Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PERIFEREIA Étude régionale de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB (1450-1200 av. J.-C.)

 | 
Charlotte Langohr

II. Cadre historique : la « Crète mycénienne »

Texte intégral

1. Problématique

1.1. Définition et terminologie

  • 7 Cette remarque ne désavoue en rien des faits établis - qui sont d’ailleurs à l’origine de l’appell (...)

1La problématique de la « Crète mycénienne » concerne la reconstitution archéologique et historique de la société crétoise sur une période d’environ 350 ans, de 1450 à 1100 av. J.-C. Cette période couvre les phases chronologiques des Minoen Récent II-III A-C (MR II-IIIA-C), dans la chronologie relative établie essentiellement sur la base de l’étude typologique et stylistique de la céramique produite et consommée en Crète à l’Âge du Bronze. Cette période définie correspond à l’histoire de l’île après la destruction générale de la majorité des palais et sites de la civilisation minoenne, au milieu du 15e s., et avant la mise en place de la société crétoise de l’Âge du Fer. Il s’agit clairement d’une période charnière qui fait suite à une situation politique relativement stable et à une époque culturellement florissante des sociétés de la civilisation minoenne au cours de la période dite néo-palatiale ou des Seconds Palais. À la suite de l’effondrement de cette société néo-palatiale, la Crète connaît des changements évidents, qui s’échelonnent tout au long de la période des MR II-III. Parallèlement, sur le continent, la civilisation mycénienne se développe de manière significative et ses différents états politiques s’organisent, représentés par des palais imposants, particulièrement en Argolide, à Mycènes et Tirynthe, mais aussi dans d’autres régions, à Pylos en Messénie et à Thèbes en Béotie. Au même moment où la civilisation crétoise tente de se redresser et de reconstruire ses sites – ce que l’on a très souvent appelé la « réoccupation » de la Crète –, la civilisation mycénienne prend un essor fulgurant et influence progressivement différents pans de la culture matérielle de la société crétoise, mais aussi des sociétés égéennes. L’étude de la « Crète mycénienne » s’est longtemps focalisée sur la question des relations variées et anciennes entre l’île et la Grèce continentale, en analysant d’abord les processus d’interaction culturelle entre ces deux sociétés complexes, afin de dégager ensuite des interprétations en termes politiques, sociaux, voire ethniques. Depuis quinze à vingt ans, un malaise croissant est palpable dans les études de plus en plus nombreuses et spécifiques qui concernent la Crète aux MR II-III (études de sites, de régions, de matériel céramique, etc.). En effet, la qualification de « Crète mycénienne » tend à suggérer que l’île fait partie de la sphère d’influence du continent helladique, d’une koinè culturelle et politique mycénienne qui se met en place puis s’affirme, tandis que les données archéologiques et leurs analyses peaufinent progressivement un tableau d’ensemble de la société crétoise dont la culture ne peut pertinemment plus être réduite à celle de la civilisation mycénienne7. A ce même titre, on soulignera qu’une généralisation hâtive de la culture et des pratiques des sociétés établies sur le continent est réprouvable ; le terme « mycénien » est ici employé pour rendre compte de la culture matérielle et des usages ayant cours dans la région de Grèce continentale, tout en n’omettant pas parallèlement que cette culture n’est pas uniforme.

1.2. Chronologie et terminologie

Any historical reconstruction needs a proper chronological framework and lines along which to proceed (Driessen 1990 : 12).

  • 8 En effet, en archéologie crétoise, on parlera par exemple d’un vase de style MR II dans un context (...)

2Les études qui concernent l’Âge du Bronze dans le bassin égéen font usage d’une chronologie absolue et d’une chronologie relative (Macdonald 2005 : xv-xvii pour une note concise sur les chronologies utilisées en Préhistoire égéenne). Cette dernière est constituée de différentes phases et sous-phases qui correspondent chacune à autant de séquences définies par les analyses typologiques et stylistiques de la céramique de l’Âge du Bronze, avec des nuances selon les régions du bassin égéen (Crète, Grèce continentale, Cyclades) et du bassin Méditerranéen oriental (Chypre). Les corrélations entre la chronologie relative et la chronologie absolue, qui se basent notamment sur des synchronismes établis avec les civilisations égyptienne et Proche-orientale où des datations absolues sont établies par l’apport des textes, ont été développées, entre autres, dans les travaux de P. Warren et V. Hankey, d’O. Dickinson et de M. Wiener (Warren et Hankey 1989 ; Dickinson 1994 : 9-22 ; Wiener 2003, Wiener 2007a). Cependant, l’apport des sciences naturelles en ce qui concerne l’établissement de ces synchronismes, plus particulièrement pour la période du Bronze Récent, ont rendu le débat controversé et, à l’heure actuelle, irrésolu. Les datations absolues ne seront dès lors que peu prises en compte dans cette étude, n’ayant pas de conséquences directes sur la reconstruction historique proposée. Par contre, il faut relever l’ambiguïté qui caractérise l’utilisation d’une seule et même terminologie – Minoen Récent II, IIIA1, IIIA2, IIIB, IIIC – pour des considérations d’ordre stylistique, d’ordre chronologique et d’ordre stratigraphique8.

  • 9 Ces travaux sont essentiellement ceux de Stuart Manning : Manning 1988, Manning 1995 : 217-229, sp (...)
  • 10 De la pierre ponce projetée par l’éruption du volcan de Thera a été découverte en quantité à Tell (...)
  • 11 P. M. Warren, place la transition entre les MR IA et MR IB en 1520/1510 av. J.-C. (Warren 2006). L (...)

3Le problème majeur en ce qui concerne la correspondance entre datations absolues précises et séquences céramiques relatives pour la Crète du Bronze Récent demeure la définition du moment précis de l’éruption du volcan de Thera/Santorin, dans les Cyclades. Cet événement-clé est précisément situé dans les séquences stratigraphique et chronologique relative à la fin de la phase céramique du Minoen Récent IA, grâce à des données archéologiques irréfutables (Hardy et Renfrew 1990 ; Driessen et Macdonald 1997 ; Warren 1999). En ce qui concerne la datation absolue, plusieurs travaux en sciences naturelles, qui se basent essentiellement sur des analyses au carbone 14 de matériel archéologique prélevé sur le site d’Akrotiri sur l’île de Thera, favorisent une datation pour l’éruption dans la seconde moitié du 17e s. av. J.-C. (« chronologie haute »)9. Par contre, de solides synchronismes établis entre la chronologie relative crétoise et la chronologie absolue traditionnelle des dynasties égyptiennes encouragent davantage à situer la fin du MR IA en Crète dans les dernières décennies du 16e s. av. J.-C., au moment où la XVIIIème Dynastie égyptienne a déjà débuté (« chronologie basse »)10. Bien que la controverse soit toujours ardente, la « chronologie basse » est ici préférée et suit les conclusions de l’étude synthétique et fouillée de M. Wiener qui place l’éruption du volcan de Thera vers 1524/1525 av. J.-C. (Wiener 2003, Wiener 2006, Wiener 2007a)11.

4En ce qui concerne les dernières phases du Bronze Récent, les résultats conjoints des études défendant la « chronologie basse » donnent les correspondances suivantes (Wiener 1998 ; Macdonald 2005) :

  • 12 A La Canée, les archéologues ont isolé, stratigraphiquement, deux phases au cours du MR IIIB et pa (...)

MR IB

1525-1450

MR II

1450-1425

MR IIIA1

1425-1390/1370

MR IIIA2

1390/1370-1325/1300

MR IIIB ancien

1325/1300-1250

MR IIIB récent12

1250-1200/1190

MR IIIC

1200/1190-1100

  • 13 Cette première phase a aussi été qualifiée de « période des Troisièmes Palais » («  Third Palace P (...)
  • 14 E. Hallager (Hallager E. 1988a) avait proposé les termes de « mono-palatial » pour la période du M (...)

5En ce qui concerne la terminologie, l’ère qui suit l’horizon de destructions à la fin du MR IB en Crète a longtemps été qualifiée d’époque « post-palatiale », référant à la disparition des palais crétois de la civilisation minoenne de l’Âge du Bronze. Cependant, deux faits sont devenus évidents au fil des études consacrées aux dernières phases de l’Âge du Bronze en Crète qui mettent à mal cette appellation. D’une part, le palais de Knossos continue d’être occupé de manière remarquable, comme en témoignent les nombreux aménagements architecturaux. Il connaît une activité économique et administrative majeure, suggérée par les nombreux dépôts de tablettes en Linéaire B retrouvés en son sein, qui semble perdurer, au moins, jusqu’au MR IIIA2. D’autre part, lorsqu’ils ont connu une longue occupation, plusieurs centres crétois font état de deux phases plus ou moins distinctes au cours des MR II-IIIB. A la première phase d’occupation correspond très souvent une culture matérielle teintée d’une influence de nature knossienne – elle-même considérablement inspirée de la civilisation mycénienne –, tandis que la seconde phase d’occupation est davantage caractérisée par le développement de traditions régionales plus affirmées et que l’on inscrit traditionnellement dans la suite du très probable effondrement du pouvoir de Knossos. Autrement dit, cette période de +/- 250 ans n’est pas exempte de changements et discontinuités. On a alors généralement parlé d’époque « mono-palatiale » pour la première phase de cette période historique, et d’époque « post-palatiale » pour la seconde phase, celle qui concerne l’histoire de l’île après la disparition d’une administration de type palatial à Knossos. Deux problèmes se sont encore présentés. Le premier, toujours extrêmement débattu, est de situer précisément, au cours du MR III, le moment de la destruction finale majeure du palais et du site de Knossos et du délabrement de son système administratif central et, par conséquent, la disparition du pouvoir et de l’influence que ce site exerçait sur une grande partie de l’île. Certains spécialistes situent cet événement pivot dans la première partie du MR IIIA2, d’autres, au début du MR IIIB. Cette importante controverse scientifique est développée et critiquée dans un chapitre propre qui lui est consacré ci-dessous, 3. La chute de Knossos, les tablettes en Linéaire B et l’arrivée des Mycéniens en Crète : une controverse de plus d’un demi-siècle. Le second problème concerne le site de La Canée, en Crète occidentale. Des tablettes en Linéaire B y ont été découvertes, dans des contextes MR IIIB1, qui supposent l’exercice d’une organisation administrative centralisée sur ce site. L’hypothèse d’un centre administratif de type palatial à La Canée au cours des phases antérieures ne peut en outre être exclue, a fortiori lorsqu’on considère les activités importantes qui y ont été identifiées. Il est dès lors ambigu de parler d’époque « mono-palatiale » pour la première phase et on la qualifie plus généralement désormais d’époque « palatiale finale » (Rehak et Younger 1998a)13. De plus, il devient problématique de parler d’époque « post-palatiale » après l’effondrement de Knossos. En effet, le centre de La Canée, vraisemblablement doté d’un système administratif centralisé, prospère essentiellement au MR IIIB et donc lui survit. Aucun palais proprement dit n’a néanmoins été découvert sur le site de La Canée à ce jour14. Cela étant dit, on préfère ici conserver le terme d’époque « post-palatiale » pour la seconde phase pour deux raisons. Premièrement, c’est la disparition de Knossos comme pion majeur sur l’échiquier politique, économique et culturel de la Crète qui ouvre la porte à de profonds changements et a inexorablement favorisé le développement de particularismes régionaux et locaux dans les différents domaines de la société minoenne. Deuxièmement, bien que sur la base des données épigraphiques et archéologiques actuelles on ne puisse complètement exclure l’existence d’un ou plusieurs centre(s) administratif(s) et/ou majeur(s) à La Canée ou sur un autre site important de l’île pour la période qui suit l’effondrement de Knossos, aucun site ne semble avoir véritablement mené culturellement voire politiquement la Crète au cours des MR IIIA2-IIIB, comme l’avait fait Knossos durant la phase précédente, tout du moins sur une partie élargie de la Crète centrale.

6Enfin, cette étude n’englobe pas la période toute spécifique de la fin du MR IIIB et du MR IIIC. Les caractères de cette période en Crète se distinguent de ceux qui définissent l’île au cours des MR II-IIIB. En effet, il apparaît comme une nouvelle dynamique dans les différentes sphères de la société crétoise dès la fin du MR IIIB et au cours du MR IIIC. Leurs spécificités ont particulièrement été mises en évidence au cours des dernières années. Les travaux de K. Nowicki par exemple et les programmes de fouille engagés sur plusieurs sites éclairent constamment les connaissances relatives à cette période singulière, tant en ce qui concerne la culture matérielle que le fonctionnement de la société nouvelle qui se met en place (Nowicki 1987, Nowicki 1999, Nowicki 2000, Nowicki 2001, Nowicki 2004).

1.3. État des lieux, lignes de faîte et considérations méthodologiques

  • 15 A. Kanta, The Late Minoan III Period in Crete. A Survey of Sites, Pottery and their Distribution, (...)
  • 16 A. Kanta base son découpage régional de la Crète sur les unités administratives modernes. Son obje (...)
  • 17 B. Hayden, The Development of Cretan Architecture from the LMIIIA through the Geometric Period, Ph (...)
  • 18 En dernier lieu :
    Knossos : les articles d’E. Hatzaki, L. Preston et L. Alberti dans le volume Kn (...)

7L’essence de cet ouvrage est de sonder la problématique de la « Crète mycénienne » en analysant la large littérature qui lui a été consacrée, de manière à dégager la reconstruction archéologique et historique la plus plausible, à la lumière des fouilles, des recherches et des débats les plus récents. Les études phares qui se sont penchées sur cette question de manière globale sont, d’une part, celle d’A. Kanta et d’autre part, celle de J. Bennet15. La première collecte toutes les données archéologiques disponibles à la fin des années 1970 et les présente sous la forme d’un catalogue, région par région16. A. Kanta propose également une première étude de la céramique MR II-III mais elle ne réalise pas véritablement de synthèse historique sur la question de la « Crète mycénienne ». L’étude de J. Bennet combine les données épigraphiques, c’est-à-dire l’analyse des tablettes en Linéaire B découvertes à Knossos, et les données archéologiques, et étudie plus particulièrement l’organisation administrative et politique de l’île aux MR II-IIIB. J. Bennet a poursuivi cette étude par plusieurs autres travaux (notamment Bennet 1990). L’ouvrage plus spécifique de B. Hayden s’est focalisé sur l’analyse de l’architecture de cette époque en Crète17. Par la suite, à partir des années 1990, les archéologues se sont de plus en plus intéressés à cette période toute spécifique de l’histoire de l’île, ce qui a donné lieu depuis à deux rencontres internationales fondamentales, lors desquelles de nombreux résultats de diverses fouilles menées en Crète, mais aussi en Grèce continentale, et de différentes études de matériel ont été présentés : la table ronde La Crète mycénienne, organisée à l’Ecole Française d’Athènes par J. Driessen et A. Farnoux en 1991 (Driessen et Farnoux 1997), et la conférence internationale Late Minoan III Pottery. Chronology and Terminology, tenue à l’Institut danois d’Athènes en 1994 (Hallager et Hallager 1997). Le récent colloque international Ariadne’s Threads, tenu en 2003, a rassemblé et confronté des spécialistes de la Crète aux MR II-III et des spécialistes de la période mycénienne sur le continent, qui se sont entretenus sur les relations entre ces régions du bassin égéen au cours de la période couverte par les phases MR IIIA2-IIIC (D’Agata et Moody 2005). Les études, aujourd’hui en cours, qui concernent l’occupation MR II-III de différents sites crétois sont nombreuses et prometteuses18.

  • 19 Dès la publication de la table ronde consacrée à la « Crète mycénienne » (Driessen et Farnoux 1997 (...)

