Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PERIFEREIA Étude régionale de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB (1450-1200 av. J.-C.)

 | 
Charlotte Langohr

Introduction

Texte intégral

Telle l’hydre dont les têtes à peine coupées renaissent et qu’Héraclès a grand peine à vaincre, la « Crète mycénienne » constitue un épineux problème qu’aucun livre, ni article ne semble pouvoir épuiser (Farnoux et Driessen 1997 : 1)

1Lorsque A. Farnoux et J. Driessen écrivent ces lignes en 1997, la question de l’histoire de la Crète au cours des phases céramiques des Minoen Récent II-IIIC (MR II-IIIC, 1450-1100 av. J.-C.), ou de la « Crète mycénienne », a opéré un tournant au sein de la discipline archéologique. Il ne s’agit plus essentiellement de souligner dans le matériel archéologique les indices attestant la présence de Mycéniens en Crète, ni de les interpréter en termes politiques, à savoir l’invasion de l’île par des groupes du continent et son intégration à un empire mycénien. Au-delà d’une domination mycénienne de la société crétoise, non sans équivoque, il s’agit plutôt d’examiner le phénomène d’acculturation, ainsi que ses implications historiques. Une place importante est désormais conférée à l’étude de la formation d’une koinè égéenne de la culture matérielle, notamment aux 14e et 13e s. av. J. -C. Celle-ci a parallèlement ouvert la voie à l’analyse des similarités et des variations avec lesquelles ces connexions culturelles sont exprimées de région à région. Pour saisir la portée fondamentale de cette nouvelle impulsion des études archéologiques dans la compréhension de cette période de l’histoire de la Crète, il faut brièvement considérer ce sur quoi la recherche s’était portée, voire « emportée », jusque là. En 1952, M. Ventris et J. Chadwick découvrent que l’écriture en Linéaire B gravée dans les tablettes d’argile exhumées des niveaux postérieurs à l’époque néo-palatiale du palais crétois de Knossos, mais aussi des palais continentaux, transcrivait une forme ancienne de la langue grecque. La thèse de Sir Arthur Evans selon laquelle la civilisation minoenne n’était plus à cette époque qu’un pâle reflet de son génie d’antan demandait alors à être réévaluée. Plutôt que d’examiner les modalités et l’évolution complexe des relations entre les sociétés de la Crète et de la Grèce continentale, la recherche s’est essentiellement concentrée sur la problématique statique du moment de l’arrivée des Mycéniens en Crète et de l’ampleur de leur hégémonie politique sur la culture crétoise, faits historiques établis par la seule reconnaissance de l’instauration à Knossos d’une administration en grec, à la base d’une organisation économique extrêmement centralisée. De la quête énergique de « preuves » archéologiques pouvant manifester cette présence d’une population non crétoise au sein de la société minoenne a rapidement émergé une discussion d’ordre essentiellement dialectique, qui a alimenté les débats scientifiques pendant de nombreuses années. Cette controverse intarissable reposait sur l’existence de deux hypothèses opposées. La première est celle d’une domination mycénienne s’imposant dès le lendemain des dévastations qui touchent la brillante civilisation minoenne néo-palatiale à la fin du Minoen Récent IB, puis disparaissant avec la destruction finale du palais de Knossos au Minoen Récent IIIA2, au bénéfice du redéploiement de traditions crétoises régionales. La seconde défend l’idée d’une continuation de la culture minoenne à la suite des catastrophes du Minoen Récent IB, alors que l’arrivée d’une population d’origine continentale et son influence sur la société crétoise ne sont palpables dans la culture matérielle qu’au cours des Minoen Récent IIIA2 et IIIB. La multiplication des découvertes archéologiques en Crète durant les années 1960-1990 n’a cessé de nourrir ce débat, tout en soulignant néanmoins petit à petit sa redondance. Cela est d’autant plus marquant que cette controverse s’est développée parallèlement à une autre polémique scientifique acharnée, celle de la datation des tablettes en Linéaire B cuites lors de la destruction du palais de Knossos et ainsi, indirectement, de la chute du pouvoir mycénien qui y était installé.

  • 4 Au cours de la seconde moitié de la phase du Minoen Récent IIIB, l’Egée est plongée dans une série (...)

2La volonté croissante de replacer cette problématique historique et archéologique dans un contexte chronologique, géographique et thématique plus large a considérablement réorienté le débat vers de nouvelles pistes de réflexions. En effet, les phases des Minoen Récent II-IIIB couvrent une période de presque 250 ans et il est progressivement apparu essentiel de considérer ce qui a longtemps été défini comme la « réoccupation » de la Crète comme une phase historique à part entière, qui connaît des changements et des évolutions4. Ainsi, l’hypothèse historique d’une société crétoise sous la tutelle d’une hégémonie politique et culturelle mycénienne tout au long de la période considérée, sous-entendue par l’appellation de « Crète mycénienne », nécessitait d’être nuancée. La spécificité de la société crétoise à cette période, qui ne peut être réduite à la civilisation mycénienne, est ici investiguée et explicitée.

