déjà jouer un rôle particulier à Knossos – peut-être uniquement pour certains groupes sociaux – et ce, dès le MR I, puisque l’on a retrouvé des traces de ces lits funéraires dans toutes les tombes néo-palatiales du cimetière de Poros (Dimopoulou 1999 : 35). Aucune des tombes MR II-IIIA1 de Knossos n’a fourni de larnax en terre cuite (Hatzaki 2005b : 88)116.

  • 117 Les objets en bronze découverts à Knossos dans des contextes antérieurs au MR II sont généralement (...)
  • 118 Il semble que des pièces d’armures (notamment des casques) et/ou des boucliers munis de pièces de (...)
  • 119 L’identification d’une aristocratie militaire à Knossos au MR II – voire au MR IB –, induite de ce (...)

32Enfin, et surtout, certaines tombes recèlent un mobilier funéraire très riche, voire extravagant, composé d’objets de prestige de haute qualité artisanale et, particulièrement, d’ensembles en métal, surtout des armes, des vaisselles et des objets en bronze (Evans 1906b : pl. 89 ; Popham, Catling et Catling 1974 : 254 ; Löwe 1996 : 58s. ; Dimopoulou-Rethemiotaki 2005 : fig. p. 202)117. Des poteries très élégantes font également partie du mobilier, souvent un ensemble composé de l’alabastron, la grande jarre dans le « Style du Palais » et le gobelet éphyréen/kylix à pied court (Alberti 1999 ; Macdonald 2005 : fig. entre les p. 190 et 191). Le braséro est déposé dans plusieurs tombes, un objet typiquement minoen (Alberti 2004 : spéc. 134). De nombreux ornements et bijoux complètent les offrandes, comme les remarquables anneaux sigillaires en or (Dimopoulou-Rethemiotaki 2005 : fig. p. 324). Parfois, des objets en matériaux précieux importés de régions externes à la Crète y étaient déposés, comme du mobilier en ivoire ou des bijoux en faïence (un bateau et une anse de miroir en ivoire, Zapher Papoura : Evans 1906b : 26, fig. 22 ; 63, fig. 69). La référence à la force et à la guerre par le dépôt d’armes de prestige – épée, poignard, pointes de lance – dans certaines tombes est très certainement significative118. Elle a donné lieu à l’appellation de « tombes de guerriers » (Popham 1976 : 119-120)119. Ces différents éléments qui caractérisent le mobilier funéraire des tombes knossiennes édifiées aux phases MR II-IIIA1 présentent de fortes similitudes avec les pratiques de Grèce continentale (Cavanagh 1998 : spéc. 104-106). Ces « tombes de guerriers » sont tantôt reconnues comme des innovations d’influence mycénienne (Popham 1994 : 93-94), tantôt comme le prolongement d’une pratique indigène qui remonte au Minoen Ancien (Kilian-Dirlmeier 1985 : 208-209, 211).

  • 120 C. Macdonald, qui a étudié le phénomène des « tombe de guerriers », nuance ainsi la généralisation (...)
  • 121 Par exemple la tombe 14 de Zapher Papoura, dite Tombe au Foyer Tripode (Tomb of the Tripod Hearth) (...)
  • 122 Par exemple, dans les tombes MR II-IIIA1 du cimetière de Katsambas, les armes et objets en bronze (...)
  • 123 Dans les nouvelles tombes MR II monumentales à Isopata par exemple, on a déposé un rhyton en forme (...)
  • 124 Un cas exceptionnel est la dizaine de vases en albâtre égyptiens relatifs à la 18e Dynastie et des (...)
  • 125 On émet toutefois quelques réserves quant aux preuves archéologiques utilisées par L. Preston pour (...)

33Cependant, il est essentiel de souligner l’importante variabilité qui caractérise les types de tombes et d’enterrements au sein des différents cimetières knossiens, d’une part, et l’éclectisme significatif dont témoignent dans certains cas les ensembles funéraires, d’autre part. Premièrement, les tombes pourvues d’armes sont limitées à certains cimetières, notamment celui de Zapher Papoura (la tombe 18 à Mavrospilio constitue une exception dans ce vieux cimetière : Forsdyke 1926-1927 : 282). Proportionnellement peu nombreuses, elles ne sont pas forcément dotées d’autres offrandes luxueuses (Macdonald 1984 : 56, n. 50, 65-66, n. 94, qui compte 7 % de tombes avec épées et/ou poignards à Zapher Papoura)120. Inversement, certaines autres tombes richement fournies en pièces de bijouterie étonnantes ou en vaisselle de bronze n’ont aucune référence au domaine militaire par le dépôt d’armes121. Deuxièmement, le mobilier funéraire témoigne d’une grande variabilité en ce qui concerne les proportions des différents types d’offrandes déposées122, mais les tombes et les offrandes mortuaires font également preuve d’un éclectisme singulier et innovateur. En effet, parallèlement à l’innovation de certains types d’architecture et d’offrandes évoqués, on trouve des spécificités structurelles et des objets qui font référence à des symboles du passé crétois néo-palatial123. D’autres objets de prestige font encore appel aux contacts entretenus avec des régions extérieures, comme les scarabées et les vases en albâtre égyptiens importés, déposés dans certaines tombes124. Enfin, quand les tombes peuvent être précisément reliées, soit à la phase MR II, soit à la phase MR IIIA1 (Preston 2004a : fig. 3, tableau 2 ; Hatzaki 2007b : 202, 215), en marge d’une continuité certaine des pratiques funéraires ostentatoires, des différences diachroniques en ce qui concerne l’architecture des tombes et la composition des offrandes ont été relevées par L. Preston (Preston 2004a : 327s.). Ces différences peuvent se résumer en un déclin relatif de l’ostentation du mobilier funéraire et de l’élaboration architecturale de la tombe, une diminution de la référence à un symbolisme néo-palatial de haut statut, et une plus grande homogénéité dans la composition des ensembles125.

Mobilier

34Le mobilier retrouvé à l’intérieur du palais et des tombes témoigne d’une grande maîtrise artisanale et artistique ainsi que d’innovations dans la culture matérielle de Knossos aux MR II et MR IIIA1. Sur ce site devaient œuvrer de réels ateliers artisanaux, spécialisés dans la production d’objets de très haute qualité et de diverses matières et natures, probablement en grande partie sous une tutelle du palais.

  • 126 L’analyse de la céramique des phases MR II, MR IIIA1, MR IIIA2 et MR IIIB de Knossos vient d’être (...)

35En ce qui concerne la céramique126, on peut caractériser la production knossienne au MR II par quelques traits principaux. Le premier est l’adoption d’une nouvelle forme de vase à boire, le gobelet éphyréen, un grand bol sur pied à deux anses latérales, souvent élégamment exécuté et décoré de motifs peints (Mountjoy 1983 ; French 1997). S’il s’agit d’une forme standard sur le continent dès le début de la période mycénienne et que son adoption à Knossos au MR II est immédiatement populaire, la fabrique, le traitement de surface et les particularités technologiques et stylistiques de sa production knossienne trahissent des manières typiquement crétoises qui le différencient des spécimens directement importés du continent à Knossos à la même époque (Mountjoy 1983 : 270 ; French 1997 : 151). Le gobelet éphyréen disparaît après la phase MR II tandis que la kylix – un profil de vase similaire au pied plus élevé – se popularise dès le MR IIIA, dans sa version non décorée. Le cratère et l’alabastron apparaissent également (Niemeier 1985 : 195-197). La présence de l’alabastron dans certaines tombes knossiennes a été interprété comme l’introduction d’une coutume funéraire exclusivement mycénienne à l’origine, puisque ces vases sont absents en Crète auparavant mais existent dès l’HR I sur le continent (Alberti 1999 : spéc. 174). Un second trait majeur des productions MR II-IIIA1 à Knossos est la jarre dans le « Style du Palais » (Niemeier 1985 : 6-188 ; voir également Matthäus 1988). Il s’agit de jarres imposantes au profil piriforme, pourvues généralement de trois anses verticales à l’épaule, d’un col court et d’un large bord horizontal. Cette forme dérive de jarres MM III/MR I mais connaît des développements déterminants au MR IB/HR IIA, dus notamment aux contacts réciproques entre la Crète et le continent où ces jarres « palatiales » sont déposées dans de nombreuses tombes à tholos dès l’HR IIA (Niemeier 1985 : 6-13 ; Mountjoy 1993 : 41 ; Rehak et Younger 1998a : 152 ; Kalogeropoulos 1998). Elles sont le plus souvent généreusement peintes de motifs marins, floraux et ornementaux variés – double hache, argonaute, poulpe, papyrus, palmier, rosettes, etc. – qui sont dans la continuité de la tradition décorative minoenne. On observe cependant une évolution du naturalisme minoen vers plus d’abstraction et un agencement des motifs plus ordonné, symétrique ou zonal, mais toujours très ornemental (Niemeier 1985 ; Hiller 1995). Nombre d’entre elles ont été déposées dans des tombes (Preston 2005 : 83, n. 94), mais elles étaient aussi entreposées dans les salles à l’étage de l’Aile Ouest du palais (Driessen 1990 : 116, fig. 14) ou dans des maisons de la ville, comme dans la Villa Royale (Evans 1964 : 400, fig. 231, 239a et b). Cette ornementation peinte dans le « Style du Palais » décore d’autres formes de vase – vase à étrier, cruche, alabastron – et caractérise également certaines fresques contemporaines (Hatzaki 2009). Un dernier cas particulier est la poterie recouverte d’une feuille d’étain pour imiter la vaisselle en argent. Il s’agit d’une spécificité des productions continentales qui n’a jamais eu beaucoup de succès en Crète (Immerwahr 1966 ; Kanta 1980 : 315, 327 ; Gillis 1997). On en trouve cependant quelques exemples dans des tombes MR IIIA1 de Zapher Papoura, spécifiquement des kylix (Evans 1906b : 125, fig. 118 [66h et 7f]), tandis que, à Katsambas, il s’agit de coupelles coniques et coupes à champagne. Ce phénomène disparaît à Knossos après la phase MR IIIA2, alors qu’il se développe ailleurs sur l’île (commentaire de E. Hatzaki dans D’Agata et Moody : 142).

  • 127 Elle fait partie des dépôts MR IIIA1 issus des compartiments en pierre (kaselles) du Long Corridor (...)

36La publication continue de la céramique knossienne décorée de cette époque précise ses développements morphologiques et stylistiques et permet dès lors de meilleures considérations et distinctions chronologiques (Popham 1967 ; Popham 1969b ; Popham 1970b ; Popham 1984 ; Niemeier 1985. En dernier lieu : Mountjoy 2003 ; Hatzaki 2005a). En ce qui concerne la céramique commune, drastiquement sélectionnée et jetée par A. Evans, on ne s’y attarde pas ici. Cependant, un fait évident à souligner est la diminution en nombre de la coupelle conique, autrefois omniprésente. La nouvelle coupe à champagne fait son apparition dès le MR IIIA1, bien que son usage s’accroisse surtout au MR IIIA2127.

37Des productions en céramique de Knossos sont exportées vers le continent à cette époque, mais les exemples explicitement identifiés ne sont pas nombreux. Des jarres piriformes dans le « Style du Palais » probablement issues des ateliers knossiens ont été trouvées à Mycènes (Crouwel et Niemeier 1989). Inversement, l’importation à Knossos de céramique produite dans les centres mycéniens existe, mais est également plutôt rare (Hatzaki 2007b : 222, 233, pour de la poterie importée du continent retrouvée dans des dépôts respectivement MR IIIA1 et MR IIIA2). On notera aussi l’importation à Knossos de céramique anatolienne, des jarres à une anse à engobe rouge découvertes dans des contextes MR II (Hatzaki 2007b : 214), ou la présence possible de céramique MR IIIA1 de Crète centrale-nord en Syrie Palestine (Hatzaki 2007b : 223).

  • 128 Dans des tombes knossiennes plus tardives – ultérieures à la destruction MR IIIA2 de la ville – de (...)

38La réalisation magistrale de vases en pierre sculptés perpétue une pratique antérieure, notamment en ce qui concerne les vases à libation. Plusieurs pièces majeures proviennent de la Pièce des Vases en Pierre (Room of the Stone Vases), dans la partie sud-est de l’Aile Ouest du palais (Warren 1969 : 16, 57, 61, 66, 85-88, 90-91, 101-102, 105, 112-113 ; Warren 1979 : 106 ; Driessen 1990 : 83-85, n. 281-292). Le gypse est notamment utilisé – une innovation – pour la production spécifique et nouvelle de pièces monumentales qui imitent franchement les jarres en céramique dans le « Style du Palais », mais aussi pour la réalisation d’alabastron – comme ceux trouvés sur le sol de la Salle du Trône – et de plus petits vases (Warren 1967 et Warren 1969 : 132). Il semble que deux endroits privilégiés pour la localisation de ces ateliers soient les premiers étages des Ailes Ouest et Est (Evans 1930 : 269 ; Evans 1935 : 896-900 ; Warren 1967 : 198 ; Warren 1991a ; Begg 1975 : 200s. ; Begg 1987 : 182-183). On conserve des exemples de ces vases en gypse dont le façonnage et le décor sont inachevés. Leur réalisation pourrait avoir été interrompue par une destruction, peut-être au début du MR IIIA2 qui est le terminus ante quem donné à la production de ces vases en gypse (Warren 1991a : 34). Ces vases ont été déposés dans des tombes knossiennes MR II-IIIA1, notamment à Katsambas (Alexiou 1967a : 55, pl. 28β, droite [tombe H] ; Warren 1969 : 80 [citant Platon 1959b : 385]), et également dans la Tombe Temple (Evans 1935 : 1006, fig. 953, 957, 960j)128. Ces productions ont vraisemblablement été exportées vers d’autres sites crétois (par exemple à Amnissos : Marinatos 1930 : 72, pl. 1 : 10), mais aussi vers le continent, notamment à Mycènes (Warren 1967 : 201).

  • 129 Une typologie et une chronologie des épées et dagues découvertes en Egée ont été proposées par N. (...)

39Les armes en bronze produites en Crète au cours des MR II-IIIA1 proviennent sans doute essentiellement d’ateliers installés à Knossos. Ces productions sont généralement plus simples que certaines pièces réalisées aux époques antérieures, mais un degré technique élevé est conservé129. Les épées des types définis Ci, Cii, Di et G sont produites à Knossos, où un atelier peut-être exclusif est responsable des plus beaux spécimens parés de décorations luxueuses, comme des poignées en cristal ou couvertes de feuilles d’or et des lames dont les nervures centrales sont ornées de spirales gravées (Sandars 1963 : 126 et Popham, Catling et Catling 1974 : 243). Une fonderie et un atelier qui réalisait des objets en bronze sont identifiés au sein de la Maison Inexplorée lors de son occupation MR II (Catling et Catling 1984). Outre leur dépôt dans les tombes knossiennes dès le MR II, des exemplaires remarquables d’épées ont été découverts au sanctuaire de Symi (Papasavvas, Muhly et Lebessi 1999), tandis que des dagues associées à cet atelier knossien ont été retrouvées dans la grotte de Psychro (Watrous 1982 : 17, n. 49-50, citant Boardman 1961, passim). Les mêmes types d’armes sont présents en grand nombre dans des tombes mycéniennes – essentiellement en Argolide – et sont pour la plupart des réalisations d’inspiration crétoise, peut-être même principalement des importations knossiennes ou des créations d’artisans formés à Knossos (Popham, Catling et Catling 1974 : 252 ; Macdonald 1984 : 64 ; Macdonald 1987 : 294-295). Les empilements de grandes vaisselles en bronze dans les tombes, pièces d’une qualité technique assez virtuose, témoignent de l’activité de forgerons spécialisés à Knossos, sans doute aussi organisés en atelier(s), même si on ne peut réellement déterminer l’organisation générale de ces différentes productions d’objets en bronze de prestige.

40Il est probable qu’un atelier spécialisé dans les ivoires sculptés existait à Knossos aux MR II-IIIA1, comme le suggèrent certaines pièces découvertes dans des tombes du cimetière de Zapher Papoura et quelques témoignages du travail de l’ivoire dans la Maison Inexplorée (Popham 1984 : 223-259 [D. Evely]). Ces productions sont, technologiquement et typologiquement, dans la continuité des productions MR IB de l’atelier de la Chaussée Royale, mais certains types d’objets ont disparu, tandis que de nouveaux apparaissent, apparemment empruntés aux productions mycéniennes (Tournavitou 1997 : spéc. 454 ; Rehak et Younger 1998b : 246).

41Enfin, il faut parler de la production de sceaux et d’anneaux sigillaires (Younger 1986 ; Younger 1987 ; Krzyszkowska 2005). Aucun atelier de sceaux en activité aux MR II-IIIA à Knossos n’a archéologiquement été identifié, même si sa présence est indirectement suggérée par la découverte de blocs non travaillés de lapis lacedaimonius dans l’Aile Est, par exemple (Krzyszkowska 2005 : 196, n. 14). Les derniers sceaux utilisés à Knossos sont reliés à la phase MR IIIA sur la base de l’analyse stylistique des motifs qui les décorent, de style principalement MR IIIA1 (Younger 1987 ; Popham et Gill 1995 : 54-56 ; Niemeier 1997 : spéc. 311 ; Krzyszkowska 2005 : 201-214). L’analyse des scellés trouvés au sein du palais dans des contextes qui couvrent les phases MR II-IIIA2 a permis de préciser les différents types de sceaux qui y ont circulé par centaines à cette époque (Popham et Gill 1995 ; Krzyszkowska 2005 : 217), mais aussi de s’apercevoir que les procédures dans lesquelles ils intervenaient se distinguent à plusieurs égards des pratiques néo-palatiales (Krzyszkowska 2005 : 217-222), conséquence sans doute de la mise en place d’un système beaucoup plus centralisé et d’une bureaucratie organisée (Driessen et Schoep 1999). Il est probable que des anneaux sigillaires, essentiellement en or, gravés de scènes figuratives, étaient encore crées au palais aux MR II-IIIA, même si plusieurs de ces anneaux découverts dans les riches tombes knossiennes de cette époque sont à plusieurs reprises des objets hérités de la période néo-palatiale (Krzyszkowska 2005 : 194. Par exemple, la bague d’Isopata (Isopata Ring) : Cain 2001 : spéc. 29, n. 18). La production de ces types d’objets à Knossos – sceaux en pierre dure, mais probablement aussi en pierre tendre, et anneaux sigillaires – cesse vraisemblablement avec la destruction du palais au cours du MR IIIA2 (Krzyszkowska 2005 : 228, 230).

  • 130 En effet, les tablettes traitant de la production d’huiles parfumées ne font pas de références cla (...)
  • 131 C. Macdonald défend l’idée que ces tablettes qui portent l’idéogramme d’une épée cruciforme à nerv (...)
  • 132 Certaines d’entre elles, celles de la Pièce des Tablettes de Char, ont été rédigées dès le MR II ( (...)

42Des tablettes en Linéaire B et des scellés ont été trouvés, outre dans le palais, dans l’Arsenal et dans le Petit Palais (Palais : Chadwick, Killen et Olivier 1971 ; Killen et Olivier 1989 ; Arsenal : Boardman 1963 : 67-69 ; Driessen 1996 ; Petit Palais : Hatzaki 2004 : 122, Hatzaki 2005a : 177-184 ; Macdonald 2005 : fig. entre les p. 190 et 191). On ne rentrera pas dans les détails de l’analyse du contenu de ces tablettes ou du système administratif et bureaucratique en usage aux MR II-MR IIIA1 et début du MR IIIA2 que ces tablettes et scellés donnent à voir, mais on évoque toutefois trois grandes catégories qui composent l’essentiel de ces tablettes. La première catégorie est celle des tablettes qui concernent la production de laine (série D) et qui font mention de 80 000-100 000 moutons. Selon J. T. Killen, elles témoignent d’une exploitation qui concerne une large portion de la Crète centrale (Killen 1984). Il s’agissait très probablement d’une exploitation destinée à la réalisation de textiles de luxe, dont la matière première n’était certainement pas produite à Knossos, mais dans différentes régions exploitées (cf. ci-dessous, 2.1.11. la Pediada). L’industrie de l’huile d’olive est sans doute une seconde source de revenus majeure pour Knossos, qui requiert des systèmes de production et d’exportation d’envergure et hautement organisés, dont témoigne en substance une deuxième catégorie de tablettes. Une production dérivée d’huiles parfumées était en outre active, peut-être essentiellement centralisée à Knossos (Speciale 2001), ce qui contraste avec le système décentralisé que nécessite par exemple la production de textiles130. Un troisième cas particulier est celui des tablettes qui font référence au domaine guerrier et militaire et qui concernent la production d’armes et de matériel associé (Vandenabeele et Olivier 1979, passim). Il s’agit de la série RA qui consiste en de longues listes qui répertorient des nombres importants d’épées et des dagues (Chadwick, Killen et Olivier 1971 : 267-269)131 et des tablettes qui inventorient des chars, des armures/cuirasses ou des chevaux (Driessen 1996)132.

Aux MR IIIA2-IIIB

Habitat

43Après sa destruction au MR IIIA2, Knossos ne connaît pas de développements architecturaux importants et le site semble bien moins étendu lors de la transition vers la phase MR IIIB (Whitelaw 2000 ; Hatzaki 2004 ; Hatzaki 2005b). La ville de Knossos n’est cependant pas abandonnée, mais les traces d’une occupation MR IIIA2-IIIB sont assez dispersées.

  • 133 Il avait été suggéré que le Sanctuaire aux Fétiches du Petit Palais était un cas semblable, une ré (...)

44Le palais semble essentiellement laissé à l’état de ruine. Il est réutilisé en certains endroits moins endommagés et déblayés, plusieurs secteurs sont transformés en pièces de stockage, comme la Pièce des Vases à Etrier près du Passage de l’Entrée Nord (Evans 1935 : fig. 720 ; Popham 1964 : 7, 15-16, 18-19, pl. 3-4), mais la plupart des salles du palais sont comblées des débris de la destruction MR IIIA2 au moment de leur découverte (Cadogan 1992 : 132). L’occupation du palais, essentiellement à partir de la phase MR IIIB, se caractérise surtout par une activité d’ordre cultuelle. Un espace rituel est aménagé dans le Sanctuaire aux Doubles Haches, dans la partie sud de l'Aile Est, c’est-à-dire à l’opposé des zones de culte du palais proposées pour les périodes précédentes, sur la bordure ouest de la cour centrale (Popham 1964 ; Popham 1970b)133. Devant et sur une banquette installée contre son mur nord avaient été disposées une statue en terre cuite féminine aux bras levés, d’autres figurines votives, des cornes de consécration qui enserraient probablement des doubles haches et une table tripode (Evans 1928 : 335-344 ; Gesell 1985 : fig. 118-119). Quelques dépôts de tablettes en Linéaire B pourraient appartenir à cette période de l’histoire de Knossos et donc attester la continuation d’une administration dans le palais, quoique à une échelle certainement restreinte par rapport à l’activité bureaucratique intense de la période précédente, aux MR II-MR IIIA1 et début du MR IIIA2 (Driessen 1997 : 134, n. 56 ; Firth 2000-2001 : spéc. 215-226, 274-276, 281).

45Le secteur ouest de la ville connaît une réoccupation plus importante (les secteurs réoccupés au MR IIIB sont indiqués en Hatzaki 2005b : 74, fig. 8). Dans le Petit Palais, après l’importante destruction par incendie durant la phase MR IIIA2, des reconstructions et une réoccupation substantielle du bâtiment ont lieu au cours de la même phase, ou seulement à partir du MR IIIB (Hatzaki 2005a : 203-204, plan 50). Au MR IIIB avancé, l’édifice est définitivement abandonné par la population minoenne (Hatzaki 2004 : 124 ; Hatzaki 2005a : 203). La Maison Inexplorée est partiellement réoccupée au début de la phase MR IIIB, peut-être après un court abandon, et la façade nord est localement restaurée (Popham 1984 ; Hatzaki 2005b : 68-71, 78-79, fig. 2-7, 12). L’édifice semble cependant déserté à un stade peu avancé du MR IIIB (Hatzaki 2005b : 87). La découverte de figurines en terre cuite associées aux derniers instants de son occupation suggère une activité cultuelle dans la Maison Inexplorée (Popham 1984 : 263, pl. 191b, 192a-b ; Hatzaki 2005b : 79). Les plateformes circulaires plus à l’ouest ont été abandonnées mais la zone continue d’être fréquentée, comme en témoignent les dépôts de poterie MR IIIA2 et MR IIIB fouillés et examinés par P. Warren dans les tranchées ouvertes à l’ouest du Musée Stratigraphique (Warren 1997 : 169-171, fig. 16-20, 22haut). Quelques activités de construction y ont lieu, comme le suggèrent les pauvres vestiges architecturaux préservés (Warren 1983 : 66-69 ; Warren 1997 : passim, spéc. 181, fig. 31 : constructions dans la Tranchée P). Un tout nouvel établissement important est construit dans cette zone au MR IIIC, ou MR IIIB tardif (Warren 1983 : 69-83, fig. 40-59, Warren 1997 : 182, Warren 2005). La céramique associée à ces nouvelles installations MR IIIC n’est pas très éloignée stylistiquement, et sans doute chronologiquement, des dépôts de poterie MR IIIB tardif qui correspondent à la dernière occupation du Petit Palais et de la poterie issue de quelques fosses situées au nord de la Maison Inexplorée (Hatzaki 2005a : 204, Hatzaki 2005b : 82-87). Il n’est pas exclu qu’il y ait une relation entre la dernière phase d’occupation du Petit Palais et ce nouvel établissement, bien que la nature de cette relation n’a pu encore être définie (Hatzaki 2005a : 204, n. 87 ; Warren 1997 : 182-183 ; Warren 2005).

46Plusieurs des grandes maisons néo-palatiales qui avaient été assez largement réoccupées aux MR II-IIIA2 sont fortement endommagées et ne connaissent ensuite qu’une réinstallation partielle, aux cours du MR IIIA2 et/ou MR IIIB (Warren 1997 : 171 ; Hatzaki 2005b : 67). La réoccupation est souvent confinée à quelques pièces au rez-de-chaussée, alors que le reste de l’édifice est laissé à l’état de ruine, comblé de céramique MR II-IIIA1/IIIA2 scellée par la destruction MR IIIA2 (Hatzaki 2005a : 203, n. 86, Hatzaki 2005b : 74-76). C’est le cas de la Villa Royale (Hatzaki 2005b : 76, fig. 9 [d’après Fotou 1997 : 36, fig. 1a]. Quelques poteries MR IIIB illustrées en Popham 1970b : pl. 17d-f), de la Maison Sud-Est (Hatzaki 2005b : 76-77, fig. 10. Quelques poteries MR IIIB illustrées en Popham 1970b : pl. 12f, 23f, 24f-g) et de la Maison du Trésor Nord-Ouest (Hatzaki 2005b : 77-78, fig. 11. Quelques poteries MR IIIA2-IIIB illustrées en Popham 1970b : pl. 12g-h, 41 a-c). Ces réoccupations se soldent par un abandon (Hatzaki 2004 : 122-123). Dans la maison qui avait été réoccupée aux MR II-IIIA2 dans le secteur des Maisons Sud-Ouest, une réoccupation modeste a lieu au MR IIIB, un mur est construit au-dessus du niveau du polythyron MR II, puis la maison est totalement abandonnée durant cette même phase (Macdonald 1993 : 19-20 ; Coldstream et Macdonald 1997 : 193, fig. 5). 150m au nord de la Villa Royale, au lieu-dit de Makritikhos, de simples structures sont identifiées et partiellement fouillées, dont une pièce qui contenait de la céramique domestique et de cuisine qui correspond à la fin de la phase MR IIIA2 et à celle du MR IIIB (Hood et De Jong 1958-1959 : fig. 3-8). La simplicité architecturale de cette habitation – murs en simples moellons, sol en terre battue, réutilisation d’anciens blocs de taille aux angles, absence vraisemblable d’un premier étage – l’apparente aux structures fouillées par P. Warren près du Musée Stratigraphique. Celles-ci doivent représenter les quelques entreprises de construction contemporaines, qui n’ont plus rien à voir avec les particularités architecturales élaborées et spécialisées des époques néo-palatiale et palatiale finale (Hatzaki 2005b : 74).

47Des niveaux MR IIIB, y compris des sols et un mobilier varié de type domestique, ont été identifiés à Poros par A. Kanta, lors d’une fouille de sauvetage (Kanta 1980 : 26 ; elle parle de deux sols MR IIIB superposés). Une intéressante maison MR III dont l’occupation remonte apparemment au MR IIIB est découverte à Katsambas. Elle contenait encore un large éventail de matériel domestique – vases à étrier de stockage, cratère, kylix, mortiers –, conservé sur un sol en dalles de gypse (Kanta 1980 : 27-28). Plus récemment, dans cette même zone de Poros et Katsambas, des traces importantes d’ateliers de fondeurs qui travaillaient le bronze ont été mises en évidence, qui correspondent sans doute à des contextes MR IIIA2-IIIB (Dimopoulou 1997 : 434-435). Enfin, on peut se poser la question de l’activité du port de Poros-Kastambas aux MR IIIA2-IIIB et s’il constituait toujours un pôle important dans le transport maritime à cette époque, à l’instar de Kommos en Crète centrale méridionale (Day 1999 : 73).

Tombes
  • 134 L. Preston a toutefois souligné qu’un nombre important de tombes knossiennes dotées d’un mobilier (...)
  • 135 La poterie découverte dans les tombes à puits et les tombes à niche non pillées du cimetière de Za (...)
  • 136 Les enterrements dans des larnax sont nombreux dans le cimetière de Mavrospilio et il n’est en auc (...)
  • 137 Par contre, le type de l’épée courte Dii se propage aux MR IIIA2-IIIB et semble être réalisé dans (...)
  • 138 Des armes sont encore parfois déposées dans les tombes, mais il s’agit le plus souvent de petits c (...)
  • 139 Il a été suggéré que les approvisionnements en métal en Crète, principalement le cuivre et le bron (...)

48Les mêmes nécropoles continuent d’être fréquentées. Le rituel funéraire est, de manière générale, en continuité par rapport aux MR II-IIIA1, mais à partir de la phase MR IIIA2, le nombre d’enterrements, l’ostentation et l’innovation des tombes et des offrandes funéraires chutent de manière importante (Perna 2001 ; Preston 2004a : 331 ; Hatzaki 2005b : 88-89)134. D’autres changements sont significatifs. Seul le type de la tombe à chambre continue vraisemblablement d’être adopté jusqu’au MR IIIB135. Des enterrements sont pratiqués dans des larnax à partir du MR IIIA2, ce qui n’a pu être vérifié pour aucune tombe knossienne clairement datée des MR II-IIIA1 (Hatzaki 2005b : 88-89)136. Le nombre d’inhumations par tombe est bien plus important par rapport aux MR II et MR IIIA1 et l’individualisation du défunt ne semble plus recherchée. La référence à la famille semble même parfois mise en exergue (par exemple, l’enterrement très probablement simultané de deux adultes et un enfant dans un tombe de Zapher Papoura : Hatzaki 2005b : 88, n. 59 [tombe 99]). Le phénomène des « tombes de guerriers » disparaît. Ceci est à mettre en parallèle avec l’extinction, au MR IIIA2, d’un atelier knossien spécialisé dans la production importante et soignée d’épées et d’autres objets en bronze (Macdonald 1987 : 295)137. Les prestigieuses épées et lances en bronze ne sont plus déposées comme offrandes dans les tombes knossiennes les plus riches, tandis que cette pratique se poursuit sur le continent. La référence à la sphère militaire n’existe presque plus, en tous les cas dans une optique ostentatoire138. Il pourrait s’agir d’une conséquence indirecte de la diminution drastique à l’époque de l’approvisionnement en métal. Cependant, certaines tombes sont toujours révélatrices des appétences d’une certaine élite, comme le montre la présence sélective d’objets de valeur, parfois symbolique, qui font un lointain écho aux pratiques fastes des MR II-IIIA1 (Preston 2005 : 86). Toutefois, d’une manière générale, la démonstration de statut par la consommation ostentatoire de métal et d’objets prestigieux n’existe pratiquement plus139.

49Une caractéristique importante à la fin du MR IIIA2 et au MR IIIB est la réutilisation de tombes plus anciennes – qui peuvent remonter jusqu’au MM III – dans lesquelles des enterrements sont pratiqués, accompagnés d’offrandes funéraires souvent assez modestes (Kanta 1980 : 27, fig. 10 : 1, 9, 10).

Mobilier

50La production de céramique à Knossos durant la période post-palatiale se distingue notamment par les kylix à haut pied, les premiers bols profonds, les kalathos, les coupes à champagne, les tasses hémisphériques à bords droits, les louches, les vases à étrier de stockage, parfois décorés de l’octopus (Hatzaki 2007b : 223s., 233s., Hatzaki 2005a : 112-118). Des importations de poteries de l’« atelier de La Canée » ont été trouvées dans les maisons knossiennes réoccupées à cette période et dans une tombe (Popham 1970a : 201-202, Popham 1970b : pl. 24f, droite [Maison Sud-Est] ; Grammatikaki 1998 : pl. 138α [tombe MR IIIB dans le cimetière de Gypsades – propriété Papadakis]).

2.1.2. Tylissos

  • 140 Tylissos est fouillé de 1909 à 1913 par Y. Hazzidakis. Plusieurs structures MR III ont été détruit (...)

51Situé à 14km à l’ouest de Knossos, à 6km au sud du littoral et à proximité d’une voie terrestre stratégique est-ouest, Tylissos connaît une importante occupation aux MM III-MR I (Hazzidakis 1921, Hazzidakis 1934). Toutefois, seule une petite portion de la ville minoenne a été fouillée (Vasilakis 1992 : 272). Le site est largement réoccupé et reconstruit au MR III, notamment à l’emplacement des trois imposantes habitations néo-palatiales A, B et C (Kanta 1980 : 9-13)140.

Habitat

  • 141 La stoa FG d’Aghia Triada mesure 20m de long mais est également constituée de sept colonnes, cf. c (...)
  • 142 Ce secteur sera occupé à l’époque grecque par des structures cultuelles auxquelles, selon certains (...)
  • 143 Dans cette optique, il est intéressant de faire un parallèle avec la stoa FG d’Aghia Triada, const (...)
  • 144 C’est ce que laisse sous-entendre le rapport de I. Hazzidakis pour une large pyxide et une cruche (...)

52En ce qui concerne la maison C, l’analyse architecturale de B. Hayden suggère une réoccupation rapide et très étendue de ce bâtiment au MR III, qui suit les grandes lignes structurelles antérieures mais comprend aussi la construction de nouveaux murs, l’installation de plusieurs nouveaux seuils d’entrée et même de colonnes de support et d’un polythyron (Hayden 1981 : 41-48, 101 ; Vasilakis 1997 : fig. p. 30). Les nouvelles fondations sont massives et des blocs en pierre de taille semblent avoir été utilisés pour cette nouvelle construction. Certains d’entre eux peuvent avoir été récupérés sur le site (Kanta 1980 : 12), mais B. Hayden parle aussi de blocs travaillés qui se distinguent techniquement de ceux des murs MR I et pourraient donc avoir été spécialement découpés et taillés au MR III (Hayden 1981 : 45-46). L’aménagement de nouveaux espaces est plus claire dans les secteurs ouest et sud de la maison (Hazzidakis 1934, pl. XXXIII ; Hayden 1981 : fig. 27). La reconstruction de cet édifice est probablement entamée dès le lendemain de la destruction MR IB mais reste inachevée, peut-être à cause d’une nouvelle destruction subite au cours du MR II ou du MR IIIA (Popham 1970b : 86, n. 91 ; Hayden 1981 : 48, n. 114). La stratigraphie de cette occupation est incertaine et aucune poterie découverte et illustrée n’est explicitement associée à un contexte MR II ou III de cette maison dans la publication finale. Ceci complique la datation de la structure de type mégaroïde pourvue d’un porche et d’un vestibule d’entrée installée dans la maison C, identifiée comme une installation de la phase MR III par N. Platon, ce qui est contesté cependant par B. Hayden (Hayden 1981 : 46-47, n. 109, citant N. Platon ; contra Vasilakis 1992 : 274 qui ajoute que cette structure se trouve à 1m au-dessus des ruines néo-palatiales de la maison C). Au nord de cet édifice, de nouvelles installations MR III sont construites. Une grande citerne circulaire est creusée, similaire à celle d’Amnissos (Hazzidakis 1934 : 61-64, pl. XII, 1, fig. 14 ; Vasilakis 1997 : fig. p. 35). Elle est associée à un système de canalisation. La date de sa construction n’est pas certaine, mais la canalisation se trouve au même niveau que le rez-de-chaussée MR III de la maison C (Hayden 1981 : 48), tandis que des figurines humaines et animales et un tesson MR IIIB ont été récoltés à l’intérieur de la citerne (Kanta 1980 : 11-12). A l’ouest de la citerne, une importante surface est pavée, associée au nord à une galerie à sept colonnes de 12m de long.141 Ces aménagements, qui se superposent à des dallages plus anciens (MM I-II et MR I), sont liés au MR III par N. Platon et B. Hayden (Platon 1953 : 481-482, Platon 1954 : 508, Platon 1955 : 555, 562, Platon 1956 : 420 ; Hayden 1982 : 2-3, fig. 4)142. Il est probable que la maison C, flanquée de cette zone ouverte, endossait des fonctions plus larges qu’une simple habitation, peut-être des activités d’ordre civique (Driessen et Farnoux 1994b : 55)143. Quelques murs MR III sont identifiés dans le secteur nord-ouest de la maison B (Platon 1954 : 512). Enfin, des structures sont ajoutées au-dessus des niveaux néo-palatiaux dans le secteur nord de la maison A et à l’est de celle-ci (Hazzidakis 1921 : fig. 1 ; Hayden 1981 : 49). Il s’agit, selon l’identification de B. Hayden, de l’installation de deux très grandes pièces au-dessus des salles 16 et 17 occupées au MR I (Hayden 1987 : 203), et de l’aménagement, à l’est de la maison, de trois petites structures indépendantes (Hayden 1981 : 49, fig. 27). Il est probable que la première installation dans le secteur nord de cette maison A remonte au MR II (cf. les derniers rapports des Ephories : http://odysseus.culture.gr/​h/​3/​eh351.jsp?obj_id=386). Les quelques vases découverts à Tylissos qui ont été publiés et qui correspondent à la phase MR IIIA semblent venir en grande partie de la maison A. Dans ce sens, il est probable que d’autres secteurs de la maison, en plus de la nouvelle installation dans la partie nord, sont réoccupés aux MR II-IIIA1144. Quant aux plus petites structures situées à l’est de celle-ci, dont les murs de moindre qualité technique ne sont pas disposés à angle droit, elles ont fourni de la céramique plus tardive, de styles MR IIIB et MR IIIC (Alexiou 1972 : 621 ; Kanta 1980 : 12-13, fig. 4 : 7-12 et fig. 5 : 1-10).

Tombe

53L’occupation des trois modestes petites structures à l’est de la maison A semble être contemporaine de la tombe à chambre découverte à Tylissos au début du 20e s. et qui contenait, outre de la poterie de styles MR IIIB-IIIC, dont un vase à étrier MR IIIB possiblement importé de La Canée (Kanta 1980 : 10, fig. 3 : 7-8), trois larnax en forme de coffre, décorées de motifs peints agencés en réseau (Hazzidakis 1921 : 83-86, fig. 44-46 [larnax], 47 [poteries] ; Kanta 1980 : 10, fig. 1 : 1 et 4, fig. 2 : 3, fig. 3 : 1-3 [larnax] et fig. 3 : 5-6). Ceux-ci ne contenaient apparemment chacun qu’un seul squelette.

54Si la séquence stratigraphique de l’occupation MR II-III de Tylissos n’est pas évidente, il semble que le site est réoccupé dès le MR II et habité durant chacune des phases suivantes. Une destruction au cours du MR IIIA pourrait avoir provoqué une discontinuité dans l’occupation du site avant les installations MR IIIB et IIIC (une destruction par incendie au cours du 14e s. a été reconnue à la suite des travaux menés par les Ephories : http://odysseus.culture.gr/​h/​3/​eh351.jsp?obj_id=2386).

55Il faut noter par ailleurs que le site est mentionné à plusieurs reprises dans les tablettes en Linéaire B de Knossos, sous le toponyme tu-ri-so (Wilson 1977 ; Bennet 1985 ; Bennet 1990 ; Driessen 2001a).

2.1.3. Kavrochori

Tombe

  • 145 La poterie consiste en deux petits vases à étrier, dont un trapu, une coupe à champagne, une coupe (...)

56Une tombe à chambre partiellement détruite est découverte près du village de Kavrochori, à 3km au nord-est de Tylissos. Elle contenait encore un intéressant ensemble de poteries MR IIIA2-IIIB et deux larnax en forme de coffre (Rethemiotakis 1986)145. La première larnax est décorée d’un programme iconographique figuratif particulier – dont la représentation d’un char – qui a été interprété comme l’évocation de rituels funéraires liés à un symbolisme religieux spécifique, à savoir le sacrifice de chevaux et la consécration d’un char (Rethemiotakis 1986 : 231, 243-258, fig. 3-8). La seconde larnax est décorée d’un réseau de bandes courbes qui dessinent des espaces rhomboïdes (Rethemiotakis 1986 : pl. 92). La forme et le décor de cette seconde larnax l’associent à un groupe de larnax en forme de coffre, toutes issues de la région de Tylissos : les trois larnax découvertes dans la tombe MR IIIB de Tylissos, un exemplaire trouvé à Moni (Kanta 1980 : fig. 113 : 3 ; Vasilakis 1997 : fig. p. 36) et deux autres non publiées (Rethemiotakis 1986 : 242, n. 17). Partageant un agencement similaire du décor peint, elles ont été reconnues comme les produits d’un hypothétique « atelier de Tylissos » (Rethemiotakis 1986 : 243).

2.1.4. Athanatoi

57Deux tombes à chambre ont été découvertes dans les environs du village d’Athanatoi, situé à 6km au sud-est de Tylissos (Platon 1957a : 335 ; Alexiou 1969 : 213 ; Kanta 1980 : 17). Elles sont toutes deux datées de la phase MR IIIB par N. Platon (Platon 1957a : 335). La première est une petite tombe qui ne contenait plus qu’une larnax en forme de coffre, décorée de motifs de fleurs de papyrus stylisées et de doubles haches et de quartefeuilles organisés en frise. La seconde est plus grande (2 x 2m) et était précédée d’un dromos d’accès. Elle contenait plusieurs enterrements et certains défunts avaient été déposés dans des cercueils ou sur des brancards de bois, qui portaient encore quelques traces d’un décor peint. Parmi le mobilier conservé se trouvaient une bague en argent, un couteau muni d’une poignée en ivoire, des rasoirs en bronze. Parmi la céramique, on compte un petit vase à étrier, un thymiaterion (brûle-parfum) et une kylix à pied haut. Ce dernier suggère une phase assez tardive, non antérieure au MR IIIA2. Le matériel n’ayant pas été illustré, il est difficile de discuter la datation de ces tombes. Cependant, la description seule de la céramique n’exclut pas que leur utilisation remonte à la phase MR IIIA2. Toutefois, si la date MR IIIB donnée par N. Platon s’avère exacte, ces enterrements dans des cercueils de bois représentent des exceptions, les autres exemples en Crète n’étant pas postérieurs à la phase MR IIIA (Kanta 1980 : 17).

2.1.5. Amnissos

Habitat

  • 146 Le matériel céramique issu des fouilles de S. Marinatos et S. Alexiou a été examiné par A. Kanta. (...)

58Le site côtier d’Amnissos est situé à 5km au nord-est de Knossos. Il se développe sur et autour de la colline de Paleokhora. Les fouilles de ce site par S. Marinatos au cours des années 1930, puis par S. Alexiou, ont fourni de la céramique MR IIIA1-IIIC qui témoigne de sa réoccupation146. Plus particulièrement, à quelques centaines de mètres à l’ouest de cette colline (de l’autre côté de la colline par rapport à la « Villa des Lys » néo-palatiale), des structures qui correspondent à une occupation postérieure au MR I ont été mises au jour (fouilles de sauvetage de S. Alexiou : Alexiou 1964). Il s’agit de la nouvelle construction d’un complexe étendu (aire F). Il consiste en une agglutination peu cohérente de plusieurs petites pièces, de cours et de corridors. Les murs de pauvre qualité sont élevés en matériaux réutilisés, dont des blocs de gypse (Hayden 1981 : 38-39, fig. 26 ; Schäfer 1992 : 188-189, 192-200, pl. 54-56, 131a). Ces particularités l’apparentent à des constructions MR IIIB sur les sites de Malia et Tylissos (cf. ci-dessus, 2.1.2. Tylissos et ci-dessous, 2.2.1. Malia). La grande pièce A constitue cependant une exception, mieux construite et dotée d’un sol plâtré. Un dépôt de vases entiers est découvert dans une des pièces. Leur style MR IIIB suggère de lier l’occupation principale de ce complexe à cette phase (Schäfer 1992 : 188-189, pl. 45 : 1-2 ; voir aussi Kanta 1980 : 38). Toutefois, A. Kanta a mentionné la découverte de tessons et de vases de style MR IIIA au sein de ce même bâtiment (Kanta 1980 : 41, fig. 13 : 4-5, 14 : 1, 4, 7). Quelques outils en bronze, un moule pour objets en métal et un tour de potier font également partie du mobilier collecté (Kanta 1980 : 40, fig. 14 : 1 ; Schäfer 1992 : 188-189, pl. 45 : 1-3, pl. 46 : 4-6).

59Dans la partie est du site, des structures néo-palatiales sont restaurées et vraisemblablement occupées durant les phases MR IIIA1-IIIA2 (Hayden 1981 : 39-40). Certains des tessons MR IIIA identifiés par A. Kanta dans le matériel issu des fouilles de S. Alexiou pourraient venir de la fouille de ces structures (Kanta 1980 : 41, fig. 14 : 3, 5, 15 : 5, 7). Sur le sommet de la colline de Paleokhora, une citerne creusée dans le sol et dotée d’un escalier interne a été fouillée et datée du MR III, sans plus de précision (Hayden 1981 : n. 88. Une citerne comparable est découverte à Tylissos, cf. ci-dessus, 2.1.2. Tylissos).

60Enfin, au nord de cette zone, en bord de mer, un bâtiment MR I isolé composé de trois salles est réaménagé, avec quelques modifications architecturales (Hayden 1981 : 40 ; Schäfer 1992 : 189-191). Un sol dallé probablement lié à la phase MR IIIA1 est dégagé (Schäfer 1992 : 191), et des dépôts de poterie MR IIIA2 et MR IIIB sont mis au jour, qui contenaient entre autres un vase à étrier de transport portant une inscription en Linéaire B (Schäfer 1992 : pl. 50 : 3, 52 : 2-3 [vase à étrier à caractères en Linéaire B], 53 : 1-3. Quelques fragments de peinture murale semblent associés à ces dépôts [pl. 52 : 4-5]). La découverte d’un support tubulaire à serpents a encouragé les archéologues à identifier une des pièces comme une aire de culte (Schäfer 1992 : pl. 52 : 1).

61Il faut noter par ailleurs que le site est mentionné à plusieurs reprises dans les tablettes en Linéaire B de Knossos, sous le toponyme a-mi-ni-so (Wilson 1977 ; Bennet 1985 ; Bennet 1990 ; Driessen 2001a).

Tombe

  • 147 Le motif et le style sont comparables à un fragment de peigne en ivoire découvert à Palaikastro (P (...)

62Une tombe à chambre est découverte dans l’est de la plaine de Karteros, au sud-est du village d’Amnissos, à Mafeze (Marinatos 1930 ; Kanta 1980 : 39-40). Sa chambre ovale est précédée d’un dromos de 10m de long. La tombe contenait six larnax en forme de coffre (l’une d’elles est illustrée : Marinatos 1930, pl. 2). La poterie relativement abondante qui y a été déposée et qui est conservée correspond aux phases MR IIIA2 et MR IIIB (Marinatos 1930 : pl. 1-3 ; Kanta 1980 : 39-40). Au moins trois Pulled-rim Bowls décorés dans le style « Dip and Run » font partie de l’ensemble (Marinatos 1930 : pl. 1 : 14, pl. 2 : 17 et 18 ; Kanta 1980 : 40). Deux autres vases de ce type ont été découverts dans les habitations d’Amnissos (Kanta 1980 : fig. 13 : 5 ; Schäfer 1992 : pl. 50 : 3). Le Pulled-rim Bowl, dans la technique de décoration trempée, est caractéristique de la Crète orientale, où il a été découvert en nombre sur les sites de Palaikastro et de Mochlos (MacGillivray 2007 : 146-147, 153, fig. 5.5 ; Smith 2004 : 311-312, fig. 22.5). On trouve aussi un cratère amphoroïde décoré de grandes quartefeuilles alternant avec des rosettes (Marinatos 1930 : pl. 1 : 3). Le reste du mobilier en céramique se compose d’une cruche miniature, de braseros, d’un thymiaterion, de bols, d’une tasse à bec et anse perpendiculaire. La tombe contenait également un couvercle de pyxide et un vase en forme de nid, tous deux en pierre (Marinatos 1930 : 72, pl. 1 : 10 et pl. 1 : 12). Le premier est doté d’une anse sommitale qui s’apparente à un bouclier en forme de huit, sculpté en relief d’une grande rosette. Ces deux pièces peuvent être comparées à des exemplaires MR II-MR IIIA1 de l’atelier de Knossos d’où ils pourraient avoir été importés, avant d’être placés plus tardivement dans cette tombe. Parmi les offrandes se trouvaient aussi une flasque sur pied en verre coloré (Marinatos 1930 : pl. 3 : 19) et une cruche en argile à col cylindrique au profil particulier (Marinatos 1930 : pl. 1 : 13). Une provenance chypriote a été proposée pour ces deux vases – ou syrienne pour le premier vase (Kanta 1980 : 40). Un fragment d’une plaque en ivoire sculptée d’un même animal fantastique représenté de manière antithétique (Marinatos 1930 : pl. 3 : 20)147, ainsi que plusieurs colliers de perles, un anneau sigillaire, un miroir et un couteau en bronze complètent les offrandes (Marinatos 1930 : pl. 2 : 21-24, 27-28).

2.1.6. Nirou Hani

63Le site côtier de Nirou Hani, situé à 4km à l’est d’Amnissos, est surtout connu pour sa villa néo-palatiale. Celle-ci n’est pas réhabitée après sa destruction à la fin du MR IB. Les alentours de ce site continuent toutefois d’être occupés, comme le suggère la découverte de quelques tombes correspondant aux phases MR IIIA et MR IIIB, bien qu’aucune trace d’un habitat contemporain n’ait encore été mise au jour (Kanta 1980 : 43-45). Un rhyton conique et un vase en forme d’oiseau ont été découverts à quelques dizaines de mètres de la villa, probablement issus d’une tombe détruite (Platon 1953 : 491). Ces deux vases sont élégamment décorés dans un style MR IIIA1 et suggèrent dès lors une réoccupation rapide de la région de Nirou Hani (Kanta 1980 : 44, fig. 11 : 3, 4).

64A 500m à l’ouest du site néo-palatial, dans le banc d’une rivière, des tombes et des fragments de larnax sont identifiés, fortement abîmés par les crues et inondations (Xanthoudides 1924 : 127). Une tombe partiellement préservée contenait encore un mobilier funéraire assez exceptionnel. Il s’agit apparemment de la tombe d’un seul individu, auprès duquel avaient été déposés plusieurs objets d’apparat de très grande qualité artisanale, comme des sceaux en différents types de pierre, des bijoux en perles d’ambre ou des pendentifs en pierre sculptés en forme de tête de taureau, des petites figurines masculines en ivoire, une bague en argent et un couteau de bronze qui possédait toujours une partie de son manche en os. Les deux seules poteries qui étaient associées à cette sépulture sont deux vases à étrier, aux profils respectivement trapu et trapu-conique, de style MR IIIB. Ils suggèrent ainsi une datation assez tardive pour cette tombe (Kanta 1980 : 43, fig. 20 : 6, 8 et 9).

65Une autre tombe est fouillée au lieu-dit de Vatheianos, 1km vers le sud à partir de la villa. Il s’agit d’une tombe à chambre creusée dans le roc dans laquelle avait été déposée une larnax en forme de coffre. Le style du décor peint, composé d’une fleur de papyrus et d’un argonaute stylisés, correspond à la phase MR IIIA2 (cette larnax est illustrée dans le BCH, 58 (1934) : 272-273, fig. 40). Sur un des petits côtés du haut couvercle en bâtière qui la couvre, une figure humaine a été dessinée, les bras levés et vêtue d’une longe robe. Plusieurs petits vases en céramique, un grand cratère piriforme et un vase imitant un panier en osier entouraient la larnax. La céramique correspond également à la phase MR IIIA2 (Kanta 1980 : 45, fig. 20 : 2, 4). Un petit vase à étrier trapu de style MR IIIB appartient peut-être aussi à cette tombe et suggère une continuation de son utilisation au cours de cette phase (Kanta 1980 : 45, fig. 20 : 7, 10).

2.1.7. Kato Gouves

66Quinze kilomètres au N-E/E de Knossos et 6km à l’est de Nirou Hani, sur le site côtier de Kato Gouves, un quartier de potiers actif aux MR IIIA2 et MR IIIB a été mis au jour (Vallianou 1995, Vallianou 1997). Il s’agit d’un complexe assez important, dont trois ensembles cohérents (A, B et C) ont été fouillés à ce jour (Vallianou 1997 : pl. CXXIV) Ces ensembles architecturaux représentent une nouvelle construction, relativement bien planifiée et composée d’espaces internes relativement grands – dont quelques pièces à pilier central parfois munies de banquettes en pierre (Vallianou 1997 : pl. CXXXVa-b) – autour desquels s’agencent des enfilades de plus petites pièces. Des activités liées à la production de poterie sont identifiées tant à l’intérieur des structures que dans des aires ouvertes extérieures et ce, apparemment aussi bien pour la confection des vases sur des tours que pour leur cuisson dans les fours. Cependant, les activités en plein-air semblent prépondérantes et les pièces-ateliers et les fours accolés au bâtiment sont directement en contact avec l’extérieur. Dans la grande pièce XI du bloc A, une base en pierre et un disque en terre cuite qui composaient un tour de potier ont été découverts, ainsi que quelques poteries qui pourraient appartenir à l’équipement du potier (pithos, bassin). A l’extérieur du bloc A, des cavités sculptées dans le rocher, des bases en pierre taillées d’une profonde alvéole, des disques en terre cuite et deux fours en forme de fer à cheval attestent l’usage d’au moins six tours de potiers dans cet espace extérieur, directement en contact avec les activités de cuisson (Vallianou 1997 : 335, pl. CXXV, CXXVIIb-d, CXXVIIIa-c, CXXIX ; pour les disques en terre cuite, voire aussi Vallianou 1995 : fig. 12α-δ). Un four installé dans une pièce du bloc B indique la cuisson de poteries à partir de l’intérieur du bâtiment (Vallianou 1997 : 335, pl. CXXXII, CXXXIIIb). Dans le plus vaste bloc C au nord, le plus proche du rivage, pas moins de cinq fours sont mis au jour, dont l’un a partiellement conservé son sol perforé et un second est composé de canaux internes pour la circulation de l’air dans la chambre de chauffe (Vallianou 1997 : 336-337, pl. CXXXIV, CXXXVIb, CXXXVIIIa). Des canalisations en terre cuite et des espaces rendus imperméables par la pose d’un mélange d’argile et de tessons broyés superposé à une couche de petits galets ont été identifiés comme des installations liées à un système de citernes, de bassins et d’évacuation d’eau destiné à l’épuration et au raffinement de l’argile (Vallianou 1997 : 336, 338, pl. CXXXVIIa, CXXXVIIId, CXXXIXa). Un amoncèlement d’argile épurée a été découvert dans la partie sud-ouest du bloc C (Vallianou 1997 : 337). Le nombre de bases en pierre et de disques en terre cuite qui peuvent témoigner de l’existence de tours de potier sont moins nombreux dans les alentours du bloc C que du bloc A. Plusieurs petites pièces sans accès suggèrent des magasins accessibles depuis l’étage. Des traces d’escaliers confirment l’existence d’un premier étage pour le bloc C.

  • 148 D. Vallianou explique cette absence par la difficulté du transport des grandes vaisselles et souti (...)

67Une quantité importante de céramique a été ramassée sur le site, dont des ratés de fabrication. Les vases complets sont cependant peu nombreux. La production consiste en des poteries de petite taille et taille moyenne, mais aussi en de petites idoles et des objets fonctionnels, comme des canalisations (Vallianou 1997 : 339-340, pl. CXXXIXc-d, CLX, CXLI). Quelques poteries entières ont été découvertes dans la pièce XVII du bloc C, il s’agit de tasses, de coupes à champagne, de gobelets, de pyxides et d’autres vases de petite taille (Vallianou 1997 : 338, pl. CXXXVIIIb-c). La réalisation de grandes vaisselles ou larnax ne semble pas avoir fait partie de la production de Kato Gouves148.

68Ces installations témoignent d’un ou plusieurs ateliers de potiers, bien organisés, peut-être un groupe ou une famille de potiers dans chacun des blocs, qui pouvaient remplir autant la fonction d’habitat que d’atelier. Chaque bloc semble posséder ses propres installations, ce qui n’exclut pas l’existence d’un travail collectif entre ces groupes, par exemple en ce qui concerne l’usage d’une même argile, épurée et peut-être préparée dans le bloc C. Les installations suggèrent une production importante qui ne devait probablement pas être destinée à une demande uniquement locale. D. Vallianou a même considéré qu’une quantité importante du matériel céramique contemporain de Knossos et de Kommos pourrait être des produits de l’atelier de Kato Gouves. Elle suggère ainsi l’existence de trois petits ports à proximité du site qui auraient permis l’exportation des productions – même à grande échelle, vers des sites extérieurs à la Crète (Vallianou 1997 : 333-334, 340 et commentaire dans Hallager et Hallager 1997 : 189). Aucune analyse archéométrique et/ou pétrographique de la céramique produite sur ce site n’a été publiée à ce jour qui permette d’évaluer cette hypothèse. L’occupation et l’activité artisanale du site remontent au MR IIIA2, voire peut-être au MR IIIA1, et semblent connaître leur pic au cours du MR IIIB, avant que le lieu ne soit abandonné, à une phase avancée de cette période (Vallianou 1997 : 340-341). Toutefois, ces conclusions n’émanent que d’une étude préliminaire de la céramique trouvée sur le site.

2.1.8. Gournes

  • 149 Des exceptions sont la larnax-baignoire décorée de spirales peintes de la tombe 3 (Hazzidakis 1918 (...)
  • 150 Il s’agit de vases à étrier MR IIIB (Kanta 1980 : fig. 21 : 3 et 6, 22 : 3-5 et 8), d’un fragment (...)

69A 3km à l’E/S-E du site de Kato Gouves, le site côtier de Gournes et ses environs connaissent une occupation importante durant la période du MR III, même si les découvertes concernent essentiellement six tombes, datées de la période MR IIIA2/MR IIIB au vu de la poterie qu’elles renfermaient (Kanta 1980 : 47-49 ; A. Kanta parle aussi de tessons MR III ramassés dans la région : Kanta 1980 : 47, 50). Il s’agit de trois tombes à simple fosse et de trois tombes à chambre, dont deux sont particulièrement monumentales, précédées de longs dromos (Hazzidakis 1918 : 63-87, fig. 8 et 13). Elles ont pour la plupart servi à plusieurs enterrements, comme le suggèrent les fosses creusées dans la chambre funéraire ou le dromos – et auxquelles est associé du matériel plus tardif – ou l’entassement des squelettes dans la larnax de la tombe 5 (Hazzidakis 1918 : fig. 31). Les inhumations se faisaient le plus souvent dans des larnax, la plupart en forme de coffre et non décorées149. Le matériel funéraire déposé dans ces tombes est riche – surtout dans les tombes 1 et 2 –, composé de colliers de perles (Hazzidakis 1918 : fig. 12), d’un trésor d’objets en bronze dont une dague munie d’une poignée en ivoire et plusieurs miroirs (Hazzidakis 1918 : fig. 17, 27) et de vases et sceaux en pierre. La poterie correspond majoritairement à la phase MR IIIB, mais quelques vases pourraient être reliés à la phase MR IIIA2150. On compte au moins un vase à étrier MR IIIB importé de La Canée (Kanta 1980 : 48-49, fig. 22 : 3-5). Il faut encore souligner trois particularités du mobilier funéraire : une kylix à pied haut MR IIIB totalement recouverte d’une feuille d’étain, une petite tasse qui remonte à la phase MM III et l’enfouissement dans la tombe 1 d’os de chiens et de moutons qui pourraient constituer les restes d’un sacrifice (Kanta 1980 : 47-49).

2.1.9. Archanes

70Dans la région d’Archanes, à 6km au sud de Knossos, des traces d’habitat mais surtout l’importante nécropole de Phourni témoignent d’une occupation significative et prospère de cette région, à travers chacune des phases MR II-IIIB. I. Sakellarakis et E. Sapouna-Sakellaraki sont responsables de la majorité des fouilles qui y ont été menées.

Habitat

71La ville moderne d’Epano Archanes recouvre un établissement minoen certainement important, mais encore peu mis au jour, qui se développait au pied du Mont Iuktas. Un bâtiment comparable aux palais minoens des MM III-MR I, quoique de plan différent, a été partiellement fouillé dans différents secteurs discontinus de la ville, surtout dans le quartier de Tourkoyeitonia (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 74-112). Une aire ouverte aménagée est dégagée dans le quartier d’Aghios Nikolaos (theatral area) (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1992 : 59).

  • 151 Les fouilleurs ne sont pas tout à fait clairs à ce sujet et parlent tantôt d’une phase d’occupatio (...)

72Une importante quantité de poterie MR II et MR IIIA1-IIIB a été retrouvée dans plusieurs des secteurs de la ville minoenne antérieure, notamment dans l’aire ouverte d’Aghios Nikolaos, où quelques structures associées à ces dépôts ont été fouillées (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 89-90, fig. 44-45), et dans une grande citerne qui faisait originellement partie du complexe de caractère palatial (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 149). D’autres lieux de la ville ont fourni de la céramique MR II-IIIB (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 94-97, fig. 53-59). Après sa destruction à la fin du MR IB, le bâtiment néo-palatial principal fouillé à Tourkoyeitonia est réoccupé, peut-être dès le MR II (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 149, 448-449, fig. 429). La céramique de style MR II est trouvée dans la même couche stratigraphique que la poterie de style MR IIIA1, majoritaire, ce qui suggère une occupation continue. Dès la période MR II-IIIA1, le site est nivelé, les murs antérieurs de l’édifice de Tourkoyeitonia sont réutilisés et partiellement restaurés sans que le plan général ne soit modifié. Aucun événement destructeur d’envergure ne scelle stratigraphiquement cet habitat MR II-IIIA1, ce qui expliquerait qu’il reste archéologiquement discret151.

73Aux MR IIIA2 et IIIB, l’occupation s’intensifie, comme le suggère d’abord la céramique abondante trouvée dans les couches supérieures (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 150). Un nouvel édifice d’envergure est construit au MR IIIA2 au-dessus des ruines du bâtiment néo-palatial, d’orientation et de plan différents, qui apparaît bien planifié, avec des murs stuqués et certaines pièces dallées, surtout conservés dans la partie sud-ouest du secteur (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 150, fig. 34). L’élévation de fondations et de murs solides – qui réemploie de gros blocs de pierre du bâtiment néo-palatial – suggère l’existence d’un second étage. L’occupation est continue jusqu'au MR IIIB, quand l’entièreté du site est détruit par un violent incendie, peut-être déclenché par un tremblement de terre. Ceci ne provoque pas un abandon du site, mais l’habitat qui suivra à la fin du MR IIIB et au début du MR IIIC est modeste, composé de quelques plus petites maisons isolées (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 101). Il faut ajouter enfin la fouille de sauvetage à l’emplacement du Vieux Marché moderne qui a mis au jour un bâtiment partiellement bâti en pierres de taille, probablement construit au MR IIIA2 au-dessus de ruines MR I et habité au cours des MR IIIA2-IIIB (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 90, fig. 47-48).

  • 152 Par exemple, sur les sites de Vathypétro (un élégant vase double de style vraisemblablement MR III (...)

74Les fouilleurs soutiennent que les différents secteurs discontinus de la ville dans lesquels une occupation MR II-IIIB a été mise en évidence, parfois sans hiatus, parfois fragmentaire, témoignent d’un site d’habitat homogène et étendu (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 97). Enfin, la céramique MR III collectée sur certains sites néo-palatiaux dispersés dans la région environnante d’Archanes suggère la réoccupation de l’environnement rural et ce, dès le MR IIIA1152. Des petits habitats isolés, installés au MR IIIB dans la campagne et peut-être essentiellement liés aux travaux agricoles, complètent le tableau (par exemple, le bâtiment de Kaberi Armi : Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1996 : 1112).

Tombes

  • 153 Il est possible que le bâtiment funéraire 3, qui a été construit au MR I, ait été fréquenté au cou (...)
  • 154 Aucune tombe du cimetière de Phourni ne peut être clairement et uniquement datée de la phase MR II (...)

75Au N/N-O de la ville moderne d’Archanes se trouve la nécropole de Phourni. Son utilisation à l’époque minoenne remonte à la période du Minoen Ancien IIA (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 155, 187). En ce qui concerne son activité après l’époque néo-palatiale, elle semble concorder à l’histoire de l’habitat. Après une possible inutilisation de la nécropole durant la phase MR II153, les enterrements reprennent peut-être dès la phase MR IIIA1154, s’intensifient au MR IIIA2 et se poursuivent au MR IIIB, avant une dislocation importante de l’activité funéraire en dehors de la nécropole de Phourni. L’élément marquant de cette nécropole est l’extraordinaire diversité des formes et des pratiques funéraires, qui se manifeste dès l’époque des Premiers Palais (Maggidis 1998), mais est particulièrement significative au cours de la phase MR IIIA2.

  • 155 Les fouilleurs avaient d’abord daté la construction et l’utilisation de la tombe à tholos A du MR (...)

76Trois activités notables au sein de la nécropole prennent place au cours de la phase MR IIIA2, peut-être dès le début de cette phase : la construction et l’utilisation des tombes « royales » à tholos A et D, l’installation du péribole funéraire rectangulaire qui cerne sept tombes à fosses et la réutilisation des tombes à tholos B et C155.

  • 156 Ces objets exceptionnels sont publiés et illustrés :
    ▪ Les vaisselles en bronze : Sakellarakis et S (...)

77Dans la chambre funéraire voûtée en encorbellement de la tombe A (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 158-168, fig. 114-119, dessins 36-39), seuls des fragments d’une larnax ont été retrouvés, après le passage de pilleurs. Ces quelques fragments conservent des motifs peints de cornes de consécration et de papyrus, exécutés dans un style MR IIIA1 (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 80, fig. 24a-c ; Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 478-479, fig. 462-464). Une chambre latérale restée inviolée contenait une larnax en forme de coffre de style MR IIIA2 qui préservait encore le reste d’un squelette (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 479-481, fig. 465-466). Ce dernier est trop fragmentaire pour déterminer le sexe ou l’âge de la personne, mais le caractère de l’ensemble funéraire exceptionnellement luxueux qui accompagnait cette sépulture suggère qu’il s’agit d’une femme (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 168). Ces offrandes se composent d’une dizaine de vaisselles en bronze, de mobilier décoré de plaques d’ivoire sculptées de boucliers et de têtes de guerriers coiffés de casques en dents de sanglier, de miroirs à manche en ivoire sculpté également, de bijoux d’une qualité artistique singulière, dont des colliers de perles et des anneaux sigillaires en or (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 166-168, fig. 120-121)156. Cette tombe se distingue aussi par la découverte de restes démembrés d’un cheval et d’un taureau déposés devant et dans l’ouverture vers la chambre latérale et qui suggèrent les sacrifices de ces animaux en l’honneur de la défunte (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1992 : 54, Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 164-165, 263s., fig. 119, 205-210). Quelques coupes à champagne constituent l’essentiel de la poterie associée à cette sépulture. Ce type de vase n’est habituellement pas relié à une phase antérieure au MR IIIA2 (Hallager B. 1997b : 30 contra Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 451-452, fig. 432).

78La tombe à tholos D est plus petite (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 185-186). Elle renferme la sépulture inviolée d’une femme qui avait été allongée sur un brancard de bois, parée d’un diadème et de colliers en or, pâte de verre et ambre. D’autres bijoux, ainsi qu’un couteau-rasoir, avaient été déposés dans une grande pyxide à couvercle placée à côté d’elle (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 81, fig. 25 ; Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 186, fig. 137-138). La pyxide est de style MR IIIA2.

  • 157 Une de ces plaques est sculptée d’un lion disposé en « galop volant », un motif qui annonce un thè (...)

79On ajoutera que dans le bâtiment funéraire 3, utilisé à des fins funéraires depuis le MM IA, des inhumations ont encore eu lieu au cours de la phase MR IIIA, dont quatre au moins en larnax. Lors de ces enterrements, des objets décorés de plaques d’ivoire sculptées ont été déposés près des défunts157.

  • 158 Un nombre important de tessons appartenant à de petits vases a été retrouvé au fond de cette fosse (...)

80Le péribole a été édifié à l’extrémité nord du cimetière, près de la tombe à tholos A (Sakellarakis 1972 ; Kallitsaki 1997 : fig. [reconstitution] ; Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 189-193, fig. 141-143). Les sept tombes à fosses quadrangulaires cernées par un mur d’enclos étaient signalées par des stèles (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 192 ; Kallitsaki 1997 : fig. 5) et contenaient toutes, à l’origine, une larnax en terre cuite (les restes de sept larnax ont été récupérés de ces tombes : Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 190, 480-483, fig. 467-468). La plupart des tombes avaient été vidées, apparemment dès l’Âge du Bronze. Il semble que les corps ou leurs restes aient été exhumés un certain laps de temps après leur enterrement et déplacés, peut-être en les transportant sur le fond brisé des larnax qui les contenaient puisque la plupart des bases des larnax fragmentées trouvées dans ces tombes est manquante (Sakellarakis 1972 ; Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 190-191). Parmi le mobilier funéraire oublié par les pilleurs dans les fosses figurent des objets de haute valeur : de grandes vaisselles en bronze, une pyxide et des plaques en ivoire habilement sculptées, des sceaux lenticulaires aux motifs ciselés. Ces objets et leurs décors sont plusieurs fois comparables au mobilier funéraire de la chambre latérale de la tombe A. Les quelques poteries conservées – comme une coupe à champagne – ainsi que le reste du mobilier, suggèrent une utilisation de ces tombes au cours de la phase MR IIIA2 (Kallitsaki 1997 : 220, fig. 15). A l’extérieur de l’enceinte, une cavité circulaire a été creusée, peut-être destinée à des libations en l’honneur des défunts enterrés à proximité (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 193 fig. 144)158. Péribole, tombes à fosse et stèles funéraires ont été comparés à des exemples rencontrés plus fréquemment en Grèce continentale, tandis que l’inhumation dans des larnax est une tradition typiquement minoenne (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1996 : 1115 ; Kallitsaki 1997). Aucun parallèle pour ce péribole n’existe en Crète (Kallitsaki 1997 : 220).

  • 159 C. Maggidis a suggéré que cette tombe était à l’origine celle d’un chef puis, plus tard, celle d’u (...)

81La réutilisation de deux grandes tombes très anciennes est significative. Dans le premier cas, il s’agit de la tombe à tholos B, un complexe monumental à onze chambres funéraires remontant au MM IA et plusieurs fois remanié, dont une dernière fois au MR IIIA (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 171s. et fig. 123)159. Bien que la tombe ait été pillée, les enterrements MR IIIA-IIIB dans cette tholos sont vraisemblablement accompagnés de riches offrandes, dont une bague en or et un nombre important de sceaux et d’objets en ivoire travaillé (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 169-179, 652s., fig. 718-719). Dans le second cas, il s’agit davantage d’un acte rituel en l’honneur d’ancêtres défunts, quand de la céramique MR IIIA2-IIIB a été jetée par une ouverture au-dessus du linteau de la porte de la tombe à tholos C. Les inhumations faites à l’intérieur de cette tombe – selon les données archéologiques disponibles – remontaient à un millier d’années, à la période du MA III (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 184). Ces deux tombes montrent que l’utilisation du cimetière de Phourni continue au cours du MR IIIB, bien que sa fréquentation soit peut-être plus sporadique vers la fin de cette phase (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1996 : 1116).

82L’absence, au sein de la nécropole de Phourni, de tombes à chambre traditionnelles, simplement creusées dans le sol, – qui pullulent ailleurs en Crète depuis le MR II – est contrebalancée par la découverte de plusieurs tombes à chambre tout autour du site d’Archanes et au-delà du Mont Iuktas, qui jalonnent chacune des phases MR IIIA1, MR IIIA2 et MR IIIB. Certaines ont fourni des larnax de styles MR IIIA2 et MR IIIB (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 68-77 ; Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1996 : 1112 ; Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 149, 151, 483-486, fig. 469-473). Quelques murs ont parfois été mis en évidence à proximité de ces tombes, ce qui suggère que ces activités funéraires n’étaient pas complètement isolées dans le paysage d’Archanes (par exemple à Karnari : Sapouna-Sakellaraki 1990 : 73).

Mobilier

83En ce qui concerne la céramique, les fouilleurs distinguent une production locale de poterie MR II-IIIA1, sensiblement influencée par Knossos, notamment des tasses globulaires à une anse et lèvre saillante (Andrikou 1995 ; Andrikou 1997 ; Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 448-463). Ils parlent aussi de cratères amphoroïdes décorés du motif du poulpe et de losanges à l’épaule (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 451-452, fig. 430).

84Aux MR IIIA2 et MR IIIB, la céramique d’Archanes est d’une haute qualité technique (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 457), les formes et les décors sont variés (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1996 : 1112 ; Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 454-457, fig. 433-436). Sa production témoigne de préférences typologiques et d’innovations stylistiques locales propres, y compris des imitations de formes et de motifs mycéniens contemporains, mais qui trahissent des propriétés techniques et décoratives spécifiquement crétoises – pied percé et intérieur monochrome pour la kylix, par exemple (Andrikou 1997). Le vase à boire par excellence découvert dans les sites d’habitat de la région d’Archanes est la très crétoise coupe à champagne, tandis que la kylix, tant à pied court qu’à pied haut, est moins populaire (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 458-459, fig. 439-440).

85Le mobilier funéraire a déjà été exposé plus haut, en corrélation étroite avec la présentation des différentes tombes qui correspondent à la phase MR IIIA2 et, dans une moindre mesure, à la phase MR IIIB. Dans l’habitat, outre l’important ensemble de céramique fine et de céramique commune utilitaire collecté, des sceaux, des outils, des objets en bronze et en ivoire, des poids et des fusaïoles ont été retrouvés. Des figurines en terre cuite complètent le mobilier domestique, dont certaines se trouvaient près d’un autel ou un foyer qui semble être contemporain du nouvel habitat MR IIIA2 de Tourkoyeitonia (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 151). Des tessons peints découverts dans cette même habitation suggèrent l’existence de vases à étrier de transport inscrits de caractères en Linéaire B (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 99, fig. 61a-b). Des importations de céramique MR IIIB de La Canée et de vaisselle chypriote ont été identifiées à Tourkoyeitonia et ailleurs dans la région, bien qu’en faible quantité (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 99 ; notamment à Tzami, au centre de la ville moderne, au sud-ouest de Tourkoyeitonia : Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 151).

86Habitats et nécropoles semblent donc attester une occupation continue entre les phases MR II et MR IIIB sur le site et dans la région d’Archanes ou, du moins, les données archéologiques disponibles ne laissent pas apparaître de rupture nette au cours de la phase MR IIIA2 qui reflèterait les événements critiques qui ont lieu à Knossos, 6km plus au nord (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 97s.). La période du MR IIIA2-IIIB est une réelle phase de prospérité, avec l’édification de nouveaux habitats et une activité funéraire significative. Cependant, ni la stratigraphie du site, ni l’analyse du matériel qui a été entreposé dans les tombes ne permettent de faire la distinction intéressante entre les activités liées plus spécialement à la phase MR IIIA2 et celles qui correspondent à la phase MR IIIB (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 453-463, spéc. 456).

2.1.10. Mont Iuktas

87A l’emplacement du sanctuaire de sommet installé sur le Mont Iuktas – certainement le plus important de l’époque minoenne –, de la poterie correspondant à chacune des phases des MR II-IIIC a été retrouvée (Ioannidou-Karetsou 1977 : fig. 7, pl. 266δ [fragment d’une table à offrande en céramique décorée de style MR II], pl. 266ς [tesson décoré dans le « Style du Palais »] fig. 9, pl. 268γ [coupes à champagnes MR IIIA2], fig. 8 [tessons de style MR IIIB] ; Sapouna-Sakellaraki 1990 : 72, fig. 6a-b [poterie MR II dans le « Style du Palais »]). Quelques autres objets témoignent d’offrandes plus particulières, comme un sceau ou un fragment d’une poignée d’épée qui correspondent à la phase MR IIIA (Ioannidou-Karetsou 1979 : 415, pl. 231α [sceau de style MR IIIA], fig. 3δ, pl. 231γ [fragment d’une poignée en albâtre d’une épée ou poignard MR IIIA]).

***

2.1.11. La Pediada

  • 160 Il remarque en outre que le déclin est encore plus important entre la période du MR IIIA2-IIIB et (...)
  • 161 Environ 150 sites si l’on exclut l’occupation de la région au MR IIIC, quand une telle occupation (...)
  • 162 Cependant, il faut directement préciser que certains sites de tombes qui correspondent à cette épo (...)

88A l’est de la région d’Archanes s’étend la région de la Pediada. Celle-ci se développe au sud de Knossos et de la région de Malia jusqu’aux environs de Viannos en Crète centrale-sud-est, entre les Monts du Lasithi à l’est et le Mont Iuktas à l’ouest. Il s’agit d’une région montagneuse dans sa partie sud (la Haute-Pediada) et davantage d’une plaine dans la région nord (la Basse Pediada), le long de la côte septentrionale de l’île. Cette région a été prospectée en profondeur depuis les années 1980 par N. Panagiotakis qui a récemment publié un premier bilan de ses recherches (Panagiotakis 2003). Cet archéologue a repéré 185 sites qui ont connu une occupation au cours de la période qui couvre les phases du MR II au MR IIIC, à savoir la moitié de ce qu’il a comptabilisé pour l’époque des Seconds Palais (Panagiotakis 2003 : 341, fig. 2, carte 7)160. Certains de ces établissements sont vastes et importants (Panagiotakis 2003 : 354). Il est très intéressant de constater que l’entreprise d’une telle prospection, qui couvre une superficie d’environ 800km ², permet de rééquilibrer le tableau actuellement disponible quant au mode d’implantation des sites au cours des MR II-III et de leur répartition en lieux d’habitats et sites funéraires. En effet, on a déjà souligné que les sites d’habitats qui répondent à cette période font régulièrement défaut dans l’étude archéologique de la Crète. Les découvertes d’ordre funéraire sont proportionnellement plus fréquentes et constituent parfois les seules données qui permettent de rendre compte de l’occupation d’une région. Sur 185 sites MR II-IIIC identifiés par N. Panagiotakis, environ 170 consistent selon lui en des lieux d’habitat161. Seule une quinzaine de sites utilisés proprement à des fins funéraires ont été recensés162. Autrement dit, ce genre de prospection élargie permet une vue plus exhaustive, plus cohérente et plus exacte du paysage crétois à la fin de l’Âge du Bronze, tout du moins à l’échelle régionale.

89N. Panagiotakis a constaté que la population continue à s’installer dans les mêmes régions et le long des mêmes voies de circulation qu’à l’époque néo-palatiale (Panagiotakis 2003 : 354). Les habitats sont notamment établis le long du bras ouest du Karteros qui mène vers Knossos et ses ports et qui relie la région de Knossos à celle de la Mesara (Panagiotakis 2003 : 354, 371). Il est très probable que la région de la Pediada était une des sources d’exploitation agricole les plus importantes du palais de Knossos aux MR II-IIIA2 et, qu’en outre, elle approvisionnait peut-être celui-ci en produits manufacturés spécialisés. En effet, N. Panagiotakis a discuté la possibilité de la production et l’exportation vers Knossos de laine et de tissus à partir de la région de la Pediada (Panagiotakis 2003 : 354, n. 74, 371-372).

***

2.1.12. Stamnoi

Tombes

  • 163 Cette nécropole n’est pas reprise parmi les sites prospectés par N. Panagiotakis, mai, celui-ci a (...)

90Cinq tombes sont fouillées par N. Platon au lieu-dit de Palaialona, dans le village de Stamnoi qui se situe à 7km au sud de la côte nord de l’île et à 7km à l’E/S-E de la nécropole d’Archanes-Phourni (Platon 1952a : 625-628). L’habitat auquel correspond cet important cimetière n’a pas été identifié163. Le matériel céramique qui avait été déposé dans ces tombes a été examiné par A. Kanta (Kanta 1980 : 53-58). Elle soutient que ces tombes ont été utilisées à plusieurs reprises et témoignent d’une utilisation continue, du début de la phase MR IIIA jusqu’à la fin de la phase MR IIIB.

  • 164 Dans la tombe E, l’analyse des os conservés permet de comptabiliser au moins dix individus (Kanta (...)

91Les cinq tombes à chambre, dont le plan varie, sont précédées d’un dromos, parfois aménagé en escaliers (Platon 1952a : fig. 5). En plus de l’analyse de la céramique, plusieurs éléments permettent de suggérer qu’elles ont été réutilisées au cours du temps, comme des fosses creusées dans le sol de la chambre funéraire et comblées d’os ou l’ajout d’une niche qui peut témoigner d’un élargissement de la chambre164. Une seule larnax a été rapportée de ces tombes par N. Platon. Une des tombes avait été dotée d’une banquette en pierre sculptée.

92La poterie qui compose le matériel funéraire est abondante, variée et de qualité (Platon 1952a : fig. 6 et 8 ; Kanta 1980 : fig. 25 : 1-8, 26 : 1-7, 28 : 10). La phase MR IIIA est représentée par plusieurs vases à étrier, des cruches élancées ou miniatures, des kylix à pied haut mais aussi deux kylix à pied court et deux anses – qui sont davantage dans la lignée du gobelet éphyréen et correspondent au début de la phase –, des pyxides, des tasses globulaires décorées, des thelastron et même un fragment d’une jarre piriforme dans le « Style du Palais » et une seconde plus petite, de style plus tardif (Kanta 1980 : 56, fig. 26 : 5). La phase MR IIIB est surtout représentée par des vases à étrier, dont plusieurs sont de profil trapu. Des cruches, un bol peu profond, un grand kalathos doté d’une tasse miniature sur le bord, un vase en forme d’anneau et un grand fragment d’un cratère amphoroïde complètent l’ensemble MR IIIB. A. Kanta a par ailleurs identifié une tasse MR I déposée dans la tombe Δ, peut-être comme héritage (Kanta 1980 : 58).

93Hormis la poterie, des offrandes plus spécifiques avaient été faites aux défunts, pour lesquelles le moment de leur placement dans la tombe au cours des MR IIIA-IIIB est difficile à définir, vu la réutilisation continue des cinq tombes. Un ensemble assez important d’objets en bronze en fait partie : deux dagues, trois pointes de lance, mais aussi des rasoirs, un bol, une pince à épiler (Platon 1952a : fig. 7). Plus singulier, dans quatre des cinq tombes, des fusaïoles, certaines de forme conique, avaient été déposées.

2.1.13. Episkopi

94A 1,5km au sud de Stamnoi, dans et autour du village de Episkopi, plusieurs groupes de tombes utilisées au cours des MR IIIA et MR IIIB ont été identifiées et fouillées en une dizaine d’emplacements différents (Kanta 1980 : 58-68). L’un de ces cimetières, installé sur la colline de Kephala, à l’est du village d’Episkopi, semble le plus important et a fourni une quantité importante de matériel (Platon 1952a : 619-624 ; Orlandou 1975 : 117). Les traces d’habitat sont moins nombreuses.

Tombes

95A une exception près, les sépultures mises au jour sont toutes des tombes à chambre. Elles sont précédées d’un dromos – parfois en escaliers – et leur plan oscille entre forme quadrangulaire et forme circulaire (Platon 1952a : fig. 1). Dans au moins deux cas, des banquettes en pierre y ont été aménagées, tandis que des fosses et entassements d’os témoignent de l’utilisation répétée de certaines tombes. Des larnax en forme de baignoire, mais surtout en forme de coffre, ont été utilisées pour une grande majorité des inhumations, jusqu’à un nombre de six pour une seule tombe (Platon 1952a : fig. 2 [larnax B de la tombe de Kalyvotopos] ; Kanta 1980 : 59 [larnax d’Aghios Apostolos] ; Rethemiotakis 1988 : 389, pl. 285 α-β [deux larnax dans une tombe à chambre à Kalyvotopos]). Une tombe découverte au lieu-dit de Khristos consiste en une seule grande fosse qui a été réutilisée à plusieurs reprises et où ont été entassées jusque huit larnax (Kanta 1980 : 66).

  • 165 Des vases MR IIIA1 ont été reconnus dans des tombes qui contenaient des vases MR IIIB, ce qui sugg (...)

96Les ensembles de poteries déposés auprès des défunts sont variés, mais relativement homogènes entre les différents groupes funéraires (Platon 1952a : fig. 3 ; Kanta 1980 : fig. 27 : 1-9, 28 : 1-9, 29 : 3-8). Les vases à étrier – piriformes, miniatures, trapus – prédominent avec les cruches – grandes et miniatures – et, dans une moindre mesure, les kylix et les pyxides. Plusieurs types de tasses sont rencontrés, dont la tasse globulaire profonde et même les coupelles coniques qui sont singulièrement nombreuses dans les tombes B et Δ de Kephala (Kanta 1980 : 61). On peut ajouter la présence plus exceptionnelle mais intéressante du brûle-parfum, du brasero, de la flasque globulaire sur pied et de trois cratères amphoroïdes. Ces derniers, dont l’un est décoré d’un poulpe, sont trouvés dans une même tombe de Kephala (Orlandou 1975 : 117, fig. 107 ; Kanta 1980 : 61-62). En ce qui concerne leur datation, les phases MR IIIA et MR IIIB semblent identiquement représentées, sur toute leur longueur, quoique les ensembles correspondent plus particulièrement à la période MR IIIA2-premier stade du MR IIIB165. Par ailleurs, les tombes Γ et Δ de Kephala contiennent chacune deux poteries comparables à des exemplaires MM III-MR I (coupelle conique, petite tasse ou lampe : Kanta 1980 : 63-64, fig. 28 : 5, 8). A. Kanta a suggéré que ces deux tombes remontaient peut-être à la période néo-palatiale et qu’elles ont été réutilisées pour des enterrements aux MR IIIA-IIIB, ajoutant que la larnax en forme de baignoire très elliptique trouvée dans l’une de ces deux tombes pourrait être une production ancienne, c’est-à-dire antérieure au MR III (Kanta 1980 : 63).