8Les deux lignes de faîte, liées, de la problématique de la « Crète mycénienne » sont, d’une part, l’apport du contenu des tablettes en Linéaire B et le débat qui porte sur leur(s) datation(s) dans le cadre de l’identification effective d’un pouvoir mycénien à Knossos et de la présence de Mycéniens en Crète et, d’autre part, l’analyse des données archéologiques se rapportant aux sites d’habitat et aux établissements funéraires au cours de la période couverte par les phases MR II-IIIB. La pertinence de la reconstruction de cette période historique grâce aux données archéologiques, partiellement épigraphiques, nécessite la prise en compte de deux paramètres. Le premier s’articule autour du concept de l’ethnicité. En effet, s’il est clair que la Crète connaît, à partir de la moitié du 15e s. av. J.-C., un changement politique, économique, culturel et social important, plusieurs études se sont fortement et longtemps axées sur la recherche de « preuves » archéologiques pouvant attester la présence d’une population mycénienne dans l’île, voire de l’invasion et de l’installation d’un pouvoir mycénien à Knossos. Or, cette démarche qui s’efforce de pointer les modifications et les traits typiquement mycéniens dans la culture matérielle crétoise comporte un danger méthodologique, celui de faire une équation entre l’observation, au sein d’une civilisation, de caractéristiques associées à des groupes culturels spécifiques, d’une part, et la reconstruction archéologique d’identités ethniques et d’origines géographiques, d’autre part. Les études consacrées au rapport entre archéologie et ethnicité se sont multipliées ces dernières années. Cette question est abordée à l’occasion de l’analyse interprétative qui clôt cette étude. Le second paramètre concerne la nécessité d’une approche diachronique. Les phases des MR II-IIIB couvrent une période de 250 ans. Il est essentiel de considérer ce qui a longtemps été défini comme la « réoccupation » de la Crète comme une phase historique à part entière, qui connaît des changements et des évolutions en termes d’implantation de l’habitat, de culture matérielle et de fonctionnement économique, politique et social. Ainsi doit être nuancée l’hypothèse historique d’une société crétoise sous la tutelle d’un pouvoir mycénien tout au long de la période considérée qui est sous-entendue dans l’appellation désormais ambiguë et déroutante de « Crète mycénienne »19.

9La problématique de la « Crète mycénienne » est ici examinée d’une manière globale, à l’échelle de l’île, à travers la réalisation d’une analyse contextuelle des données archéologiques disponibles. Cette étude contextuelle s’organise en deux temps. Dans un premier temps, on expose et discute les résultats des recherches relatives au cas d’étude investigué, celui de la « Crète mycénienne », sur la base de la présentation des tenants et aboutissants de la problématique (cf. II. 2. Les destructions à la fin du Minoen Récent IB ; II. 3. La chute de Knossos, les tablettes en Linéaire B et l’arrivée des Mycéniens en Crète : une controverse de plus d’un demi-siècle) et, surtout, de la présentation descriptive et analytique des données archéologiques qui en relèvent (cf. III. La Crète aux Minoen récent II-IIIB : analyse régionale). Dans un second temps, et sur la base de ces données, on développe une analyse interprétative originale de cette problématique complexe et multidimensionnelle de l’archéologie crétoise et égéenne (cf. IV. Analyse interprétative : la société crétoise du Minoen Récent II au Minoen Récent IIIB).

2. Les destructions à la fin du Minoen Récent IB

The expectation of a koine of ceramic form across the island is an assumption based on the supposition of strong palatial influence. The role of regional tradition, particularly in LM IB, is probably under appreciated (Barnard et Brogan 2003 : 107).

  • 20 Pour les partisans d’un état minoen unitaire avec Knossos comme capitale, voir les références cité (...)
  • 21 Betancourt 1985b : 140-148, pour la définition des quatre styles de la Special Palatial Tradition (...)
  • 22 Les éléments constitutifs d’une période de « crise » de la société crétoise au cours de la phase M (...)

10Les signes d’un morcellement culturel et politique progressif de la société crétoise au cours du MR IB se distinguent de la situation qui prédominait à la phase précédente du MR IA, quand les différentes régions de l’île semblent avoir été culturellement, idéologiquement et politiquement unifiées, très vraisemblablement sous l’égide de Knossos20. Il est toutefois hautement probable que Knossos reste une entité politique et culturelle de référence au MR IB, luttant pour conserver son leadership et l’unité politique de l’île. Une des expressions archéologiques les plus éloquentes de cet effort de consolidation de l’unité crétoise de la part du pouvoir knossien – peut-être plus autocratique et davantage élitiste qu’auparavant – est le développement de la Tradition Palatiale Spéciale de la céramique (Special Palatial Tradition)21. Il s’agit d’une tradition de poterie composée de quatre grands styles, dont le « Style Marin » est sans conteste le plus illustre (Mountjoy 1984). Une tension sociale et politique n’en demeure pas moins palpable22. Cette rupture progressive de l’unité de la civilisation minoenne s’affiche archéologiquement par l’apparition de styles régionaux au MR IB, qui concernent particulièrement, mais pas uniquement, la céramique et se développent parallèlement à la Tradition Palatiale Spéciale pan-crétoise (voir aussi ci-dessous, III. 1. L’occupation de l’île : séquences chronologiques, modalités et divisions géographiques).

  • 23 De sérieuses destructions sont identifiées à La Canée et Nerokourou dans l’Ouest de la Crète, à Ph (...)
  • 24 C. Macdonald attire l’attention sur le fait que l’on ne peut exclure une destruction du palais sui (...)

11À la fin du Minoen Récent IB, de très nombreux sites crétois, ainsi que plusieurs des îles des Cyclades, connaissent des destructions majeures. Les traces d’incendie sont fréquentes, les palais et autres bâtiments de prestige sont très violemment démantelés et une grande partie des sites d’habitat sont clairement abandonnés pour une plus ou moins longue période. Certains abandons définitifs d’établissements néo-palatiaux suggèrent en outre une rupture significative au sein de la civilisation minoenne23. Le cas du palais de Knossos apparaît néanmoins comme tout à fait singulier. Il s’agit du seul bâtiment néo-palatial d’envergure dans lequel aucun dépôt de destruction MR IB n’a à ce jour été identifié, alors que le reste de la ville a subi de très importants dommages24.

  • 25 Un traitement « préférentiel » a par exemple été réservé à la grande demeure bâtie sur le haut de (...)
  • 26 L’extraordinaire statuette chryséléphantine de Palaikastro, découverte en fragments devant l’entré (...)

12Le tableau dressé par ces destructions cadre mal avec un scénario de dévastations uniformes et générales (Driessen et Macdonald 1997 : 108-109). Il semble dans plusieurs cas que ce sont des structures spécifiques, revêtant une fonction officielle ou des signes d’autorité ou de richesse, qui ont été spécialement visées, alors que d’autres bâtiments environnants, de nature domestique ou artisanale, sont épargnés. Il est très vraisemblable que cet horizon de destructions, parfois très violentes, soit le résultat d’actions humaines planifiées, dont les cibles sont spécifiques et significatives25. De plus, certains agissements de la population crétoise au cours de la période qui précède ces événements et mis en évidence par les fouilles archéologiques laissent penser que les Crétois sont conscients d’un danger plus ou moins imminent et qu’il est de nature humaine. Cela devient flagrant lorsque l’on découvre des « trésors » de matières premières et objets de valeur, comme les lingots en cuivre ou les vases en bronze enfouis sous terre dans les habitats de Gournia (Boyd Hawes 1908 : 22), Mochlos (Seager 1909 : 286) ou Knossos (Par exemple dans la Maison Sud [South House] : Evans 1928 : 341, 387, 629, 630, fig. 393 ; Hood 1985 : 177). La restriction de certains accès aux bâtiments et la construction d’enclos, la mise à l’abri des stocks alimentaires et la protection des réserves en eau, le nombre élevé de maisons vides, sans doute dépouillées de leurs biens par les occupants eux-mêmes avant de prendre la fuite, vont également dans ce sens (Driessen et Macdonald 1997 : 108). Enfin, la destruction brutale et intentionnelle d’objets précieux qui revêtaient très certainement une haute valeur symbolique pour les Crétois de l’époque des Second Palais conforte encore la thèse d’une initiative humaine, désireuse de frapper de plein fouet les emblèmes d’autorité d’une catégorie particulière de la société ou d’une élite26.

  • 27 J. Driessen émet un doute quant à la validité historique d’une conquête mycénienne de grande ample (...)

13La ou les raison(s) de cette vague de dévastations en Crète et dans les Cyclades demeure une question débattue, qui se répercute inévitablement sur n’importe quelle discussion concernant la reconstruction historique de la Crète aux MR II-IIIB, au lendemain de l’effondrement de la civilisation minoenne néo-palatiale. L’éruption du volcan de Santorin fut avancée dans un premier temps comme cause principale des destructions. Aujourd’hui, cette explication n’est plus valide pour des raisons chronologiques (Doumas 1978 et Doumas 1980 : spéc. 345). Trois explications ont depuis été retenues par différentes études : une catastrophe naturelle, tel un tremblement de terre, engendrant des incendies ; une invasion d’un ou plusieurs groupes en provenance de Grèce continentale ; la volonté d’une prise de pouvoir de la part de l’autorité mise en place à Knossos sur le reste de l’île. Il est peu vraisemblable qu’un tremblement de terre soit à lui seul responsable de telles dévastations, générales à l’ensemble de l’île mais épargnant curieusement le palais de Knossos (Hood 1985). La seconde hypothèse, celle de l’arrivée d’une force mycénienne qui envahit l’île, tout en ménageant largement Knossos dont elle prend le contrôle, est ardemment soutenue dans plusieurs études consacrées à l’histoire de la Crète après le MR IB (par exemple, Popham 1976 : spéc. 119). Elle s’appuie essentiellement sur le fait que certains traits, parfois totalement nouveaux, émergent dans la culture matérielle et les usages crétois dès le lendemain des catastrophes, au cours des MR II-IIIA1, qui sont comparables – mais non indiscutablement identiques – aux développements observés sur le continent, au sein de la civilisation mycénienne. Il s’agit de l’apparition des « tombes de guerriers », de l’importante diffusion d’armes et d’objets en bronze, de nouveaux standards dans la céramique et surtout du développement de l’écriture en Linéaire B qui transcrit une forme ancienne du grec. Ces éléments laissent entendre un changement marquant dans le fonctionnement de la société crétoise. L’interprétation de ces nouvelles pratiques est comprise à des degrés divers, tantôt comme les signes d’une colonisation active de la Crète – voire d’une réelle guerre de conquête – par des hauts responsables mycéniens (Hood 1973 : 152, Hood 1985 : 178)27, tantôt comme la preuve d’une présence mycénienne influente au sein du groupe dirigeant à Knossos et de la société crétoise (Popham, Catling et Catling 1974 : 252-257), tantôt, de manière beaucoup plus nuancée, comme une acculturation de la part des Crétois de coutumes mycéniennes, insufflée par les contacts entretenus de longue date avec le continent. A ce propos, il faut noter que les époques de l’Helladique Récent I-IIA/Minoen Récent IA et IB sont déjà celles d’échanges et d’émulations importantes entre les civilisations du continent et de la Crète, d’où la difficulté de différencier pertinemment les deux cultures à partir d’éléments matériels. Il importe de considérer ce phénomène bilatéral entre deux groupes – en concevant dans ce cas précis, tant une « mycénisation » qu’une « minoïsation » – qui tirent chacun avantage de paramètres neufs – en termes de technologies, de confort, de symbolisation ou de renforcement de pouvoir –, sans immédiatement conclure à une invasion, une colonisation ou, plus encore, une modification ethnique. La troisième hypothèse envisage une lutte intestine entre différents « états » crétois, pour des motifs politiques et/ou sociaux. Le fait que le palais de Knossos semble échapper aux destructions ciblées peut suggérer que ses occupants ont dominé le conflit puis prennent le contrôle des autres centres de l’île, détruits et affaiblis. Plusieurs spécialistes partisans de cette hypothèse distinguent par ailleurs l’arrivée en Crète d’un groupe issu de Grèce continentale, mais seulement à partir de l’époque post-palatiale, c’est-à-dire après l’effondrement de Knossos au MR IIIA2, chute dont ces Mycéniens sont les potentiels responsables. Ils basent leur raisonnement sur l’identification de caractères de nature mycénienne parmi les données archéologiques relatives aux phases MR IIIA2-IIIB, à l’instar des arguments avancés par les défenseurs de la seconde hypothèse, qui reconnaissaient ces traits mycéniens dans la culture matérielle crétoise dès le MR IB-II. Il est évident qu’une datation confinée à la phase MR IIIB pour les tablettes en Linéaire B trouvées à Knossos constitue le pivot de l’argumentation autour de laquelle s’articule cette troisième hypothèse. Le premier à développer ces arguments est le chercheur danois Erik Hallager (Hallager E. 1977, Hallager E. 1978, Hallager E. 1987, Hallager E. 1988a, Hallager E. 1988b, Hallager 1997 : 185. A sa suite : Niemeier 1982, Niemeier 1983, Niemeier 1985 ; Godart et Tzedakis 1992 : 332-333 ; Kilian-Dirlmeier 1985 ; Catling 1989 ; La Rosa 1997 : 264 ; Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki 1997 : 148-151, 193).

14Au terme de leur étude spécifique de la civilisation crétoise aux lendemains de l’éruption de Santorin, J. Driessen et C. Macdonald ont défendu l’idée d’une combinaison de ces deux dernières hypothèses pour expliquer les événements de la fin du MR IB (Driessen et Macdonald 1997 : spéc. 109, Driessen et Macdonald 2000). Ces auteurs supposent, dans un premier temps, un conflit interne qui met fin au système « polypalatial » traditionnel. Ce conflit fait écho à une période de troubles engendrés par l’éruption du volcan de Santorin, ressentis essentiellement au point de vue économique, mais dont des répercussions importantes ont pu avoir lieu dans les sphères sociale, idéologique et politique. Le scénario le plus plausible, selon ces deux chercheurs, est que les difficultés causées par cette catastrophe naturelle au sein de la production et de la distribution des denrées de subsistance ont probablement affaibli le système économique et sociopolitique fortement centralisé qui prévalait au MR IA. Ce dernier laisse place, au MR IB, à une fragmentation du paysage politique qui provoque une atmosphère de compétition entre élites luttant pour le pouvoir, à une échelle davantage régionale. Autrement dit, les destructions de la fin du MR IB ne correspondraient pas à un effondrement soudain de la société, mais des signes précurseurs sont détectables durant les décennies antérieures. Dans un second temps, un groupe de Mycéniens arrivé du continent, ou déjà établi depuis un temps en Crète, pourrait avoir pris, à partir de Knossos, le contrôle de l’île pour la pacifier. Dans ce sens, C. Macdonald a appuyé l’hypothèse d’un mariage dynastique intervenu entre un individu de l’élite knossienne, ancienne ou nouvelle, et un individu issu d’un groupe mycénien, peut-être déchu, qui s’intègre dans la société knossienne au plus haut niveau. Par extension, ceci permettrait d’expliquer au moins en partie les nouvelles pratiques et certains changements fondamentaux observés à Knossos à partir du MR II, comme l’introduction de la langue grecque dans le système administratif (Macdonald 2005 : 197 ; voir déjà Popham, Catling et Catling 1974 : 256 ; Farnoux et Driessen 1997 : 5). Un dernier angle d’approche – que l’on ne fera qu’évoquer pour le moment – suggère que les transformations importantes qui se mettent en place dès le MR II en Crète et qui orientent la société au cours des phases suivantes ne sont pas tant le fait d’un groupe mycénien qui profite de la situation chaotique pour prendre le contrôle de l’île à partir de Knossos, mais le résultat d’un processus indigène. Celui-ci s’enracinerait dans le passé minoen et la situation trouble qui précède les événements dévastateurs du MR IB et il n’est pas exclu que les individus qui ont provoqué ces changements parfois profonds soient les mêmes que ceux qui ont galvanisé les mouvements humains responsables des destructions (cette approche sous-tend en substance les études de Driessen 1998-1999 ; Driessen et Schoep 1999 ; Preston 1999 ; Preston 2004a ; Preston 2004c ; Driessen et Langohr 2007).

15Cette récapitulation des causes potentielles avancées pour expliquer l’effondrement des palais, des sites et de la société néo-palatiale à la fin du MR IB permet déjà d’illustrer la complexité de la reconstitution archéologique de l’histoire de l’île aux MR II-IIIB. Aujourd’hui, si on ne parle plus réellement d’une invasion et d’une occupation mycéniennes majeures et générales à toute l’île pour cette période, la présence d’une population originaire du continent n’est pas contestable. Les discussions relatives à l’arrivée de Mycéniens en Crète sont innombrables. Suite à ce qui vient d’être évoqué, un nœud central du problème – controversé depuis plus d’un demi siècle et qui peut paraître inextricable au vu de la bibliographie abondante le concernant – a longtemps été de situer dans le temps l’arrivée de Mycéniens en Crète : dès le MR IB/MR II ou seulement à partir du MR IIIA2 ? Comme relaté dans l’introduction, le débat qui émane de cette question s’est souvent concentré sur la datation de la destruction du palais de Knossos et donc des tablettes en Linéaire B qui s’y trouvaient et que le feu a cuites. En outre, les études à ce sujet doivent être élargies à la question de l’intégration de l’île crétoise à ce que l’on a souvent appelé la koinè égéenne de la fin de l’Âge du Bronze, autrement dit le partage assez évident d’une culture matérielle plutôt homogène entre les différentes populations qui vivent en bordure de ce bassin maritime et lieu d’échanges. Par conséquent, il est nécessaire de proposer une synthèse des nombreuses discussions, hypothèses de recherche et travaux qui ont égrainé cette controverse sur l’identification et la datation d’un pouvoir mycénien en Crète. Ces études mènent plus largement à l’analyse des transformations de la société crétoise durant les époques des MR II-IIIB et du phénomène évident d’acculturation qui a pris place. La progression, ces dernières années, des fouilles et des études archéologiques qui concernent la « Crète mycénienne » alimente considérablement le débat. Les chapitre et section suivants tentent, d’une part, de fournir cette synthèse historiographique (3. La chute de Knossos, les tablettes en Linéaire B et l’arrivée des Mycéniens en Crète : une controverse de plus d’un demi-siècle) et, d’autre part, de proposer une analyse de cette période critique de l’histoire de l’île qui se base sur une présentation archéologique des différentes régions de Crète, ajustée aux études concernées les plus récentes (III. La Crète aux Minoen Récent II-IIIB : analyse régionale).