3L’étude de cette période de l’histoire de l’île proposée dans cet ouvrage s’appuie sur la poursuite de trois trajectoires d’analyse connexes.

4La première trajectoire reconsidère ce problème historique dans un continuum chronologique. Autrement dit, une perspective diachronique est préférée de manière à ne pas paralyser la compréhension de la société crétoise et de ses relations avec le continent helladique dans un cadre étriqué qui pourrait occulter les processus évolutifs des interactions entre ces deux sociétés. Ces interactions débutent d’ailleurs bien avant les phases chronologiques considérées. En outre, une analyse d’ordre diachronique permet de nuancer la vision d’une évolution linéaire de la société crétoise à cette période, celle d’une domination mycénienne à partir de Knossos évoluant vers une renaissance des traditions minoennes et l’expression de régionalismes ou celle d’un maintien de la culture minoenne pour un temps avant d’être irrévocablement infiltrée par des traditions originaires de Grèce continentale. Un des objectifs principaux du présent ouvrage est de démontrer en quoi le débat quelque peu manichéen évoqué plus haut n’a que très peu de résonance dans une approche diachronique de la documentation archéologique. Envisagées selon cette perspective, les relations entre les sociétés crétoise et du continent se comprennent davantage dans un processus d’acculturation, voire de symbiose socioculturelle, quoique sélective, plutôt que comme un phénomène unique de domination d’une culture sur une autre.

5La deuxième trajectoire vise à élargir le cadre géographique dans lequel est examinée la problématique de la « Crète mycénienne ». Cette analyse contextuelle mérite par ailleurs d’être considérée à plusieurs échelles. Sortant du cadre géographique proprement knossien au sein duquel elles se sont partiellement enlisées, les recherches se sont progressivement intéressées aux autres régions crétoises, en quête, dans un premier temps, d’éléments de réponse pouvant solutionner indirectement le problème de la datation des tablettes en Linéaire B et de la chute du pouvoir de Knossos. Le potentiel des études archéologiques menées à cette échelle régionale s’est manifesté de manière croissante. L’analyse contextuelle des similarités et des dissemblances qui caractérisaient les différentes communautés qui peuplaient la Crète au cours de ces 250 ans d’histoire permet de jeter un regard neuf sur les nombreux axes de variation le long desquels se sont diversement transformées la culture et la société crétoises, en forte connexion ou non avec les pratiques des sociétés de Grèce continentale. À l’échelle élargie du contexte égéen, les analyses archéologiques comparatives permettent quant à elles de tester la réalité de la domination mycénienne sur la population crétoise à la fin de l’Âge du Bronze. Une des principales conclusions du colloque Ariadne’s Threads. Connections between Crete and the Greek Mainland in Late Minoan III (LM IIIA2 to LM IIIC) (D’Agata et Moody 2005) fut l’observation selon laquelle les spécialistes de la Crète étaient souvent tentés de considérer les caractéristiques et influences mycéniennes dans le mode de vie des Crétois aux MR II et III (architecture, poterie, coutumes funéraires, iconographie, etc.) comme le signe de la présence, influente, d’une population arrivée du continent et installée à proximité ou au sein des communautés crétoises. En revanche, les spécialistes du continent helladique n’ont cessé d’insister sur le fait que ces caractéristiques, tenues pour indices probants d’une présence physique et d’une domination mycéniennes, étaient loin de se conformer intégralement avec les pratiques et les particularités propres de cette population en terre helladique.

6La troisième et dernière trajectoire est celle de l’investigation, puis de la mise en parallèle, des différents domaines qui définissent la culture matérielle crétoise au cours des Minoen Récent II-IIIB. Si on admet que les différents matériaux archéologiques étudiés sont les produits de choix opérés par des individus, les récurrences et les divergences observées au travers de ces préférences reflètent potentiellement, mais non nécessairement, les expressions variées d’identités individuelles et collectives concordant avec des structures sociales (Knappett 2002 ; Hodder et Hudson 2003 : 6-10, 90-96). L’intérêt premier longtemps octroyé à l’étude de deux matières en particulier, par ailleurs géographiquement restreintes (les tablettes en Linéaire B et la céramique de Knossos), a mené à un « knossocentrisme » aigu qui, comme on le relèvera à plusieurs reprises, a eu et a encore aujourd’hui une autorité certaine sur l’interprétation de cette période historique à l’échelle de l’île. L’étude de sphères d’analyse différenciées (formes architecturales, production, consommation et distribution de la céramique, pratiques funéraires, us cultuels, organisation et échanges économiques) peut permettre, par leur comparaison, de distinguer des récurrences et des variations qui nous renseignent sur le fonctionnement des groupes sociaux étudiés.