97Des objets en bronze faisaient partie des offrandes, mais aucune arme n’a été rapportée, à part quelques couteaux (Rethemiotakis 1988 : 389). Ont ainsi été répertoriés quatre ciseaux, un miroir, une épingle, et des rasoirs. Quatre petits vases en pierre complètent le matériel funéraire d’Episkopi. Les sceaux et les bijoux sont présents mais rares : des perles, une bague, un collier ; quelques sceaux dans les tombes B, Γ, Δ de Kephala (Platon 1952a : fig. 4 ; Kanta 1980 : 61). Quelques objets en ivoire sont aussi collectés (Rethemiotakis 1988 : 389). Enfin, on note les offrandes répétées de fusaïoles dans ces tombes, dont plusieurs exemplaires coniques.

  • 166 A. Kanta souligne qu’un exemple similaire a été trouvé dans une tombe de Zapher Papoura à Knossos (...)

98Les tombes d’Episkopi et leur matériel méritent quelques commentaires. Sur la base de l’analyse de la poterie qui y avait été déposée, une grande partie de ces tombes semblent avoir été utilisées plusieurs fois et au long des deux phases, du MR IIIA2 au MR IIIB. Quelques vases peuvent être liés à la phase MR IIIA1, ce qui suggère que la réinstallation dans la région est relativement rapide. Un lien particulier avec l’époque précédente néo-palatiale est frappant. Il y a les deux tombes mentionnées qui pourraient remonter à cette époque et avoir été réutilisées aux MR IIIA2-IIIB ou, plus simplement, représenter des tombes MR IIIA2-IIIB dans lesquelles on avait déposé des vases, et peut-être une larnax, hérités du passé et offerts aux défunts quelques générations plus tard (cf. ci-dessus, 2.1.12. Stamnoi). A. Kanta a reconnu également une larnax du Minoen Moyen réutilisée dans une tombe aux côtés de deux autres larnax-coffres, dont l’une est peinte de tentacules de poulpe, un motif typiquement MR III (Kanta 1980 : 60, au lieu-dit de Malathres). Le nombre important de coupelles coniques déposées dans deux tombes sur la colline de Kephala peut également constituer une référence au passé néo-palatial, bien que cette forme continue d’être produite au MR III. Enfin, une des larnax trouvées dans les tombes d’Episkopi est ornée d’une décoration peinte polychrome (en rouge et bleu), une pratique caractéristique du passé minoen (Kanta 1980 : 59)166.

Habitat

99En ce qui concerne l’habitat, la découverte de plusieurs groupes de tombes dans le paysage environnant d’Episkopi, parfois assez éloignés, permet de suggérer plusieurs petites cellules d’habitat (Kanta 1980 : 67). N. Panagiotakis a repéré un habitat proto-et néo-palatial à Aï Lias, sur une colline située au nord-est du village de Episkopi. Il reconnaît une réoccupation de cet établissement durant les phases MR IIIA1-IIIB et même les signes d’une fréquentation dès le MR II (Panagiotakis 2003 : 389). Sur la colline de Kephala, N. Platon a identifié plusieurs bâtiments dont l’un est mieux préservé, élevé en grosses pierres et daté du MR III par l’archéologue (Kanta 1980 : 65, n. 1, avec références). Enfin, A. Kanta a trouvé dans les réserves du Musée d’Héraklion une caisse de tessons de poteries identifiées comme provenant de « Episkopi Pediadhos, bothroi of Kephala ». Cette spécialiste n’exclut pas qu’il s’agisse de matériel épars, autrefois contenu dans des tombes, nombreuses sur cette colline. Il s’agit de tessons de cratères amphoroïdes, de bols profonds, de kylix à haut pied et de coupes à champagne, apparemment majoritairement de style MR IIIB (Kanta 1980 : 65, fig. 29 : 1-2). La qualification de bothroi pourrait néanmoins évoquer la découverte de fosses, creusées à proximité de l’habitat (les bâtiments reconnus par N. Platon) ou des tombes, et dans lesquelles ont été jetés les restes de poteries usagées, après leur utilisation à l’occasion d’une ou plusieurs cérémonies consacrées à la prise de boisson.

***

100Les données archéologiques actuelles permettent de soutenir que cette région de Episkopi et Stamnoi, proche de Knossos et d’Archanes et située dans une plaine fertile, juste à l’est du Karteros, est réoccupée de manière importante et continue après le MR I.

2.1.14. Voni

Habitat

101Dans la région plus au sud d’Episkopi, particulièrement dans les environs de Voni, situé à une petite dizaine de kilomètres d’Episkopi, N. Panagiotakis a pointé quelques traces d’une occupation qui pourrait remonter à la phase MR II (Panagiotakis 2003 : 354, 424-425).

2.1.15. Astritsi

Habitat

102Dans la région du village d’Astritsi, situé à 1km au sud-ouest de Voni et à 1km au nord-ouest de Galatas, un habitat minoen occupé au MM III-MR I, puis au cours de la période MR IIIA2-IIIB, est identifié au lieu-dit de Katostrati (Panagiotakis 2003 : 382). Cependant, c’est sur le sommet d’une chaîne de collines, à Astritsi-Kephala, que s’est établi pour une longue période un habitat minoen qui remonte au MM I. Les signes d’une occupation MR IIIA1-IIIC y ont été observés (Panagiotakis 2003 : 382-383, n. 99-100). Cet habitat se situe juste à l’ouest de la gorge qui lie Astritsi et Voni et dans laquelle coule le bras ouest du Karteros. D’autres traces plus limitées d’un habitat MR III sont repérées dans les environs de Nira. N. Panagiotakis suggère de relier Nira à l’E-ra des tablettes en Linéaire B de Knossos qui font mention de moutons, de laine et de vêtements en laine (Panagiotakis 2003 : 340, n. 45, 354, n. 74, 383, n. 102-103).

2.1.16. Galatas

Habitat

103Le village de Galatas se situe à 9km au sud d’Episkopi. Un complexe palatial à cour centrale a été fouillé sur le sommet d’une colline (Kephala) qui domine à l’est le bras ouest du Karteros (Rethemiotakis 2002). Au nord-ouest de la cour centrale de cet édifice, entre les bâtiments 2 et 3 – détruits probablement par un tremblement de terre à la fin du MR IB, selon les archéologues qui ont fouillé ce site –, quelques modestes structures ont été édifiées au-dessus d’une ancienne cour pavée, qui correspondent à une phase d’occupation MR IIIA2-IIIB (Rethemiotakis 2002 : 67, pl. XII). Il s’agit de deux petites pièces qui ouvrent vers un espace clôturé, sans doute à ciel ouvert. Ce dernier était probablement utilisé pour la préparation de repas, au vu du nombre important de poteries culinaires qui y a été découvert (Rethemiotakis 2002 : 67). Des kylix et un grand pithos font partie du matériel MR IIIA2-IIIB retrouvé à Galatas Kephala et pour lesquels une origine knossienne a été suggérée (K. Christakis, cité par Rethemiotakis 2002 : 67, n. 45). Quelques creusets et tours de potiers sont découverts à l’est de ces structures et peuvent correspondre à quelque activité artisanale contemporaine (Rethemiotakis 2002 : 67).

104Un autre site d’habitat minoen néo-palatial s’est établi à l’est du village de Galatas, au lieu-dit d’Aghios Georghios. N. Panagiotakis a reconnu une occupation MR III à cet emplacement (Panagiotakis 2003 : 390).

105Une prospection de la région de Galatas a été entamée. Les résultats préliminaires notent la désertion de nombreux sites au MR III mais aussi l’implantation de quelques nouveaux établissements (Whitley 2007 : 106-107).

Tombes

106Des tombes à chambre ont été repérées aux alentours de Galatas et quelques tessons ramassés dans les environs pourraient dater du MR III (Kanta 1980 : 234 citant Hood 1965b : 108). Des tombes MR IIIB sont identifiées au lieu-dit de Peramataki (ou Langada), à l’ouest du village, à proximité du bras ouest du Karteros (Panagiotakis 2003 : 391).

2.1.17. Damania

Tombe

  • 167 La construction de la Tombe Royale et de la tombe I de Isopata à Knossos est similaire.
  • 168 Trois autres tombes voûtées en encorbellement en Crète présentent ce même triangle de décharge au- (...)

107Une grande tombe voûtée en encorbellement a été construite à Damania, à 12km au S/S-O d’Archanes et à 13km au sud-ouest de Galatas (Xanthoudides 1917 ; Kanta 1980 : 79). Sa construction est particulière : un long dromos peu incliné et muré mène vers la chambre funéraire de plan rectangulaire dont le toit voûté en encorbellement est amorcé à partir des murs des longs côtés, les murs des petits côtés étant uniquement verticaux167. Ses dimensions sont importantes : la chambre mesure 3,10 x 4m et le dromos est long de 10m (Xanthoudides 1917 : fig. 1). Un triangle de décharge a été aménagé au-dessus du linteau du stomion168. Trois larnax en forme de coffre ainsi que deux poteries et un vase en pierre en forme de nid d’oiseau ont été conservés. Les deux poteries, un vase à étrier trapu et une coupe basse munie d’un bec verseur et d’une anse verticale en forme d’anse de panier perpendiculaire au bec, suggèrent une utilisation de la tombe au cours de la phase MR IIIB (Xanthoudides 1917 : fig. 2). A. Kanta reconnaît le vase à étrier comme un produit de l’« atelier de La Canée » sur la base de la teinte caractéristique de son argile claire, rose-jaune (Kanta 1980 : 79).

Habitat

108S. Xanthoudides a identifié un habitat qu’il qualifie de « mycénien » sur une colline proche (Trokhaloi) et qu’il relie à l’édification de cette tombe (Xanthoudides 1948 : 529).

2.1.18. Kastelli Pediada

Habitat

  • 169 Il a plus récemment été fait mention d’un autre bâtiment néo-palatial réoccupé au MR IIIA1 (Blackm (...)

109Dans la partie plus orientale de la région de la Pediada, dans la ville de Kastelli qui se situe à 17km à l’est d’Archanes et à 10km au nord-est de Galatas, un important site d’habitat s’est développé au cours des époques proto-et néo-palatiales, jusqu’à ce que son complexe architectural central soit pillé puis incendié au MR IB (Rethemiotakis 1997b : 305, n. 3 avec références). Par la suite, Kastelli est réoccupé, apparemment dès la phase MR IIIA1 et jusqu’au MR IIIC (Rethemiotakis 1997b : 306). Cette réoccupation, qui se superpose directement aux restes de la destruction du site, ne prend pas place à l’endroit de l’important bâtiment néo-palatial mais 200m plus au nord-est, dans un secteur connu sous l’appellation « Kastelli ‘93 »169. La poterie fine qui correspond au tout début de cette réoccupation au MR IIIA1 se compose essentiellement de tasses au bord plat légèrement en saillie et de kylix à pied court, soit monochromes rouge ou brun très foncé, soit peintes de motifs – festons, zigzags et losanges, arcs concentriques, motifs floraux stylisés (Rethemiotakis 1997b : 306, fig. 1 : α-ε). G. Rethemiotakis souligne que cette production est en plusieurs points comparable aux produits contemporains des ateliers knossiens, mais surtout qu’elle ne montre aucune affinité avec la tradition locale antérieure (Rethemiotakis 1997b : 306 ; Blackman 1999 : 114). En effet, aux époques proto-et néo-palatiales, Kastelli et d’autres sites de la région centrale de la Pediada comme Galatas produisaient une poterie particulière en argile rouge, dépourvue de décoration peinte, excepté quelques bandes, qui se démarquait de la céramique contemporaine produite à Malia et Knossos (Rethemiotakis 1997b : 305). La céramique fine MR IIIA1 de Kastelli est en argile beige-jaune, engobée et peinte de motifs. Toutefois, B. Hallager a suggéré que les tasses et kylix monochromes qui correspondent à cette phase à Kastelli doivent être le signe d’une production locale (commentaire de B. Hallager lors de la discussion qui suit Rethemiotakis 1997b dans Hallager et Hallager 1997 : 327).

  • 170 Il s’agit de fragments d’un vase à étrier en céramique fine et d’un vase à étrier de stockage, pou (...)

110À ce jour, aucune séquence stratifiée qui corresponde aux phases d’occupation MR IIIA2-IIIB de Kastelli n’a été publiée, alors que quelques découvertes isolées suggèrent une telle occupation170. L’avancement des fouilles et de leur publication permettra peut-être de déterminer si une occupation significative a lieu dans la région de Kastelli aux MR IIIA2-IIIB et si une production locale de céramique y répond.

111Le site de Kastelli Pediada a connu une occupation MR IIIC particulièrement importante (Rethemiotakis 1997a, Rethemiotakis 1997b : 307-325).

2.1.19. Smari

Tombe

112Dans les environs de Smari, à 10km au sud de la côte nord et à 5km au nord-ouest de Kastelli, dans la plaine de la Pediada, une tombe voûtée en encorbellement, totalement pillée, a été fouillée (Hatzi-Vallianou 1981 : 27-41, fig. 1-11, pl. 2-5). La chambre quadrangulaire est creusée dans la roche (2,40 x 2,45m) et élevée en blocs de pierre, montés assez grossièrement de manière à former une voûte hémisphérique (Hatzi-Vallianou 1981 : pl. 2-3). La tombe est précédée d’un dromos excentré, court et très pentu. Du mobilier funéraire initial qui devait accompagner cette sépulture, seules deux petites coupelles ont été conservées et suggèrent une utilisation de cette tombe au cours de la phase MR IIIA (Hatzi-Vallianou 1981 : fig. 8-9, pl. 4-5). Cependant, l’auteur de la fouille compare la construction de cette tombe à celles de Maleme, Praisos (B), Damania et la date dès lors plus volontiers de la fin du MR IIIB (Hatzi-Vallianou 1981 : 40-41). Selon L. Preston, qui a intégré cette tombe dans ses recherches, le moment de la construction de cette tombe n’est pas clair, mais il n’est pas exclu qu’elle remonte à la phase MR IIIA, peut-être même au début de cette phase, et que son usage ne se prolonge pas longtemps au cours de la phase MR IIIB (Preston 2004a : 340, n. 95 : 342). En effet, d’autres tombes monumentales voûtées en encorbellement sont connues qui remontent à la phase MR IIIA2, à Margarites, en Crète centrale-ouest, et à Phylaki, en Crète occidentale.

2.2. La Crète centrale-est : la plaine de Malia, le plateau et les montagnes du Lasithi (carte 4)

2.2.1. Malia

113Au nord-est de la région de la Pediada, sur le site côtier de Malia, à 27km à vol d’oiseau à l’est de Knossos, un site d’habitat très important s’est développé aux périodes du proto-palatial et du néo-palatial. Celui-ci comprend l’établissement d’un palais, mais également de vastes quartiers d’habitations, d’ateliers et de structures particulières, vraisemblablement à usage publique, qui se déploient distinctement dans la zone environnante de ce complexe palatial.

  • 171 Lors de la récente Table Ronde, Malia, ville et territoire : organisation des espaces et exploitat (...)

114Le secteur du palais – qui connaît déjà une diminution importante de son activité au cours du MR I (Driessen et Macdonald 1997 : 186.) – est quasiment abandonné durant les périodes palatiale finale et post-palatiale. Toutefois, plusieurs éléments suggèrent que le « bâtiment oblique », édifié de biais dans la partie sud de la cour nord, est une entreprise du MR III, peut-être même de la phase MR II, comme l’a proposé en dernier lieu O. Pelon (Pelon 1997 ; voir aussi Chapouthier et Joly 1936 : 24-25). Cet archéologue spécifie également que cet édifice, composé d’une seule pièce précédée d’un porche in antis, n’est peut-être pas le seul réaménagement qu’ait connu le palais après l’époque néo-palatiale. La zone de l’ancienne cour nord, dont les portiques sont alors en ruine, a peut-être subi des remaniements qui répondraient à une activité d’ordre cultuel au sein de l’ancien palais, sous la forme de dépendances du petit sanctuaire établi dans le « bâtiment oblique » (Pelon 1997 : 347-349, Pelon 2005 : 195 ; voir aussi Gesell 1985 : 42). Quelques rares tessons qui correspondent aux phases MR II-III sont collectés dans ce secteur nord et suggèrent la fréquentation de ce dernier au cours de ces périodes (Farnoux 1989-1990 : 28, n. 19 et 20 ; Farnoux 1992 : 203, fig. 3 ; Pelon 1997 : 352-354, fig. 18-21 ; Pelon 2005 : 195, n. 109, pl. XLc-d)171.

  • 172 Farnoux, Malia, une ville de Crète à la fin du Bronze Récent, Architecture et céramique (thèse de (...)

115En ce qui concerne la ville de Malia et la reconnaissance d’une occupation au cours des phases MR II-IIIB, on se base sur les travaux d’A. Farnoux – dont la thèse de doctorat portait précisément sur ce sujet – ainsi que sur la publication des résultats préliminaires de la fouille du quartier Nu – seul quartier de Malia qui corresponde majoritairement à une nouvelle occupation extensive au MR III172. Ces travaux ont permis d’établir que l’occupation de la ville de Malia au cours des MR II-IIIB n’est point une « survivance », avec des habitations très simplement réoccupées, dispersées et pauvres comme l’ont autrefois affirmé les fouilleurs (par exemple, Pelon 1970 : 169-170 ; Van Effenterre 1980 : 604 contra Kanta 1980 : 50-53 ; Poursat 1988 : 76, 82 ; Poursat 1990). Il s’agit d’un habitat non palatial qui s’étend sur une portion importante du site, se constitue de nouvelles constructions architecturales significatives et évolue à travers les différentes phases chronologiques. Le site de Malia est réoccupé en deux phases.

Aux MR II-IIIA1

Habitat
  • 173 Il s’agit d’un matériel de remblai découvert sous le niveau d’un sol MR IIIA2. Ce matériel suggère (...)

116Aux MR II et MR IIIA1, la réoccupation de la ville prend essentiellement la forme d’une réutilisation de l’habitat antérieur dans le quartier Epsilon (Farnoux 1997a : 136-138, fig. 1-2 avec références), où des niveaux d’habitation ont pu être identifiés. En outre, de la céramique de styles MR II et MR IIIA1 a été collectée dans le quartier Mu (Farnoux 1997a : 138, fig. 3 haut ; Poursat 1992 : 733, fig. 5), le quartier Nu (Driessen et Farnoux 1992 : 739 ; Farnoux 1997a : 139, fig. 4)173, le quartier Gamma (Farnoux 1997a : 141, fig. 6-7, Farnoux 1997b : 263, 266-267, fig. 3 [M429, M329] et fig. 7 [M553]) et particulièrement le quartier Lambda (Farnoux 1997a : 142-143, n. 29-31, fig. 3 bas, 9-11), mais sans que les fouilleurs ne puissent reconnaître de niveau clair d’occupation correspondant (Farnoux 1997a : 141). Les quartiers Delta, Zèta, Kappa, Pi et la maison d’Aghia Varvara, lieux d’habitations de l’époque néo-palatiale, n’ont fourni aucune trace d’une quelconque réoccupation, ni durant la période MR II-IIIA1, ni après, aux MR IIIA2-IIIB (Farnoux 1989-1990 : 27-28 ; Bradfer-Burdet et Pomadère 2006 ; Pomadère et Langohr 2007).

CARTE 4. La région de Crète centrale-est. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacıgüzeller)

  • 174 Le remblai identifié dans le quartier Nu constitué de matériel MR II-IIIA1 est aussi associé à une (...)

117Dans le quartier Epsilon, les fouilleurs identifient une destruction du bâtiment principal à l’époque néo-palatiale, au début du MR IA. Il est ensuite restauré et réoccupé, probablement jusqu’à la fin de l’époque néo-palatiale (Driessen et Macdonald 1997 : 191). Il est très probable que le quartier Epsilon était habité au MR II, surtout dans sa partie est (Pelon 1967 : 508-511 ; Pelon 1970 : 115-117). Un bon nombre des murs et sols antérieurs sont réutilisés, quelques remaniements architecturaux modifient l’agencement de certaines pièces mais ne transforment pas le plan original (Farnoux 1997a : 138, citant Pelon 1967 : 504-511, Pelon 1970 : 71-77). La poterie recueillie dans la maison qui est liée à ces activités correspond à des formes MR II et MR IIIA1 associées dans la même couche d’occupation, la céramique de style MR II n’ayant jamais été identifiée de manière indépendante dans la stratigraphie maliote (Farnoux 1997a : 137-138, 146, fig. 1-2 avec références à Pelon 1970). Il est possible que la première réoccupation du site, d’une ampleur non négligeable, n’ait pu s’étendre aux autres quartiers, fortement endommagés à la suite de destructions au MR IA et au MR IB. Une destruction par incendie antérieure à la phase MR IIIA2 met un terme à cette phase d’occupation MR II-IIIA1 du quartier Epsilon (Pelon 1970 : 10, 114 ; Poursat 1988 ; Farnoux 1997a : 138, 147). Le matériel céramique de cette couche de destruction qui repose sur un sol ne contient apparemment aucune poterie postérieure à la phase MR IIIA1174.

  • 175 On ajoutera que le tesson publié dans Van Effenterre et Van Effenterre 1969 : 132 qui provient de (...)

118Le quartier Lambda est composé de trois petites maisons qui bordent le côté est de l’Agora : la Maison de la Façade à Redans, la Maison des Vases à étrier et la Maison de la Cave au Pilier. Elles semblent avoir été abandonnées dès le MR IA, sans signes de destructions majeures. La réoccupation de la Maison de la Façade à Redans aux MR II-IIIA1 n’est attestée par aucun remaniement architectural clair mais suggérée par le nombre important de matériel céramique diagnostique récolté (Farnoux 1989-1990 : 26-27, fig. 4)175.

Mobilier
  • 176 En ce qui concerne les autres formes, identifiées surtout dans le quartier Epsilon, on répertorie  (...)

119Si les signes de la réoccupation MR II-IIIA1 du site de Malia tels qu’ils sont connus aujourd’hui sont relativement modestes, la qualité de la poterie consommée sur le site à cette époque est remarquable et présente plusieurs nouveautés (Farnoux 1997a : 144-146). Les productions en céramique fine MR II-IIIA1 de Malia sont pour la plupart réalisées dans une pâte peu différente de celle utilisée à la période néo-palatiale, mais A. Farnoux a noté que la pâte utilisée pour la production de la kylix est une pâte nouvelle, de couleur blanche rosée (Farnoux 1997a : 144). En ce qui concerne les formes, il est tout à fait intéressant de remarquer que le gobelet éphyréen ainsi que la kylix – surtout à pied court, à une ou deux anses plates et base de type conique, mais aussi des exemplaires plus grands à vasque profonde – sont découverts en nombre dans les couches MR II-IIIA1176. Une trouvaille particulière qui a été associée à la période d’occupation MR II-IIIA1 du quartier Epsilon est un bouchon de vase à étrier qui porte des empreintes de sceaux (Pelon 1970 : 130-135, pl. 26 : 4-6).

Aux MR IIIA2-IIIB

Habitat
  • 177 De la poterie MR IIIA2 et IIIB est identifiée en abondance dans les champs à l’ouest du site, vers (...)

120Aux MR IIIA2 et IIIB, une deuxième phase d’occupation, de plus grande envergure, est attestée dans « la quasi-totalité des zones fouillées » (Farnoux 1992 : 203). Il s’agit d’un nouvel habitat qui constitue un niveau stratigraphiquement indépendant et se superpose aux niveaux antérieurs (Farnoux 1992 : 204, Farnoux 1997a : 138). Ainsi, une occupation et/ou des remaniements architecturaux liés à quelque activité sont reconnus dans le quartier Epsilon, le quartier Lambda, le quartier Gamma, et surtout au quartier Nu. Les données archéologiques laissent entrevoir une ville prospère. Il est possible qu’un événement perturbe cette occupation, peut-être un tremblement de terre, tel que repéré dans le quartier Nu, au début de la phase MR IIIB. En tous les cas, aucun niveau purement MR IIIA2 n’a été stratigraphiquement identifié (Farnoux 1990a : 77) et il semble que le site soit abandonné dans la seconde moitié du MR IIIB. Le plan de la ville qui se dessine pour cette époque se calque peu sur l’agencement antérieur. A. Farnoux a souligné le déplacement de l’habitat davantage à l’ouest de la ville proto-et néo-palatiale qui s’étendait autour du palais (Farnoux 1992 : 203-204)177. La très probable réoccupation du quartier Gamma aux MR IIIA2-IIIB soutient cette hypothèse (Farnoux 1997b).

  • 178 A. Farnoux souligne que la découverte, dans cette maison, de ces deux vases entiers ainsi que d’un (...)

121Dans le quartier Lambda, une occupation MR IIIA2-IIIB est reconnue dans la Maison des Vases à Etrier par la découverte d’une dizaine de vases entiers et de nombreux tessons (Van Effenterre et Van Effenterre 1969 : 108-111, pl. LVIII, pl. LIX : 3 [Λ4] ; Farnoux 1989-1990 : 27). Une même observation peut être faite pour la Maison de la Façade à Redans voisine, qui était peut-être déjà réoccupée aux MR II-IIIA1 (Van Effenterre et Van Effenterre 1969 : 99, pl. LIV [vase Λ54], 101, pl. LIV [vase Λ115])178. Quant à la Maison de la Cave au Pilier, des coupes à champagne, des louches et des bols à pied sont découverts mêlés à de la céramique néo-palatiale, dans un dépôt dont la stratigraphie n’a pu être explicitée (Van Effenterre et Van Effenterre 1969 : 121s., spéc. 126-127, pl. LXV [Λ31, 60, 261, 263]). Enfin, une réoccupation MR IIIB de certaines pièces au nord de la Maison de la Cave au Pilier a été avancée suite à la découverte d’un cratère amphoroïde fragmenté dans la pièce Κε 1 (Van Effenterre et Van Effenterre 1969 : 136, pl. LXX : 2,5 ; Van Effenterre 1967 : 171).

122Le réexamen, par A. Farnoux, de la céramique récoltée dans le quartier Gamma a permis d’identifier un ensemble de tessons MR IIIA2-IIIB non négligeable (Farnoux 1989-1990 : 27, fig. 5, Farnoux 1997b ; A. Farnoux avance quelques arguments pour la reconnaissance d’une activité architecturale correspondante : Farnoux 1997b : 268-271).

  • 179 Ceci n’avait pas été reconnu directement par O. Pelon qui, sur la base de la céramique retrouvée, (...)
  • 180 A. Farnoux (Farnoux 1990a : 78) souligne que la difficulté de trancher entre ces deux hypothèses e (...)

123Le quartier Epsilon, détruit à la fin de la phase MR IIIA1, est fortement et largement reconstruit et ceci constitue un niveau d’occupation indépendant des structures antérieures (Pelon 1967 : 498 ; Pelon 1970 : 115s., 135-136, plan II [niveau IV]). Il ne s’agit plus d’une maison unitaire mais plutôt d’une « pluralité d’édifices juxtaposés et sans doute relativement indépendants » (Pelon 1967 : 511, n. 2). Le matériel céramique conservé sur les sols de cette occupation est surtout de style MR IIIB mais de la poterie de style MR IIIA2 a été reconnue, permettant de soutenir que ce nouvel habitat est mis en place dès cette phase179. Des traces de destruction par incendie, associées à de la céramique MR IIIB, sont repérées dans la partie occidentale d’Epsilon (Farnoux 1989-1990 : 32, Farnoux 1990a : 77 citant Deshayes et Dessenne 1959 : 105, 131), mais vraisemblablement pas dans la partie orientale du complexe, fouillée par O. Pelon et où ce dernier soutient un abandon au cours du MR IIIB. A. Farnoux suggère dès lors deux hypothèses quant à la fin de l’occupation du quartier Epsilon : soit une destruction au début ou au milieu du MR IIIB suivie d’une ultime réoccupation qui se solde par un abandon, toujours au cours du MR IIIB ; soit un seul événement, c’est-à-dire une destruction du quartier au cours du MR IIIB, accompagnée ou liée à un incendie qui ne se propage pas dans toute la zone180. La remise en état qualifiée de « rustique » de la rue néo-palatiale 1 qui longe le quartier Epsilon au nord correspond aussi à cette période de l’occupation d’Epsilon (Pelon 1970 : 13).

  • 181 Cet édifice se superpose à une maison MM III-MR I détruite par le feu et qui semble avoir été une (...)
  • 182 Je remercie vivement A. Farnoux de m’avoir éclairée sur ce point.

124Le quartier Nu se démarque particulièrement de cette période de l’histoire du site de Malia. Au nord de l’Atelier des Sceaux, au nord-est du quartier Mu, A. Dessenne en 1956, puis J.-C. Poursat en 1977, ont découvert une quantité abondante de céramique MR III. Celle-ci avait été plongée dans une fosse, apparemment à la suite de la destruction par incendie d’un bâtiment proche, au vu de la terre cendreuse et brûlée qu’elle contenait, vraisemblablement au début de la phase MR IIIB, comme le suggèrent les 3000 tessons de poterie de styles MR IIIA2 et MR IIIB qui y étaient mêlés (Poursat 1978 et Farnoux et Müller 1989). Cet ensemble de poterie est constitué pour un tiers de céramique fine et décorée, dont des vases importés de l’« atelier de La Canée » (Farnoux 1992 : 204). Cette découverte mène à la fouille d’un bâtiment limitrophe qui affleure et d’où provient très probablement le matériel de cette fosse : le quartier Nu. Il s’agit d’un ensemble nouvellement construit et absolument pas d’une simple réoccupation de structures et sols antérieurs181. Son édification remonte à la phase MR IIIA2 : les fouilleurs ont parlé d’abord d’une construction au début du MR IIIA2 (Farnoux 1992 : 206 ; Driessen et Farnoux 1993 : 681), puis d’une construction à la fin du MR IIIA2 (Driessen et Farnoux 1994b : 60). Toutefois, si aucun dépôt de sol proprement MR IIIA2 n’a été mis au jour, plusieurs caractéristiques de la céramique MR IIIA2 appartenant à la première occupation de ce bâtiment du quartier Nu suggèrent un stade précoce de la phase MR IIIA2, même si la majorité de la poterie découverte sur les sols correspond à un stade avancé du MR IIIA2 et au début du MR IIIB182. En outre, sur l’ensemble du quartier, mais surtout dans l’aile est, les archéologues ont remarqué la présence d’une couche grise – contenant des cendres, du sable, et du matériel céramique de remblai de style MR IIIA1/2 – qui a servi à niveler le sol et à préparer la construction du bâtiment MR III. Cette couche reposait parfois directement sur des sols MM de l’habitat antérieur (Driessen et Farnoux 1994b : 56).

125Ce complexe, bien conservé et qui a fourni un matériel en place extraordinaire, est constitué de quatre ailes – l’aile ouest, l’aile est, la petite aile nord et, moins claire, l’aile sud – qui s’articulent autour d’une cour plus ou moins centrale, un espace à l’air libre qui fait la connexion entre ces différents secteurs (Driessen et Farnoux 1994b : fig. 2-4). Cette cour était reliée à une ruelle orientée nord-sud, munie d’un caniveau, qui sortait du bâtiment vers le nord. Une rue longe les flancs nord et est du quartier. La zone sud a été perturbée par des constructions byzantines. Ce bâtiment constituerait, selon les archéologues, une unité architecturale propre et indivisible, une insula dans laquelle on ne peut isoler différents habitats individuels (Driessen et Farnoux 1994b : 56, 60). Néanmoins, le peu de voies de circulation identifiées au sein de ce grand complexe, qui a priori ne fait qu’un, pose un problème singulier (Driessen et Farnoux 1994b : 60).

  • 183 Il semble, toutefois, que l’incendie n’a pas touché le bâtiment entier car dans la partie ouest du (...)

126Il semble qu’un incendie endommage le bâtiment au tout début de la phase MR IIIB – qui pourrait avoir été provoqué par un tremblement de terre. En effet, un sondage a permis d’identifier, sous un sol d’occupation MR IIIB, un niveau cendreux composé de matériel céramique lié à la phase MR IIIA2 et au début de la phase MR IIIB, qui lui-même se superpose à une couche comblée de tessons MR I (Farnoux et Driessen 1991b : 741). De la couche cendreuse proviennent des tessons de poterie qui se joignent à des fragments découverts dans des fosses de remblai fouillées en périphérie du bâtiment – dont celle qui avait été découverte par J.-C. Poursat. Ceci permet de proposer que ces fosses, au nombre de quatre, font suite, au moins en partie, à une destruction dans le bâtiment, qui est débarrassé des cendres, des décombres et de son mobilier détérioré183. Ce nettoyage est suivi, entre autres, par l’installation de nouveaux sols et l’agrandissement et le réaménagement de la cour, qui est dotée d’un portique et d’une mosaïque de galets (Driessen et Farnoux 1994b : 60-61, pl. III : 3). Dans la partie est de l’édifice, les traces d’un incendie violent sont repérées dans toutes les pièces, sur les sols et sur le mobilier en place ; il s’agit d’une seconde destruction par incendie, à un stade avancé de la phase MR IIIB, qui se solde par un abandon assez brutal du complexe.

  • 184 Des exemples de sols composés de petits galets simplement disposés en ligne sont connus au palais (...)

127L’architecture des habitations édifiées à Malia au cours des MR IIIA2 et MR IIIB se caractérise par quelques traits (Farnoux 1989-1990, Farnoux 1992). Les constructions font un moindre usage de la pierre – quoiqu’un nombre important de blocs en pierre de taille soient récupérés et utilisés dans le quartier Nu – et font un large emploi de la terre, sous forme de briques ou de revêtement des sols ou des murs (Farnoux 1992 : 207). Toutefois, dans le quartier Nu, les fouilleurs remarquent que la brique n’y est presque pas utilisée (Driessen et Farnoux 1994b : 63). Un sol en petits galets est mis au jour dans la cour principale du quartier Nu, ainsi qu’un sol dallé (Driessen et Farnoux 1994b : 61, 63, n. 29). On notera également le cas exceptionnel de la mosaïque de galets découverte dans l’angle sud-est de cette même cour, réalisation à ce jour totalement isolée en Crète184. Le plan des pièces dégagées est plus irrégulier par rapport aux plans néo-palatiaux. Les unités architecturales semblent construites progressivement, de manière agglutinante, souvent semble-t-il sans plan d’ensemble articulé au préalable. Il est ainsi très difficile de définir une maison, c’est-à-dire de regrouper les pièces qui appartiennent à un même ensemble. Le cas du quartier Nu, considéré comme un complexe unitaire, est cependant particulier. La qualité relativement médiocre de la construction des murs suggère que les maisons MR IIIA2-IIIB de Malia ne devaient pas comporter d’étages (Farnoux 1989-1990 : 29). La cour centrale du quartier Nu peut avoir servi d’espace de rassemblement, peut-être pour des cérémonies d’un type particulier (Driessen et Farnoux 1994b : 60-61). Enfin, on soulignera l’aménagement de quelques structures particulières et totalement nouvelles à Malia, identifiées dans le quartier Nu. Il s’agit d’un foyer central mis en évidence entre deux bases de colonne dans la pièce principale X : 22 (Driessen et Farnoux 1994b : 60, pl. III : 4), ou cette structure architecturale robuste et isolée à l’est du complexe – peut-être une sorte de tour –, composée d’une seule pièce (XIV) qui servait de cuisine au rez-de-chaussée. Cette pièce était munie d’une banquette en pierre et d’un foyer fixe en forme de Π, composé de trois dalles en pierre posées de chant (Driessen et Farnoux 1993 : 675, fig. 7, Driessen et Farnoux 1994b : 60, pl. II : 3-4).

Mobilier
  • 185 Par exemple, la continuité des pâtes utilisées : une pâte fine jaune à blanche, connue au MR IB, m (...)
  • 186 Engobe noir plus ou moins épais à l’intérieur des vases ouverts dès le MR IIIA2, décor spécifiquem (...)
  • 187 Dans les quartiers Lambda, Gamma, Nu, Epsilon et dans la fosse de remblai du quartier Nu (Farnoux (...)
  • 188 On parle souvent de « décor de type trempé dans la couleur » («  dipped decoration ») soit monochr (...)
  • 189 Ces prélèvements et analyses ont été réalisés par C. Knappett, que je remercie vivement de m’avoir (...)
  • 190 Il n’est pas surprenant par ailleurs de considérer le transport sur une assez longue distance de p (...)

128La quantité et la variété de la poterie MR IIIA2-IIIB sont remarquablement plus significatives qu’à la période d’occupation précédente. On dénombre pas moins de trente formes de vases différentes (Farnoux 1989-1990 : 30-31, fig. 10-17, Farnoux 1992 : 209-214, fig. 10-22 ; Driessen et Farnoux 1993 : fig. 10 ; Driessen et Farnoux 1994b : fig. 5-6, pl. II : 5-6, V : 2). Le quartier Nu a fourni un nombre impressionnant de poteries entières restées en place, ainsi qu’une céramique de qualité, finement décorée, particulièrement mise en évidence dans les fosses de remblai et dont le terminus ante quem correspond au début de la phase MR IIIB. La poterie contenue dans les couches qui correspondent à la dernière occupation du complexe est moins impressionnante et moins fine (Driessen et Farnoux 1993 : 681, Driessen et Farnoux 1994b : 63). La kylix est toujours une des plus importantes productions en céramique fine de vases à boire. Le bol profond est aussi présent, la traditionnelle coupelle conique se maintient mais elle est largement supplantée par la coupe à champagne, nouveau vase à boire caractéristique et de loin le plus abondant aux MR IIIA2-IIIB sur le site (300 exemplaires dans la fosse de remblai fouillée par A. Farnoux en 1988 : Farnoux 1992 : 211). Beaucoup d’amphores, de pyxides, de vases à étrier, de bols peu profonds, de kalathos, de vases à étrier de stockage, de marmites tripodes complètent l’ensemble domestique. On trouve enfin des formes plus spécifiques, comme des rhytons coniques, des louches, des cratères amphoroïdes, des vases doubles, des supports de vases – très décorés –, des sortes d’entonnoirs, des supports tubulaires à serpents et des fragments de larnax. Au-delà des nouveautés, dont certaines peuvent sûrement être expliquées par une influence directe ou indirecte des centres mycéniens, l’analyse de cette céramique MR IIIA2-IIIB montre clairement le maintien de caractères propres aux productions maliotes de l’époque néo-palatiale185 ou des pratiques contemporaines crétoises186. A ce sujet, la production de formes pour lesquelles une origine continentale est souvent reconnue (kylix, bol profond) manifeste des particularités technologiques propres aux ateliers crétois de l’époque, comme le percement du pied des kylix ou le fond plat, et non une base en anneau, pour les bols profonds (Farnoux 1992 : 211). Des productions de poterie importées de l’« atelier de La Canée » – vases à étrier, bols à pied, tasses – sont identifiées dans plusieurs des habitations187. Des importations de Crète de centrale (Driessen et Farnoux 1994b : 63, fig. 7) et de Grèce continentale (Driessen et Farnoux 1994b : pl. III : 2) sont vraisemblables (Farnoux 1992 : 204). Il faut noter par ailleurs la découverte, bien que limitée, de Pulled-rim Bowls et de bols « trempés dans la couleur » qui pourraient représenter des importations et/ou des influences de Crète orientale188. Sur le sol de la mosaïque du quartier Nu ont été retrouvés les fragments d’une maquette de maison en céramique. Elle est dotée de quatre fenêtres et couverte d’un toit à quatre pentes de taille égale, entouré par une corniche en saillie et coiffé de deux cheminées cylindriques (Driessen et Farnoux 1994b : 61). Les dimensions de cet objet sont considérables, puisqu’il représente environ 1m ³. Il est tout à fait intéressant par ailleurs de prendre connaissance des analyses pétrographiques qui ont été réalisées sur des lames minces prélevées sur cette maquette, mais aussi sur d’autres poteries issues du quartier Nu189. La fabrique de celles-ci présente des caractéristiques pétrologiques particulières à la Crète du Sud, à une région entre l’Est de la Mesara et le village de Myrtos. Cela suggère donc le transport, très vraisemblablement par bateau, de ces productions en céramique à partir de la côte sud vers le site de Malia. Ce dernier était sans doute une escale parmi d’autres, mais il n’est pas exclu qu’un objet aussi encombrant et particulier que la maquette de maison ait fait l’objet d’un échange ou d’un don spécifique190. Les autres poteries du quartier Nu qui présentent la même fabrique consistent en des amphores, des pithos, des jarres à deux anses, un cratère et même une sorte de grande boîte composée de huit compartiments.

  • 191 L’analyse de la fabrique d’un autre vase à étrier inscrit de caractères en Linéaire B du quartier (...)
  • 192 On ajoutera que des études pétrographiques réalisées par E. Nodarou sur trois ensembles de céramiq (...)

129Des vases à étrier de stockage portant des caractères en Linéaire B sont découverts dans le quartier Nu ; ils appartiennent à la phase MR IIIA2-début MR IIIB du bâtiment (Driessen et Farnoux 1994b : 62, pl. IV : 2, 5-6 ; voir aussi Farnoux et Driessen 1991a, Driessen et Farnoux 1994b : 64). Un nodule avec l’impression d’un sceau figurant un taureau a été retrouvé près d’un de ces vases à étrier inscrits (Driessen et Farnoux 1992 : 740, fig. 14, Driessen et Farnoux 1994b : 62, pl. IV : 3) alors qu’un bouchon en argile d’un vase à étrier, estampillé plusieurs fois, a été trouvé dans une des fosses qui bordent le bâtiment du quartier Nu (Poursat 1978 : 836). Les analyses pétrographiques et/ou chimiques réalisées sur un de ces vases inscrits mais aussi sur d’autres vases à étrier de transport découverts dans le quartier Nu qui ne portent pas de caractères en Linéaire B ont proposé une origine assez générale de Crète centrale-nord (Day et Jones 1991)191. Cependant, plus récemment, C. Knappett a comparé la fabrique de la maquette de maison à celle de ce groupe de vases à étrier de transport de Malia et a constaté qu’il s’agissait de fabriques tout à fait comparables, la différence se situant essentiellement dans le degré de grossièreté des pâtes. Ce spécialiste soutient par conséquent qu’il est hautement probable que cette maquette de maison et ces poteries et vases à étrier de transport du quartier Nu, qui présentent une fabrique de même type, ont été produits sur la côte sud de la Crète, par un même atelier ou une même tradition d’atelier, puis exportés vers Malia, Knossos et Thèbes pour les fournir par ailleurs en vin, huile d’olive ou autres denrées. Avant de rejoindre Malia, le bateau qui les transportait a peut-être fait escale dans le Mirabello, en Crète de l’Est. En effet, les analyses pétrographiques de C. Knappett ont également identifié une fabrique caractéristique de cette région pour quelques autres vases du quartier Nu (vases à étrier, amphore, jarre à deux anses)192.

130Enfin, des fosses périphériques du quartier Nu proviennent quelques objets plus particuliers. Plusieurs ustensiles en bronze mais aussi un creuset y avaient été jetés, suggérant l’existence dans ce bâtiment d’un atelier de production d’objets en bronze (Driessen et Farnoux 1994b : 61, pl. III : 1). Des vestiges de matériel d’ordre cultuel y sont également trouvés, comme des rhytons, des supports de vases – auxquels pourraient appartenir aussi des fragments ornés de cornes de consécration en relief – et des tables à offrandes tripodes (Poursat 1978 : 836, fig. 8 ; Poursat 1990 : 160, pl. 28d ; Driessen et Farnoux 1994b : 61, fig. 5-6). Ces tables à offrandes tripodes permettent en outre d’évoquer le nombre important d’objets hérités du passé néo-palatial découvert parmi le mobilier du quartier Nu, et pas uniquement dans ces fosses. En effet, les archéologues du quartier Nu ont suggéré que plusieurs vases en pierre, tables tripodes et supports tubulaires à serpents retrouvés dans les pièces de ce complexe sont probablement plus anciens, qu’ils ont été retrouvés et conservés par les habitants du quartier Nu. Le plus bel exemple est peut-être le fragment d’une figurine féminine en terre cuite peinte, la poitrine dévoilée, qui porte une longue coiffe tressée et dont le bras conservé est relevé vers l’oreille (Driessen et Farnoux 1994b : 66, pl. V : 3).

131En ce qui concerne l’étude du quartier Nu, particulièrement, les données archéologiques récoltées encouragent A. Farnoux et J. Driessen à considérer une nouvelle koinè de l’architecture et de la culture matérielle, associant des traditions minoennes et mycéniennes. Ainsi, ils concluaient leur étude préliminaire de ce quartier en ces termes :

To deduce an ethnic affiliation, the archaeological record is very biased, only stressing the material side of the issue. We have noticed, however, that this record shows a definite mixture of Minoan and Mycenaean features, with an end result which is a rather new assemblage. […] If Quartier Nu at Malia is in some way representative for LM IIIA2-B2 Central Crete, both its architecture and finds suggest that the country-side was fairly well Mycenaeanized during this phase, but this “hellenisation” may largely have been the result of Minoans adapting the “Mycenaean way of life” […] (Driessen et Farnoux 1994b : 64).

Tombes193
  • 193 On traite ici conjointement des tombes puisque plusieurs d’entre elles n’ont pu être attribuées à (...)
  • 194 Ces tombes ont été découvertes aux lieux-dits de Aghia Pelaghia, Aghia Pnevma ou à proximité du vi (...)
  • 195 A. Kanta a suggéré que la larnax illustrée en Van Effenterre et Van Effenterre 1963, pl. XLIX : 1 (...)
  • 196 Un seul exemplaire en forme de baignoire est retrouvé, aux Pierres Meulières (Farnoux 1990a : 233) (...)

132A partir de la période MR II-IIIA1, les habitants de Malia utilisent vraisemblablement pour la première fois le bord de mer, surtout à l’ouest du site d’habitat, à des fins funéraires, jusqu’au MR IIIB (Van Effenterre et Van Effenterre 1963 : 114-128)194. Une tombe découverte à Stous Trochalous, près de l’église d’Aghia Pelaghia, a fourni une douzaine de poteries de styles MR IIIA2 et MR IIIB mais également un gobelet éphyréen – ce qui constitue le seul signe d’une possible inhumation à la phase MR II à Malia (Van Effenterre et Van Effenterre 1963 : 118-121, pl. XLVIII)195 – ainsi qu’une cruche miniature et un vase à étrier piriforme datés de la phase MR IIIA1 (Van Effenterre et Van Effenterre 1963 : pl. XLVIII A, E, G ; ces vases ont été comparés à de la poterie MR IIIA1 de Knossos : Hatzaki 2007b : 222, tableau 6.2). La majorité des sépultures répondent aux phases du MR IIIA2 et du MR IIIB – peut-être surtout au début de la phase MR IIIB (Farnoux 1990a : 238) –, lorsque les défunts sont déposés dans des larnax en terre cuite (Kanta 1980 : 52). Vingt-huit larnax ont été retrouvées, principalement en forme de coffre (Farnoux 1989-1990 : 31)196. Seuls huit d’entre eux sont décorés de motifs peints. Il faut ajouter la nécropole des Pierres Meulières (Van Effenterre et Van Effenterre 1963 : 85-102 ; Baurain 1987 : 65-66, 69, n. 51), au nord du palais. Le réexamen des ses tombes par A. Farnoux permet de suggérer une datation MR III, tant pour les enterrements dans les cistes que pour les inhumations en pleine terre dans une fosse rectangulaire au sein de la « Maison des Morts » et les enterrements dans des pithos MM. « [La Maison des Morts] ne serait donc qu’une simple maison protopalatiale retrouvée par les fossoyeurs maliotes [au MR III] » (Farnoux 1989-1990 : 28).

133Le type de tombes prédominant est la tombe à chambre sculptée dans la roche et précédée d’un dromos. Ces tombes sont réutilisées plusieurs fois (Farnoux 1990a : 232). Il faut en outre souligner l’existence tout à fait exceptionnelle pour ces époques en Crète de la tombe à cistes, dont onze exemples de petite taille ont été identifiés dans la « Maison des Morts » (Van Effenterre et Van Effenterre 1963 : 88-99 ; Farnoux 1989-1990 : 28, Farnoux 1990a : 233 ; Treuil 2005 : 218). Elles sont composées de quatre ou six dalles d’ammoudha posées de chant – et parfois de murets de sideropetra – et couvertes par des dalles. Six d’entre elles sont retrouvées totalement vides. Il semble que trois de ces tombes à ciste aient été utilisées pour des sépultures d’enfants, mais deux autres correspondent à des tombes d’adultes (Treuil 2005 : 218). Elles sont le plus souvent dépourvues d’offrandes. Aucune tombe monumentale ou dotée d’offrandes particulièrement riches ou ostentatoires n’a encore été découverte autour du site et dans la région de Malia. Le mobilier funéraire se compose la plupart du temps de quelques poteries (Van Effenterre et Van Effenterre 1963 : pl. XLVII, 1 ; aucun grand vase, comme le cratère amphoroïde, n’a été retrouvé dans les tombes maliotes de cette époque : Farnoux 1990a : 237) et, occasionnellement, de vases en pierre, vraisemblablement hérités de l’époque néo-palatiale (Van Effenterre et Van Effenterre 1963 : pl. L [n° 2117, 2112]). La tombe isolée d’Aghia Varvara est la seule à avoir fourni des objets en bronze, à savoir une paire de boucles d’oreilles (Farnoux 1989-1990 : 31).

2.2.2. Sissi

134Le site archéologique de Sissi couvre le sommet et les pentes de la colline de Kephali (dite aussi le « Bouffos »), sise en bord de mer, à 4km à l’est de l’établissement de Malia. Ses fouilles ont été entamées en 2007, sous les auspices de l’Ecole Belge d’Athènes et sous la codirection de J. Driessen et I. Schoep. Les trois campagnes menées jusqu’à présent ont partiellement mis au jour un établissement tout à fait remarquable (les résultats préliminaires des deux premières campagnes sont publiés dans Driessen et Schoep et al. 2009). Il comprend une nécropole, où l’utilisation des différentes tombes à maison, pithos funéraires et ossuaires s’échelonne du Minoen Ancien IIA au Minoen Moyen IIB, et un habitat réparti en plusieurs endroits de la colline. L’occupation de ce dernier semble elle aussi remonter au Minoen Ancien et se poursuit jusqu’au MR IIIB, vraisemblablement sans interruption majeure, mais de manière clairement discontinue selon les bâtiments. Les points d’ancrage naturels de part et d’autre de la colline et sa localisation à l’embouchure de la gorge de Selinari font de l’établissement sissiote un point de jonction non négligeable de routes commerciales et de communication. Le fait que Malia ne disposait probablement pas d’un accès direct à un port ajoute à la position stratégique de Sissi (J. Driessen, dans Driessen et Schoep et al. 2009 : 20-22).

Habitat et mobilier

  • 197 Je remercie vivement B. Hallager pour ses commentaires à propos de ce vase. Un autre de ces trois (...)
  • 198 Un petit vase à étrier décoré a également été trouvé dans la zone 6 (C. Langohr, dans Driessen et (...)

135Le complexe architectural principal est établi sur le sommet de la colline (Complexe C/D des zones 3 et 4 ; Q. Letesson et F. Gaignerot-Driessen, dans Driessen et Schoep et al. 2009 : 113-138). Sa superficie dégagée à l’heure actuelle atteint presque 800m ², avec des dimensions maximales de 27 x 30m. Il est probable qu’il ait été fondé au Minoen Ancien. Cependant, les niveaux mis au jour témoignent essentiellement de sa dernière occupation, au MR IIIB, dont le niveau de sol dans certaines pièces apparaît parfois à moins de 40cm en-dessous de la surface moderne. L’occupation majeure du bâtiment au MR IIIB se solde par une destruction totale, vraisemblablement accompagnée d’un incendie, mais local et peu violent. Le complexe abritait jusqu’alors au moins deux vastes pièces dont l’une est à deux piliers, des espaces de stockage, des aires réservées au travail artisanal et même un sanctuaire (Driessen et Schoep et al. 2009 : fig. 6.1, 6.4, 6.21, 6.22). Le mobilier récolté est relativement exceptionnel et bien préservé, malgré la proximité du niveau moderne. Les vases de stockage sont nombreux, notamment des vases à étrier de transport décorés de l’octopus stylisé ou une dizaine de grands pithos, dont certains étaient à l’origine comblés de pierre ponce (C. Langohr, dans Driessen et Schoep et al. 2009 : 169, fig. 9.8, 176, fig. 9.21). Le reste du matériel céramique est extrêmement varié, mêlant vaisselle commune liée à la préparation et à la prise de repas et céramique fine de haute qualité, souvent décorée. Parmi cette dernière catégorie de poterie, on peut mentionner un cratère en cloche, trois petits vases à étrier peints de motifs variés dont l’un au moins est une très probable importation MR IIIB1 de La Canée197, une flasque à col tubulaire FS 120 finement décorée de coquillages tritons stylisés à l’épaule et vraisemblablement importée du continent helladique (HR IIIB), des kylix à pieds hauts, des bols profonds et des coupes à champagne (C. Langohr, dans Driessen et Schoep et al. 2009 : 169-174, fig. 9.9, 9.10, 9.12a, 9.13, 9.15 [vase à étrier probablement importé de La Canée])198. Dans la pièce interprétée comme un sanctuaire, essentiellement fouillée durant l’été 2009, se trouvaient, simplement renversés sur le sol, trois supports tubulaires – deux à serpents et un à cornes de consécration – de larges bols coniques à pied, ainsi qu’un coquillage triton intégralement conservé (F. Gaignerot-Driessen, dans Driessen et Schoep et al. 2009 : 125, fig. 6.16). La céramique prélevée des vingt-quatre pièces actuellement dégagées dans ce bâtiment constitue un ensemble stylistiquement homogène, qu’on peut situer vers la moitié de la phase MR IIIB. L’examen préliminaire de cette poterie atteste entre autres la présence répétée de vases dans une pâte blanchâtre à beige clair, qui pourrait refléter l’utilisation d’une argile sissiote et suggérer une production locale. Par ailleurs, la dernière campagne de l’été 2009 incluait la réalisation de quelques sondages en profondeur dans les pièces 4.8, 4.9, 4.10, sous le niveau de destruction MR IIIB. Ces couches inférieures, qui semblent composer un remblai homogène, ont fourni de la céramique d’une qualité exceptionnelle, souvent bien cuite et finement décorée. Il s’agit, selon l’examen préliminaire de celle-ci, de poterie MR II/IIIA1-début IIIA2.

136Des dépôts primaires de destruction datés du MR IIIB ont également été fouillés au sein des structures de la zone 5, sur les hauteurs de la pente sud de la colline (Bâtiment E ; M. Devolder, dans Driessen et Schoep et al. 2009 : 139-156). Plusieurs pièces comportent deux niveaux d’occupation, vraisemblablement au sein de la phase MR IIIB. Toutefois, il est probable que certaines poteries issues de ces dépôts correspondent à la phase MR IIIA2, comme le remarquable rhyton en forme de pavot (Driessen et Schoep et al. 2009 : fig. 9.19). La connexion de ce bâtiment avec le complexe principal est par ailleurs possible et devra être vérifiée lors des prochaines campagnes. En outre, la zone 5 a fourni quelques intéressants contextes de remblai qui contenaient également du matériel plus ancien, daté du MR II/IIIA1-IIIA2. Il s’agit de gobelets ou kylix à pied court non décorés et de tasses globulaires peintes de motifs stylistiquement caractéristiques de ces phases (Driessen et Schoep et al. 2009 : fig. 9.18). Enfin, un grand récipient en plomb intact a été retrouvé sous le dernier sol d’occupation de ce bâtiment où il avait été soigneusement dissimulé (Driessen et Schoep et al. 2009 : fig. 7.21).

137Aucune tombe relative à la période palatiale finale ou post-palatiale n’a à ce jour été mise en évidence dans les alentours directs de la colline.

2.2.3. Milatos

Tombes

138Au sud-ouest du village de Milatos, situé à 10km au N-E/E du site de Malia, près du bord de mer, un cimetière dont l’utilisation couvre chacune des phases MR IIIA, MR IIIB, MR IIIC a été découvert au lieu-dit d’Aghios Fanourios. Six tombes sont fouillées en tout, en 1889 (Orsi 1889-1892 : 208s. et Evans 1906b : 93-103), 1919 (Xanthoudides 1920-1921a) et dans les années 1980 (Davaras 1988).

139La première tombe est une petite chambre de 2,30 x 2m creusée dans la roche (Orsi 1889-1892 : 208s., pl. II). Deux larnax en forme de baignoire en proviennent. L’une d’elles est généreusement peinte de motifs figuratifs et ornementaux, y compris à l’intérieur de la cuve, organisé en panneaux sur ses longs côtés externes (Kanta 1980 : 125, fig. 52 : 4-5). Le style de ce décor est défini comme MR IIIA1-2 par A. Furumark (Furumark 1941 : 105). Aucune autre poterie n’est rapportée.

140La seconde tombe est également une tombe à chambre creusée dans la roche, précédée d’un court dromos (Evans 1906b : 93, fig. 104a). Le matériel découvert était réparti en deux ensembles bien distincts encore en place, composé chacun d’une larnax en forme de coffre et de plusieurs vases (les dessins des poteries de chaque groupe se trouvent en Evans 1906b : fig. 105 et 106). Les larnax renfermaient dans les deux cas les restes d’un seul individu. La première larnax (I) est munie d’un couvercle en bâtière peu élevé (Evans 1906b : 98-99, fig. 107). Réalisée dans une argile de couleur rouge et recouverte d’un engobe décrit comme beige pâle, elle est décorée de motifs curvilignes et marins, mais aussi d’une figure humaine aux bras levés (Kanta 1980 : 125, fig. 54 : 7). La seconde larnax, plus petite, n’est pas décorée mais recouverte d’une couche de peinture blanche (Evans 1906b : 98). La poterie du premier groupe comprend un cratère amphoroïde décoré d’un poulpe, un support de vase ajouré, sur lequel le cratère reposait (Kanta 1980 : fig. 52 : 3), une tasse à bec doté d’un petit pied au profil concave, un vase à étrier décoré dans le « style strié » («  fringed style ») (Kanta 1980 : fig. 53 : 4-5), un petit vase à étrier globulaire (Kanta 1980 : fig. 53 : 8-9), une kylix à pied haut et anses surélevées décorée, une coupe à champagne (Kanta 1980 : fig. 126 : 7, 53 : 3) et une cruche miniature. Le second groupe de poteries comprend également un grand cratère amphoroïde au col haut, muni de larges anses creusées et décoré d’une grande frise de coquillages en spirale stylisés (Kanta 1980 : fig. 52 : 1-2), une cruche miniature, un grand vase à étrier de stockage au profil piriforme typique du MR IIIB (Kanta 1980 : fig. 103 : 6), une autre kylix à pied haut et à anses surélevées décorée (Kanta 1980 : fig. 52 : 7), une tasse carénée (Kanta 1980 : fig. 53 : 7 et 105 : 4), un petit bol sur pied à deux anses verticales décoré d’escargots de mer stylisés (Kanta 1980 : fig. 53 : 10), un vase à étrier miniature trapu orné à l’épaule d’un agencement triangulaire en écailles (Kanta 1980 : 126, fig. 53 : 1) et une sorte de louche, un objet rare dans le matériel funéraire minoen (Kanta 1980 : fig. 53 : 6). Il semble que les deux groupes soient en grande partie contemporains. A. Furumark les relie à la phase MR IIIC et M. R. Popham, au MR IIIB-IIIC (Furumark 1941 : 106 ; Popham 1967 : 349, n. 47 [cités par Kanta 1980 : 125]). Plus récemment, B. Hallager a défendu une datation MR IIIB pour la production des deux grands cratères (commentaire de B. Hallager dans Hallager et Hallager 1997 : 256-257). Sur la base des observations d’A. Evans, il semble que la tombe ait d’abord servi pour le premier ensemble – disposé directement dans l’axe du dromos d’accès à la chambre funéraire –, avant d’être agrandie vers le nord pour recevoir un second enterrement, celui qui correspond à la larnax II. De plus, en dessous et autour de cette dernière larnax, A. Evans mentionne la découverte de tessons de poteries et d’une troisième larnax qui correspondraient à un enterrement plus ancien, sans plus de précisions (Evans 1906b : 95).

141Deux autres petites tombes creusées dans la roche sont découvertes à proximité, chacune pourvue d’un petit dromos (Xanthoudides 1920-1921a). La première tombe renfermait quatre larnax, deux en forme de baignoire, deux en forme de coffre (Xanthoudides 1920-1921a : 154, fig. 1). La seconde tombe contenait deux larnax en forme de coffre sans décor. La poterie et les larnax de ces deux tombes correspondent à la fin de la phase MR IIIB et au début de la phase MR IIIC (Xanthoudides 1920-1921a : fig. 2 et 3). Un vase à étrier trapu typique du MR IIIB présente une fabrique et une décoration comparables aux productions de l’« atelier de La Canée » (Xanthoudides 1920-1921a : fig. 3 dernier à droite ; Kanta 1980 : 127). Ces deux tombes contenaient aussi deux sceaux en pierre, des perles en pâte de verre, deux couteaux en bronze et des outils.

142Une cinquième tombe creusée dans la roche et construite en pierres sèches contenait une larnax-baignoire décorée dans un style MR IIIB (Xanthoudides 1920-1921a : 156-157, fig. 4 ; Kanta 1980 : fig. 52 : 6 et 133 : 2).

  • 199 C. Davaras souligne qu’il s’agit de la trouvaille la plus importante d’objets en ambre découvert e (...)

143Une sixième tombe à chambre précédée d’un stomion a été découverte plus récemment dans les environs (Davaras 1988). Trois larnax-coffres y avaient été déposées, dont l’une est ornée de deux bucranes en relief (Davaras 1988 : 522, pl. 324 στ). Un important ensemble de poteries, dont plusieurs vases à boire, entouraient les réceptacles funéraires. Sa description suggère de le situer à un stade avancé de la phase MR IIIA et au MR IIIB (matériel non illustré mais décrit en Davaras 1988 : 522 : une kylix à pied haut, des petites cruches, un vase à étrier miniature, un amphoriskos à trois anses). Des vases en pierre y avaient également été déposés, dont des bols en forme de nid d’oiseau et une coupe basse munie d’un bec et d’une anse perpendiculaire, incisée d’une alternance d’arcs concentriques (Davaras 1988 : 522, Davaras s. d. : fig. 62). D’autres offrandes plus exceptionnelles et réalisées en matériaux très variés complètent le mobilier de cette tombe richement fournie : un miroir, des bagues et des vases en bronze, neuf perles en ambre199, des colliers de perles en faïence, pierres précieuses, or et autres métaux et des objets en ivoire, remarquables par leur nombre et leur qualité artistique, comme de grandes épingles à cheveux, un petite idole ou un modèle inhabituel de crocodile (Davaras 1988 : 522-523, Davaras s. d. : fig. 74 [crocodile]).

144Les six tombes de Milatos dont le matériel funéraire couvre une assez longue période – au moins du MR IIIA2 au MR IIIC – suggèrent qu’un établissement relativement important s’est développé à proximité. Les ensembles des poteries variés déposés dans certaines d’entre elles constituent un « service de table » qui peut faire écho à des célébrations funéraires en l’honneur des morts, effectives ou suggérées (Borgna 2004 : 148).

2.2.4. Lasithi

  • 200 Aucun autre site occupé au cours de la période que couvrent les phases MR I-MR IIIB et qui a été i (...)

145Perché à plus de 800m d’altitude et entouré d’une chaîne de montagnes qui culminent à 1000-1300m, le plateau du Lasithi couvre une superficie d’environ 25km ². Il se situe à 15-20km au sud de la région de Malia. En 1980, A. Kanta soulignait en substance que la connaissance de l’occupation de la région du plateau du Lasithi au cours du MR III se limitait grossièrement aux établissements MR IIIC, surtout celui de Karphi, mais que cette plaine fertile a dû être habitée avant cela, au cours de l’Âge du Bronze Récent, comme le montre le site, toujours isolé, de Plati (Kanta 1980 : 8)200. Il ressort de la prospection de la plaine du Lasithi par L. V. Watrous que le nombre de sites où une occupation MR IIIA-IIIB a été reconnue est fortement inférieur par rapport à l’époque néo-palatiale précédente, que la majorité des établissements MR I sont désertés au cours des MR II-IIIA1, tandis que certains d’entre eux sont partiellement réhabités au cours des MR IIIA2-IIIB, sous la forme de quelques petits hameaux (Watrous 1982 : 17, carte 9). Le matériel céramique ramassé, présenté comme diagnostique, consiste essentiellement en des pieds de marmite tripode, des kylix et des coupes à champagne (Watrous 1982 : 69, 77-78, fig. 10). Une exception est le site d’Aghia Paraskevi, un nouvel établissement MR III, à proximité duquel des enterrements dans des larnax ont également été repérés (Watrous 1982 : 17, 59-60). Il faut enfin mentionner la grotte de Psychro qui a vraisemblablement été un lieu de culte pendant toute la période minoenne. Une quantité importante de matériel lié aux phases MR II-MR IIIC y a été déposée, dont plusieurs poteries et figurines animales et humaines en terre cuite (Hogarth 1899-1900 ; Watrous 1982 : 17 ; Watrous 1996 : 41-42, n° 109-125). Les types de vases collectés suggèrent la pratique de libations, particulièrement un rhyton en forme de vase sur pied, décoré de trois chèvres sauvages courant dans un style MR II (Watrous 1996 : 52, pl. XXIII : e-g). Les figurines en terre cuite comprennent notamment une statuette d’un taureau décoré dans un style MR IIIA1 ou début MR IIIA2 (Watrous 1996 : 52, pl. XXVI : e-f). Des figurines en bronze ont également été retrouvées dans cette grotte, ainsi que différents types d’armes en bronze, comme des pointes de lances et des dagues, dont certaines ont été comparées à des exemplaires knossiens découverts dans des tombes MR II-IIIA1 de Knossos (Watrous 1982 : 17, n. 49-50 ; Watrous 1996 : 52 qui fait référence aux objets publiés dans Boardman 1961 ; Kilian-Dirlmeier 1993 : 84, pl. 31, 198, 199). Des bijoux continuent aussi d’être déposés comme offrandes dans la grotte ainsi qu’un nombre important de sceaux (Watrous 1996 : 53). Cinq dagues identifiées comme des productions d’Italie du Nord (« dagues de Peschiera ») font partie du matériel de la grotte de Psychro et pourraient être des offrandes faites au cours du MR IIIB (Matthäus 1980 : 122, n. 61, fig. 11 ; Hallager B. 1985 : 295).

2.2.5. Plati

Habitat

  • 201 Une continuité de l’occupation de cet habitat entre les phases MR I et MR III n’est pas exclue, ma (...)
  • 202 B. Hayden souligne toutefois que le plan du bâtiment B, un corridor central flanqué de pièces de c (...)
  • 203 La définition de la maison à couloir est à mettre à la suite du type D1 spécifié dans l’étude de S (...)

146Le site se trouve sur la colline de Kato Kephali, directement au nord-est du village moderne de Plati situé au sud-ouest du plateau du Lasithi, au pied des montagnes. Ce site est établi au cours de la période néo-palatiale et continue d’être habité au MR III (Dawkins 1913-1914 : pl. I ; Watrous 1982 : 17-18, 62-64, fig. 5 [site n° 69] ; Kanta 1980 : 121-122)201. Le site est orienté vers la grotte de Psychro. L’habitat MR III, qui se caractérise par une architecture en pierre robuste et de qualité, se superpose aux structures antérieures. Deux des trois bâtiments mis au jour qui concernent la période MR III présentent un plan particulier (Hayden 1981 : 27-31, fig. 17, Hayden 1987 : 211-213, fig. 36 et 38, Hayden 1990 : 203-213). Le bâtiment A se compose de deux pièces disposées axialement, longées d’un corridor latéral qui mène vers trois pièces alignées sur un axe à l’arrière de la pièce principale. L’accès à l’édifice est donné par la première des deux grandes pièces, une sorte de portique ponctué de deux piliers, qui mène vers la pièce principale. Le bâtiment B, moins bien préservé, présente un corridor central étroit flanqué de chaque côté de trois à quatre pièces alignées respectivement sur un même axe. L’épaisseur des murs suggère l’existence d’un second étage où B. Hayden reconstruit des pièces plus spacieuses (Hayden 1987 : 213). Les plans de ces deux bâtiments se distinguent des traditions architecturales crétoises habituelles à l’Âge du Bronze202. Leur caractère axial et très formel diffère de l’agencement agglutinant des différents espaces des maisons minoennes, à l’instar d’ailleurs des maisons MR I mises au jour sur le site de Plati (Dawkins 1913-1914 : pl. I). Ces deux édifices ont dès lors été comparés à des exemples d’architecture mycénienne. Si le rapprochement direct avec le mégaron mycénien est hasardeux, non seulement au point de vue architectural mais particulièrement pour les connotations historiques complexes que ce terme véhicule, les agencements de ces deux bâtiments – sinon uniquement celui du bâtiment A – ont été comparés plus prudemment à celui de la maison à couloir ou « Korridorhaus » mycénienne, un type particulier d’édifice construit sur plusieurs axes parallèles et organisé autour d’un couloir (Hiesel 1990 : 111-145)203. Ce type d’habitat élaboré est identifié dans plusieurs sites de l’HR sur le continent (Hiesel 1990 : 144, tableau 9 ; Darcque 2005 : 351 souligne toutefois que deux des bâtiments inclus par G. Hiesel dans sa liste des « Korridorhaus » sont dépourvus de couloir). Cependant, on peut aussi relever plusieurs éléments dans l’agencement et l’architecture de ces édifices de Plati qui pointent des origines et des formes crétoises minoennes. Tout d’abord, les deux édifices sont agencés autour d’une cour principale. Ensuite, la division de l’espace dans le bâtiment A par l’usage répété de piliers et probablement de portes dans le corridor ainsi que dans la pièce principale rappelle en substance le polythyron minoen néo-palatial (Hayden 1987 : 211). Ce fractionnement rompt le caractère axial supposé du bâtiment. Les pavements en dalles de pierre, la banquette et les piliers sont encore des caractères de l’architecture minoenne (Hayden 1987 : 212). Apportant d’autres arguments, B. Hayden met singulièrement en doute l’existence d’une relation forte entre le bâtiment B et les édifices mycéniens et considère le bâtiment A comme le produit d’une architecture qui allie les deux traditions minoenne et mycénienne, avec une forte dépendance aux formes minoennes (Hayden 1987 : 212-213). A. Kanta a comparé le plan général de cet habitat à celui de Kephali Chondrou (Kanta 1980 : 121).

2.2.6. Karphi/Magoulas-Kaminaki

147Entre les villages de Magoulas et Kaminaki, dans la région de Karphi, une tombe à tholos a récemment été mise au jour (Whitley 2007 : 103). Pillée à la période romaine et réutilisée plus tard comme une fosse de décharge, plusieurs objets particulièrement précieux remontant à son utilisation originale ont cependant pu être retrouvés. Des perles en or, en pâte de verre (Whitley 2007 : 103, fig. 123) et en faïence, mais aussi différentes pièces en ivoire, dont une figurine féminine, et des sceaux en pierre en ont été collectés qui suggèrent une datation MR IIIA1/2.

CARTE 5. La région de Crète centrale-sud-est. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)

2.3. La Crète centrale-sud-est : la région littorale du golfe de Mirabello, l’isthme de Ierapetra et la bande côtière sud jusqu’à la région de Viannos (carte 5)

2.3.1. Olous

Tombes

148Face à la baie de Mirabello, à moins de 10km au nord de la ville moderne d’Aghios Nikolaos, se trouve le site côtier d’Olous, à l’entrée de la presqu’île de Spinalonga. Cette région côtière est assez isolée de l’arrière-pays par plusieurs massifs montagneux tout proches, dont le Mont Kadisto au nord-ouest. Un cimetière a été installé sur un promontoire, au lieu-dit de Stous Traphous, juste au sud de la bande de terre qui mène sur la presqu’île (Van Effenterre 1948 : pl. XXVIII, XXXII). Il a été fouillé et publié par H. Van Effenterre (Van Effenterre 1948 : 7-13). Ce dernier a lié ces tombes à la phase MR IIIB mais parle aussi de phase « submycénienne » (Van Effenterre 1948 : 12). A. Kanta a réétudié le matériel trouvé dans cette nécropole et suggère de relier les tombes aux phases MR IIIA1, MR IIIA2 et MR IIIB (Kanta 1980 : 129-133, Kanta 2001). Aucune trace de l’habitat qui devait correspondre à ces activités funéraires n’a à ce jour été découverte dans la région environnante (Kanta 1980 : 129).

  • 204 Seize larnax-coffres sont découvertes ; leurs couvercles et leurs parties supérieures avaient touj (...)
  • 205 La tombe 32 possède le plus de ces offrandes plus particulières (Van Effenterre 1948 : pl. XXXVI).

149Une cinquantaine de tombes sont mises au jour. Il s’agit de cavités creusées dans la roche et dans la terre d’une manière anarchique, très proches les unes des autres (Van Effenterre 1948 : pl. IV). Une petite moitié des tombes consistent en des inhumations dans des larnax en forme de coffre qui ne contenaient apparemment chacune qu’un seul individu204. Plusieurs fois, deux ou trois larnax sont groupées dans une même fosse et, dans trois cas, l’une d’entre elles est distinctement de plus petite taille (Van Effenterre 1948 : 9, pl. XXXV). Ces sépultures étaient le plus souvent accompagnées d’offrandes assez modestes, essentiellement des poteries, rarement un couteau, un rasoir ou un miroir en bronze, ou encore une boucle d’oreille en forme de doubles cornes205. Les poteries récoltées suggèrent que ce type d’enterrement est utilisé à travers chacune des phases MR IIIA1, MR IIIA2 et MR IIIB (Kanta 2001). Dans quatre ou cinq cas, les os et poteries sont retrouvés dans des cavités exemptes de larnax, dont l’une renfermait un ensemble assez riche de poteries et même de vases en pierre en forme de nid d’oiseau. H. Van Effenterre a suggéré que ces inhumations-là avaient eu lieu dans des sarcophages en bois dont aucune trace n’a été conservée (Van Effenterre 1948 : 8-9, pl. XXXIV : la tombe 17 avec treize vases dont un alabastron et une cruche piriforme à bec incliné qui correspondent à la phase MR IIIA1). L’autre moitié des tombes consistent en des incinérations dont les restes sont placés dans des pithos et de grandes amphores pithoïdes, déposés sur leur flanc dans des cavités rocheuses ou en pleine terre (Van Effenterre 1948 : 11, pl. XXXVIII). Trois de ces pithos funéraires recelaient également des ossements d’enfants qui n’avaient pas été brûlés (Van Effenterre 1948 : 11). Seuls dix de ces pithos contenaient autre chose que ces restes calcinés : une unique poterie, et dans un seul cas, cinq vases de style MR IIIA2 (Van Effenterre 1948 : pl. XXXVIII). Il faut encore mentionner trois tombes qui renfermaient chacune une larnax en forme de baignoire dans laquelle avaient pareillement été déposés les restes d’une incinération. Il semble qu’il s’agisse dans chaque cas de plusieurs squelettes (Van Effenterre 1948 : 10-11, pl. XXXVII ; le matériel céramique illustré de cette tombe correspond à la phase MR IIIB : Kanta 2001 : 60).

150Le réexamen de la poterie de ces tombes par A. Kanta a donc permis d’avancer les observations suivantes : le cimetière est utilisé à partir de la phase MR IIIA1 jusqu’au MR IIIB, les incinérations dans les pithos ont débuté au cours de la phase MR IIIA2 et semblent se prolonger au MR IIIB. Ces incinérations sont donc contemporaines d’enterrements dans des larnax (Kanta 1980 : 129-132, Kanta 2001 : 60-61). A. Kanta soulève également le problème des grandes amphores pithoïdes comme réceptacles des incinérations, un type de vase exceptionnel pour la période et qui n’est communément répandu en Crète qu’à partir de l’époque protogéométrique (Kanta 2001 : 62-63. Van Effenterre 1948 : pl. VII [O 42, O 42bis, O 43]). Ces vases ont un corps piriforme, un bord horizontal qui déborde vers l’extérieur, des anses verticales qui unissent le bord ou le milieu du col à l’épaule. A. Kanta observe encore le caractère mycénien de la poterie qui compose le mobilier funéraire – alabastron, bol sur pied, amphore à deux anses verticales sur l’épaule (Kanta 2001 : 64, fig. 2 [alabastron trapu]). La majorité des vases est cependant composée de simples tasses, vases à étrier et cruches. Des importations de l’« atelier de La Canée » ont en outre été macroscopiquement reconnues (Kanta 2001 : 64).

  • 206 A. Kanta rappelle que la coutume de l’incinération existe aussi dès la phase MR IIIA2 sur l’île de (...)

151Le cimetière d’Olous représente l’exemple le plus ancien de la coutume de l’incinération en Crète, au MR IIIA2. A. Kanta a suggéré d’y voir la nécropole d’une communauté tournée vers la mer et composée de marins, qui a été mise en contact avec cette coutume par ses relations avec l’est de la Méditerranée et qui l’adopte progressivement (Kanta 2001 : 64)206.

2.3.2. Kritsa

Tombes

  • 207 L’ensemble céramique retrouvé dans ces deux tombes correspond aux phases MR IIIA2-IIIC. Les indica (...)
  • 208 A. Kanta a suggéré l’existence d’un atelier de production de céramique dans cette région d’Episkop (...)

152Le village de Kritsa se trouve à 7km à l’ouest de la côte du golfe de Mirabello et à 10-15km au nord-ouest de l’isthme de Ierapetra. Deux petites tombes à chambre creusées dans la roche ont été découvertes dans les environs du village. Au moins l’une d’entre elles (tombe A) est utilisée au cours du MR IIIA2/MR IIIB – ou uniquement au cours de la phase MR IIIB (Platon 1951 : 444-445 ; Kanta 1980 : 134-139 ; Tsipopoulou et Vagnetti 2006)207. Dans cette tombe, les enterrements avaient eu lieu dans trois larnax en forme de coffre. Un nombre important de poteries est retrouvé, dont la grande majorité correspond à la phase MR IIIB, essentiellement au début de cette phase (Tsipopoulou et Vagnetti 2006 : 204). Deux vases à étrier et deux cratères amphoroïdes sont reliés à une période transitionnelle MR IIIA2/IIIB par A. Kanta. Elle reconnaît les deux vases à étrier comme des importations de l’« atelier de La Canée » (Kanta 1980 : fig. 123 : 5, 133 : 1 ; Davaras s. d. : fig. 61), tandis que la fabrique, le profil et la décoration des deux cratères amphoroïdes présentent des parallèles avec des exemples découverts à Episkopi, dans l’isthme de Ierapetra (Davaras s. d. : fig. 64 et 65)208. En ce qui concerne la phase MR IIIB, plus d’une quinzaine de vases à étrier de types variés composent l’essentiel de l’ensemble funéraire. On trouve des vases à étrier de type trapu importés de l’« atelier de La Canée » et décorés soit du motif de l’octopus, soit de variations autour de la rosette et des arcs concentriques (Kanta 1980 : 135-136, fig. 55 : 1-2, 117 : 1 et 4, 120 : 1-2, 125 : 8), un vase à étrier probablement importé de Grèce continentale (Kanta 1980 : fig. 55 : 2 et 4), ainsi que de grands vases à étrier de stockage piriformes (Kanta 1980 : fig. 54 : 10, fig. 123 : 9). Parmi le reste du mobilier funéraire placé dans la tombe, on trouve un support de vase ajouré et décoré de motifs peints, un thymiaterion et au moins deux kylix à haut pied dont l’une est recouverte d’une feuille d’étain (Kanta 1980 : fig. 54 : 6 [kylix avec feuille d’étain] ; Davaras s. d. : fig. 60 [kylix MR IIIB à haut pied peinte]). Deux vases en pierre – dont l’un est probablement hérité de la période néo-palatiale – et un couteau en bronze complètent les offrandes (Tsipopoulou et Vagnetti 2006 : 207).

153Le site d’habitat MR IIIA2/MR IIIB lié à cette tombe, qui faisait sans doute partie d’une plus large nécropole, n’a pas été retrouvé. Cette tombe témoigne cependant d’une occupation relativement prospère de la région de Kritsa à cette époque, comme le suggèrent les différentes importations mais aussi la quantité et qualité de la poterie déposée auprès des défunts. Celle-ci témoigne en outre des contacts qu’entretient la population de Kritsa avec d’autres centres de la région de l’isthme de Ierapetra (Tsipopoulou et Vagnetti 2006 : 208). Cette prospérité de la région se prolonge au MR IIIC.

2.3.3. Vrokastro

154La très récente publication du Vrokastro Regional Survey Project permet, à l’image de la prospection de la région de la Pediada, de fournir un tableau à l’échelle régionale de l’occupation MR II-IIIB de la Crète (Hayden 2003, Hayden 2004a, Hayden 2004b, Hayden 2005). Cette région se trouve à l’entrée nord-ouest de l’isthme de Ierapetra et borde au sud-ouest le golfe de Mirabello.

  • 209 Hayden 2005 : 7 :
    1. la tombe de Goulas (au nord-est du village de Kalo Chorio, à un peu moins de 2 (...)
  • 210 Ce manque de reconnaissance peut être partiellement expliqué par le petit nombre de sites réelleme (...)

155La réoccupation du site de sommet de Vrokastro, abandonné au début de l’époque néo-palatiale, reprend peut-être dès la fin de la phase MR IIIB mais se développe essentiellement au cours du MR IIIC (Hayden 2003 : 4-5 ; Hayden 2004a : 235). La diminution générale de l’occupation de la région débute dès l’époque néo-palatiale et s’intensifie surtout au cours des MR IIIA-MR IIIB. Durant cette dernière période, l’occupation de la région consiste en quelques activités et habitations limitées au sein de plus grands sites antérieurs (Hayden 2004b : 123-135, fig. 19). Quelques grandes fermes néo-palatiales sont également réoccupées au MR IIIA. Cette réduction du nombre de sites semble correspondre à une diminution de la population et non pas à un regroupement de l’habitat, comme le suggère la pauvre densité d’occupation des établissements MR IIIA-IIIB. Aucun site d’habitat nouvellement établi n’a été reconnu. Cependant, plusieurs sites de tombes – utilisées essentiellement au MR IIIA2 et au début du MR IIIB – ont été identifiés. C’est le cas par exemple des tombes de Goulas et de Nisi Pandeleimon qui ont été fouillées et partiellement publiées209. Il est concevable que de petits habitats contemporains, plus isolés dans le paysage, existaient à proximité de ces tombes mais n’ont pas été repérés (Hayden 2004b : 130, Hayden 2005 : 7). La phase d’occupation la plus représentée lors de la prospection en ce qui concerne les périodes palatiale finale et post-palatiale est celle du MR IIIA2. Il n’est toutefois pas exclu que l’occupation de la région aux MR IIIA-MR IIIB soit en continuité par rapport à l’habitat antérieur, sans rupture. En effet, si les signes de l’occupation de la région au cours de la phase MR II et même MR IIIA1 sont faibles, il est possible qu’il s’agisse d’un manque de reconnaissance involontaire lors de la prospection210. Une même observation peut être faite quant aux faibles traces d’une occupation MR IIIB de la région.

2.3.4. Gournia

156Plusieurs campagnes de prospection archéologique ont également été menées dans la région de Gournia-Episkopi, qui ont couvert la zone côtière et une portion de l’isthme de Ierapetra, jusqu’au sud du village de Episkopi (24km ²). La région de la ville côtière de Ierapetra, au sud de l’isthme – qui contrôlait toute la région de l’isthme lorsque celle-ci constituait une unité administrative unique au cours de chacune des périodes hellénistique, romaine, vénitienne et ottomane – n’a pu être incluse dans la prospection, ce qui ne permettra dès lors que des conclusions partielles en ce qui concerne l’occupation de l’isthme de Ierapetra à l’Âge du Bronze et la place qu’y occupe cette région sud (résultats préliminaires et généraux : Watrous et Blitzer 1995, Watrous et Blitzer 1999 ; Watrous, Blitzer, Haggis et Zangger 2000 ; Watrous, Blitzer, Haggis et Zangger 2000 : fig. 1). Un des résultats de cette prospection est que l’occupation diminue fortement aux MR IIIA-IIIB (Watrous, Blitzer, Haggis et Zangger 2000 : 477). A l’exception notable du site de Gournia, la majorité des établissements de la région semblent avoir été désertés après le MR I. Toutefois, cette prospection archéologique a permis d’identifier un site d’habitat vraisemblablement important à l’est du village moderne d’Episkopi. Il pourrait s’agir dès lors de l’établissement qui correspond aux remarquables tombes MR IIIA-IIIB découvertes aux alentours d’Episkopi, jusqu’ici inconnu (Watrous, Blitzer, Haggis et Zangger 2000 : 477 ; cf. ci-dessous, 2.3.7. Episkopi).

Habitat

  • 211 Un habitat MR IIIB a par ailleurs été découvert de l’autre côté du lit de la rivière qui se trouve (...)
  • 212 Cette observation est nuancée par B. Hayden (Hayden 1981 : 24, 26) qui identifie des seuils en cal (...)