3. La chute de Knossos, les tablettes en Linéaire B et l’arrivée des Mycéniens en Crète : une controverse de plus d’un demi siècle

[…] it has recently become clear that the many existing problems related to the architectural phasing, the ceramic chronology and the functional analysis of the complex [at Knossos] on the one hand, the find-places of the tablets, the scribal and archival organisation on the other hand, are too elaborated to be tackled in a single comprehensive survey (Driessen 2000 : 12).

3.1. Introduction

  • 28 En 1990 et 1992, l’équipe scientifique gréco-suédoise qui fouille à La Canée, en Crète occidentale (...)
  • 29 « A thousand-year-long occupation with a continuous series of architectural modifications together (...)
  • 30 Dans ce sens, H. W. Haskell a soutenu que « […] the stratigraphic evidence at Knossos is so hopele (...)

16Le déchiffrement du Linéaire B par M. Ventris et J. Chadwick au début des années 1950 a permis de déterminer que la langue transcrite par les syllabogrammes – en partie empruntés à l’ancienne écriture crétoise en Linéaire A, en partie des innovations – gravés sur les tablettes en argile retrouvées dans le palais de Knossos est une forme archaïque de grec (Ventris et Chadwick 1953). Cette découverte suggère dès lors la présence d’une population de Grèce continentale en Crète, ou tout du moins à Knossos28, voire d’un pouvoir originaire du continent qui s’impose à la population minoenne, à la ou les phases chronologiques auxquelles correspondent ces tablettes. La complexité de la stratigraphie knossienne et le caractère labyrinthique de l’architecture du palais de Knossos29 ont toujours été les obstacles majeurs à tout archéologue entreprenant d’identifier la datation de la destruction finale qu’a connue le palais au cours des MR II-IIIB, destruction qui, accompagnée d’un incendie, a cuit les tablettes qui reflètent les activités économiques et administratives hautement organisées dont une large partie de l’île faisait l’objet. Pendant plus d’un demi siècle, les chercheurs se sont attachés à démontrer la datation de la destruction majeure supposée du palais, afin de définir à partir de quand – sur la base bien entendu dans ce cas précis d’un terminus ante quem – on peut parler de « Crète mycénienne ». S’efforçant cependant de pallier l’impasse du contexte archéologique knossien, un enjeu majeur de ces nombreuses études a souvent été « d’établir à partir des données archéologiques [disponibles en Crète hors de Knossos et relatives à cette période] la présence ou l’absence des Mycéniens » (Driessen 1991 : 25)30. Cette démarche, on l’a déjà souligné, peut toutefois s’avérer dangereuse dans toute tentative de reconstruction des affiliations culturelles et ethniques d’un peuple au cours de son histoire. Néanmoins, au fil du temps, ces études ont non seulement profité de la progression des découvertes et de la recherche archéologiques relatives à la fin de l’Âge du Bronze en Crète, mais ont également évolué en se confrontant les unes au autres.

17La synthèse historiographique proposée ici récapitule et critique les hypothèses de travail et résultats des différentes études qui concernent les trois sujets cités dans le titre de ce chapitre, avec comme pivot central, la double constatation – forgée par ces mêmes études – que :

  1. il y a eu, en fait, plusieurs destructions dans le palais de Knossos au cours des MR II-IIIB, susceptibles d’avoir cuit les tablettes ;
  2. les caractéristiques jugées d’origine et d’influence mycéniennes que nous donne à voir l’archéologie crétoise ne se bornent pas de manière évidente à une phase chronologique précise, mais sont repérables à travers chacune des phases MR II-IIIB.

3.2. Synthèse historiographique d’une controverse archéologique de plus de cinquante ans

Few Bronze Age topics have generated so many articles and books over the last 40 years as has the thorny debate over the date of Greek Knossos (Haskell 1997b : 101).

3.2.1. Le nœud de la controverse : deux datations extrêmes

  • 31 A. Furumark soutient que « some of the vases found in and near the Palace are distinctly later in (...)

18En 1900, A. Evans n’est pas le premier à fouiller le palais de Knossos. Vingt ans avant lui, M. Kalokairinos avait, assez peu scrupuleusement, dégagé les premières ruines de ce gigantesque bâtiment de l’Âge du Bronze (Driessen 1990 : 14-46). Par la suite, cinq campagnes de fouilles suffisent à A. Evans et son directeur de chantier, D. Mackenzie, à la tête d’une équipe considérable d’ouvriers, pour mettre au jour toute l’étendue du palais. Selon A. Evans, la destruction du palais de Knossos, et donc la cuisson des archives qu’il abritait, date de la phase MR II, datation donnée par de la céramique très reconnaissable dite du « Style du Palais », qui caractérise nettement cette phase céramique à Knossos et qui se manifeste dans de nombreux dépôts de destruction dégagés des ruines du complexe (Evans 1906a : 10, Evans 1935 : 297s.). A. Evans remarque par ailleurs que la disparition du palais ne met pas un terme à la civilisation minoenne, ni même ne provoque une rupture dans les productions artistiques à Knossos. Il souligne la continuité culturelle et ne voit aucunement l’inclusion d’éléments étrangers à cette époque, notamment originaires de Grèce continentale (Evans 1935 : 356-358). Le fouilleur concède encore que le palais lui-même n’est pas définitivement abandonné et reconnaît entre autres une réoccupation éparse due à des squatteurs au MR IIIB, qui exerçaient notamment une activité cultuelle au sein du Sanctuaire aux Doubles Haches (Double Axes Sanctuary), dans la partie sud de l’Aile Est du palais. Au début des années 1940, A. Furumark vient le premier bousculer les thèses d’A. Evans, dans ses analyse et classification approfondies de la céramique mycénienne, lorsqu’il souligne le caractère plus tardif de certains tessons figés dans les couches de destructions du palais de Knossos et publiés par A. Evans, à savoir de la céramique caractéristique de la phase MR IIIA1 (Furumark 1941 : 83-85, 104)31.

  • 32 M. R. Popham (Popham 1991) avait contesté cette datation et situait la destruction du palais de Py (...)
  • 33 J. Driessen a au contraire défendu l’idée qu’il s’agissait d’un système administrative stéréotypé, (...)
  • 34 L. R. Palmer a publié une étude sur les tablettes en Linéaire B de Knossos en collaboration avec J (...)
  • 35 Par la suite, L. R. Palmer a fortement contesté les travaux de M. R. Popham, notamment en se basan (...)

19En 1952, la découverte de M. Ventris et J. Chadwick oriente inexorablement les recherches sur l’archéologie crétoise vers le continent helladique. Par ailleurs, la fouille du site de Pylos en Messénie apporte de nouveaux éléments qui vont fortement ébranler la thèse d’A. Evans sur la datation de la destruction finale du palais de Knossos, et donc des tablettes. En effet, C. W. Blegen, qui fouille et publie le « palais de Nestor », a mis au jour des tablettes en Linéaire B, dès 1939. Alors qu’il identifie plusieurs analogies évidentes entre ces tablettes et celles de Knossos, la datation des dépôts de destruction desquels celles-ci sont issues n’est ni MR II, ni MR IIIA1. C. W. Blegen date la catastrophe qui détruit le palais de Pylos du tout début de l’HR IIIC, vers 1200 av. J.-C. (Blegen et Rawson 1966 : 421)32. D’autres tablettes en Linéaire B sont découvertes à Mycènes et leur contexte de découverte correspond au dernier quart du 13e s. C. W. Blegen, et à sa suite A. J. B. Wace qui fouille à Mycènes (Wace 1979), initie la remise en question de la datation de la destruction du palais de Knossos, argumentant que l’absence, a priori, de modifications et développements épigraphiques entre ces tablettes de diverses provenances ne supportent pas l’idée d’une utilisation continue du Linéaire B pendant plus de deux siècles (Blegen 1958 : 62, 66)33. Plutôt, C. W. Blegen suggère une destruction du palais de Knossos à une période correspondant à l’HR IIIB, lorsqu’il était gouverné et administré par un dynaste originaire de Grèce continentale et contemporain des rois mycéniens de Mycènes, Pylos et Tirynthe (Blegen 1958). L. R. Palmer examine en profondeur les carnets de fouilles rédigés par A. Evans et D. Mackenzie et lui emboîte le pas. Il défend certes la date de la fin du MR IIIB pour l’effondrement du palais de Knossos mais tente de démontrer, en outre, que la datation de la construction du dernier palais de Knossos correspond également au MR IIIB (Palmer 1963, Palmer 1965 : 312-320, Palmer 1969)34. Ses travaux se heurteront surtout dans un premier temps aux études de fond et davantage systématiques de M. R. Popham et J. -P. Olivier qui traitent respectivement d’archéologie et d’épigraphie35.

3.2.2. À la fin des années 1960 : toutes les tablettes knossiennes sont datées du début du MR IIIA2

  • 36 Une partie du problème, qui ne peut être passée sous silence, est la certitude qu’une énorme quant (...)

20Parallèlement à l’examen des carnets de fouilles, M. R. Popham s’attaque à l’étude des centaines de caissons de tessons récupérés des fouilles du palais d’A. Evans et qui ont été conservés36. Il est instructif de pointer ici les lignes de faîte évolutives de ses nombreux travaux sur la question (Popham 1964, Popham 1966a, Popham 1966b, Popham 1970b, Popham 1976, Popham 1979a, Popham 1980, Popham 1988, Popham 1997). Lorsque débutent les études de M. R. Popham, qui s’attache à donner une meilleure définition de la poterie produite et utilisée à Knossos au moment de sa destruction, on parle encore assez uniformément de céramique MR III, sans beaucoup de distinction. Les résultats de son analyse des ensembles de Knossos – dont font partie les remarquables jarres dans le « Style du Palais » – suggèrent une datation du début du MR IIIA2, autour des années 1375 av. J.-C., pour les dépôts de destruction du palais, dont certains étaient associés à des tablettes en Linéaire B (Popham 1970b, Popham 1997 : 383, 385, pour quelques précisions sur la datation absolue). En effet, s’il remarque que la céramique de style MR IIIA1 est majoritaire au sein de ces dépôts, des caractéristiques plus tardives qui correspondent à la phase MR IIIA2 sont repérables (Popham 1970b : 85-88). Son étude lui permet également de proposer des distinctions morphologiques et stylistiques claires entre les productions de céramique MR IB, MR II et MR IIIA1 à Knossos, mais aussi au sein d’autres établissements crétois. Ceci lui permet d’affirmer, d’une part, que la destruction de Knossos n’est pas contemporaine des événements qui ont anéanti la plupart des sites crétois à la fin du MR IB et, d’autre part, que plusieurs de ces sites détruits sont réoccupés dès le MR II et donc bien avant la destruction majeure de Knossos qu’il propose. Par conséquent, le tableau, souvent dépeint jusque là, d’une vie florissante à Knossos au milieu d’une Crète dévastée et dépeuplée n’est plus valide. Au contraire, M. R. Popham souligne que l’identification de productions de poterie relatives à ces différentes phases sur le site de Knossos mais aussi sur les sites de La Canée, Malia, Phaistos ou Palaikastro et qui présentent de nombreuses similitudes suggère le partage d’influences artistiques entre ces sites, dont les standards sont essentiellement établis par Knossos, en tous les cas jusqu’au début du MR IIIA2 (Popham 1980). Ainsi, il identifie à l’époque vingt-quatre sites crétois occupés aux MR II et/ou MR IIIA1. Plus largement, M. R. Popham souligne en substance que cette uniformité remarquable, et peut-être sans précédents, de la poterie consommée sur les sites occupés aux MR II-MR IIIA1 peut révéler l’exercice d’un pouvoir fort et centralisé à Knossos sur une partie du territoire crétois.

21M. R. Popham entreprend également de répondre aux deux questions suivantes : un contingent mycénien contrôle-t-il Knossos après les destructions en Crète à la fin du MR IB ? Et qui/quoi est à l’origine de la chute de Knossos ? A la première question, se basant sur l’identification de vases d’influence mycénienne découverts dans les tombes de Katsambas et dans la Maison Inexplorée de Knossos (Unexplored Mansion), qui correspondent à une occupation au cours des phases MR II et MR IIIA1, M. R. Popham reconnaît un contrôle mycénien de Knossos immédiatement après ou juste avant les principales destructions MR IB en Crète (Popham 1976 : 119). A la seconde question, il ne propose pas d’issue claire, mais invite davantage à s’interroger sur les causes de l’affaiblissement de la prospérité de la civilisation mycénienne qu’il reconnaît sur le continent – abandon de sites, diminution des riches offrandes funéraires, etc. –, simultanément à l’effondrement de Knossos qu’il situe au début du MR IIIA2 (Popham 1976 : 120-121).

  • 37 J.-P. Olivier ajoute : « […] pour autant que l’on ne soupçonne pas qu’un même dépôt puisse conteni (...)

22Conjointement aux efforts de M. R. Popham, J. - P. Olivier analyse les styles graphiques des tablettes du palais de Knossos, ce qui lui permet de repérer les tablettes inscrites par un même scribe mais qui proviennent de deux ou plusieurs dépôts distincts (Olivier 1967). Palliant par son étude paléographique les insuffisances et faiblesses de certaines données stratigraphiques dans le palais, il conclut que la majorité des tablettes appartiennent à une même couche de destruction et établit dès lors « l’unité des archives », « ou plus modestement la contemporanéité de divers dépôts » (Olivier 1967 : 110s.)37. Toutes les tablettes en Linéaire B du palais de Knossos sont, suite aux résultats des travaux menés par ces deux spécialistes, datées du début du MR IIIA2.

23Adhérant à ces conclusions, M. Doxey insiste sur l’intérêt de replacer l’effondrement de Knossos situé aux alentours de 1375 av. J.-C. dans le cadre élargi du contexte historique contemporain de l’Egée (Doxey 1987). Identifiant une série de destructions violentes relatives au premier quart du 14e s. av. J.-C. sur d’autres sites de Crète, de Grèce continentale, de l’Egée, de Chypre et d’Anatolie, elle suggère que cet événement knossien primordial pourrait participer à un vaste conflit entre différents centres de contrôle mycénien. Elle ajoute que l’origine de ce conflit pourrait partiellement être liée à la compétition pour le contrôle du commerce de matières premières essentielles, comme l’approvisionnement en métaux. L’époque de l’HR/MR IIIA2 qui lui succède correspond, selon M. Doxey, à la réelle expansion des contacts mycéniens avec la Méditerranée orientale et à l’établissement progressif de la koinè culturelle mycénienne, sous la conduite de la région la plus puissante, victorieuse du conflit susmentionné : l’Argolide. Aucun pouvoir mycénien n’aurait alors cherché à se réinstaller à Knossos ou ailleurs en Crète, préoccupé par le maintien de leur contrôle sur les différents centres du continent et de l’Egée. En Crète, après la chute de Knossos, M. Doxey suppose le développement de systèmes régionaux, indépendants, parallèlement à la continuation de certaines pratiques mycéniennes dues à l’assimilation au sein de la population crétoise des descendants des occupants mycéniens. Elle entrevoit par ailleurs la phase MR IIIB comme celle d’une reprise du commerce extérieur de la Crète.

  • 38 M. S. F. Hood s’est notamment penché sur les travaux de L. R. Palmer qui a analysé les carnets de (...)
  • 39 J. Raison a entrepris de republier le palais du second millénaire de Knossos, secteur par secteur, (...)

24Enfin, il faut mentionner plusieurs travaux de S. Hood (Hood 1961, Hood 1965a, Hood 1966, Hood 1967, Hood 1968, Hood 1971 : 149-150)38, ainsi que ceux de J. Raison (Raison 1978 : spéc. 212)39 et C. Hawke Smith (Hawke Smith 1975) qui ont tenté dans leurs études archéologiques et épigraphiques respectives de situer la destruction du palais dans la fourchette chronologique qui s’étend entre les deux extrêmes que sont le MR II et le MR IIIB.