7Ces trois considérations permettent d’avancer la question suivante : si les tablettes d’argile crue inscrites de caractères en Linéaire B n’avaient pas été cuites par un incendie survenu dans le palais de Knossos et si l’étude de la céramique produite et consommée par la population crétoise aux Minoen Récent II-IIIB n’avait pas été excessivement dépendante de la séquence knossienne – particulièrement bien cernée –, la « mycénisation » de la société crétoise prise dans son ensemble et la domination économique, politique et culturelle de celle-ci à partir du centre puissant que représente Knossos auraient-elles été identiquement reconnues sur la base de l’analyse des données archéologiques disponibles ? Autrement dit, quelle place y a-t-il, dans l’état actuel et global des connaissances archéologiques relatives à cette période de la fin du Bronze Récent en Crète, pour une appréciation simultanée du « centre » et de la « périphérie » ? L’essentiel de cet ouvrage est consacré à l’analyse des tenants et des aboutissants correspondant à cette question à plusieurs facettes et s’efforce d’y apporter des éléments de réponse. En d’autres termes, il s’agit d’une mise en contextes de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB, sur la base de la réunion élargie et approfondie des données archéologiques disponibles, afin de fournir, une fois ces données décrites et leurs interconnexions examinées, une interprétation de celles-ci en rapport étroit avec les communautés anciennes considérées (Hodder et Hudson 2003 : 187-194, spéc. 205).

8Cet ouvrage est organisé en quatre sections. La première donne quelques brefs repères géographiques et topographiques. La deuxième explore les tenants et aboutissants du cadre historique étudié, en trois temps. Elle fournit tout d’abord diverses considérations terminologiques, chronologiques et méthodologiques qui concernent la problématique de la « Crète mycénienne » ou de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB. Ensuite, elle examine succinctement le contexte historique immédiatement antérieur à cette période, celui des destructions massives et de l’effondrement de la société néo-palatiale. Enfin, elle propose une analyse détaillée de la controverse liée à la datation des tablettes en Linéaire B et à la chute de Knossos, afin d’avancer une réponse à ce problème précis, en concordance avec les résultats des études archéologiques les plus récentes. La troisième section constitue le cœur de cet ouvrage et offre une présentation descriptive et analytique des données archéologiques correspondant aux différentes régions de Crète aux Minoen Récent II-IIIB – à l’exception de la Crète orientale. La quatrième et dernière section est l’occasion d’une analyse interprétative originale de ce problème historique.

9Un CD-ROM accompagne ce volume. Il regroupe des tableaux récapitulatifs de l’analyse des établissements crétois étudiés dans cet ouvrage. Ces tableaux sont organisés en trois sections distinctes : l’habitat, les données funéraires et le mobilier archéologique. Ils offrent une présentation synthétique des données archéologiques analysées puis évoquées lors de l’analyse interprétative qui clôt cette étude. Le lecteur peut ainsi rapidement s’y référer. Cet ouvrage fournit également des cartes originales de la Crète et des régions crétoises, reprises aussi sur le CD-ROM, qui permettent une visualisation éclairante des sites mentionnés. Ces cartes ont été réalisées sur le logiciel de Système d’Information Géographique ArcView par P. Hacıgüzeller, sur la base du travail de géoréférencement du paysage crétois effectué par S. Soetens dans le cadre de ses recherches doctorales (Minoan Peak Sanctuaries, Building a Cultural Landscape Model through a GIS approach).

10On gardera en mémoire que la présentation descriptive et analytique des données archéologiques, quand elle concerne la céramique, reprend à quelques occasions un vocabulaire précis élaboré par les archéologues qui ont respectivement pris part à l’étude de ce matériel sur certains sites. Ainsi, quelques qualifications ou expressions spécifiques en termes de formes, traitements de surface ou styles de décoration sont reprises telles quelles, en anglais, afin d’éviter les ambiguïtés ou approximations éventuelles que pourrait comporter une tentative de traduction en français, qui s’est avérée à plusieurs reprises lourde et inutile.

Notes

4 Au cours de la seconde moitié de la phase du Minoen Récent IIIB, l’Egée est plongée dans une série de destructions et de troubles en cascade marquant une rupture importante dans l’histoire de cette région à la fin de l’Âge du Bronze. Pour cette raison, la période de la fin du Minoen Récent IIIB et du Minoen Récent IIIC en Crète n’est pas prise en compte dans la présente étude.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540