157Le site de Gournia est situé dans la partie nord de l’isthme de Ierapetra, à 1km au sud du bord de mer, à 35km au sud-est de Malia. L’habitat minoen est installé sur une colline basse et s’étendait jusqu’à la mer, de manière discontinue (Watrous et Blitzer 1999 : 906). Le site semble avoir été temporairement abandonné après sa destruction à la fin du MR IB. Sa réoccupation au cours des MR IIIA2 et MR IIIB est manifeste et importante, mais les fouilles très anciennes de ce site ne fournissent parfois que des données partielles à ce sujet (Boyd Hawes 1908). Après l’époque néo-palatiale, l’habitat correspond vraisemblablement à une réinstallation assez sporadique au sein des anciennes maisons, qui s’est surtout concentrée aux alentours des pentes ouest et sud du site211. L’archéologue H. Boyd Hawes a néanmoins souligné la qualité générale des reconstructions de l’habitat, qui seraient techniquement supérieures aux structures architecturales néo-palatiales (Boyd Hawes 1908 : 21, 23)212. Deux des maisons MR III clairement identifiées sont la grande maison Eh 49-54 et la maison Ei 55-56, mais l’habitat s’étendait aussi au nord, à l’est et au sud de cette dernière, au sein des quartiers Eg et Ej (Hayden 1981 : 24, fig. 12, 13 ; Fotou 1993 : 82-84, plan B). La maison Eh 49-54 est composée de sept pièces disposées en terrasses et s’étendait peut-être vers le nord (Hayden 1981 : 24-25, fig. 14). Elle a été datée au plus tôt de la phase MR IIIA2 (Hayden 1981 : 25, n. 55).

158Un trait particulier de l’habitat de Gournia est le sanctuaire à banquette installé en partie sur une ancienne rue néo-palatiale du secteur ouest de l’habitat, à l’est de la maison Ei et au nord du palais, probablement au cours de la phase MR IIIB (Boyd Hawes 1908 : 47-48, pl. XI ; Gesell 1976 : 248-250 ; Russell 1979 ; Hayden 1981 : 26-27, fig. 16 ; Gesell 1985 : 72 [cat. 10], plan 4, pl. 11). Au moins trois statues en terre cuite de déesse aux bras levés et cinq supports tubulaires à serpents, ainsi qu’une table à offrandes tripode, composent le mobilier cultuel de ce sanctuaire (Gesell 1985 : pl. 119, 140). Aucune poterie diagnostique qui pourrait confirmer la datation MR IIIB que cet ensemble cultuel suggère n’a toutefois été publiée (Russell 1979 ; Gesell 1985 : 72).

159Un autre édifice important de cette occupation est le bâtiment He 31-38, qui se trouve dans la partie sud-est du site (Boyd Hawes 1908 : 23 ; Fotou 1993 : 95-96). Son orientation N-E/S-O diffère de celle de la ville antérieure en général. Son plan se compose de deux pièces disposées en enfilade – la seconde étant la pièce principale – longées par un corridor latéral qui ouvre vers des pièces secondaires toutes disposées sur un même axe (Boyd Hawes 1908 : fig. face à p. 26 ; Hayden 1987 : 210-211, ill. 34). Comme souligné pour les bâtiments de Plati, ce type de plan se distingue des traditions architecturales crétoises habituelles à l’Âge du Bronze et est souvent comparé à des exemples d’architecture mycénienne, notamment la « Korridorhaus » (Hayden 1981 : 25). Le bâtiment He de Gournia a été situé tantôt à la phase MR IIIA2 (Niemeier 1982 : 276), tantôt à la phase MR IIIB sur la base du mobilier conservé.

160Enfin, il n’est pas exclu que la maison Hf 39-45, un ensemble architectural un peu isolé, situé à une quarantaine de mètres à l’est du bâtiment He 31-38, appartienne à l’occupation MR III de Gournia, comme peuvent le suggérer les pratiques de constructions qui y ont été utilisées, similaires à celles adoptées pour la construction du bâtiment He 31-38 : murs contigus et non aboutés, construction indépendante des murs extérieurs et intérieurs (Fotou 1993 : 96 qui s’appuie sur des plans réalisés au moment de la fouille).

Tombes

161Des tombes MR III sont découvertes dans les alentours du site d’habitat, notamment sur les collines rocheuses situées à l’est de celui-ci, dans une zone qui s’étend jusqu’aux environs du village côtier de Pachyammos, à 2km de Gournia (Boyd Hawes 1908 : 46 ; Kanta 1980 : 143-144). Les types d’enterrements sont variés : simples abris sous roche, enterrements dans des pithos, tombes à chambre. Ces sépultures correspondent majoritairement aux phases MR IIIA2 et MR IIIB.

  • 213 Cette pyxide est, par son profil et les motifs d’oiseaux, très comparable à une pyxide découverte (...)

162Sur la colline d’Alatsomouri, de simples tombes creusées ont été découvertes, qui profitent souvent d’abris sous roche. Elles contiennent des larnax, liées à la phase MR IIIB par A. Kanta, et de la poterie MR IIIA2-IIIB, comme des vases à étrier et des cruches miniatures (Boyd Hawes 1908 : pl. X : 44-46 ; Kanta 1980 : 143, fig. 55 : 9, 56 : 1-2, 58 : 2). Une des larnax en forme de baignoire est notamment peinte d’une scène qui figure une vache allaitant son petit (Boyd Hawes 1908 : pl. X : 44 ; Kanta 1980 : fig. 56 : 1). Le motif et le style sont très similaires à ceux du fameux « sarcophage d’Episkopi » (cf. ci-dessous, 2.3.7. Episkopi), ce qui suggère un même atelier de production que A. Kanta localise dans la région d’Episkopi-Ierapetra. Une tombe à chambre précédée d’un dromos est fouillée sur cette même colline d’Alatsomouri (Alexiou 1954 : fig. 1). Trois autres larnax baignoires y avaient été déposées. Elles sont décorées entre autres d’un grand octopus entouré de ses tentacules, d’ornements floraux divers, d’agencement en panneaux animés de tentacules d’octopus, de motifs dérivés du papyrus, de réseaux de demi-cercles concentriques (Alexiou 1954 : 402-403, pl. E’ : 1-2, pl. ΣΤ : 1 ; Kanta 1980 : fig. 52 : 4, 56 : 3-5). Des poissons sont peints à l’intérieur de la cuve de l’une d’elles (Alexiou 1954 : pl. E’ : 2 ; Alexiou, Platon et Guanella 1967-1968 : 144). Cette tombe contenait également une table tripode, un vase à étrier de type trapu, une pyxide cylindrique – qui contenait encore des perles et ornements de colliers ainsi que deux bagues en or –, et un petit bol en pierre (Alexiou 1954 : 403-404, pl. ΣΤ : 2 [bijoux]). La pyxide est généreusement décorée de motifs peints sur le couvercle et la panse où la décoration est organisée en panneaux, notamment des oiseaux (Alexiou 1954 : pl. Z’ : 1-4)213. A. Kanta lie cet ensemble funéraire à la phase MR IIIA2 et au début de la phase MR IIIB (Kanta 1980 : 143-144). Ces tombes d’Alatsomouri étaient réutilisées, comme en témoignent des fosses creusées près des larnax, où avaient été redéposés des crânes et des restes d’ossements.

163Plusieurs pithos funéraires sont également découverts, au lieu-dit de Aissa Langadha. L’un d’eux est posé sur son flanc et accompagné de dix-sept poteries qui correspondent à la phase MR IIIA2, d’un fragment de miroir, d’une épingle et d’une perle (Kanta 1980 : 143). Un second était déposé dans une fosse à côté de deux crânes et dix vases, dont une pyxide cylindrique qui contenait un crâne de bébé et quelques perles. La poursuite de la pratique d’enterrement dans des pithos au cours de la période du MR III témoigne d’une longue tradition dans cette région (Seager 1916), qui se maintient également plus à l’est, sur le site de Mochlos (Soles et al. 2008).

164Au lieu-dit de Kateri Koumos, une tombe à chambre au plan en forme de fer à cheval est mise au jour. Celle-ci contenait trois larnax recelant chacune un squelette (Kanta 1980 : 144, avec références). La seule larnax en forme de coffre contenait un vase à étrier, des perles et un sceau gravé de la représentation d’un oiseau en face d’une branche. L’ensemble céramique de cette tombe, composé de vases à étrier, de tasses et d’une cruche, situe son utilisation aux MR IIIA2 et MR IIIB (Kanta 1980 : 144).

  • 214 Des larnax ont parfois été trouvées au sein des habitations MR III. Trois exemplaires ont par exem (...)

165Au sein même des habitations de Gournia, dans une maison néo-palatiale détruite et abandonnée, avaient été déposés une larnax peinte, un vase double et une figurine en terre cuite qui représente une femme enceinte (Boyd Hawes 1908 : 46, pl. X : 6 et 11). Il semble s’agir d’une tombe du MR IIIA2 ou du début du MR IIIB, mais il n’est pas clair si des ossements humains ont été récoltés à proximité214.

Mobilier

166La poterie découverte sur le site de Gournia et correspondant à sa réoccupation après les destructions MR IB est techniquement supérieure aux productions précédentes ; il s’agit d’une céramique bien épurée et bien cuite (Boyd Hawes 1908 : 45-46 ; Betancourt 1979 : 8). P. P. Betancourt n’a pas identifié de céramique qui corresponde aux phases MR II et MR IIIA1 (Betancourt 1979 : 7 ; voir cependant, Betancourt et Silverman 1991 : 88-89, n° 747-754). La majorité de la poterie retrouvée dans l’habitat répond aux phases MR IIIA2 et MR IIIB (entre autres : Betancourt et Silverman 1991).

  • 215 Un exemplaire tout à fait similaire quant à son profil et sa décoration a été découvert dans une d (...)

167Une réalisation en céramique intéressante est le support de vase ajouré et peint, couronné d’une enfilade de petites « cormes de consécration » en relief (Evans 1928 : 139, fig. 70bis)215. A. Kanta le lie à la phase MR IIIA1 (Kanta 1980 : 140). Aucun autre vase publié ne peut clairement être relié à cette phase plus ancienne.

168Un nombre important de vases miniatures a été mis au jour par les fouilles, essentiellement dans les tombes (Boyd Hawes 1908 : pl. X : 13-20).

169Il est probable que de la poterie produite a priori par l’« atelier de La Canée » ait été importée à Gournia (Boyd Hawes 1908 : pl. X : 2). Des importations de Grèce continentale ont également été macroscopiquement reconnues (Kanta 1980 : 140, qui fait référence au vase à étrier illustré en Boyd Hawes 1908 : pl. X : 1). Le Pulled-rim Bowl peint dans le style « Dip and Run » est caractéristique de la réoccupation de Gournia ; il est à relier aux productions de Palaikastro et de Mochlos en Crète orientale (Boyd Hawes 1908 : 46, pl. X : 4 ; Betancourt et Silverman 1991 : 91, fig. 39 [n° 763 et n° 764]).

170Les trois statues en terre cuite de déesse aux bras levés et les cinq supports tubulaires à serpents, ainsi qu’une table à offrandes tripode, découverts dans le sanctuaire à banquette de Gournia, témoignent de la pratique d’un culte spécifique au cours de la période MR (IIIA2-) IIIB sur ce site.

2.3.5. Kavousi

171Une prospection archéologique a été menée en 1988, 1989, 1990 dans la région de Kavousi (Kavousi-Triphti Survey) (Haggis 1996 : spéc. 373, n. 2 pour une bibliographie complète liée à cette prospection ; Haggis 2005). Le village moderne de Kavousi se situe sur la route entre Pachyammos et Mochlos, au sud-est du golfe de Mirabello, à 2km du bord de mer et à 6,5km au nord-est du site de Gournia (Haggis 1996 : fig. 1-3, Haggis 2005 : fig. 1-2). L’objectif initial de cette prospection était de fournir le contexte régional des sites de Kavousi-Vronda et Kavousi-Kastro, deux établissements accrochés aux versants occidentaux des montagnes de Kavousi – vers le sud et sud-est du village de Kavousi – et qui correspondent à la période du MR IIIC et du début de l’Âge du Fer (Haggis 1993, Haggis 1996 : 374, n. 4, Haggis 2005 : 4-8). L’occupation MR II-III de la région prospectée est assez faiblement représentée parmi le matériel céramique collecté (Haggis 1996 : 388, Haggis 2005 : 55, 79-81). La réduction de l’activité humaine reconnue pour les phases MR II-III est telle, qu’un abandon de la région de Kavousi a été suggéré, particulièrement à la période MR II-IIIA (Haggis 1996 : 408, Haggis 2005 : 79, comparer les cartes de répartition des sites : fig. 12 et 13). Cependant, il est à nouveau concevable que cette quasi absence soit exagérée, voire relativement faussée, notamment par le manque de reconnaissance des phases céramiques locales et la distinction difficile de la céramique correspondant aux phases MR II-IIIA1 par rapport aux productions MR IB et MR IIIA2-IIIB (Haggis 1993 : 168, Haggis 1996 : 408, Haggis 2005 : 55, 80 ; cf. ci-dessus, 2.3.3. Vrokastro). La persistance de l’occupation de cette zone par un groupe local aux lendemains des bouleversements de la fin de l’époque néo-palatiale n’est donc pas exclue (Haggis 1996 : 410). Aux MR IIIA2-IIIB, la région est plus clairement réoccupée. Six sites ont fourni du matériel attestant une réinstallation aux alentours du village de Kavousi (sites 24, 26, 60), mais aussi en bordure de la plaine de Kampos (sites 5, 17, 34, 36), laquelle borde la colline de Kavousi au nord et s’avance vers la baie de Pseira (Haggis 1996 : 408, fig. 18-20, pl. 82c, Haggis 2005 : 80-81, fig. 13, 27). Il s’agit essentiellement de la restauration de quelques fermes isolées ou de la réoccupation limitée d’anciens hameaux ou villages néo-palatiaux et, particulièrement, proto-palatiaux, le plus souvent à proximité de sources d’eau et de terres arables (Haggis 2005 : 80-81). L’un de ces sites, celui de Chrysokamino-Chomatas, établi sur le sommet d’un promontoire s’avançant dans la baie de Mirabello, sera envisagé dans cadre de la région de Crète de l’Est. Il est hasardeux voire imprudent de concevoir une frontière entre les communautés de cette région orientale de la baie de Mirabello et celles du reste de la Crète de l’Est. Néanmoins, la position topographique, en bord de mer, mais aussi l’analyse préliminaire de la culture matérielle du site de Chrysokamino aux MR IIIA2-IIIB suggèrent de le considérer en vis-à-vis des sites de la région de Crète orientale, même s’il s’agit peut-être davantage d’un établissement dont la localisation géographique particulière le positionne au croisement de routes maritimes et influences culturelles variées. Une même remarque s’applique d’ailleurs à l’îlot de Pseira, tête de pont de la Crète orientale.

2.3.6. Monastiraki Katalimata

172Le village de Monastiraki est situé dans la partie nord de l’isthme de Ierapetra, à 3km au sud-est du village côtier de Pachyammos, au pied des versants occidentaux des Montagnes Ouest de Sitia, qui forment à cet endroit un mur particulièrement abrupt culminant à plus de 1000m d’altitude. Le site d’habitat de Monastiraki Katalimata est établi sur des terrasses extrêmement difficiles d’accès, dans la gorge de Cha, entre les massifs de Papoura et Lamia, à 1km au nord-est du village de Monastiraki. Sa fouille, menée par K. Nowicki (Nowicki 2008, mais aussi Haggis et Nowicki 1993 ; Nowicki 2000 : 92-97) a révélé un site dont la période d’occupation principale se situe au MR IIIC. Toutefois, une phase d’occupation MR IB-IIIA1 limitée a également été reconnue, très effacée mais attestée par quelques dépôts primaires sur la terrasse C (Nowicki 2008 : 52-56). K. Nowicki suggère en substance qu’il s’agit d’un site de retranchement pour les populations de la région lors des temps troublés de la fin du MR IB, celles de Mochlos et Gournia par exemple ; le site est occupé de manière permanente pendant quelques années, ou temporaire, à plusieurs occasions successives, mais sans doute pas de façon continue pendant les deux générations que couvrent les phases MR II et MR IIIA1 (Nowicki 2008 : 52, 56, 81, citant Brogan, Smith et Soles 2002 : 96, 98).

173Certaines formes de poterie découvertes au sein de l’habitat présentent des parallèles avec les dépôts de destruction du site de Mochlos à la fin de la période néo-palatiale, mais à une époque où la phase MR II est sans doute déjà entamée en Crète centrale-nord (Brogan, Smith et Soles 2002 : 96, 98, fig. 3, n. 37, 38 et 39 qui font référence à Barnard et Brogan 2003). Il s’agit notamment d’une tasse de profil ogival à une anse et bec verseur perpendiculaire (Nowicki 2008 : 53, fig. 59, pl. 35, KP 363). Un fragment de pyxide décoré suggère timidement la fréquentation prolongée du site au cours de la phase MR IIIA1 (Nowicki 2008 : 54, fig. 44, pl. 35, KP 207). Enfin, un fragment de lingot de cuivre et un sceau lentoïde gravé d’une représentation stylisée d’un agrimi, daté du MR I-II, sont associés à ces contextes d’occupation (Nowicki 2008 : 55, fig. 82, KTM 4 et KTSL 1). La qualité de la céramique et la présence d’un sceau notamment font dire à K. Nowicki qu’il ne s’agissait pas d’un refuge pour paysans ou bergers locaux, mais pour des individus des « higher levels of a “town society” » (Nowicki 2008 : 56).

2.3.7. Episkopi

174Le village d’Episkopi se trouve au centre de l’isthme de Ierapetra, à 6km au sud de Gournia. Un important cimetière MR III de tombes à chambre a été progressivement mis au jour aux alentours du village moderne (Kanta 1980 : 146-158), sans que l’établissement habité qui devait lui correspondre n’ait encore été proprement identifié. Comme on l’a déjà souligné, la récente prospection archéologique de la région semble néanmoins avoir localisé un site d’habitat MR IIIA-IIIB important à l’est du village (Watrous, Blitzer, Haggis et Zangger 2000 : 477).

175R. Seager mentionne en 1906 la découverte d’un cimetière – dont la reconnaissance probable d’enterrements dans des larnax – et en rapporte soixante poteries (cité par Kanta 1980 : 147). Trente de ces vases conservés au Musée d’Héraklion ont été étudiés par A. Kanta, laquelle les relie à la phase MR IIIA et principalement à la phase MR IIIB (Kanta 1980 : 147-148, fig. 59, fig. 60 : 3-6, 9-10, fig. 118 : 2, fig. 121 : 1, fig. 125 : 7, fig. 141 : 3, 6, fig. 143 : 9). Un cratère amphoroïde peu globulaire appartient probablement à cet ensemble. Il est peint d’une frise de fleurs de papyrus stylisées et ornementales (Kanta 1980 : fig. 58 : 5).

  • 216 Elle remarque que tant la forme que le décor de ces trois vases sont à mettre en parallèle avec le (...)
  • 217 Fabrique : argile beige, engobe jaune-crème ; motifs peints sur l’épaule : variations sur le thème (...)

176En 1919, une tombe à chambre est découverte à 100m au nord du village d’Episkopi (Xanthoudides 1920-1921b). La chambre presque rectangulaire mesure 2,20 x 2m. Son dromos est détruit mais l’entrée de la tombe, arquée, est conservée, ainsi que le mur de pierre qui la bloquait. Cette tombe contenait trois larnax et vingt-six poteries (Xanthoudides 1920-1921b : fig. 5-12). La plupart des vases correspondent à la phase MR IIIB et constitue un ensemble assez caractéristique de cette période (Kanta 1980 : 148-150). A. Kanta relie cependant une amphore et deux « tasses coniques » à la phase MR IIIA (Kanta 1980 : 148, fig. 57 : 7 et 59 : 1)216. La majorité des vases déposés dans cette tombe sont des vases à étrier des types trapu et biconique. La plupart d’entre eux compose un groupe homogène, présentant une fabrique et une décoration peinte similaires, ce qui incite A. Kanta à reconnaître les produits d’un même atelier, voire d’un même potier/peintre (Kanta 1980 : 149, fig. 59 : 9-12, 62 : 7-12)217. L’ensemble comprend aussi deux petites cruches, un grand vase à étrier de stockage ainsi qu’un cratère amphoroïde décoré d’un poulpe qui déploie ses tentacules de part et d’autre de son corps, sur toute la superficie de la panse (Kanta 1980 : fig. 57 : 5 et 8 [cruches] ; Xanthoudides 1920-1921b : fig. 8 [vase à étrier de stockage et cratère amphoroïde]). Deux vases à étrier ornés du motif de l’octopus sont identifiés comme des productions de l’« atelier de La Canée » (Xanthoudides 1920-1921b : fig. 9 [premier et troisième vases] ; Kanta 1980 : 149). A. Kanta reconnaît également un vase à étrier importé de Grèce continentale : sa panse globulaire surbaissée repose sur une base en anneau et son décor est composé de chevrons imbriqués et d’anémones de mer qui suggère un style HR IIIB (Kanta 1980 : 149). On notera également le couvercle d’un brûle-parfum découpé de triangles. Cette poterie spécifique trouve des parallèles à Kera Limaniotissa (Viannos), Palaikastro et Myrsini. Quant aux trois larnax, l’une est en forme de coffre, les deux autres, en forme de baignoire. La première met en évidence plusieurs caractéristiques inhabituelles, qu’elle partage cependant avec d’autres larnax non publiées découvertes dans la région d’Episkopi, à savoir un couvercle de forme franchement arrondie, une décoration peinte organisée en panneaux, composée de motifs animaliers, disposés de manière totalement libre – octopus mais aussi taureau et oiseau –, et de symboles spécifiques, comme des cornes de consécration. Les larnax-baignoires sont plus simplement décorées, essentiellement du motif de l’octopus (Xanthoudides 1920-1921b : fig. 6 et 7 ; Kanta 1980 : fig. 63 : 6 et 65 : 1-2).

  • 218 Une cruche à col cylindrique, sans bec et à ouverture évasée, une jarre piriforme décorée de motif (...)

177Toujours dans la même zone, deux autres tombes à chambre sont découvertes dans les années 1940 et fouillées par N. Platon (elles sont publiées dans Kanta 1980 : 150-158. Leur mobilier est partiellement exposé au Musée archéologique de Ierapetra). Ces tombes contenaient des enterrements dans des larnax en forme de coffre et de baignoire, dont le célèbre « sarcophage d’Episkopi ». Plus de cinquante poteries accompagnaient ces inhumations. La majorité de cet ensemble de vases appartient à nouveau à la phase MR IIIB, mais certains d’entre eux, de style MR IIIA, suggèrent que la première utilisation de ces tombes remonte à cette période, y compris peut-être la phase MR IIIA1218. Les offrandes consistent principalement en des vases à étrier. Quelques-uns sont du type globulaire sur pied court caractéristique de la phase MR IIIA2, mais la plupart sont du type trapu ou globulaire-trapu, propre à la phase MR IIIB. Quatre cratères amphoroïdes avaient aussi été déposés près des larnax. La décoration peinte couvre la majorité de la surface de leur panse et se compose de poulpe, argonaute, motif hybride de poulpe-palmier, large double bande foliacée verticale, arcs concentriques, zigzags, etc., organisés parfois en panneaux (un seul d’entre eux est illustré en Popham 1967 : pl. 87 ; Kanta 1980 : fig. 103 : 7). A. Kanta les lie à la phase MR IIIB, peut-être plutôt au début de la phase.

178Le « sarcophage d’Episkopi » est une larnax en forme de coffre recouverte d’un couvercle arrondi (Kanta 1980 : fig. 63 : 1-5). Son décor peint, organisé en panneaux, se compose de scènes humaines et animalières : bovins et caprins, scène de chasse, char conduit par trois hommes, hommes alignés, les bras levés, dont certains tiennent des kylix, vache allaitant un veau. Ce programme iconographique a été analysé par A. Kanta (Kanta 1980 : 156-158). Une tête de taureau et une figurine féminine en ronde-bosse sont fixées à chacune des extrémités du couvercle. Une autre larnax-coffre collectée dans l’une de ces deux tombes présente un couvercle également orné de têtes de taureau en relief, mais sans décoration peinte.

***

  • 219 Gournia : la larnax décorée d’une vache allaitant son petit, ainsi qu’un cratère amphoroïde exposé (...)

179Plusieurs des poteries et des larnax trouvées dans les différentes tombes d’Episkopi constituent un groupe homogène et sont probablement les productions d’un même atelier ou d’une même tradition d’atelier situé dans cette région (Kanta 1980 : 289-290). Ses réalisations semblent avoir voyagé également vers le nord de l’isthme, dans la région de Gournia-Pachyammos et de Kritsa219. Cette production débute très probablement au cours de la phase MR IIIA2, mais s’intensifie vraisemblablement au cours du MR IIIB avec la production entre autres de petits vases à étrier décorés souvent sur l’épaule de panneau, losange ou triangle comblés de hachures croisées. A. Kanta nuance cependant que la fabrique de ces vases – argile beige – n’est pas très caractéristique et que la reconnaissance de cet atelier repose dès lors davantage sur la décoration peinte (Kanta 1980 : 290), ce qui est évidemment sujet à caution lorsque l’on tente d’identifier des productions liées à un même atelier.

180Parmi le mobilier funéraire conservé dans la collection archéologique du Musée de Ierapetra et qui provient de ces quelques tombes d’Episkopi, A. Kanta a par ailleurs identifié plusieurs importations de Grèce continentale et de l’« atelier de La Canée », essentiellement des vases à étrier du MR IIIB/HR IIIB (trois vases à étrier mycéniens : Kanta 1980 : 154, fig. 60 : 1-2 ; une kylix et au moins dix vases à étrier décorés de motifs caractéristiques des productions de l’« atelier de La Canée » : Kanta 1980 : 154-156, fig. 107 : 3, 117 : 2, 131 : 2).

***

181L’analyse des découvertes funéraires faites à Episkopi montre que la phase MR IIIB est une période prospère dans la région. Certaines tombes continuent d’être utilisées au cours de la phase MR IIIC (Kanta 1980 : 153-154). La publication prochaine de la prospection archéologique de cette région permettra de compléter le tableau de l’occupation de la zone nord de l’isthme de Ierapetra aux époques palatiale finale et post-palatiale, en attendant que la région sud de l’isthme soit à son tour prospectée.

2.3.8. Gra Lygia

Tombes

182A 5km à l’ouest de la ville de Ierapetra, dans un champ situé environ à 1km au nord-ouest du village de Gra Lygia, deux tombes à chambre de plan ovale creusées dans la roche ont été fouillées en 1992 (Apostolakou 2002).

183Trois larnax avaient été déposées dans la première tombe. L’une est en forme de coffre, les deux autres sont en forme de baignoire, dont l’une, retrouvée en fragments, pourrait appartenir à la première utilisation de la tombe. Deux couvercles, plats et rectangulaires aux bords arrondis les obturaient à l’origine (Apostolakou 2002 : 64-73, fig. 45-49, pl. 19-22). Quarante-neuf poteries en ont été récoltées, dont la plupart sont bien conservées. Elles permettent de situer l’utilisation et la réutilisation de cette tombe au cours des phases MR IIIA2 et MR IIIB. Plusieurs autres objets accompagnaient les inhumations, dont un couteau et deux dagues en bronze, des fragments de peignes, épingles et plaques en ivoire, un bouton conique en pierre, pas moins de 1401 perles en faïence de plusieurs colliers et une amulette en cristal de roche (Apostolakou 2002 : 61-64, fig. 44, pl. 18 α-ζ). Certains fragments de crânes et d’os portaient encore les empreintes de textiles (Apostolakou 2002 : 85-86).

184La seconde tombe contenait une larnax-baignoire qui renfermait les ossements de deux défunts (Apostolakou 2002 : 81-83, fig. 60, pl. 24), ainsi que dix poteries qui correspondent aux mêmes phases que celles de la première tombe et un autre bouton conique.

  • 220 Le terrain qui entoure ces deux tombes est couvert de serres agricoles qui empêchent une prospecti (...)

185Il est aujourd’hui difficile de déterminer si ces deux tombes appartenaient à un plus large cimetière. Une petite prospection menée aux alentours n’a pas permis de le préciser ni d’identifier le site d’habitat qui correspondait à ces activités funéraires220.

Mobilier

  • 221 Les quatre cratères présentent une forme comparable (profil piriforme, large col au bord évasé, ba (...)
  • 222 La fabrique de ces huit vases de Gra Lygia est décrite comme une argile rose, tandis que A. Kanta (...)

186Parmi le mobilier céramique MR IIIA2 et MR IIIB de ces deux tombes, le vase à étrier est la forme la mieux représentée. Deux de ces vases à étrier, ainsi qu’une cruche à bec (Apostolakou 2002 : fig. 13, 25, 30) ont des particularités morphologiques et décoratives qui sont en plusieurs points similaires aux vases à étrier MR IIIA2 trouvés dans des tombes de la région d’Episkopi-Ierapetra (Kanta 1980 : fig. 107 : 4) ou de la région de Viannos (Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 10 : 1-3, 13 : 7-8, 17 : 7-8 et cf. ci-dessous, 2.3.9. Viannos). Les autres vases associés à ces enterrements consistent en quatre cratères amphoroïdes (Apostolakou 2002 : 31-35, 52-53, fig. 6, 9, 10, 33, pl. 9, 10, 15), des cruches de différents types et dimensions, une amphore, un kalathos, une petite jarre piriforme à trois anses, une louche, deux rhytons, une partie d’un vase double, un brûle-parfum et différents types de tasses et de bols, dont une coupe à champagne et trois bols peu profonds à anses horizontales221. Aucune kylix n’a été retrouvée dans ces tombes et les autres vases à boire qui y avaient été déposés, dont quatre coupelles coniques, trois Pulled-rim Bowls et une sorte de Bell Bowl, sont presque tous trempés dans la couleur, uniformément ou uniquement au bord, un traitement de surface bien connu en Crète orientale (Apostolakou 2002 : 84, pl. 9-12, n° 12652, 12656, 12661-12665, 12679, pl. 15, n° 12688 [cruche]). Une des pièces maîtresse en céramique de cette tombe est un support de vase ajouré, généreusement décoré dans un style MR IIIA2 (Apostolakou 2002 : 49-51, fig. 31, pl. 14). Il est fort semblable à un exemple de Gournia qui a été lié à la phase MR IIIA1 (Evans 1928 : 139, fig. 70bis). Deux rhytons sont d’un type particulier qui prend la forme d’une coupe à pied haut (Apostolakou 2002 : 41-42 et 60, fig. 20 et 42, pl. 12 et 17). L’analyse de cet ensemble a également permis de reconnaître certaines importations, notamment des productions de l’« atelier de La Canée » (quatre vases à étrier biconiques-trapus de style MR IIIB : Apostolakou 2002 : 46-48, fig. 28, pl. 13 ; 51-51, fig. 32, pl. 14 ; 54-55, fig. 36, pl. 15 ; 57-58, fig. 39, pl. 16 ; 84) ou un vase à étrier HR IIIA2 (Apostolakou 2002 : 55-56, 84, fig. 37, pl. 15). Selon. V. Apostolakou, une même argile qui provient probablement de la région de Gra Lygia a été utilisée pour la production de la majorité des poteries qui composent cet ensemble funéraire (Apostolakou 2002 : 85). Aucune analyse des pâtes n’a toutefois été réalisée à ce jour, ou du moins publiée. Par ailleurs, la décoration de huit vases à étrier est rapprochée de celle de vases reliés à l’hypothétique atelier d’Episkopi-Ierapetra (Apostolakou 2002 : 85 : n° 12653, 12657, 12659, 12666, 12671, 12674, 12682, 12725)222.

  • 223 Larnax de Palaikastro comparables quant au profil et à la décoration (motifs et agencement) : PKU  (...)

187Chacune des quatre larnax présente une décoration peinte aux motifs variés mais peu comparable d’une larnax à l’autre. La larnax-baignoire de la première tombe (Apostolakou 2002 : 71-73, fig. 49α-δ, pl. 22 α-δ [AE 13046]) présente une ressemblance étonnante avec des pièces de céramique de l’« atelier de Palaikastro », aux MR IIIA2-IIIB (observation personnelle ; Langohr et Cunningham 2006, Langohr 2008a : Appendix III). Sa fabrique, d’un point de vue macroscopique, semble similaire, ses caractéristiques morphologiques sont parfaitement analogues à plusieurs larnax découvertes à Palaikastro et les motifs qui composent sa décoration peinte sont stylistiquement identiques à ceux de certaines poteries retrouvées sur ce site223. Une larnax-coffre de cette même tombe est peinte d’un poulpe qui développe ses tentacules sur quatre rangées superposées, de poissons et de palmier-dattiers à trois crètes très stylisés, le tout dans un style MR IIIB (Apostolakou 2002 : 66-70, fig. 47). Le motif du palmier dattier est bien connu sur des larnax de la région de Rethymnon (Watrous 1991 : 296-298, fig. 83e, 87a, 92d, f-i). La décoration de la larnax-baignoire de la tombe II, composée d’une suite de fleurs de papyrus stylisées et ornementales dans un style MR IIIA2, est tout à fait comparable à la décoration peinte sur un cratère amphoroïde découvert à Gournia (exposé au Musée d’Aghios Nikolaos), sur une jarre piriforme (Kanta 1980 : fig. 140 : 1) et sur un cratère amphoroïde trouvés à Episkopi-Ierapetra (Kanta 1980 : fig. 58 : 5).

2.3.9. Viannos

188À partir de la ville de Ierapetra, sur une distance d’une quarantaine de kilomètres vers l’ouest, s’étend la région de Viannos où ont été identifiés plusieurs tombes et établissements MR III, côtiers pour la plupart. Une prospection archéologique de cette région côtière a été réalisée au cours de ces vingt dernières années, sur une distance d’environ 20km à vol d’oiseau, entre – à l’ouest – la rivière Anapodaris, située à quelques kilomètres à l’ouest du village de Viannos, et – à l’est – Tertsa, situé à proximité du bord de mer, à 20km à l’ouest d’Ierapetra (cette prospection a été menée par G. Rethemiotakis [Rethemiotakis 1988 : 390], puis par E. Banou [Banou 2005]).

Habitat et tombes

  • 224 Aucune information supplémentaire n’est à ce jour disponible puisque ces deux sites n’ont pas enco (...)
  • 225 Toutes ces tombes avaient déjà été visitées et/ou pillées et/ou détruites avant leur découverte pa (...)

189Deux des sites repérés ont révélé des structures architecturales – des murs en moellons – qui semblent correspondre à un habitat MR IIIA-IIIB : Mitatoulia et Psari Phorada/Sidonia (Banou 2005 : 153-155)224. Cinq tombes à chambre ont été identifiées dans cette même région : deux à Trapeza Keratokambou, une à Psari Phorada, à quelques centaines de mètres au nord de l’habitat mentionné, une à Kera Limaniotissa, au nord du village de Psari Phorada, davantage dans les terres, et la dernière à Tertsa, à la limite orientale de cette région prospectée225. Sur la base de la céramique qu’elles contenaient, il semble qu’elles aient toutes les cinq été utilisées au cours des phases MR IIIA1 et/ou MR IIIA2. Il s’agit de simples grandes fosses creusées dans la roche ou aménagées dans des cavités naturelles, aucune n’ayant été munie d’un dromos d’entrée (Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 2 ; Banou 2004 : fig. 14.2). Les corps ou les restes des défunts avaient été déposés dans des larnax (trois tombes), dans des pithos funéraires (deux tombes) ou simplement déposés sur le sol (une tombe), ces différents types d’enterrement existant parfois conjointement dans une même tombe. La tombe de Tertsa contenait apparemment un seul enterrement dans une larnax et de la poterie de style MR IIIA1/IIIA2. La tombe de Kera Limaniotissa contenait trois pithos associés à de la poterie de style MR IIIA1. Des vases MR IIIA2 sont trouvés à l’entrée de la tombe qui pourraient correspondre à une réutilisation de celle-ci. La tombe de Psari Phorada contenait un mobilier funéraire important : deux pithos funéraires, deux larnax et soixante-et-un vases. Ceux-ci couvrent les périodes des MM II-III jusqu’au MR IIIA2, y compris une tasse de style MR II, ce qui suggère que cette tombe a été plusieurs fois réutilisée au cours d’une longue période.

Mobilier

  • 226 Il semble que E. Banou ne fait pas clairement une différence entre les coupelles coniques, donc au (...)

190La céramique collectée dans ces contextes funéraires de la région de Viannos a été analysée (Banou et Rethemiotakis 1997 ; Banou 2004). Les poteries découvertes dans les tombes de Trapeza Keratokambou se composent de formes ouvertes de différents types – coupelle conique, Pulled-rim Bowl, tasse hémisphérique et kalathos –, de petits vases à étrier, de pyxides et de cruches ainsi que d’une grande jarre piriforme qui semble de style MR IIIA1 (Banou 2004 : 189-201, fig. 14.3 à 14.7). Les trois autres tombes présentent un ensemble funéraire comparable, mais plus varié (Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 4-6, 8, 12-13, 18-20 [Psari Phorada : matériel de styles MR II-MR IIIA1-MR IIIA1/2], fig. 7, 9-11, 17 : 1 [Kera Limaniotissa : matériel de styles MR II/MR IIIA1, MR IIIA1, MR IIIA2], fig. 14-16, 17 : 2-8, 21-22 [Tertsa : matériel de style MR (IIIA1)/IIIA2]). En effet, hormis les tasses hémisphériques, les nombreuses coupelles coniques, les Pulledrim Bowls et les kalathos, d’autres formes ouvertes sont présentes, comme des coupes à champagne, des Bell Bowls, différents types de kylix, un rhyton conique226. Les formes fermées consistent en plusieurs vases à étrier piriformes, des cruches miniatures, des jarres piriformes miniatures, une cruche à col cylindrique, un thymiaterion, un égouttoir, des couvercles de pyxides et une petite jarre à bec tubulaire latéral.

  • 227 Comparer avec Apostolakou 2002 : fig. 30.
  • 228 Comparer les vases à étrier suivants, de style MR IIIA1 : Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 10 : (...)
  • 229 Comparer le décor des poteries de la région de Viannos avec les motifs peints sur des vases de sty (...)
  • 230 Comparer le décor des poteries de la région de Viannos avec les motifs peints sur les vases de sty (...)
  • 231 Comparer le profil et le décor d’une tasse hémisphérique de Trapeza Keratokambou (Banou 2004 : fig (...)

191E. Banou et G. Rethemiotakis ont comparé les particularités techniques, morphologiques et stylistiques de cette céramique à celles de productions knossiennes contemporaines, surtout en ce qui concerne les vases de style MR IIIA1. Ils ont même suggéré de reconnaître des vases MR IIIA1 importés de Knossos, essentiellement des vases à étrier (Banou et Rethemiotakis 1997 : 34, fig. 10 : 1 et 2, fig. 13 : 7 et 8, voir n. 29 et 30). Toutefois, certains de ces vases pour lesquels des affinités avec les réalisations knossiennes contemporaines ont été reconnues peuvent similairement être comparés, tant pour leur forme que leur décor, à des vases MR IIIA1 de Gra Lygia227, Episkopi-Ierapetra228, Mochlos229 ou Palaikastro230, en Crète de l’Est, ou encore à des vases MR IIIA1 d’Aghia Triada ou de Kommos231, en Crète centrale sud. Ces comparaisons suggèrent de manière assez évidente que des tendances communes ont cours au même moment en Crète centrale et orientale en ce qui concerne la consommation de céramique. Ceci ne manifeste pas nécessairement l’exportation à grande échelle des productions knossiennes et un contrôle strict de Knossos sur ces centres régionaux et leur production céramique, mais certainement des échanges et influences culturels et artistiques importants.

  • 232 Ce point a été développé dans Langohr 2008a : Appendix III. Il sera détaillé dans le second volume (...)
  • 233 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 10 : 3, 13 : 9, 17 : 7-8 avec :
    ▪ Apostolakou 2002 : fi (...)
  • 234 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 13 : 2-6, 14 : 4 avec :
    ▪ Apostolakou 2002 : fig. 35 et (...)
  • 235 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 10 : 5-6 avec :
    ▪ Apostolakou 2002 : fig. 55 (Gra Lygia (...)
  • 236 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 10 : 4 avec :
    ▪ Apostolakou 2002 : fig. 50 (Gra Lygia)  (...)
  • 237 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 14 : 3, 16, avec :
    ▪ Smith 2002 : fig. p. 464 (P1141) ( (...)
  • 238 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 18 : 1-2, 19 et Banou 2004 : fig. 14.10 (B 9 et B 10) (...)

192La céramique MR IIIA2 découverte dans la région de Viannos montre des affinités plus claires avec les productions de Crète de l’Est, dans l’isthme de Ierapetra (Gra Lygia, Episkopi, Gournia), dans la baie de Mirabello (Mochlos, Myrsini) ou dans l’extrême est de la Crète (Palaikastro, Petras)232. Cela est évident pour autant de formes peintes de motifs variés que les vases à étrier233, les cruches miniatures234, les jarres piriformes miniatures235, les brûle-parfums236, les rhytons coniques237 et les pyxides238.

  • 239 À Kommos, sur des tasses ou bols, mais vraisemblablement pas du type Pulled-rim Bowl ou du type Be (...)
  • 240 Ces analyses ont démontré que ces vases de Viannos qui présentent, macroscopiquement, des caractér (...)

193La technique du traitement de surface de certains Pulled-rim Bowls, Bell Bowls, coupelles coniques et même d’une kylix issus des tombes de la région de Viannos consiste à tremper le vase dans la couleur, partiellement ou totalement (Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 6 : 4, 7, fig. 7 : 5, fig. 13 : 6, fig. 20). Cette technique est tout à fait caractéristique des productions de Crète orientale aux MR IB-MR IIIB, en ce compris la région de l’isthme, comme on l’a déjà évoqué pour Episkopi et Gournia. Si quelques exemples de vases traités dans cette technique proviennent d’autres sites de Crète centrale, ils ne semblent pas y représenter un type de production distinctif dans cette partie de l’île239. Par ailleurs, les résultats d’analyses chimiques réalisées sur un des Pulled-rim Bowls de Viannos traités dans cette technique excluent a priori que ce vase ait été importé d’un site de l’extrême est de la Crète240, mais ils n’écartent toutefois pas la possibilité qu’il ait été produit sur un site de la région de l’isthme de Ierapetra, dans la région toute orientale de la Crète centrale.

194En outre, comme le souligne et le détaille E. Banou (Banou et Rethemiotakis 1997 : 42-44), trois vases découverts dans des tombes de Viannos méritent une attention particulière, également en raison de leur forte connexion avec des produits typiques de Crète de l’Est :

  • Une petite jarre à bec tubulaire et à anses latérales horizontales traitée dans la technique « trempé dans la couleur » qui a dessiné quatre disques pleins sur sa panse («  Dip-disk Style ») (Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 18 : 3 et 20). Sa fabrique, d’argile rougeâtre, diffère macroscopiquement de la fabrique locale habituelle (Banou et Rethemiotakis 1997 : 42). Ce type de vase a notamment été découvert dans les niveaux de destruction MR IB sur des sites de Crète de l’Est, à Gournia, Pseira, Makryghialos, Mochlos, Palaikastro241 et dans des tombes MR IIIA de la même région (Mochlos, tombes Sigma Tau et H : Smith 2002 : fig. p. 494 [11092], fig. p. 497 [09356]). Quelques exemplaires proviennent aussi de l’île de Karpathos (Melas 1985 : 134-135, fig. 64 [35], 103 [1038], 137 [C88-89]). Toutefois, les analyses de type chimique réalisées sur ce vase indiquent une argile locale qui ne répond vraisemblablement pas aux « characteristic compositions of the far eastern end of the island » (Banou et Rethemiotakis 1997 : 56) ;
  • Une cruche piriforme-globulaire à col cylindrique étroit, sans bec mais à ouverture évasée, de style MR IIIA1-MR IIIA2 (Banou et Rethemiotakis 1997 : 42-43, fig. 17 : 2, 21). Plusieurs cruches de styles MR IIIA1 ou MR IIIA2, typologiquement et stylistiquement comparables à celle-ci, ont été trouvées dans des tombes de Crète centrale-est, à Gra Lygia (Apostolakou 2002 : fig. 34, pl. 15), à Episkopi (Kanta 1980 : fig. 109 : 3 [MR IIIA2]), et de Crète orientale, à Asprospilia-Myrsini (Daux 1960 : fig. 2 ; Smith 2002 : fig. p. 522 [1876 : MR IIIA1]), ou à Palaikastro-Aghia Triada (PKU : fig. 63 : 1 [MR IIIA1]). Cependant, une fois encore, les analyses chimiques effectuées sur cette cruche de Tertsa indiquent qu’il s’agit d’une fabrique locale, qui se distingue de celles caractéristiques de Crète orientale (Banou et Rethemiotakis 1997 : 56) ;
  • Un petit égouttoir relativement trapu muni de deux anses plates horizontales, décoré de chevrons imbriqués alternés (Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 17 : 6 et 22). L’égouttoir (strainer) est à nouveau une forme caractéristique sur les sites néo-palatiaux de Crète orientale, à Gournia, Mochlos, Palaikastro, Zakros. E. Banou évoque la possible influence de l’« atelier de Palaikastro » pour la réalisation de cette poterie de Viannos (Banou et Rethemiotakis 1997 : 44)242.

195En ce qui concerne les grandes pièces en céramique décorée découvertes dans ces tombes MR IIIA de Viannos, on note une grande jarre piriforme mais aucun cratère amphoroïde (Banou 2004 : 193, fig. 14.16 et 14.17 [A 12 : jarre piriforme décorée à l’épaule d’une bande foliacée et d’une alternance de chevrons imbriqués]). Ces tombes recelaient cependant quelques larnax, qui sont toutes en forme de coffre (Banou et Rethemiotakis 1997 : 47, fig. 28-29 ; Banou 2004 : fig. 14.8 ; Banou 2005 : 158). Une seule a pu être reconstituée. Elle présente plusieurs éléments en relief – poutre faîtière du couvercle en bâtière, panneaux du coffre – et un simple décor peint, quadrillé. Elle est reliée à la phase MR IIIA2 (Banou et Rethemiotakis 1997 : 47, fig. 29). Sur quelques fragments d’une seconde larnax, on peut voir le motif du rocher (rock pattern) et de petits trèfles, motifs dont le style encourage E. Banou à lier cette larnax à la phase MR II-MR IIIA1 (Banou et Rethemiotakis 1997 : 47). En ce qui concerne les pithos funéraires utilisés dans deux de ces tombes, une forte influence knossienne a été reconnue, qui concerne leur profil et leur style. Ces pithos ont été liés aux phases MR II-MR IIIA (Banou et Rethemiotakis 1997 : 44-47, fig. 23-27).

196Enfin, quelques autres types d’offrandes accompagnaient encore ces tombes de la région de Viannos, comme quelques petits vases en pierre, peut-être hérités de l’époque néo-palatiale (Banou et Rethemiotakis 1997 : 49, fig. 30 : 2 ; Banou 2004 : 197, fig. 14.11, 14.14 [B 14 et B 15]), un couteau en bronze (Banou et Rethemiotakis 1997 : 48, fig. 30 : 1), un collier de perles en or et en différents types de pierres (Banou 2004 : 202, fig. 14.15) et une étonnante boucle d’oreille en forme de bucrane, finement décorée de granulation (Banou 2004 : 203-204, fig. 14.16). Des exemplaires tout à fait comparables pour cette boucle d’oreille ont été trouvés dans une tombe de Mavrospilio-Knossos et dans la tombe à tholos de Kamilari, en Crète centrale-sud (Mavrospilio : Forsdyke 1926-1927 : pl. XVIII : VIIA. I, VIIB. I, VIIIA. I ; Marinatos et Hirmer 1959 : pl. 120 [droite] ; Kamilari : Effinger 1996 : 193, pl. 39a).

2.3.10. Kephali Chondrou

Habitat

197L’établissement de Kephali Chondrou est installé sur une butte qui domine depuis le sud-ouest le village moderne de Chondros. Ce dernier se situe à 30km au S/S-O de Malia, à 35km au sud-est de Knossos, à 33km à l’ouest d’Ierapetra, à 53km à l’est d’Aghia Triada et à 4km au nord de la côte méridionale de l’île. Ce site d’habitat est particulier puisqu’il s’agit d’un nouvel établissement qui s’implante vraisemblablement au MR IIIA1 et qui est abandonné la fin du MR IIIA2, ou au début du MR IIIB, apparemment suite à une destruction. Il a été fouillé par N. Platon (Platon 1957b, Platon 1959a), puis réétudié par L. Platon (Platon L. 1997).

  • 243 Plusieurs caractéristiques architecturales (murs doubles, cour pavée courant sous des murs postéri (...)

198Cet habitat se développe sur une surface limitée (70 x 17m tel que conservé aujourd’hui). Il se compose d’un bâtiment important au centre du site et de plusieurs petites unités architecturales sans étage comprenant chacune deux à quatre pièces, souvent agencées axialement (Hayden 1981 : fig. 20, 25 ; Platon L. 1997 : fig. 2). Il semble que ce village n’ait pas été établi en une seule grande phase de construction. Certaines structures sont venues s’ajouter aux précédentes, ce qui rend plus complexe l’interprétation du mode d’implantation qui a pu être choisi à l’origine par le groupe de gens qui s’y installe243. Les carnets de fouille de N. Platon, qui présentent les données stratigraphiques, font état d’une seule large couche de destruction, du moins dans la partie centrale de l’habitat, qui a scellé un matériel apparemment contemporain (Platon 1957b : 138). Après un réexamen des structures et du mobilier archéologique collecté, L. Platon conçoit l’existence de plusieurs remaniements architecturaux au sein de ce complexe, mais soutient l’idée d’un habitat dont la durée de vie ne dépasse pas 60-70 ans et ne reconnaît aucun indice de vastes reconstructions au sein de cet habitat qui montreraient différentes phases dans son occupation (Platon L. 1997 : 366-373, fig. 11-16 contra Kanta 1980 : 116, n. 1, sur la base de l’étude de la céramique).

  • 244 Une différence importante cependant, notée par B. Hayden, est le manque d’accent conféré à une piè (...)
  • 245 N. Platon (Platon 1957b : 138) avait soutenu l’idée d’un étage pour ce bâtiment après la découvert (...)

199Les agencements architecturaux axiaux qui caractérisent une partie de cet habitat ont incité certains chercheurs à reconnaître cet établissement comme caractéristique de l’architecture domestique mycénienne, voire comme l’implantation d’un groupe mycénien (McEnroe 1979 : 165-168 ; Hayden 1981 : spéc. 120-121, 170 ; Hayden 1990 ; contra Platon L. 1997 : 365)244. Plusieurs particularités de ce complexe architectural témoignent cependant de traditions crétoises de l’Âge du Bronze, comme les aménagements de cours pavées munies de banquette en pierre ou le type de construction par agglutination du site en général, comme le montre plus particulièrement l’édifice central, qui est composé de plusieurs pièces variées, parfois spacieuses et où aucun axe n’est spécifiquement accentué. Cette section centrale de l’habitat, qui n’est vraisemblablement pas construite en une seule fois (Hayden 1981 : 35), est composée d’un hall d’entrée Λ1 suivi par un corridor Z1 conduisant à la pièce Γ1 qui mène, d’une part, vers la pièce de stockage B1 et ouvre, d’autre part, vers la grande pièce à colonne Δ1. Cette dernière est munie d’une banquette en pierre et d’une sorte d’autel et communique avec une autre grande pièce Θ1. Un grand espace sud-est pavé (I1) semble faire partie du même corps de bâtiment mais ne communique qu’avec l’extérieur. La possibilité d’un étage au-dessus de certaines des pièces du rez-de-chaussée pouvait faire communiquer cette partie sud-est avec le reste du bâtiment (Hayden 1981 : 37-38)245. Cet espace I1 est associé à une pièce retranchée K1 et muni d’un enclos-foyer fixe jouxté par des ustensiles de cuisine, ce qui lui a valu d’être interprété comme une cuisine (Platon L. 1997 : 362, fig. 5).

  • 246 Ce mur n’avait pas été rendu sur le plan de la première publication de la fouille de N. Platon (Pl (...)

200Enfin, un long mur, peut-être une sorte de péribole, avait été construit en périphérie de l’habitat, dont les traces sont conservées sur la bordure nord du plateau sur lequel le site est implanté246.

Mobilier

  • 247 N. Platon et L. Platon ont suggéré que ce sanctuaire pouvait avoir pris place dans la petite pièce (...)

201On ne s’attarde pas sur l’analyse de la céramique découverte sur ce site, qui n’a pas encore donné lieu à une publication détaillée, mais certaines pièces de mobilier retrouvées au sein de ces structures méritent néanmoins d’être évoquées. En effet, une fonction plus spécifique a été attribuée à quelques secteurs de l’habitat sur la base des objets qui y ont été découverts. Une attention particulière a été octroyée aux objets de nature cultuelle découverts dans le bâtiment central qui ont encouragé certains spécialistes à y reconnaître l’existence d’un petit sanctuaire domestique, plus vraisemblablement à l’étage (Gesell 1976 : 252-253, 257-258 ; Gesell 1985 : 82, cat. 31, fig. 14 ; Whittaker 1997 : 191-192)247. Une récente étude de S. Privitera a toutefois fortement insisté sur l’origine contextuelle précise de chacun de ces objets particuliers, afin d’éviter une reconstruction trop rapide de leur utilisation dans un espace vraisemblablement domestique. Un support tubulaire à serpents est découvert dans le corridor Z1, à côté de plusieurs tasses, deux rhytons se trouvaient entre Z1 et Γ1, deux pieds d’une table à offrandes ornés de lions en relief (Platon 1957b : 144, pl. 72b) et une partie d’une figurine d’une femme accouchant proviennent de la grande pièce Θ1 (Platon 1957b : 144, pl. 72a). A condition qu’ils ne soient pas tombés de l’étage, la dispersion à travers différents secteurs du rez-de-chaussée de ces objets auxquels on peut attribuer une fonction de nature plus ou moins rituelle ne permet pas de soutenir l’individualisation d’une pièce-sanctuaire précise, selon S. Privitera. Plutôt, ce dernier soutient que ces objets et leur contexte de découverte suggèrent l’existence d’activités liées au culte au sein de ce bâtiment, mais qui concernent plusieurs secteurs de la maison, tant dans les endroits de passage, près de l’entrée, que dans les pièces de séjour, et qui peuvent couvrir des significations différentes (Privitera 2004 : 124-127, 131-133).

202Le nombre considérable de vaisselles à boire dans le dépôt de destruction de la plus grande pièce Δ1 peut suggérer quelques activités communautaires, impliquant un nombre conséquent de personnes, probablement aussi des personnes extérieures aux individus qui occupaient cette maison proprement dite (Platon L. 1997 : 362). Cet ensemble de poteries peut être partiellement mis en rapport avec le mobilier abondant découvert dans la petite pièce de stockage B1. Cette dernière renfermait plusieurs ustensiles ainsi que de la vaisselle similaire à celle de la pièce Δ1 au moment de sa destruction, à savoir des kylix à pied court MR IIIA1, des kylix à pied haut MR IIIA2, des coupes à champagne MR IIIA2, des coupelles coniques et des bols peu profonds à anses horizontales (Platon L. 1997 : 362, 368-370, fig. 14-15). Une paire de cruches en céramique luisante rouge-brun importée de la région ouest-anatolienne provient également de la pièce B1 (Platon L. 1997 : fig. 8 ; Rutter 2006 : 146).

203Enfin, en ce qui concerne les considérations chronologiques, de la céramique de style MR IIIA1 a été retrouvée sur le site, par exemple une jarre piriforme à trois anses verticales décorées dans le « Style du Palais » de spirales entrelacées et des fragments d’un cratère amphoroïde décoré, entre autres, d’une double bande foliacée et de demi-cercles concentriques pendants (Platon L. 1997 : 366, fig. 7 [jarre piriforme] ; Platon 1997a : 368 ; Kanta 1980 : fig. 47 : 2 [cratère amphoroïde]). Ces deux vases pourraient évoquer le début de l’occupation du site. L’examen de ceux-ci par L. Platon l’encourage même à reconnaître en eux une production locale, décorée dans un « Style du Palais avancé » (Platon L. 1997 : 368), bien qu’il soutienne que Kephali Chondrou ait été fondé au moment de la destruction de Knossos, c’est-à-dire au premier stade de la phase MR IIIA2 (Platon L. 1997 : 373, n. 52). En ce qui concerne la fin de l’occupation du site, il est clair que la majorité de la céramique collectée correspond à la phase MR IIIA2, mais on ne se prononcera pas quant à l’absence totale de céramique MR IIIB – telle que le soutient L. Platon – tant que l’entièreté du matériel n’est pas publiée. En effet, A. Kanta a reconnu de la céramique MR IIIB parmi le matériel récupéré sur ce site (Kanta 1980 : 116-117, fig. 47 : 1, 4-6 qui fait référence au matériel illustré dans Platon 1957b : pl. 71), tandis que L. Platon reconnaît une destruction du site juste avant la fin ou avec la fin de la phase MR IIIA2 sur base de l’analyse du même ensemble de poteries (Platon L. 1997 : 370-373, fig. 11 [1er rang, 3e vase], fig. 15 [1er rang, 2e vase], fig. 16). Les tessons publiés par A. Kanta qu’elle juge correspondre à la phase MR IIIB appartiennent entre autres à un cratère amphoroïde décoré de tentacules d’octopus (Kanta 1980 : fig. 47 : 1, 4-6), un type que l’on peut rencontrer au cours de la phase MR IIIA2 mais qui semble surtout caractériser la phase MR IIIB. Un autre vase qu’elle met en exergue pour la phase MR IIIB est une amphore globulaire à large base plate (Platon 1957b : pl. 70α, 1er rang, troisième vase), un vase que L. Platon ne mentionne pas dans son étude préliminaire.

2.3.11. Symi

204Trois exemplaires remarquables d’épées en bronze avaient été déposés dans l’ancien sanctuaire de Symi ; leur ressemblance avec les illustres exemples de Knossos suggère qu’ils en proviennent (Papasavvas, Muhly et Lebessi 1999). Un grand pithos, similaire à ceux découverts dans les tombes de Kera Limaniotissa et Psari Phorada qui ont été rapprochés des exemplaires knossiens MR II-IIIA, a aussi été découvert à Symi ; il était accompagné de poteries MR IIIB, ce qui suggère son utilisation prolongée (Lebessi 1985 : 269, pl. 129α).

2.4. La Crète centrale-sud : la plaine de la Mesara et le pied sud du Mont Ida (carte 6)

205L’occupation de la plaine de la Mesara concerne surtout la Mesara occidentale, dont les sites majeurs sont ceux d’Aghia Triada, Kommos et Phaistos.

  • 248 Ils font mention de neuf sites d’habitat et quatre cimetières – dans la région prospectée – qui on (...)
  • 249 Ils identifient dix-neuf sites d’habitat et sept nécropoles dans la plaine de Phaistos où une occu (...)

206Les résultats des campagnes de prospection menées dans la région de la Mesara, particulièrement dans la plaine de Phaistos, suggèrent une dépopulation considérable des sites d’habitat après les destructions du MR IB et une réinstallation très limitée au MR II-MR IIIA1 sur certains lieux d’habitat MM III-MR I (Watrous et Hadzi-Vallianou 2004 : 298, fig. 10.13)248, avant une importante augmentation du nombre de sites occupés aux MR IIIA2-IIIB (Watrous et Blitzer 1997 : 511 ; Watrous et Hadzi-Vallianou 2004 : 300s., fig. 10.14.)249. Leur taille n’a cependant rien à voir avec les habitats néo-palatiaux antérieurs et l’estimation de la population reste vraisemblablement en deçà des chiffres relatifs à l’époque des Seconds Palais (Watrous et Hadzi-Vallianou 2004 : 301-302). Cependant, les occupations d’Aghia Triada et de Kommos, surtout aux MR IIIA2 et MR IIIB, mais déjà à la phase MR IIIA1, sont considérables. Le site de Phaistos connaît une réoccupation substantielle, quoique moins longue et étendue. La fin de la période MR IIIB en Mesara occidentale est marquée par une destruction et/ou un abandon des sites habités. Aghia Triada et Kommos sont désertés à une phase avancée du MR IIIB, tandis que Phaistos connaît un regain important de son occupation, qui se prolonge à travers toute la phase MR IIIC.

2.4.1. Aghia Triada

  • 250 L’analyse de la céramique MR IB découverte dans les dépôts de destruction de la villa présente des (...)
  • 251 Monaco et Tortorici 2003 ont analysé les différentes typologies et la géométrie des dégâts et fiss (...)

207La ville minoenne d’Aghia Triada est située à 42km au sud-ouest de Knossos. Elle a été fouillée par l’Ecole italienne d’Athènes dans les années 1903 à 1914 et, plus récemment, à la fin des années 1970 et au cours des années 1980 et 1990, des fouilles partielles – essentiellement des sondages de nature stratigraphique – ont repris dans la partie nord du site (histoire complète des fouilles d’Aghia Triada : La Rosa 2003 : spéc. 11-35 ; La Rosa 1980, La Rosa 1986 ; le plan séparé dans Creta Antica, 4 [2003] récapitule les différentes phases chronologiques des entreprises architecturales à Aghia Triada). Un centre important s’y est développé à l’époque néo-palatiale (Puglisi 2003). Il était composé d’un habitat (le Villaggio), mais aussi de plusieurs grandes installations à caractère public au sein desquelles l’on imagine aisément des rassemblements cérémoniels et, vraisemblablement, des activités d’ordre cultuel. La fameuse Villa Royale (Villa Reale) ainsi que les cours à portiques qui se développaient à proximité, comme la Place Inférieure (Piazzale Inferiore), au nord-est de la villa, en sont de parfaits exemples (Puglisi 2003 : spéc. 158-160). Aghia Triada devait également être un centre administratif important, sinon le centre administratif principal pour toute la région de la Mesara occidentale, activité qui avait lieu notamment au sein de la Villa Royale et de la Maison du Chaudron Tripode (Casa del Lebete), comme en témoignent les nombreux documents d’archives préservés dans la couche de destruction MR IB (La Rosa 1985 ; Schoep 2002 ; voir en dernier lieu Militello 2002). Enfin, d’importantes structures destinées au stockage de denrées et/ou de matériel ont aussi été construites en différents endroits du centre de la ville – par exemple, le robuste Bastion (Bastione), installé sur le côté nord de la Place Inférieure (Puglisi 2003 : 165s., fig. 9). La ville d’Aghia Triada est considérablement détruite à la fin du MR IB250. D. Puglisi privilégie une catastrophe naturelle – un tremblement de terre –, plutôt qu’une « conquête mycénienne », comme l’événement responsable de cette dévastation. En effet, après un réexamen des résultats des anciennes fouilles et sur la base des données récoltées lors des plus récents sondages et fouilles, il observe l’absence de signes de pillage dans plusieurs des couches de destruction identifiées sur le site, la discontinuité des traces d’incendie à travers les différents secteurs détruits et des fêlures dans les structures architecturales qui sont restées visibles et qui pourraient avoir été provoquées par un événement sismique (Puglisi 2003 : 146-147)251. Le site est ensuite rapidement réoccupé, probablement dès le MR II, puis largement habité à travers chacune des phases MR IIIA1, MR IIIA2, MR IIIB, la phase MR IIIA2 constituant réellement l’apogée de l’occupation de la ville aux époques concernées, lorsque d’importants programmes de construction sont entrepris. Une bonne séquence chronologique de cette période de l’histoire d’Aghia Triada a été établie, qui concerne l’habitat mais aussi quelques pratiques funéraires contemporaines. Celle-ci relève surtout des récents travaux de N. Cucuzza (Cucuzza 1997, Cucuzza 2001, Cucuzza 2002, Cucuzza 2003, mais aussi La Rosa 1993, La Rosa 1997). Les données archéologiques relatives à cette période sont présentées ici en deux temps, les phases MR II, MR IIIA1 jusqu’au début de la phase MR IIIA2 d’abord, les phases MR IIIA2 et MR IIIB ensuite. Il s’agit d’un choix relativement arbitraire puisque aucun événement clé qui constituerait une fracture dans l’histoire d’Aghia Triada, comme une destruction, n’a été reconnu dans la stratigraphie du site au début de la phase MR IIIA2. Toutefois, les activités considérables qui ont lieu sur ce site au cours du MR IIIA2 – vraisemblablement dès le début de cette phase mais surtout à un stade avancé – méritent d’être traitées distinctement. En ce qui concerne le secteur de l’habitat – qui regroupe en réalité plusieurs grandes structures à caractère public et peu d’installations clairement résidentielles, surtout à partir du MR IIIA2 –, on parlera de « secteur nord » et de « secteur sud » (Cucuzza 2003 : 208-222 ; fig. 2). Il s’agit de différencier respectivement le secteur densément construit qui regroupe la Grande Stoa, l’Edifice P, l’Edifice Nord-Ouest, l’Edifice Ouest et qui s’étend aussi au sud de l’ancienne Muraille en Dents de Scie (Muraglione a Denti), et le secteur plus aéré où se développent, autour de la Place des Sanctuaires (Piazzale dei Sacelli), le Mégaron ABCD, la Stoa FG et le Sanctuaire H (Sacello). Enfin, le secteur fouillé ne coïncide probablement pas avec le réel périmètre habité à cette période ; il semble que l’habitat devait s’étendre vers l’ouest et le nord de ce centre urbain dégagé par les fouilles archéologiques (Cucuzza 2003 : 209).

CARTE 6. La région de Crète centrale-sud. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)

Aux MR II-début du MR IIIA2

Habitat
  • 252 La céramique de style MR II découverte sur le site, mêlée à de la céramique MR IIIA1, correspond, (...)
  • 253 Les signes d’une réoccupation MR II-IIIA1 d’Aghia Triada – de moins en moins sporadiques, notammen (...)

208A la suite des destructions qui ravagent la ville à la fin du MR IB, le site semble dépeuplé de manière importante. C’est en tout les cas ce que suggère l’absence de structures architecturales et de contextes proprement attribués à la phase MR II (Puglisi 2003 : 147). Toutefois, la quantité non négligeable de céramique de style MR II découverte dans quelques secteurs de l’ancien centre urbain, souvent mêlée à de la poterie de styles MR I et MR IIIA, permet de suggérer une occupation du site, en ruines, essentiellement dans le « secteur nord » (La Rosa 1997 : 251 contra D’Agata 1999a : 193s. ; voir aussi la discussion après D’Agata 2005 dans D’Agata et Moody 2005 : 139-141)252. Les modalités de cette réoccupation, probablement dès la phase MR II et sans interruption jusqu’au MR IIIA1, peuvent être en partie éclairées par les réexamens de certains contextes archéologiques mis au jour lors des premières fouilles et de plus récents sondages. On présente d’abord le « secteur nord », où les restes d’une occupation MR II-IIIA1 sont concevables mais modestes, sans doute largement effacés par les activités de constructions postérieures, et ensuite le « secteur sud », où aucun signe de fréquentation au MR II n’a été reconnu mais où une entreprise de construction homogène et d’envergure est engagée, peut-être dès la phase MR IIIA1, très certainement au début du MR IIIA2253.

  • 254 Réexaminant les plans dessinés lors des anciennes fouilles dans ce secteur, O. Palio note l’existe (...)
  • 255 Il reconnaît en effet tant des caractéristiques très proches, mais non identiques, à la céramique (...)
  • 256 On a déjà dit par ailleurs que des analyses archéomagnétiques réalisées sur la céramique de style (...)

209Dans le « secteur nord », à l’emplacement de la Maison du Chaudron Tripode et de la Maison des Sphères en Argile (Casa delle Sfere Fittili) situées directement au sud-ouest de la Muraille en Dents de Scie (Puglisi 2003 : fig. 9), O. Palio a suggéré une reconstruction et une réinstallation dans la Maison des Sphères en Argile qui suivent rapidement la destruction de la ville à la fin du MR IB. Sur la base d’une étude architecturale, il place cette activité aux MR II-IIIA1, qui s’achève par un abandon de l’édifice au MR IIIA1 – vidé auparavant de ses biens par ses occupants puisque aucun dépôt clair de mobilier céramique MR II-IIIA1 n’est en rapporté (Palio 2002 : spéc. 128-129)254. A l’est de cette habitation, sous les niveaux MR IIIA2 de la Maison des Pièces Ajoutées Progressivement (Casa dei Vani Aggiunti Progressivamente ou VAP), la céramique abondante récoltée correspond essentiellement à la fin de la phase MR IA et au MR IB, mais de la poterie de styles MR II et MR IIIA est également reconnue (La Rosa 1997 : 251, fig. 3 ; D’Agata 1999a : fig. 1, n° 1-5). Plutôt qu’un simple remblai préalable à l’édification de la Maison des Pièces Ajoutées Progressivement, D. Puglisi a suggéré d’y voir la survivance de niveaux d’occupation intermédiaires – intervenus entre la destruction MR IB de la Villa Royale et les grands travaux du MR IIIA2 – très perturbés par des activités modernes (Puglisi 2003 : 174-175). Un peu plus au sud-ouest, à l’endroit de l’Edifice Cyclopéen néo-palatial (Edificio Cyclopico) – détruit au MR IA et inoccupé au MR IB –, une habitation est aménagée au MR IIIA1 qui suit les orientations des murs antérieurs de l’Edifice Cyclopéen : la Maison de la Pièce avec une Auge (Casa del Vano con Gourna) (La Rosa 1997 : 253, fig. 5). Une quantité importante de vaisselle de cuisine y découverte, prise dans un dépôt d’incendie. Ce dernier, vraisemblablement isolé, provoque l’abandon de la maison, apparemment au MR IIIA1 (Cucuzza 2003 : 217). Dans le même « secteur nord », mais au nord de la Muraille cette fois, D. Puglisi a suggéré de reconnaître une occupation liée à des installations architecturales qui correspondent au tout début de la phase MR II, c’est-à-dire qui intervient à un moment très peu éloigné dans le temps de la destruction majeure de la ville à la fin du MR IB (Puglisi 2003 : 179-180). En effet, sous le sol de la salle D de l’Edifice Ouest, construit au MR IIIA2, se trouvait un dépôt de céramique de style MR IB/MR II que D. Puglisi tend à identifier comme une production postérieure à la destruction majeure de la ville255. De plus, arguments stratigraphiques à l’appui, il propose de lier ce contexte à une structure architecturale importante et de qualité, sise directement à l’ouest de ce contexte archéologique. Cette structure est composée de trois petites pièces en enfilade – d’orientation différente par rapport à l’Edifice Ouest postérieur. Elle était habituellement liée à une phase directement antérieure à la construction de l’Edifice Ouest, au tout début du MR IIIA2 (La Rosa 1997 : 540, pl. II). D. Puglisi reste prudent quant à affirmer qu’il s’agisse bel et bien d’une initiative de la population d’Aghia Triada qui revient rapidement et énergiquement sur les ruines de sa ville, sur la seule base de considérations stylistiques de la poterie retrouvée (Puglisi 2003 : 180)256. Cependant, sur les derniers plans publiés, cette structure est identifiée comme MR II (consulter le plan séparé publié dans Creta Antica, 4 [2003]). Un peu plus à l’est, à l’entrée de L’Edifice P et à l’endroit du corridor est de la Maison des Pièces Décapitées (Casa delle Camere Decapitale), de la poterie qualifiée de MR II et MR IIIA1 par A. L. D’Agata a été collectée (D’Agata 1999a : 190s., fig. 1 : 1, 3-11). Quelques structures architecturales toutes proches, identifiées sous l’installation postérieure de la Maison des Pièces Décapitées, ont été liées à la phase MR IIIA1 (Cucuzza 2003 : fig. 3).

  • 257 Sa construction suit l’alignement des structures de l’ancien Edifice Cyclopéen situé plus au sud, (...)
  • 258 Les remblais nécessaires à son édification étaient composés de céramique MR IIIA2 mêlée à beaucoup (...)

210Sans doute un peu après ces installations MR II-IIIA1 ou MR IIIA1 évoquées jusqu’ici, mais avant l’engagement du grand programme de constructions de l’Agora, un édifice plutôt monumental est élevé dans cette même zone : la Maison des Pièces Décapitées (La Rosa 1997 : 255, fig. 7). Il s’agit d’un bâtiment robuste formé de deux ailes agencées en T et composées chacune de trois pièces alignées qui, toutes, longent un couloir en forme de L257. L’aile nord s’étend sous les fondations de l’Edifice P postérieur et l’aile sud occupe une partie de la zone qui sera plus tard utilisée comme espace libre de l’Agora. Les derniers travaux suggèrent de situer cette construction au sein de la phase MR IIIA2 (Cucuzza 2003 : 217, fig. 2-3)258. Il est très probable que cet édifice, qui semble plus important qu’une simple maison privée, ait été construit en même temps qu’un autre bâtiment imposant composé de trois pièces en enfilade et qui est repéré sous les niveaux de l’Edifice N-O postérieur (La Rosa 1997 : 255 ; Cucuzza 2003 : fig. 2). Tout comme la Maison des Pièces Décapitées, ce bâtiment semble avoir eu une durée de vie très brève (cf. ci-dessous, Aux MR IIIA2-MR IIIB). A cette phase d’occupation du site au début du MR IIIA2 pourrait également correspondre une réutilisation de la pièce E de l’ancienne Maison au Chaudron Tripode, où deux supports tubulaires à serpents ont été retrouvés in situ, suggérant des activités d’ordre cultuel (D’Agata 1987 ; Militello 2006 : 187). Enfin, une portion de route d’environ 3,50m de large est mise au jour sur au moins 7m à partir de l’angle nord-est de ce « secteur nord ». Elle est reliée à la phase MR IIIA1 ou au début de la phase MR IIIA2 (La Rosa 1997 : 254-255, fig. 6). Cette voie devait très probablement être en relation avec la Maison des Pièces Décapitées, voisine, et il est vraisemblable qu’elle menait, depuis le secteur de l’habitat, vers la nécropole située à quelques dizaines de mètres plus à l’est, où des activités liées à la phase MR IIIA1 et au du début de la phase MR IIIA2 sont attestées. L’occupation d’Aghia Triada aux lendemains de la destruction de la fin du MR IB semble donc assez rapide et apparaît surtout plus élargie et complexe que ce que le laissaient voir les anciennes fouilles, et loin de se limiter aux trois constructions plus célèbres qui composent le « secteur sud » et que l’on aborde directement.

  • 259 Les tessons d’un alabastron de type trapu ont cependant été trouvés dans une fosse qui se trouvait (...)
  • 260 N. Cucuzza a défendu qu’il s’agissait d’un trône, à l’instar de celui de la Salle du Trône de Knos (...)
  • 261 Les tessons les plus tardifs utilisés dans la construction du mur nord du Sanctuaire H sont MR IB (...)
  • 262 Quelques tessons MR IIIA1/IIIA2 ont été trouvés dans la tranchée de fondation de la Stoa (La Rosa (...)
  • 263 H. Whittaker souligne que l’usage structurel du polythyron dans le cas du Sanctuaire H ne se confo (...)

211Le « secteur sud » est celui de l’ancienne Villa Royale, articulée en L autour d’un large espace ouvert, fermé à l’est, au MR IB, par la construction de la Maison Est (Casa Est). Aucune trace d’une fréquentation MR II qui suit la destruction de la villa n’a été repérée259. Par la suite, trois imposantes structures sont édifiées sur les ruines de la villa et de la maison néo-palatiales : le Bâtiment ABCD, appelé Mégaron ABCD, et la Stoa FG sur l’aile nord de la villa, le Sanctuaire H dans la partie sud de la Maison Est. Le Mégaron ABCD est un imposant bâtiment de plan rectangulaire, construit en pierres de taille et composé vraisemblablement de quatre pièces successives. La stoa FG est une galerie longue d’une vingtaine de mètres sur une profondeur de 5m, bordée au sud par une colonnade composée de sept supports (Hayden 1982 : 1-2, fig. 2-3). Le Sanctuaire H, dans son premier état, est composé de deux pièces en enfilade ; l’accès à la deuxième pièce est formé par un polythyron à deux accès (Cucuzza 2003 : fig. 4). Cette seconde pièce est couverte d’un sol stuqué peint d’un octopus et de dauphins (Militello 2006 : fig. 2). Elle est munie d’une banquette en pierre qui court tout le long du mur du fond (mur est), tandis qu’un autel ou un trône, probablement en pierre, avait été disposé contre le mur sud, à droite de l’entrée de la pièce260. Un incendie a ravagé le Sanctuaire H, qui a détruit entre autres son sol peint, mais l’édifice a continué d’être utilisé. Ces trois bâtiments s’articulent autour d’un espace ouvert, la Place des Sanctuaires, bordée à l’ouest par un autre petit portique, le Kiosque E (Chiosco E), construit contre le mur sud du Mégaron. N. Cucuzza a suggéré que ces trois édifices faisaient partie d’un programme de construction homogène, mais probablement développé en deux temps, d’abord la construction du Mégaron et du Sanctuaire, ensuite l’édification de la Stoa, le repavement de la cour et l’installation du Kiosque E contre la façade sud du Mégaron (Cucuzza 2001 : 169-171). La première étape a du prendre place au cours du MR IIIA1261, la seconde, au début du MR IIIA2262. Un argument de poids qui incite à situer les premières activités architecturales du « secteur sud » à un moment pas trop éloigné de la fin de la période néo-palatiale – grosso modo un intervalle d’une génération entre la destruction et la reconstruction (Cucuzza 2001 : 171) – est le fait que ces structures sont édifiées au-dessus des ruines monumentales de la villa, un exercice fastidieux, alors qu’une aire libre est disponible plus au sud. Il est très probable qu’un lien fort avec le passé minoen est recherché dans une telle initiative. D’autres éléments appuient ce lien entre ces nouvelles constructions et le passé minoen, comme la mise en place d’une sorte de polythyron dans le Sanctuaire H (Hayden 1981 : 54 ; Whittaker 1997 : 47-48, 184-185 ; Cucuzza 2001 : pl. XLVb)263, la fresque d’inspiration marine qui couvrait son premier sol (Militello 1998 : 148-154, 167, 321-335, fig. 38), ou encore les deux marques de maçon en forme de double hache gravées dans deux des dalles placées devant le Mégaron lors de la réfection de la cour (Cucuzza 2003 : 209, n. 57 ; Burke 2005 : 410).

  • 264 Tout récemment, S. Privitera a réexaminé les notes des anciennes fouilles et suggéré que les endui (...)
  • 265 Je remercie vivement N. Cucuzza d’avoir attiré mon attention sur ce point. Ce fragment porte la re (...)

212Par ailleurs, des trouvailles isolées permettent, indirectement, de suggérer une occupation précoce et florissante d’Aghia Triada, peut-être particulièrement du « secteur sud ». Il s’agit de nombreux fragments de fresques mis au jour lors des anciennes fouilles, dont la localisation d’origine mais aussi le lieu de découverte sont encore sujets à discussion. La majorité de ces enduits peints provient d’une (ou plusieurs ?) fosse(s) fouillée(s) au début du 20e s. dans le « secteur nord », directement au sud de la Muraille en Dents de Scie, dans le secteur nord-est de la Maison des Pièces Ajoutées Progressivement (pièce A : Militello 1998 : 81-85, 132-148, fig. 2-23 ; ou pièce B : Puglisi 2007 : 182, 184 ; ou pièces A et B : Privitera 2008). Un ensemble cohérent de fragments présente des caractères stylistiques plus volontiers reliés au MR II/IIIA1 ; il s’agit de la fresque de la Petite Procession (Piccola Processione) (Militello 1998 : 142-148, 309-320 ; Militello 2006 : 190-191, fig. 3 ; le lieu de découverte de ces fragments est toujours problématique). Un autre ensemble cohérent se compose d’au moins deux panneaux décoratifs : la fresque de la Grande Procession (Grande Processione) et celle de la Femme à côté de l’Autel (Donna con Altare). Elles sont attribuées – toujours d’un point de vue stylistique – à la phase MR IIIA1, ou au début du MR IIIA2, tout comme le reste des enduits peints qui avaient été jetés dans la fosse (Grande Procession/Femme à côté de l’Autel : Militello 1998 : 61, 132-133, 139, 303-305 ; Militello 2006 : 193, fig. 7, 8 ; autres fragments : Militello 1998 : 187-188, 303-305 ; Militello 2006 : 194, 196, fig. 9). L’examen, complexe, des données stratigraphiques consignées par les anciens fouilleurs semble confirmer un terminus ante quem au MR IIIA2 pour le comblement de cette fosse, scellée par la construction de la Maison des Pièces Ajoutées Progressivement (Puglisi 2007 : 182, 184, commentaire personnel ; contra Privitera 2008)264. L’identification d’un programme décoratif attribué à la période MR IIIA1/début IIIA2 appelle à considérer l’édification de structures importantes à Aghia Triada dès cette époque, qui ne remplissaient sans doute pas que des fonctions résidentielles, mais étaient essentiellement destinées à des activités publiques et/ou de nature cultuelle. L’homogénéité stylistique et des dimensions des deux panneaux précités suggère qu’ils aient, avec d’autres, décoré une salle unique, ou des espaces intimement liés (Militello 2006 : 194). Un élément non accessoire est qu’au moins un fragment d’enduit peint qui appartient manifestement au même ensemble décoratif a été découvert près de la Stoa FG du « secteur sud »265. Il est dès lors concevable que ces fresques décoraient à l’origine ce bâtiment ou le Mégaron ABCD adjacent, situés à plus de 60m au sud-ouest de la fosse (Burke 2005 : 412 et n. 41). Si cette hypothèse s’avère correcte, elle confirmerait le point focal que constitue l’imposante aile nord de la Place des Sanctuaires au MR IIIA1/début IIIA2.

  • 266 Des bases en pierre dans lesquelles sont fixées de grandes double haches sont figurées sur un des (...)
  • 267 G. Gesell (Gesell 1985 : 46) a toutefois soutenu que les activités cultuelles qui se tenaient sur (...)

213Quelques données supplémentaires peuvent éclairer la fonction de ce complexe articulé autour d’une cour et dont la monumentalité suggère a priori une visée essentiellement publique. Il est très probable que l’accès à la cour par les Escaliers Est – qui longent la Stoa à l’est et ne constituent sans doute à cette époque qu’un simple plan incliné – et, dans leur prolongement, la rue pavée MR I qui continue vers le sud en longeant la cour, en direction du nouveau Sanctuaire H, aient été maintenus (Cucuzza 2001 : 172, Cucuzza 2003, fig. 2). On peut imaginer que la Place Inférieure, qui était à l’époque néo-palatiale en relation directe avec les Escaliers Est menant à la Place des Sanctuaires, est elle aussi réaménagée et réutilisée (Hayden 1982 : 2). Probablement au MR IIIA1 ou au début du MR IIIA2, l’angle nord-est de la Place des Sanctuaires, où aboutit le plan incliné, est élargi et une nouvelle voie d’accès est encore aménagée, d’orientation N-E/S-O (Cucuzza 2001 : 172 ; voir le plan séparé dans Creta Antica, 4 [2003]). Cette dernière s’oriente tout droit vers la zone de la nécropole au nord-est (Cucuzza 2003 : fig. 1). En outre, de nombreuses bases en pierre destinées peut-être à maintenir des doubles haches monumentales sont retrouvées dans les environs de la cour ; une contemporanéité de celles-ci avec les activités qui avaient lieu dans la cour au MR IIIA est suggérée (D’Agata 1999c : 222, n. 618, 228 ; Cucuzza 2001 : 172 ; Cucuzza 2003 : 211, fig. 6)266. Dès lors, il apparaît clair que cet ensemble architectural était notamment affecté à des célébrations et des cérémonies qui devaient avoir lieu tant dans la cour – où elles étaient suivies depuis les portiques (Kiosque E et Stoa FG) – qu’à l’intérieur du Mégaron et du Sanctuaire H. Le tout était connecté par l’aménagement de voies de circulation qui répondent à l’organisation de processions, y compris la nouvelle route qui débouche à l’angle nord-est de la cour. Ces activités à caractère cultuel peuvent certainement être considérées dans la continuité de ce qui devait se passer au même endroit à l’époque néo-palatiale, dans un espace qui constitue un des pôles religieux et politiques de la ville (cette idée est développée dans La Rosa 1997 : 263 ; Cucuzza 2001 : 172-173 ; Cucuzza 2003 : 204-222, spéc. 220 ; Militello 2006)267. Ce lien palpable avec le passé qui caractérise l’occupation générale d’Aghia Triada aux MR II-début MR IIIA2 est aussi illustré par les coutumes funéraires pratiquées à cette époque précise à Aghia Triada.

Tombes

214Une nécropole est établie dès l’époque pré-palatiale à quelques dizaines de mètres du centre habité. Une chaussée aménagée au MR IIIA1 qui quitte l’habitat du « secteur nord » par le nord-est devait, on l’a dit, relier cette nécropole pour peut-être, in fine, rejoindre Phaistos. La réutilisation de cette zone funéraire se confine, à une exception près, à la période du MR II-IIIA1 et au début du MR IIIA2. Il s’agit surtout de réoccupations de tombes anciennes, mais aussi d’une nouvelle installation.

  • 268 L’autre tombe à tholos (A) d’Aghia Triada utilisée au cours de la période MA I-MM IA n’a vraisembl (...)
  • 269 Il a été suggéré que les scènes représentées sur cette larnax (sacrifice, procession, chars) pourr (...)