3.2.3. Les travaux d’E. Hallager et ses adeptes

  • 40 Certaines photographies de l’époque permettent de voir les amoncellements énormes de tessons jetés (...)

25L’acceptation par une majorité de spécialistes de l’archéologie égéenne de cette date du début du MR IIIA2 et l’apaisement relatif de la controverse qui en découle ne durent pas. En 1977, les travaux de E. Hallager remettent en question la datation de la destruction majeure du palais de Knossos autour de 1375 av. J.-C. et la situent à la fin du MR IIIB, à la fin du 13e s. av. J.-C. (Hallager E. 1977, Hallager E. 1978). Ce chercheur ne discute pas tant, à la manière de L. R. Palmer, la datation haute donnée à la poterie issue du palais et publiée par A. Evans et M. R. Popham, mais met plutôt fermement en doute l’intégrité de l’ensemble céramique concerné dont disposent les archéologues. En effet, la sélection faite lors des fouilles d’A. Evans est drastique, la céramique non décorée est – à quelques exceptions près – intégralement jetée, certainement considérée comme non diagnostique et donc non datable40. Sur cette constatation de fait, il développe deux arguments archéologiques principaux qui suggèrent de reconnaître, au cours du MR IIIB, une activité réelle au sein du palais de Knossos, de nature essentiellement administrative. Il se penche principalement sur le matériel céramique qui provient de l’Aile Ouest du palais, un endroit relativement peu perturbé et défini par A. Evans et D. Mackenzie comme manifestant les traces les plus claires de la destruction majeure de l’édifice.

  • 41 Les bouchages sont en effet parfois nombreux, suggérant que le restaurateur disposait d’assez peu (...)
  • 42 Il en répertorie quatre pour toute la zone du palais ; ils sont marqués d’une croix sur le plan pu (...)
  • 43 Il parle de tessons jointifs trouvés à des distances allant de 10 à 125m.

26Premièrement, E. Hallager souligne le caractère très restauré des jarres dans le « Style du Palais » recomposées par A. Evans (Hallager E. 1977 : 51-52, 89)41, la faible quantité de vases MR II-MR IIIA retrouvés complets (Hallager E. 1977 : 89)42 et les distances importantes qui séparent les lieux de découvertes de tessons appartenant à un seul et même vase (Hallager E. 1977 : 80)43. Selon lui, le petit nombre de vases entiers parmi ces ensembles de céramique MR II-IIIA ne permet pas de les associer à une destruction à laquelle ils auraient été susceptibles de donner un terminus post quem (celui de la destruction finale du palais, comme le suggérait M. R. Popham), mais aussi, le large éparpillement des vases ne peut être le reflet que d’une activité humaine. Ainsi, la quantité importante de poterie fine décorée datée du MR II et début du MR IIIA découverte dans l’édifice est contemporaine selon lui de l’avant-dernière phase d’occupation du palais de Knossos, qui connaît une destruction intermédiaire au début du MR IIIA (Hallager E. 1977 : 76-78, 86-87). Ces tessons seraient devenus par la suite du matériel de récupération qui a été utilisé dans les blocages des murs et remblaiements des sols lors de la reconstruction du palais après cette destruction du MR IIIA (Hallager E. 1977 : 75s.). Cette entreprise de reconstruction serait l’agent responsable de la dispersion étendue des tessons (Hallager E. 1977 : 80). Cette nouvelle et dernière phase de l’édifice est celle d’un changement radical de sa fonction et de ses occupants : le palais est le centre d’une activité administrative intense, instituée et exécutée par des officiers originaires de Grèce continentale (Hallager E. 1977 : 81).

  • 44 Conservées dans sa maison privée, de nombreuses poteries découvertes par M. Kalokairinos à Knossos (...)
  • 45 Certains de ces vases ont cependant été reliés par la suite à la phase MR IIIA2 par P. Warren, ce (...)
  • 46 E. Hallager souligne encore que les types des vases découverts entiers lors des fouilles de M. Kal (...)

27Deuxièmement, E. Hallager s’intéresse aux fouilles de M. Kalokairinos. Ce dernier a fouillé dans le secteur ouest du palais, vingt ans avant A. Evans. Il n’a rien publié et une grande partie de la poterie qui en a été dégagée est aujourd’hui perdue44. Cependant, le Français B. Haussoullier et l’Allemand E. Fabricius ont visité le site du palais de Knossos peu après les sondages réalisés par M. Kalokairinos et, avant qu’elle ne soit perdue, ont publié de la céramique, dont plusieurs vases entiers (Haussoullier 1880 ; Fabricius 1886 ; consulter aussi Evans 1899-1900 : 4, n. 1 et Hallager E. 1977 : 81-86). Certains des quelques rares vases illustrés correspondent à la phase MR IIIB ((Popham 1979a : 202). Néanmoins, sur la base des seules descriptions données par ces auteurs, E. Hallager identifie d’autres poteries pouvant appartenir à cette phase. Ainsi, dans la mesure où de la poterie MR IIIB a été reconnue par M. R. Popham lui-même dans l’Aile Est du palais, notamment des vases à étriers dans le Mégaron de la Reine (Popham 1970b : 28-30, n. 27, fig. 17 : 1-16, pl. 12d-e, 28e), la présence potentielle d’une telle poterie dans l’Aile Ouest vient confirmer, selon E. Hallager, une occupation et une destruction MR IIIB du bâtiment (Hallager E. 1977 : 81, 89, fig. 62)45. Se fondant sur les descriptions d’E. Fabricius, il situe les fouilles de M. Kalokairinos exclusivement dans l’Aile Ouest, dans un rectangle au nord des Propylées Sud, entre la Cour Ouest et la Cour Centrale et les premier et quatorzième magasins (Hallager E. 1977 : 82, n. 104). Il insinue par ailleurs que la majorité de la poterie MR IIIB qui relevait de cette destruction n’existe plus aujourd’hui, puisque il s’agit de la céramique non ou sommairement décorée qui a été jetée lors des fouilles d’A. Evans (Hallager E. 1977 : 90). Aussi, l’absence, dans l’Aile Ouest, de céramique fine décorée attribuable à cette période soutient, toujours selon E. Hallager, une autre de ses conclusions, à savoir que cette aire du palais était désormais destinée à des tâches administratives et au stockage, et non plus à des activités cultuelles et/ou de réception (Hallager E. 1977 : 85, 87)46.

28Enfin, au sujet de la destruction proprement dite du palais au MR IIIB, E. Hallager argumente l’existence de traces claires de destruction par incendie, à travers tout le palais (Hallager E. 1977 : 91-93). En ce qui concerne la datation plus précise de cet événement au cours du 13e s., l’archéologue reste prudent et ne parle que de seconde moitié du 13e s. (Hallager E. 1977 : 93)

29Les deux arguments développés en profondeur par ce chercheur danois ont été ardemment critiqués par M. R. Popham. En ce qui concerne la nature très fragmentaire des jarres dans le « Style du Palais » trouvées par A. Evans dans l’Aile Ouest et l’important éparpillement des tessons, M. R. Popham défend l’idée que leur position originale à l’étage supérieur du bâtiment et l’étroitesse des magasins du rez-de-chaussée suffisent à expliquer l’éparpillement des fragments d’un même vase lors de la destruction violente du palais (Popham 1979a : 202-203). En ce qui concerne les fouilles de M. Kalokairinos, M. R. Popham met en doute leur seule localisation au sein des Magasins Ouest. Tout d’abord, la découverte par A. Evans d’un nombre important de contextes non perturbés dans cette zone affaiblit cette affirmation. Ensuite, M. R. Popham remarque que si A. Evans, à l’instar de M. Kalokairinos, a trouvé des pithos et des fragments de jarres dans le « Style du Palais » dans les Magasins Ouest, les vases complets MR IIIB que A. Evans a mis au jour dans le palais proviennent des Soubassements de la Terrasse Sud (South Terrace Basements), zone qu’il rattachait à la réoccupation des « squatteurs » du palais (Popham 1979a : 203). M. R. Popham signale encore que cette zone sud avait certainement été considérablement dégagée avant qu’A. Evans n’y fouille, comme l’avait noté D. Mackenzie, et que dès lors, il n’était pas impossible que M. Kalokairinos ait également fouillé à cet endroit (Popham 1979a : 203 contra Aström, Palmer et Pomerance 1984 : 86-87, 110). J. Driessen confirme cette observation en attirant l’attention sur les croquis de W. J. Stillman et L. Mariani qui ont visité les fouilles de M. Kalokairinos et les ont précisément situées et dans l’Aile Ouest, et dans le quartier méridional (Driessen 1991 : 30, n. 2, faisant référence au croquis dans Palmer et Boardman 1963 : pl. I). En clair, la méconnaissance quant au contexte archéologique précis des vases MR IIIB trouvés par M. Kalokairinos et le fait que la fouille des Magasins Ouest par A. Evans n’a apparemment fourni aucun vase complet MR IIIB comparable conduisent M. R. Popham à douter fortement des arguments d’E. Hallager (Popham 1997 : 377). En outre, lorsque E. Hallager suppose que la majorité de la céramique MR IIIB a été jetée, J. Driessen souligne que A. Evans et D. Mackenzie n’ont jamais jeté de vases entiers et que, dès lors, le nombre de vases entiers MR IIIB répertoriés à travers tout le palais est trop faible pour conclure à autre chose qu’une « réoccupation partielle des ruines au Minoen Récent IIIB » (Driessen 1991 : 30).

  • 47 Contra Driessen 2000 : 219, n. 9 qui s’oppose à cette vue et souligne que les signes de destructio (...)
  • 48 Sur ce point encore, E. Hallager souligne que cette nouvelle pratique mortuaire n’oblige en aucun (...)

30Enfin, E. Hallager soutient que l’examen des inscriptions en Linéaire B sur les vases à étrier du MR IIIB découverts en Crète ou sur le continent étaie sa reconstruction de l’histoire de la Crète. Certaines de ces inscriptions mettent en évidence la référence à un wanax. E. Hallager ne doute pas du fait que ce wanax est un roi mycénien, gouvernant au moins une partie de la Crète et à la tête d’une administration centralisée dont le siège est le palais de Knossos, au cours des phases MR IIIA2-IIIB. Cette période constitue, selon E. Hallager, la réelle période mycénienne de l’île et rejette l’idée d’une organisation de l’île de Crète, au MR IIIB, divisée en petites « cités-états » minoennes indépendantes (Hallager E. 1978 : 21-23, Hallager E. 1987). En ce qui concerne l’époque précédente MR II-début IIIA (ce qu’il appelle « the Intermediate Period »), son analyse des contextes archéologiques qui y correspondent – notamment les caractéristiques de la production de poterie et la persistance hypothétique d’une administration en Linéaire A – conduit ce chercheur à considérer la culture et le fonctionnement de la société dans la continuité des pratiques minoennes, sans manifestation aucune d’un changement d’ordre ethnique (Hallager E. 1978 : 30-32). Autrement dit, il ne perçoit pas du tout une agression violente originaire du continent comme l’explication des dévastations qui ont lieu en Crète à la fin du MR IB – qui se solderaient immédiatement par l’installation d’un pouvoir mycénien à Knossos –, mais conçoit l’imposition autoritaire du ou des gouvernant (s) minoens de Knossos aux autres régions de la Crète auxquelles celui-ci ou ceux-ci aurai (en) t infligé la défaite au terme de conflits et rébellions (Hallager E. 1983b : 16-17)47. E. Hallager admet cependant que le phénomène des « tombes de guerriers » établies dans les environs de Knossos dès le MR II, et déjà à l’époque néo-palatiale à Poros, est un élément qui peut aller à l’encontre de cette lecture48. Toutefois, sa reconstruction historique des développements de Knossos et de la Crète à la période du Bronze Récent reste tranchée :

In the Minoan Period, there was a constantly growing centralization […] under the rulers of Knossos – a period which was ended by the suppression of rebellion and the destructions all over the island, perhaps brought about with the aid of some Mycenaeans. In the Intermediate period [MR II-début IIIA] the island was completely centralized under the rulers of Knossos who were presumably still Minoans using the Linear script A. The wealth of the island was thus concentrated around the Palace at Knossos, which was finally conquered by its mighty neighbour to the North the Mycenaeans. During the last era of Bronze Age Crete, the island was, as in the previous period, centralized and ruled from Knossos, but this time under Mycenaean rulers (Hallager E. 1978 : 33).

  • 49 W.-D. Niemeier (Niemeier 1983) critique l’interprétation selon laquelle la poterie caractéristique (...)

31Les hypothèses d’E. Hallager reçoivent le soutien d’autres travaux, en particulier ceux de W.-D. Niemeier (Niemeier 1982, Niemeier 1983, Niemeier 1985). Ce dernier contre-argumente à son tour les critiques que M. R. Popham a développées à la suite des conclusions d’E. Hallager exposées plus haut (Niemeier 1983 : 220, n. 40). W.-D. Niemeier soutient que toutes les tablettes en Linéaire B du palais de Knossos datent du MR IIIB, notamment dans son étude des logogrammes qui y figurent (Niemeier 1982 : 257-268). Parallèlement à la datation basse des tablettes, son analyse des données archéologiques correspondant aux MR II-début MR IIIA rejette l’hypothèse d’une conquête mycénienne de la Crète dès la moitié du 15e s., à la fin du MR IB. En effet, selon lui, l’apparition des « tombes de guerriers » et de nouvelles formes et styles de poterie reflète le nouvel environnement culturel égéen auquel la Crète participe49. W.-D. Niemeier – qui reçoit le soutien des travaux de S. Hiller (Hiller 1995) – interprète les destructions de la fin du MR IB comme le résultat de conflits internes, matés par le pouvoir établi à Knossos qui prend la tête de l’île (Niemeier 1985 : 217-231). Dans le sillage de l’étude d’E. Hallager, il ne voit une domination mycénienne véritable de la Crète qu’à partir du MR IIIB, avec la restauration du palais de Knossos qui devient le siège d’une autorité et d’une administration en Linéaire B menées par un contingent originaire du continent. Il reconnaît la mixité de caractères minoens et mycéniens au sein de la société crétoise du MR IIIB, mais défend l’idée d’une uniformité culturelle qui est le reflet d’une unité politique sous la gouvernance de Knossos (son argumentation est développée dans Niemeier 1982).

32La reconstruction historique soutenue par les travaux, complémentaires, d’E. Hallager et W.-D. Niemeier ne se distancie pas seulement de celle qui a été défendue dans les études précédentes, mais leurs réinterprétations des données archéologiques jettent véritablement une trouble au sein de la communauté scientifique attachée à la problématique de la « Crète mycénienne ». Cependant, leurs travaux ont favorisé la prise en compte croissante de la diversité des clés de lectures face au matériel archéologique disponible et qui renvoie aux pratiques et aux fonctionnements de la société crétoise des MR II-III. La controverse est loin d’être apaisée, mais les études consacrées à la « Crète mycénienne » bénéficient désormais de deux tendances croissantes : d’une part, la nuance importante apportée à l’équation entre archéologie et ethnicité – dangereusement ancrée jusque là dans certaines études archéologiques – et, d’autre part, l’intérêt multiplié pour des études délimitées et spécifiques, qui pallient les dangers de la généralisation hâtive menaçant toute reconstruction historique complexe. Ces études ciblées ont conduit à des résultats originaux et déterminants qui ont permis de réorienter la controverse. Celle de J. Driessen est l’une des plus significatives et a considérablement remis en question, par ailleurs, les conclusions auxquelles étaient parvenus E. Hallager et W.-D. Niemeier.

3.2.4. « Le palais de Knossos au MR II-III : combien de destructions ? »50

  • 50 Ce titre reprend celui de l’article de Driessen 1997.
  • 51 J. Driessen a par ailleurs proposé une archéologie de la tablette, c’est-à-dire les différentes ét (...)

33Lors sa communication au colloque consacré à la « Crète mycénienne » tenu en 1991, J. Driessen a défendu l’idée selon laquelle le palais de Knossos conservait des tablettes en nombre et en importance variés, cuites par plusieurs incendies destructeurs qui couvrent les phases céramologiques Minoen Récent II-IIIB. Il a tenté de démontrer que le problème de la chronologie des tablettes constitue tant un problème épigraphique qu’archéologique et que, dans certains cas, les tablettes elles-mêmes permettent de tirer des conclusions que l’archéologie et ses méthodes de datation ne peuvent pas garantir (Driessen 1997 : 111). Les travaux de J. Driessen ont permis de contester l’« unité des archives », postulat de base avancé par L. R. Palmer (Palmer 1963 : 110) et étayé par les travaux de J. -P. Olivier (Olivier 1967). Dès lors, l’opinion tenace selon laquelle il suffisait de parvenir à dater un seul des dépôts de tablettes de Knossos pour résoudre le problème (Niemeier 1982 : 253-254 ; Niemeier 1983 : 218 ; Niemeier 1985 : 171 ; Catling, Cherry, Jones et Killen 1980 : 103) n’est plus fondée51.