215Une première réutilisation funéraire est celle de la tholos B qui avait été utilisée au cours des phases MA II-MM IB (La Rosa 1994 : 75 ; voir le plan séparé dans Creta Antica, 4 [2003])268. Le matériel découvert à l’intérieur de cette tombe qui correspond à des enterrements MR IIIA consiste en deux larnax, un alabastron, une petite flasque et un col d’amphore, deux vases en pierre en forme de nid d’oiseau et un fragment d’un peigne en ivoire (Cucuzza 2002 : 135-136 et n. 11). La décoration en relief d’un bouclier en forme de huit sur le col de l’amphore peut suggérer une offrande de style MR II ; le reste de la céramique correspond vraisemblablement aux phases MR IIIA1 et début MR IIIA2 (Cucuzza 2002 : 136, 140 ; Preston 2004a : 334, n. 59, parle de poterie MR IIIA1 et MR IIIA2 ; Kanta 1980 : 104, de céramique MR IIIA ; cette poterie est illustrée en Paribeni 1904 : 677-691). La Tombe du Sarcophage Peint (Tomba del Sarcofago Dipinto) est construite au sud-est de la tombe à tholos B, au cours du MR IIIA1 ou au début du MR IIIA2 (Paribeni 1904 : 713-719 ; Cucuzza 2002 : fig. 3 ; pour la datation de la construction de cette tombe : La Rosa 1999, La Rosa 2000a, La Rosa 2000b, contra Privitera 2008 : 131-132 ; Kanta 1980 : 104 l’avait datée de la phase MR IIIA1). Il s’agit d’une tombe à chambre de plan quadrangulaire cernée de murs épais et munie d’un petit dromos. Dans cette tombe avait été déposée la célèbre larnax en pierre peinte (Long 1974 ; Burke 2005). Une fosse creusée dans le sol de la chambre accueillait une autre larnax, en terre cuite (Cucuzza 2002 : 136-137). Le mobilier funéraire conservé est maigre : une tasse en pierre, une statuette féminine en argile, deux rasoirs, une sorte d’assiette en céramique et un sceau gravé de la représentation d’un sphinx (D’Agata 1999c : 23, 28, pl. VIII [A17] ; La Rosa 2000b : 89 ; Cucuzza 2002 : 137). V. La Rosa a récemment suggéré que le mobilier funéraire ainsi que les restes des défunts initialement déposés dans cette tombe au MR IIIA1 ou au début du MR IIIA2 ont été redéposés dans la Tombe des Objets en Or (Tomba degli Ori) – un complexe monumental construit et utilisé durant l’époque néo-palatiale et situé juste au sud de la Tombe du Sarcophage Peint (La Rosa 2000b ; pour la fouille de la Tombe des Objets en Or : La Rosa 1998 : 121-136). En effet, les restes d’inhumations secondaires y ont été trouvés, accompagnés de plusieurs riches offrandes, dont un scarabée de la reine Tiyi, l’épouse d’Aménophis III (La Rosa 2000b), quatre poignards en bronze dont l’un est muni de clous en or, une tête de singe en albâtre, une statuette féminine en argile, des fragments et des perles de colliers en or et en pierres de différentes natures et des coupelles coniques. Rien n’exclut que ce mobilier appartienne à la période MR IIIA1-début MR IIIA2 – contemporaine du règne d’Aménophis III – et donc pouvait accompagner le(s) défunt(s) enterré(s) dans la larnax en pierre peinte (Cucuzza 2002 : 137 ; Cucuzza 2003 : 242, pour les armes en bronze)269.

216Le nombre d’individus enterrés dans cette petite nécropole au cours des phases MR IIIA1-début MR IIIA2 et qui ont été retrouvés est limité à une dizaine de personnes (Cucuzza 2003 : 223, 258).

  • 270 Durant le mois de septembre 2007, N. Cucuzza a réexaminé le matériel céramique associé au Complexe (...)
  • 271 N. Cucuzza a réexaminé les rapports des anciennes fouilles de la Tombe des Objets en Or et soulign (...)

217On ajoutera que le Complexe Funéraire de la Masse de Brèche (Complesso della Mazza di Breccia), installé directement au sud des tombes et à l’est du complexe de la Tombe des Objets en Or, est essentiellement utilisé au cours du MR IB (Puglisi 2003 : 185-188), mais la plateforme v-v’ qui se trouve à son extrémité orientale a été construite au cours de la phase MR II (Touchais 1996 : 1334, fig. 289)270. Cette plateforme a été mise en relation avec des cérémonies qui semblent avoir eu lieu dans cette zone, suggérées par la présence aux alentours de céramique à boire, bien que celle-ci soit essentiellement liée au début de la phase MR IIIA2 : nombreux fragments de tasses, kylix et coupes à champagne, ainsi que de cratères amphoroïdes (Cucuzza 2003 : 204, n. 32, 224, fig. 8-9, 241). De telles activités cérémonielles et cultuelles en l’honneur des défunts seraient en forte continuité avec les activités qui avaient lieu dans ce secteur à l’époque néo-palatiale. En effet, D. Puglisi a suggéré que la Tombe des Objets en Or, complexe architectural d’envergure dans lequel a été retrouvé beaucoup d’os humains, pourrait être le lieu privilégié de dépôts funéraires, peut-être secondaires, et d’activités cultuelles de commémoration en l’honneur de ces défunts (Puglisi 2003 : 187-188)271. L’enterrement secondaire à cet endroit des défunts de la Tombe du Sarcophage Peint pourrait ainsi n’être que la poursuite d’un culte antérieur.

Mobilier
  • 272 A. L. D’Agata a surtout étudié la céramique qui provient des fouilles récentes, essentiellement de (...)
  • 273 A. Kanta a insisté sur la quantité importante de céramique MR II et MR IIIA1 diagnostique qu’elle (...)

218Selon les archéologues d’Aghia Triada, l’existence d’une production de céramique sur le site après le MR IB n’est pas encore évidente (Cucuzza 2003 : 228). Deux articles de A. L. D’Agata présentent les résultats préliminaires de l’étude de la céramique MR II-début IIIA2 collectée sur le site, mais ne concernent que la poterie découverte dans le « secteur nord » (D’Agata 1999a et D’Agata 1999b)272. En attendant la publication définitive de cette céramique, les données partielles ici présentées ne peuvent qu’assez peu éclairer les caractères du matériel céramique qui caractérise l’occupation MR II-début MR IIIA2 d’Aghia Triada, particulièrement en ce qui concerne les nouveaux aménagements monumentaux dans le « secteur sud »273.

  • 274 A. L. d’Agata souligne le cas particulier et inverse du site voisin de Kommos où une production en (...)
  • 275 Toutefois, J. B. Rutter a déjà indiqué – sur la base de commentaires des archéologues d’Aghia Tria (...)

219La céramique de style MR II représente un ensemble assez uniforme mais dont le répertoire est limité. Les deux formes en céramique fine reconnues sont la kylix à lèvre saillante (D’Agata 1999a : 193, fig. 1 [n° 1-5]) et la tasse globulaire à lèvre saillante (D’Agata 1999b : 193, fig. 1 [n° 6-7] : diam. 13-15cm). La présence de la jarre piriforme décorée dans le « Style du Palais » MR II est également attestée (D’Agata 1999a : 193, D’Agata 1999b : 49). La palette de formes MR IIIA1 n’est pas beaucoup plus large mais constitue un ensemble plus important qui témoigne d’une production de haute qualité technique (D’Agata 1999a : 193, D’Agata 1999b : 49). La kylix, de dimensions variées (D’Agata 1999a : 193, fig. 1 [n° 13-20]), et la tasse globulaire (D’Agata 1999a : 193, fig. 1 [n° 9-11]) à la lèvre saillante demeurent les deux formes prédominantes en céramique fine. La kylix n’est généralement pas décoré mais engobé ; sa surface lustrée l’apparente à la vaisselle en métal. La céramique qui est associée au début de la phase MR IIIA2 est dans la continuité des productions MR IIIA1, mais trois éléments neufs apparaissent, technique, typologique et décoratif. En effet, A. L. D’Agata pointe une simplification technique, avec la production, parallèlement à la tasse à courte lèvre saillante, de la tasse globulaire à bord droit (D’Agata 1999a : 194, fig. 1 [n° 21-23]), l’apparition en masse de la coupe à champagne (D’Agata 1999a : 194, fig. 1 [n° 24]) et l’emploi de la décoration peinte sur les tasses globulaires et les kylix, surtout de nature linéaire sur ces dernières. Selon cette spécialiste, la poterie d’Aghia Triada présente une uniformité importante avec les productions contemporaines des autres centres crétois et qui dépendent des réalisations des ateliers palatiaux de Knossos (D’Agata 1999a : 194, D’Agata 1999b : 50). Elle ne reconnaît ainsi aucun signe d’un style local pour cette époque, par lequel on pourrait soutenir l’existence d’une production originale sur le site274. Toutefois, D. Puglisi a suggéré l’existence d’une céramique dans la continuité de la tradition MR IB à Aghia Triada, mais qui présente déjà des éléments reconnus comme typiques de la phase MR II (Puglisi 2003 : 178-180, fig. 20-25) ; il précise que cette céramique est postérieure à la destruction majeure du site au MR IB (D. Puglisi, commentaire personnel). En ce qui concerne l’importation éventuelle de céramique à Aghia Triada à cette période, on devra attendre la publication définitive275.

  • 276 P. Militello a suggéré de voir cette reprise de symboles néo-palatiaux comme une tentative de la p (...)

220Un atelier de peintres a opéré à Aghia Triada, vu les fragments de fresques découverts et la larnax peinte. Celui-ci semble avoir été actif dès le MR II ou MR IIIA1 et au moins dès début de la phase MR IIIA2 (Militello 1998 : spéc. 77-88, 341-342). La ressemblance stylistique et technique entre les fresques – notamment la fresque de la Grande Procession – et le programme décoratif peint sur le sarcophage en calcaire a été soulignée (Immerwahr 1990 : 101-102 ; Militello 1998 : 283-308 ; Burke 2005 : 412, n. 41 ; voir cependant Militello 1998 : 303, 305 qui souligne le caractère dérivé du style du décor de la larnax). L’iconographie de la décoration figurée foisonnante et complexe peinte sur cette larnax a donné lieu à plusieurs études (Long 1974 ; Watrous 1991 : 290-291 ; Hiller 1999 ; Burke 2005). Toute une symbolique est inspirée de l’époque néo-palatiale, notamment la représentation de la corne de consécration et la double hache276. Une influence égyptienne a également été reconnue dans certaines scènes (Watrous 1991 : 290-291 ; Hiller 1999), et même, la matérialisation d’une idéologie d’origine mycénienne (Burke 2005).

  • 277 D’autres de ces supports tubulaires à serpents ont été découverts dans le « secteur nord » de la v (...)

221Sept supports tubulaires à serpents entiers ou en fragments ont été trouvés dans le Sanctuaire H (Banti 1941-1943 : 28-40, fig. 19 ; Gesell 1976 : 250, 256 ; Gesell 1985 : 41-42s., cat. 15, pl. 12 ; Whittaker 1997 : 184-185 ; Cucuzza 2003 : 211, fig. 5)277. Ils auraient été retrouvés sur chacun des trois sols remaniés de ce sanctuaire, vraisemblablement au cours des phases MR IIIA1-MR IIIB ; certains, dès lors, pourraient appartenir à la phase MR IIIA1 ou au début du MR IIIA2 (Cucuzza 2003 : 211).

Aux MR IIIA2 et MR IIIB

Habitat

222La phase MR IIIA2 « mature » est celle d’un développement architectural remarquable à Aghia Triada, de la mise en place d’un programme de constructions monumentales, dans tout le « secteur nord ». Il s’agit d’une réorganisation totale du secteur, complètement différente des aménagements néo-palatiaux antérieurs (comparer les plans en Puglisi 2003 : pl. I et Cucuzza 2003 : fig. 2). Ces constructions sont parfois évoquées sous le terme Agora.

  • 278 Ceci m’a été confirmé par N. Cucuzza, selon qui une telle destruction ne concerne pas non plus Pha (...)
  • 279 Je remercie N. Cucuzza d’avoir attiré mon attention sur ces points.
  • 280 N. Cucuzza a suggéré d’interpréter ce possible déplacement et enterrement délibérés d’anciennes fr (...)

223Il n’existe, dans l’état actuel des connaissances, aucun signe clair d’une destruction ou événement catastrophique à Aghia Triada au début de la phase MR IIIA2 qui aurait endommagé l’habitat et proprement nécessité sa restructuration importante, présentée ci-dessous278. Toutefois, deux éléments peuvent être mis en parallèle avec cette transition abrupte dans l’occupation du site279. Premièrement, la fosse comblée de fragments de fresques, qui semblent constituer un ensemble décoratif cohérent, paraît traduire un acte particulier. En effet, l’état des fragments suggère que la décoration pariétale était encore en bonne condition lors de son arrachement (Militello 1998 : 85 ; Militello 2006 : 193) et les morceaux d’enduits peints ont été soigneusement déposés dans cette fosse, peut-être relativement éloignée du lieu d’origine. Il n’est pas inopportun de penser qu’il s’agit d’une initiative délibérée, qui déprécie un programme iconographique précis dans une volonté de changement et dans le cadre particulier d’un espace communautaire, puisque ces fresques décoraient sans doute des espaces de rassemblement et de processions, peut-être les murs de la Stoa FG et/ou du Mégaron ABCD (Cucuzza 2003 : 232 ; contra Privitera 2008)280. Deuxièmement, V. La Rosa a proposé de voir des ossements et des offrandes funéraires découverts dans la Tombe des Objets en Or comme le déplacement d’enterrements qui avaient eu lieu auparavant dans la Tombe du Sarcophage Peint, au MR IIIA1 ou au début du MR IIIA2. Il identifie cet acte comme une réelle damnatio memoriae, en défaveur des individus qui avaient été enterrés dans cette dernière tombe (La Rosa 1999, La Rosa 2000b). Ces deux initiatives ont eu lieu au MR IIIA2 ; elles ont été attribuées à un changement brutal de la gouvernance à la tête d’Aghia Triada, nouvelle gouvernance qui est en outre tenue comme l’investigatrice du programme de monumentalisation architecturale du « secteur nord » (Cucuzza 2003 : 232). Il faut néanmoins ajouter que l’interprétation de D. Puglisi de l’ensemble néo-palatial du Complexe de la Masse de Brèche et de la Tombe des Objets en Or comme le lieu de cérémonies funéraires et cultuelles particulières suggère une lecture inverse : non pas le dépouillage d’une tombe dispersée ensuite quelques mètres plus loin d’une manière quelconque, mais son déménagement délibéré au sein d’un édifice (en ruines) qui « conserve la mémoire fraîche des morts qui l’avaient occupé précédemment », à l’époque néo-palatiale (Puglisi 2003 : 188).

  • 281 On notera que le plan de la Maison des Pièces Décapitées, antérieure, était similaire.

224Le programme architectural consiste en la construction d’une gigantesque stoa composée de huit magasins et devancée par un portique où alternent piliers et colonnes, d’une part, et de l’Edifice N-O et de l’Edifice P, d’autre part, qui enserrent, respectivement à l’est et au nord, un grand espace ouvert, de forme plus ou moins trapézoïdale (La Rosa 1997 : fig. 12 ; Cucuzza 1997 : fig. 1-6 ; Cucuzza 2003 : fig. 2 et 3). A l’angle nord-est, entre ces deux « ailes » de constructions, la chaussée aménagée au MR IIIA1 reste en place (La Rosa 1997 : 258-259). La moitié nord de cette grande place ou cour recouvre totalement l’ancienne Maison des Pièces Décapitées – d’où son nom – qui a pourtant été construite peu de temps auparavant, en tous cas pendant la phase MR IIIA2, et qui est subitement arasée, pour le développement de ce programme architectural d’envergure, au MR IIIA2 également (des tessons de céramique MR IIIA2 proviennent des tranchées de fondation de l’Edifice P : La Rosa 1997 : 258, fig. 10-11). Après les actes probables de damnatio memoriae perpétrés dans la nécropole et dans le « secteur sud », il s’agit peut-être d’un autre acte brutal et délibéré d’annihilation. Cette partie nord de la cour est bordée à l’ouest par l’Edifice Ouest, qui fait certainement partie du même programme de construction. Le plan de l’Edifice N-O – et peut-être de l’Edifice Ouest – est constitué de deux corps de bâtiments composés chacun de trois pièces en enfilade qui s’articulent autour d’un couloir en L (Cucuzza 2003 : fig. 2)281. N. Cucuzza a suggéré que les Edifices N-O et P composaient un même corps de bâtiment, plus ou moins carré de 22m de côté, qu’il rapproche du type architectural mycénien de la « Korridorhaus » (Cucuzza 1997 : 79 ; cette référence à la « Korridorhaus » mycénienne a déjà été discutée, cf. ci-dessus, 2.2.5. Plati). La moitié méridionale de cette place est limitée à l’ouest par la construction, contemporaine, de la Maison des Pièces Ajoutées Progressivement, qui bute au nord contre la Muraille en Dents de Scie, toujours en place (Cucuzza 2003 : 218, fig. 7). Cette maison se superpose à des niveaux MR II-IIIA1 qui, comme on l’a montré plus haut, sont peu conservés ; sa fondation pourrait en être une des raisons. Directement au sud de cette maison, une grande enceinte (W) est construite, qui longe la place à l’ouest. À cette hauteur de l’Agora, l’aménagement de la place recouvre complètement l’Edifice Cyclopéen, qui avait été restauré en partie au MR IIIA1 pour devenir la Maison de la Pièce avec une Auge (La Rosa 1997 : fig. 12). Le robuste Bastion MR IB est en partie restauré et reconstruit, mais aussi agrandi de manière importante vers l’est (Puglisi 2003 : 167-168 ; Cucuzza 2003 : 219). Il clôt au sud le secteur de l’Agora (Cucuzza 2003 : fig. 2). Un grand escalier en pierre permettait, depuis la cour de l’Agora, de rejoindre le niveau supérieur du Bastion. N. Cucuzza suggère une connexion entre cet étage supérieur – peut-être une sorte de terrasse qui donne un accès visuel vers l’Agora, au nord, et la Place Inférieure, au sud – et le premier étage de la stoa (Cucuzza 2003 : 219). En effet, la stoa était dotée d’un second portique et de pièces à l’étage supérieur, comme le suggère l’identification d’une cage d’escalier à l’extrémité nord de cet édifice (Hayden 1982 : 4, fig. 5 ; Cucuzza 2003 : 219, fig. 7). Un accès à l’Agora devait être possible depuis son angle sud-ouest où une voie de circulation qui longe les côtés nord et ouest du Bastion a certainement été aménagée et unissait dès lors l’Agora avec la zone de la Place Inférieure et le plan incliné qui mène à la Place des Sanctuaires du « secteur sud » (Cucuzza 2003 : 218, fig. 1A).

  • 282 Une kylix MR IIIB provient de la pièce D de cette maison (La Rosa 1997 : 264, fig. 20).

225Au MR IIIB, l’ensemble du complexe continue d’être utilisé (La Rosa 1997 : 259, fig. 13-16, couche VI de la Stoa) et quelques activités limitées de constructions ont encore lieu : l’agrandissement de la Maison des Pièces Ajoutées Progressivement282 et l’édification des structures Q, R et S à l’est de l’Edifice P, qui ferment désormais l’entrée de l’Agora à laquelle menait la chaussée nord-est (Cucuzza 2003 : 242-243, fig. 2). L’accès à l’espace public semble donc restreint au MR IIIB. L’étude de la céramique ramassée sur le site suggère un abandon de ce complexe monumental à un stade avancé du MR IIIB (La Rosa 1997 : 264).

  • 283 G. Gesell avait suggéré que ces deux sanctuaires (sanctuaire en plein air et Sanctuaire H) avaient (...)

226La fréquentation du « secteur sud » et de ses trois édifices articulés autour de la Place des Sanctuaires ne s’interrompt pas et continue à travers les phases MR IIIA2 et MR IIIB, mais peu de précisions en ont été données dans les publications. On peut relever les activités cultuelles liées à l’utilisation de supports tubulaires à serpents dans le sanctuaire H, associés entre autres à des coupelles coniques qui avaient été déposées à l’envers sur une banquette en pierre (Banti 1941-1943 : 28-40 ; Gesell 1976 ; Gesell 1985 : 41, cat. 15, pl. 12 ; Whittaker 1997 : 184-185 ; Cucuzza 2003 : 211, fig. 5). Les activités d’ordre cultuel et sacrificiel qui prennent place, en plein-air, dans l’angle nord-est de la Place des Sanctuaires autour d’un autel en pierre et qui sont associées à de nombreuses figurines humaines et animales, particulièrement des taureaux, et autres modèles en terre cuite peints de cornes de consécration et double haches, avaient dans un premier temps été présentées comme des activités MR IIIB qui se poursuivaient au MR IIIC (Gesell 1985 : 46, cat. 17, plan 6, pl. 35, 79, 88, 109 et, déjà : Kanta 1980 : 103, fig. 38-39). Ces activités sont désormais le plus souvent attribuées à la phase MR IIIC et aux périodes suivantes (D’Agata 1997 ; D’Agata 1998 ; Prent 2005 : 162-164, 201-202, 206-207, 519-521). Ce nouveau type de culte à Aghia Triada suggère des pratiques qui diffèrent fortement de celles qui avaient lieu à la période précédente dans le Sanctuaire H283.

Tombes
  • 284 Cette tombe était probablement déjà utilisée à une époque plus ancienne, comme le suggère la prése (...)

227Vraisemblablement au cours du MR IIIB, dans la nécropole à l’est de la ville, entre la Tombe du Sarcophage Peint et la tholos B, une larnax est déposée dans une fosse, partiellement clôturée par une enceinte épaisse intégrant un mur ancien (Paribeni 1904 : 711-713, pl. XLIV, 2 ; Kanta 1980 : 104 ; La Rosa 1999 : 179 ; La Rosa 2000b : 92)284. Elle était accompagnée d’un anneau en argent, de deux rasoirs en bronze, d’une tasse en argile miniature et d’un vase à étrier (Cucuzza 2002 : 137). Aucun autre élément ne permet de préciser des activités funéraires dans cette nécropole au cours de la phase MR IIIA2 et qui soient postérieures à celles qui y avaient eu lieu au début de cette phase, bien que les restes d’une ou deux larnax en terre cuite soient identifiés dans le même secteur (Paribeni 1904 : 710).

228Un groupe de tombes MR III et quatre larnax ont été mis au jour à quelques centaines de mètres au sud-ouest du centre urbain fouillé. Celles-ci permettent de suggérer l’existence d’un autre secteur d’habitat aux alentours (Vallianou 1992 : 548, pl. 320β ; Cucuzza 2003 : 209 ; D’Agata 2005 : 113).

Mobilier
  • 285 On soulignera par exemple qu’en 1994, V. La Rosa désignait la céramique d’Aghia Triada, mais aussi (...)
  • 286 Ces deux poteries ont été découvertes lors des anciennes fouilles ; S. Privitera soutient qu’elles (...)

229En ce qui concerne la céramique MR IIIA2-MR IIIB d’Aghia Triada, elle n’a pas encore été définitivement publiée285. Le bol profond ne semble pas avoir été un type de vaisselle particulièrement apprécié à Aghia Triada durant les phases MR IIIA2-MR IIIB, de loin supplanté par la coupe à champagne laissée sans traitement de surface (par exemple, La Rosa 1980 : fig. 41a, b, La Rosa 1986 : fig. 107a, 110e, f ; D’Agata 2005 : 121) et la tasse décorée (D’Agata 2005 : 120-121). De manière générale, A. L. D’Agata reconnaît peu d’influence originaire de Grèce continentale dans son analyse de la céramique MR IIIA2-IIIB d’Aghia Triada, notamment quand elle la compare à des ensembles de céramique de la côte nord de la Crète, à La Canée ou Knossos (D’Agata 2005 : spéc. 122-123). On notera encore deux grandes poteries remarquables trouvées dans le « secteur nord », plus précisément dans la pièce N de la Maison des Pièces Ajoutées Progressivement. Il s’agit de deux grands pithos très globulaires tripodes à col cylindrique, généreusement décorés. Ils ont été récemment réétudiés et liés au milieu de la phase MR IIIB (Privitera 2001)286. Par ailleurs, A. L. D’Agata a noté la présence, dans des contextes de la fin de la phase MR IIIA2/début de la phase MR IIIB, de fragments de pithos dont la fabrique présente une forte concentration de mica, à l’instar d’exemplaires plus complets trouvés sur le site de Kommos – également dans des contextes MR IIIB – et qui pourraient être des pithos importés de l’île de Kythera, au nord de La Canée (D’Agata 2005 : 121-122, fig. 6 ; cf. ci-dessous, 2.4.9. Kommos). Enfin, aucune trace de l’amphore à col court, abondante sur le site voisin et contemporain de Kommos, n’a été observée à Aghia Triada, ni à Phaistos d’ailleurs (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 587 et n. 169 ; cf. ci-dessous, 2.4.9. Kommos).

  • 287 A. Kanta considère ce vase comme une production d’un atelier de la région de Réthymnon sur la côte (...)

230Hormis la définition de la production locale, l’étude de la céramique issue des contextes MR IIIA2-IIIB du site permettra sans doute de préciser, sur la base de l’examen de la céramique non-locale, les contacts qu’Aghia Triada entretenait avec le reste de l’île à cette époque. Il serait particulièrement intéressant de savoir si de la céramique de l’« atelier de La Canée » et/ou caractéristique des productions de la Crète centrale-ouest est présente sur le site et en quelle proportion. De tels contacts sont par exemple suggérés par une amphore peinte d’un poulpe découverte dans les tranchées de fondation de la stoa du « secteur nord » et dont le style du décor, MR IIIA2-IIIB, est tout à fait comparable à celui de larnax de la région de Rethymnon (La Rosa 1986 : 52, fig. 2d : comparer avec Mavriyannaki 1972a : pl. XVII-XVIII, XX, XXII, XXV, XXV-XXVII)287. Par ailleurs, les archéologues d’Aghia Triada ont déjà précisé qu’aucun type de conteneurs en céramique originaires de la Méditerranée orientale, tels que découverts en masse sur le site côtier voisin de Kommos, n’a été mis en évidence sur le site (commentaire de J. B. Rutter dans Rutter 1999 : 142). Pourtant un lien direct a souvent été suggéré entre ces deux sites par leurs archéologues respectifs, développant l’idée d’un fonctionnement binaire à la période MR IIIA2-IIIB entre un centre politique – Aghia Triada – et son port commercial – Kommos. Cette relation ne peut à ce jour être clairement attestée par les données archéologiques, excepté peut-être par un ou deux fragments de lingot de cuivre découvert sur la Place des Sanctuaires à Aghia Triada dans un contexte MR IIIC/Subminoen (D’Agata 1999c : 229 ; Cucuzza 2003 : 235), qui pourrait avoir été importé sur le site depuis le port de Kommos au cours des MR IIIA2-IIIB, en même temps que les autres lingots qui ont été mis en évidence en plusieurs cas dans ce port, qui proviennent de Chypre (Rutter 1999 : 141, n. 18).

2.4.2. Kamilari

Tombe

  • 288 Quatre modèles réduits en terre cuite ont été retrouvés dans cette tombe, qui figurent des scènes (...)
  • 289 Voir aussi un fragment de kylix et la partie supérieure d’une amphore qui proviennent de l’enceint (...)

231A 3km au sud d’Aghia Triada et à 3km au sud-ouest de Phaistos, une grande tombe de plan circulaire, voûtée en encorbellement mais écroulée, a été fouillée à Grogori Koryphi, près de Kamilari ; elle est appelée la Tholos I de Kamilari (Levi 1961-1962 ; Cucuzza 2002 : 137-139, fig. 4, n. 17 pour références). Cette tombe est construite au MM IB mais utilisée à travers plusieurs phases successives, avant d’être détruite par le feu, sans doute au cours de la phase MM III. Un mobilier funéraire abondant y a été déposé288. Quelques objets retrouvés à l’intérieur suggèrent sa réutilisation au MR III pour des enterrements (Kanta 1980 : 101-102). Une vingtaine de poteries attribuées aux phases MR IIIA1 et MR IIIA2 sont découvertes, ainsi que deux larnax (Levi 1961-1962 : spéc. 34-42, fig. 23, 31-33, 36-40f, g, 42c, e, f, g). Il s’agit de cruches miniatures, d’alabastron – dont un exemplaire célèbre décoré d’oiseaux et de fleurs de lys dans le style MR IIIA1 et un autre de type trapu –, de tasses à une anse, de pyxides, d’un vase double et d’un égouttoir289. Une des deux larnax est un coffre dont le couvercle est constitué de deux plaques en argile horizontales munies d’une anse (Levi 1961-1962 : fig. 31). A ces enterrements MR IIIA1-MR IIIA2 sont également associés des sceaux, des bijoux et un miroir en bronze (Levi 1961-1962 : 98-102 ; Cucuzza 2002 : 137). Quatre petites têtes en terre cuite pourraient être contemporaines (Levi 1961-1962 : 83-84, fig. 111).

2.4.3. Phaistos

  • 290 Le second palais de Phaistos, c’est-à-dire celui qui est construit à l’époque néo-palatiale, ne se (...)
  • 291 E. Borgna a toutefois mis en garde contre une malencontreuse méconnaissance de l’occupation MR III (...)

232Le site de Phaistos se situe à 2,5km à l’E/S-E du site d’Aghia Triada et à 42km au sud-ouest de Knossos. Le palais minoen de Phaistos est détruit au MR IB et ne sera jamais restauré ni considérablement réoccupé290. Il a longtemps été maintenu que l’occupation de Phaistos ne reprit de manière large qu’à la phase MR IIIC (Desborough 1972 : 112-116). Les fouilles et travaux de D. Levi et les plus récents réexamens et études du matériel des anciennes fouilles permettent d’affirmer que le site de Phaistos est réoccupé dès le MR II et que son occupation aux MR IIIA1-début du MR IIIA2 n’est absolument pas insignifiante, mais importante, bien qu’elle n’ait pas encore pu être associée à des aménagements architecturaux et urbanistiques définis (voir, déjà, Levi 1967-1968 ; Laviosa 1973 ; Kanta 1980 : 98-101 et, plus récemment, Borgna 2003a : 34s., fig. 2, Borgna 2006, Borgna [à paraître]). Le site semble ensuite délaissé au cours des MR IIIA2 et MR IIIB, à l’exception du quartier de Chalara, pour se développer à nouveau vers la fin de la phase MR IIIB et devenir le centre d’activités importantes à la période du MR IIIC291. Comme pour le site d’Aghia Triada, il n’y a aucune trace archéologique claire d’une destruction au début de la phase MR IIIA2 sur le site de Phaistos, et pourtant le caractère de son occupation change également à cette période précise, diminuant vraisemblablement de manière significative. Les données archéologiques relatives à ce développement de l’occupation de Phaistos sont dès lors analysées ici en deux temps.

Aux MR II-début du MR IIIA2

Habitat
  • 292 La pièce Eta est dépourvue de toute couche de destruction néo-palatiale alors que la partie nord-o (...)
  • 293 En effet, E. Borgna souligne que plusieurs groupes de poterie correspondent en fait à la préparati (...)

233Sans doute au cours de la phase MR IIIA1, mais peut-être dès le MR II, un habitat est aménagé au sein des structures néo-palatiales du quartier de Chalara, installées sur la pente sud-est de la colline du palais et qui avaient été détruites à la fin du MR IB (Levi 1967-1968 : 141, 143 ; Kanta 1980 : 98 ; La Rosa 1997 : 255 ; Borgna [à paraître]). Des murs sont restaurés dans la partie sud de la grande maison néo-palatiale où un pavement est aménagé dans la pièce Eta (Palio 2001 : 278, 280)292. Selon la publication de D. Levi, la céramique découverte immédiatement sur le sol de cette habitation et qui correspond à cette occupation est représentée par un ensemble homogène de vaisselle de table en céramique fine qui correspond à la phase MR IIIA1 et au début de la phase MR IIIA2, mais qui comprend également des tessons caractéristiques de la phase MR II (Levi 1967-1968 : 135-145, fig. 92-97 ; Kanta 1980 : 98). Le récent réexamen de ces ensembles de poterie par E. Borgna nuance les dires de D. Levi (Borgna [à paraître]). Cette archéologue observe, en résumé, que ces contextes ne correspondent pas uniformément, comme le laisse sous-entendre D. Levi, à des dépôts de sol clairs et homogènes293. Entre autres, elle remarque que le nombre important de tessons MR II contenus dans le sol lui-même – qui correspond au niveau d’occupation directement postérieur au sol néo-palatial – peut suggérer une occupation prolongée de la maison néo-palatiale, qui ne serait détruite qu’au MR II (voir aussi Palio 2001 : 355-364, 381), pour être ensuite réoccupée aux MR II-IIIA1, comme le montre la majorité des dépôts de céramique MR II, MR IIIA1 et début MR IIIA2 associés à ce niveau d’occupation supérieur.

  • 294 E. Borgna suggère que ce mur mettait en évidence la zone ainsi circonscrite, une manière de soulig (...)

234Une activité contemporaine est reconnue sur l’Acropole Médiane, qui surplombe de l’ouest la colline du palais (Borgna 2003a). La section d’un mur de pierres robuste de 2,50m de large est mise au jour sur la pente sud de la colline. Il est concevable que ce mur encerclait totalement cette dernière à l’origine, comme une sorte de péribole, et ne constituait pas nécessairement un mur de défense (Levi 1976 : 595s. ; Borgna 1997b : 274 avec références ; Borgna 2003a : 51-53, fig. 3 et 4 ; Borgna 2006 : 105-107, fig. 1)294. Il a d’abord été attribué à une phase plus tardive, à la jonction entre la fin de l’Âge du Bronze et le début de l’Âge du Fer (Borgna 2003a : 51, n. 165). Le réexamen de la céramique associée stratigraphiquement à ce mur fouillé en 1955 permet notamment de définir que les tessons pris dans les fondations correspondent aux phases MR II-début MR IIIA2, et que sa construction doit donc être placée à la transition entre le MR IIIA1 et le MR IIIA2 ou au début du MR IIIA2 (Borgna 2003a : 57-62, spéc. p. 61, pl. 1, Borgna 2006 : 106, fig. 2). L’analyse par E. Borgna de la poterie de styles (MR II)-MR IIIA1-début du MR IIIA2 récoltée près du mur et sur le sommet de cette colline permet quelques observations, tout en tenant compte du fait que cette poterie n’est pas stratigraphiquement associée à des structures et des niveaux architecturaux. Tout d’abord, il existe une importante homogénéité entre la céramique (MR II)-MR IIIA1-début MR IIIA2 qui provient de la pente de l’acropole et le matériel qui provient de l’occupation du sommet (comparer les tessons des figures 2 et 3 dans Borgna 2006), ce qui permet de proposer une fréquentation homogène et contemporaine de cette colline au cours de ces phases (Borgna 2003a : 62). Ensuite, en ce qui concerne la phase MR II, celle-ci n’est proprement représentée que par quelques tessons décorés (Borgna 2003a : 57-58, pl. 76 : 2). E. Borgna parle davantage de céramique de style MR II-IIIA1 et ne distingue pas de phase céramique MR II autonome (Borgna 2003a : 346). La poterie MR IIIA1-début MR IIIA2 récoltée sur l’Acropole Médiane est presque exclusivement composée de vases à boire – tasses globulaires, gobelets/ kylix à pied court, bols peu profonds et coupes à champagne – et de quelques cruches. E. Borgna a dès lors suggéré que des activités liées à des cérémonies particulières devaient avoir lieu sur cette colline, vraisemblablement associées en partie à la consommation de boissons (Borgna 2003a : 61-62, 415). D’autres signes d’une occupation MR II-IIIA1 de la pente sud de cette colline sont timidement mis en évidence par des découvertes éparses de poteries associées à des structures architecturales très effacées et peu certaines (Borgna 2006 : 107, n. 11, fig. 4, fig. 5, première photographie du haut).

  • 295 Elle ajoute en outre que le fait que l’emplacement du palais ne sera jamais réellement réoccupé ne (...)

235Par ailleurs, une connexion entre l’occupation de cette colline et la zone à l’ouest de la cour occidentale de l’ancien palais est suggérée. En effet, au niveau du col qui sépare les deux collines – l’Acropole Médiane et la colline du palais, à l’est – un mur énorme orienté est-ouest est mis au jour (Levi 1976 : 320). Il s’agit probablement d’un mur de terrassement, habituellement relié à la période néo-palatiale. Cependant, une tasse découverte dans ses fondations est identifiée comme une production de style MR II, ce qui fait suggérer à E. Borgna qu’il pourrait s’agir d’une construction – ou du moins d’une reconstruction – dans cette zone de la colline de l’ancien palais (Borgna 2006 : 107, qui fait référence à Popham 1980 : 167 pour l’attribution de la tasse à la phase MR II). Dans ce sens, une étude récente sur un four de potier situé au nord-est de la cour centrale du palais n’exclut pas que sa dernière utilisation corresponde à la phase MR II (Tomasello 1996 : 28, 32, n. 3 ; Pernier et Banti 1951 : 213, four de la cour 90). Enfin, soulignant le déplacement de l’habitat de Phaistos aux (MR II)-IIIA1-début du MR IIIA2 sur les pentes des deux collines, habitat qui délaisse dès lors le plateau central, à l’ouest de l’Acropole Médiane, et en grande partie la zone dominante de l’ancien palais, E. Borgna observe que la « ville basse » minoenne, qui s’étendait vers l’ouest et le sud à partir des contreforts de la colline du palais (Levi 1976 : 421), a peut-être été sous-investiguée et pourrait avoir été habitée également à la période ici considérée (Borgna 2006 : 108)295. La vérification de cette hypothèse modifierait sensiblement la reconstruction historique de l’occupation de Phaistos aux lendemains des destructions MR IB, encore assez peu évidente selon les données actuelles.

Tombes

236A l’époque néo-palatiale, des tombes avaient été aménagées à 500-1000m au nord du site d’habitat, le long de la pente sud de la montagne de Ieroditis.

  • 296 Quelques fragments de larnax qui sont trouvés à Kalyvia sont liés à la phase MR IIIB (Kanta 1980 : (...)

237Dès le MR IIIA1 et jusqu’au début du MR IIIA2, à moins de 2km au nord-est de la colline du palais de Phaistos, près du village de Kalyvia, treize grandes tombes à chambre sont élevées dans une zone vierge de toute occupation antérieure (Savignoni 1904 : 501-627, fig. 2). Le plan de leurs chambres est presque toujours semi-ovale et elles sont précédées de longs dromos, qui s’élargissent en se rapprochant de l’entrée (Savignoni 1904 : fig. 2). Une quatorzième tombe est une simple fosse creusée dans la roche ; elle semble mise en relation avec une tombe à chambre voisine par un espace ouvert rectiligne, lui aussi creusé dans la roche (Savignoni 1904 : fig. 19. A. L. D’Agata a suggéré que les tombes 4 et 14 étaient des tombes à puits : D’Agata 2005 : 112). Des objets luxueux sont déposés à l’intérieur de onze d’entre elles, dont des armes d’apparat. Elles ont été surnommées les Tombes des Nobles (Tombe dei Nobili). Ces sépultures ne sont pas particulièrement individuelles, comme le suggèrent les dix enterrements distingués dans la tombe 9, par exemple (Savignoni 1904 : 508s.). Les défunts étaient déposés sur des banquettes de pierre, peut-être étendus sur des brancards de bois (Cucuzza 2002 : 135). Des fosses étaient aussi creusées dans le sol des chambres (Savignoni 1904 : fig. 4 et 7). Les enterrements ne semblent jamais avoir eu lieu dans des larnax296. Le mobilier funéraire collecté est constitué de riches ensembles céramique, composés de grandes jarres à trois anses peintes dans le « Style du Palais » et de plus petits exemplaires simplement décorés, de vases à étrier, d’alabastron – du type haut et richement décoré ou du type trapu – de cruches à bec oblique ou à col cylindrique, de pyxides, d’une tasse à bec à haute anse perpendiculaire au bec et d’une seule kylix (Savignoni 1904 : 557-577, fig. 42-47, pl. XXXVII-XXXVIII). Tous ces vases correspondent aux phases MR IIIA1-début MR IIIA2. Plusieurs objets en bronze font partie des offrandes dont des armes, comme une épée dont la poignée est recouverte d’or ciselé ou des pointes de flèches, mais aussi différentes vaisselles, des miroirs, des rasoirs et même peut-être un élément d’armure (Savignoni 1904 : 535-547, fig. 20-31). Quelques objets en ivoire et en os décorés de motifs sculptés en creux sont retrouvés, comme une anse de miroir ou le couvercle d’une petite boîte (Savignoni 1904 : 548-551, fig. 33-35). On compte aussi de nombreux sceaux gravés, des bijoux et ornements en or travaillés au repoussé et estampés, de l’ambre, ainsi que des colliers de perles en différentes pierres précieuses, en pâte de verre et en bleu égyptien (Savignoni 1904 : 577-627, fig. 50-97b, pl. XXXIX, XL ; Karetsou, Andreadaki-Vlasaki et Papadakis 2000 : 123, n° 103a, 126, n. 106 ; Dimopoulou-Rethemiotaki 2005 : fig. p. 314). Au moins deux anneaux sigillaires en or ornés de scènes figurées font partie des offrandes (Savignoni 1904 : 577-591, fig. 50-51). Des vases en pierre proviennent également de cette nécropole, ainsi que des vases en verre et en albâtre identifiés comme des productions égyptiennes (Savignoni 1904 : 551-557, fig. 36-40, 44 [premier vase du rang supérieur] ; Karetsou, Andreadaki-Vlasaki et Papadakis 2000 : 99, n° 74 [askos], 235, n° 230 [alabastron], 240, n° 240a [alabastron]). Enfin, des traces de crémation ont peut-être été repérées dans la tombe 8 (Cucuzza 2002 : 135 ; Watrous et Hadzi-Vallianou 2004 : 298).

Mobilier
  • 297 On a déjà dit que les archéologues à Phaistos parlent davantage de céramique de style MR II-IIIA1 (...)

238En ce qui concerne la période MR II-MR IIIA1 et le début de la phase MR IIIA2, la poterie de Phaistos consiste en plusieurs ensembles de vaisselle de table en céramique fine décorée de motifs peints297. La surface externe est décorée dans un « vernis rouge vif de qualité », tandis que les formes ouvertes sont souvent couvertes d’un vernis noir sur la face interne (Levi 1967-1968 : 139). Les formes présentes sont la kylix à pied court ou gobelet souvent non décoré mais de très haute qualité technique (Borgna 2003a°. : 250), la tasse hémisphérique et globulaire à lèvre saillante, le bol peu profond sans traitement de surface ou juste vernis à l’intérieur, des cruches et quelques formes fermées, comme la pyxide à anses horizontales. Le début de la phase MR IIIA2 voit apparaître la coupe à champagne ; elle est laissée sans traitement de surface ou simplement peinte d’une décoration linéaire. Un seul exemple d’un vase à étrier de profil piriforme est publié (Borgna 2003a : 153, pl. 40 : 1.1.).

  • 298 C’est ce qui est soutenu également par Watrous 1992 : 138 et Watrous et Blitzer 1997 : 513 sur la (...)

239E. Borgna a suggéré l’existence d’une production locale de céramique sur le site de Phaistos aux MR II-début du MR IIIA2 (Borgna 2003a : 347). La haute élaboration et l’homogénéité stylistique de cette céramique fine l’encouragent à reconnaître une activité artisanale spécialisée et centralisée, dépendante des canons insufflés par le palais de Knossos (Borgna 2003a : 320, 347, 423-424). Cette spécialiste identifie par ailleurs des tendances stylistiques régionales, communes à Phaistos et aux deux autres centres contemporains de la Mesara, Kommos et Aghia Triada298. Sous ce « style commun », E. Borgna entend une production qui s’inspire de Knossos, mais qui connaît aussi des développements locaux qui participent plus largement à une koinè stylistique née de contacts indirects – de nature essentiellement commerciale – avec la civilisation mycénienne, via Kythera et le Péloponnèse méridional (Borgna 2003a : 347).

240Un four de potier découvert dans le quartier de Chalara est utilisé au cours du MR III (Levi 1976 : 327, n. 9 ; Tomasello 1996 : 33-34, fig. 6-7). Aucune publication ne précise réellement la ou les phase (s) du MR III pendant lesquelles il était opérationnel, bien que l’ensemble important et homogène de poterie MR IIIA1 découvert au sein de cet habitat pourrait suggérer qu’ils soient contemporains. On a déjà mentionné la découverte d’un four de potier dans la cour 90 au nord-est de la cour centrale de l’ancien palais, que V. La Rosa a dernièrement suggérer de le relier à la phase MR II (Tomasello 1996 : 28, n. 3, 32, fig. 1 [commentaire de V. La Rosa]).

Aux MR IIIA2-MR IIIB

Habitat
  • 299 Des coupes à champagne, kylix décorées, tasses globulaires et à parois droites, tasses à bec, peti (...)

241Au cours du MR IIIA2, dans le quartier de Chalara, la maison néo-palatiale qui avait été partiellement réoccupée au MR II ou MR IIIA1 jusqu’au début de la phase MR IIIA2 est définitivement abandonnée (Palio 2002 : 128, n. 52). De nouvelles structures sont cependant construites à un niveau supérieur dans ce secteur au cours du MR IIIA2, qui dissimulent complètement les constructions précédentes (Palio 2001 : 279-280). Il semble s’agir d’une construction d’envergure, associée au moins à l’installation d’un pavement en pierre de qualité dans la pièce M1 (Borgna [à paraître]). Le matériel qui y correspond pourrait être confiné à la phase MR IIIA2 ; ce quartier ne sera à nouveau habité que vers la fin de la phase MR IIIB (Palio 2001 : 385). Sur l’Acropole Médiane, où le matériel céramique collecté suggère une continuation de l’occupation de cette zone au cours du MR IIIA2 et peut-être jusqu’au début du MR IIIB, en particulier à proximité de la section du mur « péribole » (Borgna 2003a : 61, Borgna 2006 : 106-108, fig. 5 : photographies du milieu et du bas)299. Comme dans le quartier de Chalara, les signes d’une réoccupation d’envergure sur l’Acropole Médiane n’apparaissent qu’à la fin du MR IIIB (Borgna 2003a : 415, Borgna 2006 : 108 ; Borgna [à paraître]). Enfin, dans le secteur de l’ancien palais, les quelques traces d’occupation semblent essentiellement correspondre à des activités tardives, vers la fin du MR IIIB et au MR IIIC, notamment d’ordre cultuel mais aussi résidentiel (Laviosa 1973 : fig. 1-2, pl. IX : 1-2, X : 1-2 ; La Rosa 1992 : 240 ; Gesell 1985 : 132, cat. 117, pl. 139a, b ; La Rosa 1985 : 50 ; Cucuzza 2005, p. 61, n. 42 avec références). Cette époque est celle de cérémonies importantes à Phaistos, qui se concentrent autour de la consommation de boisson et de repas, à l’endroit de l’ancien palais, mais surtout sur le sommet de l’Acropole Médiane, et font intervenir des ensembles de céramique fine de très haute qualité (Borgna 1997a, Borgna 1997b, Borgna 1999, Borgna 2001, Borgna 2003a : spéc. 354-371, 419, Borgna 2005).

242Un établissement MR IIIB est découvert à 1km au nord-ouest du site de Phaistos, à Patrikies (Kanta 1980 : 100-101, n. 1 ; La Rosa 1992 : 240 ; La Rosa 1994 : 78, n. 21).

  • 300 E. Borgna tente d’expliquer le caractère modeste des installations MR IIIA2-IIIB par un mode de vi (...)

243Les faibles traces sur le site de Phaistos de matériel archéologique qui corresponde à la phase MR IIIA2 « mature » et à la phase MR IIIB suggèrent une rupture de l’occupation de Phaistos (Borgna 2001)300. Le site d’Aghia Triada, en pleine extension à cette époque, semble concentrer les intérêts (Borgna 2003a : 415). A la période d’occupation MR II-IIIA2 relativement florissante succède donc une diminution notable de la population à Phaistos.

Tombes

244Directement au nord-ouest de la nécropole de Kalyvia, au lieu-dit de Liliana, huit tombes creusées dans la terre ou dans la roche sont découvertes (Savignoni 1904 : 627-651). Il s’agit de quatre tombes à chambre de plan circulaire et de quatre simples fosses quadrangulaires (Savignoni 1904 : fig. 98-99, 108-109, 115-117). Leur taille est plus modeste que celle des tombes de Kalyvia, surtout en ce qui concerne le dromos, quand il a été construit. Dans chacune d’entre elles, les enterrements avaient été réalisés dans des larnax en forme de coffre, dont le nombre varie de une à cinq par tombe (Savignoni 1904 : fig. 118). Le mobilier funéraire est beaucoup moins luxueux et abondant que dans la nécropole de Kalyvia, ce qui a d’ailleurs mené à qualifier les tombes de Liliana de Tombes du Peuple (Tombe della Plebe). Les offrandes consistent surtout en de la céramique de formes variées : des vases à étrier miniatures ou de taille moyenne, des cruches miniatures, des tasses à une anse, un grand bassin à une anse et long bec ponté perpendiculaire à l’anse, un grand kalathos muni d’une petite coupelle fixée sur son bord, des cratères des types amphoroïde et en cloche (Savignoni 1904 : fig. 107, 110-112, 114). Quelques colliers de perles en pâte de verre ont aussi été déposés dans quelques-unes de ces tombes, ainsi que des ornements en bleu égyptien (Savignoni 1904 : fig. 100-106). Ces tombes sortent du cadre chronologique que l’on s’est fixée pour cette étude puisqu’elles correspondent à la phase MR IIIC et à l’époque submycénienne (La Rosa 1992 : 240 ; Borgna 2003a : 34), mais il était important de les mentionner car cette nécropole a parfois été présentée comme un site plus ancien, ce qui fausse la reconstruction de l’histoire de la région (encore dernièrement dans Perna 2001 : 130).

245Par ailleurs, A. Kanta a découvert des fragments de larnax au Musée d’Héraklion qui sont dites provenir de Kalyvia (Kanta 1980 : 99, fig. 35 : 1-7 ; voir aussi Preston 2004a : 336, n. 72). Cette spécialiste relève que la stylisation des motifs peints sur ces larnax correspond davantage à la phase MR IIIB, peut-être à la phase MR IIIA2. Comme les enterrements MR IIIA1-début MR IIIA2 qui avaient eu lieu dans cette nécropole ne semblent jamais avoir pris place dans des larnax, il n’est pas exclu que ces quelques fragments témoignent d’une ( ?) timide réutilisation de ce cimetière au cours des MR IIIA2 et MR IIIB (consulter également D’Agata 2005 : 112).

Mobilier

246La céramique de style MR IIIA2 avancé-début MR IIIB qui est collectée, en faible quantité, sur l’Acropole Médiane est composée de tasses simplement décorées de compositions linéaires, ce qui contraste avec la haute élaboration du décor des tasses MR IIIA1-début MR IIIA2 découvertes au même endroit. Prédominante à la période précédente MR II-début MR IIIA2, cette forme est remplacée par le bol profond à la fin du MR IIIB sur le site de Phaistos. E. Borgna pointe des similarités entre la céramique MR IIIA2-IIIB de Phaistos et les productions de Crète occidentale et centrale-ouest (Borgna 2003a : 347-348) ou de Grèce continentale (Borgna 2003a : 334-335, Borgna 2006 : 109).

2.4.4. Goudies

Tombes

247Entre le site de Phaistos et le village de Mires situé à 4km plus à l’est, une tombe est découverte au lieu-dit de Goudies. Il s’agit d’une tombe à chambre rectangulaire creusée dans la roche et munie d’un long dromos d’accès (Laviosa 1970 : fig. 2, 4 et 5). Il est très probable qu’elle appartenait à une plus large nécropole, puisque d’autres tombes à chambre ont été mises au jour dans ses environs, avec des enterrements dans des larnax (Cucuzza 2002 : 139 qui fait référence à Laviosa 1970 : 99, n. 1 et Kanta 1980 : 89). Les enterrements avaient eu lieu dans deux larnax en forme de coffre (Laviosa 1970 : fig. 5-6, 11 [larnax A], Laviosa 1970 : fig. 12 [larnax B]), dont l’une (B) était munie d’un couvercle constitué de deux plaques d’argile horizontales, comme celui de la tombe de Kamilari et ceux de Klima. Plusieurs poteries accompagnaient ces inhumations, comme des coupelles coniques, des vases à étrier, des cruches miniatures et une grande cruche à bec oblique, ainsi qu’un alabastron de type haut, mais aucune kylix (Laviosa 1970 : fig. 13, 14, 22). Cet ensemble céramique répond aux styles MR IIIA1 et MR IIIA2. On note aussi un petit bol en forme de cloche dont le bord est trempé dans la couleur (style « Dip and Run ») (Laviosa 1970 : fig. 14e). Un vase en pierre en forme de nid d’oiseau, un sceau, un collier et quelques objets en bronze, dont un miroir, une épingle à cheveu et un poignard dont la lame avait été délibérément recourbée, complètent l’ensemble des offrandes (Laviosa 1970 : fig. 16 [vase en pierre], 18, 20, 21 [objets en bronze], 19 [collier de perles]).

2.4.5. Mires

Tombes

248Des tombes à chambre ont été découvertes au village de Mires, à 4km à l’est de Phaistos, et sont aujourd’hui détruite (Kanta 1980 : 89). De nombreux fragments de larnax qui appartenaient à au moins cinq exemplaires ont été récoltés. L’une d’elles avait été laissée sans décor, tandis qu’une seconde présente une décoration peinte composée de plusieurs frises d’argonautes stylisés, dont le style correspond à la phase MR IIIA2.

2.4.6. Galia

Tombes

249À 3km au nord de Mires, à l’est du village de Galia, quatre tombes à chambre ont été mises au jour (Davaras 1967b : 441). Bien que déjà visitées auparavant, chacune d’entre elles contenait encore deux larnax. Plusieurs poteries sont collectées, dont deux vases à étrier piriformes surbaissés de style MR IIIA (Kanta 1980 : 89, fig. 124 : 1) et un vase à étrier trapu décoré de rosettes à points de style MR IIIB (Kanta 1980 : 89, fig. 116 : 4), deux petites pyxides à anses latérales (Kanta 1980 : fig. 110 : 2, 129 : 5), deux cruches, des tasses et des coupelles coniques. On a trouvé aussi une kylix à pied haut décorée de style MR IIIA2 (Kanta 1980 : 89, fig. 126 : 1, 142 : 6). D’autres types d’objets avaient également été déposés comme offrandes : un peigne en ivoire, des sceaux lentoïdes, des bijoux en perles de faïence. Les tombes correspondent donc aux phases MR IIIA-IIIB. A. Kanta a reconnu de probables productions d’une tradition d’atelier qu’elle avait suggéré d’identifier pour certaines poteries trouvées dans les tombes de Kalochorafitis, village situé à 6km au nord-ouest de Galia (Kanta 1980 : 89-90. Cf. ci-dessous, 2.4.7. Kalochorafitis).

2.4.7. Kalochorafitis

Tombes

250Le village de Kalochorafitis est situé à 6,5km au nord de Phaistos, au pied sud du Mont Ida. Trois tombes à chambre y ont été découvertes, qui à l’origine n’étaient sans doute pas isolées dans le paysage (Kanta 1980 : 104-111 ; Lebessi 1980 : 885-886 ; Davaras et Banou 2003). La première n’a pas été proprement publiée, mais les vases qu’elle abritait ont été récupérés et examinés par A. Kanta. Parmi le mobilier récupéré de la seconde figurent huit larnax-coffres, dont l’une est décorée d’une scène de char transportant deux individus (Davaras et Banou 2003 : 43-44, n. 10). La troisième tombe a été fouillée par C. Davaras (Platon 1963 : 286-287 ; Davaras et Banou 2003). Sa chambre funéraire présente un plan en forme de fer à cheval ; l’entrée était bloquée par un mur de pierres et précédée d’un dromos (Platon 1963 : pl. 389γ ; Davaras et Banou 2003 : fig. 29a-b). Elle contenait les restes de deux larnax. Des os abîmés qui correspondent à au moins trois défunts jonchaient le sol. Une fosse avait également été creusée dans la chambre funéraire et contenait les restes d’un squelette ; elle confirme, avec l’analyse de la poterie, la réutilisation de la tombe.

251La poterie déposée dans ces tombes est abondante (Kanta 1980 : fig. 42-46, 119-120 : 6, 127 ; Davaras et Banou 2003 : 44-62, fig. 3-18, dessins 1-32). A. Kanta a étudié les ensembles céramiques des première et troisième tombes ; elle les lie à la fin de la phase MR IIIA et au MR IIIB. E. Banou a intégralement publié les trente-trois petits conteneurs recueillis dans la tombe fouillée par C. Davaras et confirme cette datation (Davaras et Banou 2003 : 70). Les vases à étrier sont prépondérants, près de vingt exemplaires par tombe (Kanta 1980 : 105-109, fig. 119 : 1-6 ; Davaras et Banou 2003 : fig. 3-13). On trouve également beaucoup de cruches miniatures, dont de petits lekythos, sorte de cruche à col tubulaire et dépourvue de bec (Kanta 1980 : 109-111 ; Davaras et Banou 2003 : fig. 14-15). Le reste du répertoire est limité et moins représenté : un thelastron, une tasse à bec ponté, une coupelle conique et une tasse monochrome, un petit kalathos, deux amphoriskos (Kanta 1980 : 111 ; Davaras et Banou 2003 : fig. 16-18). Un rasoir, des perles en pâte de verre et en faïence constituant trois colliers et des boutons coniques en stéatite complètent les offrandes (Davaras et Banou 2003 : 65-67, fig. 22, 24, 26-28).

  • 301 Les vases sont parfois tellement ressemblants – au point de vue du profil et/ou du style de la déc (...)
  • 302 A. L. D’Agata et E. Borgna qui ont respectivement étudié la céramique MR IIIA et MR IIIB sur ces d (...)

252Deux éléments notables ressortent de l’analyse des poteries de ces tombes. Le premier est que de la céramique produite par l’« atelier de La Canée » a été reconnue d’un point de vue macroscopique (au moins quatre vases à étrier MR IIIB : Kanta 1980 : 107-108, fig. 43 : 1-5, 44 : 4-5 et du matériel non publié mentionné dans Kanta 1994 : 71). Le second est que l’examen céramologique d’A. Kanta, puis d’E. Banou, permet de suggérer que la grande majorité des vases appartiennent à une même tradition d’atelier, une hypothèse basée sur l’identification d’une fabrique relativement uniforme (argile et engobe jaunâtre et/ou beige, peinture brun foncé : Kanta 1980 : 105 et 290) et de profils de vase, motifs et arrangements de la décoration similaires (Kanta 1980 : 105, 290 ; Davaras et Banou 2003 : 71)301. A. Kanta a souligné que la haute qualité technique de cette poterie pourrait laisser penser que cet atelier ne se trouvait pas dans les environs immédiats du village, mais sur un site contemporain plus important, Aghia Triada et Phaistos étant des candidats potentiels302. Cette observation est appuyée par des comparaisons proposées par E. Banou avec des vases trouvés sur d’autres sites de la Mesara, quoiqu’il s’agisse essentiellement de parallèles avec la poterie publiée de Kommos (Davaras et Banou 2003 : 71 et passim). On conservera toutefois ici l’appellation de A. Kanta d’« atelier de Kalochorafitis », une dénomination d’ordre stylistique uniquement, mais qui réfère aux ensembles particulièrement homogènes de ce site, non sans parallèles dans quelques tombes aux alentours.

2.4.8. Klima

Tombes

253Le village de Klima est situé à 6km au nord-ouest d’Aghia Triada et à 5km à l’ouest de Kalochorafitis. Deux tombes à chambre circulaire ont été découvertes au lieu-dit d’Ellinas (Rethemiotakis 1995 : fig. 1-2, pl. 37-38). Le dromos de la première était préservé. Dans celles-ci avaient été déposées, l’une près de l’autre, respectivement quatre et cinq larnax. Il s’agit de larnax en forme de coffre sur pieds dont les couvercles, quand ils sont conservés, consistent en deux plaques horizontales parfois munies d’une anse. Certaines sont peintes. Un nombre important de poteries accompagnaient ces sépultures (Rethemiotakis 1995 : pl. 38δ, pl. 39στ, pl. 40γ [vases à étrier], pl. 39β, γ, δ, ε, pl. 40α, β, pl. 41α, δ [vases à étrier miniatures], pl. 40δ [cruche], pl. 41β, γ [flasques], pl. 41ε [thymiaterion], pl. 39α [coupes à champagne]). La première tombe contenait onze vases : sept vases à étrier dont cinq miniatures, des kylix à pied haut et des coupes à champagne. Douze vases ont été trouvés dans la seconde, sur le sol et dans les larnax : cinq vases à étrier dont trois miniatures, une coupe à champagne, une cruche à haut col cylindrique, quatre petites flasques et un thymiaterion. Ces vases correspondent tous aux phases MR IIIA2 et MR IIIB. Plusieurs vases à étrier présentent notamment d’importantes similarités avec la poterie des tombes de Kalochorafitis pour laquelle A. Kanta a suggéré de reconnaître une production distincte dans la région (Rethemiotakis 1995 : 164-166. Comparer par exemple, le n° 1.10 avec Kanta 1980 : fig. 119 : 4 et 6 ou le n° 1.4 avec Kanta 1980 : fig. 45 : 6). Au moins un des vases à étrier miniatures de Klima pourrait être une importation de l’« atelier de La Canée » (Rethemiotakis 1995 : pl. 41α. Comparer sa décoration de lignes ondulées serrées avec celle d’un vase à étrier d’une des tombes de Kalochorafitis, identifié en outre par A. Kanta comme une importation de l’« atelier de La Canée » : Kanta 1980 : fig. 43 : 1, 3).

254La pièce maitresse de ce cimetière est cependant la larnax II de la tombe I pour sa généreuse décoration peinte (Rethemiotakis 1995 : 166-181, fig. 3-7, pl. 42α-β, pl. 43α-γ). Tout d’abord, d’un point de vue stylistique, certains motifs (animaliers, floraux, ornementaux) témoignent d’importantes affinités avec la peinture minoenne pariétale (Rethemiotakis 1995 : 170, par exemple la représentation paysagère ou le rendu particulier de chamois au galop). Ensuite, l’iconographie est particulière, spécialement la représentation d’un trône, derrière lequel se tient un personnage masculin debout sur une plateforme. Au terme d’une analyse iconographique, G. Rethemiotakis suggère d’interpréter cette scène comme l’épiphanie d’une divinité. La décoration de cette larnax est de style MR IIIA2, ainsi que celle de l’autre larnax peinte trouvée dans la même tombe (Rethemiotakis 1995 : 166, 171, 172, pl. 44-45 [larnax III]).

2.4.9. Kommos

255Le site de Kommos est installé en bord de mer, à l’extrémité occidentale de la plaine de la Mesara (Shaw J. 2004 : fig. 3.1). Il se trouve à 6km au sud-ouest de Phaistos et à 5km au S/S-O d’Aghia Triada. Les secteurs fouillés de la ville, établie le long du rivage qui la borde à l’ouest, sont au nombre de trois : l’habitat sur le sommet de la colline (Hilltop Houses), plus au sud, l’habitat central sur la pente de la colline (Central Hillside Houses) et, au bas de cette colline, au bord de l’eau, l’Aire Sud (Southern Area), qualifiée aussi de centre civique de Kommos (Shaw J. 2006 : fig. 4). Cette dernière est bâtie de plusieurs structures monumentales de caractère peu ou pas résidentiel mais liées en grande partie aux activités portuaires (Shaw et Shaw 2006 : planche hors texte). Une large route pavée est-ouest située juste au nord de cette Aire Sud divise la ville et sépare les quartiers proprement résidentiels qui se sont établis sur la colline du vaste quartier public. Cette route en provenance du port menait peut-être jusqu’au centre d’Aghia Triada (Rutter 1999 : 145).

  • 303 Les archéologues ont comparé cette structure aux palais minoens contemporains, estimant qu’elle de (...)
  • 304 Il a été suggéré que la ville portuaire de Kommos a été épargnée par les agressions humaines de la (...)

256Plusieurs éléments montrent que la ville néo-palatiale de Kommos connaît des perturbations au début de la phase MR IA, qui engendrent un certain déclin de la ville. Celui-ci contraste avec les importants développements que connaissent Phaistos et Aghia Triada dans les dernières décennies de l’époque néo-palatiale. Parmi ces perturbations, une importante destruction accompagnée d’un violent incendie dans l’Aire Sud affecte l’imposant Bâtiment T ; il s’agit d’un grand complexe composé de deux ailes disposées en L et édifiées en pierre de taille qui ouvrent sur et s’articulent autour d’une grande cour, elle-même bordée de portiques nord et sud303. Le complexe T n’est ensuite que partiellement réutilisé, à des fins entre autres industrielles – connues notamment par la mise au jour d’un four de potier (Shaw, Van de Moortel, Day et Kilikoglou 2001) – qui contrastent avec sa fonction antérieure, de caractère sans doute beaucoup plus officiel. Inversement, Kommos ne semble pas avoir subi d’importantes destructions à la fin de la phase MR IB, destructions dont souffrent grandement ces deux centres voisins, détruits par de larges incendies304. La ville continue d’être habitée, sans aucun hiatus, au cours du MR II et du MR IIIA1 (Shaw J. 2006 : 74-75). À nouveau, et cette fois comme à Aghia Triada et à Phaistos, aucune destruction ou événement catastrophique ne semble toucher Kommos au début du MR IIIA2, mais le site connaît une restructuration importante dès le début de la phase MR IIIA2 qui incite à traiter du développement de l’histoire de ce site en deux temps.

Aux MR II-MR IIIA1/début MR IIIA2

Habitat

257Le caractère relativement modeste de l’occupation de Kommos au cours de la phase MR II est également dans la continuité du mode de vie adopté depuis la destruction du début du MR IA. Au MR IIIA1, la ville prospère de manière importante, les signes de son occupation sont plus nombreux et plusieurs activités, architecturale, artisanale et commerciale, sont clairement avérées.

  • 305 Par exemple, dans la Maison Nord, le foyer central dans la pièce 17 continue d’être utilisé au cou (...)

258L’habitat proto-et néo-palatial établi sur le sommet et la pente de la colline continue d’être occupé aux MR II et MR IIIA1, sans signe d’interruption, mais le caractère et le détail de cette occupation est altéré par les réoccupations successives qui ont suivi (Shaw et Shaw 1997 : 426, fig. 1-2 ; M. C. Shaw et L. F. Nixon dans Shaw et Shaw 1996 : 15-138 passim [sommet de la colline] et J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 199-242 passim [pente de la colline]). Il s’agit souvent d’une restauration et du réaménagement des structures néo-palatiales en place, sans réelles nouvelles constructions. Sur le sommet de la colline, ceci concerne la Maison Nord (North House) et la Maison du Pressoir (House with the Press : M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 121-123, pl. 2.165-2.166), et peut-être la Maison Oblique (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 387 ; L. F. Nixon dans Shaw et Shaw 1996 : 61 ; Shaw et Shaw 1997 : 430-431). Plusieurs installations d’ordre domestique qui concernent entre autres la préparation de nourriture sont mises au jour dans ces maisons305. Installée sur la pente de la colline, la Maison du Support Tubulaire à Serpents (House with the Snake-tube) continue aussi d’être occupée au MR II-MR IIIA1 ; elle connaît une addition assez sommaire, la pièce 10, où on consommait vraisemblablement de la nourriture (J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 202-216, spéc. 215-216, pl. 3.107, 3.108, 3.128, 3.129). Cette maison a fourni un dépôt de sol MR IIIA1 non contaminé (pièce 10, dépôt 27 : Watrous 1992 : 31-33). Quelques activités liées au travail du métal sont suggérées aux alentours de cette maison (J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 216).

  • 306 De la céramique MR II est aussi retrouvée dans la stoa et le corridor de l’aile nord de ce bâtimen (...)
  • 307 J. B. Rutter (Rutter 2005a) développe l’idée de rassemblements qui prenaient place à Kommos dans c (...)
  • 308 À ce propos, D. Puglisi a suggéré que le Bâtiment T néo-palatial fonctionnait entre autres comme u (...)

259Dans l’Aire Sud, au MR II, le Bâtiment T est pratiquement abandonné, à l’exception d’une zone dans l’angle nord-ouest de la cour centrale qui est remodelée, et où des activités liées à la cuisine et à quelque artisanat ont lieu, qui sont en continuité avec celles de la fin du MR IB (pièce 5 : Watrous 1992 : dépôts 11-12 [Groupe 47])306. En effet, un foyer est en usage, étroitement associé à une jarre qui devait servir pour la cuisson d’aliments et entouré des restes de plusieurs grandes poteries culinaires et de stockage (Watrous 1992 : 15-16, n° 273-275, pl. 7 ; Rutter 2005a : 69-72, fig. 4.5 et 4.6 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 486-489 [groupe 45], 505s.). Une accumulation graduelle de vaisselle de table très fragmentaire y est également mise en évidence – tasses, bols, cruches, petits conteneurs – dont un nombre non négligeable d’importations : des tasses probablement produites à Knossos et en Grèce continentale (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 507). Des conteneurs en céramique importés des Cyclades, de Chypre et d’Egypte ont également été reconnus (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : spéc. 488-489 [n° 45/3-7, 10-12], 505-506, 515). J. B. Rutter a proposé d’y voir les restes des vaisselles utilisées lors de repas communautaires qui devaient toujours prendre place dans la cour de l’Aire Sud à cette époque, à l’instar de ce qui s’y passait déjà au début de l’époque néo-palatiale et en continuité avec la fin du MR IB (Rutter 2005a : spéc. 71-72, 80 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 507, 514)307. Il est évident que l’occupation de l’Aire Sud se prolonge au cours du MR IIIA1, bien qu’aucune trace directe des activités qui y correspondent ne soit attestée. Cependant, de la céramique MR IIIA1 a été retrouvée dans des contextes plus tardifs, à savoir les remblais destinés à niveler le site lorsque des structures architecturales considérables y sont élevées au début du MR IIIA2 (Bâtiment N et les galeries P1 et P2 : J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 487 et 516). Ceci suggère une fréquentation au moins partielle de l’Aire Sud au MR IIIA1, avant son remodelage total à la phase suivante, peut-être à la suite d’un incendie qui a perturbé cette zone (B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 507)308.

260C’est surtout au nord-est de l’ancien Bâtiment T, dans la Maison X, que l’occupation MR II-IIIA1 de Kommos est significative (Shaw et Shaw 1993 : 131-161, fig. 4 ; l’étude de cette maison sera prochainement publiée). Il s’agit d’une riche et grande maison néo-palatiale, qui continue d’être habitée au cours des MR II et MR IIIA1 (de la poterie MR II est trouvée dans presque toutes les pièces de cette maison : Watrous 1992 : 26-27, 29-30 [dépôts 18, 19, 24]). Cette habitation est réorganisée de manière importante dès le MR II, particulièrement par l’aménagement dans la pièce 7 de ce qui semble être un petit sanctuaire. L’équipement en céramique passé hors d’usage de ce sanctuaire hypothétique a par la suite été répandu dans d’autres pièces de la maison, qui ne sont donc vraisemblablement plus habitées (Shaw et Shaw 1993 : spéc. 149-152). Parmi le mobilier répondant aux activités tenues dans cette maison au MR II, on trouve, outre plusieurs types de poteries, des braséros et une importante collection de coquillages ou un sceau gravé de la représentation d’un oiseau (Shaw et Shaw 1993 : 149-153, pl. 23-25). Au MR IIIA1, plusieurs portes de la Maison X sont bloquées et la surface occupé est réduite ; il semble que seules les pièces 4, 5 et 7 continuent d’être utilisées (Shaw et Shaw 1993 : 159).

Tombes
  • 309 Une larnax en forme de baignoire a été découverte in situ dans la stoa nord de l’Aire Sud ; il ne (...)

261Il est assez étonnant qu’aucune tombe de l’Âge du Bronze Récent n’ait été découverte dans les environs de Kommos ou du moins, toute découverte fortuite d’ordre funéraire qui aurait été faite n’a pas été mentionnée dans les études qui ont été consacrées à ce site309.

Mobilier

262Des dépôts de céramique de style MR II ont été identifiés en divers endroits de l’habitat établi sur la colline et dans l’Aire Sud (Maison du Support Tubulaire à Serpents et Maison X : Watrous 1992 : 20-30. Aire Sud : J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 486-492 [groupes 45, 46a, 46b], tableau récapitulatif 3.64 ; Shaw, Betancourt et Watrous 1978 : 120-125 ; Watrous 1981 : 75-77). Les ensembles les plus significatifs proviennent de la Maison X (Watrous 1992 : 26, 29, 30 [pièces 10 et 11 : dépôts, 18, 19, 24] ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 512, n. 154). Si ces dépôts représentent une phase d’occupation stratigraphiquement distincte, il s’agit toutefois surtout de contextes de remblais et peu de dépôts de sol. En ce qui concerne la phase MR IIIA1, d’importants dépôts de céramique de style MR IIIA1 sont mis au jour dans la Maison du Support Tubulaire à Serpents et dans la Maison X, dont plusieurs ne sont pas encore publiés (Maison du Support Tubulaire à Serpents : Watrous 1992 : 30-33 ; Maison X : Watrous 1992 : 34 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 517, n. 161) ; pour l’analyse de ces dépôts MR IIIA1 : Watrous 1992 : 125-130).

  • 310 De nouveaux types de motifs apparaissent et une nouvelle technique de décoration est utilisée, qui (...)

263Si aucune rupture évidente de l’occupation de Kommos n’a eu lieu entre la fin du MR IB et le MR II, l’analyse de la céramique de production locale met en évidence des changements (Watrous 1992 : 119-125 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 507-515). On note par exemple la diminution importante de la coupelle conique ou des productions en céramique fine décorée en général (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 505), mais aussi une hétérogénéité plus importante des canons de la décoration, pour les tasses semi-globulaires décorées par exemple310. Au point de vue des nouveautés, la kylix à pied court à une ou deux anses et le gobelet éphyréen sont en usage dans les maisons de Kommos au MR II, mais ils semblent très peu communs. En effet, L. V. Watrous avait identifiés de nombreux tessons de gobelets/kylix, mais il s’agissait rarement de fragments diagnostiques de pied ou de base ; ces tessons correspondraient dès lors davantage à des bols à anses horizontales latérales, un type de vase fréquent sur le site durant cette phase (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 513, n. 157 et 159 contra Watrous 1992 : 121). Dans l’Aire Sud, où une importante quantité de vaisselle de table caractérise bel et bien les dépôts MR II identifiés, le gobelet/kylix est quasiment absent (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 507, n. 152). La céramique locale de Kommos relative aux phases MR II et MR IIIA1 a été spécifiquement étudiée par J. A. Arvanitakis (Arvanitakis 2005, thèse de doctorat). Celui-ci a considéré ses particularités morphologiques, stylistiques et technologiques et l’a comparée aux dépôts MR II et MR IIIA1 de la Maison Inexplorée de Knossos. Au terme de son étude, il soutient que la production de céramique à Kommos au MR II est « well rooted in the Mesariote LM IB Late style and remained clearly distinct from Northcentral Cretan LM II » (Arvanitakis 2005 : 234). Certains types de motifs, d’agencement du décor et conventions décoratives sont en continuité avec les traditions locales MR IB et n’ont pas leurs pareils à Knossos, de même que le façonnage des vases et leur traitement de surface indiquent des différences significatives par rapport aux productions knossiennes (Arvanitakis 2005 : 238, voir aussi 201-204, 237). J. A. Arvanitakis concède que certaines poteries MR II de Kommos témoignent d’un « style knossien », mais il suggère qu’il s’agit essentiellement de céramique importée de Knossos et non d’une imitation par les potiers locaux d’une tradition contemporaine de Crète centrale (Arvanitakis 2005, spéc. 237-238, n. 177). Selon cet archéologue, et L. V. Watrous avant lui, c’est à la phase MR IIIA1 que la production de céramique locale est « closely affiliated with the contemporary Knossian tradition » (Arvanitakis 2005 : 238) ; les imitations locales de prototypes knossiens réalisées avec grande qualité se multiplient (Watrous 1992 : 125-129, spéc. 129 ; Shaw et Shaw 2006 : pl. 3.66).

  • 311 Je remercie vivement J. B. Rutter de m’avoir éclairée en plusieurs points sur ces observations con (...)

264Le réexamen récent par J. B. Rutter de la céramique MR II qui provient de remblais bien stratifiés nuance ces observations. Ce spécialiste est en effet parvenu à distinguer deux phases céramiques au sein des contextes stratigraphiques MR II (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 513-514, tableau 3.64 ; J. A. Arvanitakis n’avait pas tenu compte de cette distinction : Arvanitakis 2005 : 86, 88-91). Ainsi, il observe que, si la poterie qui correspond à la première sous-phase révèle des liens certains avec la tradition locale antérieure, la céramique relative à la deuxième de ces sous-phases voit l’apparition, nouvelle et encore limitée, du gobelet ou de la kylix à pied court (par exemple, Watrous 1992 : fig. 23 et 26) et témoigne d’une manière générale d’une « knossossisation » de la décoration dans la production locale de tasses semi-globulaires (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 514, n. 160 et commentaire personnel)311. J. B. Rutter reconnaît que ces gobelets MR II sont stylistiquement identiques aux exemplaires knossiens mais que leur fabrique suggère une production locale ; dans l’état actuel de son étude, il ne tranche toutefois pas quant à la proportion de productions locales et d’importations knossiennes de ces gobelets MR II (J. B. Rutter, commentaire personnel).

265De la céramique importée d’autres régions de l’île au cours de cette période a été reconnue à Kommos, qui provient essentiellement de Knossos (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 514). Des poteries fines décorées, surtout des tasses semi-globulaires et des gobelets et kylix, issues des ateliers knossiens arrivent sur le site dès le MR II mais surtout au MR IIIA1 (Watrous 1992 : 150-151 ; Arvanitakis 2005 : 12, n. 44). Ces importations sont donc imitées sur le site, probablement dès un stade avancé de la phase MR II, comme on vient de le voir. Des importations de Phaistos et Aghia Triada, qui consistent aussi essentiellement en des vases à boire, ont été reconnues par L. V. Watrous en plusieurs occasions, sur la base d’une fabrique caractéristique qu’il traite en un seul groupe (Watrous 1992 : 149-150). Une tasse semi-globulaire de style MR II possiblement importée de l’« atelier de La Canée » a par ailleurs été isolée (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 494 [n° 47/10]).

  • 312 À l’époque néo-palatiale, les importations de céramique étrangère étaient devenues assez fréquente (...)
  • 313 Contextes archéologiques relatifs aux époques néo-palatiale, palatiale finale et post-palatiale, s (...)
  • 314 Contextes archéologiques relatifs aux époques néo-palatiale, palatiale finale et post-palatiale, s (...)
  • 315 Des pithos chypriotes faisaient partie, entre autres, des cargaisons des épaves d’Uluburun et du c (...)

266Ce qui est plus extraordinaire, cependant, ce sont les arrivées massives à Kommos à partir du MR II, mais surtout au MR IIIA1, de céramique de diverses origines externes à la Crète, notamment de grands vases de transport312. Cette céramique importée a été étudiée par L. V. Watrous313, puis par J. B. Rutter314. De manière générale, le nombre d’importations trouvées dans les couches d’occupation qui répondent aux phases MR II-MR IIIA1 et au début de la phase MR IIIA2 est bien plus considérable par rapport à l’époque néo-palatiale à Kommos et certains types de vases étrangers sont même en quantité égale, voire majoritaire, par rapport à la période d’occupation plus longue qui suivra, aux MR IIIA2 et MR IIIB (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 685-688). Il s’agit tout d’abord de l’importation de céramique fine décorée, notamment de la vaisselle à boire et à verser de Chypre et de Grèce continentale, un phénomène qui avait débuté à l’époque néo-palatiale. Aux MR II-début MR IIIA2, de nouveaux types de vases importés de ces deux régions apparaissent, toujours en quantités très limitées, toutefois. Il s’agit particulièrement du bol chypriote à engobe blanche II («  white slip II milk bowl ») qui est importé à partir du MR IIIA1 ou du début du MR IIIA2 (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 653-658, 686, tableau 3.104) et du gobelet ou kylix à pied court et à deux anses décoré (e) de l’HR IIB-IIIA1 (Watrous 1992 : 45, n° 789, 155, n° 1926 [Maison du Support Tubulaire] ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 490, n° 46a/6 [Aire Sud], consulter aussi 667-670, 686, n. 241, tableau 3.109). Un tout autre type de poterie chypriote importée à Kommos à partir du MR IIIA1 est le pithos dans une fabrique blanche et non décoré («  plain white ware ») (Shaw J. 2004 : fig. 3.5 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 655-658, tableau 3.105 ; au sujet de ces pithos chypriotes, consulter Pilides 2000 : spéc. 48-53)315. Au tout début du MR IIIA2 apparaissent les premiers vases à étrier miniatures importés du continent helladique, qui transportaient probablement des huiles parfumées ou autres produits de prix (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 495 n° 48/4, 686-687, pl. 3.53, 670).

  • 316 Ces cruches ont été découvertes tant au sein de l’habitat que dans l’Aire Sud, mais sont particuli (...)
  • 317 Le tableau 3.103 fait le point sur les différentes fabriques identifiées parmi ces jarres cananéen (...)
  • 318 La Maison X constitue à nouveau une exception puisque trois exemplaires complets sont découverts, (...)
  • 319 Les résultats des études spécifiques consacrées à l’identification des fabriques, origines et cont (...)
  • 320 Décantées puis reconditionnées dans l’Aire Sud, les conteneurs d’origine de ces produits se sont b (...)

267En ce qui concerne les grands conteneurs qui transportaient denrées et produits commercés d’origines variées, ils proviennent en partie de régions avec lesquelles Kommos avaient déjà des liens à l’époque néo-palatiale mais attestent surtout des nouveaux contacts. Les importations en provenance d’Egypte ont commencé au début du MR IB et se poursuivent aux MR II-IIIA2, pour culminer au début du MR IIIA2. Elles consistent essentiellement en des amphores qui devaient transporter quelque produit de type agricole (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 647-649, pl. 3.55, tableau 3.101). Ces vases égyptiens sont retrouvés très fragmentés dans l’Aire Sud, mais quelques exemplaires complets ont été collectés dans la Maison X (Rutter 1999 : 146, n. 53). De cette dernière proviennent par ailleurs deux petites flasques lentoïdes égyptiennes («  pilgrim flask »), qui pourraient avoir approvisionné Kommos en onguents ou même en vin (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 647, non illustrées). Les nouveaux liens extra-insulaires qui se mettent en place au MR II concernent la région ouest-anatolienne et la région syro-palestinienne ; ils croissent considérablement à partir du MR IIIA1 (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 516). Les vases d’Anatolie occidentale identifiés à Kommos consistent surtout en des cruches en céramique luisante rouge-brun (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 658-663, pl. 3.61, tableau 3.106)316. Celles-ci auraient fourni le site et sa région en vin, produit dans le royaume d’Arzawan (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 861). De la région syro-palestinienne arrive la jarre de transport caractéristique de ces contrées dite « jarre cananéenne » («  Canaanite jar ») (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 649-653, pl. 3.62, tableau 3.102 et 3.103)317. Celle-ci est essentiellement mise en évidence dans l’Aire Sud, où sa concentration maximale sous une forme très fragmentée concerne des contextes MR IIIA1 et début du MR IIIA2318. La denrée principale en provenance du Liban et de la Syrie du Nord modernes que les jarres cananéennes transportaient était vraisemblablement de l’huile, logiquement pas l’huile d’olive mais peut-être de sésame, tandis que celles qui quittaient la région nord d’Israël achalandaient notamment Kommos en résine de pistachier (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 652, 861)319. Il est évident qu’une grande partie des produits importés était redistribuée plus largement à partir de Kommos vers d’autres sites de la Crète centrale-sud et même au-delà320.

  • 321 L’absence évidente sur le site de Kommos d’objets « exotiques » ou matières premières plus précieu (...)

268Deux ancres de bateaux en pierre sont découvertes dans l’Aire Sud. Elles pourraient correspondre à la phase MR IIIA1 puisqu’elles ont été trouvées réutilisées comme matériel de construction dans un contexte MR IIIA2 d’une des galeries du Bâtiment P (Shaw J. 1995 ; Shaw J. 2006 : 94-95, fig. 69 ; J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 74, 79-80, 740, 745, pl. 4.24 et pl. 4.25). L’analyse des foraminifères incrustés dans la pierre calcaire de ces ancres montre que cette pierre provient de la côte syrienne ou de Chypre (Shaw J. 1995 ; Rutter 1999 : 141). Elles ont probablement été amenées à Kommos par un ou deux bateaux étrangers de grande taille (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 855 ; Shaw J. 1998 : 15). Parallèlement à l’analyse de la céramique importée à Kommos, la présence de ce type d’objet sur le site indique davantage, à cette période donnée, l’arrivée au port de Kommos de bateaux étrangers de marchands négociant les denrées de leur région d’origine, augmentées d’autres marchandises embarquées au fur et à mesure de leurs différentes étapes, plutôt que le retour de bateaux crétois qui auraient été faire commerce de leurs produits (Rutter 1999 : 146, n. 155 ; Shaw J. 1998 : spéc. 17). J. B. Rutter a défendu que ces bateaux étaient principalement d’origine chypriote (Rutter 1999 : 146-147). Hormis ces conteneurs en céramique d’origines variées qui approvisionnaient la Crète centrale-sud en différents produits principalement liés à la subsistance, aucun objet plus « exotique », de nature plus prestigieuse, n’a été découvert à Kommos, comme de la vaisselle en faïence ou des objets en ivoire sculptés. Le vase en verre égyptien découvert dans la pièce 4 de la Maison X constitue une exception (Shaw et Shaw 1993 : 154, pl. 27c ; Cline 1994 : n° 784)321.

269J. B. Rutter explique cet engouement pour le commerce international par le développement à Kommos des intérêts de Knossos, les dirigeants knossiens ayant pris le contrôle de la Crète centrale-sud à partir du MR II-IIIA1 (Shaw J. 2006 : 118 [commentaire de J. B. Rutter]).

Aux MR IIIA2 et MR IIIB

Habitat

270Au MR IIIA2, vraisemblablement au début de cette phase, une restructuration importante du site de Kommos est amorcée, qui consiste surtout en un programme de constructions architecturales d’une envergure considérable dans l’Aire Sud (Shaw et Shaw 2006 : planche hors texte).

  • 322 Un indice indirect des allers et venues incessants qui avaient lieu dans ces galeries, particulièr (...)

271Le réaménagement de l’espace occupé par les ruines du monumental Bâtiment T néo-palatial est total, avec la mise en place du gigantesque Bâtiment P et du, plus modeste, Bâtiment N (ces deux bâtiments ont été exhaustivement publiés : Shaw et Shaw 2006, spéc. 60-85 pour leur analyse architecturale). Initialement, deux grandes galeries – mesurant chacune environ 5,50m x 40m – sont construites sur la partie nord de l’ancienne aile est du Bâtiment T ; plus tard au cours de la phase MR IIIA2, quatre autres galeries sont ajoutées au sud des deux premières, qui constituent ensemble le Bâtiment P (Shaw J. 1986 : 255-260 qui datait alors la construction du Bâtiment P de la phase MR IIIA1 ; Shaw et Shaw 1993 : 167-170, fig. 8-10, pl. 32, 33c, 34a-b ; Shaw J. 2004 : 43s., fig. 3.2 ; Shaw J. 2006 : 124-125, fig. 26-27 ; J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 70-78 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 518s.). La poterie trouvée sur les sols les plus anciens des quatre dernières galeries correspond à la phase MR IIIB (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 583s.). Un grand espace ouvert est également aménagé devant le bâtiment, à l’ouest, vers lequel ouvrent les galeries, qui se prolonge sans entrave en direction du rivage (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 84-85). De gros blocs en pierre de taille sont récupérés du Bâtiment T et utilisés pour l’élévation de la façade est de l’édifice essentiellement, agencés en plusieurs assises assez peu régulières, au-dessus du niveau d’orthostates de l’ancien bâtiment néo-palatial (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 72, pl. 1.78A, 1.81, 1.82). Les sols des galeries, aménagés en terre battue, ont été renouvelés à plusieurs reprises, mais les tentatives de distinguer stratigraphiquement ces différentes phases d’utilisation au MR IIIA2 et surtout MR IIIB ont parfois difficilement abouti (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 607-609). Plusieurs foyers et traces de brûlé ont été identifiés sur ces sols et, au fond de la galerie P3, et probablement aussi de la galerie P2, un four avait été installé, au plan en forme de U ou de fer à cheval et couvert d’un dôme en argile (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 77, 81, pl. 1.98, n. 269). Les galeries du Bâtiment P ont été interprétées comme des abris à bateaux, utilisés pendant les mois d’hiver (Shaw M. 1985 ; Shaw J. 1986 : 262-269 ; Shaw et Shaw 1993 ; Shaw et Shaw 1999 ;. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 851-852.)322. Une brève intervention architecturale a lieu au cours du MR IIIB devant l’entrée ouest de la galerie P6 lorsqu’une sorte de terrasse est élevée et au niveau du mur mitoyen des galeries P2 et P3 qui subit une extension vers l’ouest (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 599-600). L’ensemble est abandonné avant la fin de la phase MR IIIB (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 85 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 519, n. 163).

272Faisant sans doute partie d’un même programme de construction, le Bâtiment N est aménagé de manière indépendante et selon un plan original au-dessus des structures néo-palatiales détruites de la partie ouest de l’aile nord du Bâtiment T (Shaw J. 1984 : 274-278 ; J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 60-69). Il est lui aussi élevé en partie à l’aide de blocs en pierre de taille récupérés du Bâtiment T, surtout pour sa façade est. Il s’agit d’au moins trois grandes pièces couvertes sans étage et d’une sorte de préau qui s’articulent sur deux côtés opposés d’une cour (Shaw et Shaw 2006 : pl. 1.9 et pl. 1.10). L’accès au bâtiment est donné par le sud, c’est-à-dire à partir de la grande cour qui devance le Bâtiment P et que le Bâtiment N longe au nord. Certaines de ces pièces (N12 et N13) étaient entre autres destinées à des activités artisanales liées au travail du bronze et probablement aussi à la cuisine (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 68-69). Dans d’autres espaces, le mobilier suggère une simple occupation de type domestique, comme le laisse penser la découverte d’un dépôt de sol très important de vaisselle de stockage et de cuisine dans la pièce 5 et le corridor 7, qui correspond à la dernière phase d’occupation de ce bâtiment au MR IIIB (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 64-65 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 602-603). Au cours du MR IIIB, cet édifice subit quelques modifications, avant d’être abandonné vers le milieu ou la fin de cette phase, vraisemblablement au même moment que le Bâtiment P (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 65-66). Les archéologues de Kommos ont suggéré de lier la fonction du Bâtiment N au moins en partie au Bâtiment P et donc aux activités portuaires ; il endossait peut-être une fonction plus administrative, associée au contrôle de l’usage des galeries (Shaw 1984 : 287 ; J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 854, 874).

  • 323 Cette activité rituelle supposée peut être mise en relation avec une installation sur une terrasse (...)
  • 324 Plus tard, sur les ruines de cette maison, des murs – aujourd’hui très érodés – sont construits à (...)
  • 325 Ces structures spécifiques sont caractéristiques de la phase MR IIIA2-IIIB à Kommos, mais il n’est (...)
  • 326 D’autres activités de construction et nouvelles installations MR IIIA2 et MR IIIB sont reconnues s (...)

273Quelque peu en marge de ce programme de construction, la Maison X continue très partiellement d’être habitée au MR IIIA2, avec une occupation identifiée dans les pièces 4 et 5, et probablement une utilisation prolongée du sanctuaire dans la pièce 7323. Les dépôts de poterie MR IIIA2 mis au jour correspondent au moment de l’abandon de cette maison (Shaw et Shaw 1993 : 131s., 151)324. Les habitations sur le sommet et la pente de la colline continuent d’être occupées (Shaw et Shaw 1997 : 430). Au début du MR IIIA2, une nouvelle phase de construction est identifiée au sein de plusieurs de ces habitations. Sur le sommet de la colline, la Maison Nord connaît de nouvelles installations, les sols de plusieurs pièces sont rehaussés, certaines portes sont bloquées tandis que de nouvelles ouvertures sont percées ; il semble aussi que l’étage n’est progressivement plus utilisé (M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 42, 51-52, pl. 2.8). M. C. Shaw observe ainsi la division de la maison en trois unités de 25-30m ² qui pourraient fonctionner séparément, sans communication entre elles mais ayant chacune leur accès vers l’extérieur. Plusieurs nouvelles structures construites à l’aide de dalles en pierre posées de champ selon un plan en Π sont installées dans au moins deux de ces petites résidences de l’ancienne Maison Nord, dans un coin d’une pièce ou contre un mur. L’une de ces installations est dotée d’une superstructure en argile en forme de dôme (pièce N16), ce qui suggère davantage un four (Shaw M. 1990 : 238, fig. 4a, 8, M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 46, pl. 2.44, 5.5, 5.9)325. Au sud de cette maison, la Maison Oblique connaît également plusieurs activités de construction au MR IIIA2, dont sa division en plusieurs pièces ou groupes de pièces indépendants (L. F. Nixon dans Shaw et Shaw 1996 : 61-62, pl. 2.78)326.

  • 327 Une installation semblable est découverte dans la pièce 21 de la Maison du Support Tubulaire à Ser (...)
  • 328 Si l’exploitation à l’échelle industrielle de ressources agricoles est vérifiée, celle-ci contrast (...)

274L’installation permanente et l’utilisation d’une plateforme construite surmontée d’un pressoir pour la production d’huile d’olive et/ou de vin dans la pièce 5 de la Maison du Pressoir correspond à la phase MR IIIA2 et doit être en partie connectée aux activités qui se passaient dans l’espace voisin 2 qui, autrefois intérieur, est transformé en une cour couverte au MR IIIA2 (H. Blitzer dans Shaw et Shaw 1995 : 486, pl. 8.63A-B ; M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 126-127)327. Les activités de production mises en évidence par ce pressoir et identifiées dans la cour 2 devaient sans aucun doute dépasser les nécessités d’une seule cellule familiale et suggèrent une production industrialisée de vin et/ou d’huile d’olive, peut-être destinée au commerce (M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 126-127)328. Sur la pente de la colline, la Maison du Support Tubulaire à Serpents connaît aussi d’importantes transformations à partir du MR IIIA2, liées à des niveaux d’occupation MR IIIA2 et MR IIIB stratigraphiquement distincts (J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 217-218s., pl. 3.109 [phase MR IIIA2]). Des activités de cuisine et de stockage y ont lieu et quelques traces du travail du métal sont reconnues dans certains espaces intérieurs et extérieurs (H. Blitzer dans Shaw et Shaw 1995 : 530 ; J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 218-219).

275Au cours de la phase MR IIIB, plusieurs signes d’abandon partiel ou total des maisons sont identifiés, les investissements architecturaux sont faibles et consistent principalement en la division des grands espaces en plus petites unités, notamment en récupérant des matériaux de construction de maisons ou parties de maisons abandonnées (M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 52-53). Dans la Maison Nord par exemple, l’occupation MR IIIB est restreinte et succède même peut-être à une période d’abandon temporaire ; des activités liées au travail du métal y prennent place (M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 52-53). La production d’huile d’olive et/ou de vin dans la Maison du Pressoir semble perdurer, mais aucun aménagement ou rénovation de type architectural n’est entrepris (M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 127). Sur la pente de la colline, dans et autour de la Maison du Support Tubulaire à Serpents, quelques activités de construction sont engagées au MR IIIB, assez modestes, qui consistent surtout en des restaurations grossières de structures antérieures ; celles-ci correspondent à deux phases distinctes (J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 219-235, pl. 3.111-3.112). La mise en évidence dans et autour de cette maison de plusieurs foyers, ainsi que d’une importante quantité de céramique grossière qui correspond à la phase MR IIIB, dont un nombre élevé de récipients et plats à cuisiner, attestent une importante activité liée à la préparation et à la cuisson de nourriture (J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 220, 221, 225-226, 234 ; cf. ci-dessous, Mobilier). Quelques activités liées au travail du métal sont encore suggérées aux alentours de cette habitation (H. Blitzer dans Shaw et Shaw 1995 : M 19-21, 30-31, 36, 41 ; J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 234, tableau 3.4).

  • 329 L’abandon au sens large du site de Kommos pourrait plus vraisemblablement être situé vers la fin d (...)

276En résumé, l’occupation MR IIIA2-IIIB de Kommos s’articule vraisemblablement autour des opérations menées dans l’Aire Sud et, si l’état actuel des fouilles de la ville de Kommos établie sur la colline est représentatif de cette occupation, il semble que la vie à Kommos durant cette période était surtout consacrée à des activités d’ordre artisanal, industriel et économique. Celles-ci concernaient vraisemblablement une plus large région autour du site de Kommos, dont le quartier résidentiel est relativement restreint et d’assez pauvre qualité architecturale (Shaw et Shaw 1997 : 434). Vers la fin du MR IIIB et au moment de la transition vers le MR IIIC, les traces d’occupation à Kommos se font plus rares (P. J. Callaghan et A. W. Johnston, mais aussi J. W. Shaw, dans Shaw et Shaw 2000 : respectivement 211-214 et 698)329. Il semble que le site soit déserté, sans signe de violence (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 85). La construction du Temple A débute grosso modo un siècle après cet abandon, à la fin du 12e s. av. J.-C.

Mobilier330
  • 330 En ce qui concerne l’examen du mobilier archéologique issu des contextes MR IIIA2 et MR IIIB de Ko (...)
  • 331 Ce nom lui a été donné par Watrous 1992 : 135. Pour les amphores à col court découvertes au sein d (...)
  • 332 J. B. Rutter a défendu l’idée que cette amphore a résolument été conçue pour rivaliser avec les au (...)
  • 333 L’amphore à col court importée probablement de Kommos et découverte à Knossos est publiée dans Eva (...)

277Une poterie tout à fait caractéristique à Kommos au MR IIIA2 est l’amphore à col court («  short-necked amphora ») qui est retrouvée en nombre dans les couches MR IIIA2-IIIB, au sein de l’habitat sur la colline mais surtout dans l’Aire Sud, où sa présence est abondante dans les galeries du Bâtiment P331. Selon les analyses de L. V. Watrous et J. B. Rutter, il s’agit d’une nouvelle tradition de production dans la région de Kommos, qui produit cette amphore à col court par milliers. Sa production s’inspire probablement des différents types de vaisselles de transport étrangères qui arrivent à Kommos depuis l’époque néo-palatiale et elle remplace localement l’ancienne amphore à ouverture ovale des époques proto-et néo-palatiales utilisée à travers toute la Mesara (Watrous 1992 : 135 ; Rutter 2000 : 186 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 582)332. L’examen des contextes d’origine de cette forme montre qu’elle n’apparaît qu’après la construction des galeries P1 et P2, c’est-à-dire au cours de la phase MR IIIA2 (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 582). A une phase vraisemblablement d’expérimentation au MR IIIA2, durant laquelle la production de cette amphore présente plusieurs variations en ce qui concerne son profil, son traitement de surface (décorée ou non), ses méthodes de manufacture et même sa fabrique, succède une phase de production en masse d’une forme bien plus standardisée, au cours du MR IIIB (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 582 et n. 165 ; consulter aussi Rutter 2000 : 186). Plusieurs tessons d’amphores à col court trouvés dans et autour du Bâtiment P portent, sur leur face intérieure, des taches laissées par de l’hématite ; il est suggéré que cette substance, et/ou de l’ocre rouge, était transporté (e)(s) dans ces vases et donc commercé (e)(s) à partir de Kommos (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 78, 861 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 583, 861). J. B. Rutter a souligné que la ou les matière(s) principale(s) commercée(s) par cette amphore, vraisemblablement produite en masse en raison du développement d’un commerce d’exportation, est encore difficile à définir, bien qu’elle(s) soi(en)t probablement de nature organique, l’huile d’olive étant un candidat pertinent, comme le vin (Rutter 1999 : 147 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 861-862). L’identification de ce type d’amphore de Kommos sur d’autres sites crétois ou extérieurs à l’île est aujourd’hui presque nulle – à l’exception d’un vase découvert dans la Maison Nord-Ouest de Knossos – mais fait l’objet d’une étude en cours (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 582)333. L’amphore à col court de Kommos est sans doute à mettre en relation avec la fonction du Bâtiment P (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 582-583).

  • 334 T. G. Palaima (Palaima 1984) qui a étudié les toponymes crétois inscrits en Linéaire B sur les vas (...)

278Parmi la céramique locale de Kommos aux MR IIIA2 et MR IIIB (Watrous 1992 : 130-146), on pointera notamment, concernant la vaisselle à boire MR IIIA2, la kylix, la tasse semi-globulaire décorée («  teacup ») et la coupe à champagne ; la coupelle conique non décorée semble rester par ailleurs populaire (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 587 contra Watrous 1992 : 132). Il est intéressant de noter que des fragments de vases à étrier de stockage en céramique grossière, notamment décorés du motif de l’octopus, sont découverts au sein de l’habitat ; leur fabrique ne correspond pas à celle de la vaisselle domestique locale de Kommos mais les analyses pétrographiques de certains vases de ce groupe indiquent qu’ils sont produits dans la Mesara (Watrous 1992 : 143 [par exemple n° 1517, 1636], citant un commentaire de R. E. Jones)334.

  • 335 J. B. Rutter relève des éléments morphologiques et décoratifs parmi la céramique MR IIIB découvert (...)

279En ce qui concerne la définition de la céramique MR IIIB de Kommos et sa mise en parallèle avec des dépôts stratifiés MR IIIB d’autres sites crétois de manière à établir des corrélations solides en termes de chronologie relative, la récente analyse minutieuse de J. B. Rutter – particulièrement en termes de décoration peinte – apporte un bon nombre de perspectives et d’éléments neufs que l’on ne relatera pas ici (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 610-630. tableau 3.96)335. Une importante proportion du répertoire céramique MR IIIB dérive directement des formes courantes sur le site au MR IIIA2, avec la prépondérance de la tasse semi-globulaire profonde (« deep teacup »), puis du bol profond et de la kylix en ce qui concerne la vaisselle à boire décorée, et de la coupe à champagne, pour la vaisselle de table non décorée (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 614). L’amphore à col court, non décorée, reste dominante. On précisera encore que quatre nouvelles formes semblent apparaître à Kommos au MR IIIB, qui ne deviennent pas spécialement populaires : le cratère en forme de cloche, le support ajouré, un nouveau type de bol au profil particulier muni de deux anses horizontales, un nouveau type de louche très robuste et de fabrique très grossière (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 612-614 avec références). J. B. Rutter a suggéré que les deux premières formes témoignent d’une modification des pratiques qui concernent les cérémonies liées à la consommation de boissons et que la louche est peut-être associée à des activités associées au travail du cuivre, qui semble importé de manière importante sur le site au MR IIIB (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 613). En ce qui concerne la vaisselle de cuisine plus spécifiquement, J. B. Rutter a relevé la présence répétée au sein de différents contextes de l’Aire Sud, tant MR IIIA2 que MR IIIB, d’une paire de marmites tripodes accompagnées d’une ou plusieurs jarres de cuisson à anses latérales horizontales ; les grandes dimensions de certaines d’entre elles permettaient de préparer à manger pour un groupe de personnes important (Rutter 2004, J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 588-589, 626-628). D’autres groupes importants de différents types de vaisselles culinaires MR IIIB sont trouvés dans la Maison du Support Tubulaire à Serpents (Watrous 1992 : 96, n° 1663-1664, 1670). Dans la pièce 4 se trouvaient une grande marmite tripode et une grande jarre de cuisson, chacune posée sur une dalle de pierre (Watrous 1992 : 95-96, n° 1652, 1654, 1655 ; J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 227, pl. 3.113). Par ailleurs, c’est dans cette même pièce qu’a été trouvé le support tubulaire à serpents qui a donné son nom à cette maison et qui a, entre autres, encouragé les archéologues à interpréter cet endroit comme un lieu de culte au MR IIIB, plutôt communautaire que privé (M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 372 ; J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 389 ; Shaw J. 2006 : fig. 13 et 14). À la suite, J. B. Rutter suggère que ces différents ensembles composés de plusieurs exemplaires de vaisselle de cuisine, découverts, et dans l’Aire Sud, et dans la Maison du Support Tubulaire à Serpents, sont intervenus dans des consommations de repas à caractère plutôt communautaire que familial (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 627).

280Les exemples de céramique importée à Kommos au cours des phases MR IIIA2 et MR IIIB ne sont absolument pas en reste et demeurent dans la continuité des catégories importées aux MR II-début IIIA2, bien qu’une diminution de ces importations soit constatée (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : spéc. 687-688). Les données présentées ici se basent essentiellement sur les conclusions récentes de J. B. Rutter (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 646-688).

281La céramique importée à Kommos aux MR IIIA2 et MR IIIB qui provient d’autres régions crétoises et qui a été reconnue par L. V. Watrous provient de Knossos et de La Canée dont, respectivement, des tasses et des kylix, d’une part, et des vases à étrier et des kylix, d’autre part, tous en céramique fine décorée (Watrous 1992 : 150, 152-153, 181, fig. 6 ; quelques vases à étrier décorés MR IIIA2-B1 reconnus comme des productions de l’« atelier de La Canée » sont publiés dans Watrous 1992 : 142 [n° 982, 1375, 1507, 1622], fig. 51, 56, pl. 23, 34, 36). Comme pour les contextes MR II-début MR IIIA2, il reconnaît toujours une fabrique qu’il juge caractéristique d’Aghia Triada et Phaistos et qu’il traite en un seul groupe (Watrous 1992 : 149-150). Ce spécialiste a également identifié quelques grands vases à étrier de stockage, notamment dans le style « clair sur sombre », qu’il suggère importés de Crète occidentale (Watrous 1992 : 136, 143, 152 [n° 9231, 1408, 1518, 1522], pl. 36).

  • 336 B. Hallager a mentionné l’identification à Kommos de dix-huit tessons HR IIIA2-IIIB, sans citer se (...)
  • 337 J. B. Rutter a suggéré de lier cette explosion de la production de vases à étrier miniatures en Gr (...)

282En ce qui concerne les contacts extra-insulaires, une nouveauté est l’importation à Kommos de pithos dont la fabrique présente une forte concentration de mica, qui semblent originaires de l’île de Kythera (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 664-665, n. 237 tableau 3.108 ; voir aussi Broodbank, Kiriatzi et Rutter 2005). Ils sont décorés sur la panse de nombreuses fines bandes en relief modelées de dépressions peu espacées (en forme de corde). Ces pithos proviennent de contextes MR IIIB (un exemplaire dans l’Aire Sud : Rutter 2005b : 35-36, fig. 8, J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 557-558 [57d/3], pl. 3.79, 3.93f ; un ou deux autres sur le sommet de la colline : Watrous 1992 : 78 [n° 1342], 93 [n° 1629], 154, pl. 41). J. B. Rutter a par ailleurs observé que d’autres types de poterie présentent une fabrique très similaire, essentiellement de la vaisselle culinaire – des marmites tripodes et plats de cuisson (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 665-666, 579 [MI/AI/2-4], pl. 3.90). Ceci pourrait témoigner de la demande et du commerce de productions spécialisées de céramique domestique de stockage et de cuisine (Rutter 2005b : spéc. 36 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 666). Les importations HR IIIA2-IIIB en provenance de Grèce continentale se poursuivent, de manière limitée cependant336. Il s’agit surtout de céramique fine à boire et à verser, majoritairement produite en Argolide. On relève notamment la kylix à pied haut HR IIIA2 et HR IIIB, décorée ou non, qui remplace le gobelet éphyréen et kylix à pied court importés à la période précédente (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 524 [56b/4], pl. 3.59, 557 [67c/1], 670, 688, pl. 3.78). La céramique décorée mycénienne continue aussi d’être appréciée pour ses vases à étrier miniatures, et sans doute pour l’huile parfumée qu’ils transportaient ; les exemples de l’HR IIIB sont particulièrement communs (Watrous 1992 : 74 [n° 1264], 93 [n° 1621], 155 [n° 1017], 156 [n° 1628], fig. 46, 69, pl. 24, 29, 41, 50 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 556 [67b/4], pl. 3.79, 576 [79/1], pl. 3.86, 670-671, 861)337. Quelques pièces d’exception ont également été importées à Kommos, comme le suggère la découverte de fragments d’un ou deux cratère(s) amphoroïde(s) de l’HR IIIA2, dont l’un porte un décor peint composé d’une scène de char, un thème iconographique typique sur le continent helladique contemporain, mais extrêmement rare en Crète (cf. ci-dessous, 2.6.3. La Canée et 2.6.7. Souda). Ce cratère provient du dernier niveau d’occupation dans la Maison X, au MR IIIA2 (Rutter 1999 : 144, n. 45 et J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 671, 688).

283Les contacts de Kommos vers les régions du bassin Méditerranéen oriental mis en évidence par la céramique importée sur le site concernent les quatre mêmes régions qu’à la période précédente : l’Egypte, Chypre, la région syro-palestinienne et l’Anatolie occidentale. Des amphores égyptiennes semblent encore arriver à Kommos à cette époque (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 648, tableau 3.101). Une petite flasque égyptienne a par ailleurs été trouvée dans la galerie P3 dans un contexte MR IIIB (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 560 [69a/4], pl. 3.80 ; voir aussi Karetsou, Andreadaki-Vlasaki et Papadakis 2000 : 255, fig. 253a : 3). La vaisselle de table chypriote est toujours appréciée et importée (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 655-658, tableau 3.104). Les jarres cananéennes sont bien attestées aux MR IIIA2-IIIB, bien qu’elles soient moins nombreuses qu’aux MR IIIA1-début MR IIIA2 et il est possible qu’elles ne fournissent plus Kommos en huile (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 652, 688). De l’Anatolie occidentale, les cruches en céramique luisante brun-rouge continuent d’arriver au MR IIIA2 ; la poursuite de ce commerce avec la région anatolienne au cours du MR IIIB n’est toutefois pas claire (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 661-662).

  • 338 Watrous, Day et Jones 1998, pour les analyses pétrographiques réalisées sur ce groupe spécifique d (...)

284Vers l’ouest, de tout nouveaux contacts se créent avec la Sardaigne, vraisemblablement à partir de la phase MR IIIB338. Il s’agit de l’importation de jarres montées à la main dans une argile de couleur sombre brunie («  handmade and burnished dark-surfaced Sardinian jars ») et de bols dans la même fabrique, qui permettaient probablement d’obturer ces jarres (Watrous 1992 : 182 ; Rutter 1999 : 144, n. 43 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 574-575 [78/25-27], pl. 3.86 [jarres], 575 [78/30-32], pl. 3.86 [bol sans lèvre], 674-678, tableaux 3.112, 3.112). Ces vases ont été découverts dans les derniers niveaux d’occupation des maisons sur la pente et le sommet de la colline et de l’Aire Sud, mais aucune trace n’en est relevée dans la Maison X, abandonnée, ni dans les galeries du Bâtiment P (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 675). Leur présence dans les maisons de Kommos et dans le Bâtiment N suggère que ces jarres de transport ont été réutilisées dans des contextes domestiques pour le stockage de certaines denrées ou de certains matériaux, ce qui n’est pas le cas pour les autres conteneurs de différentes origines importés sur le site depuis le MR II, puisque ceux-ci sont principalement découverts dans l’Aire Sud et dans un état particulièrement fragmentaire, à l’exception des pithos importés de Chypre et de Kythera (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 677, tableaux 3.105 et 3.108). De la poterie originaire des régions de la péninsule italienne n’a en revanche pas été identifiée à Kommos (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 677-678).

  • 339 J. B. Rutter souligne que si l’hypothèse de l’importation de métal sous la forme de récupération d (...)

285En ce qui concerne l’importation de cuivre et/ou de bronze à Kommos aux MR IIIA2 et MR IIIB, six fragments de lingots de cuivre ont été découverts sur le site. Trois proviennent de contextes MR IIIA2 mis au jour dans l’habitat sur la pente de la colline (H. Blitzer dans Shaw et Shaw 1995 : 500-501 [M1, M4, M5], pl. 8.82A : respectivement les dépôts 43, 47 et 44 de la pente de la colline dans Watrous 1992). Les trois autres sont issus de dépôts MR IIIB du Bâtiment N dans l’Aire Sud (H. Blitzer dans Shaw et Shaw 1995 : 500-501 [M2, M3, M6], pl. 8.82A ; J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 726, n° 59-61). Il a été suggéré que la période à laquelle ils ont été importés sur le site correspond probablement à la datation générale de leurs contextes de découverte, c’est-à-dire la période post-palatiale des MR IIIA2-IIIB (Rutter 1999 : 141, n. 17). Leur analyse a montré qu’ils provenaient vraisemblablement de Chypre (Muhly, Maddin et Stech 1988). L. V. Watrous a proposé par ailleurs qu’une partie de l’approvisionnement en cuivre et/ou en bronze à Kommos, au MR IIIB essentiellement, était aussi caractérisé par la récupération de matières premières, particulièrement sous la forme de fragments de lingots. Bien qu’il s’agisse toujours de cuivre de source chypriote, il a proposé que ces métaux en morceaux arrivaient de Sardaigne, conditionnés dans les jarres caractéristiques évoquées plus haut (Watrous 1992 : 182 mais Rutter 1999 : 144, 154, n. 43 nuance et suggère plutôt l’importation de matériaux de nature organique dans ces conteneurs arrivés de Sardaigne ; voir aussi J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 677)339.

***

  • 340 La fine analyse des dépôts de céramique qui couvrent les sols et composent les remblais préalables (...)
  • 341 V. La Rosa suggère que Kommos était le site affecté aux échanges internationaux en faveur du réel (...)

286L’omniprésence de l’amphore à col court de production locale à Kommos à partir du MR IIIA2 suggère que ce site prend alors énergiquement part à une activité d’exportation de produits crétois. A la période précédente des MR II-début IIIA2 en revanche, le mobilier archéologique céramique sur le site tendait davantage à suggérer la primauté d’un flux inverse, avec l’entrée au port de Kommos de denrées de différents types et origines, dont une grande partie ne faisait sans doute qu’y transiter, avant d’être distribuée vers l’arrière-pays. L’abondance d’importations étrangères à Kommos, qui culminent au MR IIIA1 et au début de la phase MR IIIA2, ne fait que renforcer son image de centre prépondérant dans le commerce maritime. Ceci suggère les mouvements répétés de groupes d’individus de diverses origines, qui devaient s’y rencontrer pour des périodes plus ou moins prolongées340. De telles importations, variées et nombreuses, ne sont pas du tout reconnues sur le site voisin d’Aghia Triada, tout du moins dans l’état actuel de l’étude de sa céramique (La Rosa 1985 : 53)341. En outre, aucune trace de l’amphore à col court, prépondérante à Kommos au MR IIIA2, n’a pu jusqu’à présent être identifiée à Aghia Triada et à Phaistos (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 587 et n. 169 qui précise la confirmation de cette absence par les archéologues d’Aghia Triada et de Phaistos). Enfin, considérer les importations de céramique à Kommos au cours de son occupation MR II-IIIB selon une perspective diachronique s’avère significatif. La publication récente de leur analyse par J. B. Rutter fait apparaître de manière assez claire que les importations de grands conteneurs en provenance d’Egypte, de Syro-Palestine, de Chypre et de l’Anatolie occidentale connaissent leur concentration la plus forte dans les niveaux archéologiques relatifs au MR IIIA1 mais surtout au début de la phase MR IIIA2, et ce tant dans l’Aire Sud, d’où elles proviennent de façon majoritaire, que dans l’habitat (comparer les tableaux récapitulatifs 3.101, 3.101, 3.105, 3.106 de J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006). Si la seconde phase d’occupation du site, aux MR IIIA2-IIIB, qui voit l’utilisation du gigantesque Bâtiment P, est une période durant laquelle les importations restent majeures, surtout au MR IIIA2, leur diminution est cependant observée (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 687-688). Ainsi, dans une mise en perspective historique et contextuelle plus large du site Kommos au cours de cette période qui suit la destruction de Knossos durant la phase MR IIIA2, J. B. Rutter soutient que :

  • 342 Selon l’avis général des archéologues de Kommos, la Mesara occidentale était sous le joug knossien (...)

When the Western Mesara once again became an independent polity, its fortunes, although promising, simply do not measure up, in terms of the record of imported foreign ceramics, to those periods when Kommos was under the thumb of conquerors from outside the region (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 688)342.

2.4.10. Kannia

Habitat

  • 343 L’examen des supports tubulaires à serpents et des statues en terre cuite de déesses aux bras levé (...)

287Des activités cultuelles datées du MR IIIB ont été identifiées dans quelques pièces de la villa néo-palatiale de Kannia, située près du village de Mitropolis, à 6km à l’est de celui de Mires et à une douzaine de kilomètres à l’est de Phaistos (Alexiou 1958 ; Levi 1959 ; Gesell 1976 : 250-251, 256-257, cat. 8-9, 10-13 ; Gesell 1985 : cat. 21, 43-44, 48-53, 62-65, 77-79, 132, plan 11, pl. 43, 70, 108, 136-137, 141-143, 172-173 ; Whittaker 1997 : 186-188). G. Gesell parle d’un complexe organisé autour d’un sanctuaire à banquette, qui comprend des pièces de rangement et d’autres destinées à la préparation des rituels. Dans la pièce principale (I), quatre statuettes en terre cuite de déesses aux bras levés ont été retrouvées, ainsi que trois supports tubulaires à serpents (Gesell 1976 : ill. 2-5, pl. 42-43 [fig. 10-14], Gesell 1985 : pl. 43, 143). Dans les autres pièces, d’autres exemplaires de ces deux types d’objets ont été collectés, ainsi qu’une importante variété de mobilier à caractère cultuel, comme des figurines humaines ou animales, des plaques à figuration en relief, des tables à offrandes, des vases en forme de tête de taureau ou de déesse et une table à libation décorée de cornes de consécration incisées (Levi 1959 : fig. 14, 19, 23, 24, 34, 35 ; Gesell 1985 : 78-79, pl. 70, 108, 136, 137, 141, 142, 172, 173). Un foyer, ou peut-être une sorte d’autel, a été découvert dans la pièce V, tandis qu’un bothros a été identifié, avec réserve, dans la pièce VI (Gesell 1985 : 78). Un vase à étrier publié de style MR IIIB a permis de suggérer la datation de ces installations cultuelles, mais elle n’est pas définitive tant que l’ensemble du matériel céramique n’est pas publié (Gesell 1976 : 251-252, Gesell 1985 : 79)343. P. Warren a comparé cette activité dans la villa de Kannia avec celle qui caractérise la réoccupation partielle de certaines zones du palais de Knossos au MR IIIB (Warren 1991a : 36).

2.4.11. Ligortyno

Tombes

288Dans la région de l’extrémité orientale de la plaine de la Mesara, à 33km à l’est de Phaistos, deux tombes à chambre de plan ellipsoïdal et précédées d’un dromos ont été découvertes (Savignoni 1904 : 655-659, fig. 119 ; Kanta 1980 : 83-84). Trois et cinq larnax avaient respectivement reçu les inhumations ; certaines d’entre elles contenaient plusieurs crânes (Kanta 1980 : 84). Des poteries de types variés constituent l’essentiel des offrandes. Dans l’une des tombes dont le matériel a été illustré, on compte, outre de nombreux tessons, trois cratères amphoroïdes, une table tripode, des cruches à bec et des œnochoés, un vase en forme de panier, deux kylix à pied haut, un rhyton en forme d’entonnoir et un second en forme de tête de taureau, un thymiaterion, un vase à étrier trapu, une petite jarre piriforme à trois anses et des tasses à une anse (ces vases sont illustrés dans Savignoni 1904 : fig. 120). Deux cratères sont simplement décorés, l’un d’un octopus, l’autre de simples faisceaux de lignes formant des triangles, mais le troisième est orné d’une riche décoration figurée. Deux chèvres rampantes dessinées symétriquement de part et d’autre de la représentation d’un palmier, tandis que dans le champ, un poisson, différents types de fleurs et un autre animal sont dessinés (D’Agata 2005 : 116, fig. 3a-b). L’analyse de la céramique qui avait été déposée dans ces tombes suggère que celles-ci ont été utilisées à partir du MR IIIA2 et réutilisées par la suite, au cours de la phase MR IIIB (Kanta 1980 : 83-84).

CARTE 7. La région de Crète centrale-ouest. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)

2.5. La Crète centrale-ouest : la plaine de Rethymnon, sa bande côtière et son arrière-pays, et la vallée d’Amari (carte 7)

  • 344 A. Kanta attire l’attention sur la situation moderne dans la vallée d’Amari et les connections que (...)

289Cette région s’étend à partir de la ville de Rethymnon, sur la côte septentrionale de la Crète, et le long des contreforts occidentaux du Mont Psiloritis, jusqu’aux rivages méridionaux de l’île, en incluant toute la vallée d’Amari. Elle se compose donc de deux zones principales : d’une part, la région côtière qui s’articule autour de Rethymnon et son arrière-pays et, d’autre part, la région centrale et sud, entre Voliones et Apodoulou, qui constitue – à l’époque concernée comme aujourd’hui – une voie de communication terrestre principale entre la côte nord et la côte sud de l’île, entre la région de Rethymnon et la plaine de la Mesara344.

290En ce qui concerne la fin du Bronze Récent, la majorité des données archéologiques disponibles à ce jour sont d’ordre funéraire, aussi bien pour la région de Rethymnon – avec la plus importante nécropole connue à ce jour pour la période du MR II-IIIB, Armeni – que pour la région de la vallée d’Amari – notamment les nombreuses tombes à tholos MR IIIA2-IIIB ou MR IIIB qui ponctuent le paysage sur une portion de territoire étonnamment limitée, autour d’Apodoulou. Ces tombes attestent l’occupation intense de la région, notamment au 13e s., période dont la définition demeure imprécise dans l’histoire crétoise, mais au cours de laquelle cette région centrale-ouest devait certainement jouer un rôle prépondérant (Godart et Tzedakis 1993a : 245-247 ; Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 145).

291Jusqu’à présent, ces nécropoles ou tombes isolées n’ont, pour la plupart, pas pu être associées à leur habitat. Ces nombreuses données funéraires et les quelques rares informations disponibles concernant l’habitat dans cette région de la Crète ont fait l’objet de quelques études synthétiques choisies (Pologiorgi 1987 ; Godart et Tzedakis 1992 ; Godart et Tzedakis 1994 ; Kanta 1994 ; Tzigounaki 1996 ; voir aussi Kanta 1980 : 204-208 et Kanta 1994 : 68). On débute avec la présentation des données de la partie sud, dans la continuité de la présentation de la Crète centrale-sud, en progressant vers le nord, vers la région de Rethymnon.

2.5.1. Apodoulou

Habitat

292Le village moderne d’Apodoulou est accroché aux flancs occidentaux du Psiloritis, dans la partie méridionale de la région de la vallée d’Amari, à 35km au sud-est de Rethymnon et à respectivement 12km et 14km au N/N-O d’Aghia Triada et de Phaistos. Une route minoenne a peut-être été identifiée au lieu-dit de Dracona, dans la région d’Apodoulou, ce qui pourrait confirmer que la vallée dominée par Apodoulou était une voie de communication stratégique, empruntée pour joindre la plaine de la Mesara et les régions de la côte nord, puis, au-delà, les routes qui menaient à la Crète occidentale (Pologiorgi 1987 : 135). Une prospection archéologique de la région a été entamée par L. Godart et Y. Tzedakis, en particulier sur le sommet et les flancs de la colline de Gournes. Un complexe de l’époque proto-palatiale y a été repéré puis fouillé (Godart et Tzedakis 1995, avec références). En ce qui concerne la période MR II-III, très peu de traces d’habitat ont été reconnues.

293Au lieu-dit de Kandri, à 1,5km à l’ouest d’Apodoulou, plusieurs sections de murs ont été mises en évidence, pour lesquels une datation MR III est suggérée, au vu de quelques tessons ramassés sur place (Pologiorgi 1987 : 149, fig. 9 [Π27], pl. XVIII : 5 ; Godart et Tzedakis 1992 : 64). Au lieu-dit de Kambos, à quelques 500m au nord-est d’Apodoulou, des vestiges de murs robustes ont été repérés ; les quelques tessons de céramique collectés aux alentours de cette structure sont principalement MR III (Pologiorgi 1987 : 131-134, pl. III : 2 [structures], fig. 4 et pl. XIV : 1-3, XV : 1-2 [céramique]). Ils appartiennent entre autres à un vase à étrier de stockage, une coupe à champagne et une coupelle conique sur laquelle quelques traces de métal ont été identifiées (feuille d’étain ?) (Pologiorgi 1987 : 133-134, pl. XIV : 2-3 [vase à étrier], pl. XV : 1 [coupelle conique], pl. XV : 2 [coupe à champagne]). Aucune autre structure n’a été reconnue dans les environs qui permettrait d’établir qu’il s’agissait d’un habitat important. Rien n’exclut par ailleurs de lier ces traces d’occupation à la tombe à tholos MR IIIB découverte quelques dizaines de mètres plus à l’ouest, à Sopatakia.

Tombes

294Au lieu-dit de Sopatakia, à 300m au nord du village actuel d’Apodoulou – et donc à quelques 200m des structures identifiées au lieu-dit de Kambos –, une tombe à tholos du MR IIIB a été fouillée par C. Davaras (Alexiou 1965 : 315, pl. 364β ; cette tombe a été restaurée : Tzedakis 1973 : 478, pl. 419β ; Pologiorgi 1987 : pl. II : 1). Un dromos de 7m de long mène vers la porte de la tombe, surmontée d’un linteau et d’un triangle de décharge. La chambre funéraire, de plan circulaire et totalement souterraine, a un diamètre de 3,10m (Pologiorgi 1987 : 130-131, fig. 3). Trois larnax en forme de coffre avaient été déposées dans la tombe, trouvées en fragments. Une grande figure humaine aux bras levés a été peinte sur un des petits côtés de l’une d’elles, tandis que son long côté est décoré de deux niveaux d’argonautes ornementaux (Pologiorgi 1987 : pl. XVI : 3, Pologiorgi 1990 : pl. 36 ; un catalogue des larnax minoennes sur lesquelles sont dessinées des figures humaines a été réalisé par Mavriyannaki 1972a : 25 et n. 11-14).

295Trois larnax ont été découvertes fortuitement à 5km au sud-ouest d’Apodoulou, au lieu-dit de Mandres ; il s’agirait apparemment de larnax en forme de baignoire de la période MR III, mais qui n’ont pas pu être examinées davantage, car détruites (Hood, Warren et Cadogan 1964 : 80 ; Mavriyannaki 1972a : 26). Aucune investigation des alentours n’a été réalisée (Kanta 1980 : 207).

2.5.2. Sata

Tombes

296À quelques 4km au sud-est d’Apodoulou, une deuxième tombe à tholos, partiellement pillée, a été fouillée au lieu-dit de Lagoudi, près du village de Sata (Procopiou, Godart et Tzigounaki 1990 : fig. 2-3, pl. 31 ; Godart et Tzedakis 1992 : 82-83, pl. CVII : 1-2 ; Tzigounaki 1996 : fig. 7). Elle contenait encore les fragments de six larnax et une dizaine de poteries, ainsi que deux anneaux en bronze et deux pendentifs en pierre. Le nombre d’inhumations par larnax est difficile à établir, les ossements ayant été fortement abîmés par l’humidité de l’endroit. Toutefois, dans la plus grande larnax mise en évidence au centre de la tombe, les restes de deux adultes et d’un nouveau-né placé entre eux ont été reconnus ; dans une seconde larnax, les restes d’au moins quatre ou cinq squelettes ont été identifiés, tandis que quatre crânes avaient été déposés à son pied (Godart et Tzedakis 1992 : 83).

  • 345 Le profil et la fabrique de ce vase fait dire à A. Kanta qu’il s’agit d’une production de l’atelie (...)

297Parmi la céramique, on compte cinq petits vases à étrier globulaires et trapus décorés dans un style MR IIIA2/IIIB et deux kylix à pied court décorées qui ont été datées tantôt du MR IIIA2, tantôt du MR IIIB1 (Procopiou, Godart et Tzigounaki 1990 : 190, 192-193, fig. 3α-β, pl. 32 α-β [kylix], 194, 196-197, fig. 4α-δ, pl. 32δ, 33α-δ [vases à étrier] ; Hallager B. 1997b : 34 préfère qualifier ces kylix de tasses à pied et à deux anses MR IIIB1 [«  decorated two-handled footed cups »]). Deux des vases à étrier sont reconnus comme de possibles importations de l’« atelier de La Canée », sur la base de leur fabrique (Procopiou, Godart et Tzigounaki 1990 : 196-197, fig. 4α et 4γ). Le style et l’agencement du décor d’un troisième, qui présente le dessin d’un panneau de lignes ondulées superposées enserré de part et d’autre par un même motif, le rendent tout à fait comparable à des vases à étrier de la région de Kalochorafitis, en Crète centrale-sud (Procopiou, Godart et Tzigounaki 1990 : 196, fig. 4β, comparer avec Kanta 1980 : fig. 119 : 3 et 5)345.

  • 346 Par exemple, le décor d’une suite de fleurs de papyrus stylisées orne des larnax de Pigi, Stavrome (...)

298Les larnax, en forme de coffre, présentent des parois découpées de panneaux en relief, qui sont richement décorés de motifs peints. Ces derniers consistent en des demi-rosettes antithétiques, des argonautes, des fleurs de papyrus stylisées et ornementales, des oiseaux disposés de manière héraldique, des frises de spirales continues ou des scènes de paysage nilotique (oiseaux, fleurs de papyrus, palmiers, etc.) (Procopiou, Godart et Tzigounaki 1990 : 197, 199-200, 202-203, fig. 5-6, pl. 34-35 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CIX : 1-2, pl. CX : 1). Les formes et décors de ces larnax les associent de manière flagrante à des exemplaires découverts dans des tombes de la région de Rethymnon, à Choumeri, Stavromenos, Pankalochori, Pigi, Arsani ou Mesi (Procopiou, Godart et Tzigounaki 1990 : 199, n. 37, 39, 40)346.

299Les traces d’autres tombes ont été reconnues aux alentours de cette tombe à tholos qui contribuent à suggérer l’existence d’une plus grande nécropole dans cette région de Sata, sans savoir s’il s’agissait également de tombes à tholos (Dunbabin 1947 : 188, n° 43 [larnax] ; Godart et Tzedakis 1992 : 83 ; Tzigounaki 1996 : 1490).

300Le site d’habitat lié à cette nécropole n’a pas été découvert ; L. Godart et Y. Tzedakis soutiennent cependant qu’un habitat distinct devait s’être établi sur les hauteurs du village actuel de Sata et excluent que les habitants installés dans la plaine d’Apodoulou aient ici enterrés leurs morts (Godart et Tzedakis 1992 : 83).

2.5.3. Aigidomandra

Tombes

301A 4km au sud-ouest d’Apodoulou, à Aigidomandra, une troisième petite tombe à tholos MR IIIA-IIIB a été fouillée, dont le dromos et la chambre funéraire avaient été fortement endommagés par des travaux modernes (Pologiorgi 1987 : 139, fig. 7 : 1, pl. VI : 2 ; Godart et Tzedakis 1992 : 83). Quelques fragments d’une larnax coffre et son couvercle, quelques os, un vase à étrier globulaire à base en anneau, une coupelle basse à anse plate et une petite jarre à trois anses de type alabastron ont été prélevés ; la céramique est diagnostique des MR IIIA et MR IIIB (Pologiorgi 1987 : 139, pl. XVI : 4-5 [coupelle basse], pl. XVI : 8 [vase à étrier]).

302300m plus au sud-est de cette tombe, au lieu-dit de Psila Chomata, les restes d’une quatrième tombe à tholos pillée ont été identifiés sur le sommet d’une petite colline (Pologiorgi 1987 : 140, fig. 7 : 2 ; Godart et Tzedakis 1992 : 83). Des tessons et un exemple complet de cruches miniatures ont été retrouvés, ainsi que quelques fragments de larnax ; il s’agit probablement de céramique MR III (Pologiorgi 1987 : 140, pl. XVI : 6 [cruche miniature]).

303800m au nord-ouest du village d’Aigidomandra, au lieu-dit de Tou Phrankou to Louri, quatre autres tombes à tholos ont été mises en évidence et fouillées ; celles-ci étaient restées inviolées (Pologiorgi 1987 : 141-144 ; Tzedakis 1988c : 402-403 ; Godart et Tzedakis 1992 : 84). Elles portent à huit le nombre de tombes à tholos découvertes dans la région d’Apodoulou.

304La première des tombes de Tou Phrankou to Louri contenait cinq larnax en forme de coffre (Pologiorgi 1987 : fig. 8 : 1-2, pl. VIII : 1-2 ; Tzigounaki 1996 : fig. 3). Une vingtaine de poteries composaient les offrandes ; il s’agit entre autres de cruches à col cylindrique et lèvre saillante, décorées ou non, et d’une pyxide à anses de panier et couvercle hémisphérique décorée de motifs géométriques organisés en panneaux surmontés d’une frise de spirales continues ; l’ensemble correspond aux MR IIIA-IIIB (Pologiorgi 1987 : 141-143, pl. XVII : 1-6). Un vase et quelques bijoux en bronze complètent l’ensemble funéraire.

305La deuxième tombe renfermait la sépulture d’un seul individu qui avait été déposé dans une larnax-coffre (Pologiorgi 1987 : fig. 8 : 3, pl. IX : 1-2 ; Tzedakis 1988c : pl. 300γ ; Tzigounaki 1996 : fig. 4). Un couteau et un rasoir de bronze avaient été placés près de lui, à côté de quatre vases à étrier, globulaires et biconiques, dont certains correspondent à la fin du MR IIIB, voire au début du MR IIIC (Pologiorgi 1987 : 143, pl. XIX : 1-2, 4).

306Les défunts de la troisième tombe avaient été déposés dans deux larnax en forme de coffre et un d’entre eux avait été étendu sur le sol de la chambre funéraire (Pologiorgi 1987 : fig. 8 : 2, pl. X : 1-2 ; Tzedakis 1988c : pl. 301γ ; Tzigounaki 1996 : fig. 5). Un crâne de bovidé à été trouvé à droite de l’entrée de cette tombe (Pologiorgi 1987 : 143-144). Les offrandes étaient composées de sept vases en argile MR IIIA2-IIIB, dont un petit vase à étrier piriforme, une kylix décorée de spirales continues, une pyxide à rebord sans anses, percée de quatre trous près de l’épaule et un brûle-parfum (Pologiorgi 1987 : 144, pl. XIX : 3, 5-8). Ces vases étaient accompagnés d’un rasoir et d’un outil en bronze et de plusieurs bijoux, notamment neuf pendentifs en pierre et des colliers et/ou des bracelets dont trente-quatre perles en matériaux divers ont été récoltées.

307Trois larnax disposées en forme de Π ont été prélevées de la quatrième tombe (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CVI : 1 ; Tzigounaki 1996 : fig. 6). Une dizaine de poteries avaient été placées auprès d’elles, dont une petite cruche globulaire à col cylindrique et petites anses horizontales fixées sur le haut de la panse, décorée de spirales et chevrons imbriqués (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CVI : 2). Un sceau en stéatite a également été découvert.

***

  • 347 La plupart des vases découverts dans ces tombes à tholos correspondent aux phases MR IIIA2-IIIB ; (...)
  • 348 La tombe à tholos totalement souterraine est considérée comme une caractéristique propre aux prati (...)

308Ces tombes à tholos de la région d’Apodoulou ont fait l’objet de deux études spécifiques par A. Tzigounaki et A. Kanta (Tzigounaki 1996 ; Kanta 1997b ; voir aussi Pologiorgi 1987 : 139-147). Toutes sont de dimensions assez réduites, leur diamètre variant de 2 à 3m. Le mobilier mis en évidence permet de déterminer qu’elles ont été utilisées certainement dès le MR IIIA2, peut-être dès le MR IIIA1 pour les plus anciennes, et que certaines sont employées jusqu’à la fin du MR IIIB, voire jusqu’au début du MR IIIC (Tzigounaki 1996 : 1490, n. 4)347. Quelques spécificités de ces tombes ont été relevées. Tout d’abord, certaines d’entre elles sont installées en groupe, comme les quatre tombes de Tou Phrankou to Louri. En ce qui concerne leur architecture, la construction de quelques-unes est entièrement réalisée en surface ou est à peine enterrée (max. 80cm de profondeur) ; la tombe à tholos d’Apodoulou, au lieu-dit de Sopatakia, est cependant entièrement souterraine (Pologiorgi 1987 : pl. II : 1)348. Le dromos d’accès n’est pas une règle. La totalité d’entre elles est par contre couverte d’un toit en pierres en forme de tholos et d’aucun autre type de structure. A. Kanta soutient que ces caractéristiques de type structurel lient ces tombes d’Apodoulou avec les anciennes tombes circulaires du Minoen Ancien de la plaine de la Mesara (Kanta 1997b. Pologiorgi 1987 : 147 souligne par ailleurs que les entrées de ces tombes sont orientées vers l’est, comme l’étaient celles de la Mesara [référence à Branigan 1970 : 162-163]). A. Kanta défend par ailleurs que leur caractère relativement modeste et l’uniformité qui caractérise leur mobilier funéraire montrent que ces tombes n’étaient pas celles de dignitaires locaux mais représentaient les lieux de sépultures de cellules familiales et qu’elles témoignent ainsi de l’héritage du système minoen antérieur qui fonctionnait sur la base de clans (Kanta 1997b ; voir aussi Pologiorgi 1987 : 147). Ce mobilier funéraire était essentiellement déposé sous les larnax, une coutume déjà reconnue dans des tombes à tholos de l’époque pré-palatiale (Tzigounaki 1996 : 1493, n. 9).

  • 349 Vingt-trois vases à étrier sur un total de cinquante vases prélevés de ces tombes à tholos (Tzigou (...)

309Les offrandes consistent principalement en de la poterie, majoritairement des vases à étrier349, mais aussi des cruches, des brûleurs à encens et des coupes à champagne ; une seule kylix provient de ces tombes (Pologiorgi 1987 : pl. XIX). Cet ensemble céramique – y compris les larnax, même si les exemplaires de la région d’Aigidomandra ne sont pas publiés – suggère des affinités culturelles partagées avec la plaine de Rethymnon. Il s’agit d’une céramique aux caractères propres, qui semble commune aux régions d’Apodoulou et de Rethymnon et qui se distingue des productions khaniotes ou knossiennes. Ceci permet de suggérer une production de céramique locale régionale, émanant peut-être au départ de la région d’Armeni. Cela dit, les affinités et/ou les contacts avec la Crète occidentale et La Canée sont attestés par ailleurs, entre autres par deux vases à étrier déposés dans la tombe de Sata et reconnus comme des importations de l’« atelier de La Canée ». Le cas de la tombe de Sata, plus méridionale, est peut-être particulier puisqu’elle contenait aussi au moins un vase à étrier très comparables aux poteries de Kalochorafitis en Crète centrale-sud (Kanta 1994 : 70-71 ; Procopiou, Godart et Tzigounaki 1990 : 196, fig. 4β). En résumé, si plusieurs particularités de cet ensemble de tombes à tholos régionalement limité permettent de les lier, directement ou indirectement, à des pratiques beaucoup plus anciennes de la région de la Mesara, l’analyse de leur mobilier permet de les connecter géographiquement et chronologiquement avec des pratiques funéraires et une culture matérielle contemporaines qui caractérisent la partie septentrionale de la Crète centrale-ouest.

2.5.4. Apostoli

310Dans une région plus septentrionale, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest du secteur d’Apodoulou, trois tombes MR IIIA2-IIIB et MR IIIB ont été découvertes, l’une à Apostoli et les deux autres à Voliones.

311La première, très ruinée, a été découverte au lieu-dit de Triphti, à 2,5km au sud-ouest du village moderne d’Apostoli (Gavrilaki-Nikoloudaki 1993, Gavrilakis 1994). Il s’agit d’une tombe à chambre creusée dans le tendre kouskouras, de plan grossièrement carré aux angles arrondis, et précédée par un dromos menant vers l’entrée bouchée de moellons (Gavrilakis 1994 : 31-32, fig. 1). La tombe contenait la sépulture d’un homme, déposé dans une larnax-coffre (Gavrilakis 1994 : 33, phot. 2). Vingt-deux poteries ont été prélevées, qui avaient été déposées autour et sous la larnax (Gavrilakis 1994 : phot. 1 et 3, fig. 2).

312Les formes des vases sont très variées et certaines sont assez peu communes à la région, comme une hydrie à col cylindrique sans bec et deux petites anses horizontales fixées au diamètre maximal de la panse, une pyxide à anses horizontales latérales et bec tubulaire perpendiculaire, un cratère amphoroïde, un bol peu profond et des coupes à champagne (catalogue, analyse et illustrations : Gavrilakis 1994 : 35-49, fig. 3-15, phot. 4-16). Un autre fait remarquable est qu’aucun vase à étrier ne fait partie des offrandes. Les vases les plus tardifs correspondent au MR IIIB mais plusieurs éléments sont encore très caractéristiques du MR IIIA2, même du début de cette phase, comme la cruche piriforme à haut col cylindrique et lèvre saillante, que l’on présente souvent comme une imitation de prototypes en métal (Gavrilakis 1994 : 35-36, fig. 3, phot. 4).

313La larnax est richement peinte de motifs ornementaux et géométriques très variés, organisés en quatre panneaux sur les longs côtés et en panneaux étroits de part et d’autre des quatre angles du coffre : réseaux de losanges concentriques, de quartefeuilles ou de chevrons imbriqués, damier, double bande foliacée, zigzags, motifs de roues, etc. (Gavrilakis 1994 : phot. 19). Un vase en pierre de type « Blossom Bowl », un poignard et un rasoir en bronze faisaient également partie des offrandes (Gavrilakis 1994 : 49, fig. 16, phot. 18 [vase en pierre], 51-52, fig. 17 [bronzes]).

2.5.5. Voliones

Tombes

  • 350 Sur la larnax 2, le motif de demi-rosettes antithétiques ressemble davantage aux représentations d (...)

314Deux tombes, détruites, ont été découvertes à 1km à l’E/S-E de Voliones, près du monastère de Bobolas (Pologiorgi 1989 ; Godart et Tzedakis 1992 : 99). Deux larnax en forme de coffre ont été trouvées, qui semblaient avoir été déposées dans de simples cavités creusées dans la roche tendre. Elles sont peintes de motifs géométriques simples, damier, lignes ondulés, mais aussi d’éléments végétaux qui s’apparentent à des palmiers stylisés composés de trois lignes parallèles ou des demi-rosettes antithétiques (Pologiorgi 1989 : 86-90, fig. 4-5, pl. 43β-γ, 44 [larnax 1], 96-99, fig. 10, pl. 47α-δ, 48α [larnax 2])350.

  • 351 M. Pologiorgi propose même de dater certains vases de la transition MR IIIB-IIIC sur la base de ce (...)

315Plusieurs vases sont collectés : un brûle-parfum tripode, un petit vase à étrier biconique à base en anneau décoré d’une chaîne alternant losanges hachurés et boucles antithétiques, un second de profil globulaire trapu décoré d’arcs de cercles concentriques, un troisième globulaire à base en anneau simplement peint de bandes et d’une lignes ondulée et une cruche presque piriforme décorée à l’épaule de fleurs minoennes (Pologiorgi 1989 : 90-95, 99-102, fig. 6-8, 9-12, pl. 45, 46 α-β, 48γ-δ). Ces vases correspondent à la phase MR IIIB (Pologiorgi 1989 : 102)351. Cette céramique témoigne de manière générale d’une influence culturelle commune avec la région plus septentrionale de la plaine de Rethymnon, si on la compare par exemple au matériel qui est issu des tombes d’Adele, Maroulas ou Pigi (cf. ci-dessous, 2.5.8. Adele, 2.5.9. Maroulas et 2.5.11. Pigi). En outre, l’examen macroscopique de la fabrique et le style de la décoration peinte du premier vase à étrier et de la cruche en font des candidats probants de l’« atelier de La Canée » (Pologiorgi 1989 : 102). Des analyses des compositions des argiles de cet ensemble céramique appuient cette hypothèse, ainsi que pour le brûle-parfum, tandis que les deux autres vases à étrier sont soit de production locale, soit originaires de Crète centrale (Pologiorgi 1989 : 102).

  • 352 C’est ce que suggère également le nombre important de sceaux de ce type déposés dans les tombes du (...)

316Parmi les offrandes faites aux défunts de Voliones se trouvaient aussi des bijoux en perles de sardoine et un sceau en pierre en forme d’amande, sculpté d’une représentation d’un bateau (Pologiorgi 1989 : 95, fig. 9, pl. 45β [perles], 96, 105, pl. 46γ-ε [sceau]). Ce type de sceau, percé longitudinalement et certainement porté au poignet, souvent interprété comme un objet talismanique, existe à l’époque néo-palatiale, et il n’est en rien exclu qu’il continue d’être utilisé voire confectionné aux époques postérieures352.

2.5.6. Armeni

317À 8km au sud de la ville de Rethymnon se situe le village d’Armeni. À 1km au nord de celui-ci, sur et autour de la colline basse de Prinokephalo, près du petit hameau de Somatas, s’étend sur au moins quatre hectares une nécropole MR IIIA-MR IIIB qui a en grande partie été fouillée (rapports de fouilles : Michaud 1972 : 805, fig. 510-515 ; Tzedakis 1973 : 476-477 ; Tzedakis 1975 : 513-516 ; Tzedakis 1977b : 639-644 ; Tzedakis 1980 ; Tzedakis 1984a ; Tzedakis 1985 : 378-380 ; Tzedakis 1988a ; études synthétiques : Godart et Tzedakis 1992 : 85-94 ; Godart et Tzedakis 1994 : 64-66 ; Tzedakis 1996).

Tombes

  • 353 L’examen des alentours laisse prédire qu’une cinquantaine de tombes seraient encore à découvrir (G (...)
  • 354 L. Preston a relevé que, parmi toutes les tombes MR IIIA2 et/ou MR IIIB de la nécropole d’Armeni, (...)

318Au terme de près d’une vingtaine de campagnes de fouilles, 232 tombes à chambre ont été mises au jour, ainsi qu’une tombe à tholos (Tzedakis 1992 : fig. 5.1 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXVII : 2)353. Ces tombes sont creusées dans le kouskouras. Elles sont le plus souvent précédées d’un dromos en pente, dont la longueur varie (de 1,70 à 15,50m), proportionnellement aux dimensions de la chambre funéraire elle-même (Tzedakis 1988a : pl. 318α ; Tzedakis 1992 : fig. 5.2). Lorsqu’ils sont longs, les dromos sont souvent accessibles par un escalier ou un simple emmarchement qui part du niveau de circulation du cimetière (Tzedakis 1988a : fig. 5 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXLI : 3). Les parois du dromos sont fréquemment creusées de niches, souvent au nombre de deux et face à face, la plupart du temps retrouvées vides, vraisemblablement pillées. Le plan de la chambre varie de circulaire à semi-circulaire. Certaines tombes aux dimensions importantes et souvent luxueuses présentent une chambre creusée en quadrilatère (Tzedakis 1975 : fig. 3 ; Tzedakis 1992 : fig. 5.3)354 ; elles sont alors parfois munies d’une banquette et/ou de piliers sculptés (par exemple la tombe 24 et la tombe 159 : Tzedakis 1975 : 516 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXVIII : 1 et 2). L’entrée des tombes est soit bloquée par une dalle en pierre (par exemple, la tombe 115 : Tzedakis 1985 : pl. 195ε-στ), soit fermée par un mur de moellons. Toutes les tombes sont orientées vers le nord-est ; dans cette direction se trouve la montagne sur laquelle se dressait le sanctuaire de sommet de Vryssinas au Minoen Moyen et derrière lequel se levait la lune (à ce sujet : Papathanassiou, Hoskin et Papadopoulou 1992 et Papathanassiou et Hoskin 1996).

  • 355 Les archéologues n’ont toutefois pas pu déterminer comment on procédait à ces réutilisations succe (...)

319La majorité des tombes sont réutilisées à plusieurs reprises, le nombre d’inhumations pour une tombe pouvant atteindre seize individus355. Les défunts sont souvent déposés sur le sol de la tombe, parfois pavé, ou dans des sortes de cryptes qui y sont creusées. Les enterrements avaient également lieu dans des larnax en terre cuite en forme de coffre, particulièrement nombreuses dans ce cimetière (Mavriyannaki 1967-1968, Mavriyannaki 1972a). Cependant, il est remarquable que ceux-ci aient été utilisés, dans tous les cas, pour des enterrements individuels, à l’exception de la larnax de la tombe 132 qui contenait les corps d’un homme et d’une femme (Tzedakis et Martlew 1999 : 232-238, 242-243, 242-243, au sujet de cette tombe et des deux individus inhumés dans la même larnax). Dans un cas isolé, on a retrouvé les restes, brûlés, de ce qui semble appartenir à une civière ou un coffre en bois (Catling 1986 : 95 [tombe 159] ; Godart et Tzedakis 1992 : 88). Dans trois tombes, des corps d’enfants avaient été déposés dans une cavité creusée dans le sol de la chambre (Godart et Tzedakis 1992 : 87). Des cavités ont également été creusées dans les parois de la chambre funéraire ou au pied de celles-ci ou encore à proximité de l’entrée de la chambre, parfois couvertes d’une dalle en pierre ; quand elles n’étaient pas vide, ces cavités contenaient des perles, une figurine ou un vase (Godart et Tzedakis 1994 : 65).

  • 356 Godart et Tzedakis 1992 : 89-90 soutiennent que cette tombe remonte même au MR II ; aucune poterie (...)

320La tombe à tholos se démarque des autres par sa forme mais également par sa chronologie haute, puisque le mobilier qu’elle contenait permet de la dater de la période MR IIIA1-MR IIIA2 (Papadopoulou 1997)356. Elle est cependant intégrée au sein de la nécropole et a été minutieusement orientée de la même manière que toutes les autres tombes, entrée vers le nord-est (Papathanasiou, Hoskin et Papadopoulou 1992). Ses dimensions sont relativement modestes. Elle est précédée d’un dromos de 4,64m de long et 1,14m de large, lui-même amorcé par trois marches d’escalier. La tholos est presque entièrement souterraine (Papadopoulou 1997 : fig. 2). L’accès à la chambre se fait par un stomion particulièrement bas et profond (Papadopoulou 1997 : fig. 4-5). L’entrée est obturée par une dalle et surmontée d’un linteau constitué de deux dalles équarries (Papadopoulou 1997 : 322-323, fig. 4-6). La chambre, circulaire, a un diamètre de 2,34m et a été creusée dans le rocher, avant d’être couverte d’un toit en encorbellement composé de moellons, de moins en moins dégrossis à mesure que l’on s’approche du sommet qui culmine à 2,19m (Papadopoulou 1997 : 324, fig. 2 et 7).

  • 357 Une partie de la lèvre d’une petite jarre pithoïde et un morceau de l’épaule d’un vase décoré d’un (...)
  • 358 E. Papadopoulou avance que l’installation de cette tombe a été « le point de référence pour la mis (...)

321La chambre funéraire est très perturbée, suite à l’effondrement du toit et à son pillage. Un seul squelette a été identifié à l’intérieur, in situ, alors que des ossements d’enterrements certainement antérieurs, dont cinq crânes, ont été déposés dans une fosse creusée au pied du mur de la tholos (Papadopoulou 1997 : 324). Ils y ont été enfouis vraisemblablement accompagnés des restes de leurs offrandes originales puisque, mêlés à ces ossements, on a trouvé deux épées en bronze dont une épée courte, deux poteries, une coupelle et une bague en bronze, des petites perles de cornaline, de faïence et de cristal de roche et deux pesons (Papadopoulou 1997 : 324s., fig. 12, 13 [poteries], fig. 17, 18 [épées], fig. 20, 21 [coupelle et bague en bronze], fig. 24, 25 [perles], fig. 26 [pesons]). Une offrande peu commune et qui provient de cette fosse est un pendentif en stéatite gravé d’une inscription en Linéaire A, un objet probablement hérité du passé néo-palatial (Papadopoulou 1997 : 335, 338, fig. 23). A côté du squelette in situ ont été récoltés quelques restes d’une douille de lance, une cruche miniature et des fragments d’un petit alabastron biconique sans anse (Papadopoulou 1997 : 324s., fig. 19 [douille de lance], fig. 10, 11 [alabastron et cruche miniature])357. Quelques tessons de céramique décorée ont encore été trouvés dispersés sur le sol de la chambre, mais aussi dans le remblayage de la voûte et dans le dromos (Papadopoulou 1997 : 328-331, fig. 14-16). E. Papadopoulou a analysé cet ensemble restreint de céramique et le relie aux phases MR IIIA1 et MR IIIA2. L’examen des différents contextes d’origine de celui-ci au sein de la tombe suggère que cette dernière a été construite au début du MR IIIA1 et utilisée tout au long de la phase MR IIIA, mais pas après ; cette tombe est ainsi la plus ancienne du cimetière (Papadopoulou 1997 : 338)358. L’étude des armes et petits objets par E. Papadopoulou appuie ce contexte chronologique (Papadopoulou 1997 : spéc. 338-339).

  • 359 Leur dernier décompte au nombre de onze est donné dans Tzedakis et Martlew 1999 : 56.

322Une autre tombe qui se démarque dans ce cimetière est la tombe 159, qualifiée de princière (Catling 1986 : 95 ; Godart et Tzedakis 1992 : 87-88). Elle est précédée d’un dromos de 15,50m de long qui comporte un escalier taillé de vingt-cinq marches et mène vers la porte d’entrée de 2m de haut. Celle-ci était peut-être encadrée de colonnes de bois comme le suggèrent les deux assises rectangulaires sculptées dans le rocher de part et d’autre de la porte et où devaient reposer ces colonnes. La chambre funéraire est de plan quadrangulaire, mesure 4 x 4,90m et culmine à 2,42m. Une banquette avait été sculptée qui courait sur toutes les parois de la chambre. Une partie décomposée d’un brancard en bois a été identifiée. Celui-ci ne semble pas avoir été destiné à recevoir le mort une fois dans la tombe puisque aucun squelette n’y était associé et que tous les ossements sont découverts dans les larnax que contenait cette tombe ; cette civière a probablement uniquement servi au transport d’un individu défunt jusqu’à son lieu de sépulture (Godart et Tzedakis 1992 : 88). Une sorte de crypte avait également été aménagée à l’intérieur de cette tombe, qui était couverte de ce qui semble être une stèle funéraire, ornée d’un motif en damier incisé. Il faut noter que les stèles funéraires découvertes dans la nécropole d’Armeni, au nombre de onze, n’ont jamais été trouvées in situ, comme marqueur d’une tombe (Papadopoulou 1996 : pl. I-IV)359.

  • 360 Y. Tzedakis suggère qu’à l’origine la planification du cimetière permettait de distinguer les zone (...)

323L’étude de la nécropole et de la disposition des tombes laisse penser que l’ensemble du cimetière a été systématiquement agencé, comme le suggère surtout l’établissement d’un réseau de circulation, avec des chemins surélevés qui facilitaient les déplacements des personnes et sans doute de chars. En effet, les archéologues ont observé que la largeur de ces routes et leur revêtement travaillé impliquent que des convois funéraires y circulaient, qui portaient les défunts vers leur lieu de sépulture, et probablement aussi l’ensemble de l’équipement funéraire, c’est-à-dire les larnax et les ensembles d’offrandes (Tzedakis, Chryssoulaki, Voutsaki et Venieri 1989 : 57 ; Godart et Tzedakis 1994 : 64-65 ; voir Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXVII : 1). Les tombes sont disposées en groupes cohérents (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXVII : 2). Toutefois, si leur installation semble avoir été planifiée au début, l’agencement du cimetière est moins contrôlé au fil du temps, comme le suggère le creusement de tombes de petite taille au milieu de groupes apparemment homogènes de grandes tombes360. À divers endroits au sein du cimetière, des fosses comblées de céramique fine et grossière hors d’usage ont été mises en évidence ; de tels dépôts ont également été trouvés dans les dromos de certaines tombes (Tzedakis et Martlew 1999 : 175).

  • 361 Les squelettes du couple enterré dans la tombe 132 ont fait l’objet d’études particulièrement appr (...)

324Par ailleurs, plusieurs centaines de squelettes de cette nécropole ont été étudiés par l’anthropologue P. J. P. McGeorge ; celle-ci a apporté plusieurs observations en ce qui concerne la taille moyenne, l’espérance de vie, certaines habitudes alimentaires et les pathologies endurées par la population d’Armeni à cette époque, dont les ressources principales étaient probablement de nature agricole (McGeorge 1987 ; McGeorge 1988 ; McGeorge 1990 ; voir aussi Tzedakis et Martlew 1999 : 246-247)361. Ces analyses ostéoarchéologiques permettent d’affirmer qu’au moins mille individus ont été enterrés dans cette nécropole (Tzedakis 2009).

Mobilier

  • 362 Nezeri 2006 propose une première définition d’un atelier local de céramique MR IIIA-IIIB dans le d (...)
  • 363 Il s’agit d’un nom d’homme qui revient à plusieurs reprises dans les tablettes en Linéaire B de Kn (...)

325La majorité des offrandes est composée de poterie, variée et abondante, qui présente une décoration peinte de qualité. Le vase à étrier est la forme dominante (par exemple : Tzedakis 1971a : fig. 1-3 ; Tzedakis 1973 : pl. 418α-β, δ-ς’ ; Tzedakis 1975 : pl. 524 αβ, 525γ, ε-στ, 526β-γ, ε, 527α, 528α, γ ; Tzedakis 1988a : pl. 319β-γ, pl. 320γ ; Tzedakis et Martlew 1999 : 60, n° 33, 74-75 [n° 42-44], 239-241 [n° 216-218, 220], 253 [n° 241-242], 271 [n° 280-281]). On trouve aussi des kylix (Tzedakis et Martlew 1999 : 248-249 [n° 225-228]), des amphores et des cruches miniatures (Tzedakis et Martlew 1999 : 59-61 [n° 32, 34-36]), des alabastron du type haut et globulaire ou du type trapu (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXXVII : 2 ; Tzedakis et Martlew 1999 : 252, 254-255 [n° 237, 244, 245]), des brûle-parfums (Tzedakis 1973 : pl. 418γ ; Tzedakis 1975 : pl. 527β ; Tzedakis 1988a : pl. 318ε ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXXXI : 2, pl. CXXXII : 1, pl. CXXXIX : 1), des pyxides, des stamnos (Tzedakis 1988a : pl. 318δ, pl. 320δ) et différentes sortes de petites jarres globulaires, piriformes ou pyxoïdes, souvent à col cylindrique, de type alabastron (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXXVII : 3, pl. CXXIX : 1, pl. CXXX : 2, pl. CXXXI : 2 [petite jarre en forme de cratère], pl. CXXXIII : 2, pl. CXXXV : 1-2, pl. CXXXVI : 2, pl. CXLIV : 2 ; Tzedakis et Martlew 1999 : 68-69 [n° 39]). Il s’agit donc essentiellement de vases destinés à recevoir un liquide et à verser. L’examen macroscopique de ces poteries souligne leur homogénéité typologique et stylistique et permet de suggérer qu’un atelier local très certainement important était actif dans la localité d’Armeni362. Les particularités stylistiques de cette céramique la situent au sein des phases MR IIIA2 et MR IIIB. De la céramique non-locale est également reconnue. De nombreux vases sont identifiés comme des productions de l’« atelier de La Canée », relatives surtout à la phase MR IIIB1 (par exemple : Tzedakis 1971a : fig. 1 ; Tzedakis 1975 : pl. 524β, pl. 528α ; Kanta 1980 : 213, fig. 93 : 4-7 ; Tzedakis 1988a : pl. 320γ ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXXVIII : 1 et 2, pl. CXXIX : 2, pl. CXXX : 1, pl. CXXXIV : 1, pl. CXXXVI : 1 ; Tzedakis et Martlew 1999 : 240-241 [n° 217-218, 220]). Par ailleurs, les archéologues d’Armeni ont reconnu des importations de Knossos et apparemment de Crète orientale, mais aussi de Grèce continentale, essentiellement des vases à étrier (Godart et Tzedakis 1992 : 91, pl. CXLIII : 1 [vase à étrier mycénien]). Quelques poteries recouvertes d’une feuille d’étain sont identifiées (Godart et Tzedakis 1992 : 91). Une autre poterie atypique est un vase à étrier de stockage portant l’inscription peinte en Linéaire B wi-na-jo (tombe 146 : Godart et Tzedakis 1997 : 185, pl. CXL : 2)363. De nombreux tessons de céramique grossière culinaire ont par ailleurs été découverts dans certains dromos et dans des fosses mises en évidence à proximité des tombes.

  • 364 Des têtes de taureaux étaient parfois modelées aux extrémités supérieures du couvercle (Tzedakis 1 (...)
  • 365 Y. Tzedakis y voit la réalisation d’un même artiste qu’il nomme « l’artiste du cerf » («  artist o (...)
  • 366 Le couvercle de la larnax de Dramia (conservée au Musée archéologique de La Canée) est orné d’une (...)

326Une petite trentaine de larnax est collectée dans les tombes, entières ou en fragments. Elles sont en forme de coffre et généralement recouvertes d’un couvercle de section trapézoïdale ou semi-circulaire364. La majorité de ces larnax présente une riche décoration peinte. Y. Tzedakis reconnaît deux types. Le premier est la larnax munie de quatre pieds et dont les parois consistent chacune en un seul panneau décoré. Le second type est la larnax munie de six pieds et dont le long côté est modelé de deux panneaux en relief qui reçoivent chacun une décoration peinte. Le traitement de surface varie également d’un type à l’autre : le premier type est couvert d’un engobe de couleur semblable à l’argile et d’un décor peint rouge à brun très foncé, tandis que le second type présente un fond blanchâtre couvert de motifs aux tons plus variés, décrits comme bleu, rouge et noir (Tzedakis 1975 : pl. 524δ, 527γ ; Godart et Tzedakis 1992 : 92 ; pour l’aspect polychrome, voir par exemple Tzedakis 1971a : pl. III : 1). Ce deuxième type n’est représenté que par deux exemplaires dans la nécropole d’Armeni, par ailleurs généreusement décorés (larnax 1 de la tombe 24 et larnax 2 de la tombe 10 : Tzedakis 1971a : 218, 220, fig. 5-6, pl. III : 1 ; Godart et Tzedakis 1992 : 92, pl. CXIX : 1 et 2, pl. CXX : 1 et 2, pl. CXXII : 1 et 2, pl. CXXIII : 1 et 2, pl. CXXIV : 1-3)365. Une larnax très comparable provient d’une tombe à Dramia, à 30km à l’O/N-O d’Armeni, près du rivage de la baie d’Almiros ; il a été suggéré qu’elles sont toutes trois issues d’un même atelier (Platon 1952b : 479-480 ; Kanta 1980 : 214, 237)366. Le programme iconographique mis en évidence sur les larnax d’Armeni a le plus souvent été interprété comme l’évocation de la sphère de la religion et du culte minoens et des rites et croyances de la population crétoise liés à l’au-delà (Tzedakis 1971a ; Godart et Tzedakis 1992 : 93-94). Il s’agit soit de scènes figurées (Pologiorgi 1990), soit de motifs dont la récurrence dans le répertoire iconographique minoen leur a donné la valeur de symboles religieux, comme la corne de consécration ou la double hache (Tzedakis 1971a : 220-221, fig. 7 et fig. 8, pl. III : 2 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXXI : 1 et 2, pl. CXXVI : 3 et 4). Les scènes figurées mettent en exergue des êtres humains – dont un personnage féminin aux bras levés qui a été interprété comme une déesse (Tzedakis 1971a : 221, fig. 9) –, mais aussi des espèces animales – élans, cerfs, taureaux – dans des situations qui font parfois clairement penser à des scènes de chasse (larnax de la tombe 11 : Tzedakis 1971a : 218, fig. 4, pl. III : 3 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXXV : 1-3, pl. CXXVI : 1). On retrouve aussi les poulpes qui développent leurs tentacules sur toute la paroi (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXX : 3 ; Tzedakis et Martlew 1999 : n° 232). Des motifs plus ornementaux, comme différentes sortes de fleurs et rosettes stylisées, des spirales continues, des damiers, des lignes ondulées et motifs en échelle ou le motif schématique du rocher (rock pattern) remplissent les champs ou ornent les bordures des panneaux. En ce qui concerne la chronologie de ces larnax, elles correspondent à la phase MR IIIA, essentiellement au MR IIIA2, et au début de la phase MR IIIB ; les deux larnax du second type sont envisagées comme les exemplaires les plus anciens (Tzedakis 1971a : 221). Enfin, A. Kanta a souligné que les taureaux dessinés sur la larnax de la tombe 17 (Tzedakis 1971a : fig. 7) sont stylistiquement très comparables aux taureaux peints sur des larnax non publiées découvertes dans les environs d’Episkopi-Ierapetra (Kanta 1980 : 214).

327Il est intéressant de noter que, au sud-est de la colline de Prinokephalo, lors de la prospection archéologique menée dans la région, des fondations de constructions ont été identifiées auprès desquelles de très nombreux fragments de larnax ont été repérés ; les auteurs de la prospection ont suggéré qu’il s’agissait de fours destinés à la cuisson de ces larnax et donc d’un atelier de production (Godart et Tzedakis 1994 : 64, n. 10).

  • 367 Des mines de cuivre existent à proximité d’Armeni et il n’est pas exclu que celles-ci étaient déjà (...)

328En ce qui concerne le reste du mobilier funéraire, parmi les offrandes offertes aux défunts, on trouve une quantité importante d’objets en bronze367. Ceux-ci sont répartis de manière assez homogène à travers les différentes tombes et ne se composent pas de pièces d’artisanat remarquablement luxueuses (Baboula 2000 : 75). Il s’agit entre autres d’armes – épées, petites lances, poignards, couteaux (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXLII : 3-4, pl. CXLIX : 1-2) – et d’outils, comme une scie ou des haches (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXLVII : 1, pl. CXLVIII : 1 et 2). Des poignards et couteaux ont conservé des traces de leur poignée en bois ou en ivoire (Godart et Tzedakis 1992 : 92, pl. CXLVII : 2). On compte quelques objets plus exceptionnels, comme des vases en métal et quelques vases en pierre (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXXXVIII : 1 et 2), des ustensiles personnels – pinces à épiler ou un peigne en ivoire (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXLIX : 3 [pince à épiler]) –, des ornements et des bijoux – colliers de perles et ornements en pierres semi-précieuses ou en pâte de verre (Tzedakis 1975 : pl. 528β ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CL : 2, pl. CLI : 1-2 ; Tzedakis et Martlew 1999 : 256-257, n. 251), bagues, bracelets et broches en bronze (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXLII : 1-2 [bracelet en bronze], pl. CL : 1 [anneau en bronze]), ornements en or (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXLIX : 4 [feuille en or]) –, des fusaïoles et pas moins de 159 sceaux, dont des anneaux sigillaires recouverts d’une feuille d’or (Tzedakis et Martlew 1999 : 256, n° 248-250 ; Tamvaki 1981). Certains sceaux remontent à l’époque néo-palatiale, à l’instar du pendentif en stéatite gravé d’une inscription en Linéaire A trouvé dans la tombe à tholos (Tamvaki 1981 : 211s. ; Tzedakis 1975 : 515, pl. 526a ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CLIII [sceau MR I ou MR II trouvé dans une larnax MR IIIB] ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXLVI [pendentif]). Un certain nombre de ces sceaux sont des productions en roche dure et sont donc probablement plus anciens que le contexte de la tombe dans laquelle ils étaient déposés, puisque cet artisanat semble s’interrompre avant la fin du MR IIIA2 ; le style des motifs gravés suggère les phases MR II-IIIA1 (Tamvaki 1981 : 212s., spéc. 221). Toutefois, une quantité importante des sceaux d’Armeni sont réalisés dans la pierre tendre locale, plus facile à travailler ; il est possible qu’un atelier de sceaux était toujours actif aux MR IIIA et MR IIIB dans la région (Krzyszkowska 2005 : 195, 212-214). Certains exemplaires proviendraient cependant d’autres régions de l’île et même de Grèce continentale (Godart et Tzedakis 1992 : 92 ; Krzyszkowska 2005 : 195, 214). Cette quantité importante de sceaux déposés parmi les offrandes des tombes de la nécropole d’Armeni au cours des MR IIIA2-IIIB contraste avec les pratiques contemporaines qui ont cours en Crète occidentale et centrale, où les sceaux sont proportionnellement peu fréquents.

  • 368 Des dents de sanglier, qui devaient à l’origine orner un casque semblable, ont été trouvées dans l (...)

329Quelques objets pourraient venir de régions plus éloignées, comme quatre sceaux-cylindres d’origine probablement syro-palestinienne (Tamvaki 1981 : 221 ; Pini 1983 : 119, n° 15, fig. 2 : 5) et un vase en faïence (Godart et Tzedakis 1992 : 92). Une des pièces maîtresses, enfin, est représentée par un casque monté en dents de sanglier ; il faisait partie des offrandes de la tombe 167 (Catling 1986 : 95 ; Banou 1990 ; Godart et Tzedakis 1992 : 88, pl. CLII : 1, Godart et Tzedakis 1997 : 185, pl. CLII. 1)368.

  • 369 Un cas particulier est le un petit vase à étrier MR IIIA2 qui contenait de l’huile d’olive totalem (...)
  • 370 J. Bennet (Bennet 1987a : 311) a proposé que le toponyme da-*22-to mentionné dans les documents en (...)

330Enfin, des analyses de résidus organiques conservés à l’intérieur de certaines poteries du cimetière d’Armeni ont permis de déterminer deux choses en ce qui concerne les offrandes faites aux défunts qui n’ont pas été conservées, car périssables. Premièrement, des aromates et onguents, et même des substances cireuses à base de plantes et de fruits, avaient sans doute été offerts aux défunts d’Armeni, dans des petits vases à étrier, cruches miniatures, alabastron et flasques globulaires (Tzedakis et Martlew 1999 : 55s. [onguents], 113-114, n° 86-88 [huile d’olive ou de plante, substances cireuses])369. En outre, quelques poteries décorées du motif de la fleur d’iris stylisée peuvent aussi être considérées dans ce sens (Tzedakis et Martlew 1999 : 59-61, n° 32-36 [cruches miniatures MR IIIA2 et vases à étrier MR IIIB]). En effet, la production d’huile de fleurs d’iris, une substance de prix, a été reconnue à Khamalevri au MM IA (M. Andreadaki-Vlasaki dans Tzedakis et Martlew 1999 : 48-51). Cet ensemble pourrait suggérer non seulement que cette production existe toujours dans la région mais aussi que des huiles et onguents de ce type étaient offerts aux défunts370. Deuxièmement, la céramique fine et grossière fragmentée, trouvée dans des dromos et dans des fosses à proximité des tombes, évoque la possibilité de consommations de repas dans le cimetière. La céramique grossière correspond à des marmites tripodes dont l’analyse des résidus révèle qu’elles ont contenu des mixtures complexes d’huile d’olive, de viande et/ou de céréales (Tzedakis et Martlew 1999 : 115-116, n° 90-94). Les analyses menées sur la céramique fine issue de ces dépôts – kylix, coupelles coniques, coupes à champagne – décèlent différents breuvages, tels du vin résiné et des liquides fermentés à base de bière d’orge, de miel et d’hydromel (Tzedakis et Martlew 1999 : 56, 176-177, n° 167-169).

Habitat

  • 371 La production de laine dans cette région est vraisemblablement attestée par quelques découvertes f (...)

331La richesse et la variété des objets qui ont été déposés comme offrandes auprès des défunts d’Armeni témoignent de la vitalité économique du ou des centres de cette région. Plusieurs spécialistes ont dès lors soutenu, à l’évidence, qu’un établissement principal et prospère devait exister dans les environs d’Armeni, surtout aux MR IIIA2 et MR IIIB. La prospection systématique de la région d’Armeni n’avait jusqu’il y a peu pas permis d’identifier le site d’habitat qui correspondait à cette nécropole. Récemment, Y. Tzedakis a dévoilé que des sondages exécutés en 2007 et 2008 dans le petit village de Kastellos, au sud-ouest de la nécropole, ont mis au jour l’habitat minoen principal (Tzedakis 2009). Selon J. Bennet, Armeni pourrait correspondre au toponyme ku-ta-to mentionné dans les tablettes en Linéaire B de Knossos ; en association à celui-ci, il est fait mention d’un nombre important de moutons (Bennet 1987a : 311, n. 29, 312)371. Dans les environs de la colline de Prinokephalo s’étendent aujourd’hui de grands champs fertiles bien irrigués. Enfin, l’existence de mines de cuivre à 4km au sud-ouest d’Armeni, exploitées au moins dès l’Antiquité, expliquerait en partie la richesse de la région si on venait à démontrer leur utilisation à l’Âge du Bronze (Godart et Tzedakis 1994 : 64).

332Quelques éléments d’un habitat ont été mis en évidence à 500m au nord-est du cimetière, qui témoignent d’une occupation MR IB-IIIA1 de type domestique (Tzedakis et Martlew 1999 : 110-112). L. Godart et Y. Tzedakis ont en outre soutenu que la construction d’une nouvelle route moderne au nord et au sud d’Armeni a pu détruire ou occulter une ou plusieurs voies de communication anciennes (Godart et Tzedakis 1994 : 64, n. 8). Une de ces routes descendait probablement vers le sud, tandis qu’une autre menait sans doute vers la bande côtière fertile située au nord-est d’Armeni, entre Rethymnon et Khamalevri-Stavromenos, une région manifestement tout aussi importante au MR III. L’établissement d’Armeni a donc été implanté dans une région tout à fait stratégique.