34Au terme de son étude approfondie du dépôt de tablettes en Linéaire B de la Pièce des Tablettes de Char (Room of the Chariot Tablets) située dans la zone sud-est de l’Aile Ouest du palais de Knossos, J. Driessen établit l’antériorité de cet ensemble par rapport aux autres dépôts découverts au sein de l’édifice. Il invalide l’affirmation d’une contemporanéité de toutes les tablettes de Knossos et développe ainsi l’idée de l’autonomie des grands dépôts (Driessen 1990, Driessen 1997, Driessen 2000). Afin d’étayer sa thèse, il démontre les atouts d’une approche interdisciplinaire de cet ensemble archéologique de la Pièce des Tablettes de Char, c’est-à-dire paléographique, épigraphique, pinacologique, linguistique et archéologique, tout en réexaminant lui aussi les carnets de fouilles d’A. Evans et D. Mackenzie (Driessen 1997).

35Du point de vue archéologique, J. Driessen relève que plusieurs destructions au cours des MR II-IIIB peuvent être identifiées à différents endroits de la ville de Knossos, mais aussi au sein du palais lui-même (Driessen 1997 : 120, 133-134, n. 28). Dès lors, on peut tout à fait concevoir l’existence d’une succession de dépôts de tablettes en différents lieux du palais, cuites par les incendies qui ont pu accompagner chacune de ces destructions et, ainsi, considérer des périodes distinctes de l’administration en Linéaire B dont témoigne le grand corpus des archives knossiennes. En premier lieu, au terme de son étude archéologique de l’architecture et de la poterie de la Pièce des Tablettes de Char, les résultats obtenus par J. Driessen l’encouragent à dater l’effondrement de cette zone du palais au cours du MR IIIA1, en ce comprises les tablettes qui étaient conservées à l’étage (Driessen 1990). Le contenu à caractère guerrier de ces tablettes correspond d’ailleurs bien à l’engouement contemporain pour l’univers belliqueux dont témoignent les « tombes de guerriers » édifiées autour de Knossos à cette époque. Un second ensemble majeur de tablettes à Knossos et qui correspond à un autre moment de l’administration en Linéaire B est celui de l’Entrée Nord. L’analyse des structures et du matériel archéologiques qui entourent ce dépôt mène J. Driessen à le lier à la phase MR IIIA2 (Driessen 1996 : 487, Driessen 1997 : 121). En effet, l’Entrée Nord est bloquée par un mur au cours de la phase MR IIIB, ce qui signifie un changement de la fonction de cette zone qui ne constitue plus un accès au palais. La découverte à cet endroit d’une quarantaine de vases doubles (sortes d’amphores accolées) liées à la phase MR IIIB suggère une pièce utilisée désormais pour le stockage (ces vases sont publiés dans Popham 1964 : 6-7, pl. 9c-e). J. Driessen soutient que le dépôt de tablettes provient certainement d’une pièce à l’étage dont l’activité administrative correspond le plus logiquement à une époque où cette zone était encore une entrée principale du palais, et donc à un contexte antérieur au MR IIIB, quand sa fonction change. Enfin, à la suite d’une analyse des traits d’union archéologiques possibles entre des objets de même nature découverts dans différentes zones du palais où on a trouvé des tablettes – ce qui a été appelé les cross-references, comme des fragments d’un même vase, d’un même scellé, etc. – et qui sont souvent mis en avant pour établir des synchronismes entre ces dépôts de tablettes, J. Driessen évalue les erreurs potentielles de tels traits d’union (Driessen 1997 : 120-125, n. 39, fig. 3-5, Driessen 2000 : 10), mais admet l’existence cependant de quelques « bons exemples », comme ceux « qui lient des dépôts dans l’Aile Est et la partie centrale de l’Aile Ouest et le palais et l’Arsenal » (Driessen 1997 : 125).

36Du point de vue épigraphique, ces traits d’union sont encore mieux attestés et plus plausibles. Il existe en effet, dans le palais, « […] des dépôts homogènes épigraphiquement, rassemblant la production d’un même scribe. Il arrive qu’on puisse attribuer à ce même scribe des tablettes trouvées dans d’autres dépôts » (Driessen 1997 : 125, fig. 6). Ces tablettes permettent d’établir une contemporanéité entre les deux dépôts ou plus.

37L’approche paléographique a été initiée par les travaux de J. -P. Olivier qui a souligné le style hétérogène de l’ensemble des tablettes, qui témoignent tantôt d’écritures « conservatrices et raffinées », tantôt d’écritures « tachygraphiques », caractérisées, à l’instar de ce qu’il se passe sur le continent helladique, par une économie de traits (Olivier 1967 : 135). L’analyse de ces différentes écritures a mené ce spécialiste à scinder les scribes du palais en trois catégories : les conservateurs, les intermédiaires et les styles avancés. Une carte de répartition de ces trois groupes à travers les différentes zones du palais a été tracée par J. Driessen (Driessen 1997 : 129-130, n. 47, fig. 9). Ce chercheur a tenté de jalonner le développement graduel de l’écriture en Linéaire B en Crète. Il identifie des traditions graphiques conservatrices – qui partagent même certaines formes du Linéaire A, comme en témoignent les tablettes de la Pièce des Tablettes de Char – puis souligne le développement et l’accroissement des stylisation et simplification des signes et logogrammes (Driessen 2000 : 101-157, spéc. 101, 109, 156, 157). Il insiste cependant sur le fait qu’il faudrait parvenir à démontrer que le style conservateur est chronologiquement antérieur au style simplifié ; une évolution chronologique n’est en effet pas nécessairement la cause de ces changements. J. Driessen discerne ainsi trois grands groupes paléographiques :

  1. les « conservateurs » dont le style d’écriture est surtout apparent dans le dépôt de la Pièce des Tablettes de Char (MR II-IIIA1), mais qu’il a également identifié au sein du corpus de Pylos, ce qui suggère des contacts étroits entre ce centre et Knossos au MR/HR IIIA, bien que des variations existent et nuancent cette observation ;
  2. les « progressistes » dont la tradition scripturale est avérée à Knossos mais aussi à La Canée, où les tablettes proviennent d’un contexte MR IIIB1 ;
  3. le style d’écriture propre aux tablettes découvertes dans les centres mycéniens du continent. Ce style, relativement homogène, distingue des deux premières traditions, même si J. Driessen reconnaît sa connexion très probable avec la seconde. Ces tablettes datent de l’HR IIIB1-2 (Driessen 2000 : spéc. 157).
  • 52 Il s’est également intéressé à une analyse linguistique des tablettes, que l’on ne relate pas ici (...)

38Enfin, en ce qui concerne l’analyse des procédures administratives, à partir de la répartition des tablettes dans le palais, ainsi que de leur contenu, J. Driessen a encore avancé différents éléments qui permettraient d’identifier des périodes chronologiques distinctes52. En particulier, il a émis l’hypothèse que la dispersion des tablettes à travers le bâtiment pourrait refléter, non pas uniquement une division des tâches administratives, mais peut-être aussi, les déménagements successifs – et donc chronologiquement distincts – de l’administration dans certaines zones du palais. Il étaie son hypothèse par l’analyse du contenu des tablettes : la répétition quasi identique de sujets et de procédures administratives par plusieurs scribes dans un ou plusieurs endroits pourrait être la trace de la même procédure accomplie par deux administrations qui se sont succédé dans le temps, plutôt que de deux procédures consécutives au profit d’une même administration (certaines de ces répétitions sont illustrées dans Driessen 1997 : 132-133). De plus, l’étude du contenu des tablettes de la Pièce des Tablettes de Char met en évidence la simplicité de la comptabilité qu’elles révèlent et suggère une administration centrée sur Knossos et de petite échelle, avec peu d’attention pour les régions externes (Driessen 2000 : 218). L’administration contemporaine donne le plus d’attention à l’élite et à sa fonction militaire à Knossos et à des individus porteurs de titres, présents dans d’autres régions de l’île. Cela souligne, selon J. Driessen, l’importance de cette classe pour le maintien et le développement du gouvernement en place à Knossos à cette époque, originaire du continent ou non. Par la suite, il semble qu’un contrôle et un système de taxation plus rigides aient été établis sur les régions centrales de l’île, comme le laisse voir l’étude du contenu de la grande majorité des tablettes de Knossos, en particulier celles de l’Entrée Nord, lié par J. Driessen à la phase MR IIIA2 (Driessen 2000 : 220, n. 13).

  • 53 S’il reconnaît la possibilité de dépôts de tablettes qui correspondent au début de la phase MR III (...)

39Les différents travaux de J. Driessen sur les tablettes du palais de Knossos permettent d’avancer deux points, qui répondent partiellement aux questions soulevées par la controverse archéologique ici résumée. D’une part, il a établi l’hétérogénéité et l’autonomie des dépôts de tablettes en Linéaire B du palais de Knossos et a énergiquement souligné l’importance d’une étude individuelle de chacun de ces dépôts. La définition des variations observées dans chacun des domaines étudiés – archéologique, paléographique, contenu, etc. – peut mener à la reconnaissance de phases chronologiques distinctes de l’histoire du palais. D’autre part, J. Driessen a suggéré, de manière préliminaire, cinq ou six unités épigraphiques qui pourraient correspondre à une succession diachronique, à mettre alors en parallèle avec les différentes destructions archéologiquement identifiées au sein de l’édifice, qui ont potentiellement cuit les différents dépôts (Driessen 1997 : 134, n. 56). La majorité des dépôts de tablettes dans le palais correspondraient à une catastrophe survenue au MR IIIA253. J. Driessen soutient que le palais de Knossos est alors durement frappé et pourrait avoir été forcé de décentraliser son pouvoir et son administration par l’installation des centres régionaux qui fonctionnent individuellement, ce que suggèrent par ailleurs les importants changements contemporains qu’affichent l’art et l’artisanat (Driessen 2000 : 10).

  • 54 Groupe A : les dépôts des Magasins Ouest, de la Galerie de la Fresque aux bijoux (Gallery of Jewel (...)
  • 55 R. J. Firth refuse l’hypothèse de M. R. Popham d’une forte explosion pour expliquer l’importante d (...)

40R. J. Firth, à la suite des travaux de J. Driessen, a entrepris le réexamen approfondi de tous les dépôts de tablettes en Linéaire B au sein du palais de Knossos (Firth 1996-1997, Firth 2000-2001 ; pour ses résultats : Firth 1996-1997 : spéc. 75, Firth 2000-2001 : spéc. 154-155, 188-191, 261-262, 268-281). Il supporte généralement les conclusions de J. Driessen et ce qu’elles sous-tendent, c’est-à-dire qu’une majorité des tablettes knossiennes sont contemporaines – si l’on en croit l’analyse des différents types de liens observés entre les différents dépôts –, mais que des exceptions existent, comme l’exemple majeur du dépôt de la Pièce des Tablettes de Char. Cependant, au terme de son étude, il distingue deux groupes de dépôts différents, un groupe A et un groupe B, pour lesquels il souligne les faibles liens, sans exclure toutefois leur possible contemporanéité54. Réévaluant lui aussi les vues conflictuelles initiées respectivement par M. R. Popham et E. Hallager sur la datation de la destruction du palais de Knossos et donc des tablettes, il s’efforce de donner une chronologie relative, et même absolue, à chacun de ces deux dépôts. Pour les tablettes du Groupe A, il conclut à un terminus post quem situé au début du MR IIIA2, adoptant essentiellement les arguments archéologiques d’E. Hallager (Firth 2000-2001 : 274-276)55. Pour les tablettes du groupe B, il conclut à une datation du MR IIIB (Firth 1996-1997 : 51-59). Dans ses dernières lignes, R. J. Firth ne soutient ni ne conteste la thèse d’une déflagration majeure qui détruit entièrement le palais de Knossos et préserve la majorité des tablettes en Linéaire B qu’il abritait alors, mais souligne la possibilité d’une persistance de l’activité scripturale et donc administrative dans un palais « en déclin » (Firth 2000-2001 : 281).

3.2.5. Les vases à étrier inscrits en Linéaire B

In any case, we are dealing with a phenomenon which postdates the LM IIIA2 early destruction at Knossos (Haskell 1989 : 92).

  • 56 Il s’agissait le plus probablement d’huile d’olive, naturelle ou parfumée (Bennett 1958 : 40-41, S (...)
  • 57 Dans son étude de cette catégorie de vases, H. Haskell souligne par ailleurs que les productions d (...)
  • 58 Un vase à étrier MR IIIB inscrit de caractères en Linéaire B (wi-na-jo) a été trouvé dans la Maiso (...)
  • 59 Des analyses pétrographiques récentes réalisées sur des vases à étrier de transport découverts à K (...)

41Les grands vases à étrier de transport peints de caractères en Linéaire B ont joué un rôle essentiel au sein du débat (contra Popham 1985). La production et la circulation à grande échelle des vases à étrier de transport, dont une majorité ne sont toutefois pas inscrits de caractères en Linéaire B, sont très probablement motivées par le contenu qu’ils transportaient56. Ils correspondent en grande partie à la première moitié du MR IIIB, mais ils sont déjà en fonction au MR IIIA2 et leur présence est attestée jusqu’à la fin du MR IIIB (Haskell 2005 : 208). Les analyses typologiques, chimiques et pétrographiques menées sur ces vases à étrier de transport tendent à conclure que leur production était essentiellement concentrée en Crète occidentale (Catling, Cherry, Jones et Killen 1980 ; Day et Jones 1991 ; Day et Haskell 1995 ; Haskell, Jones, Day, Catling et Killen [à paraître]). Ceci suggère que cette région dominait au moins en partie le commerce d’huile d’olive57. Cependant, des ateliers de production de vases à étrier de transport existaient également en Crète centrale. Une origine de Crète centrale-nord a été suggérée dans un premier temps pour la majorité des vases à étrier produits en Crète centrale, mais de plus récentes analyses soutiennent que cette production concerne également la Crète centrale-sud, peut-être même essentiellement. En effet, un groupe majoritaire de vases à étrier produits en Crète centrale présente une fabrique très similaire qui concerne 50 % des vases à étrier de transport, inscrits ou non, découverts sur le site de Knossos et dans le quartier Nu de Malia58. Cette fabrique présente des caractéristiques pétrographiques liées à la plaine de la Mesara et est par ailleurs comparable à la fabrique des amphores à ouverture ovale de l’époque néopalatiale caractéristique de cette région (Haskell 1997b : 102 ; Day 1997-1998 ; Day 1999)59.

42Ces vases étaient exportés depuis ces régions vers les sites crétois, mais aussi de manière conséquente vers des centres de Grèce continentale, particulièrement à Thèbes, Mycènes et Tirynthe (Haskell 1997b : 102). Certains de ceux qui étaient produits en Crète centrale atteignaient également la Méditerranée orientale, particulièrement l’île de Chypre (Haskell 2005 : 211s.).

  • 60 Si une datation MR IIIA2 pour les vases à étriers inscrits découverts à La Canée n’est en aucun po (...)

43Quelques-uns des vases à étrier inscrits de caractères en Linéaire B – et apparemment surtout ceux produits en Crète occidentale – portent l’adjectif wanaktero qui fait référence au wanax, traduit habituellement par « roi » ou « royal ». Si on ajoute que des fragments de tablettes en Linéaire B ont été découverts à La Canée – seul site avec Knossos à en avoir fourni – dans des contextes MR IIIB1, il semble qu’il existait ou subsistait dans cette région, au MR IIIB, une activité économique importante ainsi qu’un centre administratif organisé60.

  • 61 E. Hallager reconnaît cependant que « […] the evidence of the inscribed stirrup jars alone, howeve (...)