2.5.7. Rethymnon-Mastabas

Tombes

333Dans la ville de Rethymnon proprement dite, des tombes MR IIIA-IIIB ont été mises au jour, tant dans le centre urbain que dans sa périphérie (Hood, Warren et Cadogan 1964 : 60, n. 6 ; Kalokyris 1998). Parmi celles-ci, une tombe à chambre au plan en forme de fer à cheval à Mastabas, dans les faubourgs (Platon 1947 : 638-639 ; Godart et Tzedakis 1992 : 95-96). L’ensemble céramique se compose de trois vases à étrier, d’une kylix, d’un bol peu profond, mais aussi d’un cratère amphoroïde (Kanta 1980 : 211 ; Kalokyris 1998). Ce dernier présente un large col haut, tandis que sa panse est peinte d’un poulpe stylisé enserré par deux rangées de tentacules. Ce cratère, ainsi qu’un des vases à étrier décoré d’une chaîne de losanges hachurés et boucles antithétiques alternés, ont été identifiés comme des importations de l’« atelier de La Canée » (Kanta 1980 : 211, fig. 86 : 8-9 [vase à étrier] ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CLX : 1 [cratère amphoroïde]). Un autre vase à étrier constitue une probable importation du continent helladique (Kanta 1980 : fig. 86 : 5-6). Quant au bol peu profond, les motifs de palmiers peints sur sa surface interne ont été rapprochés d’exemples de céramique chypriote ; il est daté de la première moitié du MR IIIB (Mavriyannaki 1973b : 87-89, pl. X : 2-3). La tombe de Mastabas ne contenait pas de larnax.

334D’autres poteries MR II, MR IIIA et MR IIIB ont été découvertes dans les environs de Mastabas, qui pourraient appartenir à d’autres tombes : une flasque globulaire MR II élégamment décorée de deux fleurs de papyrus opposées (Godart et Tzedakis 1992, pl. CLXII : 2), une kylix MR IIIA à pied haut et petites anses surmontant la coupe, peinte de chaînes verticales de petits cercles (Godart et Tzedakis 1992, pl. CLXI : 2), une pyxide MR IIIB à anses en panier (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CLXII : 1), un cratère amphoroïde et une pyxide cylindrique à anses de panier munie d’un couvercle en forme de dôme, tous deux peints de motifs organisés en panneaux – corne de consécration, réseau de demi-cercles pointés, réseau de spirales, etc. (Tzedakis 1975 : 512, pl. 523δ-ε). A. Kanta a lié la pyxide au MR IIIA et le cratère au MR IIIB (Kanta 1980 : 211).

2.5.8. Adele

Tombe

335Au lieu-dit de Damourou, près du village d’Adele qui se situe à 7km à l’est de Rethymnon, une tombe à chambre MR IIIA2-IIIB a été mise au jour (Papapostolou 1974 : 252-256, fig. 1β ; Kanta 1980 : 216). La chambre est presque rectangulaire et mesure 2,75 x 2,45m. Deux larnax en forme de coffre munies de couvercles ont été trouvées à l’intérieur, accompagnées de neuf poteries, dont une pyxide cylindrique sans décor, une cruche à bec à large col, un askos en forme d’oiseau et une petite jarre de type alabastron à trois anses (Papapostolou 1974 : 253-254, fig. 3-4, pl. 186γ-δ, pl. 188α-β [larnax], fig. 2, pl. 189δ-ε, pl. 190β, pl. 191α-β [poteries]). Une des larnax présente des parois découpées en panneaux où sont figurés des poissons et un octopus (Papapostolou 1974 : pl. 187). Le style de l’octopus est très comparable aux poulpes qui décorent les panneaux d’une larnax de Maroulas (Papapostolou 1974 : fig. 3, pl. 186γ-δ, cf. ci-dessous, 2.5.9. Maroulas). L’autre larnax est décorée du motif de la corne de consécration et, sur un long côté, de deux grandes boucles comblées de traits verticaux parallèles et disposées de part et d’autre de deux grandes tiges verticales qui se terminent en spirales (Papapostolou 1974 : fig. 4, pl. 188α-β). Cette composition s’apparente très fort elle aussi au décor de deux larnax de Maroulas (Kanta 1973 : fig. 1-2, dessins 1-2 ; Michailidou-Pappa 1972 : pl. ΛΗ’ : 2, pl. MA’, cf. ci-dessous, 2.5.9. Maroulas) et d’une larnax d’Armeni (Tzedakis 1985 : pl. 195β).

2.5.9. Maroulas

Tombes

336Quatre tombes à chambre ont été découvertes dans un premier temps dans les environs de Maroulas, à 1km au S/S-O d’Adele (Alexiou 1967b : 447 ; Papapostolou 1974 : 247-252, fig. 1α, pl. 185α ; consulter aussi Godart et Tzedakis 1992 : 95). Certaines avaient été pillées, mais deux des tombes contenaient encore respectivement deux et trois larnax (tombe 1 : une larnax, conservée au Musée de Réthymnon [Kanta 1973], l’autre, conservée au Musée de Thessalonique [Michailidou-Pappa 1972] ; tombe 2 : Papapostolou 1974 : 247-249, pl. 185β, 186α-β, 187α-β, 189 α-δ).

337La première larnax de la tombe 1, en forme de coffre, est décorée sur ses longs côtés de deux grandes boucles disposées de part et d’autre de deux longues tiges verticales étroites, l’ensemble de cette composition étant remplie d’agencements variés de traits et arcs parallèles ou hachurés (Kanta 1973 : fig. 1-2, dessins 1-2). Cette forme de décor est encore peinte sur un des longs côtés de la seconde larnax de la tombe 1 (Michailidou-Pappa 1972 : pl. ΛΗ’ : 2, pl. MA’) et, on l’a dit, sur une larnax d’Adele. Un des petits côtés de la première larnax porte la représentation d’une scène de chasse ; celle-ci est stylistiquement comparable à la scène de chasse peinte sur l’une des larnax de la nécropole d’Armeni (Kanta 1973 : 318, fig. 3 à comparer avec la larnax d’Armeni, de la tombe 11, Tzedakis 1971a : fig. 4, pl. III : 3). Une des larnax de la tombe 2, en forme de coffre également, présente de longs côtés découpés en panneaux ; ceux-ci sont décorés, soit de spirales longuement enroulées et d’arcs concentriques qui sont agencés de manière florale, soit d’un poulpe, dont le style est très similaire à celui qui décore une des larnax d’Adele (Papapostolou 1974 : comparer les pl. 186γ-δ et 187α-β). Par contre, ce style diffère franchement de celui des octopus qui décorent la seconde larnax de la tombe 1 (comparer Papapostolou 1974, pl. 187α-β et Michailidou-Pappa 1972, pl. ΛΖ’, ΛΗ’ : 1, Μ’). C. Mavriyannaki mentionne la présence de larnax en forme de baignoire dans l’une ou l’autre de ces tombes de Maroulas, une forme peu commune pour les larnax trouvées en Crète centrale-ouest (Mavriyannaki 1972a : 29).

  • 372 Le scarabée n’est ni décrit ni illustré ; il n’est apparemment pas identifié non plus dans le cata (...)

338Plusieurs poteries MR IIIA-IIIB collectées dans une de ces tombes de Maroulas sont publiées. Il s’agit notamment de deux vases à étrier dont la fabrique et le style du décor floral ou d’octopus permettent de soutenir qu’ils sont importés de l’« atelier de La Canée » (Papapostolou 1974 : 249, fig. 2α, pl. 191γ-δ ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CLIV : 2), mais aussi d’une coupe à champagne, d’une tasse basse à bec perpendiculaire à l’anse, d’une pyxide cylindrique à rebord sans anses, d’une chope et d’une cruche miniature (Papapostolou 1974 : 247-252, fig. 2β-ς’, pl. 190). Dans cette même tombe avaient été déposés un scarabée en stéatite, un sceau et des bijoux en perles de pâte de verre (Papapostolou 1974 : 252, pl. 189α [sceau])372.

339Dans les environs du village de Maroulas, autour du lieu-dit de Prinares, un cimetière relativement étendu de tombes MR III a été repéré. Trois tombes à chambre sont mises au jour, mais on notera surtout les cas particuliers d’enterrements qui avaient été réalisés dans deux pithos (Markoulaki 1989). Les ouvertures de ceux-ci avaient été obturées, dans un cas par une dalle en pierre, dans l’autre par un cratère (Markoulaki 1989 : pl. 269α [cratère]). Près de l’un de ces pithos se trouvait une pyxide cylindrique au profil peu commun. Elle présente une large épaule horizontale sur laquelle sont fixées deux anses latérales verticales (Markoulaki 1989 : pl. 269β).

340Enfin, au lieu-dit de Mezaria, une autre tombe à chambre, pillée, a été récemment mise au jour (Papadopoulou 2000-2001a ; Papadopoulou 2003b : pl. 391α-β). Celle-ci contenait encore de la poterie MR IIIA2, dont deux kylix et deux tasses étaient couvertes d’une feuille d’étain. Plusieurs tombes à chambre MR IIIA-IIIB ont encore été fouillées récemment dans la région de Maroulas (Whitley 2007 : 114).

2.5.10. Mesi

Tombes

341Une tombe à tholos, très ruinée, a été reconnue au lieu-dit de Aeras, au nord-ouest du village de Mesi, situé à une dizaine de kilomètres à l’E/S-E de Rethymnon et à quelques kilomètres au sud-est de Maroulas et Adele (Alexiou 1967b : 447 ; Godart et Tzedakis 1992 : 96).

342Quatre tombes à chambre, de plan quadrangulaire ou circulaire, précédées d’un dromos, ont également été découvertes dans la région de Mesi, respectivement aux lieux-dits de Photiana, Mourniaki et Lismata ; chacune contenait des fragments d’une ou plusieurs larnax (Hood, Warren et Cadogan : 66-67 [Mesi] ; Tzedakis 1984a : 372 [Photiana, Mourniaki] ; Tzedakis 1988c : 402 [Lismata]). D’autres larnax dont la provenance exacte est peu claire ont été découvertes dans les environs de Mesi ; elles sont datées du MR IIIB par A. Kanta (Kanta 1980 : 215 ; Mavriyannaki 1972a : 28, 47-55, pl. VIII-XI, 55-57, pl. XII). Un fragment de larnax portait au moins un caractère en Linéaire B (Tzedakis 1988c : pl. 301α). Des poteries MR IIIA-IIIB accompagnaient ces larnax, dont une petite jarre globulaire à large col bas décorée d’une chaîne de losanges hachurés et de boucles antithétiques alternés, un kalathos au profil concave muni d’une grande anse verticale et d’une petite coupelle fixées sur le bord (Tzedakis 1988c : pl. 300α-β, pl. 301β). Une amphore datée du début du MR IIIC se trouvait par ailleurs dans la tombe de Mourniaki (Godart et Tzedakis 1992 : 96).

2.5.11. Pigi

Tombes

343Trois tombes à chambre ont été mises au jour dans les alentours du village de Pigi, situé à 2,5km au nord-ouest de Mesi.

344La première, découverte à 500m au nord-est du village, au lieu-dit de Skounti, contenait encore des fragments d’une larnax et des poteries, dont deux vases à étrier, un brûle-parfum et un bol peu profond (Theofanidou 1951 : 6-9, fig. 13 [ensemble céramique de la tombe ; cliché très peu clair], 14-15 [brûle-parfum, muni de trois petits pieds inhabituels]). L’analyse de cette poterie par A. Kanta suggère de dater la tombe des MR IIIA2-IIIB. Cette spécialiste reconnaît par ailleurs deux vases à étrier MR IIIA2 typiques de l’« atelier de La Canée » (Kanta 1980 : 212-213, référant à Theofanidou 1951, fig. 13 : 1-2 ; le décor du vase à étrier de la fig. 13 : 1 semble de style MR IIIA1).

  • 373 Il s’agit d’une cruche à col cylindrique et petites anses horizontales latérales, d’un thelastron, (...)

345La seconde tombe se situe au lieu-dit de Grambella. Précédée d’un dromos préservé sur 3,20m, sa chambre funéraire aux dimensions relativement modestes (2,50 x 1,80 x 1,20m) renfermait sept larnax et quarante-deux poteries (Tzedakis 1970 : 435-436 ; Kanta 1980 : 212-213 ; Godart et Tzedakis 1992 : 98). Des fosses creusées dans le sol de la chambre et comblées de céramique MR IIIA2 suggèrent le déplacement de sépultures anciennes lors de nouveaux enterrements. Les styles des décorations peintes sur les larnax couvrent les phases MR IIIA2 et MR IIIB (Godart et Tzedakis 1992 : 98). L’une d’elles, généreusement décorée de motifs variés dans un style MR IIIA2 (arcs alternés, quartefeuilles, papyrus stylisés, cornes de consécration enserrant une branche), exhibe une scène d’exposition d’un défunt (prothesis) sur un petit côté de son couvercle (Baxevani 1995 : 19-26, fig. 2-9, fig. 10-11 [scènes de prothesis]). Les deux longs côtés d’une seconde larnax présentent d’autres compositions complexes : le premier long côté est peint d’un panneau central comblé de cornes de consécration et de demi-rosettes antithétiques et de part et d’autre duquel sont dessinés des êtres humains très stylisés dont l’un a les bras levés, tandis que le deuxième long côté est décoré de deux oiseaux aux ailes déployées disposés de profil de manière héraldique et encadrés de deux grands motifs floraux (Godart et Tzedakis 1992 : pl. CLVI : 1-2). Les oiseaux aux ailes déployées décorent des larnax de Sata et du deuxième groupe d’Armeni, parfois placés dans une position héraldique (Procopiou, Godart et Tzigounaki 1990 : pl. 35α [Sata] ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXIX : 2, pl. CXX : 2, pl. CXXII : 2, pl. CXXIII : 2 [Armeni]). Des personnages humains stylisés aux bras levés se retrouvent sur les petits côtés d’une larnax d’Apodoulou et de deux larnax d’Armeni (Pologiorgi 1990 : pl. 37β [Apodoulou] ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXXV : 1-3, pl. CXXVI : 1-2 [Armeni]). La céramique déposée dans cette tombe couvre les phases MR IIIA2 et MR IIIB (Tzedakis 1970 : 435-436, pl. 443α-ς’ ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CLV : 1-2)373.

  • 374 Il s’agit d’une kylix à pied haut et d’un rhyton conique, tous deux peints de bandes et fines lign (...)

346La troisième tombe a été découverte, après sa destruction par des travaux modernes, à 2km au nord du village ; des ossements éparpillés de deux défunts, les fragments d’une larnax et de seize vases, mais aussi une épée, quatre poignards et un couteau en ont été prélevés (Tzedakis 1975 : 516-517). La céramique est datée du MR IIIA par Y. Tzedakis ; il identifie deux groupes de vases, l’un MR IIIA1 et l’autre MR IIIA2 (Tzedakis 1975 : 516-517, pl. 528δ-ε)374.

2.5.12. Pankalochori

Habitat

347À Pankalochori, village situé à 10km à l’est de Rethymnon et à 3,5km au nord-est d’Adele, une grande statuette en terre cuite d’une déesse aux bras levés, dotée d’une jupe cylindrique peinte d’un motif en damier, a été découverte fortuitement lors de la mise en place des fondations d’une maison moderne (Alexiou 1958 : 187-188 ; Kanta 1980 : 214, fig. 88 : 1-3 ; Godart et Tzedakis 1992 : 72, n. 25). Elle semble de style MR IIIB ; aucune autre trace d’une occupation contemporaine n’a été relevée aux alentours.

Tombes

348Des traces de tombes MR III ont été mises en évidence à proximité du village de Pankalochori (Kanta 1980 : 214 ; Godart et Tzedakis 1992 : 96 ; Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 641, n. 2). A 350m au sud-est du village, une tombe à chambre MR IIIA2 est fouillée, après le passage d’un bulldozer (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 ; Markoulaki et Baxevani-Kouzioni 1997 ; voir aussi Godart et Tzedakis 1992 : 97).

349Cette tombe est précédée d’un dromos taillé dans le rocher de 5,75m de long, devancé par six marches d’escalier grossièrement taillées ; sa profondeur devant l’entrée de la chambre est de 2,10m de haut (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 643, fig. 4). La chambre funéraire présente un plan trapézoïdal dont l’entrée est bloquée par une paroi de moellons. Les défunts avaient été déposés dans trois larnax ; les ossements sont peu préservés mais dans un cas la larnax, intacte, contenait encore les restes d’une femme adulte et d’un fœtus (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 646). Le mobilier funéraire qui accompagnait les inhumations de cette tombe est riche et varié, particulièrement pour la femme enceinte.

Mobilier

350En ce qui concerne la poterie, quinze vases ont été prélevés de la tombe (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 647-660, fig. 6-30). Il s’agit de trois alabastron de type haut et globulaire, une petite jarre globulaire tripode munie de trois anses verticales à l’épaule, une cruche piriforme à haut col cylindrique, un vase à étrier piriforme, une kylix et un gobelet, une cruche à bec miniature, un brûle-parfum, une amphore, un amphoriskos, deux coupelles coniques et un couvercle plat. À l’exception de ces derniers, les vases sont décorés et plusieurs sont peints de motifs géométriques et ornementaux agencés en frises horizontales ou en panneaux (sur les alabastron, l’amphoriskos et les deux cruches : Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : fig. 6-11, 16-18, 23-27). Un motif intéressant est celui de demi-rosettes antithétiques disposées de part et d’autre de ce qui apparaît comme la représentation d’une colonne (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 650, fig. 8-9 ; ce motif décore un des petits côtés d’une larnax de la tombe à tholos de Sata, dans la région d’Apodoulou : cf. ci-dessus, 2.5.2. Sata). Les trois larnax ont la forme d’un coffre à quatre pieds, couvert d’un couvercle de section trapézoïdale couronné d’une poutre faîtière plate, saillante aux extrémités (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 660-661, 664-666, 668-669, 671, fig. 31-43). A l’instar des poteries, elles sont toutes trois généreusement peintes d’agencements décoratifs variés comprenant des motifs ornementaux (quartefeuilles, papyrus stylisés), mais aussi des motifs figuratifs et symboliques (poulpe, oiseaux et poissons très stylisés, bucranes et cornes de consécration enserrant une double hache).

351Cet ensemble céramique correspond à la phase MR IIIA2, tant au début du MR IIIA2 – mobilier associé à l’enterrement de la femme enceinte – qu’à un stade plus avancé de cette phase (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 672). K. Baxevani-Kouzioni, qui a analysé cette céramique de Pankalochori, suggère qu’il s’agit d’une production locale, utilisant une argile dans les tons de brun. Son examen macroscopique des vases ne lui a pas permis de reconnaître la présence de céramique importée, de Grèce continentale ou de l’« atelier de La Canée » (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 672). Elle constate toutefois une parenté entre cette céramique et celle déposée dans les tombes de la nécropole d’Armeni, ce qui suggère à nouveau des contacts étroits entre les différents sites de Crète centrale-ouest et les influences réciproques entre les traditions de production de céramique qui sont pressentis dans cette région – au moins à Armeni et à Pankalochori. En ce qui concerne les larnax plus particulièrement, K. Baxevani-Kouzioni suppose également une production locale, induite et/ou soutenue entre autres par la réalisation de mêmes motifs et agencements peints sur certaines de ces larnax et poteries (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 672 ; comparer par exemple la suite de papyrus stylisés sur l’alabastron 3347 [fig. 10-11] que l’on retrouve sur les parois des larnax 3359 [fig. 36] et 3360 [fig. 31-32], ou l’agencement de triangles décoratifs alternés sur l’alabastron 3344 [fig. 23-25] et les longs côtés et le couvercle de la larnax 3358 [fig. 40-41]).

  • 375 L’origine mycénienne du miroir à manche en ivoire en général est jugée « indubitable » par E. Baxe (...)

352Parmi les offrandes plus particulières – presque uniquement réservées à la sépulture de la femme enceinte –, on trouve un miroir de bronze pourvu d’un manche en ivoire sculpté de représentations de génies, mais aussi des fragments de plaquettes en os qui devaient être fixées à une boîte ou un autre objet en bois qui n’a pas été conservé ; le miroir a été relié à la phase MR IIIA1 et pourrait donc être une pièce plus ancienne conservée puis déposée un peu plus tardivement dans cette tombe (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 646, 673-681, fig. 44-48 [miroir], 688, fig. 57-58 [plaquettes en os])375. Cette défunte était également parée de colliers et/ou bracelets de perles et ornements de toutes formes – papyrus, double argonaute, têtes d’aigle, bucranes, bouclier en forme de huit ou différentes formes géométriques – et de toutes matières, surtout en pierres semi-précieuses, pâte de verre et faïence (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 646, 689-695, 697, fig. 60-68). Ces pièces de joaillerie ont été interprétées comme de parfaits exemples de la koinè culturelle créto-mycénienne dans le domaine de la parure (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 697). Treize rosaces en or travaillées au repoussé ont aussi été collectées ; elles décoraient probablement le vêtement de la défunte (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 689, fig. 59). Deux fusaïoles en pierre, deux poids, respectivement en hématite et en cristal de roche, des boucles d’oreille en bronze et des épingles en os ont été trouvés à côté d’elle à l’intérieur de la larnax, ou tout près de celle-ci (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 682-683, fig. 51 [fusaïoles], 684, fig. 52 [poids], 687, fig. 56 [boucles d’oreilles], 689 [épingles en os]). Un petit chaudron, deux plateaux de balance en bronze et un mortier tripode en pierre faisaient encore partie du mobilier funéraire de cette tombe (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 685-687, fig. 53-55 [chaudron et plateaux de balance], 681-682, fig. 49 [mortier]). Enfin, la pièce maîtresse est représentée par un sceau en serpentine hérité de l’époque pré-palatiale (Minoen Ancien), gravé d’un décor qui a été interprété, soit comme un simple motif décoratif, soit comme un symbole de l’écriture hiéroglyphique (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 696 avec commentaires, fig. 72).

353La mise au jour d’une larnax et de quelques vases au lieu-dit d’Aghios Nikolaos à Pankalochori (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 641, n. 2, 696) et les traces d’une occupation minoenne repérées lors de la prospection des alentours laissent penser que cette tombe à chambre n’est probablement pas un monument isolé. Sur la base de l’étude de la céramique qu’elle renfermait, il semble que les trois enterrements réalisés dans cette tombe s’échelonnent sur une période prolongée au cours du MR IIIA2, et suggèrent donc une occupation non ponctuelle de l’endroit.

2.5.13. Stavromenos

  • 376 Les rapports préliminaires de ces prospections et fouilles ont été publiés par M. Andreadaki-Vlasa (...)

354La région de Stavromenos et Khamalevri se situe à une douzaine de kilomètres à l’est de Rethymnon. Stavromenos est situé en bord de mer et Khamalevri est un peu plus dans les terres, à moins de 2km du rivage. Plusieurs traces d’une occupation minoenne ont été identifiées dans cette région, suite à différentes prospections archéologiques (Faure 1960 : 202-204 ; Hood, Warren et Cadogan 1964 : 62-66 ; Godart et Tzedakis 1992 : 73-74). Depuis 1991, plusieurs prospections, sondages et fouilles archéologiques ont été menés à différents endroits dans les champs d’oliviers qui s’étendent entre Stavromenos et Khamalevri, souvent à l’occasion d’interventions de sauvetage (Andreadaki-Vlasaki 1997c : pl. IX pour la localisation des différents secteurs investigués et fouillés entre Stavromenos et Khamalevri). Ceux-ci ont permis de mettre graduellement au jour un établissement minoen important, dont les premières traces d’occupation remontent au MA III/MM IA et dont les vestiges liés à la période MR III sont relativement nombreux (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 111-112, fig. 1 et p. 138, n. 11)376.

Habitat

355Au nord du village de Stavromenos, près du rivage, les indices archéologiques d’un établissement MR III ont été identifiés par A. Kanta (Kanta 1980 : 211).

Tombes

356Une tombe à chambre précédée d’un dromos a été fouillée à quelques centaines de mètres à l’est du village de Stavromenos, sur la pente nord-est de la colline de Vigla ; elle contenait cinq larnax en forme de coffre (Alexiou 1962 : 272, pl. 234δ [larnax en forme de coffre in situ]). Celles-ci sont peintes de traits, arcs et demi-cercles concentriques agencés notamment en triangles alternés (Kanta 1980 : fig. 102 : 1-2). Plusieurs petits vases MR IIIA avaient été déposés auprès d’elles, deux cruches miniatures, une petite pyxide, une petite jarre piriforme, ainsi qu’un alabastron globulaire et un flasque globulaire à pied court, ces deux derniers étant considérés comme des importations de Grèce continentale, respectivement de l’HR IIIA1 et de l’HR IIIA2 (Kanta 1980 : 212, fig. 87 : 4 [alabastron], 87 : 5-6 [cruches], 87 : 9 [flasque], 87 : 10 [pyxide], 88 : 4 [jarre piriforme]). Si on suit ici l’analyse de A. Kanta, d’autres ont situé cette tombe au sein de la phase MR IIIB (Tzedakis 1985 : 381 ; Mavriyannaki 1972a : 27).

  • 377 Une fouille réalisée aux alentours a dégagé une tombe dans une petite cavité rocheuse dont il ne r (...)

357Toujours à quelques centaines de mètres à l’est de Stavromenos, sur une pente de la colline basse de Sinani, cinq vases en argile ont été collectés, qui pourraient constituer les offrandes d’une tombe (Tzedakis 1985 : 381 ; Catling 1986 : 95 ; Tzedakis et Martlew 1999 : 54)377. Il s’agit entre autres d’un égouttoir muni d’un couvercle tronconique arrondi et d’une pyxide dotée d’un couvercle à rebord percé en son centre d’un orifice cerclé d’autres petits trous, orifices couverts d’un petit dôme non préservé (Tzedakis 1985 : 381, pl. 198α-β ; Catling 1986 : 95, fig. 146 ; Tzedakis et Martlew 1999 : n° 27-28). Le premier est densément décoré de grandes spirales continues mais aussi de différentes espèces de fleurs et plantes – papyrus, lys, crocus et probablement câpriers – rendus dans un style naturaliste. Le second est peint de crocus stylisés. Ces deux vases ont d’abord été datés du MR IA (Tzedakis 1985 : 381 ; Catling 1986 : 95). Ils ont été réexaminés par M. Andreadaki-Vlasaki qui lie le style dense et flamboyant du décor du premier vase à la fin du MR IB ou au début du MR II ; le second vase est un type connu depuis le MM III et que l’on retrouve jusqu’au MR II (Andreadaki-Vlasaki 1987 : spéc. 61-63, phot. 5-10). Plus récemment, les deux vases ont été présentés comme des productions MR II et, soulignant la forme de ces poteries et les motifs précis qui les décorent, M. Andreadaki-Vlasaki a défendu l’idée que ces deux objets étaient connectés à la production et à l’utilisation d’aromates (M. Andreadaki-Vlasaki dans Tzedakis et Martlew 1999 : 54, n° 27 et 28). La fabrique de l’égouttoir est reconnue comme typique de Crète centrale (M. Andreadaki-Vlasaki dans Tzedakis et Martlew 1999 : 54, n° 27).

358D’autres larnax ont vraisemblablement été trouvées lors de sondages au lieu-dit de Paleokastro, la région du littoral, juste au nord du village de Stavromenos (Mavriyannaki 1972a : 27 et n. 22 avec références).

359Par ailleurs, selon A. Kanta qui a examiné les larnax conservées au Musée de Rethymnon et dont le contexte de découverte est inconnu, plusieurs d’entre elles proviennent probablement de la région de Stavromenos, sous-entendue sans doute au sens large (Kanta 1980 : 211-212).

2.5.14. Khamalevri

Habitat

360Parmi les structures qui ont été exposées lors des fouilles de la région de Stavromenos-Khamalevri, des traces d’occupation MR IIIA-IIIB ont été mises en évidence à différents endroits de la colline de Kakavella, à quelques centaines de mètres au N/N-O du village de Khamalevri ; un bâtiment MR IIIA1 partiellement fouillé a été publié (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 [bâtiment fouillé dans la propriété Stratidakis ; localisation sur la fig. 1 : n° 5]). Il s’agit d’une structure domestique composée de deux pièces contigües (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 112-144, fig. 2-6). Les sols de ces deux pièces étaient couverts de céramique brisée, uniformément MR IIIA1. Plusieurs objets d’utilisation domestique sont également collectés : poids en pierre et en argile, meules et mortiers en pierre. La pièce est était pavée et une petite structure rectangulaire, peut-être un foyer, était adossée à son mur sud. La pièce ouest était largement occupée par deux fosses, dont l’une, petite et profonde, était comblée de pierres (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : fig. 5 et 6). La céramique mêlée à ces débris de pierres est contemporaine de la poterie en fragments ramassée sur le sol, ce qui permet d’avancer deux hypothèses. Premièrement, cela écarte la possibilité d’un dépotoir ancien, mais suggère plutôt qu’il s’agit d’une fosse où ont été jetés des déchets provenant d’activités qui avaient lieu à proximité. Deuxièmement, le bâtiment a subi une destruction soudaine – probablement par tremblement de terre – et a eu une durée de vie réduite, puisque sa construction et sa destruction se situent au sein de la même phase (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 146). L’architecture de ce petit complexe a été comparée par ses fouilleurs à celle du village de Kephali Chondrou, sur la base du plan rectangulaire des pièces, de la mise en place de murs de partition internes et du placement de la porte d’entrée dans un angle de la pièce.

  • 378 Par ailleurs, une phase d’occupation MR IIIA, superposée à des niveaux antérieurs dont le plus anc (...)

361En d’autres endroits de la colline de Kakavella, des fouilles ont mis au jour une large occupation MR IIIB, pas encore publiée. Il s’agit de plusieurs structures architecturales très détruites, associées à une importante quantité de poteries MR IIIB, et entourées de nombreuses fosses-dépotoirs, notamment comblées de matériel céramique MR IIIB dont une figurine en terre cuite d’adorant (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 2000 [propriétés Palaioloutra, Poloudakis, Chatzidakis] ; Blackman 2001 : 140)378.

Mobilier

362La poterie MR IIIA1 découverte sur les sols du bâtiment fouillé de Kakavella consiste en de la vaisselle à boire et à verser en céramique fine assez luxueuse et en de la céramique grossière de stockage et de cuisine (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 115-137, fig. 7-62). Les formes en céramique fine et semi-fine identifiées sont essentiellement la tasse globulaire à lèvre saillante décorée, la kylix à pied court percé et à une ou deux anses, simplement engobée, la cruche à bec à large col bas, décorée ou non, et la pyxide. La céramique grossière comprend la coupelle conique, différents types de cruches, jarres, petites et grandes amphores et la marmite tripode. Il s’agit d’un ensemble stylistiquement homogène et uniformément MR IIIA1, peut-être davantage lié au début de cette phase (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 138-142, 143-144, consulter les observations de C. Macdonald qui suivent l’exposé de Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 152s.).

  • 379 Consulter le commentaire de G. Rethemiotakis qui suit l’exposé Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou (...)

363Parmi les vases en céramique fine, une fabrique a été reconnue comme très similaire à la fabrique knossienne contemporaine. De plus, le style homogène de la décoration des tasses à lèvre saillante et des cruches à bec – qui témoigne par ailleurs d’une grande adresse artistique – s’apparente fortement au style de la vaisselle de table de Knossos et fait suggérer à M. Andreadaki-Vlasaki et E. Papadopoulou qu’il s’agit de plusieurs importations de Knossos ou de réalisations sur place d’artisans knossiens (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 138). Ces deux spécialistes avancent donc que la vaisselle fine décorée de Khamalevri est directement connectée à Knossos, tant au point de vue de la production que de la consommation. En effet, bien qu’aucune analyse pétrographique n’ait été réalisée, elles contestent qu’il puisse s’agir de copies élégantes de prototypes knossiens par des artisans locaux (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 148)379. Une autre catégorie de fabrique est représentée par une argile grossière, rouge à rouge foncé, et rouge-brun à rouge-jaune (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 138) ; les poteries correspondantes imiteraient également dans certains cas des standards knossiens (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 121, fig. 29 et 30, 141). Sans exclure une fabrique locale, M. Andreadaki-Vlasaki et E. Papadopoulou y voient moins une production proprement locale de vaisselle de stockage et de cuisine qu’une production influencée par la poterie domestique de Knossos, émanant peut-être d’artisans knossiens itinérants (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 152).

2.5.15. Arsani

Tombes

364À 200m au nord du monastère d’Arsani situé à mi-chemin entre Stavromenos et Khamalevri, au moins deux tombes à chambre précédées d’un dromos ont été repérées, dont l’une contenait encore une larnax et trois poteries (Hood, Warren et Cadogan 1964 : 66). Une troisième petite tombe à chambre avec dromos a été mise au jour dans leurs environs ; elle renfermait quelques restes humains, ainsi que deux petites cruches, une kylix et un amphoriskos à trois anses, apparemment d’importation mycénienne (Tzedakis 1973 : 477-478, pl. 419α ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. CXIV : 1). L’ensemble céramique de cette troisième tombe correspond aux MR IIIA2-MR IIIB, et remonte même peut-être au MR IIIA1 (Tzedakis 1973 : 477-478 ; Godart et Tzedakis 1992 : 94 ; la présence de céramique MR IIIA1 est mentionnée par Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 146 et n. 54).

2.5.16. Angeliana

Tombe

365Une tombe à chambre MR III sans dromos d’accès, simplement creusée dans le flanc d’une colline, a été fouillée à 4km du village moderne d’Angeliana, lui-même situé à une vingtaine de kilomètres à l’est de Rethymnon (Godart et Tzedakis 1992 : 81-82 ; Andreadaki-Vlasaki 1995 : pl. 224α). Elle a été partiellement détruite et pillée et son équipement funéraire, endommagé. Elle contenait les restes de dix larnax et de neuf couvercles ; le nombre de défunt(s) par larnax, unique ou multiple, n’a pas été déterminé. Vingt-trois poteries accompagnaient ces nombreuses sépultures, dont des vases à étrier, des alabastron hauts et globulaires, une pyxide et des coupelles coniques (Andreadaki-Vlasaki 1995 : pl. 224γ-δ). Ces vases correspondent à la phase MR IIIA2 et au début du MR IIIB (Andreadaki-Vlasaki 1995 : 447). Des sceaux, des perles en pierres semi-précieuses et en faïence, une amulette en pierre figurant un personnage féminin, une bague en bronze et des pesons en cristal de roche ont également été ramassés à l’intérieur de la tombe (Andreadaki-Vlasaki 1995 : 447, pl. 224β).

2.5.17. Margarites

Tombe

366Près du village de Margarites, situé à un peu plus de 5km au sud d’Angeliana, au lieu-dit de Kalosikia, une tombe à tholos a été mise au jour (Papadopoulou 2000-2001b ; Papadopoulou 2003a ; Whitley 2004 : 92). La chambre présente un diamètre de 6,60m et son toit voûté en encorbellement culmine à 4,31m (Papadopoulou 2003a : pl. 394β) ; son entrée est également de grandes dimensions puisqu’elle s’élève à 1,95m et a une profondeur de 1,10m. Un dromos creusé sur une longueur de 13,70m précède la chambre funéraire (Papadopoulou 2003a : pl. 394α). La tombe a été pillée et endommagée, mais plusieurs pièces du mobilier funéraire ont été retrouvées. Les enterrements, dont peu d’os ont été préservés, avaient eu lieu dans au moins deux larnax en forme de coffre munies de couvercles. Plusieurs poteries avaient été déposées auprès d’eux, dont des kylix, des coupelles coniques, des vases à étrier et même de la vaisselle grossière de cuisine. Cette poterie correspond aux phases MR IIIA2-MR IIIB. Les offrandes se composaient cependant d’objets plus exceptionnels comme des dagues et des couteaux en bronze ou des objets parés d’ivoire mais dont il ne reste que quelques fragments informes (manche de couteau ou boîte en bois ?). Un sceau en pierre de forme amygdaloïde et des perles de colliers de matières et formes variées complètent l’ensemble.

2.5.18. Choumeri

Tombes

367À une douzaine de kilomètres à l’E/S-E de Stavromenos, à proximité du village de Choumeri, deux tombes à chambre ont été repérées puis fouillées au lieu-dit de Laria (Platon 1951 : 445 ; Platon 1952b : 479 ; Hood, Warren et Cadogan 1964 : 55 ; Mavriyannaki 1985 : 24 ; Godart et Tzedakis 1992 : 94). La première tombe est une simple cavité sculptée dans la roche d’environ 2,50m de diamètre, dont l’ouverture étroite est obstruée par une dalle de pierre ; la seconde tombe présente un plan en forme de fer à cheval et à une longueur maximale de 1,36m. De la première provient une larnax-coffre décorée d’argonautes et munie d’un couvercle (Mavriyannaki 1985 : pl. I). Elle a été datée de la phase MR IIIA2 (Kanta 1980 : 202 ; Mavriyannaki 1985 : 14). Cette larnax porte des signes gravés avant cuisson sur l’un des petits côtés de la caisse et du couvercle ; C. Mavriyannaki les interprète comme les marques du potier ou de l’atelier, qu’elle identifie d’ailleurs sur plusieurs autres larnax du MR III (Mavriyannaki 1985 : 21-22, fig. 1a-b). Un petit pithos avait été déposé dans la seconde tombe et contenait des restes d’ossements humains, qui n’avaient cependant pas subi de crémation (Platon 1952b : 479). Les offrandes céramiques des deux tombes de Choumeri consistent en un vase à étrier, deux kylix à pied haut, un brûle-parfum, des cruches et des coupelles coniques. Ce matériel n’a pas été publié mais les kylix à pied haut suggèrent les phases MR IIIA2-IIIB. Plusieurs autres larnax auraient été trouvées dans les champs environnants par les paysans (Platon 1952b : 479).

CARTE 8. La région de Crète occidentale. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)

2.6. La Crète occidentale : les Montagnes Blanches et la région de La Canée (carte 8)

2.6.1. Phylaki

Tombe

368Dans la région intermédiaire entre la Crète centrale-ouest et la Crète occidentale, une grande tombe voûtée en encorbellement a été fouillée. Elle se trouve à 1km au nord-ouest du village moderne de Phylaki, situé à 5km au sud de la baie d’Almiros, à 15km à l’O/S-O de Rethymnon et à 34km au sud-est de La Canée (Tzedakis 1988b ; Godart et Tzedakis 1992 : 59-60 ; Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Φυλακή]). Un long dromos d’une longueur de 11,10m et d’une largeur de 1,35m, élevé en murs de moellons, donne accès à une chambre funéraire quadrangulaire de 3,40 x 3,65m (Tzedakis 1988b : pl. 295β-γ ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. LIV). Les murs sont montés en gros blocs de calcaire bien équarris qui, agencés en encorbellement, forment le toit, qui prend une forme pyramidale. Plusieurs défunts avaient été déposés à l’intérieur de cette tombe, dont au moins un adulte et un enfant (Godart et Tzedakis 1992 : 60).

  • 380 Des plaques en ivoire sculptées des mêmes motifs ont été retrouvées à côté de la défunte de la tom (...)

369Bien que pillée auparavant, la chambre funéraire contenait encore plusieurs pièces de mobilier lorsqu’elle a été fouillée : vingt-et-une rosettes en or et quatre-vingt-cinq perles, dont trente-quatre en or qui devaient à l’origine composer des colliers, un diadème en or, neuf pendentifs, quatre bagues en argent, deux anneaux au chaton en pierre gravée, quinze sceaux en pierres semi-précieuses (Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Φυλακή] : fig. 3) et des épingles en os. Une autre trouvaille remarquable est celle des plaques en ivoire sculptées de motifs en relief qui ornaient sans doute quelques objets ou ustensiles en bois. Les motifs ciselés consistent en des boucliers en forme de huit et des têtes de guerriers portant des casques composés de dents de sanglier (Godart et Tzedakis 1992 : pl. LV, LVII : 1-3 ; Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Φυλακή] : fig. 4)380, des sphinx disposés de profil (Godart et Tzedakis 1992 : pl. LVI : 3-4 ; Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Φυλακή] : fig. 5), des chamois, des rosettes, des papyrus, des feuilles de lierre et des colonnes. Quelques fragments de poterie ont été récoltés et les vases remontés suggèrent des formes MR IIIA2 (Tzedakis 1988b : 399, pl. 296α-β).

2.6.2. Sphakia

  • 381 C’est ce que l’on peut lire sur le site internet http://sphakia.classics.ox.ac.uk/. Pour une situa (...)

370Au sud-ouest de l’île, une prospection archéologique a été menée dans la région de Sphakia qui s’étend à partir de la côte sud et inclut une grande partie des Montagnes Blanches et plusieurs gorges, dont la célèbre gorge de Samaria, mais peu de terres arables (Nixon, Price, Moody et Rackham 1994 : 255-264, fig. 1). En ce qui concerne la période ici considérée, quelques sites ont fourni du matériel décrit d’une manière générale comme appartenant au MR III et au début de l’Âge du Fer381.

2.6.3. La Canée

371La ville de La Canée se situe à l’entrée de la plus orientale des trois péninsules qui se trouvent au nord-ouest de l’île, la péninsule d’Akrotiri. Une prospection archéologique de la région de La Canée a été menée, qui s’est concentrée sur la péninsule d’Akrotiri et a permis de localiser 245 sites préhistoriques (Moody 1987). Bien que l’arrière-pays de La Canée semble moins peuplé aux MR II-III qu’à la période néo-palatiale, les résultats tendent à montrer une région prospère à cette époque. Septante-six sites repérés au cours de la prospection correspondent à cette phase d’occupation MR II-III (Moody, Rackham et Rapp 1996 : 275-276, fig. 2). Un regroupement relativement important des sites prend place après l’époque néo-palatiale, ce qui provoque une extension en surface des établissements principaux, tandis que plusieurs petits sites disparaissent (Moody 1987 : 237, 314, carte 6.8d ; Moody, Rackham et Rapp 1996 : 293). Le site de La Canée est vraisemblablement le centre principal.

Aux MR II-IIIA1382

Habitat
  • 383 Les résultats préliminaires de ces fouilles, qui concernent plus particulièrement la période ici c (...)
  • 384 E. Hallager précise que 600m ² ont été fouillés à ce jour, ce qui constitue selon lui moins d’un 1 (...)

372L’habitat du site de La Canée est surtout connu grâce aux fouilles gréco-suédoises emmenées par Y. Tzedakis et E. et B. Hallager entre 1970 et 1987 et en 2001 et qui se sont concentrées sur la colline de Kastelli, essentiellement à l’endroit du square Aghia Aikaterini, en plein centre de la ville moderne383. Il ne s’agit sans aucun doute que d’une très petite partie de l’établissement minoen, comme le suggèrent plusieurs fouilles de sauvetage et tranchées ouvertes en différents lieux de la ville actuelle384. Ce centre semble avoir porté le nom de Kydonia, au moins à partir de l’époque palatiale finale, tel que le suggère le toponyme ku-do-ni-ja recensé dans les tablettes en Linéaire B de Knossos (Driessen 1990 : 128, n. 453 ; Andreadaki-Vlasaki 1997a : 487, n. 1 ; consulter toutefois la nuance de Hallager, Vlasakis et Hallager 1990 : 28, n. 17).

  • 385 Dans les contextes stratigraphiques postérieurs à la phase MR IB, B. Hallager a identifié de la cé (...)
  • 386 Ces fosses n’ont peut-être été installées qu’à la phase d’occupation postérieure, au MR IIIA2, lor (...)

373Le site de La Canée n’a pas été épargné par la vague de destructions à la fin du MR IB, mais il est en revanche très rapidement réoccupé (Hallager B. 1990 ; Hallager et Tzedakis 1993 : 34-37, fig. 18 ; Hallager E. 1997 : 176 ; Andreadaki-Vlasaki 2002a : 158). L’habitat néo-palatial antérieur qui a été fouillé sur le Kastelli était composé de quatre maisons spacieuses qui comportaient un étage et étaient organisées en blocs d’habitation séparés par des rues étroites et des aires ouvertes, dont une vaste zone non construite (Hallager E. 1997 : 175, fig. 1). La réinstallation prend place au cours des MR II-IIIA1 (Hallager et Tzedakis 1988 : 19-22)385. Sur la base des vestiges mis au jour jusqu’à présent, celle-ci consiste essentiellement en un nettoyage et un réaménagement simple de structures antérieures détruites, ainsi que de quelques rues et espaces à ciel ouvert ; l’habitat du Kastelli semble être toutefois resté majoritairement en ruines lors de cette première réinstallation (Hallager et Tzedakis 1988 : 19-22 ; Hallager et Tzedakis 1993 : 34-37, fig. 18 ; Hallager E. 1997 : 175-178, fig. 2). Aucun dépôt de sol MR II, ni même MR II-IIIA1, stratigraphiquement scellé, n’a été identifié au sein de l’habitat. Un sol MR II a néanmoins été reconnu à un autre endroit de la colline de Kastelli, lors d’un sondage (sur le terrain de Mathioudakis : Tzedakis 1977a : 457, pl. 238α, Tzedakis 1978-1979 : 41, fig. 55). Cependant, la fouille de fosses-dépotoirs qui contiennent une abondante céramique MR II-IIIA1, mais aussi des poids, des fusaïoles et quelques outils en pierre, permet de soutenir que cet habitat MR II-IIIA1 était important, tant au point de vue de la densité de l’occupation que des activités artisanales qui y avaient lieu (Hallager et Tzedakis 1985 : 8-13 ; Hallager et Tzedakis 1988 : 19, 21-22, fig. 10-12)386. L’établissement souffre d’une destruction par incendie au MR IIIA1. Celui-ci a notamment laissé un dépôt de destruction contenant de la céramique MR IIIA1 dans la pièce B de la Maison III et dans la pièce A de la Maison I, deux maisons néo-palatiales qui avaient été réoccupées (Hallager et Tzedakis 1993 : 36, fig. 19 ; Hallager E. 1997 : 178).

Tombes

374Comme le précisaient L. Godart et Y. Tzedakis, les tombes à chambre du MR III sont dispersées sur une vaste portion de la ville moderne de La Canée et ont été fouillées par à-coups, lors de fouilles de sauvetage. Jusqu’à la fouille récente, en 2004, d’une soixantaine de tombes MR II-IIIB en plein centre de la ville moderne, aucun groupe funéraire cohérent n’avait pu être investigué. Découvertes fréquemment, ces tombes éparpillées témoignent néanmoins à elles seules de l’importance de Kydonia après l’époque néo-palatiale (Godart et Tzedakis 1992 : 52, 54 ; consulter aussi Jantzen 1951 ; Hood 1965b : 109 ; Kanta 1980 : 223-227 ; Godart et Tzedakis 1992 : 52-56 ; Hallager et McGeorge 1992 ; Andreadaki-Vlasaki 1997a : fig. 1 [plan de la ville reprenant chacune des découvertes funéraires liées aux MR II-IIIB jusqu’en 1991] ; Blackman 2000 : 148-149 ; Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Πόλη Χανίων]). Cependant, ces tombes ont été pillées à plusieurs reprises, parfois dès l’Antiquité, et ne rendent pas toujours compte par conséquent de la richesse originale du mobilier funéraire qui y avait été déposé (Godart et Tzedakis 1992 : 52, n. 126-127, 55).

  • 387 L’étude synthétique des toutes les tombes découvertes à La Canée serait d’autant plus difficile qu (...)

375Deux problèmes se posent d’emblée lorsque l’on veut traiter de la séquence chronologique des pratiques funéraires à La Canée entre le MR II et le MR IIIB. Premièrement, leur publication au fur et à mesure de leurs découvertes souvent inopinées est nécessairement disparate et rend la synthèse de ces données ardue. Deuxièmement, ces rapports de fouilles de sauvetage sont souvent partiels et, dans l’attente d’études plus approfondies, ne fournissent parfois que peu d’éléments en ce qui concerne la céramique découverte et susceptible de dater plus précisément la tombe, le matériel ayant par ailleurs souvent été détruit ou volé387. Les tombes sont généralement décrites dès lors comme MR IIIA/B. Une étude de synthèse a toutefois été réalisée par M. Andreadaki-Vlasaki (Andreadaki-Vlasaki 1997a). Celle-ci permet d’avancer que la plupart des offrandes funéraires chronologiquement diagnostiques trouvées dans les tombes correspondent aux phases MR IIIA2 et MR IIIB1. Pour ces différentes raisons, les données funéraires se rapportant au site de La Canée sont surtout présentées ci-dessous, pour la période aux MR IIIA2-IIIB. Toutefois, des éléments sans équivoque permettent de révéler certaines pratiques funéraires précisément exercées au cours des phases MR II et MR IIIA1.

  • 388 En 1997, M. Andreadaki-Vlasaki relevait deux épées, dix poignards, six couteaux, quatre pointes de (...)
  • 389 Tombe de la rue Manou : les photographies sont de mauvaise qualité mais les deux vases à étrier de (...)
  • 390 Je remercie vivement M. Andreadaki-Vlasaki de m’avoir fourni ces informations, alors que l’étude d (...)

376M. Andreadaki-Vlasaki avait déjà relevé que certaines des tombes aux offrandes les plus riches abritaient de la céramique qui correspond au MR IIIA1 et au début du MR IIIA2 (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 504). Ces tombes, quand elles n’ont pas été pillées, renfermaient des ensembles exceptionnels d’objets en bronze : différentes armes – épées, poignards, couteaux, pointes de lance, flèches –, mais aussi de la vaisselle – marmites ou chaudrons tripodes, hydries –, des rasoirs ou des miroirs (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 504, fig. 14-16 ; par exemple, la tombe à chambre de la rue K. Manou : Theofanidou 1951 : 12-16, fig. 23β ; Kanta 1980 : 226-227). Le rapprochement avec les « tombes de guerriers » de Knossos apparaît inévitable388. Une exacte contemporanéité avec celles-ci est difficilement vérifiable tant que les tombes khaniotes ne sont pas pleinement publiées, mais elle est peut être suggérée par la présence de poteries de style MR IIIA1 auprès de ces riches offrandes389. Plus récemment, cependant, les fouilles programmées réalisées en 2004 sur un terrain au sud de la Place Nomarchia ont permis d’attester ce genre de pratiques funéraires à La Canée au cours des MR II et MR IIIA1. Avant la publication de ces soixante tombes, il est exclu de dresser quelque conclusion. Toutefois, quelques éléments intéressants peuvent déjà être avancés. La majorité de ces tombes sont des tombes à chambre, mais quelques tombes à puits ont également été mises au jour. L’une de ces tombes à puits a pu être clairement datée de la phase MR II, tandis qu’une seconde abritait un mobilier particulièrement riche qui correspond à la phase MR IIIA1390. Certaines des tombes à chambre ont reçu des dépôts d’épées mais aussi de lances, flèches ou pointes de flèches (Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Πόλη Χανίων] : fig. 12β [longue épée], fig. 13-14 ; Whitley 2005 : 117 [mention d’une épée de 80cm de long découverte dans une des tombes de cet ensemble fouillé en 2004]). L’analyse préliminaire des ensembles céramiques déposés auprès des objets en bronze suggère que les tombes les plus anciennes remontent à la phase MR II (M. Andreadaki-Vlasaki, communication personnelle).

377En résumé, il est tout à fait significatif que des tombes luxueuses aient été élevées à La Canée aux MR II-IIIA1, contemporaines d’un habitat bien attesté sur le Kastelli mais qui, selon les données actuelles, semble relativement modeste. Les traces d’importants programmes de construction n’apparaissent réellement qu’à la phase MR IIIA2. La publication de ces tombes prestigieuses et de leurs ensembles ostentatoires permettra de déterminer s’il s’agit d’un phénomène limité aux MR II-IIIA1 ou s’il se poursuit au MR IIIA2 et au-delà. En outre, l’étude du nouvel ensemble funéraire de la Place Nomarchia pourra préciser les éventuelles spécificités dans le choix des offrandes liées au symbolisme guerrier et leurs associations, ceci afin de détailler en quoi les pratiques funéraires khaniotes touchant à l’élite sociale (et politique) de ce centre se démarquent ou non des pratiques contemporaines qui ont cours à Knossos. Enfin, un élargissement des fouilles de l’habitat permettrait parallèlement d’éclairer l’envergure et la prospérité de ce centre durant la période MR II-IIIA1, de manière à préciser le contexte dans lequel évoluaient les instigateurs de ces pratiques funéraires ostentatoires.

Mobilier
  • 391 On parlera ici de l’« atelier de La Canée », expressément cité entre guillemets de manière à indiq (...)

378Dans la mesure où seules les périodes d’occupation MR IIIB2 et MR IIIC du site de La Canée ont été publiées exhaustivement, il est encore difficile d’établir une séquence typologique et chronologique pertinente des ensembles céramiques trouvés sur le site, d’autant plus que la poterie issue des nombreuses tombes a généralement été publiée au compte goutte, de manière parfois peu détaillée. Toutefois, plusieurs études ciblées permettent déjà de fournir un tableau satisfaisant, notamment en ce qui concerne le fameux « atelier de céramique de La Canée », bien que celui-ci concerne essentiellement les phases suivantes des MR IIIA2 et MR IIIB391.

  • 392 C’est ainsi qu’elle interprète les nombreux tessons décorés trouvés dans les couches d’occupation (...)

379En ce qui concerne la phase MR II, la poterie issue en faible quantité des contextes juste postérieurs à la destruction MR IB est caractérisée par le « style palatial knossien » : essentiellement des gobelets éphyréens de belle qualité, soit importés, soit imités localement (Hallager et Tzedakis 1985 : 12-13, fig. 9 ; Godart et Tzedakis 1992 : 34 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. XIX). Plusieurs indices encouragent toutefois les archéologues du site à reconnaître une production plus proprement locale de gobelets éphyréens, techniquement élaborée et dont le répertoire décoratif se distingue des traditions knossiennes (Hallager B. 1990 : 81-82, fig. 1 : 1 et 1 : 3). En outre, B. Hallager a soutenu que certaines caractéristiques de cette production locale MR II étaient dans la continuité de la céramique locale de style MR IB (Hallager B. 1990 : 82-83)392.

380Un atelier de production organisé semble se mettre réellement en place dès la phase MR IIIA1, comme le suggère l’abondante céramique de qualité retrouvée dans les fosses-dépotoirs (Hallager et Tzedakis 1988 : 21 ; Godart et Tzedakis 1992 : 34, n. 37). Celui-ci adopte et imite le style knossien contemporain, certainement sur la base d’importations knossiennes, d’ailleurs reconnues sur le site (Tzedakis 1969a : 413-414, fig. 2-3 ; Kanta 1980 : 218 ; Popham 1980 : 165-166 ; Godart et Tzedakis 1992 : 34, n. 37, pl. XXVIII : 1-2), mais peut-être davantage et directement influencé par les importations de céramique mycéniennes (Hallager B. 1988). Cet atelier produit parallèlement de la poterie fine qui témoigne d’une tradition locale forte, notamment les gourdes ou flasques globulaires (Tzedakis 1971b) et la tasse avec une bande peinte sur le bord intérieur (Hallager B. 1990 : 79 ; Kanta 1980 : 218, 223). La fabrique distinctive de ces productions est déjà celle qui caractérisera singulièrement l’« atelier de La Canée » aux périodes suivantes, lors de son activité majeure. Il s’agit d’une argile « blanchâtre tirant un peu vers le jaune (Tzedakis 1969a : 406, 412), un engobe épais et parfois brillant de la même couleur que l’argile et […] une décoration orangée, rougeâtre ou noir [sic] » (Karantzali 1986 : 71). Cette fabrique se distingue facilement de la majorité des fabriques de Crète orientale et centrale.

Aux MR IIIA2-IIIB

Habitat
  • 393 Par ailleurs, un important bâtiment MR IIIB a été fouillé à un autre endroit sur la butte de Kaste (...)

381Après sa destruction au MR IIIA1, l’habitat mis en évidence au square Aghia Aikaterini est réoccupé de manière plus conséquente au cours des phases MR IIIA2-IIIB1 qui correspondent à la période florissante du site. Des activités de construction de grande envergure prennent place (Hallager E. 1997 : 178, fig. 3)393. Les murs néo-palatiaux conservés ne sont réutilisés que dans un seul cas comme fondation, ce qui suggère une courte période d’abandon après la destruction MR IIIA1 mais surtout un changement notable du plan du site (Hallager et Tzedakis 1988 : 22). A l’instar de l’époque néo-palatiale, les nouvelles entreprises architecturales consistent en de grands édifices qui semblent couvrir chacun une superficie d’environ 200m ² (Maisons I et II) et qui côtoient toujours de larges espaces ouverts (Hallager et Tzedakis 1993 : 39-42 ; Hallager E. 1997 : 178). La Maison I est composée d’une dizaine de pièces au rez-de-chaussée, bien connectées entre elles. Les nouveautés architecturales pointées par les archéologues dans cette portion de l’habitat concernent surtout l’agencement de ces maisons. Celles-ci ne sont plus groupées en blocs d’habitations mais se dressent de manière indépendante, parfois disposées face à des cours ouvertes qui semblent plus nombreuses qu’à l’époque néo-palatiale (Hallager et Tzedakis 1988 : 27 ; Hallager E. 1997 : 178, fig. 3). Aucune trace d’un étage n’a à ce jour été identifié (Hallager E. 1997 : 179). L’installation dans une pièce de la Maison I d’un foyer circulaire fixe, composé d’un cercle de pierres recouvert d’un enduit, a souvent été comparée à des aménagements architecturaux reconnus sur le continent helladique contemporain (Hallager E. 1985 : 149, n. 52 et 53, fig. 10, Hallager E. 1997 : 180). Un phénomène particulier de cet habitat MR IIIA2-IIIB1 concerne les zones proches des habitations et creusées de larges fosses-dépotoirs comblées de matériel hors d’usage (Hallager et Tzedakis 1988 : 25 ; Hallager E. 1997 : 180-181).

  • 394 Dans la pièce E de la Maison II, un dépôt de sol MR IIIB1 qui comprenait trois tablettes en Linéai (...)
  • 395 Des fosses-dépotoirs similaires, comblées de matériel comparable, ont aussi été mises au jour au s (...)
  • 396 Ce fragment de tête appartenait sans doute à une pièce plus importante, peut-être similaire à la « (...)

382À la fin de la phase MR IIIB1, l’établissement est à nouveau fortement détruit par un incendie. C’est cet incendie qui a par ailleurs cuit les tablettes en Linéaire B et les scellés qui ont été retrouvés au sein de ces habitations (Hallager E. 1997 : 181)394. Sur ces ruines, au MR IIIB2, quelques pièces sont réaffectées à un niveau supérieur et plusieurs nouvelles constructions prennent place. Celles-ci modifient encore le plan de l’habitat mais leurs particularités architecturales ne diffèrent pas radicalement de celles de la phase d’occupation précédente, bien que leurs dimensions soient plus modestes (Hallager E. 1997 : 181 ; Hallager et Hallager 2003 : 186-191, fig. 45-46). La Maison I, réoccupée, jouxte une cour sur son côté ouest où a été installé un four en forme de fer à cheval monté en pierre et en terre, peut-être destiné à des activités artisanales (Hallager et Hallager 2003 : 81-82, 189, fig. 19a). L’aire au sud de cette Maison I reste en ruines (Hallager et Hallager 2003 : 22). Des fosses-dépotoirs sont toujours utilisées en périphérie des habitations au cours du MR IIIB2. La fouille de celles-ci a fourni plusieurs objets qui témoignent des activités artisanales, modestes, qui avaient lieu dans cette zone de l’habitat : poids, outils en pierre, restes de métal, et des indices d’une production sur place de poterie (Hallager et Hallager 2003 : spéc. 191, 297)395. Une de ces aires de décharges se distingue cependant : la zone de décharge nord (Rubbish Area North). Il s’agit d’une zone ouverte qui s’étend sur presque 150m ² au nord de la Maison I et qui a été creusée en profondeur jusqu’à des niveaux MM, puis comblée de différentes couches et fosses de matériel hors d’usage (Hallager et Hallager 2003 : spéc. 192, fig. 1, pl. 15b-c, pl. 16a-b). Bien que des équipements liés à des activités artisanales, comme la production de textiles, y soient découverts, le contenu abondant de cette zone de décharge nord se différencie du matériel qui avait été jeté dans les autres fosses au MR IIIB2. En effet, un nombre étonnamment élevé d’ossements de cerfs y a été abandonné (Hallager E. 2001 : 176, pl. XLVIb ; Hallager et Hallager 2003 : 192), ainsi qu’une figurine humaine en terre cuite dont la tête a été retrouvée et dont les dimensions correspondent environ à un tiers d’une taille humaine moyenne (Hallager et Hallager 2003 : 192, 271-272, pl. 144, 164a : 5)396, ou un rhyton en forme de tête de bélier (Hallager B. 2001) et différents objets en céramique qui peuvent être associés à des activités d’ordre cultuel, comme des fragments de supports tubulaires à serpents, des brûle-parfums et des figurines féminines ou animales (Hallager E. 2001 : 176-177, pl. XLVII ; Hallager et Hallager 2003 : 192). Les fouilleurs suggèrent d’interpréter cette zone nord de l’habitat comme le dépotoir d’activités cultuelles exécutées dans un sanctuaire proche, qui pourraient remonter déjà à la phase MR IIIB1 (Hallager E. 2001).

383L’habitat est une nouvelle fois détruit à la fin de cette phase mais reconstruit au MR IIIC (Hallager et Hallager 2000).

Tombes
  • 397 Ce nombre compile les données de Andreadaki-Vlasaki 1997a : spéc. 495 et 494, n. 28 (une soixantai (...)
  • 398 Je remercie M. Andreadaki-Vlasaki pour cette information.

384La zone des nécropoles se concentre particulièrement à 1000-1500m au sud-est de la colline de Kastelli – dans la rue Palama (Hallager et McGeorge 1992), dans le quartier du cinéma-théâtre l’Olympia, dans la zone des tribunaux-Mazali –, mais des découvertes en direction du nord-est, du sud et de l’ouest de la ville moderne suggèrent que les nécropoles s’étendaient bien davantage (Karantzali 1986 : 53-54 ; Andreadaki-Vlasaki 1997a : 494). Près de 200 tombes MR III ont été mises au jour au total397. La plupart sont des tombes à chambre taillées dans le kouskouras. Quelques tombes à niche ont également été découvertes, la plupart au sein du groupe de la rue Palama, où les enterrements secondaires d’un homme et d’une femme ont aussi été réalisés dans une simple fosse (Hallager et McGeorge 1992 : 13-22 [tombes 1, 2, 3, 4, 8, 9, 11, 12, 13, 14, 15 : tombes à niche ou sortes de tombes à niche], 16 [tombe 7, la seule tombe aménagée dans une simple fosse] ; Andreadaki-Vlasaki 2003 : 1010-1011). En 1997, au milieu de quelques autres simples tombes à chambre, une tombe à ciste a été dégagée, peut-être celle d’un enfant (Andreadaki-Vlasaki 2003 : 1011-1012, fig. 4). Une ou deux tombes à puits ont enfin été découvertes à La Canée qui semblent postérieures au MR IIIA1, bien qu’elles étaient presque vides398.

  • 399 Une tombe à chambre mise au jour récemment dans la parcelle Spiridakis présente un dromos aux dime (...)
  • 400 La larnax provient d’une tombe découverte dans le quartier de Koubé (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 49 (...)

385Les tombes à chambre sont précédées par des dromos dont la longueur varie considérablement399. Les parois latérales de ceux-ci sont parfois obliques, se rapprochant en leur sommet. La chambre funéraire est de plan elliptique ou carré irrégulier et son ouverture est souvent bloquée par un mur de moellons (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 496, fig. 4 et 6). La plupart des tombes à chambre ont connu des enterrements multiples, répétés, pouvant atteindre huit à dix inhumations ; en quelques cas, un seul défunt a été déposé dans la tombe et celle-ci n’a jamais été rouverte pour des enterrements postérieurs (c’est le cas des tombes à chambre fouillées dans la rue Palama : Hallager et McGeorge 1992 : 26, 28). Les corps étaient le plus souvent déposés sur le sol. Deux seuls cas probables de lit ou sorte de brancard en bois ont été rapportés (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 496, 498 ; Andreadaki-Vlasaki 2003 : 1009 [tombe à chambre découverte en 1997] ; Preston 2004b : 189, n. 18). Dans un autre cas, le corps reposait sur une couche de sable (Tombe 1/Mazali 1990 : Andreadaki-Vlasaki 1997a : 496). Une seule inhumation dans une larnax en terre cuite en forme de baignoire a été rapportée, ce qui rend le cas de La Canée tout à fait exceptionnel par rapport au reste de l’île où ce type d’enterrement est partout présent, à des échelles diverses400. Des fosses sont parfois creusées dans le sol de la chambre pour recevoir les os conservés des premiers défunts déposés dans la tombe ou encore, les anciens ossements sont arrangés en tas ordonnés (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 496 ; Hallager et McGeorge 1992 : 26).

386Les tombes à niche sont des tranchées rectangulaires allongées dont l’un des côtés est creusé d’une cavité pour recevoir le corps, souvent recroquevillé ; la cavité est ensuite refermée par un petit mur de moellons (Hallager et McGeorge 1992 : fig. 20, pl. 8B). Ces tombes sont individuelles et ne sont jamais rouvertes pour des inhumations postérieures. L’une d’elles renfermait toutefois les restes de six squelettes, cinq enfants accompagnés d’une femme adulte ; les restes de celle-ci semblent avoir été déplacés ici suite à une autre première inhumation, dans le souci vraisemblablement de rassembler des individus (Hallager et McGeorge 1992 : 27). Ces tombes à niche sont moins coutumières, leur présence semble concentrée en certains endroits choisis et elles correspondent surtout à la phase MR IIIA2, parfois au MR IIIB1 (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 499).

387Si les défunts ont quelquefois été enterrés sans aucune forme de don funéraire, la plupart de ces tombes sont accompagnées d’offrandes, essentiellement de la céramique, parfois en quantité importante. La majorité de cette céramique correspond aux phases MR IIIA2-IIIB1 (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 507). La forme de vase la plus fréquente est le vase à étrier, mais on trouve aussi des tasses, des petites jarres de type alabastron, des coupes à champagne, des brûle-parfums, des cruches et des amphores miniatures, des vases doubles, des kylix, des vases en forme d’anneau, des askos, des thelastron, des gourdes, des braséros (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 500, fig. 8-12). Une production locale, caractéristique de l’« atelier de La Canée », est reconnue pour la plupart de ces poteries, mais des importations de Grèce continentale de l’HR IIIA2 y avaient également été déposées (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 500, fig. 13 [deux vases à étrier de l’HR IIIA2]).

  • 401 Un exemple parlant est une tombe à chambre du quartier du palais de justice citée par A. Kanta, dé (...)

388D’autres types d’offrandes moins ordinaires, voire ostentatoires, ont été placés dans des tombes qui correspondent vraisemblablement à la période des MR IIIA2-IIIB, malgré les pillages et le manque de publication qui compliquent leur datation401. Il ne s’agit plus a priori de trésors d’armes et de grandes vaisselles en bronze, mais de vases en pierre, de divers objets et ustensiles en bronze, de parures et bijoux en métal et autres matériaux précieux, comme de l’or, de l’ivoire, des pierres semi-précieuses ou de la pâte de verre (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 506). A titre d’exemple, une pointe de lance, un miroir et un rasoir en bronze ont été découverts dans une tombe assurément datée des MR IIIA2-IIIB par la poterie qu’elle contenait (Tzedakis 1980 : 926, pl. 694 δ, ε, στ, pl. 694γ, ζ [poteries]), tandis que des objets de bronze dont une épée, des colliers de perles sculptées, des ornements en or travaillés au repoussé, des sceaux et des bagues – dont certaines, en argent, sont sigillaires – faisaient partie des offrandes de deux tombes clairement liées à la phase MR IIIB (tombe n° 4 de la rue I. Gavril : Karantzali 1986 : fig. 14-29 ; Andreadaki-Vlasaki 1997a : 491 ; tombe à niche n° 8 de la rue Palama d’où proviennent les trois bagues en argent : Hallager et McGeorge 1992 : 16-17, 28, pl. 12-15). Certains de ces objets sont des œuvres plus anciennes qui ont été conservées pendant des générations avant d’être déposées dans ces tombes (vases en pierre, sceaux ou une coupe en or au décor incisé de la tombe n° 4 de la rue I. Gavril : Karantzali 1986 : 71, 86). La fouille en 1997 d’un groupe de cinq tombes à chambre dans le quartier d’Aghios Ioannis a fourni un exemple révélateur de ces tombes riches, bien que celles-ci aient toutes été violemment pillées. Ces cinq tombes ont été qualifiées de MR IIIA/B, sans autre précision (Andreadaki-Vlasaki 2003 : 1008-1010 [propriété Robithakis]). Même après le passage des pilleurs, l’une d’entre elle – la tombe 2, aux dimensions colossales puisque son dromos est, partiellement, mis au jour sur une distance de presque 12m – contenait encore des fragments de vases en céramique, en pierre et en or, des colliers de perles en pâte de verre et, surtout, des plaques finement sculptées dans de l’ivoire d’éléphant et d’hippopotame (Blackman 2000 : 148, fig. 222 ; Andreadaki-Vlasaki 2003 : pl. 384α). Son pillage ne permet pas de préciser si un de ces riches ensembles de bronze y avait été placé à l’origine, à l’instar d’autres tombes de La Canée appartenant a priori à l’époque palatiale finale. Par contre, la tombe 5 toute proche contenait encore la sépulture d’un homme accompagné d’armes et d’un miroir en bronze (Andreadaki-Vlasaki 2003 : 1010). Enfin, les récentes fouilles en 2004 d’un groupe de soixante tombes – tombes à chambre pourvues de longs dromos, tombes à niche et quelques tombes à puits – a permis de collecter un mobilier funéraire parfois très riche. La plupart des inhumations de cet ensemble appartiennent vraisemblablement à la phase MR IIIA2 (M. Andreadaki-Vlasaki, commentaire personnel). En attendant leur publication, il n’est pas clair si l’installation, reconnue, de riches « tombes de guerriers » dans ce cimetière aux MR II et MR IIIA1 se poursuit tout au long du MR IIIA2 et si oui, dans quelle proportion par rapport aux « tombes de guerriers » MR II et MR IIIA1. Cette nécropole est toujours utilisée au MR IIIB.

389Au milieu des tombes fouillées dans la rue Palama, une petite structure circulaire montée en pierres irrégulières avait été installée (Hallager et McGeorge 1992 : 24, fig. 23). La céramique découverte à l’intérieur et autour de cette installation correspond surtout à la phase MR IIIB1, mais aussi à la phase MR IIIA2. On observe un nombre important de vaisselles à boire et probablement à manger, ainsi que de grands conteneurs (Hallager et McGeorge 1992 : 24, pl. 29A-F). Ce matériel peut suggérer la pratique de cérémonies funéraires, associées au moins à quelques-unes des tombes environnantes (Hallager et McGeorge 1992 : 24).

Mobilier
  • 402 Différents calculs statistiques réalisés lors de la publication des niveaux d’occupation MR IIIB2 (...)
  • 403 Différents types de fabriques ont été reconnus au cours de l’étude de la céramique de l’établissem (...)

390Y. Tzedakis, dans son étude sur « l’atelier de céramique postpalatiale à Kydonia », a soutenu que l’«  atelier de La Canée » s’est réellement mis en place au MR IIIB (Tzedakis 1969a : 414). La publication prochaine de la céramique MR IIIA découverte à La Canée depuis cette étude permettra sans doute de déterminer plus précisément quand cet atelier a pris son plein essor, seulement à partir du MR IIIB ou déjà au MR IIIA2402 ? Comme on l’a déjà évoqué plus haut, il s’agit d’une production de céramique fine et semi-fine bien distincte, surtout au point de vue de sa fabrique et de sa décoration, mais aussi en ce qui concerne les formes de vases privilégiées. M. Andreadaki-Vlasaki a soutenu que ce sont « les vases à étrier […] qui manifestent toute la technique de l’atelier, […] souvent décorés de motifs très stylisés appartenant au monde marin ou végétal, avec une affection particulière pour la représentation du poulpe, dont les tentacules s’adaptent à chaque type de panse » (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 500, fig. 10). Toutefois, d’autres catégories de céramique MR III de production vraisemblablement locale existent, dont la fabrique diffère de l’argile blanchâtre caractéristique des réalisations propres à l’« atelier de céramique de La Canée » principal (Hallager et McGeorge 1992 : 27, n. 118)403. Aucune étude n’a spécifiquement été consacrée à ces productions parallèles qui puisse éclairer un système de production et de consommation intra-site ou intra-régional.

391Parmi les pièces de l’« atelier de La Canée » qui correspondent à la phase MR IIIA2, on pointera par exemple le vase double (Godart et Tzedakis 1992 : pl. LII [tombe de la rue Palama]). Hormis les vases à étrier, surtout globulaires et trapus, des formes de vase distinctives de l’« atelier de La Canée » à la phase MR IIIB1 sont par exemple le vase à étrier « pyxoïde », parfois tripode (Tzedakis 1972 : 390, fig. 6 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. XXI : 1), le bol à deux anses horizontales (Godart et Tzedakis 1992 : pl. XXX : 2, pl. XXXVIII : 2, pl. XLVII : 2) ou la chope à bec (Godart et Tzedakis 1992 : pl. XXIX : 1). En ce qui concerne la phase MR IIIB, le site de La Canée est le seul site crétois où deux couches d’occupation stratigraphiquement distinctes ont été identifiées sur le lieu de l’habitat, ce qui a mené à distinguer deux phases chronologiques, le MR IIIB1 et le MR IIIB2. Dès lors, la céramique qui y correspond peut être analysée isolément. Toutefois, si de nouvelles caractéristiques apparaissent au MR IIIB2, une large quantité de la poterie trouvée dans les niveaux correspondants présente des propriétés qui caractérisaient déjà la céramique à la fin de la phase MR IIIB1, c’est pourquoi cette céramique est souvent qualifiée de MR IIIB1/2 (Hallager et Hallager 2003 : 197-265, voir spéc. 197 ; Kanta 1997a discute la distinction entre le MR IIIB1 et le MR IIIB2 en ce qui concerne les productions céramiques crétoises au sens large).

  • 404 On connaît au moins deux autres cratères décorés d’une scène qui met en évidence un char : un crat (...)

392Certains vases produits à La Canée aux MR IIIB1 et 2 affichent des influences mycéniennes (Hallager et Hallager 2003 : spéc. 261-262). Celles-ci concernent l’adoption tant de formes de vase que de certains motifs ou types de décoration, sans que ces productions constituent néanmoins de parfaites copies de vases mycéniens. Toutefois, au MR IIIB2, le site de La Canée produit pour la première fois des kylix au pied solide, et non percé, et de petits vases à étrier dotés d’un faux bec plein, deux particularités techniques propres à la tradition mycénienne (Hallager et Hallager 2003 : 261-262). De plus, la production de bols profonds peints d’une double bande sur le bord interne imite un groupe de vases typique du continent. Ajoutant à cela la nouvelle manière précisément mycénienne de réaliser certaines marmites tripodes, B. Hallager explique ces différentes influences ou imitations, non simplement par des contacts, qui existent par ailleurs depuis longtemps, mais par la réelle présence de quelques potiers originaires du continent au sein de la communauté khaniote (Hallager et Hallager 2003 : 262-263). Il faut par ailleurs noter la découverte, dans un contexte du tout début de la phase MR IIIC sur le Kastelli, d’un cratère en forme de cloche peint d’une scène de char partiellement préservée qui met en présence un personnage exhibant une épée ; ce vase est identifié comme une production de l’« atelier de La Canée » de la fin de la phase MR IIIB2 (Hallager B. 1999 ; Hallager et Hallager 2000 : 59, 148 [78-P0182], pl. 48, 65c). Ce thème iconographique est récurrent en Grèce continentale mais presque inexistant en Crète404.

  • 405 Les sites crétois sur lesquels la présence de céramique importée de l’« atelier de la Canée » a ét (...)

393Les productions de l’« atelier de céramique de La Canée » ont été exportées à travers toute l’île, jusque dans la région de Crète orientale, où elles ont été reconnues sur un grand nombre de sites405. Ces exportations débutent dès le MR IIIA1 (vers Kommos : Watrous 1992 : 175 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 494 [n° 47/10]), mais connaissent sans conteste leur pic au cours de la phase MR IIIB. La céramique khaniote a également voyagé vers des régions extérieures à l’île (Tzedakis 1969a : 414, n. 3 ; Hallager E. 1988b : 115-116 ; Godart et Tzedakis 1992 : 35, n. 43-48), vers la Grèce continentale (Hallager B. 1988 ; Godart et Tzedakis 1992 : 35, n. 43-45 : à Thèbes, à Tanagra, à Patras, en Eubée), les îles des Cyclades (Hallager et Hallager 2003 : 263), à Chypre et en Méditerranée orientale (Karageorghis 1979b : 200-202 ; Popham 1979b ; Godart et Tzedakis 1992 : 35, n. 47 ; Hallager E. 1988b : 119, pl. LXIV, fig. 3), en Italie et en Sardaigne (Hallager B. 1985 : 297-302 ; Godart et Tzedakis 1992 : 35, n. 48 [Sardaigne]). Inversement, au cours des MR IIIA2-IIIB, de la céramique étrangère d’origines variées arrive sur le site de La Canée. Par exemple, en ce qui concerne la céramique crétoise, des productions régionales de Knossos (Hallager et Hallager 2003 : 246-248, céramique knossienne dans les dépôts MR IIIB2 du Kastelli) et de Crète orientale – spécialement de Palaikastro (Hallager et Hallager 2003 : 248 ; Hallager B. 2005 : 277) – ont été reconnues par les archéologues de La Canée. De la céramique chypriote et originaire du Levant est également attestée (Tzedakis 1968 : 426-427, pl. 463a ; Tzedakis1969a : 406 ; Hallager E. 1988b : 119, n. 18 ; Godart et Tzedakis : pl. XVIII : 1-2 ; Hallager et Hallager 2003 : 252 ; Hallager B. 2005 : 277). De manière plus singulière, deux types de céramique dont le style est comparable à de la céramique de l’Italie du Sud sont reconnus au sein de l’habitat khaniote : le handmade impasto/burnished ware et le plain wheelmade gray ware (Hallager B. 1983a, Hallager B. 1983b, Hallager B. 1985 : 302-305 ; B. Hallager dans Hallager et Hallager 2003 : 253-256, 288). Des analyses des pâtes de ces deux ensembles céramiques suggèrent toutefois qu’il s’agit probablement surtout de productions locales et non d’importations d’Italie du Sud, aux 13e et 12e s. av. J.-C., peut-être réalisées par des marchands originaires d’Italie qui se sont installés au sein de la communauté khaniote au cours du MR IIIB (B. Hallager dans Hallager et Hallager 2003 : 256, n. 574 ; consulter cependant le commentaire nuancé de Cadogan 2004 : 925).

394La majorité de ces importations concerne la Grèce continentale et il s’avère que le site de La Canée – habitat et tombes – a fourni trois fois plus de poterie et de tessons d’importation dite mycénienne que l’ensemble des sites crétois MR III (Hallager B. 1988, Hallager B. 2005 : 277, n. 2). La plupart de ces importations sont trouvées dans les niveaux d’occupation MR IIIB1 et appartiennent essentiellement à l’HR IIIB1, auxquelles il faut ajouter quelques vases HR IIIA2, notamment issus des tombes (Hallager B. 2005 : 280-284, 278, 287 ; voir par exemple : Andreadaki-Vlasaki 1997a : 493 et 503, fig. 13 ; Hallager et McGeorge 1992 : 15 [P 6342], pl. 11A). Il s’agit majoritairement de formes ouvertes décorées, principalement des kylix – surtout la kylix monochrome FS 264, mais aussi des bols profonds et des cratères en forme de cloche – et de plusieurs petits vases à étrier de différents profils (Hallager B. 2005 : 280, fig. 2 : 2 [kylix monochrome FS 264], fig. 2 : 4 [kylix 258B décorée], 282, fig. 2 : 7 [bol profond décoré], fig. 2 : 10 [cratère FS 9], fig. 3 : 1-6 [petits vases à étrier, FS 167, 171/173, 180, 182]). Enfin, en ce qui concerne les couches d’occupation MR IIIB2, de la céramique mycénienne, essentiellement d’Argolide, a été identifiée (Hallager et Hallager 2003 : 249-252) ; il est néanmoins remarquable que les formes mycéniennes trouvées dans ces niveaux appartiennent surtout à l’HR IIIA2/B1, dont beaucoup de petits vases à étrier, mais aussi des kylix décorées, un type de vase qui est devenu rare sur le continent à l’HR IIIB2 (Hallager B. 2005 : 284, 286, citant Mountjoy 1986 : 121). Inversement, pourtant, B. Hallager a observé que, au cours de cette même phase, les ateliers locaux sont d’une manière générale fortement influencés dans leurs productions par de nouvelles idées d’origine mycénienne, notamment technologiques (Hallager et Hallager 2003 : 252, 261-262).

  • 406 Le matériel en bronze récolté dans l’habitat et les traces d’activités de production et de travail (...)

395La découverte d’objets et de plaques en ivoire finement sculptées de motifs figuratifs – personnages masculins en habits guerriers, personnages féminins, lions disposés de façon héraldique, boucliers en forme de huit – révèle également l’existence de liens entre La Canée et des régions extérieures à l’île, probablement via des contacts avec la Méditerranée orientale (Hallager E. 1988b : 118 ; Andreadaki-Vlasaki 1999b : fig. 1 ; Blackman 2000 : 148, fig. 222 ; Hallager et Hallager 2003 : 268-269, pl. 148 [70-B-004], pl. 159e : 9 [84-M 030]). Trois bagues en argent dont le chaton porte un cachet suggèrent une même origine orientale, peut-être Chypre ou le Levant (Hallager et McGeorge 1992 : 16-17, 28, pl. 12-15). Mais c’est la quantité importante d’un mobilier varié en bronze – dans les tombes, ainsi que dans la zone de l’habitat sur le Kastelli (Hallager E. 1988b : 118, pl. LXII-LXIII, fig. 1-2) – qui témoigne explicitement des relations commerciales extra-insulaires que le centre de La Canée entretenait, surtout aux MR IIIA2-MR IIIB1, mais aussi au MR IIIB2406.

396Des tablettes en Linéaire B, entières ou en fragments, ont été découvertes à La Canée (Hallager E. 1983a ; Hallager, Vlasakis et Hallager 1990 ; Hallager, Vlasakis et Hallager 1992 ; Godart et Tzedakis 1993b ; Godart et Tzedakis 1997 ; Hallager et Vlasaki 1997). Certaines ne sont pas découvertes in situ et proviennent de dépôts dont le terminus ante quem est la phase MR IIIB (Hallager, Vlasakis et Hallager 1990), tandis que trois tablettes ont été découvertes sur un sol couvert d’un dépôt de destruction par incendie MR IIIB1 dans la Maison II, pièce E (Hallager, Vlasakis et Hallager 1992 : fig. 1-2, pl. 1, 5, 6A, 6B). Celles-ci constituent des inventaires d’individus, font mention de livraisons de miel destinées au sanctuaire de Zeus (Hallager, Vlasakis et Hallager 1992 : 72-82) mais aussi de dix paires de roues, ce qui suggère le stockage, voire la production, de chars sur le site de La Canée (Hallager, Vlasakis et Hallager 1990 : 28, pl. II ; Hallager et Tzedakis 1993 : 26, fig. 11). Le système économique administré par les tablettes en Linéaire B fonctionnait parallèlement à la production de vases à étrier de transport, inscrits de caractères en Linéaire B ou non. Cette production de grands vases à étrier est bien reconnue en Crète occidentale, destinée au commerce de leur contenu, sans doute essentiellement de l’huile d’olive (Catling, Cherry, Jones et Killen 1980 ; Haskell 1983 ; Hallager E. 1987 ; Haskell 2005). Ces vases à étrier de Crète occidentale étaient exportés en Grèce continentale, mais aussi à Chypre et au Levant (notamment Hallager B. 2005 : 289). De huile d’olive, notamment parfumée, devait également être transportée dans les vases à étrier en céramique fine et semi-fine décorés, typiquement produits par l’« atelier de La Canée » (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 500). Des fragments de vases à étrier de transport peints d’inscriptions en Linéaire B ont été retrouvés dans les maisons de La Canée, essentiellement associés à des dépôts MR IIIB2, ce qui diffère chronologiquement des dépôts dans lesquels les tablettes ont été trouvées (Hallager et Hallager 2003 : 191-192, 274-275 ; la moitié de ces tessons de vases à étrier inscrits provient de la zone de décharge nord). D’autres tessons inscrits proviennent de dépôts plus anciens, MR IIIA2 et MR IIIB1 (Hallager E. 1988b : 117, n. 9 ; Hallager, Vlasakis et Hallager 1990 : 27, n. 13 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. XXXIX : 2). Par ailleurs, le toponyme présumé du site minoen de La Canée, ku-do-ni-ja, est mentionné à plusieurs reprises dans des tablettes en Linéaire B découvertes dans le palais de Knossos (par exemple, dans la série Co : Godart 1971). E. Hallager a émis l’hypothèse que la production, au MR IIIB, d’huile d’olive dans la région de La Canée était en partie gérée par une administration knossienne toujours opérationnelle (Hallager E. 1988b : 123 ; cette hypothèse s’oppose aux vues développées dans Palaima 1984).

  • 407 E. Hallager précise que 42 % des figurines découvertes sur le site de La Canée qui ont été analysé (...)

397Six figurines en terre cuite ont été collectées dans les niveaux MR IIIB2 de la Maison I, dont cinq mettent en évidence, selon les fouilleurs, des influences stylistiques propres au continent helladique, d’où certaines pourraient avoir été importées407. Il s’agit de figurines des types Φ, Τ, Ψ ou de figurines animales (Hallager E. 1988b : 117, pl. LXIII, fig. 2 ; Hallager et Hallager 2003 : 191, 270, pl. 143-145). E. Hallager souligne qu’elles ont toutes été trouvées soit à proximité des deux foyers fixes installés au centre de deux pièces de la Maison I, soit près de portes d’entrée, ce qu’il ne conçoit pas comme une coïncidence, mais comme une pratique cultuelle, telle que mise en évidence sur le continent, par exemple à Tirynthe (Hallager E. 1985 : 149-150 ; Hallager E. 1987 : 183 ; Hallager E. 1988b : 117 ; Hallager et Hallager 2003 : 191, n. 18-19). Une influence mycénienne a également été reconnue pour les deux foyers fixes mis au jour dans l’habitat (Hallager E. 1985 : 149-150 ; Hallager E. 1997 : 179-180 ; Hallager et Hallager 2003 : 189-190).