44Le phénomène des vases à étrier inscrits de caractères en Linéaire B a été assez largement utilisé dans les tentatives d’une reconstruction historique des contextes économique et politique de l’île aux MR IIIA2-IIIB, et aussi particulièrement en ce qui concerne la polémique de la datation des tablettes en Linéaire B de Knossos (voir cependant les nuances apportées par Haskell 1997b : 101, Haskell 2005 : 205, 209). En effet, les défenseurs de la datation basse de l’administration knossienne en Linéaire B soutiennent que ces vases à étrier inscrits étayent leur interprétation en ce que, selon eux, un tel système de production et d’exportation ne pouvait être géré que par un centre palatial mycénien de l’envergure de Knossos et que l’utilisation de ces vases était directement liée à la période des tablettes en Linéaire B du palais de Knossos (Palmer 1965 : 205-207 ; Palmer 1972 ; Niemeier 1982 : 224, n. 22, 275-279)61. Le fait que la toute grande majorité des vases à étrier inscrits, dont ceux qui portent la mention de « royal », sont produits par des ateliers de Crète occidentale peut constituer un obstacle à cette reconstruction, mais ces mêmes spécialistes appellent à ne pas exagérer le rôle de la Crète occidentale et de la ville de La Canée. Ils considèrent cette dernière comme un centre secondaire (« de second ordre » : Bennet 1985 : spéc. 240, 247-249), manifestement actif, mais qui opérait sous le contrôle général et l’administration du premier centre dominant, Knossos (Hallager 1987 : 190, Hallager 1988b : 123 contra Palaima 1984).

45T. G. Palaima a défendu l’hypothèse de l’existence d’industries productrices d’huile d’olive/vases à étrier de transport gérées régionalement aux MR IIIA2-IIIB, indépendamment d’un contrôle supérieur exercé par une administration centrale en Linéaire B à Knossos (Palaima 1984). Il apparaît que la reconnaissance d’une telle industrie ne peut être prise en compte, in extenso, comme un argument décisif dans la datation des tablettes en Linéaire B de Knossos. Dans ce sens, H. Haskell a soutenu que le wanax et plus généralement le palais de Knossos au temps de son administration en Linéaire B pourraient n’avoir eu que très peu d’intérêt et d’implication dans la production massive et l’exportation à grande échelle de produits tels que l’huile d’olive qui nécessitaient une exploitation régionale d’envergure (Haskell 1997b : 106-108). Cela étant, ce spécialiste conçoit, et d’autres auteurs avec lui, que si des centres régionaux comme La Canée peuvent avoir géré cette économie de manière semi-indépendante, aux MR IIIA2-IIIB, tout en étant étroitement contrôlés par Knossos et son wanax, ils peuvent tout autant avoir été eux-mêmes, chacun, des centres indépendants qui étaient gouvernés par leurs propres wanakes (Haskell 1983 ; Hallager 1987 ; Bennet 1990). Les travaux les plus récents sur la question répètent la même conclusion (Haskell 2005).

3.3. Analyse

Regardless of which destruction the tablets belong to, however, Mycenaeans could have arrived as early as LM II, immediately following the general LM IB destructions, or at any point thereafter into LM IIIB (Haskell 1989 : 101).

3.3.1. La chute de Knossos et les tablettes en Linéaire B

  • 62 P. Warren ajoute que M. R. Popham avait examiné un autre dépôt de destruction de l’Aile Est, celui (...)

46Dans la dernière décennie, aucune étude traitant de l’histoire de la Crète aux époques MR IB-MR IIIB n’a pu éluder la controverse exposée jusqu’ici (par exemple : Dickinson 1994 : 21-22 ; Driessen 1990 : 5-7 ; Driessen 1997 ; Shelmerdine 1992 ; Rehak et Younger 1998a : 150, 152, 160). Les résultats récents de la recherche archéologique ne résolvent toujours pas les questions spécifiées. Toutefois, en ce qui concerne l’attribution d’une date précise à la destruction finale du palais de Knossos, la dernière génération d’archéologues qui travaille sur le site semble s’attacher à celle que défendait M. R. Popham, au début de la phase MR IIIA2 (+/- 1375 av. J.-C.), mais apporte de nouveaux éléments (Hatzaki 2004, Hatzaki 2005b). P. Warren a réexaminé les vases à étriers retrouvés dans le Mégaron de la Reine de l’Aile Est, tombés de l’étage avec des tablettes en Linéaire B auxquelles ils sont mêlés (Warren 1991a : spéc. pl. III, 2). S. Hood avait considéré que ces vases appartenaient à la dernière occupation de l’édifice et qu’ils dataient ainsi la destruction finale du palais de la première partie du MR IIIB (Hood 1965a : 26-27). M. R. Popham n’avait lui-même pas reconnu de poteries dans les « quartiers domestiques » de l’Aile orientale qui pouvaient assurément être associées à sa destruction finale du palais au MR IIIA1/2, mais il avait distingué quelques vases qui correspondaient à une réoccupation du secteur au MR IIIB, notamment les vases à étriers trouvés dans le Mégaron de la Reine (Popham 1970b : 28-30, n. 27, fig. 17 : 1-6, pl. 12d-e, 28e). Au terme de son réexamen de ces soixante-huit vases à étrier, P. Warren n’éprouve aucune difficulté à les lier à la phase MR IIIA2, sur la base de l’analyse de la poterie issue de sa fouille plus récente près du Musée Stratigraphique, à l’ouest du palais de Knossos (Warren 1991a : 35, Warren 1997 : 169, 181, fig. 20). Aussi, dans la lignée de S. Hood, et de L. R. Palmer avant lui, il considère que cet important dépôt, ainsi que la plupart du matériel archéologique découvert dans l’Aile Est et qui correspond à la réoccupation du palais néo-palatial, appartiennent à la destruction majeure et finale du palais de Knossos, mais que cet événement a lieu au cours du MR IIIA2. Cette destruction correspond au même horizon de destruction que celui qui est identifié en maints endroits de l’édifice et de la ville par M. R. Popham, autrement dit à un événement qui survient alors que de la poterie MR IIIA1/2 est encore largement en circulation mais à un moment un peu plus avancé de la phase MR IIIA2 que ce que proposait M. R. Popham, plutôt vers le milieu du 14e s. av. J.-C. (Warren 2000 : 205-206)62.

  • 63 E. Hatzaki a réexaminé les carnets de fouilles d’A. Evans et D. Mackenzie, qui ont fouillé le Peti (...)
  • 64 Dans l’étude de T. Whitelaw qui concerne l’occupation de la ville de Knossos depuis son origine ju (...)

47La récente publication des travaux d’E. Hatzaki sur le Petit Palais de Knossos appuie les travaux et conclusions de P. Warren (Hatzaki 2005a)63. Le Petit Palais a fait l’objet d’un important programme de réparations et constructions au cours du MR IIIA1, avant de connaître une destruction majeure et violente que E. Hatzaki situe cours du MR IIIA2, alors que de la poterie de style MR IIIA1/IIIA2 était encore largement utilisée (Hatzaki 2005a : 201). Cette destruction met fin entre autres à l’activité administrative qui y avait lieu, comme en témoignent les tablettes en Linéaire B et la centaine de scellés tombés de l’étage et qu’E. Hatzaki rattache stratigraphiquement au même événement (contra Hallager et Hallager 1999 ; consulter aussi les commentaires d’E. Hatzaki dans D’Agata et Moody 2005 : 106-108). Comme le palais, cet édifice est déblayé et partiellement réoccupé au MR IIIB. La définition de la séquence stratigraphique du Petit Palais permet de faire des liens avec celle, complexe, du palais. Cette séquence suggère un parallélisme des événements de restauration, destruction et réoccupation qui ont touché ces deux bâtiments, qui situe la destruction majeure de la ville de Knossos au cours du MR IIIA2. Sur la base d’un examen archéologique détaillé, E. Hatzaki a également réalisé une synthèse de l’environnement urbain du palais de Knossos aux périodes palatiale finale et post-palatiale, qui part du postulat que la ville de Knossos a très probablement été affectée directement ou indirectement par l’impact de la destruction finale du palais (Hatzaki 2004). Son résultat principal est que l’occupation de Knossos au MR IIIB établie par la recherche archéologique correspond principalement à la première partie du MR IIIB (LM IIIB Early) et s’effectue dans les mêmes parties de la ville que celles habitées au MR IIIA2, dans les mêmes maisons construites dès l’époque néo-palatiale. Cet habitat MR IIIB est cependant significativement limité en termes d’occupation de l’espace et de standing de vie au sens large – architecture, céramique, mais aussi tombes et matériel funéraire64. Elle en conclut que, après une destruction funeste au MR IIIA2, Knossos est un centre urbain indépendant. Il n’est plus le siège d’une élite palatiale au système administratif centralisé et élaboré qui contrôle la Crète centrale et de l’Ouest et établit culturellement les standards des styles de poterie, tout en dominant l’artisanat de haute qualité (Hatzaki 2004, Hatzaki 2005b. En ce qui concerne la sphère funéraire knossienne, voir les conclusions similaires de Perna 2001).

48Un examen archéologique général de Knossos par M. H. Wiener en 1984 – qui examinait particulièrement la mise en parallèle des tablettes qui répertorient les armes et les données archéologiques (épées, tombes) – mène également à la conclusion que l’activité bureaucratique à Knossos répond plus favorablement à la situation telle qu’elle est révélée par les ensembles archéologiques MR IIIA que MR IIIB (Wiener 1984). Dans une perspective élargie, C. W. Shelmerdine a soutenu que l’examen archéologique des autres sites crétois à travers les phases MR IIIA et MR IIIB, dans ce qu’il reflète les dynamiques sociales et politiques ayant cours au sein de ces établissements, tend à situer l’effondrement de l’hégémonie de Knossos au début du MR IIIA2 (Shelmerdine 1992).

49Il faut aussi mentionner le résumé dense de C. Macdonald sur ces questions et sa préférence pour une datation de la destruction finale du palais vers la fin de la phase MR IIIA2, autour de 1325 av. J.-C. (Macdonald 2005 : 207). Il reconnaît le développement d’une réelle bureaucratie mycénienne installée dans le palais de Knossos après 1375 av. J.-C., après une destruction qui touche le palais à cette époque (destruction « Popham »), et qui fonctionne une cinquantaine d’années (Macdonald 2005 : 216, 222, 229). Il rattache par exemple le dépôt de vases à étrier et de tablettes en Linéaire B du Mégaron de la Reine à cette période entre 1375 et 1325 av. J.-C. Un autre scénario a encore été avancé par P. Rehak et J. G. Younger dans leur impressionnante synthèse sur la Crète néo-palatiale, palatiale finale et post-palatiale. Ceux-ci réconcilient en quelque sorte les deux écoles adverses en reconnaissant que le Linéaire B a probablement été inventé et utilisé dès le MR IIIA1 à Knossos mais que l’activité administrative au sein du palais s’est prolongée au MR IIIA2 jusqu’au début du MR IIIB (Rehak et Younger 1998a : 150). Ils ajoutent cependant dans la foulée que l’événement catastrophique qui a sans aucun doute touché le complexe central à la transition du MR IIIA1/2 met fin à la suprématie de Knossos comme centre administratif et artistique dominant du monde égéen ; l’activité administrative – limitée – que connaît ensuite le palais prend un terme avec une nouvelle destruction, finale, au début du MR IIIB.

  • 65 D’autres éléments archéologiques témoignent d’une telle destruction au sein du palais et de la vil (...)
  • 66 Pourtant, près de trente ans après ses premières conclusions (Popham 1970b : 79-88), M. R. Popham (...)

50La présente étude conçoit une destruction majeure et décisive du palais de Knossos au cours du MR IIIA2, peut-être à un stade avancé plutôt qu’au début de cette phase. Lors de cet épisode, la majorité des tablettes en Linéaire B sont cuites et cet événement met un terme à la suprématie knossienne en tous domaines. Cette position tient compte du fait que, d’une part, une autre destruction eut lieu au MR II ou MR IIIA1 – responsable particulièrement du dépôt de tablettes de la Pièce des Tablettes de Char65 – et, d’autre part, le palais et la ville de Knossos restent opérationnels après cette catastrophe du MR IIIA2, même administrativement, jusqu’à son abandon quelques générations plus tard au cours du MR IIIB. En outre, grâce aux travaux de P. Warren, C. Macdonald ou E. Hatzaki par exemple, il n’est plus nécessaire désormais de « choisir son camp » et de relier la fin de l’activité administrative centrale et majeure du palais de Knossos et de son hégémonie culturelle, ou à une destruction « Popham » au tout début de la phase MR IIIA2, ou à une destruction « Hallager » au milieu ou à la fin du MR IIIB (comme l’écrivait encore C. W. Shelmerdine, en 1992 : Shelmerdine 1992 : 570). Les différents travaux relatés jusqu’ici et qui se sont attachés à réexaminer le matériel archéologique issu des fouilles de Knossos au début du 20e s. ont pu bénéficier de manière croissante des approfondissements des études architecturales, céramologiques et épigraphiques qui concernent le Crète aux MR II-IIIB et qui ont affiné les séquences chronologiques. Une destruction au MR IIIA2 semble le résultat le plus sensé vers lequel tend la synthèse de ces récents travaux sur les questions qui étaient posées ici, en tenant compte de l’observation de E. Hatzaki que, s’il est possible de repérer des changements dans la culture matérielle de Knossos au MR IIIA2, il n’est toutefois pas possible d’y distinguer les phases pré-et post-destruction en termes de style (s) de céramique, et donc de situer plus précisément le moment de la chute de Knossos au cours de cette phase (Hatzaki 2005b : 91, n. 71, Hatzaki 2007b : 198, 199)66. Cet épisode engendre le développement et l’intensification des régionalismes de la Crète.

3.3.2. « L’arrivée des Mycéniens »

  • 67 Commentaire de J. Bennet suite à la communication de Hallager E. 2005, dans D’Agata et Moody 2005  (...)

Are the terms ‘Mycenaean’ and ‘Minoan’ of any continuing value in understanding the Aegean in the LH/LM III period, rather than simply describing the patterning of material culture there ?67

51La question de l’arrivée de Mycéniens en Crète, qui deviendraient les nouveaux dirigeants de la société crétoise après l’effondrement de la civilisation néo-palatiale minoenne, ne peut être éclairée immédiatement. C’est pourquoi on se limite, dans un premier temps, à quelques considérations d’importance, avant de reprendre globalement ce débat à l’occasion de l’analyse interprétative qui clôt la présente étude.

  • 68 Au sujet du phénomène de la « minoïsation » de la culture égéenne, consulter la contribution essen (...)

52On a dit que le déchiffrement du Linéaire B, qui met en évidence une identité de l’écriture entre la Crète et la Grèce continentale, a rapidement mené à reconnaître une identité de la langue, puis une identité culturelle, voire ethnique. Il s’agit d’une approche relativement figée, qui a teinté toute tentative ou presque de reconstruction historique. Or, le phénomène de « mycénisation » – comme celui de « minoïsation », surtout évoqué pour les périodes antérieures68 – représente des processus complexes, dont une analyse partielle peut mener à des généralisations simplistes, voire erronées ou facilement réfutables. Outre l’évocation de la fragilité des discours qui se risquent à aborder le concept d’ethnicité, on a déjà souligné la nécessité d’une approche diachronique de la problématique de la « Crète mycénienne » (cf. 1.3. État des lieux, lignes de faîte et considérations méthodologiques). Ainsi, au terme de l’analyse des questions qui portent sur l’effondrement du palais de Knossos et la datation de ses tablettes en Linéaire B, il paraît pertinent de s’extraire de cet épisode local, bien que primordial, et d’entreprendre une analyse détaillée des dynamiques en action dans la ville de Knossos au sens large, mais surtout au sein des différents sites des régions crétoises, au cours des phases MR II-IIIB. Il est incontestable que, au lendemain des destructions massives des sites crétois du MR IB, les apparitions du Linéaire B, d’une administration presque bureaucratique à Knossos – dès le MR II mais surtout au MR IIIA2 –, de nouveautés, de transformations et d’adaptations notables au sein de la culture matérielle et des usages coutumiers crétois répondent en partie aux développements de la civilisation mycénienne, peut-être essentiellement de l’Argolide dans un premier temps (Macdonald 1997). Toutefois, et la synthèse sur les différentes régions de la Crète aux MR II-IIIB qu’on propose l’explicitera, il est de moins en moins évident qu’une force mycénienne s’empare unilatéralement de Knossos au MR II, ou dès le MR IB, et s’impose ensuite à une grande partie de l’île comme le référent de la vie politique, économique, idéologique, sociale et culturelle. Par contre, il est vraisemblable que des groupes de personnes originaires du continent se soient régulièrement et continuellement installés en Crète, au sein de la population crétoise, ce qui expliquerait naturellement le caractère grec de la Crète dès l’Âge du Fer, et même dès le MR IIIC. Inversement, les teintes « mycéniennes » que prennent les différentes sphères de la société crétoise, tout en restant clairement, de manière plus ou moins affirmée, dans la continuité des traditions locales minoennes et en faisant référence – intentionnellement ou non – au passé minoen, pourraient essentiellement refléter un phénomène d’assimilation qui résulte des différents types de contacts avec ces populations du continent, et non uniquement une autorité politique et une domination culturelle mycéniennes (consulter notamment Macdonald 2005 : 197 et le commentaire d’A. Kanta suite à la communication de Rutter 2005b dans D’Agata et Moody 2005 : 59). Il n’empêche que l’utilisation de la langue grecque, tout du moins pour la nouvelle administration à Knossos en Linéaire B, est significative et ne peut vraisemblablement être expliquée, selon la majorité des spécialistes, que par la présence d’une population mycénienne sur l’île.