398Un sceau avec un cartouche du pharaon Aménophis III a été découvert lors de la fouille de 1966 sur le Kastelli, dans une couche non stratifiée, mêlé à de la céramique MR IIIA et IIIB (Tzedakis 1969c : 503, pl. 377d).

2.6.4. Nerokourou

399Dans les environs du village de Nerokourou, situé à 5km au S/S-E de La Canée, le site de la villa MM III-MR I qui domine la baie de Souda n’a pas fourni de traces claires d’une réoccupation postérieure, bien que le passage d’excavatrices modernes qui ont violemment endommagé le site ait pu effacer certains niveaux d’occupation, les structures minoennes néo-palatiales se trouvant à fleur de terre (Tzedakis et Sacconi 1989).

***

400Deux sites d’habitat ont été identifiés et fouillés dans la plaine de Stylos, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de La Canée, dans les environs des villages modernes de Samonas et de Stylos, dans la région sud de la baie de Souda.

2.6.5. Samonas

Habitat

  • 408 Godart et Tzedakis 1992 : 42, n. 72 ont suggéré que la reconnaissance de productions céramiques MR (...)

401Le village de Samonas est établi sur une colline rocheuse. Une prospection systématique a été menée dans la région de Kylindra au nord du village, un plateau qui culmine à 390m et domine la plaine de Stylos qui s’étend vers le nord ; cette prospection a donné lieu à des sondages archéologiques (Godart et Tzedakis 1992 : 40-42). Ceux-ci ont révélé plusieurs phases d’occupation de l’endroit – qui remontent jusqu’à la période néolithique ou le MA I – dont, surtout, un habitat MR IIIA/IIIB (Tzedakis 1968 : 427-428). Une grande habitation a été fouillée qui comportait au moins douze pièces (trois campagnes de fouilles y ont été menées en 1965, 1977 et 1978 : Tzedakis 1968 : 428, Tzedakis 1984b : 331, Tzedakis 1985 : 377). Des pithos fermés par de dalles y ont été dégagés in situ (Tzedakis 1968 : 428, pl. 464 α ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. XXXIII : 1-2), ainsi qu’une quantité importante mobilier domestique, essentiellement de la poterie qui correspond aux phases MR IIIA et MR IIIB (Kanta 1984, qui reconnaît quelques productions de « l’atelier de La Canée »). Des dalles qui semblent écroulées au sol suggèrent qu’il existait un étage (Tzedakis 1985 : 377). Plusieurs autres structures ont été identifiées aux alentours de cette maison qui montreraient – si elles peuvent être rattachées à une époque contemporaine – que ce bâtiment n’était pas isolé mais qu’un plus large habitat s’est installé sur le plateau, composé de plusieurs maisons voisines, distribuées de manière aérée (Tzedakis 1985 : 377). A proximité de ces structures de nature vraisemblablement domestique, une longue portion de près de 18m de long d’un mur robuste a été mise au jour, large de 1,20-1,43m (Tzedakis 1985 : 377, pl. 194α). Il pourrait s’agir d’un mur d’enceinte pour les différentes habitations repérées, desquelles il pourrait en effet être contemporain puisque de la céramique MR III a été découverte à proximité (Tzedakis 1985 : 377). L’équipe de recherche qui s’intéresse à l’étude du réseau routier minoen s’est particulièrement penchée sur cette région de Kylindra, dont la position stratégique domine la plaine de Stylos qui s’étend vers le nord et les routes qui conduisent vers l’est de l’île ; une route utilisée vraisemblablement au moins au cours de la phase MR IIIB y a été identifiée (Tzedakis, Chryssoulaki, Voutsaki et Venieri 1989 : 45-57, fig. 11). Une relation entre cet habitat et celui de Stylos, situé à une heure de marche vers le nord-est, est probable408.

2.6.6. Stylos

Habitat

402Dans la région au nord du village moderne de Stylos, au lieu-dit d’Azogyres, sur une colline basse, un habitat MR III a été identifié et un important édifice a été fouillé (Davaras 1971 : 43-44, fig. 3, Davaras 1975 : 518-519, pl. 532-534, Davaras 1977). Un four de potier a été mis au jour qui est lié à cet habitat (Davaras 1973 : fig. 1, pl. 39-42 ; Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Στύλος] : fig. 3-4). La céramique découverte dans les pièces de cette habitation et sur le site de Stylos a été analysée par A. Kanta qui a reconnu des formes de vases et des styles de décoration liés à chacune des phases MR II, MR IIIA1, MR IIIA2 et MR IIIB (Kanta 1984 : 11-12, pl. V-VI. A). A. Kanta identifie plusieurs des tessons MR IIIB, sur la base de leurs fabrique et décoration, comme des productions de l’« atelier de La Canée » (Kanta 1984 : 12, pl. V : fig. 5 : 37, pl. VI : fig. 6 : 6, 42, 44-46). Lors de plus récents sondages réalisés dans les environs de ce site, des murs MR III ont été identifiés sous les structures d’un important bâtiment datant de la fin du 7e s. av. J.-C. (Andreadaki-Vlasaki 1999b ; Blackman 2000 : 150).

  • 409 Le site archéologique gréco-romain de Aptera se situe à 4km au nord de Stylos.

403A. Kanta a suggéré que cet établissement de Stylos, dont l’occupation aux MR II-IIIA1 est donc vraisemblable, est l’a-pa-ta-wa mentionné dans les tablettes en Linéaire B de Knossos (Kanta 1984)409. Cette hypothèse peut être soutenue par l’étude du contenu des tablettes faisant mention d’a-pa-ta-wa (Godart et Tzedakis 1992 : 265-266, 321). La position géographique dominante de ce site par rapport à la plaine de Stylos, fertile et cultivable, et aux voies de circulation entre l’est et l’ouest de l’île est significative, au même titre que l’établissement proche et contemporain de Samonas.

Tombe

404À moins de 200m au nord-est de ces ruines, au lieu-dit de Sternaki, sur une colline, une tombe à tholos a été vraisemblablement construite et utilisée au MR IIIB (Platon 1963 : 293 ; Davaras 1971 : 42, fig. 1-2 ; Mavriyannaki 1972b : 158-159 ; Davaras 1975 : 517-518, pl. 530-531 ; Kanta 1984 : pl. III, pour la visualisation du site de la tombe par rapport à l’habitat). La chambre funéraire est de plan circulaire, d’un diamètre de 4,30m. Elle est précédée d’un dromos long de 20,80m et large de 1,55m, partiellement pavé et délimité par deux hauts murs. Le dromos donne accès à la porte d’entrée qui s’élève à 2,30m jusqu’au linteau imposant formé par de gros blocs de pierre, lui-même surmonté d’un triangle de décharge, qui était à l’origine bloqué vers l’extérieur (Davaras 1971 : fig. 1 ; Davaras 1975 : pl. 531 ; Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Στύλος] : fig. 2). La structure de la chambre est élevée en assises relativement régulières de gros blocs de pierre qui la coiffent d’une coupole culminant à 4,80m (Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Στύλος] : fig. 4).

405De nombreux tessons MR IIIB ont été trouvés sur le sol de la chambre funéraire (Mavriyannaki 1972b : 158, fig. 1 ; Kanta 1980 : 235). A. Kanta a reconnu des productions de qualité de l’« atelier de La Canée », dont un vase à étrier trapu orné d’une décoration peinte élaborée (Kanta 1980 : 235, fig. 86 : 4), des bols profonds, des brûle-parfums, une tasse à bec et peut-être des cratères. Plusieurs tessons appartenaient également à de la céramique grossière domestique, dont des pithos.

2.6.7. Souda

Tombe

406Au nord de la plaine de Stylos, à 5km au sud-est de Souda, une ville portuaire située à 4km au sud-est de La Canée, le long de la route qui mène de La Canée à Héraklion, au niveau de la bifurcation qui part vers le sud en direction de Stylos, une tombe – « la tombe de Souda » – a été mise au jour près du rivage. Peu d’informations sont connues quant à la découverte de cette tombe, détruite (Godart et Tzedakis 1992 : 57). Il s’agit vraisemblablement d’une tombe à chambre (Kanta 1980 : 236). Quelques poteries ont été collectées (Drerup 1951). Parmi elles, deux vases probablement importés de Grèce continentale : un cratère en forme de cloche décoré de scènes de processions, avec des chars tirés par des chevaux, peint dans un style souvent décrit comme « style pictural chypro-mycénien » (Drerup 1951 : pl. 3 : 2, pl. 64 : 8, pl. 65 : 4-6 ; Kanta 1980 : 236 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. LIX : 1) et un grand vase à étrier de stockage globulaire-conique décoré de séries de bandes horizontales (Drerup 1951 : pl. 65 : 1 ; Kanta 1980 : 236 qui fait référence à un vase à étrier de stockage très semblable, trouvé à Knossos dans la Pièce des Vases à Etrier : Popham 1964 : 16, n° 20, pl. 4d). Ces deux vases correspondent probablement à l’HR IIIB1 (Hallager B. 2005 : 289). Les six autres vases de la tombe correspondent à la fin de la phase MR IIIB (Drerup 1951 : pl. 64, pl. 65 : 2-3 ; Hallager B. 2005 : 289).

2.6.8. Kalami

Tombes

  • 410 La seule autre représentation claire d’un joueur de lyre en Crète à l’Âge du Bronze est celle figu (...)

407Sur le rivage de la baie de Souda, à une quinzaine de kilomètres à l’est de La Canée et à 5km au nord-est de la plaine de Stylos, cinq petites tombes à chambre MR IIIA-IIIB ont été découvertes dans les environs du village moderne de Kalami (Tzedakis 1969b ; Tzedakis 1970 ; Tzedakis 1973 ; Kanta 1980 : 238 ; Godart et Tzedakis 1992 : 51 ; Godart et Tzedakis 1993a ; ce cimetière se trouve au pied de la colline sur laquelle était établie la ville gréco-romaine d’Aptera). Les défunts avaient été déposés sur le sol et étaient accompagnés d’ensembles de céramique de qualité. Aucune trace de larnax n’a été reconnue. L’un de ces vases, dont le décor peint foisonnant est partiellement figuré, a valu d’appeler l’une de ces tombes dans laquelle il avait été déposé « tombe de l’aède » (Godart et Tzedakis 1993a). Il s’agit d’une pyxide cylindrique munie de quatre anses, deux verticales et deux horizontales ; son style est lié à la phase MR IIIA2 (Godart et Tzedakis 1993a : 228, fig. 3 ; voir aussi Tzedakis 1970 : 111, fig. 1-2 qui la liait alors au début de la phase MR IIIB). Plusieurs oiseaux aux ailes déployées sont dessinés, dont l’un semble becqueter l’épi porté par un personnage masculin, qui tend son autre main vers une lyre, aussi grande que lui410. Le reste de la poterie déposée dans ces tombes représente une remarquable collection de productions de l’« atelier de La Canée », dont plusieurs vases doubles et des vases à étrier miniatures (Tzedakis 1969b : fig. 1-8, Tzedakis 1973 : pl. 410 α-γ). De ces tombes proviennent également un vase et des outils en bronze, ainsi qu’un vase en pierre en forme de nid d’oiseau (Tzedakis 1973 : pl. 410δ).

408Ces deux sites funéraires découverts à proximité du rivage de la baie de Souda tendent à suggérer l’existence d’un établissement portuaire dans cette région aux MR IIIA-IIIB.

2.6.9. Maleme

Tombe

409Dans une autre région de la Crète occidentale, à une quinzaine de kilomètres de La Canée en direction de l’ouest, au sud du village de Maleme installé en bord de mer, une tombe voûtée en encorbellement installée sur une petite colline a été examinée par C. Davaras, après avoir été pillée puis bombardée pendant la guerre (Davaras 1966 : fig. 1, pl. 155-161 ; Davaras 1967a ; Kanta 1980 : 229 ; Godart et Tzedakis 1992 : 57-58 ; Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Μάλεμε] : fig. 1-3, 5). Un très long dromos de 13,80m de long et de 2m de large, longé par de hauts murs en moellons, donne accès à une chambre funéraire de plan presque carré. Les murs de la chambre sont élevés en blocs de taille en poros couverts de stuc blanc ; la partie supérieure est montée en blocs moins réguliers, disposés en encorbellement, qui forment une couverture pyramidale culminant à une hauteur de 4m (Davaras 1966 : pl. 158β, 159α-β ; Tzedakis 1973 : pl. 414δ). La forme de cette tombe est donc comparable à celle de Phylaki. Le stomion est surmonté d’un linteau formé de deux blocs taillés horizontaux, longs de 3,35m, auquel se superpose un triangle de décharge (Davaras 1966 : pl. 157α-β, 158α ; Tzedakis 1973 : 474, pl. 414γ ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. LIII). Il est possible que cette entrée de la tombe, vu sa monumentalisation et la présence sur le sol de deux blocs percés de trous de pivot, était fermée par une porte en bois (Godart et Tzedakis 1992 : 58). Un sol de petites pierres prises dans un mortier est identifié dans la chambre et le stomion (Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων [Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Μάλεμε] : fig. 3).

  • 411 Une utilisation de cette tombe aux cours des deux phases MR IIIA et MR IIIB a été suggérée dans (...)
  • 412 Ce thème de la vache allaitant son veau est tantôt peint sur des larnax en terre cuite de la régio (...)

410Plusieurs tessons MR IIIB ont été trouvés sur le sol de la chambre funéraire (Kanta 1980 : 229 ; Godart et Tzedakis 1992 : 58)411. Deux sceaux ont également été ramassés, l’un en agate, l’autre en bronze qui était recouvert à l’origine d’une feuille d’or. Tous deux sont gravés de représentations d’animaux – une vache allaitant son petit412 et deux cerfs au galop – dans des styles cependant très différents (Davaras 1966 : pl. 161α-β ; Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων (Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Μάλεμε) : fig. 4).

2.6.10. Mamelouko

411Près de Perivolia, à 6km au sud-ouest de La Canée, la grotte de Mamelouko a été occupée depuis le Néolithique Récent (Godart et Tzedakis 1992 : 47-48). Elle a servi de lieu de culte mais, au MR IIIB, un petit habitat semble y être installé, au moins dans les trois premières chambres, où de la céramique originaire entre autres de l’« atelier de La Canée » et datée du MR IIIB2 a été trouvée (Hallager et Hallager 2003 : 216, n. 212). Un vase à étrier de transport inscrit de caractères en Linéaire B faisait aussi partie du matériel trouvé dans cette grotte, probablement réutilisé comme mobilier de stockage pour un produit culinaire (Zurbach 2007 : 46).

Notes

69 B. Hallager, par exemple, suggère un ressaisissement rapide de la population après les destructions à la fin du MR IB en identifiant un nombre important de poteries « hangovers » (« héritages ») MR IB dans les contextes stratigraphiques postérieurs au MR IB (à La Canée mais aussi à Knossos). Elle les interprète, non pas comme des intrusions, mais plutôt comme les signes de la remise sur pied rapide de la production de céramique par les habitants, dans la continuité des styles MR IB et en insérant graduellement de nouvelles caractéristiques, que les archéologues identifient comme celles du MR II (Hallager B. 1990 : 82-83).

70 On notera essentiellement les lieux suivants :
▪ Le palais : Popham 1978 : 179-181, fig. 1a ; Warren et Hankey 1989 : 81 ; Driessen 1990 : 117-120 ; Momigliano et Hood 1994 ;
▪ La Maison Inexplorée : Popham 1984 ;
▪ La zone à l’ouest du Musée Stratigraphique : Warren 1983 : 63-66 ; Warren 1997 : 158, fig. 4 ;
▪ Peut-être le Petit Palais : Hatzaki 2005a : 199-201 ;
▪ La Maison Sud, où il s’agit plus probablement d’un remblai : Mountjoy 2003 : 107-127 ;
▪ Les Maisons Sud-Ouest : Macdonald 1993 ; Driessen et Macdonald 1997 : 148, 158 ; Driessen 1999a ;
▪ Il y a une vingtaine de tombes qui correspondent ou peuvent correspondre à la phase MR II dans les nécropoles dégagées dans les environs de la vallée de Knossos : Preston 1999 : spéc. 132, Preston 2004a : 325-327, fig. 2 n. 41 et références ; notamment des tombes à Aghios Ioannis et près du nouvel hôpital (Hood et de Jong 1952, Hood 1956) et à Katsambas (Alexiou 1967a).

71 Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 149-150, 448-449, fig. 429.

72 Une phase de construction MR II dans la maison A de Tylissos est référencée dans les derniers rapports des Ephories : http://odysseus.culture.gr/h/3/eh351.jsp?obj_id=2386.

73 Schäfer 1992 : 179-180, 217, 235, pl. 95 : 9.

74 Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 149, 449, fig. 428.

75 La poterie de style MR II qui a été trouvée dans les fouilles anciennes de Malia est détaillée en Farnoux 1997a. Elle provient essentiellement de la Maison Epsilon (J. Deshayes et A. Dessenne n’avaient pas clairement distingué la poterie et l’occupation MR II et MR IIIA1 de cette habitation). Elle est illustrée en Pelon 1970 : 84-89, passim, pl. XVI, 5, XVII, 1-6, XVIII, 1-2,5, XIX, 1-2, XXXV, 6, XXXVI, 4 et quelques tessons pl. XXI, mêlés à de la poterie MR IIIA2. Voir aussi les observations en Poursat 1988 : 76, 82. En ce qui concerne la découverte de céramique MR II dans les plus récentes fouilles du Quartier Nu de Malia : Driessen et Farnoux 1992 : 739 ; Farnoux 1997a : 139, fig. 4.

76 Observation personnelle.

77 Watrous 1982 : 17 et Watrous 1996 : 52, citant la fouille de Hogarth 1899-1900.

78 Platon 1957b : pl. 69a-b ; Kanta 1980 : 116 ; Banou et Rethemiotakis 1997.

79 Levi 1967-1968 : 138-145 ; Kanta 1980 : 98 ; Borgna 2003a.

80 Kanta 1980 : 102-103, fig. 41 : 1 ; La Rosa 1997 : 251, fig. 1-4 ; Hallager B. 1997b : 24 ; D’Agata 1999a : 190-194 ; D’Agata 1999b : 48-49 ; Cucuzza 2003 : 204-205, 217, 220, 222-224, 228-231, 241, 257s., 264-267.

81 Shaw J. 1977 : 231-232, pl. 52a, 55c-d ; Shaw, Betancourt et Watrous 1978 : 120-125, 165-170, pl. 35d, f, 44 ; Watrous 1981 : 75-77 ; Watrous 1992 : 20-30, 119-125 (deposits 16-24) ; Shaw et Shaw 1997 : 425-431 ; D’Agata 1999b : 49, n. 15 ; Arvanitakis 2005 ; Shaw J. 2006 : 126-127, fig. 73 et en dernier lieu J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 486-492 (groupes 45, 46a, 46b), 508-511, tableau 3.64.

82 Il s’agit d’une flasque globulaire de style MR II dont le contexte d’origine est inconnu, qui pourrait provenir d’une tombe : Tzedakis 1971b : 363, 368, pl. 62a-c ; Kanta 1980 : 211. En ce qui concerne le célèbre cimetière MR IIIA-IIIB d’Armeni en Crète centrale-ouest, Godart et Tzedakis 1992 : 89-90 ont suggéré que la seule tombe à tholos du cimetière, la plus ancienne tombe de cette nécropole, remonte au MR II. L’étude approfondie par E. Papadopoulou de la céramique déposée dans cette tombe ne confirme pas cette hypothèse mais situe les poteries les plus anciennes au tout début de la phase MR IIIA : Papadopoulou 1997.

83 Un ensemble de vases a été découvert fortuitement à Stavromenos, dont un égouttoir et une pyxide qui sont reliés à la phase MR II par M. Andreadaki-Vlasaki (M. Andreadaki-Vlasaki dans Tzedakis et Martlew 1999 : 54, n° 27 et 28, publiés déjà dans Andreadaki-Vlasaki 1987).

84 Tzedakis 1977a : 457, pl. 238a ; Tzedakis 1978-1979 : 41, fig. 55 ; Hallager E. 1983b ; Hallager et Tzedakis 1985 : 8-13, fig. 9 ; Hallager et Tzedakis 1988 : 21, fig. 11 ; Hallager B. 1990 ; Godart et Tzedakis 1992 : 34, pl. XIX. En 2004, M. Andreadaki-Vlasaki a fouillé un ensemble important de tombes MR III à La Canée ; de la poterie de style MR II a été identifiée parmi le matériel céramique prélevé de ces tombes (M. Andreadaki-Vlasaki, commentaire personnel).

85 Kanta 1984 : 11, 13, pl. V : fig. 4 : 27, 31, 34.

86 MacGillivray 1997a, MacGillivray 1997b, MacGillivray 2007.

87 Driessen et Macdonald 1997 : 41 citant la communication personnelle de L. Platon ; Platon L. 2004 : 390.

88 Brogan, Smith et Soles 2002 ; Smith 2002 ; Smith 2005 ; Soles et al. 2008.

89 Il est parfois préférable et plus aisé de parler en termes de générations lorsque l’on aborde la chronologie de l’Âge du Bronze : Driessen 1990 : 12 et Popham 1989. Ce dernier propose une durée de vingt-cinq ans pour une génération et soutient que les phases MR IB, MR II et MR IIIA1 correspondraient chacune à environ une génération. D’autres proposent plutôt trente-trois ans (Driessen 1990 : 12, n. 35 avec références).

90 Plusieurs éléments laissent penser que le site de Palaikastro a connu deux destructions majeures au MR IB (particulièrement évidentes dans le Bâtiment 5). La première pourrait être contemporaine des destructions en Crète centrale et occidentale (PK 1990 : 123-132, spéc. 132, 147 ; MacGillivray, Driessen et Sackett 2000 : 46, n. 20 ; Hemingway, MacGillivray et Sackett [à paraître]). Une situation semblable a été suggérée sur le site d’Aghia Triada où des analyses archéomagnétiques réalisées sur la céramique de style MR IB découvertes dans un four de potier indiquent que leur cuisson a eu lieu a une période plus tardive que la destruction documentée en Crète centrale et serait contemporaine des destructions de Crète orientale (Cucuzza 2003 : 205, n. 34 avec références).

91 Ces styles locaux et tradition régionale au MR IB ont été distingués de manière évidente sur les sites de Mochlos et de Palaikastro (Mochlos : Barnard et Brogan 2003 : spéc. 104-111 ; Palaikastro : Cunningham 2005 ; MacGillivray 2007 ; Hemingway, MacGillivray et Sackett [à paraître] ; Langohr 2008a : Appendix I et II ; Langohr 2008b).

92 En dehors de la Crète orientale, D. Puglisi et J. B. Rutter entre autres ont observé que, au MR IB final, le « Style Marin » est en déclin dans la région de Crète centrale-sud (imitations maladroites du « Style Marin » sur les sites d’Aghia Triada et Kommos), alors que des styles régionaux de céramique se développent, en continuité avec les traditions locales précédentes mais parallèlement à l’introduction de caractéristiques le plus généralement liées au MR II (Aghia Triada : Puglisi 2006 ; Kommos : Rutter 2005a, J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 481-486, Rutter [à paraître]).

93 La Maison X de Kommos contenait également plusieurs dépôts de sol MR II, bien plus modestes cependant que les larges dépôts secondaires de remblai (J. B. Rutter, commentaire personnel).

94 A Malia, par exemple, dans la Maison Epsilon, aucun niveau MR II indépendant n’a été clairement identifié (Farnoux 1997a : 136-138). La céramique MR II est toujours mêlée à de la céramique MR IIIA1 dans les couches stratigraphiques, qui constituent cependant bien une phase d’occupation indépendante, MR II-IIIA1 (reconnue déjà par le fouilleur O. Pelon : Pelon 1970 : spéc. 71-79, 83-90, 95-113). Ce phénomène est récurrent ; il est détaillé plus bas, pour chacun des sites concernés.

95 C. W. Shelmerdine a rassemblé les signes archéologiques qui attestent une rupture dans la continuité de l’histoire de sites crétois importants au début du MR IIIA2. Elle observe que la démonstration d’expressions de haut statut augmente dans les centres régionaux à partir du MR IIIA2, par exemple par des programmes de constructions architecturales d’envergure. Elle suggère de lier ces phénomènes à la disparition de la position dominante de Knossos (Shelmerdine 1992). D’autres archéologues ont également suggéré un lien de cause à effet pour l’établissement neuf de sites d’habitats, par exemple à Kephali Chondrou dans la région de Viannos. Le réexamen archéologique de ce site suggère toutefois qu’il est implanté dès la fin de la phase MR IIIA1 (Platon L. 1997).

96 Les habitats MR IIIC mis en évidence ces dernières années à La Canée, Khamalevri, Knossos, Kastelli Pediada, Halasmenos, Petras Kephala – qui sont majoritairement de nouvelles fondations – montrent que l’occupation de l’île à cette époque ne se limite pas à l’installation de la population sur des sommets reculés et difficiles d’accès, parfois fortifiés (Nowicki 2000), mais que des sites côtiers ou dans la plaine, aisément accessibles et pas spécialement protégés sont aussi préférés (Warren 2005 : 100).

97 C’est le cas, par exemple, de la région au sens large de Réthymnon, où de très nombreuses tombes et cimetières qui correspondent aux périodes MR IIIA et IIIB ont été dégagés et suggèrent une région fort peuplée, mais sans qu’ils puissent être mis en parallèle avec les habitations et villages des personnes qui y ont été enterrées (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 145s.). Néanmoins, tout récemment, Y. Tzedakis a révélé que l’habitat faisant écho à l’immense nécropole MR IIIA1-IIIB d’Armeni, inconnu jusqu’il y a peu, a été identifié à l’occasion de sondages archéologiques réalisés en 2007 et 2008 dans et autour du site vénitien de Kastellos (Y. Tzedakis, Minoan Seminar, 19 février 2009).

98 Le riche catalogue d’A. Kanta comprend, en de très nombreuses occasions, la mention de la découverte de structures architecturales ou de céramique liées au MR III, sans plus de détail. Le matériel n’étant parfois que peu illustré, il n’est pas possible, ni de vérifier cette datation, ni de préciser la phase céramique correspondante.

99 La définition d’une région archéologique, non en tant qu’unité géographique statique mais en tant que réseau d’intégration entre des sites («  network of relevance ») a notamment été examinée par Relaki 2004.

100 Depuis le MM II, l’Aile Ouest a, certes, connu des transformations graduelles mais celles-ci n’ont pas vraiment altéré sa configuration générale (Hallager E. 1977 : 17-50 ; Hallager E. 1978 ; Begg 1987 ; Driessen 1990 ; Raison 1993 : 154-161 ; Driessen et Macdonald 1997 : 139-142 ; Panagiotaki 1999 ; Christakis 2004 ; Macdonald 2005 : 209s.).

101 Sans exclure une fonction de réception, cérémonielle ou cultuelle, I. Begg, qui analyse le matériel archéologique et l’architecture de l’Aile Ouest du palais de Knossos, suggère que les pièces à l’étage, après l’époque néo-palatiale, étaient à la fois des pièces de stockage de grands pithos et autres conteneurs – dont les jarres dans le « Style du Palais » –, des ateliers qui confectionnaient des vases en pierre et des bureaux utilisés par des scribes qui inventoriaient les transactions. I. Begg ajoute que cette fonctionnalité multiple témoigne de la continuité d’une pratique antérieure, néo-palatiale, et que rien ne permet archéologiquement de considérer un changement important dans l’aménagement et l’usage de ces pièces supérieures de l’Aile Ouest à partir du MR II (Begg 1975 : 200-206 ; Begg 1987).

102 Plusieurs données stratigraphiques liées à de la céramique MR III ont été identifiées dans le quartier dit résidentiel, au centre de l’Aile Est, qui suggèrent des remodelages de cette zone au cours de cette période (Overbeck et McDonald 1976 : 160-164), mais peu de précisions sont disponibles en ce qui concerne les phases considérées (Overbeck et McDonald 1976 : 164, n. 33).

103 Le gypse est utilisé au sein du palais au MR II, ainsi que dans les reconstructions contemporaines d’anciennes maisons néopalatiales de la ville, par exemple la Maison de Gypse près du Musée Stratigraphique (Driessen 1999a : 228-229 avec d’autres exemples). Il est aussi employé dans l’édification de deux tombes majestueuses au MR II : la Tombe Royale (Royal Tomb) à Isopata (Evans 1906b : 136-172) et dans le dromos de la tombe à tholos sur la butte de Kephala (Hutchinson 1956 ; Preston 2005 : 70, 72, n. 41).

104 Ce motif existait à l’époque précédente mais uniquement dans la glyptique et la peinture murale, essentiellement cantonné, dans ce dernier cas, au contexte palatial (Hallager E. 1985 : 18-19 ; Shaw M. 1997 : 499-500 ; Macdonald 2005 : 180). Le motif de demi-rosettes antithétiques est par ailleurs dessiné sur les grandes jarres piriformes peintes dans le « Style du Palais », dont un exemplaire provient par exemple d’une des tombes MR II-IIIA1 d’Isopata (Evans 1906b : 159, fig. 144). On le retrouve plus tard sur le continent, dans les centres palatiaux mycéniens, sur des fresques qui décorent des portes d’entrées principales (Hallager E. 1985 : 18, n. 53-56).

105 Il semble que très peu de fresques réalisées dans le palais au cours des MM III/MR I ont été conservées (Bietak 2000 : 37). S. Hood suggère une destruction finale du palais à la fin du MR IIIA2 ou au début du MR IIIB alors que des fresques réalisées durant la phase MR II décorent toujours les murs du palais (Hood 2005 : 55). Driessen 1990 : fig. 15 fournit un plan de l’Aile Ouest qui situe les fresques, mais aussi les frises en pierre et les lambris de plâtre, qui semblent avoir fait partie du programme d’embellissement de cette aile du palais, aux MR II et MR IIIA1 (et non pas principalement au MR IIIA1 comme semblait le suggérer J. Driessen).

106 La survivance de ce motif significatif (Hood 2005 : 55, 66) fait clairement référence au passé néo-palatial. Cela permet de suggérer que la fresque en relief d’un taureau chargeant qui décore toujours aujourd’hui le Passage de l’Entrée Nord du palais fait partie du programme de rénovation du complexe aux MR II-IIIA1 (Driessen et Langohr 2007 : 183 contra Hood 2005 : 55 qui ne voit pas de fresques en relief conservées dans le palais qui pourraient appartenir aux MR II-III – à l’instar de ce qu’avait soutenu B. Kaiser [Kaiser 1976] –, mais ne l’exclut pas).

107 Le thème de la procession est également lié au passé minoen. Du même secteur sud proviennent les fragments des fresques du Palanquin et de l’Aurige (Palanquin and Charioteer frescoes) qui décoraient peut-être dès le MR II la Pièce du Sceau en Argile (Room of the Clay Signet) (Momigliano et Hood 1994 : 109-112, 130-131 ; Hood 2005 : 69-70).

108 Cette fresque est souvent liée à la phase plus tardive du MR IIIA2 (Hood 2000 : 206 ; Hood 2005 : 55, n. 52 ; 62) car les personnages représentés tiennent dans leur main une kylix qui semble munie d’un long pied, caractéristique d’une phase plus avancée par rapport au gobelet éphyréen ou la kylix à pied court des MR II-IIIA1 (voir Hallager B. 1997). Il pourrait ne s’agir que d’une nécessité figurative (par exemple, pour le fragment de la fresque figuré en Evans 1935, pl. XXXI A), ce qui autoriserait à rattacher cette fresque au programme d’embellissement des MR II-IIIA1 (un fragment de cette fresque pourrait contredire cependant cette hypothèse, puisqu’un pied long semble visible sur le dessin publié en Evans 1935, pl. XXXI G). L’évocation du banquet est un autre thème crétois séculaire et symptomatique.

109 Certaines maisons néo-palatiales ne seront jamais vidées de leur débris de destruction ni réoccupées, comme la Maison de la Clôture de Chœur (House of the Chancel Screen) ou la Maison des Fresques (House of the Frescoes). La Maison Sud, toute proche du palais, est un cas particulier. Elle est détruite au MR IA et ne semble jamais restaurée ni réoccupée, mais son emplacement a servi de décharge au MR II ou au début du MR IIIA1. Un ensemble de tessons MR IA, MR IB et MR II y a été jeté, ainsi que des ornements architecturaux en pierre (frises de rosettes et triglyphes), peut-être au cours de l’épisode de nettoyages et reconstructions qui suit la destruction du MR II au sein du palais (Mountjoy 2003 : spéc. 22-25 ; Driessen 2003 : 34-35 ; Evely 2003 : 173).

110 Les fondations du Petit Palais sont mises en place au MM IIIB/MR IA ou au début du MR IA, puis il est détruit au MR IA (Hatzaki 2005a : 198). L’absence de dépôts MR IB dans cet édifice peut être expliquée par plusieurs cas de figure : un abandon au cours du MR IB, une occupation ininterrompue entre les MR IB et le MR II, ou un nettoyage complet du bâtiment après une éventuelle destruction ou un abandon (Hatzaki 2004 : 122 ; Hatzaki 2005a : 199). E. Hatzaki avance par ailleurs ce dernier cas de figure pour expliquer l’absence de dépôts MR II dans le Petit Palais : une occupation hypothétique de l’édifice au cours de la phase MR II se serait soldée par un incendie au cours de la même phase – à l’instar de celui qui affecte la Maison Inexplorée –, directement suivi par un déblayement des débris et une restauration importante des structures (dans le secteur nord exclusivement en ce qui concerne la Maison Inexplorée) (Hatzaki 2005a : 200). La Villa Royale et la Maison Sud-Ouest pourraient être des cas similaires (Popham 1970b : 16-20, 32-33). On ajoutera qu’il n’est en rien exclu que ces différents bâtiments, bien qu’importants, aient été tout simplement abandonnés pendant une assez longue période qui couvre les phases MR IB et MR II (Langohr 2007).

111 En tenant compte, d’une part, de l’observation d’une distinction significative entre la nature des dépôts de poterie MR IIIA et MR IIIB du Petit Palais (Hatzaki 2005a : 196) et en s’appuyant, d’autre part, sur sa propre restitution de la stratigraphie du Petit Palais, E. Hatzaki a détaillé pourquoi l’incendie crucial qui a détruit l’édifice est davantage lié à de la poterie MR IIIA1/2 et MR IIIA2 (Hatzaki 2005a : 201). L’analyse de la céramique découverte dans le Petit Palais et contemporaine de cette destruction se trouve en Hatzaki 2005a : 105-118.

112 La grande plateforme est peut-être déjà inutilisée à la fin du MR IIIA1, comme le suggère la stratigraphie dans la tranchée T de la fouille de P. Warren (commentaire de P. Warren dans Hallager et Hallager 1997 : 191).

113 L’utilisation de quarante-six tombes knossiennes a pu être reliée aux phases MR II et/ou MR IIIA1, grâce au matériel qu’elles recelaient (Preston 2004a : 325, fig. 3). Dans son étude des tombes et des coutumes funéraires à Knossos aux MR II-IIIB, L. Preston souligne qu’il n’est pas possible d’établir, sur la base de la poterie issue de ces tombes, celles qui correspondent à des enterrements antérieurs ou postérieurs à la destruction majeure de Knossos au MR IIIA2 (Preston 2004a : 325, n. 35 ; E. Hatzaki a fait la même remarque en ce qui concerne la poterie MR IIIA2 découverte dans les différents édifices et habitations de la ville : Hatzaki 2005b : 91, n. 71). L. Preston a comptabilisé 189 tombes qui peuvent être datées des MR II-IIIB ; parmi elles, seules nonante peuvent être datées plus précisément par l’examen de leur mobilier funéraire, quand il a été publié.

114 Bien que réutilisées pour des inhumations postérieures, ces tombes isolées ne feront jamais partie d’un cimetière qui se serait développé autour d’elles aux phases suivantes. S. Hood a dès lors suggéré que ces grandes et riches tombes MR II étaient l’initiative d’individus qui s’étaient vu attribuer des terrains par l’autorité de Knossos après le MR IB, peut-être en contrepartie de services rendus, et sur lesquels ils s’étaient fait enterrer (Hood et Smyth 1981 : 12).

115 L. Preston a réétudié l’architecture et le matériel de cette tombe ; elle soutient que celle-ci est édifiée à la phase MR II et réutilisée au cours de chacune des phases des MR IIIA1-MR IIIC suivantes (Preston 2005). Le sacrifice d’un cerf a peut-être eu lieu à l’emplacement de la tombe à tholos de Kephala, qui correspondrait à un enterrement MR II (Preston 2005 : 85).

116 La tombe à chambre H de Katsambas est l’une des premières tombes knossiennes dans laquelle les défunts sont déposés dans des larnax en terre cuite (Alexiou 1967a : 51, pl. 23α, β) ; cette tombe contenait un mobilier assez remarquable et de la poterie tant MR IIIA1 que MR IIIA2 (Alexiou 1967a : pl. 24-37). Il faut cependant mentionner la découverte d’une larnax en terre cuite dans le dromos d’une tombe à chambre de l’Âge du Fer dans le Cimetière Nord de Knossos (North Cemetery) qui, sur la base de sa décoration peinte, est datée du MR IIIA1 (Morgan 1987). Sa provenance d’origine n’a pu être restituée.

117 Les objets en bronze découverts à Knossos dans des contextes antérieurs au MR II sont généralement trouvés dans des contextes domestiques, souvent sous la forme de trésors dissimulés. Le cimetière de Poros est une exception notable puisque les enterrements multiples qui y sont pratiqués à l’époque néo-palatiale sont dans quelques cas associés à des ensembles d’offrandes particulièrement riches : bijoux et ornements en métaux précieux, bagues en or, articles de bronze dont, déjà, des armes, bien qu’elles ne soient en rien majoritaires (Kilian-Dirlmeier 1985 : 209-211 ; Muhly 1992 ; Dimopoulou 1994 ; Dimopoulou 1999 ; Rethemiotakis et Dimopoulou 2003).

118 Il semble que des pièces d’armures (notamment des casques) et/ou des boucliers munis de pièces de cuir avaient également été déposés dans certaines tombes MR II-IIIA1 (Hood et de Jong 1952 : 251-253, 256s., 271, fig. 6-7, pl. 50-52 ; Hutchinson 1956a : 70 ; Hutchinson 1956b : 85-86, 96). Un casque décoré de dents de sanglier est figuré sur une amphore dans le « Style du Palais » déposée dans la tombe Z de Katsambas (Alexiou 1967a : pl. 18β, 19) et plusieurs dents de sanglier, qui appartenaient sans doute à l’origine à un casque de ce type, ont été découvertes dans la tombe 55 de Zapher Papoura (Evans 1906b : 66-67, fig. 72 ; Dimopoulou-Rethemiotaki 2000 : fig. p. 207), mais aussi dans une tombe de Poros qui remonte au MR I (Dimopoulou 1999 : 29, fig. 11-13). Fortenberry 1990, sur les casques en dents de sanglier dans le monde mycénien.

119 L’identification d’une aristocratie militaire à Knossos au MR II – voire au MR IB –, induite de ces nouvelles formes de coutumes funéraires, est proposée en premier par S. Hood (Hood et de Jong 1952 : 245). La référence appuyée au domaine guerrier à cette époque palatiale finale à Knossos ne signifie pas que celui-ci était absent de la société crétoise à la période antérieure néo-palatiale (Evely 1996) – quand il semble faire partie d’une idéologie de l’élite (Peatfield 1999) – et même aux autres périodes (Alberti 2004 : 129). Militello 2003 propose une analyse particulière des scènes de combats présentes dans le répertoire décoratif néo-palatial, dans le cadre du fonctionnement de la société minoenne.

120 C. Macdonald, qui a étudié le phénomène des « tombe de guerriers », nuance ainsi la généralisation d’une aristocratie militaire à Knossos aux MR II-IIIA instiguée par S. Hood (Hood 1956). Il suggère en outre de faire la distinction entre les tombes dotées d’épées et poignards et les tombes uniquement dotées de pointes de lance et de dagues ; seul le premier groupe, selon cet auteur, peut pertinemment être considéré comme les tombes de personnes qui ont pris part à des activités militaires ou guerrières effectives – ces types d’armes ayant une utilité limitée au combat. Il reconnaît toutefois que le placement de ces derniers dans les tombes en tant qu’objet de prestige pourrait ne revêtir que la seule valeur de standing social qui émane de la sphère militaire et que l’on ne peut exclure totalement que les hommes enterrés avec de simples lances aient été des militaires, la lance étant l’arme la plus utilisée, tant au combat qu’à la chasse (Macdonald 1984 : 56, 58). Voir aussi Hewitt 1993 : 57-60, 93-95.

121 Par exemple la tombe 14 de Zapher Papoura, dite Tombe au Foyer Tripode (Tomb of the Tripod Hearth) où sont littéralement empilés les vases en bronze (Evans 1906b : 34-45, fig. 33-39b). Macdonald 1984 : 66, n. 95, pour d’autres exemples. Une appellation moins figée a dès lors été proposée : « Burials with Bronzes » (Popham, Catling et Catling 1974 ; voir aussi Löwe 1996 : 58s.). On peut ajouter qu’I. Kilian-Dirlmeier avait observé le contraire en ce qui concerne les « tombes de guerriers » plus anciennes des Cercles A et B à Mycènes : les tombes richement fournies avaient toujours une référence au domaine guerrier (Kilian-Dirlmeier 1988).

122 Par exemple, dans les tombes MR II-IIIA1 du cimetière de Katsambas, les armes et objets en bronze sont proportionnellement peu fréquents, alors que la poterie est abondante ; celle-ci présente souvent le nouvel ensemble jarre dans le « Style du Palais » - alabastron-kylix à pied court, mais aussi des formes minoennes traditionnelles, comme des cruches, des tasses et des braseros (Alexiou 1967a ; Alberti 2004 : 130-131, tableau 8.3.). Au contraire, dans les deux tombes 3 et 4 de Sellopoulo qui correspondent à la phase MR IIIA1, il y a une accumulation d’armes et d’objets en bronze, mais proportionnellement peu de poteries (Popham, Catling et Catling 1974 ; Alberti 2004 : 131, tableau 8.4.).

123 Dans les nouvelles tombes MR II monumentales à Isopata par exemple, on a déposé un rhyton en forme de tête de taureau et trois doubles haches en bronze dans la tombe II, ou quatre vases polychromes dans la tombe V (Evans 1914 ; Dimopoulou-Rethemiotaki 2005 : fig. p. 266 : un des vases polychromes). Un cas singulier est le creusement d’une fosse en forme de double hache dans le sol de la tombe II (Evans 1914 ; Pini 1968 : fig. 16-17). Il faut prendre en compte également la réutilisation de blocs en pierre de taille de bâtiments néo-palatiaux (Preston 1999 : 141, Preston 2005 : 84-85) ou l’utilisation du gypse – matériau de prestige dans les bâtiments MM III-MR I (Driessen et Langohr 2007) – pour la construction de certaines tombes. Consulter aussi le tableau 2 dans Preston 2004a et, essentiellement, les conclusions de Preston 2007 : spéc. 298-303.

124 Un cas exceptionnel est la dizaine de vases en albâtre égyptiens relatifs à la 18e Dynastie et des amulettes en lapis lazuli déposées dans la Tombe Royale d’Isopata (Evans 1906b : fig. 123-125, 128, 130-132, pl. XCVIII-XCIX) ; un scarabée inscrit du cartouche d’Amenhotep III a été retrouvé dans une tombe MR IIIA1 inviolée du cimetière de Sellopoulo (Popham, Catling et Catling 1974 : fig. 14F). Consulter particulièrement à ce sujet Cline 1987 et, en dernier lieu, les tableaux récapitulatifs exhaustifs, dans l’état actuel des données archéologiques, dans Cline 1999 et Phillips 2008.

125 On émet toutefois quelques réserves quant aux preuves archéologiques utilisées par L. Preston pour étayer ses trois observations. Les exemples sont peu nombreux et leur datation n’est pas toujours assurée. Cependant, et tenant compte du nombre restreint de tombes assurément et uniquement datées du MR II ou du MR IIIA1, il semble qu’une plus grande homogénéité – ou du moins un paysage moins hétéroclite – se dégage des ensembles funéraires knossiens MR IIIA1.

126 L’analyse de la céramique des phases MR II, MR IIIA1, MR IIIA2 et MR IIIB de Knossos vient d’être publiée dans le Knossos pottery Handbook Volume I : Neolithic and Minoan (BSA Studies) par E. Hatzaki : Hatzaki 2007b. Elle y présente les groupes de céramique « fossiles ».

127 Elle fait partie des dépôts MR IIIA1 issus des compartiments en pierre (kaselles) du Long Corridor de l’Aile Ouest du palais (Hatzaki 2007b : 219, fig. 6.15 : 6).

128 Dans des tombes knossiennes plus tardives – ultérieures à la destruction MR IIIA2 de la ville – des vases en pierre (surtout en gypse) très probablement produits par l’atelier du palais aux MR II-IIIA1 sont déposés postérieurement comme offrandes (Warren 1967 : 200-201, Warren 1969 : 132).

129 Une typologie et une chronologie des épées et dagues découvertes en Egée ont été proposées par N. Sandars (Sandars 1961 ; Sandars 1963). Elles ont été ajustées et complétées par les travaux de C. Macdonald (Macdonald 1984 ; Macdonald 1987).

130 En effet, les tablettes traitant de la production d’huiles parfumées ne font pas de références claires à des collectors, mais font mention plutôt de ku-pi-ri-jo, une figure très importante dans l’administration de cette activité et qui devait plutôt être un personnage officiel du palais de Knossos qu’un collector.

131 C. Macdonald défend l’idée que ces tablettes qui portent l’idéogramme d’une épée cruciforme à nervure centrale attestent la présence à Knossos d’un atelier spécialisé d’épées aux MR II-IIIA2, même s’il n’est pas exclu que ces tablettes appartiennent à un contexte plus tardif, en raison de leur contexte de découverte, dans le corridor qui jouxte le Sanctuaire aux Doubles Haches dont l’occupation au MR IIIB est bien attestée (Macdonald 1987 : 294).

132 Certaines d’entre elles, celles de la Pièce des Tablettes de Char, ont été rédigées dès le MR II (Driessen 1990 ; Driessen 2001 ; cf. II. 3.2.4. « Le palais de Knossos au MR II-III : combien de destructions »). Ces tablettes font état de la distribution de matériel militaire coûteux à des individus, entre autres d’une centaine de chars entièrement équipés (Driessen 1996b : spéc. 489s.). Les tablettes de la série Sd récoltées dans l’Arsenal de Knossos – qui mentionnent des chars achevés – pourraient représenter l’inventaire de chars stockés par le palais, avant leur éventuelle attribution ou acheminement vers d’autres villes (se-to-i-ja, pa-i-to et peut-être aussi ku-do-ni-ja) où ils pourraient répondre à des demandes locales mais tributaires de l’administration centrale de Knossos (Driessen 1996b : 486). Par ailleurs, ces tablettes sont sans doute à mettre en parallèle avec d’autres tablettes du palais qui sont des listes d’hommes et celles qui font mention par exemple de eqeta. Ces eqeta pourraient représenter un groupe social distinct, composé de commandants militaires responsables d’un nombre important d’hommes, peut-être des forces mercenaires. Ces mercenaires, apparemment engagés par le palais, reçoivent en échanges de leurs services des sortes d’uniformes et peut-être des rations d’huile d’olive de la production palatiale. Au vu de leurs noms, il semble que certains de ces hommes soient d’une origine étrangère à la Crète (sur ces différents points, consulter Driessen 1984).

133 Il avait été suggéré que le Sanctuaire aux Fétiches du Petit Palais était un cas semblable, une réutilisation au MR IIIB de l’ancien bassin lustral du rez-de-chaussée à des fins cultuelles. Récemment, E. Hatzaki a contredit cette idée, non seulement en démontrant que les objets cultuels reliés à ce sanctuaire provenaient d’une activité qui se passait à l’étage, et surtout en soutenant que cet ensemble – difficilement datable – ne pouvait être dissocié du dépôt de tablettes en Linéaire B et de scellés auquel il était totalement mêlé, dépôt qui a été relié de manière convaincante par le même auteur au début de la phase MR IIIA2 (Hatzaki 2005a : 186, 202).

134 L. Preston a toutefois souligné qu’un nombre important de tombes knossiennes dotées d’un mobilier funéraire luxueux ne sont pas datées précisément et il est possible que certaines d’entre elles aient été édifiées au MR IIIA2 (Preston 2004a : 331, n. 52 avec des exemples).

135 La poterie découverte dans les tombes à puits et les tombes à niche non pillées du cimetière de Zapher Papoura correspond uniquement au MR IIIA1 (Hatzaki 2005b : 88, fig. 19).

136 Les enterrements dans des larnax sont nombreux dans le cimetière de Mavrospilio et il n’est en aucun cas exclu que ceux-ci avaient déjà lieu aux MR II-début MR IIIA2, mais les tombes de ce cimetière ayant été réutilisées à plusieurs reprises et la céramique ayant été peu publiée, il est peu aisé de dater les différents enterrements faits dans une même tombe (Forsdyke 1926-1927). Le matériel funéraire pouvant clairement être relié aux MR II-IIIA1 est cependant limité à Mavrospilio (Alberti 2004 : 128).

137 Par contre, le type de l’épée courte Dii se propage aux MR IIIA2-IIIB et semble être réalisé dans plusieurs centres à travers la Crète (Sandars 1963 : 132). N. Sandars relie cette diminution de la production d’armes en bronze couplée toutefois à leur meilleure propagation à un changement des conditions sociales.

138 Des armes sont encore parfois déposées dans les tombes, mais il s’agit le plus souvent de petits couteaux et jamais d’épées et pointes de lance majestueuses. Une tombe à chambre MR IIIB avec enterrements dans des larnax, creusée dans le cimetière de Gypsades (propriété Papadakis), constitue une exception puisqu’elle contenait – outre un rasoir et une coupelle en bronze – une dague en bronze (Grammatikaki 1998 : 447-448, 139α-β). Cette tombe est reliée à la phase MR IIIB sur la base d’un vase à étrier vraisemblablement importé de La Canée (Grammatikaki 1998 : pl. 138α).

139 Il a été suggéré que les approvisionnements en métal en Crète, principalement le cuivre et le bronze, fluctuent à travers la période du Bronze Récent, principalement entre les 15e et 14e s., d’une part, et les 14e et 13e s. d’autre part, et qu’une pénurie en métal est peut-être palpable à partir du MR IIIB (voir par exemple Baboula 2000 : spéc. 76-77). Le cas de Kommos au MR IIIB est toutefois particulier (cf. ci-dessous, 2.4.9. Kommos).

140 Tylissos est fouillé de 1909 à 1913 par Y. Hazzidakis. Plusieurs structures MR III ont été détruites lors des fouilles et la publication des bâtiments (Hazzidakis 1934) n’est pas toujours claire en ce qui concerne l’occupation postérieure à l’époque néo-palatiale (ce que soulignaient déjà Kanta 1980 : 9, n. 1 et Hayden 1981 : 41 et n. 114).

141 La stoa FG d’Aghia Triada mesure 20m de long mais est également constituée de sept colonnes, cf. ci-dessous, 2.4.1. Aghia Triada.

142 Ce secteur sera occupé à l’époque grecque par des structures cultuelles auxquelles, selon certains, cette stoa est liée (Vasilakis 1992 : 274).

143 Dans cette optique, il est intéressant de faire un parallèle avec la stoa FG d’Aghia Triada, construite au début du MR IIIA2, bien plus imposante que celle de Tylissos mais qui ouvre similairement sur une cour pavée (cf. ci-dessous, 2.4.1. Aghia Triada).

144 C’est ce que laisse sous-entendre le rapport de I. Hazzidakis pour une large pyxide et une cruche à bec à large ouverture (Hazzidakis 1912 : 199, fig. 9 et 11β). Un cratère amphoroïde et une poterie cylindrique sont dits retrouvés dans un niveau MR III mais non défini (Hazzidakis 1934 : pl. XXV, a et b). A. Kanta mentionne encore un gobelet-kylix du tout début du MR IIIA, mais dont le contexte de découverte est inconnu (Kanta 1980 : 9, fig. 3 : 4). Une grande jarre piriforme à très haut col et un cratère amphoroïde complets, tous deux décorés de motifs et d’un agencement caractéristiques du « Style du Palais », sont vraisemblablement trouvés dans la maison A, sans plus de précision (Hazzidakis 1913 : 81-82, fig. 7). Voir aussi une tasse globulaire à une anse et bec latéral et une cruche à bec et à large ouverture, de style MR IIIA1/2 (Vasilakis 1997 : fig. p. 47).

145 La poterie consiste en deux petits vases à étrier, dont un trapu, une coupe à champagne, une coupelle conique, une petite pyxide cylindrique et son couvercle, une petite pyxide à bec, un fragment de kylix et un bol (Rethemiotakis 1986 : fig. 9-16).

146 Le matériel céramique issu des fouilles de S. Marinatos et S. Alexiou a été examiné par A. Kanta. Celle-ci a identifié quelques tessons MR IIIA, mais la grande majorité de la poterie correspond à la phase MR IIIB, et même à la phase MR IIIC – bols profonds, tasses, vases à étrier (Kanta 1980 : 38-39, fig. 15-19 passim).

147 Le motif et le style sont comparables à un fragment de peigne en ivoire découvert à Palaikastro (PKU : 126, fig. 108).

148 D. Vallianou explique cette absence par la difficulté du transport des grandes vaisselles et soutient que celles-ci étaient peut-être davantage le fait de potiers itinérants (Vallianou 1997 : 340).

149 Des exceptions sont la larnax-baignoire décorée de spirales peintes de la tombe 3 (Hazzidakis 1918 : fig. 23) ou la larnax-coffre décorée d’un motif en relief en forme de corde de la tombe 2 (Hazzidakis 1918 : fig. 18).

150 Il s’agit de vases à étrier MR IIIB (Kanta 1980 : fig. 21 : 3 et 6, 22 : 3-5 et 8), d’un fragment d’un cratère amphoroïde (Kanta 1980 : fig. 22 : 7), mais aussi de coupes à champagne et d’un alabastron à parois droites qui pourraient remonter à la phase MR IIIA2 (Kanta 1980 : 49, fig. 21 : 9, 22 : 6 et 11). Un kalathos à parois hautes et concaves décoré de multiples motifs très rapprochés («  Close Style ») correspond à une phase avancée du MR IIIB (Hazzidakis 1918 : fig. 28) ; il est associé à une inhumation réalisée dans une fosse de la tombe 4 qui est sans doute postérieure aux autres enterrements de cette tombe.

151 Les fouilleurs ne sont pas tout à fait clairs à ce sujet et parlent tantôt d’une phase d’occupation MR II-IIIA1 à Tourkoyeitonia « [which] was not sealed by a destruction of any large scale, and served as an introduction to the following LM IIIA2-B period » (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 453), puis soutiennent que « the occupation of the LM II-IIIA1 period ends with a new destruction in the early LM IIIA2 phase, which has been identified in Areas 11, 12, 15 and 16 at Tourkoyeitonia » (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 455).

152 Par exemple, sur les sites de Vathypétro (un élégant vase double de style vraisemblablement MR IIIA1), Vitsila, Xéri Kara (Sapouna-Sakellaraki 1990 : 86-88, fig. 41-42), mais aussi à Aghios Sylla, à l’ouest du Mont Iuktas (découverte fortuite de céramique MR IIIA1 : Kanta 1980 : 35).

153 Il est possible que le bâtiment funéraire 3, qui a été construit au MR I, ait été fréquenté au cours du MR II, peut-être à titre rituel, commémoratif (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1992 : 56).

154 Aucune tombe du cimetière de Phourni ne peut être clairement et uniquement datée de la phase MR IIIA1, mais du matériel céramique de style MR IIIA1 a été reconnu dans certaines tombes, dont une larnax dans la tombe A et une seconde dans une des tombes du péribole, qui suggèrent des enterrements au MR IIIA1 (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 479-481). On notera toutefois que les larnax sont des objets dont l’emploi peut être prolongé dans le temps et ne constituent pas dès lors de solides marqueurs chronologiques, encore moins si on les utilise isolément.

155 Les fouilleurs avaient d’abord daté la construction et l’utilisation de la tombe à tholos A du MR IIIA1 (Sakellarakis 1966) ; ils la situent à présent à la fin du MR IIIA1 ou au début du MR IIIA2, mais avant les événements destructeurs qui ont lieu à Knossos (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1992 : 54, Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 151, 168). A. Kanta date la tombe A du MR IIIA2 (Kanta 1980 : 33).

156 Ces objets exceptionnels sont publiés et illustrés :
▪ Les vaisselles en bronze : Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 588s., fig. 603 ;
▪ Les objets et autres œuvres d’art en ivoire travaillé issus de la nécropole mais aussi du site d’habitat : Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 721-743, fig. 834-872 ; Tournavitou 1997 : 452-453 analyse les particularités techniques de ces ivoires d’Archanes et y reconnaît la continuation de traditions minoennes antérieures, notamment au point de vue technologique ;
▪ Les anneaux sigillaires en or : Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 654-661, fig. 721-728.

157 Une de ces plaques est sculptée d’un lion disposé en « galop volant », un motif qui annonce un thème iconographique récurrent à Mycènes, mais plus tardivement (Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1996 : 1116, Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 106-112, 734, fig. 859-860).

158 Un nombre important de tessons appartenant à de petits vases a été retrouvé au fond de cette fosse (Sakellarakis 1972).

159 C. Maggidis a suggéré que cette tombe était à l’origine celle d’un chef puis, plus tard, celle d’un lignage royal. Il développe l’idée d’une stratification sociale au sein de cette nécropole, dès l’époque des Premiers Palais, et dont témoigne la variété des formes et des pratiques funéraires (Maggidis 1998 : spéc. 99).

160 Il remarque en outre que le déclin est encore plus important entre la période du MR IIIA2-IIIB et celle du MR IIIC (Panagiotakis 2003 : 354).

161 Environ 150 sites si l’on exclut l’occupation de la région au MR IIIC, quand une telle occupation a pu être distinguée sur la base de la céramique récoltée.

162 Cependant, il faut directement préciser que certains sites de tombes qui correspondent à cette époque, connus et rapportés auparavant, ne sont pas inclus dans la liste des sites de la Pediada repérés par N. Panagiotakis, peut-être tout simplement parce qu’ils ne sont plus visibles aujourd’hui.

163 Cette nécropole n’est pas reprise parmi les sites prospectés par N. Panagiotakis, mai, celui-ci a repéré un habitat occupé au MR III au nord-ouest du village de Stamnoi, au lieu-dit de Aghios Antonios (Panagiotakis 2003 : 419).

164 Dans la tombe E, l’analyse des os conservés permet de comptabiliser au moins dix individus (Kanta 1980 : 53).

165 Des vases MR IIIA1 ont été reconnus dans des tombes qui contenaient des vases MR IIIB, ce qui suggère que certaines de ces tombes ont une longue utilisation (cruches MR IIIA1 : Platon 1952a : 622, fig. 3 [le plus haut vase du rang supérieur] ; Kanta 1980 : 58, fig. 27 : 4). Les poteries plus caractéristiques de la phase MR IIIB sont le vase à étrier globulaire à large base et la kylix à pied haut.

166 A. Kanta souligne qu’un exemple similaire a été trouvé dans une tombe de Zapher Papoura à Knossos (Evans 1906b : fig. 26 : a-b).

167 La construction de la Tombe Royale et de la tombe I de Isopata à Knossos est similaire.

168 Trois autres tombes voûtées en encorbellement en Crète présentent ce même triangle de décharge au-dessus du linteau de leur stomion : les tombes d’Apodoulou, Stylos et Maleme. Il s’agit d’une particularité récurrente des tombes à tholos en Grèce continentale.

169 Il a plus récemment été fait mention d’un autre bâtiment néo-palatial réoccupé au MR IIIA1 (Blackman 2000 : 133).

170 Il s’agit de fragments d’un vase à étrier en céramique fine et d’un vase à étrier de stockage, pour lesquels une origine de Crète occidentale est proposée (Rethemiotakis 1997b : 306, fig. 2 et 3). Les derniers rapports de fouille rapportent de la poterie MR IIIA2 (Blackman 2000 : 133).

171 Lors de la récente Table Ronde, Malia, ville et territoire : organisation des espaces et exploitation des ressources, organisée à l’Ecole Française d’Athènes en Novembre 2007, O. Pelon à présenté une grande main en terre cuite issue de ce secteur qu’il suggère d’interpréter comme le fragment d’une statuette de déesse aux bras levés, autre signe de l’activité cultuelle qui a lieu dans la zone du palais au MR III.

172 Farnoux, Malia, une ville de Crète à la fin du Bronze Récent, Architecture et céramique (thèse de doctorat non publiée), Université de Paris IV Sorbonne, 1990. Trois articles publiés font cependant un état détaillé de la question : Farnoux 1989-1990, Farnoux 1992, Farnoux 1997a. Pour la fouille du quartier Nu et les résultats préliminaires de son étude : Farnoux et Müller 1989 ; Farnoux 1990b ; Farnoux et Driessen 1991b ; Driessen et Farnoux 1992 ; Driessen et Farnoux 1993 ; Driessen et Farnoux 1994a ; Driessen et Farnoux 1994b.

173 Il s’agit d’un matériel de remblai découvert sous le niveau d’un sol MR IIIA2. Ce matériel suggère une activité MR II-IIIA1 à cet emplacement mais n’est lié à aucune construction reconnue.

174 Le remblai identifié dans le quartier Nu constitué de matériel MR II-IIIA1 est aussi associé à une couche cendreuse (Driessen et Farnoux 1992 : 739 ; Farnoux 1997a : 139, fig. 4).

175 On ajoutera que le tesson publié dans Van Effenterre et Van Effenterre 1969 : 132 qui provient de la Maison des Vases à Etrier pourrait très bien appartenir à une gourde décorée de motifs organisés de manière concentrique dans un style MR II. A l’est de cette maison, dans l’espace XVIII qui pourrait être une sorte de cour, les fragments d’un grand bol tronconique ont été récoltés, dont la décoration qui consiste en deux poissons assez stylisés et ornementaux a été reliée à la phase MR IIIA, peut-être MR IIIA1 (Van Effenterre 1967 ; Farnoux 1989-1990 : 27).

176 En ce qui concerne les autres formes, identifiées surtout dans le quartier Epsilon, on répertorie : la tasse à panse globulaire et lèvre saillante, la tasse à anse plate, le bol à anses horizontales, la cruche à bec oblique, le vase à étrier, la flasque globulaire (gourde) décorée dans le « Style du Palais » (quartier Lambda), le cratère (un exemplaire peint de poissons dans un style MR IIIA1 au quartier Lambda : Van Effenterre 1976). Les quatre dernières formes sont moins ou peu fréquentes.

177 De la poterie MR IIIA2 et IIIB est identifiée en abondance dans les champs à l’ouest du site, vers la plage du Moulin, mais est rare dans la zone qui s’étend à l’est de la ville minoenne (Farnoux 1989-1990 : 27-28 ; voir aussi Müller 1991 : 743, fig. 39-40).

178 A. Farnoux souligne que la découverte, dans cette maison, de ces deux vases entiers ainsi que d’une vingtaine de tessons correspondant à des kylix, bols profonds et coupes à champagne suggère son occupation au cours de la période MR IIIA2-IIIB (Farnoux 1989-1990 : 27), ce que H. van Effenterre n’avait pas reconnu (Van Effenterre et Van Effenterre 1969 : 99).

179 Ceci n’avait pas été reconnu directement par O. Pelon qui, sur la base de la céramique retrouvée, suggérait un abandon de cet habitat au cours du MR IIIA2, après une destruction MR IIIA1, puis une réinstallation, uniquement au MR IIIB (Pelon 1970 : 136). Le réexamen de la céramique par A. Farnoux a permis de montrer que la phase MR IIIA2 est représentée dans le quartier Epsilon (Farnoux 1989-1990 : 27, Farnoux 1997a : 138). Le matériel céramique est présenté en Pelon 1970 : 119-135 et Farnoux 1990a : 69-75. Les vases entiers retrouvés, tels que le cratère amphoroïde n° 231 ou le vase à étrier trapu – certainement une importation de l’« atelier de La Canée » – figurés respectivement en Pelon 1970 : pl. XXIII : 3-5 et pl. XXIV : 4-6, correspondent certainement à la phase MR IIIB. Les vases et tessons du niveau IV qui ont été reconnus par A. Farnoux comme de style MR IIIA2 sont répertoriés dans sa thèse de doctorat (Farnoux 1990a : 75-77) : par exemple, un bol profond (Deshayes et Dessenne 1959 : pl. XLVI : 1), une gourde décorée de frises ornées concentriques (Deshayes et Dessenne 1959 : pl. XLVIII : 1), un tesson décoré d’arcs concentriques et spirales (Pelon 1970 : pl. XXV : 4a). On peut peut-être ajouter à cet ensemble MR IIIA2 la petite pyxide cylindrique à rebords dont la partie supérieure est percée de petits trous (Pelon 1970 : pl. XXV : 1). Des exemples comparables proviennent en effet de la dernière couche d’occupation du Bâtiment 4 de Palaikastro, phase MR IIIA2.

180 A. Farnoux (Farnoux 1990a : 78) souligne que la difficulté de trancher entre ces deux hypothèses est due entre autres à la mauvaise définition de la céramique MR IIIB de Malia ; la publication du quartier Nu et de ses dépôts de céramique devrait éclairer ce point, d’autant plus qu’une destruction au début de la phase MR IIIB est suggérée dans le quartier Nu, suivie d’une dernière réinstallation, avant son abandon toujours au cours de la phase MR IIIB.

181 Cet édifice se superpose à une maison MM III-MR I détruite par le feu et qui semble avoir été une riche habitation au vu du matériel correspondant qui a été trouvé (Driessen et Farnoux 1993 : 681, Driessen et Farnoux 1994a : 477, Driessen et Farnoux 1994b : 56). Si la construction MR IIIA2 est indépendante de cette structure antérieure, certains murs MR I sont tout de même utilisés comme fondations des murs MR III ; c’est le cas de l’aile ouest du bâtiment dont l’alignement des murs diffère du reste de l’édifice (Farnoux 1990b : 917 ; Driessen et Farnoux 1994b : 56).

182 Je remercie vivement A. Farnoux de m’avoir éclairée sur ce point.

183 Il semble, toutefois, que l’incendie n’a pas touché le bâtiment entier car dans la partie ouest du bâtiment, le matériel trouvé en place sur les sols et qui correspond à la fin de la phase MR IIIA2 et au début de la phase MR IIIB est pris dans une couche de destruction sans traces de brûlé (Farnoux 1992 : 204).

184 Des exemples de sols composés de petits galets simplement disposés en ligne sont connus au palais de Tirynthe (Podzuweit et Salzmann 1977 et références en Driessen et Farnoux 1994b : 61, n. 19).

185 Par exemple, la continuité des pâtes utilisées : une pâte fine jaune à blanche, connue au MR IB, mais utilisée plus largement à cette époque, surtout pour les vases à boire et les vases à étrier en céramique fine ; une pâte grossière, verte ou rouge, pour la vaisselle domestique et de stockage, abondamment utilisée à Malia depuis le Minoen Moyen (Farnoux 1992 : 209).

186 Engobe noir plus ou moins épais à l’intérieur des vases ouverts dès le MR IIIA2, décor spécifiquement crétois – arcs multiples, bandes autour des anses des vases à étrier (Farnoux 1992 : 213).

187 Dans les quartiers Lambda, Gamma, Nu, Epsilon et dans la fosse de remblai du quartier Nu (Farnoux 1992 : 204, 209) Par exemple un bol à pied issu de la première fosse fouillée près du quartier Nu (Farnoux 1989-1990 : 31, fig. 17gauche), un vase à étrier trapu de Epsilon (Pelon 1970 : 122, pl. XXIV : 4-6), un (ou deux ?) tesson (s) de kylix dans le quartier Gamma (Farnoux 1997b : 265, fig. 8 [M555 et ? M591]).

188 On parle souvent de « décor de type trempé dans la couleur » («  dipped decoration ») soit monochrome, lorsque le vase est totalement plongé dans la couleur, soit de « Dip and Run style » ou de « Dip-disk style », si le vase n’est que partiellement trempé, de sorte que la couleur forme une bande au bord – qui parfois dégouline –, ou des disques sur la panse (ce vocabulaire emprunté aux archéologues de Palaikastro : MacGillivray 2007). Dans le cas de Malia, on a répertorié les exemples suivants : Van Effenterre et Van Effenterre 1969 : 80 (Λ210), 114, pl. LVIII (Λ17, Maison des Vases à Etrier : forme très comparable au Pulled-rim Bowl, avec un profil évasé, un petit bec et la trace d’une anse à 90°. C) ; Pelon 1970 : 119, pl. XXIII : 2 (bol « trempé dans la couleur » découvert dans le quartier Epsilon, phase IV. O. Pelon note cependant que le profil est typique des dépôts de poterie MR I du palais). Dans son étude de la céramique MR III de Malia, A. Farnoux avait souligné dans un premier temps qu’aucun trait caractéristique de la céramique de Crète orientale, tel que la forme typique que représente le Pulled-rim Bowl ou le « décor en taches », n’avait été attesté à Malia (Farnoux 1989-1990 : 31). Lors de son étude de la céramique du quartier Nu, en cours de publication, il a pu identifier quelques fragments de Pulled-rim Bowl et la présence de céramique trempée dans la couleur, mais rien ne permet d’indiquer pour l’instant s’il s’agit de céramique importée ou produite localement (A. Farnoux, commentaire personnel).

189 Ces prélèvements et analyses ont été réalisés par C. Knappett, que je remercie vivement de m’avoir procuré son rapport non publié.

190 Il n’est pas surprenant par ailleurs de considérer le transport sur une assez longue distance de pièces en céramique de telles dimensions si l’on envisage la possibilité que d’autres objets de grande taille voyageaient en Crète à la même époque, singulièrement les larnax. Dès lors, on ne défend pas spécialement l’idée du transport d’argiles originaires de la côte sud vers le site de Malia pour fabriquer la maquette et ces autres formes en céramique ; des modèles ethnographiques peuvent toutefois être avancés dans ce sens en ce qui concerne la Crète (Day 2004 ; Christakis 2005).

191 L’analyse de la fabrique d’un autre vase à étrier inscrit de caractères en Linéaire B du quartier Nu a identifié celle-ci comme caractéristique de Crète occidentale. On ajoutera que la fabrique des vases analysés du quartier Nu identifiée par P. Day et H. Haskell comme originaire de Crète centrale-nord correspond à celle observée pour environ 50 % des vases à étrier de transport, inscrits ou non, trouvés sur le site de Knossos, mais aussi pour au moins un vase à étrier (TH Z 867) découvert à Thèbes, en Béotie (Day et Haskell 1995 : 94-95, 98). P. Day et H. Haskell ont admis par la suite, au terme de nouvelles analyses, que cette fabrique n’est pas strictement locale à Knossos (Day et Haskell 1995 : 94). Je remercie C. Knappett d’avoir attiré mon attention sur ces points.

192 On ajoutera que des études pétrographiques réalisées par E. Nodarou sur trois ensembles de céramique MR IIIA-IIIB respectivement de Petras, Mochlos et Chrysokamino en Crète de l’Est lui ont permis de suggérer la présence à Petras et à Chrysokamino d’importations d’amphores et jarres de transport dans une fabrique probablement originaire de Crète du Sud comme le suggèrent les inclusions de serpentinite (je remercie E. Nodarou de m’avoir permis de consulter son rapport, alors non publié, relatif à ces analyses pétrographiques : Nodarou 2007).

193 On traite ici conjointement des tombes puisque plusieurs d’entre elles n’ont pu être attribuées à une phase ou une période précise au cours des MR II-IIIB.

194 Ces tombes ont été découvertes aux lieux-dits de Aghia Pelaghia, Aghia Pnevma ou à proximité du village actuel de Malia, à l’ouest du site archéologique et à Aghia Varvara, à l’est du site. En ce qui concerne la période néo-palatiale précédente, aucune inhumation correspondante n’a encore été découverte à ce jour dans les environs de Malia, mais voir Farnoux 1989-1990 : 31, n. 29 sur la possibilité d’une tombe à chambre correspondant au MM III.

195 A. Kanta a suggéré que la larnax illustrée en Van Effenterre et Van Effenterre 1963, pl. XLIX : 1 et qui provient de la même tombe appartient au même enterrement MR II (Kanta 1980 : 51). Cette spécialiste reconnaît par ailleurs une autre tombe – fouillée par N. Platon au lieu-dit de Perivolia – qui pourrait remonter au MR II. Elle contenait entre autres une larnax-coffre dont chacune des deux extrémités supérieures du couvercle étaient ornées d’une tête d’humain (Kanta 1980 : 52). Enfin, quelques tessons de poteries MR II-IIIA1 ont été trouvés dans le Second Charnier (ossuaires proto-palatiaux), mais dans la couche de surface où ils ne sont associés à aucun ossement (Farnoux 1990a : 236, Farnoux 1997a : 142, fig. 8).

196 Un seul exemplaire en forme de baignoire est retrouvé, aux Pierres Meulières (Farnoux 1990a : 233). Ces larnax sont peu publiées et en mauvais état de conservation (Farnoux 1992 : 203, n. 11). On peut cependant voir quelques exemples en Van Effenterre et Van Effenterre 1963 : pl. XLVI, XLIX, LI, LII.

197 Je remercie vivement B. Hallager pour ses commentaires à propos de ce vase. Un autre de ces trois petits vases à étrier décorés est celui qui se trouve sur la couverture de l’ouvrage.

198 Un petit vase à étrier décoré a également été trouvé dans la zone 6 (C. Langohr, dans Driessen et Schoep et al. 2009 : 176, fig. 9.20 ; à propos de cette zone, consulter S. Jusseret dans Driessen et Schoep et al. 2009 : 157-162). La flasque à col tubulaire peinte FS 120 a été découverte durant l’été 2009 et n’est donc pas publiée dans le rapport préliminaire.

199 C. Davaras souligne qu’il s’agit de la trouvaille la plus importante d’objets en ambre découvert en Crète préhistorique (Davaras 1988 : 522, n. 8).

200 Aucun autre site occupé au cours de la période que couvrent les phases MR I-MR IIIB et qui a été identifié notamment par les prospections de J. D. S. Pendlebury (Pendlebury 1936-1937) et L. V. Watrous (Watrous 1974 ; Watrous 1982), n’a été fouillé et publié (Watrous 1982 : 69, ni depuis cette prospection de L. V. Watrous).

201 Une continuité de l’occupation de cet habitat entre les phases MR I et MR III n’est pas exclue, mais la céramique retrouvée n’ayant pas été publiée, il n’est pas possible de s’avancer sur son éventuelle occupation au cours de la phase MR II.

202 B. Hayden souligne toutefois que le plan du bâtiment B, un corridor central flanqué de pièces de chaque côté, n’est peut-être pas étranger aux pratiques crétoises antérieures et cite l’exemple de la Maison à la Façade à Redans de Malia (Hayden 1987 : 213 citant Van Effenterre et Van Effenterre 1969 : 91-105, fig. 7).

203 La définition de la maison à couloir est à mettre à la suite du type D1 spécifié dans l’étude de Shear 1968 : 459-460 : un édifice qui se compose d’une pièce principale dotée d’un foyer, précédée d’un vestibule et fréquemment suivie d’une pièce arrière. Cette enfilade de deux ou trois pièces est agencée sur un seul axe, qui ouvre, par un des petits côtés de l’édifice sur une cour. Parallèlement à cet axe principal, un corridor est aménagé qui ouvre vers une série de pièces auxiliaires disposées en rang d’oignon. B. Hayden avait toutefois souligné le caractère « often less formulatic » dans l’agencement des maisons mycéniennes caractérisées de « Korridorhaus » (Hayden 1987 : 210). P. Darcque a récemment publié son étude des différentes formes de l’habitat mycénien où il nuance la reconnaissance d’un type spécifique d’habitat mycénien que peut recouvrir le terme « maison à couloir » (Darcque 2005 : spéc. 351-355). S’il souligne de manière générale le danger de « la recherche passionnée du “basic concept” censé régir l’architecture domestique mycénienne [qui] entraîne certaines interprétations forcées » (p. 59), il critique plus spécialement la définition du « noyau de la maison mycénienne comme une grande pièce pourvue d’un foyer central et précédée d’un vestibule qui ouvre sur une cour que I. Mylonas Shear a pu assimiler à l’unité principale du palais mycénien » jugeant qu’en « élaborant sa classification à partir de cette définition simplificatrice, [I. Mylonas Shear] a attribué à l’architecture domestique l’originalité de l’architecture palatiale » (p. 355). Le bâtiment He de Gournia ou les Edifices P et Nord-Ouest à Aghia Triada (considérés chacun comme une structure unique et cohérente dont les dimensions exceptionnelles la distinguent d’une simple structure domestique) ont eux aussi été comparés à ce type d’habitat mycénien particulier de « maison à couloir » (Preziosi 1983 : 176 ; Hayden 1987 : 210 ; Cucuzza 1997 : 78-79, 83).

204 Seize larnax-coffres sont découvertes ; leurs couvercles et leurs parties supérieures avaient toujours disparu. Deux de ces larnax sont d’un type particulier puisque des bandes d’argile qui joignent les deux longs côtés avaient été appliquées sur le fond de la cuve (Van Effenterre 1948 : 9-10, pl. XXXVI).

205 La tombe 32 possède le plus de ces offrandes plus particulières (Van Effenterre 1948 : pl. XXXVI).

206 A. Kanta rappelle que la coutume de l’incinération existe aussi dès la phase MR IIIA2 sur l’île de Karpathos (Melas 1984 : 29), à l’est de la Crète, sur la route maritime qui mène vers le Levant.

207 L’ensemble céramique retrouvé dans ces deux tombes correspond aux phases MR IIIA2-IIIC. Les indications de N. Platon ne permettent pas de rattacher précisément les vases à leur tombe respective. Il se pourrait que l’une des deux tombes (tombe B) soit uniquement ou essentiellement liée à la phase MR IIIC (c’est ce que laisse entendre Kanta 1980 : 139), période qui sort du cadre chronologique de cette étude. Deux crémations ont été identifiées dans cette tombe B, qui renfermait aussi le placement singulier du corps d’un défunt sur un brancard en argile et un tour de potier. Par ailleurs, les vases MR IIIC de cet ensemble céramique de Kritsa montrent plusieurs signes d’une continuité stylistique avec la poterie MR IIIA2-IIIB du même ensemble (Kanta 1980 : 137-139). Une autre tombe à chambre a été découverte plus récemment à Kritsa, au lieu-dit de Lakkoi, en 1993, qui comprend quatre inhumations liées à la phase MR IIIC, mais dont la construction semble remonter au MR IIIB (Tsipopoulou et Vagnetti 2006). Deux larnax-baignoires MR IIIC de cette tombe ont été publiées indépendamment (Tsipopoulou et Vagnetti 1997 : 475-477, pl. CLXXXVc, CLXXXVIa-c, CLXXXVIIa-b).

208 A. Kanta a suggéré l’existence d’un atelier de production de céramique dans cette région d’Episkopi-Ierapetra (Kanta 1980 : 135, 289-290).

209 Hayden 2005 : 7 :
1. la tombe de Goulas (au nord-est du village de Kalo Chorio, à un peu moins de 2km à l’O/S-O de Vrokastro) est une simple cavité creusée contenant encore des fragments d’une larnax et neuf poteries MR IIIB : cinq vases à étrier, une cruche miniature, un vase en forme d’anneau, une tasse et une vase cylindrique doté d’une anse verticale (Kanta 1980 : 162, fig. 64 : 1-12 ; Hayden 2005 : fig. 59 [n° 1435-1436], fig. 60 [n° 1437, 1438, 1440, 1441]) ;
2. la tombe de Nisi Pandeleimon (un promontoire qui s’avance dans le golfe de Mirabello) contenait des vases à étrier, certains MR IIIA2 (Kanta 1980 : 140, fig. 55 : 7-8 ; Hayden 2005 : fig. 80 [n° 1439]).

210 Ce manque de reconnaissance peut être partiellement expliqué par le petit nombre de sites réellement fouillés ou l’identification difficile de la poterie qui correspond à ces phases (Hayden 2004b : 130, n. 37-38, 133).

211 Un habitat MR IIIB a par ailleurs été découvert de l’autre côté du lit de la rivière qui se trouve à l’ouest de l’établissement principal, mais celui-ci n’a pas été détaillé (Boyd Hawes 1908 : 20). La publication des résultats de la prospection archéologique de la région précisera certainement cette information.

212 Cette observation est nuancée par B. Hayden (Hayden 1981 : 24, 26) qui identifie des seuils en calcaire ou en schiste expressément taillés pour ces nouveaux édifices et non récupérés dans les anciennes maisons néo-palatiales, mais souligne aussi la qualité modeste de certains murs en moellons.

213 Cette pyxide est, par son profil et les motifs d’oiseaux, très comparable à une pyxide découverte à Palaikastro dans le puits 605, dépôt 5a (MR IIIA2), n° 648, où elle est considérée comme une importation knossienne MR IIIA (MacGillivray 2007 : 158).

214 Des larnax ont parfois été trouvées au sein des habitations MR III. Trois exemplaires ont par exemple été mis en évidence sur le site d’habitat de Palaikastro, un autre à Kommos, au sein du secteur sud, ou encore sur le site de Sissi, où deux exemplaires ont été mis au jour par les récentes fouilles.

215 Un exemplaire tout à fait similaire quant à son profil et sa décoration a été découvert dans une des tombes de Gra Lygia (cf. ci-dessous, 2.3.8. Gra Lygia). Des fragments d’un autre support ajouré couronné de cornes de consécration ont été découverts dans une des fosses de remblai au quartier Nu à Malia (Poursat 1990 : 160, pl. 28d).

216 Elle remarque que tant la forme que le décor de ces trois vases sont à mettre en parallèle avec le matériel MR IIIA2 de Palaikastro : l’amphore est décorée dans le style « Dip-disk » en peinture noire lustrée et les deux poteries qu’elle qualifie de tasses coniques sont des Pulled-rim Bowls décorés dans le style « Dip and Run ». Un bol comparable au Bell Bowl de Palaikastro, décoré dans le style « Dip and Run », fait également partie de cet ensemble (Xanthoudides 1920-1921b : fig. 9, 2e vase en partant de la gauche).

217 Fabrique : argile beige, engobe jaune-crème ; motifs peints sur l’épaule : variations sur le thème des chevrons imbriqués et arcs concentriques, panneau ou triangle ou losange comblés de hachures croisées.

218 Une cruche à col cylindrique, sans bec et à ouverture évasée, une jarre piriforme décorée de motifs dérivés de la fleur de papyrus et un vase à étrier globulaire-piriforme décoré d’une frise de V alternant et d’une bande foliacée et chevrons imbriqués sur l’épaule sont tous trois liés à la phase MR IIIA1 par A. Kanta (Kanta 1980 : 151 respectivement fig. 109 : 3, fig. 140 : 1 et fig. 107 : 4).

219 Gournia : la larnax décorée d’une vache allaitant son petit, ainsi qu’un cratère amphoroïde exposé au Musée d’Aghios Nikolaos dont la décoration composée d’une variation ornementale de la fleur de papyrus est très comparable à celle d’une jarre piriforme d’Episkopi, liée à la phase MR IIIA1 par A. Kanta (Kanta 1980 : 151, fig. 140 : 1). Kritsa : la fabrique, le profil, la décoration des deux cratères amphoroïdes de la tombe de Kritsa présentent des analogies fortes avec des poteries d’Episkopi (Davaras s. d. : fig. 64 et 65).

220 Le terrain qui entoure ces deux tombes est couvert de serres agricoles qui empêchent une prospection archéologique plus élargie (Apostolakou 2002 : 88).

221 Les quatre cratères présentent une forme comparable (profil piriforme, large col au bord évasé, base soigneusement découpée, anses en ruban à dépression centrale). Deux d’entre eux sont décorés de motifs géométriques sur l’épaule et le haut de la panse (styles MR IIIA1/MR IIIA2 : réseau de zigzags, réseau d’arcs concentriques, bande foliacée qui surmonte une ligne de Z et une frise de demi-ovales concentriques pendants alternant avec des chevrons imbriqués ; style MR IIIA2 : bande foliacée et spirales antithétiques qui s’agencent en une suite de motifs cordiformes alternant avec des festons composés de traits parallèles). Les deux autres cratères sont simplement décorés d’une large bande ou ligne ondulée sur le col et de deux rangées de lignes franchement ondulées sur une grande partie de la panse, schématisation des tentacules d’octopus. Au point de vue du profil, ces cratères présentent plusieurs caractères communs avec des exemplaires du début du MR IIIB découverts à Episkopi-Ierapetra (Xanthoudides 1920-1921 : fig. 8 ; Kanta 1980 : fig. 103 : 7). Les motifs géométriques variés qui décorent les deux premiers cratères permettent de le comparer à un exemple de la tombe B de Mochlos-Limenaria (Smith 2002 : fig. p. 488, lié à la phase MR IIIA1 par A. Smith). Enfin, une cruche MR IIIB à col cylindrique sans bec, décorée de fines bandes hachurées sur l’épaule (Apostolakou 2002 : 31, fig. 5, pl. 9), est tout à fait comparable quant à son profil et sa décoration à une cruche découverte dans la tombe 13 de Mochlos-Limenaria (Smith 2002 : fig. p. 452).

222 La fabrique de ces huit vases de Gra Lygia est décrite comme une argile rose, tandis que A. Kanta avait parlé d’une argile beige pour les réalisations de l’hypothétique atelier d’Episkopi-Ierapetra (Kanta 1980 : 290).

223 Larnax de Palaikastro comparables quant au profil et à la décoration (motifs et agencement) : PKU : pl. XXXIV, deux exemples découverts en 2003 et conservés au Musée d’Aghios Nikolaos (non publiés). Pour les motifs, comparer par exemple avec la grande jarre piriforme découverte dans le Bâtiment 4 (PK 1988 : 342, 344, pl. 66a, exposée au Musée de Sitia : grande fleur de papyrus stylisée, panneau décoré du « motif du rocher »), un pithos en forme de fût du Block Π, pièce 9 (PKU : pl. XXIIIc : demi-cercles concentriques pendants ou dressés) ou un vase double du Block Δ, pièce 44 (PKU : fig. 76 : frise de demi-cercles concentriques pendants garnie de festons).