53Les deux sections suivantes font le point sur ces différentes considérations, en présentant dans un premier temps une synthèse générale des données archéologiques aujourd’hui disponibles et qui concernent l’occupation de la Crète aux MR II-IIIB, suivie dans un second temps d’une analyse interprétative de ces données qui se propose éclairante, voire originale.

Notes

7 Cette remarque ne désavoue en rien des faits établis - qui sont d’ailleurs à l’origine de l’appellation « Crète mycénienne » - tels que le fait que la langue que transcrivent les caractères de l’écriture utilisée en Crète à cette période considérée (le Linéaire B) est une forme ancienne de grec. En dernier lieu, Cadogan 2005a : spéc. 55 attire l’attention sur le danger qui réside dans l’utilisation du terme « Crète mycénienne » : bien que fondé à l’origine sur l’archéologie, celui-ci comporte des implications d’ordre politique qui sont difficilement vérifiables et pourraient biaiser, voire masquer, les identités culturelles qui peuvent, elles, être révélées par la discipline archéologique.

8 En effet, en archéologie crétoise, on parlera par exemple d’un vase de style MR II dans un contexte stratigraphique MR IIIA1.

9 Ces travaux sont essentiellement ceux de Stuart Manning : Manning 1988, Manning 1995 : 217-229, spéc. 217, Manning 1999. Certaines études ont également tenté de prendre en compte d’autres paramètres comme les pics d’acidité observés dans les carottes glacières prélevées au Groenland ou encore, les « frost events » (périodes glaciaires), dont les cernes des arbres en Californie gardent potentiellement la trace. Les limites et faiblesses de ces analyses ont cependant été rapidement mises en évidence (Manning 1990 : 91-92). De plus récentes études sur des carottes glaciaires prélevées au Groenland s’opposent. Alors que certaines analyses tendent à confirmer une date de 1645 +/− 4 av. J.-C. pour l’éruption du volcan de Santorin, un autre groupe d’étude a reconnu du tephra originaire d’une éruption du volcan de Aniakchak (Alaska) située, toujours selon l’analyse de carottes du Groenland, en 1645 (Hammer, Kurat, Hoppe, Grum et Clausen 2003 versus Pearce, Westgate, Preece, Eastwood et Perkins 2004). Consulter également le site http://www.arts.cornell.edu/dendro/ abrité par The Malcolm and Carolyn Wiener Laboratory for Aegean and Near Eastern Dendrochronology at Cornell University, pour différents rapports sur les projets de recherche engagés en dendrochronologie.

10 De la pierre ponce projetée par l’éruption du volcan de Thera a été découverte en quantité à Tell el-Dab ‘a en Egypte, dans des contextes contemporains du règne d’Ahmôse, mais pas plus tôt. Son règne correspond à une période postérieure à 1525 av. J.-C., selon la chronologie absolue égyptienne moyenne (Wiener 2003 : 370, n. 37 ; pour la chronologie absolue égyptienne moyenne : Aström 1987-1989). Pour un résumé des synchronismes entre la civilisation crétoise et la civilisation égyptienne, voir Rehak et Younger 1998a : 98 ; Wiener 2003 : 364-372. Ces synchronismes concernent surtout le règne de Touthmôsis III dont on place l’accès au trône en 1479 av. J.-C., sur la base d’observations assez sûres des textes égyptiens, bien que certaines observations d’ordre astronomique soient controversées (Wiener 2003 : 365, n. 5-7). Cette date suit la chronologie absolue égyptienne moyenne. Consulter Warren 2006 pour la plus récente et énième reconsidération d’interconnexions archéologiques entre l’Egée et l’Egypte pour dater l’éruption de Santorin sur la base de la chronologie historique égyptienne (celle établie par Kitchen 2000).

11 P. M. Warren, place la transition entre les MR IA et MR IB en 1520/1510 av. J.-C. (Warren 2006). Le site internet http://www.arts.cornell.edu/Classics/Faculty/SManning_files/testoftime.pdf, en plus de fournir un condensé des idées développées dans Manning 1999, fait régulièrement le point sur ce débat scientifique. Etat de la question et bibliographie ont également été donnés en Davis 1992 : 735-736 et Shelmerdine 1997 : 539-541. En dernier lieu, consulter Manning et al. 2006 ; Manning 2007 et Friedrich et al. 2006 qui apportent de nouveaux arguments – notamment des analyses au carbone 14 réalisées sur un olivier enterré vivant par l’éruption du volcan de Santorin – en faveur de la « chronologie haute ».

12 A La Canée, les archéologues ont isolé, stratigraphiquement, deux phases au cours du MR IIIB et parlent de MR IIIB1 et MR IIIB2 (Hallager et Hallager 2003 : 22). Une telle distinction est actuellement impossible à identifier parmi le matériel céramique local de Kommos par exemple, en raison d’une stratigraphie insuffisamment claire (J. B. Rutter dans Shaw et Shaw 2006 : 589, 599 contra Watrous 1992 : 145-147).

13 Cette première phase a aussi été qualifiée de « période des Troisièmes Palais » («  Third Palace Period ») par O. T. P. K. Dickinson (Dickinson 1994 : 13, fig. 1.2).

14 E. Hallager (Hallager E. 1988a) avait proposé les termes de « mono-palatial » pour la période du MR II-début MR IIIA2, de « final palatial » pour les MR IIIA2-IIIB, avec un ou quelques palais en Crète, dont probablement La Canée, et de « post-palatial » pour la toute dernière phase du Bronze Récent, à laquelle cependant il ne pouvait donner les datations relatives précises (après le MR IIIB1 ou après le MR IIIB2). Il a notamment été suivi par J. B. Rutter (Rutter 1999) qui utilise la terminologie de « final palatial » en parlant de la période MR IIIA2-MR IIIB à Kommos. Toutefois, par la suite, les archéologues de Kommos ne le suivront pas (dans Shaw et Shaw 2006, les terminologies « Early Postpalatial » et « Late Postpalatial » sont respectivement utilisées pour la période MR II-début MR IIIA2 et la période MR IIIA2-IIIB).

15 A. Kanta, The Late Minoan III Period in Crete. A Survey of Sites, Pottery and their Distribution, Göteborg, 1980. J. Bennet, Aspects of the Administrative Organization of LMII-IIIB Crete : A Study Based on Archaeological and Textual Data, Cambridge, 1986 (thèse de doctorat non publiée) ; J. Bennet, Approaches to the Problem of Combining Linear B Textual Data and Archaeological Data in the Late Bronze Age Aegean, dans French et Wardle 1988 : 509-518.

16 A. Kanta base son découpage régional de la Crète sur les unités administratives modernes. Son objectif majeur est d’organiser ainsi la présentation d’une quantité très importante de matériel archéologique (Kanta 1980 : 2), et non de définir des régions archéologiquement distinctes.

17 B. Hayden, The Development of Cretan Architecture from the LMIIIA through the Geometric Period, Philadelphie, 1981.

18 En dernier lieu :
Knossos : les articles d’E. Hatzaki, L. Preston et L. Alberti dans le volume Knossos : Palace, City, State, et les études d’E. Hatzaki sur le Petit Palais, la Tombe Temple ou la nécropole de Zapher Papoura (respectivement Hatzaki 2004 ; Preston 2004c ; Alberti 2004 ; Hatzaki 2005a, Hatzaki [à paraître a], Hatzaki [à paraître b]) ;
La Canée : la publication en cours de l’établissement fouillé sur le Kastelli à Aghia Aikaterini par l’équipe gréco-danoise menée par B. et E. Hallager (les volumes concernant l’occupation MR IIIC et l’occupation MR IIIB2 sont aujourd’hui parus : respectivement Hallager et Hallager 2000 et Hallager et Hallager 2003) ;
▪ Les différents travaux de l’Ecole Italienne d’Athènes dans la Mesara, notamment ceux de E. Borgna à Phaistos et de N. Cucuzza à Aghia Triada (en dernier lieu et respectivement, Borgna 2003a et Borgna 2006 ; Cucuzza 2003) ;
▪ La publication prochaine par J. Driessen et A. Farnoux du Quartier Nu de Malia, occupé aux MR IIIA2-IIIB ;
▪ Les prochaines publications des établissements MR II-IIIB à Mochlos (déjà Soles et al. 2008), Palaikastro et Petras, en Crète orientale.
Ces différentes études seront relatées et détaillées dans les différents chapitres qui les concernent.

19 Dès la publication de la table ronde consacrée à la « Crète mycénienne » (Driessen et Farnoux 1997 où le titre est sans guillemets mais où les éditeurs utilisent le terme avec des guillemets dès la première page), différents archéologues font part de leur malaise face à l’utilisation et à la pertinence de ce terme. J. W. Shaw et M. C. Shaw parlent de « Mycenaean » Kommos (Shaw et Shaw 1997). Dans son étude de la poterie d’Archanes, qui témoigne d’influences mycéniennes parallèlement à la poursuite de traditions minoennes, E. Andrikou reste sceptique quant à l’utilisation de termes « misleading » tels que Mycenaean Period in Crete ou Mycenaean Crete et préfère tout simplement parler de Late Minoan III period (Andrikou 1997 : 22). G. Rethemiotakis qui, considérant le domaine complexe de l’iconographie et pointant des images originales qui sont créées à partir de la fusion d’éléments minoens et mycéniens, appelle à l’« elucidation of the much-used term “Mycenaean Crete”, since its generic application may obscure historical realities » (Rethemiotakis 1997a : 421).

20 Pour les partisans d’un état minoen unitaire avec Knossos comme capitale, voir les références citées dans Schoep 1999 : 201-202, n. 3. Consulter aussi Driessen et Macdonald 1997 : 12-13 ; Van de Moortel 1997 : 266-267, n. 157 (standardisation de la taille de la coupelle conique) ; Knappett et Schoep 2000 (sur la distinction des sphères culturelle, politique et idéologique quand on approche les signes archéologiques d’une unité de la société crétoise au MR I) ; Cunningham 2001 : 84 ; Driessen 2001b : 63 ; Cunningham 2007 : 29-30 ; voir l’analyse particulière de Cunningham et Driessen 2004 : 105-111 au point de vue d’une hégémonie knossienne au MR IA.

21 Betancourt 1985b : 140-148, pour la définition des quatre styles de la Special Palatial Tradition du MR IB.

22 Les éléments constitutifs d’une période de « crise » de la société crétoise au cours de la phase MR IB sont examinés en détail dans Driessen et Macdonald 1997. L’angle d’approche principal de cette étude est celui des conséquences variées et des effets en cascade de l’éruption du volcan de Santorin.

23 De sérieuses destructions sont identifiées à La Canée et Nerokourou dans l’Ouest de la Crète, à Phaistos, Aghia Triada et Myrtos-Pyrgos dans le Sud, à Mochlos, Gournia, Pseira, Makryghialos, Petras, Palaikastro et Kato Zakros dans l’Est, à Zominthos, Sklavokambos, Tylissos, Knossos et ses environs, Archanes Tourkogeitonia, Amnissos, Nirou Chani et Malia en Crète centrale (Rehak et Younger 1998a : 148).

24 C. Macdonald attire l’attention sur le fait que l’on ne peut exclure une destruction du palais suivie d’une vaste et rapide entreprise de nettoyage des débris et de reconstructions qui aurait ôté toute trace de dépôts de destruction MR IB au sein du palais. Cet auteur ajoute toutefois qu’aucune fosse contenant des débris d’une destruction MR IB pouvant étayer cette hypothèse n’a été décelée autour du palais de Knossos, excepté dans la Maison Sud (Macdonald 2005 : 195-196). L’absence manifeste de dépôts MR IB à l’intérieur du palais pourrait par ailleurs indiquer que celui-ci ne fonctionnait plus comme un centre administratif et/ou religieux au moment des destructions qui touchent l’ensemble de l’île. Il est probable en effet que le palais était en cours de réparation à cette époque du MR IB, à la suite de sérieux dommages causés vraisemblablement par un tremblement de terre au MR IA, peut-être au moment de l’éruption de Thera (Macdonald 1997, Macdonald 2005 : 171-194). L’absence totale de dépôts de poterie MR IB dans le Petit Palais a soulevé les mêmes questions (Hatzaki 2005a : 199). P. Warren souligne cependant que des traces claires de destruction (s) au MR IB ont été identifiées dans différents lieux de la ville de Knossos (Warren 1991a : 33).

25 Un traitement « préférentiel » a par exemple été réservé à la grande demeure bâtie sur le haut de la colline à Myrtos-Pyrgos. Celle-ci est intégralement détruite par un incendie si intense qu’il a fait éclater les blocs de taille et cuit les briques en terre crue, alors qu’aucune des autres maisons du site ne montre la moindre trace de feu (Cadogan 1978 : 81). Le Bâtiment 5 de Palaikastro, qui abritait vraisemblablement un sanctuaire important au MR IB, est démantelé avec une telle violence que l’incendie semble avoir été volontairement aggravé (Cunningham 2007). Un autre cas de destruction sélective a été mis en évidence sur le site de Mochlos (Soles 1999a ; Soles 1999b).

26 L’extraordinaire statuette chryséléphantine de Palaikastro, découverte en fragments devant l’entrée et à l’intérieur du Bâtiment 5, semble avoir été délibérément fracturée et disloquée par un individu (MacGillivray, Driessen et Sackett 2000 : spéc. 94). Quelques exemples sont encore cités en Rehak et Younger 1998a : 148, n. 403 et Driessen et Macdonald 1997 : 109.

27 J. Driessen émet un doute quant à la validité historique d’une conquête mycénienne de grande ampleur (Driessen 1998-1999 : 96). En effet, au moment des destructions crétoises à la fin du MR IB, les différents centres mycéniens ne constituent point un empire organisé, capable de lancer une telle initiative conquérante. Voir aussi Georgiadis 2003 : 110-111, avec références.

28 En 1990 et 1992, l’équipe scientifique gréco-suédoise qui fouille à La Canée, en Crète occidentale, publie les premières – et à ce jour uniques – tablettes en Linéaire B découvertes ailleurs qu’à Knossos (Hallager, Vlasakis et Hallager 1990 et Hallager, Vlasakis et Hallager 1992). Cette découverte a des conséquences notables sur la reconstruction historique de cette période de l’île, d’autant que s’y ajoutent d’autres trouvailles archéologiques d’envergure tout à fait récentes faites dans la région de La Canée, d’ordre funéraire celles-là.

29 « A thousand-year-long occupation with a continuous series of architectural modifications together with at least two planned building programmes followed by almost three millennia of use as a quarrying ground, resulted in the palace at Knossos as Evans excavated it [in 1900] » (Driessen 2000 : 10).

30 Dans ce sens, H. W. Haskell a soutenu que « […] the stratigraphic evidence at Knossos is so hopelessly confused that one can come up with virtually any reconstruction of events at the palace » (Haskell 1989 : 82). Ainsi, il avait proposé : « […] it is more productive to approach the date of the Linear B Palace by first examining all the relevant evidence outside of Knossos, without any regard for which Knossian chronology it might support ; only then should we return to the Palace to see how these results might be reflected by events there. We should survey Crete as objectively as possible, gathering and collecting evidence to gain some understanding of how Crete was organized economically. When we have gained a fair understanding of Crete in general, we can turn back to Knossos and to the implications of that understanding » (Haskell 1989 : 82).

31 A. Furumark soutient que « some of the vases found in and near the Palace are distinctly later in style than any of the LM IIA-B vessels […] These vases and fragments represent a new style ; we may describe them as the earliest LM IIIA ware » (Furumark 1941 : 83-84).

32 M. R. Popham (Popham 1991) avait contesté cette datation et situait la destruction du palais de Pylos au tout début de l’HR IIIB, ce qui n’a plus été soutenu par la suite (Bennet 1995 : 587 et n. 1). Certains ont suggéré par ailleurs que la période qui sépare l’inscription de ces tablettes et la destruction du palais de Pylos est proche dans le temps, et même, que certaines d’entre elles ne remonteraient qu’à quelques semaines avant l’incendie général (Hooker 1982 : 209 citant Bennett 1956 : 109).