224 Aucune information supplémentaire n’est à ce jour disponible puisque ces deux sites n’ont pas encore été proprement fouillés et que ces données se basent sur des observations faites en surface (Banou 2005 : fig. 27 : tessons MR IIIA-IIIB ramassés à Mitatoulia qui correspondent à des kylix, rhytons et bols). Toutefois, en ce qui concerne l’établissement minoen de Psari Phorada/Sidonia, une fouille archéologique limitée a été entreprise. E. Banou parle d’un habitat fondé au MM II et qui continue d’être habité jusqu’au MR IIIA (Banou 2005 : 155, fig. 13). S. Alexiou avait déjà mentionné l’identification de tessons MR III dans la région de Psari Phorada (Alexiou 1968 : 403).

225 Toutes ces tombes avaient déjà été visitées et/ou pillées et/ou détruites avant leur découverte par les archéologues. Pour les deux tombes de Trapeza Keratokambou : Banou 2004. Deux autres tombes MR IIIA2 ont été fouillées à Trapeza Keratokambou mais n’ont pas encore été publiées (Banou 2005 : 165, n. 32). Pour les tombes de Psari Phorada, Kera Limaniotissa et Tertsa : Banou et Rethemiotakis 1997.

226 Il semble que E. Banou ne fait pas clairement une différence entre les coupelles coniques, donc aux parois droites, et les Bell Bowls, de profil franchement arrondi, avec petite base surélevée (Banou et Rethemiotakis 1997 : 29).

227 Comparer avec Apostolakou 2002 : fig. 30.

228 Comparer les vases à étrier suivants, de style MR IIIA1 : Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 10 : 3 et Kanta 1980 : fig. 107 : 4 (Episkopi-Ierapetra), ainsi que les profils de deux cruches à col cylindrique : respectivement Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 21 (Tertsa) et Kanta 1980 : fig. 109 : 3 (Episkopi-Ierapetra).

229 Comparer le décor des poteries de la région de Viannos avec les motifs peints sur des vases de style MR IIIA1 trouvés dans des tombes de Mochlos-Limenaria (Smith 2002 : fig. p. 441 [09939], p. 476 [P1729], p. 501 [11088]).

230 Comparer le décor des poteries de la région de Viannos avec les motifs peints sur les vases de style MR IIIA1 collectés dans les tombes de Palaikastro (PK II : fig. 16 : 1 et 2 ; PKU : fig. 85a et 85c).

231 Comparer le profil et le décor d’une tasse hémisphérique de Trapeza Keratokambou (Banou 2004 : fig. 14.9 [B 8]) avec une tasse d’Aghia Triada (D’Agata 1999a : fig. 1 : 21) ou avec un bol à anses horizontales MR II de Kommos (Arvanitakis 2005 : fig. 14 : 3). Comparer le profil et le décor de la tasse à lèvre saillante MR II de Psari Phorada (Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 3 : 5 et fig. 4) avec un exemplaire de Kommos (Arvanitakis 2005 : fig. 11 : 8).

232 Ce point a été développé dans Langohr 2008a : Appendix III. Il sera détaillé dans le second volume à paraître, consacré à l’analyse archéologique de la Crète orientale aux MR II-IIIB.

233 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 10 : 3, 13 : 9, 17 : 7-8 avec :
▪ Apostolakou 2002 : fig. 13 et 25 (Gra Lygia) ;
PKU : fig. 63 : 1, 85c (Palaikastro) ;
▪ Smith 2002 : par exemple, fig. p. 445 (P1014), p. 471 (P1528), p. 472 (P1438) (Mochlos).

234 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 13 : 2-6, 14 : 4 avec :
▪ Apostolakou 2002 : fig. 35 et 58 (Gra Lygia) ;
▪ Kanta 1980 : fig. 57 : 5, 59 : 6 (Episkopi) ;
▪ Boyd Hawes 1908 : pl. X : 19-20, 23 (Gournia) ;
PKU : fig. 95a (Palaikastro) ;
▪ Smith 2002 : fig. p. 442 (P0951), p. 446 (P1037), p. 465 (P1200 et P1201), p. 481 (11131), p. 495 (11096) (Mochlos) ;
▪ Smith 2002 : fig. p. 526 (1922) (Myrsini).

235 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 10 : 5-6 avec :
▪ Apostolakou 2002 : fig. 55 (Gra Lygia) ;
▪ Smith 2002 : fig. 486 (09393) (Mochlos).
Pour le décor de l’une de ces petites jarres composé d’une alternance de chevrons imbriqués et demi-cercles concentriques, comparer avec :
▪ Apostolakou 2002 : fig. 25 (Gra Lygia) ;
▪ Boyd Hawes 1908 : pl. X : 5 (Gournia) ;
PKU : fig. 79 (Palaikastro) ;
▪ Un exemple à Archanes également : Sapouna-Sakellaraki 1990 : fig. 12c.

236 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 10 : 4 avec :
▪ Apostolakou 2002 : fig. 50 (Gra Lygia) ;
▪ Xanthoudides 1920-1921b : fig. 12 (Episkopi) ;
▪ Smith 2002 : fig. p. 483 (11091 et 09378) (Mochlos) ;
▪ Smith 2002 : fig. p. 524 (1930 bottom et top), p. 530 (1929) (Myrsini) ;
PKU : fig. 72a, 74 (Palaikastro).

237 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 14 : 3, 16, avec :
▪ Smith 2002 : fig. p. 464 (P1141) (Mochlos) ;
▪ Smith 2002 : fig. p. 510 (1960), p. 513 (1959), p. 517 (1892) p. 521 (1879) (Myrsini).

238 Comparer Banou et Rethemiotakis 1997 : fig. 18 : 1-2, 19 et Banou 2004 : fig. 14.10 (B 9 et B 10) avec :
PKU : fig. 79, 80a et b (Palaikastro) et SM 4546, SM 8973 (Palaikastro, non publiés) ;
▪ Smith 2002 : fig. p. 452 (P1074), p. 493 (11101b), p. 495 (11130a et 11130b), p. 502 (09396b) (Mochlos).

239 À Kommos, sur des tasses ou bols, mais vraisemblablement pas du type Pulled-rim Bowl ou du type Bell Bowl : Watrous 1992 : fig. 17 (n° 253, dépôt MR IB), 18 (n° 279, dépôt MR I), 19 (n° 350 et 351, dépôt MR II), 21 (n° 432, dépôt MR II), 32 (n° 758, MR IIIA ?), 33 (n° 783, MR IIIA) ; Arvanitakis 2005 : fig. 9 : 9-12 (coupelles coniques MR IB), fig. 18 : 12-16 (coupelles coniques et sortes de Bell Bowls MR II), fig. 20 : 3 (tasse MR IIIA1). À Knossos : Maison Inexplorée (Popham 1984 : pl. 79b, c, d, l, m, pl. 160 : 2-3, pl. 172 : 8 : tasses à lèvre saillante MR II, ? Bell Bowl, tasse MR IIIA1) ; une tombe MR IB (Warren 1981 : fig. 9).

240 Ces analyses ont démontré que ces vases de Viannos qui présentent, macroscopiquement, des caractéristiques technologiques, typologiques et décoratives communes avec des vases de Crète orientale, notamment de la région extrême de l’île, c’est-à-dire Mochlos et Palaikastro, « do not apparently match the characteristic compositions of the far eastern end of the island » (Banou et Rethemiotakis 1997 : 56 [Appendix de R. E. Jones]). L’échantillon analysé est toutefois très restreint par rapport à l’ensemble céramique MR IIIA de Viannos.

241 Mochlos : Barnard et Brogan 2003 : 66-67, n. 147, fig. 27, pl. 16. Gournia : Boyd Hawes 1908 : pl. 8, n° 22-23, 31 ; Betancourt et Silverman 1991 : fig. 23, n° 611-613. Pseira : Betancourt 1983 : fig. 10, n° 60. Makryghialos : Davaras 1997 : 117-135, spéc. 129, fig. 25. Palaikastro : PKPU : pl. 14g. Sans parler d’exemples non publiés de Pseira, Makryghialos et Kato Zakros, mentionnés dans Barnard et Brogan 2003 : n. 147.

242 E. Banou cite les archéologues de Palaikastro qui notaient que « this otherwise rare shape [in LM III] retains an unusual popularity in LM III on the site [of Palaikastro] » (PK VII : 234, n. 28). Voir par exemple dans PKU : fig. 61, 85a, 96, trois égouttoirs qui proviennent tous de tombes MR II-III de Palaikastro. Aucun égouttoir n’a été retrouvé dans les tombes MR III de Mochlos et Myrsini (Smith 2002), bien que ce type de vase était populaire sur le site de Mochlos à l’époque néo-palatiale (Barnard et Brogan 2003 : 67-68 [IB 355-360], fig. 28, pl. 17). Il est donc possible que l’égouttoir ait continué d’être produit sur ce site, mais à usage uniquement domestique, une hypothèse qui sera confirmée ou infirmée lors de la prochaine publication de l’établissement MR III de Mochlos. Pour la popularité de l’égouttoir en Crète orientale à l’époque néo-palatiale, voir Andreadaki-Vlasaki 1987 : 57, n. 8-11.

243 Plusieurs caractéristiques architecturales (murs doubles, cour pavée courant sous des murs postérieurs, rehaussement des sols, porte bloquée, déplacement vers le sud de la façade du bâtiment central) démontrent le remaniement de cet habitat (Hayden 1981 : 33-36 ; Platon L. 1997 : 365-366).

244 Une différence importante cependant, notée par B. Hayden, est le manque d’accent conféré à une pièce en particulier dans la construction de ces petites structures. En effet, les pièces sont souvent de dimensions similaires, là où l’architecture domestique mycénienne met davantage d’emphase sur une pièce principale précédée ou secondée par des espaces intermédiaires plus réduits. B. Hayden avance la possibilité d’un retour vers une architecture simple au sein de la population crétoise, vu la disparition quasi générale de l’architecture palatiale minoenne après les destructions MR IB (Hayden 1987 : 209).

245 N. Platon (Platon 1957b : 138) avait soutenu l’idée d’un étage pour ce bâtiment après la découverte lors de sa fouille d’une couche rougeâtre qu’il interprétait comme la dissolution de briques qu’il estimait appartenir aux superstructures de l’étage. Ceci a été récemment critiqué par S. Privitera (Privitera 2004 : 125, n. 63).

246 Ce mur n’avait pas été rendu sur le plan de la première publication de la fouille de N. Platon (Platon L. 1997 : 358, fig. 1). Une construction similaire MR III a été repérée sur l’Acropole Médiane de Phaistos (cf. ci-dessous, 2.4.3. Phaistos) et à Samonas Apokoronou (cf. ci-dessous, 2.6.5. Samonas).

247 N. Platon et L. Platon ont suggéré que ce sanctuaire pouvait avoir pris place dans la petite pièce aux murs très épais H1, au rez-de-chaussée (Platon 1959a : 202 ; Platon L. 1997 : 362). Ceci a été critiqué par S. Privitera (Privitera 2004 : 126). B. Hayden a proposé de voir cet espace comme une cage d’escaliers (Hayden 1981 : 38), ce qui a été critiqué par L. Platon sur la base du sol dallé de cet espace qui n’aurait pas de raison d’être dans l’édification d’un escalier (Platon L. 1997 : 366).

248 Ils font mention de neuf sites d’habitat et quatre cimetières – dans la région prospectée – qui ont fourni du matériel MR II-IIIA1, contre trente-quatre sites d’habitat et douze cimetières à la période néo-palatiale précédente. Ils remarquent que les fouilles localisées menées à Kannia, Kouses ou Selli, en Mesara occidentale, ont également distingué un abandon de l’habitat aux MR II-IIIA1. Le matériel céramique récolté lors de cette prospection n’est pas illustré. Plus spécifiquement, un nouvel habitat isolé MR II-IIIA1 est cependant installé à moins de 4km au sud de Phaistos : Watrous et Hadzi-Vallianou 2004 : 298, 538, site 95.

249 Ils identifient dix-neuf sites d’habitat et sept nécropoles dans la plaine de Phaistos où une occupation MR IIIA2-IIIB est reconnue. Ils ajoutent que les sites se concentrent surtout autour des trois grands centres que représentent Aghia Triada, Kommos et Phaistos et que les sites ruraux isolés dans la plaine de la Mesara seraient relativement rares à cette époque.

250 L’analyse de la céramique MR IB découverte dans les dépôts de destruction de la villa présente des caractères qui permettent à D. Puglisi de suggérer que cette destruction est antérieure à celles qui ont lieu en Crète Centrale-nord (D. Puglisi, commentaire personnel).

251 Monaco et Tortorici 2003 ont analysé les différentes typologies et la géométrie des dégâts et fissures qu’a subis la Villa Royale. À la suite d’une étude géomorphologique de la région aux alentours, ils identifient un important événement sismique qui détruit complètement l’édifice. Ils ajoutent que ce tremblement de terre a pu faire partie d’un phénomène sismique plus large, qui serait la cause de la destruction des autres sites minoens. Toutefois, les sites crétois ont – variablement – souffert à plusieurs reprises de tremblements de terre à travers les différentes phases de l’Âge du Bronze, à la suite de quoi ils sont le plus souvent rapidement reconstruits ; dès lors, une destruction géographiquement élargie des sites minoens à la fin du MR IB provoquée par un tremblement de terre aurait eu comme conséquence une réoccupation plus intensive des établissements dès le MR II (je remercie J. Driessen d’avoir attiré mon attention sur ce point).

252 La céramique de style MR II découverte sur le site, mêlée à de la céramique MR IIIA1, correspond, selon A. -L. D’Agata, au mobilier que les groupes, knossiens, qui réoccupent la ville ont emporté avec eux, au début du MR IIIA1. A. L. D’Agata mentionne, mais apparemment n’appuie pas, le cas de Malia où des niveaux qui présentent de la céramique de styles MR II et MR IIIA1 mêlés ont aussi été identifiés et qui ont été interprétés par A. Farnoux comme les traces d’une occupation qui a débuté dès le MR II et s’est prolongée, sans interruption, au MR IIIA1 (cf. ci-dessus, 2.2.1. Malia).

253 Les signes d’une réoccupation MR II-IIIA1 d’Aghia Triada – de moins en moins sporadiques, notamment grâce aux travaux d’O. Palio, D. Puglisi et N. Cucuzza – ne se limitent donc plus à la seule Tombe du Sarcophage Peint (Tomba del Sarcofago Dipinto), comme encore soutenu dans Watrous et Hadzi-Vallianou 2004 : 298.

254 Réexaminant les plans dessinés lors des anciennes fouilles dans ce secteur, O. Palio note l’existence d’une ouverture dans le mur qui sépare les deux secteurs représentés par la Maison du Chaudron Tripode, au nord, et de la Maison des Sphères en Argile, au sud. Il développe dès lors l’hypothèse d’un édifice unique pour ces deux « maisons », hypothèse qui est appuyée par son analyse du plan des structures architecturales, de l’aménagement interne, de détails stratigraphiques et architectoniques et du mobilier retrouvé dans ces deux structures (Palio 2002 : 126-127). Il définit ainsi deux phases architecturales : d’abord, la construction de cet édifice unique à la fin du MR IA ou au début du MR IB qui est détruit à la fin de cette dernière phase, ensuite, la réinstallation dans le secteur sud uniquement (dans la Maison des Sphères en Argile), qui s’accompagne de la réfection du mur nord (ancien mur de partition entre les deux secteurs de la maison néo-palatiale), sur un alignement un peu décalé vers le nord et sans ouverture, et des autres murs périphériques et internes restés en place, tandis que le sol est aménagé à un niveau supérieur. Le secteur nord de la maison néo-palatial (la Maison du Chaudron Tripode) est nivelé, laissant en place les ruines et le mobilier détruit qui correspondent à la destruction de la fin du MR IB, alors qu’aucune couche de destruction correspondante n’est retrouvée dans le secteur sud, plus que probablement nettoyé et déblayé lors de sa réoccupation (un scénario similaire est identifié dans le quartier de Chalara à Phaistos).

255 Il reconnaît en effet tant des caractéristiques très proches, mais non identiques, à la céramique découverte dans les couches de destruction MR IB d’Aghia Triada, que des éléments nouveaux, dont la présence de gobelets éphyréens (Puglisi 2003 : 180, fig. 20-25). Consulter aussi La Rosa 1997 : 251, fig. 1-2.

256 On a déjà dit par ailleurs que des analyses archéomagnétiques réalisées sur la céramique de style MR IB découvertes dans le four de potier d’Aghia Triada indiquent que leur cuisson a eu lieu a une période plus tardive que la destruction documentée en Crète centrale-nord et que cette production de céramique pourrait donc correspondre à une seconde sous-phase de l’occupation MR IB sur le site, postérieure à la destruction majeure MR IB de la Villa Royale et de la ville (Cucuzza 2003 : 205, n. 34, avec références). Dernièrement, lors du Minoan Seminar consacré à la céramique MR IB organisé durant l’été 2007 à Athènes – où plusieurs archéologues s’attelant à l’étude de contextes MR IB sur différents sites crétois ont mis leurs observations respectives en commun –, ce dépôt de céramique sous la salle D de l’Edifice Ouest a été comparé au dépôt découvert dans une fosse au sud de la Maison du Support Tubulaire à Serpent à Kommos, pour lequel tant des caractères dans la continuité de la tradition locale MR IB que de nouveaux traits MR II sont similairement reconnus (cf. ci-dessous, 2.4.9. Kommos, mais déjà Puglisi 2003 : 180, n. 125). D. Puglisi maintient pour l’instant l’appellation MR IB/MR II pour ce dépôt.

257 Sa construction suit l’alignement des structures de l’ancien Edifice Cyclopéen situé plus au sud, qui avait été partiellement relevées au MR IIIA1 (Maison de la Pièce avec une Auge).

258 Les remblais nécessaires à son édification étaient composés de céramique MR IIIA2 mêlée à beaucoup de tessons MR IIIA1 (La Rosa 1997 : 255).

259 Les tessons d’un alabastron de type trapu ont cependant été trouvés dans une fosse qui se trouvait dans la pièce-narthex à l’ouest de l’Eglise d’Aghios Georghios (à l’est de l’aile ouest de la Villa Royale) : La Rosa 1997 : 251, fig. 4.

260 N. Cucuzza a défendu qu’il s’agissait d’un trône, à l’instar de celui de la Salle du Trône de Knossos à laquelle il compare cet édifice d’Aghia Triada (Cucuzza 2003 : 260-261, fig. 4). La trace en négatif de ce trône ou autel en pierre est laissée par le sol stuqué qui le contournait. Sa réutilisation lors de la seconde phase architecturale du Sanctuaire H, après l’incendie, n’est pas claire (Cucuzza 2003 : 261).

261 Les tessons les plus tardifs utilisés dans la construction du mur nord du Sanctuaire H sont MR IB (Cucuzza 2001 : 171).

262 Quelques tessons MR IIIA1/IIIA2 ont été trouvés dans la tranchée de fondation de la Stoa (La Rosa 1997 : 256). L’analyse d’éléments de canalisation mis au jour au cours des anciennes fouilles dans le secteur limitrophe entre le Mégaron et la Stoa permet d’établir l’antériorité de la construction du Mégaron par rapport à celle de la Stoa (Cucuzza 2001 : 170). Toutefois, A. L. D’Agata a insisté sur l’absence (ou la non reconnaissance ?) de céramique qui pourrait fournir une chronologie précise de la construction du Mégaron ; elle mentionne quelques tessons sans décor trouvés dans les fondations nord du Mégaron et qui semblent selon elle correspondre à la phase MR IIIA2 (commentaire de A. L. D’Agata après sa communication D’Agata 2005, dans D’Agata et Moody 2005 : 140).

263 H. Whittaker souligne que l’usage structurel du polythyron dans le cas du Sanctuaire H ne se conforme pas aux pratiques néo-palatiales et qu’il est peut-être uniquement adopté pour son allusion à l’architecture religieuse de l’époque néo-palatiale (Whittaker 1997 : 48).

264 Tout récemment, S. Privitera a réexaminé les notes des anciennes fouilles et suggéré que les enduits peints correspondant à la fresque de la Grande Procession et celle de la Femme à côté de l’Autel provenaient, non d’une fosse, mais du dépôt de destruction in situ de la grande pièce A de la Maison des Pièces Ajoutées Progressivement, construite au MR IIIA2 « mature » (Privitera 2008) ; cet ensemble décoratif appartiendrait selon lui au grand programme de développement architectural que connaît la ville à cette période (cf. ci-dessous, Aux MR IIIA2-IIIB). Ces conclusions s’opposent notamment aux travaux de Militello 2006 : spéc. 193 et Puglisi 2007 : 182, 184, qu’on suivra ici.

265 Je remercie vivement N. Cucuzza d’avoir attiré mon attention sur ce point. Ce fragment porte la représentation d’un sabot de cheval ou de taureau ; ses dimensions et le style de la réalisation ont été rapprochés de la fresque de la Femme à côté de l’Autel (Militello 1998 : 80, 193-194 [fragment Z 2] ; Cucuzza 2003 : 232).

266 Des bases en pierre dans lesquelles sont fixées de grandes double haches sont figurées sur un des longs côtés de la célèbre larnax en pierre peinte d’Aghia Triada, datée du début du MR IIIA2 (Dimopoulou-Rethemiotaki 2005 : fig. p. 172 ; cf. ci-dessous, Mobilier).

267 G. Gesell (Gesell 1985 : 46) a toutefois soutenu que les activités cultuelles qui se tenaient sur la Place des Sanctuaires et dans le Sanctuaire H ne devaient pas êtres connectées et correspondaient à des cultes différents, bien que cela puisse valoir essentiellement pour la période post-palatiale suivante, quand les installations du « secteur sud » continuent d’être utilisées (cf. ci-dessous, Aux MR IIIA2-IIIB).

268 L’autre tombe à tholos (A) d’Aghia Triada utilisée au cours de la période MA I-MM IA n’a vraisemblablement pas été réutilisée à cette période.

269 Il a été suggéré que les scènes représentées sur cette larnax (sacrifice, procession, chars) pourraient évoquer des activités réelles menées à Aghia Triada, par exemple sur la Place des Sanctuaires, et contemporaines à la réalisation de ce sarcophage, c’est-à-dire au MR IIIA1/début MR IIIA2. Le commanditaire de cette larnax, sans doute un personnage de haut rang, pourrait par ailleurs être le ou un des commanditaire (s) de l’important programme de construction qui a débuté dans ce « secteur sud » au MR IIIA1 (La Rosa et D’Agata 1984 : 174 ; Cucuzza 2003 : 243).

270 Durant le mois de septembre 2007, N. Cucuzza a réexaminé le matériel céramique associé au Complexe Funéraire de la Masse de Brèche. Une cruche miniature MR II presque entière permet d’attribuer un tel terminus post quem à la construction de cette plateforme ; peu de matériel est toutefois attribuable à cette phase céramique (N. Cucuzza, commentaire personnel).

271 N. Cucuzza a réexaminé les rapports des anciennes fouilles de la Tombe des Objets en Or et souligne la couche importante d’os humains dégagée de ce complexe (Cucuzza 2002 : 164). Lors de leur découverte en 1904, ceux-ci avaient été interprétés comme le signe d’un déblaiement de la nécropole dont les restes avaient été déposés dans une maison en ruine, la Tombe des Objets en Or ; en effet, cet édifice et le Complexe de la Masse de Brèche, qui suggère des activités de stockage et artisanales spécialisées, présentaient trop d’éléments incompatibles avec la sphère funéraire (Puglisi 2003 : 187 avec références).

272 A. L. D’Agata a surtout étudié la céramique qui provient des fouilles récentes, essentiellement des sondages de nature stratigraphique destinés à préciser la séquence chronologique des installations architecturales du « secteur nord » ; cette céramique est par conséquent peu souvent associée à des niveaux de sol non perturbés. Les lieux précis de provenance de la céramique étudiée sont mentionnés en D’Agata 1999a : 190.

273 A. Kanta a insisté sur la quantité importante de céramique MR II et MR IIIA1 diagnostique qu’elle avait pu examiner parmi le matériel des anciennes fouilles d’Aghia Triada ; une céramique qu’elle qualifie de « first class » et qui suggère son utilisation dans un bâtiment d’importance, pourquoi pas au sein du Mégaron, déjà en place (commentaire à la suite de la communication de D’Agata 2005 dans D’Agata et Moody 2005 : 140).

274 A. L. d’Agata souligne le cas particulier et inverse du site voisin de Kommos où une production enracinée dans la tradition locale néo-palatiale et en marge des productions knossiennes est reconnue pour la phase MR II ; les archéologues de ce site apportent quelques les nuances à ce propos (cf. ci-dessous, 2.4.9. Kommos).

275 Toutefois, J. B. Rutter a déjà indiqué – sur la base de commentaires des archéologues d’Aghia Triada – que l’importation de vaisselle de table chypriote, telle qu’elle a été mise en évidence sur le site de Kommos dès le MR I, n’a vraisemblablement pas été reconnue sur le site d’Aghia Triada, ni sur le site de Phaistos, au cours de la période MR II-début MR IIIA2 (Rutter 1999 : 142).

276 P. Militello a suggéré de voir cette reprise de symboles néo-palatiaux comme une tentative de la part du commanditaire de cette œuvre d’art de réaffirmer le lien, réel ou supposé, qui le connecte à la période précédente et spécifiquement aux cultes qui avaient lieu dans la villa d’Aghia Triada quelques générations auparavant (Militello 2001 : 167).

277 D’autres de ces supports tubulaires à serpents ont été découverts dans le « secteur nord » de la ville (Gesell 1976 : 250, pl. 41 : fig 5, milieu). Aucune trace de statues en argile de déesses aux bras levés, souvent associées à des supports tubulaires à serpents dans les contextes plus tardifs, n’a été identifiée.

278 Ceci m’a été confirmé par N. Cucuzza, selon qui une telle destruction ne concerne pas non plus Phaistos (N. Cucuzza, commentaire personnel). Watrous et Blitzer 1997 : 512 ont au contraire soutenu que, à l’instar de Knossos, le site d’Aghia Triada ainsi que ceux de Phaistos et Kommos « all suffer [a] destruction early in LM IIIA2 » ; ils ajoutent que « these individual events must have been fairly close in time since the destruction deposits from the four sites are quite similar ».

279 Je remercie N. Cucuzza d’avoir attiré mon attention sur ces points.

280 N. Cucuzza a suggéré d’interpréter ce possible déplacement et enterrement délibérés d’anciennes fresques à l’iconographie spécifique et significative au cœur du « secteur nord » comme un acte d’une importante portée idéologique, à savoir la duplication ou le déplacement (il parle de « defunzionalizzazione ») de l’aire cérémonielle principale du site située jadis dans le « secteur sud » dans ou vers le « secteur nord » (Cucuzza 2003 : 232, 240, 257).

281 On notera que le plan de la Maison des Pièces Décapitées, antérieure, était similaire.

282 Une kylix MR IIIB provient de la pièce D de cette maison (La Rosa 1997 : 264, fig. 20).

283 G. Gesell avait suggéré que ces deux sanctuaires (sanctuaire en plein air et Sanctuaire H) avaient peut-être fonctionné un temps simultanément (Gesell 1985 : 46). Au sujet d’un lien ou d’une filiation éventuel (le) entre ces deux formes de culte, consécutives, consulter Cucuzza 2003 : 240-241.

284 Cette tombe était probablement déjà utilisée à une époque plus ancienne, comme le suggère la présence de fragments d’autres larnax dans la fosse (Cucuzza 2002 : 141, Cucuzza 2003 : 223).

285 On soulignera par exemple qu’en 1994, V. La Rosa désignait la céramique d’Aghia Triada, mais aussi de Phaistos, comme « pratiquement inédite » (La Rosa 1994 : 76 ; déjà Kanta 1980 : 102). Ce manque sera bientôt pallié par la publication prochaine de l’étude d’A. L. D’Agata. Consulter déjà La Rosa 1997 : fig. 10-11, 13-18, 20 (cruches, tasses et kylix à pied haut, MR IIIA2 et MR IIIB) et D’Agata 2005 : 114-125, fig. 1 et 2 (kylix à pied haut décorées) et fig. 4 et 5 (bols profonds).

286 Ces deux poteries ont été découvertes lors des anciennes fouilles ; S. Privitera soutient qu’elles faisaient partie de la couche d’abandon de cette maison, qui avait par ailleurs été agrandie au MR IIIB (Privitera 2001).

287 A. Kanta considère ce vase comme une production d’un atelier de la région de Réthymnon sur la côte nord importée à Aghia Triada (Kanta 1994 : 71).

288 Quatre modèles réduits en terre cuite ont été retrouvés dans cette tombe, qui figurent des scènes de danse, d’offrandes faites à des défunts et peut-être un banquet funéraire. Sur la base de critères stylistiques, D. Lefèvre-Novaro les lie à la phase MR IB (Novaro 1999). Elle suggère que ces objets ont été déposés par les individus qui continuent à utiliser la tombe au MR IB : ils vident au moins en partie la chambre sépulcrale, redéposent les restes des anciens défunts dans les chambres annexes de la tombe et placent ces objets dans des endroits peut-être spécifiques de la tombe (des lieux de passage) en l’honneur de ces anciens défunts qui ont ainsi été dérangés. Les quatre modèles représenteraient des cérémonies qui répondent aux phases des rites de passage à travers lesquelles les défunts rejoignent l’au-delà (Lefèvre-Novaro 2001).

289 Voir aussi un fragment de kylix et la partie supérieure d’une amphore qui proviennent de l’enceinte externe de la tombe : Novaro 1999 : fig. 1-2.

290 Le second palais de Phaistos, c’est-à-dire celui qui est construit à l’époque néo-palatiale, ne semble édifié qu’au MR IB (La Rosa 2002).

291 E. Borgna a toutefois mis en garde contre une malencontreuse méconnaissance de l’occupation MR IIIA2-IIIB de Phaistos (Borgna [à paraître]).

292 La pièce Eta est dépourvue de toute couche de destruction néo-palatiale alors que la partie nord-ouest de la maison néo-palatiale en est comblée ; la pièce a sans doute été totalement déblayée.

293 En effet, E. Borgna souligne que plusieurs groupes de poterie correspondent en fait à la préparation, donc la fondation, d’un sol, ou sont des contextes perturbés par des activités postérieures hellénistiques.

294 E. Borgna suggère que ce mur mettait en évidence la zone ainsi circonscrite, une manière de souligner les activités qui y avaient lieu ; elle note d’autres exemples MR III de murs-enclos de ce type à Kephali Chondrou et Samonas Apokoronou (Borgna 2006 : 107, n. 8). B. Hayden interprète cette structure comme un mur de défense (Hayden 1988 : 5-6).

295 Elle ajoute en outre que le fait que l’emplacement du palais ne sera jamais réellement réoccupé ne signifie pas une rupture radicale dans l’histoire de la population locale, mais s’explique plutôt par une stratégie idéologique qui sert une légitimation du pouvoir des élites en place à Phaistos à cette période palatiale finale (Borgna 2006 : 112).

296 Quelques fragments de larnax qui sont trouvés à Kalyvia sont liés à la phase MR IIIB (Kanta 1980 : 99, fig. 35 : 1-7).

297 On a déjà dit que les archéologues à Phaistos parlent davantage de céramique de style MR II-IIIA1 et ne distingue pas de phase céramique MR II autonome (Borgna 2003a : 346). Les ensembles de céramique MR II-IIIA1-début MR IIIA2 de Phaistos publiés sont ceux de l’habitation de Chalara (Levi 1967-1968) et de l’Acropole Médiane (pente de la colline : Borgna 2003a : 54-60, pl. 1 : 4-17, pl. 2 : premier rang, deuxième vase, pl. 76 : 2, pl. 77 : 1-7, pl. 78 : 3, pl. 79 : 4 ; sommet de la colline : Borgna 2003a : 113-114, 223s., pl. 18 [tasses], 126, pl. 23 : 3 [coupe à champagne, MR IIIA2], 127-128, pl. 24 : 1 et cat. IV, n° 3, 4, 5, non illustrés [kylix], 170, pl. 47 : 3.1 [bol peu profond non décoré], 153, pl. 40 : 1.1 [vase à étrier], 157, pl. 41 : 3.1 [cruche], 163,164, pl. 44 : 7.4 [pyxide]). Pour la datation de ce matériel, consulter notamment Borgna 2003a : 421-423.

298 C’est ce qui est soutenu également par Watrous 1992 : 138 et Watrous et Blitzer 1997 : 513 sur la base de l’étude de la céramique de Kommos, mais seulement à partir du MR IIIA1. A. L. D’Agata qui a étudié la céramique MR IIIA1-IIIA2 d’Aghia Triada aborde le sujet mais ne se prononce pas davantage, excepté qu’elle ne reconnaît aucun style qui puisse être défini comme local dans les productions de cette époque à Aghia Triada (D’Agata 1999b : 50).

299 Des coupes à champagne, kylix décorées, tasses globulaires et à parois droites, tasses à bec, petites cruches, jarres, vases à étrier, askos, et rhytons trouvés dans cette zone correspondent aux phases MR IIIA2-début du MR IIIB.

300 E. Borgna tente d’expliquer le caractère modeste des installations MR IIIA2-IIIB par un mode de vie davantage orienté à cette époque vers l’exploitation des ressources de la région et qui pourrait avoir provoqué une dispersion de l’occupation et des sites habités, plutôt qu’un regroupement autour de l’ancien site palatial (Borgna 2003a : 414). Cette analyse contraste cependant avec les résultats de la prospection menée dans la plaine de Phaistos, qui laissent entendre que les sites ruraux plus isolés sont rares aux MR IIIA et MR IIIB et que l’habitat se concentre davantage autour des trois centres, Phaistos, Kommos et Aghia Triada (Watrous et Hadzi-Vallianou 2004 : 300s.).

301 Les vases sont parfois tellement ressemblants – au point de vue du profil et/ou du style de la décoration peinte – que A. Kanta propose de voir les réalisations du même artisan (Kanta 1980 : 106-107).

302 A. L. D’Agata et E. Borgna qui ont respectivement étudié la céramique MR IIIA et MR IIIB sur ces deux sites n’ont, à ma connaissance, pas considéré ce problème dans leurs travaux publiés (cf. ci-dessus, 2.4.1. Aghia Triada ; 2.4.3. Phaistos). Les vases des deux tombes de Kalochorafitis étant majoritairement caractéristiques de la phase de transition MR IIIA2/MR IIIB et du début de la phase MR IIIB (Kanta 1980 : 106), il est difficile de préférer l’une ou l’autre des propositions de A. Kanta, puisque Aghia Triada est surtout florissant durant le MR IIIA2 et que Phaistos connaît un regain de son occupation vers la fin du MR IIIB.

303 Les archéologues ont comparé cette structure aux palais minoens contemporains, estimant qu’elle devait remplir une fonction similaire (Shaw et Shaw 2006 : 847-850). Consulter, en dernier lieu, la publication finale de cette Aire Sud et donc du complexe organisé autour du Bâtiment T (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 17-60) et, spécialement, les détails sa destruction violente au MR IA (Shaw et Shaw 2006 : 32, 41) qui met fin aux activités qui y avaient cours, notamment des rassemblements ou des cérémonies organisés autour de la prise de boissons et de repas, vu les dépôts conséquents de vaisselle du début du MR IA qui ont été mis au jour (Shaw et Shaw 2006 : 431-434).

304 Il a été suggéré que la ville portuaire de Kommos a été épargnée par les agressions humaines de la fin du MR IB parce qu’elle ne constituait pas, au contraire des deux centres voisins, un centre régional dépositaire de richesses, susceptible d’être important sur l’échiquier politique (Arvanitakis 2005 : 29).

305 Par exemple, dans la Maison Nord, le foyer central dans la pièce 17 continue d’être utilisé au cours de cette phase (Shaw M. 1990 : 231-254 ; M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 40 ; voir aussi J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 387).

306 De la céramique MR II est aussi retrouvée dans la stoa et le corridor de l’aile nord de ce bâtiment, dans les espaces 16 et 22 (Shaw et Shaw 1997 : 426).

307 J. B. Rutter (Rutter 2005a) développe l’idée de rassemblements qui prenaient place à Kommos dans cette cour, notamment à la fin du MR IA et au début du MR IB, durant lesquels certains breuvages et/ou autres aliments (fruits de mer ?) étaient consommés à l’aide, entre autres, d’un service en céramique spécifique (tasses, bols et amphores dans le « Floral Paneled Style ») produit localement à Kommos ou dans sa région. La préparation de ces mets était vraisemblablement réalisée aux alentours de la cour où des installations et équipements variés liés à la cuisine au sens large ont été identifiés à différents endroits. Ce type d’activités se poursuit à la fin du MR IB et au MR II.

308 À ce propos, D. Puglisi a suggéré que le Bâtiment T néo-palatial fonctionnait entre autres comme un abri à bateaux, composé de longues galeries qui se développaient sous les structures postérieures, MR IIIA2, du Bâtiment P. Il ajoute que ce Bâtiment T était peut-être toujours en usage, à cet effet, aux phases MR II-IIIA1 (Puglisi 2001). Consulter J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : spéc. 487-450, pour les raisons archéologiques qui compliquent l’interprétation de la fonction de cette zone du Bâtiment T néo-palatial, sous les structures postérieures du Bâtiment P ; la superficie de la zone fouillée est par ailleurs limitée. Toutefois, plusieurs « galeries » du Bâtiment T néo-palatial sont subdivisées par des cloisons ou ont été dotées de sols dallés, voire plâtrés, ce qui cadre mal avec une fonction de hangar à bateaux.

309 Une larnax en forme de baignoire a été découverte in situ dans la stoa nord de l’Aire Sud ; il ne s’agit probablement pas d’une tombe mais d’un réceptacle qui a dû être utilisé pour une autre fonction (J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 30-31). Rutter 1999 : 141 souligne cette absence de données d’ordre funéraire à Kommos.

310 De nouveaux types de motifs apparaissent et une nouvelle technique de décoration est utilisée, qui consiste à tremper le bord de la tasse semi-globulaire dans la couleur de manière à dessiner des demi-disques pleins sur les faces internes et externes (Watrous 1992 : 22 [n° 378], 29 [n° 499], fig. 23, pl. 10 et 14). Ceci contraste avec la plus grande standardisation de la décoration peinte des tasses de Kommos à la fin du MR IB ; certaines pratiques pourraient être expliquées par le désir d’imiter des prototypes knossiens (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 512-513).

311 Je remercie vivement J. B. Rutter de m’avoir éclairée en plusieurs points sur ces observations concernant l’étude de la céramique MR II de Kommos. Ce chercheur n’exclut pas de définir la première de ces deux sous-phases MR II comme MR IB, à la suite des conclusions du Minoan Seminar consacré à la céramique MR IB durant l’été 2007. Plus précisément, il définirait cette première sous-phase comme LM IB Final, de manière à la différencier de la phase céramique locale LM IB Late, d’une part, et de la phase céramique locale MR II, d’autre part, qui voit entre autres l’apparition du gobelet/kylix. Par ailleurs et comme on l’a déjà exposé plus haut, ces dépôts – MR IB final ou première sous-phase MR II – sont en plusieurs points comparables au dépôt découvert sous le sol de la salle D de l’Edifice Ouest à Aghia Triada, pour lequel D. Puglisi maintient l’appellation MR IB/MR II (D. Puglisi, commentaire personnel).

312 À l’époque néo-palatiale, les importations de céramique étrangère étaient devenues assez fréquentes à la fin du MR IA et au début du MR IB, essentiellement de la céramique fine de table en provenance de Chypre ou d’Argolide (surtout des tasses du type « Vapheio » : Rutter 1999 : 167-170, 180-183, tableaux 1 et 6, J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 684, 669, 861 [Grèce continentale], 656, 684, tableau 3.104 [Chypre]). Une proportion importante de ces importations est déjà majoritairement découverte dans l’Aire Sud (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : tableaux 3.104 et 3.109), pourtant partiellement en ruine à cette époque, mais où la grande cour semble concentrer les intérêts (Rutter 2005a : 72).

313 Contextes archéologiques relatifs aux époques néo-palatiale, palatiale finale et post-palatiale, surtout dans l’habitat sur la colline : Watrous 1992 : 149-169 passim, résumé et analyse : 178-183.

314 Contextes archéologiques relatifs aux époques néo-palatiale, palatiale finale et post-palatiale, surtout dans l’Aire Sud : J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 519-580 passim. On notera que les analyse approfondie (646-688) et synthèse (859-863) de J. B. Rutter prennent également en compte les contextes de l’habitat, car une partie relativement importante des importations identifiées et définies en termes de provenance par L. V. Watrous et publiées dans Watrous 1992 (et, dans une moindre mesure, celles identifiées et mentionnées dans Cline 1994 et même Rutter 1999) ont depuis été réattribuées à des régions d’origine différentes, grâce à l’avancement des analyses céramologiques qui concernent le bassin méditerranéen et à leurs publications (Rutter 2004). Par conséquent, la présentation de ces données se base ici essentiellement sur les derniers résultats publiés dans Shaw et Shaw 2006.

315 Des pithos chypriotes faisaient partie, entre autres, des cargaisons des épaves d’Uluburun et du cap Iria et où ils servaient notamment à contenir et transporter de la vaisselle de table de même origine (Pulak 1997 : 242-243), une fonction que les exemplaires de Kommos ont peut-être également remplie (Rutter 1999 : 142, n. 26, J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 861).

316 Ces cruches ont été découvertes tant au sein de l’habitat que dans l’Aire Sud, mais sont particulièrement nombreuses dans les différents contextes qui correspondent à l’occupation MR II-début IIIA2 de la Maison X. J. B. Rutter relève la présence de cruches ouest-anatoliennes du même type sur d’autres sites crétois, à Knossos (tombe de Katsambas, Tombe Temple, tombe à tholos de Kephala), mais aussi à Kephali Chondrou ou à Palaikastro, dans des contextes MR II à MR IIIC (Rutter 2006).

317 Le tableau 3.103 fait le point sur les différentes fabriques identifiées parmi ces jarres cananéennes importées, sur la base des dernières études consacrées à ce type de poterie, qui sont parvenues à distinguer les régions d’origine respectives. J. B. Rutter précise ainsi que pratiquement la moitié des jarres syro-palestiniennes de Kommos pour lesquelles une origine plus précise a pu être définie provient de la côte levantine centrale et septentrionale, entre le nord d’Israël et la côte nord-ouest de la Syrie.

318 La Maison X constitue à nouveau une exception puisque trois exemplaires complets sont découverts, contemporains de son occupation MR II-début MR IIIA2 (Watrous 1992 : 160, n° 1951, pl. 53, fig. 72 ; Rutter 1999 : 146, n. 54 avec références ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 653). L. V. Watrous avait identifié plusieurs fragments de jarres cananéennes dans des contextes domestiques sur la pente et le sommet de la colline (Watrous 1992 : 159-161), mais la majorité de cet ensemble a été redéfinie comme des importations égyptiennes (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 649).

319 Les résultats des études spécifiques consacrées à l’identification des fabriques, origines et contenus des jarres cananéennes permettent à J. B. Rutter de préciser que si le commerce d’huile de sésame n’atteint Kommos qu’au MR IIIA1 et cesse probablement à la fin du 14e s., la demande en résine de pistachier débute probablement avant la fin de la période néo-palatiale en Crète centrale-sud et son marché se poursuit jusqu’au MR IIIB. L’analyse des jarres cananéennes que transportait l’épave d’Uluburun précise aussi les différents contenus de ces jarres : olives, résine de térébenthine, perles en verre, orpiment (Pulak 1997 : 240-241).

320 Décantées puis reconditionnées dans l’Aire Sud, les conteneurs d’origine de ces produits se sont brisés ou restaient principalement dans cette zone (Cline 1994 : 96 ; Cline 1999 ; voir aussi Rutter 1999 : 142, n. 32, n. 33 qui souligne que ces conteneurs en céramique importés de régions externes à l’Egée sont pratiquement absents des autres sites crétois, excepté quelques centres portuaires. Il ajoute que sur le continent helladique, au contraire, ces vases de transport étrangers ont été collectés sur des sites de l’intérieur des terres et étaient même déposés à partir de l’HR IIB comme offrandes, peut-être de prestige, dans les tombes). Ils ne sont pas complètement absents des contextes domestiques MR II-IIIB de Kommos sur la colline, ce qui suggère que les habitants prenaient part à ce commerce extra-insulaire (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 862).

321 L’absence évidente sur le site de Kommos d’objets « exotiques » ou matières premières plus précieuses (or, ivoire, faïence) a été relevée par J. B. Rutter ; celui-ci avance une explication éclairante. Premièrement, la plupart de ces types d’objets ont été trouvés en Crète dans des contextes archéologiques qui concernent des sites de l’intérieur des terres, et pas particulièrement sur les sites côtiers par lesquels ils entraient sur l’île. Deuxièmement et surtout, ces objets étaient vraisemblablement appréciés en Crète pour une destination funéraire (Rutter 1999 : 141-142, n° 24 où il fournit la liste d’exotica découverts sur des sites crétois MR III réalisée dans Cline 1994).

322 Un indice indirect des allers et venues incessants qui avaient lieu dans ces galeries, particulièrement reconnu dans la galerie P3, est la dimension communément petite des tessons qui composaient les remblais de cette galerie, écrasés au fur et à mesure des passages (moyenne 5-10g : commentaire de J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 583-584). D. Puglisi a suggéré que le Bâtiment T, néo-palatial, et avant lui, le Bâtiment AA qui remonte à la phase MM IIB, étaient également des abris à bateaux, et que le complexe du Bâtiment T a pu être utilisé au mois partiellement à cet effet jusqu’à la phase MR IIIA1 (Puglisi 2001). La présence d’un beau sol plâtré dans au moins une des pièces du Bâtiment T (sous la galerie P3) et de murs transversaux qui brisent la progression de certains des espaces longitudinaux ébranlent cette hypothèse (cf. la planche hors texte dans Shaw et Shaw 2006 où est figuré le Bâtiment T).

323 Cette activité rituelle supposée peut être mise en relation avec une installation sur une terrasse au nord de la pièce 2 de cette maison, où est retrouvée une dalle en pierre creusée d’une dépression circulaire remplie de coquillages bivalves (Shaw et Shaw 1993 : 159-160, pl. 23a).

324 Plus tard, sur les ruines de cette maison, des murs – aujourd’hui très érodés – sont construits à un niveau supérieur qui correspondent à une activité MR IIIB (Shaw et Shaw 1993 : 131). Ces niveaux les plus tardifs de l’occupation de la Maison X sont peu documentés en raison de la récupération des matériaux de construction au cours du 7e s. av. J.-C.

325 Ces structures spécifiques sont caractéristiques de la phase MR IIIA2-IIIB à Kommos, mais il n’est pas exclu qu’elles remontent au MR IIIA1 (M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 372) ; il semble qu’elles aient revêtu différents types de fonctions, servant tantôt de four, tantôt, lorsqu’elles ne portent aucune trace de feu, peut-être simplement d’enclos pour ranger la vaisselle (M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 357, pl. 3.151).

326 D’autres activités de construction et nouvelles installations MR IIIA2 et MR IIIB sont reconnues sur le bord de la falaise, sur le côté ouest du sommet de la colline (L. F. Nixon et M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 76-105).

327 Une installation semblable est découverte dans la pièce 21 de la Maison du Support Tubulaire à Serpents (H. Blitzer dans Shaw et Shaw 1995 : 486, 528-529, pl. 8.63C) ; la période de son aménagement original n’est pas claire, mais elle est peut-être toujours en fonction aux MR IIIA2 et au MR IIIB (M. C. Shaw dans Shaw et Shaw 1996 : 389 ; J. McEnroe dans Shaw et Shaw 1996 : 222).

328 Si l’exploitation à l’échelle industrielle de ressources agricoles est vérifiée, celle-ci contraste avec l’économie locale de subsistance mise en évidence à Kommos à l’époque néo-palatiale, une économie dont l’orientation est davantage domestique, comme le suggèrent les dizaines de mortiers, cuves et espaces de stockage découverts dans les maisons MM III-MR I (Watrous et Hadzi-Vallianou 2004 : 300).

329 L’abandon au sens large du site de Kommos pourrait plus vraisemblablement être situé vers la fin de la phase MR IIIB : un ou deux vases à étrier importés de Grèce continentale qui correspondent au début de la phase HR IIIC ont été trouvés sur le site, ce qui suggère que ce dernier était encore partiellement actif à un moment tardif de la phase MR IIIB (Rutter 2005b : 18, 42, fig. 9 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 672 et 863 ; la transition IIIB-IIIC en termes de phases céramiques est quelque peu antérieure sur le continent : Rutter 2003). Quelques éléments morphologiques et décoratifs de la céramique MR IIIB découverte dans l’Aire Sud suggèrent la consommation sur le site d’une céramique de style MR IIIB avancé, voire final (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 628-630).

330 En ce qui concerne l’examen du mobilier archéologique issu des contextes MR IIIA2 et MR IIIB de Kommos dans une perspective de reconstruction historique – notamment le matériel céramique importé découvert dans l’Aire Sud –, consulter particulièrement Rutter 1999, Rutter 2000, Rutter 2005a, Rutter 2005b.

331 Ce nom lui a été donné par Watrous 1992 : 135. Pour les amphores à col court découvertes au sein de l’habitat sur la pente et le sommet de la colline, voir la liste donnée par J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 520-521 sous 54/2 et qui réfère à Watrous 1992. Au sujet de cette forme de vase, consulter Rutter 1999 : 146-147 et Rutter 2000 où les figures 1 à 5 en présentent quelques spécimens. Dans le Bâtiment P, l’état très fragmentaire et incomplet de ces amphores suggère leur accumulation au fur et à mesure de l’utilisation continue de ces galeries, tandis que dans le Bâtiment N, ces vases sont trouvés dans un état beaucoup plus complet, dans de réels dépôts de sols (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 518).

332 J. B. Rutter a défendu l’idée que cette amphore a résolument été conçue pour rivaliser avec les autres jarres de transport en céramique de Chypre et de Syro-Palestine et même avec les vases à étrier de stockage et de transport de Crète centrale-nord et occidentale, dans ce contexte précis d’échanges commerciaux intenses en Méditerranée orientale aux 14e et 13e s. av. J.-C. (Rutter 2000). On peut ajouter – en lien avec ce qu’on a déjà exposé au sujet des vases à étrier de transport découverts à Knossos, dans le quartier Nu de Malia et même à Thèbes, et les analyses pétrographiques les concernant – qu’une partie des vases à étrier de stockage et de transport identifiés dans un premier temps comme des productions de Crète centrale-nord pourraient être en réalité des productions de Crète centrale-sud (Haskell 1997b : 102 ; Day 1997-1998 ; Day 1999 ; commentaire de H. Haskell dans D’Agata et Moody 2005 : 238-239 et analyses pétrographiques à paraître de C. Knappett : gisements d’argile situés entre la plaine de la Mesara et le village de Myrtos). Ainsi, la production de ces vases à étrier « rivaliserait » régionalement avec la production d’amphore à col court ; ces productions respectives pourraient avoir répondu à des circuits économiques parallèles.

333 L’amphore à col court importée probablement de Kommos et découverte à Knossos est publiée dans Evans 1928 : 627-629, fig. 392 : 3 ; le contexte de découverte de cette amphore est associé à un trésor d’objets en bronze qui a été daté du MR I mais pour lequel J. B. Rutter apporte les arguments en faveur d’une datation MR IIIA2 (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 582, n. 166).

334 T. G. Palaima (Palaima 1984) qui a étudié les toponymes crétois inscrits en Linéaire B sur les vases à étrier de stockage trouvés en Crète et en Grèce continentale a identifié deux concentrations géographiques pour ces toponymes, l’une en Crète occidentale et centrale-occidentale, certainement autour de La Canée, mais aussi dans la région de Réthymnon, et l’autre en Crète centrale. Certains toponymes de ce dernier groupe correspondent ou sont suspectés de correspondre à la partie méridionale de la Crète centrale, peut-être principalement dans la partie occidentale de la Mesara. Ceci corrobore les plus récentes analyses pétrographiques réalisées sur des vases à étrier de stockage appartenant au groupe identifié comme originaire de Crète centrale qui ont montré que ces vases « are compatible with an origin in south-central Crete » (Day 1997-1998). Certains de ces vases à étrier de transport ont été identifiés parmi le matériel « international » conservé dans les épaves du cap Iria et de Uluburun (Day 1999 : 69).

335 J. B. Rutter relève des éléments morphologiques et décoratifs parmi la céramique MR IIIB découverte dans l’Aire Sud de Kommos qui suggèrent l’existence sur le site d’une céramique de style MR IIIB avancé, voire final (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 628-630).

336 B. Hallager a mentionné l’identification à Kommos de dix-huit tessons HR IIIA2-IIIB, sans citer ses sources (Hallager B. 2005 : 277).

337 J. B. Rutter a suggéré de lier cette explosion de la production de vases à étrier miniatures en Grèce continentale à partir de l’HR IIIA2, et de leur exportation, au développement d’un nouveau marché par les Mycéniens d’huiles parfumées, qui fait écho et profite peut-être de la disparition d’un tel marché égéen autrefois dirigé par le centre de Knossos aux MR II-début MR IIIA2 (Rutter 2005b : spéc. 36-43).

338 Watrous, Day et Jones 1998, pour les analyses pétrographiques réalisées sur ce groupe spécifique de céramique trouvé à Kommos et qui confirment cette provenance.

339 J. B. Rutter souligne que si l’hypothèse de l’importation de métal sous la forme de récupération de matières premières par l’intermédiaire d’un nouveau marché en termes géographiques (par l’intermédiaire de la Sardaigne) s’avère correcte, cela suggère des perturbations au sein des réseaux traditionnels d’approvisionnement en cuivre et en métal (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 862). H. Blitzer dans Shaw et Shaw 1995 : spéc. 530-532 détaille le travail du cuivre et du bronze à Kommos aux MR IIIA2-IIIB et son caractère « itinérant » mais organisé au sein de l’habitat.

340 La fine analyse des dépôts de céramique qui couvrent les sols et composent les remblais préalables à la construction des galeries du Bâtiment P a permis à J. B. Rutter d’apporter quelques détails sur les forces humaines en présence qui ont participé à l’élévation de cette énorme projet architectural, mais aussi sur le passage de groupes internationaux de marins sur le site de Kommos. (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 516-517, 584). Notamment, deux dépôts de sols découverts, d’une part, à l’entrée ouest de la galerie P1 et, d’autre part, dans la partie est de la galerie P2 ont fourni un matériel céramique intéressant à ce point de vue, qui correspond à la phase MR IIIA2 (Rutter 2005a : 80-82 et J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 585-586 : groupes de céramique 56a-f). Ces deux ensembles sont composés d’un mobilier céramique fonctionnellement comparables : ils comprennent tout deux une gamme assez variée de vaisselle à boire et à verser et de la vaisselle grossière pour cuisiner. A l’exception peut-être des jarres et marmites tripodes, le reste de la poterie comporte tant des productions locales qu’une large variété de céramique importée (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 522-529, 585-586, pl. 3.59 à 3.63). Ont été reconnus, par exemple, un alabastron globulaire vraisemblablement importé de la région de Knossos et un vase fermé de Crète orientale (peut-être une amphore MR IIIA2 dans le style « Blot and Trickle » de Palaikastro), mais aussi des vases à boire chypriotes et peut-être une kylix mycénienne, des cruches ouest-anatoliennes, une amphore cananéenne. Autrement dit, ces ensembles de céramique sont formellement liés à la préparation et à la consommation de repas (d’ailleurs le foyer au plan en forme de U mis au jour dans le coin nord-est de la galerie P2 est sans doute associé à ces activités : J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 585, pl. 1.98a) et témoignent réellement d’un panachage de céramique locale avec de poteries de diverses origines. Ces contextes multiculturels mis en évidence par l’archéologie font suggérer à J. B. Rutter la reconnaissance des équipes internationales qui se sont arrêtées pour un temps indéterminé dans le port, pour charger et décharger, et qui y ont laissé certaines de leurs possessions, peut-être après le partage de repas.

341 V. La Rosa suggère que Kommos était le site affecté aux échanges internationaux en faveur du réel centre politique régional que constituait Aghia Triada. Cette idée est suivie par les archéologues de Kommos. Inversement, l’importance significative du port de Kommos dans le paysage élargi des échanges commerciaux dans le bassin Méditerranéen à l’Âge du Bronze n’exclut pas que ce site puisse avoir joui d’une indépendance substantielle dès le MR I (Knapp et Cherry 1994 : 138-141).

342 Selon l’avis général des archéologues de Kommos, la Mesara occidentale était sous le joug knossien à l’époque palatiale finale, après quoi elle passe sous l’autorité des « dynastes » établis dans la nouvelle capitale à Aghia Triada (Rutter 2000 : 185-186 ; J. W. Shaw dans Shaw et Shaw 2006 : 874-875 ; J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 687-688, 861-862 ; voir aussi La Rosa 1997).

343 L’examen des supports tubulaires à serpents et des statues en terre cuite de déesses aux bras levés soutient cette datation, bien que G. Gesell reconnaisse que certains de leurs détails sont singuliers et peu comparables aux autres exemples crétois MR IIIB-IIIC (Gesell 1976 : 255). On notera que ces types d’objets ne sont cependant pas limités à ces phases MR IIIB-MR IIIC, comme le suggèrent par exemple les supports tubulaires à serpents qui ont été trouvés dans le Sanctuaire H d’Aghia Triada, y compris sur son premier sol qui correspond à la phase MR IIIA1-début MR IIIA2.

344 A. Kanta attire l’attention sur la situation moderne dans la vallée d’Amari et les connections que sa population continue d’entretenir aussi bien avec les centres de la côte nord que ceux de la Mesara, avec une intensité qui varie selon la proximité géographique avec l’une ou l’autre des deux régions (Kanta 1994 : spéc. 73). La Rosa 1994 évoque en substance les liens entre la plaine de la Mesara et la région des contreforts occidentaux du Mont Ida, particulièrement pour la période MR IIIB-IIIC.

345 Le profil et la fabrique de ce vase fait dire à A. Kanta qu’il s’agit d’une production de l’atelier local présumé de la région de Kalochorafitis (Kanta 1980 : 71). Un autre petit vase à étrier, publié dans Godart et Tzedakis 1992 : pl. CVIII : 2 comme provenant de Sata mais ne correspondant à aucun des quatre petits vases à étrier publiés dans Procopiou, Godart et Tzigounaki 1990, présente lui aussi une décoration tout à fait similaire aux exemplaires de Kalochorafitis, avec un panneau de zigzags enserré entre deux spirales dans ce cas-ci.

346 Par exemple, le décor d’une suite de fleurs de papyrus stylisées orne des larnax de Pigi, Stavromenos et Pankalochori, ainsi que deux larnax conservées au Musée de Réthymnon de provenance inconnue (Baxevani 1995 : 22, n. 20 avec références) ; cf. ci-dessous, 2.5.11. Pigi, 2.5.12. Pankalochori et 2.5.13. Stavromenos.

347 La plupart des vases découverts dans ces tombes à tholos correspondent aux phases MR IIIA2-IIIB ; dans la mesure où aucune étude approfondie de cet ensemble céramique n’a encore été réalisée, il est difficile de confirmer la présence de poterie MR IIIA1 dans l’une ou l’autre d’entre elles, mais surtout d’établir que des enterrements y ont eu lieu dès cette phase ancienne et que ces vases a priori MR IIIA1 ne sont pas seulement des objets hérités d’un passé plus ou moins proche.

348 La tombe à tholos totalement souterraine est considérée comme une caractéristique propre aux pratiques qui ont cours en Grèce continentale.

349 Vingt-trois vases à étrier sur un total de cinquante vases prélevés de ces tombes à tholos (Tzigounaki 1996 : 1493).

350 Sur la larnax 2, le motif de demi-rosettes antithétiques ressemble davantage aux représentations de haches sur certains sceaux où elles sont portées par des personnages vêtus du vêtement qualifié de robe syrienne (par exemple Younger 1995, pl. LIVf) ; on le retrouve sur un petit côté et sur le couvercle d’une larnax de Pankalochori, mais non disposé de manière antithétique (Baxevani-Kouzioni 1996 : fig. 37, 39 [larnax 3359]).

351 M. Pologiorgi propose même de dater certains vases de la transition MR IIIB-IIIC sur la base de certains détails décoratifs qui existent au MR IIIB et persistent au MR IIIC (ligne ondulée à l’épaule, arcs concentriques, etc.).

352 C’est ce que suggère également le nombre important de sceaux de ce type déposés dans les tombes du cimetière d’Armeni (cf. ci-dessous, 2.5.6. Armeni).

353 L’examen des alentours laisse prédire qu’une cinquantaine de tombes seraient encore à découvrir (Godart et Tzedakis 1994 : 64).

354 L. Preston a relevé que, parmi toutes les tombes MR IIIA2 et/ou MR IIIB de la nécropole d’Armeni, les quatre tombes dont la superficie dépasse 10m ² ont toutes une utilisation qui remonte au MR IIIA2 ou MR IIIA (Preston 2004a : 342, n. 104).

355 Les archéologues n’ont toutefois pas pu déterminer comment on procédait à ces réutilisations successives, si les dromos étaient à chaque fois déblayés et totalement remblayés ou s’ils étaient simplement recouverts de terre (Godart et Tzedakis 1996 : 66). On remarquera par ailleurs que les restes des défunts précédents et leurs offrandes sont simplement repoussés (comme par exemple dans la tombe 118 : Tzedakis 1985 : fig. 8), et que ce n’est que dans quelques rares cas que des fosses ont été creusées dans le sol de la chambre pour y enfouir les ossements anciens, comme par exemple dans la tombe à tholos (Papadopoulou 1997 : 324).

356 Godart et Tzedakis 1992 : 89-90 soutiennent que cette tombe remonte même au MR II ; aucune poterie ou tesson réellement diagnostique ne permet de confirmer cette hypothèse.

357 Une partie de la lèvre d’une petite jarre pithoïde et un morceau de l’épaule d’un vase décoré d’un motif de lierre ont également été trouvés à côté du squelette (Papadopoulou 1997 : fig. 14, en bas à droite, fig. 16, premier rang).

358 E. Papadopoulou avance que l’installation de cette tombe a été « le point de référence pour la mise en place et l’organisation de toute la nécropole » (Papadopoulou 1997 : 338). Deux autres vases publiés, issus d’autres tombes de ce cimetière, qui peuvent être liés au style MR IIIA1 sont un alabastron haut et globulaire décoré de tiges fleuries et une petite cruche à haut col cylindrique dont le profil imite des prototypes en métal (Tzedakis 1984a : 369, pl. 291β et ε).

359 Leur dernier décompte au nombre de onze est donné dans Tzedakis et Martlew 1999 : 56.

360 Y. Tzedakis suggère qu’à l’origine la planification du cimetière permettait de distinguer les zones des tombes riches de celles des tombes plus modestes et que cet agencement spécifique et distinctif a été abandonné au cours du MR IIIB (Tzedakis 1992 : 63 ; Tzedakis et Martlew 1999 : 56).

361 Les squelettes du couple enterré dans la tombe 132 ont fait l’objet d’études particulièrement approfondies (Tzedakis et Martlew 1999 : 232-238, 242-243).

362 Nezeri 2006 propose une première définition d’un atelier local de céramique MR IIIA-IIIB dans le district de Réthymnon, basée essentiellement sur la céramique mise au jour dans les tombes du cimetière d’Armeni.

363 Il s’agit d’un nom d’homme qui revient à plusieurs reprises dans les tablettes en Linéaire B de Knossos. Il a été suggéré (Godart et Tzedakis 1992 : 88 ; Tzedakis et Martlew 1999 : 56) que le scribe responsable de cette inscription est également celui qui a réalisé la même inscription en Linéaire B sur un vase à étrier découvert à Knossos dans la Maison Inexplorée (Popham 1969a : 45, fig. I B-C, Popham 1984 : 185, pl. 110a-c). Les deux vases sont illustrés côte à côte dans Demakopoulou 1988 : 208-209, n° 187.

364 Des têtes de taureaux étaient parfois modelées aux extrémités supérieures du couvercle (Tzedakis 1988a : pl. 320α). Une seule larnax d’Armeni, interprétée comme celle d’un enfant et liée au MR IIIB avancé, est recouverte d’un couvercle plat (Godart et Tzedakis 1992 : 92).

365 Y. Tzedakis y voit la réalisation d’un même artiste qu’il nomme « l’artiste du cerf » («  artist of deer ») puisque des cerfs, aux cornes ornementales, sont à chaque fois représentés.

366 Le couvercle de la larnax de Dramia (conservée au Musée archéologique de La Canée) est orné d’une tête animale en relief tandis que la décoration peinte qui couvre les parois du coffre se compose de deux oiseaux disposés de manière antithétique, de deux cervidés et de motifs ornementaux comme des spirales continues, des lignes ondulées et un motif en damier. A. Kanta la date du MR IIIA2 (Kanta 1980 : 214, 237). Y. Tzedakis soutient qu’il s’agit de peintres itinérants qui exerçaient leur talent, et à Armeni, et à Dramia, tandis que la larnax elle-même est produite sur place et ne voyage pas (Tzedakis 1971a : 218, 220) ; aucune analyse pétrographique et/ou chimique de l’argile de ces larnax n’a été réalisée qui puisse confirmer ou infirmer cette hypothèse.

367 Des mines de cuivre existent à proximité d’Armeni et il n’est pas exclu que celles-ci étaient déjà exploitées au Bronze Récent (Godart et Tzedakis 1994 : 64, n. 9). Pour un aperçu de ces différents objets en bronze, consulter Tzedakis et Martlew 1999 : 257-258 (n° 252-260), 274-275 (n° 283-288).

368 Des dents de sanglier, qui devaient à l’origine orner un casque semblable, ont été trouvées dans la tombe 55 de Zapher Papoura à Knossos.

369 Un cas particulier est le un petit vase à étrier MR IIIA2 qui contenait de l’huile d’olive totalement pure (tombe 201 : Tzedakis et Martlew 1999 : 32-33, n° 6). Consulter également à ce sujet Nezeri 2006.

370 J. Bennet (Bennet 1987a : 311) a proposé que le toponyme da-*22-to mentionné dans les documents en Linéaire B est à situer dans la région de Stavromenos-Khamalevri ; les tablettes où apparait ce toponyme font, entre autres, mention d’olives et de plantes aromatiques, mais aussi de textiles et de lin.

371 La production de laine dans cette région est vraisemblablement attestée par quelques découvertes faites dans la nécropole d’Armeni (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 146, qui ne précisent pas cette observation). On peut noter cependant que des fusaïoles et des poids avaient été déposés dans certaines tombes, notamment dans la tholos.

372 Le scarabée n’est ni décrit ni illustré ; il n’est apparemment pas identifié non plus dans le catalogue des différents scarabées égyptiens découverts en Crète publié dans Karetsou, Andreadaki-Vlasaki et Papadakis 2000 : 302-333.

373 Il s’agit d’une cruche à col cylindrique et petites anses horizontales latérales, d’un thelastron, d’un alabastron haut et globulaire muni d’une anse verticale, d’une pyxide à anses de panier peinte d’une file de canards dans un style MR IIIA2, de deux grands vases à étrier décorés sur la panse et l’épaule de motifs géométriques, d’un rhyton piriforme à large col bas et haute anse verticale en ruban, peint d’un octopus tout à fait comparable, par ailleurs, à celui qui décore un panneau d’une larnax d’Adele (Papapostolou 1974 : pl. 186δ) et d’une tasse hémisphérique à une anse décorée de spirales antithétiques.

374 Il s’agit d’une kylix à pied haut et d’un rhyton conique, tous deux peints de bandes et fines lignes horizontales alternant et de frises superposées de traits verticaux ondulés parallèles, continus ou groupés.

375 L’origine mycénienne du miroir à manche en ivoire en général est jugée « indubitable » par E. Baxevani-Kouzioni (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 697), mais elle souligne toutefois que certains éléments de cet exemple-ci, « comme l’introduction dans la stricte symétrie mycénienne du troisième génie plus petit, pourrait être la marque personnelle de l’atelier crétois, ou du moins d’un artiste minoen » (Baxevani-Kouzioni et Markoulaki 1996 : 681).

376 Les rapports préliminaires de ces prospections et fouilles ont été publiés par M. Andreadaki-Vlasaki et E. Papadopoulou dans Andreadaki-Vlasaki 1991-1993 ; Andreadaki-Vlasaki 1994-1996 ; Kritiki Estia, 6 ; Kritiki Estia, 7 (1999) ; Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 2000 ; Kritiki Estia, 9 (2002) : 272-274 ; Andreadaki-Vlasaki 2002d ; Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 2003.

377 Une fouille réalisée aux alentours a dégagé une tombe dans une petite cavité rocheuse dont il ne restait rien excepté un crâne humain ; les quelques tessons de céramique ramassés ne permettent pas de la dater (Vlasaki 1987 : 55, phot. 2-3 ; Andreadaki-Vlasaki 1988 : 403-404).

378 Par ailleurs, une phase d’occupation MR IIIA, superposée à des niveaux antérieurs dont le plus ancien remonte au MM II, a été identifiée dans la propriété Stavroulakis, toujours sur la colline Kakavella (Andreadaki-Vlasaki 2002b : fig. 1 ; Andreadaki-Vlasaki 2002d ; Whitley 2003 : 86). On notera que les fosses-dépotoirs correspondent surtout à une activité MR IIIC (Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 2005).

379 Consulter le commentaire de G. Rethemiotakis qui suit l’exposé Andreadaki-Vlasaki et Papadopoulou 1997 : 153-154 : à l’instar du matériel céramique contemporain de Psari Phorada – aux fortes influences knossiennes, mais produit localement tel que le montrent les analyses chimiques des argiles –, il soutient que la poterie de Khamalevri n’est pas importée en masse de Knossos mais bien produite localement, avec un souci d’imiter les prototypes knossiens.

380 Des plaques en ivoire sculptées des mêmes motifs ont été retrouvées à côté de la défunte de la tombe à tholos A dans le cimetière de Phourni-Archanes, sépulture datée du début de la phase MR IIIA2 (cf. ci-dessus, 2.1.9. Archanes).

381 C’est ce que l’on peut lire sur le site internet http://sphakia.classics.ox.ac.uk/. Pour une situation détaillée de ces sites, voir les deux cartes publiées en Moody 2004 : fig. 18.3 et 18.4 qui pointent respectivement trois sites « MR IIIA2-MR IIIB, début MR IIIC » et deux sites « MR IIIC, Protogéométrique, début Géométrique ». Avant cette prospection, aucun matériel clairement lié à la phase MR III n’avait été mis en évidence qui permette de commenter l’occupation de la région à cette époque ; les archéologues avançaient déjà la possibilité d’un manque de visibilité ou de reconnaissance de la céramique liée au MR III (Nixon, Moody et Rackham 1988 : 171). Trois vases MR III avaient par ailleurs été acquis par A. Evans en 1895 qui proviendraient de Sphakia (cité par Hood 1965b : 113). L. Nixon a examiné ces vases conservés à l’Ashmolean Museum ; il ne s’agit pas a priori de productions typiques de l’« atelier de La Canée » (Nixon, Moody et Rackham 1988 : 161, n. 5).

382 On parle ici de la période aux MR II-IIIA1 et non de la période aux MR II-IIIA1/début MR IIIA2 car une destruction claire de l’habitat a lieu au MR IIIA1, après quoi le site de La Canée, tel qu’il est révélé par les fouilles archéologiques, est reconstruit et occupé de manière conséquente aux MR IIIA2-IIIB. Toutefois, en ce qui concerne les données d’ordre funéraire, la césure est moins claire puisque certains ensembles sont davantage décrits comme MR II-IIIA1/début MR IIIA2.

383 Les résultats préliminaires de ces fouilles, qui concernent plus particulièrement la période ici considérée, ont été publiés dans Hallager E. 1985 ; Hallager et Tzedakis 1985, Hallager et Tzedakis 1988, Hallager et Tzedakis 1991, Hallager et Tzedakis 1993. Trois volumes qui présentent les études définitives de ces fouilles ont à ce jour été publiés ; les deux derniers concernent respectivement la période MR IIIC et la période MR IIIB : 2 : Hallager et Hallager 2000 et Hallager et Hallager 2003. Les études plus spécifiques sont référées au fur et à mesure de la présentation des données archéologiques qui en ont précisément fait l’objet. Consulter également Kanta 1980 : 217-228.

384 E. Hallager précise que 600m ² ont été fouillés à ce jour, ce qui constitue selon lui moins d’un 1 % de ce qu’a pu être un jour le site minoen de La Canée. L’histoire des fouilles menées au sein de la ville de La Canée aux alentours de la colline de Kastelli et leurs localisations sont détaillées dans Hallager et Hallager 1997b : 19-23, fig. 1.

385 Dans les contextes stratigraphiques postérieurs à la phase MR IB, B. Hallager a identifié de la céramique caractéristique de la phase MR II mais dont le style est toujours lié au MR IB, ce qu’elle interprète comme la remise sur pied rapide de la production de céramique sur le site, par la même population (cf. ci-dessous, Mobilier).

386 Ces fosses n’ont peut-être été installées qu’à la phase d’occupation postérieure, au MR IIIA2, lors du déblayement du site après la destruction MR IIIA1, comme semble le sous-entendre Hallager E. 1985 : 147.

387 L’étude synthétique des toutes les tombes découvertes à La Canée serait d’autant plus difficile que le matériel issu des premières fouilles a été détruit par l’incendie en 1938 de la préfecture et donc du Musée de La Canée (Godart et Tzedakis 1992 : 53).

388 En 1997, M. Andreadaki-Vlasaki relevait deux épées, dix poignards, six couteaux, quatre pointes de lance, des flèches, sept miroirs, deux hydries, deux marmites, un vase pour verser, quatre bassines, trois vases tripodes. Elle en déduisait que ces tombes de La Canée sont comparables aux « tombes de guerriers » de Knossos, « surtout [aux] objets en bronze de la tombe 4 de Sellopoulo » (MR IIIA1). Cette comparaison peut paraître exagérée quand on sait que la tombe 4 de Sellopoulo, qui renfermait trois défunts, contenait à elle seule une quarantaine d’objets en bronze dont deux épées, un poignard, deux pointes de lance, deux rasoirs, deux couteaux, cinq probables miroirs, quatre chaudrons tripodes, sept hydries, lekane, bassines et autres poêles, quatre œnochoés et deux lampes (Popham, Catling et Catling 1974). M. Andreadaki-Vlasaki défend toutefois que la combinaison de ces armes et vaisselles de bronze dans certaines tombes de La Canée « observe des règles précises qui régissent le type bien connu des tombes de « guerriers » et sont le reflet de l’organisation et de la hiérarchie sociales et militaires de l’époque » (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 504).

389 Tombe de la rue Manou : les photographies sont de mauvaise qualité mais les deux vases à étrier de profil presque conique peuvent être reliés à la phase MR IIIA1 (Theofanidou 1951 : fig. 24 ; Kanta 1980 : 227), tandis que la jarre piriforme, la cruche à bec à trois anses et une petite flasque globulaire sont plutôt datées du MR IIIA2, mais peuvent appartenir au début de cette phase (Theofanidou 1951 : fig. 25 ; A. Kanta a analysé les vases partiellement non publiés de cette tombe et a identifié trois phases chronologiques : MR IIIA1/2, MR IIIA2 et MR IIIB (Kanta 1980 : 227) ; si les armes et objets en bronze de cette tombe appartiennent à un enterrement MR IIIA1, les vases plus récents montrent qu’elle a été rouverte pour des inhumations postérieures.

390 Je remercie vivement M. Andreadaki-Vlasaki de m’avoir fourni ces informations, alors que l’étude de ces tombes est en cours.

391 On parlera ici de l’« atelier de La Canée », expressément cité entre guillemets de manière à indiquer que l’on parle de l’atelier de La Canée le plus connu et généralement appelé « the Local Kydonian workshop » qui a produit une céramique distinctive, surtout par sa fabrique et sa décoration ; ceci permet de faire la distinction entre les productions issues a priori de cet atelier défini par rapport aux autres vases, dans une autre fabrique et aux caractères distincts, produits par d’autres ateliers du site de La Canée ou de Crète occidentale (cf. ci-dessous, Aux MR IIIA2-IIIB).

392 C’est ainsi qu’elle interprète les nombreux tessons décorés trouvés dans les couches d’occupation postérieures à la destruction MR IB du site, et non comme de la céramique ancienne accidentellement introduite dans ces niveaux stratigraphiques.

393 Par ailleurs, un important bâtiment MR IIIB a été fouillé à un autre endroit sur la butte de Kastelli, à quelques mètres au sud-ouest du square Aghia Aikaterini, qui a fourni plusieurs niveaux de poterie MR IIIB1 et MR IIIB2 : Tzedakis et Kanta 1978.

394 Dans la pièce E de la Maison II, un dépôt de sol MR IIIB1 qui comprenait trois tablettes en Linéaire B, dont deux complètes, a été scellé par cet incendie (Hallager et Tzedakis 1993 : 40, 42, fig. 21).

395 Des fosses-dépotoirs similaires, comblées de matériel comparable, ont aussi été mises au jour au sud du square Aghia Aikaterini, lors de fouilles de sauvetage dans la rue Kanevaro et dans la zone de Splanzia ; elles correspondent à la phase MR IIIB, celle de la rue Kanevaro étant scellée par des niveaux d’occupation MR IIIB2. Près de la fosse B découverte dans la rue Kanevaro, deux puits profonds ont été fouillés, qui contenaient respectivement des os d’animaux mêlés à une importante quantité de céramique (kylix et coupes à champagne) et des os humains mêlés notamment à des fragments de pithos (Andreadaki-Vlasaki 2002c ; Whitley 2005 : 117).

396 Ce fragment de tête appartenait sans doute à une pièce plus importante, peut-être similaire à la « dame de Phylakopi », une figurine de 45cm de haut trouvée dans le Sanctuaire Ouest de Phylakopi sur l’île de Mélos, probablement datée de l’HR IIIA2 (Renfrew 1985 : pl. 31, 32a). M. Andreadaki-Vlasaki reconstruit une statuette féminine minoenne de 75cm de haut, ou celle d’un animal fantastique, comme un sphinx, alors inférieure à 50cm (Andreadaki-Vlasaki 2005 : 19). Une tête de figurine très semblable à été découverte dans le dernier niveau d’occupation MR IIIB du Bâtiment 1 sur le site de Palaikastro (PK 1986 : fig. 5) et qui selon T. Cunningham devait appartenir à une figurine de 30 ou 40cm de haut à l’origine (T. Cunningham, communication personnelle).

397 Ce nombre compile les données de Andreadaki-Vlasaki 1997a : spéc. 495 et 494, n. 28 (une soixantaine de tombes), additionnées de plus récentes fouilles, notamment : onze tombes découvertes en 1992 dans la propriété Manolokaki (Andreadaki-Vlasaki 1997b), cinq grandes tombes à chambre MR IIIA/B découvertes dans la propriété Rovitakis (Andreadaki-Vlasaki 1999a : plan 1, fig. 2-4 ; Andreadaki-Vlasaki 2003 : 1008-1010), trois tombes à niche découvertes dans la rue Dimitrakaki (Andreadaki-Vlasaki 2003 : 1010-1011), sept tombes à chambre MR IIIA/B et une tombe à ciste découvertes dans la propriété Kostaki, juste à côté des onze tombes trouvées dans la propriété Manolokaki (Andreadaki-Vlasaki 1999a : plan 2 ; Andreadaki-Vlasaki 2003 : 1011-1012, fig. 4). La fouille en 2004 de la soixantaine de tombes au sud de la Place Nomarchia parachève ce nombre.

398 Je remercie M. Andreadaki-Vlasaki pour cette information.

399 Une tombe à chambre mise au jour récemment dans la parcelle Spiridakis présente un dromos aux dimensions impressionnantes, qui n’a été exposé que partiellement durant sa fouille sur une longueur de 8,75m (Whitley 2003 : 86).

400 La larnax provient d’une tombe découverte dans le quartier de Koubé (Andreadaki-Vlasaki 1997a : 496, pl. III). Un pithos funéraire provient de la même tombe mais celui-ci et la larnax correspondent vraisemblablement à deux enterrements différents et reliés respectivement au MR IIIA et au MR IIIB (Godart et Tzedakis 1992 : 55). Sur l’absence de larnax en Crète occidentale, consulter Mavriyannaki 1973a ; Preston 2004b : 189-191, fig. 4-8.

401 Un exemple parlant est une tombe à chambre du quartier du palais de justice citée par A. Kanta, décrite comme la sépulture d’une femme accompagnée de deux bagues en or, d’un miroir de bronze, de trois vases en bronze, de bagues en bronze et d’un vase en pierre, mais pour laquelle aucun des éléments disponibles ne permet de la dater précisément ou même de la rattacher, ou à l’époque MR II-IIIA1, ou à l’époque MR IIIA2-IIIB (Kanta 1980 : 225, référant à Matz 1951 : 73).

402 Différents calculs statistiques réalisés lors de la publication des niveaux d’occupation MR IIIB2 de l’habitat du Kastelli ont permis de mettre en évidence – uniquement sur la base de la céramique de ces niveaux tardifs proprement dits – des pourcentages très différents en ce qui concerne respectivement la poterie MR IIIA/MR IIIA2 et la poterie MR IIIB1 reconnues comme caractéristiques de cet « atelier de La Canée » : 19 %/4 % et 42 % (Hallager et Hallager 2003 : 298, tableau 5) ; le pic de production semble donc se situer au cours la phase MR IIIB1.

403 Différents types de fabriques ont été reconnus au cours de l’étude de la céramique de l’établissement MR IIIB2 (Hallager et Hallager 2003 : spéc. 199, voir aussi 199-265, passim).

404 On connaît au moins deux autres cratères décorés d’une scène qui met en évidence un char : un cratère amphoroïde HR IIIA2 importé du continent et découvert dans un contexte du début du MR IIIA2 à Kommos (Maison X : Rutter 1999 : 144, n. 45 et J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 671, 688) et un cratère en forme de cloche également importé du continent, découvert dans la « tombe de Souda » (Drerup 1951 : pl. 3 : 2, pl. 64 : 8, pl. 65 : 4-6 ; Kanta 1980 : 236 ; Godart et Tzedakis 1992 : pl. LIX : 1 ; cf. ci-dessous, 2.6.7. Souda). Consulter aussi Hallager B. 1999.

405 Les sites crétois sur lesquels la présence de céramique importée de l’« atelier de la Canée » a été suggérée, le plus souvent sur la base d’un examen macroscopique sont Kalami, Samonas, Stylos, Armeni, Réthymnon, Sata, Voliones, Maroulas, Pigi, Pankalochori, Knossos, Tylissos, Gournes, Archanes, Damania, Malia, Olous, Kritsa, Gournia, Episkopi-Ierapetra, Gra Lygia, Kalochorafitis, Klima et Kommos. Les analyses céramologiques en cours, comme celles de Phaistos ou Aghia Triada pour ne nommer que ces deux sites, allongeront probablement cette liste. Enfin, au sujet de Knossos particulièrement, B. Hallager a présenté les importations khaniotes MR IIIA-IIIB retrouvées sur le site de Knossos, d’une part (7e Congrès Crétologique, Réthymnon, 1991) et les importations knossiennes MR IIIA-IIIB découvertes dans les fouilles de La Canée, d’autre part (Table Ronde « la Crète Mycénienne », Athènes 1991) ; ces communications n’ont cependant pas été publiées (Hallager et Vlasaki 1997 : 174, n. 8 et Hallager, Vlasakis et Hallager 1992 : 86, n. 91 ; consulter cependant Hallager et Hallager 1999).

406 Le matériel en bronze récolté dans l’habitat et les traces d’activités de production et de travail du bronze au cours de la phase d’occupation MR IIIB2 du Kastelli sont publiés dans Hallager et Hallager 2003 : 268-269. Les quelques analyses réalisées sur des bronzes issus de contextes MR IIIB2 suggèrent l’importation de lingots de cuivre chypriotes et du Laurion (Hallager et Hallager 2003 : 288).

407 E. Hallager précise que 42 % des figurines découvertes sur le site de La Canée qui ont été analysées sont réalisées dans une argile identifiée comme originaire d’Argolide (Hallager E. 1988b : 118, n. 14 citant une analyse de R. E. Jones : Jones 1986 : 466-468).

408 Godart et Tzedakis 1992 : 42, n. 72 ont suggéré que la reconnaissance de productions céramiques MR IIIB de l’« atelier de La Canée » sur chacun de ces deux sites par A. Kanta (Kanta 1984 : 12) « constitue un élément important pour les relations entre les deux installations ». Il ne s’agit toutefois pas selon moi d’un élément de cause à effet.

409 Le site archéologique gréco-romain de Aptera se situe à 4km au nord de Stylos.

410 La seule autre représentation claire d’un joueur de lyre en Crète à l’Âge du Bronze est celle figurée sur le sarcophage en pierre peint d’Aghia Triada, sans doute un peu plus ancien que cette pyxide.

411 Une utilisation de cette tombe aux cours des deux phases MR IIIA et MR IIIB a été suggérée dans Aρχαίοι τόποι και μνημεία νόμος Χανίων (Θολωτοί Τάφοι Ν. Χανίων – Μάλεμε).

412 Ce thème de la vache allaitant son veau est tantôt peint sur des larnax en terre cuite de la région de l’isthme de Ierapetra, tantôt sculpté dans des manches en ivoire de miroir, tel que celui déposé auprès de la défunte de la grande tombe A de Phourni-Archanes (Sakellarakis et Sakellarakis 1997 : 731, fig. 854).

Table des illustrations

Légende CARTE 2. Carte de répartition des établissements crétois MR II-IIIB par région (P. Hacigüzeller)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Légende CARTE 3. La région de Crète centrale-nord. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende CARTE 4. La région de Crète centrale-est. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacıgüzeller)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 670k
Légende CARTE 5. La région de Crète centrale-sud-est. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 933k
Légende CARTE 6. La région de Crète centrale-sud. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 866k
Légende CARTE 7. La région de Crète centrale-ouest. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende CARTE 8. La région de Crète occidentale. Carte de répartition des établissements MR II-IIIB (P. Hacigüzeller)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2663/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 944k

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540