33 J. Driessen a au contraire défendu l’idée qu’il s’agissait d’un système administrative stéréotypé, utilisé dans différents centres égéens, en Crète et sur le continent, à des périodes différentes et dont le système d’écriture et les procédures de base une fois inventés ont été relativement peu modifiés, mais ont été adaptés aux situations régionales et historiques respectives (Driessen 2001a). C. W. Shelmerdine a quant à elle comparé les centres de la civilisation mycénienne qui avaient une administration en Linéaire B et a souligné les différences et variations de leurs systèmes (Shelmerdine 1999).

34 L. R. Palmer a publié une étude sur les tablettes en Linéaire B de Knossos en collaboration avec J. Boardman (Palmer et Boardman 1963). Examinant un même ensemble archéologique, ces deux spécialistes publient pourtant, dans le même ouvrage, deux travaux contradictoires : L. R. Palmer défend la datation MR IIIB pour l’administration de ces tablettes dans le palais de Knossos (Palmer 1963), tandis que J. Boardman soutient la date du MR IIIA (Boardman 1963).

35 Par la suite, L. R. Palmer a fortement contesté les travaux de M. R. Popham, notamment en se basant sur le réexamen archéologique du palais de Knossos par E. Hallager, dont les travaux sont relatés dans une section propre (Palmer 1980 : 294-295).

36 Une partie du problème, qui ne peut être passée sous silence, est la certitude qu’une énorme quantité de céramique dégagée du palais lors de sa fouille par A. Evans et D. Mackenzie a été jetée par les fouilleurs, essentiellement, bien entendu, de la céramique commune, considérée à l’époque comme non diagnostique, c’est-à-dire surtout des tessons non décorés.

37 J.-P. Olivier ajoute : « […] pour autant que l’on ne soupçonne pas qu’un même dépôt puisse contenir des tablettes d’époques différentes, la présence de tablettes dues à un même scribe dans deux dépôts distincts doit généralement permettre d’assurer que ces dépôts remontent à un même niveau de destruction, quel qu’il soit » (Olivier 1967 : 110s.). Cette « unité des archives » a été longtemps acceptée par la plupart des archéologues jusqu’aux travaux de J. Driessen (Driessen 1990, Driessen 1997, Driessen 2000) qui sont relatés dans le point 3.2.4. « Le palais de Knossos au MR II-III : combien de destructions ? »).

38 M. S. F. Hood s’est notamment penché sur les travaux de L. R. Palmer qui a analysé les carnets de fouilles originaux d’A. Evans puis développé une argumentation basée sur certains groupes importants de poteries en céramique grossière non décorée découverts non dissociés de dépôts de tablettes en Linéaire B et de scellés dans les Soubassements de la Terrasse Sud (South Terrace Basements). L. R. Palmer a rattaché ces ensembles aux couches brûlées de la destruction finale du palais mises au jour par A. Evans et a daté le tout du MR IIIB. S’il appuie certains des arguments de L. R. Palmer, M. S. F. Hood situe cependant ces ensembles de poterie au sein de la phase MR IIIA2 (voir aussi Momigliano et Hood 1994 : 148-149, n. 156). En effet, il y voit la céramique commune qui circulait parallèlement à la céramique fine décorée MR IIIA2 qui a été trouvée dans les autres dépôts de destruction, étudiés en détail par M. R. Popham. Ces vases avaient été associés par A. Evans et M. R. Popham à une réoccupation tardive de « squatteurs » au MR IIIB (Popham 1964).

39 J. Raison a entrepris de republier le palais du second millénaire de Knossos, secteur par secteur, en conférant une « attention spéciale aux dernières époques - si controversées », afin de procurer une réelle synthèse qui a pour objectif d’établir « une périodisation nouvelle et plus rigoureuse du secteur » (Raison 1988 : 1). Il en a publié les deux premiers volumes : « I. Le quartier Nord » (Raison 1988), « II. Le front Ouest et ses Magasins » (Raison 1993), sans avancer encore de résultats sur la chronologie globale du palais. Dans un précédent article, il avait cependant situé la destruction entre la moitié du MR IIIA2 et la deuxième moitié du MR IIIB (Raison 1964 : spéc. 272, n. 4).

40 Certaines photographies de l’époque permettent de voir les amoncellements énormes de tessons jetés dans le champ à côté du palais par A. Evans et D. Mackenzie, lors des fouilles des niveaux supérieurs du palais, pendant les campagnes de 1900 à 1902 (Hallager 1977 : 62-65, fig. 45 ; E. Hallager tente de démontrer par de savants calculs et quelques audacieuses suppositions à partir des notes de D. Mackenzie que la poterie conservée au terme de ces campagnes de fouille n’excède pas 1 %).

41 Les bouchages sont en effet parfois nombreux, suggérant que le restaurateur disposait d’assez peu de tessons.

42 Il en répertorie quatre pour toute la zone du palais ; ils sont marqués d’une croix sur le plan publié dans Hallager E. 1977 : fig. 62.

43 Il parle de tessons jointifs trouvés à des distances allant de 10 à 125m.

44 Conservées dans sa maison privée, de nombreuses poteries découvertes par M. Kalokairinos à Knossos ont été détruites lorsque les Turcs ont mis le feu à la maison familiale (Hallager E. 1977 : 81, n. 101 citant Alexiou s. d. : 11). Driessen 1990 : 21-31, pour un exposé détaillé sur les personnalités de différentes nationalités qui ont visité Knossos avant les fouilles d’A. Evans.

45 Certains de ces vases ont cependant été reliés par la suite à la phase MR IIIA2 par P. Warren, ce qui a relancé les discussions (cf. ci-dessous, 3.3.1. La chute de Knossos et les tablettes en Linéaire B).

46 E. Hallager souligne encore que les types des vases découverts entiers lors des fouilles de M. Kalokairinos (pithos, vases à étrier ou amphores), et qui correspondent à la phase MR IIIB, répondent mieux aux genres d’activités qu’il propose. S. Hood, qui soutient par ailleurs l’étude de E. Hallager, note toutefois que le complexe de la Salle du Trône, pour laquelle il reconnaît que la dernière occupation est postérieure aux dommages du début du MR IIIA, témoigne d’une activité d’ordre cultuelle (Hood 1979 : 284).

47 Contra Driessen 2000 : 219, n. 9 qui s’oppose à cette vue et souligne que les signes de destructions dans la ville de Knossos et dans les environs – à Vathypetro, Archanes et Tylissos – à la fin du MR IB sont nombreux et montrent que cette région souffre au même titre de ces événements.

48 Sur ce point encore, E. Hallager souligne que cette nouvelle pratique mortuaire n’oblige en aucun cas de considérer une gouvernance mycénienne de l’île. Il suit les arguments de E. Vermeule qui avait défendu l’idée que les signes d’une influence mycénienne aux MR II-IIIA1 ont été exagérés et ne voyait qu’un « small group of Greek soldiers [who] went down there to live » (Hallager E. 1978 : 32, n. 62 citant Vermeule 1964 : 146).

49 W.-D. Niemeier (Niemeier 1983) critique l’interprétation selon laquelle la poterie caractéristique de la période MR II-début MR IIIA en Crète est sensiblement influencée par les productions mycéniennes et donc témoigne d’une présence, voire d’une domination mycénienne de l’île. Selon ce chercheur, de nombreuses différences sont repérables dans le répertoire crétois et certaines formes ou motifs, souvent qualifiés de « mycéniens » ont leurs antécédents en Crète. Il explique l’introduction d’éléments qui ont plus particulièrement leur origine sur le continent helladique comme l’emprunt par les Minoens de formes qu’ils apprécient, à la manière de ce qui a pu se passer inversement au début du Bronze Récent, dans les centres du continent qui étaient en contact avec la Crète. En ce qui concerne certaines particularités architecturales (par exemple la Salle du Trône de Knossos) ou les changements qui ont cours au sein de la sphère funéraire (la généralisation progressive de la tombe à chambre ou le phénomène des « tombes de guerriers » pourvues de riches offrandes), souvent traduits comme les signes d’une présence étrangère originaire du continent, W.-D. Niemeier rejette cette équation et propose une autre explication. Il met en avant des phénomènes antérieurs comparables pour lesquels une continuité de la population est pourtant acceptée. Il souligne également notre ignorance presque totale des pratiques funéraires qui ont cours en Crète durant la phase MR I, qui pourrait faire apparaître les changements comme plus dramatiques qu’ils ne l’ont réellement été. Selon lui, la sphère culturelle du palais de Knossos reste purement minoenne jusqu’à sa destruction intermédiaire au début du MR IIIA.

50 Ce titre reprend celui de l’article de Driessen 1997.

51 J. Driessen a par ailleurs proposé une archéologie de la tablette, c’est-à-dire les différentes étapes ou fortunes possibles dans la vie d’une tablette et qui peuvent avoir différents impacts sur la contemporanéité des archives. De là, le danger d’une approche uniquement archéologique des tablettes (par exemple, la non-identification d’un sol en terre battue qui séparait deux dépôts de tablettes différents) et la nécessité d’une approche épigraphique (Driessen 1997 : 116-118, fig. 2).

52 Il s’est également intéressé à une analyse linguistique des tablettes, que l’on ne relate pas ici (Driessen 1997 : 130, Driessen 2000 : 160-194).

53 S’il reconnaît la possibilité de dépôts de tablettes qui correspondent au début de la phase MR IIIB (voir Driessen 1997 : 134, n. 56), les résultats des travaux de J. Driessen soutiennent la date de début du MR IIIA2 pour la destruction majeure du palais (Driessen 2000 : 221) et donc, les conclusions de M. R. Popham. Ce dernier a pourtant durement, et quelque peu démesurément, critiqué les méthodes et résultats de J. Driessen au terme de son étude de la Pièce des Tablettes de Char (Popham 1993).

54 Groupe A : les dépôts des Magasins Ouest, de la Galerie de la Fresque aux bijoux (Gallery of Jewel Fresco) et de la Pièce à Pilier Sud-Ouest (Pillar Room S-O). Groupe B : les dépôts de l’Entrée Nord, de l’Insula Ouest et de la partie ouest de l’Arsenal.

55 R. J. Firth refuse l’hypothèse de M. R. Popham d’une forte explosion pour expliquer l’importante dispersion des vases MR II-IIIA1/2 dans l’Aile Ouest, s’appuyant sur le fait que les archives, s’ils sont contemporains de cette destruction finale du palais, auraient dû connaître le même sort ; or, il ne repère qu’un seul exemple d’une tablette dont les fragments ont été retrouvés à une distance importante l’un de l’autre (Firth 2000-2001 : 274).

56 Il s’agissait le plus probablement d’huile d’olive, naturelle ou parfumée (Bennett 1958 : 40-41, Shelmerdine 1985 : 24-25, 58-62). Le vin est également une possibilité (Blegen et Rawson 1966 : 348-349).

57 Dans son étude de cette catégorie de vases, H. Haskell souligne par ailleurs que les productions de Crète occidentale présentent une étonnante uniformité au point de vue typologique (profil du vase, proportions, caractères en Linéaire B, particularités technologiques), mais aussi en ce qui concerne les résultats des études paléographiques et pétrographiques réalisées sur un échantillon de ces vases, ce qui suggère que leur production était concentrée dans une zone assez restreinte (Haskell 2005 : 210, qui fait référence aux travaux de Day 1999 : 66).

58 Un vase à étrier MR IIIB inscrit de caractères en Linéaire B (wi-na-jo) a été trouvé dans la Maison Inexplorée à Knossos (Popham 1969a, Popham 1984 : 184-185, pl. 110a-c), tandis que d’autres vases à étrier de stockage, non inscrits, sont découverts par A. Evans au sein du palais, à l’ouest de l’Entrée Nord, et qui ont donné leur nom à la Pièce des Vases à Etrier (Room of the Stirrup Jars) (Evans 1935 : fig. 720 ; Popham 1964 : 7, 15-16, 18-19, pl. 3-4).

59 Des analyses pétrographiques récentes réalisées sur des vases à étrier de transport découverts à Knossos ont permis d’attribuer ces vases à des ateliers de Crète méridionale (commentaire de H. Haskell dans D’Agata et Moody 2005 : 238-239). Ce groupe, présentant une fabrique similaire, avait d’abord été présenté comme originaire de Crète centrale-nord (vases de Knossos : Day et Haskell 1995 : 94, 95, 98 ; vases de Malia : Day et Jones 1991 : 96, fabrique 4). Enfin, une récente étude de nature pétrographique de C. Knappett, menée sur des vases à étrier découverts dans le Quartier Nu de Malia, nuance encore la question de centre (s) de production de vases à étrier de transport en Crète centrale-sud (cf. III. 2.2.1. Malia).

60 Si une datation MR IIIA2 pour les vases à étriers inscrits découverts à La Canée n’est en aucun point exclue, il apparaît – selon les derniers résultats des travaux qui y sont menés – qu’ils proviennent tous pour l’instant de dépôts identifiés par les archéologues comme MR IIIB1 (commentaire d’E. Hallager dans D’Agata et Moody 2005 : 239).

61 E. Hallager reconnaît cependant que « […] the evidence of the inscribed stirrup jars alone, however suggestive, is not conclusive » (Hallager 1987 : 190). Un argument en faveur de cette interprétation cependant est que certains des toponymes qui ont été inscrits sur ces vases à étrier sont identiques à ceux contenus dans les tablettes en Linéaire B de Knossos, ce qui suggère un lien entre l’industrie MR IIIA2-IIIB en Crète de ces vases à étrier et certains lieux pour lesquels l’administration knossienne avait un intérêt certain. T. G. Palaima a toutefois émis des réserves quant à interpréter ce lien en termes de contemporanéité et de contrôle de Knossos d’une industrie crétoise d’huile d’olive à grande échelle (Palaima 1984 : 191).

62 P. Warren ajoute que M. R. Popham avait examiné un autre dépôt de destruction de l’Aile Est, celui de la Zone des Sceaux de Démons (Area of the Demon Seals). Celui-ci se compose de céramique décorée de haute qualité, mais aussi de scellés et de fragments de fresque. Selon M. R. Popham, aucun tesson de cet ensemble ne pouvait être relié à la phase MR IIIB. De plus, dans les aires adjacentes, d’autres scellés ont été découverts, associés à des tablettes en Linéaire B. M. R. Popham avait avancé que ces scellés pourraient très bien être les empreintes de sceaux et bagues manufacturés au début du MR IIIA mais pas plus tard (contra Hallager 2005 : 263 qui n’exclut pas la possibilité de découvrir un jour un atelier MR IIIB qui produisait des sceaux et bagues décorés de motifs « old-fashioned »). Les observations de M. R. Popham (Popham 1997 : 378-381, fig. 1 et 2) encouragent P. Warren à identifier ici un autre dépôt de matériel – poterie, scellés et tablettes – raisonnablement daté de la destruction MR IIIA2, dans l’Aile Est.

63 E. Hatzaki a réexaminé les carnets de fouilles d’A. Evans et D. Mackenzie, qui ont fouillé le Petit Palais en 1905, 1908 et 1910, et a réétudié les structures architecturales, le matériel céramique et les autres types d’objet préservés. Elle observe que les éléments de datation et considérations chronologiques donnés par D. Mackenzie pour situer la (ou les) destruction (s) du Petit Palais sont non probants, parfois erronés, et ne peuvent ainsi être utilisés comme arguments pour la datation de la destruction de ce bâtiment, au MR IIIA1/IIIA2, ou au MR IIIB (Hatzaki 2005a : 193).

64 Dans l’étude de T. Whitelaw qui concerne l’occupation de la ville de Knossos depuis son origine jusqu’à la période romaine, ses estimations quant à la superficie occupée et à la population présente changent beaucoup entre les MR II-IIIA et MR IIIB-IIIC : de quarante-deux hectares occupés aux MR II-IIIA on passe à cinq hectares à partir du MR IIIB, et la population chute de environ 8400-10500 personnes à 1000-1250 personnes (Whitelaw 2000 : 225).

65 D’autres éléments archéologiques témoignent d’une telle destruction au sein du palais et de la ville de Knossos. Ils sont exposés ci-dessous, cf. III. 2.1.1. Knossos.

66 Pourtant, près de trente ans après ses premières conclusions (Popham 1970b : 79-88), M. R. Popham avait réévalué ses analyses stylistiques de la poterie en circulation à Knossos lors de sa destruction majeure et maintenait que l’événement prit place « very early in LM IIIA2 », autour de 1375 av. J.-C., en termes de styles de la céramique (Popham 1997 : 381-385).

67 Commentaire de J. Bennet suite à la communication de Hallager E. 2005, dans D’Agata et Moody 2005 : 270.

68 Au sujet du phénomène de la « minoïsation » de la culture égéenne, consulter la contribution essentielle de Broodbank 2004. O. Dickinson 1996 avait développé une analyse très critique de ce phénomène de « minoïsation » qui aurait touché les sociétés du continent et des Cyclades.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540